Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Chroniques politiquesMarocLutte contre la pandémie du Covid...

Chroniques politiques
Maroc

Lutte contre la pandémie du Covid-19, répression des voix dissidentes et retournement diplomatique : la gouvernance de la Monarchie exécutive et le discrédit du chef du gouvernement

Thierry Desrues
p. 243-268

Entrées d'index

Mots-clés :

Maroc, Chronique, 2020

Géographie :

Maroc
Haut de page

Notes de l'auteur

Cet article s’inscrit dans le cadre des résultats du projet de recherche : « Crise et représentation politique en Afrique du nord. Dispositifs institutionnels et contestation » (CSO2017-84949-C3-2-P) financé par le Ministère espagnol de l’Économie, l’industrie et la compétitivité (MINECO), l’Agence nationale de la recherche (AEI) et le Fond européen de développement régional (FEDER) (2018-2021) (MINECO/AEI/FEDER, UE).

Texte intégral

1Le 2 mars 2020, le premier cas du coronavirus 19 (Covid-19) est déclaré au Maroc. Tout au long des mois suivants, l’État marocain a été confronté à une triple crise sanitaire, sociale et économique. Ce faisant, la gestion de la lutte contre la pandémie a permis d’identifier une quatrième crise, politique cette-fois-ci : celle du rôle du chef du gouvernement et des partis qui ont vainement tenté d’exister tout au long de l’année.

  • 1 . Mohammed Bajeddi, « L’autosuffisance alimentaire du Maroc s’est sensiblement dégradée », Telquel, (...)

2Au Maroc, le système de santé publique souffre d’un déficit de moyens humains, infrastructurels et financiers depuis des années. On sait aussi l’importance du secteur agricole, alors que la sécheresse qui sévit au début de l’année 2020 rappelle l’impact limité du Plan Maroc vert sur l’agriculture de subsistance1. Ce choix de l’extraversion des débouchés, qui affecte aussi les secteurs industriels et manufacturiers, pèse sur les résultats d’une économie marocaine entrée en récession. Partant, la capacité de résilience du régime politique marocain a été de nouveau mise à l’épreuve. Pour garder le contrôle de la situation et éviter de possibles manifestations de mécontentement et de troubles, toute une série de mesures multisectorielles ont été prises avec célérité – création d’un Fonds spécial de gestion de la pandémie, mobilisation des personnels et des infrastructures sanitaires des Forces armées royales (FAR), relance de certaines unités de production industrielle pour la fabrique de masques, mise en place du confinement de la population, élaboration d’une loi de finance rectificative, etc.

  • 2 . Le concept de « gouvernementalité » chez Foucault (2004) renvoie à un ensemble de relations de po (...)
  • 3 . Pour une analyse récente des partis politiques marocains, on renvoie à Mounia Bennani-Chraïbi (20 (...)

3Au-delà de la présentation chronologique de ces mesures, la gestion de la pandémie s’inscrit dans la gouvernementalité du régime de « Monarchie exécutive et citoyenne » mise en place par Mohammed VI depuis maintenant plus de deux décennies2. Celle-ci se caractérise par une conception dirigiste, technocratique et sécuritaire de la gouvernance de l’État marocain (Desrues, 2007 ; Garcia de Paredes et Tomé-Alonso, 2019). La complexité des manières de faire puise sa logique dans des registres historiques de gouvernance s’exprimant à travers le registre impérial ou dans ses ajustements contemporains inspirés de l’État-nation et des normes internationales diffusées par les bailleurs de fonds et autres alliés européens et états-uniens (Hibou et Tozy 2020). Cela ne signifie pas que le roi souhaite établir un régime sans partis politiques. Au contraire, le multipartisme est consacré par la constitution (article 7), mais dans le cadre d’un pluralisme limité ; un trait qui, depuis les travaux de Juan Linz, caractérise les régimes autoritaires (Linz, 1975). En effet, il est hors de question que les partis puissent participer à l’exercice du pouvoir sans accepter au préalable de se mettre au service des deux institutions politiques fondamentales du pays : la Monarchie et la Commanderie des croyants. Les partis politiques ne peuvent pas débattre des orientations royales qui déterminent les choix de politiques publiques et leur rôle en est réduit à la sélection des élites. Censées être les plus compétentes et représenter la diversité des sensibilités idéologiques et des intérêts présents au sein de la société marocaine3, ces élites sont dominées par le profil du notable qui allie la propriété terrienne, les affaires et une formation dans l’enseignement secondaire voire supérieur. L’expression de la dimension conflictuelle propre aux institutions représentatives est annihilée par le jeu du consensus (El-Mossadeq, 1995), concurrencée par les instances consultatives (Fernández Molina, 2011) et biaisée par le cantonnement du gouvernement à un rôle d’exécutant de la politique monarchique (Desrues, 2019) et celui du Parlement dans l’enregistrement des lois passées par le filtre du Palais.

  • 4 . Cf. Intissar Fakir et Isabelle Werenfels, “In Morocco, Benevolent Authoritarianism Isn’t Sustaina (...)

4Parmi les nombreuses analyses produites au début de la crise sanitaire, les chercheuses Intissar Fakir et Isabelle Werenfels envisageaient deux évolutions possibles de la gestion politique de la crise4. La première considérait que la gestion de la pandémie de Covid-19 risquait de donner un rôle encore accru aux institutions sécuritaires et d’engager le Maroc sur la voie d’une société de surveillance avec à sa tête un monarque contrôlant tous les pouvoirs. La seconde concevait que le roi pouvait tirer les enseignements de cette période pour évoluer vers un régime politiquement plus démocratique et socio-économiquement plus inclusif.

5Les deux évolutions possibles invoquées par ces autrices nous ont conduit à poser plusieurs questions. Cette situation exceptionnelle a-t-elle donné lieu à l’accentuation de tendances déjà à l’œuvre ? A-t-elle, au contraire, induit des bifurcations dans les orientations politiques, les modalités d’application et le rôle des différents acteurs impliqués dans celles-ci ? En d’autres termes, l’échec du modèle de développement reconnu par Mohammed VI dans son discours du Trône de l’année 2018, s’est-il concrétisé au cours de la crise sanitaire par de nouvelles politiques ? Quels rôles ont joué les institutions démocratiques ? Le chef du gouvernement et les partis politiques sont-ils sortis de leur attentisme et leur conformisme habituels ? Le ministère de l’Intérieur et son réseau d’agents territoriaux ont-ils saisi cette fenêtre d’opportunité pour aller plus loin dans l’établissement d’un modèle de gouvernance qui prône certes un État efficace qui réponde aux besoins des citoyens, mais qui n’hésite pas, de manière générale à surveiller la population, et les opposants potentiels, de façon particulière ? Les voix non-conformistes au sein de la société civile ont-elles été tolérées ou contraire, ont-elles fait l’objet d’un harcèlement policier et judiciaire renouvelé ?

6Enfin, l’année politique a été marquée par un coup de théâtre qui condense, notamment dans la mise en scène de sa présentation officielle, le régime de gouvernance monarchique.

  • 5 . Cf. Mohsen-Finan Khadija, « Sahara occidental, le retour de la force », Orient XXI, 16/11/2020, h (...)

7Après un regain de tensions dans la zone saharienne démilitarisée de Guerguerat à la frontière avec la Mauritanie5, le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, déclare le 14 novembre, la rupture du cessez-le-feu signé avec le Maroc en 1991. Un mois plus tard, Donald Trump, le président sortant des États-Unis, annonce la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le territoire de l’ancienne colonie espagnole du Sahara occidental. Dans la foulée de cette annonce, le 22 décembre, le Maroc, les États-Unis et Israël signent un accord tripartite. Or c’est Saad Eddine El Othmani, chef du gouvernement et secrétaire général d’un parti dont la doctrine s’oppose à la normalisation avec « l’entité sionniste », qui est chargé de le parapher pour le Maroc. Il ne fait aucun doute que la signature de ces accords marque un nouveau tournant dans la politique étrangère du royaume et une avancée notoire dans la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur les territoires en litiges. Ce faisant, l’acte de signature est riche d’enseignements sur la gouvernabilité monarchique, le rôle du chef du gouvernement et des instances démocratiques.

Chronique de la gestion de la lutte contre la propagation du Covid-19

  • 6 . Un « bidule de virus », comme l’a qualifié l’ancien ministre de la Santé du Parti authenticité et (...)

8De janvier à début mars 2020, face à la propagation du Covid-19 depuis la Chine jusqu’en Italie, porte d’entrée de la pandémie au Maroc, l’approche des autorités marocaines a varié en fonction de la prise de parole et des décisions des acteurs, ce qui a donné l’impression d’une certaine cacophonie. Le chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, et son ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb ont d’abord tenté de rassurer la population. Le 2 mars, à la suite de l’annonce du premier cas d’un Marocain atteint du coronavirus, ils ont déclaré que le Maroc était en état de faire face à la propagation du virus. Diverses personnalités politiques ont publié des déclarations sous-estimant la gravité du virus6. Or, quelques heures plus tard, le ministère de l’Intérieur a ordonné aux gouverneurs d’interdire tout rassemblement et manifestation de plus de mille personnes. Le 5 mars, de nombreuses personnes se sont massées devant l’hôpital Moulay Youssef de Casablanca, pour voir de leurs propres yeux le premier cas frappé par le Covid-19.

  • 7 . La fermeture des écoles a mis les élèves et les parents, mais aussi les enseignants au défi de l’ (...)
  • 8 . Quelques prédicateurs salafistes proches des thèses takfiristes et très actifs sur la toile ont d (...)
  • 9 . Naceureddine Elafrite, « Coronavirus. Sur ordre du Roi, des centres médicaux ont été créés par le (...)

9Dans les jours qui ont suivi une série de mesures a été prise ratifiant ainsi la gravité de la situation. Le 13 mars, les écoles et les universités ferment7 alors que les liaisons aériennes et maritimes avec l’Espagne et la France sont suspendues. Le 16 mars, c’est au tour des cafés, restaurants et hammams, ainsi que des mosquées de fermer leurs portes. Cette dernière décision a été prise après que le roi, Amir al-Muminin (commandeur des croyants) a sollicité un avis auprès du Conseil national des oulémas. La décision a suscité quelques manifestations de mécontentement qui ont été peu suivies, mais qui ont donné lieu à des arrestations8. Le même jour, Mohammed VI a donné « ses instructions au gouvernement de procéder à la création immédiate d’un Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du coronavirus, doté de 10 milliards de dirhams et qui devrait être alimenté par des dons ». Le souverain a aussi donné des directives pour lutter contre toute forme de spéculation et de hausse des prix, veiller à assurer l’approvisionnement des marchés d’une manière régulière et permanente sur l’ensemble du territoire national, en produits alimentaires et de consommation courante ainsi qu’en produits d’hygiène et de désinfection. Le lendemain, une photo du roi présidant une séance de travail portant sur la gestion de la propagation de la pandémie du coronavirus a circulé dans les médias marocains9. En l’absence de discours royal adressé au pays depuis les premières mesures prises pour empêcher la propagation du virus, cette photo témoigne que Mohammed VI est bel et bien aux commandes.

  • 10 . Depuis novembre 2019, Hassan Abyaba était ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, a (...)

