Navigation – Plan du site
Varia

Essai de lexicographie historique

imlāʾ (« dictée ») et les racines M‑L‑ʾ, M‑L‑Y et M‑L‑L
Manuel Sartori
p. 145-165

Résumés

Dans le domaine de la grammaire arabe, Ibn al-Ḥāǧib (m. 646/1249) est bien connu pour ses Amālī nawiyya mais aussi pour son Imlāʾ ʿalā al-Kāfiya, le commentaire qu’il fit de sa propre Kāfiya fī al-naw, compendium tiré du Mufaṣṣal d’al-Zamaḫšarī (m. 538/1144). Généralement compris comme « dictée », imlāʾ, dont il existe deux pluriels (amālī d’une part, imlāʾāt d’autre part), est un terme technique qui appartient au fonds de l’ancienne littérature arabe, grammaticale notamment. Citons ainsi les Amālī d’Abū ʿAlī Ismāʿīl al-Qāsim al-Baġdādī al-Qālī (m. 356/967) dans le domaine de l’adab. Mais ce terme, directement rattachable à deux familles lexicales dont les racines sont M-L-ʾ et M-L-Y, et indirectement à une troisième, M-L-L, n’a le sens de « dictée » que de manière très marginale comparé à tout un ensemble d’autres significations. Cet article, explorant ces autres sens, se propose de retracer l’étymologie probable de imlāʾ pour ce qui concerne celui de « dictée ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Larcher, 1991b, p. 185.
  • 2 Cf. Fleisch, 1974 et Weipert, 2009.
  • 3 Pour al-Astarābāḏī, voir l’ensemble des articles de Pierre Larcher.
  • 4 Fleisch, 1971b.
  • 5 À l’issue d’un recensement effectué pour l’édition critique du commentaire de ce compendium, il est (...)
  • 6 Ouvrage qu’il connaît bien puisqu’en plus de cet épitomé, Ibn al-Ḥāǧib est aussi l’auteur du Īā f (...)
  • 7 Je rappelle ici ce que Larcher dit de la structure du Mufaṣṣal d’al-Zamaḫšarī et qui s’applique dès (...)

1Ibn al-Ḥāǧib (m. 646/1249), quoiqu’il fût aussi jurologue (uūlī, traduction empruntée à Pierre Larcher1), est surtout connu chez les orientalistes comme grammairien. Il l’est d’autant plus désormais que son grand commentateur, Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī (m. 686/1287 ou plus sûrement 688/1289 ; désormais al-Astarābāḏī)2, auteur du Šar Kāfiyat Ibn al-āǧib (= ŠK) et du Šar Šāfiyat Ibn al-āǧib (= ŠŠ), est lui aussi bien connu en grammaire et linguistique arabe3. Ibn al-Ḥāǧib est en effet l’auteur, entre autres ouvrages grammaticaux, des deux compendiums qui connurent un certain succès et que commenta al-Astarābāḏī. Ces deux courts ouvrages sont d’une part al-Šāfiya fī al-arf (« La guérison en morphologie »), en fait al-Muqaddima al-šāfiya fī al-arf (« L’introduction guérissante en morphologie ») et d’autre part al-Kāfiya fī al-naw (« Le précis de syntaxe »), en fait al-Muqaddima al-kāfiya fī al-naw (« L’introduction suffisante en syntaxe »). Le premier traite de morphologie mais aussi de phonologie et d’écriture et a été à plusieurs reprises imprimé, ce que confirme Fleisch4. Le second traite de syntaxe et connut lui aussi un succès notable5. Il s’agit en fait d’un épitomé rédigé par Ibn al-Ḥāǧib à partir du Mufaṣṣal d’al-Zamaḫšarī (m. 538/1144)6, ce qui lui donne sa structure7.

  • 8 La première fois à Istanbul en 1311/1894 (sans apparat critique ni mention des sources manuscrites) (...)

2Ces deux compendiums embrassent ainsi l’ensemble de la grammaire, distinguée selon la tradition grammaticale arabe en syntaxe d’une part, morphologie et phonologie de l’autre. Par ailleurs, et comme il était d’usage à l’époque, Ibn al-Ḥāǧib a aussi écrit le commentaire de ses deux ouvrages, et donc de la Kāfiya. Ce commentaire, parfois intitulé al-imlāʾ ʿalā al-Kāfiya (dont je réserve la traduction) a été publié, à ma connaissance, à deux reprises8. Ibn al-Ḥāǧib est donc l’auteur à la fois du texte de base (matn), dit al-Kāfiya fī al-naw, mais aussi du commentaire de ce même texte de base (šar), dit al-imlāʾ ʿalā al-Kāfiya, ce que je désigne sous le terme d’autocommentaire. Si des indices prouvent, dans le texte du ŠK d’al-Astarābāḏī, que ce dernier avait connaissance de cet autocommentaire, d’autres passages du ŠK laissent au contraire à penser soit qu’al-Astarābāḏī n’a eu accès qu’à une partie du texte de l’Imlāʾ, soit qu’il ne s’est pas servi de l’ensemble du texte. Quoi qu’il en soit, la Kāfiya tout autant que son autocommentaire sont d’une grande importance pour la langue arabe et les sciences grammaticales qui y sont liées, ne serait-ce que par sa postérité quantitative (cf. supra, note 6) et qualitative (le ŠK d’al-Astarābāḏī).

  • 9 Larcher, 1994a, p. 273.
  • 10 Ce texte fait 183 pages dans l’une de ses éditions (cf. Ibn al-Ḥāǧib, Kāfiya), ou 46 pages dans une (...)
  • 11 Quelque 513 pages sans compter les index ni la bibliographie (cf. Ibn al-Ḥāǧib, Imlāʾ), ou 805 dans (...)

3Ibn al-Ḥāǧib est par ailleurs l’auteur d’Amālī (pluriel d’imlāʾ ), identifiées dans son cas comme des dictées grammaticales, ainsi que le fait remarquer Larcher9. Pour autant, est-ce bien là l’unique sens de imlāʾ et notamment dans le contexte du Imlāʾ ʿalā al-Kāfiya? S’agit-il effectivement d’une dictée, d’autant que si tel était le cas, nous aurions alors le texte de la Kāfiya, texte relativement court10, et non son commentaire, de loin beaucoup plus long11. Dans la négative, quel sens concret et précis donner alors à imlāʾ ? D’autre part, et c’est principalement cela qui va nous occuper ici, imlāʾ dans le sens de « dictée/dicter » paraît très isolé, tout au moins jamais premier mais second, voire secondaire, dans les familles lexicales où il apparaît. Tout cela invite à se pencher sur ce terme technique de l’ancienne littérature grammaticale arabe, ce qui sera l’occasion d’en retracer l’étymologie.

Dans le Coran

4Le terme imlāʾ se désigne immédiatement comme ce que la grammaire arabe catégorise sous le terme de madar, c’est-à-dire un nom verbal. Ce nom verbal, d’après sa morphologie, ressortit au schème ifʿāl qui se désigne alors comme le madar d’un verbe de forme augmentée afʿala (IV en grammaire arabisante) de sens factitif. À ce titre, imlāʾ en tant que nom verbal peut être relié à deux verbes : le premier, amlaʾa, est hamzé de 3e radicale, le second, amlā, est quant à lui défectueux en wāw ou en ʾ.

  • 12 Cf. ʿAbd al-Bāqī, 1997, p. 672 pour M‑L‑ʾ, et p. 676 pour M‑L‑W/Y.
  • 13 Blachère, 1950, p. 540.
  • 14 Blachère, 1950, p. 387.
  • 15 Ainsi Coran, 13, 32 : wa-laqad ustuhziʾa bi-rusulin min qablika fa-amlaytu li-llaīna kafarū umma (...)

5Notons avant d’aller plus loin que ces deux racines sont présentes dans le Coran et que, si imlāʾ n’y apparaît pas en tant que tel, les familles lexicales auxquelles il peut être relié en première analyse le sont, elles, bien12. Toutefois, seule la racine de type défectueux semble actualiser le sens de « dictée » et encore, pour deux occurrences seulement sur dix. C’est ainsi le cas de Coran, 47, 25 : allaīna irtaddū ʿalā adbārihim min baʿdi mā tabayyana lahum al-hudā al-šayānu sawwala lahum wa-amlā lahum (« Ceux qui sont revenus sur leurs pas après que la Direction se fut manifestée à eux ont été abusés par le Démon qui leur a dicté [leur conduite] »)13. Il en va de même avec Coran, 25, 5 : wa-qālū asāīru al-awwalīna iktatabahā fa-hiya tumlā ʿalayhi bukratan wa-aīlan (« Ils ont dit [aussi] : “[Ce sont] histoires de nos aïeux qu’il s’est écrites et qui lui sont dictées matin et soir !” »)14. Ailleurs, on trouve sous M‑L‑W/Y le sens de « donner un répit »15.

  • 16 Cf. Coran, 3, 91 ; 7, 18 ; 11, 119 ; 18, 18 ; 32, 13 ; 37, 66 ; 38, 85 ; 50, 30 ; 72, 8 (cf. respec (...)
  • 17 Cf. Coran, 2, 246 ; 7, 60 ; 7, 66 ; 7, 75 ; 7, 88 ; 7, 90 ; 7, 103 ; 7, 109 ; 7, 127 ; 10, 83 ; 10, (...)

6Quant à la racine hamzée, elle actualise pour sa part le sens de « remplir »16 et celui de « notabilité, Conseil »17.

Chez les lexicographes, les sens des dérivés verbaux sous les entrées M‑L‑ʾ et M‑L‑W/Y

  • 18 Je donne ici les trois éléments qu’il est d’usage de produire en lexicographie arabe : l’accompli ((...)
  • 19 Reig, 1997, art. no 5164 M‑L‑ʾ.
  • 20 Reig, 1997, art. no 5179 M‑L‑W.
  • 21 Cf. Reig, 1997, art. no 5179 M‑L‑W.

7Ces deux verbes sont déverbatifs en tant que formes augmentées de formes de base elles-mêmes verbales. Le premier, amlaʾa, est formé sur le verbe malaʾa yamlaʾu malʾan18, et le second, amlā, à partir de malā yamlū malwan. Dans un dictionnaire arabe-français contemporain, ces verbes de base ont respectivement pour sens « emplir ; garnir ; remplir ; occuper (un espace) ; faire le plein »19, et « s’étendre ; être lent/long »20. Les sens associés aux verbes de forme augmentée IV sont, dans ce même dictionnaire, les suivants : amlaʾ= malaʾa, c’est-à-dire le verbe de base ; amlā ʿalā fulān šayʾan, transitif direct pour la chose et indirect avec ʿalā pour la personne, a quant à lui pour sens « dicter quelque chose à quelqu’un ; prescrire ». Or, on l’a vu, non seulement le sens de « dicter », que l’on trouve sous la racine consonantique M‑L‑W/Y, est assez isolé dans le Coran, mais encore le verbe IV amlā n’y a pas seulement ce sens. Les questions qui se posent alors sont celles-ci : le sens de « dicter » est-il aussi marginal chez les lexicographes arabes anciens et, si oui, comment comprendre l’apparition d’un tel sens pour ce IV sous cette entrée, où l’on trouve aussi, dans ce même dictionnaire arabe-français, un verbe de forme II, mallā, à l’actif de sens « accorder qqch à qqn pour une longue durée », et au passif, mulliya ʿumruhu, « avoir joui d’une longue existence », de même qu’un verbe de forme V, tamallā, de sens « se repaître de »21.

8Compte tenu de la quantité de données qu’il est possible de trouver chez les lexicographes anciens, je me contenterai, lorsque les sens donnés ne relèvent pas de « dicter », de les résumer en une présentation lapidaire, sans entrer dans les détails des formes ni de leurs relations entre elles, et ne retiendrai de leurs travaux que les éléments pertinents pour mon propos.

M-L-ʾ22

  • 22 Il ne s’agit pas ici d’indiquer qu’une racine consonantique aurait un quelconque sens ou qu’il sera (...)
  • 23 Sur ces questions de diathèses verbales, voir notamment, Dichy, 2002 ; 2003 ; 2007.

9Concernant le verbe de forme I, sa médiale à l’accompli connaît les trois possibilités vocaliques, à savoir malaʾa, maliʾa et maluʾa23. Sous cette entrée consonantique, aucun des verbes existants, de forme de base ou de forme augmentée, n’actualise le sens de « dicter ».

10Le verbe malaʾa yamluʾu signifie de manière très marginale « aider, assister », mais de manière principale « remplir » ou des expressions qui y sont liées.

  • 24 Le lexicographe précise néanmoins, tant par sa paraphrase qu’explicitement, qu’il s’agit plutôt d’u (...)

