Navigation – Plan du site
Dossier – Merveilles, géographie et sciences naturelles au Proche-Orient médiéval

Quand les propriétés des plantes défiaient l’entendement

Parallèles antiques et arabes médiévaux
Ana M. Cabo-González
p. 39-51

Résumés

Notre but est d’analyser la transmission de certaines croyances ou propriétés supposées, mais parfois véritables, attribuées aux plantes, de l’Antiquité à la littérature géographique arabo-musulmane. Nous analyserons puis comparerons la description de plantes et de leurs merveilles chez certains auteurs anciens et chez les géographes arabo-musulmans.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les plantes et leurs propriétés merveilleuses font partie intégrante des croyances de l’homme depuis l’aube de l’humanité. Au long de l’histoire, les découvertes scientifiques ont réussi à séparer la science de la superstition, alors que les croyances magiques se sont éloignées de la science. En conséquence, les propriétés merveilleuses que les hommes avaient attribuées aux plantes par ignorance sont devenues des « choses curieuses » ou « curiosités » qui ont été incorporées dans la littérature durant l’Antiquité et au Moyen Âge.

2On retrouve ainsi de nombreux éléments du monde végétal désignés par des noms de parties du corps humain. Cela est en particulier vrai pour les plantes dont les feuilles, les tiges, les fleurs ou les racines ressemblent à des formes humaines, principalement aux mains, aux pieds, aux yeux, au nez ou encore aux organes sexuels, comme c’est le cas des orchidées. Cette analogie peut porter sur le corps entier, en particulier les nouveau-nés ou les fœtus, comme avec la racine de mandragore.

3Dans la médecine arabe préislamique, la guérison des malades reposait sur des cérémonies magiques, pratiquées par le plus sage de la tribu. Les plantes que proposait l’environnement étaient utilisées sous forme de potions, de pommades ; des formules magiques récitées ou chantées accompagnaient l’administration de ces médications.

  • 1 Girón, 1986.

4Ces pratiques furent remplacées par d’autres, scientifiques, une fois que l’empire musulman se fut déplacé au nord et mis en contact avec les cultures grecque et persane. La traduction des œuvres médicales, de botanique et de pharmacologie grecques conduisit à la formation des sciences arabes. Ainsi, aux iie/viiie et iiie/ixe siècles, si la croyance aux propriétés merveilleuses des éléments de la nature, en particulier, des plantes, persistait dans la société, leur usage n’était plus unique : les médecins avaient appris les propriétés de nombreux éléments de la nature, et avaient découvert certaines propriétés thérapeutiques des plantes. Pourtant, les travaux scientifiques rédigés à l’époque classique de l’Islam, en particulier en al-Andalus et en Afrique du Nord, contiennent fréquemment des paragraphes rapportant les merveilles des éléments de la nature, la plupart de celles-ci héritées de l’Antiquité, accompagnées de descriptions issues de l’expérimentation ou de l’étude particulière1.

5Un grand nombre de ces croyances remontent à l’aube de l’histoire et sont devenues parties intégrantes de la tradition de tous les peuples, principalement dans les cultures classiques, grecque, latine et persane, pour ensuite passer dans la littérature arabe et se retrouver dans les plus importantes des œuvres scientifiques rédigées à cette époque.

6Dans cette contribution, nous voudrions aborder un certain nombre de plantes auxquelles sont attribuées de telles propriétés merveilleuses, propriétés qui ont été transmises de l’Antiquité au Moyen Âge. Cependant, soulignons que même aujourd’hui, on trouve encore dans diverses communautés des activités quotidiennes et des expressions linguistiques qui témoignent de la croyance en ces qualités attribuées à certaines plantes, mais ces pratiques sont tellement insérées dans la vie courante que l’on en est inconscient.

  • 2 Cabo González, 1995 ; Cabo González, 2009 ; Carrillo & Torres, 1982, p. 15-20 ; Cola, 1947, p. 74-7 (...)
  • 3 Sur cet auteur et son œuvre, Bejarano, 1999 ; Kowalska, 1967 ; al-Qazwīnī, El Libro de las plantas  (...)

7Pour faire ce voyage dans le temps et l’espace, nous allons prendre comme guide deux grands auteurs, un occidental et un oriental : le premier est Muḥammad ʿAbd Allāh b. Aḥmad ibn al-Bayṭār al-Malāqī2 le dernier pharmacologue andalou et, à notre avis, le plus important ; et le deuxième est Abū Yaḥyā Zakariyyāʾ ibn Muḥammad al-Qazwīnī3, un des plus éminents cosmographes arabes de l’époque médiévale.

  • 4 Ibn al-Bayṭār, Kitāb al-ǧāmiʿ, éditions 1874 et 1992.

8Le travail d’Ibn al-Bayṭār intitulé Kitāb al-ǧāmiʿ li-mufradāt al-adwiya wa-l-aġiya4 nous permet de faire sur un vaste territoire un long voyage qui commence à la fin xiie siècle (entre 1180 et 1187) autour de la ville de Malaga, dans al-Andalus, et se termine au milieu du xiiie siècle à Damas, où le savant meurt en 1248. Pendant toutes ces années, Ibn al-Bayṭār traverse une partie importante d’al-Andalus, de l’Afrique du Nord, de l’Asie mineure, de la Syrie, de l’Égypte, du nord de la Péninsule arabique ainsi que la région du Croissant Fertile.

  • 5 Al-Qazwīnī, ʿAǧāʾib al-malūqāt, éditions 1966, 1973 et 1989.

9Avec al-Qazwīnī et son œuvre intitulée les ʿAǧāʾib al-malūqāt wa-ġarāʾib al-mawǧūdāt5, nous pouvons découvrir le monde naturel et les merveilles du xiiie siècle, et en particulier pour notre propos celles contenues dans la section sur les plantes.