10Le 19 mars, le ministère de l’Intérieur annonce l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire à partir du lendemain à 18 heures jusqu’au 20 avril. Dans la foulée des unités motorisées de l’armée ont fait leur apparition dans les artères de certaines grandes villes. Le 22 mars, le gouvernement prend le décret-loi n°2.20.292, portant sur les dispositions de l’état d’urgence sanitaire et les conditions de sa déclaration en accord avec l’article 81 de la constitution. Le 23 mars, le texte est adopté par les commissions parlementaires. Désormais, les mouvements et sorties autorisés dans les espaces publics ne concernent que les cas de force majeure, pour faire des provisions, consulter le médecin ou rejoindre son lieu de travail. Les autorités locales, les Forces auxiliaires, la Gendarmerie royale et la Sûreté nationale sont chargées de l’accompagnement et du contrôle des mesures préventives. À partir du 7 avril, le port du masque devient obligatoire pour toutes les sorties autorisées. Le jour suivant, le roi limoge sans explication officielle le ministre de la Jeunesse et des Sports qui assumait la fonction de porte-parole du gouvernement10. Le 10 avril, la session parlementaire du printemps s’ouvre sur des mesures de restrictions de la présence des députés aux séances de contrôle de l’action du gouvernement (limitée à une quarantaine d’élus). L’état d’urgence sanitaire est accompagné à partir du 23 avril et tout au long du mois de Ramadan d’un couvre-feu nocturne de 19 h à 5 h du matin.

  • 11 . La réouverture des mosquées était prévue, selon un calendrier qui échelonnait l’accueil des fidèl (...)
  • 12 . « Al Adl wal Ihsane et le PJD vent debout contre le maintien des mosquées fermées », Yabiladi.com(...)
  • 13 . « Maroc : 5 000 mosquées rouvriront demain leurs portes aux fidèles », Yabiladi.com, 14/07/2020, (...)

11À la mi-juin, des mesures d’allègement du confinement et des autorisations de déplacements sont prises et appliquées selon l’évolution de la pandémie dans les villes et les régions regroupées en zone définies selon la situation sanitaire. À partir du 24 juin, une deuxième étape de déconfinement permet notamment l’ouverture des lieux de restauration, des grands centres commerciaux et de loisirs et la circulation des moyens de transport en commun interurbains. En revanche, le maintien de certaines restrictions préventives comme la fermeture des mosquées a suscité des manifestations de protestation11. Dès l’annonce des mesures d’allègement du confinement dans la majorité des provinces les appels à la réouverture des mosquées se sont succédés. Ils affirment que les priorités des croyants privilégiant leur salut doivent être prises en compte autant que celle de l’État qui ne se soucierait que de la relance de l’économie et des recettes fiscales. Face à l’ire des islamistes, parmi lesquels on trouve le PJD12, le ministère des Habous et des Affaires islamiques revient sur sa décision et les mosquées accueillent de nouveau les fidèles à partir du 14 juillet13. Le 15 juillet, la réouverture partielle des frontières permet le retour des Marocains et des étrangers résidents au Maroc se trouvant hors des frontières nationales.

  • 14 . « Maroc : Interdiction de déplacement depuis ou vers plusieurs villes », Yabiladi.com, 26/07/2020 (...)
  • 15 . « Un hôpital de campagne de 1 200 lits a été mis en place à Fès », Yabiladi.com, https://www.yabi (...)
  • 16 . « Discours Royal à l’occasion du 67e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple », Maroc.m (...)
  • 17 . Dans ces conditions, la décision du ministère de l’Éducation de miser sur une rentrée scolaire s’ (...)

12Ce faisant, à partir de la deuxième quinzaine de juillet, l’augmentation significative des infections conduit à l’interdiction des déplacements depuis la plupart des grandes villes (Tanger, Tétouan, Fès, Meknès, Casablanca, Marrakech, etc.), au confinement de certains quartiers14 et à l’ouverture d’un nouvel hôpital de campagne à Fès15. Le 20 août, la situation est si préoccupante que le discours de Mohammed VI commémorant l’anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple est consacré entièrement à la hausse des contaminations et des décès par le Covid-19. Face à « l’insouciance, l’irresponsabilité, l’antipatriotisme » de certains, le roi a agité la menace d’un retour au confinement total sur l’ensemble du territoire. Il rappelle également que l’appui financier de l’État aux démunis « ne peut continuer indéfiniment »16. Dans ce contexte, la rentrée scolaire s’annonce tendue voire compromise17.

  • 18 . « Le Roi ordonne une vaccination anti-Covid massive dans les prochaines semaines », Medias24, 9/1 (...)

13Au cours des semaines suivantes, la courbe du nombre quotidien de nouveaux cas de Covid-19 continue d’enfler dépassant les 4 000 cas journaliers au mois d’octobre. Le 9 novembre, un communiqué du Palais royal annonce que le roi a présidé une séance de travail consacrée à la stratégie de vaccination contre la Covid-19 et qu’il a donné ses orientations en vue du lancement, dans les prochaines semaines, d’une opération vaccinale massive18. Avec ce communiqué qui redonne de l’espoir à la population, Mohammed VI se pose de nouveau en dernier recours, en sauveur de la nation face à une pandémie qui malgré des mesures de confinement a touché plus de 300 000 personnes et fait plus de 5 000 morts. L’état d’urgence sanitaire et le confinement se sont ainsi étendus jusqu’à la fin de l’année 2020.

L’hégémonie de la Monarchie exécutive et de ses instances sécuritaires19

  • 19 . Cette thèse est aussi défendue par Aziz Chahir, « Au Maroc, l’état d’urgence sanitaire révèle une (...)

14Le 17 mars, Mohammed VI charge le chef du gouvernement, le ministre de la Santé, le ministre de l’Intérieur, la police, la gendarmerie et les armées de l’exécution des mesures préconisées dans la lutte contre la pandémie. Le roi aurait pu convoquer un conseil des ministres et donner ses instructions au gouvernement. Il aurait pu adresser aussi un discours au Parlement. Il a préféré organiser ce qui ressemble fort à une cellule de crise réunissant les responsables politiques de la gestion de la pandémie, le chef du gouvernement et le ministre de la Santé aux côtés des responsables sécuritaires. En parallèle, un Comité interministériel de veille, ayant vocation à gérer les aspects économiques et financiers de la lutte contre la pandémie et à planifier la relance, est mis en place alors que de son côté le ministère de la Santé crée un Comité technique et scientifique consultatif.

  • 20 . En 2020, le discours du roi à l’occasion de la fête du Trône a été avancé à la veille de la céléb (...)

15Malgré la situation de crise sanitaire, Mohammed VI n’a pas dérogé à son calendrier annuel de discours, même si certains d’entre eux ont été avancés ou retardés d’une journée. Il les tient comme à son habitude à l’occasion de la fête du Trône le 30 juillet, lors de celle de la Révolution du roi et du peuple le 20 août, à l’ouverture de l’année législative, le 9 octobre ainsi que lors de l’anniversaire de la Marche verte, le 6 novembre20. Par ailleurs, le cabinet royal a communiqué tout au long de l’année à travers des communiqués sans équivoques : tous rappellent que la gestion du Covid-19 est placée sous la houlette du roi qui règne et gouverne.

La création du Fonds spécial Covid-19 : un matelas financier pour amortir la perte de revenus de la population précaire

  • 21 . En 2014, 45,1 % de la population se déclare pauvre (pauvreté subjective). Ce taux monte à 54,3 % (...)
  • 22 . Une enquête menée par le Haut-commissariat au plan (HCP) pour identifier l’impact du coronavirus (...)

16En créant le Fonds de gestion spécial de la pandémie de coronavirus (Fonds covid-19) dès l’apparition des premiers cas d’infection sur le territoire marocain, Mohammed VI a prouvé qu’il était conscient des conséquences que les mesures de contrôle de la pandémie feraient peser sur la situation socio-économique des Marocains, dont une proportion non négligeable est déjà vulnérable dans une conjoncture normale21. Il s’agit prioritairement pour la monarchie de pallier les risques de manifestations de mécontentement populaire, voire d’explosion sociale22.

  • 23 . Cf. « Maroc : Plus de 5 millions de familles ont bénéficié des aides du Fonds spécial », Yabiladi (...)
  • 24 . « Maroc : Ouverture des aides pour les travailleurs de l’informel non-inscrits au Ramed », Yabila (...)

17Alimenté par des dons d’institutions et sociétés publiques (environ 29 milliards de dirhams) et de sociétés privées (4 milliards de dirhams), le « Fonds covid-19 » est opérationnel dès le 8 avril. Il consiste en des aides financières apportées à 800 000 salariés affiliés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) déclarés en arrêt d’activité du fait du confinement obligatoire par l’entreprise qui les emploie23. 2,3 millions de personnes bénéficiant du Régime d’assurance médicale de base (Ramed) sont aussi concernées après avoir effectué leurs déclarations par SMS à un numéro spécial. Des aides financières sont aussi prévues pour plus de 2 millions de chefs de ménages opérant dans le secteur informel qui ne sont pas inscrits au Ramed24. Ils doivent remettre un formulaire et une série de documents soit aux administrations locales les plus proches de leur lieu de résidence, soit sur le site www.tadamoncovid.ma que gère le ministère de l’Économie et des finances.

  • 25 . Anis Chérif-Alami, « Maroc. Sous le Covid-19, la lancinante question sociale », Orient XXI, 28/07 (...)

18L’État marocain a réussi à mobiliser en un temps record un montant financier conséquent permettant d’atténuer en partie le coût social et économique du confinement de la majorité de la population25. Cette capacité à lever des fonds et à mobiliser les principaux acteurs économiques du pays contraste avec les dysfonctionnements et les retards qui ont caractérisé les politiques et les grands chantiers impulsés par le roi ces dernières années. Ces contretemps ont suscité le courroux royal à plusieurs reprises au point d’entraîner le limogeage de responsables politiques et administratifs de premier plan (Desrues, 2019).

Deux nouveaux chantiers de règne : la relance économique et la généralisation de la protection sociale

  • 26 . Mohammed Jaabouk, « La feuille de route du roi Mohammed VI prévoit 120 MMDH pour l’après-Covid-19 (...)

19Dans son discours du Trône du 29 juillet, le roi a montré qu’il avait tiré les leçons de la crise sanitaire et ses répercussions sur les ménages et l’économie nationale. Pour affronter les effets de la crise sanitaire devenue également économique et sociale26, il a ordonné le lancement d’un plan de relance économique de 120 milliards de dirhams à travers la création d’un « Fonds d’investissement stratégique » ayant pour mission d’appuyer « les activités de production, d’accompagnement et de financement des grands projets d’investissement public-privé, dans une diversité de domaines ». La mise en place du plan de relance économique sera également accompagnée par « une réforme profonde du secteur public » à travers la constitution d’une « Agence nationale dont la mission consistera à assurer la gestion stratégique des participations de l’État et à suivre la performance des établissements publics ». Enfin, le roi a annoncé que le moment était venu de lancer, à partir de janvier 2021 et au cours des cinq prochaines années, le processus de généralisation de la couverture sociale au profit de tous les Marocains – l’Assurance maladie obligatoire (AMO), les allocations familiales, la retraite et l’indemnité pour perte d’emploi. Cette généralisation de la couverture sociale vise à « devenir un levier essentiel d’insertion du secteur informel dans le tissu économique national ». Le gouvernement se voit ainsi offrir une feuille de route qui servira de programme de sa politique sociale pour les cinq prochaines années.

20Si le roi a reconnu dans son discours que la lutte contre la pandémie avait exigé une série de décisions difficiles et sévères, c’est pour mieux souligner la justesse de celles-ci et endosser le rôle de protecteur du peuple :

Ce n’est pas de gaieté de cœur que Nous avons choisi d’adopter une combinaison de résolutions difficiles, voire rudes parfois. Nous avons été guidés en cela par une double priorité : protéger les citoyens et agir dans l’intérêt supérieur de la Nation.

  • 27 . Dans son discours du Trône, le roi a indiqué : « redresser les anomalies qui entachent l’exécutio (...)
  • 28 . Cf. CESE, La protection sociale au Maroc. Revue, bilan et renforcement des systèmes de sécurité e (...)