11On trouve ensuite maluʾa yamluʾu signifiant quant à lui « être riche, opulent ». Pour ce verbe de schème faʿula yafʿulu, Ibn Durayd (m. 321/933) ajoute le sens d’être « pris d’un rhume de cerveau », sens qui est toujours lié à l’idée de remplissage24. Notons que ce même muliʾa avec le même sens peut être trouvé ailleurs, chez Ibn ʿAbbād (m. 385/995), mais il faut alors le chercher sous l’entrée M‑L‑W/Y : wa-muliʾa al-raǧul fa-huwa mamlūʾ ay zukima.

  • 25 Elle apparaît notamment dans une expression reprise par l’ensemble (ou peu s’en faut) des dictionna (...)

12On trouve enfin le verbe maliʾa yamlaʾu, qui se désignerait comme un verbe moyen de sens « être comblé ». Notons là aussi que s’il est bien rangé sous l’entrée M‑L‑ʾ, il est encore à chercher ailleurs sous l’entrée M‑L‑W, signe supplémentaire d’un lien entre ces deux entrées lexicales : maliʾtu al-šayʾ amlaʾuhu ay tamallaytuhu (« être comblé par qqch »). Sa forme IV, qui en est la factitive à un complément, a le sens de « remplir, faire se remplir, exagérer »)25.

  • 26 Al-Azharī, Tahīb, XV, p. 403. De même wa-l-malaʾ mahmūz maqūr ašrāf al-nās wa-wuǧūhuhum (« et mal (...)
  • 27 Al-Azharī, Tahīb, XV, p. 404.

13Il convient donc ici de noter le lien entre les deux entrées lexicales que sont M‑L‑ʾ et M‑L‑W/Y. Ce rapprochement entre racine défectueuse et racine hamzée de 3e radicale est présent dans Reig, art. no 5179 M‑L‑W puisque fī al-malā renvoie à Reig, art. no 5164 M‑L‑ʾ où l’on trouve fī al-malā wa-l-alā « en public et en privé ». Cette même possibilité morpho-phonologique se retrouve ailleurs et bien avant, notamment chez al-Azharī : wa-in šiʾta affafta al-hamza fa-qulta malā (« et si tu le souhaites, tu allèges la hamza et tu dis malā [au lieu de malʾā, fém. de malʾān “plein”] »)26. Dans le cas de ce dernier, l’auteur précise tout de même que cela n’est pas possible dans le cas de malā avec le sens de « désert » : wa-ammā al-malā [« désert »] al-muttasiʿ min al-ar fa-huwa ġayr mahmūz yuktabu bi-l-alif wa-l-yāʾ27. Cette réserve, limitée par cet auteur à ce seul nom, semblerait donc indiquer a contrario que le passage de M‑L‑ʾ à M‑L‑W/Y (et vice versa) serait régulier.

  • 28 Sur l’ensemble de cette question du tafīf al-hamza, voir Fleisch, 1961, p. 102-108.
  • 29 Rappelons par ailleurs que ni Ḫalīl b. Aḥmad al-Farāhīdī (m. 174/791), ni Sībawayhi (m. 180/796 ?), (...)

14Le passage de M‑L‑ʾ à M‑L‑W/Y se fait donc par le biais de ce que l’on nomme le tafīf al-hamza (litt. : « allégement de la hamza», i.e. sa non-réalisation effective)28. Il s’agit d’un trait « hedjazien » opposé au taqīq al-hamza (litt. « actualisation de la hamza ») propre notamment aux Tamīm29.

15Le sens de « dicter » n’ayant pas été repéré sous l’entrée M‑L‑ʾ, mais identifié sous celle de M‑L‑W/Y, il convient à présent d’étudier les sens de cette famille lexicale pour mieux comprendre l’origine de imlāʾ.

M‑L‑W/Y

  • 30 Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 346.
  • 31 Autre indice de ce rapport avec le verbe de forme IV chez al-Šaybānī (m. 213/828) : wa-qāla qad aml (...)

16Comme nous l’avons vu avec les exemples coraniques ci-dessus, cette entrée emporte au moins deux significations : « accorder un délai » (idée de « longueur »), et marginalement « dicter ». Il en va de même dans l’ensemble des dictionnaires arabes anciens consultés pour cette étude. Commençons par un nouvel indice qui met en lumière le rapport existant entre M‑L‑W/Y et M‑L‑ʾ. Sous l’entrée M‑L‑Y, à propos de malā, on trouve ceci chez Ibn Fāris : wa-iā humiza dalla ʿalā al-musāwāt wa-l-kamāl fī al-šayʾ wa-malaʾtu al-šayʾ amluʾuhu malʾan (« et lorsqu’on le rend hamzé il indique l’égalité et la perfection de qqch, “je remplis qqch” »)30. Cette fois-ci donc, c’est M‑L‑Y qui peut donner M‑L‑ʾ31.

  • 32 Al-Azharī, Tahīb, XV, p. 405. Voir Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 346 et 352 ; Ibn Sīda, Mukam, X, p. (...)

17Illustrant le même rapport, c’est à l’inverse sous M‑L‑ʾ que l’auteur du Tahīb al-luġa parvient à M‑L‑W où l’idée de « longueur » est ainsi exprimée : malwa min al-dahr wa-mulwa wa-milwa wa-malāwa […] kulluhu min al-ūl (« un long espace de temps […] tout ceci ressortit à la longueur »)32.

  • 33 Cf. al-Farāhīdī, ʿAyn, VIII, p. 344 et 345.

18Dans l’ensemble des dictionnaires consultés, le sens de « dicter » est donc secondaire et marginal. En témoigne le fait qu’il n’apparaît généralement qu’en fin de notice, après l’ensemble des sens déjà vus. Il en va ainsi dans le Kitāb al-ʿayn, où il s’agit du tout dernier sens proposé, aussi bien pour M‑L‑W que pour M‑L‑Y33.

  • 34 Al-Ǧawharī, iā, VI, p. 2497, et Ibn Manẓūr, Lisān, XIV, p. 131.
  • 35 Al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1556. Il s’agit dans tous les cas d’une surdérivation sémantique telle que (...)
  • 36 Al-Zabīdī (m. 1205/1790), ǧ, XXXIX, p. 555. Chez les arabisants, cette forme X est absente de Rei (...)

19On en connaît même une forme X, qui n’apparaît qu’à quatre reprises dans les dictionnaires. Les deux premières occurrences sont directement liées à la forme IV dans le sens d’écrire : wa-stamlaytuhu al-kitāb saʾaltuhu an yumliyahu ʿalayya (« wa-stamlaytuhu al-kitāb, c’est “ je lui ai demandé de me la dicter ” »)34. La troisième occurrence est : istamlāhu saʾalahu al-imlāʾ35. La quatrième et dernière occurrence de la forme X est celle-ci36  :

  • 37 Wakīʿ b. al-Ǧarrāḥ b. Malīḥ al-Ruʾasī Abu Sufyān (m. 197/812) (cf. Khoury, 2002).

wa-stamlāhu saʾalahu al-imlāʾ ʿalayhi wa-minhu al-mustamlī li-llaī yalubu imlāʾ al-adī min šay wa-štahara bihi abū bakr muammad b. abān b. wazīr al-balī aad uffā al-mutqinīn li-annahu istamlā ʿalā wakīʿ (« istamlāhu c’est lui demander l’imlāʾ et en est tiré le mustamlī pour celui qui requiert le imlāʾ du discours d’un cheikh. Abū Bakr […] al-Balḫī, l’un de ceux qui connaissaient le mieux et par cœur le Coran, s’est illustré en cela puisqu’il a demandé à ce que Wakīʿ37 lui dicte »).

  • 38 Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 352, et Ibn Manẓūr, Lisān, XIV, p. 131.

20Néanmoins, le fait de relier le sens de « dicter » à la famille lexicale M‑L‑W/Y ne paraît pas aller de soi et laisse même perplexe, ainsi qu’il est possible de le voir chez Ibn Fāris ou Ibn Manẓūr, qui concluent tous deux leur paragraphe sur la question en s’en remettant quant à sa véracité à Allāh : wa-min al-bāb imlāʾ al-kitāb wa-Llāhu aʿlam bi-l-awāb (« et fait partie de ce chapitre le fait de dicter la missive, et Allāh seul sait ce qui est juste »)38.

  • 39 Al-Farāhīdī, ʿAyn, VIII, p. 344. On retrouve cette relation entre les deux racines dans wa-l-imlāʾ (...)
  • 40 Al-Azharī, Tahīb, XV, p. 352-353. Cet auteur cite, comme d’autres, les deux versets du Coran, 2, 2 (...)

21Bien plus, les lexicographes notent dès le départ une relation morphologique entre M‑L‑W/Y et M‑L‑L. Ainsi lit-on dans le Kitāb al-ʿayn : amlaytu al-kitāb luġa fī amlaltu (« amlaytu al-kitāb [j’ai dicté la missive] est une variante pour amlaltu »)39. Al-Azharī est encore plus précis40 :

qāla al-farrāʾ amlaltu ʿalayhi luġat ahl al-iǧāz wa-banī asad wa-amlaytu luġat tamīm wa-qays wa-yuqālu amalla ʿalayhi šayʾan yaktubuhu wa-amlā ʿalayhi (« Farrāʾ a dit : amlaltu ʿalayhi [« dicter à qqn »] est la variante des gens du Hedjaz et des Banū Asad, tandis que amlaytu est celle des Tamīm et des Qays. On dit : dicter à qqn [amalla ʿalā] qqch qu’il écrit et dicter à qqn [amlā ʿalā] »).

  • 41 Cf. Fleisch, 1979, p. 345-347.
  • 42 L’explication peut résider dans le fait qu’avec les racines consonantiques redoublées, comme dans l (...)
  • 43 Cf. wa-qālū lā amlāhu wa-hāā ʿalā tawīl al-taḍʿīf ay lā amalluhu (Ibn Sīda, Mukam, X, 378).
  • 44 Seuls Ibn Fāris et al-Zamaḫšarī n’en font pas état. Quant à Ibn Sīda, il en traite sous l’entrée M‑ (...)
  • 45 Sur le principe et des exemples, voir Larcher, 2012b ; 2013 ; 2016.

22D’un point de vue morphologique, il est alors clair qu’il y a un croisement entre verbes défectueux et verbes redoublés aboutissant à un doublet amalla/amlā. C’est notamment le cas dans les dialectes modernes, où les verbes redoublés sont traités comme des défectueux. Ainsi, šaddēt/šaddīt s’oppose au classique šadadtu41. Il en va de même ici entre M‑L‑W/Y et M‑L‑L, du fait d’une même « simplification » phonétique et paradigmatique42, que ce soit de manière générale43 ou plus particulièrement dans le sens de « dicter » où ce doublet est presque systématiquement signalé44. Le passage de M‑L‑L à M‑L‑W/Y peut se faire par le biais de plusieurs formes jouant le rôle de forme pivot45, dont la forme IV amalla (> amlaltu > amlaytu >) amlā concernant le sens de « dicter » ici étudié, le premier, amalla, étant « hedjazien » et le second, amlā, « tamīmite ». Ce passage peut par ailleurs expliquer que ce soit M‑L‑W/Y qui connaisse un verbe de forme X actualisant le sens de « dicter » et non, comme nous le verrons plus bas, M‑L‑L.

23D’un point de vue sémantique, le sens de « dicter » apparaît ainsi plus qu’isolé dans la famille lexicale M‑L‑W/Y, sans compter qu’il ne s’actualise qu’aux formes IV et X. Qu’en est-il de la famille M‑L‑L ?

M‑L‑L

24Sous l’entrée M‑L‑L, nous allons le voir, le sens de « dicter » n’est pas plus central ou premier, loin de là. Il est là encore, voire plus, marginal et isolé puisqu’il figure aux côtés de nombreux autres sens qui seront présentés le plus succinctement possible ci-dessous.

  • 46 Même s’il s’agit d’un lexicographe particulier dans la mesure où sa vue, singulière, s’attache au(x (...)
  • 47 Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 275. Pour ġaria min « être dégoûté, ennuyé de quelque chose », voir Kazi (...)
  • 48 Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 276.

25Pour se convaincre du côté marginal de ce sens sous cette entrée lexicale, commençons par citer Ibn Fāris46, qui indique : al-mīm wa-l-lām alān aīān yadullu aaduhumā ʿalā taqlīb šayʾ wa-l-āar ʿalā ġara min al-šayʾ (« le mīm et le lām sont deux principes radicaux, dont l’un indique le renversement de quelque chose et l’autre l’ennui/dégoût de quelque chose »)47. L’auteur expose alors ces deux significations. Sous la première (fa-l-awwal) il détaille trois emplois et sous la dernière (wa-l-bāb al-āar) un seul, celui de l’ennui. Ce n’est qu’après cette seconde et dernière signification que l’on trouve fa-ammā imlāl al-kitāb (« quant à la dictée de la missive »)48, indiquant d’emblée le caractère marginal et isolé de « dicter » au sein de cette nouvelle famille lexicale, de même qu’il l’était sous M‑L‑W/Y.

