Navigation – Plan du site
Varia

Une lettre de Šaǧar al‑Durr au futur sultan Quṭuz

Yūsuf Rāġib
p. 135-165

Résumés

Cet article contient une lettre exceptionnelle conservée au Louvre. Dictée par Šaǧar al‑Durr après son abdication à un secrétaire apparemment d'origine turque, elle fut envoyée à Sayf al-Dīn Quṭuz le grand mamelouk du sultan Aybak son époux qui était alors le commandant en chef de l’« armée de Dieu ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Un genre épistolaire longtemps privé de nom

  • 1 L’adjectif ḫāṣṣa parfois appliqué à la correspondance (mukātaba/kutub) ne signifie pas privé, mais (...)
  • 2 Wa-l‑murād al‑mukātabāt al‑dā’ira bayna al‑aṣdiqā’, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 126. Dans un autre (...)
  • 3 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 95, 96, 102, 121, 126, 127, 136, 138, 140, 286, 343 ; VIII, p. 126, 127, (...)
  • 4 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 126.
  • 5 Ibn Nāẓir al‑Ǧayš, Taṯqīf, p. 3, 6, 206 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 311 ; VIII, p. 126 ; IX, p. 5.
  • 6 Al‑Nuwayrī, Nihāya VII, p. 213.
  • 7 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 79, 86 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 299.
  • 8 Voir le chapitre que leur consacre Ibn Nāẓir al‑Ǧayš, Taṯqīf, p. 206-209.

1Bien que la correspondance privée fût répandue parmi les Arabes en Égypte dès l’aube de l’islam, comme le suggère la profusion de papyrus publiés ou inédits, elle fut longtemps dépourvue d’appellation 1. La première ne lui fut que tardivement donnée sous les Mamelouks : iḫwāniyyāt, savoir « amitiés » ou « fraternités » 2. Ce substantif propagé sinon forgé par al‑Qalqašandī qui l’emploie toujours au pluriel en divers endroits de son encyclopédie 3 et n’en évoque qu’une fois le singulier 4 sans jamais le glisser dans une phrase, n’était à l’origine qu’une épithète qualifiant trois noms de missives : mukātabāt 5, rasā’il 6 et kutub 7 parfois réduite aux requêtes 8 ; en somme, un adjectif substantivé par ellipse. Mais à l’image des créations éphémères, il sombra dans l’oubli sans entrer dans un dictionnaire : comme il ne sortait plus de la bouche des lettrés, il fut banni des manuscrits.

Le monde des gens obscurs

  • 9 Comme le révèle un passage de ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 79, transcrit lettre à lettre par al‑Qalqaša (...)
  • 10 Telles les lettres d’Abū Isḥāq al‑Ṣābi’ recueillies par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 135-140.

2Les modèles d’« amitiés » recueillis dans les ouvrages dédiés à l’art d’écrire, essentiellement félicitations et condoléances 9, furent généralement rédigés par des inconnus, rarement par des personnages de renom ou en leur nom 10. De même, le sol d’Égypte qui a révélé des foules d’écrits officiels émanés d’une poignée de gouverneurs, de Qurra b. Šarīk à Mūsā b. Kaʿb, n’a guère rendu de lettre personnelle d’émir ou de souverain (calife ou sultan) : les documents rassemblés dans les collections de papyrus ne semblent pas en comporter d’autre que la présente. Aussi faut-il la regarder, pour son caractère, comme hors ligne, même si elle ne brille ni par la calligraphie ni par la langue et ne jette aucune lumière nouvelle sur l’aube de l’« Empire turc » (al‑dawla al‑turkiyya), nom qui longtemps désigna la première oligarchie militaire des Mamelouks couramment appelée de nos jours baḥrite. Elle dévoile, en effet, la forme des courriers privés des puissants souvent éloignés des modèles reproduits dans les anthologies destinées à guider les rédacteurs. Aussi, bien qu’elle ne livre aucune information capitale sur deux personnages illustres, elle méritait un commentaire poussé pour éclairer son destin : des lèvres de la sultane au dépotoir où elle fut abandonnée puis retrouvée au siècle dernier pour gagner finalement le Louvre, comme tant de lettres que des voies obscures ont conduites des lieux ignorés où le hasard les fit tomber entre des mains inconnues à des collections publiques et privées éparses dans le monde.

Une découverte longtemps tue

3Bien que j’eusse repéré ce papier d’apparence anodine dans la collection Denise Rémondon dès son entrée en 1981 au Louvre où il fut classé sous le numéro 39, je n’ai résolu de l’exhumer du dossier où je l’ai laissé, pour maintes raisons dormir, que plus de trente ans plus tard sans jamais l’évoquer qu’en termes vagues ou voilés. Il est, en effet, préférable de garder longtemps secrets les projets destinés à mûrir que de lever précocement le voile sur une publication dont la forme demeure incertaine.

Caractères externes

À la recherche d’une coudée perdue

  • 11 Elle servait alors à mesurer la largeur de huit des neuf formats de papier employés dans la chancel (...)
  • 12 Comme elle valait une coudée de la main et quatre doigts fermés au Caire, un peu plus à Fusṭāṭ d’ap (...)
  • 13 La largeur du petit format (al‑qaṭʿ al‑ṣaġīr) ou format de coutume (qaṭʿ al‑ʿāda) faisait également (...)
  • 14 Hinz, Islamische Masse, p. 61.

4Relativement épais, sans filigranes ni vergetures et de couleur beige, le papier du type qualifié maintenant d’oriental fut apparemment découpé d’un rouleau (darǧ) pour la rédaction du pli. Il revêt la forme d’un rectangle aux bords irréguliers dont la hauteur (25,50 cm) est le triple de la largeur (8,50). Converties dans la mesure de longueur alors usitée en Égypte, ces deux dimensions semblent respectivement correspondre à la moitié et au sixième d’une coudée indéterminée d’environ 51 cm, qui ne pouvait être celle des étoffes de Fusṭāṭ (ḏirāʿ al‑qumāš al‑miṣrī), l’unité usuelle des feuilles 11 : comme elle tournait autour de 58,187 cm 12, le papier aurait fait 29,0935 cm sur 9,697 13. Elle se rapproche plutôt de la coudée de la main (ḏirāʿ al‑yad) valant en gros 49,875 cm 14 qu’elle devait toutefois dépasser d’un doigt si elle avait servi de mesure : autrement, le format en serait réduit à 24,9375 cm sur 8,3125.

La disposition sur la feuille

  • 15 Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 70 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 314.
  • 16 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 21.
  • 17 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 195 ; Heidemann, Müller et Rāġib, « Un décret », p. 82 n. 37.
  • 18 La marge supérieure s’allongeait dans les lettres de supérieur à inférieur, mais se réduisait pour (...)
  • 19 Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 73.
  • 20 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 314.

5L’écriture court dans le sens de la largeur. En tête de la première page, l’espace vierge appelé généralement ṭurra 15, plus rarement blanc en haut de la lettre (al‑bayāḍ fī aʿlā al‑kitāb16 ou blanc avant l’invocation (al‑bayāḍ qabla al‑basmala17, couvre une surface réduite : 3 cm environ, soit près du huitième de la longueur de la feuille 18. Tantôt nommée hāmiš et tantôt ḥāšiya 19, la marge n’est laissée sur les deux faces qu’à droite. De forme irrégulière et relativement étroite, elle oscille autour d’un centimètre et demi, soit presque le sixième de la largeur du papier, alors que dans les écrits officiels elle en tenait le tiers 20, soit carrément le double. Enfin, à gauche, aucun espace vierge ne sépare les fins de ligne du bord de la page.

  • 21 Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 73.

6La lettre comprend trente-sept lignes irrégulièrement espacées dont l’encre est maintenant pâlie. Les vingt-et-une premières couvrent le recto dont la dernière court dans la marge de haut en bas, bien que l’écriture dans l’espace blanc laissé sur le bord extérieur des feuilles fût sévèrement blâmée par les secrétaires, même si elle ne comportait qu’une ligne en long de page 21. Les seize autres recouvrent le verso. Enfin, le scribe en retournant la feuille l’a inversée : aussi son calame est-il parti du bas vers la tête.

  • 22 Ainsi le bā’ de ṣuḥbat (l. 29) possède deux points et le yā’ de ḥadīd (l. 35) trois.
  • 23 Le tā’ de ḥaḍrat (l. 2) et le yā’ de tusayyir (l. 34) n’ont qu’un point.
  • 24 Al‑Yūnīnī, Ḏayl I, p. 368, 369 ; al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 353 ; al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, (...)

7Par ses maladresses et son absence d’harmonie, l’écriture est éloignée de la calligraphie qui régnait dans les chancelleries. Bien que les points diacritiques foisonnent et s’avèrent parfois en surnombre, en clair, superflus 22, ils sont partiellement omis sur trois lettres 23 et même intégralement sur beaucoup d’autres. Toutefois, ces oublis ne pouvaient troubler le destinataire, Sayf al‑Dīn Quṭuz, ou le secrétaire qui lui prêta sa vue et sa voix pour lui donner lecture du pli, s’il n’avait pu, pour divers motifs, s’y plonger. À l’encontre de maints mamelouks, le futur sultan n’était pas illettré, du moins complètement : « musulman fils de musulman », jadis nommé Maḥmūd b. Mamdūd ou Mawdūd avant sa capture par les Mongols, un maître avait dû lui montrer à lire et guider sa main pour former les mots lettre à lettre dès l’âge tendre, comme souvent aux « enfants de rois » (awlād al‑mulūk) : son oncle maternel était, en effet, le souverain Ǧalāl al‑Dīn Ḫwārizmšāh 24.

Caractères internes

Langue

  • 25 Notamment la phrase al‑ʿibā’a matāʿ Muḥammad al‑ʿatīqa min ḥadīd (l. 30-31) et le second illā de la (...)
  • 26 Qabaḍnā de la fin de la l. 9 est repris au début de la suivante.
  • 27 À la ligne 35, le alif de salām a été transposé abusivement avant le lām, au lieu de former un lām (...)
  • 28 Graphie soulignée dans le turc ottoman notamment par Ḥusnī, Īḍāḥāt, p. 151.
  • 29 Comme certains Turcs prononçaient lourdement les consonnes légères, le mot atābak s’écrivait parfoi (...)

8L’arabe plus vulgaire que littéral 25, comme les absences qui ont engendré au recto la répétition d’un verbe en début de ligne 26 et au verso une grossière métathèse 27 trahissent un scribe étranger à la langue qui régnait dans les chancelleries mameloukes souvent peuplées d’éminents lettrés. En outre, un faisceau d’indices probants suggère l’origine étrangère (persane ou turque) de cette main inconnue. En premier, le tā’ étendu (mamdūda) de ḥaḍrat (l. 2) et de ṣuḥbat (l. 13 et 29) qui était alors couramment lié (marbūṭa28, graphie qui finira par s’étendre et même par triompher tardivement dans la correspondance sous la seconde oligarchie mamelouke dite circassienne ; ensuite, le mot kitāb mis au féminin à trois reprises (l. 3, 29 et 37), alors qu’aucun arabophone ne peut changer le genre d’un substantif qui revient couramment dans le Coran ; enfin, ṣarāwīl (l. 17 et 23) écrit deux fois avec un ṣād au lieu d’un sīn qui traduit une prononciation emphatique 29. Même si ces cinq dernières fautes peuvent être imputées à Šaǧar al‑Durr que ses biographes donnent pour arménienne ou turque, un scribe émérite ou chevronné aurait spontanément rétabli le genre du premier mot et l’orthographe du second.

Le protocole initial : Les préliminaires (fawātiḥ30

Une formule pieuse en guise d’invocation

  • 31 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 220.
  • 32 Comme la basmala, selon un passage d’un ouvrage perdu, al‑Qalam wa-l‑dawāt d’al‑Madā’inī, cité par (...)
  • 33 Dans un document enregistré au tribunal du Fayyoum en 739/1339, le notaire a exclu la basmala du dé (...)

9Bien que la basmala fût prônée au début des lettres, le scribe l’écarta sciemment de la présente, comme le faisaient couramment les secrétaires de chancelleries (kuttāb al‑inšā’) : ils la bannissaient des têtes de documents jugés mineurs, tels que décisions (tawāqīʿ) et petits décrets (marāsīm ṣiġār), malgré le blâme inspiré par son omission 31. À la place qui lui est traditionnellement dévolue, se détache une formule rare en milieu de page : « L’obéissance, pour Dieu, uniquement ! » (al‑barra li‑Llāhi waḥdahu). Pour glorifier le nom divin, elle occupe seule la ligne 32 que la majorité tenait pour la première, mais que certains écartaient du numérotage en commençant par la suivante 33.

L’énigme du premier mot

10La deuxième ligne ouvre par le terme alif. La première lettre de l’alphabet doit désigner la première page, afin que la lecture ne parte pas du dos. En somme, le scribe a numéroté la feuille au moyen d’une lettre à valeur numérique de préférence au signe un, bien que l’usage des caractères représentant les nombres, dits « chiffres indiens », fût alors répandu pour folioter les manuscrits.

L’adresse interne

  • 34 Terme formé de l’union du destinataire (mukātab) et de l’expéditeur (mukātib) utilisé par ʿAlī b. Ḫ (...)
  • 35 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 330, fut apparemment le premier à déclarer : al‑ʿunwān ka-l‑ʿalāma. Cette (...)

11Immédiatement après la consonne écrite en toutes lettres, l’adresse (ʿunwān) couvre cinq lignes. Destinée à révéler le nom des correspondants (al‑mukātibān)34 pour ne pas rendre la correspondance anonyme (ḥattā lā yakūna al‑kitāb maǧhūlan), elle permettait, en outre, de distinguer le rang de l’expéditeur de celui du destinataire (martabat al‑kātib min al‑mukātab) : aussi fut-elle parfois tenue pour signe (ʿalāma35.

  • 36 Substantif utilisé par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 21.
  • 37 Ibn Qutayba, Adab, p. 15 ; al‑ʿAskarī, Ṣināʿatayn, p. 118 ; al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 172 ; ʿAlī b. Ḫal (...)
  • 38 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 97, 116, 119, 120, 129, 386.
  • 39 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 330, 332.
  • 40 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ IX, p. 236.
  • 41 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 76, 78, 88, 330 ; Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 53, 68, 75 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ V, (...)
  • 42 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ IX, p. 236.
  • 43 Al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 172, 173.
  • 44 Ibn Qutayba, Adab, p. 15 ; ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 76, 330, 331, 332 ; Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 54, 62 (...)

12L’identification (taʿrīf ) 36 des correspondants commence par le destinataire, que l’arabe désigne sous trois noms, dont deux tirés de la même racine. Dans les ouvrages destinés à former les rédacteurs de lettres et de documents officiels, l’expression la plus courante est al‑maktūb ilayhi 37, dont la préposition est parfois remplacée par li‑ 38. Quant au second, il semble relativement rare : al‑mukātab 39. Enfin, la troisième dénomination provient d’une racine éloignée : al‑mursal ilayhi 40. Après le destinataire, figure l’expéditeur que l’arabe désigne sous quatre noms différents, dont trois apparentés par la racine. Le plus fréquent dans les œuvres vouées à l’art de l’écriture est assurément al‑maktūb ʿanhu 41. Les trois autres sont infiniment plus rares : al‑mursil 42, aussi bien qu’al‑mukātib 43 et al‑kātib 44 que l’on ne pouvait toutefois donner à l’envoyeur que s’il était effectivement le rédacteur ou le scribe.

  • 45 La lettre est adressée au destinataire, mais ne lui appartient pas (li‑anna al‑kitāb ilayhi lā lahu(...)
  • 46 Expression employée par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 251 ; VIII, p. 133.
  • 47 Ka-l‑wazīr aw al‑amīr aw al‑ḥāǧib, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 133.
  • 48 Baybars, Zubda, p. 25 ; al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, p. 460 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 32, 33 ; a (...)
  • 49 L’usage les décernait également à diverses classes de rois et de dignitaires, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ V (...)
  • 50 Ibn Nāẓir al‑Ǧayš, Taṯqīf, p. 189 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 147, 148-159.
  • 51 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 335.
  • 52 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 286-287, 526 ; VII, p. 144.
  • 53 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 147-148. 

