Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Dossier : Minorisations. Revisite...Les Jeunes Tunisiens, une contre-...

Dossier : Minorisations. Revisiter les conditions minoritaires

Les Jeunes Tunisiens, une contre-expérience de la minoration ? Politisation des langues dans la presse francophone en Tunisie coloniale (1907-1912)

Les Jeunes Tunisiens, a counter-experiment to minoritisation? Politicisation of language in the French-speaking press in colonial Tunisia (1907–1912)
الشباب التونسي ، تجربة مضادة عن الاختزال؟ تسييس اللغات في الصحافة الناطقة بالفرنسية في تونس تحت الحماية الفرنسية 1907-1912
Sarra Zaïed
p. 95-104

Résumés

Les Jeunes Tunisiens ont posé les jalons d’une mobilisation dans le paysage politique tunisien au début du XXe siècle, marqué par un tournant colonial. Élite bilingue, maîtrisant l’arabe et le français, ils se définissent comme les intermédiaires naturels, porte-paroles des Tunisiens en situation coloniale. Ils sont néanmoins mis en difficulté par leurs contemporains français. Ce travail interroge l’atout essentiel qu’a été le bilinguisme pour sortir d’une situation de minoration et s’inscrit dans ce que l’historien Hassine Raouf Hamza a nommé une « histoire post-nationale », en montrant la richesse de la vie politique tunisienne sans la limiter à un seul « mouvement national », en appréhendant autrement les mobilisations des Jeunes Tunisiens. Le présent article interroge donc cette élite bilingue au prisme de ses discours face aux prépondérants, dépassant par là-même l’étude de cette élite sous l’unique prisme de leur action nationaliste.

Ce bilinguisme et ses enjeux sont ici saisis à travers la presse. La presse en Tunisie coloniale se développe au début du XXe siècle et les périodiques, rédigés en arabe ou en français, constituent une partie essentielle de la vie politique. Progressivement, ces périodiques affichant des positions politiques transforment la presse en « presse de combat » (Julien, 1967). À travers l’étude de deux périodiques francophones, aux visées opposées, j’entends étudier la manière dont le langage de la presse se transforme au contact d’autres périodiques. La dimension dialogale (Bakthine, 1978) des discours émis dans Le Tunisien, organe des Jeunes Tunisiens, et Le Colon français, organe des «  prépondérants » (lobby colonial français) rend compte de la richesse des échanges et des débats en Tunisie au début du siècle. Ces discours interviennent à un moment charnière de l’histoire de la Tunisie coloniale. Ils sont émis alors que des débats ont encore lieu, en métropole notamment, sur les conditions et les termes de la colonisation. Ainsi, chaque parti tente de minorer l’adversaire politique, livrant des échanges riches et antagonistes.

En outre, les Jeunes Tunisiens tentent de sortir d’un statut de minoration acquis lors de la mise en place du protectorat. Ils essaient de réactiver une place symbolique dans leurs discours dans la presse. Dans cette perspective, ils mettent en place des stratégies afin de sortir de la minoration. J’éclairerai ainsi une stratégie encore non explorée par l’historiographie du nationalisme tunisien, celle de la politisation des langues, en particulier du bilinguisme. Les Jeunes Tunisiens, face aux diatribes lancées par le périodique Le Colon français, se positionnent comme figure d’autorité en Tunisie coloniale en faisant de la connaissance du français et de l’arabe comme condition sine qua none à la participation dans la vie politique tunisienne. Les Jeunes Tunisiens font de leur compétence linguistique – leur bilinguisme français/arabe – une compétence statutaire (Bourdieu, 1982), négociant ainsi leur place d’intermédiaire dans la presse francophone.

En filigrane, cet article revient sur le concept de « langue dominante » (Calvet, 1974) et apporte un autre regard sur l’importance du français en Tunisie coloniale et postcoloniale. La langue française a été appréhendée comme outil privilégié par les Jeunes Tunisiens pour, d’une part, en faire un outil de mobilisation et, d’autre part, pour sortir de la minoration. Le statut de la langue repose sur des acteurs tunisiens qui ont eu besoin du français pour se poser comme intermédiaires et occuper des fonctions officielles au sein de l’administration coloniale. Cette analyse permet donc de nuancer les concepts de « langue dominante » et « langue dominée » et de montrer le va-et-vient entre deux langues par une élite lettrée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . C’est ainsi que sont décrites les mobilisations anticoloniales des militants tunisiens dans l’his (...)
  • 2 . On retrouve cette analyse chez l’ensemble des historiens tunisiens (Abdeslem, 1975 ; Mahjoubi, 19 (...)
  • 3 . On retrouve cette réflexion chez TLILI, Béchir in Nationalismes, socialisme et syndicalisme dans (...)
  • 4 . Les données prosopographiques concernant les Jeunes Tunisiens proviennent des ouvrages suivants : (...)

1Les Jeunes Tunisiens sont décrits et analysés dans l’historiographie tunisienne et française du « mouvement national tunisien »1 comme les pionniers du mouvement nationaliste tunisien2 ainsi que les tenants du mouvement réformiste de la nahḍa en Tunisie3, marqués par les concepts de modernité (Picaudou, 2010, p. 16) et de progrès qui circulent dans le monde arabe depuis le XIXe siècle. Issus de familles de notables, ils luttent ainsi au début de XXe siècle pour acquérir une place de choix dans le champ politique tunisien. Les Jeunes Tunisiens4 dont les figures de proue sont Béchir Sfar (1865-1917), Ali Bach Hamba (1876-1918), Abdeljelil Zaouche (1873-1947) et M’hamed Lasram (1858-1925), investissent massivement le champ de l’imprimé à travers les périodiques qui constituent en cette période une nouvel espace public (Berque, 1980, p. 22). J’insère ainsi cette étude des pratiques discursives en tant que mobilisation des Jeunes Tunisiens dans cet espace public qu’est l’imprimé.

