Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Chroniques politiquesAlgériePouvoir-Hirak an 2 : les signes d...

Chroniques politiques
Algérie

Pouvoir-Hirak an 2 : les signes de l’impasse ?

Louisa Dris-Aït Hamadouche
p. 197-212

Entrées d'index

Mots-clés :

Algérie, Chronique, 2020

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

1L’année 2020 a commencé officiellement sous le label de « l’Algérie nouvelle ». Abdelmadjid Teboune, élu le 12 décembre 2019, en a fait son thème de campagne et a affirmé qu’il serait au cœur de sa mandature.

2Pour le cercle présidentiel succédant simultanément au chef de l’État par intérim, Abdelkader Ben Salah et au défunt chef d’état-major, Ahmed Gaid Salah, il s’agit de remettre de l’ordre dans un système profondément ébranlé par une succession d’évènements qui ont révélé l’ampleur des fractures politiques et la gravité des dysfonctionnements institutionnels. Ainsi la tâche consiste, d’une part, à rétablir les équilibres internes qui ont garanti la pérennité du système depuis l’indépendance et, d’autre part, à reconstituer une base sociale discréditée et écœurée par les scandales de corruption. Dans les deux cas, le pouvoir juge nécessaire de stopper le soulèvement populaire. Or, la tâche apparaît d’autant plus titanesque que la pandémie de la Covid-19 s’est invitée dans ce contexte de crise comme un facteur à double tranchant.

3En effet, la crise sanitaire s’est greffée sur une situation marquée par de dangereuses ruptures. Révélées au grand jour en 2019 avec le début du Hirak, ces ruptures sont d’autant plus inquiétantes qu’elles déstabilisent, comme jamais auparavant, les élites dirigeantes du pays et qu’elles entérinent le fossé qui sépare gouvernants et gouvernés.

  • 1 . Une expression très populaire résume parfaitement cette idée : « avancer en arrière ».

4Le processus ayant mené à l’élection présidentielle de décembre 2019 (Dris-Aït Hamadouche, 2020) indiquait clairement que la réponse des gouvernants aux revendications du soulèvement populaire écartait toutes perspectives de réformes structurelles et de changement profond, telles que réclamées par le Hirak. Elle s’inscrivait plutôt dans la continuité de la période précédente, c’est-à-dire dans une sorte de parcours paradoxal de pratiques et de décisions où l’on tente d’aller de l’avant en faisant marche arrière1. Inspirés des techniques des gouvernements passés, dans un contexte de crise politique et sanitaire aggravée, le recours aux instruments traditionnels – la répression et la clientélisation – peut-il permettre le retour au statu quo politique antérieur au 22 février 2019 ?

Les limites de la normalisation institutionnelle autoritaire

5Lors de son discours d’investiture, le 19 décembre 2019, le président Abdelmadjid Teboune s’engage à lancer un chantier de réformes dont l’axe cardinal est la révision de la Constitution. Confiée à une commission d’experts dirigée par Ahmed Laraba, professeur de droit international, le processus de révision doit officiellement redéfinir les contours du « nouveau régime » de la « nouvelle Algérie ». Dans les faits, le texte consacre la monopolisation du pouvoir ainsi que le refus de remettre en cause le mode de fonctionnement de l’État.

La nouvelle Constitution : un présidentialisme renforcé

  • 2 . Projet de révision de la constitution, mai 2020, p. 6.

6Le comité d’experts présidé par le professeur Laraba reconnaît d’emblée dans l’exposé des motifs joint à la première mouture du texte de la nouvelle Constitution, que sa mission n’autorise pas la remise en cause des règles régissant les rapports entre les trois pouvoirs. Explicitement, il énumère les prérogatives dévolues au président de la République et non soumises à la révision, à savoir : la suppression du pouvoir de légiférer par ordonnance, le pouvoir de nomination du gouvernement, ainsi que le droit de nommer le tiers présidentiel au Conseil de la nation2.

  • 3 . Journal officiel de la République algérienne (JORA), « Décret présidentiel n° 20-251 du 27 Moharr (...)
  • 4 . Mehenni Ouramdane , « Zeghmati : le Parlement n’a pas le droit de contrôler les actions du présid (...)

7Ainsi la nouvelle Constitution n’a-t-elle pas entamé les prérogatives du président de la Républiques. L’article 91 reconduit quasiment toutes les attributions qui lui sont dévolues dans le précédent texte, c’est-à-dire le pouvoir de nommer aux hautes fonctions civiles et militaires, ainsi qu’à certaines fonctions névralgiques : « le Premier président de la Cour suprême ; le président du Conseil d’État ; le secrétaire général du gouvernement ; le gouverneur de la Banque d’Algérie ; les magistrats ; les responsables des organes de sécurité ; les walis [l’équivalent des préfets français] ; les membres dirigeants des autorités de régulation »3. Autant de fonctions qui confèrent au président de la République toute la latitude de dépasser les velléités de blocage émanant d’un gouvernement issu de la majorité parlementaire. Par ailleurs, la Constitution confère implicitement au chef de l’État le pouvoir de contourner le gouvernement en reconduisant le droit présidentiel de nommer les walis, représentants de l’État au niveau des wilayas (départements). Or, au vu de leur poids dans la vie locale, il est aisé de comprendre l’obsession des présidents algériens à vouloir garder ce privilège. Enfin, signe d’une autonomisation totale du pouvoir présidentiel à l’égard des autres contre-pouvoirs, le président échappe au contrôle du Parlement. L’ancien ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, a expressément défendu cette autonomie en soutenant la thèse selon laquelle le président « ne dépendait pas du pouvoir législatif »4. Si le président apparaît comme indépendant vis-à-vis d’institutions censées jouer le rôle de contre-pouvoirs, peut-on en dire autant de ces rapports avec l’institution militaire ?

La consécration du rôle politique de l’armée

  • 5 . « Après la DCSI, nouvelles nominations à la DDSE de l’ANP : de nouveaux chefs aux “renseignements (...)

