Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Chroniques politiquesMauritanieChronologie Mauritanie 2020

Chroniques politiques
Mauritanie

Chronologie Mauritanie 2020

Camille Evrard et Erin Pettigrew

Entrées d'index

Mots-clés :

Mauritanie, Chronologie, 2020

Géographie :

Mauritanie
Haut de page

Texte intégral

1Fin décembre 2019 : l’ancien président Mohammed Ould Abdel Aziz (2009-2019), de retour en Mauritanie après six mois d’absence, affirme l’existence des « profondes divergences » entre lui et son successeur au sujet de l’orientation de l’Union pour la République (UPR), le parti de la majorité.
13 janvier : manifestations à Nouakchott contre le viol et les violences à l’égard des femmes. Réunion des chefs d’État du G5 Sahel à Pau, France.
22 janvier : arrestation et placement en garde à vue de personnes accusées d’avoir participé à un mariage dit homosexuel à Nouakchott.
25 janvier : visite officielle d’une délégation émiratie pour développer un aéroport militaire en Mauritanie.
30 janvier : le parlement mauritanien adopte le principe d’une commission d’enquête sur le sort des revenus pétroliers dans la Mauritanie de l’ex-président Aziz. La justice mauritanienne condamne huit hommes à une peine de deux ans pour « actes contraires à la morale » après la diffusion de la vidéo d’une soirée festive entre homosexuels.
31 janvier : le Parlement mauritanien décide que les débats ne seraient plus traduits en langue française aux députés, mais uniquement dans les quatre langues nationales (l’arabe, le peul, le wolof et le soninké).
2 février : les Émirats arabes unis allouent 2 milliards de dollars à des investissements et à des projets de développement en Mauritanie. Ils signent un mémorandum huit jours plus tard avec le ministre de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le Parlement mauritanien qui promet la construction d’un institut mauritanien des arts à Nouakchott.
13 février : la police judiciaire mauritanienne convoque plusieurs militants, dont les activistes des droits de l’Homme Mekfoula Mint Brahim et Amenitou mint el Mokhtar, pour avoir organisé « une réunion non autorisée » visant la création d’un parti politique lié au mouvement #Mauritanielaïque.
17 février : manœuvres militaires américaines à Atar et Kaédi sous la houlette d’Africom et de l’exercice Flintlock.
25 février : le sommet des chefs d’Etat du G5 Sahel a lieu à Nouakchott.
4 mars : les États-Unis annoncent offrir un hôpital militaire au contingent mauritanien du G5 Sahel.
10 mars : Mohammed Ould Bouamatou, homme d’affaires et opposant politique à l’ex-président Aziz, est de retour après 10 ans d’exil. Proposition d’un projet de loi autorisant la double nationalité.
13 mars : premier cas de Covid-19 confirmé.
18 avril : La Mauritanie affirme ne plus compter de « cas positif » actif. Pour contenir la propagation du coronavirus, le gouvernement instaure un couvre-feu de 18 heures à 6 heures et interdit le déplacement des personnes entre provinces.
5 mai : Grève des ouvriers de la mine de Tasiast. Ils se plaignent des conditions de travail où, avec l’épidémie de Covid-19, ils sont obligés de travailler 12 heures par jour, 7 jours sur 7.
6 mai : Le projet de loi sur les violences basées sur le genre approuvé par le conseil des ministres est voté par l’Assemblée nationale. La grande majorité des militantes n’a pas vu le texte approuvé avant qu’on annonce la nouvelle.
7 mai : grève générale des pêcheurs artisanaux après la décision du 5 mai de contrôler toutes les embarcations dans le contexte de l’épidémie de Covid-19.
28 mai : dans le contexte international du mouvement Black Lives Matter, des manifestations éclatent en Mauritanie à la suite de la mort d’un jeune homme, Abbass Diallo, tué par l’armée près de Mbagne.
9 juin : le président Ghazouani procède au remplacement de plusieurs hauts-fonctionnaires de l’armée, action vue comme une façon de consolider son pouvoir.
30 juin : le président français est à Nouakchott pour le G5 Sahel.
