Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Dossier : Minorisations. Revisite...Des identités (dé)politisées ? Le...

Dossier : Minorisations. Revisiter les conditions minoritaires

Des identités (dé)politisées ? Les enjeux de catégorisation des Nubien.ne.s en Égypte

(De)politicised identities? Issues of categorisation of Nubians in Egypt
هُوِيّات مُسَيَّسة (وغير مُسَيَّسة)؟ تحديات تصنيف النوبيين في مصر
Mérième Ihsan
p. 41-56

Résumés

Dans la lignée des travaux qui étudient la façon dont l’État gère ses groupes culturels, cet article se donne pour objectif de rendre compte de la complexité du processus de construction des catégories où les récits et les représentations de plusieurs acteurs s’entrelacent. À rebours d’une vision dichotomique de l’État vs les Nubien.ne.s, cet article vise à mettre en présence l’hétérogénéité d’acteur.trices (l’État, les chercheurs, les militant.e.s, les leaders associatifs, etc.) qui participent aux processus de catégorisation.

Dans cette perspective, il propose d’étudier ce processus au croisement des problématiques de politisation et de dépolitisation, à savoir les lectures déconflictuelles, diffusées dans un contexte globalisé, donnant lieu à des processus de politisation à géométrie variable. À géométrie variable parce que ces processus dépendent des différentes interactions entre les divers acteurs, la circulation des récits et des travaux académiques, et la mise en place des espaces qui ne sont pas tous nécessairement politiques ; mais qui favorisent une prise de conscience et renforcent l’identification des individus. Comme nous le verrons dans cet article, les processus de catégorisation s’inscrivent dans une zone grise qui oscille entre reconnaissance et déni, politique et ‘apolitique’, donnant naissance à des stratégies d’appropriation, de négociation et de contestation.

Pour ce faire, cet article analyse, d’abord, la façon dont l’intérêt aux enjeux patrimoniaux devient un instrument d’homogénéisation dont l’objectif est de déconflictualiser les rapports à l’État. Il examine ensuite les études ethnologiques portant sur la population nubienne et leur rôle dans la diffusion d’une image folklorique et parfois essentialiste de celle-ci. L’article retrace, ensuite, les tentatives de politisation à travers l’appropriation des catégories politiques (comme « indigènes » et « minorités ») afin de faire partie d’un discours global. Alors que ce discours émerge, à partir des années 2000, chez certain.e.s militant.e.s, les chercheurs contribuent aussi à ces processus de politisation en mobilisant davantage ces catégories dans leurs travaux.

Haut de page

Texte intégral

1Le 23 novembre 1997, le musée de la Nubie est inauguré à Assouan, dans le sud de l’Égypte, lors d’une grande cérémonie en présence de l’ancien Président Moubarak (1981-2011), ainsi que d’autres figures politiques et artistiques internationales (Al-Feky, 1997 ; Bakir, 1997). Largement célébré (figure 1), ce musée vient couronner les efforts nationaux et internationaux pour sauver les monuments nubiens de la submersion à la suite de la construction du Haut Barrage dans les années 1960.

  • 1 . Discours Nasser, 11 janvier 1960, adressé aux Nubiens avant le déplacement forcé.
  • 2 . Texte originel: « thereby explicitly and implicitly setting expectations around what other projec (...)
  • 3 . Dans une région partagée entre le sud de l’Égypte et le nord du Soudan, les Nubien.ne.s soudanais (...)
  • 4 . À titre d’exemple : la nationalisation du canal de Suez, la guerre de l’Algérie et le soutien égy (...)
  • 5 . Pour plus d’informations, voir les « Décisions adoptées par le conseil exécutif à sa cent quatriè (...)

2Inscrit dans la lutte anticoloniale, le Haut Barrage ne représente en effet pas uniquement un projet de « renaissance industrielle »1 dans la période post-indépendance, en vue de renforcer le pouvoir et la légitimé de Nasser comme leader anticolonial. Il forge également les définitions du travail et du sacrifice pour la nation (Younes, 2012) en « fixant ainsi explicitement et implicitement les attentes concernant ce que d’autres projets devraient dire, faire ou être » (Salem, 2019, p. 257)2. Sa construction donne naissance à un lac de retenue, dénommé « lac Nasser », qui submerge les villages nubiens et met en danger les temples et les monuments. Alors qu’environ 50 000 Nubien.ne.s égyptien.ne.s3 (Hopkins et Mehanna, 2010, p. 10) sont déplacé.e.s par le gouvernement et réinstallé.e.s dans d’autres régions désertiques, l’engloutissement des monuments nubiens devient une question qui préoccupe les élites politiques et intellectuelles. Tharwat Okasha, alors ministre de la Culture et de l’Information nationale, envoie d’abord une mission d’artistes et d’architectes égyptiens en 1962 pour documenter l’environnement nubien avant la submersion (Al-Deeb, 1962). Cette campagne est accompagnée par une autre, à l’échelle internationale, orchestrée par l’UNESCO, afin de sauver les monuments nubiens dans un contexte global marqué par les tensions politiques4. Découpés et transportés dans d’autres lieux, les temples d’Abou-Simbel et de Philae sont inaugurés respectivement en 1968 et 1978, marquant ainsi la réussite de la campagne internationale à atteindre ses objectifs universels. Le 4 juillet 1978, le conseil exécutif de l’UNESCO invite à prolonger la coopération avec l’État égyptien dans une « nouvelle phase de l’action internationale »5 pour rendre visible les découvertes archéologiques pendant la campagne de sauvetage. Pour ce faire, un comité issu de la campagne internationale est formé au début des années 1980 afin de créer le musée de la Nubie à Assouan. Entre la violence subie par la population déplacée pour un projet national (Fogel, 1997), et le sauvetage des monuments illustrant l’intérêt qu’accordent les autorités au patrimoine matériel (Maurel, 2013), plusieurs questions émergent sur la façon dont l’État gère ses politiques et catégorise ses groupes culturels et ethniques. Dans cette perspective, plutôt que de se limiter à examiner les « modes de gestion » (Bozarslan, 1997) des groupes minoritaires, les « logiques d’action » (Guirguis, 2012) de l’État ou « la gouvernance de la diversité » (Steuer et Logo Bigombe, 2018), je m’attache à rendre compte de la complexité du processus de construction des catégories où les récits et les représentations de plusieurs acteurs s’entrelacent. À rebours d’une vision dichotomique de l’État vs les Nubien.ne.s, cet article se donne pour objectif de mettre en présence l’hétérogénéité d’acteur.e.s (l’État, les chercheurs, les militant.e.s, les leaders associatifs, etc.) qui participent aux processus de catégorisation. Je propose ainsi d’étudier ce processus à travers les problématiques de politisation et de dépolitisation qui « peuvent intervenir sans pour autant être mis en discours ou revendiqués » (Arnaud et Guionnet, 2015, p. 3). En ce sens, cet article s’inscrit dans les définitions interactionnelles et relationnelles de la politisation élargissant la vision légitimiste qui place la compétence politique et les phénomènes de professionnalisation au centre de celle-ci (Larivière et Weisbein, 2017). Ces définitions mettent en lumière « la reconnaissance de la dimension conflictuelle des positions adoptées » (Hamidi, 2006, p. 10) et s’intéressent particulièrement au « croisement de “dynamiques du dedans” et “du dehors” » (Bennani-Chraïbi, 2016, p. 300). Il en résulte que si au sein des moments de silence politique existent des phénomènes de « désengagement, [d’] éloignement de certains acteurs, comportements ou objets par rapport (…) à l’univers perçu et construit comme spécifiquement politique par les acteurs sociaux » (Arnaud et Guionnet, 2015, p. 3), des processus de « politisation à géométrie variable » émergent. Par « politisation à géométrie variable » nous proposons une définition dans la lignée des travaux d’Asef Bayat (voir infra) nous permettant d’analyser les différentes interactions entre les divers acteurs, la circulation des récits et des travaux académiques, et la mise en place des espaces qui ne sont pas tous nécessairement politiques, mais qui favorisent une prise de conscience et renforcent l’identification nubienne. Comme nous le verrons dans cet article, les processus de catégorisation s’inscrivent dans une zone grise qui oscille entre reconnaissance et déni, politique et ‘apolitique’, donnant naissance à des stratégies d’appropriation, de négociation et de contestation. Comment dès lors analyser ces processus ? Pour y répondre, j’explique, d’abord, les ressorts de la dépolitisation en me focalisant sur la lecture patrimoniale de l’État et les savoirs académiques réappropriés par de nombreux Nubien.ne.s. J’analyse, ensuite, les processus de politisation qui s’avèrent limités, en raison de « l’évaporation du politique » (Eliasoph, 1998) dans le milieu associatif nubien, et l’adoption d’un discours politique globalisé par certain.e.s militant.e.s déligitimé.e.s à la fois par l’État et par la plupart des leaders associatifs.