8Les constitutions de 2016 et 2020 ont consacré l’Armée nationale populaire (ANP) comme référence cardinale au même titre que les « constantes nationales » à savoir la mémoire, la religion et l’histoire millénaire de l’Algérie. Ainsi cette dernière s’affirme de plus en plus comme le garant d’un édifice politique que le soulèvement populaire du 22 février 2019 a remis en cause. Tant au niveau du discours qu’à celui de l’action, l’institution militaire n’a de cesse de se mettre sur le devant de la scène confortant ainsi son statut d’acteur majeur façonnant l’ordre politique. À titre d’illustration, rappelons que le chef d’état-major Saïd Chengriha a fait partie du cercle restreint de hauts responsables de l’État partis accueillir le président Teboune, à son retour d’Allemagne ; il a assisté, le 31 décembre 2020, à la cérémonie de signature de la loi de finances 2021 ; il a présidé les cérémonies d’installation de nouveaux responsables des appareils sécuritaires avant d’être promu chef d’état-major et général de corps d’armée5.

  • 6 . Le fait d’appeler le chef d’état-major, Said Chegngriha, « mon général » lorsqu’il a été reçu au (...)

9La confirmation du rôle politique de l’armée n’est pas en soi une évolution notable dans la mesure où l’institution militaire a, depuis l’indépendance de l’Algérie, assumé ce rôle. À cette différence près qu’avec Abdelmadjid Teboune, jamais ce rôle ne s’est décliné de façon aussi ostentatoire6. Les précédents présidents s’étaient toujours efforcés de limiter l’influence de cette institution, tantôt en négociant des espaces de liberté de décision, tantôt en limitant les marges de cette dernière.

La projection des forces armées

  • 7 . JORA, « Décret présidentiel n° 20-251 du 27 Moharram 1442 correspondant au 15 septembre 2020 port (...)

10Dans son article 91, alinéa 2, la nouvelle Constitution autorise le président de la République à envoyer « des unités de l’Armée nationale populaire à l’étranger après approbation à la majorité des deux tiers (2/3) de chaque chambre du Parlement »7. Relevons qu’il ne s’agit pas de participation à des opérations de maintien de la paix décidées par l’ONU ou par les organisations régionales dont l’Algérie est membre. Ce cas de figure était déjà mentionné explicitement dans l’article 31.

11L’article 91 reflète une évolution qualitative de la doctrine de défense. Cette (r)évolution aurait dû être l’aboutissement d’un long débat sur la nécessité de réviser certains principes guidant la doctrine de défense et de politique étrangère de l’Algérie. Tel n’a pas été le cas. L’Algérie est passée, sans transition, de la sacralisation du principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des États à l’intervention militaire extérieure. Il est vrai que cette problématique avait été soulevée lors des crises maliennes et libyennes avec en filigrane des pressions émanant de certains pays occidentaux pour que l’Algérie envoie les troupes de l’ANP dans ces deux pays (Benantar, 2017, p. 100). Mais les autorités avaient toujours rejeté cette option.

12Pour l’institution militaire, point de contradiction. Ainsi l’éditorial de la revue El Djeich affirme : « la proposition de participation de l’ANP aux opérations de maintien de la paix, en dehors de nos frontières nationales, est pleinement conforme à la politique étrangère de notre pays qui repose sur des principes fermes et immuables, à savoir le rejet du recours à la guerre et prône la paix, la non-ingérence dans les affaires internes des États ainsi que la résolution des conflits et des différends internationaux par des voies pacifiques, conformément à la légalité internationale représentée par les instances internationales et régionales »8. Dans la même veine, le professeur Ahmed Laraba déclarait : « le fait que l’Algérie puisse participer à ces opérations, si l’article 31 est maintenu, ne signifie pas qu’elle a rompu avec son principe fondamental de non-ingérence dans les affaires intérieures des États »9. Dans ce cas, pourquoi avoir octroyé au président le droit d’envoyer des troupes, tout en le conditionnant à l’approbation des deux tiers du Parlement ?

13À l’évidence les tenants du pouvoir en Algérie ont redouté la réaction négative d’une opinion publique non préparée à voir des soldats engagés sur des terrains de guerre étrangers. Une hostilité d’ailleurs largement exprimée à travers le boycott du référendum et à travers les réseaux sociaux, étant entendu que les médias classiques sont fermés aux voix discordantes.

  • 10 . « Le Conseil constitutionnel proclame les résultats définitifs et officiels du scrutin », APS, 12 (...)

14L’adoption a minima du texte de la Constitution est révélatrice d’une crise de confiance entre le peuple et le pouvoir politique. Officiellement, seuls 23 % de la population s’est rendue aux urnes, alors que le texte aurait été approuvé par 66 % des électeurs10.

15La crise s’installe dans la durée d’autant que certaines décisions présidentielles, notamment celles relatives aux libertés individuelles et collectives, annoncent une crispation autoritaire à venir. Les amendements du code pénal en sont un marqueur tangible.

La criminalisation du Hirak : les prémices d’une crispation autoritaire

16Le 29 avril le journal officiel publie la loi n° 20-06 modifiant et complétant l’ordonnance n° 66-156 du 8 juin 1966 portant code pénal. Quelles sont, en substance, les dispositions de ce nouveau texte ?

  • 11 . JORA, « Loi n° 20-06 du 5 Ramadhan 1441 correspondant au 28 avril 2020 modifiant et complétant l’ (...)
  • 12 . Ibid.