  • 5 . Cette institution, créée en 1891 est présidée par le Résident général. Elle est chargée de voter (...)
  • 6 . La Résidence française en Tunisie est l’organe du pouvoir français en Tunisie sous protectorat. L (...)
  • 7 . Sur les prépondérants, leur assise en Tunisie et en France métropolitaine, voir les références su (...)

2Ces périodiques, rédigés en arabe ou en français, circulent dans l’ensemble de la Régence. L’étude des discours francophones des Jeunes Tunisiens, notamment à travers leur organe de presse, Le Tunisien, met en exergue une particularité essentielle : la place centrale qu’y occupe le polémiste français Victor de Carnières. Issu d’une famille de magistrats, Victor de Carnières (1844-1917) s’oriente vers le journalisme puis s’installe à Tunis en 1883. Il devient propriétaire d’un vignoble dans la région du Cap Bon (nord-est) et entre en 1884 à la Chambre de l’Agriculture de Tunis. Membre de la Conférence Consultative5 puis de la Commission des Finances, il entretient des liens étroits avec la résidence de Tunis6. Chef de file des « prépondérants » – lobby colonial7 –, il est rédacteur en chef de leur principal organe de presse Le Colon français. Il marque durablement la Tunisie par son action politique et polémiste (Arnoulet, 1984). En effet, les prépondérants se distinguent par une certaine influence sur la politique menée par la résidence générale de Tunis. Charles-André Julien explique notamment « [qu’] ils arrivaient à imposer leurs requêtes à l’administration qui redoutait la véhémence de leurs attaques » (Julien, 1967, p. 98).

3Cet article entend ainsi rendre compte du dialogisme (Bakhtine, 1978) et de la place qu’il occupe dans les journaux parus en Tunisie entre 1907 et 1912. Je m’attacherai à mettre en regard deux périodiques, Le Tunisien, organe des Jeunes Tunisiens et Le Colon français, organe des prépondérants entre 1907 et 1912. Ces bornes chronologiques correspondent à deux temps de l’histoire tunisienne : 1907 voit l’apparition du premier périodique francophone intitulé Le Tunisien et principal organe de presse de la mouvance des Jeunes Tunisiens 1912 constitue un tournant avec le boycott des tramways précédé de l’affaire du cimetière du Jellaz (1911) et le raidissement de la politique coloniale en matière de liberté de presse.

4Il s’agit ici d’étudier la construction des discours des Jeunes Tunisiens à travers l’influence du discours colonial, porté par Victor de Carnières et son organe de presse Le Colon français dans un moment charnière de cette histoire (Lambert, 2009, p.82). Les jeux de discours et leur dimension dialogale (Bakhtine, 1978) ont un effet sur le type de mobilisation et les stratégies de légitimation des acteurs politiques tunisiens et de leurs rivaux français. Il s’agit donc ici de s’intéresser à cette « presse de combat » (Charles-André Julien, 1967) et d’analyser son influence sur les mobilisations tunisiennes.

5Comment les Jeunes Tunisiens, constamment minorés par les prépondérants, ont-ils marqué leur insertion dans un champ politique compétitif en Tunisie coloniale ? Bilingues, cadres de l’administration française et détenteurs de journaux, les Jeunes Tunisiens, au début du XXe siècle, œuvrent pour faire évoluer leur fonction d’intermédiaire dans les administrations en fonction de décideurs politiques dans la Tunisie coloniale. En prise avec les philippiques lancées par les prépondérants, ils créent un langage politique moderne et font des connaissances des langues un usage nouveau. J’analyserai ainsi comment cette confrontation par périodiques interposés entre les prépondérants et les Jeunes Tunisiens marque le paysage politique tunisien en contexte colonial dans le but de sortir de la minoration grâce à la politisation des langues et du langage.

Jeunes Tunisiens, privilégiés ou subalternes en Tunisie coloniale ?

6Les invectives lancées par Victor de Carnières à l’encontre des Jeunes Tunisiens ont pour principal objet d’empêcher ces derniers de se poser comme les intermédiaires et porte-paroles des Tunisiens. Ses articles tendent à mettre en valeur l’absence d’assise populaire des Jeunes Tunisiens. Aussi, pour mieux les discréditer, il ne cesse de montrer le rôle prépondérant qu’il joue lui-même en tant que colon, pour le bien-être des « indigènes ».

Les Jeunes Tunisiens selon eux-mêmes dans Le Tunisien

  • 8 . Le Tunisien, « Les ‘Jeunes Tunisiens », 28 mars 1907, Bibliothèque Nationale de Tunisie (BNT), co (...)

7Dans les numéros du Tunisien, on observe une différence de positionnement eu égard à la place de porte-parole que s’étaient réservés les Jeunes Tunisiens. Ce changement vient des différentes attaques émises à leur égard par Le Colon français, qui nie la légitimité des Jeunes Tunisiens à s’exprimer au nom de leurs compatriotes. Ainsi, plus d’un mois après la parution du premier numéro du Tunisien, les rédacteurs rédigent un article8, intitulé « Les ‘Jeunes Tunisiens’ » où ils font une mise au point quant à leur place dans la société tunisienne. Cet article est très éclairant sur leur positionnement et nous montre qu’ils se doivent de prouver leur place légitime de défenseurs des intérêts tunisiens. Ils écrivent ainsi :

C’est le nom [les Jeunes Tunisiens qu’on nous donne dans la presse française. Puisqu’on appelait ‘Jeunes Turcs’ les sujets ottomans jeunes ou vieux qui réclament pour leur patrie un régime politique plus en harmonie avec celui des pays européens, il était tout naturel d’appliquer l’épithète de ‘Jeunes’ d’abord aux Égyptiens, puis aux Tunisiens qui, les uns et les autres, formulent aussi certaines revendications.

