Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Dossier : Violences du passé, pol...La politique nationale de réconci...

Dossier : Violences du passé, politique(s) au présent ? La justice transitionnelle comme passage « d’une histoire dans une autre »

La politique nationale de réconciliation et de relocalisation des populations déplacées dans le Liban d’après-guerre

The national policy of reconciliation and relocation of displaced populations in post-war Lebanon
السياسة الوطنية للمصالحة وإعادة توطين السكان المهجرين في لبنان ما بعد الحرب
Dima de Clerck
p. 119-140

Résumés

La Guerre du Liban, longue de 16 ans, a été, dans de nombreuses régions du pays, l’occasion d’un « nettoyage confessionnel », qui a engendré d’importants déplacements de population. Ces déplacements ont profondément affecté la société et l’économie libanaises. La répartition démographique nationale a été modifiée, de nombreux villages ont été vidés de leurs habitants et de nombreuses régions et des secteurs de l’économie sont restés sous-développés.

Pour que les populations déplacées reprennent leur vie dans leurs localités d’origine à la fin de la guerre, dans un contexte d’amnistie quasi générale, il était nécessaire de développer une stratégie nationale de relocalisation (SNR). Une telle politique à l’échelle nationale ne pouvait être élaborée et mise en œuvre que par l’État, car elle nécessitait des ressources financières importantes, une législation spécifique et des mesures de sécurité. Un ministère et un fonds pour les déplacés ont été créés en 1992 pour assurer le retour de toutes les personnes déplacées au Liban. La SNR a dû être étoffée d’une étape supplémentaire pour les villages du sud du Mont Liban, qui avaient été le théâtre de massacres en 1983. Il s’agit d’un processus de réconciliation dont l’objectif était d’endiguer toute violence vindicative entre chrétiens et druzes.

Trente ans après son lancement, le processus n’a pas atteint ses objectifs. Les ressources du Ministère des déplacés ont été utilisées à des fins politiques et électorales. Une logique communautaire a dilué la responsabilité individuelle dans l’ensemble plus large qu’est le groupe confessionnel et contribué à consolider le système communautaire et alimenter les luttes de pouvoir au niveau national. En outre, le processus laissait peu de place au deuil personnel des victimes. Cet article examine l’échec de la politique de réconciliation de l’État libanais à encourager les populations déplacées à retourner dans leurs villages d’origine et à promouvoir une pacification durable.

Haut de page

Texte intégral

1Longtemps prospère, le Liban bascule dans la guerre en 1975, une guerre protéiforme et complexe qui ravage le pays jusqu’en 1990 (de Clerck et Malsagne, 2020, p. 187-194). Le conflit s’achève un an après la signature en 1989 d’un accord de réconciliation nationale à Taëf, en Arabie saoudite. Seize années de violences, de combats et de destructions ont provoqué la mort d’environ 100 000 personnes. Près d’un million de Libanais sur 2,5 en 1975 ont fui le pays et un tiers de la population (plus de 800 000 personnes) a été déplacé à l’intérieur du Liban (Feghali, 1999, p. 1). À Beyrouth, qui était divisé entre Est, sous domination chrétienne et Ouest, sous contrôle musulman, les familles ont fui pour échapper aux combats le long des lignes de démarcation, aux bombardements et au risque d’enlèvement. Le « nettoyage confessionnel » opéré par les milices communautaires dans les zones sous leur contrôle, moyennant massacre ou enlèvement, a poussé les populations à se regrouper dans des ghettos confessionnels. En outre, les nombreux raids et invasions militaires israéliens de 1978 et 1982 ont forcé des centaines de milliers de personnes à fuir le Sud-Liban et à s’installer à Beyrouth et sa banlieue.

  • 1 . L’amnistie est associée à une rhétorique de la réconciliation nationale. Elle est présentée comme (...)
  • 2 . Selon l’expression de Sandrine Lefranc (Ibid., p. 134).

2L’accord de Taëf prend acte des mutations démographiques du Liban désormais à l’avantage des communautés musulmanes, en réduisant les pouvoirs du président de la République, un chrétien maronite selon le Pacte national de 1943, au profit du Conseil des ministres dont le Premier ministre, un sunnite, peut bloquer la décision collective, et au profit du Parlement (dirigé par un chiite), qui ne peut désormais plus être dissous et dont les responsabilités législatives ont été accrues. L’accord de Taëf affirme par ailleurs la souveraineté de l’État libanais sur l’ensemble de son territoire et le droit de tous les Libanais de résider sur toute partie de ce territoire et d’en jouir sous la protection de la loi. Il donne ainsi le feu vert à la mise en place d’une politique de retour des réfugiés dans leurs villages d’origine, non sans recommander d’établir un cadre légal et une structure officielle règlementant ce retour (volet II, Alinéa 4). Le 26 août 1991, est promulguée la loi d’amnistie générale 84/91, couvrant les crimes politiques et les crimes contre la sécurité intérieure de l’État commis avant le 28 mars 1991. Le gouvernement de l’après-guerre formé des chefs de milices estimait que cette loi favoriserait la paix et la réconciliation1, et permettrait ainsi au Liban de « tourner une nouvelle page » de son histoire (Hanf, 1993, p. 614). On tente ainsi de conjurer le spectre de la guerre : on la désigne, on en prend acte tout en l’atténuant et en en euphémisant les conséquences. Alors que le conflit est à l’origine même du politique, il y est ainsi paradoxalement intégré, ce qui permet de le désamorcer. Les détracteurs de la loi pensent qu’elle a assuré l’impunité aux auteurs de violations des droits de l’Homme durant la guerre et empêché l’émergence de toute vérité. Les anciens chefs de guerre ainsi absous peuvent se maintenir au pouvoir. Toutefois, certains crimes sont exclus de cette « auto-amnistie »2 générale, en l’occurrence ceux renvoyés devant le Conseil de justice avant la mise en vigueur de la loi, ainsi que « l’assassinat ou la tentative d’assassinat de personnalités religieuses ou politiques et de diplomates arabes ou étrangers », cette dernière clause reconfirmant que l’impunité ne touche le politique qu’en tant qu’acteur du conflit, et non pas en tant que victime.

3Cet article se penche sur la manière dont les gouvernements libanais de l’après-guerre ont abordé la question du déplacement au Liban. Il vise à explorer la mise en place d’une stratégie générale pour le retour des déplacés, le lancement et l’exécution de la procédure de réinsertion, et le recours ad hoc à une procédure de réconciliation dans un contexte spécifique, ceci, en vue de mieux comprendre les enjeux liés au retour ou non des déplacés. Il tente d’identifier les faiblesses délibérées et les limites du processus de relocalisation et de réinsertion et d’expliquer les résultats restés maigres de la réconciliation.

Carte du Liban

Carte du Liban

Source : Maghreb-Machrek, n°73, 1976

Districts du Liban

Districts du Liban

Institutionnalisation du retour

4Le 12 octobre 1991, le gouvernement du Premier ministre Omar Karamé attribue le dossier des familles déplacées à Elie Hobeika, ministre d’État sans portefeuille et ancien chef de la milice chrétienne des Forces libanaises, devenu allié syrien en 1985. Hobeika commande une enquête auprès d’environ 67 000 familles, dont le but est d’évaluer le problème et ses retombées géographiques, démographiques, politiques, sociales et humanitaires, ainsi que les dégâts sur le terrain. Devant l’ampleur des dommages et le manque de moyens de l’État libanais, Hobeika sollicite l’assistance immédiate de l’ONU. En juin 1992, il organise un Congrès national général pour les personnes déplacées, avec la participation active de puissants dirigeants et partis politiques, d’institutions gouvernementales, d’ONG et de représentants des personnes déplacées. Le Conseil des ministres approuve les recommandations du Congrès le 7 juillet, et l’armée libanaise est déployée pour permettre aux personnes déplacées de reprendre le contrôle de leurs propriétés privées, dans les rares cas où celles-ci n’étaient pas détruites, endommagées ou squattées.