17Parmi les principaux points : le durcissement des sanctions concernant les financements étrangers au profit des associations algériennes ; la création du délit d’outrage à fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions ; ainsi que la criminalisation de la propagation de fausses nouvelles (fake news). Concernant le premier point, la loi sur les associations était déjà très restrictive à propos des dons versés par des organismes étrangers aux associations nationales. Désormais, selon l’article 95 bis du texte : « est puni d’un emprisonnement de cinq (5) à sept (7) ans et d’une amende de 500 000 DA [dinars algériens] à 700 000 DA, quiconque reçoit des fonds, un don ou un avantage, par tout moyen, d’un État, d’une institution ou de tout autre organisme public ou privé ou de toute personne morale ou physique, à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, pour accomplir ou inciter à accomplir des actes susceptibles de porter atteinte à la sécurité de l’État, à la stabilité et au fonctionnement normal de ses institutions, à l’unité nationale, à l’intégrité territoriale, aux intérêts fondamentaux de l’Algérie ou à la sécurité et à l’ordre publics »11. Le texte resserre davantage l’étau sur ces associations au sujet de la peine encourue en mentionnant que cette dernière « est portée au double, lorsque les fonds sont reçus dans le cadre d’une association, d’un groupe, d’une organisation ou d’une entente, quelle qu’en soit la forme ou la dénomination »12.

  • 13 . Ibid.
  • 14 . Ibid.

18Pour ce qui est de l’outrage, les amendements introduits par l’article 144 sont nets et précis : « Est puni d’un emprisonnement de six (6) mois à trois (3) ans et d’une amende de 100 000 DA à 500 000 DA, ou de l’une de ces deux peines seulement, quiconque, dans l’intention de porter atteinte à leur honneur, à leur délicatesse ou au respect dû à leur autorité, outrage dans l’exercice de leurs fonctions ou à l’occasion de cet exercice, un magistrat, un fonctionnaire, un officier public, un commandant ou un agent de la force publique, soit par paroles, gestes, menaces, envoi ou remise d’objet quelconque, soit par écrit ou dessin non rendu public »13. Cette protection est étendue aux imams : « La même peine est applicable, lorsque l’outrage est commis envers un imam, à l’intérieur de la mosquée, à l’occasion de l’exercice du culte »14.  

  • 15 . Ibid.

19Enfin, le chapitre 6 bis concernant « la diffusion et propagation des informations ou nouvelles portant atteinte à l’ordre et à la sécurité publics » a durci le dispositif répressif en précisant dans son article 196 bis : « Est puni d’un emprisonnement d’un (1) an à trois (3) ans et d’une amende de 100 000 DA à 300 000 DA, quiconque volontairement diffuse ou propage, par tout moyen, dans le public des informations ou nouvelles, fausses ou calomnieuses, susceptibles de porter atteinte à la sécurité ou à l’ordre publics. En cas de récidive la peine est portée au double »15.

20Si la nécessité de protéger les agents de l’État est une évidence que nul ne discute, la rédaction de ces articles est, quant à elle, plus que discutable dans la mesure où elle ouvre un boulevard aux abus de pouvoir et aux restrictions des libertés individuelles et publiques. En effet, l’absence totale de définition précise de l’atteinte à l’unité nationale, à la sécurité et l’ordre publics, à l’honneur des officiers publics, etc., sont autant d’autorisations d’emprisonnement.

  • 16 . Verdier Marie, « Toujours plus de répression en Algérie », La Croix, du 21/06/2020, https://www.l (...)
  • 17 . Ces chiffres sont donnés par le Comité national pour la libération des détenus, Algerian detenees(...)

21Les nouveautés introduites dans le code pénal interviennent dans un contexte marqué par plusieurs vagues d’arrestations de militants du Hirak, accusés d’atteinte à l’unité nationale et attroupement non armé, faisant très vite oublier l’espoir suscité par la libération de 70 manifestants en janvier 2020. Tout au long de l’année, les intimidations, les arrestations et l’emprisonnement des militants et activistes du Hirak n’ont pas cessé. Elles ont atteint leur paroxysme après la tentative de reprise des marches le 19 juin. En effet, plus de 500 interpellations ont été opérées dans 23 wilayas16. En octobre, 42 manifestants pacifiques ont été arrêtés à Alger, alors qu’ils commémoraient pacifiquement les manifestations du 5 octobre 1988 (Amnesty International, op cit., p 82). L’année s’achève avec l’incarcération d’une centaine de détenus d’opinion (universitaires, journalistes, jeunes militants, hommes politiques, artistes, membres d’associations de la société civile…) et dix fois plus de poursuite judiciaires17.

22Ces quelques exemples sont révélateurs de la nouvelle vision des rapports que le pouvoir a décidé d’entretenir avec la société civile contestataire et, plus particulièrement, avec les activistes et les militants des droits humains. Dans ce domaine, l’année 2020 signe la criminalisation du Hirak. Mais cette judiciarisation des rapports avec l’opposition a-t-elle suffi à ressouder les cercles décisionnels autour d’un consensus pérenne, susceptible de colmater les fractures du cinquième mandat ?

Le pouvoir politique en quête d’un nouveau consensus interne

23Les poursuites et les arrestations n’ont pas ciblé exclusivement le soulèvement populaire, elles ont aussi concerné d’anciens hauts responsables politiques et des hauts gradés de l’institution militaire et sécuritaire. Elles n’ont pas manqué de susciter des interrogations sur la solidité du pouvoir politique et sur sa capacité à fédérer les forces qui le composent.

24La séquence des limogeages ouverte en 2018 à la suite de l’affaire de la saisie des 700 kilogrammes de cocaïne, s’est poursuivie en 2019 avec l’arrestation, en plein Hirak, de figures majeures de l’establishment militaire et sécuritaire. Les généraux à la retraite Mohamed Medienne, ancien chef du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), Khaled Nezar, ancien ministre de la Défense nationale, Bachir Tertag, en activité, coordinateur des services secrets algériens, en compagnie de deux civils Saïd Bouteflika et Louisa Hanoune. En plus de généraux, des colonels, des lieutenants-colonels et des commandants ont également été arrêtés. Or, le décès de l’instigateur de ces arrestations, le chef d’état-major et vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaid Salah, a eu un effet boomerang.

