Navigation – Plan du site
Varia

Une commande d’articles à Fustat rédigée dans le dernier tiers du iie siècle de l’Islam ou le premier du suivant

Yūsuf Rāġib
p. 269-290

Résumés

Le fragment de papyrus Jean David-Weill 22 conservé au Louvre, que l’écriture permet d’assigner au dernier tiers du iie/viiie siècle ou au premier tiers du suivant, porte au recto une liste d’articles commandés à Fustat, et au verso le détail de la marchandise envoyée, accompagné des prix et des frais de transport.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme la commande tardive de Heidelberg publiée par Dietrich, 1954, p. 6-7.
  • 2 Cahen, « Note », p. 163-164.
  • 3 Cahen fut le premier à différer la publication de la « liste de marchandises de déchiffrement diffi (...)
  • 4 Nombre de juristes regardent le change comme « un nom pour une sorte de vente » (al-ṣarf ism li-naw (...)

1Dans les villes d’Égypte, lointaines comme Edfou ou proches comme Madīnat al-Fayyūm et al-Bahnasā, maints produits indispensables manquaient souvent dans les marchés. Aussi fallait-il les faire venir de la capitale, Fustat (al-Fusṭāṭ), soit par un voyageur (relation ou parent) sur le départ qui les ramenait au retour, soit par un correspondant qui les expédiait par les voies coutumières, comme en témoignent d’innombrables correspondances retrouvées dans le pays et de rares listes de commissions perdues dans les collections1, dont la plus ancienne semble la présente. Bien que Claude Cahen en eût saisi l’importance « pour l’histoire monétaire », il y a quelque quarante ans2, elle est restée jusqu’ici manuscrite : l’obscurité de certains passages qui donnent lieu à des interprétations divergentes, s’ils ne résistent au déchiffrement, ne pouvait que rebuter la poignée d’arabisants qui ont tour à tour procédé à son examen3. Moi-même à bout de patience, je fus contraint d’abdiquer et renoncer à chercher le sens des mots obscurs pour en deviner les lettres mutilées, estompées, confuses ou perdues. Cependant, après avoir laissé reposer le grimoire pendant plusieurs décennies, l’envie me prit d’y revenir, même si la brume des mots n’a pu être par endroits dissipée au recto : malgré certains problèmes subsistants de lecture et de vastes lacunes, il méritait largement une étude approfondie, notamment pour le passage sans précédent et sans exemple des dirhams du marché (darāhim sūqiyya) qui éclaircit la vente4 obscure de l’or contre l’argent, dans une période où leur cours demeure encore perdu dans une nuit profonde.

La feuille et l’écriture

  • 5 Kabīr (l. 2) ; bi-dirham et ḥaṭab (l. 3) ; tawābil (l. 4) ; les deux bāʾ-s de zabīb et ḥabb (l. 5)  (...)
  • 6 Tannūr (l. 2) ; zayt (l. 8) ; bi-tumn (l. 10) et les deux tāʾ-s de intaqaltu (l. 16).
  • 7 Al-ǧarā[siyā] (l. 9).
  • 8 Zabīb (l. 5).
  • 9 Ǧāffan (l. 10).
  • 10 Tannūr (l. 2) ; uswāniyya (l. 6) ; kanīf (l. 11) et intaqaltu (l. 16).
  • 11 Di<r>hamayn (l. 1) ; kabīr (l. 2) ; tīn (l. 4) ; zabīb (l. 5) ; bīḍ et uswāniyya (l. 6) ; zayt (l.  (...)
  • 12 Liṭāf (l. 1) ; filasṭīnī (l. 8) ; ǧāffan (l. 10) ; kanīf et fa-štarī (l. 11) ; ʿāfāka (l. 12) ; fa-(...)
  • 13 Ǧāffan (l. 10).
  • 14 Le premier de intaqaltu (l. 16).

2Conservé au Louvre dans le fonds Jean David-Weill sous le numéro 22, le papyrus ne mesure plus que 16,3 cm de long, alors qu’il dépassait primitivement la vingtaine. Mais le temps n’a pas réduit sa largeur : elle fait toujours 13,3 cm. Sur la face aux fibres verticales, ne subsistent que vingt lignes des vingt-six qui devaient au moins la couvrir avant la disparition des premières (cinq ou six) et des dernières (dont on devine une ou deux). Encore, des quatre finales, seules des bribes survivent en tête, les fibres fragiles qui en portaient la suite ayant un jour fui en lambeaux. Les marges sont amples à droite et même à gauche où elles tendent à rétrécir, voire à disparaître. L’encre noire a parfois bavé ou pâli au cours du millénaire où la feuille enroulée reposa au sein de la terre. Sporadiques, les diacritiques n’accompagnent que sept des quinze lettres où le temps devait les fixer, soit moins de la moitié : ʾ5, ʾ6, ǧīm7, zāy8, ʾ9, nūn10 et ʾ11. Encore leur ajout n’est-il pas systématique : ainsi des onze ʾ-s qu’on y découvre12, seul un13 en est muni. Enfin, les deux points ne sont pas toujours mis d’affilée : le rédacteur les a superposés sur unʾ14,

Image

  • 15 Tannūr (l. 2) ; zayt (l. 8) ; bi-tumn (l. 10) et le dernier de intaqaltu (l. 16).

bien que son penchant à les juxtaposer soit confirmé par les quatre autres ʾ15 ;

Image

  • 16 Di<r>hamayn (l. 1) ; kabīr (l. 2) ; tīn (l. 4) ; zabīb (l. 5) ; bīḍ et uswāniyya (l. 6) ; zayt (l.  (...)

de même, il a placé les deux points verticalement de biais sous les ʾ-s16,

Image

mais jamais côte à côte, selon la coutume qui devait lentement détrôner la pose en diagonale vers laquelle il penchait visiblement.

  • 17 Bi-sitta et ḥaṭab (l. 2) et bawāqīl (l. 3). Mais aucun point sous les quatre autres : bi-dirham (l. (...)
  • 18 Le tāʾ initial de tisʿa (l. 4), et anfaqtuhā (l. 6). Les sept autres n’en possèdent aucun : šiqqata (...)
  • 19 Zayt (l. 4).
  • 20 Anfaqtuhā (l. 6). Les six autres en sont dépourvus : fals et niṣf (l. 3) ; safīna (l. 4) ; fals et (...)
  • 21 Šiqqatayn (l. 2) ; bawāqīl (l. 3) ; sūqiyya et anfaqtuhā (l. 6). Les deux autres ne portent pas de (...)
  • 22 Le nūn final de naʿlayn (l. 2) ; ḥammālīn et safīna (l. 4). Mais aucun point n’accompagne les sept (...)
  • 23 Šiqqatayn et naʿlayn (l. 2) ; bawāqīl (l. 3) et safīna (l. 4). Les six autres sont privés de diacr (...)
  • 24 Bawāqīl (l. 3) et sūqiyya (l. 6).

3Sur les fibres horizontales du verso, ne subsistent que six lignes de la dizaine qui y fut à l’origine tracée : les premières (près de quatre) sont perdues, hormis quelques bouts de la fin de la dernière. Les marges sont plus minces qu’au recto, bien que l’écriture soit nettement plus grosse. À rebours de l’avers, l’encre est restée noire. Sa fraîcheur révèle que le dos du papyrus était au-dedans du rouleau enseveli lors du long séjour en terre : ainsi fut-il protégé de l’humidité qui brouilla au recto nombre de lettres, dont certaines finirent par s’effacer et même par disparaître. Les points sont plus abondants qu’à la première page, bien qu’ils ne distinguent que sept des quinze lettres ambivalentes où l’usage devait les imposer : ʾ, ʾ, zāy, ʾ, qāf, nūn et ʾ. Comme au recto, leur indication est sporadique : ils ne dotent que trois des sept ʾ-s17, deux des neuf ʾ-s18, le seul zāy19, un des sept ʾ-s20, quatre des six qāf-s21, trois des dix nūn-s22 et quatre des dix ʾ-s23. Encore ces diacritiques irrégulièrement semés sont fort loin d’être réguliers ; autrement dit, leur nombre et leur position varient sans raison : ainsi l’unique point du qāf est-il indifféremment suscrit24

Image

  • 25 Šiqqatayn (l. 2) et anfaqtuhā (l. 6).

ou souscrit25 comme celui du seul ʾ qui en possède un. Aussi aucun signe graphique ne différencie la valeur phonétique des deux « sœurs » (utān) ambiguës, même dans le verbe anfaqtuhā (l. 6) où elles sont liées,

Image

  • 26 Les yāʾ-s de šiqqatayn (l. 2) ; bawāqīl (l. 3) ; sūqiyya (l. 6) et le tāʾ de anfaqtuhā (l. 6).
  • 27 Comme le souligne Grohmann, FWAP, p. 83.
  • 28 Le yāʾ et le tāʾ de zayt, puis le yāʾ de safīna (l. 4).

comme si les diacritiques longtemps facultatifs n’étaient guère destinés à prévenir la confusion entre les homographes. Enfin, à l’instar du recto, leur alignement incertain révèle qu’il était encore flottant : ainsi les doubles points des ʾ-s et des ʾ-s sont plus couramment disposés à la verticale26, selon une tradition attestée dès le ie/viie siècle27, qu’à l’horizontale28,

Image

mais jamais à la diagonale vers laquelle le rédacteur de la première page tendait spontanément.

Date présumée

  • 29 Ainsi les appelle al-Qalqašandī, Ṣubḥ, III, p. 129.
  • 30 Six étirent à l’excès, au recto, les mots ḥaṭab (l. 3), dirham (l. 4), rummān (l. 5), qandīl (l. 8) (...)
  • 31 Terme employé par al-Qalqašandī, Ṣubḥ, III, p. 80.
  • 32 Al-Qalqašandī, Ṣubḥ, III, p. 86.
  • 33 Al-Qalqašandī, Ṣubḥ, III, p. 130.
  • 34 Le qāf pourvu d’un seul point souscrit apparaît dès 92/711 dans la signature peinte sur le stuc du (...)
  • 35 Hypothèse avancée par Miles, 1964, p. 82, puis Balog, 1976, p. 25.
  • 36 Des trois retrouvés en Égypte, deux seulement ont été publiés : Petrie, 1926, p. 15, no 88, pl. II  (...)
  • 37 Balog, 1976, p. 25, 74, no 131 ; Morton, 1985, p. 18.
  • 38 La collection de l’université de Tübingen possède peut-être le plus ancien : encore inédit, il port (...)
  • 39 Les dirhams de la seconde moitié du iie/viiie siècle sont, en effet, rarissimes, comme le soulignai (...)
  • 40 Balog, 1976, p. 25-26 ; Morton, 1985, p. 16, 18. Ainsi, dans la collection rassemblée par Balog, qu (...)
  • 41 Aussi Udovitch, 1965, p. 788, place-t-il l’abandon de leur frappe vaguement dans la première moitié (...)
  • 42 Miles, 1958, p. 495-496 ; Bates, 1991, p. 53.
  • 43 Al-Kindi, Wulāt, p. 190-192, 196.
  • 44 Comme le soulignent Bacharach, Awad, 1981, p. 55.
  • 45 La disparition des fals ne semble pas l’effet du hasard : elle serait la conséquence de l’introduct (...)
  • 46 Miles, 1958, p. 497-499 ; Bates, 1991, p. 53.