13Précédée de la particule li‑ qui avait supplanté ilā, bien que l’emploi d’une préposition de but au lieu d’une préposition de mouvement fût condamné par maints lettrés mais toléré par certains comme « métaphore lointaine » (maǧāz baʿīd45, la mention du destinataire se réduit à son titre particulier (laqab ḫāṣṣ46 inhérent à sa fonction 47 : émir de l’armée de Dieu très haut (amīr ǧayš Allāh taʿālā). Délibérément omis, son surnom honorifique (laqab) et son nom ne seront, du reste, jamais écrits ailleurs dans le pli : on ne les découvre que dans l’adresse externe mise au dos afin de guider le messager qui devait se présenter à sa porte : Sayf al‑Dīn Quṭuz. Bien que sans filiation, les trois éléments dissociés (sa dignité au recto, puis son surnom et son nom au verso) permettent de reconnaître le futur sultan qui commanda brièvement l’armée avant d’accéder au trône 48 et d’écarter les nombreux dignitaires qui avaient même nom, même surnom. Malgré l’importance du personnage, l’un des premiers de l’Empire naissant, aucun titre ronflant conféré à sa dignité ne précède sa mention. Pourtant le rédacteur n’avait que l’embarras du choix dans une longue série où deux expressions pompeuses flattaient couramment le commandant suprême sans lui être toutefois réservées 49 : al‑maqarr et al‑ǧanāb toujours unies à l’épithète karīm (noble) 50. De même, aucune eulogie ne suit sa dignité, comme si l’émir des armées ne méritait du ciel l’ombre d’une grâce. Mais comme ces invocations (duʿā’, pl. adʿiya) pouvaient passer dans la correspondance pour des marques d’attachement (­tawaddud) et d’amour (taḥabbub) de l’expéditrice envers le destinataire 51, le scribe les avait peut-être à dessein bannies, les jugeant incongrues de la part d’une noble dame pour le mamelouk du sultan, son époux. Pourtant, tout destinataire avait droit à des vœux assortis à son nom, son surnom honorifique ou sa fonction 52 dont certains même étaient propres au commandant en chef des troupes 53. Imposé peut-être par le désir de concision, le ton paraît sec dans un temps où les formules ampoulées fleurissaient dans la correspondance officielle ou privée, surtout si elle était adressée à une personnalité aussi éminente que Sayf al‑Dīn Quṭuz, dont la bravoure devait lui ouvrir le chemin du trône.

  • 54 Al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 173 ; passage copié par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 146.

14Après l’identification du destinataire, la particule min introduit celle de l’expéditrice qui comprend sa titulature et sa kunya suivies d’une longue eulogie : « L’honorable dame illustre et respectable Umm Ġars al‑Dīn Ḫalīl – que Dieu très haut perpétue sa félicité et favorise le rassemblement sur terre par son drapeau (dans un avenir) proche et non lointain » (ḥaḍrat al‑sitt al‑ǧalīla al‑muḥtaramiyya Umm Ġars al‑Dīn Ḫalīl adāma Allāh taʿālā saʿādatahā wa-ǧamaʿa al‑šaml barran bi-rāyatihā qarīb ġayr baʿīd). Son nom est sciemment omis, comme l’était dans l’adresse celui des épouses des grands dignitaires si elles étaient les destinataires de la lettre 54 et fatalement, par extension, les expéditrices : n’y figurait que leur kunya, parfois précédée du terme ḥurra, si elles étaient toutefois de condition libre.

  • 55 Nombre de sources narratives ajoutent un tā’ marbūṭa à Šaǧar, Schregle, Die Sultanin, p. 37-38.
  • 56 Son nom que Siouffi crut jadis lire sur une pièce de cuivre est une illusion récusée par Balog, The (...)
  • 57 Déclaration d’al‑Maqrīzī, Mawāʿiẓ, éd. Būlāq II, p. 237 ; éd. Sayyid III, p. 765 ; Sulūk I/II, p. 3 (...)
  • 58 RCEA XI, p. 212, no 4321 ; Schregle, Die Sultanin, p. 62.
  • 59 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 100, 132-133 ; al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 199 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XV (...)
  • 60 Wālidat al‑Malik Ḫalīl, al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 362 ; al‑Bāšā, Alqāb, p. 539.
  • 61 Al‑Ḏahabī, Tarī (an. 651-660), p. 200 ; Siyar XXIII, p. 200 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; al‑Ma (...)
  • 62 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 88 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 302, 333.
  • 63 Comme le spécifie al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 281 : iḫtaṣṣat bi-l‑mulūk dūna ġayrihim.
  • 64 Comme le déclare al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 301 : wa-iḏ kānat hāḏihi al‑nūn mimmā yaḫtaṣṣu bi-ḏawī (...)
  • 65 Ainsi Muḥammad b. Ṭuġǧ al‑Iḫšīd emploie le nūn al‑ǧamʿ dans sa lettre à Romain Lécapène, fidèlement (...)
  • 66 Comme l’attestent les nombreux diplômes d’investiture recueillis par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ, dans les (...)
  • 67 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 88.
  • 68 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 302.
  • 69 Expression couramment employée par Ibn Qutayba, Adab, p. 15 ; al‑ʿAskarī, Ṣināʿatayn, p. 118 ; Ibn (...)

15Malgré l’absence de filiation trahissant une ancienne servitude, ces titres ronflants, en particulier le signe de ralliement des souverains qui aurait dû, au reste, en être banni depuis qu’elle avait renoncé au trône, portent à identifier Umm Ġars al‑Dīn Ḫalīl avec Šaǧar ou Šaǧarat al‑Durr 55 dont le nom n’apparaît, en effet, que dans les sources narratives 56. Dans la légende des monnaies 57, comme dans l’inscription de son mausolée 58 bâti de son vivant, elle est simplement appelée « mère d’al‑Malik al‑Manṣūr Ḫalīl » (wālidat al‑Malik al‑Manṣūr Ḫalīl) ; et dans son paraphe, seulement « mère de Ḫalīl » (wālidat Ḫalīl59. Enfin, dans le prône, les prédicateurs tendaient également à réduire son titre : certains l’amputaient de l’épithète laudative précédant le nom de son fils 60, alors que d’autres la désignaient seulement sous sa kunya : Umm Ḫalīl 61. Cette identification est corroborée le long du pli par deux autres points. En premier, l’usage du pluriel (nūn al‑ǧamʿ) parfois baptisé « pluriel de majesté » (nūn al‑ʿaẓama62 longtemps réservé aux souverains 63 et puissants (ʿuẓamā’64, notamment chefs (ru’asā’) et gouverneurs 65 avant de passer tardivement des vizirs et grands émirs aux cadis 66, écrivains en vue et savants 67, sauf si le destinataire de la correspondance leur était supérieur par le rang : il leur fallait alors bannir tout honneur verbal visant à les magnifier et s’exprimer à la première personne du singulier 68. Aussi aucune dame même éminente ne pouvait recourir au « langage des rois » (kalām al‑mulūk69 à moins que le destin ne l’ait élevée au trône; et la seule qui obtint ce privilège en Islam fut Šaǧar al‑Durr. Même après sa déchéance, elle n’abandonna pas le nous de majesté dans les lettres dictées, ayant regagné par son union quelques droits inhérents à sa couronne perdue. Le second indice permettant d’identifier Šaǧar al‑Durr est fourni par le commandant de l’armée « divine » : malgré sa dignité, il continue de recevoir son entretien d’un certain ʿIzz al‑Dīn par la voie de son épouse. Ce personnage familièrement désigné sous son surnom (laqab) sans l’accompagner de son titre en signe de respect ne pouvait être qu’Aybak : les milices de mamelouks étaient dans l’Empire naissant l’apanage des sultans.

  • 70 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 140 ; al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, p. 363-364 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p.  (...)
  • 71 Al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 200 ; Siyar XXIII, p. 200 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; al‑Ma (...)
  • 72 Al‑Bāšā, Alqāb, p. 403.
  • 73 Al‑Bāšā, Alqāb, p. 317-318.
  • 74 RCEA XI, p. 212, no 4321 ; al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 362 ; Schregle, Die Sultanin, p. 62.
  • 75 Al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 200 ; Siyar XXIII, p. 200 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; al‑Ma (...)
  • 76 Al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 29.
  • 77 Al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 29 ; Schregle, Die Sultanin, p. 62 ; Balog, The Coinage of the Mamlūk Sultans, (...)
  • 78 Schregle, Die Sultanin, p. 62 ; Balog, The Coinage of the Mamlūk Sultans, p. 71.
  • 79 Comme en témoigne le paraphe tracé le 22 ǧumādā II 653/29 juillet 1255 que vit al‑Nuwayrī, Nihāya X (...)

16Malgré son étendue, la désignation honorifique de l’expéditrice est bien plus brève que celle qui lui fut conférée lors de son règne éphémère de 87 ou 88 jours : de son avènement le 30 muḥarram 648/4 mai 1250 à son abdication le 28 ou 29 rabīʿ II/30 ou 31 juillet en faveur de l’émir ʿIzz al‑Dīn Aybak que les mamelouks d’un commun accord lui avaient imposé pour époux, l’Empire voulant un maître, et non une maîtresse 70. N’y figure aucun des titres que lui donnaient les prédicateurs après les invocations en faveur du calife lointain qui trônait à Bagdad : « épouse d’al‑Ṣāliḥ » (al‑ǧiha al‑ṣāliḥiyya/al‑ṣāliḥa) ou « compagne du sultan al‑Malik al‑Ṣāliḥ » (ṣāḥibat al‑sulṭān al‑Malik al‑Ṣāliḥ) qui lui demeurèrent attachés après sa disparition, « reine des musulmans » (malikat al‑muslimīn), « vertu du monde et de la religion » (ʿiṣmat al‑dunyā wa-l‑dīn71 réservé aux dames de haut rang 72, ni même « rideau élevé et voile défendu » (al‑al‑sitr al‑rafīʿ wa-l‑ḥiǧāb al‑manīʿ73 qui dut continuer à l’honorer après qu’elle eut laissé son trône à son époux 74. De même, sa kunya n’est pas suivie de ses deux nisba-s usuelles. La plus courante, al‑Mustaʿṣimiyya, provenait du titre du calife abbasside dont elle avait dû être l’esclave : les fidèles l’entendaient sortir des lèvres des prédicateurs dans le prône 75 et les lettrés la suivaient de l’œil dans ses paraphes 76 et ses monnaies 77, s’ils prenaient toutefois la peine de parcourir les caractères réduits des légendes centrales du revers. Quant à la seconde, al‑Ṣāliḥiyya, tirée du titre du sultan dont elle avait partagé le lit, elle ne figurait que dans les pièces frappées en son nom 78 et parfois dans les signatures apposées sur les documents pour les authentifier 79.

  • 80 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 332.
  • 81 Termes utilisés par ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 326, 328, 329 ; al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 163, 172, 173 ; (...)
  • 82 Mots souvent employés par Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75, et al‑Qalqašandī, Ṣubḥ V (...)
  • 83 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 321.
  • 84 Expressions employées par ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 332.

17Alors que l’étendue de l’identification du destinataire dépasse toujours dans la correspondance privée celle de l’expéditeur, par honneur pour l’un et modestie pour l’autre, la première ne tient même pas l’intégralité d’une ligne, alors que la seconde en couvre quatre et demi en signe de suprématie. Cette disparité traduit la distance qui séparait les correspondants. Bien qu’appartenant à la même classe dite supérieure (al‑ṭabaqa al‑ʿulyā) par opposition à l’inférieure (al‑ṭabaqa al‑suflā/al‑sāfila80, leur différence de rang était considérable : aussi, quoique personnelle, la lettre était de chef (ra’īs) à subordonné (mar’ūs81, de supérieur (al‑aʿlā) à subalterne (al‑adnā82, de maître (matbūʿ) à suivant (tābiʿ83 ou selon l’expression parfois en usage : elle descendait d’en haut (min fawq) vers le bas (min dūn84.

Dictée de la lettre à un scribe du secret

  • 85 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 132 ; al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 198 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 (...)
  • 86 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 337-338.

18Bien que Šaǧar al‑Durr sût écrire et même contrefaire admirablement le paraphe du sultan défunt al‑Malik al‑Ṣāliḥ dans les décrets (manāšīr) et les documents officiels pour dissiper tout bruit de mort 85, elle n’a pu rédiger le pli, comme en témoignent les invocations en sa faveur qui suivent sa kunya. Dans la correspondance, l’expéditeur sollicite la bénédiction du ciel pour le destinataire, jamais pour lui-même, à moins qu’il n’ait confié la rédaction à un tiers qui l’invoque alors pour lui. En outre, ces invocations revêtent les « termes de l’absence » (lafẓ al‑ġayba) plutôt que les « termes de l’allocution » (lafẓ al‑ḫiṭāb ou al‑muḫāṭaba) ; autrement dit : la troisième personne du singulier, au lieu de la seconde que maints lettrés préconisaient en accusant ceux qui préféraient les « invocations pour l’absent » (al‑duʿā’ li‑l‑ġā’ib) d’ignorer la langue : les prières adressées à Dieu revêtent, en effet, la forme « allocutive » (al‑muḫāṭaba86. En clair, la lettre ne pouvait être autographe : Šaǧar al‑Durr avait dû la dicter à un « scribe du secret » (kātib al‑sirr), autrement dit, un secrétaire particulier, terme qui traduit fidèlement l’expression arabe. Il avait dû suivre la voix de la sultane sans préparer de brouillon, comme le révèle le passage du partage de la bourse reproduit presque textuellement de la fin de la première page au début de la seconde, Šaǧar al‑Durr ayant oublié qu’il venait de sortir de ses lèvres un instant plus tôt. Une ébauche aurait permis au scribe d’éviter le doublon. Sinon, il aurait pu recopier la lettre en ôtant les mots superflus et rectifiant les erreurs. Mais il n’eut pas la patience d’un report réduisant la dictée au rang de brouillon : l’émir de l’armée ne méritait pas à ses yeux l’honneur d’un second pli convenablement mis au net sans faute ni marge chargée de mots qu’il devait juger papier et temps perdus.

19Enfin, la lettre doit être un original : la désignation de la première page par la lettre alif destinée au lecteur pour lui en indiquer le début écarte un brouillon et le lieu d’écriture une copie : seules les lettres officielles donnaient lieu à des fidèles transcriptions qui prenaient ensuite le chemin des archives où elles étaient conservées jusqu’au jour où un changement de régime ou simplement la mort les rendait inutiles ou périmées, alors que les « amitiés » (iḫwāniyyāt) n’étaient jamais recopiées, fussent-elles truffées de ratures, de corrections et de compléments, pour ne pas dissiper les supports onéreux. Or, la présente rédigée à la campagne était indigne d’encombrer les archives de la capitale pour des prestations en nature et une poignée de dirhams, même si les correspondants étaient des personnages publics au sommet de l’Empire.

La lettre : ton et contenu

La sécheresse de l’introduction (ṣadr) 87

  • 87 Terme couramment utilisé au singulier ou au pluriel pour désigner l’introduction des lettres, cf. n (...)
  • 88 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 160.
  • 89 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 148.
  • 90 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 335.
  • 91 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 229.
  • 92 Al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 166.
  • 93 Notamment s’il était déterminé par une annexion, dont la plus courante est ḥamd Allāh, al‑Qalqašand (...)
  • 94 Al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 183 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 231 ; VII, p. 70.
  • 95 Ainsi la monographie de ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 15, ouvre par ammā baʿdu.
  • 96 Comme les lettres adressées à émirs et cadis évoquées par al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 166.
  • 97 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 331-332.
  • 98 Les lettres s’y ouvraient souvent par deux mots au lieu de trois : wa-baʿdu, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI (...)