25Les personnalités placées à l’avant-garde de cette campagne se sont retrouvées de l’autre côté de la barricade : le général Wassini Bouazza, patron de la Direction générale du renseignement intérieur, le général Ghali Belekcir, patron de la Gendarmerie nationale, son adjoint Mounir Zegdoudi, l’adjudant-chef Garmit Bounouira ont été incarcérés. Si G. Belekcir est en fuite, le général Bouaza a été condamné par le tribunal militaire de Bilda à huit ans de prison pour « faux et usage de faux, atteinte à corps constitué, détention d’arme à feu et de munitions de type IV ». Le général Lachkham Abdelkader, patron de la Direction technique au sein des services secrets algériens, le général-major Rachid Chouaki, Directeur des infrastructures militaires, le général-major Mohammed Teboudelt, qui assurait la Direction du matériel militaire du ministère de la Défense nationale (MDN), ainsi que les généraux Cherif Zerad, Ali Lakroum, et Nabil, le patron de la direction centrale de la sécurité de l’armée, ont également été placés sous mandat de dépôt (Alilat, 2020).

26Parallèlement à cette purge au sein de l’institution militaire et sécuritaire, un certain nombre de responsables ont été mis en détention provisoire ou sous contrôle judiciaire. Il s’agit notamment de Houda Imen Feraoun, ex-ministre des Postes et des télécommunications, de Djamila Tamazigh, ministre de l’Industrie et de l’ancien wali d’Alger, Abdelakder Zoukh.

27Ces arrestations et le timing choisi ne manquent pas de soulever des questions quant aux motivations qui les sous-tendent. En effet, si pour certains ministres et walis la liquidation du leg d’Abdelaziz Bouteflika sonne comme une raison ne souffrant d’aucune ambigüité, pour les hauts gradés de l’armée, la lutte de clans revient, dans l’imaginaire de beaucoup d’Algériens, comme la principale explication. D’où la question de savoir si la campagne d’arrestation a correspondu à une opération de « dégaidisation » (liquidation de l’héritage de Gaid Salah) ?

  • 18 . Khaled Nezar, en fuite en Espagne, est rentré par un avion présidentiel affrété spécialement pour (...)
  • 19 . Hocine Benhadid, général à la retraite, a été invité à la cérémonie, organisée par le ministère d (...)

28Si fournir une réponse n’est pas un exercice aisé, force est de constater que la majorité des hauts gradés limogés ou incarcérés étaient réputés proches de l’ancien chef d’état-major de l’armée. De plus, l’acquittement des généraux Medienne et Nezar18 dans l’affaire du complot de la villa d’El Alia tend à conforter cette hypothèse. À cela s’ajoute la réhabilitation du général Hocine Benhadid19, mis en prison sur ordre d’Ahmed Gaid Salah et du commandant Lakhdar Bouragaa, mis lui aussi en prison pour avoir critiqué ouvertement l’état-major de l’armée.

29On le voit donc, l’année 2020 n’a pas clos le chapitre des luttes qui tiraillent les tenants du pouvoir politique. Les campagnes d’arrestation renseignent sur la fragilité des équilibres et les limites d’un modus vivendi reposant sur des alliances à géométrie variable. L’hospitalisation du président Teboune en Allemagne, du 17 octobre au 29 décembre 2020 a d’ailleurs ressuscité les tensions, alimenté les spéculations et ravivé les inquiétudes quant à la capacité des différents clans à trouver la bonne formule pour maintenir les équilibres et afficher la cohésion passée.

Covid-19 : crise sanitaire ou crise systémique ?

30Il est bien connu qu’une crise, même sectorielle, a un effet multiplicateur touchant de nombreux autres secteurs de façon concomitante ou légèrement décalée. C’est le cas de la crise sanitaire qui accentue la situation d’impasse dans laquelle se retrouve l’Algérie en 2020.

La pandémie ravive les réflexes sécuritaires

31Le premier cas de contamination au Covid-19 est signalé le 25 février 2020. Il s’agit d’un ressortissant italien travaillant à Hassi Messaoud, dans la wilaya de Ouargla. Cette information est « marketée » dans le cadre d’une stratégie de communication se voulant rassurante à double titre : d’une part, il s’agit d’un étranger et d’autre part, il se situe dans le lointain sud algérien. Le gouvernement affirme contrôler la situation et la vie quotidienne suit son cours ordinaire. Parallèlement à ce discours rassurant, s’élèvent des voix appelant à des mesures préventives urgentes. Pour des médecins s’exprimant dans la presse, sur les réseaux sociaux et les forums, la situation inquiétante en Asie et en Europe exige que les pouvoirs publics ferment les frontières, sensibilisent la population, imposent des mesures barrières et préparent les structures de santé à faire face à la pandémie. Effectivement, dès le 2 mars, un foyer est détecté dans la wilaya de Blida (au nord), à la suite d’une alerte lancée par la France après la confirmation de l’infection par la Covid-19 de deux citoyens algériens résidant sur le territoire français et ayant séjourné en Algérie (Organisation mondiale de la santé, 2020). À la mi-mars, les autorités décident soudainement l’interdiction des transports en commun et la fermeture, entre autres, des écoles et universités, des magasins jugés non essentiels, des salles de sport et des frontières (Rebah, 2021). Soudaines, ces mesures sont intervenues sans aucune communication préalable. Les autorités restaient sur un discours rassurant, allant jusqu’à conseiller aux manifestants du Hirak de prendre des précautions durant leurs marches populaires. In fine, ce sont les manifestants eux-mêmes qui, conscients du danger, décident volontairement de suspendre les marches hebdomadaires. Ce sont les étudiants qui les premiers suspendent la manifestation du mardi et se mobilisent pour convaincre le reste des manifestants de la nécessité de l’arrêt des manifestations. La tâche n’est pas aisée car, pour bon nombre d’Algériens, la dangerosité de la Covid-19 est perçue comme exagérée par les autorités dans le but de mettre fin au Hirak.

  • 20 . « Covid 19 en Algérie : la barre des 100 000 cas franchie », TSA, 02/01/2021.