  • 49 Blachère, 1950, p. 73.
  • 50 Cf. ʿAbd al-Bāqī, 1997, p. 676. Là, comme pour M‑L‑W/Y, aucune corrélation évidente n’est faisable (...)

26Qu’en est-il tout d’abord dans le Coran ? Sous l’entrée M‑L‑L, le sens « dicter » se trouve à trois reprises dans Coran, 2, 282, dont deux sous la forme « hedjazienne » : ka-mā ʿallamahu Allāhu fa-l-yaktub wa-l-yumlil allaī ʿalayhi al-aqqu wa-l-yattaqi Allāha rabbahu wa-lā yabas minhu šayʾan fa-in kāna allaī ʿalayhi al-aqqu safīhan aw aʿīfan aw lā yastaīʿu an yumilla huwa fa-l-yumlil waliyyuhu bi-l-ʿadli (« selon ce qu’Allah lui a enseigné ! Qu’il écrive ! Que le débiteur dicte ! Qu’il redoute son seigneur ! Qu’il ne diminue rien de la dette ! Si le débiteur est fol ou faible ou incapable de dicter personnellement, que son représentant (wali) dicte avec honnêteté49 ! »). Sur les 18 occurrences en M‑L‑L que compte le Coran, seulement trois actualisent donc le sens de « dictée »50.

27Le verbe en question est un verbe redoublé. Si son accompli, dans sa forme réalisée, est unique (malla), il connaît néanmoins trois schèmes de conjugaison, à savoir faʿala yafʿilu qui donne malla yamillu, faʿala yafʿulu pour malla yamullu et faʿila yafʿalu pour malla yamallu. Une fois encore, je serai bref quant aux sens de ces verbes lorsqu’ils ne ressortissent pas à celui de « dicter » et n’en détaillerai pas les sens des formes augmentées ni les relations entre formes.

28Sous malla yamillu on trouve le sens de milla « religion, obédience » pour les formes I, V et VIII.

  • 51 wa-malla awbahu yamulluhu iā āahu al-iyāa al-ūlā qabl al-kaff (« wa-malla awbahu yamulluhu [ (...)
  • 52 Cf. Larcher, 2012b.
  • 53 Ibn ʿAbbād, Muī, X, p. 319.

29Sous malla yamullu on trouve les trois sens suivants : 1. malla « bâti » pour la forme I, c’est-à-dire le fait d’assembler les pièces d’un vêtement en les faufilant51 ; 2. mall, fait de « se dépêcher » pour les formes I, V, VII et VIII. Lié à ce sens, Ibn ʿAbbād nous apporte un cas intéressant de tératologie52 dans lequel une même consonne est traitée à la fois comme radicale et comme augment : wa-ʿayr mulāmil sarīʿ wa-nāqa malmalā sarīʿa (« une caravane de chameaux mulāmil est rapide, une chamelle malmalā est rapide »)53. Faisant apparaître un M‑L‑M‑L, le lexicographe indique bien que ce dernier est relié à M‑L‑L par dissimilation (M‑L‑L M‑L‑M‑L) ; de plus, la forme mulāmil (au lieu du mumalmil attendu) indiquerait un participe actif de forme III *lāmala (donc relié à L‑M‑L), qui semble plutôt être un III formé sur un quadri-consonantique (!) ; 3. malla « cendres chaudes » et la cuisson par ce moyen pour les formes I, IV et VIII.

  • 54 On s’en souvient, malā (cf. supra 2.2) a le même sens de « longueur » et de « durée ». Le verbe mal (...)
  • 55 I4 et II4 désignent respectivement le quadri-consonantique (éventuellement par « rattachement », il(...)
  • 56 Ibn Sīda, Mukam, X, p. 379. Voir également  fiʿl al-kull maliltu bi-l-kasr wa-mallaltu wa-tamallal (...)
  • 57 Ce type de racine a plusieurs origines, et notamment les racines redoublées (cf. Fleisch, 1961, p.  (...)
  • 58 Ce sens ne semble être indiqué que par un dictionnaire classique, le Kitāb al-ǧīm, dans lequel on l (...)
  • 59 Al-Farāhīdī, ʿAyn, VIII, p. 325. Voir également Ibn ʿAbbād, Muī, X, p. 319, et al-Ǧawharī, iā, (...)

30Sous malla yamallu on a enfin les quatre prochains sens : 1. malāl « dégoût, ennui », ce qui semble long, pour les formes I, IV et X54 ; 2. mulāl « agitation », pour les formes I, II, V, I4 et II455. Quatre de ces formes verbales sont données pour équivalentes, ce dont témoignent Ibn Sīda et al-Fīrūzābādī : wa-l-fiʿl min kull ālika [al-mulāl] malla wa-mallala wa-tamallala al-raǧul wa-tamalmala (« et le verbe de tout cela [mulāl] c’est “ s’agiter ” [I, II, V et II4] »)56, où l’on remarque que mallala se présente comme l’itératif de malla et tamallala comme son moyen, mais surtout, où l’on observe le même dédoublement morphologique, puisque de tamallala on passe à tamalmala (M‑L‑L M‑L‑M‑L57), l’un étant la variante de l’autre par un phénomène de dissimilation ; 3. imlāl « fait de rester longtemps » pour la forme IV, à mettre en rapport avec malāl (« ennui ») ci-dessus58 ; 4. imlāl (« dictée ») enfin, qui apparaît sous l’entrée lexicale M‑L‑L. La première mention de ce sens se trouve dans le Kitāb al-ʿayn où il est écrit : imlāl al-kitāb li-yuktaba (« fait de dicter la missive afin qu’elle soit écrite »)59. Il s’agit en l’espèce exclusivement d’un verbe de forme IV. Il est transitif direct pour la chose dictée et intransitif avec ʿalā pour la personne. En plus d’un isolement sémantique au sein de cette famille lexicale, ce verbe, n’étant relié à aucun mot, de base ou augmenté, donne à voir un isolement paradigmatique.

  • 60 Al-Azharī, Tahīb, XV, p. 352.
  • 61 Ibn Sīda, Mukam, X, p. 379. Voir également al-Zamaḫšarī, Asās, II, p. 228 ; al-Fīrūzābādī, Qāmūs, (...)
  • 62 Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 276.

31Certains auteurs notent, là encore, le rapprochement morphologique entre M‑L‑L et M‑L‑W/Y : wa-yuqālu amalla ʿalayhi šayʾan yaktubuhu wa-amlā ʿalayhi wa-nazala al-qurʾān bi-l-luġatayn (« on dit amalla ʿalayhi šayʾan et amlā ʿalayhi, et le Coran présente les deux variantes »)60. D’autres ne font pas ce lien en n’abordant pas M‑L‑W/Y : wa-amalla al-šayʾ qālahu fa-kutiba ʿanhu (« dicter la chose, c’est la dire pour qu’elle soit écrite à partir de lui [celui qui dicte] »)61. D’autres comme Ibn Fāris n’en citent le sens sous M‑L‑L qu’en passant (fa-ammā imlāl al-kitāb62). D’autres enfin ne l’évoquent tout bonnement pas sous cette entrée (al-Šaybānī, Ibn Durayd, al-Azharī).

  • 63 Ibn Sīda, Mukam, X, p. 379.
  • 64 Sauf erreur de ma part, Fleisch n’en parle pas, puisqu’il indique au contraire que « Cette contract (...)

32D’un point de vue morphophonologique, sa conjugaison est majoritairement « tamīmite », avec maintien du radical ramassé avec šadda, ainsi que le laisse à penser en creux la citation suivante : wa-akā abū zayd anā umlilu ʿalayhi al-kitāb bi-ihār al-taḍʿīf (« Abū Zayd a rapporté : “moi, je lui dicte la missive” avec la mise en évidence du dédoublement [i.e. umlilu au lieu de umillu] »)63, qui, puisque signalé, tend à indiquer la rareté de cette conjugaison64.

33On le voit donc, le sens de « dicter » n’est actualisé, pour M‑L‑L, qu’à la forme IV et non aux IV et X comme c’était le cas pour M‑L‑W/Y. Ici encore, comme là, le sens de « dicter » est très isolé. Comment dès lors comprendre l’apparition de ce sens particulier dans ces familles lexicales qui ne semblent pas disposer à faire place à cette signification et qui, de fait, la marginalisent ?

Hypothèse endogène vs. hypothèse exogène

34On en conviendra, « dicter » sous M‑L‑L ne semble pas relié au sens de l’ennui (malāl) et de prime abord pas non plus à celui de l’agitation (mulāl). De prime abord seulement, car c’est en fin de toutes les notices arabes ou presque concernant l’entrée M‑L‑L, c’est-à-dire non loin de l’endroit où imlāl apparaît dans le sens qui nous occupe ici, qu’est abordé le cas de M‑L‑M‑L, et c’est dans le cadre de cette racine consonantique M‑L‑M‑L que l’on croise systématiquement le mot de mulmūl (ou parfois malmūl).

  • 65 Ibn Sīda, Mukam, X, p. 379, où l’éditeur du texte d’Ibn Sīda donne expressément une vocalisation e (...)
  • 66 Al-Farāhīdī, ʿAyn, III, p. 62 ; cf. Kazimirski, 1860, II, p. 1153a.
  • 67 Al-Farāhīdī, ʿAyn, VIII, p. 325.
  • 68 Ibn Durayd, Ǧamhara, I, p. 223.
  • 69 Al-Azharī, Tahīb, XV, p. 351. Voir également Ibn Durayd, Ǧamhara, I, p. 988 ; Ibn ʿAbbād, Muī, X (...)
  • 70 Pour al-Azharī, on ne dit pas mīl, car le terme ne renvoie qu’à une mesure de distance terrestre (w (...)
  • 71 Cf. Kazimirski, 1860, respectivement II, p. 1175a et p. 1153a.

35Ce terme peut être en arabe l’équivalent du pénis du chameau ou du renard : wa-malmūl al-baʿīr wa-l-aʿlab qaībuhu (« le malmūl du chameau ou du renard c’est son bâton [i.e. pénis] »)65. Il est néanmoins plus généralement paraphrasé par mikāl lui-même ainsi défini : al-mikāl al-mīl tukalu bihi al-ʿayn min al-mukula (« aiguille avec laquelle on applique le collyre à l’œil depuis la boîte dans laquelle on serre le collyre et l’aiguille »)66. Voici ce qu’en disent les lexicographes : al-mulmūl al-mikāl (« le mulmūl c’est le mikāl »)67 ; wa-yusammā al-mīl allaī yuktaalu bihi al-mulmūl (« on appelle l’aiguille avec laquelle on applique le collyre sur le bord des paupières le mulmūl »)68 ; huwa al-mulmūl allaī yukalu bihi wa-tusbaru bihi al-ǧirā (« c’est le bâtonnet avec lequel on applique le kohl et avec lequel on sonde les plaies »)69. Le terme de mīl70, en plus d’« aiguille », reçoit la traduction de « burin », « poinçon », de même que le terme malmūl71.

  • 72 Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 275. À noter aussi le fait que kuila, passif de kaala, signifie (par al (...)
  • 73 Al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1556.
  • 74 Al-Zabīdī, ǧ, XXX, p. 425.
  • 75 Cf. al-Azharī, Tahīb, XV, p. 351.

36Le lien avec l’agitation (cf. supra) sous M‑L‑M‑L est souligné par Ibn Fāris par le biais de taqallub : wa-l-mulmūl al-mīl li-annahu yuqallabu fī al-ʿayn ʿinda al-kul (« le mulmūl c’est l’aiguille, on la retourne dans l’œil au moment du kohl »)72, et c’est al-Fīrūzābādī qui met sur la piste d’une potentielle reconstruction de l’apparition de imlāʾ dans le sens de « dicter ». En effet, en plus des deux sens évoqués, il précise le premier : wa-l-mulmūl [1] al-mikāl [2] wa-qaīb al-aʿlab wa-l-baʿīr [3] wa-l-adīda yuktabu bihā fī alwā al-daftar (« […] [3] le morceau de fer au moyen duquel on écrit sur les planches du registre »)73. Certes cet auteur est tardif, mais al-Zabīdī (m. 1205/1790) indique que ce serait en fait al-Azharī, donc de la fin du ive/xe, qui le signalerait ainsi (qāla al-Azharī al-mulmūl al-adīda allatī yuktabu bihā fī alwā al-daftar)74. Toutefois, cela semble absent du Tahīb75.