4Malgré l’absence de date, le tracé de maintes lettres, notamment les allongements (tawīl)29 souvent gratuitement démesurés30, les kāf-s initiaux et médians en col-de-cygne dits étendus (mabsūa)31, les mīm-s finaux que les calligraphes qualifient de retombants (musbala) pour leur queue pendante32, les trois dents (asnān) aux bouts pointus (muaddadat al-arāf)33 des sīn-s et des šīn-s, les doubles points des ʾ-s et ʾ-s obliques ou verticaux, les qāf-s dotés d’un seul point indifféremment au-dessus ou au-dessous34, incitent à dater le papyrus du iie/viiie siècle. Mais comme l’écriture ne changeait jamais en ces temps reculés quand l’Empire changeait de dynastie, il pourrait aussi bien remonter aux Omeyyades qu’aux Abbassides, comme le prouvent quelques papyrus du iiie/ixe siècle : la révolution qui avait bouleversé le monde islamique ne modifia guère la forme des lettres ; aussi les lettrés continuaient d’écrire comme ils l’avaient appris dès l’enfance sous l’ancien Empire des califes damascènes. Toutefois, les dirhams évoqués au verso plaident en faveur de la seconde période : depuis le premier siècle, l’Égypte ne semble avoir connu que les pièces venues d’Occident (Kairouan) ou d’Orient (notamment Damas)35 : aussi pour leur pesée, des poids de verre furent émis, dont les plus anciens portent le nom d’Usāma b. Zayd al-Tanūḫī qui occupa deux fois la place de directeur des finances, la première de 86/705 à 99/717, la seconde en 102/72036. D’autres suivirent37, longtemps avant la sortie des premiers dirhams de la Monnaie de la capitale aux environs de 170/786-78738, en tirage apparemment limité, comme le suggère le nombre réduit de pièces d’argent39 et de leurs poids de ces temps-ci découverts en Égypte40. Aussi l’épithète sūqiyya dont le verso qualifie les dirhams écarte la période antérieure où les seules pièces d’argent circulant dans le pays venaient de l’étranger. Puis la mention des fals dans les deux lignes précédant le change permet d’affiner la datation du papyrus : l’Égypte en abandonna soudain la frappe vers 233/84741 et peut-être même au moins un lustre auparavant : les derniers portent le nom de ʿĪsā b. Manṣūr42 deux fois gouverneur : de 216/831 à 218/833, puis brièvement en 229/84343. Malgré leur suppression, que rien ne permet d’attribuer avec certitude à leur profusion ou leur pénurie44, ils ont dû continuer à circuler des années durant avant de se raréfier puis disparaître, supplantés par les dirhams introduits un demi-siècle plus tôt, vers 170/786-78745. Sous les Abbassides, ils ne devaient plus être à nouveau émis que deux années durant (de 258/872 à 259/873) sous le gouvernement d’Aḥmad b. Ṭūlūn46. Mais nul ne devait alors écrire dans le pays comme au temps des Omeyyades, hormis une poignée de calligraphes fidèles à la tradition du siècle passé au nombre desquels ne comptaient pas les rédacteurs de la commande et du compte dont l’une figure au recto et l’autre au verso. En somme, l’écriture et les monnaies qui pallient l’absence de date permettent d’assigner le papyrus dans une période relativement large qui dépasse le demi-siècle : des premiers dirhams qui inondèrent les marchés dès 170/786-787 aux derniers fals qui ne furent plus guère battus vers 233/847.

La commande

  • 47 ʿĀfāka Allāh (recto, l. 12) et raḥimaka Allāh (recto, l. 15).
  • 48 L’emploi des particules dans l’adresse est commenté par Rāġib, 2014, p. 140-142.
  • 49 Le rédacteur d’une lettre informe le destinataire qu’un bateau l’avait amené de Sayla sur le canal (...)

5Bien que début et fin soient perdus, les deux invocations (duʿāʾ) appelées par l’expéditeur en faveur du destinataire47 révèlent que la liste des marchandises revêtait la forme d’une lettre. Aussi devait-elle ouvrir par la basmala suivie de l’adresse interne comportant, selon une coutume ancienne qui disparut graduellement sous les Abbassides, le nom des correspondants qui couvrait généralement deux lignes où l’expéditeur précédait toujours le destinataire48. S’ils demeurent inconnus, leur lieu de résidence peut être présumé : le premier devait écrire d’une ville proche du Ṣaʿīd, comme le suggère le passage où il déclare que sans la confiance qu’il voue au destinataire, il serait parti toucher sa dette (l. 13-14). Si elle était éloignée de la capitale, il n’aurait pas entrepris un long voyage pour recueillir une poignée de pièces. Cette agglomération était reliée à Fustat par voie d’eau, telles al-Bahnasā ou Ašmūn, comme le révèle le bateau chargé de marchandise évoqué au verso. Toutefois, Madīnat al-Fayyūm ne doit pas être écartée, même si les liaisons avec la capitale étaient généralement assurées par des loueurs de bêtes de somme (mukārī), en majorité des âniers : les barques pouvaient emprunter les canaux navigables durant les mois de crue jusqu’au Nil qui les laissait descendre à Fustat49. Quant au destinataire, il devait habiter la capitale qui ravitaillait couramment la province en marchandises absentes des marchés. Enfin, la profession des deux correspondants peut être également supposée : la nature variée des produits et surtout le nombre de cruches (vingt) donnent à penser que le premier était un marchand qui commandait souvent à Fustat les articles manquant sur place dont certains pouvaient être destinés à la revente et les autres à son usage, comme le révèlent les ordres d’achat suivis cinq fois de lanā (l. 4, 5, 6, 8 et 11), une fois de (l. 12) et deux fois sans en préciser le destinataire (l. 1 et 2). Quant au second, il était soit un proche de l’expéditeur qui lui avait gratuitement fourni la marchandise, soit un confrère qui lui rendait au besoin ce service en prélevant au passage une petite commission.

  • 50 Rāġib, 2014, p. 146.

6Après l’adresse en tête, la correspondance comprenait sans doute un bref salut (salām) au destinataire suivi d’invocations en sa faveur (duʿāʾ) et peut-être de l’expression ammā baʿd, qui longtemps sépara l’introduction (adr) du corps de la lettre50.

  • 51 Comme l’atteste le verbe akfinī (fais-le pour moi ou à ma place) en fin de commande, même si le réd (...)

7De la liste d’articles, seuls onze subsistent des quatorze qu’elle devait au moins comporter : y manquent les vêtements (šiqqatayn), les sandales (naʿlayn) et la canne à sucre mentionnés dans le compte écrit au dos ; ils figuraient sans doute dans les fragments perdus des premières lignes, plutôt que dans les quatre dernières interrompues par le cours des âges51. Huit articles sont accompagnés de leur prix d’achat : pour six (figues des champs et épices d’Inde, raisins secs et graines de grenade, huile d’olive et cerises séchées), il suit leur nom, mais pour deux seulement (essence de pouliot et bois à feu), il le précède. Enfin, pour les trois derniers, aucune somme n’est précisée : le four, les cruches et les jujubes. Autrement dit, la clientèle avait coutume d’acheter les produits pour une somme déterminée, même pour l’huile pourtant couramment vendue en jarres dont la contenance était gravée en qis dans une estampille en verre, comme l’attestent d’innombrables spécimens disséminés dans le monde, et quelques lettres de marchands inédites ou publiées. Il revenait alors au marchand d’en ajuster le poids ou le volume au montant, sauf si les articles étaient vendus à l’unité, comme le fourneau, au nombre, comme la céramique, ou à vil prix, comme les jujubes secs : seuls les frais devaient être pesés par des poids de verre dont certains portent encore leur nom. Les prix sont libellés dans deux monnaies différentes : pour les cerises séchées, le correspondant devait verser le huitième de dinar (trois qīrā-s) qui revenait à l’expéditeur d’une opération précédente, comme le révèle le pronom affixe ī joint à la préposition l(i)- indiquant l’appartenance. Mais les poids de verre survivants étant réservés au dinar, à sa moitié ou à son tiers, la somme avait dû être réglée soit en fragments dont la masse fut déterminée par des objets dont les marchands usaient couramment (tels caroubes ou bouts de métal), soit en dirhams, sans doute trois, compte tenu du change d’une pièce d’or contre dix d’argent. Le prix des six autres produits est exprimé en dirhams : deux pour l’essence de pouliot ; deux pour l’huile d’olive ; un pour le bois qui devait alimenter le four ; un pour les figues et les épices d’Inde ; enfin, un pour les fruits secs (raisins et grains de grenade). Des quatre derniers, les deux premiers devaient être acquis d’un même marchand et les deux suivants d’un autre, comme le révèle la conjonction wa- qui les lie dans leur ordre d’achat. En somme, un total d’un huitième de dinar et sept dirhams, outre les articles perdus et les deux dont le prix est omis. Enfin, aucune marchandise ne semble avoir été commandée en fals.

Détail de l’envoi

  • 52 LA, II, p. 4-7, no IX.

8Au verso, dans le haut disparu, devait trôner l’adresse externe de la lettre où les noms des destinataires repris dans l’ordre de l’adresse interne formaient deux zones séparées par un large blanc : celle de droite était réservée à l’expéditeur, celle de gauche au destinataire. Au-dessous, après un vide d’une ampleur inconnue, le destinataire a détaillé la commande, selon une coutume courante de ces temps reculés où le courrier revenait à l’envoyeur portant au dos un mot de son correspondant : en général la réponse52, parfois la liste des marchandises que le porteur devait mettre en ses mains, comme dans le présent papyrus. Toutefois, à l’inverse de la commande rédigée à l’avers, elle ne pouvait revêtir la forme épistolaire : autrement, elle aurait fini par des invocations en faveur du destinataire.

  • 53 Comme le courtier du Fayyoum dans le compte dressé au dos d’une lettre reçue où il a donné le total (...)
  • 54 Comme dans une lettre de Berlin, ABB, p. 93, no 40, l. 5-6.
  • 55 Dans une autre lettre, elle aussi conservée à Berlin, le salaire des porteurs est distingué de celu (...)
  • 56 En attribuant le papyrus au iiie siècle de l’Islam, alors que son écriture le fait remonter au préc (...)
  • 57 Goitein, 1967-1994, vol. 1, p. 240.

9Dans le début perdu, le rédacteur avait dû énumérer les premiers articles expédiés ainsi que leur prix : le four portable, le bois à brûler, les épices d’Inde et les fruits secs : figues, raisins, baies de grenade, cerises et jujubes. Puis il en a sans doute donné le total, comme le faisaient parfois marchands et courtiers en milieu de compte53 pour distinguer deux listes de produits, même si un seul messager devait les délivrer simultanément. Cette séparation était destinée à ne pas confondre la première série avec la seconde, dont le règlement avait dû être pris sur un fonds différent. Toutefois, l’origine de la somme qui a permis au rédacteur d’acquitter les achats dont la mention est perdue demeure inconnue : elle a pu lui avoir été envoyée par son correspondant aussi bien que réglée par des pièces lui revenant d’un reliquat de compte ou du produit de la vente d’une marchandise qu’il lui avait confiée, comme le révèle l’allusion dans la lettre au huitième de dinar lui appartenant. Enfin, dans le fragment qui a survécu, l’expéditeur détaille six articles, dont le prix est placé derrière leur nom pour les quatre premiers, et devant celui-ci pour les deux derniers. Puis il indique les frais de transport qui étaient généralement réglés avant départ : en premier lieu, la rémunération des portefaix (ammālūn) dont le concours était requis pour les marchandises d’un certain poids, tels le four mobile et ses bûches ; puis celle du bateau (safīna). Le salaire des porteurs pouvait être, en effet, confondu avec celui des bateliers (nūtī/nawātī)54, notamment s’ils avaient reçu le montant global qu’ils devaient se partager suivant l’usage ou le forfait fixé d’avance. Les deux rétributions n’étaient généralement dissociées55 que si chaque bénéficiaire avait touché de ses mains le prix de son travail. Les sommes sont libellées dans la monnaie qui avait servi au paiement : les plus importantes en dirhams : six pour les deux vêtements (soit trois chacun), deux pour l’huile d’olive, un pour le bois à combustion et un demi pour la canne à sucre ; mais les montants inférieurs à une moitié de dirham sont exprimés en fals : vingt-neuf pour les portefaix et les mariniers et quatorze pour les deux paires de sandales et les vingt cruches dont le prix est fusionné, comme si elles avaient été vendues par le même marchand. Mais en fin de compte, l’expéditeur a négligé d’en faire le total, soit pour suivre l’usage, soit pour ne pas offenser le destinataire qui risquait de penser qu’il le jugeait incapable de le calculer de tête : il s’élève à neuf dirhams et demi et quarante-trois fals. Cette somme doit provenir du dinar fraîchement envoyé par son correspondant ou perçu de la vente d’une marchandise qu’il vient d’échanger contre dix dirhams du marché (darāhim sūqiyya)56. Mais aucune commission n’a dû être versée au changeur (arrāf) : le rédacteur l’aurait autrement signalée, si infime fût-elle. Aussi doit-on présumer qu’elle n’était pas obligée dans les changes, comme elle devait tardivement le devenir sous les Fatimides57.