10Les exemples collectés ont été divisés en deux sections. Dans la première sont donnés des cas où les plantes exercent des influences merveilleuses sur les hommes et les femmes ; dans la seconde, ce sont les hommes et les femmes qui produisent des effets merveilleux sur les plantes.

Plantes qui exercent des effets merveilleux sur les hommes et les femmes

  • 6 Álvarez, Ramón-Laca, 2005, p. 90.

11Le citron (laymūn, Citrus limon L.) nous occupera d’abord. Les propriétés de ce fruit sont bien connues et mentionnées de manière récurrente dans toutes les œuvres de la pharmacologie, même aujourd’hui. D’après Théophraste, Démocrite et Ibn al-Bayṭār, ainsi que de nombreux autres auteurs, le citron a de grandes vertus comme antidote : il est efficace contre tous les poisons, en particulier le venin de serpent, de vipère et de scorpion. Athénée de Naucratis (fin iie s.) raconte dans son Deipnosophistes que certains criminels en Égypte étaient condamnés à rester dans une fosse pleine de vipères. Mais une fois, plusieurs de ces détenus, avant d’être jetés dans la fosse aux vipères, avaient mangé des citrons proposés par une femme dans la rue, et quand ils eurent pénétré dans la fosse, ils ne furent pas piqués par ces animaux6.

  • 7 Ibn al-Bayṭār, Leclerc (trad.), Traité des simples, no 2055.

12De même, selon Ibn al-Bayṭār : « C’est un antidote contre l’action des poisons […] C’est un antidote en toutes ses parties contre les substances vénéneuses qui agissent au contact ou par ingestion ; tel le venin des vipères, des serpents, des scorpions […] Il agit aussi contre beaucoup de médicaments toxiques, si on le prend avant ou bien après comme un vomitif […] Il peut remplacer le grand thériaque contre les morsures des vipères et des serpents »7.

  • 8 Álvarez, Ramón-Laca, 2005, p. 90.

13On peut trouver des histoires similaires dans Dioscoride, Pline, Virgile et à l’époque moderne chez Nicolas Monardes8.

  • 9 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 115-117.

14Mais l’anecdote la plus détaillée et la plus curieuse que nous avons trouvée à propos du citron et de ses propriétés merveilleuses est celle que raconte al-Qazwīnī dans le texte suivant9 :

Le jus de citron a une magnifique propriété : il protège contre les dommages causés par le poison de serpents et de vipères. Parmi les choses extraordinaires qui sont racontées sur cet arbre, il y a celle rapportée en ces termes par Abū Ǧaʿfar ibn ʿAbd Allāh al-Ḍabbī à propos des habitants de Bassora. J’avais une ferme sur la rivière al-Dayr, dans laquelle je vivais. À côté de ma maison il y avait un jardin avec de nombreux arbres, et un jour est apparu un serpent, ressemblant à un long sac, très large et gonflé. Il occasionna de nombreuses attaques mortelles ; je demandai à un charmeur de serpent qu’il le chasse et comptais le récompenser avec de l’argent. Un charmeur survint, prit un bâton d’encens et le serpent sortit ; quand il le vit, il se jeta sur lui et le mordit ! Je quittai le jardin et la maison jusqu’au jour où un homme vint et me dit : J’ai entendu l’histoire à propos du serpent que vous avez dans votre jardin, et je suis venu afin que vous me disiez où il se trouve. Ceci est une proposition très généreuse ! Je lui dis : Récemment, ce serpent a tué un charmeur. Il ajouta : Ce charmeur était mon frère, et je suis venu pour le venger. Je lui montrai alors le jardin ; il prit sa pommade et s’en barbouilla tout le corps. Je m’assis sur le toit pour le regarder : il prit un chaudron et commença à brûler de l’encens. À ce moment, le serpent apparut comme mourant, mais quand il fut proche du charmeur, le serpent s’enfuit. Cependant, l’homme l’attrapa et le serpent le mordit à la main. Nous recueillîmes l’homme, mais cette même nuit, il mourut. Les gens quittèrent la ferme et le temps passa. Un jour, vint me voir un autre homme, qui ressemblait aux autres, et il m’interrogea sur ce que j’avais déjà demandé aux deux autres, mais je l’arrêtai. Et il me répondit : Les deux hommes étaient mes frères et je dois les venger.
Je lui montrai le jardin et il fit comme les autres. À ce moment le serpent apparut. Cependant, l’homme l’attrapa par la tête, mais le serpent mordit son pouce. Il prit un couteau et coupa le pouce, il fit bouillir de l’huile et cautérisa la plaie. Nous l’emmenâmes au village ; il vit un garçon qui jouait avec un citron et me dit : Avez-vous de ces fruits ? Je lui répondis oui. Il me rétorqua : Rassemblez tous les citrons que vous pouvez, parce que dans notre région, les citrons agissent comme antidote. Je lui demandai : Quel est votre pays ? Il me répondit : L’Oman. Je lui donnai beaucoup de citrons. Il commença alors à les mordre et à les manger rapidement ; il en fit également du jus et se mit à badigeonner la zone de la plaie, afin de ne pas excéder le délai au-delà duquel les humains meurent après qu’ils ont été empoisonnés. Le lendemain, il était guéri et dit que Dieu ne l’aurait pas guéri sans le citron. Puis il prit le serpent, lui coupa la tête et la queue et le cuisit dans un pot, en fit sortir la graisse qu’il jeta dans une bouteille. Puis il s’en alla.

15Tous ces auteurs conviennent que le citron a la merveilleuse propriété de protéger contre les effets mortels de morsures et de piqûres d’animaux venimeux, en particulier des vipères, des serpents et des scorpions.