32À la fin de l’année, le nombre officiel de contaminés se rapproche officiellement des 100 000 cas20. La première vague arrive en été et donne lieu à un confinement dont les conditions, des plus sévères, imposent un couvre-feu à partir de 15 heures. À l’approche de l’hiver, la deuxième survient avec des chiffres plus élevés que la première.

  • 21 . Ces réseaux s’impliquent dans la fabrication des masques de protection et de gel hydroalcoolique. (...)
  • 22 . APS, « Coronavirus : pénurie de semoule et farine en dépit des stocks disponibles », 24/03/2020.
  • 23 . Hamadi, Souhila, « Ils empêchent une répression à huis clos. Réseaux sociaux, l’arme percutante d (...)

33Les vagues successives de contamination auraient pu ne susciter que des contraintes et des critiques similaires à celles soulevées dans la plupart des pays du monde. Or, des faits aggravants sont venus se greffer sur la crise sanitaire montrant ainsi l’ampleur des dysfonctionnements politiques et institutionnels. Les exemples sont nombreux, contentons-nous d’en prendre quelques-uns à titre d’illustration. Au moment où les autorités exigent d’appliquer les gestes barrières, les moyens prophylactiques de base sont inexistants : le pays connaît une pénurie de gants, de masques, de gel hydroalcoolique et de combinaisons. Les chaines de solidarité se mettent en place, avec la participation active des réseaux nés dans le Hirak21. Le couvre-feu et la fermeture des magasins créent le manque, la spéculation et les réflexes de stockage qui aggravent les pénuries et la hausse des prix22. Lorsque la ville de Blida, premier cluster de la pandémie, est mise en quarantaine, la distribution des denrées alimentaires donnent lieu à des scènes d’émeutes. Les dysfonctionnements tant au niveau des autorités locales que des commerces sont dénoncés sur les réseaux sociaux, images à l’appui, qui se transforment en contre-pouvoir, empêchant le huis-clos23 et donnant un prolongement indispensable à la contestation (Aroufoune, Billel, Durampart, Michel, 2020).

  • 24 . APS, « Covid-19 : des chiffres records jamais enregistrés en Algérie », 10/11/2020.
  • 25 . Interlignes, « Interdiction de la réunion du RCD : la wilaya d’Alger s’explique », 25/09/2020 /ht (...)

34Quand les structures de santé font face à la deuxième vague de Covid-19, la situation est encore plus difficile24. Davantage de contaminations, davantage de cas graves, une pression accrue sur les hôpitaux et toujours le même niveau de désorganisation, de contradictions et d’insuffisances. Dans un contexte politique tendu, l’effet de surprise que l’on pouvait prêter à la première vague n’étant plus d’actualité, les critiques s’accentuent. En effet, cette deuxième vague fait suite à la campagne électorale pour le référendum portant sur la révision de la Constitution. Pendant la campagne, les partis proches du pouvoir tiennent des meetings dans des salles fermées, sans appliquer la moindre mesure barrière (Benali, 2020). Les images des salles de meeting combles font le tour des réseaux sociaux d’autant que les partis politiques de l’opposition sont, au même moment, interdits de meeting, pour cause de risques élevés de contamination25.

  • 26 . L’ordonnance n° 20-01 du 30/07/2020, modifiant et complétant l’ordonnance n° 66-156 du 8/06/1966 (...)

35À l’instrumentalisation politique de la pandémie, s’ajoute l’instrumentalisation judiciaire et sécuritaire. En effet, face à la montée des tensions autour des hôpitaux débordés et des personnels de santé épuisés qui réclament plus de moyens, le chef de l’État promulgue une ordonnance pour le moins surprenante. Celle-ci modifie le code pénal et prévoit dans l’article 149 un « emprisonnement de deux (2) ans à cinq (5) ans et une amende de 200 000 DA à 500 000 DA, de quiconque, dans l’intention de porter atteinte à leur honneur (personnels de la santé), à leur délicatesse ou au respect qui leur est dû »26. Vu que les insuffisances de la gestion gouvernementale de la crise sont diffusées sur les réseaux sociaux, la loi prévoit aussi « un emprisonnement de deux (2) ans à cinq (5) ans et une amende de 200 000 DA à 500 000 DA contre quiconque enregistre des communications ou conversations, capture ou publie sur un site ou sur les réseaux sociaux ou par tout autre moyen, des photos, des vidéos, des nouvelles ou des informations dans l’intention de porter préjudice ou atteinte au professionnalisme ou à l’intégrité morale d’un professionnel de santé ». Des poursuites judiciaires sont effectivement mises en œuvre contre des personnes ayant diffusé les images de l’état des malades et des hôpitaux pendant la crise sanitaire.

Statu quo économique : l’impasse

36Comme tous les pays du monde, l’économie algérienne a subi de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire (Said, 2020). À la différence d’autres pays, l’économie algérienne était déjà en situation critique depuis 2014.

37Commençons par une vue d’ensemble avec les principaux indicateurs économiques. La croissance du PIB est passée de 1,2 % en 2018 à -6,5 % en 2020. Le déficit budgétaire rapporté au PIB a quasiment doublé passant de 6,9% à 13,5 % et la dette publique a gonflé passant de 38,2 % à 57,2 % du PIB. Ces résultats sont la conséquence de la chute concomitante du prix du pétrole, du niveau des exportations algériennes et de l’accroissement des dépenses publiques visant à atténuer les retombées économiques de la crise sanitaire. En effet, l’OPEP a décidé en mars la réduction des quotas des pays membres afin de faire face à la baisse de la demande mondiale. Ainsi, la production journalière de l’Algérie a tourné autour de 800 000 barils/jour soit 11,4% de moins qu’en 2019, tandis que le prix du baril atteignait 17$ en avril, soit un mois après l’apparition de la pandémie en Algérie (CARE, 2020). Les baisses de la production d’hydrocarbures et des exportations ont plongé l’économie algérienne dans la récession, augmentant tous les déficits publics et extérieurs (Groupe de la banque africaine de développement, 2021). Le niveau des réserves en devises a baissé, pour atteindre 12 mois d’importations à la fin de 2020, contre 13,6 mois à la fin de 2019. Le déficit de la balance courante a également augmenté, passant de 10 % du PIB en 2019 à 14, 8% en 2020. Enfin, le dinar a perdu en moyenne 20 % de sa valeur par rapport à l’euro et près de 10 % par rapport au dollar américain.