  • 3 . Voir Farah (1999) ; Ministère des Affaires des déplacés, Programme des Nations unies ‘Ai’dûn : 19 (...)
  • 4 . Le mot en anglais signifie, entre autres, une personne qui est rentrée après une longue absence ( (...)

5Le mois d’octobre suivant, le nouveau gouvernement formé par Rafic Hariri attribue le portefeuille des déplacés au ministre d’État Walid Joumblatt, leader druze et chef du Parti socialiste progressiste (PSP). Un ministère des Affaires des déplacés (MD) est officiellement créé le 4 janvier 1993 aux côtés d’un Fonds central pour les déplacés (FCD) pour financer les programmes mis au point par le ministère. Bien que le MD soit destiné à assurer le retour et la réinsertion de toutes les personnes déplacées au Liban, la gestion de la réinstallation au Liban sud est confiée dès 1994 au Conseil du Sud Liban, présidé par Nabih Berri, chef du parlement libanais depuis 1992 et leader de la milice chiite du Mouvement Amal pendant la guerre. En juillet 1994, le MD lance, en collaboration avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l’Agence des volontaires des Nations unies (VNU), un programme de soutien au retour des déplacés, intitulé « Réinsertion et réhabilitation socio-économique des personnes déplacées », également appelé « ‘A’idûn »3 (Returnees4 ou « Retournants ») et financé par le PNUD, l’UNESCO et le Conseil libanais de développement et de reconstruction (CDR) qui dépend directement du Premier ministre Hariri. Ces arrangements s’inscrivent dans le cadre d’un accord politique visant à partager les bénéfices politiques et les fonds entre les différents groupes confessionnels (respectivement druze, chiite, sunnite) et les anciens seigneurs de la guerre, et reflètent la réalité euphémisée que les chrétiens libanais en ont été les perdants.

La stratégie nationale de relocalisation et le besoin de réconciliation

6En mai 1993, dans le cadre d’une politique nationale pour la reconstruction et le développement, le Conseil des ministres adopte une stratégie nationale de relocalisation (SNR) en cinq étapes (Feghali, 1999, p. 13) :
1. Déblaiement des décombres et aménagement du territoire.
2. Réhabilitation des infrastructures (électricité, eau, routes, télécommunications).
3. Réhabilitation des logements. Une formule de compensation est envisagée dans les trois cas suivants :
i. Evacuation d’un local occupé illégalement : une compensation de 5 000 dollars US (1dollar US = 1 500 livres libanaise) est prévue pour chaque famille abandonnant un bien squatté, à la condition toutefois que la famille ne soit pas elle-même déplacée. Le cas échéant, le mécanisme de quittance est bloqué jusqu’à ce que la famille en question retourne à sa propre localité d’origine.
ii. Réparation des locaux endommagés : pour chaque logement endommagé, 12 000 dollars US sont versés à la famille déplacée qui retourne à son village d’origine.
iii. Reconstruction des logements délabrés et totalement détruits : 22 500 dollars US sont alloués par famille déplacée pour reconstruire une habitation de 150 m² à la place du local détruit. Dans le cas de plusieurs héritiers d’un local détruit, chaque héritier ayant atteint la majorité a eu droit à la compensation entière pour construire un étage ou une habitation sur le lieu du local détruit de l’ancêtre. Le MD a dû s’adapter ad hoc et partir du principe que si la famille déplacée n’avait pas quitté sa résidence d’origine, ses descendants seraient restés dans le village et auraient construit d’autres logements ou agrandi le logement familial initial. Dans le cas d’une reconstruction, la compensation est versée en trois tranches à la famille ou à l’héritier majeur, suivant la progression des travaux.
4. Réhabilitation et développement des services sociaux et éducatifs locaux (centres sociaux, services de santé, centres culturels et clubs sportifs).
5. Réhabilitation de l’économie locale (crédit à l’agriculture, l’industrie, l’artisanat, le tourisme, le commerce).

7Deux actes de vengeance – le meurtre de deux chrétiens de plus de 70 ans de retour dans leur village de Kfarmatta en 1990 et l’assassinat en 1991 de huit druzes par un chrétien pour venger le massacre de 13 membres de sa famille en 1983 à Maasser al-Chouf – ont convaincu le MD de rajouter la réconciliation comme une sixième étape à la stratégie nationale de relocalisation. Celle-ci concerne les villages qui ont été le théâtre de confrontations et de massacres intercommunautaires et qui présentent des risques de vendetta entre villageois « de retour » et « résidents ». La quasi-totalité de ces villages est située au centre du pays (le Chouf, Aley et le Haut-Metn), une zone rurale et montagneuse, communément appelée la Montagne (al-Jabal). Région de cohabitation historique druzo-chrétienne, elle a été à partir de l’invasion israélienne, en juin 1982, le théâtre de la guerre dite « de la Montagne » (harb al-Jabal).

8Cette guerre oppose les miliciens chrétiens des Forces libanaises (FL) et ceux druzes du PSP, soutenus par l’armée syrienne et des factions palestiniennes dissidentes du Fath. L’occupant israélien censé soutenir les Forces libanaises, est formé d’un bataillon de druzes israéliens et n’hésite pas à monter l’une contre l’autre les deux parties. Harb al-Jabal atteint son paroxysme en septembre 1983 au moment du retrait israélien de la région, avec le massacre de populations civiles en majorité chrétiennes et se termine en 1984 avec une victoire druze totale. Le bilan est lourd : environ 900 pertes combattantes dans les deux camps et parmi les civils, 300 druzes et plus de 2 000 chrétiens, dont on n’a pour beaucoup jamais retrouvé les corps. Environ 165 000 chrétiens sont forcés d’abandonner leurs villages du Chouf, d’Aley et du Haut-Metn en 1983 et de s’installer précairement dans les banlieues nord et est de Beyrouth déjà densément peuplées, qui forment le « bastion chrétien », ainsi désigné du fait qu’il demeure hors contrôle des forces pro-palestiniennes et de l’armée syrienne.

9En 1985, 70 000 autres chrétiens fuyant d’autres guerres et d’autres massacres dans l’Iqlim al-Kharroub (Chouf côtier) et l’Est de Saïda, s’y réfugient. Ce nettoyage confessionnel, le plus vaste de la guerre du Liban, a durablement altéré la composition démographique du sud du Mont-Liban. Logements, lieux de culte (églises et monastères), cimetières et champs ont été pillés, brûlés, détruits, profanés et dévastés. Malgré la fin de la guerre en 1990, les réfugiés n’osaient pas retourner chez eux par crainte d’actes de représailles. À travers le processus de réconciliation, les autorités ont cherché à rapprocher druzes et chrétiens, à endiguer les manifestations de rancune, de ressentiment, de frustration, de désillusion, et parfois même de triomphalisme et à prévenir toute tentative de vengeance. La réconciliation devait permettre la pacification de la région et prodiguer aux « villages de la réconciliation » (qura al-musâlaha) ainsi désignés, un climat social favorable au retour et à la réinstallation des déplacés. Mais pour ce faire, il fallait créer le désir d’oublier le passé de guerre et celui de revivre ensemble. Le MD a donc parié sur la motivation économique et financière et n’a, par conséquent, entamé les travaux de reconstruction et d’infrastructure pour un village donné qu’après un accord officiel de réconciliation conclu entre les représentants des deux communautés (Feghali, 1999). Le principe de « réconciliation » est accepté sur le papier, la coexistence est encouragée par le développement économique et les compensations financières. En effet, la coexistence laisse à l’individu la liberté d’éprouver les émotions de son choix et ne nécessite que le partage de l’espace. Vivre à proximité de membres d’autres groupes n’oblige en rien à les aimer. La coexistence donne à un individu le choix et la possibilité de s’engager vis-à-vis d’un autre individu, indépendamment de son groupe, perçu comme hostile, et la proximité peut alors évoluer en mixité. La coexistence devient ainsi une première étape dans le véritable processus de réconciliation (Burns, McGrew, Todorovic, 2003, p. 95), la deuxième étape étant la construction et le renforcement de la confiance mutuelle, et la troisième étant un pas vers l’empathie (Huyse, 2003, p. 19-21 ; Mosler, 2010, p. 25). Elle est de fait plus adaptée aux victimes, car il est beaucoup plus facile d’accepter de coexister avec d’anciens ennemis, que de se réconcilier avec eux (Bloomfiled, 2006). Si la coexistence est fondée sur l’accommodation ou l’adaptation, la réconciliation, elle, implique une certaine convergence émotionnelle (Mosler, 2010, p. 26).