16À titre de curiosité, je voudrais souligner qu’en Espagne, actuellement, et surtout dans le sud, de nombreuses maisons ont à l’entrée, dans le jardin devant la porte, un citronnier. Serait-ce cette ancienne habitude pour que les animaux venimeux n’entrent pas à l’intérieur et pour protéger les habitants de ces maisons ?

  • 10 Ibn al-Bayṭār, Leclerc (trad.), Traité des simples, no 1627.

17Une autre plante à laquelle sont attribuées des propriétés merveilleuses est le sorbier (ġubayrāʾ, Sorbus domestica L.). C’est un arbre de taille moyenne, avec des fleurs de couleur blanc crème, dotée de cinq pétales et donnant des fruits charnus. Ibn al-Bayṭār en donne la description suivante10 :

La fleur de cet arbre a la propriété bien prononcée d’exciter les femmes à la luxure. J’ai entendu raconter, par une personne bien renseignée sur ces faits, que dans un certain pays d’Orient, alors que les fleurs s’épanouissent, il arrive aux femmes, quand elles respirent les émanations de ces fleurs, de se livrer, comme des chattes, à des transports amoureux, au point de perdre toute retenue. Dans ces moments, leurs maris les observent et les confinent dans leurs appartements ; ils leur interdisent les visites et les sorties, et les séquestrent tant que dure l’époque des fleurs et jusqu’à ce que ces transports se soient calmés. Si quelqu’un prend des feuilles de cet arbre, en fait une guirlande autour d’une branche pourvue de ses feuilles et s’en couronne la tête découverte, il manifeste une joie vive et bruyante et éprouve un grand bien-être.  

  • 11 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 92.

18De la même manière, mais de façon plus concise, al-Qazwīnī relate ce qui suit : « Lorsque les femmes sentent le parfum des fleurs du sorbier, le désir sexuel s’intensifie chez elles à tel point que certaines en viennent à rejeter la chasteté11. » Dans cette affaire, c’est le parfum qui exerce son influence sur les femmes, de sorte que c’est ici par l’odorat que se produisent les effets merveilleux des plantes sur les êtres humains.

  • 12 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 88.

19On attribuait aussi aux plantes la propriété merveilleuse d’informer un individu des événements arrivés en son absence, ainsi à propos de l’asclépiade (ʿušar, Asclepias procera L.), al‑Qazwīnī rapporte12 :

L’asclépiade est un arbuste des bédouins du désert yéménite. Il est dit qu’à l’époque préislamique (ǧāhiliyya), si un homme était en voyage et craignait que sa bien-aimée le trahisse, il attachait une branche de cet arbre à une autre avec une corde, et partait. Quand il revenait de son voyage, il allait à l’arbre, et s’il trouvait les branches comme il les avait laissées, il concluait que sa bien-aimée ne l’avait pas trompé pendant son voyage ; mais si l’homme voyait les branches différemment, il en tirait comme conclusion qu’elle l’avait trahi.

20Comme nous pouvons le voir, ce cas est encore plus extraordinaire, car il n’a rien à voir avec l’influence directe d’une plante sur une personne : aucun contact et aucune effluve.

  • 13 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 277.

21Un sujet qui a toujours préoccupé les hommes tout au long de l’histoire est la virginité des femmes : comment savoir si une femme est vierge ou non avant le mariage. À ce propos, al‑Qazwīnī explique que si vous voulez savoir si une femme est vierge ou non, vous devez procéder comme suit : vous prenez quelques gousses d’ail (ūm, Allium sativum L.) écrasées, les mélanger avec du miel et vous dites à une femme qu’elle mange cette pâte. Si au bout de deux heures, elle donne à sentir l’odeur d’ail, elle est vierge ; si elle n’a pas d’odeur, ce n’est pas le cas. La même chose est faite pour savoir si une femme est fertile ou non, mais dans ce cas il faut attendre le lendemain pour vérifier l’odeur13.

22Nous avons aussi trouvé dans la littérature scientifique des plantes qui sont devenues des philtres d’amour, c’est-à-dire des potions qui permettent d’obtenir l’amour d’une autre personne. Par exemple, le cédratier (utruǧǧ, Citrus medica L.).

  • 14 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 38.

23Al-Qazwīnī raconte que « Balinas dit dans son Livre des propriétés que la personne qui obtient les feuilles de cédratier, les écrase et les tamise, puis elle en fait une pâte en ajoutant de l’huile d’olive ou d’amande. Si la personne aimée prend cette potion, elle tombera amoureuse »14.

24Les mêmes propriétés merveilleuses sont attribuées au « nombril de Vénus » (Umbilicus rupestris Dandy) aussi appelé « jardin d’Aphrodite », à « la dionysiaque » (Ornithopus compressus L.), à la mignonette sauvage (Reseda phyteuma L.) et au cyclamen (Cyclamen graecum, Link. et C. europaeum L.). Cette dernière plante doit être brûlée et transformée en pilules. Elle agit alors comme un philtre d’amour.

25Parmi les propriétés « merveilleuses » des plantes, il y a celle d’augmenter l’intelligence des hommes.

  • 15 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 75-76.

26Par exemple, à propos du coing (safarǧal, Cydonia oblonga Mill.), al-Qazwīnī écrit : « Ses fleurs ont des propriétés merveilleuses pour fortifier le cerveau et le cœur. Yaḥyā ibn Ṭalḥa ibn ʿAbd Allāh raconte qu’il a entendu son père dire : « Je suis allé au Messager de Dieu, – Dieu le bénisse et le sauve –, et il retenait un coing. Il le jeta sur moi en disant, prends-le Ô Abū Muḥammad ! Le coing purifie le cœur. » On dit que le Messager de Dieu – Dieu le bénisse et le sauve –, cassa en deux un coing et l’offrit à Ǧaʿfar ibn Abī Ṭālib – que Dieu soit satisfait de lui –, en disant : « Mangez-en parce qu’il purifie l’homme et il rendra plus beau à vos descendants ! » Al-Qazwīnī ajoute que « si une femme enceinte mange des coings et des grenades jusqu’au troisième mois de sa gestation, l’enfant sera intelligent, habile et de bonne conduite »15.

