Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier : Libye(s) en devenirÊtre touareg dans le Sud libyen e...

Dossier : Libye(s) en devenir

Être touareg dans le Sud libyen en transition: une citoyenneté encore inachevée

Being Tuareg in a Libyan South in transition: citizenship not yet achieved
أن تكون من الطوارق في جنوب ليبيا في ليبيا الانتقالية: مواطَنة غير مكتملة
Pauline Poupart
p. 59-81

Résumés

À travers le portait du mouvement civil La Lil Tamyiz (« Non à la discrimination ») formé début 2020 par un groupe de jeunes touaregs originaires des régions de Ghât, d’Oubari et de Sebha dans le sud libyen, cet article se propose d’interroger, dans une perspective socio-historique, l’évolution de la mobilisation pour l’accès à la nationalité libyenne au sein de la communauté touarègue des années 1950 jusqu’au délicat contexte actuel.

Ce mouvement comprend notamment un nombre important de jeunes touaregs d’origine saharo-sahélienne, nés et été éduqués en Libye mais qui ne bénéficient pas de l’ensemble des droits accordés aux citoyens libyens. A titre d’exemples, leur capacité de vote demeure limitée, de même que la possibilité pour eux d’accéder à certains établissements universitaires publics. Ils n’ont également pas accès à un passeport. Le mouvement a ainsi pour objectif principal l’accès à une nationalité libyenne « totale » représentée par la naturalisation, l’inscription sur le registre principal de l’état civil et l’obtention d’un livret de famille.

Si l’ensemble de ces inégalités les contraint au quotidien dans leurs trajectoires personnelles et professionnelles, elles introduisent également une différenciation latente entre Touaregs « libyens » et Touaregs « sahéliens ». En effet, les premiers font originellement partie du groupe socio-politique des Kel Ajjer établi entre l’Algérie et la Libye. Bien qu’ils soient toujours restés mobiles entre les deux pays, ils ont été enregistrés comme libyens lors de l’indépendance du pays. Ils possèdent, depuis lors, un livret de famille et ont accès à la représentation politique ainsi qu’à l’ensemble des services publics de l’État.

Les Touaregs dits « sahéliens » se sont, quant à eux, installés plus tardivement dans le Sud libyen. Ils y ont notamment trouvé refuge dans les années 1970, à la suite de sécheresses répétées au Nord du Mali et du Niger ainsi que des politiques de contrôle, voire de répression, exercées contre eux par les pouvoirs malien et nigérien de l’époque. En plus d’y trouver de meilleures conditions de vie et des opportunités de travail, la Libye de Kadafi fut aussi un moyen pour certaines franges politiques touarègues de venir se former au maniement des armes avant de lancer des épisodes de rébellion dans les années 1990. Un certain nombre d’entre eux sont alors revenus par la suite en Libye avec leurs familles. En dépit des décennies passées sur le territoire et des demandes renouvelées de naturalisation, les seuls papiers en leur possession demeurent les cartes d’identité ainsi que des numéros administratifs changeants. Cette distinction durable au sein de la communauté a actuellement des répercussions sur sa représentation politique et sur sa capacité plus large à être reconnue comme partie intégrante et légitime de l’ensemble national.

La première partie de cet article s’intéressera ainsi à ces jeunes militants, à la fois comme héritiers des relations instrumentales entre le régime du Colonel Kadhafi et les Touaregs venus du Niger et du Mali et représentants d’une « nouvelle génération » qui utilise les réseaux sociaux, les manifestations et les adresses publiques aux autorités politiques comme moyens pour faire aboutir des procédures administratives qui ont connu des décennies de fluctuations pendant et après la chute du régime Kadhafi.

La seconde partie est consacrée à l’analyse des limites rencontrées par une mobilisation pacifique telle que La lil tamyiz qui a, certes, pu se structurer et se déployer dans le pays comme à l’étranger mais dont la capacité d’action est désormais entravée par les blocages politiques au niveau national, les rivalités au sein de la communauté touarègue et, plus encore, par la multiplication des groupes armés au Sud qui par leur violence confisquent l’espace public et font de celle-ci, dans leur rhétorique, le moyen le plus efficace pour accéder à terme à l’obtention des droits.

Cette recherche s’appuie à la fois sur des références bibliographiques concernant les Touaregs en Libye, sur des documents et publications issus du mouvement et sur une sélection d’entretiens menés à l’oral ou à l’écrit en arabe, en français et en anglais, via les réseaux sociaux (WhatsApp, Skype) - avec des militants et militantes résidants dans le Sud libyen ou à l’étranger. Des échanges menés lors de mes terrains de thèse au Sud de l’Algérie et au Nord du Niger sont également utilisés comme compléments du fait des témoignages qu’ils apportent sur l’expérience combattante de certains Touaregs maliens et nigériens au sein de la Légion islamique et sur leur conservation d’attaches familiales en Libye.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entretien ancien combattant du MNJ, représentant de de la jeunesse touarègue impliqué dans les négo (...)

1« Nous voulons vivre comme tous les Libyens parce que nous aussi on a duré, on est morts pour ce pays »1. C’est ainsi qu’un jeune touareg libyen d’origine nigérienne explique les raisons de son engagement au sein du mouvement La lil tamyiz , « Non à la discrimination ». Celui-ci s’est formé en 2020 au Sud de la Libye dans les régions de Ghât, d’Oubari et de Sebha dans le but d’obtenir un accès égal à la nationalité libyenne pour l’ensemble des membres de la communauté touarègue et de parachever, par le droit, leur intégration à la société.

2Ce mouvement pacifique rassemble une majorité de jeunes touaregs d’origine saharo-sahélienne, qui sont nés et ont été éduqués en Libye mais qui ne bénéficient pas de l’ensemble des droits accordés aux citoyens libyens. Ils ont hérité de leurs parents un statut administratif encore incomplet en dépit des années de résidence et, pour certains, de l’engagement de membres de leurs familles au sein de l’armée libyenne. Ils ont également reçu un sentiment identitaire fort dans lequel la langue touarègue, le Tamasheq, se mêle à l’arabe comme langue quotidienne.