10D’aucuns peuvent arguer que le pardon est une condition nécessaire pour parvenir à une véritable réconciliation. Néanmoins, en théorie, comme pour la coexistence, la réconciliation n’implique pas nécessairement le besoin de pardon, mais peut y conduire, puisqu’elle est conçue pour promouvoir la guérison et répondre aux aspects émotionnels du conflit (Malek, 2005). Telle que conçue par les autorités libanaises, la « réconciliation » correspond plus à la définition qu’en fait la sociologue Sandrine Lefranc qui y voit aussi bien « l’action de raccommoder » qu’une « conciliation esquissée, une simple normalisation de la relation » et indifféremment « restauration de ce qui existait avant le conflit, ou évolution des représentations du conflit mais aussi de ce qui lui préexistait » (Lefranc, 2002, p. 299).

Initiation et exécution des protocoles à l’échelle nationale : mobilisation de toutes les ressources utiles pour une première phase de réinstallation

11L’ampleur et la complexité du problème, ainsi que les moyens dont disposait l’État, ne permettaient pas un retour immédiat de toutes les personnes déplacées. Le Conseil des ministres décide alors de procéder par petits pas et, en septembre 1993, amorce une première phase de réinstallation. Un succès était nécessaire pour insuffler la confiance, calmer les appréhensions et ouvrir la voie au retour des Libanais dans les localités les plus sinistrées. Pour cette première phase, les villages sont sélectionnés selon quatre critères (Feghali, 1992, p. 26) facilitant la relocalisation, sans recourir à la réconciliation. Ils doivent avoir été épargnés par les brutalités de la guerre sur le plan humain (critère politique), offrir les meilleures conditions pour un déploiement rapide et efficace des forces armées (critère sécuritaire), permettre une réhabilitation facile des infrastructures et services (critère géographique) et nécessiter un besoin minimal de compensations, tout en assurant des perspectives rapides et tangibles de reprise économique (critère financier).

12Le 18 mai 1994, le Parlement adopte la loi n° 333 permettant de débloquer l’équivalent de 543 millions de dollars américains destinés à l’exécution de cette première phase sur une période de trois ans. La relocalisation est conduite village par village, impliquant 40 000 familles (environ 200 000 personnes) dans 192 villages répartis sur tout le territoire libanais et dont le tiers a été entièrement détruit et la moitié partiellement (Feghali, 1999, p. 13). Après le paiement des compensations, le MD doit déterminer les besoins des villages en infrastructure (routes, canalisations d’eau et de drainage, électricité, égouts), résoudre les conflits issus de la reconstruction, aplanir les obstacles auxquels se heurtent les « retournants » (néologisme pour désigner les déplacés de retour) et les aider à optimiser le montant des compensations, identifier les « retournants » qui peuvent percevoir les deuxième et troisième tranches de paiement, et aider à résoudre les problèmes occasionnés par l’insuffisance des indemnisations.

  • 5 . La deuxième langue a notamment été une barrière aux rencontres, les druzes privilégiant l’anglais (...)

13En plus de comités et d’ONG locaux, un certain nombre d’institutions et d’organisations internationales a soutenu l’opération de retour en contribuant financièrement ou en participant activement à la reconstruction (déblaiement, réparation des câbles électriques, fourniture de conduites d’eau, construction de routes), la restauration et l’équipement d’écoles, la mise en place de projets agricoles, la fourniture d’assistance et de matériels médicaux aux dispensaires et l’assistance sociale aux familles démunies. L’armée libanaise a également contribué à déblayer, déminer, nettoyer les conduites d’eau de pluie, restaurer des ponts endommagés et à réhabiliter des lieux touristiques et des terrains de sport. Le MD a travaillé de concert avec d’autres ministères et des associations et fonds locaux et internationaux qui ont participé à l’opération de retour, dont Caritas, la Mission pontificale, l’Union européenne, le Fonds saoudien de développement, l’État du Qatar, l’Ordre des Chevaliers de Malte, l’Organisation de Secours catholique, Médecins sans Frontières, USAID, Save the Children et la Croix-Rouge libanaise. Les agences des Nations unies ont collaboré avec des organismes gouvernementaux, des ONG libanaises, des agences de financement et des donateurs pour aider à la reconstruction, l’infrastructure, l’agriculture, la santé, l’éducation et d’autres services sociaux, culturels, environnementaux et économiques, dans le but de revitaliser les villages et encourager le retour. Cela comprenait la création d’emplois, l’octroi de prêts, le renforcement du rôle social de la femme et des personnes handicapées et la promotion des institutions locales, des clubs et associations culturels susceptibles de jouer un rôle vital dans la restauration du lien social. Le MD a, dans le cadre du programme ‘A’idûn, organisé des sessions de formation et des ateliers sur les techniques de résolution des conflits. Une série d’activités financées par le FCD a été également organisée pour les jeunes afin de favoriser les rencontres entre « résidents » et « retournants » et les encourager à mieux se connaître. À juste titre, le rapprochement entre jeunes s’est avéré plus rapide que celui entre adultes, malgré de nombreux obstacles (Ayoub, 2007, p. 101-113)5. Une grande importance a été également attachée à la réhabilitation des lieux de culte et des cimetières. Certes, la présence de services publics de base, d’écoles, d’églises, de mosquées, de marqueurs religieux et la capacité de gagner décemment sa vie étaient des éléments clés qui allaient influencer les décisions de relocalisation volontaire.

Politique de relocalisation des déplacés dans le sud du Mont Liban : un cas spécial

14Le MD distingue deux types de situations dans la Montagne druzo-chrétienne. Il s’agit en premier lieu des villages exclusivement chrétiens, théâtres ou non de violences, et des villages mixtes n’ayant pas été le théâtre de combats et de massacres, tous concernés par la première phase de la SNR. Dans ces cas, l’État n’intervient pas en tant qu’« agent réconciliateur » mais seulement en tant qu’« agent indemnisant » (Kanafani-Zahar, 2011, p. 55) pour organiser le retour. Celui-ci est amorcé dès la fin de 1992, après la publication de la législation de l’accord de Taëf garantissant le droit de retour. À titre individuel, certaines personnes déplacées ont accédé à leurs villages après avoir renoué formellement avec des druzes (lorsque le village est mixte) à travers d’anciens liens personnels ou familiaux. La perception des mesures de sécurité comme suffisantes et de la « menace druze » comme réduite ou éliminée, a encouragé le retour des chrétiens. Le choix des sept villages de la région du Harf comme point de départ de la SNR s’inscrivait donc dans cette optique. Ces sept villages sont égrenés le long d’une crête de montagne et reliés par une seule route. Étant entièrement chrétiens et leur accès relativement difficile les isolant de leur environnement druze (Faour, 1993), ils devenaient plus faciles à protéger. Ils se trouvent également dans une zone fertile où la production agricole pouvait garantir de rapides revenus. De surcroît, l’un de ces villages, al-Bîreh, dont les conditions d’accès sont les meilleures, pouvait servir de centre d’opérations pour la région (Harik, 1999). Le MD a supposé que les villageois déplacés seraient impatients de retourner dans la Montagne et a prévu un retour complet et rapide. Mais la réalité a été autre. Les chrétiens ont eu d’autres considérations : lorsque les coûts de relocalisation, en termes de risques sécuritaires ou de leur perception, l’emportaient sur les avantages de regagner leurs maisons et leurs terres, ils ne sont pas revenus.

