Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Dossier : Minorisations. Revisite...S’approprier, c’est résister. App...

Dossier : Minorisations. Revisiter les conditions minoritaires

S’approprier, c’est résister. Appropriations spatiales et mobilisation infra-politique des femmes en immobilité résidentielle et sociale dans les bidonvilles de Salé (Maroc)

To appropriate is to resist: Spatial appropriation and sub-political mobilisation of women in residential and social immobility in the shantytowns of Salé (Morocco)
الاستملاك هو مقاومةالاستملاكات المكانية والتعبئة السياسية التحتية للنساء اللواتي هنّ في حالة جمود سكني واجتماعي في العشوائيات [الأحياء الفقيرة] في مدينة سلا (المغرب)
Myriame Ali-Oualla
p. 57-94

Résumés

Apparus dès les premières décennies du siècle dernier, les bidonvilles marocains regroupent des populations venues de la campagne et de l’arrière-pays pour répondre au besoin ascendant en main d’œuvre dans les villes impériales, qui canalisent à ce moment-là l’essentiel des moyens de développement économique. Une réglementation urbaine encore lâche a permis l’installation sporadique de petits groupes en provenance de mêmes campagnes, souvent de mêmes villages, créant des communautés qui partagent référentiel culturel, mode d’habiter, parcours migratoire et mémoire collective spatialisée ; des attributs nécessaires à la création d’un nouvel ancrage identitaire.

Grâce aux ambitions en évolution des nouveaux arrivants, le bidonville est devenu un tremplin vers la citadinité, et l’une des alternatives d’habitat les plus viables, permettant un accès facilité et peu onéreux aux commodités urbaines. Cependant, ce qui est perçu comme un sas, devant permettre à terme une ascension socio-économique et une installation légitime dans la ville, se transforme en lieu d’inertie, nourrissant des assignations identitaires totalisantes et disqualifiantes. La longue absence de réactivité, puis l’incapacité des autorités à fournir des alternatives adaptées d’habitat, maintiennent les foyers dans l’attente. L’immobilité socio-économique se voit doublée d’une immobilité de parcours résidentiel, renforçant le stigmate lié au lieu de résidence, et triplée d’une immobilité genrée pour les femmes du bidonville évoluant dans un contexte conditionnant considérablement l’assignation des rôles domestiques. « Minorité dans la minorité », elles font l’expérience d’une inertie qui se traduit par des territorialités captives, et par une appropriation domestique intense et active qui fait du domaine de l’intime un monde résolument féminin.

Ce statu quo est mis au défi par les résidentes et les résidents du bidonville, qui utilisent l’appropriation spatiale collective et la stratégie du « non-mouvement » comme moyen de résistance au relogement dans les quartiers périphériques, dans des appartements souvent inadaptés aux usages et à la taille des ménages. La mobilisation infra-politique par la consolidation matérielle du lieu de vie et par le refus de le quitter, permettent dans certains cas l’obtention d’un « recasement in situ », à savoir l’attribution officielle par l’État de parcelles à construire sur le terrain du bidonville, à des prix subventionnés. Optimale aux yeux des habitantes et habitants du bidonville, mais coûteuse aux yeux des autorités, cette option leur permet d’accomplir un saut considérable dans l’échelle sociale sans perdre leurs repères urbains, ni s’éloigner du bassin d’emploi informel qui représente pour beaucoup la principale source de revenu. Cependant, rares sont les femmes qui parviennent au résultat souhaité. Sans compter que, pour celles qui y parviennent, devenir propriétaire ne change pas nécessairement l’immobilité qui caractérise leur quotidien. L’accession à la propriété ne leur ouvre pas ou que peu d’opportunités économiques, et n’affaiblit pas la domination systémique de genre et de classe qui conditionne leur inertie.

Utiliser une entrée spatiale pour étudier les formes de résistance d’un groupe minoré met certes en avant la force de l’appropriation spatiale et l’importance de la quotidienneté dans la lutte pour de meilleures conditions d’habiter, mais aussi le grand déséquilibre des pouvoirs entre dominant.es et dominé.es qui font des histoires à « succès » une exception. Dans cet article, basé sur un travail empirique mené entre 2017 et 2019 dans la ville de Salé (Maroc), je reviens sur les multiples dimensions d’immobilité qui marquent le quotidien des femmes qui habitent le bidonville, en retranscrivant ces récits sous forme de cartographies de lieux référentiels et de lieux du quotidien. Puis, à travers les données recueillies lors des entretiens semi-directifs et des observations et relevés sur site, je mets en avant les stratégies d’appropriations mobilisées pour pallier cette condition d’inertie et devenir un moyen de pression, afin d’obtenir une solution de logement adaptée. L’étude des formes de résistances infra-politiques des femmes dans trois bidonvilles du quartier Sidi Moussa (Salé), et les débouchées variées qui résultent de stratégies similaires, poussent non seulement à explorer le potentiel émancipateur de ces luttes, mais aussi à décortiquer davantage le déséquilibre des forces entre le système établi et les groupes dominés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Selon les chiffres de la Banque Mondiale en 2018, 9,2 % du total de la population urbaine au Maro (...)

1Les quartiers d’habitat sommaire, nichés dans les interstices des villes nord-africaines, sont la preuve formelle de la capacité d’individus et de communautés à négocier une place dans une fabrique socio-spatiale normée. Leur objectif est de « rester en ville (droit à demeurer sur place et résistances aux expulsion […]…) [d’]accéder à la ville (droit à commercer, droit à s’installer, notamment au centre), [et d’]accéder aux ressources urbaines essentielles (logement, emploi, eau, électricité, etc.) » (Didier & Philifert, 2019, p. 6). Au Maroc, le « bidonville » est une forme répandue de ces expansions, tantôt contenues dans des poches urbaines informelles, tantôt se déployant sur des centaines de mètres carrés pour former des quartiers à part entière1. Apparus dès les premières décennies du siècle dernier, les bidonvilles regroupent femmes, hommes et enfants venus de la campagne et de l’arrière-pays pour améliorer leurs conditions de vie et répondre au besoin ascendant en main d’œuvre dans les villes impériales, qui canalisent à ce moment-là l’essentiel des moyens de développement économique. Une réglementation urbaine encore lâche permet l’installation sporadique de petits groupes en provenance de mêmes campagnes, souvent de mêmes villages, créant des communautés qui partagent référentiel culturel, mode d’habiter, parcours migratoire et mémoire collective spatialisée (Iraki, 2006) ; des attributs nécessaires à la création d’un nouvel ancrage identitaire.

  • 2 . L’assignation des rôles domestiques aux femmes est le propre des systèmes patriarcaux. Celle-ci e (...)

2Avec l’attractivité citadine et les ambitions changeantes des migrantes et migrants en provenance des zones rurales, le bidonville est devenu progressivement un tremplin vers la citadinité (McKee, 1982), avec toujours la volonté de passer « de l’informel au formel » (Navez-Bouchanine, 1994, p. 299). L’aspiration à une éducation de qualité et à une hygiène de vie différente continuent à grossir le nombre des départs depuis les campagnes marocaines, et le bidonville reste l’une des alternatives d’habitat les plus viables, permettant un accès facilité et peu onéreux aux commodités de la ville. Cependant, ce qui est perçu comme un sas (Missaoui et Tarrius, 2006 ; Navez-Bouchanine, 2002a ; Essahel, 2011 ; Belmessous et Roche, 2018), devant permettre à terme une ascension socio-économique et une installation légitime dans la ville, se transforme en lieu d’inertie (Daubeuf, 2018), associé à des assignations identitaires totalisantes et disqualifiantes (Roche, 2019). La longue absence de réactivité, puis l’incapacité des autorités à fournir des alternatives adaptées d’habitat, maintiennent les foyers dans l’attente. L’immobilité socio-économique déjà pesante se voit ainsi doublée d’une immobilité de parcours résidentiel, renforçant le stigmate lié au lieu de résidence (Zaki, 2006), et triplée d’une immobilité genrée pour les femmes du bidonville, évoluant dans un contexte patriarcal conditionnant considérablement l’assignation des rôles domestiques2. « Minorité dans la minorité », ces dernières font l’expérience d’une inertie qui se traduit à la fois par un arrêt dans la trajectoire résidentielle et par des territorialités quotidiennes captives. Compensée par une appropriation domestique intense et active, cette immobilité fait du domaine de l’intime un monde résolument féminin.

  • 3 . Au Maroc, à la suite de la résorption d’un bidonville, deux options de logement subventionné par (...)

3Cet apparent statu quo est toutefois fragilisé par des pratiques de résistance, notamment face aux tentatives de relogement dans les quartiers périphériques, relégués à l’écart de l’effervescence de la ville, dans des appartements souvent inadaptés aux usages et à la taille des ménages. Appropriations spatiales individuelle et collective, restructuration et consolidation continues de l’espace de vie et stratégie du « non-mouvement » (Atia, 2019 ; Bayat, 2010 ; 2017) constituent « un univers de micro-tactiques quotidiennes plus ou moins spontanées » (Didier & Philifert, 2019, p. 9), et des « formes de résistance inscrites dans des pratiques ordinaires quotidiennes souvent imperceptibles parce qu’elles sont cantonnées aux espaces invisibles que sont les marges » (Erdi Lelandais & Florin, 2016, p. 12). Cette mobilisation infra-politique permet dans certains cas l’obtention d’un « recasement3 in situ », à savoir l’attribution officielle par l’État de parcelles à construire sur le terrain du bidonville, à des prix subventionnés. Optimale aux yeux des habitant·e·s du bidonville, mais coûteuse aux yeux des autorités, cette option leur permet d’accomplir un saut considérable dans l’échelle sociale sans perdre leurs repères urbains, ni s’éloigner du bassin d’emploi informel qui représente pour beaucoup la principale source de revenu. L’accession à la propriété devient un levier pour réaffirmer leur droit à la ville (Lefebvre, 1968), et s’affranchir du discrédit de l’habiter « en marge ». Mais rares sont les femmes qui parviennent à ce résultat souhaité. Sans compter que, pour celles qui y parviennent, devenir propriétaire ne change pas nécessairement l’immobilité qui caractérise leur quotidien. L’accession à la propriété ne leur ouvre pas ou que peu d’opportunités économiques (Bartoli, 2011), et n’affaiblit pas la domination patriarcale qui conditionne les rôles de genre.

4Afin d’analyser les logiques de ces parcours « immobiles » chez les « minoré.es parmi les minoré.es », j’ai réalisé un travail empirique entre 2017 et 2019 dans la ville de Salé (Maroc). Ces entretiens semi-directifs me permettent de mettre en évidence la singularité de leur expérience spatiale au quotidien et la capacité de la mobilisation collective à influencer les décisions systémiques dans les opérations de relogement. Pour le démontrer, je reviendrai dans un premier temps sur les multiples dimensions d’immobilité qui marquent le quotidien des femmes qui habitent le bidonville, les plaçant dans une situation de dominées. Puis, je mettrai en avant les mécanismes d’appropriations spatiales mobilisés qui relèvent d’une stratégie collective de résistance à l’expropriation. Cette dernière restitue aux habitant·e·s un rôle actif à travers lequel ils affirment une autonomie socio-spatiale, dans des interstices parfois très réduits (Pinson, 1993). Afin que cette démonstration soit la plus explicite possible, je l’ai accompagnée d’un corpus visuel substantiel.

L’appropriation de l’espace au centre d’une mobilisation infra-politique dans le bidonville

  • 4 . « Les habitants – quand ils ont le courage de revendiquer – sont conscients de leur faiblesse et (...)

5Au Maroc, la lutte des résident·es des bidonvilles pour de meilleures conditions d’habiter et pour l’accession stable à la propriété s’est exprimée à plus d’une reprise dans l’espace public (Arrif, 1997 ; El Kahlaoui, 2018), souvent associée aux droits de citoyenneté (Agudal, 2020 ; Benlahcen Tlemçani & Missamou, 2000). La manifestation publique de cette lutte se fait sous forme de revendication à l’autorité, à laquelle est d’ailleurs ostensiblement prêtée allégeance lors des marches et des sit-in4. Les femmes se mettent stratégiquement sur le devant de la scène en tant que porte-paroles de la lutte collective, étant les plus fragilisées et les premières concernées par la précarité du lieu de vie – aussi bien à l’échelle de l’espace domestique qu’à celle du quartier (Essahel, 2008 ; 2018). Si les manifestations publiques sont les formes plus visibles de cette lutte, le combat contre le mal-logement dans le bidonville trouve des manifestations plus discrètes, qui s’établissent sur les rythmes longs de l’habiter. Elles correspondent, comme l’explique James C. Scott (2006, p. 25), à « la lutte circonspecte menée quotidiennement par des groupes subalternes [qui] se situe, tels des rayons infrarouges, au-delà du spectre visible. C’est en grande partie à dessein […] que cette lutte est invisible : elle correspond à un choix tactique né d’une conscience prudente de l’équilibre des pouvoirs ».