  • 76 Kazimirski, 1860, II, p. 871b et p. 1153a. « The cosmetic was applied by means of a small probe or (...)

37Quoi qu’il en soit, mulmūl ou malmūl est une « aiguille avec laquelle on enduit de collyre le bord des paupières ; burin, pointe, tout instrument avec lequel on trace des caractères sur un corps dur »76.

  • 77 Cf. bāb mā ǧāʾa ʿalā fuʿlūl fa-uliqa bi-l-umāsī, Ibn Durayd, Ǧamhara, II, p. 1195-1200.
  • 78 Ainsi andūq, cf. al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 950b.
  • 79 Al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1488b.
  • 80 Al-Zabīdī, ǧ, XXX, p. 374 et pour ǧilāʾ-collyre, cf. Kazimirski, 1860, I, p. 321a.

38Avant de proposer une remontée vers « dicter », examinons ce terme de mulmūl/malmūl. Dans le premier cas il s’agit d’un terme formé sur le schème fuʿlūl dont l’arabe n’est pas pauvre77. Nous connaissons en effet bien undūq, ʿufūr, kulūm ou buhlūl, et il est à noter que nombre des termes qui relèvent de ce schème peuvent être vocalisés en a à l’initiale, ce qui est justement le cas des termes cités78. Quant à malmūl, il s’agit alors d’un mafʿūl avec le mīm non plus radical mais augment, formant une dérivation pivot pour passer de M‑L‑M‑L à L‑M‑L. Or, voici tout ce qu’on peut lire sous cette entrée : al-lamāl ka-saāb al-kul wa-yuammu wa-talammala bi-famihi talammaa (« lamāl comme saāb c’est le collyre, et on le vocalise en u [lumāl]. talammala avec sa bouche c’est se passer la langue sur les lèvres »)79. En se reportant à l’auteur du ǧ al-ʿarūs, voici ce que l’on trouve80:

  • 81 Abū Riyāš et Kurāʿ ne sont pas identifiés.

al-lamāl […] ahmalahu al-ǧawharī wa-l-āġānī [sic] wa-qāla abū riyāš huwa al-kul […] wa-yuammu wa-hākaā rawāhu kurāʿ qultu wa-qad taqaddama fī al-kāf al-lumāk bi-l-amm al-ǧilāʾ yukalu bihi al-ʿayn ʿan ibn al-aʿrābī wa-abaahu ibn ʿabbād ka-kitāb wa-lā arā al-lamāl bi-lāmayn illā muarrafan ʿan al-lumāk fa-taʾammal ālika (« lamāl a été négligé par al-Ǧawharī et al-Ṣaġānī [tandis que] Abū Riyāš a dit qu’il s’agissait du collyre […]. On le vocalise en u et c’est ainsi que l’a rapporté Kurāʿ81. Je dis : al-lumāk a déjà été présenté dans le kāf avec vocalisation en u. Il s’agit du collyre dont on enduit l’œil, tiré de Ibn al-Aʿrābī, et Ibn ʿAbbād l’a noté limāk comme kitāb, et je ne considère lamāl avec les deux lām-s que comme altéré à partir de lumāk, alors médite cela »).

  • 82 Cf. wa-l-lumāk al-kul (al-Farāhīdī, ʿAyn, V, p. 379 ; al-Šaybānī, Ǧīm, III, p. 205 ; wa-qāla ibn a (...)
  • 83 Sur le passage éventuel de L à K ou de K à L, rien n’est dit chez Cantineau, 1960, respectivement p (...)

39Le fait est que lumāk ou lamk est systématiquement défini comme étant le collyre (al-kul)82. Il semble alors possible de proposer, sur le mode de l’hypothèse, le cheminement suivant : lu/imāk « collyre » (L‑M‑K) < ou > (?) la/umāl « collyre » (L‑M‑L)83 > *lamala « enduire de collyre » > malmūl « * qui est enduit de collyre » (formé sur mafʿūl) < (dérivation pivot) < mulmūl « aiguille qui sert à appliquer le collyre ; burin, poinçon » (formé sur fuʿlūl) (M‑L‑M‑L).

  • 84 À l’instar de mismār (« clou ») → masmara (« clouer ») → sammara (« clouer »). Notons par ailleurs (...)

40De là, si le passage de M‑L‑L à M‑L‑M‑L est possible, comme nous l’avons vu, on peut alors faire l’hypothèse du passage inverse de M‑L‑M‑L à M‑L‑L. En ce cas, mulmūl > *malmala « faire ce que l’on fait avec un mulmūl »84 > *mallala (ou *malla) « écrire » > amalla « faire écrire, dicter » > amlā « dicter ». Par suite d’un mouvement « tamīmite », on passerait de ce amalla (M‑L‑L) à amlā et istamlā (M‑L‑W/Y). Pour résumer, nous aurions donc ceci :

41Aux côtés de cette hypothèse endogène, une autre, exogène celle-ci, se doit toutefois d’être proposée. Le fait que le sens de « dictée » soit toujours, quelle que soit l’entrée lexicale considérée, marginal au sein des familles auxquelles il est possible de le rattacher, isolé qu’il est tant d’un point de vue sémantique que paradigmatique, peut être le signe d’un emprunt.

  • 85 Cf. Gurtner 2006, p. 112.
  • 86 Cf. Costaz, 2002, p. 183-184, et «  Pa. mallel locutus est, dixit » (Brun, 1895, p. 308). Cf. Gurt (...)
  • 87 Cf. Jeffery, 1938, p. 70. Par contre, ce dernier mentionne bien une possible origine syriaque pour (...)

42Or, cet emprunt est identifiable, puisque le syriaque propose une entrée lexicale formée d’un mīm et d’un lomadh avec le terme melltā85 dont les deux premiers sens sont « parole » et « propos », la forme verbale en paʿel (mallel) ayant le sens de « parler » et celle en etpaʿal (etmallal) celui de « être dit »86. Il faudrait alors voir dans les trois occurrences coraniques en imlāl de sens « dictée » un emprunt arabe au syriaque non référencé par Jeffery87 à partir de « parler ».

  • 88 Cf. Brachet, s.d., p. 182.
  • 89 Martin, 1875, p. 250-251, où l’on retrouve en arabe le même rapport avec les notabilités et le cons (...)

43Il se trouve en effet qu’une langue comme le français, et donc comme le latin, nous enseigne que « dicter » peut ne pas être lié à « écrire », mais à « dire ». De fait, dicter est issu du latin dictare88, lui-même forme itérative de dicere (« dire »). Plus précisément89 :

Ce verbe [dictare] est une forme fréquentative de dicere, mais avec une signification spéciale. En effet, tandis que le verbe dictitare, analogue à clamitare, rogitare, factitare, etc., n’exprime rien de plus que la répétition de l’action marquée par le verbe dicere, au contraire le verbe dictare, analogue à captare, pulsare, tractare, etc., offre, sinon toujours, du moins habituellement, une signification spéciale, qui seulement implique la répétition de l’acte exprimé par le verbe primitif dicere, parce que celui qui dicte répète souvent chaque mot pour qu’il soit mieux entendu des hommes qui écrivent sous la dictée. Dans les derniers temps de la république romaine et surtout à l’époque impériale, au lieu d’écrire soi-même, il arrivait très-souvent qu’on dictait soit sa correspondance, soit ses œuvres en prose ou en vers. Les maîtres qui enseignaient un art ou une science dictaient les points principaux de leur enseignement, et voilà pourquoi le verbe dictare en vint à signifier aussi enseigner et conseiller. […] Celui qui prêtait de l’argent dictait à l’emprunteur l’obligation à souscrire.

44Cet excursus par le latin nous montre qu’il semble en aller de même en arabe, où imlāl dans le sens de « dictée » s’expliquerait par un emprunt fait au syriaque « parole » et par une dérivation arabe.

  • 90 Sur le rapprochement, pour l’arabe, entre valeur fréquentative et valeur itérative, cf. Fischer, 20 (...)

45Toutefois, comme on l’aura remarqué, la forme arabe choisie, IV, est factitive et non itérative/fréquentative90. Une première hypothèse consisterait alors à ce que ce imlāl représente, par rapport à son original syriaque, sa forme arabisée et factitive de sens « faire des paroles », ce que l’on fait lorsque l’on dicte. Il serait dès lors possible de poser que si une forme IV, dont le sens est celui de la factitivité, a été choisie au lieu d’une II itérative (comme dans le cas du latin), c’est parce que ce II mallala existait déjà, sous l’entrée lexicale M‑L‑L, signifiant « s’agiter » (tiré de malla yamallu de schème faʿila yafʿalu). Cet argument ne vaudrait toutefois que s’il n’existait également pas trois autres IV amalla de sens « faire cuire sous les cendres » (de malla yamullu, schème faʿala yafʿulu), « ennuyer » et « rester longtemps » (de malla yamallu, schème faʿila yafʿalu).

  • 91 Duval, 1881, p. 183.
  • 92 Duval, 1881, p. 179.
  • 93 Cf. Thackston, 1999, p. 97.

46Une autre hypothèse consisterait à poser que le terme syriaque emprunté par l’arabe n’est pas le terme de base (melltā) de sens « parole » avec l’augmentation factitive parole faire des paroles = dicter, mais un verbe syriaque identifiable par l’arabe à une forme IV et de sens « dicter », prêt à l’emploi, constituant donc un emprunt direct. Cela est d’autant plus tentant que la forme aphʿel, équivalente syriaque de la IV arabe, est causative ou inchoative, et que « comme inchoatif, aphʿel se trouve à côté de p’ʿal, sans différence de sens […] ou à côté de paʿel91 », où p’ʿal est l’équivalant à la forme de base. Or, comme « Paʿel se distingue de p’ʿal par le redoublement de la deuxième radicale […] [et] indique la répétition de l’action exprimée par p’ʿal92 », équivalant donc à la forme II arabe, on peut alors imaginer en syriaque le même mouvement de formation qu’en latin, et donc un verbe de forme aphʿel de valeur itérative lié à melltā (« mot, parole ») et de sens identique à la forme paʿel en mallel de sens « parler »93, « produire des mots ». Le verbe de forme aphʿel serait alors l’équivalent du dictare latin, à savoir « dire et répéter afin qu’il soit écrit » donc « dicter », et ce serait ce verbe syriaque de forme aphʿel qui aurait été emprunté par l’arabe et adopté sous sa forme afʿala, donc amalla.

  • 94 Cf. Costaz, 2002, p. 183 ou le Thesaurus syriacus (cf. Payne Smith, 1901, II, p. 2109 sqq.).
  • 95 Sur le modèle de ammek « rendre humble », cf. Thackston, 1999, p. 103.

47Le terme en question semble toutefois absent en syriaque94, mais surtout, l’équivalent syriaque d’une forme IV arabe pour une racine redoublée serait ici *ammel95 avec gémination de la première radicale et non de la seconde comme dans l’arabe amalla. Il semble dès lors difficile de pouvoir relier imlāl, madar de forme IV, à cette hypothétique forme *ammel dont il serait issu.

48Il semble donc qu’il faille préférer la première hypothèse, dans laquelle une forme IV arabe aurait été choisie, peut-être arbitrairement, puisque de toute manière les formes II et IV étaient déjà utilisées dans l’entrée lexicale en M‑L‑L, et qu’elle l’aurait été soit à partir du mot de base syriaque melltā signifiant « parole, mot », soit à partir d’une des deux formes verbales de cette entrée lexicale syriaque, à savoir mallel de sens « parler » ou etmallal de sens « être dit ». Cette forme IV arabe pourrait de même être liée au syriaque dans la mesure où elle en aurait conservé une spécificité, à savoir être l’équivalent d’une forme paʿel itérative de sens « parler », et donc peut-être « dire et répéter afin qu’il soit écrit ».

49Cette hypothèse dérivationnelle exogène depuis le syriaque semble, si ce n’est plus, du moins aussi valable que celle, endogène, dérivant depuis mulmūl « stylet ». Elle pourrait même expliquer l’apparition de ce dernier terme : amalla, dans le sens de « dicter », réinterprété comme une véritable forme IV arabe factitive de sens « faire écrire », aurait donné par dérivation régressive un I *malla (« écrire ») et, à partir de celui-ci et par dissimilation (*malmala), mulmūl, l’instrument de cette écriture.

50Nous tiendrions donc là, depuis un emprunt fait au syriaque, l’origine de l’entrée du terme imlāl en arabe. Par la suite, de imlāl, de racine redoublée, on serait passé, comme c’est le cas dans les dialectes arabes par « simplification » paradigmatique, à une racine défectueuse et donc à imlāʾ dans le même sens de « dictée ».