Les ressorts de la dépolitisation

3La sociologie des relations internationales nous offre pléthore de travaux mettant en évidence les ressorts de la dépolitisation, notamment par l’usage d’un discours universel et des normes « neutres » (Petitville, 2017). Ces travaux soulignent les effets politiques (Ferguson, 1990) de cette lecture vue comme neutre, en termes d’instrumentalisation par les classes dirigeantes afin de mieux raffermir leur pouvoir (Parizet, 2013, 2016 et 2017), ou d’émergence des revendications politiques au sein des ONG dont les objectifs sont présentés comme apolitiques (Alsheltawy, 2018). Dans la lignée de ces travaux, je m’attache à démontrer que les acteur.e.s internationaux/les (organisations et chercheur.e.s étranger.e.s) contribuent à produire des récits (Bourdieu, 2002) romanesques et des images folklorisées et idéalisées de la Nubie générant une essentialisation dont les élites gouvernantes font usage pour homogénéiser l’identité nationale, mettre en avant un rapport affectif fort à la nation et raffermir ipso facto leur pouvoir.

Le patrimoine comme instrument d’homogénéisation

4La campagne de l’UNESCO et la création du musée de la Nubie mettent en évidence la façon dont la « transnationalisation de l’action publique » (Diallo, 2012, p. 126) dépolitise la question nubienne. La dépolitisation signifie, dans un premier temps, la mise sous silence des violences subies par la population déplacée, surtout dans les régions de réinstallation. Pour ce faire, l’État opte pour deux stratégies complémentaires : l’adoption d’un discours perçu comme neutre et « apolitique » – le patrimoine ; et le recours à un acteur international qui veille à mettre en œuvre les normes universelles. C’est ainsi que Vittorino Veronese, le directeur général de l’UNESCO, annonce le 8 mars 1960, le commencement de la campagne internationale pour sauver les monuments et insiste sur les objectifs « universels » de cette dernière :

  • 6 . Vittorino Veronese, « L’Égypte est le don du Nil », site officiel de l’UNESCO, mai 1960, URL : ht (...)

« Elles [les richesses des monuments] font partie d’un patrimoine commun qui comprend aussi bien le message de Socrate que les fresques d’Ajouta, les murs d’Uxmal que les symphonies de Beethoven. Une protection universelle est due aux monuments de valeur universelle »6.

  • 7 . Par « célébration académique », nous entendons la production des travaux scientifiques au sein de (...)
  • 8 . Il existe trois autres déplacements avant les années 1960, en 1902, 1912 et 1933 à la suite de la (...)
  • 9 . Texte originel: « the dioramas is a timeless fantasy, that has seemingly been stripped of politic (...)
  • 10 . On pourrait faire allusion au travail séminal de Sarah Gensburger, Jeanne Teboul et Sylvain Antic (...)

5Célébré au niveau politique et académique7, cet engagement transnational, qui réussit à sauver les monuments et à donner naissance à un musée rendant visible la culture et le passé nubien, éclipse les oppositions nubiennes au déplacement, les critiques adressées à ce dernier et au processus de réinstallation, ainsi que les demandes de retour au bord du lac. Cette éclipse se renforce par la folklorisation de la population en question, ainsi que la romantisation de l’Ancienne Nubie qui s’effectuent, dans un premier temps, par l’État. À titre d’exemple, la mise en récit dans le musée de la Nubie révèle que l’État garde une mainmise nationale afin de rendre visible « comment elle [la culture nubienne] s’insère dans le contexte plus large de la culture égyptienne » (De Simone, 2014, p. 89). Les objets présentés dans le musée font l’impasse sur le vécu actuel de la population nubienne et n’aborde guère les déplacements forcés8, surtout les violences subies et la réinstallation dans des zones défavorisées en comparaison avec leur société d’origine. En outre, l’usage des dioramas, qui visent à faire imaginer la vie nubienne, produit, comme le souligne Alexandra Parrs, une « essentialisation, racialisation et allochronisme » (Parrs, 2017, p. 130) des Nubien.ne.s, en insistant sur leurs « caractères » et leurs « qualités ». En érigeant « une fantaisie intemporelle, qui a apparemment été dépouillée de toute signification politique »9 (ibid, p. 136), l’État maintient un cadrage dépolitisé10 de la question nubienne et la confine dans un imaginaire idéalisé et idéalisable, divulguant ainsi la façon dont il catégorise cette population.