  • 58 Grierson, 1960, p. 257-259 ; Schindel, 2010, p. 78.
  • 59 Saḥnūn, Mudawwana, VIII, p. 101 ; al-Saraḫsī, Mabsūṭ, XIV, p. 21, 23 ; Miles, 1965, p. 329 ; Brunsc (...)
  • 60 Dans un important passage des Šawāmil traduit par Brunschvig, 1967, p. 272.
  • 61 Comme le révèle un papyrus de Vienne datable par l’écriture du iie/viiie siècle, cité par Grohmann, (...)
  • 62 Saḥnūn, Mudawwana, VIII, p. 101-105, 107-109, 119, 125-126, 130-131 ; Miles, 1965, p. 329 ; Brunsch (...)
  • 63 Comme l’atteste une liste de paiements des gens du commun (ʿāmma) conservée à Vienne (PERF no 640) (...)
  • 64 Ces adjectifs substantivés désignèrent longtemps les deux métaux précieux, Abū Dāwūd, Ṣaḥīḥ, II, p. (...)
  • 65 Sawīrus b. al-Muqaffaʿ, Siyar, III, p. 68. Le souvenir des mesures imposées aux Coptes ne sombra pa (...)
  • 66 Sawīrus b. al-Muqaffaʿ, Siyar, III, p. 68-69. Grohmann, 1954, p. 191, omet de souligner que ce cour (...)
  • 67 Cent dinars valaient tantôt mille dirhams et tantôt deux mille, Saḥnūn, Mudawwana, VIII, p. 101. Ma (...)
  • 68 Brunschvig, 1967, p. 290.

10Ce taux de conversion du dinar en dirhams remonterait, selon la tradition, à l’avènement de l’Islam58. Aussi fut-il longtemps tenu pour légal par maints juristes59 et même logique pour les philosophes : ainsi Miskawayh soutient-il que la valeur de l’or est « normalement – à poids égal et sauf altération – dix fois celle de l’argent », « parce que dix est la limite extrême des unités (nihāyat al-āād) »60. Toutefois, ce cours tendait à fluctuer en Égypte : la hausse du dinar entraînait l’augmentation du nombre de dirhams : de douze61, comme au temps du Prophète, selon la rumeur62, ils pouvaient s’élever à vingt-sept et demi ou vingt-huit et demi, apparemment le même jour63. Mais la valeur du « jaune » (afrāʾ) et du « blanc » (bayāʾ), en clair, l’or et l’argent64, n’était pas toujours déterminée par leur valeur métallique : exceptionnellement, l’anarchie pouvait brutalement provoquer la hausse du premier et l’effondrement du second, comme en 96/714-715 : la soif de l’or ayant conduit l’intendant des finances (āib al-arāǧ), Usāma b. Zayd al-Tanūḫī, à massacrer les chrétiens pour s’emparer de leurs biens65, le dinar se vendit pour trente-cinq dirhams66. Ces variations sont également attestées en terre d’Islam : en Orient, de l’Asie mineure à la péninsule Arabique, notamment à Médine au temps de Mālik, où une pièce jaune permettait parfois d’acquérir dix pièces blanches, mais plus souvent vingt67 ; en Occident, spécialement en al-Andalus, où le dinar pouvait dépasser deux cents dirhams68.

  • 69 Miles, 1964, p. 84, 87 ; Balog, 1976, p. 26 ; Morton, 1985, p. 16-17 ; Bates, 1976, p. 55-56. Cette (...)
  • 70 Balog, 1976, p. 25-26 ; Morton, 1985, p. 18-21. Les légendes leur donnent tantôt le nom de niṣf dir (...)
  • 71 Comme le précise la légende des rares spécimens subsistants : Miles, 1964, p. 87 ; Balog, 1976, p.  (...)
  • 72 Comme l’avançait Cahen dans « Note », p. 164.

11Mais comme le total des achats comportait un demi-dirham déboursé pour la canne à sucre, alors qu’aucune monnaie de ce poids ne semble avoir été frappée en ce temps, comme le suggère leur absence dans les collections, deux hypothèses peuvent être émises : soit l’acheteur remit un dirham au vendeur de canne à sucre, qui lui en rendit la moitié en argent ou l’équivalent en cuivre, soit l’une des dix pièces reçues contre le dinar fut partagée par moitié lors de la transaction, si elle ne l’était déjà lors du change : plutôt que de convertir l’argent en cuivre, on préférait souvent couper ou rogner les dirhams de plein poids pesant deux tiers de dinar, soit environ 2,83 g69. Ces découpes permettaient d’obtenir des fragments de taille et masse variables : tantôt des « demis » (nif), soit 1,47 g, dont nombre d’estampilles attestent l’usage70, tantôt des morceaux légèrement plus lourds de treize arrūba-s, soit 2,50 g ou 2,6271, sinon des bouts d’argent qu’on devait peser par nombre d’objets que les papyrus et les sources narratives omettent d’évoquer. Aussi l’épithète sūqiyya ne pouvait désigner « une monnaie de fait avec laquelle, faute sans doute d’en avoir assez d’autre, on faisait les affaires courantes au suq »72, mais seulement les pièces acceptées par les marchands, fussent-elles réduites en fragments : la méfiance risquait de les conduire à refuser l’argent officiellement frappé, s’ils le jugeaient mauvais (radīʾ), notamment s’il venait d’autres pays et circulait en volume relativement faible.

Le cours du fals

  • 73 Saḥnūn, Mudawwana, VIII, p. 154 ; al-Saraḫsī, Mabsūṭ, XIV, p. 26, 28-29.
  • 74 Aussi furent-ils parfois qualifiés d’or (fals ḏahab), comme dans deux papyrus de Vienne (PERF nos 5 (...)
  • 75 Miles, 1964, p. 83-87 ; Morton, 1985, p. 21-25.
  • 76 Balog, 1976, p. 295, no 833.
  • 77 Morton, 1985, p. 46-47, no 4.
  • 78 Balog, 1976, p. 205, no 599, p. 256-257, no 700.
  • 79 Balog, 1976, p. 65, no 86 ; Morton, 1985, p. 53-54, nos 33-35.
  • 80 Balog, 1976, p. 47, no 18, p. 205, no 598 ; Morton, 1985, p. 119, no 333, p. 141, no 415.
  • 81 Balog, 1976, p. 65, no 85, p. 295, nos 829-832 ; Morton, 1985, p. 141, nos 416-417.
  • 82 Balog, 1976, p. 65, no 84, p. 256, no 699 ; Morton, 1985, p. 54, no 36.
  • 83 Balog, 1976, p. 64, nos 79-83, p. 294, nos 825-828 ; Morton, 1985, p. 54, nos 37-39, p. 135, no 395 (...)
  • 84 Balog, 1976, p. 63, nos 77-78, p. 93, nos 218-220, p. 293, nos 819, p. 54, nos 37-39, p.180, no 539 (...)
  • 85 Balog, 1976, p. 120, nos 319-321, p. 182, no 774, p. 292, nos 816-818.
  • 86 Balog, 1976, p. 63, no 76, p. 119, nos 317-318, p. 136, no 383, p. 158, nos 460-462 ; Morton, 1985, (...)
  • 87 Balog, 1976, p. 291, nos 810-811, p. 292, nos 811-815 ; Morton, 1985, p. 142-143, nos 424-434.
  • 88 Balog, 1976, p. 158, nos 458-459 ; Morton, 1985, p. 102, no 249, p. 142-143, nos 435-436.
  • 89 Balog, 1976, p. 138, no 387, p. 291, no 809 ; Morton, 1985, p. 95, nos 217-218, p. 97, no 223.
  • 90 Balog, 1976, p. 290, no 808.
  • 91 Balog, 1976, p. 81, nos 152-157, p. 104-105, nos 260-264, p. 125, no 347, p. 157, no 457, p. 166, n(...)
  • 92 Morton, 1985, p. 134, no 388.
  • 93 Balog, 1976, p. 166, no 496 ; Morton, 1985, p. 106, nos 274-277, p. 145, nos 443-444.
  • 94 Balog, 1976, p. 166, no 495 ; Morton, 1985, p. 106, nos 278-280, p. 137, no 403, p. 145, nos 445-44 (...)
  • 95 Balog, 1976, p. 62, no 75 ; Morton, 1985, p. 55, no 42.
  • 96 Balog, 1976, p. 188-189, no 566.
  • 97 Balog, 1976, p. 62, no 74, p. 124-125, nos 343-346, p. 178, nos 533-534, p. 193, no 576 ; Morton, 1 (...)
  • 98 APEL, VI, p. 181 ; Grohmann, 1954, p. 218-219 ; Miles, 1964, p. 83, 85 ; Balog, 1976, p. 26, 81, no (...)
  • 99 Miles, 1964, p. 83-84 ; Balog, 1976, p. 26.
  • 100 Balog, 1976, p. 295, no 833 ; Morton, 1985, p. 140, nos 413-418.
  • 101 Balog, 1976, p. 65, no 86 ; Morton, 1985, p. 53, nos 33-35, p. 65, no 86.
  • 102 Balog, 1976, p. 65, no 83.
  • 103 Balog, 1976, p. 65, no 84 ; Morton, 1985, p. 56, no 36.

12Après le taux de change du dinar en dirhams, le rédacteur a négligé de préciser le nombre de fals obtenu contre le demi-dirham, alors que la monnaie de cuivre ou de bronze pouvait baisser ou monter73, comme les deux métaux alors tenus pour précieux (l’or et l’argent) dont elle suivait le cours74 et que même plusieurs espèces de poids différents étaient alors susceptibles de circuler simultanément : vingt-trois, sinon vingt-quatre, furent, en effet, tour à tour émises dans le pays sous les Omeyyades et les premiers Abbassides, dont la masse est précisée en arrūba ou en qīrā sur d’innombrables poids de verre75, dont les plus courants sont : 976, 1077, 1178, 1279, 1480, 1581, 1782, 1883, 2084, 2385, 2486, 2587, 2688, 2789, 2890, 3091, 3192, 3293, 3394, 3495, 3596 et 3697. Certains sont qualifiés dans la légende de grands (kabīr)98, d’autres de moitiés (nif ou šar)99, malgré leur différence de masse : 9100, 12101, 15102 ou 17 qīrā-s103. Quant aux deux poids que nul n’a encore relevés sur les estampilles : 21 et 29, leur absence ne prouve pas qu’ils n’ont jamais été fabriqués : des dénéraux encore inconnus en révéleront peut-être un jour l’usage.

  • 104 Comme le suggère l’absence de poids de fals dès la fin du iie/viiie siècle : toutefois, le dernier (...)
  • 105 Comme le déclaraient Abū Ḥanīfa et Abū Yūsuf, al-Saraḫsī, Mabsūṭ, XIV, p. 27-28 ; Saḥnūn, Mudawwana(...)
  • 106 Bates, 1976, p. 57.
  • 107 Comme l’appelait Ashtor, 1969, p. 41.
  • 108 Comme en témoigne Ibn al-Faqīh, Muḫtaṣar, p. 88 ; trad. Massé, Abrégé, p. 107-108 ; Chalmeta, 1991, (...)
  • 109 Al-Saraḫsī, Mabsūṭ, XIV, p. 26.

