Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28EditorialÉdito : à l’horizon

Editorial

Édito : à l’horizon

François Dumasy, Eric Gobe, Céline Lesourd, Loïc Le Pape et Nessim Znaien
p. 3-10

Texte intégral

Le dossier : Libye(s) en devenir

1La Libye intrigue et inquiète : le pays, formidable réserve de ressources pétrolières et gazières, est divisé et ravagé par les conflits entre gouvernements rivaux et entre milices, favorisant les ingérences extérieures. Les différentes formes de privatisation du pouvoir ont parallèlement conduit à la croissance des économies informelles, y compris celle de la servitude des populations migrantes. Le report sine die des élections présidentielles, puis du référendum constitutionnel qui devait lui faire suite, illustre le fractionnement du pays en rivalités qui semblent à l’heure actuelle insurmontables. Ce contexte a conduit les rares études sur la Libye à privilégier le plus souvent d’une part un angle d’approche surplombant, qui interroge les motivations, les forces et les capacités d’influence politique et militaire des acteurs institutionnels nationaux et étrangers et, d’autre part, une focalisation sur la violence et les groupes armés comme principaux facteurs explicatifs. Comme le rappellent Chiara Loschi, post-doctorante à l’Université de Bologne et Chiara Pagano, post-doctorante à l’Université de Pavie, qui ont impulsé et coordonné ce dossier, certains de ces travaux ne sont pas exempts de présupposés, que ce soit sur le processus de démocratisation ou de constitution de l’État, en projetant sur la Libye un modèle de transition libéral qui, en se limitant à pointer les manques des différentes autorités concurrentes, fait l’économie d’une étude serrée de l’histoire et des particularités locales, ou sur les traits généraux de la société libyenne, présentée parfois comme prisonnière de logiques claniques, tribales ou régionales réifiées, sans souci de restitution des dynamiques qui n’ont cessé de la recomposer. De telles lectures ont pourtant leur propre histoire, comme l’ont montré les critiques des analyses de l’ethnologue et officier britannique Evans-Pritchard sur les relations entre la confrérie de la Sanusiyya et les Ottomans et sur la structure tribale de la Libye, qui ont tendu à analyser la société libyenne selon les canons de la politique du Royaume Uni de l’après Seconde Guerre mondiale en favorisant l’option d’une monarchie sous l’égide de la Sanusiyya. Le système politique de Kadhafi, en institutionnalisant le rôle des tribus et en imposant une écriture de l’histoire libyenne conforme au modèle de la Jamahiriya, a de même contribué à de telles représentations. C’est donc à rebours de telles approches et dans la perspective de replacer au centre de l’analyse la multiplicité des acteurs et l’évolution des enjeux qui traversent la société libyenne que ce dossier a été constitué, en proposant différentes analyses des formes de mobilisation qui, de l’indépendance à nos jours, ont contribué à la pluralité des expressions.

2Il est d’autant plus difficile aujourd’hui de suivre ces évolutions que le pays est peu accessible et les sources particulièrement difficiles à collecter, ce qui impose un long travail de recueil d’archives et d’entretiens ne pouvant être réalisé en grande partie que depuis l’extérieur du pays. Ces obstacles imposent une approche par cas qui révèle aussi des manques qui ne sont pas propres à ce dossier : ainsi la période des années 1990 reste-t-elle peu abordée, de même que la place des femmes ou des modes de mobilisation alternatifs, passant par exemple par l’art, la langue ou l’engagement associatif. À cela s’ajoute la conjoncture particulière de la sortie presque simultanée de plusieurs numéros de revues sur la Libye, ce qui a eu pour effet de restreindre le nombre de contributions disponibles. C’est à regret que L’Année du Maghreb a ainsi dû renoncer à certains travaux de qualité, mais déjà publiés ou en cours de publication, sous une forme proche, sur un autre support.