6L’espace du bidonville, son sol et ses murs, sont des supports de cette résistance-là. Une lutte brique par brique, qui passe par l’appropriation quotidienne des lieux et le refus de les quitter, par le renforcement des pratiques et des habitudes ainsi que par des opérations collectives de restructuration pour la pérennisation d’une mémoire des lieux. Observer la part spatialisée de l’action, sa « dimension topographique », permet de mettre en lumière « la façon dont des relations sociales de « domination à distance » se sont agencées spatialement » (Hmed, 2008, p. 147).

  • 5 . Les habitant·e·s du bidonville ne sont pas en possession du sol qu’ils occupent. Ils n’ont pas le (...)

7En tant qu’entité socio-spatiale, le bidonville incarne un déséquilibre de pouvoirs. C’est parce que ses habitant·e·s sont inégalement armé·e·s dans la lutte pour de meilleures conditions de logement5 qu’ils « optent pour des tactiques de contournement des contraintes, adaptent leurs pratiques et leurs relations au jour le jour », développant « des pratiques quotidiennes de réadaptation ou d’ajustement » (Didier & Philifert, 2019, p. 7).

  • 6 . « Au Maroc, le taux de participation des femmes à la population active reste l’un des plus bas du (...)

8Dans l’étude de cas qui suit, il s’agit de relever comment les habitant·e·s usent « de l’espace comme ressource pour l’action » (Hmed, 2008, p. 165), aussi bien à travers les actes spatialisés du quotidien, qu’à travers leur refus des options de relogement proposées par les autorités. Si les femmes sont au cœur de cette investigation, c’est parce qu’en plus d’être confrontées à l’inertie socio-économique et résidentielle, elles ont des pratiques urbaines quotidiennes limitées, et se trouvent être, de fait, les principales actrices de l’appropriation spatiale du bidonville. Dans son étude des pratiques urbaines des femmes des quartiers défavorisés de Rabat, Safaa Monqid (2011) explique que les ressources financières limitées, l’analphabétisme (ou la déscolarisation), le chômage6, l’incorporation des interdits genrés, et l’intériorisation des risques de la ville participent à la forte réduction de mobilité urbaine chez ces femmes-là. En contrepartie, ces femmes exploitent des ressources spatiales et urbaines de proximité, investissant ainsi fortement leur espace domestique et contribuant à renforcer leur ancrage et leur attachement à leur lieu de vie.

« Salé », la ville, le quartier et les bidonvilles

  • 7 . Au Maroc, l’habitat sommaire correspond à tout ce qui n’est pas construit « en dur » (Ighil, 2008 (...)

9La ville de Salé se situe sur le littoral atlantique marocain, et longe la rive droite de l’embouchure du fleuve Bouregreg qui la sépare de la ville de Rabat (Figure 1). Depuis le protectorat jusqu’aux années 2000, elle a joué le rôle de « ville-dortoir » et d’exutoire à sa « fausse jumelle » Rabat (Belfquih, 1978). Les années 1970 marquent une explosion démographique pour la ville, liée à l’arrivée massive de populations rurales de la région alentour. Cette évolution s’accompagnera d’un étalement urbain incontrôlé. La réglementation encore fragmentaire façonnera progressivement un paysage urbain hétéroclite, avec une présence notable de l’habitat sommaire7.

  • 8 . Selon le dictionnaire Le Robert, le mot « résorption » est utilisé dans le vocabulaire médical po (...)

10La consolidation des bidonvilles d’une grande ville telle que Salé a longtemps mis au défi les tentatives renouvelées de résorption8. La précarité de la population migrante rurale limite en effet son accès à des formes réglementaires d’habitat, plus coûteuses.

  • 9 . Selon le Recueil des statistiques de 2013-2014 du ministère de l’Éducation nationale et de la for (...)

11Malgré les conditions sommaires d’habitat, la migration vers la ville se poursuit. Elle s’explique par la transformation des motivations des ménages. Dans plusieurs zones rurales, et davantage les plus enclavées d’entre elles, les établissements scolaires sont dispersés et peu nombreux, et se limitent pour la plupart à l’enseignement primaire9. Avec la disparité notable dans les infrastructures de santé entre les zones urbaines et les zones rurales (Gruénais & Guillermet, 2018), et malgré la décentralisation graduelle des services administratifs, la campagne ne fait pas le poids devant les ressources qu’offrent la ville et la facilité d’y accéder. En arrivant dans la ville, femmes et hommes font le pari du secteur informel – le plus souvent par manque d’alternative – pour soutenir les leurs, avec l’irrégularité des activités et l’instabilité des revenus que cela implique (Haut-Commissariat au Plan, 2014, p. 28).

Figure 1. La ville de Salé se situe au nord-ouest du Maroc, sur le littoral Atlantique. Elle fait partie de la région Rabat-Salé-Kénitra. 2022 © Snazzymaps / Google Earth /Auteure

Sidi Moussa, « l’hospitalité » du quartier populaire

  • 10 . Le quartier tient son nom du saint de la région, Sidi (saint) Moussa, dont le mausolée trône enco (...)
  • 11 . Le modèle de ville-archipel désigne une configuration urbaine morcelée où se côtoient des quartie (...)
  • 12 . L’« habitat non réglementaire » (HNR), connu aussi sous le nom d’habitat clandestin (Benlahcen Tl (...)

12Le quartier Sidi Moussa10 est un exemple représentatif de l’héritage urbain colonial. La stratégie urbaine du protectorat a été à l’origine de la création de villes fragmentées, ou de ce que Daniel Rivet (1999) qualifie de « ville-archipel »11. À l’extérieur des remparts, des villes européennes ont été érigées en rupture totale avec les villes « indigènes » préexistantes (les médinas), et peu d’infrastructures urbaines ont été pensées au-delà pour anticiper la migration rurale ascendante en réponse à la demande de main-d’œuvre en ville. En conséquence, des quartiers presque entièrement constitués d’« habitat non-réglementaire »12 se sont déployés densément et sans schéma directeur, comme le cas de Sidi Moussa. Situé au nord des remparts de la médina, le quartier était originellement constitué de saniyat, des terrains de maraîchage urbain. Aujourd’hui, les maisons de briques et de béton constituent l’essentiel de son tissu spatial et ont radicalement transformé le paysage « rurbain » du quartier.

13Sidi Moussa accueille une population relativement jeune (RGPH, 2014) et socio-économiquement diversifiée, avec un taux de chômage qui avoisine les 20%. L’irrégularité des activités professionnelles – majoritairement informelles – des habitant·e·s cristallise un statu quo social d’où il est difficile d’émerger (Iraki, 2006, p. 69). Considéré comme un quartier « populaire » par ses habitantes et ses habitants, le quartier Sidi Moussa a longtemps été une destination propice à l’émergence de l’habitat informel. Des bidonvilles, construits en matériaux de récupération ou en dur, compacts ou étalés sur un lotissement entier, y dessinent des lignes irrégulières. Garantissant aux migrants ruraux une entrée dans la ville depuis les années 1950, ils sont fortement ancrés dans l’histoire collective du quartier et dans son développement.

Trois bidonvilles

  • 13 . Les spécialités artisanales qui concernent les femmes s’inscrivent essentiellement dans la filiai (...)
  • 14 . Selon les informations données par un auxiliaire d’autorité chargé de l’arrondissement.

14J’ai mené mon travail empirique dans trois bidonvilles du quartier de Sidi Moussa qui se situent tous dans un rayon d’un kilomètre : « D’har Laqraâ », « Nouayel » et « El Borj » (Figure 2). Ces bidonvilles, comme plusieurs autres dans le pays, sont le fruit de la transition économique et des modes de production, caractéristiques du milieu du siècle dernier. Leur développement a débuté dès les années 1950 dans un quartier alors encore partiellement rural, pour s’intensifier à partir des années 1970. Ils accueillaient au départ des populations rurales, majoritairement en provenance de l’ancienne région du Grand Gharb et des environs de Sidi Kacem et de Ouezzane, les trois subsistant de l’agriculture et de spécialités artisanales13. Ces provinces représentent encore aujourd’hui les principaux lieux d’origine des habitant·e·s de ces bidonvilles, avec quelques nouvelles populations minoritaires originaires du Sud du Maroc (Ouarzazate notamment)14. L’augmentation générale du coût de la vie a plus récemment amené des familles citadines, venant de petites villes environnantes, à s’installer dans ces bidonvilles qui étaient alors bien établis dans le paysage urbain du quartier.

Figure 2. Le bidonville D’har Laqraâ se situe à la limite Nord du quartier Sidi Moussa, selon le découpage administratif. Ceci dit, les habitant·e·s du bidonville se considèrent comme faisant partie de Sidi Moussa, leur vie se déroulant au quotidien dans ce quartier. En bas, les images aériennes des trois bidonvilles. De gauche à droite : D’har Laqraâ, Nouayel, El Borj. 2020 © Google Earth/Snazzymaps/Auteure

15L’échantillon d’enquête utilisé dans cet article comprend quinze entretiens approfondis, accompagnés par des portraits habités de restitutions visuelles composées, des cartes retraçant les territorialités quotidiennes, cartes de référentiel spatial, relevés habités (Pinson, 2016) et photos de lieux investis. Parmi les personnes enquêtées, trois ont été relogées dans un logement collectif subventionné, dans le cadre d’opérations de lutte contre l’habitat informel.

La parole des femmes

  • 15 . Familière au quartier Sidi Moussa depuis des années avant l’enquête, j’ai été personnellement tém (...)
  • 16 . Selon une enquête menée par ONU-Femmes Maroc et l’ONG Promundo en 2018, « 70 % des hommes interro (...)

16Dès les premières rencontres au sein des bidonvilles, qui ont été facilitées par la mobilisation d’un réseau de connaissances familiales, mes informatrices se sont rapidement révélées n’être que des femmes. Ceci s’explique par différentes raisons. Premièrement, j’ai effectué la quasi-totalité des enquêtes et des entretiens au cours de la journée, notamment en raison de mon sentiment d’insécurité dans le quartier à la tombée de la nuit15 et des mises en garde des habitant·e·s. La plupart des hommes s’absentant au cours de la journée, le bidonville se transforme en un environnement majoritairement féminin. Les hommes vont au travail, ou du moins quittent le domicile, libérant un espace dédié aux tâches domestiques, le plus souvent imputées aux femmes. Deuxièmement, les rapports sociaux de sexe qui façonnent mon terrain ont conditionné mon propre accès à la parole. Le bidonville reste un environnement socio-spatial relativement conservateur, délimitant des sphères d’interaction genrées, peu perméables les unes vis-à-vis des autres. Ainsi, l’observation d’une sociabilisation entre les femmes et les hommes qui n’appartiennent pas au même ménage est rare. En tant que personne identifiée comme femme, l’accès aux autres femmes m’était facilité. En revanche, je n’ai pu m’entretenir avec beaucoup d’hommes, la plupart d’entre eux préférant que je m’adresse directement à la mère de famille. Les rares occasions au cours desquelles j’ai croisé un des hommes de la famille, il restait à l’écart de la conversation et quittait les lieux après quelques échanges de courtoisie. Si les femmes ont montré plus de facilité à révéler la vulnérabilité et les inquiétudes qu’elles vivent à une des leurs, les hommes ont exprimé plus de réserve. D’une part, cette distance peut être considérée comme une marque de respect à l’égard des femmes en présence et de leur intimité. D’une autre, elle peut être interprétée par la difficulté des hommes à confesser leur incapacité à assurer de bonnes conditions de vie en tant que « chef de famille ». La pression qui leur est imputée pour répondre au rôle de pourvoyeur et assurer une vie digne à l’ensemble du foyer est pesante16 et peut être vécue comme une défaite.

Une méthodologie basée sur les mots et sur les images

  • 17 . Le référentiel résidentiel est constitué de tous les lieux qui marquent le parcours résidentiel d (...)

17L’étude de l’expérience spatiale des habitantes des bidonvilles de Sidi Moussa nécessite l’investigation de leur référentiel résidentiel17, leurs parcours quotidiens et mécanismes d’appropriation spatiale. Il s’agit de rendre compte aussi bien de leurs récits de vie que de leurs trajectoires résidentielles et de leurs pratiques spatiales, conditionnés par la convergence de différentes formes d’inégalités. Si ma posture de chercheuse-architecte a orienté l’entrée par l’analyse spatiale, elle guide également des choix méthodologiques. La collecte de données a pris deux formes principales : des entretiens semi-directifs, associés à des méthodes visuelles regroupant des cartographies, photographies et relevés habités.

  • 18 . Le système d’identification spatiale représente le réseau de lieux avec lesquels l’individu culti (...)

18Les récits produits à travers les entretiens permettent d’appréhender les itinéraires dans leur globalité et de mettre en lien des lieux, des processus d’identification aux territoires et des pratiques socio-spatiales. Ces récits servent de bases à la création de cartographies de lieux référentiels et de de parcours quotidiens. Croisant les codes de la carte géographique et de la carte mentale, elles permettent d’accéder au système d’identification spatiale18 des femmes interrogées, et mettent en évidence des formes d’immobilité matérielle et immatérielle, multidimensionnelle et multiscalaire.

