Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Chroniques politiquesLibyeChronologie Libye 2020

Chroniques politiques
Libye

Chronologie Libye 2020

Chiara Loschi et Chiara Pagano
p. 237-240

Entrées d'index

Mots-clés :

Libye, Chronique, 2020

Géographie :

Libye
Haut de page

Texte intégral

14 janvier : les Forces armées arabes libyennes (FAAL) sous le commandement du général Khalifa Haftar mènent une frappe aérienne sur une académie militaire à Tripoli. Réaction du ministère turc de la Défense nationale contre l’attaque.
6 janvier : les FAAL déclarent occuper Syrte après la défection de la brigade Madkhali 604, présente dans la ville.
12 janvier : un cessez-le-feu, proposé début janvier par la Russie et la Turquie, est annoncé. Toute fois le même jour les FAAL affirment qu’elles n’accepteront le cessez-le-feu qu’à la condition que l’autre partie le respecte. Manque d’un accord complet.
19 janvier : la « Conférence de Berlin sur la Libye » rassemble des dirigeants politiques des États présumés avoir violé l’embargo sur les armes en Libye et d’autres puissances internationales. Fayez al Sarraj, premier ministre du GUN et le général Haftar sont présents à Berlin, sans participer officiellement aux négociations. Les conclusions de la Conférence prévoient des étapes pour la résolution du conflit libyen et le processus des dialogues, créent un comité de suivi militaire 5+5 GUN+FAAL et un comité international de suivi pour surveiller les progrès du processus de paix en Libye.
3 février : le « Comité militaire conjoint 5+5 GUN+FAAL » commence des réunions à Genève dans le cadre du processus de paix en trois points établis par Ghassan Salamé, représentant spécial du secrétaire général et chef de la Mission d’appui des Nations unies en Libye (MANUL).
17 février : le Conseil des affaires étrangères de l’Union européenne parvient à un accord politique sur le lancement d’une nouvelle opération militaire PSDC (politique de sécurité et de défense commune) de l’Union européenne en Méditerranée pour remplacer l’EUNAVFOR MED Sophia, en fin de mandat.
26 février : la MANUL lance à Genève les réunions du volet politique du processus de paix libyen, rassemblant membres de la Chambre des Représentants, des personnalités indépendantes sélectionnées, et des représentants du Haut Conseil d’État. Ce dernier, le même jour, déclare se retirer des négociations.
2 mars : Ghassan Salamé démissionne. Stephanie Williams est nommée représentante spéciale par intérim du secrétaire général des Nations unies.
23 mars : premier cas d’infection à la Covid-19 enregistré en Libye.
26 mars : après que les FAAL ont occupé Zelten, al-Assah, al-Jmail et Regdalin sur la côte nord-ouest, le Premier ministre, Fayez al-Sarraj, annonce le lancement de l’opération « Tempête de la paix ».
31 mars : le Conseil de l’Union Européenne adopte la décision d’établir la nouvelle opération militaire PSDC (politique de sécurité et de défense commune) de l’Union européenne en Méditerranée EUNAVFOR MED IRINI avec un mandat allant jusqu’au 31 mars 2023.
7 avril : les FAAL de Haftar frappent la maternité de l’hôpital al-Khadra de Tripoli.
13 avril : les forces du GUN déclarent avoir repris le contrôle des villes occupées par les FAAL : Sorman, Sabratha, al-‘Ajaylat, al-Jmail, Regdalin, Zelten et al-Assah, reprenant contrôle de la côte ouest de la Libye et de la frontière avec la Tunisie.
16 avril : les forces du GUN commencent le siège à al-Watiya, la seule base aérienne occupée par les FAAL depuis le lancement de l’opération.
17 avril : introduction du confinement et interdiction de déplacement des individus pour bloquer la diffusion du Covid-19.
18 avril : les forces du GUN lancent une offensive sur la ville de Tarhouna.
5 mai : les forces du GUN lancent une offensive pour capturer la base aérienne d’al-Watiya.
9 mai : les FAAL lancent une attaque massive au mortier sur l’aéroport international de Mitiga, détruisant un dépôt de carburant et des avions civils.
18 mai : les forces du GUN reprennent contrôle de la base aérienne d’al-Watiya. L’épisode change l’équilibre des forces en faveur du GUN et met officiellement fin à l’offensive de l’armée du général Haftar sur Tripoli.
28 mai : Fayez al Sarraj pour le GUN et le premier ministre maltais Robert Abela signent à Tripoli un accord de lutte contre l’immigration clandestine.
3 juin : Le GUN reprend control de l’aéroport international de Tripoli.
27 juillet : la Représentante spéciale par intérim du secrétaire général et chef de la mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL), Stephanie Williams, annoncé le début d’un audit international des deux branches de la Banque centrale de Libye par la société Deloitte désignée selon les critères contractuels de l’ONU, après avis des experts libyens et internationaux.