21Selon ses propres termes, c’est grâce à son initiative de création d’un fonds spécial pour faire face aux répercussions sanitaires, économiques et sociales de la pandémie et à l’adhésion de la population, que le pays a pu résister à la crise. En fait, la pandémie semble avoir précipité la mise en place de mesures que le discours du trône de 201827 et le rapport du CESE de la même année avaient déjà suggérées28. D’ailleurs, Mohammed VI avait nommé en novembre 2019, une « Commission spéciale sur le modèle de développement » (Tomé-Alonso et Garcia de Paredes, 2020). Conduite par Chakib Benmoussa, ancien ministre de l’Intérieur et actuellement ambassadeur du Maroc en France, elle est composée de 35 membres chargés au départ de remettre en juin 2020 des propositions articulant un « nouveau modèle de développement ». Ses travaux ont été suspendus par l’état d’urgence sanitaire et la remise du rapport reportée à 2021. Celui-ci devrait lui aussi orienter la politique économique du gouvernement au cours des prochaines années.

L’action des instances sécuritaires

  • 29 . Laila Zerrour, « Carte sanitaire au Maroc : Ces chiffres à retenir… », Aujourd’hui le Maroc, 16/0 (...)
  • 30 . Anis Chérif-Alami, « Maroc. Sous le Covid-19, la lancinante question sociale », Orient XXI, 28/07 (...)

22Au regard de la capacité d’accueil déficitaire des hôpitaux et des unités de santé, le 17 mars, le roi n’a pas hésité à faire appel aux Forces armées royales (FAR). Quand débute la pandémie, le Maroc compte 25 575 médecins dont près de 12 000 dans le secteur public et un peu plus de 13 500 dans le privé. Pour une population de 36 millions d’habitants, le ratio de 7,1 médecins pour 10 000 habitants est très loin du standard de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fixé à 15,3 médecins pour 10 000 habitants29. Selon le ministre de la Santé, il manquerait plus de 30 000 médecins et 65 000 infirmiers. Les médecins généralistes sont encore rares dans le milieu rural et les médecins spécialistes tout comme les grandes infrastructures hospitalières sont concentrés dans les grandes villes. Dans le secteur public, qui manque cruellement de médecins spécialistes, on dénombre 348 chirurgiens et 436 anesthésistes-réanimateurs, c’est-à-dire 1,89 anesthésistes-réanimateurs pour 100 000 habitants, alors que la norme internationale est de 20. Les infrastructures hospitalières publiques sont également insuffisantes. Les 152 hôpitaux publics ont une capacité de 25 440 lits dont 1 642 lits en réanimation. Quant au secteur médical privé, il est bien doté en spécialistes et mieux équipé que le public. On y dénombre 375 cliniques avec une capacité de 10 562 lits. Cette situation est le résultat de décennies de sous-financement du secteur de la santé publique (sous la barre des 6 % du budget général de l’État depuis l’Indépendance, alors que l’OMS recommande un taux minimal de 9 %)30. Dans le contexte de pandémie, inévitablement, c’est tout le système de santé publique qui est sous tension.

23Suivant les instructions royales, la médecine militaire, le personnel militaire et des centres médicaux équipés par les FAR répartis dans les diverses régions du Maroc, ont été mis à la disposition du ministère de la Santé en cas de besoin afin de faire face à la pandémie du nouveau coronavirus.

  • 31 . Brian Brequeville et Mehdi Mahmoud, « Pourquoi l’Armée prend en charge les cas positifs de coron (...)
  • 32 . Taoufik Marrakchi, « Contribution des Armées à la lutte contre le Covid-19 », Policy Brief, Polic (...)

24Les FAR disposent d’une certaine expérience dans la gestion humanitaire des crises, notamment sur le continent africain qui leur ont permis de déployer rapidement des hôpitaux de campagne et des unités d’isolement sanitaire. Leur expertise a été requise aussi pour gérer le déconfinement. Le 13 juin, un communiqué conjoint des ministères de la Santé et de l’Intérieur annonçait le regroupement des cas actifs de Covid-19, qui seraient autour de 700, au sein de deux structures sanitaires militaires installées dans les villes de Benslimane et Benguerir31. À l’équipe militaire s’est joint du personnel médical civil (des pédiatres, des réanimateurs, des infirmiers anesthésistes, des techniciens de laboratoire, de radiologie, etc.). Ces structures d’accueil ont été mises en place pour accompagner les mesures d’allégement du déconfinement prévu à la fin du mois de juin. En plus de cette aide sanitaire, un soutien logistique a été assuré par « l’Unité de fabrication des masques » (UFM) relevant de la Gendarmerie Royale32. Depuis le déclenchement de la pandémie, cette unité industrielle a tourné à plein régime, produisant entre février et mai 2020, environ 14 millions de masques FFP2 et 3 millions de masques chirurgicaux.

  • 33 . « Déconfinement : l’Armée, “joker royal” pour rectifier le tir » [Edito], Yabiladi.com, 14/06/202 (...)

25Cette expertise de l’armée en matière sanitaire a été saluée par le roi et par la presse. Les louanges tressées aux médecins et au personnel paramédical militaires contrastent avec le peu d’enthousiasme suscité par les médecins et les cliniques privées, que Mohammed VI a accusé d’avoir renoncé à leur « devoir national » face à la propagation du coronavirus33.

26Les FAR vont aussi se charger de veiller au respect du confinement. Leur mobilisation révèle les craintes du régime de débordements qui pourraient menacer l’ordre public. À la présence des forces de police qui sillonnent les rues des grandes villes, se joignent les blindés de l’armée afin de garantir l’ordre au nom du respect du confinement. Les classes aisées des beaux quartiers résidentiels sont rassurées et le respect des propriétés privées est assuré. Au cours du premier mois de confinement ce sont plus de 72 000 personnes qui ont été interpellées pour violation des mesures d’urgences sanitaire34. Toute infraction aux dispositions de l’état d’urgence sanitaire est passible d’un à trois mois de prison et d’une amende allant de 300 à 1 300 dirhams, selon l’article 4 du décret-loi. Certains parmi les défenseurs des droits et libertés et les partis d’opposition craignent que le régime profite de la pandémie de coronavirus et des dispositions prises dans le cadre de l’état d’urgence pour mettre hors d’état de nuire les voix trop critiques et réaliser un exercice grandeur nature de contrôle de la population35.

Privé de ses compétences ou incompétent ? La presse et les partis critiquent le chef du gouvernement

  • 36 . « Saâd-Eddine El Othmani, un chef de gouvernement nu devant le coronavirus » [Edito], Yabiladi.co (...)
  • 37 . Mehdi Mahmoud, « Exécutif : la politique s’empare de la crise sanitaire », Telquel, 17/04/2020, h (...)
  • 38 . Le journaliste et politiste Omar Brousky rapporte que lors de son intervention sur la première ch (...)
  • 39 . Le verdict de l’hebdomadaire Telquel est sans appel : Un défaut de communication qui s’explique p (...)

27Le chef du gouvernement a été dépassé par les événements et la force de frappe des ministres de souveraineté incarnés par le titulaire du portefeuille de l’Intérieur et les dirigeants du Rassemblement national des indépendants (RNI). Il a tenté d’exister périodiquement lors des conférences de presse, de prises de parole médiatiques sur des chaînes nationales et internationales ou encore au cours de ses interventions devant les parlementaires lors des sessions mensuelles de contrôle du gouvernement36. Au début de la pandémie, certains organes de presse et l’opposition lui ont reproché des excès dans sa volonté de réconforter la population qui ont pu conduire à une sous-estimation de la gravité de la situation de la part des Marocains. Mais c’est la question de la sortie du confinement posée lors de sa venue le 17 avril à la Chambre des représentants qui a suscité le plus d’interrogations sur sa stature de chef du gouvernement37. Au cours des semaines suivantes, les déclarations d’El Othmani souvent vagues, hésitantes, voire contradictoires ont confirmé pour ses opposants son incompétence et pour ses partisans sa mise à l’écart de la gestion de la pandémie. Ses erreurs de communication lui ont valu d’être la risée de ses détracteurs sur les réseaux sociaux38. N’ayant pas su s’imposer, il a été dessaisi de la communication publique sur la situation sanitaire, la gestion financière de la crise, le déconfinement et le plan de relance par le ministre de l’Intérieur, le ministre de la Santé et les deux ministres du RNI, Mohamed Benchaaboun et Moulay Hafi Elalamy en charge respectivement de l’Économie et des Finances et de l’Industrie et du Commerce39.

  • 40 . Jassim Ahdani, « Déconfinement : l’Intérieur définitivement aux manettes », Dossiers, Telquel, (...)
  • 41 . Amyne Asmlal, « Aides directes : le moqaddem ou le PJD, qui aura le dernier mot ? », le360.ma, 01 (...)

28Par ses communiqués, conférences de presse et ses passages devant la Chambre des représentants, Abdelouafi Laftit, le ministre de l’Intérieur, a été perçu rapidement comme le véritable homme fort du gouvernement dans la gestion du Covid-19. Cette perception a été ratifiée par la presse, lors de la phase de déconfinement40. Celle-ci a insisté sur les articles du décret 2.20.406 prolongeant l’état d’urgence sanitaire du 10 juin jusqu’au 10 juillet et donnant au ministère de l’Intérieur toute latitude pour prendre, au nom de l’exécutif, les mesures jugées appropriées pour réduire, ou non, les restrictions imposées sur l’ensemble du territoire par l’état d’urgence sanitaire. Elle a mis en avant la connaissance empirique d’un ministre s’appuyant sur son réseau d’agents territoriaux et l’appareil sécuritaire pour prendre des décisions techniques éloignées des préoccupations politiciennes qui guideraient le chef du gouvernement. C’est grâce à ce même réseau et au nom de ces mêmes principes que le ministère de l’Intérieur a géré la distribution des aides aux chefs de ménage en difficultés et la mise en place du déconfinement selon l’évolution de la carte sanitaire dans les différents territoires41. Ce sont aussi les différences entre les deux approches technocratique et politique qui expliqueraient la décision de procéder à un allègement du confinement à partir du 10 juillet contre l’avis du ministre de l’Intérieur, partisan d’un report de ces mesures au mois d’août.

  • 42 . Brian Brequeville et Anaïs Lefébure, « Coronavirus, sécheresse : incapables de gérer la crise éco (...)

29De même, Mohamed Benchaaboun, le ministre de l’Économie et des finances, un ingénieur ayant une longue expérience dans le secteur bancaire, affilié pour la cause au RNI, a assumé la coordination du Comité de veille économique42 et la gestion du Fonds spécial pour la gestion du Covid-19. C’est lui aussi qui a piloté la loi de finances rectificative.

  • 43 . Rédaction « Elalamy au chevet de l’industrie textile durement touchée par la pandémie », LeDesk, (...)

30Dès l’apparition des premiers cas de Covid-19 au Maroc, Moulay Hafid Elalamy, lui aussi affilié au RNI et ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Économie verte et numérique, a été présenté par la presse comme l’artisan de la mobilisation des industriels pour faire face à la rareté des équipements indispensables à la lutte contre la propagation de la pandémie (masques, gel hydroalcoolique, etc.)43. La presse a également relayé l’intérêt des médias internationaux, notamment français et espagnol, qui se sont fait l’écho de la capacité du secteur textile marocain à fabriquer des masques et à les exporter. Le ministre, qui est aussi un riche homme d’affaires ancien président du patronat marocain, a su se présenter comme le sauveur de l’industrie marocaine et pu ainsi redorer son blason après une série de polémiques récentes concernant de possibles conflits d’intérêts entre ses affaires et sa participation au gouvernement.