19À l’échelle domestique, l’investigation des espaces de vie intérieurs et limitrophes est centrale, car ils servent d’articulation à l’ensemble des pratiques quotidiennes des femmes rencontrées. M’inspirant de travaux de sociologues et d’anthropologues (Chauvin, 2017 ; Lewis et al., 2018 ; Berthomière, 2018 ; Taussig, 2011), j’ai recours à la méthode de la « photographie commentée » car elle permet de restituer fidèlement la scène observée, matérialisant les pratiques et phénomènes décrits. L’image photographique ajoute un niveau d’intelligibilité supplémentaire, délimitant le cadre d’interprétation de la description textuelle, et illustre les différentes manifestations spatiales de pratiques ordinaires. S’y ajoute les relevés habités (Pinson 2016 ; Navez-Bouchanine 1990 ; 1991; 2002a ; Sharr 2009), pour donner à voir les tensions matérielles et d’usages entre l’espace et ses occupant·e·s. Il s’agit de plans architecturaux où sont représentés fidèlement les aménagements et les dispositions d’objets dans l’espace, mis en écho avec la description des pratiques des usagers. Les restitutions visuelles des formes d’appropriation spatiale mettent des images sur des actes quotidiens ou ponctuels (surélévation, extension et transformation du lieu de vie), et montrent les pratiques parfois banales qui participent de l’ancrage des habitant·e·s dans le bidonville.

Cartographies de l’immobilité résidentielle, urbaine, sociale, économique

  • 19 . Dans son travail sur l’évolution du niveau de vie d’anciens habitant·e·s d’un bidonville à Salé, (...)

20La migration rurale a été considérée dans la littérature scientifique du XXe siècle comme un exode, un acte d’arrachement au lien viscéral censé unir les individus à leur terre (Franques, 2004). Mais les récits des femmes rencontrées, qu’elles soient initiatrices ou non de leur migration, remettent en question ce mythe du déracinement et révèlent une réalité plus nuancée. Leur adaptation à leur nouveau milieu d’ancrage et leur appropriation progressive des codes de leurs environnements de vie démontrent leur capacité à accompagner le changement : il y a mouvement, évolution et transformation tout au long du parcours migratoire. Cependant, l’étape du bidonville marque pour la plupart un arrêt prolongé dans les trajectoires migratoire et résidentielle. Précarité économique et alternatives d’habiter limitées entravent le cheminement vers ce que les femmes considèrent comme un habitat digne, supposément catalyseur de meilleures conditions de vie19.

21La territorialité des enquêtées se construit ainsi à partir de ce référentiel spatio-temporel, établi sur le temps long, et est nourrie par leurs lieux de pratique quotidienne. Au bidonville, les parcours urbains semblent converger vers un état d’inertie conditionné par plusieurs facteurs. L’immobilité de la trajectoire résidentielle est alors renforcée par des pratiques routinières captives et des territoires de mobilité limités, qui varient peu d’une informatrice à une autre.

L’immobilité, un enjeu transversal

22Dès le premier échange avec une des habitantes de D’har Laqraâ, une de ses proches s’est spontanément proposée de m’accompagner pour aller à la rencontre d’autres voisines, sans qu’elle n’ait eu besoin de les prévenir et de vérifier si elles étaient chez elles ; elle n’en avait aucun doute. J’ai compris par la suite que le quotidien de ces femmes était centré sur la vie domestique, et depuis je n’ai plus eu de difficulté à savoir où aller pour les retrouver.

  • 20 . La dépendance au secteur informel est inséparable de l’irrégularité et de la multiplicité des sou (...)

23« Les jours se suivent et se ressemblent », me répond en souriant Izza, 35 ans, une des résidentes d’El Borj, lorsque je lui demande ce qu’elle fait de ses journées. Ses mobilités occasionnelles et régulières sont peu nombreuses et se centrent sur les besoins familiaux. Lorsque son mari va au travail ou en cherche un pour la journée20, Izza (Figure 3) s’attelle aux tâches ménagères habituelles dans son mahal (local), s’en éloignant peu :

  • 21 . Le bidonville El Borj se situe aux abords des rempart de la médina, devant Bab Châafa, à l’extrém (...)

Je prépare à manger le matin et fais ce qu’il y a à faire comme tâches ménagères. Quand je sors c’est généralement pour aller à la médina21, et de temps en temps pour marcher sur la corniche ou entrer dans le quartier Sidi Moussa… Mais c’est rare, je ne m’éloigne pas de chez moi. (Izza, El Borj, 2018)

24L’immobilité qui marque le parcours quotidien dIzza est à l’image de ses trajectoires migratoire et résidentielle (Figure 4). D’une sphère domestique à l’autre, elle n’a quitté sa campagne natale – à laquelle elle est fortement attachée – qu’au moment d’aller habiter avec son mari dans le bidonville El Borj où elle vit depuis quinze ans, sans alternative de logement à l’horizon.

  • 22 . Toutes les illustrations et photos qui suivent sont de l’auteure et réalisées entre 2018 et 2021.

Figure 322. Carte de lieux du quotidien de Izza, 35 ans, habitant El Borj.

  • 23 . « Baraque », ou « berraka » en dialecte marocain, est communément utilisé au Maroc pour parler de (...)
  • 24 . Izza attendait son premier enfant au moment de l’entretien. Elle en a eu un second depuis.

Le périmètre de pratique urbaine quotidienne d’Izza se limite à l’espace limitrophe de sa « baraque »23, ou à l’ombre des arbres qui voilent l’entrée du bidonville donnant sur l’avenue très animée de Sidi Moussa. « J’ai de très bons rapports avec mes voisines », explique-t-elle. « On se voit toujours, et on s’installe dans le petit jardin avec notre petite natte pour discuter et passer le temps, on essaie de ne pas rester confinées dans la baraque ». De temps en temps, ce périmètre s’élargit sur le quartier, pour une promenade au bord de l’océan, et plus occasionnellement sur la médina, pour des courses spécifiques qu’elle ne trouve pas dans les commerces de proximité. L’espace domestique canalise l’essentielle de ses activités, en tant que jeune maman au foyer24.

Figure 4. Carte de lieux référentiels de Izza, 35 ans, habitant actuellement El Borj.

Izza a grandi dans une grande famille de deux frères et six sœurs. Elle n’a jamais été à l’école. La moitié de ses frères et sœurs sont restés à la campagne dans la maison familiale, tous ont fondé leurs familles. Seules sa sœur et elle ont quitté la campagne pour la ville à leurs mariages. « Quand je vais leur rendre visite », dit Izza en parlant de sa famille, « je reste généralement un mois pour bien profiter, parce qu’ils sont loin... ». Après 15 ans passés à El Borj, et malgré son attachement à sa maison de famille, Izza se considère comme citadine. Elle a appris les codes de la ville dans les quartiers populaires, et quand elle part voir sa famille, elle se sent comme une invitée. Son ancrage à El Borj et dans le quartier Sidi Moussa est central, surtout depuis qu’elle y a fondé une famille et créé son réseau de connaissances. Au moment de l’entretien, son mari et elle avaient été recensés deux fois pour bénéficier d’un éventuel relogement, avec pour espoir de rester dans le quartier.

25Les activités et le rythme journaliers d’Izza sont similaires à plusieurs égards à ceux de la majorité des femmes rencontrées, résidentes de bidonvilles ou de cités de relogement. Kenza, 32 ans, qui elle aussi vit à Dhar Laqraâ depuis une dizaine dannées, na jamais été à l’école et a arrêté de travailler à la naissance de son premier enfant :

Tu crois que nous avons fait des études ? Nous avons travaillé dès que nous avons été en âge de le faire. […] On allait tisser des tapis, et tout ce qu’on gagnait on le donnait aux parents. Mais Dieu merci, on ne regrette rien. […] Je ne vais plus à l’usine pour travailler les tapis, surtout depuis que j’ai eu mon fils. Et puis on s’en sort comme on peut avec le travail de mon mari [tailleur], il faut bien que quelqu’un s’occupe de l’éducation des enfants. (Kenza, 32 ans, D’har Laqrâa, 2018)

26Mis à part son ancien lieu de travail qu’elle ne fréquente plus, l’école de ses enfants et la maison de ses parents à Hay Charaf (à cinq minutes de marche de chez elle) sont les seuls autres lieux qui rythment régulièrement son parcours urbain (Figure 5).

27Kenza s’éloigne peu de son quartier. Lorsque la chaleur devient insupportable dans l’enceinte du bidonville, elle emmène ses enfants se promener sur la falaise nouvellement aménagée devant l’océan. Pour le reste du temps, les impasses qui organisent les pâtés de baraques et le pourtour des seuils sont des lieux privilégiés pour retrouver un sens de communauté, sociabiliser et partager un thé avec les voisines. « Où que tu veuilles aller, il faut avoir de l’argent à dépenser », ajoute-t-elle. « On sort alors à côté de la maison, on discute, on passe du temps. On s’entraide pour tout avec les voisines ».

28Bien que le chômage féminin soit dominant, certaines réussissent à concilier vie familiale et activité professionnelle. À Nouayel, Zahra, 45 ans (Figure 6) a décidé d’ouvrir un commerce de petits électroniques depuis chez elle. Avec l’aide de son mari, elle a créé un espace annexe en ouvrant un des murs de la baraque pour le transformer en devanture commerciale, enfouie dans le maillage quasi exclusivement résidentiel du bidonville. L’enchevêtrement de l’espace de vie et du lieu de travail ajoute une dimension supplémentaire à la vie domestique de Zahra tout en l’y immobilisant :

Je ne sors pas vraiment. J’emmène ma fille au collège, puis je rentre, prépare à manger et m’installe dans le petit magasin où je vends des « pièces », tout ce qui est télécommande, câbles... Mais je ne fais que tenir le magasin, je ne peux pas tout vendre parce que je ne saurai pas ce qu’il faut vu que je ne sais pas lire. Je demande à mon mari. Donc même pour travailler je ne suis pas obligée de sortir. (Zahra, 45 ans, Nouayel, 2018)

29Zahra considère l’insécurité comme une raison supplémentaire pour éviter les sorties « sans utilité ». Les faits divers qui rythment la vie du quartier Sidi Moussa la poussent à une forme de réclusion domestique qu’elle se trouve forcée à imposer à ses filles aussi :

Les rues sont dangereuses pour elles [ses filles]. Elles sortent surtout avec leur tante, moi pas beaucoup. Elles restent dans le quartier, vont de temps en temps à côté du marabout Sidi Moussa où il y a les Gnawa [troupe confrérique de musique africaine traditionnelle] et des femmes qui tatouent avec le henné. Mais c’est juste à côté. De temps en temps elles vont marcher sur la côte, mais uniquement si elles sont accompagnées. (Zahra, 45 ans, Nouayel, 2018)

30Si cette peur est nourrie par des expériences concrètes d’agression ou de harcèlement de rue, elles sont d’autant plus exacerbées, comme l’expliquent Marylène Lieber (2011) et Rébecca Cardelli (2021), par l’intériorisation de la vulnérabilité des femmes. Cela pousse certaines à privilégier systématiquement les stratégies collectives aux stratégies individuelles (Cardelli, 2021), comme l’exprime Zahra dans son témoignage. Monqid (2011) relève des dynamiques similaires d’« incorporation » (Bourdieu, 1998) des femmes de la peur de la rue, dans son étude des pratiques urbaines des femmes des quartiers défavorisés de Rabat :

« Le fait que la rue soit un territoire masculin est une norme que les femmes elles-mêmes ont intériorisée, comme en témoignent les conseils et les prescriptions prodigués par les mères à leurs filles concernant l’usage de l’espace public (comme le fait de ne pas s’aventurer dans des endroits déserts, seules, de ne pas rester dehors tard la nuit, de ne pas réagir aux agressions verbales et d’adopter une stratégie de silence qui constitue la seule arme dont les femmes disposent pour se protéger et pour éviter des représailles…) » (Monqid, 2011, p. 2-3)

31Les schémas de parcours urbains de la majorité des femmes rencontrées sont tout aussi centrés sur l’espace domestique. En plus du sentiment d’insécurité, ce sont les moyens financiers limités qui les empêchent de diversifier leurs activités. Les sorties de loisirs sont rares, surtout lorsqu’elles signifient des dépenses supplémentaires, comme me l’explique Latifa, 35 ans, qui vit à El Borj. « Quand je sors de temps en temps de la maison, ce n’est qu’avec mes enfants, et pas très loin », dit-elle. « Mon mari ne nous accompagne pas parce qu’il n’a pas d’argent à dépenser et il ne veut pas priver les enfants en mettant tout le monde dans l’embarras. Moi dès que j’ai un peu d’argent, je les sors pour les emmener jouer ou leur offrir ce dont ils ont envie parce que ce sont des enfants, c’est normal ».