[…]

Pour certaines personnes, les « Jeunes Tunisiens sont les descendants des Turcs, sans lien ethnique avec l’élément autochtone. […]

Ils ne sont pas dix ou quinze comme on veut bien le dire, ils forment un groupe de mille à quinze cents, qui se grossit tous les jours de la jeunesse sortie des écoles. […]

À ceux qui nous reprochent d’être des individualités sans mandat, nous répondons […] que de tous les points de la Régence nous parviennent chaque jour des lettres nous exhortant à persévérer dans notre entreprise.

8Cet article répond clairement aux accusations faites par les prépondérants qui reprochent aux Jeunes Tunisiens leurs liens avec les Jeunes Turcs et leur position de privilégiés au sein de la société tunisienne. L’auteur de l’article distingue la mouvance du Tunisien de celle des Jeunes Turcs, rappelant que l’appellation même de Jeunes Tunisiens a été donnée par la presse française.

  • 9 . Cette réflexion fait l’objet d’un chapitre dans ma thèse de doctorat :
    Zaïed Sarra, « Le langage d (...)

9Les Jeunes Tunisiens tentent de tirer leur légitimité de leur propension à faire appel aux discours des Lumières, en se défendant de toute revendication nationaliste. Ils ancrent leur action dans le cadre du protectorat en rappelant qu’ils sont de fervents défenseurs de la politique dite d’association. D’autre part, ils montrent clairement que leur mouvement est celui « de la jeunesse sortie des écoles », ce qui peut expliquer leur faible nombre d’adhérents. Les Jeunes Tunisiens se posent comme porte-parole face à l’administration coloniale alors que la lecture d’autres articles montrent qu’ils se passent de l’opinion des Tunisiens et revendiquent eux-mêmes ce qu’ils estiment être les besoins de leurs compatriotes, comme le montre la lecture de périodiques arabophones notamment9.

Jeunes Tunisiens et prépondérants : une entreprise de minoration mutuelle dans la presse

10Bien que les prépondérants, à la fois à travers leur organe de presse et leurs sièges à la Conférence consultative depuis 1896, aient une influence grandissante (Julien, 1967, p. 98 ; Mahjoubi, 1982, p. 45) sur la Résidence générale, la représentation qu’ils se font d’eux-mêmes est tout à fait différente. Cette représentation peut s’expliquer par le dialogisme, c’est-à-dire que les discours des prépondérants et des Jeunes Tunisiens se construisent réciproquement. Le dialogisme est une notion développée par Mikhaïl Bakhtine (1895-1975), théoricien russe de la littérature considéré comme l’un des précurseurs de la sociolinguistique. C’est dans son ouvrage Esthétique et théorie du roman qu’il échafaude des théories qui marquent les études littéraires et linguistiques. Il développe les notions de polyphonies et de dialogisme. Cette dernière renferme des acceptions différentes et celle que je retiendrai pour cette étude a trait aux formes de réactions que les discours comportent. Il montre ainsi que chaque discours répond ou dialogue avec d’autres discours, quand bien même cette réponse ne serait pas explicitée dans l’énoncé. On comprend que les discours sont tributaires d’autres discours, qu’ils influent sur la teneur des énoncés. On voit par exemple que Victor de Carnières adapte son discours lorsqu’il s’agit de condamner les Jeunes Tunisiens et que ces derniers ne cessent de défendre une position légitime de porte-parole au sein de la société tunisienne.

Négocier sa place d’intermédiaire en Tunisie dans la presse francophone

  • 10 . Le Tunisien, « Notre programme » écrit par Ali Bach Hamba, 7 février 1907 (premier numéro), BNT, (...)
  • 11 . Le Tunisien, « Bulletin », 25 avril 1907, BNT, cote : E-PER-8013.

11La mise en route du Tunisien sert de médium aux Jeunes Tunisiens afin d’ancrer leur action dans la vie politique. Le périodique est créé pour apporter une voix nouvelle, censée faire office de « porte-parole, en attendant que le libéralisme du Gouvernement français leur donne le droit de faire entendre leur voix au sein d’un conseil élu10 ». Au fil des numéros, les Jeunes Tunisiens voient néanmoins leur rhétorique prendre une autre forme pour faire face aux philippiques de Victor de Carnières. Ils ne sont plus en mesure de se contenter d’émettre des revendications, en invoquant des situations vécues par les Tunisiens, ils se doivent de défendre leur position d’intermédiaires indispensables. Ils s’engagent à réfuter les accusations émises contre eux, notamment celles qui les assimilent à une aristocratie. Les Jeunes Tunisiens rappellent donc leurs combats, notamment dans le numéro du 25 avril 190711 :

Il est inexact de prétendre que la jeunesse tunisienne éclairée, avide pour elle-même de justice et de lumière, se désintéresse du sort des paysans. […]

Or, le Khamessat est une des institutions iniques dont nous poursuivrons la réforme avec une ardeur inlassable. […]

Faut-il donc rappeler qu’à la Conférence Consultative, où pendant de longues années nos adversaires furent omnipotents, la question du khamessat n’a été soulevée qu’une seule fois – en mai 1905 – et encore était-ce pour réclamer, en faveur des propriétaires européens, le droit d’exercer des poursuites correctionnelles contre les khammès qui ne tenaient pas leurs engagements !

  • 12 . Le Tunisien, « Avant la conférence », 29 février 1912, BNT, côte : E-PER-8013.

