Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Dossier : Violences du passé, pol...Se réconcilier « entre victimes »...

Dossier : Violences du passé, politique(s) au présent ? La justice transitionnelle comme passage « d’une histoire dans une autre »

Se réconcilier « entre victimes » pour tenir la lutte : la coordination transversale des familles de disparus au Liban et de leurs alliés de la justice transitionnelle

Reconciling “between victims” to hold out the struggle: the transversal coordination of the families of missing persons in Lebanon and their allies of transitional justice
التصالح "بين الضحايا" للاستمرار في النضال: التنسيق العرضي لأسر المفقودين في لبنان ولحلفائهم بمنظومة العدالة الانتقالية
Yves Mirman
p. 175-191

Résumés

Les enjeux de réconciliation au Liban sont liés aux questions héritées de la guerre civile dont certaines sont portées par des familles de disparus du conflit (1975-1989). Soutenues par des organisations de défense des droits de l’Homme et de la justice transitionnelle, elles font valoir depuis 40 leur lutte de manière dispersée mais aussi rassemblée. S’appuyant sur la sociologie de l’action collective, à distance des enjeux normatifs du post-conflit, cet article décrit des logiques transversales de coordination entre groupes militants, par-delà le rôle des leaders, dans ce qu’elles révèlent des enjeux de la réconciliation de la société libanaise. Accusées de « menaces à la paix civile » par les autorités et les anciens chefs de guerre, ces militantes – souvent des femmes – tentent de faire valoir leur cause sur le temps long, depuis les années 1980 jusqu’en 2018. En s’appuyant sur les rapports des organisations de défense des droits de l’Homme, sur des archives militantes et des entretiens, je décris trois processus de coordination : la comparaison des cas des disparus permettant de partager les mêmes incertitudes, les opérations conflictuelles de labélisation de la cause et des objets communs de leur lutte, la mise en scène de leur réunification par-delà les logiques du confessionnalisme. L’analyse de ces processus transversaux de coordination de l’action collective, sur le temps long de la lutte, permet ainsi de délimiter plusieurs enjeux du post-conflit au Liban.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 * Politologue, Unité de recherche CONFLUENCE, Sciences et Humanités – Université Catholique de Lyon

1La construction d’un cadre de sortie de la guerre civile libanaise (1975-19891) et des occupations du pays (Israël jusqu’en 2000, la Syrie jusqu’en 2005) souffre, comme dans beaucoup de contextes similaires, d’une difficulté à traiter les héritages du conflit, notamment la question des disparus. Miliciens, soldats ou civils sont enlevés et enterrés dans des fosses communes dissimulées, kidnappés et enfermés au secret dans un pays occupant. Les violences de cette guerre incivile (Beydoun, 1993) s’inscrivent au Liban sur des lignes de front confessionnelles, partisanes et nationales de plus en plus complexes, qui tendent à penser la « réconciliation » dans l’après-conflit à partir de ces lignes de front. La réconciliation brandie par les autorités du pays, négociée dans les traités constitutionnels et les lois d’amnistie, a surtout rapproché les chefs de guerre qui ont conservé le pouvoir politique, sans empêcher les tensions épisodiques violentes ni la perception généralisée par la société libanaise que la guerre qui n’est pas finie (Abou Jaoudé, 2020). Étudier l’engagement en faveur de la question des disparus permet de saisir plusieurs enjeux de réconciliation de la société libanaise face à des gouvernements peu enclins à se confronter aux multiples responsables des disparitions et en « panne de réforme » depuis les années 1990, spécifiquement sur les questions de la guerre (Catusse, Karam, 2010).

  • 2 . En anglais, « Committee of the Relatives et Committee of the Families » en arabe : « لجنة عائلات (...)
  • 3 . L’acronyme SOLIDE désigne l’association Support of Lebanese in Detention and Exile.
  • 4 . L’enquête de terrain a consisté en plus de 70 entretiens menés avec des familles de disparus enga (...)

2Des collectifs libanais de proches de disparus – souvent des femmes – se sont engagés depuis les années de la guerre jusqu’en 2018 de manière pacifique, distinct des registres « agonistique » ou « résistant » que cette question pose dans d’autres contextes (Smaoui, 2014, Diaz, Ruiz, 2009). Il s’agit des familles, souvent les mères, sœurs ou épouses de disparus, toujours à la recherche de leurs proches. Être membre de ces comités de familles a pu prendre plusieurs sens : depuis la déclaration et l’inscription du disparu sur des listes (avec plusieurs centaines de noms) à la participation à une manifestation regroupant des dizaines de familles, ou à la mise en scène d’un témoignage dans la presse. Deux personnalités militantes, la fondatrice du premier Comité des parents de personnes enlevées ou disparues au Liban en 19822, Wadad Halwani, et Ghazi Aad, porte-parole du mouvement SOLIDE3 depuis les années 1990, peuvent apparaître comme les porteurs emblématiques de ces comités et de la cause, bénéficiant multiples portraits dressés dans la presse. Ils défendent deux lignes : les disparus vraisemblablement morts au Liban avec une dépouille dans une fosse commune – le Comité des parents de disparus au Liban – et ceux qui défendent des disparus peut-être (encore) emprisonnés au secret en Syrie – SOLIDE. Sur presque 40 ans, la cause des disparus apparait divisée entre ces lignes de partage (principalement) et centrée autour de ces acteurs. Cet article cherche à aller au-delà de ces assertions, rendant compte de la diversité des acteurs qui ont façonné cette cause et avec elle les enjeux de réconciliation. Si ces « leaders » ont été capables de mettre en réseaux plusieurs dizaines de familles de disparus sur plusieurs décennies, d’autres positions intermédiaires (Agrikoliansky, 2020) peuvent donner à voir des dynamiques collectives et transversales de coordination de la lutte. Mon enquête menée entre 2011 et 20184 permet justement de décentrer le regard des analyses des choix rationnel des acteurs centraux, en considérant d’autres positions intermédiaires et périphériques – incluant d’anciens miliciens repentis, des journalistes et avocats, des membres d’organisations de défense des droits de l’Homme.