32Le chômage des femmes rencontrées et leur immobilité quotidienne se nourrissent mutuellement. L’analphabétisme ou la déscolarisation précoce, les impératifs liés à leur rôle de mères au foyer, et l’absence de réelle mobilité en dehors de la sphère intime ne laissent pas de place à l’exploration de la vie professionnelle. Dans le sens inverse, l’inaccessibilité de cette dernière ne leur permet pas d’arriver à un confort financier suffisant pour élargir leur périmètre de mobilité au quotidien. Cette dynamique conforte une nette distinction des rôles de genre et réduit considérablement le capital de mobilité des femmes (Kaufmann, Bergman, et Joye, 2004) « ressource-clé dans un parcours professionnel en vue d’une mobilité ascendante » (Kaufmann & Widmer, 2005, p. 199).

Figure 5. Carte de lieux du quotidien de Kenza, 32 ans, habitant actuellement D’har Laqraâ.

Kenza estime que l’éducation de ses enfants est en grande partie sa responsabilité, en tant que mère au foyer. Ses déplacements sont définis en conséquence, limités au périmètre du quartier et de son environnement proche (Hay Charaf, à cinq minutes de marche de D’har Laqraâ).

Figure 6. Carte de lieux du quotidien de Zahra, 45 ans, habitant actuellement Nouayel.

Mis à part l’accompagnement de sa fille au collège, et la visite occasionnelle à sa tante, toujours à Sidi Moussa, Zahra passe toute la journée à la maison, s’occupant des tâches domestiques quotidiennes et du magasin.

Arrêt au bidonville, en attendant le recasement

33L’immobilité socio-économique, du parcours quotidien et de la trajectoire migratoire de mes interlocutrices trouve écho dans l’immobilité résidentielle, à la fois subie et détournée en moyen de pression face aux autorités de relogement et de recasement.

  • 25 . Selon le Recueil des statistiques de 2013-2014 du Ministère de l’Éducation nationale et de la for (...)

34Si quitter la campagne est souvent motivé par une volonté de changement de condition économique (Zouiten, 1995 ; Berrada, 1998 ; Boumaza, 2006), et d’accès plus aisé à l’éducation25 et aux services de la ville, il peut aussi résulter de l’évolution des rapports à l’environnement social ou familial. C’est le cas de Zahra, 45 ans (Figure 7), qui quitte la campagne de Sidi Slimane à l’âge de vingt ans pour s’installer chez sa tante à Sidi Moussa. Après le décès de sa grand-mère, les rares relations qu’elle a gardées sont en effet fragmentées, l’encourageant vers ce départ. Arrivée d’abord à Saniya Bouchnikha à Sidi Moussa, elle retrouve une effervescence sociale qui lui permet de compenser partiellement la dégradation de ses rapports sociaux à la campagne. Lorsqu’elle se marie deux ans après son arrivée en ville, elle s’installe dans le bidonville Nouayel, toujours dans le même quartier. « Nouayel est un hay chaâbi [quartier populaire] comme un autre… ça n’a pas beaucoup changé de Bouchnikha, il fallait juste s’habituer à la belle-famille avec le temps », développe-t-elle. Zahra considère ainsi le bidonville comme un lieu de continuité qui renforce son ancrage dans Sidi Moussa.

35Depuis qu’elle y habite, Nouayel a connu des phases successives de structuration, qu’elles soient administratives (attestations de logement, création d’adresses) ou infrastructurelles (raccordement aux réseaux publics, structuration de la trame de circulation) :

  • 26 . Mahâl en arabe signifie lieu, local, mais dans ce conteste il désigne l’habitation, la baraque.

Il y a des mahâl26 sur le bord de la route qui tirent des câbles des poteaux électriques, mais nous on a préféré suivre la loi et demander qu’on nous rentre l’eau et l’électricité. […] J’avais le droit d’avoir l’attestation de logement depuis que je me suis installée ici il y a 23 ans. Tu sais, c’est un vieux quartier, donc les gens se sentent chez eux et ne se sentent plus temporaires... J’ai même mon adresse sur ma carte d’identité nationale. La plupart ont les papiers qu’il faut pour justifier qu’on a le droit d’être ici. (Zahra, 45 ans, Nouayel, 2018)

36La formalisation partielle de ce tissu spatial donne aux résidentes et aux résidents l’espoir d’une formalisation intégrale, à savoir le recasement in situ, et les maintient dans l’attente.

Figure 7. Carte de lieux référentiels de Zahra, 45 ans, habitant actuellement à Nouayel.

« Au bled, il n’y avait pas vraiment de voisins. Le peu de maisons qui étaient à côté appartiennent à d’autres membres de la famille. Autrement, les distances avec le reste du village sont tellement grandes », raconte Zahra à propos de sa campagne d’origine, située à un peu plus de 100 kilomètres de son lieu de vie actuelle. Avec la dégradation des liens socio-spatiaux qu’elle entretient avec sa campagne natale, les dynamiques de sociabilités retrouvées puis cultivées au quartier populaire de Sidi Moussa deviennent une base au référentiel socio-spatial de Zahra, et lui permettent de se projeter durablement dans cette centralité urbaine. D’abord son arrivée à Saniya Bouchnikha dans le quartier Sidi Moussa, puis sa résidence de plus de deux décennies dans le bidonville Nouayel, et enfin les promesses de recasement in situ formulées par les autorités contribuent à consolider son attachement au lieu et ses ambitions résidentielles d’accession à la propriété là où elle a été au départ contrainte d’habiter.

37En 2017, les autorités locales ont décrété cette solution pour une partie des occupant·e·s de Nouayel, sur la logique d’une unité sur deux :

Ma voisine fait partie des gens recensés dans l’opération de relogement en immeubles, et moi je vais récupérer le terrain attenant pour y faire construire ma maison sur deux ou trois étages. Mais l’opération traîne à cause de certaines familles qui résistent parce qu’elles n’ont pas été tirées au sort pour rester et construire à Nouayel. (Zahra, 45 ans, Nouayel, 2018)

38Les perspectives d’une restructuration ultime du bidonville et sa transition vers une forme légale, reconnue par les autorités et par le reste des habitant·e·s du quartier, voire le reste de la ville, donnent à Zahra la capacité de matérialiser ses ambitions à travers le lieu :

Ils [les responsables de l’opération de recasement] te donnent un plan fait par la ville auquel il faut se conformer. […] C’est une très bonne chose pour nous, même si ça tarde. On veut y croire parce que ça fait 23 ans qu’on habite ici, et on n’a pas envie de sortir de ce quartier pour se retrouver à plusieurs kilomètres d’ici… loin du travail, dans une ville où on ne connait personne… loin de tout. (Zahra, 45 ans, Nouayel, 2018)

  • 27 . Au Maroc, de grands projets de villes nouvelles conçues essentiellement pour répondre au besoin e (...)

39Les opérations de relogement, vécues comme « des déplacements autoritaires vers les périphéries » (Kharmich et El Harrouni, 2019) chamboulent drastiquement le quotidien des habitant·e·s et complexifient leur accès aux équipements et aux réseaux sociaux préétablis (Navez-Bouchanine, 2002b). L’éloignement participe d’un effet d’insularité (Le Breton, 2005), ces nouveaux lotissements étant mal desservis par les transports en commun, et sous équipés27.

  • 28 . En 2020, les premières opérations de recasement débutent à Nouayel. Les « baraques » ont progress (...)

40Le bidonville Nouayel représente pour Zahra une centralité dans son référentiel de lieux-repères. C’est à la fois le lieu où elle a fondé sa famille et formé de nouvelles attaches sociales, et potentiellement le lieu de son « salut », avec à l’horizon une accession possible à la propriété28.

  • 29 . Ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politiqu (...)

41Comme elle, bien que pour différentes raisons, Kenza, 32 ans (Figure 8) na pas cultivé dattaches avec le lieu dorigine et de sa petite enfance. Elle ny a pas assez vécu pour construire des liens durables ayant passé le reste de son enfance et de son adolescence. C’est au au nom de sa mère qu’ils ont bénéficié dun nouvel appartement lors dune campagne de relogement initiées par le MUAT29. Ils quittent ainsi le bidonville pour Hay Charaf, un quartier tout aussi châabi (populaire) que Sidi Moussa. Il aura fallu peu de temps à Kenza avant qu’elle ne se marie et retourne à Dhar Laqraâ pour y vivre et y fonder sa propre famille :

Ça fait plus de dix ans que j’habite ici. C’était normal que je vienne ici avec mon mari. Non seulement j’ai moi-même vécu dans le quartier quand j’étais plus jeune, mais sa famille à lui habite là. […] Nous nous sommes installés à côté de ma belle-sœur parce que ce n’est pas évident de trouver de nouvelles baraques, et c’est plus simple en famille. […] D’har Laqraâ est un vieux quartier, c’est saturé et les gens bougent peu. (Kenza, 32 ans, D’har Laqrâa, 2018)

42Avec son mari, ils achètent une baraque qu’ils occupent au moment de notre rencontre avec leurs deux enfants : « C’était un peu cher, ça fait dix ans déjà. Mais là c’est incroyable. C’est devenu très cher d’acheter une baraque. Ça a même doublé », affirme-t-elle. La hausse progressive des prix du logement dans le quartier n’épargne pas les formes d’habitat informel, qui s’en trouve valorisé par ceux qui y vivent, même s’ils gardent le désir de meilleures conditions d’habitat. Comme les autres femmes rencontrées, si Kenza reste à Dhar Laqraâ, cela ne lempêche pas d’être dans la même attente que ses paires : plus elle résiste à quitter les lieux – une résistance renforcée par le manque d’alternatives –, plus elle aura de chance de figurer parmi les bénéficiaires des opérations de relogement ou de recasement, l’unique porte daccès à un logement réglementaire.

Figure 8 . Carte de lieux référentiels de Kenza, 32 ans, habitant actuellement à D’har Laqraâ.

Le bidonville D’har Laqraâ a accueilli toute la trajectoire résidentielle de Kenza, puisque cette dernière y a vécu (et continue à le faire) à différentes étapes de sa vie. Après avoir quitté, la campagne de Ouezzane (170 kilomètres de Salé) à un très jeune âge avec ses parents et ses frères et sœurs, ils occupent temporairement la maison du grand-père dans une saniya [terrain de maraichage urbain] à Sidi Moussa, qu’ils sont forcés de quitter lorsque ce dernier migre à son tour. « Nous avons acheté une baraque, car on ne pouvait pas se permettre autre chose. » raconte Kenza. « On a habité dans le bidonville avant que je me marie, puis ma mère a bénéficié du relogement. J’ai vécu quelques années dans l’appartement de Hay Charaf. On était neuf. Après quand je me suis mariée, je suis revenue ici, acheter à mon tour ma propre baraque ». Revenue à D’har Laqraâ, Kenza retrouve son ancien voisinage et déploie son réseau de connaissance en intégrant celui de sa belle-famille. « Tout le monde connaît tout le monde ici… » ajoute-t-elle. L’affinité avec l’entourage immédiat et les autres habitantes de D’har Laqraâ l’y ancre davantage.

  • 30 . Sidi Bouknadel est une ancienne commune rurale disposant d’un centre urbain, qui se situe à 15 ki (...)

43Avec ses dix années de vie à D’har Laqraâ depuis qu’elle s’est mariée, Kenza fait partie de celles qui ont passé le moins de temps dans le bidonville au moment de l’enquête (Tableau 1). La moyenne de nombres d’années de résidence au bidonville s’élève en effet à vingt ans pour le groupe de mes interlocutrices. Si certaines ont bénéficié d’un relogement (3 sur les 15 femmes rencontrées), la plupart le refuse car proposé dans la commune de Sidi Bouknadel30, à près de 15 kilomètres de leur lieu de vie actuel.

Tableau 1. Nombre d’années de résidence en bidonville par habitante. Aux trois principaux bidonvilles étudiés, se rajoutent deux cas (Saniya Haj Maati, une petite poche à côté du lycée Okba à Sidi Moussa, et Sehb El Caïd, un bidonville historique du quartier Tabriquet de Salé). À noter que parmi les femmes représentées, trois habitaient en appartement de relogement au moment de l’enquête (Nouayel : F, 41 (6 ans) ; T, 61 (12 ans) / Sehb El Caïd : R, 42 (16 ans)).

44L’immobilité résidentielle est ainsi motivée simultanément par deux dynamiques complémentaires : l’impossibilité d’accéder à la propriété ou au logement de droit commun par manque de stabilité et de moyens financiers, et le refus de la relégation en périphérie et du relogement en appartement (contrainte particulièrement pesante pour les familles les plus nombreuses) :

  • 31 . Fatima a vécu 29 ans à D’har Laqraâ.