  • 96 Martin, 1875, p. 251.
  • 97 Mis pour Asad, du nom de la famille au pouvoir à Damas depuis 1970.
  • 98 Dans cette phrase, imlāʾāt ne semble pas pouvoir être compris simplement comme « dictées », mais pl (...)
  • 99 À l’instar de ce qu’il est possible de repérer pour d’autres formes verbales, notamment augmentées, (...)

51Notons pour conclure que, à partir de « dicter » au sens de répéter des paroles afin qu’elles soient écrites par un ou des tiers, imlā’ peut, au sens figuré, prendre un sens proche d’ordonner. En effet : « Les ordres des empereurs romains étaient habituellement dictés par eux ou plutôt en leur nom par leurs affranchis. De là vint, à l’époque de Quintilien, de Juvénal et de Silius Italicus, le nouveau sens de dictare, mis pour jubere, ordonner »96. C’est exactement le sens moderne qu’en donne la presse arabe quand, par exemple, dans un article du quotidien al-Quds daté des 20/21 octobre 2012 et intitulé al-Asad al-ǧarī yaribu fī Lubnān ? (« Le Lion97 blessé frappe-t-il au Liban ? »), on lit : ihi hiya iʿtibārāt al-ǧuġrāfiyā wa-imlāʾāt al-tārī (« tels sont les enseignements de la géographie et les leçons de l’histoire »)98. Il faut donc bien distinguer, en grammaire comme ailleurs, les pluriels entre imlāʾ pl. amālī = « dictée », ce qu’a bien fait Ibn al-Ḥāǧib, et imlāʾ pl. imlāʾāt = « dictée (au sens figuré), i.e. leçon, commentaire, diktat », ce à quoi il s’est également consacré99. Dans le titre de son autocommentaire, imlāʾ n’aurait alors pas le sens de « dictée », mais plus précisément de « commentaire dicté », et l’autocommentaire pourrait recevoir la traduction suivante : Commentaire dicté de la Kāfiya.

Haut de page

Bibliographie

Instruments de travail

Brachet, Auguste, Dictionnaire étymologique de la langue française, Bibliothèque d’éducation, Paris, s.d. (8e éd.).

Brun, J., Dictionarium syriaco-latinum, Beryti Phoeniciorum/Typographia PP. Soc. Jesu, Beyrouth, 1895.

Cantineau, Jean, Cours de phonétique arabe (Édition originale réimprimée), suivi de Notions générales de phonétique et de phonologie, Klincksieck, Paris, 1960.

Cohn, Marc M., Nouveau dictionnaire hébreu-arabe, édition enrichie et mise à jour par M. Catane, Larousse, Paris ; Édition Achiasaf, Tel Aviv, 2001.

Costaz, Louis, Dictionnaire syriaque-français, Dar el-Machreq, Beyrouth, 2002 (3e éd.).

EI2 = Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., 12 vol., Brill, Leyde, 1960-2007.

GAL = Brockelmann, Carl, Geschichte der arabischen Literatur, 2 tomes, E.J. Brill, Leyde, 1943a.

GALS = Brockelmann, Carl, Geschichte der arabischen Literatur. Supplementband I, E.J. Brill, Leyde, 1943b.

Kazimirski, Adrien De Biberstein, Dictionnaire arabe-français, 2 tomes, Maisonneuve et Cie, Paris, 1860.

Lane, Edward William, An Arabic-English Lexicon, 8 tomes, Librairie du Liban, Beyrouth, 1885.

Payne Smith, Robert, Thesaurus syriacus, 2 tomes, Étienne Marc Quatremère & Georg Heinrich Bernstein (éd.), Typographeo Clarendoniano, Oxford, 1901.

Reig, Daniel, Dictionnaire Arabe-Français, Français-Arabe, al-Sabīl, « Saturne », Larousse, Paris, 1983.

Sartori, Manuel, Manuel de conjugaison arabe, Diacritiques éditions, Marseille, 2017.

Wehr, Hans, Arabic-English Dictionary, J. Milton Cowan (éd.), édition revue et augmentée, Spoken Language Services, Urbana, Illinois, 1994 (4e éd.).

ʿAbd Al-Bāqī, Muḥammad Fuʾād, al-Muʿǧam li-alfā al-Qurʾān al-karīm, Dār al-Fikr, Beyrouth, 1997 (4e éd.).

Sources primaires

al-Astarābāḏī, ŠK = Muḥammad b. al-Ḥasan Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī, Šar Kāfiyat Ibn al-āǧib, 5 tomes, Imīl Badīʿ Yaʿqūb (éd.), Dār al-Kutub al-ʿIlmiyya, Beyrouth, 1998.

al-Astarābāḏī, ŠŠ = Muḥammad b. al-Ḥasan Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī, Šar Šāfiyat Ibn al-āǧib maʿa šar šawāhidihi li-l-ʿālim al-ǧalīl ʿAbd al-Qādir al-Baġdādī, 4 tomes, Muḥammad Nūr al-Ḥusayn, Muḥammad al-Zafzāf & Muḥammad Muḥyī al-Dīn ʿAbd al-Ḥamīd (éd.), Dār al-Kutub al-ʿIlmiyya, Beyrouth, s.d.

al-Azharī, Tahīb = Abū Manṣūr Muḥammad b. Aḥmad b. al-Azhar al-Azharī, Tahīb al-luġa, 16 tomes, ʿAbd al-Salām Muḥammad Hārūn, Muḥammad ʿAlī al-Naǧǧār & ʿAbd Allāh Darwīš, al-Dār al-Miṣriyya li-l-Taʾlīf wa-l-Tarǧama, Le Caire, s.d.

Coran, Blachère, Régis (trad.), Maisonneuve, Paris, 1950.

al-Farāhīdī, ʿAyn = al-Ḫalīl b. ʾAḥmad b. ʿAmr b. Tamīm Abū ʿAbd al-Raḥmān al-Farāhīdī al-Azadī al-Yaḥmadī, Kitāb al-ʿayn, 8 tomes, Mahdī al-Maḫzūmī & Ibrāhīm al-Sāmmarāʾī (éd.), Muʾassasat al-Aʿlamī li-l-Maṭbūʿāt, Beyrouth, 1988.

al-Fīrūzābādī, Qāmūs = Maǧd al-Dīn Muḥammad b. Yaʿqūb b. Muḥammad b. Ibrāhīm b. ʿUmar b. Abī Bakr b. Aḥmad b. Maḥmūd b. Idrīs b. Faḍl Abū al-Ṭāhir al-Šīrāzī al-Fīrūzābādī, al-Qāmūs al-Muī, Anīs Muḥammad al-Šāmī & Zakariyā Ǧābir Aḥmad (éd.), Dār al-Ḥadīṯ, Le Caire, 2008.

al-Ǧawharī, iā = Ismāʿīl b. Ḥammād Abū Naṣr al-Ǧawharī, al-iā. Tāǧ al-luġa wa-iā al-ʿarabiyya, 7 tomes, Aḥmad ʿAbd al-Ġafūr ʿAṭṭār (éd.), Dār al-ʿIlm li-l-Malāyīn, Beyrouth, 1984.

Ibn al-Ḥāǧib, Kāfiya = ʿUṯmān b. ʿUmar b. Abī Bakr b. Yūnus Abū ʿAmr Ǧamāl al-Dīn Ibn al-Ḥāǧib al-Miṣrī al-Dimašqī al-Mālikī, al-Kāfiya fī al-naw, Ṭāriq Naǧm ʿAbd Allāh (éd.), Maktabat Dār al-Wafāʾ, Silsilat Maktabat Ibn al-Ḥāǧib 3, Jeddah, 1986.

Ibn al-Ḥāǧib, al-Kāfiya fī al-naw wa-l-šāfiya fī ʿilmay al-tarīf wa-l-aṭṭ = ʿUṯmān b. ʿUmar b. Abī Bakr b. Yūnus Abū ʿAmr Ǧamāl al-Dīn Ibn al-Ḥāǧib al-Miṣrī al-Dimašqī al-Mālikī, al-Kāfiya fī al-naw wa-l-šāfiya fī ʿilmay al-tarīf wa-l-aṭṭ, Ṣāliḥ ʿAbd al-ʿAẓīm al-Šāʿir (éd.), Maktabat al-Ādāb, Le Caire, [2010].

Ibn al-Ḥāǧib, Imlāʾ = ʿUṯmān b. ʿUmar b. Abī Bakr b. Yūnus Abū ʿAmr Ǧamāl al-Dīn Ibn al-Ḥāǧib al-Miṣrī al-Dimašqī al-Mālikī, al-imlāʾ ʿalā l-Kāfiya fī al-naw, Manuel Sartori (éd.) [inédit].

Ibn al-Ḥāǧib, Imlāʾ (2) = ʿUṯmān b. ʿUmar b. Abī Bakr b. Yūnus Abū ʿAmr Ǧamāl al-Dīn Ibn al-Ḥāǧib al-Miṣrī al-Dimašqī al-Mālikī, Šar al-Muqaddima al-kāfiya fī ʿilm al-iʿrāb li-muannifihā Ǧamāl al-Dīn Abū ʿAmr ʿUmān b. al-āǧib, Ǧamāl ʿAbd al-ʿĀṭī Muḫaymar Aḥmad (éd.), Maktabat Nizār Muṣṭafā al-Bāz, La Mecque, 1997.

Ibn Durayd, Ǧamhara = Abū Bakr Muḥammad b. al-Ḥasan b. Durayd al-Azadī, Ǧamharat al-luġa, 3 tomes, Ramzī Munīr Baʿalbakkī (éd.), Dār al-ʿIlm li-l-Malāyīn, Beyrouth, 1987.

Ibn Fāris, Maqāyīs = Abū al-Ḥusayn Aḥmad b. Fāris b. Zakariyā al-Qazwīnī al-Rāzī, Muʿǧam maqāyīs al-luġa, 6 tomes, ʿAbd al-Salām Muḥammad Hārūn (éd.), [reprint], Dār al-Fikr, Beyrouth, 1991.

Ibn Manẓūr, Lisān = Muḥammad b. Mukarram b. ʿAlī b. Aḥmad Abū al-Faḍl Ǧamāl al-Dīn al-Anṣārī al-Rūwayfaʿī al-Ifrīqī al-Miṣrī Ibn Manẓūr, Lisān al-ʿArab, 18 tomes, Dār Ṣādir, Beyrouth, 2003.

Ibn Sīda, Mukam = Abū al-Ḥasan ʿAlī b. Ismāʿīl al-Mursī al-Andalusī al-Naḥwī al-Luġawī al-Ḍarīr, al-Mukam wa-l-Muī al-aʿẓam, 11 tomes, ʿAbd al-Ḥamīd Hindāwī (éd.), Dār al-Kutub al-ʿIlmiyya, Beyrouth, 2000.

Ibn ʿAbbād, Muī = Abū al-Qāsim Ismāʿīl b. ʿAbbād b. al-ʿAbbās b. ʿAbbād b. Aḥmad b. Idrīs, al-Muī fī al-luġa, 11 tomes, Muḥammad Ḥasan Āl Yāsīn (éd.), ʿĀlam al-Kutub, Beyrouth, 1994.

al-Šaybānī, Ǧīm = Abū ʿAmr Isḥāq b. Mirār al-Šaybānī, Kitāb al-ǧīm, 3 tomes, Muḥammad ʿAlī al-Zamītī, Muḥammad ʿAbd al-ʿAzīz al-Qalamāwī, ʿAbd al-Wahhāb ʿAwḍ Allāh, Muṣṭafā Ḥiǧāzī, Ibrāhīm al-Inbārī, Muḥammad Ḫalaf Allāh Aḥmad, ʿAbd al-Ḥalīm al-Ṭaḥāwī, Muḥammad Mahdī ʿAllām, ʿAbd al-Karīm al-ʿAzbāwī & ʿAbd al-Ḥamīd Ḥasan (éd.), al-Hay’a al-ʿĀmma li-Šu’ūn al-Maṭābiʿ al-Amīriyya, Le Caire, 1983.

al-Zabīdī, Tāǧ = Muḥammad Murtaḍā al-Ḥusaynī al-Zabīdī, Tāǧ al-ʿArūs min ǧawāhir al-Qāmūs, 40 tomes, Maṭbaʿat Ḥukūmat al-Kuwayt, Koweit, 1965.

al-Zamaḫšarī, Asās = Ǧār Allāh Abū al-Qāsim Maḥmūd b. ʿUmar b. Muḥammad b. Aḥmad al-Ḫawārizmī al-Zamaḫšarī, Asās al-balāġa, 2 tomes, Muḥammad Bāsil ʿUyūn al-Sūd (éd.), Dār al-Kutub al-ʿIlmiyya, Beyrouth, 1998.