12Cet extrait illustre la dimension dialogale des discours émis entre Jeunes Tunisiens et prépondérants. Les discours émis par les Jeunes Tunisiens anticipent les critiques à venir. Dans l’un des derniers numéros du Tunisien, celui du 29 février 191212, les Jeunes Tunisiens ne se contentent plus de se légitimer mais ils remettent en question le choix des délégués de la section tunisienne de la Conférence consultative. Ces derniers sont nommés par le Résident général alors que les délégués français sont élus par leurs pairs (Mahjoubi, 1982, p. 89) comme relaté dans l’article « Avant la conférence ». C’est donc au tour des Jeunes Tunisiens, à l’occasion des élections, de remettre en question la place de ces délégués qui tirent leur autorité de l’Administration coloniale française et non de leurs compatriotes. La tenue d’élections permet d’établir un bilan sur l’efficacité des délégués tunisiens.

C’est d’ailleurs ce qui explique que ces derniers n’aient eu ni autorité ni influence sur la population. Pouvait-il en être autrement ? Se sont-ils jamais efforcés de mériter la confiance et la reconnaissance de leurs compatriotes ? Ont-ils jamais réuni leurs mandants (?) pour discuter avec eux de leurs intérêts ? […]

Ils constatent avec amertume que les députés (?) que l’Administration leur impose ne se réunissent que dans l’antichambre du Secrétariat général du gouvernement tunisien… […] 

13De manière ironique, dans la matérialité même de l’énoncé, le locuteur use des mots de la représentation. Les « mandants », en italique dans le texte, suivis d’un point d’interrogation entre parenthèses, et leurs députés sont questionnés dans ces rôles. Ces derniers sont accusés de ne pas avoir fait bon usage de leur statut. Ce qui est néanmoins dénoncé est l’inaptitude de l’administration à choisir les porte-parole adéquats. Il convient de souligner ici que cette dénonciation de l’administration coloniale est marginale dans les écrits du Tunisien. Le principal récipiendaire de leurs critiques a toujours été Victor de Carnières. Cet extrait remet en question l’aptitude de l’administration coloniale à juger des compétences requises pour représenter les Tunisiens à l’échelle de la Conférence consultative. Ce qui transparaît du moins de cet extrait est l’étendue des connaissances des Jeunes Tunisiens eu égard à l’opinion publique. Ils semblent avoir plébiscité l’avis des Tunisiens sur leurs représentants en énumérant les manquements des délégués tunisiens de la conférence consultative. Ils reprochent aux délégués leur manque de concertation tout en suggérant, dans le même extrait, leur propre capacité à remplir ces fonctions.

Sortir de la minoration, rédiger en langue française

Compétence linguistique, compétence statutaire ?

  • 13 . Le Colon français, « Un programme », 19 juillet 1908, ANT, côte : J30.

14Bien informé de la rhétorique des Jeunes Tunisiens eu égard à leur position originale au sein de la société tunisienne, Victor de Carnières se charge de renverser leurs discours. Nous analyserons ici plus particulièrement les discours sur la langue. La compétence linguistique invoquée par les Jeunes Tunisiens est niée par Victor de Carnières13 :

  • 14 . Comprendre les Jeunes Tunisiens.

On ne peut pas, du jour au lendemain, mettre sur le même pied des civilisés et des sauvages que séparent cinq ou six siècles, pour le moins. La grande erreur des Jeunes Turcs14 est de vouloir supprimer toutes les transitions : parce que tel et tel d’entre eux connaissent la langue française, parce que tel autre a fait des études complètes et a été reçu licencié en droit, ils s’imaginent que leur évolution est complète… Eh ! non, elle commence à peine cette évolution ! Tel et tel parlent français, c’est vrai ; mais ils pensent encore en arabe : ils enferment leurs femmes et détestent les infidèles.

  • 15 . Le Colon français, « Un ennemi de notre colonisation », 12 septembre 1909, ANT, cote : J30.

15Selon Victor de Carnières, les compétences linguistiques n’induisent pas un mode de vie en adéquation avec les idéaux français. Il s’immisce dans l’intimité des Jeunes Tunisiens pour tenter de prouver que la langue ne symbolise pas une manière de penser mais qu’elle reste ce qu’elle est, une simple compétence linguistique. Pour étayer son propos, il apparaît qu’il va au-delà du verbe, qu’il prend ses distances avec le discours pour s’attacher essentiellement à la réalité, ici, le mode de vie ainsi que la sphère domestique des Jeunes Tunisiens. Il est également intéressant d’observer que les femmes, du moins la manière dont elles sont traitées, font figure de boussole par rapport au degré de « civilisation » des hommes. Ainsi, ne parvenant pas à délégitimer le discours des Jeunes Tunisiens, puisque ce dernier s’est réapproprié un type de discours colonial, Victor de Carnières tente de mettre à nu les véritables intentions des Jeunes Tunisiens. Il soutient sa thèse en mettant en valeur un « caractère arabe » impossible à modifier. Il qualifie ainsi Béchir Sfar15, après le discours de ce dernier au congrès de l’Afrique du Nord : « Cet homme, qui parle et écrit le français comme un Français instruit, pense et pensera toute sa vie en arabe arriéré, en musulman fanatique à qui le voisinage d’un chrétien cause une répugnance religieuse ! ».

16La compétence linguistique appréhendée comme compétence statutaire (Bourdieu, 1982, p. 70) est brandie par les Jeunes Tunisiens autant qu’elle est niée par les prépondérants. En revenant régulièrement sur le mode de vie des Jeunes Tunisiens, Victor de Carnières tente de montrer à son lectorat que les Jeunes Tunisiens ne jouissent pas des autres symboles nécessaires à la domination symbolique. Il ajoute à la compétence linguistique d’autres compétences : les Jeunes Tunisiens ne doivent pas se contenter de parler français, ils doivent également penser et vivre français. C’est ce qui lui permet de leur retirer ce que Bourdieu nomme « le pouvoir délégué du porte-parole » (Bourdieu, 1982, p. 150).