  • 16 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 99.

27Les noisettes (bunduq, Corylus avellana L.) ont les mêmes propriétés, et al-Qazwīnī, d’après Hippocrate, fait l’observation suivante : « Les noisettes renforcent le cerveau, et si elles sont consommées régulièrement, aiguisent la mémoire16. »

  • 17 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 71-73.

28
Dans ce groupe, nous pouvons inclure les fruits qui animent le cœur et l’esprit.
 Al‑Qazwīnī raconte cette histoire à propos de l’huile d’olive (zaytūn, Olea europaea L.) : « al‑Aḥwaṣ ibn Ḥakīm a raconté qu’il avait entendu de son père qui, à son tour, l’avait entendu du Prophète : les meilleures sauces sont le vinaigre et l’huile d’olive. Vous devez utiliser l’huile d’olive, car elle éclaire l’esprit, renforce les nerfs, supprime la faiblesse, améliore le caractère et elle est bénéfique pour l’âme17. »

  • 18 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 102.
  • 19 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 293.

29Al-Qazwīnī confère les mêmes propriétés au girofle (qurunful, Caryophyllus aromaticus L.), parce que « le parfum du girofle renforce le cerveau affaibli par la mélancolie, et il donne de la vigueur et de la joie au cœur »18. Quant au chou-fleur (qarnabīṭ, Brassica oleracea L.), broyé et placé sur le front de quelqu’un qui est triste et affligé, il le fait devenir heureux19.

  • 20 Ibn al-ʿAwwām, Libro de agricultura, I, p. 279, 331, 333 ; II, p. 73, 94, 283, 295, 298, 313 ; Álva (...)

30
En outre, selon Ibn al-ʿAwwām20, il en est de même des pommes, des grenades, des lentilles, des pois chiches, de la menthe, de la guimauve, et la liste n’est pas exhaustive. Ils apportent la joie à l’esprit de ceux qui les consomment.

  • 21 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 37-38.

31Une autre propriété merveilleuse se rapporte à la contraception. D’après al-Qazwīnī, « si quelqu’un met des graines du cédrat (utruǧǧ) dans un sac et qu’une femme attache ce sac à son bras droit, elle ne tombera pas enceinte pendant qu’elle le porte »21.

32Mais une des propriétés les plus importantes est celle associée à la virilité, comprenons la puissance sexuelle ; ce groupe comprend toutes ces plantes, dont les vertus sont aphrodisiaques et stimulantes de l’appétit sexuel. On y retrouve un nombre extraordinaire de légumes.

  • 22 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 122.
  • 23 Ibn al-ʿAwwām, Libro de agricultura, II, p. 306, 319, 324.

33Ainsi, selon Avicenne, la noix de coco (nārǧīl, Cocos nucifera L.) est un aphrodisiaque22. On retrouve dans ce groupe un nombre infini de plantes comme le persil, le poivre, le poireau, le navet, l’oignon, la camomille, les asperges, les racines de grenadiers sauvages23, etc. Encore, aujourd’hui on croit aux vertus aphrodisiaques de beaucoup de ces fruits et on les utilise.

34Les autres plantes traditionnellement associées aux aphrodisiaques sont les orchidées, et cela est dû à leur forme, à savoir, deux tubercules suspendus et qui ressemblent aux testicules. Les orchidées étaient déjà considérées comme aphrodisiaques chez les Grecs. Le nom, ορχις/orchi, signifiant « testicule ». Ces fleurs sont préparées et prises en potion pour améliorer la virilité.

  • 24 Walker, 1994, p. 44-47 ; Lane, 1846, vol. II, p. 25 ; Gerard, 1975, p. 224-226 ; Courtine, 1984, p. (...)
  • 25 Ibn al-Bayṭār, Leclerc (trad.), Traité des simples, no 802.

35Ibn al-Bayṭār se réfère à ces propriétés quand il décrit les « testicules de renard ou de chien » (uā al-aʿlab, Orchis mascula L.), désignant par là une variété d’orchidées communes. Les gens en Orient écrasent les tubercules de cette plante et les consomment pour améliorer le désir sexuel. Encore aujourd’hui, cette plante est utilisée en Turquie, et le terme aʿlab a créé l’arabisme « salep »24. Ibn al-Bayṭār, d’après al-Ġāfiqī, précise : « Prise à la dose de deux miqāl‑s, elle fortifie les facultés viriles. Des gens en prennent, la plongent dans l’huile et en font usage pour améliorer leur érection25. »

  • 26 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 278.
  • 27 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 279.
  • 28 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 290-91.
  • 29 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 291.
  • 30 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 295.
  • 31 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 281-282, p. 295.