Ce n’est que depuis qu’on a dallé qu’on a pu surélever et avoir de l’espace en haut. Imagine, il y avait la belle-mère, que Dieu bénisse son âme, mon fils, mes quatre filles... donc tout le monde dormait là-bas [en indiquant le salon], comment tu trouves ça ? Ce n’est pas possible. C’est pour ça que plusieurs ne veulent pas déménager, du bidonville à Hay Nour [cité de relogement en appartement, à Sidi Moussa]. C’est parce que les appartements sont trop petits. Il y a des mères qui ont trois fils mariés, où est-ce que ces garçons vont habiter dans trois chambres ? […] Ça ne convient pas à chaque garçon avec sa femme et ses enfants de prendre une seule chambre. La meilleure proposition qu’ils pourraient nous faire dans ces quartiers populaires, c’est qu’ils morcellent le terrain où on habite, et au lieu de donner à chacun 80 m² au sol, qu’ils nous laissent 40 m² libres et on peut construire au rez-de-chaussée et en étage. Comme ça, on gagne de l’espace. Moi-même ici en bas, je n’ai pas 40 m², mais tu as vu que depuis qu’on a construit l’étage, on se sent déjà mieux. […] Moi j’ai un fils qui veut se marier, comment j’aurais fait si on était resté ici [au rez-de-chaussée] ? On divise cette pièce ?! (Fatima, 46 ans31, D’har Laqraâ, 2018)

S’approprier l’espace pour résister

45Refuser de quitter le bidonville jusqu’à obtenir le recasement in situ (ou en centralité urbaine) ne s’exprime pas uniquement par une prise de position. Elle se manifeste dans la vie quotidienne, par des dynamiques d’appropriation et de détournement des fonctions.

La polyvalence spatiale, face à l’interdiction de l’expansion

46L’habiter en bidonville présente plusieurs limites, aussi bien matérielles que juridiques. La prévention de l’expansion des quartiers informels, renforcée depuis ces deux dernières décennies, ne permet plus aux foyers d’occuper plus de surface au sol. Le contrôle continu par les auxiliaires d’autorité est devenue une source de pression qui restreint la capacité des habitant·e·s à évoluer dans leur lieu de vie, mais les pousse en réponse à développer la polyvalence des espaces.

47Lorsque j’arrive la première fois chez Rahma, 44 ans, ma première informatrice et enquêtée de D’har Laqraâ, je réalise très vite que je peine à cerner la fonction de certains espaces de son domicile, les objets et le mobilier qui s’y trouvent ne donnant pas d’indice en ce sens. Le mrah (Figure 9) fait partie de ces espaces-là, dont les femmes, maîtresses des lieux, assurent la gestion et l’évolutivité. Dans sa conception originelle dans les formes dhabitat traditionnel marocain, le mrah fait référence à la cour intérieure autour de laquelle sorganisent les usages et les sociabilités des habitant·e·s : le four traditionnel, le nettoyage et la lessive, les jeux des enfants, la fête pendant les grandes occasions, lextension de l’étable, etc. Si les contraintes spatiales du bidonville obligent généralement les résidents à le transformer en lieu couvert, certains foyers plus privilégiés arrivent à préserver une telle spatialité polyvalente, quitte à la mutualiser. Cest le cas de Fatima et Kenza qui partagent la même cour intérieure (Figure 10 et 11), allant de la gestion des déchets au nettoyage de tapis, en passant par le séchage de linge et occasionnellement la célébration collective de fêtes religieuses.

Figure 9. Images du mrah chez Rahma, 44 ans, à D’har Laqraâ.

Figure 9. Images du mrah chez Rahma, 44 ans, à D’har Laqraâ.

Figure 10. Chez Fatima (G) et Kenza (D).

La surface du grand mrah (1), temporise l’accès à l’espace domestique privé et permet aux visiteurs de s’annoncer. Un deuxième mrah (2) intérieur chez Fatima joue le rôle de séjour.

Figure 11. Chez Fatima (G) et Kenza (D).

La surface du grand mrah (1), temporise l’accès à l’espace domestique privé et permet aux visiteurs de s’annoncer. Un deuxième mrah (2) intérieur chez Fatima joue le rôle de séjour.

Expression de la « normalité » face à la représentation disqualifiante

48Parallèlement à l’optimisation des ressources spatiales limitées, les pratiques spatiales et l’aménagement du lieu de vie manifestent une volonté de se conformer à certains standards domestiques de « normalité », pour contrer la représentation disqualifiante associée à ce tissu urbain informel. Dans la majorité des unités visitées, cette ambition passe par l’aménagement soigné d’une pièce dédiée aux visiteurs. Appelée expressément bît-eddiaf (pièce des invités), elle désigne le salon marocain indispensable à lorganisation domestique; cest « un véritable espace de représentation de la famille vis-à-vis des gens extérieurs » (Navez-Bouchanine, 2002a, p. 69). Dans le bidonville, la superficie ne permet pas de garantir l’exclusivité d’usage du lieu, mais n’empêche pas d’y accorder une attention et un soin particuliers, en en variant les usages diurnes et nocturnes. C’est le cas chez Fatima, 42 ans, à Nouayel (Image 1), qui transforme cette pièce de vie de séjour et d’espace d’accueil le jour, à chambre à coucher pour ses quatre filles la nuit, qui prennent soin, chaque matin, de réinstaller la pièce. La multiplicité des usages est visible ici à travers le petit meuble de rangement où sont pliés soigneusement les draps et les duvets pour la nuit (Image 2).

Image 1. Chez Fatima à Nouayel. Vue sur le séjour / salon / chambre à coucher. L’esthétique globale du lieu est semblable à ce que l’on pourrait retrouver dans les foyers classiques marocains, indépendamment du type d’habitat.

Image 1. Chez Fatima à Nouayel. Vue sur le séjour / salon / chambre à coucher. L’esthétique globale du lieu est semblable à ce que l’on pourrait retrouver dans les foyers classiques marocains, indépendamment du type d’habitat.

Image 2. Le meuble de rangement où sont stockés les draps et les duvets pour l’usage nocturne, lorsque la pièce se transforme en chambre à coucher.

Appropriations de l’entre-deux, une extension du contrôle

49L’aspiration à la normalité s’illustre également par certaines pratiques, comme le nettoyage. Cette activité récurrente exécutée aussi bien à l’intérieur que sur les seuils et dans l’espace limitrophe, permet aux femmes d’étendre leur zone de contrôle, et de contrer le discrédit lié habituellement au bidonville, ainsi que les images de saleté et de délabrement qui l’accompagne. Dans les propos des enquêtées, le nettoyage ne s’arrête pas à l’acte qui y est habituellement associé. « Le plus important c’est de nettoyer là où tu vis », disait Hanane, 41 ans, pour signifier réparer, restaurer, rendre vivable et praticable son espace habité.

50Mes visites répétées me donnent à voir les journées de mes enquêtées, qui s’organisent essentiellement autour des tâches d’entretien, et débordent de leur logis pour investir les espaces intermédiaires (Images 3 et 4). Cette forme dappropriation spatiale éphémère mais régulière exprime la volonté des femmes rencontrées de contrôler une partie de lespace commun (Ghomari, 2001) et de lintégrer comme une extension évidente de leur espace domestique (Zaki, 2005).

Image 3. Dans une impasse de D’har Laqraâ, l’espace limitrophe garde une trace encore fraîche du nettoyage matinal.

Image 3. Dans une impasse de D’har Laqraâ, l’espace limitrophe garde une trace encore fraîche du nettoyage matinal.

Image 4. Vue sur une rue de Nouayel. Chaque famille prend le soin d’entretenir le seuil de son logement, créant un effet de gestion collective.

51L’exploitation de l’espace peut dépasser parfois le registre des pratiques, pour s’incarner au travers d’installations matérielles dans des zones semi-privées, dans le respect des règles tacites de cohabitation.

52Laménagement de plantes, à la fois marquant le territoire personnel et contribuant à lentretien dun environnement de vie plus agréable, est une initiative toujours appréciée et encouragée par les habitant·e·s (Images 5 et 6).

Image 5. L’usage de plantes à l’initiative des habitant·e·s balise un espace étendu au seuil d’une baraque. Nouayel.

Image 5. L’usage de plantes à l’initiative des habitant·e·s balise un espace étendu au seuil d’une baraque. Nouayel.

Image 6. Des seaux réutilisés comme pots de plantes contre le mur d’une baraque, sous un abri multifonctionnel. D’Har Laqraâ.

53L’exiguïté et l’absence de certaines qualités essentielles à l’habitabilité, comme la fenêtre et la lumière naturelle, amènent les habitantes à investir et à délimiter ces micro-territorialités, dont les délimitations sont lisibles par les occupant·e·s et le voisinage, mais plus confuses pour les étrangers.

54Pendant la journée, dans les trois bidonvilles, les « entre-deux » servent d’« espaces intermédiaires de visibilité et de vie sociale, en particulier pour les femmes » (Collectif, 2008, p. 46). En recourant à du petit mobilier pour s’installer et partager des moments de sociabilité entre voisines, tout en gardant un œil attentif sur les enfants, les femmes pallient ponctuellement l’effet d’immobilité qui marque leur quotidien, renforcent leur légitimité à occuper les lieux par des pratiques ordinaires, et créent de nouvelles opportunités d’échanges par l’appropriation spatiale collective.

Des campagnes collectives de travaux

55En plus des pratiques quotidiennes d’appropriation, les femmes ont recours à des améliorations matérielles pour entretenir leur cadre de vie et le faire évoluer. Elles s’approprient ainsi « la mise en marge » et profitent de l’affranchissement partiel des diktats spatio-architecturaux de la ville pour modeler leur cadre bâti en continu, dans les limites imposées par les autorités locales.

56« Quand j’ai vu que les gens « réparaient » et « amélioraient » [leurs baraques], moi j’ai juste mis de la Dimatit [de la tôle et du béton] je lui [le fils] ai fait une toute petite chambre loin de ses sœurs, et j’ai rajouté une petite cuisine donnant sur la terrasse », m’explique Hanane, 41 ans, une des habitantes de D’har Laqraâ (Images 7 et 8). Ce type d’opération de restauration ou d’extension est mieux toléré par les autorités lorsque les habitant·e·s s’activent en groupe. La mobilisation est généralement savamment programmée lors des saisons électorales, propices au laisser-aller. Cette même stratégie s’applique en période de tension sociale, d’inflation ou de transition politique. Tant que la ville na pas dalternative viable à proposer aux habitant·e·s du bidonville, le laisser-faire est lunique recours pour éviter les heurts.

Image 7. Chambre à coucher du fils aménagée avec deux matelas, un tabouret en plastique et une petite table, ainsi qu’un meuble de rangement surmontée d’une télé 13 pouces hors champ. Les murs sont bruts, enduits uniquement de mortier en ciment pour lisser les irrégularités des briques.

Image 7. Chambre à coucher du fils aménagée avec deux matelas, un tabouret en plastique et une petite table, ainsi qu’un meuble de rangement surmontée d’une télé 13 pouces hors champ. Les murs sont bruts, enduits uniquement de mortier en ciment pour lisser les irrégularités des briques.

Image 8. Une fenêtre a été rajoutée a posteriori dans la cuisine du haut. Elle s’ouvre sur la petite terrasse pour une meilleure circulation de l’air et de la lumière naturelle.

57L’ampleur des travaux engagés varie d’un foyer à un autre, selon les moyens financiers, l’état du lieu et les perspectives résidentielles (Images 9 et 10). Pour Fatima, 42 ans, qui habite Nouayel, les promesses répétées de recasement in situ la poussent à reporter tout engagement financier supplémentaire qui pourrait servir, selon elle, à la prise en charge de la construction de leur future maison. Elle effectue juste assez de réparations pour que son lieu de vie soit habitable. Quant à Atiqa, 34 ans, à D’har Laqraâ, elle a profité de la dernière campagne de travaux pour surélever sa toiture tôlée, séparer son espace domestique de celui de sa belle-famille, et ouvrir une nouvelle porte d’entrée indépendante :

  • 32 . Le mot âachoua’ie est utilisé par les autorités pour signifier « informel », mais la traduction l (...)

Tous les habitants du quartier faisaient des travaux, j’ai fait comme eux, explique-t-elle. Il y a ceux qui ont dallé, d’autres qui ont repeint, selon les moyens parce que certains travaux sont chers… Certains voisins se concertent et négocient entre eux pendant les travaux pour ne pas avoir de problèmes par la suite. […] On n’a pas d’autorisation, c’était  âachoua’ie 32 [informel]. On a forcé les choses, on va dire… Parce qu’ils ne nous donnent jamais l’autorisation dans tous les cas. Mais il y a toujours le m’qaddem [auxiliaire d’autorité] qui assiste aux travaux et pose des limites (Atiqa, 34 ans, D’har Laqraâ, 2018).

Image 9. Exemple de surélévation de deux baraques attenantes à Nouayel. L’histoire du bidonville et des ménages, l’évolution de leurs situations financière et familiale peuvent se lire sur la matérialité du bâti.

Image 9. Exemple de surélévation de deux baraques attenantes à Nouayel. L’histoire du bidonville et des ménages, l’évolution de leurs situations financière et familiale peuvent se lire sur la matérialité du bâti.

Image 10. Exemple de surélévation légère pour la création de pièces supplémentaires au-dessus d’une baraque à Nouayel.