3Cette génération de militants, entre 15 et 40 ans, reflète la pluralité sociale du Sud mais aussi la continuation de l’histoire juridique complexe de la nationalité en Libye. En effet, le Sud libyen se compose de plusieurs minorités non-arabes qui comprennent les Ahali du Fezzan, les Toubous que l’on retrouve dans le Nord du Tchad et au Niger et les Touaregs. Dans la région, une distinction est faite entre les « Touaregs de Libye » et ceux d’origine saharo-sahélienne, du Niger et du Mali en particulier. Une partie des Touaregs est ainsi issue du groupe socio-politique des Kel Ajjer ou « gens de l’Ajjer » du nom du massif montagneux entre la Libye et l’Algérie (Badi, 2012) dont la majorité des membres a pu être enregistrée par les autorités libyennes sur les listes d’état civil dans les années 1950.

4A partir des années 1970, en plus des déplacements transnationaux historiques aux frontières algérienne, malienne et nigérienne (Kohl, 2010) s’est ajoutée en Libye une population touarègue d’origine sahélienne venue s’y réfugier à la suite des vagues de sécheresses successives puis des politiques de répression de plus en plus fortes à leur encontre au Nord du Mali et du Niger. Néanmoins, de larges parties de cette communauté n’ont jamais pu accéder à la nationalité libyenne en dépit de leur installation pérenne et plus encore du statut de beaucoup d’entre eux comme soldats dans les rangs du Colonel Kadhafi. Le nombre de familles touarègues en attente de naturalisation depuis les années 1980 est ainsi estimé à 14.000 et pourrait même atteindre les 16.000 dans les zones d’Oubari, de Ghât, de Sebha et d’Al Uweinat (Stocker, 2019).

5Une des raisons majeures de cette situation est le lien qui a été fait entre citoyenneté libyenne et identité arabe. Celui-ci a été tissé dès 1954 et son articulation n’a cessé de se renforcer pendant le régime du Colonel Kadhafi. Suite au coup d’État en 1969, la constitution définit la Libye comme un pays « arabe et musulman » (art.1), l’arabe étant désigné langue officielle (art.2). Au sud, l’affirmation du double caractère arabe et musulman de la Libye se traduit par une politique de différenciation envers les populations considérées non-arabes, qui n’ont pas eu accès à l’état civil. Alors que les tribus considérées par le régime comme arabes à l’instar des Bérabiches du Mali et du Niger ou des Kadhafa directement liés au Guide ont pu très rapidement accéder à la nationalité, les groupes touaregs et toubous ont dû prouver qu’ils possédaient bien des « ancêtres libyens ». De ce fait, au cours des deux premières décennies du régime, une liste parallèle au registre d’État civil est constituée pour rassembler et traiter l’ensemble de ces demandes mais le temps d’étude et d’acceptation de celles-ci se révèle relativement lent et compliqué par les changements incessants de lois et de réglementations liées à la naturalisation.

  • 2 Arrêt du 6 avril 1955 de la Cour internationale de justice.
  • 3 Encyclopédie en ligne Larousse, entrée « citoyenneté ».
  • 4 Arrêt du 6 avril 1955 de la Cour internationale de justice.

6Les revendications des militantes et des militants du mouvement La lil tamyiz sont le résultat de ces développements sociaux et historiques. A la différence des mots d’ordre qui ont pu être entendus chez certains groupes touaregs au Nord du Mali dans les années 2011 et 2012, l’intégration souhaitée est bien une intégration dans un creuset national où les particularités identitaires (culturelles et linguistiques) seraient reconnues, acceptées et considérées comme partie intégrante de l’identité libyenne dans son ensemble. L’objectif principal du mouvement demeure ainsi l’accès à la nationalité comme « appartenance juridique d’une personne à la population d’un État »2 mais cette nationalité se veut « complète » dans le sens où elle seule permet l’accès à un ensemble de droits et de devoirs qui ne sont pas encore garantis à certains membres de la communauté touarègue- comme avoir un passeport ou pouvoir intégrer la fonction publique. Ces militants demandent à être reconnus comme de véritables « citoyens » bénéficiant de la plénitude des droits civiques et politiques.3 Le mouvement revendique par ailleurs la possibilité d’expression d’un « sentiment national » entendu comme «  le fait social de rattachement, la solidarité effective d’existence, d’intérêts et de sentiments »4 constitutifs d’une appartenance à un État.

7Cette volonté de reconnaissance au sein du pays s’exprime de façon privilégiée et nouvelle sur les réseaux sociaux et par des rassemblements dans les régions d’origine des militants, dans les villes libyennes du Nord et à travers la diaspora. Cependant, la situation au Sud libyen depuis 2020 fragilise les possibilités effectives d’action pour la reconnaissance des droits, réduites aux interstices ténus laissés par le blocage des scènes politiques locales et nationales ainsi que par l’usage prédominant de la force.

8Cette contribution se propose donc d’abord de présenter la mobilisation de cette « nouvelle génération » de Touaregs à travers ses héritages sociaux et politiques avant d’interroger, derrière le discours officiel du mouvement, et au travers des perceptions de ses militants et de ses sympathisants, les différentes limites qui empêchent le développement d’une mobilisation pacifique dans le contexte actuel du Sud libyen.

9Cette recherche repose sur la collecte de documents produits par le mouvement ainsi que sur une sélection d’entretiens menés à l’oral ou à l’écrit, en arabe, en français et en anglais via les réseaux sociaux- avec des militants et militantes résidants en Libye ou à l’étranger. Des entretiens menés lors de mes terrains de thèse au Sud de l’Algérie et au Nord du Niger ont également été mobilisés, notamment auprès d’anciens rebelles touaregs d’origine malienne ou nigérienne ayant été formés au sein de la Légion islamique et possédant des attaches familiales en Libye.

Une mobilisation d’une forme nouvelle inscrite dans l’histoire des communautés touarègues du Sud libyen

10Le mouvement La lil tamyiz se démarque par son caractère pacifique et sa visibilité sur les réseaux sociaux tout en étant le reflet d’un héritage historique lié à la construction complexe de la nationalité et de l’appartenance nationale en Libye. Il est ainsi la continuation, par les générations suivantes, de la lutte pour l’intégration engagée par les Touaregs venus du Mali et du Niger sous le régime du Colonel Kadhafi.