13Enfin, l’omission du taux de change de l’argent en cuivre peut être diversement interprétée : soit ce taux était alors stable, contrairement à celui de l’or en argent, qui pouvait, pour diverses raisons, varier au quotidien ; soit la monnaie d’appoint émise pour les besoins des petites transactions n’était plus pesée104, mais prise « au nombre »105, en clair, à sa valeur « faciale »106, sans nécessairement servir de monnaie de compte107, comme à Cordoue où la Monnaie donnait au iiie/ixe siècle soixante fals contre un dirham108. Toutefois, le fragment de compte permet de déduire la quantité de pièces versées contre le demi-dirham : quarante-trois fals, dont quatorze furent déboursés pour les sandales et les cruches, puis vingt-neuf pour le port et le transport de la marchandise. Ce cours de quatre-vingt-six fals contre un dirham est proche de celui qu’on découvre en feuilletant les sources juridiques, qui évoquent en Asie mineure la vente d’une pièce d’argent tantôt contre quatre-vingt dix pièces de cuivre, tantôt contre cent109.

Texte

Recto

141. واشـتري بـد<ر>هـــــمـين من غـاغ طــيب لطاف
2. واشـــــتري تنـــــور كــــبيرحـــــا[ر]
3. واشـــــتري بدرهم حــــــطب
4. واشـــــتري لنا تين حقــل وتوابل الـهــــــند بدرهــــــم
5. واشـــــتري لنا زبيب وحب رمــــــــــان بدرهــــــم
6. واشـــــتري لنا عشـرين بوقال بيض اسوانية صغار
7. واحسن ما يكــــون منها
8. واشـــــتري لنا زيت فلســــطيني نقي لـلـــــــــــــــقنديل
9. ا[…]. بــد[رهـمين و] اشـــــتري لـ[ــنا] من قــم الجرا[سيا]
10. بتمن دينر لي حينم يصـــيـر الضــال جـافـــــا
11. للدخول الكــــنيف فاشـــــتري لنا منـها روح لطيف
12. انظر عـافاك الله ان تشـــــتري لي حـاجـتي واجود
13. ما يكــــون منها ولا ..ـا فان ...ا وانا لولا
14. ثقتـــے بك لخرجت انا بنفسي حتا اقبض كل حقـے
15. فاكــــــفني رحمـــك الله وكـن عند […] بظنـــے
16. بك فلمــــا قد انتقلت الی البيت ا[لـ……]
17. الصخري [
18. من ا.. الــ[ــ
19. ان قصد [
20. قـصب [

Verso

151.                                                     [...
2. وشقتين بستة دراهم وحــــــطب بدرهم ونعلين
3. والبواقيل باربعة اعشر فلس ونصف درهم قـصب
4. ودرهمين زيت وكرا الحمالين والسفينة تسعة و
5. عشرين فلس وكان صرف الدينار عشـرة
6. دراهم سوقية فقد انفقـتها

Traduction

Recto

  1. Achète pour deux di[r]hams du pouliot en parfums agréables.
  2. Achète un grand four chaud.
  3. Achète pour un dirham du bois à brûler.
  4. Achète-nous des figues des champs et des épices d’Inde pour un dirham.
  5. Achète-nous des raisins secs et des graines de grenade pour un dirham.
  6. Achète-nous vingt cruches d’Assouan blanches et petites,
  7. les meilleures qui soient.
  8. Achète-nous de l’huile de Palestine pure pour la lampe
  9. [pour deux dirhams.] Achète[-nous] des cerises séchées
  10. pour un huitième de dinar qui m’appartient. Lorsque les jujubes deviendront secs
  11. pour entrer dans les latrines, achètes-en nous une senteur agréable.
  12. Tâche – que Dieu te protège ! de m’acheter les articles
  13.  de la qualité la plus élevée qui soit. Ne ... si .... Moi,
  14. sans ma confiance en toi, je serais parti moi-même en personne pour toucher tout mon dû.
  15. Fais-le pour moi – que Dieu te prenne en miséricorde ! et sois digne de l’[....] opinion que j’ai
  16. de toi. Comme je me suis rendu dans la maison [….]
  17. dans le rocher [
  18. ... [
  19. ... [
  20. canne à sucre [

Verso

  1. ] ..
  2. deux vêtements pour six dirhams ; le bois à brûler pour un dirham ; les deux sandales
  3. et les cruches pour quatorze fals. Un demi dirham de canne à sucre.
  4. Deux dirhams d’huile. La location des porteurs et du bateau :
  5. vingt-neuf fals. Le change du dinar a été de dix
  6. dirhams du marché. Je les ai dépensés.

Commentaire

Recto

  • 110 APEL, V, p. 88, no 311, l. 2 ; APRL, p. 35, VI, no 2, l. 6, p. 99, VIII, no 14, l. 6 ; MEF, II, p.  (...)
  • 111 MEF, V/I, p. 5, no III, l. 3.
  • 112 Al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1015 ; Lane, 1863-1893, vol. 6, p. 2309.
  • 113 Šarḥ, p. 33, no 309.
  • 114 Ǧāmiʿ, I/II, p.  254 ; Traité, I, p. 402, no 584.
  • 115 Ǧāmiʿ, II/III, p. 232-235 ; Traité, III, p. 49-50, no 1712.
  • 116 Comme l’atteste cette phrase d’al-Nuwayrī : dans une liste de huit substantifs, il est resté au sin (...)
  • 117 Les collectifs naturels fournissent au Moyen Âge des accords indifféremment du singulier ou du plur (...)

16L. 1 : l’impératif ištarī finit par un ʾ. Cette graphie semble plus courante dans les papyrus110 que l’absence de voyelle longue111. Le mot ġāġ désigne la plante aromatique également appelée abaq ou anǧ112, que l’on identifie généralement avec le pouliot (mentha pulegium), tardivement rattaché aux menthes, dont les vertus médicinales étaient reconnues par la médecine arabe. Mais il devait tomber dans l’oubli : aussi est-il inconnu de Maïmonide et d’Ibn al-Bayṭār. Pourtant, le premier consacre à la plante herbacée sous le terme de fawanǧ une notice où il évoque ses variantes, notamment fawtanǧ113, et le second deux notices : l’une brève sous le nom de abaq114 ; l’autre étendue, sous celui de fūdanǧ, où il rappelle que l’Égypte l’appelait fulayya115. D’après les traces qui en subsistent, le terme effacé après le substantif doit être le collectif īb116 plutôt que son pluriel courant ayāb ou un autre moins répandu : uyūb. Le rédacteur a préféré accorder au pluriel l’adjectif qui lui est adjoint directement, liāf, alors qu’il aurait pu le mettre au masculin singulier117.

  • 118 Comme dans la longue page qu’Ibn Sīnā consacre à l’élaboration de médicaments pour les reins, Qānūn(...)

17L. 2 : le mot qui suit kabīr doit être ārr, dont le ʾ final a toutefois disparu sans laisser de traces : il semble désigner un type déterminé de fourneau en argile ou en céramique plutôt qu’en métal, susceptible d’atteindre une température élevée. À rebours des fours traditionnels, il n’était pas réservé à la cuisson du pain et des aliments : un passage du Canon d’Avicenne révèle que sa combustion lente le vouait parfois à la préparation des décoctions médicamenteuses (adwiya) 118.

  • 119 Rāġib, 1978, p. 4, no I, l. 28.

18L. 3 : les morceaux de bois taillés pour le feu ne doivent pas provenir de l’acacia nilotica, également nommé gommier rouge, dont les bûches étaient sensiblement plus chères : dans une lettre qui semble du iiie/ixe siècle, un marchand de Fustat demande à son correspondant d’Edfou de lui vendre pour deux dinars du bois d’acacia destiné au feu (an tubāʿa lī aab ant bi-dīnarayn li-l-nār)119, alors que le présent ne coûtait que deux dirhams.

  • 120 Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, I, p. 200, 201 ; Traité, I, p. 326-327.
  • 121 Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, I, p. 200, 202 ; Traité, I, p. 326-327 ; al-Nuwayrī, Nihāya, XI, p. 154, 155, (...)

19L. 4 : l’expression tīn aql n’est attestée ni dans les papyrus, ni dans les ouvrages de botanique et de médecine. Elle devait qualifier les figuiers cultivés, dits figuiers de jardins (tīn bustānī) pour les distinguer des sauvages (tīn barrī)120. Mais pour voyager, il fallait que les fruits fussent secs (yābis) et non frais (arī/rab)121.

  • 122 Al-Nuwayrī, Nihāya, XI, p. 100.

20L. 5 : les graines de grenade ne semblent pas destinées à la consommation, mais plutôt à divers traitements curatifs : on les mélangeait souvent au miel pour obtenir un onguent qu’on appliquait en frottant sur les panaris (is), les blessures malignes (al-qurū al-abīa) et douloureuses, notamment les brûlures, les muqueuses nasales, les aphtes (qulāʿ) et même les oreilles pour en soulager les maux122.

  • 123 Ibn al-Faqīh, Muḫtaṣar, p. 63 ; trad. Massé, Abrégé, p. 79.
  • 124 Comme le révèle un passage d’al-Yaʿqūbī, Buldān, p. 331 ; trad. Wiet, Les pays, p. 186.
  • 125 MEF, II, p. 56, no XXIII, l. 17, p. 57-58, 70, no XXVIII, l. 7.
  • 126 Comme permet de le déduire un passage d’al-Yaʿqūbī, Buldān, p. 331 ; trad. Wiet, Les pays, p. 186 : (...)

21L. 6 : le mot būqāl désignait en Égypte les récipients (cruches ou gargoulettes) destinés à rafraîchir l’eau par transsudation123. Les plus connus avaient transmis leur nom à la ville où ils étaient produits : Ṭaḥā al-Bawāqīl124 remplacé de nos jours par Ṭaḥā al-Aʿmida. Bien que répandu en Égypte, comme l’attestent quelques papyrus125, il semble inconnu en Orient126, alors qu’il devait être courant en Occident, notamment au Maroc où il est toujours vivace. La mention des cruches mérite un temps d’arrêt : faute de correspondants susceptibles de leur envoyer les produits désirés, les habitants du Ṣaʿīd étaient parfois contraints de les commander à la capitale plutôt que des régions proches. Aussi les récipients façonnés dans la région d’Assouan devaient descendre le Nil jusqu’à Fustat, puis le remonter pour rejoindre les marchés où ils étaient attendus.

  • 127 On découvre les mots : « huile de ricin pour la lampe » (duhn ḫirwaʿ li-l-miṣbāḥ) dans une lettre r (...)
  • 128 Al-Maqrīzī, Mawāʿiẓ, éd. Būlāq, I, p. 466 ; II, p. 264 ; éd. Sayyid, II, p. 52 ; IV/I, p. 56 ; Rāġi (...)
  • 129 Al-Maqrīzī, Ittiʿāẓ, III, p. 80 ; Rāġib, 1977, p. 49-50.

22L. 8 : le prix élevé de l’huile d’olive la vouait à la cuisine plutôt qu’aux lampes, qu’on remplissait couramment d’huile de ricin127 depuis l’Antiquité. Mais comme sa forte odeur frappait les narines, on pouvait donner préférence à « la bonne huile » (al-zayt al-ayyib) extraite des fruits de l’olivier : ainsi, sous les Fatimides, l’État en accordait d’importantes quantités aux six grandes mosquées de Fustat, du Caire et du cimetière d’al-Qarāfa, à nombre d’oratoires appartenant à des notables, et aux sanctuaires renfermant les restes de descendants du Prophète, lors des quatre nuits des illuminations (layālī al-waqūd)128. Même quand son prix flamba en 516/1122-1123, les intendants des magasins et les surveillants des mosquées furent sommés de ne lui substituer l’huile de lin (al-zayt al-ārr) comme ils l’envisageaient, ni de diminuer les quantités allouées aux monuments. Mais ce décret engendra des fraudes : l’intendant (mušārif) des mosquées et des oratoires acquit sournoisement de l’aloès (abr) pour le mélanger secrètement à l’huile d’olive. Pris et désavoué, il reçut l’ordre du vizir al-Maʾmūn de remplacer de sa bourse l’huile frelatée par une huile pure129. Le terme effacé qui suit filasīnī doit être naqī, même si les deux lām-s précédant qandīl peuvent paraître séparés et pousser à lire al- au lieu de li-l. Mais cette lecture, qui transformerait l’adjectif naqī en verbe : yuīʾu ou yunīru, est improbable : l’huile éclaire l’espace environnant et non la lampe.