18 août : élections du Conseil municipal de Ghat.
21 août : al-Sarraj pour le GUN et Aguila Saleh pour les FAAL annoncent parallèlement un cessez-le-feu.
23 août : début des protestations à Tripoli, Misrata et Zawiya autour la dégradation des conditions de vie à la suite de la pandémie de Covid-19 et du conflit : coupures d’électricité et d’eau, manque de carburant et de gaz de cuisine, manque de liquidités et absence de sécurité.
2 septembre : le porte-parole de l’est de la Commission centrale pour les élections des conseils municipaux (CCMCE) annonce à Benghazi le projet d’organiser des élections municipales avec le soutien de la communauté locale dans 15 municipalités de la partie est de la Libye contrôlée par les FAAL, dont Derna et Al Qubbah.
3 septembre : élections du conseil municipal de Misrata.
7 septembre : négociations de paix à Montreux, en Suisse, entre les principales parties prenantes libyennes, avec le soutien de la MANUL et du Centre pour le dialogue humanitaire, afin de parvenir à une résolution du conflit entre Libyens. Les participants se mettent d’accord sur un calendrier pour la tenue d’élections parlementaires et présidentielle en 2021.
11 septembre : négociations à Bouznika, au Maroc, entre les représentants du Haut Conseil d’État et de la Chambre des représentants, pour discuter de l’exercice des fonctions de souveraineté. Parmi ces dernières sont débattues celles relatives aux dirigeants de la Banque centrale, de la Société nationale de pétrole et des forces armées. Le même jour : début des protestations contre la dégradation des conditions de vie à Benghazi, puis à al-Bayda, Sabha and Marj.
13 septembre : deux cents manifestants ont protesté à Tripoli face au siège du Conseil présidentiel contre les mauvaises conditions de vie et ont réclamé des élections et des réformes politiques.
16 septembre : Fayez al-Sarraj déclare qu’il démissionnera de son poste vers la fin octobre 2020.
18 septembre : Haftar annonce la levée, sous conditions, du blocus sur les champs et ports pétroliers.
23 octobre : les membres du comité militaire 5+5 conviennent d’un accord de cessez-le-feu. Un document en 12 points est conclu à Genève.
31 octobre : Fayez al-Sarraj annule sa décision de démissionner.
7 novembre : le Forum de dialogue politique libyen (FDPL) s’ouvre à Tunis, avec 75 membres choisis par la MANUL. Certaines personnalités de l’Est contestent la caractère opaque les modalités de choix des membres jugées pas claires, et sur des membres du FDPL controversés (selon certains).
15 novembre : le FDPL approuve la feuille de route « For the Preparatory Phase of a Comprehensive Solution », établissant les étapes et les principes généraux pour la reprise du processus politique, avec des élections présidentielle et parlementaires prévues pour le 24 décembre 2021.
1er décembre : réunion consultative à Tripoli rassemblant les principaux acteurs économiques du pays pour résoudre la question du gel des revenus pétroliers de la Libye. La réunion ouvre la voie à la tenue d’une réunion unifiée du conseil d’administration de la Banque centrale de Libye (BCL) et au débat pour l’unification des budgets de l’ouest et de l’est.
7 décembre : la Banque centrale de Libye sise à Tripoli annonce que son conseil d’administration a tenu une réunion « préliminaire ».
15 décembre : lancement de deux jours de réunion des représentants des institutions économiques libyennes à Genève par la MANUL. Sont également présents les coprésidents du groupe de travail économique, les États-Unis, l’UE et l’Égypte pour discuter des réformes de l’économie libyenne.
16 décembre : le conseil d’administration de la Banque centrale de Libye prend la décision d’unifier le taux de change dans le pays.
21 décembre : élections des conseils municipaux d’al-Rajban et Zawiya.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chiara Loschi et Chiara Pagano, « Chronologie Libye 2020 », L’Année du Maghreb, 26 | 2022, 237-240.

Référence électronique

Chiara Loschi et Chiara Pagano, « Chronologie Libye 2020 », L’Année du Maghreb [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/10369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.10369

Haut de page

Auteurs

Chiara Loschi

Chercheuse post-doctorante en sciences politiques, Université de Bologne, Italie, ERC Processing Citizenship ; CITERES-EMAM.

Articles du même auteur

Chiara Pagano

Chercheuse post-doctorante en sciences humaines et sociales, Université de Bologne, Italie, H2020 MERGING; chercheuse associée au projet Regions2050, Wits Institute, Université de Witwatersrand, République d’Afrique du Sud.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search