Un mouvement récent mais qui a réussi à élargir sa base

  • 5 Entretien téléphonique avec un membre fondateur de La lil tamyiz, d’origine malienne et actif au se (...)
  • 6 Entretiens écrits avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai-juillet 20 (...)

11Le mouvement « Non à la discrimination, la Libye nous rassemble » (La lil tamyiz, Libya taja’mna) est créé le 23 janvier 2020 à Oubari par de jeunes Touaregs nés en Libye mais dont la majorité possède des origines sahéliennes par leurs parents et grands-parents. La coordination du mouvement, composée d’une dizaine de personnes, rassemble des jeunes qui appartiennent à des catégories éduquées, de niveau universitaire (notamment des juristes et des sociologues) ou qui sont actifs dans des organisations de la société civile. Une place de « conseiller » est également accordée à des membres de la diaspora, notamment en Europe. La structuration du mouvement en elle-même est assez fluide : « ce n’est pas un mouvement derrière des personnes » mais un mouvement qui repose en grande partie sur les soutiens individuels qu’il peut engendrer.5 En effet, beaucoup des membres possèdent une expérience dans la gestion de mobilisations et sont connus pour « ne pas avoir beaucoup de problèmes avec les autres (personnes et communautés) ».6

  • 7 Idem.
  • 8 Idem.
  • 9 Mouvement La lil tamyiz, 25 octobre 2020, Communiqué sur Facebook.

12La caractéristique essentielle revendiquée par le mouvement est son aspect « civil » et « pacifique ». Il est d’ailleurs décrit comme « un mouvement de rue qui exprime les problèmes quotidiens des gens résultant de leur statut légal dans l'État ».7 Le thème central de leur engagement est ainsi la reconnaissance des droits de la communauté touarègue à accéder à une citoyenneté pleine considérée comme « la question la plus importante pour les Touaregs en Libye »8. Comme chaque communiqué du mouvement sur Facebook le rappelle, son objectif est de « travailler collectivement, de manière organisée et volontaire, en utilisant tous les moyens légitimes pour mettre un terme définitif aux souffrances (des) familles, qui sont depuis longtemps placées dans les registres dits temporaires de l'Etat civil national. »9

13Pour se faire connaître, différents moyens d’actions ont été déployés. Ils comprennent à la fois des rassemblements de terrain, des discussions et des entrevues politiques soutenus par une campagne de communication active sur les réseaux sociaux notamment Facebook et Twitter. La première campagne de mobilisation avec sit-ins, marches et rassemblements s’est déroulée dans la région d’origine de la contestation, à Oubari. Les rassemblements ont par ailleurs été liés à des journées mondiales comme celle pour la justice sociale le 20 février 2020 ou celle contre la discrimination raciale le 21 mars de la même année. La connexion des revendications aux thèmes globaux autour des discriminations est ainsi un trait distinctif et novateur. De plus, des rassemblements de protestation ont été organisés en dehors d’Oubari, à Tripoli en mars 2021, ou devant des lieux symboliques à Bruxelles, Paris, Londres et Rome, mobilisant les jeunes de la diaspora en parallèle de chaque évènement en Libye.

  • 10 Entretiens téléphoniques avec un représentant de la jeunesse touarègue impliqué dans les négociatio (...)
  • 11 Entretien téléphonique avec un ancien combattant du MNJ, impliqué dans les négociations de paix pou (...)

14Si le mouvement est composé en majorité de Touaregs d’origine sahélienne, qui ont parfois des nationalités maliennes ou nigériennes, il a également su mobiliser des Touaregs qui possédaient déjà des papiers ou qui ne se sentaient pas immédiatement concernés par ce problème car devant plutôt faire face aux difficultés économiques et sociales liées au contexte de la région : « Avant, il y avait des gens que ça ne concernait pas. Ils étaient assis, ils entendaient seulement. Et il y avait les gens qui avaient des papiers qui considéraient que cela ne les regardait pas. Maintenant, ils ont pu savoir que c’est quelque chose qui n’est pas bon, que ce sont des droits humains à défendre donc ils se sont mis à participer. »10 En effet, les avis convergent sur la capacité du mouvement à avoir « réussi à faire parler les gens entre eux, réussi à s’adresser aux autorités politiques » et « réussi à montrer la vérité de (leur) problème en Libye. »11.

15La création du mouvement en lui-même est en effet à la fois due aux conditions socio-politiques actuelles du Sud libyen et à l’accumulation des difficultés liées à l’accès à la nationalité depuis l’indépendance.

  • 12 Entretien téléphonique avec un membre fondateur de La lil tamyiz, d’origine malienne et actif au se (...)

16Il nait d’un évènement local qui a su trouver une résonnance plus large en faisant écho à la situation de nombreux jeunes touaregs : le refus du directeur de l’Institut de santé d’Oubari de laisser certaines étudiantes et étudiants passer leurs examens de fin d’année en raison de leur non-possession du Livret de famille alors qu’ils étaient bien inscrits, au titre de leurs numéros administratifs, au sein de l’établissement.12

  • 13 Entretien téléphonique avec un membre fondateur de La lil tamyiz, d’origine malienne et actif au se (...)

17Cette discrimination, violemment ressentie par les jeunes concernés s’ajoute au constat récurrent que leur génération, qui a été scolarisée et qui a pu décrocher des diplômes universitaires, ne parvient pas à poursuivre ses études, à partir se former à l’étranger et plus largement à trouver du travail dans leurs villes d’origine : « Ils sont revenus avec l’envie de devenir fonctionnaires publics mais ils ne peuvent pas car ils n’ont pas le livret de famille ».13 La mobilisation actuelle est ainsi fondée sur « l’absence d’alternatives » et s’inscrit dans la complexe structuration de la nationalité en Libye qui résulte, au sein de la communauté touarègue, en un accès inégal.

Un accès à la nationalité historiquement difficile en Libye pour les communautés « retournées »

18En 1954, la constitution du Royaume Uni de Libye récemment créé garantit la nationalité libyenne aux individus qui soit résident en Libye depuis 1951, soit sont nés sont nés dans le pays ou à l’étranger d’un parent libyen ou enfin ont vécu en Libye pendant au moins dix ans. L’accès à la nationalité se révèle néanmoins plus compliqué et inégal pour les populations dites « retournées » comme pour certains résidents du Sud, notamment en raison de leur non-enregistrement sur le registre d’état civil constitué la même année.