  • 16 .«  Leur état d’esprit ! », 1911, ANT, cote : J30.

17Néanmoins, dans un numéro du Colon Français16, Victor de Carnières fait une concession sur le pouvoir des langues et leur performativité. Ce dernier relate des injures qui auraient été proférées par des Jeunes Tunisiens, leur reprochant ainsi l’usage du français :

Si bon comédien que l’on soit, il arrive toujours une minute où, sous l’influence d’une passion vive ou d’une commotion nerveuse, le naturel reprend le dessus. […]

Alors M. Bach Hamba, déjà nommé, traite de sale français un de nos honorables compatriotes à qui il cherche une querelle de… d’allemand !

Sale français, c’est l’injure de prédilection que nous appliquent les musulmans « avertis ». […]

  • 17 «  Porc ! Cocu ! Chien !  »

Un arabe illettré eut crié : Hallouf ! Tahan ! Kelb !17 […]

  • 18 . Cireur de chaussures ou pauvre.

Sale français, en ces deux mots se concentrent tout le mépris du musulman pour le Roumi : c’est l’explosion de la haine, longtemps connue et qui éclate tout à coup. Dans la bouche d’un yaouled18, cette injure, déjà significative, n’aurait cependant pas la même portée qu’elle prend dans celle de M. Bach Hamba […] !

18Ici c’est l’utilisation même de la langue française, par des Tunisiens bilingues, pour proférer des injures qui est condamnée. Le caractère racial de l’injure est reproché aux Jeunes Tunisiens, ce qui prouverait, selon Victor de Carnières, leur aversion profonde pour les Français. Dans cet extrait, il définit un statut pour chaque langue employée et selon chaque registre. Il apparaît donc que les classes populaires proférant des injures en arabe envers des Français sont vues comme pratiquant un acte anodin, ordinaire. Néanmoins, pour les Tunisiens lettrés, les langues revêtent une symbolique différente. Ainsi, tout ce qui est dit par les Tunisiens bilingues a un caractère politique qu’il convient d’analyser pour les colons français. Les classes populaires semblent bénéficier de plus de liberté d’expression dans ce contexte spécifique. Il convient aussi de préciser que la référence à cet incident  Bach Hamba insultant un Français en français – revient à plusieurs reprises chez Victor de Carnières lorsqu’il s’attaque au fondateur du Tunisien dans ses articles. Voilà qui éclaire la dimension symbolique que prend alors l’emploi du français par les Jeunes Tunisiens. Ce qui est mis en cause ici c’est l’idiolecte, c’est-à-dire l’habitude de langage des Jeunes Tunisiens eu égard aux insultes proférées. Il est plus acceptable de proférer des insultes en arabe, langue maternelle des Jeunes Tunisiens, qu’en français, du fait de son statut de « langue dominante ». Cet extrait illustre parfaitement la thèse qu’émet Bourdieu sur le statut des langues en contexte de « lutte politique légitime » (Bourdieu, 1982, p.19) :

La communication entre classes (ou, dans les sociétés coloniales ou semi-coloniales, entre ethnies) représente toujours une situation critique pour la langue utilisée, quelle qu’elle soit. Elle tend en effet à provoquer un retour au sens le plus ouvertement chargé de connotations sociales. […] Dès lors il n’y a plus de mots innocents. Chaque mot, chaque locution, menace de prendre deux sens antagonistes selon la manière que l’émetteur et le récepteur auront de le prendre.

19L’insulte prend une dimension menaçante dans le discours de Victor de Carnières et cette anecdote semble appuyer son argument principal : mettre en lumière la duplicité des Jeunes Tunisiens. Cette insulte est analysée comme un moment d’égarement où les vraies intentions de Bach Hamba sont mises en évidence.

La langue française, une langue dominante ?

  • 19 . « Bulletin », 18 avril 1907, BNT, cote : E-PER-8013.

20Alors que les prépondérants, dans leurs discours, font en sorte que la compétence linguistique soit appréhendée par l’administration coloniale comme une simple compétence linguistique, les Jeunes Tunisiens militent, eux, pour en faire une condition sine qua none à la participation des Tunisiens à la Conférence Consultative. Cette compétence leur permettrait de mieux défendre les Tunisiens au sein d’une institution exclusivement francophone, c’est ce qu’ils expliquent dans un des tout premiers numéros du Tunisien19 :

Le rapprochement si désirable entre protecteurs et protégés serait singulièrement facilité le jour où leurs délégués respectifs parviendraient à se comprendre en discutant la même langue. Que de préventions disparaitraient ! que de mal-entendus seraient ainsi évités !

Peut-on soutenir que des délégués ignorants de la langue française et choisis parmi les indigènes auxquels on attribue une compétence plus ou moins étendue en matière d’agriculture, de commerce ou d’industrie, seraient bien qualifiés pour l’examen des questions sociales ou économiques dont la Conférence sera appelée à connaître ? N’ayant pas l’instruction générale qui leur permettrait d’étudier sérieusement ces questions, ils se trouveraient en état d’infériorité manifeste vis-à-vis de leurs collègues français.

Seuls, ceux qui sont passés par les écoles du Protectorat ont une culture moderne les mettant à même d’aborder la discussion de ces difficiles problèmes.