3La diversité des alliés de cette lutte pose la question des « logiques de consolidation de la cohésion des organisations au sein du mouvement et leurs conséquences sur l’efficacité de la mobilisation » (Karam, 2004, p. 278). Autour de la question des disparus, une vingtaine d’associations, « organisations de soutien » aux positions, activités et affinités distinctes, se retrouvent autour de la défense d’une cause semblable dès les années 1990, tels le Centre libanais des droits humains, et plus tard à la faveur des changements politiques survenus depuis 2005 (« révolution des cèdres » et fin de l’occupation syrienne), le Centre international pour la justice transitionnelle (ICTJ) et Act for the Disappeared. Ces organisations sont composées de professionnels, avocats, juristes, journalistes, universitaires, s’inscrivant dans le champ des « défenseurs des droits humains », et dans des structures associatives, avec plusieurs volontaires et employés au fur et à mesure de leur développement, avec des affinités variables avec les comités et des circulations des militants. Ces acteurs se veulent centraux pour maintenir la cause par-delà les divisions et pressions politiques, contribuant à aider les comités : par la généralisation du slogan du « droit de savoir » des familles sur le sort de leur proche dès la fin des années 1990, par un soutien à l’organisation de manifestations de commémorations de la guerre chaque 13 avril, de plus en plus importantes depuis les années 2000 (plusieurs centaines de personnes en 2015), des campagnes de sensibilisation médiatiques d’ampleur à la douleur des proches, des mises à jour de fosses communes dans tout le pays, la rédaction de rapports incluant des bilans chronologiques des violences de la guerre et des conséquences sur les familles libanaises (par exemple Yakintou, 2015), et de multiples conférences et programmes de formations dans des universités ont contribué à faire évoluer la cause jusqu’aux autorités libanaises. Les rapports de ces organisations ont l’avantage de présenter l’avancée de la cause en même temps que les dispositifs militants qu’ils y déploient et qui ont très certainement préparer des politiques publiques de réconciliation nationale finalement votées par le parlement libanais fin 2018. Les registres de mobilisation de ces acteurs sont visibles dans la loi 105 mettant en place une commission chargée d’enquêter sur les disparitions forcées et d’identifier des dépouilles dans les charniers (Hassoun Abou Jaoude, 2020). Pourtant, l’enjeu n’est ni d’évaluer des politiques publiques de « post-conflit » des acteurs de la réconciliation, dont les injonctions sont interrogées dans le monde arabe comme ailleurs (Lefranc, 2016), ni de décrire ce projet de loi comme la conséquence logique d’une réconciliation du mouvement et de l’arrivée de ces acteurs, ce qui relèverait d’une représentation rétrospective d’une enquête de terrain menée depuis 2011 et finie avant cette loi. Une sociologie sur le temps long de l’action collective permet de saisir les enjeux de la « réconciliation » par-delà les changements institutionnels récents.

4Dans la littérature sur l’action collective, celle-ci relève de « coordination [d’] efforts au nom de l’intérêt général » (Tilly, Tarrow, 2008, p. 21-28), dont l’imbrication avec la politique prend sens à travers des revendications collectives. Érik Neveu évoque un « agir ensemble comme projet volontaire », une « action concertée en faveur d’une cause » (Neveu, 2011[1996], p. 6 et 9). Décrire des processus et des mécanismes de coordination, c’est-à-dire de convergence, de concertation d’actions, constitue en somme une étape classique de la sociologie du mouvement social. Cette démarche est mobilisée pour traiter des questions de post-conflit impliquant une diversité d’acteurs à concerter, par exemple en Argentine (Tahir, 2015). Il s’agit de réinvestir cette littérature dans le cas libanais, certaines familles de disparus et leurs alliés semblent adresser à un même destinataire (généralement les représentants de l’État libanais), un ensemble de revendications liées à des disparitions, en s’informant mutuellement de leurs actions parallèles. En ce sens, je postule qu’ils procèdent à une certaine action coordonnée, faisant valoir un statut de victime, réclamant le retour de leurs proches disparus ou de leurs dépouilles, façonnant le « cadrage » de l’objet de la cause et l’identité du collectif. Comment cette coordination sur 40 ans questionne le sens de la « réconciliation » dans un contexte post-conflictuel ? À distance d’une analyse centrée sur la réconciliation des leaders d’une lutte composite, à distance d’une évaluation de l’impact des activités du mouvement sur la loi de 2018 en faveur des disparus, je choisis de décrire trois longs processus de coordination transversaux de la lutte pour l’après-conflit.

Revendiquer les incertitudes partagées en comparant les cas

5Puisque l’unification d’un groupe de victimes « ne va pas de soi » (Lefranc, Mathieu, 2009), il importe de décrire ce que regroupe la catégorie de « disparu » depuis la guerre jusqu’à aujourd’hui. De nombreux travaux militants et d’expertise au sein d’organisations de défense des droits de l’Homme constituent des archives décrivant la formulation de la cause à différents moments de son histoire. Lynn Maalouf, militante de la cause depuis plus de quinze ans, journaliste d’une quarantaine d’années, experte un temps à l’ICTJ, ayant cofondé l’association libanaise Act for the Disappeared, a publié un chapitre dans l’ouvrage Mémoires de guerres au Liban de Franck Mermier et Christophe Varin (2011), consacré aux mobilisations sur les disparus :

les victimes – pour la plupart des civils – étaient enlevées aux points de passages, dans leur propre maison ou dans la rue. Elles étaient kidnappées pour de multiples raisons : en échange d’autres prisonniers ; pour l’argent ou par vengeance ; et, selon certains observateurs, dans le but même de séparer les gens en fonction des divisions confessionnelles. Parallèlement aux enlèvements, de nombreuses personnes ont disparu du fait des massacres et des combats et ont été enterrées dans des fosses communes ou – selon des rapports non officiels – auraient été jetées à la mer […] Dans la mesure où tant de forces et d’acteurs opéraient au Liban pendant la guerre, on estime généralement que le destin des victimes a largement dépendu de l’identité des agresseurs :

1. Les individus qui ont disparus du fait des milices libanaises ou palestiniennes, de services de sécurité ou de l’armée libanaise (ceux-ci, cependant, étaient parfois également liés aux forces israéliennes ou syriennes, et peuvent donc leur avoir transférés les victimes) : on suppose que nombre d’entre eux sont morts.

2. Les individus capturés par l’armée syrienne ou ses alliés locaux. De nombreux parents de ces disparus se raccrochent toujours à l’espoir que ces derniers sont encore vivants dans les prisons syriennes, et, en conséquence, ces victimes sont souvent désignées comme “détenues” plus que manquantes ou disparues.

3. Les individus capturés par l’armée israélienne ou son allié, aujourd’hui démantelée, l’Armée du Liban-Sud. L’armée israélienne s’est retirée du Sud-Liban en mai 2000, après une occupation de vingt-deux-ans.