19Le terme ‘d’aidoun ‘(retournés) se réfère aux populations qui étaient installées en Libye mais qui se sont déplacées ou ont été déplacées pendant les périodes ottomane ou coloniales. Sous la domination ottomane, les populations du Sud ont notamment été incitées financièrement à rejoindre les centres administratifs urbains du Nord dans le cadre de la politique de centralisation et d’affaiblissement des structures tribales décidée par les autorités d’Istanbul. Par la suite, la colonisation italienne à partir de 1911 et les luttes entre pouvoirs rivaux ont occasionné de nouveaux déplacements importants de populations. Il est ainsi estimé que 250 000 personnes auraient été poussées à l’exil à cette période vers les pays frontaliers comme la Tunisie, l’Algérie ou l’Egypte (Ahmida, 2019).

  • 14 Discours prononcé le 24 octobre 1980 à Oubari. Entretiens écrits avec membre fondateur et représent (...)
  • 15 Entretien téléphonique avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, d’origine malienn (...)

20Sous la monarchie, les conséquences de ces déplacements se répercutent durablement sur les individus qui souhaitent revenir dans le pays. Il leur est ainsi demandé, à partir des années 1950, de prouver leurs « origines libyennes » afin d’accéder à la nationalité. Or à la difficulté de produire des documents écrits issus d’archives diverses s’ajoute le fait qu’ils ne figurent pas sur le premier registre d’Etat civil, car absents lors du recensement effectué par les nouvelles autorités. Ce dernier s’est en effet déroulé dans des conditions difficiles. D’un côté, les personnes en charge de celui-ci n’ont pas eu les moyens logistiques d’atteindre certaines zones périphériques, en particulier les plus éloignées du Sud. De l’autre, certaines populations n’ont pas été informées de son déroulement. De fait, certains groupes nomades liées originellement à la région n’ont pas été pris en compte. Par ailleurs, certains groupes ne se sont, quant à eux, pas sentis concernés par cette initiative étatique : « Ces familles viennent du désert. Dans un temps passé, ils ne donnaient aucune importance au papier ou aux enregistrements »14, notamment en raison de leur mode de vie « derrière les animaux » et transfrontalier : « Les gens naissaient dans le désert, pas dans les villes. Ils ne leur étaient pas possible de dire s’ils sont du Mali, du Niger ou de Libye ». Cette situation est observée jusque dans les années 1970, lorsque les conditions climatiques ont rendu les conditions de vie dans le désert trop difficiles et que ces populations vinrent s’installer dans les villes.15

21Face à cette inégalité initiale d’accès à la liste d’État civil et pour tenter de combler ces manques, des comités locaux sont chargés, dans les années 1960, de mettre à jour la liste en la complétant. Pour autant, certaines personnes, tant résidentes originellement que « retournées », ne furent toujours pas en mesure de fournir les documents nécessaires pour prouver leur lieu de naissance ou d’habitation. De plus, l’impartialité du registre a pu être compromise par des déclarations tribales utilisées par les comités sans vérification des justificatifs (Stocker, 2019). Certaines tribus mieux insérées dans le tissu administratif ont ainsi pu ainsi faciliter l’intégration de leurs membres « sur parole ». A la fin de la période de la monarchie, une partie de la population du Sud se trouve donc déjà en dehors du système national, notamment les communautés touarègues et touboues.

Une insertion incomplète perpétuée sous le régime de Kadhafi

  • 16 Entretien écrit avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai à juillet 20 (...)
  • 17 Entretien écrit avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai à juillet 20 (...)
  • 18 Entretien écrit avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai à juillet 20 (...)

22La distinction faite entre Touaregs libyens et Touaregs d’origine sahélienne installés en Libye se renforce avec le traitement différencié qui leur est appliqué à partir de 1969. Bien qu’inclus en théorie par le Guide dans une vision globalisante qui nie leur identité berbère, les Touaregs sahéliens sont avant tout un instrument stratégique dans le rayonnement régional de la Libye. Leur installation dans le pays, bien que plébiscitée par Kadhafi, ne leur donne pas accès à la représentation tribale et politique accordée aux Touaregs libyens qui possèdent le livret de famille. La vision de Kadhafi sur les différents groupes touaregs témoigne en effet d’un attachement presque romantique envers ses origines nomades bédouines, qui lui font lier le mode de vie des Kadhafa dans la région aride de Syrte à celui des Touaregs (Ronen, 2013). Pour autant, sa politique d’homogénéisation culturelle limite fortement leur expression identitaire ainsi que leur intégration effective. Pour le Guide, les Touaregs viennent de Tripolitaine, non du peuplement berbère endogène d’Afrique du Nord et du Sahara. A partir des années 1980, lors de ses discours dans le Sud, il fusionne ainsi régulièrement et en toute liberté deux univers culturels particuliers comme lorsqu’il utilise l’expression « Nous, les Touaregs arabes ». 16Par ailleurs, l’expression d’une identité non-arabe est restreinte dans la société libyenne. Dans la sphère publique, « il était répréhensible pour un Touareg de parler sa langue en présence des Arabes, les services de sécurité punissaient ceux qui parlaient dans une langue non arabe dans des lieux publics » et la tenue vestimentaire était mal vue.17 L’enseignement et les prénoms des enfants sont également arabisés. L’expression de l’identité touarègue est ainsi limitée « à la partie liée au folklore, aux danses folkloriques et à certaines chansons qui ont lieu à des occasions spécifiques après une révision minutieuse et un examen par les services de sécurité de tous leurs détails. »18