  • 11 . À titre d’exemples : la lutte anticoloniale et le Haut barrage, la guerre du 6 octobre et les pro (...)
  • 12 . Maggiolini donne l’exemple de l’adoption de la déclaration des droits des personnes à des minorit (...)
  • 13 . Texte originel: « a minority framework (…) produced precise consequences in terms of positionalit (...)

6Comme l’expliquent Comby et Pagis, « catégoriser relève généralement d’un travail politique dans la mesure où cela participe d’un processus plus large consistant à reconnaître ou pas, à faire ou défaire la valeur d’un groupe de personnes » (2018, p. 6). Dénuée de tout sens politique, l’homogénéisation devient une stratégie que l’État adopte à travers un discours mettant en avant la primauté d’une unité nationale harmonieuse. Ici, il ne faut pas confondre l’homogénéisation avec le « nivellement identitaire » (Aly, 2018, p. 25) qui consisterait à une égalisation et obligerait, le cas échéant, l’État à lutter contre les structures hiérarchiques séparant ses groupes sociaux, culturels, religieux, etc. A contrario, le discours officiel met en avant des objectifs nationaux11 à travers lesquels les différentes élites gouvernantes homogénéisent les différents segments de la société, délégitiment toute personne offrant une vision différenciée et dépolitisent in fine la société. Il en résulte un cadrage de la question nubienne qui oscille entre des « politiques de reconnaissance et de déni » (Maggiolini, 2018). Comment expliquer alors cette ambivalence ? Paolo Maggiolini nous incite à prendre en considération les raisons structurelles, à l’échelle nationale et internationale, pour lesquelles les États en Afrique du Nord et au Moyen Orient évitent l’usage du terme « minorités » et le remplacent par d’autres mots comme « communautés », « groupes », « tribus », « composants », etc. (Maggiolini, 2018, p. 35-38). D’après Maggiolini, « faire l’impasse sur » (dismissed) et/ou ignorer (ignored) « la diversité ethnolinguistique » (ibid, p. 15) dans cette région renvoie à la construction de l’État dans la période post-indépendance, et à une méfiance envers toute rhétorique globalisée venant de l’extérieur (ibid, p. 37), surtout dans un contexte marqué par l’effondrement de l’union soviétique et la montée d’un discours global sur les droits des minorités12. Adopter une identité nationale « apolitique » et « inclusive » (Maggiolini et Ouahes, 2021, p. 276) établit, d’après Maggiolini, un « cadrage des minorités » (minority framework) qui « produit des conséquences précises en termes de positionnement, de hiérarchies et de représentation, dessinant des voies d’intégration, de cooptation et de contrôle »13 (Maggiolini, 2018, p. 16).

  • 14 . La langue nubienne a été utilisée comme un code militaire pendant la guerre de 6 octobre 1973.

7Dans ce contexte globalisé, comment les classes dirigeantes définiront-elles les Nubien.ne.s ? Le discours officiel présente, dans les rapports gouvernementaux des années 2000, une image homogène, désamorçant ainsi toute portée politique susceptible de déstabiliser l’unité nationale. Dans le rapport présenté en 2000 au comité pour l’élimination de la discrimination raciale de l’ONU, le gouvernement égyptien souligne qu’« il n’y a aucune minorité ethnique importante en Égypte. Il règne une homogénéité totale entre les groupes et communautés qui constituent la population égyptienne dont toutes les composantes parlent la même langue, l’arabe, qui est la langue officielle du pays, et la culture arabe prédomine dans toutes les régions géographiques, que ce soit dans le désert ou sur la côte » (2001, p. 80). Cette négation de la présence des « minorités ethniques » et d’une langue autre que l’arabe est paradoxalement accompagnée – dans le même rapport – par une promotion du rôle que l’État joue dans la préservation du patrimoine culturel des groupes comme les Nubien.ne.s. Cette mise en scène (Nassar, 2019) révèle certes des contradictions dans le discours étatique qui, pendant le règne de Sadat (1970-1981), reconnaissait la présence d’une langue nubienne différente de l’arabe14.

8L’image folklorique de la population nubienne est, par ailleurs, étayée par les savoirs académiques diffusés nationalement et internationalement, et dont la plupart produisent une vision essentialisante.

Quand les chercheurs étudient la Nubie : des impensés épistémologiques ?

  • 15 . On peut citer à titre d’exemple l’ouvrage de John Lewis Burckhardt, basé sur son voyage en Nubie (...)
  • 16 . Pour plus d’informations sur les manifestations académiques du projet : « Documenting Nubian cult (...)
  • 17 . Texte original: « portays (…) as subjects or victims, rather than people who might have had a say (...)