  • 130 Ibn Manẓūr, Lisān, XII, p. 195 ; al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1486.
  • 131 Maïmonide, Šarḥ, p. 39, no 371 ; Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, I, p. 221 ; Traité, I, p. 352, no 489.
  • 132 Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, II, p. 249 ; Traité, III, p. 65, no 1749.
  • 133 Maïmonide, Šarḥ, p. 39, no 371.
  • 134 Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, I, p. 221, 253 ; II, p. 249 ; Traité, I, p. 352, no 480, p. 400, no 574 ; III (...)
  • 135 Maïmonide, Šarḥ, p. 39, no 371.
  • 136 Maïmonide, Šarḥ, p. 39, no 371 ; Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, I, p. 253 ; II, p. 249 ; Traité, I, p. 400, (...)

23L. 9 : le mot dirhamayn a pu être rétabli grâce au prix figurant au dos (l. 4). Le verbe ištarī devait le suivre. Le terme qamm dérivé de qamīm s’applique aux produits séchés130. Le mot suivant, dont ne subsistent que l’article al- et les deux premières lettres (un ǧīm muni d’un point suivi d’un ʾ ou d’un zāy), doit être ǧarāsiyā : l’Égypte devait alors le donner aux cerises, comme en Sicile131 où le sīn se prononçait parfois šīn132. En d’autres régions d’Orient, deux variantes étaient répandues : šarāsiyā133 et qārāiyā134 qui ne désigne toutefois plus que les pruneaux secs en Égypte, où les cerises s’appellent kereiz. Enfin, ses dernières dénominations sont d’origine éloignée : šāh dūrān dans certaines régions d’Asie135, abb al-mulūk au Maghreb et jadis en al-Andalus136.

  • 137 Ibn Manẓūr, Lisān, XI, p. 397 ; al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1325 ; al-Zabīdī, Tāǧ, VII, p. 414 ; Lane, (...)
  • 138 Ibn Manẓūr, Lisān, XI, p. 397 ; Lane, 1863-1893, V, p. 1810.
  • 139 Ainsi sont-ils désignés dans trois estampilles de verre destinées à les peser qui portent le nom de (...)
  • 140 Ce nom leur est donné dans deux estampilles omeyyades, Balog, 1976, p. 57, nos 59-60, et une troisi (...)
  • 141 Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, II, p. 6 ; Traité, II, p. 238, no 1165.
  • 142 Ascherson, Schweinfurth, Illustration, p. 59.
  • 143 Comme en témoignent Ascherson, Schweinfurth, Illustration, p. 59.
  • 144 Comme le révèlent les mots ṭayyib al-rīḥ dans le vers d’Abū al-Faraǧ al-Babġāʾ où celui-ci chante l (...)
  • 145 Ibn Manẓūr, Lisān, XI, p. 398 ; al-Zabīdī, Tāǧ, VII, p. 415 ; Lane, 1863-1893, V, p. 1810.

24L. 10 : l’initiale du mot umn ne porte que deux points au lieu de trois ; aussi devait-elle être prononcée t comme à présent et serait, partant, la plus ancienne attestation de l’altération de la consonne. Bien que la lecture du ʾ puisse paraître incertaine, sa forme écourtée est confirmée par les ʾ-s successifs du verbe ištarī, spécialement aux lignes 5 et 6. L’encre mouillée a brouillé les trois dernières lettres du verbe yaīru. Si les deux points du ʾ initial rendent sa lecture certaine, le ād n’a pu être rétabli que par conjecture, comme le ʾ empâté dont l’aspect peut prêter à confusion avec un wāw dont il a pris incidemment la forme. Aussi la lecture yakūnu doit être écartée. Le terme āl désignait aussi bien le jujubier sauvage (barrī)137 ou de montagne (al-ǧabalī)138 que les jujubes139 couramment dénommés nabq ou nabiq140, rarement dūm par quelques bédouins141. Cet arbuste armé de fortes épines doit être l’espèce tantôt spontanée et tantôt cultivée que l’Égypte désigne indifféremment de nos jours sous les noms de sidr142 ou nabq, et les botanistes sous le terme latin de Zizyphus Spina Christi (L.) Wild143 que lui réserva Linné au xviiie siècle. Ses fruits (barama) secs devaient dégager une senteur pénétrante144 susceptible de chasser les relents des latrines, sans atteindre toutefois la puissance du parfum exhalé par les jujubes des confins (arāf) du Yémen : ils embaumaient tant de loin que leur arôme arrivait aux narines des passants qui en prenaient alors le chemin pour les découvrir145. Toutefois, les jujubes devaient sécher au soleil avant leur vente comme désodorisant naturel pour les toilettes.

25L. 11 : le rédacteur a commencé par écrire li-l-duūl puis ajouté al-kanīf. Mais il a négligé de biffer le premier al-. Toutefois, cet oubli n’est peut-être pas inadvertance, mais une forme archaïque répandue dans le parler populaire où le mot déterminé par annexion pouvait être précédé de l’article. Le passage ne permet cependant pas d’affirmer si les jujubes secs devaient être emportés avant l’accès au cabinet d’aisances ou y demeurer pour masquer les miasmes fécaux. Le pronom affixe joint à la préposition min est au féminin, bien qu’il remplace un nom masculin āl, dont le genre est prouvé en premier par le verbe yaīru qui le précède où les deux points du ʾ se distinguent encore bien qu’estompés, puis par le mot ǧāffan qui le suit.

26L. 16 : on peut lire qallamā au lieu de fa-lammā. Le sens serait alors : je me rends rarement.

  • 146 Al-Kindī, Wulāt, p. 65.
  • 147 Ibn Duqmāq, Intiṣār, IV, p. 55.
  • 148 Al-Maqrīzī, Mawāʿiẓ, éd. Būlāq, II, p. 264 ; éd. Sayyid, II, p. 49 ; III, p. 510, 511.

27L. 20 : le mot qaab doit s’appliquer à la canne à sucre que Qurra b. Šarīk introduisit dans le pays en 96/714-715, selon une tradition tardivement recueillie par al-Kindī dans son Livre des gouverneurs : elle fut plantée dans une terre morte (mawāt) sise au bord de l’étang d’al-Maʿāfir (devenu plus tard Birkat al-Ḥabaš) et désignée sous le terme d’iṣṭabl (étable), déterminé tantôt par le nom du gouverneur, tantôt par le mot primitivement donné à la grande graminée tropicale, mot que les copistes ont altéré en le recopiant dans les manuscrits : al-qās dans la source plus ancienne146, al-fāš dans la seconde147, enfin al-qāmiš dans la dernière148.

Verso

  • 149 Lane, 1863-1893, IV, p. 1578.
  • 150 Voir par exemple TWÄ, p. 456, no 15, l. 5 ; MEF, III, p. 4, no II, l. 4, p. 23, no XIV, l. 4, p. 25 (...)

28L. 2 : le terme šiqqa/šuqqa qualifiait des vêtements formés de deux pans d’étoffe cousus ensemble149. Leur fréquence dans les papyrus150 atteste leur usage courant en Égypte dans les quatre premiers siècles de l’Islam.

  • 151 Al-Yaʿqūbī, Buldān, p. 331 ; Ibn al-Faqīh, Buldān, p. 63 ; Yāqūt, Muʿǧam, IV, p. 867.

29L. 3 : le pluriel bawāqīl est attesté dans les ouvrages géographiques151.

Recto

Image

P. Louvre inv. Jean-David Weill 22.

Verso

Image

P. Louvre inv. Jean-David Weill 22.

Haut de page

Bibliographie

Outils de travail

Dozy, Reinhart, Supplément aux dictionnaires arabes, 2 vol., Brill, Leyde, 1881.

EI2 = Encyclopédie de l’islam, 2e éd., 12 vol., Brill, Leyde, 1960-2007.

al-Fīrūzābādī, al-Qāmūs al-muī, Maktabat Libnān, Beyrouth, 1407/1987.

Ibn Manẓūr, Lisān al-ʿArab, 15 vol., Dār Ṣādir, Beyrouth, 1374/1955-1375/1956.

Lane, Edward William, An Arabic-English Lexicon, 8 vol., Williams and Norgate, Londres, Édimbourg, 1863-1893.

Ullmann, Manfred, Wörterbuch der klassischen arabischen Sprache, 2 vol., Otto Harrassowitz, Wiesbaden, 1957-2009.

al-Zabīdī, ǧ al-ʿarūs, 10 vol., al-Maṭbaʿa al-ḫairiyya, Le Caire, 1306/1888-1307/1889-1890.

Papyrologie

ABB = Diem, Werner, Arabische Briefe des 7. bis 13. Jahrhunderts aus den Staatlichen Museen Berlin, 2 vol., Documenta Arabica antiqua 4, Harrassowitz Verlag, Wiesbaden,1997.

APEL = Grohmann, Adolf, Arabic Papyri in the Egyptian Library, 6 vol. parus, Dār al-Kutub al-Miṣriyya, Le Caire, 1934-1962.

APRL = Margoliouth, David Samuel, Catalogue of Arabic Papyri in the John Rylands Library, The Manchester University Press, Manchester, 1933.

Cahen, Claude, « Note sur le papyrus JDW 22 », jointe à David-Weill, Jean (†), Cahen, Claude et al., « Papyrus arabes du Louvre III », JESHO 21, 2, 1978, p. 163-164.

Dietrich, Albert, Drogenhandel im islamischen Ägypten, Carl Winter, Heidelberg, 1954.

FWAP = Grohmann, Adolf, From the World of Arabic Papyri, al-Maaref Press, Le Caire, 1952.

LA = Rāġib, Yūsuf, « Lettres arabes I », AnIsl 14, 1978, p. 15-35 ; II, AnIsl 16, 1980, p. 1-29.

Leyerer, C., « Studien zum Rechnungswesen der Arabischen Steuerämter » in Grohmann, Adolf (éd.), Arabische Papyri aus der Sammlung Carl Wessely im Orientalischen Institute (Orientální Ústav) zu Prag, ArOr 12, Prague, 1941, p. 85-112.

MEF = Rāġib, Yūsuf, Marchands d’étoffes du Fayyoum au iiie/ixe siècle d’après leurs archives (actes et lettres), I, AnIsl-Suppl. 2, 1982 ; II, AnIsl-Suppl. 5, 1985 ; III, AnIsl-Suppl. 14, 1992 ; V/I, AnIsl-Suppl. 16, 1996.

Rāġib, Yūsuf, « Quatre papyrus arabes d’Edfou », AnIsl 14, 1978, p. 1-14.

Rāġib, Yūsuf, « Sauf-conduits d’Égypte omeyyade et abbasside », AnIsl 31, 1997, p. 143-168.

Rāġib, Yūsuf, « Une lettre familiale rédigée en 102/721 », AnIsl 45, 2011, p. 273-284.

Rāġib, Yūsuf, « Une lettre de Šaǧar al-Durr au futur sultan Quṭuz », AnIsl 48, 2, 2014, p. 135-165.

Sijpesteijn, Petra M., « Travel and Trade on the River » in Sijpesteijn, Petra M. & Sundelin, Lennart (éd.), Papyrology and the History of Early Islamic Egypt, Brill, Leyde, 2004, p. 115-152.

TWÄ = Grohmann, Adolf, « Texte zur Wirtschaftsgeschichte Ägyptens in arabischer Zeit », ArOr 7, 1935, p. 437-472.

Sources

Abū Dāwūd, aī sunan al-muṣṭafā, 2 vol., al-Maṭbaʿa al-tāziyya, Le Caire, s.d.

Ibn al-Bayṭār, al-Ǧāmiʿ li-mufradāt al-adwiya wa-l-aġiya, 2 vol., Beyrouth, 1412/1992 ; Leclerc, Lucien (trad.), Traité des simples, I, Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale XXIII, 1re partie, Paris, 1877 ; II, XXV, 1re partie, Paris, 1881 ; III, XXVI, 1re partie, Paris, 1883.