15Le deuxième type de situation est celui des villages mixtes ou des villages druzes et chrétiens voisins ayant été le théâtre de violents combats et/ou de massacres. Un processus sélectif et localisé de réconciliation a alors été mis en place pour ces villages, désormais appelés « villages de la réconciliation ». La sécurité était vitale pour ouvrir la voie du retour, car elle impliquait la présence d’une autorité légale capable de rassurer la population. De plus, pour surmonter les blocages psychologiques alimentés par les risques sécuritaires perçus et les sentiments de frustration et de grief, les familles des victimes ont eu droit à une indemnité supplémentaire de l’équivalent de 10 000 dollars US par victime chrétienne ou druze de la violence intercommunautaire, ou même plus selon les cas et les intérêts électoraux.

Le processus libanais de réconciliation comme composante de la SNR

  • 6 . Awdat al-muhajjarîn Lubnân (The Return of the Displaced in Lebanon), p. 24. La fonction du ch (...)
  • 7 . La réconciliation traditionnelle inspirée des coutumes arabes s’engage à identifier l’agresseur, (...)

16Le processus libanais de réconciliation (PLR) est un processus localisé de médiation et d’indemnisation adopté dans le sud du Mont Liban, pour assurer la sécurité de ses habitants druzes et chrétiens. Il découle de l’objectif déclaré du MD de faciliter la réinstallation des personnes déplacées, tout en évitant la violence vindicative. Il s’inspire de traditions arabes profondément enracinées dans la société libanaise, du temps où le cheikh al-Sulh (le cheikh de la conciliation) parrainait la réconciliation entre familles ou clans selon des codes tribaux spécifiques6. Ces codes ont fourni un cadre global de règlementation pour une réconciliation taillée sur mesure pour la Montagne (Feghali, 1999, p. 16), permettant d’incarner la volonté politique de pacifier le Liban, d’unifier son territoire et d’y préserver le pluralisme religieux7. La crédibilité et la légitimité des autorités étaient alors en jeu dans la mesure où la communauté chrétienne, politiquement marginalisée depuis la fin de la guerre, était la plus concernée par la SNR. Pour parvenir à une réconciliation dans un village mixte ou entre deux villages voisins, l’un druze, l’autre chrétien, une procédure de plusieurs étapes a été adoptée.

17Pour chaque localité, un comité druze de muqîmûn (résidents) et un comité chrétien de ‘â’idûn (« retournants ») ont été constitués. Le terme muhajjarîn (expulsés) employé pour désigner les chrétiens, a été remplacé par le terme ‘â’idûn désignant un processus en cours inscrit dans le temps long, un euphémisme qui gomme l’immédiateté et la violence de l’expulsion (tahjîr) (de Clerck, 2013). C’est après de longues consultations que chaque famille désignait son représentant, généralement parmi les personnes relativement épargnées par la violence et plus à même de communiquer avec les membres de l’autre communauté. Les comités ainsi formés ont été officiellement investis par un arrêté ministériel pour parler au nom des villageois dans leur diversité politique et familiale. Au début du processus de médiation, le MD organisait des réunions séparées avec chaque comité. Lors de ces rencontres, les questions délicates telles que les responsabilités individuelles dans les massacres et les violations de propriétés étaient exposées en vue de préparer la rencontre avec l’autre comité. Les fonctionnaires du MD écoutaient attentivement les différents points de vue et cherchaient des terrains d’entente, des intérêts et des objectifs communs aux deux parties. Ils encourageaient les personnes déplacées à s’impliquer dans toutes les étapes de l’opération de retour, à déterminer leurs besoins en matière de protection et à proposer des issues aux problèmes rencontrés.

18Dans un deuxième temps, les deux comités se réunissaient en présence des responsables du MD qui agissaient en médiateurs. Les représentants étaient encouragés à aborder ouvertement et franchement (musâraha) les problèmes et conflits. Les solutions envisagées étaient ensuite transmises aux familles concernées qui en discutaient puis communiquaient leurs réponses à leurs représentants. Trouver des solutions acceptables par tous pouvait prendre des mois et les discussions autour des litiges sérieux aboutissaient à un « accord de réconciliation » (‘aqd musâlaha) signé par toutes les parties. Une fois signé, l’accord interdisait tout recours devant les tribunaux et donnait le coup d’envoi à la reconstruction et aux travaux d’infrastructure. Les deux comités coopéraient avec les responsables du MD pour mettre en œuvre le plan de travail et surmonter les obstacles du processus de retour. Ensuite, ils fusionnaient pour former un seul comité, essentiel pour créer un climat social serein favorable à la résolution des conflits locaux et à la réussite du processus de relocalisation. La « poursuite de la réconciliation » s’opérait dès lors que les ayants droit fournissaient au FCD les attestations nécessaires à l’encaissement du solde des indemnités et que le MD traitait les cas de violation des propriétés chrétiennes survenus après le déplacement forcé. Le processus de réconciliation était symboliquement clos par une cérémonie officielle, le « festival du retour », en présence de représentants de l’État et des notabilités politiques et religieuses locales. Les « retournants » (chrétiens) arrivaient sur la place du village, où les « résidents » (druzes) les accueillaient en face de la municipalité, symbole de l’État. Cette cérémonie faisait office de rite de passage en ce sens qu’elle contribuait à « tourner la page », attestait de la réalité du retour, et rendait aux personnes déplacées la confiance dont elles avaient besoin pour adhérer pleinement à la nouvelle réalité.

  • 8 . La neutralité doit idéalement être un critère essentiel du statut du médiateur. Il œuvre à rappro (...)
  • 9 . C’est à lui que revient la prérogative de trancher. « L’objectif de l’arbitrage est d’empêcher le (...)

19Hormis les problèmes fondamentaux, le MD n’était pas en mesure de traiter tous les conflits. Le processus s’échafaudait lentement, pendant des mois. Compte tenu de l’éventail des litiges, contentieux et arbitrages, des solutions étaient personnalisées. Dans une culture où les acteurs politiques ou religieux font autorité, le MD recourait à l’intercession des partis, leaders communautaires et notabilités locales dans les négociations. Des arguments fondés sur l’allégeance nationale, l’intérêt supérieur de l’État et la responsabilité personnelle de participer à l’unité nationale et à la consolidation de la paix civile, ont été adoptés pour encourager les chrétiens à accepter de retourner dans leurs villages et les druzes, à accepter leur retour. En préconditionnant les travaux d’infrastructure et de restauration des services publics à l’aboutissement d’une réconciliation, le PLR a ainsi contraint les druzes, dans certains cas, à agréer le retour des chrétiens. En effet, malgré les compensations, de nombreux druzes étaient mécontents de devoir abandonner une propriété ou des revenus provenant de l’exploitation de terrains chrétiens pendant plus de 30 ans. Le ministre agissait en médiateur (wasît8) (Kanafani-Zahar, 2011, p. 58), arbitre (hakam9) et confident, aplanissant les nombreuses difficultés et usant de médiation, non seulement entre les deux comités, mais souvent également entre les membres d’un même comité. Des échanges houleux sur des questions le plus souvent matérielles pouvaient avoir lieu autour d’un terrain exploité, d’une vache ou d’un âne tué ou d’un arbre coupé durant la guerre ou d’une route percée sur le terrain d’une personne déplacée. Ils cachaient mal des litiges plus graves autour du meurtre d’un parent proche ou du massacre d’une famille.

  • 10 . Voir Dima de Clerck (2015), Les relations druzo-chrétiennes…, chapitre 5.

20À l’exception de deux villages, tous les « villages de la réconciliation » sont situés dans la Montagne. Mais là encore, les villages théâtres de massacres n’ont pas tous été indemnisés ou ont fait l’objet d’un processus de réconciliation, à l’instar de Bhamdoun, Mtein et Fawwara (13 en tout). Si la sélection paraît arbitraire du point de vue des victimes, elle ne l’est pas du point de vue du MD. Le démarrage du PLR pour un village donné dépendait de la réticence des chrétiens de se réinstaller sans garanties optimales, ou celle des druzes d’accueillir les chrétiens de retour sans conditions. Ainsi parmi les « villages de la réconciliation », figuraient des villages druzes du Chahhar, dont les représentants refusaient le retour des chrétiens dans leur région. Le sort de Daqqoun (village chrétien) fut donc lié au sort de Baawerta (village druze) sans qu’il n’y ait eu entre eux d’incident notoire durant la guerre. En réalité, l’appât du gain lié aux indemnités d’évacuation n’était pas étranger aux réticences des druzes du Chahhar de voir leurs anciens voisins chrétiens retourner dans la région10.

