Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Éditorial

Éditorial

Abbès Zouache
p. vii-ix

Texte intégral

  • 1 Thierry Bianquis, « Relevé des articles concernant les études arabes et islamiques parus dans les p (...)

1Dès leur fondation par l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao), les Annales islamologiques se sont imposées comme une des revues de référence sur l’Égypte et l’ensemble de l’aire islamique du viie siècle à nos jours. La revue est d’abord née, en 1954, sous le nom de Mélanges islamologiques, qui étaient destinés à publier, parallèlement à l’autre revue de l’institut, le Bulletin de l’Institut Français d’Archéologie Orientale (BIFAO), des travaux sur l’islam. Après la parution de trois numéros, les Mélanges islamologiques ont pris le nom d’Annales islamologiques en 1963. Depuis cette date, elles donnent lieu à une livraison annuelle1.

2

Longtemps nourries et même gérées par les membres scientifiques arabisants de l’Ifao, les Annales islamologiques sont dirigées par son directeur des études depuis la création de cette fonction, en 1990. Il travaille en étroite collaboration avec le directeur du pôle éditorial, Mathieu Gousse depuis 2013, le responsable des publications, Burt Kasparian, et les chevilles ouvrières que sont les assistantes d’édition arabisantes du pôle, Naglaa Hamdi, en charge des varia, et Dina Alfred, qui s’occupe plus particulièrement du dossier thématique. Depuis trente‑et‑un ans, se sont donc succédé à la tête des Annales islamologiques Christian Décobert (1990‑1996), Christian Velud (1996‑2004), Sylvie Denoix (2005‑2013), Nicolas Michel (2013‑2018), Frédéric Abécassis (2018‑2021) et moi‑même (depuis septembre 2021).

3Sous la houlette de ces directeurs successifs, la revue a suivi les évolutions de l’édition scientifique et, parfois, les a précédées. En particulier, depuis 2007, chaque numéro mêle un dossier thématique et des varia. En outre, elle a été pionnière, parmi les revues arabisantes, dans la mise à disposition en ligne gratuitement des articles via le site LesAnnalesIslamologiquesenligne, créé, toujours en 2007, par Christian Gaubert, qui était alors informaticien de l’Ifao. En 2018, la dynamique qui avait été impulsée s’est poursuivie : les Annales islamologiques ont inauguré leur site sur OpenEditionJournals. Elles paraissent donc désormais sous formats papier et numérique, de manière concomitante et en accès ouvert sans embargo.

4

De nouveaux tournants s’annoncent pour la revue, qui est très attentive au respect de l’éthique qui doit structurer toute publication scientifique. C’est pourquoi, en 2022, elle se dotera d’une Charte éthique. L’ensemble de l’équipe qui œuvre quotidiennement à la bonne marche des Annales islamologiques disposera donc, désormais, de ce document de référence qu’est appelée à devenir sa Charte éthique. Disponible dans ses trois langues de publication, le français, l’arabe et l’anglais, la Charte sera aussi destinée à servir de guide pour les autrices et les auteurs. Se doter d’un tel outil, c’était évidemment formaliser les valeurs et les pratiques qui ont fait la réputation et le succès des Annales islamologiques. C’était aussi disposer d’un instrument permettant de faire face plus aisément, si nécessaire, aux problèmes liés à la gestion d’une revue de haut rang. En effet, comme toutes les revues, les Annales ont dû gérer les difficultés posées par quelque auteur plus soucieux d’antagonisme voire de régler des comptes personnels, que de se contenter d’essayer de produire une recherche originale ou d’entrer dans un véritable débat scientifique.

5Tout en s’adaptant aux évolutions de l’édition scientifique, les Annales islamologiques entendent donc préserver et même développer ce qui fait leur originalité : une rigueur éthique sans faille, combinée à une forte exigence scientifique et à une grande ouverture intellectuelle ; la publication de travaux originaux dans les trois principales langues de communication scientifique de ses champs d’activité, le français, l’arabe et l’anglais ; une pluridisciplinarité et une transversalité qui lui ont maintes fois permis de dynamiser la recherche de manière décomplexée, en investissant des champs (l’étude des waqfs, l’histoire rurale, la guerre, l’ethnomusicologie, etc.) peu explorés par la communauté académique ; le refus d’imposer aux autrices et aux auteurs les contraintes formelles trop restrictives, en matière de longueur des articles et de nombre d’illustrations, qui sont désormais devenues la règle dans l’édition scientifique, au risque de l’uniformisation et de la standardisation excessives, cousines des dérives que peut engendrer la bibliométrie ; une internationalisation revendiquée, couplée à un ancrage très fort dans le monde arabe : les Annales islamologiques sont une des rares revues arabisantes à continuer à publier dans chaque livraison des articles en arabe, et ainsi à rendre visible la fabrication du savoir par des chercheurs qui, s’ils ne publient pas en anglais, sont trop souvent ignorés par leurs pairs européens et américains.

6Cette ambition explique pourquoi, en 2022, les Annales islamologiques feront aussi évoluer leur architecture. Elles se doteront d’un Comité de rédaction qui sera constitué de spécialistes de l’ensemble des champs disciplinaires traités par la revue, et viendra en appui du Comité scientifique, qui est garant de sa cohérence scientifique et dont les membres sont nommés pour cinq ans. La même durée de mandat s’appliquera aux membres du Comité de rédaction, qui se réuniront au moins une fois par an, et à qui il reviendra de discuter et de mettre en œuvre les orientations stratégiques de la revue.

7

Ce numéro des Annales islamologiques présente un dossier consacré aux « Villes et espaces en guerre dans le monde islamique médiéval (ivexe/xexvie siècle) » et des varia. La genèse du dossier thématique est expliquée dans l’introduction rédigée par leurs responsables scientifiques, Mathieu Eychenne, Élodie Vigouroux et l’auteur de ces lignes. Ils soulignent, en particulier, à quel point il peut sonner étrangement à l’oreille de tous ceux qui ont assisté, parfois éberlués, au retour de la guerre en Europe, cette hydre qui ne cesse pas, depuis des lustres, de violenter les sociétés du Moyen‑Orient. C’est bien de guerre médiévale qu’il est question dans ce dossier. Mais les démarches qu’il promeut, les questions qu’il pose et les réflexions qu’il suscite permettent de mieux comprendre en quoi elle constitue une matrice des sociétés, en tout temps et en tout lieu. Quant aux varia, ils comprennent six articles qui font la part belle à l’édition de documents inédits.

Haut de page

Notes

1 Thierry Bianquis, « Relevé des articles concernant les études arabes et islamiques parus dans les périodiques de l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire », AnIsl 10, 1972, p. 251-273, ici p. 251. Le numéro IV (1963) des Annales islamologiques comporte deux encarts hors-texte sur feuilles libres qui expliquent ce changement de nom.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abbès Zouache, « Éditorial »Annales islamologiques, 55 | 2021, vii-ix.

Référence électronique

Abbès Zouache, « Éditorial »Annales islamologiques [En ligne], 55 | 2021, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/anisl/9433 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anisl.9433

Haut de page

Auteur

Abbès Zouache

Directeur des études, Ifao

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search