38Les mesures prises pour lutter contre la Covid-19 ont considérablement impacté l’emploi (Koriche, 2020). Dans le secteur des services et de la construction, des milliers d’emplois ont disparu : l’industrie de l’énergie a perdu 6,8% de ses emplois ; les hydrocarbures 8,5% ; l’industrie sidérurgique, mécanique, électrique et électronique (ISMEE) 4,9% ; le cuir 54,7 % ; le bois 37 % ; et le textile 26,6 %. À la fin de l’année 2020, près des deux tiers des entreprises avaient réduit, gelé ou retardé leur recrutement en raison des restrictions liées à la crise sanitaire. Résultat, les demandes d’emploi étaient deux fois plus importantes que les offres, soit près de 700 000 demandes pour 200 000 offres (CARE, 2020).

  • 27 . World Bank Document, « Algérie. Bulletin de conjoncture, Accélérer le rythme des réformes pour pr (...)

39En raison du confinement et de l’incertitude économique, la consommation privée ainsi que l’investissement ont enregistré de fortes baisses. Selon l’enquête sur le pouls des entreprises Covid-19 (COVEPE), 32 % des entreprises interrogées demeuraient totalement ou partiellement fermées en 2020. 79 % des entreprises ont signalé une baisse de leurs ventes de 56 % en moyenne, et bien plus pour les entreprises du bâtiment et du transport. Ainsi, Air Algérie a enregistré des pertes de 290 millions de dollars en 202027.

  • 28 . CARE, Enquête statistique. Impact de la crise du Covid sur les entreprises, 14/12/2020.

40Les mesures gouvernementales pour soutenir les entreprises n’ont quasiment pas eu d’impact car pas ou peu appliquées : 77 % des entreprises ont vu leur chiffre d’affaires réduit de plus de la moitié ; seulement 11 % d’entre elles ont jugé ces mesures performantes, alors que 47% les ont considérées inefficaces ; in fine, 61 % des entreprises se sont retrouvées en situation de besoin urgent de liquidité pour faire face au paiement des salaires28.

41Malgré la gravité de tous ces indicateurs, la communication gouvernementale a continué d’affirmer que l’Algérie avait les moyens de faire face aux effets économiques de la pandémie, sans recourir à l’endettement extérieur. Cette affirmation a été plusieurs fois réitérée. Pour les responsables, les ressources endogènes existent et si les investissements ne décollent pas, c’est en raison d’une stratégie hostile, assimilable à une sorte de complot, celui-là même qui a causé la crise des liquidités, les pénuries de produits alimentaires, les critiques à l’égard de la gestion de l’enseignement à distance (dans l’éducation primaire et secondaire comme dans l’enseignement supérieur) ou encore le manque de matériels sanitaires de lutte contre la dissémination de la Covid-19.

  • 29 . Lamriben Hocine, « Mohamed Saïb Musette, sociologue au CREAD : “Plus de 80% des travailleurs algé (...)
  • 30 . Rabhi Meziane, « La saignée ! », Liberté, 28/08/2021.
  • 31Ibid.
  • 32 . Nesrouche Nouri, « Le phénomène avait sensiblement reculé durant le Hirak : Explosion sans précéd (...)
  • 33 . Discussions de l’auteure avec des manifestants dans le Hirak.

42La dégradation de la situation socioéconomique, le contexte politique répressif et sans perspective, ont accéléré les vagues de migration régulière et irrégulière En effet, 83 % des travailleurs algériens aspirent à quitter le pays en 2020, alors que la moyenne mondiale est très inférieure et se situe à 50,4 %29. Durant la même période, plus de 20 000 tentatives de migration irrégulière par voie maritime ont été avortées30. Le nombre de ceux qui ont pu rejoindre les côtes européennes, ainsi que ceux qui meurent ou disparaissent sont méconnues. À ces migrations s’ajoutent celles des cadres de haut niveau, notamment les ingénieurs et les médecins, qui s’accélèrent. Les chiffres sont douloureux : un diplômé algérien sur deux affiche son intention de quitter l’Algérie. Ceux qui veulent partir sont principalement des diplômés des filières scientifiques et techniques. Trouver un emploi pour ces populations ne suffit pas à créer la volonté de rester. Les résultats d’une enquête du CREAD, auprès des étudiants algériens en France, font ressortir que 78 % d’entre eux déclarent ne pas avoir l’intention de retourner en Algérie à la fin de leurs études ; 57 % envisagent de s’installer en France, tandis que 21 % se préparent à partir pour un autre pays. In fine, seuls 22 % envisagent de retourner en Algérie31. Dans le passé récent, les premiers mois du Hirak avaient créé la volonté non seulement de rester en Algérie32, mais suscité une envie de retour33. Le passage en force de l’élection présidentielle, ainsi que la répression grandissante ont inversé les tendances.

Conclusion

43L’année 2020 est marquée, une fois de plus, par le face-à-face pouvoir/Hirak en Algérie. En plus, la pandémie de la Covid-19 a pesé de tout son poids, affaiblissant ou renforçant l’un et l’autre sur certains aspects.