  • 11 . Le procès perpétue le conflit et la discorde. L’amnistie est utile pour exorciser le caractère fo (...)

21Vingt-deux ans après la création du MD, toutes les localités à problèmes ont finalisé la procédure de réconciliation, à l’exception de Kfar Selwan dans le district de Baabda, où les différends avaient été portés devant les tribunaux durant la guerre. Pour parvenir à la réconciliation, les plaignants doivent renoncer à leurs droits. L’abandon des plaintes en amont et l’impossibilité d’obtenir justice en aval ont conditionné le PLR11, les poursuites judiciaires étant soupçonnées de menacer le climat de concession et de perpétuer le conflit. Puisque l’amnistie avait mis un voile sur les crimes de la guerre au Liban, il était inutile d’en poursuivre les auteurs.

22En concordance avec l’amnistie, le PLR s’est focalisé sur le groupe (dans ce cas, la communauté) plutôt que l’individu, niant toute distinction entre l’auteur d’un crime et la victime, ou entre l’auteur d’un crime associé à une communauté et tout autre membre innocent de cette communauté. Cette logique communautaire dilue la responsabilité individuelle dans l’ensemble plus large qu’est le groupe confessionnel et s’auto-perpétue. L’indemnité versée par l’État aux familles des victimes n’a donc pas été le résultat de la reconnaissance d’un tort commis ou du statut de victime par l’auteur du préjudice (Kanafani-Zahar, 2011 ; 2012, p. 47). Ajoutons que paradoxalement, la dialectique officielle qui oppose le terme muqîmûn à celui de ‘â’idûn évite, non sans hypocrisie, de désigner les druzes et les chrétiens par leur qualité communautaire (de Clerck, 2013).

23La solution n’était pas un arrangement centré sur les victimes. Dans le PLR, les villageois qui ont souffert et subi des pertes ont fait place à d’autres qui ont été épargnés. Bien que les victimes aient exprimé un fort besoin de se souvenir et de témoigner, leur présence a été considérée par les responsables du MD comme entravant la réconciliation. Peu de place a été laissée au deuil personnel car la justice et la vérité ont été échangées contre une compensation matérielle et la récupération des terres et des propriétés.

Les limites de la Réconciliation

24Alors qu’il paraissait nécessaire de développer une politique globale et officielle de réinsertion pour bien identifier les ayants droits, limiter les occupations illégales et les abus et pour assurer le versement régulier et continu des tranches de compensation, un constat affligeant (Baalbaki, 1997) est livré de la piètre performance du MD, notamment en 1997, lors d’un atelier organisé à la Lebanese American University (LAU). On y dénonce le manque de coordination efficace et constructive entre les différents ministères, organismes et ONG, l’approche réductionniste adoptée par le MD dans le processus de réconciliation, qui réduit les groupes concernés à leur appartenance confessionnelle, faisant fi des aspects liés au village (géographie, histoire) et aux personnes concernées (différences culturelles, professionnelles, socioéconomiques, différences d’âge, d’éducation, lieu de résidence de substitution). En effet, de nombreuses initiatives émanant d’ONG et d’acteurs appartenant à la société civile ont été réalisées avec le MD dans le but de restaurer le lien social entre druzes et chrétiens. Si l’investissement de ‘Â’idûn et des ONG a constitué un bon début, ces initiatives exogènes aux réseaux sociaux locaux ont été considérées par les « résidents » et les « retournants » comme un échec en raison de leur courte durée. Le lien social ainsi créé s’est avéré artificiel et éphémère. Les associations ne cherchaient en fait qu’à restaurer le lien social dans sa seule composante intercommunautaire, en faisant fi des aspects générationnel, social et psychologique au sein du groupe confessionnel, comme le fait de ne plus avoir, entre parents et enfants d’une même famille, ou entre chrétiens éprouvés et moins éprouvés, le même rapport au village ou à la réconciliation.

  • 12 . Entretiens avec des membres des commissions et des employés du MD, 2005, 2007, voir Dima de Clerc (...)

25En se fondant sur des terrains variés (Guatemala, République démocratique du Congo, Bosnie-Herzégovine et Cambodge), la sociologue Béatrice Pouligny souligne que « le discours de “réconciliation” trop souvent adopté dans l’après-massacre par les intervenants extérieurs est non seulement indécent mais le plus souvent totalement inadapté. Il gomme l’extrême complexité des comportements des protagonistes des massacres, de leur vécu et de leurs affects. Il oublie également que si “réconciliation” il doit y avoir, elle doit d’abord se faire avec soi-même comme individu, son corps, son esprit mais aussi son histoire […] De tels processus se déroulent rarement dans une harmonie béate mais sont bien le fruit de tractations successives et de luttes concrètes qui prennent du temps » (Pouligny, 2003). Ceci est visible également dans le cas libanais, où les participants aux projets et événements organisés par des intervenants extérieurs n’ont pas été mis en confrontation directe et n’ont pas abordé les sujets qui fâchent12, tandis que les initiatives locales et l’investissement, sur la durée, des villageois et des collectivités locales dans le développement d’opportunités de rencontre (activités conjointes, fêtes, dîners, spectacles, réunions, événements sportifs, touristiques et culturels) ont fait montre d’une meilleure capacité à resserrer le lien social, dans ce sens qu’ils sont parvenus à améliorer d’abord les solidarités intraconfessionnelles (liens entre druzes eux-mêmes et entre chrétiens), pour ensuite tisser des liens croisés intercommunautaires (de Clerck, 2015, chapitre 6).

Corruption et enjeux politiques

  • 13 . Pour reprendre une expression de Sandrine Lefranc (2002).
  • 14 . En effet, la concurrence représentée par Talal Arslan (autre leader druze) au sein la communauté (...)

26Dans un contexte et un système politique où le credo officiel reste « ni vainqueurs, ni vaincus » et où les anciens chefs de milice constituent le noyau de l’administration d’après-guerre, servant d’intermédiaires entre le groupe confessionnel qu’ils dirigent et l’État, divulguer des preuves de crime aurait stigmatisé une communauté entière. Les plus grands criminels étaient devenus des hommes d’État13, ce qui explique la décision délibérée de l’État de ne pas installer de justice punitive et d’éviter de rechercher la vérité dans le processus de réconciliation. Après le bref passage d’Elie Hobeika à la tête du MD, Walid Joumblatt exerce, entre octobre 1992 et 2014, une mainmise sur ce ministère, soit en tant que ministre (octobre 1992-décembre 1998), soit par le biais de ministres druzes et chrétiens que lui-même désigne. Son intercession notamment auprès des druzes, sur lesquels son emprise est quasi-totale14, favorise la concrétisation du PLR. Avant même la création du MD, et dans une perspective de retour au « vivre ensemble », il avait favorisé des rencontres entre déplacés et résidents, qu’il exhortait à enterrer la hache de guerre, construire la paix et à assurer un meilleur avenir aux nouvelles générations. Néanmoins, il ne cessait d’insister sur l’importance du soutien financier, plus à même de résoudre les problèmes épineux et de stimuler la réinsertion que la médiation. Or le bon déroulement du PLR a été affecté dès le début par les relations de pouvoir. Durant les années 1990, les frictions entre Walid Joumblatt et le Premier ministre, Rafic Hariri, qui avait autorité sur les fonds, ont conduit à la suspension des paiements (‘Îd, 2008). Les indemnités insuffisantes devenaient source d’inquiétude pour les déplacés et un obstacle à leur retour. Il était donc essentiel que le FCD assure des fonds durables pour que le MD puisse poursuivre la SNR.

  • 15 . Une décision condamnée par la Fédération des droits de l’homme et des droits humanitaires.