9De nombreux chercheur.e.s examinent les effets du déplacement des Nubien.ne.s à la suite de la construction du Haut barrage dans les années 1960, en termes de changements sociaux, culturels et linguistiques. Cette (sur)production de savoirs révèle un engagement disciplinaire (Romani 2010), et génère dans certains cas des impensés épistémologiques. Les travaux sur la Nubie font allusion au phénomène de la « surétude » que Mayssoun Sukarieh et Stuart Tannock (2013) étudient dans le cas des camps des réfugiés palestiniens au Liban. Les « communautés surétudiées » (oversearched communities) sont, d’après ces deux chercheur.e.s, vues comme « marginalisées » en raison de leur situation, ayant vécu des « crises » (guerres, génocides, etc.), et sont particulièrement « accessibles » aux chercheur.e.s étranger.e.s en raison de la présence des centres de recherche, des universités et des ONG qui investissent leur terrain (ibid, p. 496). Située dans le sud de l’Égypte, la Nubie est une région périphérique où se trouvent plusieurs richesses patrimoniales matérielles (les monuments et les temples) et immatérielles (une langue vernaculaire et des us et des coutumes distincts). Avant la construction du Haut barrage, cette région souffrait d’une marginalisation et d’un manque d’infrastructures qui ont accentué la migration du travail (Abdelkader, 2017). C’est ainsi que la Nubie constitue un « réservoir d’enquête » (Chabrol, 2008) pour les explorateurs.trices15, les archéologues et les photographes. Le déplacement des Nubien.e.s à la suite de la construction du Haut barrage, et ses implications sur la population en question remplissent les « conditions d’éligibilité » (Desvaux 2019) à une sur-étude par les chercheur.e.s en sciences sociales. Malgré l’importance indéniable de ces études dans la documentation de l’environnement nubien et les changements qui ont lieu après le déplacement, la plupart produisent une violence épistémologique. Andrea Ceriana Mayneri explique dans son travail sur la sorcellerie en Centrafrique que « l’épistémologie est violente dans la mesure où son discours procède par objectivations et partages, en décidant de ce qui est scientifique et de ce qui peut être l’objet de cette connaissance scientifique » (Ceriana Mayneri, 2014, p. 87). Cette violence fait aussi référence à un culturalisme qui, comme le souligne Jean-Pierre Olivier de Sardan, « en préjugeant à l’avance de ce qui est partagé, et en lui (au groupe) accordant une signification essentialiste (ou identitaire), pollue le travail de production et d’interprétation des données » (De Sardan 2008, p. 34). En témoigne l’ouvrage collectif Nubian encounters. The story of the Nubian ethnological survey 1961-1964. Largement cité, cet ouvrage, publié par l’AUC (American University in Cairo), se base principalement sur l’enquête ethnologique Nubian ethnological survey16 réalisée dans les années 1960 et financée par la fondation Ford (Hopkins et Mehanna, 2010). Nul ne doute que l’ouvrage offre des études riches pour toute personne souhaitant travailler sur la Nubie et soucieuse de comprendre les effets socio-culturels du déplacement. Pour autant, ces études tendent à produire une analyse essentialiste qui romantise la population nubienne. Robert Fernea, un des participants à cette enquête, publie en 1973 un ouvrage intitulé Nubians in Egypt: peaceful people, et en 2004 un chapitre où il met en avant le « peaceful nature » du style de vie nubien en expliquant l’organisation sociale de la communauté. Dans la même lignée, l’ethnologue Anna Hohenwart-Gerlachstein explique, dans ce fameux ouvrage de l’AUC, les mécanismes d’adaptation et/ou de résistance dans les régions de réinstallation, par l’ « inner serenity, kindness, and helpfulness » (Hohenwart-Gerlachstein 2010, p. 286) des Nubien.ne.s. Ce langage révèle ce que Linda Tuhiwai Smith appelle les « caractéristiques de l’authenticité » (1999, p. 72) qui, en romantisant les Nubiens, les labellisent dans la catégorie de l’« authentic, essentialist, deeply spiritual other » (ibid, p. 72-74). En faisant l’impasse sur l’agency des Nubien.ne.s, ces études, comme le soulève Aliaa Mossallam, « les dépeignent (...) comme des sujets ou des victimes, plutôt que des personnes qui auraient pu avoir leur mot à dire ou leur opinion sur le transfert » (Mossallam 2012, p. 177)17.

10Romantiser le passé et mettre en avant une étiquette folklorique maintient un espace de silence politique, où le rapport à l’État est déconflictualisé. Or, c’est justement au sein de cet espace qu’une « conflictualisation » s’établit à travers « l’opposition d’au moins deux personnes au reste du groupe » et l’émergence d’un « alliance sur un point suffisamment important pour chacun d’eux pour qu’ils prennent ensemble le risque de l’affrontement avec les autres » (Duschene et Haegel, 2004, p. 887). Il en résulte une politisation qui s’avère limitée de sorte que la conflictualisation n’est portée que par certain.e.s militant.e.s.

Une politisation « limitée » ?

11Les points analysés en amont semblent présumer qu’une politisation de la question nubienne, ou au moins un intérêt à contester le discours officiel, serait difficile ; une hypothèse d’autant plus prégnante dans un contexte politique qui délégitime, décrédibilise, voire criminalise toute personne remettant en cause l’unité nationale (Guirguis, 2012). Ce n’est qu’en optant pour une approche interactionniste qui lie « montée en généralité et conflictualisation » (Hamidi, 2006, p. 12), que nous entrevoyons les processus de politisation. La politisation dans le cas nubien trouve paradoxalement ses prémisses dans l’appropriation d’un cadrage patrimonial dépolitisé. Paradoxal, parce que c’est au sein d’un milieu associatif, où le politique est mis sous silence, qu’une identité collective est maintenue et que le spectre du politique resurgit. La dimension politique devient d’autant plus saillante à la suite de la mobilisation d’un discours universel qui s’oppose au racisme et à la discrimination.

De l’appropriation des catégories…

  • 18 . Texte originel: « so-called Nubian clubs, for instance, never have functioned as a tool for mobil (...)

12Les travaux de Maja Janmyr expliquent l’absence du politique au sein des associations nubiennes par la « répression de l’État ». D’après Janmyr, ces lieux « n’ont jamais fonctionné comme un outil de mobilisation de droits nubiens »18 (2016, p. 7). Adoptant une perspective structuraliste, cette analyse nous renseigne peu sur le rôle qu’endossent ces associations comme espace de socialisation qui résiste indirectement au récit hégémonique. Limiter le milieu associatif à un lieu « apolitique » et « non-controversé » (ibid) ne permet pas de saisir le rôle joué par cet espace dans la valorisation et la promotion de la culture et de l’identité nubiennes.

  • 19 . Si on prend le Caire comme exemple, on trouve que chaque village nubien a une association qui réu (...)
  • 20 . Mohey El Dine Saleh est un écrivain nubien. Adel Moussa est un chercheur nubien et spécialiste du (...)
  • 21 . Ce livre s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par le Centre de documentation du patrimoine (...)