20Comme les deux adresses (la première et la dernière), le début (ibtidā’) est dépourvu d’invocations (adʿiya) en faveur de Sayf al‑Dīn Quṭuz ; en somme, les vœux sont absolument inconnus dans la bouche de la sultane et la prose du secrétaire qui lui prêta son calame. Pourtant, ces souhaits constituaient l’élément essentiel des introductions des « amitiés » en Égypte 88, comme en Occident musulman 89, même s’ils étaient couramment brefs : ils ne devaient pas dépasser deux lignes sous peine de blâme, alors que dans l’adresse initiale, ils pouvaient en couvrir six 90. De même, aucun salut (salām) pour l’émir de l’armée. Bien que ces marques de respect fussent reconnues comme la salutation de l’islam demandée pour l’affection des cœurs (taḥiyyat al‑islām al‑maṭlūba li‑ta’līf al‑qulūb91, elles étaient depuis des siècles bannies au début des lettres envoyées aux émirs 92. Enfin, ne figure pas la formule d’introduction ammā baʿdu, dont le terme circonstanciel de temps (ẓarf zamān) pouvait souvent prendre la flexion du cas direct -a 93, ou les deux désinences -un et -an, admises par certains, mais critiquées et même flétries par d’autres qui les jugeaient inconnues 94. Bien que l’expression figure souvent en tête d’œuvres de nature variable 95, elle avait depuis longtemps cessé d’ouvrir les courriers d’Orient 96 sans toutefois disparaître du cours de certains 97. Seul l’Occident l’insérait toujours au début des lettres, en l’abrégeant toutefois souvent par le retranchement de la particule de condition (ḥarf šarṭ) ammā 98.

Du pluriel de majesté au vouvoiement continu

  • 99 Kullanā (l. 7) ; qabaḍnā (l. 9 et 10) ; aḫaḏnā (l. 11) ; sayyarnā (l. 13 et 28) ; nusayyiru (l. 19 (...)
  • 100 Fa-l‑taʿbīr ʿan al‑malik bi-nūn al‑ǧamʿ, déclare al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 103.
  • 101 Fa-anā min kalām al‑iḫwān wa-l‑ašbāh wa-naḥnu min kalām al‑mulūk, al‑ʿAskarī, Ṣināʿatayn, p. 118. E (...)

21Immédiatement après l’adresse, la lettre proprement dite ouvre directement par ces mots : « Ce que je vous apprends » (wa-llaḏī uʿrifukum). Du verbe à la première personne du singulier, Umm Ḫalīl passe au pluriel par le pronom isolé « nous » (naḥnu) (l. 7), le seul qui figure dans la lettre, pour désigner un groupe dont elle n’a pas nommé les membres qui devaient comprendre plusieurs personnes de rang divers : le sultan et une poignée de petites gens du domaine, Ḫalīl, ʿAlī, son fils et sa famille. Puis, au lieu de reprendre la catégorie grammaticale du début, elle garde le pluriel (nūn al‑ǧamʿ99, alors qu’elle s’exprime seulement en son nom : si ses propos englobaient son époux, sa titulature aurait dû précéder la sienne dans l’adresse. Cette forme usitée dans le style officiel par les souverains dans la correspondance qui en émanait et dont elle constituait l’expression 100 était destinée à les glorifier (li‑l‑taʿẓīm), comme le pluriel qui met nous pour je. Aussi l’usage des deux pronoms personnels devait inspirer au fameux lettré al‑ʿAskarī le mot suivant : « anā appartient au langage des frères et leurs semblables et naḥnu au langage des rois 101. »

  • 102 Les pronoms personnels affixes sont, en effet, à la deuxième personne du pluriel kum dans : uʿrifuk (...)
  • 103 Tusayyir (l. 34).
  • 104 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 389, désigne ainsi le tutoiement dans la correspondance émanée des Omeyy (...)
  • 105 Ibn Saʿīd, Muġrib, p. 167-172 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 10-18 ; Canard, « Une lettre de Muḥamma (...)
  • 106 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ XIV, p. 20-24 ; trad. Canard, « Deux documents arabes », p. 65-68.
  • 107 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 113-115 ; Canard, « Deux documents arabes », p. 68-69.
  • 108 Termes d’al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 81.
  • 109 Comme en témoignent plusieurs passages du Ṣubḥ d’al‑Qalqašandī : fa-ḫāṭabū al‑wāḥid muḫāṭabat al‑ǧa (...)
  • 110 Voir notamment les lettres reproduites dans al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 79-115 et XIII, p. 2-11.
  • 111 Fidèlement transcrites par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 536-558 ; VII, p. 40-72, 99-103. La plus éten (...)

22Comme pour elle-même, la sultane emploie le pluriel en s’adressant au commandant des armées 102. Elle ne le quitte qu’une fois par mégarde pour le singulier 103, que le scribe transcrivit mécaniquement : le changement de catégorie grammaticale lui avait apparemment échappé. En somme, le long du pli, le pluriel supplante le singulier dans la bouche d’Umm Ḫalīl. Pourtant, le vouvoiement demeura longtemps inconnu en arabe : ainsi dans la lettre que Muḥammad b. Ṭuġǧ adressa en 325/936-937 ou l’année suivante à l’empereur byzantin Romain Lécapène, l’émir, qui avait revêtu le titre prestigieux d’al‑Iḫšīd qualifiant le « roi des rois » (malik al‑mulūk), dont ses ancêtres les anciens princes de Farġāna s’étaient arrogé le privilège, tutoie le « grand (chef) des Rūms » (ʿaẓīm al‑Rūm), selon l’antique coutume omeyyade 104, alors qu’il emploie le pluriel de majesté en parlant de lui-même 105. Dans le traité de paix sous forme de lettre dressé par le secrétaire de chancellerie Abū Isḥāq al‑Ṣābi’, et adressé en 376/986-987 par Ṣamṣām al‑Dawla à Bardas Skléros, l’émir bouyide tutoie également l’usurpateur byzantin, qu’il appelle pourtant « roi des Rūms » (malik al‑Rūm) tout en se glorifiant par le pluriel de majesté 106. Mais en 379/990, l’obscur général bouyide Ḫutūr al‑Turkī vouvoie Bardas Skléros en lui donnant le même titre dans une lettre que lui fit également Abū Isḥāq al‑Ṣābi’ 107 et emploie le tā’ du locuteur et la catégorie grammaticale qui exprime l’unité (bi-tā’ al‑­mutakallim wa-lafẓ al‑infirād108 : comme le rédacteur avait estimé que le rang du Basileus dépassait celui de l’officier, il préféra recourir à la seconde personne du pluriel pour l’un et la première personne du singulier pour l’autre. Bien qu’au fil du temps, le vouvoiement finît par triompher, l’arabe ne le désignera jamais que sous diverses expressions soulignant l’emploi du pluriel (ǧamʿ) au lieu du singulier (wāḥid/infirād109 et ne lui réservera aucun terme particulier : en Orient, notamment dans l’Empire mamelouk, parmi les Turcs où il était connu dans leur langue maternelle ; en Occident musulman, dans la correspondance des souverains 110. Les témoignages les plus éloquents de cette extrême révérence foisonnent dans les lettres souvent infinies composées par Ibn al‑Ḫaṭīb au nom du sultan naṣride Muḥammad V ou en son nom, et destinées à divers souverains et dignitaires du monde musulman 111. Le vouvoiement semble, du reste, la seule marque tangible de respect d’Umm Ḫalīl pour l’émir de l’armée : elle ne lui accorde, en effet, aucun titre honorifique attaché à sa dignité ni la moindre eulogie dans le cours de la lettre ou dans les deux adresses : l’interne et l’externe, comme s’il lui inspirait une pointe de mépris, alors que le chemin parallèle qui les avait tour à tour conduits de l’esclavage à l’apogée de l’Empire aurait dû les rapprocher.

L’obligation d’entretien du sultan pour son grand mamelouk

  • 112 Le lieu de rédaction n’est généralement cité que s’il n’est pas le lieu d’où l’expéditeur écrit d’o (...)
  • 113 Al‑Maḫzūmī, Minhāǧ, p. 8 ; Ibn Mammātī, Qawānīn, p. 259, 260 ; Cahen, « Al‑Makhzūmī et Ibn Mammāṭī  (...)
  • 114 Al‑Maḫzūmī, Minhāǧ, p. 2 ; Ibn Mammātī, Qawānīn, p. 258 ; Cahen, « Al‑Makhzūmī et Ibn Mammāṭī », p. (...)
  • 115 Al‑Maḫzūmī, Minhāǧ, p. 8.
  • 116 Ayalon, « The System of Payment », p. 257.
  • 117 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ IV, p. 55 ; Ayalon, « The System of Payment », p. 257-258.
  • 118 Ayalon, « The System of Payment », p. 59-65.
  • 119 Ayalon, « The System of Payment », p. 49 ; Rabie, The Financial System, p. 34. Ces gratifications n (...)
  • 120 Ayalon, « The System of Payment », p. 261-262.
  • 121 Chronography, p. 416.

23Malgré l’omission du lieu de rédaction courante dans la correspondance médiévale 112, la lettre permet de le déduire : un domaine proche de la capitale, concédé en iqṭāʿ, où la sultane s’était rendue pour la perception (ǧibāya) des prestations dues le plus souvent en nature. Orge et fèves, d’ordinaire fauchées en barmūda 113 (du 9 avril au 8 mai), sont déjà levées. Reste le blé dont la moisson suit en bašans 114, couramment vers la moitié 115. La saison des cultures révèle la date approximative du pli : la première quinzaine de mai. Des volailles fournies par les cultivateurs aux titulaires de l’iqṭāʿ, Umm Ḫalīl déclare avoir reçu quatorze oies dont une partie ou la totalité doit revenir à Sayf al‑Dīn Quṭuz, sinon leur mention serait superflue. Puis elle avise ce dernier de l’envoi d’une bourse de fortune formée d’un lambeau de tissu scellé contenant soixante dirhams : elle sera remise en ses mains par Falāḥ b. Māǧid, le messager envoyé pour lui porter la lettre. L’intégralité de la somme lui revient : quarante dirhams sont destinés à lui rembourser le prix du pantalon déjà réglé ou lui permettre de l’acquérir s’il ne l’a encore fait, et vingt constituent une avance sur la nafaqa, dont le montant intégral lui sera bientôt transmis. Ce terme doit désigner l’allocation pour vêtements (nafaqat al‑kiswa) versée en espèces pour l’achat des pièces d’habillement 116 dont le sultan gratifiait ses mamelouks et quelques proches dignitaires parmi les « porteurs de calame » (ḥamalat al‑aqlām117 et non celle qu’il distribuait aux militaires, généralement avant les campagnes militaires 118. Quoique inconnu sous les Baḥrites, le montant alloué au commandant suprême des armées devait s’élever à plusieurs milliers de dinars, comme permet de le déduire la gratification accordée aux émirs de mille : ils recevaient de mille à trois mille dinars et les plus importants jusqu’à dix mille 119. La date de retour d’Umm Ḫalīl demeure incertaine. Elle est, en effet, retenue à sa terre par la levée de l’orge fourragère : peut-être doit-elle être fanée si elle est humide pour avoir été fauchée avant de parvenir à maturité, puis conditionnée pour l’expédition. Ce foin devait être inclus dans les rations d’orge couramment appelées ʿalīq que les magasins du sultan (al‑šuwan al‑sulṭāniyya) distribuaient aux mamelouks, tantôt en nature et tantôt en espèces 120. Les premiers blés coupés auraient déjà pris le chemin de la capitale si Ḫalīl, apparemment l’intendant du domaine, n’avait souligné que l’émir des armées n’a pas encore réclamé les deux tiers d’ardabb qui lui reviennent, soit en gros 46 kg. Ayant déduit que sa réserve n’est pas épuisée, il en a suspendu l’envoi pour le différer sans doute après la fin des moissons. En somme, oies, orge, blé et pantalon comptaient au nombre des obligations alimentaires et vestimentaires qui liaient le sultan à Sayf al‑Dīn Quṭuz. Alors pourquoi n’avait-il pas directement dicté la lettre au lieu d’en confier le soin à son épouse ? Si la sultane déchue avait pris l’initiative du pli, elle continuait de régner, même sur le sultan régnant, comme si elle occupait toujours le trône qu’elle lui avait cédé, au point de remplir ses devoirs envers le premier de ses mamelouks : au fait, elle n’avait jamais quitté l’Empire. Aussi Bar Hebraeus devait-il qualifier sa fermeté de virile 121.

Services commandés à l’émir de l’armée

24Puis Umm Ḫalīl demande à Quṭuz de remettre à Falāḥ b. Māǧid, avant son retour au domaine, cinq objets dont le premier est une vieille cotte de mailles méritant par sa longueur et peut-être son épaisseur le terme de ʿibā’a qui désignait les manteaux. Appartenant à un certain Muḥammad, elle est destinée à ʿIzz al‑Dīn que la sultane déchue ne daigne pas honorer du titre de sultan, comme s’il ne l’était que de nom : malgré cette omission qui témoigne peut-être un mépris secret pour le premier de l’Empire, on doit l’identifier avec al‑Muʿizz Aybak, dont l’émir de l’armée était le premier mamelouk. On ignore toutefois si son propriétaire l’a vendue ou simplement prêtée au souverain. Ensuite, les deux clefs de l’appartement et les deux du magasin qu’elle a dû oublier à la capitale, alors qu’elles lui sont indispensables pour tourner les serrures. Mais ces quatre clefs ne pouvaient être deux doubles : chaque porte devait avoir deux serrures dont la seconde était peut-être un cadenas, sinon un verrou. Cet ordre intimé à la deuxième personne du singulier, le seul tutoiement en cours de lettre, permet de supposer que le commandant des armées connaissait l’endroit où les clefs étaient entreposées : aussi pouvait-il aller les chercher ou envoyer quelqu’un pour les lui ramener. Puis elle annonce à Quṭuz la venue de Ḫālid son prochain messager, sans doute un serviteur comme Falāḥ b. Māǧid. L’émir de l’armée devra lui confier la cotte de mailles qu’il rapportera au sultan.

Le protocole final

Clôture de la lettre (ḫātima) 122

  • 122 Al‑Qalqašandī n’utilise le nom qu’au pluriel : ḫawātim, Ṣubḥ VI, p. 232 ; ḫawātim al‑maktūb, VI, p. (...)

25Pour terminer, comme au début, aucune invocation en faveur de Sayf al‑Dīn Quṭuz : seul un bref salut est adressé à l’émir, puis à trois autres personnes de son entourage : Muḥammad, Kāẓim et Ḥadaq dont on ignore s’ils étaient ses enfants ou des proches.

Origine d’un secrétaire inconnu

  • 123 Comme le révèle ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 328.

26Après les derniers mots qui marquent couramment la fin des plis, le scribe n’a pas mis son nom suivi du nom de son père, s’il était né libre : cette antique coutume des secrétaires chargés de la correspondance officielle et personnelle de leur maître ou du service qui les avait acquis, s’ils étaient des esclaves publics, fut progressivement abandonnée sous les Fatimides 123. Comme sa langue et ses transcriptions suggèrent par moments une origine persane ou turque, rien n’interdit de supposer que l’étranger était un esclave ou un affranchi attaché au service de la sultane : attentif à sa voix, elle le chargeait souvent de recueillir les mots tombés de ses lèvres.

Datation du pli

  • 124 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 235. Sur l’absence de date des lettres privées, voir Rāġib, « Une lettre (...)
  • 125 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 5, précise, en effet, que le titre al‑Atābakī faisait partie des laqab-s (...)
  • 126 Baybars, Zubda, p. 25 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 32, 33 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 144.
  • 127 Al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 405. Sur la fonction de nā’ib al‑salṭana, Ayalon, « Studies III », p. 57 (...)
  • 128 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 197, 296 ; al‑Yūnīnī, Ḏayl I, p. 47, 48, 61 ; Abū al‑Fidā’, Muḫtaṣar III, p (...)
  • 129 Al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, p. 460, a recopié ce récit sans révéler sa source.
  • 130 Al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 199 ; Siyar XXIII, p. 199.
  • 131 Al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 199 ; al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 404. Mais les sources divergen (...)
  • 132 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 197-198 ; Abū al‑Fidā’, Muḫtaṣar III, p. 192 ; Baybars, Zubda, p. 24 ; al‑Y (...)
  • 133 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 194 ; al‑Yūnīnī, Ḏayl I, p. 45, 60 ; al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 19 (...)
  • 134 Baybars, Zubda, p. 24 ; al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, p. 456 (qui tombe un mercredi et non un mardi) ; a (...)
  • 135 Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 30 ; Abū al‑Maḥāsin, Nuǧūm VI, p. 375 ; VII, p. 13, 41.
  • 136 Comme l’atteste le document reproduit par al‑ʿUmarī, Taʿrīf, p. 95, et al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 1 (...)