27Mais réduire le PLR aux indemnités et à la réhabilitation des infrastructures revenait à réduire la réconciliation à son sens le plus étriqué. Bien que le mécanisme d’évacuation des habitations ait contribué à rendre des milliers de propriétés aux ayants droit, une grande partie des évacuations fut en réalité fictive, les ressources étant utilisées à des fins politiques et électorales. Ces « évacuations politiques » (ikhlâ’ât siyâsiyya) devinrent monnaie courante dans le Chouf, fief de Joumblatt, et des indemnités d’évacuation furent versées à des familles qui ne squattaient pas des propriétés abandonnées. Ces bénéficiaires reçurent jusqu’au double ou plus de la somme officielle allouée à l’évacuation. L’anomalie gonfla abusivement le montant des compensations totales, ce qui affecta le bon déroulement du PLR. Walid Joumblatt disait vouloir avantager les druzes pour déjouer tout risque d’attentat à la sécurité des « retournants » (chrétiens). Pourtant ce ne furent pas que des druzes qui bénéficièrent des largesses du MD : des chrétiens dont le vote en faveur de Joumblatt était déterminant dans le Chouf furent tout aussi avantagés. Sur un autre registre, la lenteur recherchée du PLR, entravant la participation au scrutin de nombreux chrétiens dans leurs villages du Chouf entre 1992 et 2009 en l’absence de réconciliation, a bénéficié et continue de bénéficier largement au bloc parlementaire de Walid Joumblatt, toujours grand vainqueur des élections législatives et municipales. En effet, en 2005, le ministre de l’Intérieur Hassan al-Sabeh proche de Rafic Hariri impose à tous les électeurs de voter dans leurs villages d’origine, ce qui pousse 4 334 électeurs chrétiens originaires de villages, où la réconciliation n’est pas encore actée, à renoncer à leur droit de vote15.

  • 16 . Entretien avec un ancien employé du ministère des Déplacés, avril 2004.

28Par ailleurs, Joumblatt soumet le retour des chrétiens à des conditions : renoncer à toute attitude de supériorité (fawqiyya) en réintégrant leurs villages et adopter un profil bas (de Clerck, 2015, chapitre 5). S’ils sont appelés à être le moteur économique de la Montagne, toute suprématie économique leur est en revanche interdite, dans la mesure où elle risquerait d’ouvrir la voie à une domination sociopolitique16. La « vie en commun » s’est donc avérée être discriminatoire. En effet, les comités de « retournants » étaient le plus souvent incapables de faire valoir leurs desideratas ou de remettre en question les décisions du MD, en raison de l’absence au gouvernement et au parlement de forces politiques chrétiennes représentatives dans l’après-guerre. Démotivés par un rendement et un rôle limités, de nombreux membres de comités ont déserté les débats (Baalbaki, 1997).

Limites du retour en chiffres

29En 2008, le démographe Khalil Abou Rjeily a élaboré un rapport inédit et détaillé, village par village, du pourcentage de retour chrétien dans les districts d’Aley, Baabda, le Chouf, Jezzine et la région mixte chiito-chrétienne de l’Est de Saïda (Abou Rjeily, 2008, p. 44). À la fin de 2007, le retour chrétien s’élevait à 10,6 % pour Aley, de 16,5 % pour la zone druzo-chrétienne du district de Baabda, et de 20,9 % pour le Chouf, y compris les bourgs côtiers (Damour, Naamé, Rmaylé, Mechref) où les taux de retour atteignaient 40 à 70 %, contrairement aux villages ruraux éloignés de l’autoroute. Le retour s’élevait à 52,6 % pour l’Est de Saïda. Pour les zones strictement druzo-chrétienne du Chouf (sans les villages sunnito-chrétiens de la zone côtière) le retour se limitait à 17 %. Si les taux de retour élevés pour les bourgs côtiers chrétiens ont été favorisés par le développement de l’infrastructure depuis la fin de la guerre (autoroute, plages et lieux de détente économiquement attractifs), on note qu’à Damour, théâtre de massacres importants en 1976, le pourcentage de retour n’a pas dépassé les 45 % à la fin de 2007, tandis qu’à Rmaylé, épargnée par la violence bien que plus éloignée de Beyrouth, le retour a atteint 70 %. Indéniablement, le retour chrétien dans les localités entièrement chrétiennes dépasse de loin celui des villages mixtes. Il est trois fois plus élevé (52,6 %) dans les villages mixtes chiito-chrétiens de l’Est de Saïda que dans les villages druzo-chrétiens du Chouf (17 %), malgré la plus grande proximité de ceux-ci de Beyrouth. Les 20,9 % de retour chrétien dans le Chouf comprend les localités entièrement chrétiennes et celles mixtes avec des sunnites. Dans les villages mixtes avec des druzes, le retour chrétien n’a atteint que 2,6 % dans le Chouf, et pour les trois districts d’Aley, Baabda et le Chouf, il n’a pas dépassé 8,5 % en 2007, un chiffre pour le moins alarmant.

Une mémoire loin d’être « apaisée »17

  • 17 . Selon une expression de Raphaëlle Branche.

30Dans les « villages de la réconciliation », les chrétiens ont généralement reconstruit sans se réinstaller. Le MD a imputé le timide retour chrétien au manque de fonds, mais en réalité celui-ci achoppe sur les tensions encore prégnantes entre chrétiens et druzes. Pour de nombreux chrétiens, justice n’a pas été faite et le risque sécuritaire est omniprésent. Beaucoup passent uniquement des vacances et des fins de semaines dans leurs villages. D’autres n’osent pas dormir dans la région, et avant la nuit tombée, se hâtent de rentrer dans les régions majoritairement chrétiennes (de Clerck, 2008). Même dans le Harf, où les villages ont été relativement épargnés et n’ont pas eu besoin de réconciliation, une faible portion des 9 000 personnes déplacées a pris possession de leurs biens durant la première phase de relocalisation. Des mémoriaux de guerre célébrant la « bravoure » des combattants druzes agissent comme des marqueurs territoriaux intimidants pour les « retournants » chrétiens, qui se sentent refoulés. Dans une situation où victimes et auteurs d’un crime vivent parfois littéralement côte à côte, il est très difficile de guérir les vieilles blessures. De surcroît, après leur expulsion les chrétiens ont de facto subi une urbanisation accélérée et irréversible, qui les a éloignés des traditions restées chères aux druzes et qui a renforcé les représentations croisées : la perception druze que les chrétiens sont arrogants et celle complémentaire chrétienne que les druzes sont susceptibles et cramponnés à leurs traditions. Ainsi, lors de certaines cérémonies de réconciliation, le ressentiment était-il ouvertement affiché : les chrétiens arrivaient sur la place du village, passaient devant les druzes et les saluaient en mettant la main sur la poitrine, une salutation désignée par le terme muchâlaha en arabe, pour ne pas avoir à leur serrer la main, leur signifiant symboliquement qu’ils ne leur faisaient pas confiance (de Clerck, 2008).

Conclusion

  • 18 . Le 5 mai 2008, poussé par Walid Joumblatt qui réclame le démantèlement du réseau de communication (...)

31Le retour chrétien dans la Montagne est tributaire de l’histoire des relations troublées entre druzes et chrétiens, remontant au XIXe siècle et à la Guerre du Liban (1975-1990) et de la mémoire traumatique de cette histoire. La logique communautaire empêche l’individu de se dissocier de sa communauté. Il porte ainsi le blâme pour un acte commis par une collectivité à laquelle il est associé. Inversement, toute une communauté peut porter le blâme d’un crime commis par un individu. Une véritable réconciliation nécessite une reconnaissance par tous des atrocités commises. L’évolution est lente, notamment dans les villages sinistrés. En 2008, les confrontations entre le Hezbollah chiite et les druzes du PSP ont refroidi les ardeurs des chrétiens les plus audacieux18. Le manque de sécurité depuis la crise syrienne en 2011 et les tensions politiques constantes entre Walid Joumblatt et Gebrane Bassil, chef du Courant Patriotique libre, ont envenimé la situation, surtout depuis la tentative d’assassinat manquée contre Bassil en juin 2019 à Aley et le début de la contestation populaire en octobre 2019. La présence de l’État comme garant de la sécurité et la maîtrise de soi demeurent essentielles pour éviter une reprise de la violence vindicative dans un contexte de méfiance et de peur. Le PLR n’a pas réussi à atteindre ses objectifs : promouvoir une pacification durable, développer la région économiquement, et réinstaller massivement les personnes déplacées dans leurs villages d’origine. Avec l’accentuation de l’exode rural depuis la fin de la guerre, de nombreux druzes au même titre que les chrétiens, ne regagnent leurs villages qu’en fin de semaine, ce qui n’empêche pas les autorités de toujours les considérer comme des résidents (muqîmûn), qualité refusée de fait aux expulsés de la Montagne, en l’occurrence les chrétiens, cantonnés, dans le meilleur des cas au statut de ‘â’idûn, une connotation au statut de perpétuels visiteurs qu’ils ont intériorisé (de Clerck, 2013). Négligeant les causes de la peur et du ressentiment entre druzes et chrétiens, le PLR n’a traité que le déplacement. Il n’a, en outre, pas été adossé à une politique globale de développement rural, économique et social, impliquant les acteurs locaux, sans laquelle même les résidents (druzes) seraient tentés de migrer vers les villes. Il n’a pas non plus été accompagné d’une politique de développement et de décentralisation des municipalités, qui aurait permis à celles-ci de prendre en charge le retour des déplacés (Faour, 1997, p. 37).