13Il faut en fait remonter au XXe siècle quand les premières associations nubiennes sont formées (Aly, 2019) pour saisir leurs logiques d’action collective. Créées dans les grandes villes égyptiennes (comme Le Caire et Alexandrie), celles-ci ont pour objectif d’institutionnaliser les liens de solidarité entre les différent.e.s immigré.e.s nubien.ne.s dans leurs sociétés d’accueil, comme toute autre « association communautaire » ou « ligue régionale » issues de la migration interne (Ben Néfissa, 2002, p. 21). Le nombre d’associations et de clubs augmentent au fil des années, et leur rôle passe d’un simple milieu de sociabilité vers un lieu ou plusieurs pratiques culturelles et patrimoniales sont mises en place. Ces associations19 constituent « une infrastructure de l’action collective » (Ismaïl, 2006) nubienne dans les villes et sont considérées par de nombreux Nubien.ne.s comme un « noyau » qui maintient des liens de solidarité. Soucieux de transmettre leur culture et la promouvoir, les leaders associatifs, dont la plupart appartiennent à une cohorte d’âge entre 50 et 80 ans, saluent toute action gouvernementale qui rend visible le patrimoine nubien. C’est ainsi que le musée de la Nubie, malgré les critiques que nous avons citées en amont, est célébré par plusieurs Nubien.ne.s et aussi considéré comme une reconnaissance nationale et internationale de la singularité de la culture nubienne. S’approprier la perspective romantisée par les dominant.e.s, bien qu’elle soit dépolitisée, s’avère stratégique et produit in fine des effets politiques. En témoigne la célébration des travaux de l’ethnologue Hohenwart-Gerlachstein sur la Nubie, dont certains sont publiés en arabe et en nubien. Édité par deux chercheurs nubiens20 et publié en 2012 par l’Organisation égyptienne du livre (GEBO), ayâm nûbiya (des jours nubiens)21 porte sur le séjour de terrain de l’ethnologue, surtout sur ses photos de la Nubie avant le déplacement forcé.

14Ici, il faut souligner qu’à l’inverse d’autres exemples dans le Nord de l’Afrique (Oiry Varacca, 2019), l’État égyptien n’interdit pas les pratiques patrimoniales comme l’apprentissage de la langue nubienne ou l’organisation des soirées musicales dans ces associations. En autorisant ces pratiques, l’action gouvernementale oscille entre la reconnaissance et la négligence. Cette zone grise permet ainsi aux leaders associatifs de s’adosser aux pouvoirs publics pour rendre visible, d’un côté, leur patrimoine, et, de l’autre, de raffermir leur légitimité au sein de la communauté. C’est justement cette zone grise qui, en éclipsant le politique, fait obstacle à l’émergence d’un discours strictement politique pendant plusieurs décennies.

Vers l’insertion dans un discours politique global

  • 22 . On doit souligner que les travaux d’Ibrahim, surtout ceux sur les minorités, ont suscité pendant (...)
  • 23 . Manal El-Tibi est une des premières personnes qui mobilise la rhétorique de l’indigénéité. Ancien (...)

15Bien qu’elle soit dépolitisée par l’État et par la plupart des leaders associatifs, la question nubienne connait plusieurs processus de politisation à la fois par les chercheur.e.s et les militant.e.s. Si, à partir des années 2000, certain.e.s militant.e.s évoquent dans les médias l’idée d’une « cause » (qadiyya) pour faire allusion aux violences subies par la population nubienne en termes de marginalisation et de discrimination, la politisation remonte aux années 1990 avec la mobilisation du label « minorités » par les chercheur.e.s. En 1992, le sociologue égyptien Saad Eddin Ibrahim publie un ouvrage sur les minorités dans le monde arabe où il définit les Nubien.ne.s comme un « groupe linguistique non-arabe » (1992, p. 84-85). Publié en arabe, cet ouvrage sera suivi par d’autres publications (1992 et 1996) à travers lesquels Ibrahim22 s’attache à rendre visible les questions raciales et ethniques et leur rôle dans l’émergence des conflits au Moyen-Orient. Les tentatives d’Ibrahim de politiser les groupes minoritaires, surtout les Coptes (El-Khawaga, 1994), à travers la production de savoirs académiques et le discours universel de l’ONU sur les minorités, sont criminalisées. Le colloque qu’il tente d’organiser en Égypte, en 1994, en lien avec la déclaration de l’ONU sur les minorités, est décrédibilisé voire criminalisé par une campagne menée par plusieurs journalistes et intellectuels (ibid). Se référer à ce cadrage (Benford et al., 2012) globalisé devient ensuite un des piliers de l’action militante à partir des années 2000. On pourrait repérer quelques caractéristiques communes dans les profils sociaux des militant.e.s qui mobilisent ce discours, puisqu’il s’agit des personnes dotées de savoirs et de savoir-faire acquis dans des « réseaux de plaidoyer transnationaux » (Keck et Sikkink, 1998). Écrivain.e.s, bloggeur.e.s et/ou engagé.e.s au sein de la société civile égyptienne, ces « entrepreneur.e.s de cause » (Siméant-Germanos et Traïni, 2009) s’efforcent de mettre en avant la « particularité culturelle » (al-khusûsiyya al-thaqâfiyya) de la Nubie (Odoul, 2015, p. 9), tout en se basant sur un langage globalisé qu’est l’indigénéité23. Ce cadrage politisé se heurte à plusieurs campagnes de soupçons et d’accusation, tant du côté de l’État et des médias que de nombreux leaders associatifs Nubiens, d’internationaliser (tadwîl) la question nubienne, de servir des agendas internationaux et de bénéficier d’un financement étranger pour désharmoniser l’unité homogène.

  • 24 . Texte originel: « the courage and creativity to assert collective will in spite of all odds, to c (...)

16Ce discours globalisé va resurgir dans le sillage du soulèvement de 2011, repris notamment par des jeunes militant.e.s (Janmyr, 2017) engagé.e.s simultanément dans des organisations de la société civile et qui, pour la plupart d’entre eux/elles, maitrisent des savoirs et des savoir-faire académiques et juridiques. Il n’est pas limité aux militant.e.s puisque d’autres jeunes, socialisé.e.s par l’événement de 2011 et ce qu’il représente en termes d’opportunité politique et d’espoir (El-Chazli, 2012), s’engagent dans la cause nubienne. C’est ainsi que des nouveaux groupes de jeunes nubien.ne.s émergent entre 2013 et 2014, visant à rendre visible la culture et le patrimoine nubien tout en mettant en avant leur appartenance générationnelle (Madbouly, 2021). Bien qu’ils évitent le politique, les événements de ces groupes forgent un « art de présence » qu’Asef Bayat définit comme « le courage et la créativité pour affirmer la volonté collective en dépit de tous les obstacles, pour contourner les contraintes, en utilisant ce qui est disponible et en découvrant de nouveaux espaces dans lesquels on peut se faire entendre, voir, sentir et réaliser » (2010, p. 26)24, et qui est éventuellement propice à la politisation.