Juin et juillet : de nombreuses coupures d’eau et d’électricité, conjuguées à de fortes chaleurs et des vents de poussière, déclenchent des manifestations dans plusieurs villes du pays pour exhorter le gouvernement à agir.
27 juillet : l’Assemblée nationale vote la création d’une Haute Cour de Justice, dans le contexte des accusations de malversations à l’encontre de l’ancien président Aziz et de la sortie du rapport de la commission d’enquête sur sa gestion des affaires. Cette institution ainsi réhabilitée permettrait de le juger.
6 août : un an après l’élection de Ghazouani, le Premier ministre Ismail Ould Bedda ould Cheikh Sidiya démissionne. Mohamed Ould Bilal est nommé en remplacement. Cet ingénieur originaire de Rosso avait été ministre sous Sidi Ould Cheikh Abdellahi, puis directeur de la société mauritanienne d’électricité sous Aziz. De nombreuses réactions sur les réseaux sociaux critiquent la nomination d’un « Ould » de plus. Trois jours après, un nouveau gouvernement est annoncé.
11 août : l’ancien président Aziz annonce officiellement la création d’un nouveau parti politique, le Parti unioniste démocratique socialiste (PUDS), d’obédience baathiste et « socialiste ». Le lendemain, la police en perquisitionne le siège au motif que le ministère de l’Intérieur n’a pas été informé de la tenue de son congrès ni de sa composition, comme l’exige la loi.
18 août : les autorités convoquent puis détiennent Aziz en garde à vue ; plus de 300 personnes, dont l’ancien chef de l’État et plusieurs membres de sa famille, sont soupçonnées de corruption et de détournement de biens entre 2008 et 2019. Fin septembre, le procureur de Nouakchott lui interdit de quitter le pays pendant l’enquête.
22 août : dans le village de Dar el Barka au Brakna, des protestations violentes dénoncent l’attribution, sous Aziz, des terres à l’Autorité arabe pour l’investissement et le développement Agricole. Les populations riveraines dénoncent l’accaparement des terres par l’agro-business.
22 août : des orpailleurs, protestant contre les montants qui leur sont imposés par la société Maaden pour chercher de l’or, ont incendié le commissariat de police de Chami, près de Nouadhibou, et ont bloqué la route principale de la ville.
Septembre : pénuries d’eau dans le pays. L’accès à l’eau est un enjeu crucial notamment dans l’Est.
16 septembre : les autorités judiciaires mauritaniennes, en guerre contre la corruption qui sévissait sous le règne de l’ex-président Aziz ont saisi près de 20 milliards d’ouguiyas sur la base d’un rapport établi par une commission d’enquête parlementaire.
18 octobre : retour de Mohamed Mustapha Ould Limam Chafi après 10 ans d’exil. Un mandat d’arrêt international avait été lancé contre lui sous Aziz, à la suite de sa mise en accusation pour financement du terrorisme, intelligence avec des groupes terroristes et appui logistique et financier à des groupes terroristes en activité dans le Sahel. Mais en février 2020, le pôle anti-corruption du parquet au tribunal de Nouakchott avait annulé les poursuites judiciaires.
27 octobre : près de 300 migrants secourus au large de la Mauritanie. Manifestations à Nouakchott pour dénoncer comme « anti-musulmans » les propos du président français Macron après la mort de Samuel Paty le 2 octobre.
Novembre : des routiers marocains sont bloqués au poste-frontière de Guerguerat entre la Mauritanie et le Sahara occidental par des membres du Front Polisario. Pénurie de légumes et de fruits en Mauritanie.
Décembre : deuxième vague de Covid-19. Manifestations des étudiants en médecine qui revendiquent des changements concernant les examens, les commissions pédagogiques et les stages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Evrard et Erin Pettigrew, « Chronologie Mauritanie 2020 », L’Année du Maghreb [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/10382 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.10382

Haut de page

Auteurs

Camille Evrard

Historienne (IMAF Aix-en-Provence)

Articles du même auteur

Erin Pettigrew

Historienne (New York University Abu Dhabi)295-297

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search