23Bien que contrôlés, les Touaregs libyens bénéficient d’une appréciation néanmoins globalement positive de la part du Guide qui s’appuie sur la mémoire de leur lutte contre la colonisation italienne, de même que sur l’absence de revendications territoriales ou culturelles de leur part, à l’inverse des autres groupes berbérophones. Cet état d’esprit leur permet ainsi d’accéder de façon privilégiée à des postes de responsabilité au sein de l’armée et de l’administration où ils lient des alliances avec les tribus dominantes comme celle des Khadafa. L’administration libyenne favorise en effet un fonctionnement tribal et les structures communautaires sont maintenues dans un but de gestion politique. Ainsi, dès la « Révolution verte », le statut des chefs coutumiers est conservé en parallèle de la structuration de la vie politique autour des comités populaires. En 2005, dans l’esprit de son projet pour le « Grand Sahara », le Guide demande même le rétablissement de leur organisation traditionnelle et « l’élection » des chefs coutumiers. Les Touaregs libyens, comme les autres communautés du pays, bénéficient donc d’une sorte « d’autogestion » qui passe par ces figures d’autorités communautaires (Badi, 2010). Ils sont par ailleurs représentés au Congrès national général et forment également le « Haut conseil des Touaregs libyens » dont l’action demeure en grande partie consultative (Lacher, 2014). Cependant, cette possibilité de représentation communautaire n’intègre pas la frange des Touaregs sahéliens qui ne disposent que de la carte d’identité (‘bitaqa chahssiya’) et d’actes de naissance ( ‘shahadat milad’). Le 15 octobre 1980, le colonel Kadhafi prononce un discours à Oubari dans lequel il appelle les communautés touarègues frontalières du Mali et du Niger à revenir sur leur « terre originelle » dans un contexte marqué par les sécheresses et un climat croissant de suspicion envers eux dans ces deux pays, mais cet appel repose avant tout sur des raisons économiques et stratégiques pour assurer le rayonnement de l’influence libyenne sur les périphéries sahéliennes.

  • 19 La mention de l’arabité du mouvement provoque une première dissension entre Tripoli et les Touaregs (...)

24De fait, la Libye représente une opportunité économique au cœur des déplacements transnationaux réguliers des jeunes Touaregs en quête d’émancipation, de travail saisonnier ou de conditions de vie plus favorables que celles de leurs campements d’origine (Kohl, 2010). Elle est dépeinte dans leurs récits comme un « Eldorado » et une « Europe des pauvres » (Ag Maha, 2006). Pour autant, les autorités libyennes privilégient dans cette politique surtout la défense des intérêts politiques et militaires du régime. Les Touaregs sahéliens sont vus comme une potentielle main d’œuvre supplémentaire et surtout comme une ressource pour les forces armées. Kadhafi espère en outre depuis les années 1970 renforcer son influence sur les pays sahéliens frontaliers, avec lesquels il entretient des relations tendues, et étoffer sa capacité d’action sur des théâtres internationaux (Lecocq, 2010). Le congrès d’El Homs en Libye en septembre 1980 « rassemble les chefs de file, certains intellectuels et anciens responsables politiques touaregs » dans le but d’organiser un Front Populaire de Libération du Sahara Arabe (FPLSAC).19 Kadhafi souhaite, par ce biais, « détourner à son profit et à celui de sa politique internationale une partie importante de l’énergie contestataire touarègue » (Boilley, 1994). Dans cet esprit, un premier camp de formation militaire s’ouvre près de Tripoli, à Beni Walid, en décembre 1980. Cependant, l’enthousiasme s’éteint un an après, lorsque Kadhafi souhaite prendre la présidence de l’Organisation de l’Unité Africaine et ne veut donc plus apparaitre comme « l’initiateur ou le protecteur d’un mouvement de sédition ou de déstabilisation touarègue » (Boilley, 1994), ce qui se solde par la fermeture du camp.

25Les autorités libyennes continuent néanmoins de chercher à récupérer un certain nombre de combattants afin de les déployer sur les terrains qui intéressent leur politique. Quelques centaines de jeunes Touaregs acceptent de former des unités connues sous le nom de « Légion verte » ou de « Légion islamique », majoritairement composée de Touaregs et où est enseigné le Livre Vert dans une dimension « africaine ». Deux cents d’entre eux sont envoyés en 1982 à Beyrouth pour combattre auprès de l’Organisation de Libération de la Palestine (Klute, 2011). Ils sont également envoyés par la Libye en Ouganda (Ronen, 2013 ; Burgat et Laronde, 2003 ; Vallée, 2012) puis au Tchad, notamment en raison de leur maîtrise des conditions désertiques. Deux nouveaux camps à la périphérie de Tripoli sont ainsi créés pour les Touaregs : le « camp du 2 mars » (Boilley, 1994) ainsi que le « camp Rawd » (Lecocq, 2010).

  • 1

26Du côté des Touaregs sahéliens, cet engagement est surtout un moyen pour les jeunes ishumar20 (Perrin, 2016) d’acquérir, de façon provisoire, non seulement des avantages matériels (salaire, logement, voiture pour certains) mais aussi une formation militaire moderne, selon la formule : « le sang contre la formation » (Badi, 2012). Leur objectif premier est de revenir dans leur pays pour engager la lutte armée contre la discrimination et l’oppression :

  • 21 Entretien avec un ancien rebelle des années 1990, secrétaire-général adjoint du Front de Libération (...)

« Nous quand on va là-bas (dans la Légion islamique) on a autre chose, ce n'est pas ce que Kadhafi a dans la tête : nous on a toujours l'idée de revenir chez nous. Et ça je parle des Maliens, des Nigériens, des Angolais… Ce que Kadhafi voulait nous enseigner c'était l’idée des États-Unis d'Afrique mais nous on a dans la tête d'apprendre et de revenir. C'est ce qu'on a fait et ça n'a jamais été une organisation avec Kadhafi de revenir pour déstabiliser le Mali ou le Niger. Ce sont les gens qui se sont organisés avec le peu qu'il y avait dans les bases : ils volaient des munitions, des armes qu'ils cachaient pour les faire sortir en cachette ».21

27En effet, au-delà de ses déclarations révolutionnaires qui laissent penser dans les années 1980 à un soutien implicite aux rébellions en préparation au Nord du Niger et du Mali, le positionnement de Kadhafi est plus fluctuant. Les autorités libyennes, au courant des raisons intérieures à la communauté qui rendent les camps d’entraînement libyens si attractifs, verrouillent l’expression politique touarègue libre et toute référence à un Etat indépendant . Ainsi, dans les camps d’entraînement :

  • 22 Entretien avec un ancien combattant du Mouvement des Nigériens pour la Justice, Niamey, janvier 201 (...)