Conclusion

17Plutôt que de se limiter à examiner la façon dont l’État gère les différents groupes (sociaux, culturels, religieux, etc.) ou à étudier les répertoires d’action collective de ces derniers, cet article a proposé une approche qui dépasse la vision dichotomique des gouvernants vs gouvernés, afin de mieux mettre en évidence les moments et les espaces de silence politique comme des stratégies d’appropriation, de négociation et de contournement.

18À travers l’analyse des problématiques de politisation et de dépolitisation, cet article a ainsi mis en évidence les divers processus de catégorisation des Nubien.ne.s auxquels participent divers acteurs.trices. Nous avons notamment souligné quatre types d’acteurs qui définissent différemment leurs logiques d’action : l’acteur étatique, les chercheur.e.s, les leaders associatifs et les militant.e.s. Les schèmes d’interprétation et les pratiques de chaque acteur s’entrelacent, révélant ainsi le rôle que joue la circulation internationale des idées et des savoirs qui sont tantôt universels et « neutres », tantôt politiques et perçus comme menaçants. Si le cadrage patrimonial permet à l’État de maintenir un imaginaire social homogénéisant, en folklorisant la population nubienne, il établit des espaces d’expression que les différents acteurs nubiens se réapproprient et investissent afin de promouvoir leur passé. La dépolitisation s’effectue ici dans les deux sens : l’État éclipse le politique et les leaders l’éliminent dans le milieu associatif. C’est au sein de cette zone grise maintenue à la fois par l’État et certains leaders, qu’émerge un discours différencié bénéficiant des répertoires globalisés.

19En définitive, cet article s’inscrit dans un objectif plus large : repenser la mise en récit et les pratiques comme des processus continus qui, en transmettant des fragments du passé et en réveillant des sentiments, érigent des passerelles et sculptent des brèches dans un espace où les frontières du politique sont malléables.

Haut de page

Bibliographie

Abdelkader Moustafa, 2017,ʾathâr tahjîr al-nûbiyîn ʿalâ tuqûs dawrat al-hayâ: dirâsa fî ʾihdâ qurâ tahjîr al-nûba (Les effets du déplacement des Nubiens sur les rituels du cycle de vie : une étude sur un des villages nubiens déplacés), Le Caire, Organisation égyptienne générale des livres.

Al-Deeb Ali Kamal, 1962, « rihla al-fanânîn ilâ al-nûba w atharihâ fî a’mâlihim » (Le voyage des artistes en Nubie et son impact sur leurs travaux), Al-Migala, n°69, p. 46-51.

Al-Feky Khaled, 1997, « mubârak yaftatih al-yûm mathaf al-nûba bi-mushârakât shakhsîyya ‘âlamîyya w ‘arabîyya » (Moubarak inaugure aujourd’hui le musée de la Nubie en présence de 200 personnages mondiaux et arabes), Al-Ahram, 23 novembre.

Alsheltawy Ranime, 2018, « Le mouvement des travailleuses domestiques en Égypte : entre ONG locales et ressources globales », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 223, p. 44-57.

Aly Halima Al-Nouby, 2019, al-nashât al-iqtisâdî w al-igtima’î lil-nûbiyîn (1805-1933) (L’activité économique et sociale des Nubiens (1805-1933)), Le Caire, General Egyptian Book Organization.

Aly Lydia, 2018, Militantismes entre communauté et espace public. Les recompositions des actions collectives coptes face à la coproduction de l’autoritarisme en Egypte (1952-2016), Thèse de doctorat, Université Paris 1- Panthéon Sorbonne.

Antichan Sylvain, Gensburger Sarah et Teboul Jeanne, 2016, « Dépolitiser le passé, politiser le musée ? A la rencontre des visiteurs d’expositions sur la Première Guerre mondiale », Cultures et Musées, n°28, p. 73-92.

Bakir Amaal, 1997, « fî ihtifâl kabîr al-ra’îs mubârak yaftatih mathaf al-nûba bi-ganûb al-wâdî » (Le président Moubarak inaugure le musée de la Nubie dans le sud de la vallée), Al-Ahram, 28 novembre.

Bayat Asef, 2010, Life as politics. How ordinary people change the Middle East, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Ben néfissa Sarah, 2002, « Associations et ONG dans le monde arabe : vers la mise en place d’une problématique », dans Ben Néfissa Sarah (dir.) et Hanafi Sari (collab.), Pouvoirs et associations dans le monde arabe, Paris, CNRS Éditions, p. 7-26.

Benford, Robert D. et Snow, David A., 2012, « Processus de cadrage et mouvements sociaux : présentation et bilan », Politix, n° 99, p. 217-255. 

Bennani-Chraïbi Mounia, 2016, « Politisations différentielles et acculturations mutuelles en contexte autoritaire », Politix, vol. 113, no 1, p. 141‑169.

Bourdieu Pierre, 2002, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 145, p. 3-8.

Bozarslan Hamit, 1997, La question Kurde. État et minorités au Moyen-Orient, Paris, Presses de Sciences Po.

Ceriana Mayneri Andrea, 2014 « Sorcellerie et violence épistémologique en Centrafrique », L’Homme, n° 211, p. 75-95.

Daffalah Hassan, 1975, Nubian exodus, London, C. Hurst & Company.

De sardan, Jean-Pierre Olivier, 2008, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-La-Neuve, Academia-Bruylant.

De simone Maria Costanza, 2014, Nubia and Nubians: the ‘museumization’ of a culture, Ph.D. dissertation, Lieden University.

Deboulet Agnès, 2011, « Le droit au logement, école de la contestation. Entretien avec Manal Al-Tibi, responsable du Centre égyptien pour les droits au logement (ECHR) », Mouvements, n° 66, p. 79-88.

Desvaux Pierre, 2019, « Introduction : les zabbâlîn, un objet sur-étudié ? », Égypte/Monde arabe, n°1, p. 19-32.

Diallo Rozenn N, 2012, « Élites administratives, aide internationale et fabrique de l’action publique de la conservation au Mozambique », Politique africaine, n°126, p. 143-161.