6À chacun de ces groupes de victimes a correspondu la formation d’une structure différente, organisation des droits de l’Homme ou groupe des victimes, chacune réclamant des solutions spécifiques et largement dépendantes de l’identité des agresseurs. Ce n’est que récemment que cet état de fait a commencé à changer, à la faveur d’une situation politique de transition qui a permis aux groupes des victimes de se rassembler pour travailler à mettre en place une stratégie collective orientée vers le droit de savoir des familles. » (Maalouf, 2011, p. 266-271).

  • 5 . Entretiens menés avec Wadad Halwani (janvier, février 2012, novembre 2013).
  • 6 . Walid Joumblatt, ancien chef de guerre et président du Parti socialiste progressiste (PSP), decla (...)

7Prudent dans la catégorisation des cas (« pour de multiples raisons », « selon des rapports non-officiels », « on suppose », « avec l’espoir »), mêlant plusieurs terminologies (« kidnapping », « capture », « enterrées », « détenues », etc.) et racontant le rassemblement du mouvement, ce texte esquisse les éléments de coordination de la lutte. Le comparer aux rapports produits sur la question depuis la guerre permet de dégager une tendance transversale sur plusieurs décennies. Dans le premier rapport de 1984 sur la question des disparus, son auteur, Jean-Pierre Filiu, militant pour la Fédération internationale des droits humains (FIDH), fait valoir les difficultés à récolter des sources et s’appuie sur des informations éparses précédant la disparition : des arrestations, parfois des enlèvements avec témoin, des détentions politiques connues et surtout sur les mobilisations des familles. La fondatrice du premier comité Wadad Halwani5 s’engage publiquement, un mois après la disparition de son mari en 1982, avec un appel à la radio publique en évoquant la libération de « détenus » ou « kidnappés/makhtûfîn », elle utilise aussi le terme de « disparus/mafqûdîn » (Young, 2000). A cette période, certains chefs de guerre n’hésitent pas à jeter le trouble sur leur sort6. Les familles gardent l’espoir que leurs proches reviennent dans une incertitude qui tient au contexte de la guerre. Pourtant, la mobilisation autour des disparus une fois la guerre finie ne changent pas ce cadrage de la mobilisation. Un des premiers rapports d’Amnesty International du 20 février 1991 évoque avec prudence le sort des victimes de la guerre : ses auteurs soulignent les maigres informations dont ils disposent (« difficult to obtain accurate information », « few details were available », « the fate of most of them was not known ») tout en se bornant à évoquer quelques cas précis dans plusieurs « camps ». Malgré la fin officielle du conflit, la disparition continue à poser question, à la fois du fait de nouvelles disparitions consécutives aux occupations israéliennes et syriennes, mais surtout parce que des disparus de la guerre ne réapparaissent pas. Le deuxième rapport produit par la FIDH en 2001 n’hésite pas à évoquer le contexte politique des occupations et le fait que les chefs de la guerre sont encore au pouvoir (Daunay, Noguere, 2001). L’incertitude reste de mise à double titre : certains seraient encore en vie et emprisonnés en Syrie (ou morts en prison), d’autres exécutés durant ou à l’issue du conflit auraient leur dépouille dissimulée au Liban. Le point saillant réside dans les doutes entre les deux. Dans ce contexte, les autorités libanaises avancent un chiffre général repris dans les rapports : 17 000 disparus issus du conflit. Pour faire face à l’ampleur du problème, et principalement autour de ces deux cas de figures, d’autres comités de proches de disparus (dont sont présumés la détention) se constituent après la fin de la guerre jusqu’à la fin des années 1990 avec l’espoir que « les leurs » soient encore en vie dans des geôles syriennes ou israéliennes. En 2008, le rapport du Centre libanais des droits humains (CLDH) est structuré selon ce partage des situations de disparition (Liban, Syrie, Israël), tout en renouvelant les constats d’incertitudes. La diversité des cas autour du chiffre des 17 000 est un élément de langage qui demeure, les précisions portent sur l’objectivation des modalités d’enlèvements (« constituer des otages politiques qui pourraient être échangés […] ; obtenir de l’argent ; alimenter une stratégie de terreur et créer des zones religieuses “pures”. » p. 11). Le recul permet d’évoquer d’autres explications de ces faits de guerre et les rapports qui suivent profitent d’un conflit plus lointain pour mettre à jour les exactions de chaque camp, pour faire un bilan plus précis voire une frise chronologique.

8Au-delà des rapports produits par des organisations de défense des droits de l’Homme, les témoignages des enquêteurs permettent de revenir sur cette période plusieurs décennies après les faits, essayant de mesurer si le temps passé a pu lever des troubles. HLS. du CLDH rappelle, lors d’un entretien, la variété des possibilités derrière une disparition, à l’intérieur même de la catégorie des disparus-détenus en Syrie :

- HLS. : « Une fois qu’ils sont enlevés au Liban, ils sont amenés en Syrie. Souvent, un des services de renseignement les prend. Il y a plusieurs services de renseignement en Syrie. En fonction du service qui les a pris en premier, ils vont arriver à un endroit précis. Souvent la majorité des Libanais passaient quand même par la section d’interrogatoire […] Si on le savait par des gens qui sortaient. »

- Enquêteur : « Donc, vous étiez au courant de la procédure, mais vous ne saviez pas combien ? »

  • 7 . Entretien avec HLS. (CLDH), novembre 2013.

- HLS. : « Non, on ne savait pas, on ne sait toujours pas. On ne savait pas qui était jugé, qui ne l’était pas. Mais on savait : il y avait un tribunal de campagne à la frontière, et les mecs se faisaient juger en y allant … Le deuxième cas où les gens, au cours de leur détention, là-bas, ils sont convoqués et on leur dit : vous avez été jugé à 15 ans, il vous reste 4 ans à tirer. Ils passent 4 ans et ils se font libérer, ils ne savent pas pourquoi »7

9Interrogé sur la fabrique des rapports sur la question des disparus, leurs auteurs, comme HLS., affichent ces difficultés : la diversité des raisons de l’enlèvement, des acteurs responsables possibles, l’absence de transparence des procédures administratives, soit une estimation plutôt qu’une certification des situations.

10Entre les premiers rapports, les nombreux qui vont suivre et la vision rétrospective de leurs auteurs, il apparaît que la répartition de la prise en charge des cas de disparition entre différents comités de proches de disparus, n’empêche pas de faire face à une même difficulté : l’incertitude des cas. Ce qualificatif est à la fois central dans la littérature scientifique sur la thématique de la disparition dans le monde (Bigo, 1994) et réapproprié par les organisations engagées, visible dans les rapports qu’elles produisent. En comparant les disparitions, les organisations de défense des droits de l’Homme réaffirment cette incertitude, partagée par tous, et s’en servent pour englober ces cas dans une même cause. Cette coordination de la lutte, transversale aux militants et professionnels alliés des comités des familles, donne à voir une société inlassablement prisonnière d’un accès limité aux informations sur le conflit.