27Enfin, le secrétaire anonyme n’a pas mis de date : elle clôt, en effet, rarement les « amitiés » 124. Toutefois, on peut tenter de la déduire des indications disséminées dans les sources narratives. Le jour de nomination de Sayf al‑Dīn Quṭuz comme commandant en chef des armées (atābak al‑ǧuyūš), titre qui devait correspondre à celui d’« émir de l’armée de Dieu » (amīr ǧayš Allāh) et comptait, du reste, au nombre des surnoms honorifiques attachés à sa dignité 125, aurait pu servir de repère s’il ne divisait les historiens : les uns 126 la placent le 26 rabīʿ I 655/13 avril 1257, quand les fidèles mamelouks d’al‑Muʿizz Aybak eurent porté au trône son jeune fils d’une quinzaine d’années, Nūr al‑Dīn, sous le titre d’al‑Malik al‑Manṣūr, alors que pour d’autres 127, Quṭuz aurait conservé la fonction de vice-sultan (nā’ib al‑salṭana) que lui avait conférée le sultan immolé : ainsi put-il administrer les affaires de l’État (­mudabbir al‑dawla). Le commandement des troupes serait alors revenu à ʿAlam al‑Dīn Sanǧar al‑Ḥalabī 128. Enfin, selon une troisième rumeur qui longtemps courut d’oreille à oreille sans avoir jamais été réfutée 129, dès l’avènement du jeune sultan, le commandement militaire suprême fut conféré à Fāris al‑Dīn Aqṭāy al‑Ṣāliḥī, dit al‑Mustaʿrib, avant de revenir à Quṭuz. Si la première date est exacte, le pli aurait été rédigé entre le 26 rabīʿ I 655/13 avril 1257 et le samedi 11 rabīʿ II/28 avril 130, jour de la découverte du corps corrompu de Šaǧar al‑Durr dans le fossé au bas de la citadelle en regard de la porte ouvrant sur le cimetière d’al‑Qarāfa 131. Mais lors de la terrible quinzaine qui suivit le meurtre d’al‑Muʿizz Aybak, sa veuve n’avait pu quitter la capitale : elle chercha refuge avec les assassins dans le palais que les mamelouks du sultan auraient assailli, si les mamelouks d’al‑Ṣāliḥ Naǧm al‑Dīn n’avaient défendu sa porte par fidélité à leur ancien maître dont la mémoire n’était pas ensevelie dans l’oubli, bien qu’il reposât depuis longtemps sous la coupole de son mausolée. Ils ne l’ouvrirent qu’au bout de trois jours, le lundi 29 rabīʿ I/16 avril, lorsque les militaires assoiffés de vengeance eurent promis vie sauve à la sultane et juré de ne lui infliger aucun châtiment pour expier le sang de leur maître. Elle fut alors jetée avec une poignée d’esclaves et d’eunuques attachés à son service dans la Tour rouge (al‑burǧ al‑aḥmar) de la citadelle 132, une prison de fortune qui devint l’antichambre de sa mort. Comme la lettre n’a pu être écrite après le meurtre d’al‑Muʿizz Aybak, elle dut l’être du vivant de celui-ci, plus précisément entre l’année 650/14 mars 1252-2 mars 1253 où il nomma Sayf al‑Dīn Quṭuz vice-sultan, et son assassinat que la majorité des historiens situent le mardi 23 rabīʿ I 655/10 avril 1257 133, mais que certains retardent d’un jour 134 ou deux 135 : le délégué du souverain portait également le titre de chef des armées (atābak al‑ǧuyūš136, qui ne semble pas avoir été encore officiellement adopté, sinon le rédacteur ne l’aurait pas traduit en arabe.

Omission de la relecture après la dictée

  • 137 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 273.

28Quand la voix de la sultane se tut, le scribe dérogea à la coutume immémoriale des secrétaires scrupuleux : ses regards n’avaient pas dû parcourir le pli d’un bout à l’autre pour en suivre les mots, examiner leur sens et apporter, au besoin, des corrections 137, notamment des doublons et bévues. Sinon, il aurait gratté ou barré au recto le alif superflu devant amīr (l. 2) et plus bas l’un des deux verbes qabaḍnā, le premier à la fin de la neuvième ligne ou le second au début de la suivante. Au verso, il aurait glissé deux lettres (wāw et alif) à la fin du verbe tusayyir (l. 34) pour revenir au vouvoiement qui règne dans le pli, enfin il aurait transformé le alif d’al‑sālam en lām alif et biffé le lām qui suit (l. 35) ou gratté le mot altéré pour le surcharger. Ces grossières erreurs disséminées sur deux pages révèlent également que le scribe n’avait pas dû relire à la sultane le papier écrit : s’il était devenu par sa voix lecteur, elles n’auraient pu lui échapper.

L’adresse externe

  • 138 Cette présentation de l’adresse dans la correspondance officielle et personnelle était traditionnel (...)
  • 139 Comme le révèle un passage d’al‑Maqrīzī, Mawāʿiẓ, éd. Sayyid III, p. 449, omis dans l’édition de Bū (...)
  • 140 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 144.
  • 141 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 148-150.
  • 142 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 289.
  • 143 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 350.

29La rédaction finie et l’encre séchée, le scribe inversa la feuille pour mettre à rebours une seconde adresse qui n’était pas destinée, comme la première, l’interne, à révéler le nom des correspondants et distinguer leur rang, mais à rappeler au messager la voie et la demeure où il devait délivrer le pli. Au lieu de se partager en deux zones distinctes séparées d’un blanc de variable étendue dont celle de droite renfermait le nom du destinataire et celle de gauche celui de l’expéditeur 138, elle forme deux lignes continues : dans la première, le nom de la voie : Quṭlūbuġā le boiteux, qui se trouvait au pied de la citadelle, au marché des chevaux 139 ; dans la seconde, la demeure dont la porte devait s’ouvrir à la voix du messager, que déterminent seulement le surnom honorifique et le nom de son occupant (propriétaire ou locataire), sans filiation ni fonction. Comme dans l’adresse interne, aucune invocation n’est adressée en faveur du destinataire, alors que plusieurs adaptées à sa condition (ḥāl) devaient convenir à son nom, son surnom honorifique (laqab), sa dignité ou le lieu de son exercice 140, notamment les formules ampoulées destinées à flatter les Sayf al‑Dīn 141, dont la plus répandue semble la suivante : « Que son épée demeure enfoncée dans le cou de ses ennemis et que son tranchant jette tout hérétique dans la tombe » (lā zāla sayfuhu fī riqāb aʿdā’ihi muġmadan wa-ḥadduhu yaḏaru kulla mulḥidin mulḥadan142. Si le messager devait délivrer le pli au domicile du commandant plutôt qu’au bureau de l’armée (dīwān al‑ǧayš), on peut déduire que la correspondance personnelle adressée à un dignitaire de l’État prenait de préférence le chemin de sa demeure, où elle lui serait sitôt remise, plutôt que du bâtiment qui abritait ses services, où il avait coutume de recevoir son courrier administratif et professionnel. En passant de main en main par une voie plus longue et forcément plus lente, elle risquait d’être noyée par le flot de papiers officiels et tomber dans l’indiscrétion d’un secrétaire indigne du nom qu’on lui donnait. Enfin, la titulature et la kunya de l’ancienne sultane furent délibérément bannies de l’adresse, soit pour masquer son identité, soit pour suivre un usage qui finira par régner sous le régime des Circassiens : lentement, les expéditeurs cessèrent de mettre leur nom à leurs lettres, sauf dans quelques-unes strictement privées 143.

Pliure de la feuille

  • 144 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 352.
  • 145 Au recto, on distingue la première pliure entre les lignes 3 et 4 et les trois suivantes le long de (...)
  • 146 Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 70 (li‑anna karam al‑kitāb ḫatmuhu).
  • 147 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 353 : inna fī ḫatm al‑kitāb taʿẓīman li‑l‑maktūb ilayhi.
  • 148 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 357-358. Al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 109, réserve un mot à la saḥā’a sans la d (...)
  • 149 Al‑Nuwayrī, Nihāya VIII, p. 107.

30Avant de confier la lettre au messager, le scribe ne l’enroula pas en bande cylindrique comme une hampe de lance (laffuhu mudawwaran ka-unbūbat al‑rumḥ) pour en protéger le contenu (ṣawn al‑maktūb fīhi), selon la tradition d’Orient, mais la replia (ṭayy) à la mode maghrébine, byzantine et franque, que les Ayyoubides avaient finalement adoptée en Égypte 144. Cette pliure se fit en quatre dans le sens de la largeur, comme le révèlent les sillons encore tracés 145. Puis le courrier ne fut pas cacheté, selon la coutume des grands et même parfois de simples marchands qui s’inquiétaient de l’abandonner ouvert entre les mains du messager 146, comme le prouve l’absence de trace d’empreinte d’argile ou de cire sur le papier. Pourtant le sceau devait honorer l’émir de l’armée 147, sans toutefois tenir lieu de signature et authentifier le courrier. Aussi pour contenir le pli, on doit présumer qu’il fut enveloppé d’un morceau de papier désigné sous un terme tantôt prononcé saḥā’a et tantôt siḥā’a ou siḥāya, dont la partie supérieure était ensuite collée, comme l’étaient souvent les billets échangés entre amis (al‑riqāʿ al‑ṣaġīra al‑mutaraddida bayna al‑iḫwān148. Mais un simple cordon pouvait également en dérober le contenu pour en préserver le secret en ne laissant voir que l’adresse externe. Enfin, le pli fut peut-être glissé dans un sac, comme l’étaient parfois les lettres des puissants 149 : les noms de la rue et du destinataire qui auraient alors échappé à la vue du messager étaient, en effet, superflus : non seulement Falāḥ b. Māǧid devait les connaître pour s’y être souvent rendu, mais ils avaient dû lui être oralement donnés lors de la remise du pli.

Après le calme, la tempête

  • 150 Bar Hebraeus, Chronography, p. 416 ; Baybars, Tuḥfa, p. 39 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 32 ; Ib (...)
  • 151 Interprétation frappante de Bar Hebraeus, Chronography, p. 416.
  • 152 Baybars, Zubda, p. 24 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 32 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; Ibn Kaṯīr (...)
  • 153 Bar Hebraeus, Chronography, p. 416 ; Muḫtaṣar, p. 260.
  • 154 Ibn Kaṯīr, Bidāya XIII, p. 196 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 165, 166.
  • 155 Comme le souligne Ibn Kaṯīr, Bidāya XIII, p. 196 ; passage recopié par al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 166.

31Malgré son apparente banalité, la lettre révèle les liens unissant l’ancienne sultane au futur sultan. Mais le ciel devait s’assombrir et l’orage gronder entre ces deux figures après l’assassinat d’al‑Muʿizz Aybak : Sayf al‑Dīn Quṭuz devint soudain un autre homme et s’affranchit du joug de Šaǧar al‑Durr. Nombre de sources 150 le désignent nommément dans la poignée de mamelouks du sultan immolé qui étranglèrent la sultane dans la Tour rouge où elle avait trouvé refuge. Selon l’interprétation de Bar Hebraeus apparemment inspirée des propos d’un proche du pouvoir, sinon d’une rumeur passée d’Afrique en Asie et parvenue à ses oreilles, il ne lui aurait pas ôté la vie pour venger son maître : il craignait plutôt de périr frappé par un assassin à sa solde ; sinon, il n’aurait jamais abrégé ses jours pour l’éclat de sa beauté et de ses actions qui soulevaient l’admiration 151. En clair, le meurtre de la sultane était un gage de survie du meurtrier. Puis trois versions divergentes coururent dans la ville sur le destin de sa dépouille : pour certains 152, elle fut précipitée de la tour par-dessus les remparts, pour d’autres 153 jetée dans le fossé et livrée en pâture aux chiens ; enfin, pour les derniers 154, elle fut recueillie nue dans une décharge, ne méritant plus son titre de « voile défendu et rideau élevé » dont on l’avait honorée 155. En somme, la lettre aurait été adressée par la victime à son futur meurtrier. Mais en ces temps de violence, l’assassin sera bientôt assassiné : trois ans après avoir tué la sultane, sa tête fut tranchée par Baybars pour s’emparer du trône.

  • 156 Il fut, en effet, recueilli par un contemporain, al‑Makīn, « La chronique des Ayyoubides », p. 165  (...)

32Toutefois, la version du meurtre de Šaǧar al‑Durr par Sayf al‑Dīn Quṭuz n’est pas la seule recueillie par ses historiens, sa mort demeurant toujours un mystère : un second bruit, qui se répandit peut-être avant le premier 156, charge la veuve d’al‑Muʿizz Aybak, mère de son fils Nūr al‑Dīn, du crime obscur qu’on ne pouvait couvrir. Pour laver dans le sang la fin sanglante du sultan, la meurtrière fut tirée de sa prison, traînée au palais et livrée aux esclaves du harem en furie. La pluie de coups de sabots qui lui furent assénés fut si rude qu’elle expira le lendemain.

De la demeure de Sayf al‑Dīn Quṭuz au musée du Louvre

  • 157 Selon un passage du Kitāb al‑qalam wa-l‑dawāt d’al‑Madā’inī reproduit par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p (...)
  • 158 Comme le révèle la documentation rassemblée par Sadan, « Genizah and Genizah-like Practices », spéc (...)

33La lettre dut brièvement dormir au domicile de l’émir de l’armée, rue Quṭlubuġā le boiteux. Puis, devenue inutile, peut-être même avant le meurtre de Šaǧar al‑Durr, elle prit le chemin d’une décharge voisine où la ville avait coutume de conduire les vieux papiers. Pour s’en débarrasser, on les confiait à la terre, la piété interdisant de les livrer au feu ou de les déchirer, par crainte de profaner le nom divin qu’ils portaient 157 : comme pour les manuscrits sacrés, la destruction des écrits officiels et privés fut longtemps tenue pour sacrilège en raison des formules sacrées qu’ils renfermaient, notamment les noms de Dieu, des anges et des Prophètes 158. Au cours de ce séjour séculaire dans un sol relativement aride (l’humidité eût décomposé le papier), l’encre du recto a déteint par endroits sur la partie de la feuille repliée par-dessus sous l’action des eaux qui avaient dû lentement l’imprégner. Les empreintes les plus claires figurent dans l’espace libre (ṭurra) en tête de page où les premiers mots (uʿrifukum et wa-ʿāfiya) des septième et huitième lignes qui courent sous la seconde pliure sont toujours imprimés à l’envers de gauche à droite. Un regard hâtif pourrait les prendre pour des traces de l’adresse inscrite au dos qui ont traversé le papier spongieux. Mais leur reflet dans un miroir dissipe le mirage : une fois l’orientation des lettres rétablie, l’écriture spéculaire se lit sans peine.

34Ce fut dans cette ancienne décharge de la capitale que la lettre ensevelie revint au jour dans une masse de vieux papiers à une date inconnue. À quelque temps de là, elle dut rejoindre la boutique d’un antiquaire où, guidée par son flair, Denise Rémondon l’acquit : en gagnant sa collection, qui renferme quelques autres documents palpitants, elle fut sauvée de l’oubli et même de la destruction où la négligence conduit souvent. Enfin, après la disparition de la papyrologue, elle prit en 1981 la voie du Louvre : ainsi d’ineffables trésors sont souvent déterrées de vieilles poubelles urbaines.

Texte

Recto Verso
١) بـــرة لله وحده ٢٢) تعطـوا من­ الفضة حـق
٢) الف لا{ا}مير جـيش الله تعالی من حضرت ٢٣) الـصراويل وتخلوا لكم منها
٣) السـت الجليلة المحــترمية ام ٢٤) نفقـة الی ما نسير لكم نفقة
٤) غــرس الدين خليل ادام الله تعالی ٢٥) وكنا نسـير لكم قمح الا خليـل
٥) سـعادتها وجمع الشمل برا ٢٦) قـال ما انتم طـلبتوا من البيت
٦) برايتها قريب غير بعيد والذي ٢٧) ثلثان اردب قمح لاجل هذا
٧) اعرفكم ان نحــن كلنا طيب في خير ٢٨) مـا سـيرنا القمح وتسـير لنا
٨) وعـافية وخليل طيب يسلم عليكم ٢٩) صحبت حامل هذه الكتاب
٩) وعلي وولده وبيته وقد قبضنا ٣٠) العباة متاع محمد العتيقة
١٠) {قبضنا} الفول والشـعير ٣١) من حديد لاجل عــز الدين
١١) وما بقا الا القمح وقد اخذنا ٣٢) ومفاتـيح الـطبقة والخزانة
١٢) الـوز اربعة عشـر طير وز وقد ٣٣) اربعة مـفاتيح اذا جاكم
١٣) سـيـرنا لكم صحبت حامل هذه ٣٤) خالد تسـير معه الحـبك
١٤) الكتاب فلاح ابن ماجد ٣٥) الحـديد بـعد السـالم عليكم
١٥) ستين درهم في خـرقة ٣٦) وعلی كاظم وعلی حـدق
١٦) مختومة قسـطوا منها حق ٣٧) وعلی محمد و[كتبت] الكتاب
١٧) الصراويل وتخـلـوا لكم منها
١٨) عشـرين درهم نــفقة الی ما يصل درب قــطلوبغـا الاعرج
١٩) نسير لكم نـفقة فما نعـرف يسلم لبيت سـيف الدين قـطــز
٢٠) متـا نجي حتی يفرغ
Marge droite
٢١) شـغـلنا فما يـعوقنـا الا جباية القضيم والا الـغلة فرغ شـغلها

Commentaire

35L. 9 Les deux points diacritiques du yā’ de bayt écartent la lecture bint qui peut sembler plus logique.