58En s’affranchissant spatialement de la famille élargie, elle peut désormais prétendre au relogement ou au recasement autonome.

59Zahra, 45 ans, qui habite à Nouayel depuis 23 ans, explique que le moyen le plus simple de dépasser les limites et les contraintes administratives, et négocier les travaux d’amélioration ou de surélévation, reste les pots de vin, pratique courante dans les rapports des habitant·e·s aux autorités locales :

Le jour où j’ai voulu construire une dalle pour sécuriser le toit qui remplace la tôle, le m’qaddem a demandé sa part. […] Même pour avoir l’attestation de logement il faut donner quelque chose. Il faut un minimum pour que le fonctionnaire ou l’auxiliaire d’autorité puisse gagner quelque chose, même si c’est son travail. Ils ne sont même plus subtils aujourd’hui, c’est devenu une condition pour obtenir ce qui te revient de droit.  (Zahra, 45 ans, Nouayel, 2018)

60En plus des transformations matérielles à l’initiative de la communauté, les transformations infrastructurelles à l’initiative des autorités locales participent à renforcer l’ancrage des familles. Dans la majorité des bidonvilles « historiques », les autorités ont mis en place les infrastructures nécessaires au bon fonctionnement de la vie quotidienne, dans l’attente de proposer des alternatives de relogement viables. Il s’agit de mise en place de réseaux d’eau potable, d’assainissement et d’électricité. Ces grandes interventions marquent des caps essentiels dans l’histoire de ces quartiers informels. Dans son travail sur les solidarités spontanées des quartiers d’habitat non réglementaire au Maroc, le géographe Aziz Iraki (2006) constate qu’une part de la mémoire collective se construit à partir de l’action collective et des « revendications d’urbanité » qui marquent des paliers dans l’histoire commune.

61Que ce soit en mobilisant la polyvalence des espaces face à l’interdiction d’occuper davantage de surface au sol, en renforçant l’image de normalité de l’habiter en bidonville comme moyen de résistance à la disqualification, en étendant les zones de contrôle spatial dans les espaces intermédiaires, ou en s’organisant sous forme de campagnes collective de travaux, les habitantes prennent possession du bidonville. Bien qu’elles aspirent toutes à en sortir, elles concentrent leurs efforts à en faciliter le vécu.

Le recasement in situ pour certaines, le recasement relégué pour d’autres 

  • 33 . L’art de la présence est considéré comme étant « la capacité des sujets subalternes à affirmer ma (...)
  • 34 . Asef Bayat utilise « l’art de la présence » pour analyser la mobilisation sociopolitique et l’occ (...)

62La résistance a fini par payer pour les habitant·e·s de Nouayel, qui ont réussi à obtenir le recasement in situ pour 80% des foyers. Le détournement de « l’immobilité » subie en refus d’abdiquer leur droit à la ville est ce que Mona Atia (2019) qualifie d’« art de la présence33 » dans son étude des habitant·e·s de deux bidonvilles près de Casablanca, et de leur capacité à infléchir les stratégies top-down pour faire entendre leurs revendications grâce au « non-mouvement ». Empruntant l’expression à Asef Bayat (2017)34, elle évoque des « pratiques conflictuelles partagées par un grand nombre de personnes fragmentées dont les revendications similaires mais déconnectées produisent un changement social important dans leur propre vie, et dans la société en général, même si ces pratiques sont rarement guidées par une idéologie, un leadership ou une organisation reconnaissable » (Bayat, 2017, p. 106 cité par Atia, 2019, p. 5)

  • 35 . Citation originale : « led to the “socialization of the state” through the replacement of the gov (...)

63À Nouayel, la même démarche a permis aux habitant·e·s de réorienter la stratégie de relogement initiale, ce qui a conduit au « remplacement du programme de relogement parrainé par le gouvernement par un programme de recasement qu’ils préféraient »35(Atia, 2019, p. 3) :

Ils viennent de renouveler les grands plans d’assainissement, d’eau, d’électricité. On garde tout ce qu’il nous faut si on reste. Même s’ils rajoutent de nouvelles infrastructures, on gardera les alimentations, et le même schéma de distribution. Si on nous donne la permission de construire ici, on garde nos places. (Fatima, 42 ans, Nouayel, 2018)

64En novembre 2021, plus de trois ans après la fin de l’enquête, de nouvelles maisons habitées remplacent la majorité des anciennes baraques, chacune s’élevant à des rythmes variables selon les moyens de ses occupant·e·s (Images 11 et 12). Des façades non-finies et des armatures en attente montrent que la transition est toujours en cours, et qu’elle annonce sans doute des dynamiques socio-spatiales nouvelles. Une autre histoire se dessine dès lors, avec à lhorizon des transformations profondes dans la vie du quartier.

65D’har Laqraâ et El Borj n’ont pas connu le même sort. En Décembre 2021, les deux bidonvilles ont été entièrement démolis et les habitant·e·s évacué·e·s (Images 13 et 14). Latifa, 38 ans et ancienne habitante d’El Borj, affirme que les autorités locales leur ont imposé de quitter le lieu, avec comme unique alternative une parcelle de 50 m² par deux familles dans la commune de Sidi Bouknadel, à 15 kilomètres du quartier Sidi Moussa. Cette offre était censée permettre le partage des charges de construction, chaque famille occupant un étage. En 2018 déjà, Latifa anticipait les lourdes dépenses qu’engendrerait un tel projet :

Si on avait les moyens, bien sûr on préférerait un lot de terrain sur lequel on construirait à notre rythme et selon notre goût. Mais on n’a pas cet argent-là, donc il vaut mieux avoir un appartement, déjà prêt. Avec quoi tu peux construire ? […] Ce n’est pas 1000 dirhams, ou même un million de centimes [1000 euros], ce sont des millions qu’il faut. Sinon il y a ceux qui veulent un lot de terrain mais en le partageant avec quelqu’un d’autre pour pouvoir réduire les frais, mais c’est difficile. (Latifa, 35 ans, El Borj, 2018)

66En attendant de réunir les moyens nécessaires à la construction, certains ex-habitant·e·s du bidonville ont eu recours à la location partagée d’une maison à Sidi Moussa avec d’autres familles, toujours dans l’optique de réduire les dépenses et d’épargner les frais de travaux. La durée de cohabitation dépend du temps qu’il faudra pour monter des murs et couvrir d’une dalle leur nouveau logement de recasement à Sidi Bouknadel, assez pour mettre à l’abri la famille et continuer les travaux au fur et à mesure.

Image 11. Maisons de recasement dans différents états de construction et de finition à Nouayel.

Image 11. Maisons de recasement dans différents états de construction et de finition à Nouayel.

Image 12. Maisons de recasement dans différents états de construction et de finition à Nouayel.

Image 12. Maisons de recasement dans différents états de construction et de finition à Nouayel.

Image 13. Le bidonville El Borj après sa démolition intégrale.

Image 13. Le bidonville El Borj après sa démolition intégrale.

Image 14. Le bidonville D’har Laqraâ après sa démolition intégrale.

Conclusion

67Les destins des habitant·e·s des bidonvilles de D’har Laqraâ, Nouayel et El Borj montrent à la fois la capacité et les limites de la mobilisation infra-politique de groupes dominés. Utiliser l’habiter quotidien du bidonville et détourner l’inertie subie en immobilité de résistance n’a pas moins d’effet que les revendications frontales et les manifestations dans l’espace public. Maintenir une capacité d’agir sur son cadre de vie, bien que déniée par les autorités locales (Didier et Philifert, 2019), et user de la sphère privée et de son appropriation comme lieu de résilience, permet à la lutte pour de meilleures conditions d’habiter d’exister. Par sa quotidienneté, la mobilisation silencieuse des femmes se diffuse, en échappant aux formes d’affront facilement identifiées, et donc passibles d’être sanctionnées. « Il n’y a pas de meneurs à serrer », dit James C. Scott (Scott, 2006, p. 29), « pas de listes de membres à éplucher, pas de manifestes à dénoncer, pas de manifestations publiques qui attirent l’attention ». Cependant, le déséquilibre des forces entre les autorités de relogement et la population du bidonville fragilise le récit optimiste de la mobilisation habitante. Même si les habitantes de D’har Laqraâ et El Borj ont obtenu le recasement – en périphérie éloignée –, cette solution ne garantit pas d’amélioration de leurs conditions de vie. L’accession légale à la propriété, bien que participant d’une valorisation sociale et parfois économique des ménages (possession d’un patrimoine immobilier « légitime » sur le marché), ne transforme pas nécessairement les autres formes d’immobilité socio-culturelle et professionnelle qui bien souvent conditionnent la mobilité urbaine des femmes (Ghannam, 2011).

68Si l’étude de telles formes de résistance révèle une chose, c’est bien l’importance de considérer les différents niveaux de forces systémiques qui sont à la fois à son origine, et la raison pour laquelle elle peine à aboutir. Une entrée par le prisme spatial et l’axe des territorialités se révèle intimement liée aux rapports sociaux de genre et de classe, qui nous poussent, comme l’encourage Lila Abu-Lughod (1990), à inverser le regard et à envisager les résistances infra-politiques davantage comme un diagnostic du pouvoir et des forces de domination.

Haut de page

Bibliographie

Abu-Lughod Lila, 1990, « The Romance of Resistance: Tracing Transformations of Power Through Bedouin Women » American Ethnologist 17 (1), p. 41‑55.

Agudal Jaouad, 2020, « Habitants des bidonvilles et revendications de droits de citoyenneté au Maroc ». L’Année du Maghreb [Online], no 23, https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.6912.

Arrif Abdelmajid, 1997, « Les compétences citadines à l’épreuve de l’exclusion. L’exemple du bidonville de Ben M’sik à Casablance (Maroc) » Année de l’Afrique du Nord XXXVI, p. 295-315.

Atia Mona, 2019, « Refusing a “City without Slums”: Moroccan slum dwellers’ nonmovements and the art of presence » Cities, https://doi.org/10.1016/j.cities.2019.02.014.

Bartoli Sarah, 2011, « «Eliminer les bidonvilles = éliminer la pauvreté», ou les charmes pervers d’une fausse évidence », L’Économie politique, 49 (1), p. 44‑60, https://doi.org/10.3917/leco.049.0044.

Bayat Asef, 2010, Life as politics: How Ordinary People Change the Middle East, Palo Alto, Stanford University Press.

Bayat Asef, 2017, Revolution without Revolutionaries. Making Sense of the Arab Spring, Stanford (California), Stanford University Press.

Belfquih M’hammed, 1978, L’espace péri-urbain d’une capitale : la région au Sud-Ouest de Rabat, 706, Tours, CNRS.

Belmessous Fatiha, Roche Elise, 2018, « Accueillir, insérer, intégrer les migrants à la ville » Espaces et sociétés, 172‑173 (1‑2), p. 7‑18, https://doi.org/10.3917/esp.172.0007.

Benlahcen Tlemçani Mohamed, Missamou Ruffin, 2000, « Habitat clandestin et insalubre au Maroc : Vers une stratégie d’intervention plurielle », Les Annales de la recherche urbaine 86 : Développements et coopérations 4 (127), p. 111‑18.

Berrada Abdallah, 1998, « Répartition de la population, urbanisation et migration » Population et développement, Démographie, p. 1‑73.

Berthomière William, 2018, « Esquisser les formes d’une présence. Usages et limites de l’image pour saisir les dynamiques migratoires contemporaines » Journée d’étude présenté à Migrations en image[s], Bordeaux.

Boumaza Nadir, 2006, Villes réelles, villes projetées. Villes maghrébines en fabrication, Paris, Editions Maisonneuve et Larose.

Bourdieu Pierre, 1998, La domination masculine, Paris, Seuil.

Cardelli Rébecca, 2021, « Les déplacements des femmes dans l’espace public : ressources et stratégies », Dynamiques régionales, 12 (3), p. 102‑121.

Chaker Hiba, 2021, « Education des filles : Le défi de la scolarisation des filles rurales », L’Opinion Maroc, 21 octobre 2021, https://www.lopinion.ma/Education-des-filles-Le-defi-de-la-scolarisation-des-filles-rurales_a19909.html.

Chauvin Pierre-Marie, 2017, « Mussafah Shots. Une expérience pédagogique de sociologie visuelle dans une petite ville industrielle des Émirats » Revue française des méthodes visuelles [En ligne], no 1, https://rfmv.fr/numeros/1/articles/une-experience-de-sociologie-visuelle-dans-une-petite-ville-industrielle-des-emirats/.

Daubeuf Jean-Baptiste, 2018, « Le bidonville de “La place” : l’intégration en marge des institutions républicaines dans la France contemporaine » Thèse doctorale en Sociologie, Nancy, Université de Lorraine, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02007204v2/document.

Didier Sophie, Philifert Pascale, 2019, « Droit à la ville au Sud et construction des légitimités ordinaires », Annales de géographie, 729‑730 (5‑6), p. 5‑13, https://doi.org/10.3917/ag.729.0005.