36Al-Qazwīnī écrit à ce sujet que les carottes (ǧazar, Daucus carota L.) cuites, mélangées avec du miel et consommées chaque jour en quantité de cinq dirhams accroissent le désir sexuel d’une façon extraordinaire26 ; il ajoute que les pois chiches (ummu, Cicer arietinum L.) cuits ont cette même propriété27 ; que les radis (fuǧl, Raphanus sativus L.) sont aussi aphrodisiaques, mais qu’ils provoquent la perte de la voix28. Cette même propriété est attribuée au pourpier (farfa, Portulaca oleracea L.), si, une fois écrasé et mélangé avec du miel, on l’étale sur le pénis, le nombril et le pubis29. Le céleri (karafs, Apium graveolens L.) est, lui aussi, un aphrodisiaque pour les hommes et les femmes, et il est si puissant que les femmes qui allaitent ne doivent pas en prendre parce que cela gâte le lait à cause du désir sexuel excessif qui les envahit30. À toutes ces plantes qui ont des propriétés aphrodisiaques, doivent en être ajoutées d’autres, dont les propriétés sont exactement le contraire, à savoir qu’elles répriment le désir sexuel. Ce groupe comprend spécialement les graines de laitues (ass, Lactuca sativa L.) et la coriandre (kuzbara, Coriandrum sativum L.). Celle-ci, en plus de réduire le désir sexuel et les érections, assèche le sperme31.

Hommes et femmes qui exercent des effets merveilleux sur les plantes

37Les sources scientifiques rapportent aussi des exemples d’actions merveilleuses et des pouvoirs extraordinaires que les hommes et les femmes peuvent exercer sur les plantes. Les cas les plus significatifs proviennent de la littérature agronomique, et ils remontent à l’Antiquité.

  • 32 Columelle, Los doce libros, vol. I, livre II, chap. IX, p. 62-66 ; livre V, chap. IX, p. 216-220, c (...)

38Ainsi Columelle, agronome romain originaire de Cadix qui vécut au premier siècle, dans son livre Les douze livres de l’agriculture32, fait parfois référence à la magie et aux superstitions qui entourent les pratiques du travail agricole ou la fertilisation des champs, etc.

  • 33 Palladius, 1990, III, 35.
  • 34 Cassien, Geoponica, livres XII et XIII.

39Palladium, écrivain et agronome romain du ive siècle, dans son Traité sur l’agriculture33, et Cassien, écrivain et agronome des vie et viie siècles, dans ses Geoponica34, donnent de nombreux détails sur les croyances magiques et superstitieuses liées à l’agriculture, et ils recueillent des textes d’auteurs antérieurs dans lesquels les pratiques magiques des peuples anciens sont enregistrées.

40En al-Andalus, le centre géographique où les musulmans ont écrit les plus importantes œuvres agronomiques médiévales, nous pouvons trouver des descriptions merveilleuses dans tous les ouvrages agricoles.

  • 35 Abū al-Ḫayr, Kitāb al-filāa, p. 240.
  • 36 Ibn al-ʿAwwām, Libro de agricultura, I , p. 552.

41Par exemple Abū al-Ḫayr, agronome andalou qui vécut entre le xie et le xiie siècles, raconte que quelqu’un lui avait donné une astuce qu’il avait expérimentée sur les arbres qui ne portent pas de fruits. Son conseil était : « Vous vous approcherez de l’arbre qui ne porte pas de fruits, tenant dans la main une grande hache, en compagnie d’un ami. Une fois en face de l’arbre, vous direz à votre ami : « Je suis déterminé à couper cet arbre qui ne porte pas de fruit ». Alors vous commencez à frapper l’arbre avec la hache et votre ami dira : « Ne fais pas ça, je t’en prie devant Dieu ; ne coupe pas l’arbre cette année et s’il ne donne pas de fruits, tu le couperas l’année prochaine ». Vous lui répondrez : « Je n’ai pas d’autre choix que de le couper, alors laisse-moi ». Il frappe encore et encore délicatement l’arbre à la hache. Puis, il quitte l’arbre et il part. Après cela, l’année suivante, l’arbre portera des fruits »35. Le même texte est reproduit un peu plus tard par Ibn al-ʿAwwām36, agronome sévillan des xiie et xiiie siècles.

42Cette histoire merveilleuse se trouve déjà dans les Évangiles :

Il [Jésus] dit aussi cette parabole : « Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint y chercher des fruits, mais n’en trouva pas. Il dit alors au vigneron : « Regarde, depuis trois ans je viens chercher des fruits sur ce figuier et je n’en trouve pas. Coupe-le donc ! Pourquoi occupe-t-il du terrain inutilement ? » Mais le vigneron lui répondit : « Maître, laisse-le cette année encore, le temps que je bêche tout autour et que je mette du fumier. Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le feras couper. » (Luc, XIII, 6-9)

  • 37 Sáez, 1986, p. 16-17.

43D’autres exemples intéressants sont ceux qui traitent de l’influence que les femmes réglées ont sur les plantes, les récoltes, les vins et les confitures. Ces influences peuvent être bénéfiques ou nuisibles, et elles sont déjà mentionnées dans les travaux d’Aristote. Dans le premier cas, la femme qui a ses règles et qui marche pieds nus, les cheveux dénoués à travers les champs infestés par des vers provoquera la chute et la mort des vers, et donc les plantes prospéreront. Cette histoire est répétée par Columelle qui l’emprunte à Démocrite, et elle se trouve chez Pline, Palladium et Cassien. Elle est ensuite transmise à travers Ibn Wāfid à la littérature agricole andalouse et parvient à Alonso de Herrera37.

  • 38 Sáez, 1986, p. 18.
  • 39 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 275.
  • 40 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 292.

44Toutefois, les femmes réglées ont parfois une influence négative et très nuisible sur les plantes. Pour certains auteurs comme Columelle, cette influence affecte seulement certaines plantes et non toutes, et pour d’autres comme Pline, cet effet néfaste se propage à toutes les plantes en général. Cette croyance remonte dans le temps et passe par différentes cultures pour atteindre al-Andalus, où nous lisons qu’Ibn al-ʿAwwām recommande qu’une femme dans cet état ne s’approche pas des domaines. Surtout, elle ne doit pas s’approcher des oliviers, spécialement ceux qui sont nouvellement plantés38. Al-Qazwīnī, à propos du melon (baṭṭī, Cucumis melo L.), dit que la femme qui est réglée et qui traverse un terrain planté de melons provoque un changement de saveur de tous les fruits39 ; de la même manière, si le terrain est planté de concombres (qiṯṯāʾ, Cucumis sativus L.), ces fruits deviennent amers40.