Duschesne Sophie, Haegel Florence, 2004, « La politisation des discussions, au croisement des logiques de spécialisation et de conflictualisation », Revue française de science politique, n°6, p. 877- 909.

El-Chazli Youssef, 2012, « Sur les sentiers de la révolution. Comment des Égyptiens « dépolitisés » sont-ils devenus révolutionnaires ? », Revue française de science politique, n°5-6, p. 843-865.

Eliasoph Nina, 1998, Avoiding politics. Howa Americans produce apathy in everyday life, Cambridge, Cambridge University Press.

El-Khawaga Dina, 2019, « Le débat sur les coptes : le dit et le non-dit », Égypte/Monde arabe [En ligne], Première série, L’Égypte en débats : http://journals.openedition.org/ema/492

Guirguis Laure, 2012, Les coptes d’Égypte. Violence communautaires et transformations politiques (2005-2012), Paris, Karthala.

Fogel Frédérique, 1997, Mémoires du Nil. Les Nubiens d’Égypte en migration, Paris, Karthala.

Hamidi Hamidi, 2006, « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation. Engagement associatif et rapport au politique dans des associations locales issues de l’immigration », Revue française de science politique, n°1, p. 5-25.

Hohenwart-Gerlanchstein, Anna, 2010, « Autochthonous People. My Own Experience in Nubia », in Hopkins Nicholas S. et Mehanna, Sohair R. (eds.), Nubian encounters; the story of the Nubian ethnological survey (1961-1964), Cairo, The American University in Cairo Press, p. 281-288.

Hopkins, Nicholas S. et Mehanna, Soheir R. (eds.) 2010. Nubian encounters; the story of the Nubian ethnological survey (1961-1964), Cairo, The American University in Cairo Press.

Ibrahim, Saad Eddin, 1996, Al-milal w al-niḥal w alʾrâq: humâm alʾqaliyyât fī alwaṭan al ʿarabī ( les confessions, les ethnicités et les races : les préoccupations des minorités dans le monde arabe), Le Caire, Ibn Khaldun Center.

Ibrahim Saad Eddin, 1992, Ta’amulât fî mas’alit al-aqaliyat (Des observations sur la question des minorités), Le Caire, le Centre d’Ibn Khaldun pour les études développementaliste.

Ismaïl Salwa, 2006, Political life in Cairo’s new quarters: encountering the everyday State, Minneapolis, The University of Minnesota Press.

Janmyr Maja, 2016. « Nubians in contemporary Egypt: mobilizing return to ancestral lands », Middle East Critique, n°2, p. 127-146.

Janmyr, Maja, 2017, « Human rights and Nubian mobilisation in Egypt: towards recognition of indigeneity », Third World Quarterly, n°33, p. 717-733.

Janmyr Maja, 2019, « Indigeneity vs development: Nubian rights mobilisation in Egypt », in Corradi, G., De Feyter, K. &Vanhees, K., Critical indigenous rights studies: new directions in indigenous rights research, London, Routledge, p. 27-45.

Keck, Margaret, Sikkink, Kathryn, 1998, Activists Beyond Borders. Advocacy Networks in International Politics, Ithaca, Cornell University Press.

Larivière Claire Judde de et Weisbein Julien, 2017, « Dire et faire le commun. Les formes de la politisation ordinaire du Moyen Âge à nos jours », Politix, vol. 119, no 3, p. 7‑30.

Madbouly Mayada, 2021, « Remembering Nubia’s past: Space, generations and memorial practices », Middle East Critique, n°4, https://doi.org/10.1080/19436149.2021.1989553

Maurel Chloé, 2013, « Le sauvetage des monuments de Nubie par l’UNESCO (1955-1968), Égypte/Monde arabe, n°3, p. 255-286.

Maggiolini Paolo, 2018, « The origin and development of the idea of “minority” in the MENA region: A multilevel analysis », Joint Policy Study, p. 10‑48.

Maggiolini Paolo et Ouahes Idi, 2021, « Conclusion: The field and process of minoritisation in Jordan », in Maggiolini Paolo et Ouahes Idir (eds.), Minorities and State-building in the Middle East. The case of Jordan, New York, Springer/ Palgrave Macmillan.

Mossallam Aliaa, 2012, Hikāyāt Sha‛b – Stories of Peoplehood. Nasserism, Popular Politics and Songs in Egypt 1956-1973, Ph.D. dissertation, London School of Economics.

Parizet Raphaëlle, 2013, « La fabrique dépolitisée des élites locales. Les dispositifs de développement participatif dans le Chiapas (Mexique) », Revue internationale de politique comparée, n°4, p. 77-101.

Parizet Raphaëlle, 2016, « Le « pauvre d’abord ». Une analyse des dynamiques circulatoires de la participation populaire au développement », Participations, n° 14, p. 61-90.

Parizet Raphaëlle, 2017, « Le masque des experts. Puissance des chiffres et impuissance des « pauvres » », Cultures & Conflits, n°108, p. 77-105.

Parrs Alexandra, 2017, « Such goodhearted people: Dioramas in the Nubia Museum of Aswan », Autrepart, n°84, p. 129-144.

Petiteville Franck, 2017, « La politisation résiliente des organisations internationales », Critique internationale, n° 76, p. 9-19.

Oiry Varacca Mari, 2019, Montagnards dans la mondialisation. Réseaux diasporiques et mobilisations sociales dans l’Atlas (Maroc), les Highlands (Écosse) et les Alpes françaises, Presses universitaires de Grenoble, « Montagne et innovation ».

Siméant-Germanos Johanna et Traïni Christophe (dir.), 2009, Émotions … Mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po, « Académique ».

Smith, Linda Tuhiwai, 1999, Decolonizing methodologies: research and indigenous peoples, London, Zed Books.

Steuer, Clément et Logo Bigombe, Patrice, 2018, « La gouvernance de la diversité en Égypte », Maghreb - Machrek, n° 2, p. 55-71.

Sukarieh, Maysson and Tannock, Stuart, 2013, « On the problem of over-researched communities: The case of the Shatila Palestinian refugee camp in Lebanon », Sociology, no 3, p. 494-508.

Younes Sherif, 2012, nida’ al-sha’b. târîkh naqdî lil-aydiyûlûgiyya al-nâsiriyya (L’appel du people. Une histoire critique de l’idéologie nassérienne), Le Caire, Dar El-Shorouk.

