Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Chroniques politiquesMarocChronologie Maroc 2020

Chroniques politiques
Maroc

Chronologie Maroc 2020

Thierry Desrues
p. 267-268

Entrées d'index

Mots-clés :

Maroc, Chronologie, 2020

Géographie :

Maroc
Haut de page

Texte intégral

12 mars : premier cas de Coronavirus 19 déclaré. Interdiction de tout rassemblement et manifestation de plus de mille personnes.
13 mars : annonce de la fermeture des écoles et des universités. Suspension des liaisons aériennes et maritimes avec l’Espagne et la France.
16 mars : fermeture des cafés, restaurants et hammams, ainsi que des mosquées. Mohammed VI donne « ses instructions au gouvernement de procéder à la création immédiate d’un Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du Coronavirus, doté de 10 milliards de dirhams et qui devrait être alimenté par des dons ».
17 mars : le roi préside une séance de travail portant sur la gestion de la propagation de la pandémie du coronavirus.
19 mars : le ministère de l’Intérieur annonce l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire à partir du lendemain à 18 heures et ce jusqu’au 20 avril.
22 mars : le gouvernement prend le décret-loi n° 2.20.292, portant sur les dispositions de l’état d’urgence sanitaire et les conditions de sa déclaration en accord avec l’article 81 de la Constitution.
7 avril : le port du masque devient obligatoire pour toutes les sorties autorisées.
8 avril : le roi limoge, sans explication officielle, Hassan Abyaba, le ministre de la Jeunesse et des Sports qui assumait la fonction de porte-parole du gouvernement. Le « Fonds Covid-19 » est opérationnel.
10 avril : ouverture de la session parlementaire de printemps avec une présence restreinte des députés.
23 avril : l’état d’urgence sanitaire est accompagné tout au long du mois de Ramadan d’un couvre-feu nocturne de 19 h à 5 h du matin.
27 avril : des fuites sur les réseaux sociaux et dans la presse du projet de loi 22.20 relatif à l’utilisation des réseaux sociaux, des réseaux de diffusion et réseaux similaires suscitent une polémique au sein du gouvernement, des partis politiques et de la société civile.
27 mai : le cheikh salafiste Abou Naim, arrêté le 17 mars, est condamné en appel à un an de prison ferme pour incitation à la haine, menaces à l’encontre des citoyennes et des citoyens et excommunication de l’État.
10 juin : des mesures d’allègement du confinement et des autorisations de déplacements sont prises et appliquées selon l’évolution de la pandémie dans les villes et les régions regroupées en zone définies selon la situation sanitaire.
24 juin : une deuxième étape de déconfinement permet l’ouverture des lieux de restauration, des grands centres commerciaux et de loisirs et la circulation des moyens de transport en commun interurbains.
14 juillet : réouverture de toutes les mosquées.
15 juillet : réouverture partielle des frontières permettant le retour des Marocains et des étrangers résidents au Maroc se trouvant hors des frontières nationales.
26 juillet : interdiction de déplacement depuis ou vers les villes de Tanger, Tétouan, Fès, Meknès, Casablanca, Berrechid, Settat et Marrakech.
29 juillet : le roi annonce dans le discours de la Fête du Trône, la mise en place d’un grand plan de relance économique et d’une série de mesures de généralisation de la protection sociale dans un délai de cinq ans. Le journaliste Omar Radi est placé en détention sous les chefs d’accusation de « réception de fonds étrangers dans le but de porter atteinte à la sécurité intérieure de l’État » ainsi que pour une plainte pour « viol avec violence ».
9 novembre : un communiqué du Palais royal annonce que le roi a donné ses orientations en vue du lancement d’une opération massive de vaccination contre la Covid-19 dans les prochaines semaines.
13 novembre : les Forces armées marocaines entrent dans la zone tampon démilitarisée du poste frontière de Guerguerat pour expulser quelques dizaines de civiles saharaouis qui bloquaient depuis le 21 octobre la route qui unie le Maroc et la Mauritanie. En réaction, le Front Polisario décrète la fin du cessez le feu en vigueur depuis 1991 et déclare « l’état de guerre ».
10 décembre 2020 : Donald Trump annonce dans un tweet la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental.
22 décembre : Saad Eddine El Othmani signe pour le Maroc la déclaration tripartite de normalisation des relations entre le Maroc et Israël.
29 décembre : Maati Monjib, historien, responsable associatif, militant pour les libertés publiques et collaborateur habituel de plusieurs organes de presse et think tanks est arrêté par la police.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Desrues, « Chronologie Maroc 2020 », L’Année du Maghreb, 26 | 2022, 267-268.

Référence électronique

Thierry Desrues, « Chronologie Maroc 2020 », L’Année du Maghreb [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/10379 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.10379

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search