45Cette croyance est encore vivante aujourd’hui dans plusieurs cultures.

46Parmi les nombreuses actions merveilleuses que les hommes peuvent exercer sur les plantes, les arbres et les fruits, nous pouvons souligner, entre autres, les suivantes :

  • il est possible d’améliorer et de changer la saveur du fruit si les graines sont mises à macérer dans l’hydromel ou dans tout autre liquide sucré et agréable avant d’être plantées, de sorte que lorsque les fruits mûrissent, ils sont plus doux et plus délicats41 ;
  • il est possible d’obtenir que les arbres portent plus de fruits selon diverses techniques, toutes merveilleuses ; par exemple, introduire des outils dans les racines des arbres, introduire des pierres dans les troncs d’arbres, etc.42 ;
  • il est possible de modifier la forme du fruit si on choisit les graines, et donc obtenir un fruit plus mince, plus grand, plus allongé, plus petit, etc.43.
  • 44 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 281-282.
  • 45 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 285.
  • 46 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 295.
  • 47 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 287.
  • 48 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 299.

47Finalement, al-Qazwīnī, en prenant des informations du Livre des propriétés de Balinas (Appolonius), énumère une longue série d’événements extraordinaires, dont nous retenons ici certains. Le premier exemple concerne les graines de laitue (ass, Lactuca sativa L.) : si ces graines sont macérées dans l’eau pendant une heure, puis versées dans un plat de riz bouilli, elles allongent les grains de riz et se déplacent dans le plat comme si elles étaient des vers44. Le deuxième exemple est en relation avec le safran (zaʿfarān, Crocus sativus L.), qui, d’après l’auteur, facilite les naissances qui sont compliquées et aide à éliminer le placenta si la mère prend dans ses mains dix dirhams de cette plante pendant l’accouchement45. Cette même propriété est attribuée à la coriandre fraîche : pendue à la jambe d’une femme qui a des difficultés à l’accouchement, celle-ci verrait sa délivrance facilitée46. Le troisième cas concerne l’aneth (šabatt, Anethum graveolens L.), à propos de laquelle on dit que si on en mâche certaines branches, et qu’ensuite on lèche avec la langue une lame de fer chaud, celle-ci ne nous brûlera pas ; aussi, mélangées avec du vinaigre, le tout recouvrant le tranchant d’un couteau, celui-ci ne coupera plus rien. Enfin, de l’aneth placée sous l’oreiller de quelqu’un qui dort, élimine les craintes de cauchemars47. Le dernier exemple est lié au cumin copte (nānuwāh, Carum copticum L.), qui a la propriété merveilleuse de faire jaunir toute personne qui le regarde longtemps48.

Conclusion

48Les histoires merveilleuses relatives aux plantes et à leurs propriétés viennent de l’Antiquité et sont transmises d’une culture à une autre jusqu’à nos jours, bien souvent même avec des exemples identiques.

49Toutes les œuvres et tous les auteurs que nous avons consultés sont d’ordre scientifique, ce qui signifie qu’ils représentent les connaissances établies et acceptées comme telles durant l’Antiquité et l’époque médiévale. Mais, ces connaissances sont faites aussi d’histoires merveilleuses.

50Ces merveilles ont été transmises de génération en génération jusqu’à nos jours, et nous avons tous déjà entendu de la part de quelqu’un l’attribution à une plante tel ou tel effet merveilleux, si on en mangeait, on la prenait en boisson ou même si on la portait sur soi. Tout au long de l’histoire, les croyances magiques et superstitieuses se sont éloignées de la science rationnelle.

Haut de page

Bibliographie

Instruments de travail

Courtine, Robert J., Larousse Gastronomique, Librairie Larousse, Paris, 1984.

EI2 = Encyclopédie de l’islam, 2e éd., 12 vol., Brill, Leyde, 1960-2007.

GAL = Brockelmann, Carl, Geschichte der Arabischen Litteratur, 2 vol., Verlag von Emil Felber, Weimar, 1898.

GALS = Brockelmann, Carl, Geschichte der Arabischen Litteratur Erster Supplementband, 2 vol., Brill, Leyde, 1937-1942.

Gillispie, Charles Coulston, Dictionary of Scientific Biography, 16 vol., Scribner, New York, 1981.

Sources

Abū al-Ḫayr, Kitāb al-filāa. Tratado de agricultura, Julia M. Carabaza (éd.), Madrid, 1991.

Cassien, Geoponica, María J. Meana, José I. Cubero & Pedro Sáez (éd.), Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación, Madrid, 1998.

Columelle, Los doce libros de agricultura, Juan M. Álvarez de Sotomayor y Rubio (éd.), 2 vol., A.E.P.A., Santander, 1979.

al-Ḏahabī, Siyar aʿlām al-nubalāʾ, 23 vol., Muʾassasat al-Risāla, Beyrouth, 1983-1985.

Ibn Abī Uṣaybiʿa, ʿUyūn al-anbāʾabaqāt al-aibbāʾ, A. Müller (éd.), 2 vol., al-Maṭbaʿa al‑Wahbiyya, Le Caire, 1882.

Ibn al-ʿAwwām, Libro de agricultura, J.A. Banqueri (éd.), 2 vol., Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación, Madrid, 1988.