36L. 17 Al‑ṣarāwīl est écrit avec un ṣād et non un sīn, comme à la ligne 23. Cette orthographe reflète la prononciation alors répandue en Égypte parmi les mamelouks et la population d’origine turque, qui soulignaient avec emphase les consonnes légères.

37L. 34 En descendant trop bas, la queue du mīm final de ǧā’akum de la ligne précédente a rendu malaisée la lecture du dernier mot ḥubuk, d’autant plus qu’aucun kāf final n’apparaît en cours de pli. Toutefois, elle est confirmée par le vieux manteau en fer précédemment cité (l. 30-31).

38L. 35 Al‑sālam pour al‑salām.

Traduction

Recto

1. L’obéissance, pour Dieu, uniquement !

2. Alif. À l’émir de l’armée de Dieu très haut. De la part de l’honorable

3. dame illustre et respectable, Umm

4. Ġars al‑Dīn Ḫalīl — que Dieu très haut perpétue

5. sa félicité et favorise le rassemblement sur terre

6. par son drapeau (dans un avenir) proche et non lointain !

7. Ce que je vous apprends est que nous sommes tous en bonne santé dans le bien-être

8. et la paix. Ḫalīl se porte bien et vous salue,

9. ainsi que ʿAlī, son fils et sa famille. Nous avons reçu

10. {nous avons reçu} des fèves et de l’orge.

11. Ne reste que le blé. Nous avons pris

12. les oies : quatorze pièces de volaille.

13. Nous vous avons envoyé avec le porteur de cette

14. lettre, Falāḥ b. Māǧid,

15. soixante dirhams dans un chiffon

16. scellé. Prélevez-en le prix

17. du pantalon et laissez-en pour vous

18. vingt dirhams comme allocation, jusqu’à ce que

19. nous vous envoyions l’argent de l’allocation, car nous ne savons pas

20. quand nous viendrons jusqu’à l’achèvement de

Marge droite

21. nos travaux. Ne nous retarde que la perception de l’orge fourragère. Seulement pour la moisson, les travaux sont finis.

Verso

22. Prenez de l’argent le prix

23. du pantalon et gardez le reste

24. pour votre allocation, jusqu’à ce que nous envoyions l’argent de l’allocation.

25. Nous allions vous envoyer du blé, mais Ḫalīl

26. a dit : « Vous n’avez pas demandé de la maison

27. deux tiers d’ardabb de blé. » À cause de cela,

28. nous ne vous avons pas envoyé le blé. Envoyez-nous

29. avec le porteur de cette lettre

30. le manteau appartenant à Muḥammad, le vieux

31. qui est en fer, pour ʿIzz al‑Dīn,

32. les clefs de l’appartement et du magasin :

33. quatre clefs. Si Ḫālid vient chez vous,

34. envoie avec lui la cotte de mailles

35. en fer. Après les saluts qui vous sont adressés, ainsi que

36. sur Kāẓim, Ḥadaq

37. et Muḥammad. La [lettre] a été écrite.

À faire parvenir à la rue de Quṭlūbuġā le boiteux.

À délivrer à la maison de Sayf al‑Dīn Quṭuz.

Commentaire

  • 159 Ibn Manẓūr, Lisān IV, p. 52.

39L. 1 Dans la formule placée en tête de lettre, barra, synonyme de birr, ne peut signifier piété et bonté, mais vérité et obéissance (al‑ṣidq wa-l‑ṭāʿa159.

  • 160 Ayalon, « Studies III », p. 58-59, a rassemblé les différentes variantes du titre. Celui de amīr al (...)
  • 161 Le mot atābak ne signifie pas seulement ab, mais également amīr, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 6.
  • 162 Comme le déclare al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 5.
  • 163 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ III, p. 360 ; X, p. 95 ; Wiet, Matériaux, p. 135 n. 2, 146-149, 173.
  • 164 Wiet, Matériaux, p. 134 n. 2, 143, 153, 157 n. 3, 162, 237.
  • 165 Wiet, Matériaux, p. 171, nº 586, p. 172 nº 587, 175.
  • 166 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ III, p. 359. 
  • 167 Ibn Qutayba, Adab, p. 462 ; repris par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ V, p. 498.
  • 168 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ V, p. 498-500 ; VI, p. 534-535 ; VII, p. 19, 20, 94, 95.
  • 169 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 217, 218, 226.
  • 170 Ibn Nāẓir al‑Ǧayš, Taṯqīf, p. 27, 28, 29, 31, 32, 33, 36 ; al‑ʿUmarī, Taʿrīf, p. 49, 76, 79, 93 ; a (...)
  • 171 Comme le prouvent trois lettres du marchand arabe Tawrīzī écrites en 820/1417 et conservées dans le (...)

40L. 2 Le scribe a d’abord oublié la préposition li. Puis immédiatement après (les erreurs qui lui ont échappé révèlent qu’il avait omis de se relire), ayant constaté l’oubli, il s’empressa d’y remédier. Mais au lieu de transformer le alif initial d’amīr en lām alif par une discrète surcharge ou en glissant un lām devant lui, il l’ajouta, faute de place, sur le fā’ final du mot précédent sans le raturer ou l’effacer : aussi est-il devenu superflu. Bien que le scribe soit apparemment d’origine turque, il ne donne pas au commandant en chef des armées le titre courant d’atābak al‑ʿaskar/al‑ʿasākir ou al‑ǧuyūš 160, mais celui d’amīr ǧayš Allāh 161 qui l’englobait 162. Hérité de l’Empire ayyoubide qui l’avait emprunté à l’Empire fatimide, où le complément du nom était toutefois toujours au pluriel, il fut attribué pour la première fois à Badr al‑Ǧamālī 163, puis à différents vizirs, notamment son fils al‑Afḍal Šāhanšah 164, al‑Ma’mūn al‑Baṭā’iḥī 165 et Yānis 166. Le terme honorifique ḥaḍra eut longtemps trois vocalisations (ṯalāṯ luġāt), dont la plus courante finit par condamner à l’oubli les deux autres, ḥuḍra et ḥiḍr 167. Primitivement réservé aux califes et aux sultans, il finit par désigner divers puissants de la Terre : vizirs 168, vice-sultans (nā’ib al‑salṭana169 et chefs des communautés de tributaires (zuʿamā’ ahl al‑ḏimma), tels patriarches et même rois des infidèles (mulūk al‑kufr/al‑kuffār170. L’orthographe du mot avec un tā’ mabsūṭa au lieu d’un tā’ marbūṭa était courante sous les Mamelouks 171.

  • 172 Ḥusnī, Īḍāḥāt, p. 146-147.
  • 173 Al‑Bāšā, Alqāb, p. 461.
  • 174 RCEA XII, p. 215-216, nº 4725 ; XIV, p. 261, nº 5581, p. 264, nº 5585 ; XV, p. 2, nº 5602, p. 2-3, (...)
  • 175 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 26.

41L. 3 Le yā’ al‑nasab d’al‑muḥtaramiyya est le fruit d’une contamination de l’arabe par le turc 172. Bien que cette forme bâtarde fût répandue dans la titulature de maints grands émirs de l’époque mamelouke 173, comme en témoigne une foule d’inscriptions 174, elle fut écartée par certains lettrés, notamment al‑Qalqašandī : dans le répertoire des laqab-s islamiques employés par les secrétaires de son temps, il ne cite que muḥtaram 175 sans même évoquer muḥtaramī, ne fût-ce que pour le condamner, alors qu’il ne pouvait en ignorer l’usage répandu en son temps.

42L. 4 Le laqab de Ġars al‑Dīn n’est jamais inséré entre Umm et Ḫalīl dans la titulature de Šaǧar al‑Durr reproduite par l’inscription de la coupole de son mausolée, ses rares monnaies ou les sources narratives.

  • 176 Al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 198 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; repris par Abū al‑Maḥāsin, (...)
  • 177 ABPP, p. 300-305, nº 69 (recto) l. 6 et 18, (verso) l. 13 ; APBW, p. 99, nº 16 l. 4, p. 215, nº 46 (...)
  • 178 Voir les exemples recueillis dans ABPP, p. 306.
  • 179 Ibn al‑Aṯir, Rasā’il, p. 169.
  • 180 Dans une lettre d’al‑Qāḍī al‑Fāḍil reproduite par al‑Nuwayrī, Nihāya VIII, p. 8.
  • 181 AGBW, p. 267, nº 45 (recto) l. 11.
  • 182 ABB, p. 301-302, nº 84 l. 2-3.
  • 183 APBW, p. 215-216, nº 46 l. 5.

43L. 5-6 Le terme saʿāda ne saurait être tenu pour le titre tardif d’altesse ou de majesté. Il désigne simplement la félicité : maints biographes de Šaǧar al‑Durr l’utilisent, en effet, en déclarant que nulle femme ne jouit du bonheur autant que la sultane 176. L’expression ǧamaʿa al‑šaml bika qarīb ou ʿan qarīb apparaît dans plusieurs lettres, les unes conservées dans les collections de papyrus 177, les autres tirées de la Genizah du Caire 178. On rencontre également yaǧmaʿ šaml al‑mawadda baynahu wa-baynī179, an yaǧmaʿa šamlahum 180, yaǧmaʿ šaml al‑mawlā bihim 181 et ǧamaʿa Allāh bihi al‑šaml qarīb ġayr baʿīd bi-Muḥammad wa-ālihi 182. On peut envisager la lecture bi-rāyatihā grâce à la formule yaǧmaʿ al‑šaml bi-ḫidmatihi 183.

  • 184 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 98, 100, 201 ; al‑Yūnīnī, Ḏayl I, p. 61 ; al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), (...)
  • 185 Rabie, The Financial System, p. 65, 66.

44L. 8 Ḫalīl ne peut être le fils que donna Šaǧar al‑Durr au sultan ayyoubide al‑Malik al‑Ṣāliḥ à Karak : la mort l’emporta enfant au Caire du vivant de son père à une date inconnue des sources narratives 184. Il devait être l’intendant du domaine chargé de la perception de l’iqṭāʿ alors désigné sous le terme de wakīl que remplaça tardivement ustādār 185.

  • 186 Ces propos recueillis par al‑Aṣmaʿī (m. en 211/828) sont fidèlement reproduits par Ibn Ǧinnī, Ḫaṣā’ (...)
  • 187 Ainsi Ullmann, Wörterbuch, p. 41a, déclare qu’il change parfois de genre. Sa méprise a dévoyé Hopki (...)

45L. 13 Le mot kitāb est en arabe masculin. Aussi le bédouin niais du Yémen qui l’avait mis au féminin fut-il raillé par le fondateur de l’école grammaticale de Baṣra, le lecteur du Coran Abū ʿAmr b. al‑ʿAlā’ que certains font mourir en 154/770 et d’autres cinq ans plus tard. Il l’avait, en effet, entendu déclarer à propos d’un sot (laġūb) : « Ma lettre lui est parvenue et il l’a méprisée » (ǧā’athu kitābī fa-ḥtaqarahā) ; autrement dit, il l’avait ignorée sans daigner lui répondre. Comme le grammairien s’étonnait de l’accord du verbe, qui aurait dû prendre le genre du mot qui le suivait immédiatement, il justifia l’interversion des genres par un raisonnement absurde exprimé par une interrogative négative (istifhām istinkārī) : « N’est-elle feuille ? » (a-laysa bi-ṣaḥīfa186 En clair, il avait féminisé par analogie de forme un mot masculin, comme si les choses de même espèce devaient appartenir à la même classe grammaticale. Pour autant, le nom n’est jamais devenu à double genre, comme on l’a avancé 187. Dans la lettre présente, l’usage au féminin de kitāb, attesté également plus loin à deux reprises par le démonstratif pronominal hāḏihī (l. 29) et le verbe kutibat (l. 37), évoque le turc, où la notion de genre est inconnue.

  • 188 Hopkins, Studies, p. 11 § 9c, p. 110 § 87 e.
  • 189 Ashtor, Histoire des prix et des salaires, p. 150.

46L. 17 Bien que ṣarāwīl soit au pluriel, il devait désigner un singulier ; en clair, un seul pantalon. Si Quṭuz en avait acquis ou projeté d’acquérir davantage, le rédacteur aurait utilisé l’un des deux pluriels répandus dans le parler du pays : ṣarāwīlāt ou ṣarwīlāt, mais peut-être pas le duel ṣarāwīlayn pourtant attesté, s’ils n’étaient que deux 188 : ce nombre tendait à disparaître de l’arabe moyen, comme en témoignent maints papyrus. Le prix de vingt dirhams ne semble pas excessif : une culotte pouvait, en effet, coûter en Égypte sous les Fatimides et les Ayyoubides un dinar et quart 189.

  • 190 Šaʿīr al‑dābba, Ibn Manẓūr, Lisān XII, p. 487.
  • 191 Al‑Maḫzūmī, Minhāǧ, p. 68, 71 ; passage traduit par Cahen, « L’administration financière », p. 165.
  • 192 Ayalon, « The System of Payment », p. 261-270.
  • 193 Comme l’attestent les deux passages relevés dans les papyrus par Hopkins, Studies, p. 259 § 324.

47L. 20-21 La phrase relative à l’orge fourragère fut certainement tracée après le passage au verso. En cours de dictée, Umm Ḫalīl avait dû requérir du scribe un retour au recto pour l’ajouter dans le blanc resté au bas de la feuille. Toutefois, le point de départ du complément demeure incertain : il pourrait commencer par fa-naʿrifu matā aussi bien que par ḥattā yafraġa ; mais la place manquant, le secrétaire fut contraint de glisser la suite verticalement dans la marge droite de haut en bas. Cependant, comme il partit trop bas, de la huitième ligne au lieu de la cinquième ou de la sixième, le dernier mot šaġluhā fut inséré sous l’ajout. Le terme qaḍīm désigne seulement l’orge fourragère 190 que les militaires recevaient au printemps dans leur solde sous les Fatimides 191 et les mamelouks dans les rations de ʿalīq distribuées deux fois par semaine, le lundi et le jeudi 192. La particule illā qui précède ġalla est ambiguë. Néanmoins, elle semble signifier seulement 193. On peut l’interpréter de la manière suivante : seule la moisson de l’orge est finie, mais son conditionnement est en cours. Comme dans le dialecte égyptien, le terme ġalla doit désigner la moisson plutôt que les céréales.

  • 194 Ashtor, « Makāyil », EI2 VI, p. 117.
  • 195 Hinz, Islamische Masse, p. 39-40.

48L. 27 L’ardabb valant en Égypte sous les mamelouks 68,80 kg 194 ou 69,6 kg 195, les deux tiers revenant au commandant des armées devaient peser autour de 46 kg.

  • 196 Dozy, Supplément II, p. 567.
  • 197 Le terme apparaît dans Alf layla wa-layla : fī bitāʿ al‑nās, 764e nuit, IX, p. 242. Dozy, Supplémen (...)