3Les articles proposés ici ont en commun, à partir de sources nouvelles ou peu exploitées, d’apporter un éclairage nouveau mêlant le temps long de l’histoire et l’étude du temps présent, que ce soit sur l’instrumentalisation de la Sanusiyya dans les années 1950, le mouvement touareg La li-l-tamīz, Libya taja’mna, la pluralité des modes de participation politique, les reconfigurations en exil des élites politiques de l’ancien régime ou l’étude des représentations internes et externes du territoire libyen. Ils contribuent à questionner à nouveaux frais les concepts d’appartenance, de mobilisation ou d’État à l’aune d’une approche sensible aux interactions locales, aux héritages et à l’adaptation des différents acteurs au contexte d’incertitude et de chevauchement de compétences qui, dès avant la révolution de 2011, ont marqué le paysage institutionnel libyen. Loin des lectures qui antéposent l’idée d’identités irréductiblement opposées selon une série de binarités (opposant par exemple les Touaregs aux Arabes, les habitants de la Cyrénaïque à ceux de la Tripolitaine, les milices à l’État, les tribus aux urbains ou les anciens cadres du régime de Kadhafi aux révolutionnaires), ils montrent que ces appartenances peuvent se construire conjointement, se surimposer ou se compléter, générant des répertoires de revendications en constante évolution. Les revendications d’une singularité touarègue ne sont ainsi pas nécessairement incompatibles avec le souhait d’intégration dans une société libyenne revendiquée comme multiple, de même que la confusion entre la Sanusiyya et la monarchie a pu conduire à une dévalorisation de la première et à l’accumulation des formes d’autorité. En abordant la Libye par la façon dont les différents acteurs se mobilisent et tentent de faire prévaloir une pluralité de légitimités, requestionnant ainsi l’État et les institutions par leurs marges, ces contributions permettent de repenser la diversité des espaces du politique et de s’affranchir tant des questionnements simplificateurs sur l’échec ou la réussite de la constitution d’un État unifié que des effets de loupe sur la question terroriste ou les enjeux migratoires.

4Ces articles ont aussi le mérite de replacer les dynamiques libyennes dans un environnement régional plus ample, évitant l’écueil d’une vision nationalo-centrée. C’est ainsi en jouant de sa proximité avec la Grande-Bretagne et de l’influence transnationale de la Sanusiyya que le roi Idris tente de compenser la croissance d’une opposition interne influencée par le modèle nassérien dans les années 1950. C’est aussi depuis l’Égypte et la Tunisie que les anciennes élites de la Jamahiriya se projettent aujourd’hui dans le jeu politique libyen en suivant des lignes d’action divergentes. Les diverses mobilisations touarègues ne peuvent, de même, être appréhendées sans prendre en compte à la fois l’héritage des mobilités transfrontalières et les formes d’instrumentalisation des combattants touaregs par Kadhafi sur des théâtres extérieurs, conduisant à une diversité de statuts au sein de cette population en fonction de la possibilité de disposer ou non de la citoyenneté libyenne, et les interactions locales avec les groupes armés et les pouvoirs institutionnalisés de Tripoli et de Tobrouk. La Libye apparaît bien, comme le montre un des articles, comme un espace structuré par des imaginaires en partie plaqués de l’extérieur, mais qui ont un effet contraignant sur les acteurs locaux.

5Il faut saluer ici l’apport de Chiara Loschi et Chiara Pagano qui, outre le travail important de sélection et de relecture des articles, offrent dans leur introduction une stimulante lecture critique des concepts qui continuent d’enserrer bien des analyses de la Libye actuelle. Responsables des chroniques de L’Année du Maghreb sur la Libye, elles ont la charge depuis 2020 de continuer le travail fait précédemment par Saïd Haddad et de permettre ainsi à notre revue de continuer à être une référence sur l’actualité de ce pays. On ne peut que souhaiter que ce dossier entraîne d’autres propositions de publications sur la Libye.

Les chroniques annuelles : l’irrésistible emprise politique post covid-19

6L’actualité politique de 2021 a été dominée au Maghreb à la fois par la sortie progressive de l’épidémie de covid-19 et par le resserrement de l’emprise des pouvoirs sur les sociétés.

7L’Algérie s’inscrit dans un processus de renforcement du régime autoritaire qui après avoir écarté les revendications de changement politique formulées par les manifestants du Hirak en 2019 accentue sa répression à l’égard de toutes les formes d’opposition. Le président de la République, Abdelmajid Tebboune, élu en décembre 2019 semble, plus encore que ces prédécesseurs, placé sous la coupe des militaires. Toutefois, comme le note Louisa Driss-Aït Hamadouche, le régime politique algérien n’est pas revenu à sa configuration initiale, c’est-à-dire à celle d’un « pouvoir civil apparent permettant d’invisibiliser le pouvoir militaire ». Bien au contraire, l’armée occupe désormais de manière ostentatoire la scène politique, notamment à travers « la multiplication médiatisée des réunions du Haut conseil de sécurité » et une communication tous azimuts sur ses activités. Quant aux élections locales et législatives de 2021, marquées par des taux de participation extrêmement faibles, elles ont, sans surprise, consolidé la présence des formations politiques cautionnant le fonctionnement du régime politique autoritaire algérien.