21Cet extrait nous informe de la position que veut avoir la mouvance des Jeunes Tunisiens vis-à-vis de l’administration coloniale. À défaut d’élections pour la section tunisienne de la Conférence Consultative, ce discours enjoint l’administration coloniale à ne choisir que des délégués bilingues seuls à même de représenter les intérêts tunisiens. La langue joue un rôle primordial dans la quête de légitimation des Jeunes Tunisiens vis-à-vis de l’administration coloniale. Un parallèle peut être établi ici avec les députés de la toute première Assemblée nationale française, celle qui se constitue à la suite du serment du Jeu de paume (20 juin 1789). C’est la linguiste Renée Balibar qui se penche sur l’usage du français à travers trois grandes dates de l’histoire de France et qui met en exergue l’importance de la langue chez les nouveaux députés. Après avoir expliqué que le colinguisme avant la Révolution renvoie à la connaissance par la « République des lettres » (Balibar, 1985, p. 99) du français et du latin, elle montre comment les députés du Tiers s’éloignent de cette conception pour élaborer une nouvelle forme de colinguisme : le mélange de registres pour exprimer les réalités du peuple grâce à une langue commune. C’est donc la langue qui a permis aux députés de légitimer cette nouvelle assemblée, imposée par eux-mêmes et non par décret royal comme l’explique Renée Balibar (1985, p.111) :

La compétence des langues des députés révolutionnaires a été décisive. Passer des États Généraux à l’Assemblée Nationale peut aujourd’hui apparaître sous le jour des actes naturels. […] Pour en arriver à la spontanéité du serment du Jeu de paume, les porte-parole de l’Assemblée Nationale ont fait jouer tous les pouvoirs de légitimation linguistique dont ils étaient les détenteurs.

22Les langues se révèlent essentielles pour les acteurs politiques et l’usage qui en est fait permet de légitimer les porte-parole. Alors que les députés du Tiers se servent d’un usage nouveau du français, un français qui marque leur pouvoir de représentation, les Jeunes Tunisiens veulent instaurer comme prérogative l’usage du français par les membres de la Conférence Consultative. Cette nécessité de l’usage du français est justifiée par la fonction d’intermédiaire que doit avoir un porte-parole des intérêts des Tunisiens.

  • 20 «  Notre programme », 7 février 1907, BNT, cote : E-PER-8013.

23Avant la création de la section tunisienne à la Conférence consultative, les Jeunes Tunisiens se présentaient déjà comme intermédiaires naturels, ayant les mêmes objectifs politiques que l’administration coloniale. Ils décrivent ainsi leur position dans le tout premier numéro du Tunisien20 :

Le Tunisien est le premier journal publié en français par les indigènes de la Régence.

L’œuvre de progrès entreprise par la France en Tunisie commence à porter ses fruits. Une génération nouvelle, instruite dans la langue française et fortement imprégnée des idées généreuses dont elle est le véhicule, se trouve aujourd’hui en état de prendre sa place dans la vie sociale de son pays, de participer au travail de rénovation qui s’y accomplit. C’est dans ce but qu’elle a fondé Le Tunisien.

24Les Jeunes Tunisiens estiment que leur niveau d’éducation leur permet d’atteindre le niveau de civilisation requis par l’autorité coloniale pour participer à la vie publique. Ils sont francophones certes mais ils ont surtout assimilé les principes humanistes véhiculés par la France.

  • 21 . Le Tunisien, « La part des indigènes », 2 mai 1907, BNT, cote : E-PER-8013.

25Aussi, les Jeunes Tunisiens, à travers leurs discours, mettent progressivement en place les critères qu’ils estiment être inévitables pour prétendre aux fonctions d’autorité dans le pays. Abdeljelil Zaouche écrit21 ainsi au sujet des emplois municipaux :

Je suis fermement convaincu que tous ceux qui veulent bien envisager sans passion ni parti pris les questions tunisiennes, reconnaitront le bien-fondé et la modération de nos demandes. Ils estimeront avec nous que la prépondérance française ne serait nullement compromise si quelques-uns des indigènes ayant fait des études sérieuses, munis des titres que délivrent les Écoles et les Facultés de la métropole- médecins, ingénieurs, vétérinaires, etc.,- étaient admis à exercer dans leur pays des fonctions officielles.

26La principale condition qu’émet Zaouche est l’obtention d’un diplôme en métropole, gage de sérieux selon lui. La légitimité d’un fonctionnaire vient donc de son savoir, acquis en métropole, et de son nécessaire usage de la langue française. Ces attributs sont ceux des Jeunes Tunisiens : à travers cette revendication à autoriser les Tunisiens à obtenir des postes dans les municipalités, c’est une certaine jeunesse tunisienne qu’on autorise à postuler, celle qui ressemble aux membres de la mouvance « Jeune Tunisie ». Zaouche revendique une place pour les Tunisiens dans l’administration coloniale mais il limite les conditions requises pour occuper de tels postes. Dans ces discours, ce sont les Jeunes Tunisiens qui imposent la compétence linguistique - ici le français - aux qualifications des membres de la Conférence Consultative ou des employés municipaux, en bref, ceux qui travaillent directement avec l’administration coloniale et ont un rôle politique à jouer.

27Cette analyse de l’usage du français mis en valeur par les Jeunes Tunisiens eux-mêmes pose des questionnements quant à la notion de « langue dominante » (Calvet, 1974, p. 87). Parce qu’elle est la langue usitée par le pouvoir en place, elle est définie comme langue dominante. Néanmoins elle n’est pas appréhendée par l’administration coloniale, au début du siècle, en Tunisie, comme compétence exclusive à l’exercice d’une fonction officielle. Elle a été instituée par les Jeunes Tunisiens comme langue nécessaire à l’exercice de certaines fonctions. Elle est donc appréhendée comme outil privilégié par les Jeunes Tunisiens pour la mobilisation et pour sortir d’une situation de minoration. Il est intéressant de relever cela puisque le français a toujours été vu comme langue dominante car imposé par l’administration coloniale. Or ici, on observe comment la toute première génération de nationalistes tunisiens a posé les jalons pour la mobilisation en Tunisie coloniale. Ainsi, après la Première Guerre mondiale par exemple, les partis qui dominent l’espace politique sont les partis où les cadres sont parfaitement bilingues. On se rend compte que le pouvoir que détient la langue s’appuie sur des acteurs tunisiens qui ont eu besoin du français comme langue dominante pour se légitimer et occuper des fonctions officielles auprès de l’administration coloniale. Ces différents extraits du Tunisien et du Colon français nous montrent comment les discours se forgent mutuellement et comment les Jeunes Tunisiens finissent par politiser la langue française pour faire face aux attaques des prépondérants et sortir d’une minoration voulue par ces derniers.