32La justice traditionnelle pouvant conduire à de longs litiges, la justice réparatrice adoptée par le PLR semblait cohérente et légitime, même si elle était précaire en cas d’injustice grave puisqu’elle omettait de divulguer des informations importantes comme l’identité des meurtriers et la localisation des corps. Les personnes portées disparues dans la Montagne n’ont pas été retrouvées. À l’exception du village de Maasser al-Chouf, aucune fosse commune n’a été découverte (de Clerck, 2013). Le sacrifice du droit positif garantissant un procès équitable était le prix à payer pour restaurer un espace politique et un nouveau pacte politique de coexistence. Si tel était l’objectif déclaré de la réconciliation au Liban, la politique adoptée n’a laissé aucune chance de l’atteindre. Comme pour le Maroc, les criminels n’ont pas été identifiés et contrairement à l’Afrique du Sud, les victimes n’ont pas été incluses dans le processus de réconciliation.

Haut de page

Bibliographie

‘Awdat al-muhajjarîn fī Lubnân (Le retour des déplacés au Liban), 1996, République libanaise, Ministère des Affaires des Déplacés.

Abou Rjeily Khalil, 2008, Mouvement de retour des déplacés à leurs localités d’origine au Mont Liban Sud et dans les cazas de Saida et de Jizzîne de 1991 à 2007, Institut libanais de développement économique et social (ILDES), inédit.

Albon Mary, 1995, “Truth and Justice: The Delicate Balance-Documentation of Prior Regimes and Individual Rights”, in Kritz Neil (dir.), Transitional Justice: How Emerging Democracies Reckon with Former Regimes.

Ayoub Rita, 1997, “The Youth: Their Position Regarding the Return”, in Irani G. E. (dir.), Reconciliation Processes and the Displaced Communities in Post-War Lebanon, Proceedings of a workshop at the Lebanese American University in March 1996, Byblos, LAU, p. 101-113.

Baalbaki Ahmed, “Social Aspects of Displacement of Population: Reductionist Approach and Disequilibrium”, in Irani G. E. (dir.), 1997, Reconciliation Processes and the Displaced Communities in Post-War Lebanon, Proceedings of a workshop organized by the Lebanese American University in March 1996, Byblos, LAU, p. 39-50.

Bloomfield David, 2006, “On Good Terms: Clarifying Reconciliation”, Berghof Report, n° 14, Berlin.

Burns Cynthia, McGrew Laura and Todorovic Ilija, 2003, “Pilot Projects in Rwanda and Bosnia”, in Chayes A. H. and. Minow M. (dir.), Imagine coexistence: restoring humanity after violent ethnic conflict (1st ed.), San Francisco, Jossey-Bass, p. 294-310.

De Clerck Dima, 2008, « La Montagne, un espace de partage et de ruptures », in Mermier F. (dir.) Liban: espaces partagés et pratiques de rencontre, Cahiers de l’IFPO No1, Beyrouth, IFPO.

De Clerck Dima, 2013, « Le retour des morts de guerre. La place des chrétiens du sud du Mont-Liban », in Branche R., Picaudou N., Vermeren P. (dir.), Actes du colloque Autour des morts de guerre, CEMAF/Sorbonne-Paris 1, Paris, Presses de la Sorbonne.

De Clerck Dima, 2015, Les relations druzo-chrétiennes à l’épreuve des guerres, des réconciliations, des représentations et des mémoires, Thèse de doctorat, Paris I Sorbonne.

De Clerck Dima et Malsagne Stéphane, 2020, Le Liban en guerre (1975-1990), Paris, Belin.

Farah Rima, 1999, ‘Awdat al-muhajjarîn fî Lubnân wa-l-tanmiya bayna al-khutat wa-l wâqi’ [Le retour des déplacés au Liban et le développement entre les plans et la réalité], Université libanaise, faculté de sociologie, mémoire de DESS.

Faour Ali, 1993, Jughrâfiya al-tahjîr [la géographie du déplacement], Beyrouth, Dar al-Maussat.

Faour Ali, 1997, « The Problem of Displacement and Strategies of Treatment », in Irani G. E. (dir.), Reconciliation Processes and the Displaced Communities in Post-War Lebanon, Proceedings of a workshop organized by the Lebanese American University in March 1996, Byblos, LAU.

Feghali Kamal, 1992, Qadiyyat al-tahjîr. Wâqi’ wa arqâm. Al-marhala al-’ûla (The displacement issue: Facts and figures. The first phase), Lebanese Republic, Ministry of the Displaced.

Feghali Kamal, 1999, « Les déplacés au Liban Stratégie du retour et développement », Observatoire de Recherches sur Beyrouth et la Reconstruction, n° 11, Beyrouth, CERMOC.

Hayner Priscilla, 2006, “Truth commissions: a Schematic Overview”, International Review of the Red Cross, vol. 88.

Huyse Luc, 2003, “The Process of Reconciliation,” in Bloomfield, Barnes and Huyse (dir.), Reconciliation After Violent Conflict: A Handbook, Stockholm, IDEA, p. 19-39.

Îd Ghâda, 2008, “Malaf al-muhajjarîn” (Le dossier des déplacés) in al-Fasâd (Corruption), al-Jadeed Television.

Kanafani-Zahar Aïda, 2012, “Displacement, Return and Reconciliation in Mount Lebanon”, Accord, Issue 24, p. 46-48.

Kanafani-Zahar Aïda, 2011, Liban. La guerre et la mémoire, Presses Universitaires de Rennes.

Kanafani-Zahar Aïda, 2010, « La réconciliation du Mont Liban : la raison d’État et l’égalisation communautaire au détriment de la mémoire » in Mermier Franck et Varin Christophe (dir.), Mémoires de guerres au Liban 1975-1990, Arles, Actes Sud/Sindbad/IFPO.

Kiss Elizabeth, 2000, “Moral Ambition Within and Beyond Political Constraints”, in Robert R. and Thompson D. (dir.), Truth vs. Justice. The Morality of Truth Commissions, Princeton University Press, p. 68-98.

Kritz Neil, 1996, “Coming to terms with Atrocities: A review of Accountability Mechanisms for Mass violations of Human Rights”, in Law and Contemporary Problems, Vol. 59, n° 4, Accountability for International Crimes and Serious Violations of Fundamental Human Rights, p. 127-152.

Labaki Boutros, Abou Rjeily Khalil, 1993, Bilan des guerres du Liban 1975-1990, Paris, L’Harmattan.

Lax Ilan, 2004, « Le témoignage d’un commissaire. Juger les demandes d’amnistie et promouvoir la réconciliation », in Cassin B., Cayla O. et Salazar Ph.-J., Vérité, réconciliation, réparation, Le genre humain, n° 43.

Lebanon’s Legacy of Political Violence: A Mapping of Serious Violations of International Human Rights and Humanitarian Law, 1975-2008.

Lefranc Sandrine, 2002, Politiques du Pardon, Paris, PUF.