8Au Maroc, 2021 est l’année la défaite des islamistes du PJD aux élections législatives et locales. Tout au long de la législature, le roi Mohamed VI, avec l’aide des autres partis politique, a su imposer ses hommes et ses politiques montrant ainsi au PJD et aux deux Premiers ministres issus de ses rangs que gouverner au Maroc, ce n’est pas exercer le pouvoir. En effet, cette formation politique en acceptant sans cesse d’avaler des couleuvres s’est déconsidérée auprès de sa base électorale. La victoire du Rassemblement national des indépendants, parti proche du roi, a propulsé à la tête du gouvernent, son leader, Aziz Akhannouch, deuxième fortune du pays. Aussi Mohamed VI a-t-il désormais à sa disposition le gouvernement « technocratique » issu du milieu des affaires qu’il appelait de ses vœux. Ce faisant, l’éventuel échec de ce dernier risque d’exposer plus directement la monarchie à l’affirmation d’un mécontentement social et politique qui, à ce jour, demeure diffus.

9En Tunisie, 2021 est l’année du coup d’État de Kais Saïed. Au milieu du mois de juillet 2021, la quatrième vague de l’épidémie de covid-19 qui frappe la Tunisie précipite une longue accumulation de colère qui permet au président de la République de proclamer, le 25 juillet, l’état d’exception et, par la même occasion, d’écarter du pouvoir ses concurrents politiques. Ses derniers dénoncent un « coup d’État » ou un « coup d’État contre la constitution » en faisant valoir que l’article 80 de la charte fondamentale tunisienne dont s’est prévalu le président de la République pour instaurer l’état d’exception établit des conditions d’application strictes qui ont été violées. En fait, pendant la première partie de l’année, le président, Kais Saïed, fort de son habileté à tirer profit de la conjoncture, a su jouer des coups politiques qui ont déstabilisé ses rivaux et lui ont permis de mener à bien son coup final du 25 juillet. À partir de cette date, au nom de la volonté populaire et de la légitimité supérieure de la révolution tunisienne qu’il prétend incarner, Kais Saïed a procédé à un détricotage méthodique des institutions de la démocratie représentative établies par la Constitution de 2014. Ce faisant la Tunisie, dernière poche « démocratique » issue des soulèvements populaires de 2011 dans le monde arabe, semble rentrer dans une phase de « normalisation » autoritaire sous la houlette d’un président de la République revendiquant, dans un langage aux connotations messianiques et populistes, l’advenue d’un régime politique nouveau, expression authentique du pouvoir du peuple.

Varias et recherches en cours, regards pluriels sur l’urbain au Maroc

10La rubrique « Varia et recherches en cours » de ce numéro 28 de L’Année du Maghreb se concentre sur trois villes du Maroc : Merryl Jolly a effectué un terrain de recherche sur les investissements financiers d’entrepreneurs dans la vieille-ville de Fès ; Amal Bousbaa a interrogé la vie quotidienne, précaire, des mères célibataires de Casablanca ; Pierre-Louis Mayaux, Naïma Fezza et Zhour Bouzidi ont étudié les gouvernances urbaines et périurbaines de la ville de Meknès. À partir de ces trois approches, ces travaux proposent de saisir et de questionner la variété de rapports de domination en cours – des relations de différents groupes sociaux à la puissance publique à la constitution de nouvelles normes sociales, qui produisent inévitablement des contournements et des négociations – pour saisir la complexité des sociétés urbaines contemporaines.

11Merryl Jolly propose une contribution de géographie urbaine, qui aborde la problématique du développement touristique et de la patrimonialisation, à partir de la médina de Fès. Par l’intermédiaire d’une vingtaine d’entretiens avec des acteurs institutionnels et associatifs de la ville, elle démontre que l’image négative associée à la médina jusqu’aux années 1990, a évolué positivement sous l’impulsion d’entrepreneurs issus de la ville, aidés par différents acteurs de la société civile, lesquels se projettent – non sans intérêts – vers un nouveau marché touristique. Dans ces (ré)investissements de la médina et l’attrait de ce nouveau marché, Merryl Jolly insiste cependant sur la diversité et décrypte les inégalités et les différences d’approches inhérentes à ce groupe social des entrepreneurs.

12Amal Bousbaa déploie une approche sociologique pour interroger le rapport des mères célibataires à leur entourage, et leurs efforts pour vivre mieux dans une société n’acceptant généralement pas leur statut. À partir d’une cinquantaine d’entretiens avec des mères célibataires passées par des réseaux associatifs ou non, l’autrice montre comment les femmes font face au risque de précarité et de stigmatisation en dépliant l’éventail de leurs stratégies variées, jouant des réseaux de solidarité à l’échelle collective, aux tentatives de contournement ou de dissimilation à l’échelle individuelle.