« Kadhafi n’interdisait pas le tamasheq mais il interdisait les musiques qui reflètent la rébellion. Les agents secrets ont su ce que c’était et si on te trouve avec, c’est grave. La musique aujourd’hui qu’on écoute librement, autrefois il fallait se cacher. Il y avait toujours un soupçon, c’était dur quand même, vraiment dur à cette époque avec lui. »22

28Certains combattants souhaitent, en effet, mettre à profit leur engagement pour la cause politique qu’ils défendent :

  • 23 Entretien avec un ancien rebelle des années 1990, secrétaire-général adjoint du Front de Libération (...)

« Nous, notre objectif ce n’était pas de faire la guerre au Tchad, nous quand on est partis au Tchad c’était parce qu’ils ont donné beaucoup d’armes et nous voulions voler toutes ces armes et tous ces véhicules, pour rentrer au Niger. Mais comme les responsables de l’armée libyennes et certains hommes des services de renseignement n’étaient pas bêtes…. ou bien que quelqu’un a vendu la mèche… ils ont été très prudents. On a été surveillés, car on n’avait beaucoup d’armes, on avait des 4x4 tout neufs. On ne pouvait pas partir. On a été très surveillés et on a regretté. »23

29Avec le cessez-le-feu de septembre 1987 entre Tripoli et N’Djamena, le choix de partir ou de demeurer dans le pays est laissé à ces combattants. Les familles de ceux qui restent sont établies dans le camp de Bader, près de la Tunisie. Celui-ci ferme en 1996 à la suite des plaintes des habitants environnants qui « dénonçaient les mœurs jugées trop différentes des leurs » (Badi, 2017) et est transféré à Sebha où ces familles demeurent toujours.

  • 24 Entretien téléphonique avec un ancien combattant du MNJ, impliqué dans les négociations de paix pou (...)
  • 25 Entretien téléphonique avec un membre fondateur de La lil tamyiz, d’origine malienne et actif au se (...)

30Il y a donc utilisation ponctuelle de la « carte politique » touarègue par les autorités libyennes. Afin d’éviter de reconnaître toute organisation politico-militaire, les combattants touaregs sahéliens sont désignés par les autorités sous le nom ‘maghawir’ (« les braves » - Badi, 2017), brigade composée de 3000 hommes ensuite basée à Oubari (Lacher, 2014 ; Murray, 2017). De façon générale, si la Libye a servi de camp de base clandestin pour les Touaregs sahéliens, la relation avec Tripoli est tissée de colère et d’amertume au regard des promesses qui ne se sont jamais matérialisées depuis l’instauration des légions. L’accès à la nationalité et à un livret de famille à l’instar des autres citoyens libyens n’est resté, dans les faits, réservé qu’à un petit nombre d’engagés. Les principaux concernés sont notamment ceux qui ont été intégrés à la 32ème brigade de Khamis Kadhafi, un des fils du Guide. Celle-ci « qui était à Tripoli, n’était formée que des élites de ces compagnies touarègues qui étaient basées à Oubari. Chaque année, on y recrutait les meilleurs »24 sans que cette capacité ne soit liée au grade mais plutôt à la performance physique, à la disciple et à la loyauté, créant ainsi une injustice de fait avec les combattants de la brigade ‘Maghawir’ perçue comme une unité régulière. De plus, ce traitement de faveur s’étendait aux membres toubous, mahamid et arabes : « Khamis (voulant) une katiba forte et grande ». 25

Un impact durable sur les familles et les descendants des combattants touaregs sahéliens installés dans le pays

31La relation entre le régime Kadhafi et les Touaregs sahéliens, vécue comme instrumentale, déséquilibrée et injuste par les combattants, continue de marquer leur descendance établie en Libye, dont est issue une partie importante des membres du mouvement La lil tamyiz. Des années 1970 aux années 2000, l’absence d’un statut légal équivalent à celui des autres citoyens complique la vie quotidienne de ces Touaregs et de leurs proches. Le manque d’accès au livret de famille et par extension à la nationalité libyenne ayant des répercussions à tous les âges de la vie. La difficulté à appartenir légalement à la communauté citoyenne se conjugue par ailleurs à des représentations négatives et à des pratiques discriminatoires de la part des autres Libyens qui se renforcent à partir de la période révolutionnaire de 2011.

32Une des conséquences de cette inégalité est l’empêchement possible de l’inscription dans les établissements scolaires et universitaires publics, ainsi que l’impossibilité d’être formé à l’Institut du pétrole ou dans les académies militaires. L’accès aux infrastructures médicales étatiques est également réduit. Les personnes doivent avoir recours aux cliniques privées et ne sont pas autorisées à aller se faire soigner à l’étranger. Les possibilités de se former en dehors du pays ou de réaliser le pèlerinage sont aussi contraintes par l’absence d’un passeport. L’accès aux logements sociaux est également difficile, ce qui a conduit à la multiplication des habitations de fortune dans les banlieues de Sebha, Ubari, Ghât, Kufra et Wadi al Shati (Stocker, 2019). Les Touaregs concernés sont donc à la fois contraints dans leurs déplacements et dans leurs trajectoires professionnelles sociales, ce qui les rend tributaires des réseaux communautaires, du secteur privé s’ils possèdent des ressources suffisantes (boutiques, taxis, guides lors de la période du tourisme) et surtout de l’économie informelle dans le cas contraire. Enfin, cette inégalité de droit se traduit par leur perception dans l’espace national comme « citoyens de seconde catégorie ». L’absence d’une carte d’identité en règle en est un marqueur immédiat :

  • 26 Entretiens écrits avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai-juillet 20 (...)