44Les risques sanitaires ont privé le soulèvement populaire de l’un de ses instruments d’expression les plus visibles. En effet, par souci de préserver la santé publique, les acteurs du Hirak ont décidé de suspendre les marches populaires avant même que les autorités n’annoncent des mesures de protection et de confinement. Durant cette période, les militants ont été poursuivis, arrêtés, mis quasi automatiquement sous mandat de dépôt et emprisonnés pour des motifs allant, dans l’écrasante majorité des cas, de l’ « atteinte à l’unité nationale » à l’« attroupement non armé », en passant par les « incitations à attroupement non armé » ou la « mise en doute des capacités de l’État ». Criminalisé, privé de l’impact des manifestations pacifiques, le soulèvement populaire est-il dans l’impasse ? Sur les réseaux sociaux, des doutes sont exprimés et la peur s’installe, d’autant que les arrestations et les condamnations sont consécutives, la plupart du temps, à de simples publications sur le net.

45Cependant, le Hirak étant un mouvement citoyen, c’est sur le terrain de la citoyenneté qu’il va de nouveau s’exprimer. Les mesures de confinement ont plongé des pans entiers de la société dans la précarité due aux pertes d’emplois. Les collectifs et les réseaux nés dans le Hirak se sont transformés en réseaux de solidarité d’ordre sanitaire et économique, tout en continuant de dénoncer les incompétences et les injustices et la répression croissante. Un sentiment d’être dans l’impasse est largement exprimé sur les réseaux sociaux.

46En parallèle, le président Teboune a mené tambour battant un processus de normalisation institutionnelle dont la deuxième étape est la révision de la Constitution. Elle a lieu en plein milieu de la deuxième vague de la Covid-19, ce qui a rendu ce rendez-vous moralement contestable et politiquement contesté. Le référendum constitutionnel a été organisé un 1er novembre, date particulière s’il en est, mais a enregistré le taux de participation le plus faible de l’histoire de l’Algérie indépendante. Il révèle l’incapacité des gouvernants à convaincre et à mobiliser, y compris leurs partisans traditionnels. Pire encore, les scandales, les limogeages et les arrestations au sein même de la hiérarchie militaire donnent davantage l’impression de règlements de compte qu’une opération main propre. Sur le plan politique, une double impasse sanctionne les relations verticales (gouvernants/gouvernés) et horizontales (intra-pouvoir). Sur un autre plan, les gouvernants ne parviennent ni à renouveler une base sociale sur laquelle s’appuyer pour gouverner, ni à gérer la pandémie, et encore moins à relancer la machine économique. Plus le temps passe et moins il existe d’options susceptibles de maintenir le statu quo à moindre coût. La criminalisation du Hirak étant devenue évidente, le recours à la politique sécuritaire pourrait en être la conséquence.

Haut de page

Bibliographie

Alilat Farid, 2020, « Algérie : comment Tebboune démantèle les réseaux de Gaïd Salah dans l’armée » Jeune Afrique, 26/08/2020 , https://www.jeuneafrique.com/1034565/politique/algerie-comment-tebboune-demantele-les-reseaux-de-gaid-salah/Consuté le 25/09/2021 à 22.01

Aroufoune Billel, Durampart Michel, 2020, « Le Hirak algérien ou l’émergence d’une expression citoyenne en contexte autoritaire », https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02969779/document

Benantar Abdenour, 2016, “The state and the dilemma of security policy”, in Luis Martinez and Alenius Boserup Rasmus (eds.), Algeria Modern From opacity to complexity, Londres, Hurst/New York, Oxford University Press, p. 93-110.

Cahier du CREAD, 2020, « Spécial crise sanitaire et économie », n° 3, 18/07/2020.

CARE, 2020, « Note de conjoncture, 2ème et 3ème trimestre 2020 et prévisions de clôture pour l’année 2020 », file:///C:/Users/pc/AppData/Local/Temp/autres_Note-Conjoncture-2-3-T2020-20122020-121.pdf.

Dris-Aït Hamadouche, Louisa, 2020, « Algérie 2019. Hirak algérien : des ruptures confirmées et des réconciliations inattendues », L’Année du Maghreb, n°23, p. 189-202.

Groupe de la banque africaine de développement, « Perspectives économiques en Algérie », 2021, https://www.afdb.org/fr/countries/north-africa/algeria/algeria-economic-outlook

Koriche Nasr-Eddine, 2021, « Impact des mesures de prévention de l’épidémie Covid-19 : fragmentation du monde du travail sur la question l’emploi et du revenu », in Hafida Ameyar (dir.), L’Algérie dans la pandémie du Coronavirus, Crise, Hirak et décantations, Alger, Éditions les Amis de Benzine.

Organisation mondiale de la santé, 2020, « Rapport de situation sur l’épidémie du Covid 19 en Algérie », n° 23, novembre, https://www.afro.who.int/sites/default/files/2020-12/compilation%20des%20rapports%20de%20situation%20du%20mois%20de%20novembre%202020.pdf

Rebah Abdellatif, 2021, « L’économie algérienne face à la pandémie du coronavirus. Un monde secoué par une crise sans précédent », in Ameyar Hafida (dir.) L’Algérie dans la pandémie du Coronavirus, Crise, Hirak et décantations, Alger, Editions les Amis de Benzine.

Said Kaci, 2021, « L’effet De La Pandémie De Covid-19 Sur L’activité économique En Algérie », Les cahiers du CREAD, vol 36, n° 3, p. 107-130.

Haut de page

Notes

1 . Une expression très populaire résume parfaitement cette idée : « avancer en arrière ».

2 . Projet de révision de la constitution, mai 2020, p. 6.

3 . Journal officiel de la République algérienne (JORA), « Décret présidentiel n° 20-251 du 27 Moharram 1442 correspondant au 15 septembre 2020 portant convocation du corps électoral pour le référendum relatif au projet de révision de la Constitution », n° 54, 16/09/2020.

4 . Mehenni Ouramdane , « Zeghmati : le Parlement n’a pas le droit de contrôler les actions du président », Algérie-Eco, 09/09/2020, https://www.algerie-eco.com/2020/09/09/zeghmati-le-parlement-na-pas-le-droit-de-controler-les-actions-du-president/ consulté le 15/09/2021.