Ibn al-Faqīh, Mutaar kitāb al-buldān, M.J. De Goeje (éd.), BGA V, Leyde, 1885 ; H. Massé (trad.), Abrégé du livre des pays, Damas, 1973.

Ibn Māǧa, Sunan, 2 vol., M.F. ʿAbd al-Bāqī (éd.), Beyrouth, s.d.

Ibn Sīnā, al-Qānūn fī al-ibb, 3 vol., M.A. al-Ḍannāwī (éd.), Beyrouth, 1420/1999.

Ibn al-Ṭiqṭaqā, al-Farī fī al-ādāb al-sulāniyya wa-l-duwal al-islāmiyya, Dār Ṣādir, Beyrouth, 1966 ; C.E.J. Whitting (trad.), Luzac, Londres, 1947.

al-Kindī, Kitāb al-wulāt wa-kitāb al-quāt, R. Guest (éd.), Brill, Leyde, 1912.

Maïmonides, Šar asmāʾ al-ʿuqqār, M. Meyerhof (éd.), Ifao, Le Caire, 1940.

al-Maqrīzī, Ittiʿā al-unafā bi-abār al-aʾimma al-fāimiyyīn al-ulafā, I, Ǧ. al-Šayyāl (éd.), Le Caire, 1387/1967 ; II-III, M.Ḥ.M. Aḥmad (éd.), Le Caire, 1390/1971-1393/1973.

al-Maqrīzī, Kitāb al-Mawāʿi wa-l-iʿtibār bi-ikr al-ia wa-l-āār, 2 vol., Būlāq, 1270/1853 ; A.F. Sayyid (éd.), Londres, 1422/2002-1425/2004.

al-Nuwayrī, Nihāyat al-arab fī funūn al-adab, 33 vol., Maṭbaʿat Dār al-Kutub al-Miṣriyya, Le Caire, 1342/1923-1374/1954.

al-Qalqašandī, ub al-aʿšā fī ināʿat al-inšāʾ, 14 vol., Dār al-Kutub al-Miṣriyya, Le Caire, 1331/1913-1338/1919.

Saḥnūn, al-Mudawwana al-kubrā, 16 vol., al-Maṭbaʿa al-Ḫayriyya, Le Caire, 1323/1906-1324/1907.

al-Saraḫsī, Kitāb al-Mabsū, 30 vol., Maṭbaʿat al-Saʿāda, Le Caire, 1324/1906-1331/1913.

Sawīrus b. al-Muqaffaʿ, Siyar al-bīʿa al-muqaddasa, B. Evetts (éd. et trad.), History of the Patriarchs of the Coptic Church of Alexandria, I, PatrOr 1, 2, 1948, p. 103-214 ; II, PatrOr 1, 4, 1948, p. 383-518 ; III, PatrOr 5, 1, 1948, p. 3-215 ; IV, PatrOr 10, 5, 1959, p. 359-551.

al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, M.J. De Goeje (éd.), inséré à la suite d’Ibn Rusta, al-Aʿlāq al-aīra, BGA VII, Leyde, 1892 ; G. Wiet (trad.), Les pays, Ifao, Le Caire, 1937.

Yāqūt, Muʿǧam al-buldān, 6 vol., F. Wüstenfeld (éd.), Brockhaus, Leipzig, 1866-1873.

Études

Ascherson, P. & Schweinfurth, G., « Illustration de la flore d’Égypte » in MIE II, 1889, p. 25-260.

Ashtor, E., Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, Monnaie, prix, conjoncture 8, SEVPEN, Paris, 1969.

Bacharach, J.L. & Awad, H.A., « Rare Early Egyptian Islamic Coins and Coin Weights: The Awad Collection », JARCE 18, 1981, p. 51-56.

Balog, P., Umayyad, ʿĀbbasid (sic) and ūlūnid Glass Weights and Vessel Stamps, Numismatic Studies 13, The American Numismatic Society, New York, 1976.

Bates, M.L., « Coins and Money in the Arabic Papyri » in Rāġib, Yūsuf (éd.), Documents de l’Islam médiéval. Nouvelles perspectives de recherches, TAEI 29, Ifao, Le Caire, 1991, p. 43-64.

Blachère, R. & Gaudefroy-Demombynes, M., Grammaire de l’arabe classique: morphologie et syntaxe, Maisonneuve & Larose, Paris, 1975.

Brunschvig, R., « Conceptions monétaires chez les juristes musulmans », Arabica 14, 1967, p. 113-143 ; repr. in Études d’islamologie, vol. 2, Paris, 1976, p. 271-301.

Chalmeta, P., « Monnaie de compte, monnaie fiscale et monnaie réelle en Andalus » in Rāġib, Yūsuf (éd.), Documents de l’Islam médiéval. Nouvelles perspectives de recherches, TAEI 29, Ifao, Le Caire, 1991, p. 65-88.

Goitein, S.D., A Mediterranean Society: The Jewish Communities of the Arab world as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, 6 vol., University of California Press, Berkeley, Los Angeles, 1967-1994.

Grierson, Ph., « The Monetary Reforms of ʿAbd al-Malik: Their Metrological Basis and their Financial Repercussions », JESHO 3, 1960, p. 241-264.

Grohmann, A., Einführung und Chrestomathie zur arabischen Papyruskunde, ArOr 13, Prague, 1954.

Gruendler, B., The Development of the Arabic Scripts: From the Nabatean Era to the First Islamic Century According to Dated Texts, Harvard Semitic Museum, Scholars Press, Atlanta, Georgia, 1993.

Miles, G.C., Early Arabic Glass Weights and Stamps: A Supplement, American Numismatic Society, New York, 1951.

Miles, G.C., « The Early Islamic Bronze Coinage of Egypt » in Centennial Volume of the American Numismatic Society, New York, 1958, p. 471-502.

Miles, G.C., « On the Varieties and Accuracy of Eighth Century Arab Coin Weights », ErIsr 7, 1964, p. 78-87.

Miles, G.C., EI2, II, 1962, p. 328-329, s.v. « Dirham ».

Morton, A.M., A Catalogue of Early Islamic Glass Stamps in the British Museum, Londres, 1985.

Petrie, W.M. Flinders, Glass Stamps and Weights, Londres, 1926.

Rāġib, Yūsuf, « Les sanctuaires des Gens de la Famille dans la Cité des morts au Caire », RSO 51, 1977, p. 47-76.

Rāġib, Yūsuf (éd.), Documents de l’Islam médiéval : nouvelles perspectives de recherche, Le Caire, 1991.

Schindel, N., « The Balkh 93 AH Fulus Revisited » in Callegher, B. & d’Ottone, A. (éd.), The 2nd Simone Assemani Symposium on Islamic Coins, Trieste, 2010, p. 72-89.

Udovitch, A.L., EI2, II, 1964, p. 786-788, s.v. « Fals ».

Zuckerman, C., Du village à l’Empire : autour du Registre fiscal d’Aphroditô (525/526), Monographies 16, Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance, Paris, 2004.

Zysow, A., EI2, XII, 2007, p. 724-727, s.v. « Ṣarf ».

Haut de page

Notes

1 Comme la commande tardive de Heidelberg publiée par Dietrich, 1954, p. 6-7.

2 Cahen, « Note », p. 163-164.

3 Cahen fut le premier à différer la publication de la « liste de marchandises de déchiffrement difficile », dont il reproduisit toutefois sans attendre le passage relatif aux dirhams du marché, « Note », p. 163.

4 Nombre de juristes regardent le change comme « un nom pour une sorte de vente » (al-ṣarf ism li-nawʿ bayʿ), suivant les termes d’al-Saraḫsī, Mabsūṭ, XIV, p. 2. Opinion partagée par Saḥnūn dans plusieurs endroits de sa Mudawwana : vente de l’or et de l’argent (bayʿ al-ḏahab wa-l-wariq), VIII, p. 105 ; vente de l’argent avec de l’or (bayʿat al-fiḍḍa bi-l-ḏahab), VIII, p. 131 ; au sujet d’un homme qui acquiert les dirhams avec un dinar (fī al-raǧul yabtāʿu al-darāhim bi-dīnār), VIII, p. 125 ; si tu achètes avec un dinar cent dirhams (in ištarayta bi-dīnār miʾat dirham), VIII, p. 131 ; ou des fals avec un dirham (fulūsan bi-dirham), VIII, p. 103. L’assimilation de l’échange des monnaies aux ventes n’est guère effleurée par Brunschvig, 1967, et Zysow, 2007.

5 Kabīr (l. 2) ; bi-dirham et ḥaṭab (l. 3) ; tawābil (l. 4) ; les deux bāʾ-s de zabīb et ḥabb (l. 5) ; bīḍ (l. 6) et bika (l. 16).

6 Tannūr (l. 2) ; zayt (l. 8) ; bi-tumn (l. 10) et les deux tāʾ-s de intaqaltu (l. 16).

7 Al-ǧarā[siyā] (l. 9).

8 Zabīb (l. 5).

9 Ǧāffan (l. 10).

10 Tannūr (l. 2) ; uswāniyya (l. 6) ; kanīf (l. 11) et intaqaltu (l. 16).

11 Di<r>hamayn (l. 1) ; kabīr (l. 2) ; tīn (l. 4) ; zabīb (l. 5) ; bīḍ et uswāniyya (l. 6) ; zayt (l. 8) ; ḥīnama et yaṣīru (l. 10) ; kanīf et laṭīf (l. 11).

12 Liṭāf (l. 1) ; filasṭīnī (l. 8) ; ǧāffan (l. 10) ; kanīf et fa-štarī (l. 11) ; ʿāfāka (l. 12) ; fa-inn (l. 13) ; bi-nafsī (l. 14) ; fa-kfinī (l. 15) et fa-lammā (l. 16).

13 Ǧāffan (l. 10).

14 Le premier de intaqaltu (l. 16).

15 Tannūr (l. 2) ; zayt (l. 8) ; bi-tumn (l. 10) et le dernier de intaqaltu (l. 16).

16 Di<r>hamayn (l. 1) ; kabīr (l. 2) ; tīn (l. 4) ; zabīb (l. 5) ; bīḍ et uswāniyya (l. 6) ; zayt (l. 8) ; ḥīnama et yaṣiru (l. 10) ; kanīf et laṭīf (l. 11).

17 Bi-sitta et ḥaṭab (l. 2) et bawāqīl (l. 3). Mais aucun point sous les quatre autres : bi-dirham (l. 2) ; bi-arbaʿat et qaṣab (l. 3).

18 Le tāʾ initial de tisʿa (l. 4), et anfaqtuhā (l. 6). Les sept autres n’en possèdent aucun : šiqqatayn et sitta (l. 2) ; arbaʿa (l. 3) ; safīna et tisʿa (l. 4) ; ʿašra (l. 5) et sūqiyya (l. 6).

19 Zayt (l. 4).

20 Anfaqtuhā (l. 6). Les six autres en sont dépourvus : fals et niṣf (l. 3) ; safīna (l. 4) ; fals et ṣarf (l. 5) ; fa-qad (l. 6).

21 Šiqqatayn (l. 2) ; bawāqīl (l. 3) ; sūqiyya et anfaqtuhā (l. 6). Les deux autres ne portent pas de point : qaṣab (l. 3) et qad (l. 6).

22 Le nūn final de naʿlayn (l. 2) ; ḥammālīn et safīna (l. 4). Mais aucun point n’accompagne les sept autres : šiqqatayn et le nūn initial de naʿlayn (l. 2) ; niṣf (l. 3) ; dirhamayn (l. 4) ; ʿišrīn et dīnar (l. 5) et anfaqtuhā (l. 6).

23 Šiqqatayn et naʿlayn (l. 2) ; bawāqīl (l. 3) et safīna (l. 4). Les six autres sont privés de diacritiques : dirhamayn, zayt et ḥammālīn (l. 4) ; ʿišrīn et dīnār (l. 5) et sūqiyya (l. 6).