Études

Bellamy, James A., « Arabic Names in the Chanson de Roland: Saracen Gods, Frankish Swords, Roland’s Horse, and the Olifant », JAOS 107, 2, 1987, p. 267-277.

Blachère, Régis & Sauvaget, Jean, Règles pour éditions et traductions des textes arabes, Les Belles Lettres, Paris, 1953.

Brockelmann, Carl, Tārī al-adab al-ʿarabī, ʿAbd al-Ḥalīm al-Naǧǧar (éd. et trad.), 6 tomes, Dār al-Maʿārif, Le Caire, s.d. (3e éd.).

Dichy, Joseph, Structure de la dérivation lexicale en arabe : sens et forme des verbes et dérivés nominaux les plus immédiats, Cours de préparation au CAPES d’arabe, session 2003, question de linguistique, C.N.E.D., Paris, 2002.

Dichy, Joseph, « Sens des schèmes et sens des racines en arabe : le principe de figement lexical (PFL) et ses effets sur le lexique d’une langue sémitique » in Rémi-Giraud, Sylvianne & Panier, Louis (éd.), La polysémie ou l’empire des sens. Lexique, discours, représentation, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 2003, p. 189-211.

Dichy, Joseph, « Faʿula, faʿila, faʿala : dispersion et régularités sémantiques dans les trois schèmes simples du verbe arabe » in Ditters, Everhard & Motzki, Harald (éd.), Approaches to Arabic Linguistics: Presented to Kees Versteegh on the Occasion of his Sixtieth Birthday, Studies in Semitic Languages and Linguistics 49, E.J. Brill, Leyde, Boston, 2007, p. 313-366.

Duval, Rubens, Traité de grammaire syriaque, F. Vieweg, Paris, 1881.

Establet, Colette & Pascual, Jean-Paul, « Les livres des gens à Damas vers 1700 », RMMM 87-88, 1999, p. 143-175.

Ferrando, Ignacio, « Broken versus Regular Plural in Modern Arabic: The Case for Tafʿīl » in Monferrer-Sala, Juan Pedro & al-Jallad, Nader (éd.), The Arabic Language Across the Ages, Dr Ludwig Reichert Verlag, Wiesbaden, 2010, p. 107-117.

Fischer, Wolfdietrich, « Compte rendu de : P. Larcher, Le système verbal de l’arabe classique, Publications de l’université de Provence, coll. “ Didactilangue ”, Aix-en-Provence (2003) », ZDMG 160, 1, 2010, p. 173-176.

Fleisch, Henri, Traité de philologie arabe. I. Préliminaires, phonétique, morphologie nominale, 2 tomes, Imprimerie catholique, Beyrouth, 1961.

Fleisch, Henri, EI2, III, 1971a, p. 150-152, s.v. « Hamza ».

Fleisch, Henri, EI2, III, 1971b, p. 804-805, s.v. « Ibn al-Ḥādjib ».

Fleisch, Henri, « Note sur al-Astarābādhī », Historiographia Linguistica 1, 2, 1974, p. 165-168.

Fleisch, Henri, Traité de philologie arabe. II. Pronoms, morphologie verbale, particules, 2 tomes, Dar al-Machreq, Beyrouth, 1979.

al-Ǧanābī, Ṭāriq ʿAbd ʿAwn, 1973, Ibn al-āǧib al-nawī, āāruhu wa-mahabuhu, Magistère, université de Bagdad, Bagdad.

Gosselin, Laurent, « La construction du sens fréquentatif sans marqueur explicite », Cuadernos de filología francesa 23, 2012, p. 93-122.

Jeffery, Arthur, The Foreign Vocabulary of the Qurʾān, Oriental Institute, Baroda, 1938.

Khoury, R. G., EI2, XI, 2002, p. 101a-101b, s.v. « Wakīʿ ».

Larcher, Pierre, « Quand, en arabe, on parlait de l’arabe… Essai sur la méthodologie de l’histoire des “ métalangages arabes ” (I) », Arabica 35, 2, 1988, p. 117-142.

Larcher, Pierre, « Al-ʾĪā fī Šar al-Mufaṣṣal de Ibn al-Ḥāǧib. Note critique sur une édition dite “ critique ” et réflexions connexes », Arabica 38, 3, 1991a, p. 369-374.

Larcher, Pierre, « Du mais français au lākin(na) arabe et retour. Fragment d’une histoire comparée de la linguistique », Revue Québécoise de linguistique 20, 1, 1991b, p. 171-192.

Larcher, Pierre, « Les ʾAmālī de Ibn al-Ḥāǧib ou les “ annales ” d’un grammairien », Arabica 41, 2, 1994a, p. 273-280.

Larcher, Pierre, « Un phénomène de “ surdérivation ” en arabe classique : à propos de la Xe forme verbale istafʿala », AnIsl 28, 1994b, p. 215-230.

Larcher, Pierre, « Où il est montré qu’en arabe classique la racine n’a pas de sens et qu’il n’y a pas de sens à dériver d’elle », Arabica 42, 3, 1995, p. 291-314.

Larcher, Pierre, Le système verbal de l’arabe classique, Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 2012a (2e éd).

Larcher, Pierre, « Un cas de tératologie dérivationnelle en arabe classique ? Le verbe istakāna », Romano-Arabica New Series 12, 2012b, p. 159-168.

Larcher, Pierre, « Un cas de dérivation “ pivot ” en arabe », Arabica 60, 1-2, 2013, p. 201-207.

Larcher, Pierre, « La dérivation “ pivot ” en arabe classique, une fois encore », FolOr 52, 2016, p. 233-247.

Martin, Th.-Henri, « Sur l’étymologie du mot dictator », CRAIBL 19, 3, 1875, p. 238-258.

Thackston, Wheeler M., Introduction to Syriac: An Elementary Grammar with Readings from Syriac Literature, Ibex Publishers, Bethesda, 1999.

Weipert, Reinhard, EI3, 2009, p. 118, s.v. « al-Astarābāḏī, Raḍī al-Dīn ».

Wiedemann, E. - [J.W. Allan], EI2, 1986, p. 356a-357a, s.v. « Kuḥl ».

Haut de page

Notes

1 Larcher, 1991b, p. 185.

2 Cf. Fleisch, 1974 et Weipert, 2009.

3 Pour al-Astarābāḏī, voir l’ensemble des articles de Pierre Larcher.

4 Fleisch, 1971b.

5 À l’issue d’un recensement effectué pour l’édition critique du commentaire de ce compendium, il est fait état de 365 travaux issus de la Kāfiya, principalement dans l’est du domaine arabo-musulman. Il est donc possible de se rendre compte à la fois de l’importance de la postérité d’Ibn al-Ḥāǧib, mais aussi combien cette dernière est essentiellement turco-balkanique, yéménite et au premier chef irano-indienne avant que d’être arabe à proprement parler (cf. Ibn al-Ḥāǧib, Imlāʾ, p. 43-68, et Larcher, 1991a, p. 370). Notons par ailleurs qu’à titre de comparaison, Brockelmann ne signale que 56 travaux issus de la Kāfiya (cf. GAL, II, p. 367-373 ; GALS, I, p. 531-539; Brockelmann, s.d., t. 5, p. 308-327), et al-Ǧanābī que 80 en tout (cf. al-Ǧanābī, 1973, p. 57-68). Enfin, pour attester une nouvelle fois si nécessaire de l’importance de l’ouvrage, notons avec Colette Establet et Jean-Claude Pascual que, chez les Damascènes dont les inventaires après décès ont permis d’évaluer les possessions livresques, l’un des plus représentés parmi les 10 % d’ouvrages possédés qui concernent la langue est la Kāfiya d’Ibn al-Ḥāǧib (cf. Establet, Pascual, 1999, p. 159).

6 Ouvrage qu’il connaît bien puisqu’en plus de cet épitomé, Ibn al-Ḥāǧib est aussi l’auteur du Īā fī šar al-Mufaṣṣal.

7 Je rappelle ici ce que Larcher dit de la structure du Mufaṣṣal d’al-Zamaḫšarī et qui s’applique dès lors aussi à la Kāfiya d’Ibn al-Ḥāǧib ainsi qu’aux ouvrages qui en découlent : « l’exposé du naw2 […] est infiniment mieux organisé […] qu’en aucun autre ouvrage antérieur […] articulé qu’il est sur les « parties du discours » […] : les noms (al-ʾasmāʾ), les verbes (al-ʾafʿāl) et les particules (al-urūf), le nombre et la hiérarchie desdites parties ayant eux-mêmes leur logique […] et la section consacrée aux noms étant alors organisée sur leur flexion : al-marfūʿāt, al-manūbāt, al-maǧrūrāt, etc. » (Larcher, 1988, p. 132-134).

8 La première fois à Istanbul en 1311/1894 (sans apparat critique ni mention des sources manuscrites), la seconde à La Mecque en 1997 à partir de trois manuscrits colligés par Ǧamāl ʿAbd al-ʿĀṭī Muḫaymar Aḥmad parmi les manuscrits du Dār al-kutub al-miṣriyya. Le premier (no 9406) serait autographe et indique en son colophon la date du lundi 22 ǧumādā I 624 / 10 mai 1227. Le deuxième (no 518 naw alʿat) est daté en son colophon du samedi 26 raǧab 712 / 27 novembre 1312 qui est en fait un lundi. Le troisième enfin (no 74 naw alīl Aġā) est, lui, daté d’un vendredi de raǧab 665 / avril 1267, ce qui peut correspondre aux vendredis 5 raǧab / 1er avril, 12 raǧab / 8 avril, 19 raǧab / 15 avril ou 26 raǧab / 22 avril de cette année-là (cf. Ibn al-Ḥāǧib, Imlāʾ, p. 197-200). Cet autocommentaire connaît désormais une troisième édition et seconde édition critique, fruit d’un travail de doctorat (cf. Ibn al-Ḥāǧib, Imlāʾ). Cette édition est le résultat de la collation du manuscrit de la bibliothèque nationale de Damas (no 8876, 119 folios) aux manuscrits du Chester Beatty de Dublin (no 5289, 192 folios) daté du viiie/xive siècle, de la British Library de Londres (ms. Or. 4823, 507 folios) daté en son colophon de 717/1317, ainsi que de l’édition imprimée d’Istanbul (1311/1894) dont les sources manuscrites ne sont pas connues et est considérée pour cette raison comme un manuscrit selon l’avis de Blachère et Sauvaget, 1953.

9 Larcher, 1994a, p. 273.

10 Ce texte fait 183 pages dans l’une de ses éditions (cf. Ibn al-Ḥāǧib, Kāfiya), ou 46 pages dans une autre (cf. Ibn al-Ḥāǧib, al-Kāfiya fī al-naw wa-l-šāfiya fī ʿilmay al-tarīf wa-l-aṭṭ).

11 Quelque 513 pages sans compter les index ni la bibliographie (cf. Ibn al-Ḥāǧib, Imlāʾ), ou 805 dans les mêmes conditions (cf. Ibn al-Ḥāǧib, Imlāʾ (2)).

12 Cf. ʿAbd al-Bāqī, 1997, p. 672 pour M‑L‑ʾ, et p. 676 pour M‑L‑W/Y.

13 Blachère, 1950, p. 540.

14 Blachère, 1950, p. 387.

15 Ainsi Coran, 13, 32 : wa-laqad ustuhziʾa bi-rusulin min qablika fa-amlaytu li-llaīna kafarū umma aatuhum fa-kayfa kāna ʿiqābi (« Certes, on s’est raillé des Apôtres [venus] avant toi [, Prophète!] J’ai donné un répit à ceux qui furent incrédules, puis Je les ai pris. Quel fut Mon châtiment ! », Blachère, 1950, p. 276). Il en va de même pour Coran, 22, 44, et 22, 48, où amlaytu apparaît avec le même sens (cf. Blachère, 1950, p. 363), ainsi que pour Coran, 7, 183, et 68, 45 : wa-umlī lahum (« Je leur laisse [cependant et seulement] un répit », Blachère, 1950, p. 198 et 610). On retrouve le même sens avec Coran, 3, 178 : lā yasabanna allaīna kafarū annamā numlī lahum ayrun li-anfusihim innamā numlī lahum li-yazdādū iman wa-lahum ʿaābun muhīnun (« Que ceux qui sont infidèles ne considèrent point que ce que Nous leur impartissons, comme délai, soit un bien pour eux : ce que Nous leur impartissons comme délai est destiné à ce qu’ils grandissent en péché. Ils auront un tourment avilissant », Blachère, 1950, p. 100). Il en va enfin de même pour Coran, 19, 46, où malī apparaît avec le sens de « temps » : qāla a-rāġibun anta ʿan ālihatī yā ibrāhīmu la-in lam tantahi la-arǧūmannaka wa-hǧurnī maliyyan (« [Son père] dit : “ Aurais-tu de l’aversion pour nos divinités ? ô Abraham ! Si tu ne cesses, certes je te lapiderai ! Éloigne-toi de moi pour un temps ! ” », Blachère, 1950, p. 332).