El Kahlaoui Soraya, 2018, « Posséder. Construction de l’Etat et résistances aux mécanismes de dépossession dans le Maroc post-2011 », Thèse de Master en Sociologie, Paris, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Erdi Lelandais Gülçin, Florin Bénédicte, 2016, « Marges urbaines et résistances citadines » Culture & Conflits, no 101, https://journals.openedition.org/conflits/19131.

Essahel Habiba, 2008, « Sociabilités urbaines et actes au féminin dans les quartiers non reglementaires de la banlieue de Rabat (Maroc) » in Denèfle Sylvette (dir.) Utopies féministes et expérimentations urbaines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, https://doi-org.docelec.u-bordeaux.fr/10.4000/books.pur.1534.

Essahel Habiba, 2011, « Politiques de réhabilitation des quartiers non réglementaires au Maroc et mobilisation(s) des habitants (Rabat, Témara, Skhirat) », Doctorat en géographie, Tours, Université François Rabelais.

Essahel Habiba, 2018, « Lorsque les femmes s’en mêlent. Quelques trajectoires de mobilisation dans les bidonvilles de Rabat (Maroc) », in Fouquet Thomas, Georg Odile, Citadinités subalternes en Afrique, 202, Hommes et Sociétés, Karthala, p. 177-194.

Fihri Hakima Fassi, 2021, « Statut Des Femmes Au Maroc : La Complexité d’une Évolution En Marche ». The Conversation, 7 mars 2021, http://theconversation.com/statut-des-femmes-au-maroc-la-complexite-dune-evolution-en-marche-156153.

Franques Béatrice, 2004, « L’invention de la sédentarité rurale » EspaceTemps.net, Travaux.

Ghannam Farha, 2011, « Mobility, liminality, and embodiement in urban Egypt » American Ethnologist, 38 (4), p. 790‑800.

Ghomari Mohamed, 2001, « La logique symbolique de l’appropriation de l’espace public limitrophe » Insaniyat [En ligne], no 14‑15, https://doi.org/10.4000/insaniyat.9633.

Gruénais Marc-Éric, Guillermet Élise, 2018, « Décider d’accéder à des soins de santé au Maroc. Á propos du “ premier délai ” », Insaniyat, no 80‑81, p. 71‑89, https://doi.org/10.4000/insaniyat.19213.

Hamdouch Bachir, Mghari Mohamed, Nadifi Rajaa, Gillot Gaëlle, 2018, « Enquête IMAGES sur les hommes et l’égalité des sexes menée dans la région de Rabat-Salé-Kénitra » Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes Promundo, https://morocco.unwomen.org/sites/default/files/Field%20Office%20Morocco/Documents/Publications/2018/07/Rapport%20Images-VF-WEB.pdf.

Harroud Tarik. 2017, « Handicaps et contradictions du Programme de villes nouvelles au Maroc » Les Cahiers d’EMAM, no 29 (mai), https://doi.org/10.4000/emam.1333.

Haut-Commissariat au Plan, 2014, Enquête nationale sur le secteur informel 2013/2014, Rapport de synthèse, Raba, Haut-Commissariat au Plan.

Hmed Choukri, 2008, « Des mouvements sociaux “sur une tête d’épingle” ? Le rôle de l’espace physique dans le processus contestataire à partir de l’exemple des mobilisations dans les foyers de travailleurs migrants », Politix, 84 (4), p. 145‑165, https://doi.org/10.3917/pox.084.0145.

Ighil Ali, 2008, La gouvernance urbaine de l’eau et l’accès aux services de base des quartiers précaires cas de la ville de Safi (Maroc), Mémoire de master (DESAU), Rabat, Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme INAU.

Iraki Aziz, 2006, « L’organisation des solidarités dans des territoires en construction : quartiers restructurés au Maroc » Espaces et sociétés, 4 (127), p. 63‑77.

Iraki Aziz, 2009, « L’habitat non réglementaire au Maroc, un espace de négociation sociale », in Baduel Pierre Robert (dir.), La ville et l’urbain dans le Monde arabe et en Europe : Acteurs, Organisations et Territoires [en ligne], Tunis, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, http://books.openedition.org.docelec.u-bordeaux.fr/irmc/558.

Kaufmann Vincent, Bergman Manfred Max, Joye Dominique, 2004, « Motility: mobility as capital » International Journal of Urban and Regional Research 28 (4), p. 745‑756.

Kaufmann Vincent et Éric D. Widmer, 2005. « L’acquisition de la motilité au sein des familles. État de la question et hypothèses de recherche », Espaces et sociétés 120‑121 (1‑2), p. 199‑217, https://doi.org/10.3917/esp.120.0199.

Kharmich Hassane, El Harrouni Khalid, 2019, « Les bidonvilles au Maroc : entre résorption et résistance. » African and Mediterranean Journal of Architecture and Urbanism, no 1, p. 27‑34.

Le Breton Eric, 2005, Bouger pour s’en sortir. Mobilité quotidienne et intégration sociale, Paris, Armand Colin.

Lefebvre Henri, 1968, Le Droit à la ville, Paris, Antropos.

Lewis Camilla, May Vanessa, Hicks Stephen, Costa Santos Sandra, Bertolino Nadia, 2018, « Researching the home using architectural and social science methods » Methodological Innovations, 11 (2), 2059799118796006. https://doi.org/10.1177/2059799118796006.

Lieber Marylène, 2011, « Le sentiment d’insécurité au prisme du genre. Repenser la vulnérabilité des femmes dans les espaces publics » Métropolitiques, décembre, https://metropolitiques.eu/Le-sentiment-d-insecurite-au.html.

Lopez-Acevedo Gladys, Devoto Florencia, Morales Cerda Matias, Roche Rodriquez Jaime Alfonso, 2021, « Maroc : comprendre la faible participation des femmes à la vie active » 21 avril 2021. https://blogs.worldbank.org/fr/voices/maroc-comprendre-la-faible-participation-des-femmes-la-vie-active.

Maghri Anass, 2013, « L’UNICEF appelle à toujours plus d’équité dans la réalisation du droit à l’éducation » UNICEF Maroc, 10 septembre 2013, https://www.unicef.org/morocco/communiqu%C3%A9s-de-presse/lunicef-appelle-%C3%A0-toujours-plus-d%C3%A9quit%C3%A9-dans-la-r%C3%A9alisation-du-droit-%C3%A0.

McKee David L., 1982, « Main d’oeuvre excédentaire et bidonvilles autour des métropoles du Tiers Monde » Revue Tiers Monde, 23 (91), p. 499‑506.

Missaoui Lamia, Tarrius Alain, 2006, « Villes et migrants, du lieu-monde au lieu-passage » Revue européenne des migrations internationales, 22 (2), p. 43‑65, https://journals.openedition.org/remi/2818.

Monqid Safaa, 2011, « Les ailes lourdes : pratiques urbaines des femmes des quartiers défavorisés de Rabat. [Heavy wings: women’s urban lives in deprived neighbourhoods of Rabat, Morocco] » Justice spatiale | Spatial justice, no 3 (mars), https://www.jssj.org/article/les-ailes-lourdes-pratiques-urbaines-des-femmes-des-quartiers-defavorises-de-rabat/.

Mouaffak Seddik, 2021, « Le programme “Villes sans bidonvilles” est loin du compte », MarocHebdo, 29 janvier 2021, https://www.maroc-hebdo.press.ma/programme-villes-sans-bidonvilles.

Navez-Bouchanine Françoise, 1990, « L’enjeu limitrophe : entre le privé et le public, un no man’s land? La pratique urbaine au Maroc », Espaces et sociétés, 62 (2), p. 135‑160.

Navez-Bouchanine Françoise, 1991, « Modèle d’habiter et crise de l’urbain : la situation vue à partir du Maroc », Espaces et sociétés 65 (2), p. 85‑108.

Navez-Bouchanine Françoise, 1994, « Que faire des modèles d’habiter ? » Arch. & Comport. / Arch. & Behav, 10 (3), p. 295‑316.

Navez-Bouchanine Françoise, 2002a, Habiter la ville marocaine, Paris, L’Harmattan.

Navez-Bouchanine Françoise, 2002b, Les interventions en bidonville au Maroc : une évaluation sociale, Maroc, ANHI Agence nationale de lutte contre l’habitat insalubre.

ONU Habitat, 2011, « Evaluation du programme national “Villes sans bidonvilles” », Rabat, https://mirror.unhabitat.org/downloads/docs/11592_4_594598.pdf

Pinson Daniel, 1993, Usage et architecture, Paris, L’Harmattan.

Pinson Daniel, 2016, « L’habitat, relevé et révélé par le dessin : observer l’espace construit et son appropriation » Espaces et sociétés, 164‑165 (1), p. 49‑66.

Rivet Daniel. 1999, Le Maroc de Lyautey à Mohammed V. Le double visage du protectorat, Paris, Denoel.

Roche Elise, 2019, « Éradiquer les bidonvilles en France : de la cabane à l’Algeco ? Enjeux des logements temporaires » Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], no 37, http://journals.openedition.org/traces/9949.

Scott James C., 2006, « Infra-politique des groupes subalternes » Vacarme, 36 (3), p. 25‑29, https://doi.org/10.3917/vaca.036.0025.

Sharr Adam, 2009, « Drawing in Good Faith » Architectural Theory Review, 14 (décembre), p. 306‑21. https://doi.org/10.1080/13264820903341662.

Taussig Michael, 2011, I Swear I Saw This. Drawings in Fieldwork Notebooks, Namely my Own, Chicago & London, University of Chicago Press.

Zaki Lamia, 2005, Pratiques politiques au bidonville, Casablanca (2000-2005), Thèse doctorale en Science Politique, Paris, IEP Paris.

Zaki Lamia, 2006, « La négociation d’une identité stigmatisée. Les modes de gestion du discrédit au bidonville ». in Boumaza Nadir (dir.), Villes réelles, villes projetées. Villes maghrébines en fabrication, Paris, Editions Maisonneuve et Larose.

Zouiten Mounir, 1995, Migration, réseaux familiaux et stratégies d’insertion urbaine des migrants ruraux au Maroc. Étude exploratoire du cas de l’agglomération de Salé, Thèse doctorale en Aménagement, Montréal, Université de Montréal.

Haut de page

Notes

1 . Selon les chiffres de la Banque Mondiale en 2018, 9,2 % du total de la population urbaine au Maroc réside dans les bidonvilles, ce qui représente approximativement 2 070 114 personnes. 84 villes marocaines étaient concernées par le programme national « Villes sans Bidonvilles » (VSB) à son lancement en 2004, s’adressant initialement à 270 000 ménages (chiffre réévalué à 340 000 ménages en 2011, compte tenu de la progression démographique ininterrompue des familles dans les bidonvilles tout au long du programme) (ONU Habitat, 2011). En 2021, après avoir revu les objectifs du programme VSB, n’arrivant pas à bout de cette forme d’habitat sommaire en 2010 comme prévu, « le rapport [de la Cour des comptes] souligne que « la déclaration de villes sans bidonvilles se fait sans remplir toutes les conditions. Seulement 59 villes sans bidonvilles ont été déclarées sur la base de 85 villes, tandis que 26 villes n’ont toujours pas été annoncées » (Mouaffak, 2021, p. 1).

2 . L’assignation des rôles domestiques aux femmes est le propre des systèmes patriarcaux. Celle-ci est d’autant plus marquée en contexte migratoire dans lequel la distinction sexuée semble réaffirmée sexuée et plus généralement dans les milieux défavorisés où l’accès à la scolarisation est limité (Monqid, 2011).

3 . Au Maroc, à la suite de la résorption d’un bidonville, deux options de logement subventionné par l’État sont proposées : le relogement, qui concerne l’attribution d’un appartement en logement social collectif, et le recasement qui repose sur l’attribution de lots de terrain équipés (connectés aux réseaux d’eau, d’électricité et d’assainissement) à chaque famille ou à chaque deux familles. Le recasement est cadré par des plans et des codes d’urbanisme spécifiques pour réguler la production architecturale et le respect des normes. Plusieurs habitant·e·s commencent à habiter les maisons individuelles avant la finition, qu’ils continuent au fur et à mesure selon leurs moyens.

4 . « Les habitants – quand ils ont le courage de revendiquer – sont conscients de leur faiblesse et des menaces qui pèsent sur eux. Ils recourent alors à des formes traditionnelles de formulation de leur intention en manifestant de manière ostentatoire leur allégeance au pouvoir. Ils s’organisent parfois en cortège : brandissent le drapeau national, le Coran et l’image du roi [...]. » (Arrif, 1997, p. 301).

« Elles [les femmes du bidonville] pratiquent l’wagfa ou le sit-in en bloquant des artères importantes, ou encore effectuent des massira (marches) banderoles et portraits du Roi à la main, crient des slogans devant les administrations ou le palais royal » (Essahel, 2008, p. 7).