Labelliser l’objet (multiple) d’une lutte commune pour se retrouver

11Les lexiques qui qualifient l’objet de la lutte, la disparition comme la personne disparue, sont des objets de luttes de sens pour les militants, puisant dans plusieurs langues comme dans plusieurs registres (politiques et juridiques notamment). Ce travail de cadrage (Snow, Burque, Rocheford, Worden, Benford, 1986) fait partie intégrante de la mobilisation de groupes militants, destinées à aligner les schèmes d’interprétation à d’autres, tout en faisant face à des opérations de « contre-cadrage » extérieures. Ce processus de labélisation implique a priori davantage de conflit que de convergence : ces individus sont-ils « morts  », « martyrs », « prisonniers » ?

12Y. est un journaliste, travaillant pour un journal affilié à un parti de gauche au Liban impliqué dans la guerre civile. Interrogé sur la question des disparus du conflit, il oriente la discussion vers l’importance des échanges de prisonniers et de martyrs après la guerre et avec le soutien du Hezbollah : « During this exchange, the XXXX prisoners were also exchanged. […] We still have 3-4 martyrs in Palestine, buried in Palestine because they were killed. ». Pour détailler cela, il évoque des cas concrets et les ressources permettant d’obtenir des dépouilles : « Mainly in war, if he [un combattant] didn’t go back, there is two answers : killed or captured. ». Selon lui, la plupart des dépouilles sont revenues aux familles et parfois certains combattants ont été libérés. Pour ceux dont les corps ne sont pas revenus : « we know they are dead ». Il évoque les relations que le parti peut avoir dans le camp de l’ennemi, les anciens prisonniers qui reviennent : « it is not about trust the ennemi, it is about how strong is your information ». S’il ne nie pas l’existence de disparitions, il préfère les inclure dans des catégories que ces structures partisanes et miliciennes sont susceptibles de traiter. Selon cette vision, la dissimulation des « dépouilles » ou des « prisonniers » n’est pas censée dépasser les capacités de ces structures partisanes à obtenir des renseignements fiables sur ces mêmes personnes. Le cadrage les définit comme des « martyrs » (shahid) ou des « prisonniers » à échanger. Mais pour les familles de disparus dont les liens avec les partis et milices sont plus ténus ou contestés, en particulier certaines engagées au sein des collectifs étudiés, l’accès à ces mêmes renseignements n’est pas possible et ce cadrage ne fonctionnent pas.

13L’interlocuteur étatique n’est pas toujours resté sans réponse, notamment à la suite des nombreuses mobilisations de ces collectifs et il participe à d’autres opérations de labélisation. Aïda Kanafani-Zahar rapporte qu’en juillet 1991, le Vice-Premier ministre et ministre de la Défense Michel Murr aurait déclaré après un échange de prisonniers entre les Forces Libanaises et le Hezbollah : « Il n’y a plus de personnes détenues par des partis politiques. Les personnes relâchées aujourd’hui sont les derniers détenus » (Kanafani-Zahar, 2011, p. 93). Face à la disparition, des familles ont parfois déclaré « décédé » leur proche, auprès des autorités confessionnelles dont elles dépendent, engageant des dilemmes intimes et familiaux. Le gouvernement décide de prendre indirectement la responsabilité de leur mort en 2000 à travers plusieurs commissions spéciales mises en place notamment sous la pression des collectifs de familles de disparus engagées. Pour cela, les autorités les déclarent comme décédés après 4 ans de disparition, sans pour autant rechercher les dépouilles. La qualification de « mort » permet d’une part au gouvernement de ne plus procéder aux recherches et d’autre part à certaines familles de trouver des solutions aux difficultés juridiques engendrées par la disparition, en particulier les héritages ou les remariages. Ce qualificatif n’est pas consensuel chez les familles qui espèrent encore que leur proche reviendra, d’autant que d’anciens disparus libanais, déclarés morts, seront libérés de geôles syriennes peu après. Les familles qui pensent que leur proche est détenu au secret en Syrie, le considèrent alors parfois comme « prisonnier politique ». Ce choix est celui de d’une dizaine d’anciens détenus, qui, de retour au Liban, ont formé l’association Former Lebanese Political Detainees in Syria en 2009. Qualifier son proche de « disparu » semble donc aussi variable que non exclusif, chaque famille privilégie certains labels plutôt que d’autres, dans l’espoir que la réappropriation des imaginaires qui y sont associés est susceptible d’appuyer leur cas.

14Le chercheur français Michel Seurat a longtemps été un « otage » ou un « enlevé » connu des médias, dont le sort incertain révèle lui aussi plusieurs facettes des héritages du conflit, comme le raconte son épouse dans un livre de 1988 qui décrit ses années d’attente :

Tout a commencé par un entrefilet dans L’Orient-Le Jour : “un journaliste et un chercheur français sont portés disparus depuis mercredi soir alors qu’ils venaient d’arriver à l’aéroport, apprend-on auprès de leurs proches.” Au Liban tant de femmes ont vu leur mari tué ou enlevé sans même que cela soit publié. […] Les défenseurs des droits de l’Homme qui prétendaient venir au Liban pour “sensibiliser l’opinion publique libanaise” voulaient ignorer – parfois délibérément – que dans ce pays une vingtaine de morts ne fait pas un titre, que plus de trois mille personnes y ont été enlevées [de son estimation en 1988] sans même une revendication (Seurat, 1988, p. 199-201).

15Lors de la cérémonie de remise de la dépouille de son mari en 2006, elle raconte des images de son voyage à Beyrouth :

  • 8 . « La dépouille mortelle de Michel Seurat rapatriée en France, Villepin lui rend hommage », Le Mon (...)

J’ai vu un long mur […] sur lequel étaient gravés 17 000 noms menacés de rester effacés. […] Il s’agit des 17 000 Libanais qui ont disparu depuis 1975 et dont on n’a plus entendu parler, dont on a occulté la mort8.

  • 9 . Ces affrontements ont eu lieux entre des groupes militaires syriens et libanais contre une partie (...)