16 Cf. Coran, 3, 91 ; 7, 18 ; 11, 119 ; 18, 18 ; 32, 13 ; 37, 66 ; 38, 85 ; 50, 30 ; 72, 8 (cf. respectivement Blachère, 1950, p. 88, 176, 258, 319, 442, 477, 488, 552, 619).

17 Cf. Coran, 2, 246 ; 7, 60 ; 7, 66 ; 7, 75 ; 7, 88 ; 7, 90 ; 7, 103 ; 7, 109 ; 7, 127 ; 10, 83 ; 10, 88 ; 10, 75 ; 11, 27 ; 11, 38 ; 11, 97 ; 12, 43 ; 23, 24 ; 23, 33 ; 23, 46 ; 26, 34 ; 27, 29 ; 27, 32 ; 27, 38 ; 28, 20 ; 28, 32 ; 28, 38 ; 37, 8 ; 38, 6 ; 38, 69 ; 43, 46 (cf. Blachère, 1950, p. 67, 183 x 2, 185, 186 x 2, 188, 189, 241, 242, 248, 249, 256, 263, 369, 370, 395, 406 x 2, 407, 414, 415, 416, 475, 482 ; 487, 522).

18 Je donne ici les trois éléments qu’il est d’usage de produire en lexicographie arabe : l’accompli (ī), l’inaccompli indicatif (muāriʿ marfūʿ) et le nom verbal (madar).

19 Reig, 1997, art. no 5164 M‑L‑ʾ.

20 Reig, 1997, art. no 5179 M‑L‑W.

21 Cf. Reig, 1997, art. no 5179 M‑L‑W.

22 Il ne s’agit pas ici d’indiquer qu’une racine consonantique aurait un quelconque sens ou qu’il serait possible de « dériver » depuis une racine des sens (cf. Larcher, 1995). Je me borne en fait ici à représenter les différents sens qu’une famille lexicale permet de rencontrer. C’est ainsi que je ferai dans la suite de cet article, notamment en présentant, à la manière des lexicographes arabes, le madar (« nom verbal »), éventuellement le plus connu, et sa signification que l’on retrouve alors sous différentes formes augmentées de verbes.

23 Sur ces questions de diathèses verbales, voir notamment, Dichy, 2002 ; 2003 ; 2007.

24 Le lexicographe précise néanmoins, tant par sa paraphrase qu’explicitement, qu’il s’agit plutôt d’un passif de schème fuʿila : maluʾa al-raǧul iā zukima […] qāla qawm muliʾa al-raǧul fa-huwa mamlūʾ iā zukima wa-huwa al-waǧh (« être pris d’un rhume de cerveau lorsqu’on s’enrhume […] certains ont dit muliʾa [« être pris »] et il est pris lorsqu’il s’est enrhumé, et c’est le bon usage », Ibn Durayd, Ǧamhara, II, p. 987). Voir également Ibn ʿAbbād, Muī, X, p. 364.

25 Elle apparaît notamment dans une expression reprise par l’ensemble (ou peu s’en faut) des dictionnaires classiques, cette expression signifiant « bander son arc » avec le sens de « faire de toutes ses forces » : amlaʾa fulān fī qawsihi (« untel a bandé son arc », al-Azharī (m. 370/980), Tahīb, XV, p. 403). Voir également : Ibn ʿAbbād, Muī, X, p. 363 ; al-Ǧawharī, iā, I, p. 73 ; Ibn Fāris (m. 395/1004), Maqāyīs, V, p. 346 ; Ibn Manẓūr (m. 711/1311), Lisān, XIV, p. 114). La forme IV peut par ailleurs apparaître dans ce contexte comme un doublet de II : amlaʾa fī qawsihi wa-mallaʾa aġraqa (« bander de toutes ses forces son arc [IV et II], tirer de toutes ses forces », al-Fīrūzābādī (m. 817/1415), Qāmūs, p. 1551, cf. Kazimirski, 1860, II, p. 459b) ou de I : wa-malaʾa fī qawsihi ġarraqa al-nuššāba wa-l-sahm (« bander son arc, tirer de toute sa force la flèche et le trait », Ibn Sīda (m. 458/1066), Mukam, X, p. 414). Voir également al-Zamaḫšarī, Asās, II, p. 223. Voir enfin Lane, 1885, VII, p. 2729 et Kazimirski, 1860, II, p. 576a.

26 Al-Azharī, Tahīb, XV, p. 403. De même wa-l-malaʾ mahmūz maqūr ašrāf al-nās wa-wuǧūhuhum (« et malaʾ portant hamza [malaʾ] ou alif maqūra [malā] ce sont les notabilités, le conseil des anciens », cf. Reig, 1997, art. no 5164) ; wa-humā [al-malaʾ] mahmūzān wa-maqūrān (al-Azharī, Tahīb, XV, p. 404).

27 Al-Azharī, Tahīb, XV, p. 404.

28 Sur l’ensemble de cette question du tafīf al-hamza, voir Fleisch, 1961, p. 102-108.

29 Rappelons par ailleurs que ni Ḫalīl b. Aḥmad al-Farāhīdī (m. 174/791), ni Sībawayhi (m. 180/796 ?), ne concevaient la hamza comme une consonne mais plutôt, à l’instar du alif, du wāw et du ʾ, comme une articulation concave (aǧwaf, pl. ǧūf) venant du ǧawf, le creux de la poitrine (cf. Fleisch, 1971a, p. 151b). D’invention plus récente que les autres articulations arabes, quand il s’agit de la noter, elle le fut tout d’abord par un point de couleur, pratique qui était visiblement encore en cours au ve/xie siècle. Ce n’est donc que tardivement qu’apparaît le signe désormais utilisé, à l’origine un petit ʿayn, pour symboliser la prononciation d’occlusive glottale propre à la hamza (cf. Fleisch, 1971a, p. 152a), ce qui permet d’expliquer, dans les manuscrits, son inexistence au mépris des canons désormais admis, et son utilisation imparfaite (notamment en ce qui concerne son support).

30 Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 346.

31 Autre indice de ce rapport avec le verbe de forme IV chez al-Šaybānī (m. 213/828) : wa-qāla qad amlā fī qawsihi iā nazaʿa (al-Šaybānī, Ǧīm, III, p. 252), où l’on retrouve la même expression précédemment vue, mais cette fois-ci avec amlā et non plus malaʾa, mallaʾa ni surtout amlaʾa. Ibn Manẓūr ne fait pas autre chose quand il écrit sous l’entrée M‑L‑W/Y : tamallaʾtu min al-aʿām tamalluʾan wa-qad tamallaytu al-ʿayš tamalliyan iā ʿištu malliyan ay awīlan (« je me suis repu de la nourriture, j’ai profité de la vie lorsque j’ai vécu beaucoup, c’est-à-dire longtemps », Ibn Manẓūr, Lisān, XIV, p. 131) où le verbe de forme V et de racine M‑L‑ʾ est donné pour l’équivalent du verbe V et de racine M‑L‑W/Y.

32 Al-Azharī, Tahīb, XV, p. 405. Voir Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 346 et 352 ; Ibn Sīda, Mukam, X, p. 439.

33 Cf. al-Farāhīdī, ʿAyn, VIII, p. 344 et 345.

34 Al-Ǧawharī, iā, VI, p. 2497, et Ibn Manẓūr, Lisān, XIV, p. 131.

35 Al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1556. Il s’agit dans tous les cas d’une surdérivation sémantique telle que proposée par P. Larcher pour rendre compte des verbes de forme X réfléchis-factitifs de la forme IV (ici « se faire dicter qqh par qqn »), cf. Larcher, 1994b.

36 Al-Zabīdī (m. 1205/1790), ǧ, XXXIX, p. 555. Chez les arabisants, cette forme X est absente de Reig mais pas de Wehr, 1994, p. 923, ni de Kazimirski, 1860, II, p. 1153b.

37 Wakīʿ b. al-Ǧarrāḥ b. Malīḥ al-Ruʾasī Abu Sufyān (m. 197/812) (cf. Khoury, 2002).

38 Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 352, et Ibn Manẓūr, Lisān, XIV, p. 131.

39 Al-Farāhīdī, ʿAyn, VIII, p. 344. On retrouve cette relation entre les deux racines dans wa-l-imlāʾ huwa al-imlāl ʿalā kātib (« imlāʾ c’est le fait de dicter [imlāl] au secrétaire », al-Farāhīdī, ʿAyn, VIII, p. 345) ; wa-amlaytu al-kitāb umlīhi wa-yuqālu amlaltu bi-maʿnā amlaytu (« j’ai dicté la missive, je la dicte et on dit amlaltu dans le sens de amlaytu », Ibn Durayd, Ǧamhara, II, p. 988). Ce dernier auteur s’appuie du reste sur le Coran : wa-amlaytu al-kitāb wa-amlaltuhu imlālan bi-ālika al-maʿnā wa-fī al-tanzīl (« j’ai dicté [amlaytu] et j’ai dicté [amlaltu] la missive avec ce sens, et dans la Révélation », Ibn Durayd, Ǧamhara, II, p. 1084), et de citer deux versets, le premier présentant un verbe défectueux et le second un verbe redoublé, Coran, 25, 5 : fa-hiya tumlā ʿalayhi (« qui lui sont dictées », Blachère, 1950, p. 387) et Coran, 2, 282 : wa-l-yumlil allaī ʿalayhi al-aqqu (« que le débiteur dicte ! », Blachère, 1950, p. 73).

40 Al-Azharī, Tahīb, XV, p. 352-353. Cet auteur cite, comme d’autres, les deux versets du Coran, 2, 282, et 25, 5. Voir aussi Ibn ʿAbbād, Muī X, p. 365 ; al-Ǧawharī, iā, VI, p. 2497 ; Ibn Manẓūr, Lisān, XIV, p. 131 ; al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1556.

41 Cf. Fleisch, 1979, p. 345-347.

42 L’explication peut résider dans le fait qu’avec les racines consonantiques redoublées, comme dans le cas d’espèce M‑L‑L, deux radicaux de conjugaison sont à prendre en compte (cf. Larcher, 2012a, p. 18, et Sartori, 2017, p. 44) tandis qu’avec les racines consonantiques défectueuses, type M‑L‑W/Y, la conjugaison est plus « simple ». En fait, à la lecture des lexicographes anciens, amlā (« dicter ») n’est qu’un accident de amalla de même sens, et la variante considérée comme seconde est devenue classique certainement par simplification phonétique et paradigmatique de conjugaison (amlaytu, amlayta, amlayti, amlā, comparé à amlaltu, amlalta, amlalti, amalla).

43 Cf. wa-qālū lā amlāhu wa-hāā ʿalā tawīl al-taḍʿīf ay lā amalluhu (Ibn Sīda, Mukam, X, 378).

44 Seuls Ibn Fāris et al-Zamaḫšarī n’en font pas état. Quant à Ibn Sīda, il en traite sous l’entrée M‑L‑L (wa-amlāhu ka-amallahu ʿalā tawīl al-taḍʿīf, Ibn Sīda, Mukam, X, p. 379) où il cite une nouvelle fois Coran, 2, 282, pour le verbe redoublé en M‑L‑L, et Coran, 25, 5, pour le défectueux en M‑L‑W/Y.

45 Sur le principe et des exemples, voir Larcher, 2012b ; 2013 ; 2016.

46 Même s’il s’agit d’un lexicographe particulier dans la mesure où sa vue, singulière, s’attache au(x) sens supposé(s) des séquences des consonnes arabes correspondant à ce que nous appellerions des racines.

47 Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 275. Pour ġaria min « être dégoûté, ennuyé de quelque chose », voir Kazimirski, 1860, II, p. 456a.

48 Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 276.

49 Blachère, 1950, p. 73.

50 Cf. ʿAbd al-Bāqī, 1997, p. 676. Là, comme pour M‑L‑W/Y, aucune corrélation évidente n’est faisable avec l’origine médinoise ou mecquoise de la Révélation.

51 wa-malla awbahu yamulluhu iā āahu al-iyāa al-ūlā qabl al-kaff (« wa-malla awbahu yamulluhu [bâtir son vêtement], lorsqu’on coud [le vêtement] d’un premier travail à l’aiguille avant l’ourlet », al-Azharī, Tahīb, XV, p. 352). On retrouve ce même sens d’« ourlet, bordure » en hébreu (cf. Cohn, 2001, p. 385). En français, on parle effectivement à la fois de point de bâti et de fil de bâti. C’est ce dernier qui est utilisé pour assembler rapidement des pièces de tissus et préparer la couture. Il est généralement enlevé en tout dernier, notamment sur les vestes de costume (pour montrer qu’ils n’ont pas été réalisés uniquement de manière automatisée).