13Enfin, Pierre-Louis Mayaux, Naïma Fezza et Zhour Bouzidi proposent un article au croisement de la science-politique et de la géographie, privilégiant le contact et les entretiens avec des agriculteurs modestes de la région de Meknès. Les auteur.e.s étudient l’utilisation illégale des eaux usées non traitées, donc contaminées, par la petite agriculture maraichère à proximité de la ville. L’article démontre que cette illégalité est connue par l’ensemble des acteurs, notamment administratifs, et qu’en pratique, les agents de l’État alternent entre indulgence, répression ou négociation avec les agriculteurs, selon les moments et les rapports de force à l’échelle micro-locale.

L’Année du Maghreb demain

14Précisons que cette rubrique « Varia et recherches en cours » qui paraît en décembre bouscule le traditionnel rythme de la revue, puisque sa livraison se fait habituellement dans le numéro de juin. Elle sera désormais estivale et hivernale. Ces perturbations façon « y’a plus de saison » répondent à la nécessité de composer avec l’accroissement des textes reçus et évalués positivement sans faire patienter les auteurs et autrices dans des délais qui ne seraient plus raisonnables. Ce choix nous paraît d’autant plus important que l’offre importante de dossiers thématiques dans les revues aujourd’hui limitent les opportunités de publication au fil de l’eau. Cette décision nous permet également de donner toute sa place à de tous premiers travaux de jeunes chercheurs et chercheuses que nous accompagnons dans un atelier d’écriture, porté avec énergie par Didier Guignard, tout en laissant ouvert l’accueil de contributions spontanées des collègues. Au total, c’est huit à neuf textes par an qui pourront être publiés.

15Sans changer de tempo, la rubrique « Chroniques » paraîtra toujours en décembre. Mais nous proposons une nouvelle procédure et un nouveau format. Dégagés de la norme temporelle (des questions d’actualité mais plus seulement limitées aux douze derniers mois) et spatiale (papiers croisés, comparaisons), ces chroniques resteront tout de même « les » chroniques – historiquement centrales dans la revue mais, dorénavant, les contributions feront suite à un appel à communication (par pays et par thématiques transversales au Maghreb) et les textes, soumis à une double évaluation en aveugle, pourront être de deux types : 1. des gros plans ciblés (3000 mots) pour traiter une question d’actualité (politique, sociale, culturelle…) précise, et en produire une analyse courte ou 2. Des analyses plus développées (6000 mots) qui offriront, à partir d’une question d’actualité « prétexte », de traiter une thématique plus large, plus approfondie, plus diachronique. Par exemple, l’appel à paraître en ligne (décembre 2022 pour une parution en décembre 2023) invitera à penser, de façon transversale au Maghreb, ou plus localisée, les 5 ans de #MeeToo  ou les conséquences de la guerre Russie-Ukraine ; côté Mauritanie, les enjeux linguistiques et les enjeux agraires sont au cœur de l’appel,  tout comme nous invitons pour la Tunisie à réfléchir aux pénuries alimentaires ou, côté Maroc, à dresser un bilan de un an du gouvernement Akhannouche. Des pistes qui n’excluent évidemment pas les propositions spontanées des auteurs et autrices qui souhaitent développer d’autres thématiques ou revenir sur des événements récents non listés dans l’appel.

16Nous tenons à remercier Éric Gobe d’avoir orchestré cette rubrique pendant de longues années et nous le remercions tout autant de demeurer aux platines pour en assurer la modernisation, avec à ses côtés la team des chroniqueurs et chroniqueuses qui ont œuvré et œuvreront encore à ce travail : Thierry Desrues, Louisa Dris Aït-Hamadouche, Camille Evrard, Marta Gonzalez Garcia De Paredes, Chiara Loschi, Sidi N’Diaye, Chiara Pagano, Erin Pettigrew, Beatriz Tomé-Alonso.

17De nouvelles configurations sont en cours pour favoriser davantage la rencontre avec de nouveaux lecteurs et lectrices, de nouveaux auteurs et autrices et de sortir la revue de sa matérialité de papier et des consultations internet – qui ne cessent incroyablement de croître, notamment au Maghreb. Nous avons donc choisi d’entamer un dialogue avec chacun et chacune, à la fois pour présenter les numéros que nous fabriquons mais aussi pour dialoguer, justement, sur les modes de fabrication d’une revue telle que L’Année du Maghreb. Pour ce faire, l’ensemble des membres du comité de rédaction a mis la main à la pâte et remis l’ouvrage sur le métier.