16Les militants ont certes dressé des ponts entre certains cas médiatisés et les « 17 000 disparus », mais c’est la durée de la lutte qui a surtout permis de mesurer l’existence d’intérêts partagés entre ces situations énigmatiques. La « réconciliation » des cas est d’autant plus prégnante qu’ils sont difficiles à définir. Le cas de la famille N. sœur d’un disparu, rencontrée via des contacts extérieurs aux collectifs étudiés est éloquent. Ayant participé à des mobilisations au sein de comités des familles de détenus libanais en Syrie, son frère disparu a, par la suite, fait partie des rares cas dont la dépouille a été retrouvée dans la fosse commune de Yarzé, au Liban en 2005. Cette fosse commune sur un terrain militaire, liée au moins pour partie aux affrontements d’octobre 19909, est l’une des seules à avoir été traitée officiellement par les autorités libanaises (corps exhumés, ADN comparés et dépouilles rendues aux familles). Avec le temps et l’arrivée d’informations souvent contradictoires, les catégories de détenus en Syrie ou morts au Liban s’entremêlent : certains disparus déclarés « morts » reviennent de prisons syriennes, et d’autres dont les familles sont persuadées de la détention en Syrie, sont retrouvés morts au Liban. Certaines familles comme N. se retrouvent alors à la croisée entre plusieurs comités qui convergent alors pour traiter ces cas limites.

17La coordination du mouvement est aussi motivée par le constat d’une convergence d’intérêts et de points de vue, publiquement exprimées par les militants à de multiples reprises. Karam Karam évoque, à propos de ces comités, un manque de cohésion suivi d’une prise de conscience en décembre 2001 exprimée par la signature d’un manifeste commun « pour décharger politiquement la question des disparus et lutter ensemble – en l’associant à une problématique “universelle” des droits de l’Homme plutôt qu’à la question des responsabilités mutuelles » (Karam, 2004, p. 279). Certaines organisations internationales de défense des droits de l’Homme, comme la Commission des droits de l’homme des Nations unies, la FIDH, Amnesty International tentent selon lui, une approche « globale et neutre » de la cause (idem, p. 280) en favorisant le rapprochement de l’ensemble des collectifs. Par la suite en 2005, à la faveur des évènements politiques liés à l’assassinat de Rafic Hariri, au retrait de l’armée syrienne du pays et à la mise en place du Tribunal international spécial pour le Liban (STL), l’ICTJ ouvre des bureaux au Liban. Portant au début son intérêt pour ce tribunal international, il finit par organiser et financer des activités communes avec les différents comités de parents de disparus, considérant leur cas comme un enjeu libanais crucial de justice transitionnelle. Un voyage est organisé par l’ICTJ en juin 2010 à Sarajevo avec les responsables de plusieurs collectifs, leur présentant d’autres situations et des dispositifs de réconciliation.

  • 10 . En arabe, ce sont les termes « الخفاء القسري » pour « disparition forcée » et « ا???????? pour ?? (...)

18La coordination implique à ce moment une dé-singularisation des cas au moyen d’une labélisation commune et experte de la cause. En 2012, l’ICTJ a produit une ébauche d’un « projet de loi » en faveur d’une institution de type « vérité et réconciliation » sur la question des disparus au Liban, après plusieurs mois de préparations, appuyée de considérations comparatives et expertes. Ce texte a bénéficié d’un lobbying auprès des médias et de certains membres du gouvernement comme du Parlement, mais seulement après avoir été débattu dans une série de rencontres internes avec l’ensemble de ces associations. Dans cette ingénierie anglo-saxonne de la justice transitionnelle, le souci de définition s’exprime dans plusieurs langues10, en favorisant à la fois des terminologies « judiciarisables » (enforced disappearance), et un vocable regroupant des cas incertains mais non-susceptibles d’être exclus juridiquement d’un éventuel traitement étatique (missing). Il s’agit là de satisfaire l’ensemble de ces collectifs bien que d’autres initiatives législatives parallèles (et de décrets) aient lieu. Adossée à des références argumentées et inscrites dans la légitimité de la loi, le recours à ces dispositifs dé-singularise les drames intimes, par-delà les lieux de la disparition et les enjeux liées aux responsables des atrocités. L’outil législatif propose une terminologie des questions héritées de la guerre à l’ensemble de la société, une terminologie inscrite dans le langage internationalisé de la protection des droits de l’Homme. Ainsi, Lina Comaty, dans sa thèse sur la cause des disparus, parlera du rôle des organisations de défense des droits de l’Homme et de la justice transitionnelle comme celui d’un « maître de cérémonie » cherchant à mettre un terme à l’attente des familles face aux crimes de la guerre (Comaty, 2014). Quelques temps plus tard, se sont plusieurs démarches auprès des institutions judiciaires qui consacreront ce langage : le 4 mars 2014, le Conseil d’État statue que les proches des personnes disparues ont le « droit de savoir ». Cette procédure, engagée à l’origine par ces collectifs de familles et de leur avocat pour obtenir des archives des précédentes commissions, permet faire valoir dans le langage du droit libanais plusieurs des appellations (« droit de savoir », mais aussi « disparus » et « personnes kidnappées » notamment) façonnant l’objet de la lutte.

19Dans le monde arabe, ce recours aux instruments juridiques et judiciaires s’inscrit plus largement dans un « redéploiement des rapports entre le pouvoir politique et la justice [qui] apparaît pour le moins contrasté » (Gobe, 2016, p. 9-33). Si la juridicisation des griefs des familles de disparus au Liban est également contrastée dans ses démarches engagées, elle contribue autant à la coordination de la lutte qu’à façonner un modèle de gestion du post-conflit. Ce modèle libanais se focalise davantage sur la gestion législative et judiciaire de la question des disparus, symbole de la « réconciliation » de la société, comme peuvent l’être la question des anciens détenus des camps en Bosnie-Herzégovine (Jouhanneau, 2015) ou les réparations collectives dans le Sud Marocain (Vairel, 2020). La labélisation par le droit constitue le deuxième processus de coordination de la lutte, autant entre les comités des familles qu’avec leurs alliés, évoluant par étapes au cours des dernières décennies et manière beaucoup plus conflictuelle.

Se reconnaître par-delà le confessionnalisme (et le faire savoir) pour s’unir

20La construction d’une cause est concomitante à la production de la victime, à la constitution du collectif, voire à des habilitations identitaires à la fois politiques et victimaires (Lefranc, Mathieu, 2009). Les acteurs de la cause définissent l’identité de leur collectif en même temps qu’ils délimitent l’objet de la lutte, et cette définition participe à la coordination du mouvement.