Ibn al-Bayṭār, Kitāb al-ǧāmiʿ li-mufradāt al-adwiya wa-l-aġiya, 2 vol., al-Maṭbaʿa al-ʿĀmira, Le Caire, 1874 ; 2 vol., Dār al-Kutub al-ʿIlmiyya, Beyrouth, 1992 ; Lucien Leclerc (trad.), Ibn al-Bayār, Traité des simples, 3 vol., Institut du Monde Arabe, Paris, s.d. (réimpression de Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale XXIII, XV y XXVI, Paris, 1877-1883).

Ibn al-Bayṭār, Kitāb al-Ŷāmi li-mufradāt al-adwiya wa-l-agiya. Colección de medicamentos y alimentos. Introducción, edición crítica, traducción e índices de las letras ād y ād, Ana M. Cabo González (éd.), Mergablum Edición y Comunicación, Séville, 2002.

Ibn al-ʿImād, Šaarāt al-ahab fī abār min ahab, Maḥmūd al-Arnāʾūṭ (éd.), 11 vol., Dār Ibn Kaṯīr, Beyrouth, 1986-1995.

al-Kutubī, Fawāt al-wafayāt, Iḥsān ʿAbbās (éd.), 5 vol., Dār Ṣādir, Beyrouth, 1973.

Lane, Edward William, Manners and Customs of Modern Egyptians, Knight, Londres, 1846.

al-Maqqarī, Naf al-īb min ġun al-Andalus al-raīb, Iḥsān ʿAbbās (éd.), 8 vol., Dār Ṣādir, Beyrouth, 1968.

Palladius, Tratado de agricultura. Medicina veterinaria. Poema de los injertos, Ana M. Moure Casas (éd.), Editorial Gredos, Madrid, 1990.

al-Qazwīnī, ʿAǧāʾib al-malūqāt wa-ġarāʾib al-mawǧūdāt, al-Ḥalabī, Le Caire, 1966 ; Dār al-Āfāq al-Ǧadīda, Beyrouth, 1973, 1989 ; F. Wüstenfeld (éd.), Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt wa-ġarāʾib al-mawǧūdāt, Zakarija ben Muhammed ben Mahmud el-Cazwini’s Kosmographie, Verlag der Dieterichschen Buchhandlung, Göttingen, 1848 ; Martin Sändig, Wiesbaden, 1967 (rééd.).

al-Qazwīnī, El Libro de las plantas. Sección primera: de árboles y arbustos, Ingrid Bejarano Escanilla & Ana M. Cabo González (éd.), Fénix Editora, Séville, 2011.

Études

Álvarez Arias, Beatriz & Ramón-Laca, Luis, « Pharmacological Properties of Citrus and Their Ancient and Medieval Uses in the Mediterranean Region », Journal of Ethnopharmacology 97, 1, 2005, p. 89-95.

Álvarez de Morales, Camilo, « Magia y superstición en la literatura agrícola andalusí » in Sánchez, Expiración García (éd.), Ciencias de la naturaleza en al-Andalus III, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Grenade, 1994, p. 391-402.

Bejarano Escanilla, Ingrid, « Algunas creencias sobre plantas y animales recogidas por el cosmógrafo al-Qazwīnī (siglo XIII) en su diccionario botánico », Revista de Filología 17, 1999, p. 137-152.

Benghiat, Suzy, Middle Eastern Cooking, Harmony Books, New York, 1984.

Cabo González, Ana M., « Ibn al-Bayṭār et son influence sur la pharmacologie occidentale du xive siècle » in L’Occident Musulman et l’Occident Chrétien au Moyen Âge, Colloque de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Mohammed V, Rabat, 2-4 novembre 1994, Rabat, 1995, p. 283-290.

Cabo González, Ana M., Enciclopedia de la Cultura Andalusí. Biblioteca de al-Andalus II, Almería, 2009, p. 619-624, s.v. « Ibn al-Bayṭār ».

Carrillo, Juan L. & Torres, M. Paz, Ibn al-Baytar y el arabismo español del siglo XVIII. Edición trilingüe del prólogo de su « Kitāb al-chami », Benalmádena, Malaga, 1982.

Cola Alberich, Julio, Los naturalistas híspano-musulmanes de al-Andalus, Publicaciones del Instituto General Franco para la Investigación Hispano-Arabe, Tétouan, 1947.

Dietrich, Albert, Medicinalia Arabica, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 1966.

Gerard, John, The Herbal or General History of Plants, Dover, New York, 1975.

Girón Irueste, Fernando M., « Estudio de algunas prácticas terapéuticas de tipo empírico-creencial contenidas en el Kitāb al-Ŷāmi‘ de Ibn al-Bayṭār » in Actas del XII Congreso de la Union Européenne d’arabisants et d’islamisants (Málaga, 1984), Madrid, 1986, p. 289-304.

Kowalska, Maria, « The Source of al-Qazwīnī’s Āthār al-Bilād », Folia Orientalia 8, 1967, p. 41-88.

Leclerc, Lucien, « Études historiques et philologiques sur Ebn Beïthâr », JournAs 19, 1862, p. 433-460.

Lewicki, T., EI2, IV, 1976, p. 898-900, s.v. « al-Ḳazwīnī ».

Meyerhof, Max, « Esquisse d’histoire de la pharmacologie et botanique chez les musulmans d’Espagne », al-Andalus 3, 1935, p. 1-41.

Peña, Carmen et al., « Corpus medicorum arabico-hispanorum », Awrāq 4, 1981, p. 79-111.

Sáez Fernández, Pedro, « Magia y superstición en el “De Re Rustica” de Columela », Gades 14, 1986, p. 9-28.

Sarton, George, Introduction to the History of Science, 3 vol., The Williams & Wilkins Company, Baltimore, 1927-1948.

Siles Cabrera, Marcelo, « Ibn al-Beithar o el “botánico”. Aportación a la historia de la medicina hispanomusulmana », Boletín de la Sociedad Española de Historia de la Farmacia 9, 1958, p. 74-82, 129-133.