« Les cartes d'identité des Touareg n'ont pas été renouvelées depuis leur délivrance en 2005. La durée de la carte d'identité en Libye est de 10 ans. L’invalidité de ces cartes et le refus des autorités publiques de les renouveler exposent les Touaregs a beaucoup de mesures racistes et discriminatoires dans toutes les instances où la carte d'identité est exigée »26

33La révolution de 2011 a contribué à modifier négativement les perceptions des autres communautés libyennes sur les Touaregs. En 2011, les Touaregs sahéliens ont été fortement mobilisés dans la défense du régime et déployés en première ligne à Tripoli, Misrata et Zaouiah. Après la chute du Guide, une réunion se tient à Sebha en août 2011 et voit émerger deux « tendances ». Une partie de ces Touaregs souhaitent retourner dans leurs pays d’origine car ils considèrent que leur installation en Libye « n’a plus de sens après la chute de Kadhafi ». Les autres, ne peuvent « plus quitter ce pays auquel ils ont tout donné » (Badi, 2017.)

34Alors que quelques centaines d’entre aux partent vers le Nord du Mali et du Niger (Lacher, 2014), ceux restés en Libye essaient de tisser des alliances avec d’autres communautés tout en établissant une présence armée au Sud. Certains déserteurs de la brigade des « Maghawir » forment ainsi le premier groupe armé révolutionnaire touareg, appelé « brigade Ténéré », qui entre à Oubari en septembre 2011. La majorité des anciens de la brigade « Maghawir » constitue la « Brigade Tendé » qui conserve la même structure ainsi que son statut officiel d’unité de l’armée libyenne. (Lacher, 2014). D’autres groupes armés moins importants se créent également à Oubari, Ghadamès et Ghât. L’ensemble de ces acteurs armés légitime leur présence par la « défense des civils touaregs libyens » contre l’avancée des milices rebelles qui souhaitent notamment se venger de la collaboration de certaines figures de la communauté avec l’ancien régime (Badi, 2017).

  • 27 Entretien téléphonique avec un représentant de la jeunesse touarègue impliqué dans les négociations (...)
  • 28 Entretien téléphonique avec un représentant de la jeunesse touarègue impliqué dans les négociations (...)

35Durant cette période, il est également reproché aux Touaregs d’origine sahélienne leurs liens avec l’extérieur, qui favoriseraient l’arrivée de populations étrangères. La figure du « mercenaire étranger » est alors régulièrement évoquée pour les risques de déstabilisation qu’elle implique. Celle-ci a d’ailleurs été particulièrement relayée dans la presse internationale et renvoie à des combattants qui seraient venus contre rétribution financière de la Corne de l’Afrique et du Sahel. Si des jeunes Touaregs maliens et nigériens ont effectivement été approchés par des cercles proches de Kadhafi, leur nombre réel a été très restreint.27 La majorité des Touaregs qui ont combattu à la fin du régime étaient bien des éléments de l’armée, d’origine libyenne ou sahélienne, qui possédaient des grades, des matricules et se trouvaient sous les ordres du Général Ali Konna28 ou de Khamis Kadhafi.

  • 29 Entretien téléphonique avec un dirigeant d’ONG pour le Sud libyen, Sebha, juillet 2022.

36Enfin, à l’instar des Toubous, les Touaregs sont accusés par certaines communautés arabes de vouloir modifier l’équilibre démographique du pays. Les flux transnationaux de populations vers le Sud sont regardés avec inquiétude, de même que l’enrichissement des Toubous par l’explosion des trafics qui leur permettraient « d’acheter » la nationalité pour des membres n’ayant jamais vécu en Libye.29 L’accès à cette dernière est alors vu comme un risque pour la stabilité du pays, sans différenciation avec les demandes et procédures engagées de façon antérieure par les communautés résidentes du Sud.

Une mobilisation contrainte par les blocages politiques et l’usage de la force

37La période post-2011 voit émerger une structuration progressive des mouvements de contestation et des mobilisations des Touaregs au Sud, avec un écho qui atteint la scène nationale. Elle témoigne également de la montée en puissance des offres de violence à travers la multiplication des groupes armés et des milices dont l’influence atteint la sphère politique.

38Si La lil Tamyiz réussit à faire entendre sa voix auprès des autorités nationales et communautaires, ces échanges ne se traduisent que peu en actions concrètes. L’accès aux droits apparaît en effet d’autant plus restreint qu’il implique des changements juridiques et politiques dont la sensibilité est extrême - la question de l’identité, de la nationalité et de la reconnaissance de la diversité culturelle libyenne touchant aux contours mêmes de l’État à définir. Par ailleurs, toute avancée demeure contrainte par les tensions entre Tripoli et Tobrouk qui font également du Sud un territoire fragmenté par cette rivalité. Enfin, la communauté touarègue en Libye fait face à une compétition interne grandissante pour sa représentation. L’inégal accès aux ressources politiques semble ainsi laisser la primauté au recours à la force armée. Le mouvement La lil Tamyiz se voit donc obligé de naviguer entre acteurs de la violence et autres communautés dans le but de maintenir ses revendications audibles.

Du « numéro national » au « numéro administratif » : un accès toujours restreint aux droits après 2011

39En dépit des espoirs suscités, l’après 2011 fait perdurer le flou sur les possibilités réelles d’accès à la nationalité et interroge la volonté des autorités de transition en ce sens. Les premières mesures prises dans l’après-Kadhafi conservent un caractère exclusif et temporaire qui conduit à l’émergence des premiers mouvements de contestation citoyens. La question des « papiers » perdure ainsi comme instrument politique. L’année 2011 aurait cependant pu favoriser pu une naturalisation massive des communautés touarègues et touboues. Exposé aux premiers soulèvements, le régime tente de consolider le soutien du Sud avec l’annonce en mars du décret n° 13, qui naturalise 5600 touaregs dont les dossiers n’ont pas été traités jusque-là. En 2012, le Conseil national de transition (CNT) décide toutefois de suspendre l’examen des dossiers de naturalisation en cours et ferme la possibilité de faire de nouvelles demandes. La question de la nationalité est alors considérée comme un sujet sensible qui fait porter le risque d’une « fragilisation » de la transition (Polimeno, 2021). Pour tempérer cette mesure, le congrès général national (CGN) établit en 2013 un « numéro national » censé être accessible à tous les Libyens, mais qui exclut en réalité les personnes en cours de naturalisation, celles qui ne sont pas enregistrées dans ce processus ou encore celles qui ont vu leurs documents annulés au cours de procédures précédentes. De fait, il constitue une nouvelle barrière qui sépare les citoyens libyens de ceux aspirant à le devenir.