21L’identité confessionnelle des ravisseurs et des victimes est pourtant une ligne de conflit majeure. Le cumul de toutes les « vérités » au sujet de chaque disparu dessine une histoire globale de la guerre : celle d’anciennes milices qui auraient tué plus qu’une autre, celle d’États voisins qui détiendraient encore au secret certains ressortissants libanais. Un entretien avec un ancien milicien qui, depuis plusieurs années fait acte de repentance, résume ces logiques :

  • 11 . Extrait d’un entretien en 2012 à Beyrouth, avec un ancien milicien, engagé auprès d’organisations (...)

Même la vérité, on peut la subdiviser en plusieurs stades : une micro-vérité, dire où est le corps, le récupérer et le donner aux familles et rien d’autre. Il y a le stade 2 qui contient le stade 1 et on dit où on l’a retrouvé et qui l’a tué. Et il y a la vérité nationale, c’est le 1 + 2 + etc. … : le nombre des disparus total avec les subdivisions entre communautés et où le corps est retrouvé et combien par communautés. [Pour les deux premiers stades], je suis prêt à suivre, mais [pour] le troisième, c’est dangereux. Mais si le peuple libanais le décide, alors je le suivrai11.

22Au Liban, les subdivisions juridiques et historiques entre clivages confessionnels et politiques, creusées par les acteurs armés de la guerre civile, se réinventent encore au gré des différentes élections d’après-guerre où la plupart des anciens chefs de milices trouvent une position dans le champs politique et partisan libanais (Picard, 1994). Les mouvements collectifs comme celui autour des disparus doivent alors s’adapter aux logiques du confessionnalisme politique : d’une part puisque ces crimes liés aux disparitions sont situés dans les équilibres communautaires instables, d’autre part parce que le jeux politiques, où sont exprimés les revendications de ces militants, est lui-même marqué par le confessionnalisme. Chaque criminel de la guerre ayant un appui politique mesure son intérêt à laisser ces héritages du conflit dans le silence, tentant de pointer chez les familles un engagement partial en faveur d’une communauté. Une caractéristique sociologique d’un collectif peut, si elle apparaît comme déséquilibrée, faire germer l’idée d’une « concurrence de victimes » (Chaumont, 2010) dans le champ politique. Le rapport du Comité International de la Croix Rouge de 2013 aborde d’ailleurs les profils des disparus et de leur famille qu’il rencontre dans le cadre de son programme, ces profils correspondent aux équilibres démographiques libanais :

According to their families, most of them were civilians (82 %), while only 16% were combatants. […] Of the 18 officially recognized religious communities in Lebanon, 12 were represented among the families interviewed, the most prominent being Sunni, Shia and Maronite. The majority of people interviewed were Lebanese nationals (78 %), while 21 % were Palestinian (ICRC, 2013, p. 7 et 9).

23Historiquement, la question de l’unification ou du rassemblement des parents des disparus, par-delà les confessions, a toujours préoccupé ces acteurs souhaitant représenter l’ensemble des familles de disparus, même celles qui ne peuvent ou ne souhaite pas s’engager. L’appel à la radio de Wadad Halwani en 1982 pour faire face aux disparitions pendant la guerre est déjà l’histoire d’une convergence :

Everyone I went to see told methere are people like you, the same story, you are not alone in this.” So I decided to publish an announcement on the radio that I am looking for other people, […] I went there to meet the three or four women who share the same story as I do. I went there and instead of three or four women I had a crowd in front of me. […] The first years, we felt very much alone, there was also the war still going on in the first years, so we started doing demonstrations, sit-ins, and marches. […] And there were so many differences among us, we all had a completely different background, each one of us had her own opinion, thinking this opinion is right, her region is the right one, her confession, her political attitude etc. And this caused problems of course. It took time to overcome this. And it took some effort until we were unified, one can say, until we had one demand, were one movement, etc. (Younes, 2017).

24En 2000, Michael Young décrit lui aussi la préoccupation de rassemblement de familles de diverses origines, et la réunion de plusieurs groupes en 1990 de part et d’autre de la ligne verte qui divisait la capitale (Young, 2000, p. 1 et 15-16). Au même moment, Karam Karam définira un réseaux d’acteurs associatifs incluant la LADE (Lebanese Association for Democratic Election, fondée en 1996, fer de lance du mouvement pour la tenue des élections municipales en 1997) et plusieurs collectifs de parents de disparus, comme le « mouvement civil » selon plusieurs caractéristiques : la dimension « citoyenne » (par opposition aux communautés), hors de l’État, des organisations partisanes et confessionnelles, et de manière pacifique, ce qui leur vaut malgré tout d’être accusées de la part des autorités, d’atteinte à « l’entente nationale » et « à la paix civile » (Karam, 2004, p. 104 et 253). Cette caractéristique rend compte de l’importance, pour les militants travaillant la question de l’après-conflit, de dépasser les logiques du confessionnalisme politique.

25Par la suite, lors de mon enquête, cette dimension civile était largement consolidée par un registre émotionnel justifiant le regroupement des collectifs. Lorsque certaines mères de disparus occupent un lieu de sit-in en centre-ville de Beyrouth à partir d’avril 2005 jusqu’en décembre 2015, les témoignages abondent pour exprimer combien la dimension douloureuse est un dénominateur commun de ces collectifs, le motif d’une réconciliation pluriconfessionnelle dans la lutte :

  • 12 . Des expressions recueillies au gré des différents entretiens auprès de plusieurs familles de disp (...)

Je me suis rendu compte que je n’étais pas seule à avoir de la famille disparue », « J’ai pris conscience que d’autres familles de groupes politiques opposés, d’autres religions, souffraient aussi de disparitions dans leur famille », « Au fond, j’ai découvert que les familles de disparus au Liban souffraient tout autant12.

  • 13 . « Seuls 12 des 587 candidats aux élections législatives [de 2009] étaient des femmes. Alors que s (...)

26Mon enquête confirme la grande diversité reflétant la société libanaise, en incluant les dizaines de membres de organisations de défense des droits de l’Homme qui les soutiennent. En outre, l’affichage de la dimension pluriconfessionnelle de ses membres a pour corolaire le refus d’afficher sa religion en public, de manière assez similaire aux militants altermondialistes libanais (AbiYaghi, 2013, p. 159-160), à ceux du mouvement libanais pour la chute du système confessionnel ou engagés pour la gestion des ordures (Catusse, AbiYaghi, Younes, 2017). Ce rejet englobe plus largement celui de toute affiliation partisane, ciblant tous les chefs de guerre, incluant les États étrangers occupants, mais évitant le plus souvent de nommer explicitement les responsables, ou enfin dans plusieurs camps à l’image des rapports de défense de droits de l’Homme. Ces groupes coordonnent la lutte pour les disparus en se positionnant comme le reflet inversé des structures partisanes héritières du conflit : pluriconfessionnelle, portée majoritairement par des femmes (alors que la majorité des chefs de partis sont des hommes13) et défendant la recherche de tous les disparus du conflit, peu importe leur localisation et les responsables des crimes.