49L. 30 Matāʿ ne signifie pas marchandise, mais propriété, comme dans le parler de maints pays arabes 196. De nos jours, ce sens est tombé dans un profond oubli en Égypte, mais survit dans un terme altéré : batāʿ/bitāʿ où le bā’ a remplacé le mīm 197. Les deux mots qui ont dû toutefois longtemps coexister furent certainement employés l’un pour l’autre. Puis le premier a disparu, évincé par le second qui a traversé le temps. Le terme ʿibā’a désigne un manteau non en textile, mais en fer, soit une longue cotte de mailles apparemment épaisse. L’épithète ʿatīqa se rapporte à ʿibā’a qu’elle aurait dû suivre en compagnie du mot ḥadīd. Placée derrière le nom du propriétaire, elle devient singulièrement ambiguë et semble un surnom de Muḥammad.

50L. 34 Le mot ḥubuk, pluriel de ḥabīka doit désigner une cotte de mailles plutôt que les ciselures d’un casque, sens qu’il revêt parfois. Bien que répandu, du moins dans la langue du quotidien, il fut délaissé par les sources narratives qui donnent aux armures d’autres termes, tels libās al‑ḥadīd, zardiyya et kazāġand 198.

51L. 37 Bien que le verbe kutiba soit effacé, il devait prendre le genre du sujet que le scribe a mis précédemment deux fois au féminin.

P. Louvre collection D. Rémondon 39 (recto) et (verso).

P. Louvre collection D. Rémondon 39 (recto) et (verso).
Haut de page

Bibliographie

Instruments de travail

Dozy, R., Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, 1887.

EI2 = Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., 12 vol., Brill, Leyde, 1960-2007.

Ibn Manẓūr, Lisān al‑ʿarab, 15 vol., Beyrouth, 1374/1955-1375/1956.

Ullmann, M., Wörterbuch der klassischen arabischen Sprache…, 2 vol., Wiesbaden, 1957-2009.

Épigraphie

RCEA = Répertoire chronologique d’épigraphie arabe, Combe Ét., Sauvaget J. et Wiet G. (éd.), Ifao, Le Caire.

Papyrologie et diplomatique

ABB = Diem W., Arabische Briefe des 7. bis 13. Jahrhunderts aus den Staatlichen Museen Berlin, Wiesbaden, 1997.

ABPP = Diem W., Arabische Briefe auf Papyrus und Papier aus der Heidelberger Papyrus-Sammlung, Wiesbaden, 1991.

AGBW = Diem W., Arabische Geschätfsbriefe des 10. bis 14. Jahrhunderts aus der Österreichischen Nationalbibliothek in Wien, Wiesbaden, 1995.

APBW = Diem W., Arabische Privatbriefe des 9. bis 15. Jahrhunderts aus der Österreichischen Nationalbibliothek in Wien, Wiesbaden, 1996.

Bauden, F., « “Lam baqā yuʿāriḍkum. Analyse linguistique de trois lettres rédigées par un marchand du Caire en 819/1416-820/1417 », in Autour de la langue arabe. Études présentées à Jacques Grand’Henry à l’occasion de son 70e anniversaire éditées par J. Den Heijer, P. La Spisa et L. Tuerlinckx, Louvain, 2010, p. 1-38.

Daaïf, L., « Un document juridique mamelouk. Se porter garant de la comparution d’un tiers », AnIsl 47, 2013, p. 425-444.

Heidemann, St., Müller, Ch. & Rāġib, Y., « Un décret d’al‑Malik al‑ʿĀdil en 571/1176 relatif aux moines du Mont Sinaï », AnIsl 31, 1997, p. 81-107.

Rāġib, Y., « Une lettre familiale rédigée en 102/721 », AnIsl 45, 2011, p. 273-284.

Sources narratives

Abū al‑Fidā’, Kitāb al‑muḫtaṣar fī aḫbār al‑bašar, 4 t. en 2 vol., Le Caire, s.d.

Abū al‑Maḥāsin b. Taġrī Birdī, al‑Manhal al‑ṣāfī wa-l‑mustawfī baʿda al‑wāfī, I, A.Y. Naǧātī (éd.), Le Caire, 1375/1956 ; II, M.M. Amīn & S.ʿA. ʿĀšūr (éd.), Le Caire, 1984 ; VI, M.M. Amīn (éd.), Le Caire, 1410/1990.

Abū al‑Maḥāsin b. Taġrī Birdī, al‑Nuǧūm al‑zāhira fī mulūk Miṣr wa-l‑Qāhira, I-XII, Le Caire, 1348/1929-1375/1956.

Alf layla wa-layla, M. Habicht (éd.), poursuivie par H.L. Fleischer, Tausend und eine Nacht, nach einer Handschrift aus Tunis, 12 vol., Breslau, 1824-1843.

ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād al‑bayān, Ḥ.Ṣ. al‑Ḍāmin (éd.), Damas, 1424/2003.

al‑ʿAskarī, Kitāb al‑ṣināʿatayn : al‑kitāba wa-l‑šiʿr, Istanbul, 1320/1902-1903.

al‑ʿAynī, ʿIqd al‑ǧumān fī ta’rīḫ ahl al‑zamān : ʿaṣr salāṭīn al‑mamālīk ḥawādiṯ wa-tarāǧim, I, M.M. Amīn (éd.), Le Caire, 1407/1987.

Bar Hebraeus (Ibn al‑ʿIbrī), The Chronography of Gregory Abû'l‑Faraj the Son of Aaron, the Hebrew Physician Commonly Known as Bar Hebraeus…, E.A. Wallis Budge (trad.), Oxford, 1932.

Bar Hebraeus (Ibn al‑ʿIbrī), Ta'rīḫ muḫtaṣar al‑duwal, Beyrouth, 1958.

Baybars al‑Manṣūrī, Kitāb al‑tuḥfa al‑mulūkiyya fī al‑dawla al‑turkiyya,ʿA.Ṣ. Ḥamdān (éd.), Le Caire, 1407/1987.

Baybars al‑Manṣūrī, Zubdat al‑fikra fī ta’rīḫ al‑hiǧra, D.S. Richards (éd.), Beyrouth, 1998.

al‑Ḏahabī, Siyar aʿlām al‑nubalā’, XXIII, B.ʿA. Maʿrūf & M.H. al‑Sarḥān (éd.), Beyrouth, 1406/1986.

al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām wa-wafayāt al‑mašāhīr wa-l‑aʿlām, ʿU.ʿA. Tadmurī (éd.), Beyrouth, 1407/1987-1417/1997, 43 vol.

Ibn ʿAbd al‑Ẓāhir, al‑Rawḍa al‑bahiyya al‑zāhira fī ḫiṭaṭ al‑Muʿizziyya al‑Qāhira, A.F. Sayyid (éd.), Le Caire, 1417/1996.

Ibn al‑Aṯīr, Ḍiyā’ al‑Dīn, Rasā’il, A. al‑Maqdisī (éd.), Beyrouth, 1959.

Ibn al‑Dawādārī, Kanz al‑durar wa-ǧāmiʿ al‑ġurar, VIII, al‑Durra al‑zakiyya fī aḫbār al‑dawla al‑turkiyya, U. Haarmann (éd.), Die Chronik des Ibn al‑Dawādārī, Le Caire-Fribourg, 1971.

Ibn Ǧinnī, al‑Ḫaṣā’iṣ, M.ʿA. al‑Naǧǧār (éd.), Le Caire, 1952-1956, 3 vol.

Ibn Iyās, Badā’iʿ al‑zuhūr fī waqā’iʿ al‑duhūr, M. Mostafa (éd.), Die Chronik des Ibn Iyās, 5 parties en 6 vol., Wiesbaden-Le Caire, 1379/1960-1395/1975.

Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa-l‑nihāya fī al‑ta’rīḫ, 14 vol., Le Caire, 1351/1932-1358/1939.

Ibn Mammātī, Kitāb qawānīn al‑dawānīn, A.S. Atiya (éd.), Le Caire, 1943.

Ibn Nāẓir al‑Ǧayš, Kitāb taṯqīf al‑taʿrīf bi-l‑muṣṭalaḥ al‑šarīf, R. Veselỷ (éd.), TAEI 27, Ifao, Le Caire, 1987.

Ibn Qutayba, Adab al‑kātib, M.M. ʿAbd al‑Ḥamīd (éd.), Le Caire, 1377/1958.

Ibn Saʿīd, al‑Muġrib fī ḥulā al‑Maġrib. Al‑ǧuz’ al‑awwal min al‑qism al‑ḫāṣṣ bi-Miṣr, Z.M. Ḥasan, Š. Ḍayf & S. Kāšif (éd.), Le Caire, 1953.

Ibn Šākir al‑Kutubī, Fawāt al‑wafayāt wa-l‑ḏayl ʿalayhā, I. ʿAbbās (éd.), 4 vol., Beyrouth, 1973-1974.

Ibn Šīṯ, Kitāb maʿālim al‑kitāba wa-maġānim al‑iṣāba, M.Ḥ. Šams al‑Dīn (éd.), Beyrouth, 1408/1988.

Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al‑kurūb fī aḫbār Banī Ayyūb, ʿU.ʿA. Tadmurī (éd.), Beyrouth, 1425/2004.

al‑Maḫzūmī, Kitāb al‑minhāǧ fī ʿilm al‑ḫarāǧ, éd. partielle de Cl. Cahen, mise au point par Y. Rāġib, AnIslSuppl. 8, Le Caire, Ifao, 1986.

al‑Makīn b. al‑ʿAmīd, al‑Maǧmūʿ al‑mubārak, éd. partielle Cl. Cahen (an. 600-658), « La “Chronique des Ayyoubides” d’al‑Makīn b. al‑ʿAmīd », BEO 15, 1955-1957, p. 109-184.

al‑Maqrīzī, Kitāb al‑sulūk li‑maʿrifat duwal al‑mulūk, I-II, M.M. Ziyāda (éd.), 2 t. en 6 vol., Le Caire, 1939-1958.

al‑Maqrīzī, al‑Mawāʿiẓ wa-l‑iʿtibār bi-ḏikr al‑ḫiṭaṭ wa-l‑āṯār, 2 vol., Būlāq, 1314/1897; A.F. Sayyid (éd.), 4 t. en 5 vol. + 1 vol. d’index, Londres, 1422/2002-1425/2004.

al‑Marzūqī, Šarḥ Dīwān al‑ḥamāsa, A. Amīn & ʿA. Hārūn (éd.), 4 vol., Le Caire, 1371/1951-1372/1953.

al‑Naḥḥās, Ṣināʿat al‑kuttāb, B.A. Ḍayf (éd.), Beyrouth, 1410/1990.

al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑arab fī funūn al‑adab, I-XVIII, Le Caire, 1342/1923-1374/1955 ; XXIX, M.Ḍ. al‑Rayyis & M.M. Ziyāda (éd.), Le Caire, 1992.

al‑Qalqašandī, Ḍaw’ al‑ṣubḥ al‑musfir wa-ǧany al‑dūḥ al‑muṯmir, Le Caire, 1324/1906.

al‑Qalqašandī, Ṣubḥ al‑aʿšā fī ṣināʿat al‑inšā’, 14 vol., Le Caire, 1331/1913-1338/1919.

al‑Ṣafadī, al‑Wāfī fī al‑wafāyāt, IX, J. Van Ess (éd.), Wiesbaden, 1394/1974 ; XVI, W. al‑Qāḍī (éd.), Wiesbaden, 1402/1982 ; XXIV, M.ʿA. al‑Baḫīt & M. al‑Ḥiyārī (éd.), Beyrouth, 1413/1993.

al‑ʿUmarī, al‑Taʿrīf bi-l‑muṣṭalaḥ al‑šarīf, Beyrouth, 1408/1988.

al‑Yūnīnī, Ḏayl mir’āt al‑zamān, 4 vol., Hyderabad, 1374/1954-1380/1961.

Travaux

Ashtor, E., Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, École pratique des Hautes Études – VIe Section. Centre de recherches historiques. Monnaie. Prix. Conjoncture VIII, Paris, 1969.

Ashtor, E., EI2 VI, 1991, p. 115-119, s.v. « Makāyil ».

Ayalon, D., « Studies on the Structure of the Mamluk Army – I », BSOAS 15, 1953, p. 203-228 ; « – II », p. 448-476 ; « – III », 16/1, 1954, p. 57-90.

Ayalon, D., « The System of Payment in Mamluk Military Society », JESHO 1, 1958, p. 37-65, 257-296.

Balog, P., The Coinage of the Mamlūk Sultans of Egypt and Syria, Numismatic Studies 12, The American Numismatic Society, New York, 1964.

al‑Bāšā, Ḥ., al‑Alqāb al‑islāmiyya fī al‑ta’rīḫ wa-l‑waṯā’iq wa-l‑āṯār, Le Caire, 1957.

Cahen, Cl., « L’administration financière de l’armée fatimide d’après al‑Makhzūmī », JESHO 15, 1972, p. 163-182 ; recueilli dans Makhzūmiyyāt.

Cahen, Cl., « Al‑Makhzūmī et Ibn Mammāṭī (sic) sur l’agriculture égyptienne médiévale », AnIsl 11, 1972, p. 141-151 ; recueilli dans Makhzūmiyyāt.

Cahen, Cl., Makhzūmiyyāt. Études sur l’histoire économique et financière de l’Égypte médiévale, Leyde, 1977.

Canard, M., « Une lettre de Muḥammad ibn Ṭugj al‑Iḫšîd émir d’Égypte à l’Empereur Romain Lécapène », AIEO 2, 1936, p. 189-209 ; réimprimé dans Byzance et les musulmans.

Canard, M., « Deux documents arabes sur Bardas Skléros », in Actes du Ve Congrès d’Études Byzantines, StudBiz 5, 1939, p. 55-69 ; réimprimé dans Byzance et les musulmans.

Canard, M., EI2 II, 1965, p. 238-239, s.v. « Dhirāʿ ».

Canard, M., Byzance et les musulmans du Proche Orient, Variorum Reprints, Londres, 1973.

Hinz, W., Islamische Masse und Gewichte, Leyde, 1970.

Hopkins, S., Studies in the Grammar of Early Arabic Based upon Papyri Datable to Before 300 A.H./912 A.D., London Oriental Series 37, Oxford University Press, New York, 1984.

Humbert, G., « Le manuscrit arabe et ses papiers » in La tradition manuscrite en écriture arabe, REMMM 99-100, 2002, p. 55-77.

Ḥusnī, Y., al‑Īḍāḥāt al‑wafiyya fī qawāʿid al‑luġa al‑ʿuṯmāniyya, Beyrouth, 1885.

Little, D.P., EI2 VIII, 1995, p. 575-576, s.v. « Ḳuṭuz ».

Rabie, H., The Financial System of Egypt A.H. 564-741/A.D. 1169-1341, London Oriental Series 25, Oxford University Press, Londres, New York, Toronto, 1972.

Sadan, J., « Genizah and Genizah-like Practices in Islamic and Jewish Traditions », BiOr 43, 1986, p. 36-58.

Schregle, G., Die Sultanin von Ägypten, Wiesbaden, 1961.

Wiet, G., Matériaux pour un Corpus Inscriptionum Arabicarum. Première partie, Égypte, II — Égypte, MIFAO 52, Ifao, Le Caire, 1930.

Zouache, A., « L’armement entre Orient et Occident au vie/xiie siècle. Casques, masses d’armes et armures », AnIsl 41, 2007, p. 277-322.

Haut de page

Notes

1 L’adjectif ḫāṣṣa parfois appliqué à la correspondance (mukātaba/kutub) ne signifie pas privé, mais particulier : elle fut ainsi qualifiée par opposition à la correspondance générale des services de l’État (al‑mukātaba al‑ʿāmma al‑dīwāniyya), ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 328 ; passage recopié par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 442.

2 Wa-l‑murād al‑mukātabāt al‑dā’ira bayna al‑aṣdiqā’, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 126. Dans un autre endroit, VI, p. 102, il utilise une expression proche : mukātabāt al‑iḫwān.

3 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 95, 96, 102, 121, 126, 127, 136, 138, 140, 286, 343 ; VIII, p. 126, 127, 134, 141, 148, 160, 168, 183, 212 ; XIV, p. 122.

4 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 126.

5 Ibn Nāẓir al‑Ǧayš, Taṯqīf, p. 3, 6, 206 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 311 ; VIII, p. 126 ; IX, p. 5.

6 Al‑Nuwayrī, Nihāya VII, p. 213.

7 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 79, 86 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 299.