24 Bawāqīl (l. 3) et sūqiyya (l. 6).

25 Šiqqatayn (l. 2) et anfaqtuhā (l. 6).

26 Les yāʾ-s de šiqqatayn (l. 2) ; bawāqīl (l. 3) ; sūqiyya (l. 6) et le tāʾ de anfaqtuhā (l. 6).

27 Comme le souligne Grohmann, FWAP, p. 83.

28 Le yāʾ et le tāʾ de zayt, puis le yāʾ de safīna (l. 4).

29 Ainsi les appelle al-Qalqašandī, Ṣubḥ, III, p. 129.

30 Six étirent à l’excès, au recto, les mots ḥaṭab (l. 3), dirham (l. 4), rummān (l. 5), qandīl (l. 8) et ǧāffan (l. 10).

31 Terme employé par al-Qalqašandī, Ṣubḥ, III, p. 80.

32 Al-Qalqašandī, Ṣubḥ, III, p. 86.

33 Al-Qalqašandī, Ṣubḥ, III, p. 130.

34 Le qāf pourvu d’un seul point souscrit apparaît dès 92/711 dans la signature peinte sur le stuc du mur à droite de l’entrée de Qaṣr Ḫarāna, RCEA, I, p. 18-19, no 20, comme l’ont relevé Grohmann, FWAP, p. 85, puis Gruendler, Development, p. 87 (p. 17). Mais son usage devait être limité, comme en témoigne sa rareté dans les manuscrits des trois premiers siècles, Grohmann, FWAP, p. 84-85.

35 Hypothèse avancée par Miles, 1964, p. 82, puis Balog, 1976, p. 25.

36 Des trois retrouvés en Égypte, deux seulement ont été publiés : Petrie, 1926, p. 15, no 88, pl. II ; Miles, 1951, p. 4-5, no 2, pl. I ; et le dernier (V.Stras.4), que conserve la collection de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, le sera prochainement dans la publication annoncée par Éric Ollivier.

37 Balog, 1976, p. 25, 74, no 131 ; Morton, 1985, p. 18.

38 La collection de l’université de Tübingen possède peut-être le plus ancien : encore inédit, il porte le nom de Mūsā et la date 171/787-788, Bates, 1976, p. 52.

39 Les dirhams de la seconde moitié du iie/viiie siècle sont, en effet, rarissimes, comme le soulignait Miles, 1964, p. 79 : il n’en connaissait que huit fabriqués dans l’atelier de la capitale avant 200/815-816, Miles, 1964, p. 82-83 ; Balog, 1976, p. 25. Même de nos jours, le nombre de pièces blanches émises sous les Abbassides en Égypte demeure faible, Bacharach, Awad, 1981, p. 54-55 ; Bates, 1991, p. 56.

40 Balog, 1976, p. 25-26 ; Morton, 1985, p. 16, 18. Ainsi, dans la collection rassemblée par Balog, qui comporte 231 pièces, il n’en avait décompté que dix destinées à peser l’argent, alors que 120 étaient dédiées à l’or et 101 au cuivre, Balog, 1976, p. 25. Les poids oubliés ou inédits ne pourront en augmenter sensiblement le nombre, même en joignant les incertains trop dégradés pour être identifiés avec certitude, comme Éric Ollivier me l’a obligeamment souligné.

41 Aussi Udovitch, 1965, p. 788, place-t-il l’abandon de leur frappe vaguement dans la première moitié du iiie/ixe siècle.

42 Miles, 1958, p. 495-496 ; Bates, 1991, p. 53.

43 Al-Kindi, Wulāt, p. 190-192, 196.

44 Comme le soulignent Bacharach, Awad, 1981, p. 55.

45 La disparition des fals ne semble pas l’effet du hasard : elle serait la conséquence de l’introduction des dirhams, comme le suggère Bates, 1991, p. 57.

46 Miles, 1958, p. 497-499 ; Bates, 1991, p. 53.

47 ʿĀfāka Allāh (recto, l. 12) et raḥimaka Allāh (recto, l. 15).

48 L’emploi des particules dans l’adresse est commenté par Rāġib, 2014, p. 140-142.

49 Le rédacteur d’une lettre informe le destinataire qu’un bateau l’avait amené de Sayla sur le canal qui se jette dans le Baḥr Yūsuf jusqu’à la capitale, Sijpesteijn, 2004, p. 135-136.

50 Rāġib, 2014, p. 146.

51 Comme l’atteste le verbe akfinī (fais-le pour moi ou à ma place) en fin de commande, même si le rédacteur revient à la dernière ligne sur la canne à sucre pour une raison emportée par les fibres perdues.

52 LA, II, p. 4-7, no IX.

53 Comme le courtier du Fayyoum dans le compte dressé au dos d’une lettre reçue où il a donné le total des premiers articles à la septième ligne, puis omis celui des suivants à sa fin, MEF, V/I, p. 38-39.

54 Comme dans une lettre de Berlin, ABB, p. 93, no 40, l. 5-6.

55 Dans une autre lettre, elle aussi conservée à Berlin, le salaire des porteurs est distingué de celui des mariniers, ABB, p. 183, no 58, l. 8.

56 En attribuant le papyrus au iiie siècle de l’Islam, alors que son écriture le fait remonter au précédent, Cahen estimait à tort que le cours du dirham était « fortement supérieur à l’ordinaire ». Aussi fut-il conduit à supposer que le dinar nommé devait être « plus petit ou d’un aloi moins pur que le dinar légal », ou qu’il s’agissait « peut-être en fait d’un demi-dinar comme on en frappait souvent », « Note », p. 163-164.

57 Goitein, 1967-1994, vol. 1, p. 240.

58 Grierson, 1960, p. 257-259 ; Schindel, 2010, p. 78.

59 Saḥnūn, Mudawwana, VIII, p. 101 ; al-Saraḫsī, Mabsūṭ, XIV, p. 21, 23 ; Miles, 1965, p. 329 ; Brunschvig, 1967, p. 288, 291 ; Ashtor, 1969, p. 40.

60 Dans un important passage des Šawāmil traduit par Brunschvig, 1967, p. 272.

61 Comme le révèle un papyrus de Vienne datable par l’écriture du iie/viiie siècle, cité par Grohmann, 1954, p. 191, et dont Lucian Reinfandt prépare l’édition.

62 Saḥnūn, Mudawwana, VIII, p. 101-105, 107-109, 119, 125-126, 130-131 ; Miles, 1965, p. 329 ; Brunschvig, 1967, p. 291 ; Grierson, 1960, p. 257, 259. Ce taux de change de l’or contre l’argent semble avoir été courant dès l’Antiquité, notamment dans l’Empire achéménide et à Rome au iiie siècle, Schindel, 2010, p. 78.

63 Comme l’atteste une liste de paiements des gens du commun (ʿāmma) conservée à Vienne (PERF no 640) datable du iie/viiie siècle, Leyerer, « Studien », p. 110-111, no VII, l. 8-11, p. 112 ; Grohmann, 1954, p. 191 ; Ashtor, 1969, p. 77.

64 Ces adjectifs substantivés désignèrent longtemps les deux métaux précieux, Abū Dāwūd, Ṣaḥīḥ, II, p. 94 ; Ibn Māǧa, Sunan, I, p. 582 (1820). Ils ont traversé les siècles, comme en témoigne un passage d’Ibn al-Ṭiqṭaqā, Faḫrī, p. 82 ; trad. Whitting, p. 79 ; Grierson, 1960, p. 257.

65 Sawīrus b. al-Muqaffaʿ, Siyar, III, p. 68. Le souvenir des mesures imposées aux Coptes ne sombra pas dans l’oubli, Rāġib, 1997, p. 143-144.

66 Sawīrus b. al-Muqaffaʿ, Siyar, III, p. 68-69. Grohmann, 1954, p. 191, omet de souligner que ce cours exorbitant était exceptionnel.

67 Cent dinars valaient tantôt mille dirhams et tantôt deux mille, Saḥnūn, Mudawwana, VIII, p. 101. Mais le second cours semble plus courant que le premier, comme le suggèrent d’innombrables passages de la Mudawwana de Saḥnūn, VIII, p. 101-105, 107-109, 119, 125-126, 130-131. Ce taux semble avoir longtemps perduré, selon un passage d’al-Ǧawharī (ive/xe siècle) découvert par Grierson, 1960, p. 260, dans le Lexicon arabico-latinum de J. Golius, Leyde, 1653 (dirham) ; repris par Schindel, 2010, p. 79.

68 Brunschvig, 1967, p. 290.

69 Miles, 1964, p. 84, 87 ; Balog, 1976, p. 26 ; Morton, 1985, p. 16-17 ; Bates, 1976, p. 55-56. Cette monnaie est désignée dans l’inscription sous différentes expressions : dirham wāfin, Balog, 1976, p. 247, no 680 ; miṯqāl dirham, Balog, 1976, p. 74, no 131 ; Morton, 1985, p. 77, no 140 ; miṯqāl dirham wāfin, Balog, 1976, p. 98-99, nos 243-245, p. 129, no 357 ; miṯqāl dirham ṯulṯayn wāfin, Balog, 1976, p. 152, no 434 ; Morton, 1985, p. 101-102, no 244. Enfin, quelques pièces rarissimes sont appelées dirham kayl, Balog, 1976, p. 25, 295-296, no 834 ; Morton, 1985, p. 18 ; Bates, 1976, p. 56.

70 Balog, 1976, p. 25-26 ; Morton, 1985, p. 18-21. Les légendes leur donnent tantôt le nom de niṣf dirham wāfin, Balog, 1976, p. 223, no 631 ; tantôt de niṣf kayl, Morton, 1985, p. 135, no 392.

71 Comme le précise la légende des rares spécimens subsistants : Miles, 1964, p. 87 ; Balog, 1976, p. 26, 112, nos 282-284, p. 115, nos 296-297, p. 120, nos 322-325, p. 138, no 388 ; Morton, 1985, p. 18, 83, nos 163-164 ; Bates, 1976, p. 55, 56.

72 Comme l’avançait Cahen dans « Note », p. 164.

73 Saḥnūn, Mudawwana, VIII, p. 154 ; al-Saraḫsī, Mabsūṭ, XIV, p. 26, 28-29.

74 Aussi furent-ils parfois qualifiés d’or (fals ḏahab), comme dans deux papyrus de Vienne (PERF nos 584 et 647), APEL, VI, p. 188 ; Grohmann, 1954, p. 214. Cette expression devait alors désigner « un versement en cuivre pris en compte comme une fraction de la monnaie d’or », attesté en Égypte au ve siècle, Zuckerman, 2004, p. 64. Mais aucun papyrus ne révèle de fals fiḍḍa.

75 Miles, 1964, p. 83-87 ; Morton, 1985, p. 21-25.

76 Balog, 1976, p. 295, no 833.

77 Morton, 1985, p. 46-47, no 4.

78 Balog, 1976, p. 205, no 599, p. 256-257, no 700.

79 Balog, 1976, p. 65, no 86 ; Morton, 1985, p. 53-54, nos 33-35.

80 Balog, 1976, p. 47, no 18, p. 205, no 598 ; Morton, 1985, p. 119, no 333, p. 141, no 415.

81 Balog, 1976, p. 65, no 85, p. 295, nos 829-832 ; Morton, 1985, p. 141, nos 416-417.

82 Balog, 1976, p. 65, no 84, p. 256, no 699 ; Morton, 1985, p. 54, no 36.

83 Balog, 1976, p. 64, nos 79-83, p. 294, nos 825-828 ; Morton, 1985, p. 54, nos 37-39, p. 135, no 395, p. 141, no 418.

84 Balog, 1976, p. 63, nos 77-78, p. 93, nos 218-220, p. 293, nos 819, p. 54, nos 37-39, p.180, no 539, p. 281, no 775, p. 293, nos 819-824 ; Morton, 1985, p. 54-55, no 40, p. 73, nos 114-117, p. 137, no 402, p. 141, nos 419-420, p. 142, no 421.