Conclusion 

28Les Jeunes Tunisiens sont rudement attaqués à travers l’organe des prépondérants, Le Colon français, c’est pourquoi ils remanient progressivement leurs pratiques discursives. Les articles parus dans Le Tunisien nourrissent ce débat interposé entre Jeunes Tunisiens et prépondérants qui tentent de légitimer mutuellement leur place politique en faisant part de leur position privilégiée au sein du champ que constitue la Tunisie coloniale.

29L’analyse de l’action des Jeunes Tunisiens au prisme des langues et du langage montre qu’au-delà d’une mouvance souvent perçue comme celle qui pose les jalons d’une lutte nationaliste en Tunisie, les Jeunes Tunisiens se distinguent par une volonté de s’affirmer en tant qu’acteurs politiques uniques. La tâche s’avère difficile pour ces enfants de notables qui tentent de réactiver leur place symbolique en contexte colonial. Ils sont déjà perçus comme des élites mais veulent acquérir un statut spécifique auprès de l’administration coloniale. La maitrise des deux langues leur permet de livrer ces discours et de marquer le paysage politique tunisien.

30Surtout, les Jeunes Tunisiens ont placé la compétence linguistique, ici le bilinguisme français-arabe, comme compétence statutaire. Les nationalistes tunisiens qui émergent dans les années 1920, puis dans les années 1930, parviennent à se démarquer parce qu’ils sont bilingues et majoritairement anciens élèves du collège Sadiki. Il est intéressant de le relever puisque cette action marque de manière durable l’histoire tunisienne. Les élites tunisiennes, après les indépendances, sont des élites bilingues. Cet état de fait est majoritairement imputé à une histoire coloniale de la Tunisie, c’est-à-dire la marque qu’a laissé le protectorat sur le pays. À partir de notre analyse, il ressort que cette émergence du français comme signe distinctif des élites est aussi le fait des Jeunes Tunisiens. Cette étude sur la politisation des langues par les Jeunes Tunisiens montre ainsi comment ces acteurs tentent de s’affranchir d’une minorisation mise en place par les prépondérants - et dans une moindre mesure l’administration coloniale – en faisant de l’usage d’une langue une condition à l’exercice d’un pouvoir en contexte colonial. J’ai ainsi tenté de capter cette élite bilingue dans leurs discours face aux prépondérants et d’aller au-delà de leur action nationaliste. Ce travail s’inscrit dans ce que l’historien Hassine Raouf Hamza a nommé une « histoire post-nationale » (2013), en montrant la richesse de la vie politique tunisienne sans la limiter à un seul « mouvement national », en appréhendant autrement les mobilisations des Jeunes Tunisiens.

Haut de page

Bibliographie

Abdessalam Ahmed, 1975, Sadiki et les Sadikiens, Tunis, Cerès.

Arnoulet François, 1984, « Victor de Carnières, un polémiste au début du protectorat en Tunisie », Revue d’histoire maghrébine, p. 9-18.

Bachrouch Taoufik, 1984, « Le réformisme tunisien. Essai d’interprétation critique », Cahiers de Tunisie, n°127-128, p. 97-118.

Bakhtine Mikhaïl, 1978, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard.

Balibar Renée, 1985, L’institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, Paris, PUF.

Ben Achour Mohamed, 1989, Catégories de la société tunisoise dans la deuxième moitié du XIXe siècle : les élites musulmanes, Tunis, Institut National d’Archéologie et d’Art.

Bourdieu Pierre, 1982, Ce que parler veut dire, l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

Calvet Louis-Jean, 1974, Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Paris, Petite bibliothèque Payot.

Contamin Jean-Gabriel, 2009, « Analyse des cadres », in Fillieule Olivier, Mathieu Lilian, Péchu Cécile (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, p. 38-46.

Dakhlia Jocelyne, 2006, L’empire des passions. L’arbitraire politique en Islam, Paris, Aubier.

Julien Charles-André, 1967, « Colons français et Jeunes Tunisiens (1882-1912) », Revue d’histoire d’outre-mer, 194-197, 1967, Hommage à Robert Delavignette, p. 87-150.

Julien Charles-André, 2002, L’Afrique du Nord en marche, Algérie, Tunisie, Maroc, 1880-1952, Paris, Omnibus.

Lambert David, 2009, Notables des colonies. Une élite de circonstance en Tunisie et au Maroc (1881-1939), Paris, PUF.

Mahjoubi Ali, 1982, Les origines du mouvement national en Tunisie (1904-1934), Tunis, Publications de l’université de Tunis.

Martin Jean-François, 2003, Histoire de la Tunisie contemporaine, de Ferry à Bourguiba (1881-1956), Paris, L’Harmattan.

Mrad Dali Inès, 2005, « De l’esclavage à la servitude », Cahiers d’études africaines, 179-180.

Raouf Hamza Hassine, 2013« L’historien et ses étrangers », in Abdessamad Hichem et Ben slimane Fatma (dir.), Penser le national au Maghreb et ailleurs, Actes du colloque organisé à Tunis, 22, 23 et 24 septembre 2011, Tunis, Arabesques.

Rivet Daniel, 2002 (2010), Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Paris, Hachette.

Sraïeb Noureddine, 1995, Une institution scolaire : le collège Sadiki de Tunis, essai d’histoire sociale et culturelle, Paris, CNRS éditions.