  • 44 . Mehdi Mahmou, « Sécheresse : les mesures d’urgence annoncées par Akhannouch Agriculture », Telque (...)

31Quant à, Aziz Akhannouch, le tout-puissant ministre de l’Agriculture et patron du RNI, il a adopté un profil bas tout au long de la crise sanitaire, évitant ainsi d’être associé à une gestion qui pourrait lui porter préjudice à un an des élections législatives. Face à la sécheresse, il a su mettre en place toute une série de mesures pour en atténuer les effets et tenter de sauver l’année agricole44.

  • 45 . « Covid-19 : Après quatre semaines de présence, le réalisme du pouvoir régalien a imposé son appr (...)

32Le Maroc fait partie des pays ayant connu la plus longue période de confinement. Selon certains organes de presse, il a également connu le déconfinement le plus chaotique. Ceux-ci ont accusé le chef du gouvernement et son ministre de la Santé « d’improvisation », d’abandon de leurs prérogatives (délégation aux walis du pouvoir de déconfiner), de refus d’associer les partis politiques aux décisions et de stigmatisations indues envers le comportement de la population. En revanche, l’omniprésence du ministère de l’Intérieur a été saluée45, tout comme la prestation des ministres RNI, notamment par des voix qui se sont élevées pour demander de tourner la page d’un gouvernement « politique », i.e. emmené par le PJD, et de constituer un gouvernement de compétences sous la direction du roi.

  • 46 . Aziz Chahir, « Au Maroc, l’état d’urgence sanitaire révèle une fois de plus l’hégémonie du pouvoi (...)
  • 47 . Intissar Fakir et Isabelle Werenfels, In Morocco, Benevolent Authoritarianism Isn’t Sustainable, (...)
  • 48 . Le chef du gouvernement leur a promis de transmettre la requête au roi Mohammed VI.
  • 49 . « Levée du confinement : Le PSU rejette les pleins pouvoirs accordés au ministère de l’Intérieur  (...)

33Si le chef du gouvernement n’a pas réussi à faire valoir ses prérogatives, la classe politique, quant à elle, a été absente46. Certains analystes ont vu dans ce rôle marginal l’expression d’une démission volontaire47. Ce faisant, les épisodes récents de limogeages de ministres ont montré que Mohammed VI n’était pas disposé à assumer les échecs des politiques dont il fait la promotion et que les ministres étaient sommés de rendre des comptes (Tomé-Alonso Beatriz et Marta Garcia de Paredes, 2020). Plutôt que de démission, il faudrait plutôt parler d’attentisme des ministres et des responsables politiques. Ce n’est pas une attitude nouvelle. Elle s’inscrit dans l’ADN des partis créés pour recruter des compétences technocratiques ou du monde de l’entreprise (RNI, Union constitutionnelle) (Catusse, 2008). Ces catégories professionnelles appelées également à rejoindre le gouvernement ont d’ailleurs détourné la vocation des anciens partis de militants aujourd’hui notabilisés qui aspirent à gouverner (Istiqlal, Union socialiste des forces populaires). À une année des élections, les partis occupant les bancs de l’opposition parlementaire (Istiqlal, Parti authenticité et modernité, Parti du progrès et du socialisme, Fédération de la gauche démocratique) se sont signalés ponctuellement par leurs critiques adressées au chef du gouvernement et au ministre de la Santé. Ils ont demandé à être associé au chef du gouvernement pour gérer la lutte contre la pandémie, feignant de croire que Saad Eddine El Othmani avait le pouvoir de satisfaire leur requête. Face à son impuissance, l’Istiqlal a insisté sur son incompétence, tandis que le PPS a souligné l’incohérence d’un gouvernement hétérogène, oubliant par la même occasion qu’il avait grandement alimenté ladite hétérogénéité jusqu’à il y a peu48. Le PSU a critiqué les risques de recul démocratique durant l’état d’urgence sanitaire et rejeté publiquement la décision d’accorder les pleins pouvoirs au ministère de l’Intérieur et à ses représentants territoriaux pour la gestion de la levée progressive du confinement, à partir de la mi-juin49. Quant au PJD, il a soutenu son secrétaire général et dénoncé son renvoi au second plan dans la gestion de la lutte contre la pandémie.

  • 50 . La MAP a publié l’information suivante : « le Conseil de gouvernement réuni jeudi (19 mars) sous (...)
  • 51 . Selon un rapport du Centre d’études en droits humains et démocratie (CEDHD) et du Centre pour la (...)
  • 52 . « Maroc : Plusieurs associatifs pointent la logique liberticide du projet de loi n°22.20 », Yabil (...)
  • 53 . Omar Kabbadj « Loi 22-20 : consomme et tais-toi ! », Telquel, 8/05/2020, https://telquel.ma/2020/ (...)
  • 54 . Jassim Ahdani, « Mehdi Mezouari : “Vu la rapidité avec laquelle le projet de loi 22-20 a été p (...)

34L’incohérence du gouvernement a donné lieu à une polémique à propos du projet de loi 22.20 relatif à l’utilisation des réseaux sociaux, des réseaux de diffusion et réseaux similaires50. Approuvé le 19 mars par le gouvernement, ce projet de loi, qui a fuité à la veille de sa présentation à la Chambre des représentants, a été perçu comme un texte liberticide par les défenseurs des droits et libertés publiques51 qui sont convaincus que le gouvernement a voulu instrumentaliser le contexte d’union nationale autour de la lutte contre la pandémie afin de faire taire les critiques contre l’action du gouvernement sur les réseaux sociaux. Certains articles criminalisant les critiques envers les entreprises, ainsi que les appels au boycott des produits et des services, ont nourri ce sentiment. D’aucuns y ont vu la main du ministre de l’Agriculture, Azziz Akhannouch, dont les stations services avaient fait l’objet d’une campagne de boycott au printemps 2018 (Garcia de Paredes et Tomé-Alonso, 2019), apportant ainsi une nouvelle preuve de la collusion entre l’argent et la politique. L’opposition parlementaire du PSU a dénoncé le manque de transparence du gouvernement autour d’un texte s’annonçant dangereux et liberticide, tandis que le PAM a jugé le moment inopportun. Enfin, le Conseil national des droits de l’homme et le Conseil national de la presse se sont plaint de ne pas avoir été consultés52. Face à la polémique grandissante, le ministre USFP de la Justice, Mohamed Ben Abdelkader porteur du projet de loi s’est retrouvé dans l’œil du cyclone. Le chef du gouvernement s’est dégagé de toute responsabilité en insistant sur les réserves qui auraient été émises lors de l’adoption du texte en Conseil de gouvernement. Mustapha Ramid, le ministre d’État pejidiste chargé des droits de l’Homme qui aurait émis des doutes sur la constitutionnalité du texte, a été soupçonné par l’USFP d’avoir organisé les fuites dans la presse53. Contre l’avis du bureau national des socialistes qui penchait pour un retrait du texte, le secrétaire général de l’USFP a défendu son ministre. Finalement, le ministère de la Justice a dû faire marche arrière en reportant à une date ultérieure l’examen du texte au Parlement. Cette polémique a montré les dissensions existant au sein des instances dirigeantes du vieux parti socialiste54 et la rancune du PJD à son encontre depuis la formation avortée du gouvernement Benkirane en 2016 (Desrues, 2017). In fine, la polémique a abouti à une crise de gouvernement qui a renforcé l’image d’une ambiance délétère régnant entre les différents partis gouvernementaux et a mis Saad Eddine El Othmani en difficulté. Ce dernier apparaît au mieux comme le comparse de politiques dont il ne semble pas prêt à assumer la responsabilité et qu’il n’a ni le courage ni la capacité de rejeter en Conseil de gouvernement, et, au pire, comme un chef de parti privilégiant les possibles gains politiques à tirer d’une crise qui concerne une formation qui se conduit, en dépit de l’exigence de solidarité gouvernementale, comme un parti opposé au PJD.

35Même si l’initiative des lois appartient concurremment au chef du gouvernement et aux membres du Parlement (art. 78 de la Constitution), même si selon l’art. 71 de la Constitution, sont du domaine de la loi les libertés et droits fondamentaux, le régime des médias audiovisuels et de la presse sous toutes ses formes, et même si ce sont généralement les ministres et leurs équipes qui élaborent les projets, on peut légitimement se poser la question de savoir si ce texte a pu être soumis au Conseil du gouvernement sans l’aval du Palais.

  • 55 . Les deux ministres sont accusés de fraude à la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) pou (...)

36Une dernière crise touchant des membres du gouvernement a affaibli un peu plus El Othmani. Deux autres ministres, cette fois du PJD ont fait les frais de fuites dans la presse. Au cours du mois de juin, Mustapha Ramid ministre d’État chargé des Droits de l’Homme, et Mohamed Amekraz, en charge du portefeuille de l’Emploi et secrétaire national de la jeunesse du parti ont été mis sur la sellette à la suite de la révélation d’un scandale de fraude aux cotisations sociales. Les fuites qui ont été orchestrées par barlamane.com, un site que d’aucuns suspectent d’être proche des services de renseignement55, ont miné le peu de crédit dont bénéficiait encore le discours moralisateur du PJD et qui le différenciait du reste des partis à vocation gouvernementale.

La diffamation et la criminalisation des voix critiques : la fabrique de la dissidence

  • 56 . Le tweet sur « le bourreau de nos frères », « Lahcen Talfi, juge de la cour d’appel, bourreau de (...)
  • 57 . Il est le fondateur ou co-fondateur du Centre Ibn Rochd d’études et de communication, dédié princ (...)
  • 58 . L’article référencé a été publié en 2015 et il est disponible en ligne : Lucie Geffroy et Emmanue (...)
  • 59 . Président de l’association Freedom Now pour la liberté de la presse, l’historien est poursuivi, d (...)
  • 60 . « Maroc : les chiffres qui prouvent le harcèlement judiciaire contre Omar Radi », Reporters Sans (...)

37Le 25 décembre 2019, le journaliste Omar Radi est arrêté à la suite d’un tweet émis56 quelques mois auparavant dans lequel il critiquait les lourdes condamnations des leaders du Hirak du Rif. Quelques jours plus tard, le 31 décembre, il est libéré à la suite d’une importante mobilisation nationale et internationale. Près d’un an jour pour jour, le 29 décembre 2020, Maati Monjib, historien, responsable associatif57, militant pour les libertés publiques et collaborateur habituel de plusieurs organes de presse et think tanks est emmené par la police, alors qu’il s’apprête à déjeuner à la terrasse d’un restaurant de Rabat. Dans les jours suivants l’annonce de la signature prochaine de l’accord tripartite entre les États-Unis, Israël et le Maroc, il a répercuté sur sa page Facebook un article publié dans la revue Courrier International qui soutenait que Hassan II avait espionné les représentants des États arabes réunis à Casablanca en 1965 pour le compte d’Israël et favorisé ainsi la victoire de son armée durant la guerre des six jours deux années plus tard. Il a aussi publié un article dans Al-Qods al-Arabi qui rappelle que 10 ans après l’immolation de Bouazizi, les conditions pour un nouveau soulèvement dans la région sont toujours réunies malgré les alliances internationales qui peuvent se former. Le parallèle avec la conjoncture actuelle a probablement précipité sa détention58. En effet, dans le collimateur de la justice depuis 2014, un nouveau chef d’accusation de blanchiment de capitaux a été porté à son encontre en octobre 202059. Entre ces deux arrestations, le 22 mai, Soulaimane Raissouni, rédacteur en chef du quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum, est détenu devant son domicile sur ordre du parquet pour être confronté à un internaute marocain qui l’a accusé sur Facebook d’une tentative de viol remontant à 2018. Le 23 mai, lors de la confrontation avec son accusateur, le journaliste nie le connaître. Le 29 juillet, Omar Radi est de nouveau arrêté et placé en détention sous les chefs d’accusation cette fois de « réception de fonds étrangers dans le but de porter atteinte à la sécurité intérieure de l’État » ainsi que pour une plainte pour « viol avec violence ». Cette détention se produit trois semaines après les révélations d’Amnesty International selon lesquelles il avait été ciblé par le logiciel de surveillance Pegasus de la société israélienne NSO60.