8 Voir le chapitre que leur consacre Ibn Nāẓir al‑Ǧayš, Taṯqīf, p. 206-209.

9 Comme le révèle un passage de ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 79, transcrit lettre à lettre par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 299 : al‑kutub al‑iḫwāniyya al‑nāfiḏa fī al‑tahānī wa-l‑taʿāzī. Mais ce dernier répertorie quinze autres catégories (nawʿ) d’« amitiés » sur lesquelles il s’est longuement étendu, IX, p. 5-228, en les évoquant même ailleurs, VI, p. 311.

10 Telles les lettres d’Abū Isḥāq al‑Ṣābi’ recueillies par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 135-140.

11 Elle servait alors à mesurer la largeur de huit des neuf formats de papier employés dans la chancellerie, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 190-192, qui pouvait toutefois être donnée en empans et en doigts : ainsi celle du format complet de Bagdad (qaṭʿ al‑baġdādī al‑kāmil) faisait pour les uns une coudée des étoffes de Fusṭāṭ, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 190, et pour d’autres, trois empans et cinq doigts, X, p. 153.

12 Comme elle valait une coudée de la main et quatre doigts fermés au Caire, un peu plus à Fusṭāṭ d’après et al. III, p. 443, elle fut évaluée à 58,187 cm par Hinz, Islamische Masse, p. 56 ; « Dhirāʿ », p. 238-239. L’exactitude de son estimation est confirmée par la longueur des feuilles du rouleau du décret rendu par al‑Malik al‑ʿĀdil en 571/1176 en faveur des moines du Mont Sinaï, Heidemann, Müller et Rāġib, « Un décret », p. 83. Comme Humbert, « Le manuscrit arabe », p. 72, 75, ignore Hinz, elle affirme que la coudée des étoffes mesurait 48,8 cm au Caire, sans précision de source.

13 La largeur du petit format (al‑qaṭʿ al‑ṣaġīr) ou format de coutume (qaṭʿ al‑ʿāda) faisait également le sixième de la coudée des étoffes, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 191.

14 Hinz, Islamische Masse, p. 61.

15 Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 70 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 314.

16 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 21.

17 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 195 ; Heidemann, Müller et Rāġib, « Un décret », p. 82 n. 37.

18 La marge supérieure s’allongeait dans les lettres de supérieur à inférieur, mais se réduisait pour devenir moyenne dans la correspondance émanée de subalternes (atbāʿ), Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 70 ; passage transcrit par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 314.

19 Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 73.

20 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 314.

21 Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 73.

22 Ainsi le bā’ de ṣuḥbat (l. 29) possède deux points et le yā’ de ḥadīd (l. 35) trois.

23 Le tā’ de ḥaḍrat (l. 2) et le yā’ de tusayyir (l. 34) n’ont qu’un point.

24 Al‑Yūnīnī, Ḏayl I, p. 368, 369 ; al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 353 ; al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, p. 480 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 40, 41 ; Ibn Šākir, Fawāt III, p. 202 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XXIV, p. 252 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 255 ; Abū al‑Maḥāsin, Nuǧūm VII, p. 85 ; Little, « Ḳuṭuz », p. 575.

25 Notamment la phrase al‑ʿibā’a matāʿ Muḥammad al‑ʿatīqa min ḥadīd (l. 30-31) et le second illā de la l. 21 qui rend le passage ambigu.

26 Qabaḍnā de la fin de la l. 9 est repris au début de la suivante.

27 À la ligne 35, le alif de salām a été transposé abusivement avant le lām, au lieu de former un lām alif une lettre plus loin.

28 Graphie soulignée dans le turc ottoman notamment par Ḥusnī, Īḍāḥāt, p. 151.

29 Comme certains Turcs prononçaient lourdement les consonnes légères, le mot atābak s’écrivait parfois avec un ṭā’, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 6 ; al‑Maqrīzī, Sulūk I/III, p. 794 ; Ayalon, « Studies III », p. 58-59.

30 Ainsi al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 217, désigne les formules ouvrant les écrits qui ne devaient apparemment jamais se mettre au singulier pour les distinguer de la première sourate du Coran.

31 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 220.

32 Comme la basmala, selon un passage d’un ouvrage perdu, al‑Qalam wa-l‑dawāt d’al‑Madā’inī, cité par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 224.

33 Dans un document enregistré au tribunal du Fayyoum en 739/1339, le notaire a exclu la basmala du décompte des lignes, Daaïf, « Un document juridique », p. 434-435.

34 Terme formé de l’union du destinataire (mukātab) et de l’expéditeur (mukātib) utilisé par ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 76, 331, 363 ; recopié par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 297 ; VII, p. 20.

35 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 330, fut apparemment le premier à déclarer : al‑ʿunwān ka-l‑ʿalāma. Cette image captiva tellement al‑Qalqašandī qu’il l’inséra dans Ṣubḥ VI, p. 349.

36 Substantif utilisé par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 21.

37 Ibn Qutayba, Adab, p. 15 ; al‑ʿAskarī, Ṣināʿatayn, p. 118 ; al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 172 ; ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 76, 330, 331, 332 ; Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 53, 54, 58, 62, 65, 68, 69 ; al‑Nuwayrī, Nihāya VII, p. 193, 198 ; Ibn Nāẓir al‑Ǧayš, Taṯqīf, p. 206 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ V, p. 428, 437 ; VI, p. 97, 132, 274-275, 280, 281, 282, 286, 290, 293, 294, 300, 302, 304, 306, 313, 314, 319, 328, 330, 347, 349, 350, 353, 365, 366, 393, 394, 395, 431, 560, 564, 568 ; VII, p. 30, 76, 103, 113, 144, 154, 215, 216 ; VIII, p. 13, 20, 21, 129, 131, 132, 143, 144, 145, 147, 152, 162, 185, 195, 199, 201, 206, 207, 209, 210, 217, 248.

38 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 97, 116, 119, 120, 129, 386.

39 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 330, 332.

40 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ IX, p. 236.

41 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 76, 78, 88, 330 ; Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 53, 68, 75 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ V, p. 427, 436 ; VI, p. 97, 121, 281, 300, 301, 302, 324, 346, 349, 350, 351, 464, 468, 477, 495, 530, 560, 564 ; VII, p. 30, 145, 157, 162, 170, 214, 217 ; IX, p. 222.

42 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ IX, p. 236.

43 Al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 172, 173.

44 Ibn Qutayba, Adab, p. 15 ; ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 76, 330, 331, 332 ; Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 54, 62, 69, 75.

45 La lettre est adressée au destinataire, mais ne lui appartient pas (li‑anna al‑kitāb ilayhi lā lahu), déclare al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 113, 114, 163, 164, 172. Ce glissement remonte à l'époque omeyyade, comme en témoigne un entagion envoyé par Qurra b. Šarīk, Hopkins, Studies, p. 128-129, § 128 ; Bauden, « Lam baqā yuʿāriḍkum », p. 12.

46 Expression employée par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 251 ; VIII, p. 133.

47 Ka-l‑wazīr aw al‑amīr aw al‑ḥāǧib, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 133.

48 Baybars, Zubda, p. 25 ; al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, p. 460 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 32, 33 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 144.

49 L’usage les décernait également à diverses classes de rois et de dignitaires, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 293-294, comme à maints fonctionnaires du dīwān, XII, p. 288-289, et autorités religieuses, XII, p. 291.

50 Ibn Nāẓir al‑Ǧayš, Taṯqīf, p. 189 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 147, 148-159.

51 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 335.

52 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 286-287, 526 ; VII, p. 144.

53 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 147-148. 

54 Al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 173 ; passage copié par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 146.

55 Nombre de sources narratives ajoutent un tā’ marbūṭa à Šaǧar, Schregle, Die Sultanin, p. 37-38.

56 Son nom que Siouffi crut jadis lire sur une pièce de cuivre est une illusion récusée par Balog, The Coinage of the Mamlūk Sultans, p. 72, qui attribue la monnaie au sultan ayyoubide al‑Malik al‑ʿĀdil.

57 Déclaration d’al‑Maqrīzī, Mawāʿiẓ, éd. Būlāq II, p. 237 ; éd. Sayyid III, p. 765 ; Sulūk I/II, p. 362, et d’al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 29 ; confirmée par les monnaies rarissimes provenant de coins différents qui portent son nom, Schregle, Die Sultanin, p. 62 ; Balog, The Coinage of the Mamlūk Sultans, p. 71-72.

58 RCEA XI, p. 212, no 4321 ; Schregle, Die Sultanin, p. 62.

59 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 100, 132-133 ; al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 199 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; al‑Maqrīzī, Mawāʿiẓ, éd. Būlāq II, p. 237 ; éd. Sayyid III, p. 765 ; Sulūk I/II, p. 362 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 29 ; Abū al‑Maḥāsin, Nuǧūm VI, p. 374 ; Schregle, Die Sultanin, p. 43, 60, 64.

60 Wālidat al‑Malik Ḫalīl, al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 362 ; al‑Bāšā, Alqāb, p. 539.

61 Al‑Ḏahabī, Tarī (an. 651-660), p. 200 ; Siyar XXIII, p. 200 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 362 ; Abū al‑Maḥāsin, Nuǧūm VI, p. 374 ; Manhal VI, p. 220 ; Schregle, Die Sultanin, p. 62.

62 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 88 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 302, 333.

63 Comme le spécifie al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 281 : iḫtaṣṣat bi-l‑mulūk dūna ġayrihim.

64 Comme le déclare al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 301 : wa-iḏ kānat hāḏihi al‑nūn mimmā yaḫtaṣṣu bi-ḏawī al‑taʿẓīm dūna ġayrihim. De même Ibn Qutayba, Adab, p. 15, l’appelle kalām al‑mulūk wa-l‑ʿuẓamā’.

65 Ainsi Muḥammad b. Ṭuġǧ al‑Iḫšīd emploie le nūn al‑ǧamʿ dans sa lettre à Romain Lécapène, fidèlement reproduite par Ibn Saʿīd, Muġrib, p. 167-172 ; puis recopiée par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 10-18 ; et finalement traduite par Canard, « Une lettre de Muḥammad ibn Ṭugj al‑Iḫšîd », p. 195-206.

66 Comme l’attestent les nombreux diplômes d’investiture recueillis par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ, dans les volumes XI et XII.

67 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 88.

68 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 302.

69 Expression couramment employée par Ibn Qutayba, Adab, p. 15 ; al‑ʿAskarī, Ṣināʿatayn, p. 118 ; Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 63 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 281, 301, 302, 423, 424, 425, 430, 536-558 ; VII, p. 29, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 103, 104, 105, 106, 116-117 ; X, p. 184-187 ; XIII, p. 2-11.

70 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 140 ; al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, p. 363-364 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 13 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 362 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 34 ; Abū al‑Maḥāsin, Manhal VI, p. 220 ; Schregle, Die Sultanin, p. 59-60, 66, 141, 142.

71 Al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 200 ; Siyar XXIII, p. 200 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 362 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 29 ; Abū al‑Maḥāsin, Nuǧūm VI, p. 374 ; Manhal VI, p. 220 ; Schregle, Die Sultanin, p. 61-62.

72 Al‑Bāšā, Alqāb, p. 403.

73 Al‑Bāšā, Alqāb, p. 317-318.

74 RCEA XI, p. 212, no 4321 ; al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 362 ; Schregle, Die Sultanin, p. 62.

75 Al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 200 ; Siyar XXIII, p. 200 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 362 ; Abū al‑Maḥāsin, Nuǧūm VI, p. 374 ; Manhal VI, p. 220 ; Schregle, Die Sultanin, p. 62.

76 Al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 29.

77 Al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 29 ; Schregle, Die Sultanin, p. 62 ; Balog, The Coinage of the Mamlūk Sultans, p. 71.

78 Schregle, Die Sultanin, p. 62 ; Balog, The Coinage of the Mamlūk Sultans, p. 71.

79 Comme en témoigne le paraphe tracé le 22 ǧumādā II 653/29 juillet 1255 que vit al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, p. 458.

80 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 332.

81 Termes utilisés par ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 326, 328, 329 ; al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 163, 172, 173 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 280, 325, 326, 456, 521 ; VIII, p. 128, 129, 132, 144, 146, 147 ; IX, p. 5.

82 Mots souvent employés par Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75, et al‑Qalqašandī, Ṣubḥ V, p. 429 ; VI, p. 290, 307, 352 ; VIII, p. 168. Ils sont parfois mis au pluriel : min al‑aʿālī et min al‑asfal, ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 332 ; al‑adānī ilā al‑aʿālī, Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 74.

83 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 321.

84 Expressions employées par ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 332.

85 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 132 ; al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 198 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; Abū al‑Maḥāsin, Manhal VI, p. 219 ; Nuǧūm VI, p. 332, 374.

86 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 337-338.

87 Terme couramment utilisé au singulier ou au pluriel pour désigner l’introduction des lettres, cf. notamment ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 326, 335 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 160.

88 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 160.

89 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 148.

90 ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 335.

91 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 229.

92 Al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 166.

93 Notamment s’il était déterminé par une annexion, dont la plus courante est ḥamd Allāh, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 422, 446, 537 ; VII, p. 31, 34, 40, 45, 47, 48, 54, 61, 63, 66, 70, 92, 237, 243, 320, 390, 396, 408 ; VIII, p. 88, 100, 104, 109, 309 ; IX, p. 222 ; X, p. 300, 303 ; XI, p. 129, 226, 229, 256, 345, 354, 355, 361, 380, 385, 388, 392, 395, 397, 400, 402, 421.

94 Al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 183 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 231 ; VII, p. 70.

95 Ainsi la monographie de ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 15, ouvre par ammā baʿdu.

96 Comme les lettres adressées à émirs et cadis évoquées par al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 166.

97 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 331-332.

98 Les lettres s’y ouvraient souvent par deux mots au lieu de trois : wa-baʿdu, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 331.

99 Kullanā (l. 7) ; qabaḍnā (l. 9 et 10) ; aḫaḏnā (l. 11) ; sayyarnā (l. 13 et 28) ; nusayyiru (l. 19 et 24) ; naʿrifu (l. 19) ; naǧī’u (l. 20) ; šuġlunā et yaʿūqunā (l. 21) ; kunnā (l. 25) ; lanā (l. 28).

100 Fa-l‑taʿbīr ʿan al‑malik bi-nūn al‑ǧamʿ, déclare al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 103.

101 Fa-anā min kalām al‑iḫwān wa-l‑ašbāh wa-naḥnu min kalām al‑mulūk, al‑ʿAskarī, Ṣināʿatayn, p. 118. En reproduisant la phrase, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 302, a, par mégarde, mis ašbāh devant iḫwān.

102 Les pronoms personnels affixes sont, en effet, à la deuxième personne du pluriel kum dans : uʿrifukum (l. 7) ; ʿalaykum (l. 8 et 35) ; lakum (l. 13, 17, 19, 23, 24 et 26) ; et ǧā’akum (l. 33). De même, tous les verbes : tuḫallū (l. 17 et 23) ; taʿṭū (l. 22) ; ṭalabtū (l. 26).

103 Tusayyir (l. 34).

104 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 389, désigne ainsi le tutoiement dans la correspondance émanée des Omeyyades : ammā al‑kitāb li‑l‑maktūb lahu fa-bi-kāf al‑ḫiṭāb wa-tā’ al‑muḫāṭab.

105 Ibn Saʿīd, Muġrib, p. 167-172 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 10-18 ; Canard, « Une lettre de Muḥammad ibn Ṭugj al‑Iḫšîd », p. 195-206.

106 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ XIV, p. 20-24 ; trad. Canard, « Deux documents arabes », p. 65-68.

107 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 113-115 ; Canard, « Deux documents arabes », p. 68-69.

108 Termes d’al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 81.

109 Comme en témoignent plusieurs passages du Ṣubḥ d’al‑Qalqašandī : fa-ḫāṭabū al‑wāḥid muḫāṭabat al‑ǧamʿ, VI, p. 301 ; anna al‑muḫāṭaba taqaʿu li‑l‑maktūb ilayhi bi-mīm al‑ǧamʿ maʿa al‑infirād, VII, p. 30 ; min al‑taʿbīr ʿan al‑maktūb ilayhi bi-mīm al‑ǧamʿ wa-in kāna wāḥidan, VII, p. 39 ; al‑muḫāṭaba bi-nūn al‑ǧamʿ ʿan al‑maktūb ʿanhu wa-mīm al‑ǧamʿ ʿan al‑maktūb ilayhi, VII, p. 116.