Steinmetz George, 2008, « Le champ de l’État colonial. Le cas des colonies allemandes (Afrique du Sud-Ouest, Qingdao, Samoa) », Actes de la recherche en sciences sociales, 171-172, p. 122-143.

Tlili Béchir, 1984, Nationalismes, socialisme et syndicalisme dans le Maghreb des années 1919-1934, Tunis, Publications de l’université de Tunis, vol. 1, p. 25-60.

Zmerli Sadok, 1993, Figures tunisiennes, Beyrouth, Dar el-gharb el islami.

Haut de page

Notes

1 . C’est ainsi que sont décrites les mobilisations anticoloniales des militants tunisiens dans l’historiographie tunisienne.

2 . On retrouve cette analyse chez l’ensemble des historiens tunisiens (Abdeslem, 1975 ; Mahjoubi, 1982 ; Sraïeb, 1995) spécialistes du mouvement nationaliste. Alors que l’historiographie française (Julien, 2002 ; Martin, 2003 ; Rivet, 2002) préfère décrire les Jeunes Tunisiens comme « proto-nationalistes ».

3 . On retrouve cette réflexion chez TLILI, Béchir in Nationalismes, socialisme et syndicalisme dans le Maghreb des années 1919-1934, Tunis, Publications de l’université de Tunis, 1984, vol. 1, p. 25-60 ou encore chez BACHROUCH, Taoufik, « Le réformisme tunisien. Essai d’interprétation critique », Cahiers de Tunisie, n°127-128, p. 97-118.

4 . Les données prosopographiques concernant les Jeunes Tunisiens proviennent des ouvrages suivants :
Zmerli Sadok, Figures tunisiennes, Beyrouth, Dar el-gharb el islami, Dar Sader, 1993.
El Aziz Ben Achour Mohamed, Catégories de la société tunisoise dans la deuxième moitié du XIXe siècle : les élites musulmanes, Institut National d’Archéologie et d’Art, Tunis, 1989.
Abdessalam Ahmed, Sadiki et les Sadikiens, Tunis, Cerès, 1975.
Sraïeb Noureddine, Une institution scolaire : le collège Sadiki de Tunis, essai d’histoire sociale et culturelle, Paris, CNRS éditions, 1995.

5 . Cette institution, créée en 1891 est présidée par le Résident général. Elle est chargée de voter les différents budgets. D’abord créée pour mettre en lien l’administration coloniale française et les colons français de Tunisie, elle élargit ses membres à des Français non commerçants. En 1907, elle se dote d’une section tunisienne, nommée par la résidence française de Tunis.

6 . La Résidence française en Tunisie est l’organe du pouvoir français en Tunisie sous protectorat. L’administration est sous l’autorité du résident général qui jouit d’un pouvoir sur l’ensemble de la Régence de Tunis. La majorité des pouvoirs du bey sont ainsi transférés au résident général.

7 . Sur les prépondérants, leur assise en Tunisie et en France métropolitaine, voir les références suivantes :
Ageron Charles-Robert, France coloniale ou parti colonial ?, Paris, PUF, 1978.
Arnoulet François, « Victor de Carnières, un polémiste au début du protectorat en Tunisie », Revue d’histoire maghrébine, 1984.
El-Annabi Hassan, « L’ « Autre » à travers le journal La Tunisie française », Cahiers de la Méditerranée, n°66, 2003.
Lambert David, Notables des colonies. Une élite de circonstance en Tunisie et au Maroc (1881-1939), PUF, Paris, 2009.

8 . Le Tunisien, « Les ‘Jeunes Tunisiens », 28 mars 1907, Bibliothèque Nationale de Tunisie (BNT), cote : E-PER-8013.

9 . Cette réflexion fait l’objet d’un chapitre dans ma thèse de doctorat :
Zaïed Sarra, « Le langage du nationalisme : partis politiques, discours et mobilisations en Tunisie coloniale (1906-1956) », thèse de doctorat en histoire, sous la direction de M. Olivier Bouquet, Université de Paris, soutenue le 24 septembre 2020.

10 . Le Tunisien, « Notre programme » écrit par Ali Bach Hamba, 7 février 1907 (premier numéro), BNT, cote : E-PER-8013.

11 . Le Tunisien, « Bulletin », 25 avril 1907, BNT, cote : E-PER-8013.

12 . Le Tunisien, « Avant la conférence », 29 février 1912, BNT, côte : E-PER-8013.

13 . Le Colon français, « Un programme », 19 juillet 1908, ANT, côte : J30.

14 . Comprendre les Jeunes Tunisiens.

15 . Le Colon français, « Un ennemi de notre colonisation », 12 septembre 1909, ANT, cote : J30.

16 .«  Leur état d’esprit ! », 1911, ANT, cote : J30.

17 «  Porc ! Cocu ! Chien !  »

18 . Cireur de chaussures ou pauvre.

19 . « Bulletin », 18 avril 1907, BNT, cote : E-PER-8013.

20 «  Notre programme », 7 février 1907, BNT, cote : E-PER-8013.

21 . Le Tunisien, « La part des indigènes », 2 mai 1907, BNT, cote : E-PER-8013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarra Zaïed, « Les Jeunes Tunisiens, une contre-expérience de la minoration ? Politisation des langues dans la presse francophone en Tunisie coloniale (1907-1912) », L’Année du Maghreb, 27 | 2022, 95-104.

Référence électronique

Sarra Zaïed, « Les Jeunes Tunisiens, une contre-expérience de la minoration ? Politisation des langues dans la presse francophone en Tunisie coloniale (1907-1912) », L’Année du Maghreb [En ligne], 27 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/10709 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.10709

Haut de page

Auteur

Sarra Zaïed

Postdoctorante en histoire, EHESS-CETOBaC.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search