Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Chroniques politiquesAlgérieChronologie Algérie 2020

Chroniques politiques
Algérie

Chronologie Algérie 2020

Louisa Dris-Aït Hamadouche
p. 210-212

Entrées d'index

Mots-clés :

Algérie, Chronologie, 2020

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

12 janvier : nomination du premier gouvernement coordonné par Abdelaziz Djerrad, entrée en fonction le 4 janvier. Libération d’une trentaine de détenus d’opinion, dont le moudjahid octogénaire Lakhdar Bouregaa, le général Benhadid et l’artiste caricaturiste Abdelhamid Amine. Environ 140 prisonniers d’opinion restent encore incarcérés.
8 janvier : le président Teboune met en place une commission d’experts de 17 membres – dont une majorité de professeurs de droit constitutionnel – pour rédiger une première version de la nouvelle Constitution.
14 janvier : la nouvelle marche estudiantine dévoile un texte en quatorze points réclamant une transition politique, de nouvelles élections législatives et locales, ainsi qu’une ouverture médiatique.
25 janvier : le Pacte de l’alternative démocratique (PAD), coalition progressiste appelle à l’organisation d’une « conférence nationale indépendante du système » dont le but serait de définir les modalités, les règles et les échéances consensuelles d’une transition démocratique.
Février : 16 cas confirmés de Covid-19 au sein d’une seule famille à Blida, contaminés lors d’une fête familiale.
20 février : « Journée nationale de la fraternité et de la cohésion entre le peuple et son armée pour la démocratie ».
22 février 2020 : 1er anniversaire du Hirak.
25 février : premier cas « officiel » de covid-19, « importé » par le ressortissant italien à Hassi Messaoud.
5 mars : les médias révèlent que le secrétaire particulier de Gaïd Salah, l’adjudant-chef Guermit Bounouira a fui l’Algérie et tente d’obtenir l’asile à l’étranger en échange d’informations et de documents hautement sensibles.
12 mars : fermeture des écoles, universités, crèches, établissements de formation, salles de sport et de fêtes, suspension des moyens de transport, terrestres, maritimes et aériens, rapatriement des étudiants algériens en Chine.
16 mars : 25 professeurs de médecine et membres de professions médicales proches du Hirak appellent les Algériens à suspendre les manifestations. Les principales organisations étudiantes annoncent alors une suspension des marches du mardi.
17 mars : fermeture des frontières terrestres et aériennes.
20 mars : premier vendredi sans manifestations populaires. Les Hirakistes décident de suspendre les marches pour éviter la propagation de la pandémie.
29 mars : condamnation à deux ans de prison ferme du journaliste Khaled Drareni pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’unité nationale ». Il est devenu un symbole du combat pour la liberté de la presse.
Avril : vagues d’arrestations : le général Ouassini Bouaaza (ancien chef de la direction générale de la sécurité intérieure DGSI) ; le général Kamel Belmiloud (ancien directeur central de la sécurité de l’armée, DCSA) ; le général Abdelkader Lachkhem, directeur central des transmissions au MDN ; exfiltration de l’adjudant-chef Guermit Bounouira de Turquie.
20 avril : manifestations commémorant le printemps amazigh de 1980. Des manifestants du MAK (mouvement indépendantiste ultra-minoritaire) brandissent leurs slogans sans être inquiétés par les forces de l’ordre.
2 mai : Le chanteur Idir, l’un des principaux ambassadeurs de la chanson kabyle, s’est éteint à l’âge de 70 ans.
7 mai : la mouture de la nouvelle Constitution est diffusée de façon restreinte et sélective malgré la promesse d’un débat public.
Juin : une soixantaine de militants du Hirak sont en prison.
23 juin : première condamnation par le tribunal militaire du général Ouassini Bouaza, ancien chef de la direction générale de la sécurité intérieure.
2 juillet : Les restes mortuaires de 24 résistants algériens à la colonisation française ont été restitués par la France à l’Algérie. Pendant la période coloniale, afin d’éviter que leurs sépultures en Algérie ne deviennent un symbole de résistance pour la population, leurs crânes avaient été transférés en France. Ces restes mortuaires, considérés comme des trophées de guerre par l’armée française, ont été conservés jusqu’à leur rapatriement dans des cartons au musée de l’Homme à Paris.
24 juillet : libération du général-major à la retraite M’henna Djebbar (directeur central de la sécurité de l’armée). Arrêté en octobre 2019, il avait été condamné à huit ans de prison pour « enrichissement illicite » et « trafic d’influence ».
4 août : une nouvelle loi est introduite dans le code pénal. Elle prévoit des peines de prison à l’encontre de toute personne qui détruit les biens des structures de santé, commet une agression verbale ou physique à l’encontre des personnels du secteur, ou prend et diffuse des photos et vidéos sur les réseaux sociaux et sites électronique portant atteinte à la profession.
10 septembre : le Parlement adopte sans débat la nouvelle Constitution à l’unanimité des voix exprimées.
5 octobre : des manifestants bravent l’interdiction de manifester pour revendiquer la démocratisation de l’Algérie. Des dizaines d’arrestations sont enregistrées.
24 octobre : Le président Teboune annonce son confinement volontaire pour une période de cinq jours.
28 octobre : Le président Teboune est transféré en Allemagne pour des « examens médicaux approfondis », selon un communiqué de la présidence, après l’annonce de cas suspects du nouveau coronavirus dans l’entourage du chef de l’État. Inauguration de Djamaâ el-Djazaïr pour une première et unique prière du vendredi.
1er novembre : adoption de la nouvelle Constitution par référendum populaire avec un taux de participation de 23,84 %, 66,80 % de « oui », contre 33,20 % de « non ».
4 novembre : décès des suites de la Covid-19 du héros de l’indépendance algérienne et figure du Hirak, Lakhdar Bouregaa à l’âge de 87 ans.
1er décembre : décès de l’ex-archevêque d’Alger Henri Teissier. Profondément attaché à l’Algérie, le défunt avait obtenu la nationalité algérienne en 1965. Il a été enterré le 9 décembre à la basilique Notre Dame d’Afrique.
13 décembre : Le chef de l’État fait sa première réapparition publique dans une vidéo publiée sur Twitter.
17 décembre : Le couscous fait son entrée au patrimoine immatériel de l’humanité par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).
18 décembre : décès de l’ancien ministre de l’Intérieur Noureddine Yazid Zerhouni à l’hôpital militaire de Ain Naâdja (Alger), à l’âge de 83 ans des suites d’une longue maladie.
29 décembre : retour du chef de l’État après près de trois mois d’absence et de silence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « Chronologie Algérie 2020 », L’Année du Maghreb, 26 | 2022, 210-212.

Référence électronique

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « Chronologie Algérie 2020 », L’Année du Maghreb [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/10364 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.10364

Haut de page

Auteur

Louisa Dris-Aït Hamadouche

Politologue, professeure à la faculté des sciences politiques, Alger 3.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search