  • 61 . À propos de la définition de la dissidence, on retiendra celle que proposent Khadija Mohsen-Finan (...)
  • 62 . Le 8 janvier 2020, rappelle Hicham Mansouri, Souleymane Raïssouni affirmait que « la quête de dém (...)
  • 63 . Il était aussi membre de l’association « Racines » dissoute par les autorités en décembre 2019. A (...)

38Ces trois cas sont emblématiques de la fabrique de la dissidence61 par les services de sécurité marocains et leurs prolongements au sein de l’administration judiciaire. Ce sont tous des militants, défenseurs des libertés publiques et des droits de l’Homme. Bien que leurs trajectoires respectives soient différentes, ils ont de nombreux points en commun. Ils ont notamment la particularité de publier des éditoriaux, des reportages d’investigation, des tribunes lus au Maroc et à l’étranger qui contredisent les récits officiels sur la marche du pays. Ils ont d’ailleurs été aux premières loges du Mouvement du 20 Février qui réclamait en 2011 une libéralisation et démocratisation du régime politique (Desrues, 2012). Artisan du dialogue initié entre 2007 et 2014 entre les différentes tendances de la gauche et de l’islamisme marocains (Monjib, 2009 ; Casani, 2017) Maati Monjib est un historien doublé d’un analyste de l’actualité politique du pays qui n’hésite pas à incriminer le roi. De son côté, Soulaimane Raissouni s’est fait connaître par des éditoriaux contre le Palais et les services de renseignement évoquant directement la personne du roi ou celle d’Abdellatif Hammouchi, le chef de la Direction générale de la surveillance nationale (DGSN) et de la Direction de la surveillance du territoire (DST)62. Quant à Omar Radi, il est reconnu depuis 2011 pour ses enquêtes sur les accaparements de terres collectives et de ressources naturelles, la corruption de hauts fonctionnaires, la surveillance policière et les violations des droits humains63.

39Le déroulement de ces trois affaires présente aussi des points communs, tels que le harcèlement judiciaire et médiatique. Quand les accusés ne sont pas en détention provisoire, ils sont sans cesse convoqués au Palais de justice. Objet de surveillance policière et de campagnes diffamatoires sur les réseaux sociaux et certains sites d’information en ligne, leurs procès sont reportés périodiquement. Pour situer le début de cette stratégie du pouvoir, il convient de remonter à l’année 2014. En juillet de cette année, excédé par les rapports et les articles faisant état de l’utilisation de la torture au Maroc, le ministre de l’Intérieur accuse certaines organisations de la société civile d’entraver la lutte contre le terrorisme et de suivre des agendas dont les priorités sont fixées à l’étranger (Desrues, 2015). À partir, de cette date, les associations qui œuvrent dans le champ des libertés publiques rencontrent d’énormes difficultés pour obtenir leur légalisation ou l’enregistrement du renouvellement de leurs instances de direction. Cette situation d’anormalité juridique et l’hostilité des autorités freinent l’aide de la coopération internationale et induisent une réduction drastique de leurs financements. En 2016, le nouveau code de la presse ne prévoyant plus de peines de prison, les autorités s’appuient sur le code pénal pour engager des poursuites contre les journalistes. Dès lors, les chefs d’accusation pour des affaires de mœurs ou de fraude financière se multiplient.

  • 64 . À propos du rôle des moqaddem, on peut consulter le premier chapitre de l’ouvrage de Javier Otazu (...)
  • 65 . Anna Sylvestre-Treiner, « Libertés. Au Maroc, le musellement s’accentue », Courrier International(...)
  • 66 . En 2019, Amnesty International et Forbidden Stories ont pu établir que le téléphone de 17 opposan (...)

40Cette évolution des chefs d’accusation a de nombreuses conséquences. D’abord, elle confirme que le régime de Monarchie exécutive établi par Mohammed VI au cours de ses vingt ans de règne s’appuie sur un système de surveillance de la population, à travers un réseau dense d’informateurs qui quadrillent le pays. On y trouve des moqaddem (les délégués de quartier)64, des gardiens d’immeubles et de parkings, en passant par des sujets lambdas qui ont quelque chose à se faire pardonner ou souhaitent rentrer en grâce auprès des autorités. La surveillance opère sur la toile comme le prouvent les condamnations de personnes pour avoir posté des commentaires ou des vidéos au contenu trop impertinents vis-à-vis du roi ou des services des sécurité sur les réseaux sociaux65. Elle n’hésite pas à pénétrer dans l’intimité des conversations privées comme le montrent les mises sur écoute des téléphones et l’installation de caméras dans les logements des opposants66.

  • 67 . Hicham Mansouri, « Maroc. Cette “stratégie sexuelle” qui lamine les journalistes », op.cit.
  • 68 .« Maroc : guerre de pétitions autour de la liberté d’expression », H24Info.ma, 28/08/2020, https:/ (...)

41Conscients que la lutte pour le discours légitime se dispute aussi dans le champ des médias et des réseaux sociaux, les divers services de renseignements exercent une emprise de plus en plus forte sur l’opinion publique en utilisant des médias spécialisés dans le mensonge et la diffamation67 et en recourant à des signatures ayant leurs entrées dans des journaux étrangers reconnus. Ces méthodes ont été dénoncées par la profession journalistique et par d’autres pétitionnaires parmi lesquels d’anciens ministres. Pour faire taire ces critiques, des contre-pétitions niant la prétendue répression des libertés et vantant les mérites du pays sont lancées68, tandis que les autorités marocaines invoquent « l’indépendance de la justice » et la « liberté de la presse », en assurant se conformer aux normes internationales en matière de droits humains.

  • 69 . Rachida El Azzouzi et Rosa Moussaoui (2021), « Maati Monjib : “La police politique gouverne au Ma (...)

42Les arrestations de Monjib, Radi et Raissouni répondent à un scénario bien rodé de personnalisation et criminalisation des dissidents, afin de les faire passer du statut d’opposant politique à celui de délinquant de droit commun. Comme l’explique clairement Maati Monjib, cette stratégie en recourant à « la diffamation colle une mauvaise réputation à des opposants et les isole tout en faisant peur ». Les gens ont peur d’être salis : « c’est une terrible stratégie d’affaiblissement et d’éradication morale de l’opposition »69. Cela permet au régime de présenter l’opposition comme étant le fait d’électrons libres qui ne représentent qu’eux-mêmes, de maintenir une image de modération en ne sombrant pas dans la répression massive et tous azimuts. Leur criminalisation a valeur d’exemplarité vis-à-vis de tout ceux qui seraient tentés de s’en prendre au régime. Les imputations de détournement de fonds remettent en question les financements étrangers (Monjib), tandis que les accusations liées à l’oppression contre les homosexuels (Raïssouni) ou les femmes (Radi) neutralisent les élans de solidarité. Dans ce genre d’affaires de mœurs, la vérité est longue à établir par une justice aux réflexes « légitimistes », qui se prononce souvent en voulant anticiper ce qu’elle considère comme étant les souhaits des autorités. Ainsi, Monjib, Raissouni et Radi se verront refuser le droit de rester en liberté pendant la durée de leur procès, enfreignant un droit consacré par la législation marocaine.

La reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental et le rétablissement des relations avec Israël : une victoire diplomatique et une occasion pour humilier le PJD70

  • 70 . Cette partie reprend en partie une tribune publiée par l’auteur dans le journal Le Monde. Cf. Thi (...)
  • 71 . Mohsen-Finan Khadija, « Maroc. Le Sahara occidental contre la Palestine », Orient XXI, 11/12/2020 (...)

43Le 10 décembre 2020, Donald Trump annonce la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental par les États-Unis. Cette décision est tombée après plusieurs semaines de tensions au sud du territoire en conflit et l’annonce du Front Polisario de la rupture du cessez-le-feu en vigueur depuis 1991. Pour le Maroc, il s’agit d’une victoire importante qui consolide la marocanité de l’ancienne colonie espagnole. Dans une conjoncture sociale et économique difficile pour le royaume causée par la pandémie de Covid-19, des investissements, des aides financières et l’accès à des armements à la pointe de la technologie sont attendus. Ce faisant, Donald Trump, qui est sur le départ, ne fait qu’officialiser la position implicite des États-Unis. Par ailleurs, sans un accord impliquant le Front Polisario et sans l’appui des Nations unies, cette annonce s’apparente à un coup de force qui ne signifie pas pour autant un retour prochain des négociations ou une évolution du cadre posé par les Nations unies71. Surtout, la question de la souveraineté du Sahara a été associée au rétablissement de relations diplomatiques avec Israël. Malgré les rappels du ministère des Affaires étrangères ou du chef du gouvernement concernant la position inchangée du Maroc sur la solution à deux États, le statut de Jérusalem et le droit au retour des palestiniens, le malaise est grand chez de nombreux Marocains. Il l’est encore plus au sein du PJD, dont le chef du gouvernement, lui-même secrétaire général du parti avait rappelé la position officielle devant le forum de la jeunesse du parti en réaction à l’accord signé entre les Émirats arabes unis et Israël : « Nous refusons toute normalisation avec l’entité sioniste parce que cela l’encouragerait à aller plus loin dans la violation des droits du peuple palestinien ».

44Des coalitions associatives, défendant les droits humains et les libertés publiques, ainsi que des partis politiques de la gauche non-gouvernementale (Fédération de la gauche démocratique, La voie démocratique) et des organisations islamistes, tels le Mouvement Unicité et Réforme (matrice idéologique du Parti de la justice et du développement) ou Justice et bienfaisance (non reconnue officiellement) ont exprimé leur rejet catégorique de la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays. La pandémie de Covid-19, l’état d’urgence et le déploiement des forces de l’ordre dans les villes ont rendu impossible toute manifestation dans l’espace public contre la normalisation des relations avec Israël.

  • 72 . Jassim Ahdani, « Normalisation Maroc-Israël : le Conseil national du PJD met fin à la controverse (...)
  • 73 . À propos de l’attitude des gouvernements Benkirane et Othmani en matière de gestion de la politiq (...)

45Insistant sur le volet saharien de l’accord, la plupart des formations politiques qui siègent au Parlement ont applaudi l’initiative royale. En accord avec la doctrine de son parti, le PJD, le ministre de l’Emploi, qui est aussi le secrétaire général de la jeunesse des islamistes, a rompu l’unanimité gouvernementale en déclarant que les Marocains rejetaient cette normalisation. Or, le 22 décembre, c’est le chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani qui signe pour le Maroc la déclaration tripartite en présence des représentants des États Unis et d’Israël devant Mohammed VI et Nasser Bourita, le ministre des Affaires étrangères. En impliquant dans ces accords un Chef de gouvernement dont le parti a toujours été opposé à la normalisation des relations avec Israël, Mohammed VI entraîne les islamistes dans ce virage diplomatique qui les divise et les décrédibilise un peu plus auprès de leur électorat. En signe de protestation, des militants du PJD ont réclamé la convocation d’un congrès extraordinaire pour évincer l’actuel secrétaire général, tandis que plusieurs cadres du parti ont démissionné des instances dirigeantes ou gelé leur participation. Un mois plus tard, selon l’hebdomadaire Telquel, le rapport d’El Othmani devant le Conseil national du parti a rappelé que « le parti ne peut pas entrer en contradiction ou en collision avec les orientations de l’État et les directives du roi »72. Le secrétaire général a expliqué que la normalisation était quelque chose de prévu, avec ou sans le PJD à la tête du gouvernement73 et qu’il n’a été prévenu de la signature de l’accord qu’au dernier moment.