Des processus de coordination comme modèles de réconciliation

27Ces trois processus de coordination parcourent de manière transversale l’ensemble des collectifs sur le temps long, que cela soit dans les années 1980, 2000 ou 2018. Il s’agit d’abord du travail d’englobement des situations de disparitions en réaffirmant sans cesse les contraintes dans l’accès à l’information sur les questions du conflit. Par-delà la fragmentation des cas entre détenus libanais en Syrie et morts enterrés dans des fosses communes au Liban, les acteurs convergent vers une cause commune de défense des droits de l’Homme. Ensuite, la majorité des collectifs s’accordent au fil du temps autour d’une labélisation commune de la lutte dans ses registres juridiques jusqu’à ce que plusieurs démarches législatives et judiciaires soient coordonnées avec l’ensemble des comités et leurs alliées. Enfin, tous ces acteurs ne vont jamais cesser sur 40 ans d’afficher un rejet commun des alignements communautaires, revendiquant des appartenances pluriconfessionnelles. Ces processus de coordination de la lutte, transversaux à l’ensemble des acteurs actifs sur la question, rendent ainsi davantage compte du sens de la « réconciliation » au Liban que de la réussite de leur combat. Dans cette réconciliation, les organisations d’experts, incluant les entrepreneurs de la justice transitionnelle et les organisations de défense des droits de l’Homme, permettent de faire tenir les collectifs, leur action apparaît même comme « complémentaire » : en comparant et en englobant les cas dans des rapports, en favorisant la labélisation juridique de la lutte ou en confirmant la dimension civile et multiconfessionnelle des collectifs. La complémentarité, avec ses formes d’interdépendance, s’analyse aussi comme une coordination de l’action collective (Morgand, 2015) et constitue une autre piste d’analyse.

28La loi de 2018 couronne un travail militant de long court alors que la lutte a été traversée par les mêmes lignes de conflit que la société libanaise. Le rassemblement sur le temps long des acteurs de la cause des disparus participe alors à déconstruire le mythe d’une société « évidemment menacée » par ces anciennes lignes du conflit, façonnant le sens de la réconciliation. Les politiques de réconciliation entre-soi semblent alors un préalable pour ces acteurs : il s’agit de tenir ensemble la lutte, avant et pour la réconciliation nationale.

Haut de page

Bibliographie

Abiyaghi Marie-Noëlle, 2013, L’altermondialisme au Liban : un militantisme de passage. Logiques d’engagement et reconfiguration de l’espace militant (de gauche) au Liban, Thèse de doctorat, Université Panthéon Sorbonne (Paris I).

Abiyaghi Marie-Noëlle, Catusse Myriam, et Younes Miriam, 2017, « From ‘isqat an-nizam at-ta’ifi’ to the Garbage Crisis Movement: Political Identities and Antisectarian Movement », in Di Pieri Rosita, Meier Daniel (dir.), Lebanon facing the Arab Uprisings. Constraints and adaptation, Londres, Palgrave, p. 73-90.

Agrikoliansky Éric, 2020, « Leaders », in Fillieule Olivier éd., Dictionnaire des mouvements sociaux. 2e édition mise à jour et augmentée. Presses de Sciences Po, p. 344-349.

Beydoun Ahmad, 1993, Le Liban : itinéraires dans une guerre incivile, Paris, Karthala/Cermoc.

Bigo Didier, 1994, « Disparitions, coercition et violence symbolique », Cultures & Conflits, n° 13-14, p. 2-16.

Catusse Myriam et Karam Karam, 2010, Le Liban de Taëf en panne de réforme, rapport de l’Arab Initiative Reform.

Chaumont Jean-Michel, 1997, La concurrence des victimes : génocide, identité, reconnaissance, Paris, La Découverte.

cldh, 2008, Liban, Disparitions forcées et détentions au secret, rapport du CLDH, Beyrouth.

Comaty Lina, 2014, Trapped in Permanent Liminality: The Issue of the Disappeared in Post-Taif Lebanon, Thèse de doctorat, IHEID.

Daunay Marie et Noguere Dominique, 2001, Liban. L’attente continue pour les familles de détenus et de disparus, rapport de la Mission internationale d’enquête de la FIDH et SOLIDA, n° 301.

Diaz Paola et Gutierrez Ruiz Carolina, 2009, « Les détenus disparus, victimes ou résistants ? Les catégories dans la mobilisation de l’Association chilienne », in Lefranc Sandrine et Mathieu Lilian (dir.), Mobilisations de victimes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 129-144.

Filiu Jean-Pierre, 1984, Les disparus au Liban, rapport de mission de la Fédération Internationale des droits de l’homme (FIDH), Paris.

Gobe Éric, 2016, Des justices en transition dans le monde arabe ? Contributions à une réflexion sur les rapports entre justice et politique, Rabat, Centre Jacques-Berque.

Hassoun Abou Jaoudé Carmen, 2020 « Opportunités et défis de la justice transitionnelle au Liban : la centralité de la question des disparus ou Chronique d’une guerre inachevée », Confluences Méditerranée, vol. 112, n°1, p. 207-223.

icrc, 2013, The families of people missing in connection with the armed conflicts that have occurred in Lebanon since 1975, An assessment of their needs, rapport de l’ICRC, Beyrouth.

Jouhanneau Cécile, 2015, « La « société civile » entre protestation et prestations. Organisation de victimes, compétition partisane et néo-corporatisme en Bosnie-Herzégovine », Politix, n° 110, p. 85-110.

Kanafani-Zahar Aïda, 2011, Liban. La Guerre et la mémoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Karam Karam, 2004, Revendiquer, mobiliser, participer : les associations civiles dans le Liban de l’après-guerre, Thèse de doctorat, Aix-Marseille Université.

Lefranc Sandrine et Mathieu Lilian (dir.), 2009, Mobilisations de victimes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Lefranc Sandrine, 2016, « La justice transitionnelle, une justice pour les temps nouveaux ? », in Gobe Éric (dir.), Des justices en transition dans le monde arabe ? Contributions à une réflexion sur les rapports entre justice et politique, Rabat, Centre Jacques-Berque, p. 211-234.