Lefranc Sandrine, 2008, « Les commissions de vérité : une alternative au droit ? », Droit et cultures, Vol. 56, n° 2, p. 129-145.

Loraux Nicole, 2005, La Cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris, Payot.

Malek Cate, 2005, « Reconciliation in Bosnia », in Burgess G., Burgess H. (dir.), The Beyond Intractability Project, The Conflict Information Consortium, University of Colorado.

Mosler David, 2010, Reconciliation Through Truth? A Comparison of the Judicial Approach of the International Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia and the Amnesty Principle of the Truth and Reconciliation Commission of South Africa, Malmö University, Global Political Studies, International Relations.

Palmer Harik Judith, 1999, The Return of the Displaced and Christian-Muslim Integration in Postwar Lebanon, Islam and Christian-Muslim Relations, Vol. 10, n° 2, p. 159-175.

Palmer Harik Judith, 1993, “Change and Continuity in the Lebanese Druse Community: The Civil Administration of the Mountains, 1983-1990”, Middle Eastern Studies, Vol. 29, n° 3, p. 377-399.

Popkin Margaret and Roht-Arriaza Naomi, 1995, “Truth as Justice: Investigatory Commissions in Latin America”, Law & Social Inquiry, Vol. 20, Issue 1, p. 79-116.

Pouligny Béatrice, 2003, « Construire la paix après des massacres », Revue Tiers Monde, n° 174, p. 417-438.

République libanaise, Ministère des Affaires des déplacés, Programme des Nations unies ‘Ai’dûn, 1994, Taqrîr ‘an al-nadwa al-taqyîmiyya li-barnâmaj ‘amal ‘â’idûn 28-30 novembre 1994 [Actes du séminaire d’évaluation du programme ‘A’idûn 28-30 novembre 1994], Dikwâneh.

République libanaise, Ministère des Affaires des déplacés, Programme des Nations unies ‘Ai’dûn, 1995, Warshat ‘amal hawla al-musâlahât al-ahliyya fî itâr tahsîn ‘awdat al-muhajjarîn 29-30 septembre 1995 [Atelier autour de la réconciliation civile dans le cadre de la consolidation du retour des déplacés 29-30 septembre 1995], Dikwâneh.

Tag-Eldeen Mustafa, 1992, “Role of the United Nations System in Resettlement and Reintegration of Internally Displaced Persons in Lebanon”, UNDP, Office for Project Services, Beirut.

Haut de page

Annexe

Les « villages de la réconciliation » du sud du Mont Liban

Village

District

Date de réconciliation

Kfar Qatra

Chouf

04/07/1993

Al-Barouk

Chouf

09/09/1994

Maasser al-Chouf

Chouf

25/10/1995

Mazraat al-Chouf

Chouf

04/08/1996

Kfar Nabrakh

Chouf

16/02/1997

Ayn Ksour

Aley

26/11/1999

Salima

Baabda

04/04/2000

Abâdiyyé

Baabda

18/05/2000

Bmaryam

Baabda

22/05/2000

Arsoun

Baabda

23/05/2000

Dfoun

Aley

18/07/2000

Ras al-Metn

Baabda

03/08/2000

Majdalya

Aley

17/08/2000

Rimhala – Qabrechmoun

Aley

21/12/2000

Chwit

Baabda

12/07/2001

Ayn Anoub

Aley

08/05/2001

Qubbayh

Baabda

15/05/2001

Aramoun

Aley

01/08/2001

Al-Ghaboun

Aley

14/11/2001

Daqqoun-Baawerta

Aley

16/06/2005

Kfar Matta-Klayliyyeh

Aley - Chouf

08/09/2007

Abay - Al-Binnay – Ayn Drâfîl

Aley

12/10/2010

Brih

Chouf

17/5/2014

Kfar Silwan

Baabda

Non réglé

Source : ministère des Déplacés, République libanaise, février 2012

Haut de page

Notes

1 . L’amnistie est associée à une rhétorique de la réconciliation nationale. Elle est présentée comme une « mesure d’apaisement et de justice permettant de reconstituer l’unité nationale », cité in Sandrine Lefranc (2002, p. 297).

2 . Selon l’expression de Sandrine Lefranc (Ibid., p. 134).

3 . Voir Farah (1999) ; Ministère des Affaires des déplacés, Programme des Nations unies ‘Ai’dûn : 1994 et 1995 ; Tag-Eldeen (1992).

4 . Le mot en anglais signifie, entre autres, une personne qui est rentrée après une longue absence (Webster’s College Dictionary, 2010).

5 . La deuxième langue a notamment été une barrière aux rencontres, les druzes privilégiant l’anglais et la plupart des chrétiens le français.

6 . Awdat al-muhajjarîn Lubnân (The Return of the Displaced in Lebanon), p. 24. La fonction du cheikh al-Sulh a été supprimée dans la première loi pour les mukhtârîn du 13 janvier 1928 [État du grand Liban sous mandat français] article 1.

7 . La réconciliation traditionnelle inspirée des coutumes arabes s’engage à identifier l’agresseur, à reconnaître le tort, et à exiger de l’agresseur la demande de pardon (Kanafani-Zahar, 2012, p.46-48), ce qui n’a pas eu lieu lors du PLR.

8 . La neutralité doit idéalement être un critère essentiel du statut du médiateur. Il œuvre à rapprocher les points de vue, à concilier, sans pour autant prendre de décisions, juger ou trancher. C’est aux deux groupes de faire des compromis et des concessions mutuelles.

9 . C’est à lui que revient la prérogative de trancher. « L’objectif de l’arbitrage est d’empêcher le recours à la force et de régler les différends de façon consensuelle » (Kanafani-Zahar, 2011, p. 58).

10 . Voir Dima de Clerck (2015), Les relations druzo-chrétiennes…, chapitre 5.

11 . Le procès perpétue le conflit et la discorde. L’amnistie est utile pour exorciser le caractère fondateur du conflit et sa consubstantialité avec le politique. Voir Nicole Loraux (2005).

12 . Entretiens avec des membres des commissions et des employés du MD, 2005, 2007, voir Dima de Clerck (2015, chapitre 5).

13 . Pour reprendre une expression de Sandrine Lefranc (2002).

14 . En effet, la concurrence représentée par Talal Arslan (autre leader druze) au sein la communauté druze est limitée à la région d’Aley et reste très marginale.

15 . Une décision condamnée par la Fédération des droits de l’homme et des droits humanitaires.

16 . Entretien avec un ancien employé du ministère des Déplacés, avril 2004.

17 . Selon une expression de Raphaëlle Branche.

18 . Le 5 mai 2008, poussé par Walid Joumblatt qui réclame le démantèlement du réseau de communication souterrain du Hezbollah, le gouvernement adopte des dispositions dans ce sens. Sur la route Beyrouth-Damas, des éléments druzes du PSP interceptent et liquident des membres du Hezbollah, un véritable casus belli. En trois jours, le Hezbollah mate la double attaque politique et militaire dirigée contre lui par Joumblatt, assénant de lourdes pertes aux combattants druzes (une centaine de tués) et perdant 35 de ses propres combattants. En réponse à la décision gouvernementale, il investit les quartiers de Beyrouth-Ouest à prédominance sunnite, dont la résistance par des groupes armés venus du Nord est balayée en quelques heures.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte du Liban
Crédits Source : Maghreb-Machrek, n°73, 1976
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10112/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Districts du Liban
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10112/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dima de Clerck, « La politique nationale de réconciliation et de relocalisation des populations déplacées dans le Liban d’après-guerre », L’Année du Maghreb, 26 | 2022, 119-140.

Référence électronique

Dima de Clerck, « La politique nationale de réconciliation et de relocalisation des populations déplacées dans le Liban d’après-guerre », L’Année du Maghreb [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2021, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/10112 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.10112

Haut de page

Auteur

Dima de Clerck

Historienne, Enseignante universitaire à Beyrouth, chercheure associée à l’Institut Français du Proche-Orient (IFPO) et co-auteur du livre Le Liban en guerre, Paris, Belin, 2020.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search