5 . Les habitant·e·s du bidonville ne sont pas en possession du sol qu’ils occupent. Ils n’ont pas les moyens de se battre légalement pour le droit d’occupation, ne bénéficient pas assez de la solidarité d’autres groupes sociaux, et sont soumis à une image disqualifiante liée à la marginalité relative de leur lieu de vie.

6 . « Au Maroc, le taux de participation des femmes à la population active reste l’un des plus bas du monde », selon un article de la Banque mondiale (Lopez-Acevedo et al., 2021). « Avec un taux de 21,6 % en 2018, le Maroc occupait en 2018 la 180e place sur un échantillon de 189 pays. En d’autres termes, 78,4 % des Marocaines âgées de 15 à 65 ans n’étaient ni en activité ni à la recherche d’un emploi ». Selon Hakima Fassi Fihri (Fihri, 2021, p. 1), chercheuse spécialiste en droit de la famille dans le monde arabo-musulman, les femmes marocaines « sont davantage exposées au chômage, structurellement plus élevé que le chômage masculin : 14 % contre 7 % pour les hommes selon le Haut-Commissariat au Plan ».

7 . Au Maroc, l’habitat sommaire correspond à tout ce qui n’est pas construit « en dur » (Ighil, 2008). Le fait que les bidonvilles se soient structurés depuis le début des années 2000, se confondant dans certains cas à l’« habitat non-réglementaire », questionne la prise en compte par les autorités de ces formes d’entre-deux dans les chiffres officiels (dans le recensement de 2014, le pourcentage d’habitat sommaire, comprenant les bidonvilles, est estimé à 4,2 % sur l’ensemble du territoire, par le Haut-Commissariat au plan, et la Banque mondiale estime que 9,2 % du total de la population urbaine au Maroc réside dans les bidonvilles).

8 . Selon le dictionnaire Le Robert, le mot « résorption » est utilisé dans le vocabulaire médical pour signifier la disparition d’un produit pathologique repris par la circulation sanguine ou lymphatique. Il signifie plus largement la suppression d’un phénomène nuisible. La « résorption des bidonvilles » est communément utilisée dans les discours officiels au Maroc parallèlement à la « lutte contre l’habitat insalubre ». Les premières opérations datent des années 1980, pour être systématisées depuis 2004 dans le cadre du programme national « Villes sans bidonvilles ».

9 . Selon le Recueil des statistiques de 2013-2014 du ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle, seul un quart des élèves des premiers cycles continuent leur éducation au deuxième cycle, dans les zones rurales de la région. Le défi de scolarisation dans les zones rurales au Maroc concernent particulièrement les filles. Un récent article estime le nombre de filles non scolarisées à 6 sur 10 (Chaker, 2021). En 2013, seules 18,8% d’entre elles étaient inscrites au secondaire selon l’UNICEF (Maghri, 2013).

10 . Le quartier tient son nom du saint de la région, Sidi (saint) Moussa, dont le mausolée trône encore en bordure de l’océan depuis le XIIe siècle. D’autres édifices religieux et mausolées, telle que Zaouïa Sidi Ben Achir, sont emblématiques de ce quartier dont certain·e·s habitant·e·s sont très attaché·e·s aux rituels religieux ancestraux.

11 . Le modèle de ville-archipel désigne une configuration urbaine morcelée où se côtoient des quartiers aux populations et aux fonctions divergentes et délimitées dans leurs territoires, avec peu de continuité urbaine.

12 . L’« habitat non réglementaire » (HNR), connu aussi sous le nom d’habitat clandestin (Benlahcen Tlemçani & Missamou, 2000), est un habitat construit en dur sans autorisation. L’HNR n’a pas nécessairement de titre foncier et ne respecte généralement pas les normes d’urbanisme imposées (Iraki, 2009). Les quartiers d’HNR souffrent d’une faiblesse d’équipement et plus particulièrement des infrastructures de voiries et d’assainissement, laissés au bon vouloir des autorités locales qui se trouvent en théorie dans l’obligation de « structurer » le quartier a posteriori.

13 . Les spécialités artisanales qui concernent les femmes s’inscrivent essentiellement dans la filiaire lainière (production, exploitation, tissage, tapisserie), qui sont quasi exclusives à l’économie rurale. Ces compétences trouvent peu de débouchés dans le marché professionnel en ville, ce qui limite considérablement les opportunités économiques pour les femmes.

14 . Selon les informations données par un auxiliaire d’autorité chargé de l’arrondissement.

15 . Familière au quartier Sidi Moussa depuis des années avant l’enquête, j’ai été personnellement témoin de nombreux actes d’agression la nuit (le plus récent en août 2021). Sans doute que ce sentiment est exacerbé par ma propre intériorisation de l’insécurité urbaine en tant que femme.

16 . Selon une enquête menée par ONU-Femmes Maroc et l’ONG Promundo en 2018, « 70 % des hommes interrogés considèrent que le rôle le plus important des femmes est de prendre soin de la maison et des enfants, contre 48 % des femmes », et « dans une situation de chômage, 71 % des femmes sont d’accord avec leurs homologues masculins (73 %) sur le fait qu’il est plus important pour un homme que pour une femme d’avoir un emploi » (Hamdouch et al., 2018, p. 26). La plus faible participation des femmes à la vie active vient « de l’idée profondément ancrée selon laquelle l’homme doit être le soutien de famille et devrait accéder en priorité aux offres d’emploi, tandis que la femme devrait se consacrer aux tâches domestiques » (Lopez-Acevedo et al., 2021, p. 1).

17 . Le référentiel résidentiel est constitué de tous les lieux qui marquent le parcours résidentiel de l’individu, et deviennent des repères charnières qui cadrent la représentation du chez-soi, les envies de continuité ou de rupture et les projections dans les différents lieux habités, présents et futurs. Le regard posé sur les lieux vécus du passé évoluent également avec le temps, selon la transformation des rapports sociaux qui les animent, le parcours, le sentiment d’ascension ou de déclassement, d’amélioration ou de déterioration des conditions de vie, etc.

18 . Le système d’identification spatiale représente le réseau de lieux avec lesquels l’individu cultive une attache, un lien d’appartenance, ou au contraire une dissociation et une rupture intentionnelle.

19 . Dans son travail sur l’évolution du niveau de vie d’anciens habitant·e·s d’un bidonville à Salé, relogés dans du logement social collectif, Sarah Bartoli (2011) démontre qu’il n’y a pas de corrélation entre la résorption du bidonville et la lutte contre la pauvreté. C’est au contraire une fausse évidence, étant donné que les personnes relogées sont souvent éloignées de leur lieu de travail, payent de nouvelles charges liées à la vie en appartement et des surcharges liées aux frais de déplacements.

20 . La dépendance au secteur informel est inséparable de l’irrégularité et de la multiplicité des sources de revenu. Les habitant·e·s du bidonville sont amenés à renouveler constamment leur recherche d’emploi, souvent dans le domaine du travail à la tâche.

21 . Le bidonville El Borj se situe aux abords des rempart de la médina, devant Bab Châafa, à l’extrémité sud du quartier Sidi Moussa.

22 . Toutes les illustrations et photos qui suivent sont de l’auteure et réalisées entre 2018 et 2021.

23 . « Baraque », ou « berraka » en dialecte marocain, est communément utilisé au Maroc pour parler de l’unité d’habitat au bidonville.

24 . Izza attendait son premier enfant au moment de l’entretien. Elle en a eu un second depuis.

25 . Selon le Recueil des statistiques de 2013-2014 du Ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle, seul un quart des élèves du premier cycle continuent leur éducation au deuxième cycle dans les zones rurales de la région. Tamou, 61 ans, ancienne habitante de Nouayel, relogée en appartement dans la Cité Nour, fait partie de celles qui ont quitté la campagne pour assurer la scolarisation de leurs enfants : « On est venu ici parce que les enfants étaient en âge d’aller à l’école. On n’avait pas quelqu’un pour les surveiller ou pour nous les éduquer quand on travaillait les champs, c’est pour ça que nous sommes venus. On n’avait besoin de rien d’autre à la campagne. […] À la campagne, l’école est loin de la maison. Lorsque les enfants arrivent en sixième, l’école la plus proche se trouve à des kilomètres et n’est pas facile d’accès tous les jours ».

26 . Mahâl en arabe signifie lieu, local, mais dans ce conteste il désigne l’habitation, la baraque.

27 . Au Maroc, de grands projets de villes nouvelles conçues essentiellement pour répondre au besoin en logement et en relogement des habitant·e·s des bidonvilles et classes défavorisées, ont très vite prouvé leurs limites. Dans son article sur les handicaps et les contradictions du Programme de villes nouvelles au Maroc, Tarik Harroud (2017, p. 12) revient sur l’échec de Tamesna, ville nouvelle lancée au début des années 2000 dans la lointaine périphérie de la capitale Rabat, qui « a été très vite retenue pour reloger une fraction très importante des bidonvillois de l’agglomération de Rabat-Salé ; les premiers déplacés y ont été installés avant même que les aménagements soient achevés et qu’un minimum d’équipements ait été construit ». Le retard de livraison des logements, l’absence d’infrastructures de base et d’équipements socio-culturels, les difficultés de transports ont sucité à partir de 2006 la colère des futurs relogés, surtout ceux ayant avancé des frais, les entraînant à se mobiliser sous forme d’association pour réclamer des réparations.

28 . En 2020, les premières opérations de recasement débutent à Nouayel. Les « baraques » ont progressivement été remplacées par des maisons construites formellement au plan architectural imposé par la ville. L’objectif est de standardiser la construction et d’uniformiser le vocabulaire architectural du lotissement.

29 . Ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville.

30 . Sidi Bouknadel est une ancienne commune rurale disposant d’un centre urbain, qui se situe à 15 kilomètres de Sidi Moussa. Elle fait partie de la préfecture de Salé. La commune est un terrain privilégié par les autorités pour reloger les habitant·e·s des bidonvilles de Sidi Moussa, et plus largement de la ville de Salé (exemple du bidonville Ras El Mâ de Tabriquet).

31 . Fatima a vécu 29 ans à D’har Laqraâ.

32 . Le mot âachoua’ie est utilisé par les autorités pour signifier « informel », mais la traduction littérale a une connotation négative, signifiant « chaotique ».

33 . L’art de la présence est considéré comme étant « la capacité des sujets subalternes à affirmer malgré tout leur volonté collective, à contourner les contraintes, en utilisant ce qui est possible, et à découvrir de nouveaux espaces au sein desquels se faire entendre, voir, sentir et réaliser » (Bayat, 2017, p. 111, cité par Atia, 2019, p.3).

34 . Asef Bayat utilise « l’art de la présence » pour analyser la mobilisation sociopolitique et l’occupation de l’espace public pendant le Printemps Arabe.

35 . Citation originale : « led to the “socialization of the state” through the replacement of the government sponsored rehousing program with a resettlement scheme that they preferred. »

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Figure 9. Images du mrah chez Rahma, 44 ans, à D’har Laqraâ.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Image 1. Chez Fatima à Nouayel. Vue sur le séjour / salon / chambre à coucher. L’esthétique globale du lieu est semblable à ce que l’on pourrait retrouver dans les foyers classiques marocains, indépendamment du type d’habitat.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Image 3. Dans une impasse de D’har Laqraâ, l’espace limitrophe garde une trace encore fraîche du nettoyage matinal.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Image 5. L’usage de plantes à l’initiative des habitant·e·s balise un espace étendu au seuil d’une baraque. Nouayel.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Image 7. Chambre à coucher du fils aménagée avec deux matelas, un tabouret en plastique et une petite table, ainsi qu’un meuble de rangement surmontée d’une télé 13 pouces hors champ. Les murs sont bruts, enduits uniquement de mortier en ciment pour lisser les irrégularités des briques.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Image 9. Exemple de surélévation de deux baraques attenantes à Nouayel. L’histoire du bidonville et des ménages, l’évolution de leurs situations financière et familiale peuvent se lire sur la matérialité du bâti.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 734k
Titre Image 11. Maisons de recasement dans différents états de construction et de finition à Nouayel.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Image 12. Maisons de recasement dans différents états de construction et de finition à Nouayel.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Image 13. Le bidonville El Borj après sa démolition intégrale.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/10680/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriame Ali-Oualla, « S’approprier, c’est résister. Appropriations spatiales et mobilisation infra-politique des femmes en immobilité résidentielle et sociale dans les bidonvilles de Salé (Maroc) », L’Année du Maghreb, 27 | 2022, 57-94.

Référence électronique

Myriame Ali-Oualla, « S’approprier, c’est résister. Appropriations spatiales et mobilisation infra-politique des femmes en immobilité résidentielle et sociale dans les bidonvilles de Salé (Maroc) », L’Année du Maghreb [En ligne], 27 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/10680 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.10680

Haut de page

Auteur

Myriame Ali-Oualla

Architecte diplômée d’Etat, docteure en sociologie, et actuellement post-doctorante à l’Univer­sité de Bordeaux (I2M, UMR 5295) et à l’Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux (PAVE – Centre Emile Durkheim UMR 5116).

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search