Conclusion

46Le roi a pris avec promptitude des mesures drastiques visant à endiguer la pandémie et à réduire son impact social et économique. Le secteur sanitaire marocain a été sous tension tout au long de l’année malgré le renfort des personnels et infrastructures des FAR. Si le chômage et la pauvreté ont augmenté et si la marge de manœuvre financière du gouvernement s’est considérablement rétrécie, le climat social est resté sous contrôle grâce à l’octroi, au cours des premiers mois, d’une aide de l’État aux ménages ayant perdu leurs sources de revenus et à un déploiement sécuritaire conséquent qui a découragé les débordements. Le chef du gouvernement et son ministre de la Santé ont tenté de faire entendre leurs voix, mais certains errements ont alimenté l’impression d’incompétence chez leurs détracteurs et le sentiment d’impuissance chez les militants islamistes. Le fonctionnement des institutions démocratiques est resté léthargique. Hormis quelques rares exceptions à peine audibles, les partis politiques se sont complus dans un confortable attentisme. Au sein de la majorité gouvernementale, seul le PJD a essayé de faire entendre sa voix, sans succès, pour protester contre la mise à l’écart du chef du gouvernement de la coordination de certaines initiatives. À l’occasion de la fête du Trône, le 29 juillet, le roi a défini la politique sociale du gouvernement actuel et de son successeur pour les cinq prochaines années. Il présentera probablement les grands axes de la future politique de développement quand il aura reçu les conclusions de la Commission pour un nouveau modèle de développement social et économique, hypothéquant ainsi les programmes des partis politiques qui devront s’accorder avec les orientations royales. La mise en scène de l’impuissance et de la soumission du chef du gouvernement, secrétaire général d’un parti islamiste dont la défense de la cause palestinienne fait partie de l’ADN, paraphant l’accord tripartite entre le Maroc, Israël et les États-Unis, a annoncé la fin des faux-semblants sur le renforcement de la position du chef du gouvernement dans la constitution de 2011.

47La gestion de la pandémie a confirmé l’hégémonie du pouvoir du roi relayé par le ministère de l’Intérieur et les ministres du RNI sur celui du chef du gouvernement. En dehors des ministères appartenant aux domaines réservés (Affaires étrangères, secrétariat général du gouvernement, Habous et affaires islamiques), l’hégémonie royale continue à s’appuyer sur le ministère de l’Intérieur et les institutions sécuritaires et militaires, dont le personnel a démontré sa capacité à quadriller les territoires urbains et à surveiller la population en général, et les opposants en particulier. Elle s’étend désormais à d’autres départements ministériels grâce à la nomination d’indépendants (9 des 23 ministres) ou de personnalités encartées pour la cause (4 ministres RNI). Ces hommes et ces femmes issues du monde des affaires ou de la haute-technocratie, reconnus pour diriger ou avoir dirigé des groupes industriels, financiers ou encore des agences et entreprises publiques, sont à la tête de ministères clés qui échappent au contrôle du chef du gouvernement.

48À un an des prochaines élections législatives, celles-ci n’ont plus d’enjeux réels si ce n’est pour prendre la mesure de la résilience du PJD et de la capacité de mobilisation du reste des formations politiques dont les directions se veulent avant tout les relais des orientations royales. Le cycle d’une ouverture de la Monarchie exécutive vers la politique partisane initié en 2011, avec l’arrivée du PJD à la tête du gouvernement, semble définitivement refermé.

Haut de page

Bibliographie

Bennani-Chraïbi Mounia, 2021, Partis politiques et protestations au Maroc (1934-2020), Rennes, Presses universitaires de Rennes. [OpenEdition Books : https://books.openedition.org/pur/143343].

Casani Herranz Alfonso, 2017, “Islamistas e izquierda en la oposición política marroquí: un análisis de sus relaciones a través del estudio de al-Adl w-al-Ihsan” en Revista de Estudios Internacionales Mediterráneos, 23, p.1-14. <https://doi.org/10.15366/reim2017.23.001>.

Catusse Myriam, 2008, Le Temps Des Entrepreneurs ? Politique et transformations du capitalisme au Maroc, Tunis, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, https://doi.org/10.4000/books.irmc.525.

Desrues Thierry, 2020, “Authoritarian resilience and democratic representation in Morocco: Royal interference and political parties’ leaderships since the 2016 elections”, Mediterranean Politics, 25/2, p. 252-264, https://doi.org/10.1080/13629395.2018.1543038

Desrues Thierry, 2019, “Who Does the King Speak for? Executive Power, the Executors and Protests in Morocco”, IEMed Mediterranean Yearbooks 2019, 192-196, https://www.iemed.org/observatori/arees-danalisi/arxius-adjunts/anuari/med.2019/Morocco_Politics_Protests_Thierry_Desrues_IEMed_MedYearbook2019.pdf

Desrues Thierry, 2018, « Le Maroc en 2017 : gouverner la « Monarchie exécutive » ou les logiques de l’autoritarisme », L’Année du Maghreb [En ligne], 19 - II, p. 211-232. DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.4289

Desrues Thierry, 2015, « Le gouvernement Benkirane à mi-mandat : de l’art d’agiter les épouvantails », L’Année du Maghreb, 13 - II, p. 195-222. DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.2592

Desrues Thierry, 2012, « Le Mouvement du 20 février et le régime marocain : contestation, révision constitutionnelle et élections », L’Année du Maghreb, VIII, p. 359-389. DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.1537

Desrues Thierry, 2007, « L’emprise de la monarchie marocaine entre fin du droit d’inventaire et déploiement de la “technocratie palatiale” », L’Année du Maghreb, III, DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.372

Fernández Molina Irene, 2011, “Los consejos consultivos: gobierno sin representación y diplomacia paralela”, in Desrues Thierry et Hernando De Larramendi Miguel, Mohamed VI. Política y cambio social en Marruecos, Cordoba, Almuzara, p. 139-176.

Foucault Michel, 2004, Naissance de la biopolitique. Cours au collège de France, 1978-1979, Paris, Gallimard, Seuil, p. 71.

Garcia de Paredes Marta et Beatriz Tomé-Alonso, 2019, « Défection, prise de parole et loyauté : Incertitude et reconfiguration autoritaire dans le Maroc de Mohammed VI », L’Année du Maghreb [En ligne], 21-II, p. 265-291. DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5840

Hernando de Larramendi, Miguel et Hernández Martínez David, 2021, « La “neutralité positive” du Maroc face au blocus contre le Qatar : une stratégie réussie », in Benantar Abdennour, Le Maghreb et la crise entre les monarchies du Golfe : une neutralité positive, Paris, L’Harmattan, p. 67-84.

Hibou Béatrice et Tozy Mohamed (2020), Tisser le temps politique au Maroc. Imaginaire de l’État à l’âge néolibéral, Paris, Karthala.

Linz Juan (1975), “Totalitarian and Authoritarian Regimes”, in Greenstein Fred I., Nelson W. Polsby (eds.), Handbook of Political Science. Macropolitical Theory, Volume 3, Masachussets, Addison-Wesley.

Mohsen-Finan Khadija et Vermeren Pierre (2018), Dissidents du Maghreb depuis les indépendances, Paris, Belin.

Monjib Maati (ed.), 2009, Islamists versus Secularists. Confrontations and Dialogues in Morocco, Amsterdam/Rabat, IKV Pax Christi/Centre Ibn Rochd for Studies and Communication.

El-Mossadeq Rkia, 1995, Consensus ou jeu de consensus ? Pour le réajustement de la pratique politique au Maroc, Casablanca, Imprimerie Najah El Jadida.

Otazu Javier, 2019, Marruecos, el extraño vecino, Madrid, La Catarata.

Tomé-Alonso Beatriz et Marta Garcia de Paredes, 2020, « Vingt ans de règne : Mohammed VI, à la recherche de l’occasion perdue », L’Année du Maghreb [En ligne], 23 - II, p. 245-268. DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.674

Haut de page

Notes

1 . Mohammed Bajeddi, « L’autosuffisance alimentaire du Maroc s’est sensiblement dégradée », Telquel, 19/06/2020, https://telquel.ma/2020/06/19/mohammed-bajeddi%e2%80%a9-lautosuffisance-alimentaire-du-maroc-sest-sensiblement-degradee_1688105

2 . Le concept de « gouvernementalité » chez Foucault (2004) renvoie à un ensemble de relations de pouvoir, de forme de “conduite des conduites”, de “techniques et procédures destinées à diriger la conduite des hommes”. Cet ensemble articule des rationalités gouvernementales et forme des régimes de gouvernance ou « gouvernementalité ».

3 . Pour une analyse récente des partis politiques marocains, on renvoie à Mounia Bennani-Chraïbi (2021) et Thierry Desrues (2020).

4 . Cf. Intissar Fakir et Isabelle Werenfels, “In Morocco, Benevolent Authoritarianism Isn’t Sustainable, Comentary”, Carnegie Endowment for International Peace, 29/07/2020, https://carnegieendowment.org/2020/07/29/in-morocco-benevolent-authoritarianism-isn-t-sustainable-pub-82395

5 . Cf. Mohsen-Finan Khadija, « Sahara occidental, le retour de la force », Orient XXI, 16/11/2020, https://orientxxi.info/magazine/sahara-occidental-le-retour-de-la-force,4301

6 . Un « bidule de virus », comme l’a qualifié l’ancien ministre de la Santé du Parti authenticité et modernité (PAM), Mohamed Cheikh Biadillah. Cf. « Maroc : en période de crise, les ministres s’éclipsent » [Edito], Yabiladi.com, 30/03/2020, https://www.yabiladi.com/articles/details/91411/maroc-periode-crise-ministres-s-eclipsent.html. Les prises de parole du directeur de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère de la Santé, Mohamed Lyoubi, constituent un autre cas paradigmatique de déclarations contradictoires. Il a affirmé que les annulations ou les reports de manifestations, tel le Salon international de l’agriculture marocaine (SIAM), résultaient d’une « interprétation excessive du communiqué du comité de pilotage et de suivi, publié le 1er mars ». « Coronavirus. Annulations d’événements. Lyoubi : des décisions parfois exagérées », Medias 24, 4/03/2020, https://www.medias24.com/2020/03/04/coronavirus-annulations-devenements-lyoubi-des-decisions-parfois-exagerees/

7 . La fermeture des écoles a mis les élèves et les parents, mais aussi les enseignants au défi de l’enseignement à distance. Pour les foyers urbains bénéficiant d’un logement suffisamment vaste, de moyens de connexion à internet et de supports informatiques, l’enseignement à distance a pu être une option viable. Dans le milieu rural l’accès limité à la technologie et à une connexion rapide sans fil, les difficultés d’accès à un enseignement à distance se sont substituées aux traditionnelles difficultés liées aux distances entre les foyers et les établissements scolaires pour accéder à l’enseignement.

8 . Quelques prédicateurs salafistes proches des thèses takfiristes et très actifs sur la toile ont dénoncé la fermeture des mosquées. Certains ont été convoqués par la police. L’un d’entre eux, Abou Naim, a été arrêté le 17 mars, puis condamné en appel le 27 mai à un an de prison ferme et une amende de 2 000 dirhams, pour incitation à la haine, menaces à l’encontre des citoyennes et des citoyens et excommunication de l’État.