5 . « Après la DCSI, nouvelles nominations à la DDSE de l’ANP : de nouveaux chefs aux “renseignements” de l’armée », Reporters, 18/04/2020, https://www.reporters.dz/apres-la-dcsi-nouvelle-nomination-a-la-ddse-de-lanp-de-nouveaux-chefs-aux-renseignements-de-larmee/, consulté le 26/09/2021.

6 . Le fait d’appeler le chef d’état-major, Said Chegngriha, « mon général » lorsqu’il a été reçu au salon d’honneur de l’aéroport militaire de Boufarik, à son retour d’Allemagne où il est allé se faire soigner, est un indicateur révélateur de ce rapport de parité qui s’est installé entre le président Teboune et le chef d’état-major de l’armée qui, par ailleurs, n’occupe aucune fonction politique.

7 . JORA, « Décret présidentiel n° 20-251 du 27 Moharram 1442 correspondant au 15 septembre 2020 portant convocation du corps électoral pour le référendum relatif au projet de révision de la Constitution », n° 54, 16/09/2020.

8 . Repris par l’Agence Presse Service (APS), 10/06/2020, https://www.aps.dz/algerie/106021-la-participation-de-l-anp-aux-operations-de-maintien-de-la-paix-conforme-a-la-politique-etrangere-de-l-algerie.

9 . « L’envoi de troupes de l’ANP en dehors des frontières ne remet pas en cause la doctrine de non-ingérence de l’Algérie », APS, 02/06/2020, https://www.aps.dz/algerie/105691-l-envoi-de-troupes-de-l-anp-en-dehors-des-frontieres-ne-remet-pas-en-cause-la-doctrine-de-non-ingerence-de-l-algerie.

10 . « Le Conseil constitutionnel proclame les résultats définitifs et officiels du scrutin », APS, 12/11/2020. https://www.aps.dz/algerie/112733-le-conseil-constitutionnel-proclame-les-resultats-definitifs-et-officiels-du-scrutin.

11 . JORA, « Loi n° 20-06 du 5 Ramadhan 1441 correspondant au 28 avril 2020 modifiant et complétant l’ordonnance n° 66-156 du 8 juin 1966 portant code pénal », n° 25.

12 . Ibid.

13 . Ibid.

14 . Ibid.

15 . Ibid.

16 . Verdier Marie, « Toujours plus de répression en Algérie », La Croix, du 21/06/2020, https://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Toujours-repression-Algerie-2020-06-21-1201100978. Consulté le 23/09/2021 à 23h28.

17 . Ces chiffres sont donnés par le Comité national pour la libération des détenus, Algerian detenees, la LADDH et le militant Zaki Hannache.

18 . Khaled Nezar, en fuite en Espagne, est rentré par un avion présidentiel affrété spécialement pour lui au moment où le président Teboune était en Allemagne en train de se faire soigner.

19 . Hocine Benhadid, général à la retraite, a été invité à la cérémonie, organisée par le ministère de la Défense pour célébrer le 58e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, qui s’est tenu le 5 juillet au cercle de l’armée. Il a été accueilli chaleureusement par le chef d’état-major, Said Chengriha.

20 . « Covid 19 en Algérie : la barre des 100 000 cas franchie », TSA, 02/01/2021.

21 . Ces réseaux s’impliquent dans la fabrication des masques de protection et de gel hydroalcoolique. Ils rassemblent et distribuent des produits alimentaires pour les familles qui se retrouvent du jour au lendemain sans ressources. Certains d’entre eux se retrouveront un an plus tard en prison, accusés de bénéficier de financements étrangers ou de porter atteinte à l’unité nationale.

22 . APS, « Coronavirus : pénurie de semoule et farine en dépit des stocks disponibles », 24/03/2020.

23 . Hamadi, Souhila, « Ils empêchent une répression à huis clos. Réseaux sociaux, l’arme percutante du Hirak », Liberté, 22/09/2021.

24 . APS, « Covid-19 : des chiffres records jamais enregistrés en Algérie », 10/11/2020.

25 . Interlignes, « Interdiction de la réunion du RCD : la wilaya d’Alger s’explique », 25/09/2020 /https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwiOhf_9q_HyAhWM5OAKHR-5A0oQFnoECAsQAQ&url=https%3A%2F%2Fwww.inter-lignes.com%2Finterdiction-dune-reunion-du-rcd-la-wilaya-dalger-sexplique%2F&usg=AOvVaw2yfmQa_X7TNoRYrzZAFh8s

26 . L’ordonnance n° 20-01 du 30/07/2020, modifiant et complétant l’ordonnance n° 66-156 du 8/06/1966 portant Code pénal.

27 . World Bank Document, « Algérie. Bulletin de conjoncture, Accélérer le rythme des réformes pour protéger l’économie algérienne », printemps 2021, https://documents1.worldbank.org/curated/en/275471626885829889/pdf/Algeria-Economic-Monitor-Accelerating-Reforms-to-Protect-the-Algerian-Economy.pdf, p. 6.

28 . CARE, Enquête statistique. Impact de la crise du Covid sur les entreprises, 14/12/2020.

29 . Lamriben Hocine, « Mohamed Saïb Musette, sociologue au CREAD : “Plus de 80% des travailleurs algériens aspirent à la mobilité internationale” », El Watan, 17/03/2021.

30 . Rabhi Meziane, « La saignée ! », Liberté, 28/08/2021.

31Ibid.

32 . Nesrouche Nouri, « Le phénomène avait sensiblement reculé durant le Hirak : Explosion sans précédent de la harga », El Watan, 16/11/2020.

33 . Discussions de l’auteure avec des manifestants dans le Hirak.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « Pouvoir-Hirak an 2 : les signes de l’impasse ? », L’Année du Maghreb, 26 | 2022, 197-212.

Référence électronique

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « Pouvoir-Hirak an 2 : les signes de l’impasse ? », L’Année du Maghreb [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/10362 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.10362

Haut de page

Auteur

Louisa Dris-Aït Hamadouche

Politologue Professeure à la faculté des sciences politiques et relations internationales, Alger 3.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search