Haut de page

Notes

1 . Discours Nasser, 11 janvier 1960, adressé aux Nubiens avant le déplacement forcé.

2 . Texte originel: « thereby explicitly and implicitly setting expectations around what other projects should say, do, or be ». Sara Salem étudie le projet nassérien au prisme de la littérature sur le hauntology. D’après Salem, les au-delà (afterlives) du projet nassérien, en termes de promesses et d’échecs, continuent à hanter le présent politique en Égypte.

3 . Dans une région partagée entre le sud de l’Égypte et le nord du Soudan, les Nubien.ne.s soudanais.e.s sont aussi déplacé.e.s à la suite de la construction du Haut barrage (Dafallah, 1975).

4 . À titre d’exemple : la nationalisation du canal de Suez, la guerre de l’Algérie et le soutien égyptien aux mouvements d’indépendance, ainsi que la collaboration avec l’URSS pour construire le Haut Barrage.

5 . Pour plus d’informations, voir les « Décisions adoptées par le conseil exécutif à sa cent quatrième sessions (Paris, 24 avril-9 juin 1978) » (UNESCO, 4 juillet 1978, p. 22, URL : https://unesdoc.unesco.org/ark :/48223/pf0000028409_fre, consulté le 26/09/2021).

6 . Vittorino Veronese, « L’Égypte est le don du Nil », site officiel de l’UNESCO, mai 1960, URL : https://fr.unesco.org/courier/mai-1960/egypte-est-don-du-nil, consulté le 24/09/2021.

7 . Par « célébration académique », nous entendons la production des travaux scientifiques au sein desquels les chercheur.e.s ont loué l’action gouvernementale égyptienne, ainsi que le rôle joué par l’UNESCO.

8 . Il existe trois autres déplacements avant les années 1960, en 1902, 1912 et 1933 à la suite de la construction du barrage d’Assouan et ses deux surélévations. Pour autant, c’est le déplacement des années 1964 qui génère plus de violence à cause de la submersion des villages et la réinstallation dans une autre région désertique.

9 . Texte originel: « the dioramas is a timeless fantasy, that has seemingly been stripped of political meaning ».

10 . On pourrait faire allusion au travail séminal de Sarah Gensburger, Jeanne Teboul et Sylvain Antichan (2016) sur la dépolitisation des expositions historiques.

11 . À titre d’exemples : la lutte anticoloniale et le Haut barrage, la guerre du 6 octobre et les projets de reconstruction ta’mîr, ainsi que les projets de développement comme Toshka pendant les pouvoirs de Nasser, Sadat et Moubarak respectivement.

12 . Maggiolini donne l’exemple de l’adoption de la déclaration des droits des personnes à des minorités nationales ou ethniques, religieuses ou linguistiques en 1992 par l’Assemblée Générale de l’ONU.

13 . Texte originel: « a minority framework (…) produced precise consequences in terms of positionality, hierarchies and representation drawing paths of integration, co-optation and control ».

14 . La langue nubienne a été utilisée comme un code militaire pendant la guerre de 6 octobre 1973.

15 . On peut citer à titre d’exemple l’ouvrage de John Lewis Burckhardt, basé sur son voyage en Nubie (Travels in Nubia) publié en 1819. Pour plus d’informations : https://archive.org/details/travelsinnubia00burcgoog/page/n10/mode/2up

16 . Pour plus d’informations sur les manifestations académiques du projet : « Documenting Nubian culture and traditions. The social Research Center in Old and New Nubia, 1961-1975 », site officiel de l’Université américaine au Caire, URL : http://www1.aucegypt.edu/src/nubia.htm, consulté le 19 juillet 2020

17 . Texte original: « portays (…) as subjects or victims, rather than people who might have had a say or an opinion on moving ».

18 . Texte originel: « so-called Nubian clubs, for instance, never have functioned as a tool for mobilizing Nubian rights ».

19 . Si on prend le Caire comme exemple, on trouve que chaque village nubien a une association qui réunit ses membres dans les grandes villes. S’ajoutent à celles-ci le club général de la Nubie, le club sportif, l’association du patrimoine, le club de la culture, ainsi qu’une association des avocats nubiens.

20 . Mohey El Dine Saleh est un écrivain nubien. Adel Moussa est un chercheur nubien et spécialiste du patrimoine culturel immatériel à la bibliothèque d’Alexandrie.

21 . Ce livre s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par le Centre de documentation du patrimoine culturel et naturel (CULTNAT), affilié à la bibliothèque d’Alexandrie. Le projet porte sur la documentation du patrimoine nubien. Lien de la page officielle du projet et ses publications :

https://www.cultnat.org/ProjectDetails/71/ProjectDetails ?id =71, consulté le 1er juillet 2020

22 . On doit souligner que les travaux d’Ibrahim, surtout ceux sur les minorités, ont suscité pendant les années 1990 et 2000 de nombreuses polémiques avec les élites politiques et intellectuelles en Égypte. En raison de ses travaux et de ses positions politiques, il est emprisonné en 2000.

23 . Manal El-Tibi est une des premières personnes qui mobilise la rhétorique de l’indigénéité. Ancienne responsable du Centre égyptien pour les droits au logement (ECHR), El-Tibi fait son mémoire de master à l’Université américaine au Caire sur les Nubien.ne.s comme une population indigène (Deboulet, 2011 et Janmyr, 2016 et 2019).

Pour d’autres exemples sur la politisation par l’usage des références globalisées, voir notamment l’étude de Mari Oiry Varacca (2019) sur le mouvement Amazigh dans les montagnes. 

24 . Texte originel: « the courage and creativity to assert collective will in spite of all odds, to circumvent constraints, utilizing what is available and discovering new spaces within which to make oneself heard, seen, felt, and realized ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mérième Ihsan, « Des identités (dé)politisées ? Les enjeux de catégorisation des Nubien.ne.s en Égypte », L’Année du Maghreb, 27 | 2022, 41-56.

Référence électronique

Mérième Ihsan, « Des identités (dé)politisées ? Les enjeux de catégorisation des Nubien.ne.s en Égypte », L’Année du Maghreb [En ligne], 27 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/10620 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.10620

Haut de page

Auteur

Mérième Ihsan

Chercheuse en sciences sociales.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search