110 Voir notamment les lettres reproduites dans al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 79-115 et XIII, p. 2-11.

111 Fidèlement transcrites par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 536-558 ; VII, p. 40-72, 99-103. La plus étendue atteint la formidable longueur de vingt-deux pages imprimées, VI, p. 536-558.

112 Le lieu de rédaction n’est généralement cité que s’il n’est pas le lieu d’où l’expéditeur écrit d’ordinaire, soit le plus souvent son domicile, ou sa boutique s’il est marchand.

113 Al‑Maḫzūmī, Minhāǧ, p. 8 ; Ibn Mammātī, Qawānīn, p. 259, 260 ; Cahen, « Al‑Makhzūmī et Ibn Mammāṭī », p. 144.

114 Al‑Maḫzūmī, Minhāǧ, p. 2 ; Ibn Mammātī, Qawānīn, p. 258 ; Cahen, « Al‑Makhzūmī et Ibn Mammāṭī », p. 143.

115 Al‑Maḫzūmī, Minhāǧ, p. 8.

116 Ayalon, « The System of Payment », p. 257.

117 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ IV, p. 55 ; Ayalon, « The System of Payment », p. 257-258.

118 Ayalon, « The System of Payment », p. 59-65.

119 Ayalon, « The System of Payment », p. 49 ; Rabie, The Financial System, p. 34. Ces gratifications n’ont apparemment grossi que sous al‑Malik al‑Nāṣir Muḥammad b. Qalāwūn : après la défaite de l’Ilḫān Ġāzān en 699/1299, il versa à chaque mamelouk cinquante dirhams, montant que n’avait jamais reçu aucun militaire, Ayalon, « The System of Payment », p. 49-50.

120 Ayalon, « The System of Payment », p. 261-262.

121 Chronography, p. 416.

122 Al‑Qalqašandī n’utilise le nom qu’au pluriel : ḫawātim, Ṣubḥ VI, p. 232 ; ḫawātim al‑maktūb, VI, p. 233 ; ḫawātim al‑iḫwāniyyāt, VIII, p. 141 ; ḫawātim al‑mukātabāt, VIII, p. 159 ; ḫawātim al‑kutub, VIII, p. 166.

123 Comme le révèle ʿAlī b. Ḫalaf, Mawād, p. 328.

124 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 235. Sur l’absence de date des lettres privées, voir Rāġib, « Une lettre familiale », p. 273-274.

125 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 5, précise, en effet, que le titre al‑Atābakī faisait partie des laqab-s de l’émir des armées (amīr al‑ǧuyūš).

126 Baybars, Zubda, p. 25 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 32, 33 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 144.

127 Al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 405. Sur la fonction de nā’ib al‑salṭana, Ayalon, « Studies III », p. 57-58.

128 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 197, 296 ; al‑Yūnīnī, Ḏayl I, p. 47, 48, 61 ; Abū al‑Fidā’, Muḫtaṣar III, p. 192 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 32 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya XIII, p. 334 ; al‑ʿAynī, ʿIqd, p. 248 ; Schregle, Die Sultanin, p. 87, 88, 142. Mais ayant manifesté son désir de s’emparer du pouvoir, il fut arrêté le 10 rabīʿ II/27 avril, puis jeté par les mamelouks d’Aybak au fond du puits (ǧubb) de la citadelle qui servait de prison, Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 199 ; al‑Yūnīnī, Ḏayl I, p. 48-49, 61 ; Abū al‑Fidā’, Muḫtaṣar III, p. 192 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 32 ; al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 405 ; Abū al‑Maḥāsin, Nuǧūm VII, p. 42 ; Schregle, Die Sultanin, p. 88. Cinq jours plus tard, le mercredi 15 rabīʿ II/2 mai, Fāris al‑Dīn Aqṭāy le remplaça, Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 200-201, 296 ; al‑Yūnīnī, Ḏayl I, p. 49 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 32 ; al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, p. 460 ; Abū al‑Maḥāsin, Nuǧūm VII, p. 43. Mais dans le Manhal II, p. 504, ce dernier se contredit : Fāris n’aurait été nommé atābak que par Quṭuz après son avènement en 657/1259. Sa chronologie est toutefois erronée : le diplôme d’investiture du vizir Tāǧ al‑Dīn ibn Bint al‑Aʿazz fut dressé sur l’ordre de Fāris le 1er ramaḍān 655/21 septembre 1257, comme le révèlent les mots : bi-l‑išāra al‑ʿāliya al‑mawlawiyya al‑atābakiyya al‑fārisiyya, al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, p. 465.

129 Al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, p. 460, a recopié ce récit sans révéler sa source.

130 Al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 199 ; Siyar XXIII, p. 199.

131 Al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 199 ; al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 404. Mais les sources divergent : les unes avancent que ce samedi fut le jour de sa mort, Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 201 ; al‑Yūnīnī, Ḏayl I, p. 62 ; Abū al‑Maḥāsin, Nuǧūm VI, p. 378 ; Schregle, Die Sultanin, p. 88-89 ; alors que d’autres repoussent son dernier soupir au 16 rabīʿ II/3 mai, Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 32 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 165 ; et même au samedi 18 rabīʿ II/5 mai, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 404.

132 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 197-198 ; Abū al‑Fidā’, Muḫtaṣar III, p. 192 ; Baybars, Zubda, p. 24 ; al‑Yūnīnī, Ḏayl I, p 47-48 ; al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 403-404 ; Abū al‑Maḥāsin, Nuǧūm VI, p. 377-378 ; Schregle, Die Sultanin, p. 87-89. Sur ce bâtiment achevé par al‑Malik al‑Kāmil en 604/1207, cf. Ibn ʿAbd al‑Ẓāhir, Rawḍa, p. 131 ; al‑Maqrīzī, Mawāʿiẓ, éd. Būlāq II, p. 204 ; éd. Sayyid III, p. 648, ne semble pas avoir servi de prison : les détenus étaient enfermés dans le puits voisin.

133 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 194 ; al‑Yūnīnī, Ḏayl I, p. 45, 60 ; al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 195 ; al‑Ṣafadī, Wāfī IX, p. 472 ; al‑Maqrīzī, Mawāʿiẓ, éd. Būlāq II, p. 238 ; éd. Sayyid III, p. 768 ; Sulūk I/II, p. 403 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 143 ; Abū al‑Maḥāsin, Manhal I, p. 12 ; Nuǧūm VII, p. 13 ; Schregle, Die Sultanin, p. 85, 142.

134 Baybars, Zubda, p. 24 ; al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, p. 456 (qui tombe un mercredi et non un mardi) ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 143.

135 Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 30 ; Abū al‑Maḥāsin, Nuǧūm VI, p. 375 ; VII, p. 13, 41.

136 Comme l’atteste le document reproduit par al‑ʿUmarī, Taʿrīf, p. 95, et al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 110 ; VIII, p. 217.

137 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 273.

138 Cette présentation de l’adresse dans la correspondance officielle et personnelle était traditionnelle sous les Mamelouks, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 144-148.

139 Comme le révèle un passage d’al‑Maqrīzī, Mawāʿiẓ, éd. Sayyid III, p. 449, omis dans l’édition de Būlāq.

140 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 144.

141 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VII, p. 148-150.

142 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 289.

143 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 350.

144 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 352.

145 Au recto, on distingue la première pliure entre les lignes 3 et 4 et les trois suivantes le long des lignes 9, 12 et 16.

146 Ibn Šīṯ, Maʿālim, p. 70 (li‑anna karam al‑kitāb ḫatmuhu).

147 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 353 : inna fī ḫatm al‑kitāb taʿẓīman li‑l‑maktūb ilayhi.

148 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 357-358. Al‑Naḥḥās, Ṣināʿa, p. 109, réserve un mot à la saḥā’a sans la décrire.

149 Al‑Nuwayrī, Nihāya VIII, p. 107.

150 Bar Hebraeus, Chronography, p. 416 ; Baybars, Tuḥfa, p. 39 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 32 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya XIII, p. 196 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 166. Mais une poignée d’historiens ne nomment aucun des mamelouks du sultan qui ont trempé dans le crime, Bar Hebraeus, Muḫtaṣar, p. 260 ; Baybars, Zubda, p. 24 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 165 ; Schregle, Die Sultanin, p. 90.

151 Interprétation frappante de Bar Hebraeus, Chronography, p. 416.

152 Baybars, Zubda, p. 24 ; Ibn al‑Dawādārī, Kanz VIII, p. 32 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya XIII, p. 196 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 165, 166.

153 Bar Hebraeus, Chronography, p. 416 ; Muḫtaṣar, p. 260.

154 Ibn Kaṯīr, Bidāya XIII, p. 196 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 165, 166.

155 Comme le souligne Ibn Kaṯīr, Bidāya XIII, p. 196 ; passage recopié par al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 166.

156 Il fut, en effet, recueilli par un contemporain, al‑Makīn, « La chronique des Ayyoubides », p. 165 ; puis transcrit par divers historiens, al‑Nuwayrī, Nihāya XXIX, p. 457 ; al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 404 ; Ibn Iyās, Badā’iʿ I/I, p. 294 ; Schregle, Die Sultanin, p. 90.

157 Selon un passage du Kitāb al‑qalam wa-l‑dawāt d’al‑Madā’inī reproduit par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 362.

158 Comme le révèle la documentation rassemblée par Sadan, « Genizah and Genizah-like Practices », spécialement p. 45, 47, 51-53.

159 Ibn Manẓūr, Lisān IV, p. 52.

160 Ayalon, « Studies III », p. 58-59, a rassemblé les différentes variantes du titre. Celui de amīr al‑ǧuyūš est cependant une erreur échappée au grand historien : les deux passages invoqués en note permettent de rétablir atābak al‑muǧāhidīn. Toutefois, ce titre ne désignait pas le commandant suprême de l’armée, mais le chef d’un groupe d’Ismaïliens qu’on appelait précédemment muqaddam al‑fidāwiyya ou šayḫ al‑fidāwiyya, comme le révèle al‑Qalqašandī, Ṣubḥ I, p. 122. Ce titre est également mentionné dans al‑ʿUmarī, Taʿrīf, p. 141 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ XI, p. 167 ; Ḍaw’, p. 318

161 Le mot atābak ne signifie pas seulement ab, mais également amīr, al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 6.

162 Comme le déclare al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 5.

163 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ III, p. 360 ; X, p. 95 ; Wiet, Matériaux, p. 135 n. 2, 146-149, 173.

164 Wiet, Matériaux, p. 134 n. 2, 143, 153, 157 n. 3, 162, 237.

165 Wiet, Matériaux, p. 171, nº 586, p. 172 nº 587, 175.

166 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ III, p. 359. 

167 Ibn Qutayba, Adab, p. 462 ; repris par al‑Qalqašandī, Ṣubḥ V, p. 498.

168 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ V, p. 498-500 ; VI, p. 534-535 ; VII, p. 19, 20, 94, 95.

169 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VIII, p. 217, 218, 226.

170 Ibn Nāẓir al‑Ǧayš, Taṯqīf, p. 27, 28, 29, 31, 32, 33, 36 ; al‑ʿUmarī, Taʿrīf, p. 49, 76, 79, 93 ; al‑Qalqašandī, Ṣubḥ V, p. 498 ; VI, p. 95 ; VIII, p. 134, 142 ; IX, p. 265 ; XI, p. 396, 399, 403.

171 Comme le prouvent trois lettres du marchand arabe Tawrīzī écrites en 820/1417 et conservées dans les Archives d’État de Venise, Bauden, « Lam baqā yuʿāriḍkum », p. 8, 9, 23, 26, 29.

172 Ḥusnī, Īḍāḥāt, p. 146-147.

173 Al‑Bāšā, Alqāb, p. 461.

174 RCEA XII, p. 215-216, nº 4725 ; XIV, p. 261, nº 5581, p. 264, nº 5585 ; XV, p. 2, nº 5602, p. 2-3, nº 5603, p. 3, nº 5604, p. 57, nº 5684, p. 138, nº 5824, p. 186, nº 5902, p. 188, nº 5906 ; XVI, p. 34-35, no 6047, p. 35, no 6048, p. 168, no 6250, p. 171-172, no 6258 ; XVII, p. 95, no 768 003, p. 268, no 778 009, p. 337, no 783 007.

175 Al‑Qalqašandī, Ṣubḥ VI, p. 26.

176 Al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 198 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; repris par Abū al‑Maḥāsin, Nuǧūm VI, p. 374 ; Manhal VI, p. 219.

177 ABPP, p. 300-305, nº 69 (recto) l. 6 et 18, (verso) l. 13 ; APBW, p. 99, nº 16 l. 4, p. 215, nº 46 l. 8.

178 Voir les exemples recueillis dans ABPP, p. 306.

179 Ibn al‑Aṯir, Rasā’il, p. 169.

180 Dans une lettre d’al‑Qāḍī al‑Fāḍil reproduite par al‑Nuwayrī, Nihāya VIII, p. 8.

181 AGBW, p. 267, nº 45 (recto) l. 11.

182 ABB, p. 301-302, nº 84 l. 2-3.

183 APBW, p. 215-216, nº 46 l. 5.

184 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, p. 98, 100, 201 ; al‑Yūnīnī, Ḏayl I, p. 61 ; al‑Ḏahabī, Ta’rīḫ (an. 651-660), p. 199 ; Siyar XXIII, p. 199 ; al‑Ṣafadī, Wāfī XVI, p. 120 ; al‑Maqrīzī, Sulūk I/II, p. 361 ; al‑ʿAynī, ʿIqd I, p. 23, 29, 165 ; Abū al‑Maḥāsin, Nuǧūm VI, p. 373.

185 Rabie, The Financial System, p. 65, 66.

186 Ces propos recueillis par al‑Aṣmaʿī (m. en 211/828) sont fidèlement reproduits par Ibn Ǧinnī, Ḫaṣā’iṣ, p. 249, et infidèlement par al‑Marzūqī, Šarḥ Dīwān al‑ḥamāsa I, p. 167 et Ibn Manẓūr, Lisān I, p. 699, où la négation est passée au féminin (a-laysat) : le bédouin tenait à conserver le genre de kitāb.

187 Ainsi Ullmann, Wörterbuch, p. 41a, déclare qu’il change parfois de genre. Sa méprise a dévoyé Hopkins, Studies, p. 88 n. 10, qui ne semble pas avoir consulté les références évoquées dans le dictionnaire (al‑Marzūqī et Ibn Manẓūr) ni la version d’Ibn Ǧinnī qui lui fut signalée.

188 Hopkins, Studies, p. 11 § 9c, p. 110 § 87 e.

189 Ashtor, Histoire des prix et des salaires, p. 150.

190 Šaʿīr al‑dābba, Ibn Manẓūr, Lisān XII, p. 487.

191 Al‑Maḫzūmī, Minhāǧ, p. 68, 71 ; passage traduit par Cahen, « L’administration financière », p. 165.

192 Ayalon, « The System of Payment », p. 261-270.

193 Comme l’attestent les deux passages relevés dans les papyrus par Hopkins, Studies, p. 259 § 324.

194 Ashtor, « Makāyil », EI2 VI, p. 117.

195 Hinz, Islamische Masse, p. 39-40.

196 Dozy, Supplément II, p. 567.

197 Le terme apparaît dans Alf layla wa-layla : fī bitāʿ al‑nās, 764e nuit, IX, p. 242. Dozy, Supplément I, p. 50-51, a eu le mérite de le relever. Mais la date de son attestation ne peut être établie : les manuscrits de l’édition de Habicht et de Fleischer sont à présent tenus pour faux.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/anisl/docannexe/image/2428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre P. Louvre collection D. Rémondon 39 (recto) et (verso).
URL http://journals.openedition.org/anisl/docannexe/image/2428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yūsuf Rāġib, “Une lettre de Šaǧar al‑Durr au futur sultan Quṭuz”,Annales islamologiques, 48-2 | 2014, 135-165.

Référence électronique

Yūsuf Rāġib, “Une lettre de Šaǧar al‑Durr au futur sultan Quṭuz”, Annales islamologiques [En ligne], 48-2 | 2014,
mis en ligne le 27 août 2014,
consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anisl/2428 ;
DOI : 10.4000/anisl.2428

Haut de page

Auteur

Yūsuf Rāġib

youssef.ragheb[at]orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Institut français d'archéologie orientale (IFAO)

Haut de page
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • OpenEdition Journals