9 . Naceureddine Elafrite, « Coronavirus. Sur ordre du Roi, des centres médicaux ont été créés par les FAR », Medias24, 17/03/2020, https://www.medias24.com/le-roi-centres-medicaux-crees-par-les-far-et-orientations-contre-covid-19-8477.html

10 . Depuis novembre 2019, Hassan Abyaba était ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, affilié à l’Union constitutionnelle. Exerçant également la fonction de porte-parole du gouvernement, il a été limogé par le roi sur proposition du chef du gouvernement, selon le communiqué du Cabinet royal, sans qu’aucune explication ne soit fournie sur les motivations qui ont conduit à cette décision. Amyne Asmlal, « Abyaba, Amzazi, El-Ferdaous : les détails d’un mini-remaniement », le360.ma, 08/04/2020, https://fr.le360.ma/politique/abyaba-amzazi-el-ferdaous-les-details-dun-mini-remaniement-212835 .

11 . La réouverture des mosquées était prévue, selon un calendrier qui échelonnait l’accueil des fidèles en quatre étapes entre le 8 juin et le 20 juillet. Au 6 juillet, 19 000 des 40 000 mosquées que compte le royaume étaient toujours fermées. Cf. « Le ministère des habous et des Affaires islamiques a annoncé mardi le calendrier de réouverture des mosquées fermées », La Vieéco, 1/06/2020, https://www.lavieeco.com/actualite-maroc/le-ministere-des-habous-annonce-le-calendrier-de-reouverture-des-mosquees-fermees/

12 . « Al Adl wal Ihsane et le PJD vent debout contre le maintien des mosquées fermées », Yabiladi.com, 02/07/2020, https://www.yabiladi.com/articles/details/95892/ihsane-vent-debout-contre-maintien.html

13 . « Maroc : 5 000 mosquées rouvriront demain leurs portes aux fidèles », Yabiladi.com, 14/07/2020, https://www.yabiladi.com/articles/details/96470/maroc-mosquees-rouvriront-demain-leurs.htm

14 . « Maroc : Interdiction de déplacement depuis ou vers plusieurs villes », Yabiladi.com, 26/07/2020, https://www.yabiladi.com/articles/details/96992/maroc-interdiction-deplacement-depuis-vers.html

15 . « Un hôpital de campagne de 1 200 lits a été mis en place à Fès », Yabiladi.com, https://www.yabiladi.com/articles/details/97320/hopital-campagne-lits-place.html

16 . « Discours Royal à l’occasion du 67e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple », Maroc.ma, 20/08/2020, https://www.maroc.ma/fr/discours-royaux/discours-royal-loccasion-du-67-eme-anniversaire-de-la-revolution-du-roi-et-du-peuple

17 . Dans ces conditions, la décision du ministère de l’Éducation de miser sur une rentrée scolaire s’appuyant sur l’apprentissage à distance, avec la possibilité d’un enseignement en présentiel si les parents le souhaitent a mécontenté tous ceux qui se sentent lésés.

18 . « Le Roi ordonne une vaccination anti-Covid massive dans les prochaines semaines », Medias24, 9/11/2020, https://www.medias24.com/le-roi-ordonne-une-vaccination-anti-covid-massive-dans-les-prochaines-semaines-14177.html

19 . Cette thèse est aussi défendue par Aziz Chahir, « Au Maroc, l’état d’urgence sanitaire révèle une fois de plus l’hégémonie du pouvoir central », Middle East Eye, 10/04/2020, https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/au-maroc-letat-durgence-sanitaire-revele-une-fois-de-plus-lhegemonie-du-pouvoir-central

20 . En 2020, le discours du roi à l’occasion de la fête du Trône a été avancé à la veille de la célébration le 29 juillet, tandis que celui qui a été prononcé pour fêter l’anniversaire de la Marche verte a été retardé d’une journée au 7 novembre. Une analyse critique de l’absence de communication royale se trouve chez Omar Brousky, « Maroc. Sa Majesté l’arlésienne », Orient XXI, 18/05/2020, https://orientxxi.info/magazine/maroc-sa-majeste-l-arlesienne,3876 .

21 . En 2014, 45,1 % de la population se déclare pauvre (pauvreté subjective). Ce taux monte à 54,3 % dans les zones rurales. Au cours de la même décennie 2004-2014, le taux d’emploi qui est déjà faible est passé de 46 % à 42,8 %. Par ailleurs, la proportion d’adultes en insécurité alimentaire modérée ou sévère (26 %) est supérieure au taux de pauvreté. Ainsi, la part des personnes économiquement vulnérables est de 12,5 % au niveau national, c’est-à-dire 4,2 millions de personnes en 2014. Cf. le rapport de la Banque mondiale « Pauvreté et prospérité partagée au Maroc du troisième millénaire, 2001–2014, Haut-Commissariat au plan et la Banque mondiale, Novembre 2017, https://documents1.worldbank.org/curated/en/806431523250621639/pdf/Poverty-in-Morocco-challenges-and-opportunities.pdf

22 . Une enquête menée par le Haut-commissariat au plan (HCP) pour identifier l’impact du coronavirus sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages a révélé que 34 % des ménages se sont retrouvés sans aucun revenu en raison de la pandémie. Pour près de la moitié d’entre eux, il s’agit de ménages déjà en situation de pauvreté (44 %). Cf. « Coronavirus : 34 % des ménages marocains se sont retrouvés sans revenus », Yabiladi.com, 19/05/2020 https://www.yabiladi.com/articles/details/93801/coronavirus-menages-marocains-sont-retrouves.html

23 . Cf. « Maroc : Plus de 5 millions de familles ont bénéficié des aides du Fonds spécial », Yabiladi.com, 30/04/2020, https://www.yabiladi.com/articles/details/92943/maroc-plus-millions-familles-beneficie.html

24 . « Maroc : Ouverture des aides pour les travailleurs de l’informel non-inscrits au Ramed », Yabiladi.com, 09/04/2020 https://www.yabiladi.com/articles/details/92001/coronavirus-maroc-ouverture-aides-pour.html

25 . Anis Chérif-Alami, « Maroc. Sous le Covid-19, la lancinante question sociale », Orient XXI, 28/07/2020 https://orientxxi.info/magazine/maroc-sous-le-covid-19-la-lancinante-question-sociale,4017

26 . Mohammed Jaabouk, « La feuille de route du roi Mohammed VI prévoit 120 MMDH pour l’après-Covid-19 », Yabiladi.com, 30/07/2020, https://www.yabiladi.com/articles/details/97161/feuille-route-mohammed-prevoit-mmdh.htmlYabiladi.com, 30/07/2020

27 . Dans son discours du Trône, le roi a indiqué : « redresser les anomalies qui entachent l’exécution du Programme de couverture médicale “RAMED”, et, parallèlement, refondre en profondeur le système national de santé, qui se caractérise par des inégalités criantes et une faible gestion ». Maroc.ma, 29/07/2018, https://www.maroc.ma/fr/discours-royaux/sm-le-roi-adresse-un-discours-la-nation-loccasion-de-la-fete-du-trone-0

28 . Cf. CESE, La protection sociale au Maroc. Revue, bilan et renforcement des systèmes de sécurité et d’assistance sociales, Rapport du Conseil Economique, Social et Environnemental Auto-Saisine 34/2018, http://www.cese.ma/media/2020/10/Rapport-La-protection-sociale-au-Maroc.pdf

29 . Laila Zerrour, « Carte sanitaire au Maroc : Ces chiffres à retenir… », Aujourd’hui le Maroc, 16/06/2021, https://aujourdhui.ma/societe/carte-sanitaire-au-maroc-ces-chiffres-a-retenir

30 . Anis Chérif-Alami, « Maroc. Sous le Covid-19, la lancinante question sociale », Orient XXI, 28/07/2020, https://orientxxi.info/magazine/maroc-sous-le-covid-19-la-lancinante-question-sociale,4017

31 . Brian Brequeville et Mehdi Mahmoud, « Pourquoi l’Armée prend en charge les cas positifs de coronavirus », Telquel, 19/09/2020, https://telquel.ma/2020/06/19/pourquoi-larmee-prend-en-charge-les-cas-positifs_1688065

32 . Taoufik Marrakchi, « Contribution des Armées à la lutte contre le Covid-19 », Policy Brief, Policy center for the New South, Rabat, juin 2020, https://www.policycenter.ma/sites/default/files/PB_20-52_Marrakchi.pdf

33 . « Déconfinement : l’Armée, “joker royal” pour rectifier le tir » [Edito], Yabiladi.com, 14/06/2020, https://www.yabiladi.com/articles/details/95021/deconfinement-l-armee-joker-royal-pour.html

34 . « Maroc : l’alerte des ONG », Bladi.net, 29/04/2020, https://www.bladi.net/maroc-alerte-ong,68142.html

35 . Dans un communiqué publié le 27 avril, Michelle Bachelet, la Haute Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU s’est dite préoccupée par les centaines de milliers de détentions annoncées dans certains États, dont le Maroc, qui figure sur la liste des pays pointés du doigt. « Maroc : L’ONU pointe le nombre d’arrestations durant l’état d’urgence sanitaire », Yabiladi.com, 28/04/2020, https://www.yabiladi.com/articles/details/92820/maroc-l-onu-pointe-nombre-d-arrestations.html

36 . « Saâd-Eddine El Othmani, un chef de gouvernement nu devant le coronavirus » [Edito], Yabiladi.com, 10 juin 2020, https://www.yabiladi.com/articles/details/94812/saad-eddine-othmani-chef-gouvernement-devant.html

37 . Mehdi Mahmoud, « Exécutif : la politique s’empare de la crise sanitaire », Telquel, 17/04/2020, https://telquel.ma/2020/04/17/executif-en-temps-de-crise-sanitaire-la-politique-continue_1679812

38 . Le journaliste et politiste Omar Brousky rapporte que lors de son intervention sur la première chaîne de télévision le 7 mai, El Othmani avait déclaré : « Ce serait vous mentir si je dis que je sais exactement comment on va relancer l’économie […]. Je suis confiant dans l’avenir, et le Maroc a montré encore une fois qu’il est capable de relever les défis. Le peuple marocain a montré sa grandeur et sa volonté ». Sur les modalités de gestion de l’après 20 mai, il se contentera de cette réponse : « le déconfinement est plus difficile que le confinement ». Et d’ajouter : « pour l’instant, nous n’avons aucune vision pour l’après-coronavirus, nous avons des scénarios que nous étudions ». Un autre exemple éclairant des erreurs de communication concerne la présentation du dispositif de réanimation marocain. Le royaume « dispose de 250 lits dans les services de réanimation pour les cas graves et ce, au niveau de l’ensemble des régions du Royaume », déclarait, le 24 mars, le chef du gouvernement, Saad Eddine El-Othmani, avant de se rétracter maladroitement devant le choc de ce chiffre : « pour clarifier des informations incomprises, écrira-t-il sur son compte Twitter, il existe 250 lits de réanimation pour les patients potentiels […] sinon le Maroc compte plus de 1 600 lits de réanimation sur le territoire national ». Cf. Omar Brousky, op. cit.