85 Balog, 1976, p. 120, nos 319-321, p. 182, no 774, p. 292, nos 816-818.

86 Balog, 1976, p. 63, no 76, p. 119, nos 317-318, p. 136, no 383, p. 158, nos 460-462 ; Morton, 1985, p. 55, no 41, p. 62-63, no 73, p. 102, no 248, p. 142, no 423.

87 Balog, 1976, p. 291, nos 810-811, p. 292, nos 811-815 ; Morton, 1985, p. 142-143, nos 424-434.

88 Balog, 1976, p. 158, nos 458-459 ; Morton, 1985, p. 102, no 249, p. 142-143, nos 435-436.

89 Balog, 1976, p. 138, no 387, p. 291, no 809 ; Morton, 1985, p. 95, nos 217-218, p. 97, no 223.

90 Balog, 1976, p. 290, no 808.

91 Balog, 1976, p. 81, nos 152-157, p. 104-105, nos 260-264, p. 125, no 347, p. 157, no 457, p. 166, no 497, p. 275, no 759 ; Morton, 1985, p. 63-64, nos 74-84, p. 78-79, nos 148-149, p. 105-106, no 273, p. 102-103, nos 252-253, p. 114, no 314, p. 134, nos 390-391, p. 136, no 398, p. 138-139, no 409, p. 144-145, nos 439-444.

92 Morton, 1985, p. 134, no 388.

93 Balog, 1976, p. 166, no 496 ; Morton, 1985, p. 106, nos 274-277, p. 145, nos 443-444.

94 Balog, 1976, p. 166, no 495 ; Morton, 1985, p. 106, nos 278-280, p. 137, no 403, p. 145, nos 445-446.

95 Balog, 1976, p. 62, no 75 ; Morton, 1985, p. 55, no 42.

96 Balog, 1976, p. 188-189, no 566.

97 Balog, 1976, p. 62, no 74, p. 124-125, nos 343-346, p. 178, nos 533-534, p. 193, no 576 ; Morton, 1986, p. 115, nos 318-319, p. 118, no 328.

98 APEL, VI, p. 181 ; Grohmann, 1954, p. 218-219 ; Miles, 1964, p. 83, 85 ; Balog, 1976, p. 26, 81, nos 152-155 ; Morton, 1985, p. 63, nos 74-77.

99 Miles, 1964, p. 83-84 ; Balog, 1976, p. 26.

100 Balog, 1976, p. 295, no 833 ; Morton, 1985, p. 140, nos 413-418.

101 Balog, 1976, p. 65, no 86 ; Morton, 1985, p. 53, nos 33-35, p. 65, no 86.

102 Balog, 1976, p. 65, no 83.

103 Balog, 1976, p. 65, no 84 ; Morton, 1985, p. 56, no 36.

104 Comme le suggère l’absence de poids de fals dès la fin du iie/viiie siècle : toutefois, le dernier ne remonte pas à 180/796, comme le pensait Miles, 1964, p. 79 : deux verres découverts au British Museum révèlent que la monnaie de cuivre fut encore pesée pour une décennie : l’un porte le nom de ʿĀṣim b. Ḥafṣ sous le gouvernement de ʿAbd Allāh b. Muḥammad (189/805-190/806), Morton 1985, p. 118, no 328 ; l’autre celui de Ṣāliḥ b. Muslim, Morton 1985, p. 119, no 333. Quant aux estampilles frappées par Ḥamza b. al-Muġīra, qu’al-Kindī cite en 237/851 dans Wulāt, p. 199-200, la légende ne leur donne aucun nom : aussi leur destination demeure-t-elle inconnue, Balog, 1976, p. 256-257, nos 699-700.

105 Comme le déclaraient Abū Ḥanīfa et Abū Yūsuf, al-Saraḫsī, Mabsūṭ, XIV, p. 27-28 ; Saḥnūn, Mudawwana, XIV, p. 27 ; Brunschvig, 1967, p. 296-297.

106 Bates, 1976, p. 57.

107 Comme l’appelait Ashtor, 1969, p. 41.

108 Comme en témoigne Ibn al-Faqīh, Muḫtaṣar, p. 88 ; trad. Massé, Abrégé, p. 107-108 ; Chalmeta, 1991, p. 69.

109 Al-Saraḫsī, Mabsūṭ, XIV, p. 26.

110 APEL, V, p. 88, no 311, l. 2 ; APRL, p. 35, VI, no 2, l. 6, p. 99, VIII, no 14, l. 6 ; MEF, II, p. 9, no III, l. 7.

111 MEF, V/I, p. 5, no III, l. 3.

112 Al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1015 ; Lane, 1863-1893, vol. 6, p. 2309.

113 Šarḥ, p. 33, no 309.

114 Ǧāmiʿ, I/II, p.  254 ; Traité, I, p. 402, no 584.

115 Ǧāmiʿ, II/III, p. 232-235 ; Traité, III, p. 49-50, no 1712.

116 Comme l’atteste cette phrase d’al-Nuwayrī : dans une liste de huit substantifs, il est resté au singulier, alors que les sept autres sont au pluriel : aṣnāf al-ṭīb wa-l-buḫūrāt wa-l-ġawālī wa-l-nudūd wa-l-mustaqṭarāt wa-l-adhān wa-l-naḍūḥāt wa-adwiyyat al-bāh wa-l-ḫawāṣṣ, Nihāya, XII, p. 1.

117 Les collectifs naturels fournissent au Moyen Âge des accords indifféremment du singulier ou du pluriel, Blachère et Gaudefroy-Demonbynes, Grammaire, p. 291.

118 Comme dans la longue page qu’Ibn Sīnā consacre à l’élaboration de médicaments pour les reins, Qānūn, II, p. 691. Le mot y figure deux fois : d’abord, dans la phrase où la préparation devait être laissée dans un four ḥārr une nuit durant ou moins, sans excès dans la combustion (tutrak fī tannūr ḥārr layla aw aqall min ġayr mubālaġa fī al-iḥrāq) ; puis quelques lignes plus bas dans une recette différente où le remède devait cuire dans un four autre que ce ḥārr (fī tannūr laysa bi-ḏālika al-ḥārr).

119 Rāġib, 1978, p. 4, no I, l. 28.

120 Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, I, p. 200, 201 ; Traité, I, p. 326-327.

121 Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, I, p. 200, 202 ; Traité, I, p. 326-327 ; al-Nuwayrī, Nihāya, XI, p. 154, 155, 156, 157.

122 Al-Nuwayrī, Nihāya, XI, p. 100.

123 Ibn al-Faqīh, Muḫtaṣar, p. 63 ; trad. Massé, Abrégé, p. 79.

124 Comme le révèle un passage d’al-Yaʿqūbī, Buldān, p. 331 ; trad. Wiet, Les pays, p. 186.

125 MEF, II, p. 56, no XXIII, l. 17, p. 57-58, 70, no XXVIII, l. 7.

126 Comme permet de le déduire un passage d’al-Yaʿqūbī, Buldān, p. 331 ; trad. Wiet, Les pays, p. 186 : les kīzān que les Égyptiens appellent bawāqīl.

127 On découvre les mots : « huile de ricin pour la lampe » (duhn ḫirwaʿ li-l-miṣbāḥ) dans une lettre revenue au jour dans le tell d’Edfou, maintenant conservée à l’Ifao, Rāġib, 1978, p. 4 et 5, l. 28.

128 Al-Maqrīzī, Mawāʿiẓ, éd. Būlāq, I, p. 466 ; II, p. 264 ; éd. Sayyid, II, p. 52 ; IV/I, p. 56 ; Rāġib, 1977, p. 49.

129 Al-Maqrīzī, Ittiʿāẓ, III, p. 80 ; Rāġib, 1977, p. 49-50.

130 Ibn Manẓūr, Lisān, XII, p. 195 ; al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1486.

131 Maïmonide, Šarḥ, p. 39, no 371 ; Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, I, p. 221 ; Traité, I, p. 352, no 489.

132 Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, II, p. 249 ; Traité, III, p. 65, no 1749.

133 Maïmonide, Šarḥ, p. 39, no 371.

134 Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, I, p. 221, 253 ; II, p. 249 ; Traité, I, p. 352, no 480, p. 400, no 574 ; III, p. 65-66, no 1749.

135 Maïmonide, Šarḥ, p. 39, no 371.

136 Maïmonide, Šarḥ, p. 39, no 371 ; Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, I, p. 253 ; II, p. 249 ; Traité, I, p. 400, no 574 ; III, p. 65, no 1749 ; Dozy, 1887, I, p. 241.

137 Ibn Manẓūr, Lisān, XI, p. 397 ; al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1325 ; al-Zabīdī, Tāǧ, VII, p. 414 ; Lane, 1863-1893, V, p. 1810.

138 Ibn Manẓūr, Lisān, XI, p. 397 ; Lane, 1863-1893, V, p. 1810.

139 Ainsi sont-ils désignés dans trois estampilles de verre destinées à les peser qui portent le nom de l’émir éphémère ʿAbd al-Malik b. Marwān, le dernier nommé par les Omeyyades en Égypte en 132/750, Balog, 1976, p. 106, nos 267-268. Cette acception est confirmée par Maïmonide, Šarḥ, p. 29, no 269, et Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, II, p. 123 ; Traité, II, p. 386, no 1426. Mais le nom ḍāl devait sombrer dans l’oubli, comme le révèle la notice qu’al-Nuwayrī consacre au fruit sous le nom de nabq, Nihāya, XII, p. 144.

140 Ce nom leur est donné dans deux estampilles omeyyades, Balog, 1976, p. 57, nos 59-60, et une troisième anonyme de date indéterminée, p. 308, no 899 ; Morton, 1985, p. 35.

141 Ibn al-Bayṭār, Ǧāmiʿ, II, p. 6 ; Traité, II, p. 238, no 1165.

142 Ascherson, Schweinfurth, Illustration, p. 59.

143 Comme en témoignent Ascherson, Schweinfurth, Illustration, p. 59.

144 Comme le révèlent les mots ṭayyib al-rīḥ dans le vers d’Abū al-Faraǧ al-Babġāʾ où celui-ci chante les jujubes (al-nabq), vers reproduit par al-Nuwayrī, Nihāya, XI, p. 145.

145 Ibn Manẓūr, Lisān, XI, p. 398 ; al-Zabīdī, Tāǧ, VII, p. 415 ; Lane, 1863-1893, V, p. 1810.

146 Al-Kindī, Wulāt, p. 65.

147 Ibn Duqmāq, Intiṣār, IV, p. 55.

148 Al-Maqrīzī, Mawāʿiẓ, éd. Būlāq, II, p. 264 ; éd. Sayyid, II, p. 49 ; III, p. 510, 511.

149 Lane, 1863-1893, IV, p. 1578.

150 Voir par exemple TWÄ, p. 456, no 15, l. 5 ; MEF, III, p. 4, no II, l. 4, p. 23, no XIV, l. 4, p. 25, no XVII, l. 5, p. 44, no XXVIII, l. 3 ; IV, p. 9, no V, l. 6, p. 15, no VII, l. 7, 9 et 13, p. 21, no IX, l. 125, p. 38, no XV, l. 4.

151 Al-Yaʿqūbī, Buldān, p. 331 ; Ibn al-Faqīh, Buldān, p. 63 ; Yāqūt, Muʿǧam, IV, p. 867.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yūsuf Rāġib, “Une commande d’articles à Fustat rédigée dans le dernier tiers du iie siècle de l’Islam ou le premier du suivant”,Annales islamologiques, 50 | 2016, 269-290.

Référence électronique

Yūsuf Rāġib, “Une commande d’articles à Fustat rédigée dans le dernier tiers du iie siècle de l’Islam ou le premier du suivant”, Annales islamologiques [En ligne], 50 | 2016,
mis en ligne le 30 octobre 2016,
consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/anisl/2684 ;
DOI : 10.4000/anisl.2684

Haut de page

Auteur

Yūsuf Rāġib

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Institut français d'archéologie orientale (IFAO)

Haut de page
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • OpenEdition Journals