18Ainsi Mériam Cheikh a organisé une table ronde, à l’invitation de l’Institut du monde arabe, lors des journées de l’histoire de l’Institut du monde arabe qui se sont tenues en juin 2022 à Paris. Cette table-ronde a réuni Hakima Himmich, Charlotte Pézeril et Abir Kréfa autour de la thématique des luttes pour les droits sexuels, en lien avec l’épidémie du VIH/Sida et l’émergence de politiques sexuelles au Maghreb. Cette initiative a permis au comité de rédaction, sous l’impulsion de Mériam Cheikh, de faire une présentation publique du numéro 25 – Face au VIH/sida, coordonné par Christophe Broqua, Monia Lacheb et Sandrine Musso.

19De même, Eric Gobe, qui était rédacteur en chef du numéro 26 « Violences du passé, politique(s) au présent » (coordonné par Frédéric Vairel) a également assuré une présentation du numéro lors d’un séminaire de l’Institut de recherches sur le Maghreb contemporain (IRMC) à Tunis en mars 2022.

20Enclencher des dynamiques pour faire connaître la revue, c’est aussi le travail de sa directrice et son directeur de publication. Ainsi Céline Lesourd a présenté la revue et son fonctionnement lors des Rencontres des études africaines en France à Toulouse en juin 2022 et Loïc Le Pape a organisé, toujours avec le Comité de rédaction, une table-ronde lors des rencontres Insaniyyat à Tunis en septembre 2022. Nous faisons ainsi le choix d’entamer un dialogue avec des auteurs et autrices, des collègues et d’autres revues des mêmes aires géographiques et spécialisations disciplinaires afin de croiser les regards et échanger sur nos pratiques éditoriales et de fabrication. Il nous faut, à cette occasion, saluer la (re)naissance d’une revue, Mondes Arabes, qui prend la suite de Maghreb/Machrek, dont le premier numéro est paru en juin dernier.

21Toutes ces initiatives ne pourraient avoir lieu sans la présence d’un Comité de rédaction enthousiaste et mobilisé, ayant à cœur de faire connaître les travaux qu’il sélectionne et qu’il accompagne jusqu’à publication. Nous les remercions chaleureusement et souhaitons la bienvenue aux nouveaux et nouvelles collègues qui nous ont rejoint en septembre 2022. Nous nous félicitons qu’ils aient accepté notre invitation car ils et elles viennent, avec leurs compétences respectives, consolider l’équilibrage disciplinaire du comité de rédaction et l’ancrer dans de nouvelles approches épistémologiques, théoriques et disciplinaires.

22- Malika Assam, ethnohistorienne, IREMAM, Aix-Marseille Université.
- Irène Carpentier, géographe, CIRAD, Montpellier.
- Khaoula Matri, anthropologue, Université de Sousse.
- Khalid Mouna, anthropologue, Université Moulay Ismail, Meknès.
- Sidi N’Diaye, politiste, Université Paris Ouest Nanterre.
- Marion Slitine, anthropologue, Ehess/Mucem, Centre Norbert Élias, Marseille.

23À toutes et tous merci pour ce travail, dont nous vous souhaitons, lecteurs et lectrices, une bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Dumasy, Eric Gobe, Céline Lesourd, Loïc Le Pape et Nessim Znaien, « Édito : à l’horizon »L’Année du Maghreb, 28 | 2022, 3-10.

Référence électronique

François Dumasy, Eric Gobe, Céline Lesourd, Loïc Le Pape et Nessim Znaien, « Édito : à l’horizon »L’Année du Maghreb [En ligne], 28 | 2022, vol. 2, mis en ligne le 10 janvier 2023, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/11134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.11134

Haut de page

Auteurs

François Dumasy

Rédacteur en chef adjoint (dossier), historien, IEP, CHERPA, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Eric Gobe

Rédacteur en chef adjoint (chroniques), politiste, Iremam, Cnrs, Aix-Marseille univ, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Céline Lesourd

Co-directrice de publication, anthropologue, Centre Norbert Elias, Cnrs, Ehess, Aix-Marseille univ, Marseille, France.

Articles du même auteur

Loïc Le Pape

Co-directeur de publication, politiste, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, CESSP, Paris, France.

Articles du même auteur

Nessim Znaien

Rédacteur en chef adjoint (varia), historien, Junior-Professor, Université de Marburg, Allemagne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search