39 . Le verdict de l’hebdomadaire Telquel est sans appel : Un défaut de communication qui s’explique par l’absence de capitaine à la barre du navire gouvernemental. Cf. Anaïs Lefébure, « Déconfinement, comment le gouvernement a perdu la bataille de la communication », Dossiers, Telquel, 12/06/2020, https://telquel.ma/2020/06/12/deconfinement-comment-le-gouvernement-a-perdu-la-bataille-de-la-communication_1687151

40 . Jassim Ahdani, « Déconfinement : l’Intérieur définitivement aux manettes », Dossiers, Telquel, 12/06/2020, https://telquel.ma/2020/06/12/deconfinement-linterieur-definitivement-aux-manettes_1687155

41 . Amyne Asmlal, « Aides directes : le moqaddem ou le PJD, qui aura le dernier mot ? », le360.ma, 01/04/2020, https://fr.le360.ma/politique/aides-directes-le-moqaddem-ou-le-pjd-qui-aura-le-dernier-mot-212298

42 . Brian Brequeville et Anaïs Lefébure, « Coronavirus, sécheresse : incapables de gérer la crise économique ? », Telquel, 13/03/2020, https://telquel.ma/2020/03/13/notre-economie-face-au-virus_1672545. Si les travaux seront coordonnés par le ministre des Finances, le CVE comprend parmi ses membres le ministère de l’Intérieur, le ministère des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, précise la même source. Il s’agit également du ministère de la Santé, du ministère de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique, du ministère du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale, du ministère du Travail et de l’insertion professionnelle, de Bank Al-Maghrib, du Groupement professionnel des banques du Maroc, de la Confédération générale des entreprises du Maroc, de la Fédération des chambres marocaines de commerce, d’industrie et de services, et de la Fédération des chambres d’artisanat.

43 . Rédaction « Elalamy au chevet de l’industrie textile durement touchée par la pandémie », LeDesk, 14/03/2020, https://ledesk.ma/live-content/elalamy-au-chevet-de-lindustrie-textile-durement-frappee-par-la-crise-du-coronavirus/

44 . Mehdi Mahmou, « Sécheresse : les mesures d’urgence annoncées par Akhannouch Agriculture », Telquel, 12/03/2020, https://telquel.ma/2020/03/12/secheresse-des-mesures-durgence-annoncees-par-akhannouch_1672459?

45 . « Covid-19 : Après quatre semaines de présence, le réalisme du pouvoir régalien a imposé son approche », Yabiladi.com, 29/03/2020, https://www.yabiladi.com/articles/details/91366/covid-19-apres-quatre-semaines-presence.html

46 . Aziz Chahir, « Au Maroc, l’état d’urgence sanitaire révèle une fois de plus l’hégémonie du pouvoir central », op. cit.

47 . Intissar Fakir et Isabelle Werenfels, In Morocco, Benevolent Authoritarianism Isn’t Sustainable, Comentary, Carnegie Endowment for International Peace, July 29, 2020, https://carnegieendowment.org/2020/07/29/in-morocco-benevolent-authoritarianism-isn-t-sustainable-pub-82395

48 . Le chef du gouvernement leur a promis de transmettre la requête au roi Mohammed VI.

49 . « Levée du confinement : Le PSU rejette les pleins pouvoirs accordés au ministère de l’Intérieur », Yabiladi.com, 11/06/2020, https://www.yabiladi.com/articles/details/94900/levee-confinement-rejette-pleins-pouvoirs.html

50 . La MAP a publié l’information suivante : « le Conseil de gouvernement réuni jeudi (19 mars) sous la présidence du chef du gouvernement, M. Saadeddine El Othmani, a examiné et approuvé le projet de loi 22.20 relatif à l’utilisation des réseaux sociaux, des réseaux de diffusion et réseaux similaires, tenant compte des observations formulées, au terme de son examen par un comité technique et une commission ministérielle, tous deux mis en place à cet effet ».

51 . Selon un rapport du Centre d’études en droits humains et démocratie (CEDHD) et du Centre pour la gouvernance du secteur de la sécurité (DCAF) intitulé « Gestion de l’état d’urgence sanitaire au Maroc, gouvernance sécuritaire et droits humains », il « n’y a jamais eu au Maroc une telle proposition en matière de restriction des libertés d’expression ». Urgence sanitaire : « L’ingénierie juridique de l’état d’urgence n’a pas été à la hauteur », Yabiladi..com, 14/07/2020, https://www.yabiladi.com/articles/details/96456/urgence-sanitaire-l-ingenierie-juridique-l-etat.html

52 . « Maroc : Plusieurs associatifs pointent la logique liberticide du projet de loi n°22.20 », Yabiladi.com, 28/04/2020, https://www.yabiladi.com/articles/details/92854/maroc-plusieurs-associatifs-pointent-logique.html

53 . Omar Kabbadj « Loi 22-20 : consomme et tais-toi ! », Telquel, 8/05/2020, https://telquel.ma/2020/05/08/loi-22-20-consomme-et-tais-toi_1682794

54 . Jassim Ahdani, « Mehdi Mezouari : “Vu la rapidité avec laquelle le projet de loi 22-20 a été programmé, la responsabilité en incombe au chef du gouvernement” », Telquel, 15/05/2020, https://telquel.ma/2020/05/15/mehdi-mezouari-vu-la-rapidite-avec-laquelle-le-projet-de-loi-22-20-a-ete-programme-la-responsabilite-en-incombe-au-chef-du-gouvernement_1683809

55 . Les deux ministres sont accusés de fraude à la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) pour ne pas avoir rempli l’obligation de déclarer leurs salariés. L’affaire est d’autant plus grave qu’Amekraz en assure la présidence. Fahd Iraqi, « Affaires Ramid et Amekraz : vers un “PJD Gate” ? », Jeune Afrique, 26 juin 2020, https://www.jeuneafrique.com/1007009/politique/affaires-ramid-et-amekraz-vers-un-pjdgate.

56 . Le tweet sur « le bourreau de nos frères », « Lahcen Talfi, juge de la cour d’appel, bourreau de nos frères, souvenons-nous bien de lui. Dans beaucoup de régimes, les petits bras comme lui sont revenus supplier après en prétendant “avoir exécuté des ordres”. Ni oubli ni pardon avec ces fonctionnaires sans dignité ! », écrivait, en avril, Omar Radi sur Twitter.

57 . Il est le fondateur ou co-fondateur du Centre Ibn Rochd d’études et de communication, dédié principalement à la formation des journalistes et de l’Association marocaine pour le journalisme d’Investigation (AMJI).

58 . L’article référencé a été publié en 2015 et il est disponible en ligne : Lucie Geffroy et Emmanuelle Morau, « Comment le Mossad a aidé le Maroc à tuer Ben Barka », Courrier International, 26/03/2015, https://www.courrierinternational.com/article/renseignement-comment-le-mossad-aide-le-maroc-tuer-ben-barka

59 . Président de l’association Freedom Now pour la liberté de la presse, l’historien est poursuivi, de même que six autres journalistes et militants des droits humains (Hicham Mansouri, Hisham Almiraat, Mohamed Essabr et Abdessamad Ait Aich), depuis 2014 pour « atteinte à la sécurité de l’État ». Cf. Hicham Mansouri, « Maroc. Maati Monjib, un homme abattre », Orient XXI, 10/02/2021, https://orientxxi.info/magazine/maroc-maati-monjib-un-homme-a-abattre,4507

60 . « Maroc : les chiffres qui prouvent le harcèlement judiciaire contre Omar Radi », Reporters Sans frontières, 28/08/2020, https://rsf.org/fr/actualites/maroc-les-chiffres-qui-prouvent-le-harcelement-judiciaire-contre-omar-radi

61 . À propos de la définition de la dissidence, on retiendra celle que proposent Khadija Mohsen-Finan et Pierre Vermeren, tirée d’un colloque sur ce phénomène en URSS : « Il n’y a pas de dissidents dans les démocraties.... Or le dissident est l’adversaire politique d’un pouvoir qui ne le tolère pas. Il ne se désigne pas en tant que tel c’est le pouvoir qui l’érige en dissident, explicitement en le dénonçant, ou par le traitement spécial qu’il lui inflige ». Cf. Mohsen-Finan et Vermeren (2018, p. 10).

62 . Le 8 janvier 2020, rappelle Hicham Mansouri, Souleymane Raïssouni affirmait que « la quête de démocratie et la mise en place de mécanismes judiciaires balayeront les journalistes spécialistes de la diffamation, avec leurs chefs secrets ou connus de tous qui sont dans les cercles du pouvoir ». Hicham Mansouri, « Maroc. Cette “stratégie sexuelle” qui lamine les journalistes », Orient XXI, 16/07/2020, https://orientxxi.info/magazine/maroc-cette-strategie-sexuelle-qui-lamine-les-journalistes,3987

63 . Il était aussi membre de l’association « Racines » dissoute par les autorités en décembre 2019. Au cours du dernier débat accessible en ligne, il a déclaré la Monarchie parlait de nouveau modèle de développement, alors qu’elle représentait le principal frein au développement du pays.

64 . À propos du rôle des moqaddem, on peut consulter le premier chapitre de l’ouvrage de Javier Otazu (2019).

65 . Anna Sylvestre-Treiner, « Libertés. Au Maroc, le musellement s’accentue », Courrier International, 27/12/2019, https://www.courrierinternational.com/article/libertes-au-maroc-le-musellement-saccentue

66 . En 2019, Amnesty International et Forbidden Stories ont pu établir que le téléphone de 17 opposants marocains dont Omar Radi et Maati Monjib auraient pu être espionnés par le logiciel Pegasus, confirmant ainsi, malgré les démentis officiels, son acquisition par les services de sécurité marocains.

67 . Hicham Mansouri, « Maroc. Cette “stratégie sexuelle” qui lamine les journalistes », op.cit.

68 .« Maroc : guerre de pétitions autour de la liberté d’expression », H24Info.ma, 28/08/2020, https://www.h24info.ma/maroc/maroc-guerre-de-petitions-autour-de-la-liberte-dexpression/

69 . Rachida El Azzouzi et Rosa Moussaoui (2021), « Maati Monjib : “La police politique gouverne au Maroc : l’atmosphère est irrespirable” », Mediapart/L’Humanité, 5/01/2021, https://www.mediapart.fr/journal/international/311220/maati-monjib-la-police-politique-gouverne-au-maroc-l-atmosphere-est-irrespirable?onglet=full

70 . Cette partie reprend en partie une tribune publiée par l’auteur dans le journal Le Monde. Cf. Thierry Desrues, « Au Maroc, une victoire diplomatique sur le Sahara au risque d’une défaite morale sur la question palestinienne », Le Monde Afrique, 4/01/2021, https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/01/04/au-maroc-une-victoire-diplomatique-sur-le-sahara-au-risque-d-une-defaite-morale-sur-la-question-palestinienne_6065180_3212.html

71 . Mohsen-Finan Khadija, « Maroc. Le Sahara occidental contre la Palestine », Orient XXI, 11/12/2020, https://orientxxi.info/magazine/maroc-le-sahara-occidental-contre-la-palestine,4366

72 . Jassim Ahdani, « Normalisation Maroc-Israël : le Conseil national du PJD met fin à la controverse », Telquel, 27/01/2020, https://telquel.ma/2021/01/27/normalisation-maroc-israel-le-conseil-national-du-pjd-met-fin-a-la-controverse_1709156

73 . À propos de l’attitude des gouvernements Benkirane et Othmani en matière de gestion de la politique étrangère par la Monarchie, on renvoie à Hernando de Larramendi et Hernandez (2021).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Desrues, « Lutte contre la pandémie du Covid-19, répression des voix dissidentes et retournement diplomatique : la gouvernance de la Monarchie exécutive et le discrédit du chef du gouvernement », L’Année du Maghreb, 26 | 2022, 243-268.

Référence électronique

Thierry Desrues, « Lutte contre la pandémie du Covid-19, répression des voix dissidentes et retournement diplomatique : la gouvernance de la Monarchie exécutive et le discrédit du chef du gouvernement », L’Année du Maghreb [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/10374 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.10374

Haut de page

Auteur

Thierry Desrues

Chercheur en sciences sociales, IESA-CSIC, Cordoue, Espagne.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search