52 Cf. Larcher, 2012b.

53 Ibn ʿAbbād, Muī, X, p. 319.

54 On s’en souvient, malā (cf. supra 2.2) a le même sens de « longueur » et de « durée ». Le verbe malla pourrait en être une variante, le passage de malla à malā se faisant via maliltu puis malaytu (mallē/īt).

55 I4 et II4 désignent respectivement le quadri-consonantique (éventuellement par « rattachement », ilāq) de forme I et de forme II. De forme malmala et tamalmala, elles sont reconnues par des dictionnaires arabisants comme Kazimirski, 1860, II, p. 1153a, Reig, 1997, art. no 5178, ou Wehr, 1994, p. 923, mais pas par les dictionnaires arabes classiques, qui ne les présentent que sous l’entrée M‑L‑L.

56 Ibn Sīda, Mukam, X, p. 379. Voir également  fiʿl al-kull maliltu bi-l-kasr wa-mallaltu wa-tamallaltu (« je me suis agité [maliltu] vocalisé en i, je me suis agité [II et V] », al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1556), où la précision apportée par al-Fīrūzābādī indique bien le rapport avec l’ennui, même si le rapport avec les cendres chaudes est lui aussi abordé par les lexicographes.

57 Ce type de racine a plusieurs origines, et notamment les racines redoublées (cf. Fleisch, 1961, p. 403-405, § 88a).

58 Ce sens ne semble être indiqué que par un dictionnaire classique, le Kitāb al-ǧīm, dans lequel on lit ceci à propos du verbe de forme IV : al-imlāl al-ubūt bi-l-makān wa-qad amallat al-ayl bi-hāā al-makān (« al-imlāl c’est le fait de rester dans un endroit, les chevaux sont restés à cet endroit », al-Šaybānī, Ǧīm, III, p. 245) et amallahā ay āla ʿalayhā (« se faire long pour, ennuyer », al-Šaybānī, Ǧīm, III, p. 254).

59 Al-Farāhīdī, ʿAyn, VIII, p. 325. Voir également Ibn ʿAbbād, Muī, X, p. 319, et al-Ǧawharī, iā, V, p. 1821.

60 Al-Azharī, Tahīb, XV, p. 352.

61 Ibn Sīda, Mukam, X, p. 379. Voir également al-Zamaḫšarī, Asās, II, p. 228 ; al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1556.

62 Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 276.

63 Ibn Sīda, Mukam, X, p. 379.

64 Sauf erreur de ma part, Fleisch n’en parle pas, puisqu’il indique au contraire que « Cette contraction [idġām] a eu lieu après disparition de cette voyelle brève […]. Dans les verbes à 2e et 3e cons. radicales semblables, toutes les fois que dans la conjugaison, la 3e cons. radicale ne devait pas recevoir un suffixe consonantique » (Fleisch, 1961, p. 141, voir aussi p. 142).

65 Ibn Sīda, Mukam, X, p. 379, où l’éditeur du texte d’Ibn Sīda donne expressément une vocalisation en a pour malmūl « pénis du chameau ou du renard » et en u pour mulmūl « aiguille à collyre », chose que les autres lexicographes ne font pas, aucun ne précisant la vocalisation du premier mīm, ce que rapporte Kazimirski qui, lui non plus, ne distingue pas (cf. Kazimirski, 1860, II, p. 1153a). Voir également Ibn Durayd, Ǧamhara, I, p. 223, et al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1556.

66 Al-Farāhīdī, ʿAyn, III, p. 62 ; cf. Kazimirski, 1860, II, p. 1153a.

67 Al-Farāhīdī, ʿAyn, VIII, p. 325.

68 Ibn Durayd, Ǧamhara, I, p. 223.

69 Al-Azharī, Tahīb, XV, p. 351. Voir également Ibn Durayd, Ǧamhara, I, p. 988 ; Ibn ʿAbbād, Muī, X, p. 319 ; al-Ǧawharī, iā, V, p. 1821 ; al-Zamaḫšarī, Asās, II, p. 228.

70 Pour al-Azharī, on ne dit pas mīl, car le terme ne renvoie qu’à une mesure de distance terrestre (wa-lā yuqālu al-mīl innamā al-mīl al-qiṭʿa min al-ar (al-Azharī, Tahīb, XV, p. 351).

71 Cf. Kazimirski, 1860, respectivement II, p. 1175a et p. 1153a.

72 Ibn Fāris, Maqāyīs, V, p. 275. À noter aussi le fait que kuila, passif de kaala, signifie (par allusion à l’opération suivie dans l’emploi du collyre) « avoir les yeux crevés, enlevés avec une aiguille (mīl) », Kazimirski, 1860, II, p. 870b.

73 Al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1556.

74 Al-Zabīdī, ǧ, XXX, p. 425.

75 Cf. al-Azharī, Tahīb, XV, p. 351.

76 Kazimirski, 1860, II, p. 871b et p. 1153a. « The cosmetic was applied by means of a small probe or stick with a rounded end called a mirwad, and was kept in a small vessel called a mukula (E. W. Lane, Manners and customs on the modern Egyptians, 1954, 37-38) » (Wiedemann, 1986, p. 356b), où mirwad est effectivement un crayon (de maquillage).

77 Cf. bāb mā ǧāʾa ʿalā fuʿlūl fa-uliqa bi-l-umāsī, Ibn Durayd, Ǧamhara, II, p. 1195-1200.

78 Ainsi andūq, cf. al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 950b.

79 Al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1488b.

80 Al-Zabīdī, ǧ, XXX, p. 374 et pour ǧilāʾ-collyre, cf. Kazimirski, 1860, I, p. 321a.

81 Abū Riyāš et Kurāʿ ne sont pas identifiés.

82 Cf. wa-l-lumāk al-kul (al-Farāhīdī, ʿAyn, V, p. 379 ; al-Šaybānī, Ǧīm, III, p. 205 ; wa-qāla ibn al-aʿrābī al-lu/imāk wa-l-lamk al-ǧilāʾ yukalu bihi al-ʿayn wa-qāla abū ʿamr al-limīk al-makūl al-ʿaynayn (al-Azharī, Tahīb, X, p. 267) ; wa-l-lumāk al-imid (« l’antimoine dont on fait le collyre », Ibn ʿAbbād, Muī, VI, p. 274, pour imid-antimoine, cf. Kazimirski, 1860, I, p. 235b) ; al-lamk al-ǧilāʾ yukalu bihi al-ʿayn ka-l-lu/imāk ka-ġurāb wa-kitāb (al-Fīrūzābādī, Qāmūs, p. 1488) ; al-lamk al-ǧilāʾ yukalu bihi al-ʿayn ka-l-lumāk (al-Zabīdī, ǧ, XXVII, p. 324).

83 Sur le passage éventuel de L à K ou de K à L, rien n’est dit chez Cantineau, 1960, respectivement p. 50-54 et p. 64-67. On trouvera par contre un indice du passage de K à L (pour cause d’erreurs de copistes, la barre du kāf disparaissant) chez Bellamy, 1987, p. 272, qui, utilisant le Ansāb al-ašrāf d’al-Balāḏurī, note ce passage à plusieurs reprises.

84 À l’instar de mismār (« clou ») → masmara (« clouer ») → sammara (« clouer »). Notons par ailleurs que mulmūl, par sa morphologie, suggère une action vive et répétée, ici, peut-être, écrire vite sous la dictée.

85 Cf. Gurtner 2006, p. 112.

86 Cf. Costaz, 2002, p. 183-184, et «  Pa. mallel locutus est, dixit » (Brun, 1895, p. 308). Cf. Gurtner 2006, p. 105, pour les transcriptions. Je tiens ici à remercier chaleureusement Salam Diab-Duranton, qui m’a mis sur cette piste en m’indiquant l’existence du syriaque M‑L‑L, me permettant de faire aussitôt ce que je n’avais pas fait jusqu’alors : le lien entre écrire et parler d’une part, mais surtout avec le logiciel de traitement de texte, Mellel. Ce dernier est un néologisme dérivé de milla « mot », pl. millim, renseignements que je dois à mon collègue Philippe Cassuto que je remercie chaleureusement. On retrouve en effet en hébreu moderne cette même base consonantique pour « dire, parler, raconter » (מִלֵּל), et donc pour « paroles » (מֶלֶל). Cf. Cohn, 2001, p. 386. En hébreu moderne, melel est un nom signifiant « verbiage, péroraison, bavardage », le premier l n’étant pas géminé en prononciation courante, ce qui fait dire à mon collègue Almog Kasher, que je remercie au passage pour ces précisions, que Mellel est très probablement prononcé avec une gémination (au contraire de l’usage en hébreu moderne) pour préserver le son /e/, peut-être aussi pour le relier à un verbe rare et d’un très haut registre, millel prononcé milel signifiant « parler, prononcer des mots ».

87 Cf. Jeffery, 1938, p. 70. Par contre, ce dernier mentionne bien une possible origine syriaque pour milla (« religion ») depuis « mot » : « The Aram. מלא, like the Heb. מלה, means word, but could be used figuratively for the religious beliefs of a person. The Syr. ܡܠܐ,‎ ܡܠܬ ܐ, however, is a more likely source, for besides meaning word, ῥῆμα, it is also used to translate λόγος, and is used technically for religion » (Jeffery, 1938, p. 268-269).

88 Cf. Brachet, s.d., p. 182.

89 Martin, 1875, p. 250-251, où l’on retrouve en arabe le même rapport avec les notabilités et le conseil mais aussi avec l’opulence en rapport avec la dette et l’emprunt (voir supra, note 27). Simplement, en arabe, ce rapport se fait avec M‑L‑ʾ (cf. supra) et non avec ce M‑L‑L issu du syriaque.

90 Sur le rapprochement, pour l’arabe, entre valeur fréquentative et valeur itérative, cf. Fischer, 2010, p. 175. Sur la distinction entre aspect fréquentatif et aspect répétitif comme sous-types de l’aspect itératif, cf. Gosselin, 2012, p. 93.

91 Duval, 1881, p. 183.

92 Duval, 1881, p. 179.

93 Cf. Thackston, 1999, p. 97.

94 Cf. Costaz, 2002, p. 183 ou le Thesaurus syriacus (cf. Payne Smith, 1901, II, p. 2109 sqq.).

95 Sur le modèle de ammek « rendre humble », cf. Thackston, 1999, p. 103.

96 Martin, 1875, p. 251.

97 Mis pour Asad, du nom de la famille au pouvoir à Damas depuis 1970.

98 Dans cette phrase, imlāʾāt ne semble pas pouvoir être compris simplement comme « dictées », mais plutôt comme « leçons, commentaires », à côté de son autre sens, très répandu dans la presse, celui de diktats : wa-ašāra ilā annahu fī ālat wuǧūd idāna ʿarabiyya li-l-ʿamaliyyāt al-filasīniyya fa-lan yakūna amāma al-raʾīs yāsir ʿarafāt siwā idār bayān yudīnu fīhi tilka al-ʿamaliyyāt dūna an yabdū wa-ka’annahu aḏʿana li-l-imlāʾāt al-amrīkiyya aw “ al-isrāʾīliyya ” journal Taǧdīd, 9 avril 2002 « [Brzeziński, ancien conseiller à la sécurité nationale de Jimmy Carter de 1977 à 1981] a montré que dans le cas d’une condamnation arabe des opérations palestiniennes il n’y aurait devant le président palestinien Yasser Arafat d’autre choix que de promulguer un communiqué dans lequel il condamnerait ces opérations sans qu’il apparaisse comme ayant obtempéré aux diktats américains et “ israéliens ” ».

99 À l’instar de ce qu’il est possible de repérer pour d’autres formes verbales, notamment augmentées, comme la II. Pour le madar de la forme II tafʿīl et le dédoublement de ses significations en fonction de ses pluriels, interne tafāʿīl, et externe tafʿīlāt, cf. Ferrando, 2010.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/anisl/docannexe/image/3467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Sartori, “Essai de lexicographie historique”,Annales islamologiques, 51 | 2017, 145-165.

Référence électronique

Manuel Sartori, “Essai de lexicographie historique”, Annales islamologiques [En ligne], 51 | 2017,
mis en ligne le 02 décembre 2018,
consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/anisl/3467 ;
DOI : 10.4000/anisl.3467

Haut de page

Auteur

Manuel Sartori

Aix-Marseille Université, CNRS, IEP, IREMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Institut français d'archéologie orientale (IFAO)

Haut de page
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • OpenEdition Journals