Ullmann, Manfred, Die Medizin im Islam, Brill, Leyde, 1970.

Vernet, Juan, EI2, III, 1968, p. 759-760, s.v. « Ibn al-Bayṭār ».

Walker, Harlan (éd.), Look and Feel: Studies in Texture, Appearance and Incidental Characteristics of Food: Proceedings of the Oxford Symposium on Food and Cookery, Prospect, Totnes, 1994.

Wiedemann, Eilhard, Aufsätze zur arabischen Wissenschaftsgeschichte, Hildesheim, New York, 1970.

Haut de page

Notes

1 Girón, 1986.

2 Cabo González, 1995 ; Cabo González, 2009 ; Carrillo & Torres, 1982, p. 15-20 ; Cola, 1947, p. 74-77 ; al-Ḏahabī, Siyar, XXIII, p. 256-257 (no 128) ; Dietrich, 1966, p. 147 ; Gillispie, 1981, vol. I, p. 538-539 ; Ibn Abī Uṣaybiʿa, ʿUyūn al-anbāʾ, II, p. 133 ; Ibn al-Bayṭār, Kitāb al-Ǧāmiʿ, éditions 1874 et 1992 ; Ibn al-Bayṭār, Kitāb al-Ŷāmi, éditions 2002 et 2005 ; Ibn al-ʿImād, Šaarāt, VII, p. 405 ; al-Kutubī, Fawāt al-wafayāt, II, p. 159-160 (no 125) ; Leclerc, 1862 ; al-Maqqarī, Naf al-īb, II, p. 691-692, III, p. 185 et p. 377 ; Meyerhof, 1935, p. 31 ; Peña, 1981, p. 100-102 ; Sarton, 1927-1948, II, p. 663-664 ; Siles, 1958 ; Ullmann, 1970, p. 280-283 ; Vernet, 1970.

3 Sur cet auteur et son œuvre, Bejarano, 1999 ; Kowalska, 1967 ; al-Qazwīnī, El Libro de las plantas (spécialement l’introduction, p. 15-25, et la bibliographie, p. 143-149) ; Streck, 1927 ; Wiedemann, 1970 ; al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967.

4 Ibn al-Bayṭār, Kitāb al-ǧāmiʿ, éditions 1874 et 1992.

5 Al-Qazwīnī, ʿAǧāʾib al-malūqāt, éditions 1966, 1973 et 1989.

6 Álvarez, Ramón-Laca, 2005, p. 90.

7 Ibn al-Bayṭār, Leclerc (trad.), Traité des simples, no 2055.

8 Álvarez, Ramón-Laca, 2005, p. 90.

9 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 115-117.

10 Ibn al-Bayṭār, Leclerc (trad.), Traité des simples, no 1627.

11 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 92.

12 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 88.

13 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 277.

14 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 38.

15 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 75-76.

16 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 99.

17 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 71-73.

18 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 102.

19 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 293.

20 Ibn al-ʿAwwām, Libro de agricultura, I, p. 279, 331, 333 ; II, p. 73, 94, 283, 295, 298, 313 ; Álvarez de Morales, 1994, p. 398.

21 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 37-38.

22 Al-Qazwīnī, El Libro de las plantas, p. 122.

23 Ibn al-ʿAwwām, Libro de agricultura, II, p. 306, 319, 324.

24 Walker, 1994, p. 44-47 ; Lane, 1846, vol. II, p. 25 ; Gerard, 1975, p. 224-226 ; Courtine, 1984, p. 826 ; Benghiat, 1984, p. 120.

25 Ibn al-Bayṭār, Leclerc (trad.), Traité des simples, no 802.

26 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 278.

27 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 279.

28 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 290-91.

29 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 291.

30 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 295.

31 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 281-282, p. 295.

32 Columelle, Los doce libros, vol. I, livre II, chap. IX, p. 62-66 ; livre V, chap. IX, p. 216-220, chap. X, p. 220-224, chap. XII, p. 227-228 ; vol. II, livre XI, chap. III, p. 138-153, etc.

33 Palladius, 1990, III, 35.

34 Cassien, Geoponica, livres XII et XIII.

35 Abū al-Ḫayr, Kitāb al-filāa, p. 240.

36 Ibn al-ʿAwwām, Libro de agricultura, I , p. 552.

37 Sáez, 1986, p. 16-17.

38 Sáez, 1986, p. 18.

39 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 275.

40 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 292.

41 Columelle, Los doce libros, V, p. 222 ; Ibn al-ʿAwwām, Libro de agricultura, VII, art. 20, p. 283.

42 Columelle, Los doce libros, V, p. 220-224.

43 Columelle, Los doce libros, XI, chap. 3, p. 149-150.

44 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 281-282.

45 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 285.

46 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 295.

47 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 287.

48 Al-Qazwīnī, Kitāb ʿaǧāʾib al-malūqāt, F. Wüstenfeld (éd.), 1967, p. 299.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ana M. Cabo-González, “Quand les propriétés des plantes défiaient l’entendement”,Annales islamologiques, 51 | 2017, 39-51.

Référence électronique

Ana M. Cabo-González, “Quand les propriétés des plantes défiaient l’entendement”, Annales islamologiques [En ligne], 51 | 2017,
mis en ligne le 02 décembre 2018,
consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/anisl/3338 ;
DOI : 10.4000/anisl.3338

Haut de page

Auteur

Ana M. Cabo-González

Área de Estudios Árabes e Islámicos, Universidad de Sevilla, Sevilla, España

Haut de page

Droits d’auteur

Institut français d'archéologie orientale (IFAO)

Haut de page
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • OpenEdition Journals