Maalouf Lynn, 2011, « Les disparitions forcée au Liban, l’héritage immuable d’une nation », in Mermier Franck et Varin Christophe (dir.), Mémoires de guerres au Liban (1975-1990), Arles, Actes sud, p. 266- 271.

Mermier Franck et Varin Christophe (dir.), 2011, Mémoires de guerres au Liban (1975-1990), Paris, Actes sud.

Morgand Audrey, 2015, « Le phénomène de coopération et de coordination dans l’action collective. L’exploration de la coopération coordinatrice dans les réseaux sociaux universitaires », Revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels, vol. hs, p. 163-181.

Neveu Érik, 2011[1996], Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La découverte.

Picard Élizabeth, 1994, « Les habits neufs du communautarisme libanais », Cultures & Conflits, n°15-16, p. 49-70.

Seurat Marie, 1988, Les corbeaux d’Alep, Paris, Gallimard et Lieu Commun.

Smaoui Sélim, 2014, « Sortir du conflit ou asseoir la lutte ? Exhumer et produire des “victimes républicaines” en Espagne », Revue française de science politique, vol. 64, n°3, p. 435-458.

Snow David, Rocheford E. Burque Jr, Worden Steven K. et Benford Robert, 1986, « Frame Alignment Processes, Micromobilization and Movement Participation », American Sociological Review, n°51, p. 461-481.

Tahir Nadia, 2015, Argentine : Mémoires de la dictature, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Tilly Charles et Tarrow Sidney, 2008, Politique(s) du conflit, de la grève à la révolution, Paris, Presse de Sciences Po.

Vairel Frédéric, 2020, « Prescriptions internationales et inégalités durables. La réparation communautaire dans le Sud marocain », Revue internationale de politique comparée, vol. 27, n°1, p. 103-140.

Yakinthou Christalla, 2015, Living with the Shadows of the Past -The Impact of Disappearance on Wives of the Missing in Lebanon, rapport pour l’International Center for Transitional Justice, https://www.ictj.org/sites/default/files/ICTJ-Lebanon-Gender-Disappearance-2015.pdf

Younes Miriam, 2017, « “Like an ant that digs into the rock:” Wadad Halwani and the struggle of the families of the missing and the forcefully disappeared », Civil Society Knowledge Centre, Lebanon Support.

Young Michael, 2000, « The Sneer of Memory: Lebanon’s Disappeared and post-war Culture », MERIP, vol. 30, n°217.

Haut de page

Notes

1 * Politologue, Unité de recherche CONFLUENCE, Sciences et Humanités – Université Catholique de Lyon.

. Les dates de la guerre font l’objet de débat : finit-elle lors de l’accord de Taëf en octobre 1989, après les combats de l’armée libanaise en octobre 1990, ou encore depuis la loi d’amnistie de 1991 ?

2 . En anglais, « Committee of the Relatives et Committee of the Families » en arabe : « لجنة عائلات المخطوفين والمفقودين في لبنان/ Lajnet ‘â’ilât al-makhtûfîn wa al-Mafqûdîn fi Lubnan ».

3 . L’acronyme SOLIDE désigne l’association Support of Lebanese in Detention and Exile.

4 . L’enquête de terrain a consisté en plus de 70 entretiens menés avec des familles de disparus engagées et d’autres qui ne l’étaient plus ou pas, de nombreux militants membres d’organisations de défense de droits de l’Homme et de la justice transitionnelle, ainsi qu’une variété d’acteurs périphériques. Ces entretiens ont eu lieu au Liban principalement jusqu’en 2015. Une part restreinte est mobilisée, parfois avec l’anonymat, privilégiant la combinaison des sources sur le temps long de la cause : le traitement d’archives militantes depuis la guerre, d’articles de presse, et les observations des moments de mobilisation – manifestations, procès, réunion, conférences, etc.

5 . Entretiens menés avec Wadad Halwani (janvier, février 2012, novembre 2013).

6 . Walid Joumblatt, ancien chef de guerre et président du Parti socialiste progressiste (PSP), declare : « The blackout surrounding this problem indicates that many of those kidnapped may have met a fatal end. » Ihsan A. Hijazi and « Special to the New York Times », « Opening of New Beirut crossings is thwarted by kin of the missing », The New York Times, 9 juillet 1984.

7 . Entretien avec HLS. (CLDH), novembre 2013.

8 . « La dépouille mortelle de Michel Seurat rapatriée en France, Villepin lui rend hommage », Le Monde.fr avec AFP, 8 mars 2006.

9 . Ces affrontements ont eu lieux entre des groupes militaires syriens et libanais contre une partie de l’armée libanaise fidèle au général Michel Aoun.

10 . En arabe, ce sont les termes « الخفاء القسري » pour « disparition forcée » et « ا???????? pour ??personne disparue??, ??????? ???????? pour ??parents??, ?????????? ??????? ?????? ??????? pour ??associations de familles?? qui sont utilis?s. لمفقود » pour « personne disparue », « أ???? ???????? pour ??parents??, ?????????? ??????? ?????? ??????? pour ??associations de familles?? qui sont utilis?s. فراد الأسرة » pour « parents », « ا??????? ??????? ?????? ??????? pour ??associations de familles?? qui sont utilis?s. لجمعيات الممثلة لأفراد الأسر » pour « associations de familles » qui sont utilisés.

11 . Extrait d’un entretien en 2012 à Beyrouth, avec un ancien milicien, engagé auprès d’organisations de défense des droits de l’Homme.

12 . Des expressions recueillies au gré des différents entretiens auprès de plusieurs familles de disparus, à la tente des disparus du centre-ville entre 2011 et 2014 lors de mes observations et inscrite dans les carnets de notes.

13 . « Seuls 12 des 587 candidats aux élections législatives [de 2009] étaient des femmes. Alors que six femmes avaient été élues au Parlement en 2005, seules quatre l’ont été en 2009 », in « X. Participation des femmes et des minorités », Mission d’observation électorale de l’Union européenne au Liban, Rapport final sur les élections législatives du 7 juin 2009, http://aceproject.org/ero-en/regions/mideast/LB/lebanon-final-report-parliamentary-elections-2009-1

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Mirman, « Se réconcilier « entre victimes » pour tenir la lutte : la coordination transversale des familles de disparus au Liban et de leurs alliés de la justice transitionnelle », L’Année du Maghreb, 26 | 2022, 175-191.

Référence électronique

Yves Mirman, « Se réconcilier « entre victimes » pour tenir la lutte : la coordination transversale des familles de disparus au Liban et de leurs alliés de la justice transitionnelle », L’Année du Maghreb [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2021, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/10284 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.10284

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search