  • 30 Libya Herald, 2014, “Sharara protestors reject government promise, blockade continues”, 06/03/2014.
  • 31 Entretiens écrits avec membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai-juillet 2022.

40Au niveau socio-économique, les répercussions de ce numéro sont immédiates. La loi n°8 implique ainsi la suspension des versements des salaires reçus de la part des institutions de l’État en cas de non-possession de celui-ci. Un premier mouvement de contestation contre cette situation voit le jour d’octobre 2013 à avril 2014 à Oubari, à travers le blocage du champ de pétrole de Sharara. Si les revendications sont de nature différente et ont principalement un lien avec la représentation politique dans la ville, la question de l’accès aux « numéro national » qui conditionne l’accès aux services et aux emplois est également affichée.30 En 2015, pour apaiser les tensions, le gouvernement intérimaire de salut national de Tripoli publie alors la résolution n°102 qui crée le « numéro administratif », numéro d’enregistrement temporaire pour les personnes qui n’ont pas accès au « numéro national ». Sur le court terme, cela permet aux salaires d’être de nouveau versés et aux services publics d’être enfin accessibles aux personnes laissées en marge. Néanmoins, le numéro continue d’être considéré par beaucoup comme un « numéro racialement discriminatoire » ou encore comme un « numéro pour les citoyens de seconde zone ».31

Un mouvement finalement écouté par les autorités nationales mais payé de mots

  • 32 Idem.

41Cette « stratégie d’apaisement » est jugée « inadéquate » sur le long terme et engendre une structuration progressive de la contestation civile face aux différentes autorités nationales. En parallèle des manifestations, le mouvement La lil tamyiz a en effet initié, dès sa création, une campagne formelle de contact et de sensibilisation auprès des différentes autorités politiques sur les droits à la nationalité. 32Différentes adresses au Parlement et au Conseil Suprême de l’Etat ont été effectuées, ainsi qu’un dépôt de plainte devant le Conseil national des libertés publiques et des droits de l’Homme, afin d’accéder au numéro national et ainsi pouvoir participer aux élections. Cependant, ces contacts avec les autorités nationales sont restent géométrie variable.

  • 33 Entretien téléphonique avec un représentant de la jeunesse touarègue impliqué dans les négociations (...)

42A ses débuts, le mouvement suscite d’abord la méfiance du gouvernement de Tripoli en raison de sa communication vers l’international qui n’est pas considérée comme « bonne pour le nom de la Libye ».33 Les autorités craignent toute implication extérieure potentielle, notamment de la part d’organisations européennes. De plus, l’argument d’un temps nécessaire à la discussion est avancé pour lui prêter un caractère intempestif. Les militants font néanmoins montre d’un engagement continu, justifié par les évènements politiques. En effet, à l’instar des procédures de régularisation, l’accès au vote et à la représentation a connu de nombreux soubresauts depuis 2011. Si tous les Touaregs ont pu participer aux élections générales de 2012, en dépit de leurs statuts différenciés, en 2014 le droit de vote est conditionné au numéro national. Depuis, les militants demandent donc à la haute commission électorale nationale de réouvrir l’accès au vote aux personnes avec des numéros administratifs, notamment dans le contexte des élections qui devaient se tenir en 2021. L’enjeu n’est ainsi pas seulement la capacité des Touaregs à pouvoir se présenter à des mandats électifs, mais bien d’assurer la représentation correcte du Sud (Polimeno, 2021).

43En effet, l’impossibilité pour une partie de la communauté touarègue et pour d’autres groupes de la région de pouvoir se présenter à une élection locale, régionale ou nationale touche aux enjeux de la représentativité et de l’inclusion dans une période de transition qui conduit en partie à renforcer les lectures tribales et communautaires des évolutions politiques. A titre d’illustration, les discussions actuelles sur l’élaboration de la constitution ont montré les divergences sur l’application, pour le parlement, d’une disposition de 1951 qui attribuait 127 sièges à l’Ouest du pays, 54 pour l’Est et seulement 19 pour le Sud, suscitant l’opposition des membres du Sud siégeant à Tripoli comme à Benghazi (Cherif, 2021).

Un Sud qui demeure pris dans les tensions entre Est et Ouest

44Les autorités de l’Est et de l’Ouest s’appuient sur une approche communautaire dans leurs relations avec le Sud, ce qui crée une grande confusion chez les Touaregs sur la capacité et la volonté des deux camps à avancer sur la question des papiers. Depuis 2011, une partie importante des alliances tribales traditionnelles des Touaregs ont ainsi été « complètement défaites » et « reformulées », notamment à la suite des discussions sur la nature du système politique (entre autonomie, fédéralisme, ou scission) et surtout du conflit entre Touaregs et Toubous, entre 2014 et 2016. Ainsi, une grande partie des tribus qui étaient historiquement proches des Touaregs s’est positionnée stratégiquement en faveur des Toubous, suivant la position du gouvernement de Tobrouk de l’époque (Badi, 2017). Il n’est néanmoins pas non plus possible de parler d’adhésion généralisée au camp de l’Ouest et au gouvernement d’union nationale de Fayez el-Sarraj qui a conservé une position plutôt « médiane » dans les tensions entre les deux communautés. En septembre 2016, il nomme brièvement le Touareg Moussa al-Konni, Président du Conseil présidentiel, s’appuyant sur son aura au sein de la communauté. Deux autres Touaregs, Fadhi Mansour Chafii et le Colonel Mohamed Lakreh, sont respectivement nommés ministre des Affaires sociales et adjoint au chef de la Garde présidentielle, portant ainsi la représentation de la communauté au sein du gouvernement à un niveau jamais égalé dans l’histoire du pays (Badi, 2017).

  • 34 Entretiens écerits avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari,mai-juillet 20 (...)

45Pour le mouvement La lil Tamyiz, ces nominations sont de simples « prises de position personnelles et individuelles »34 qui n’ont pas impliqué une dynamique plus large. Il en va de même pour les premiers ministres successifs qui ont été sensibilisés par des appels et des rencontres avec le mouvement, mais dont le soutien s’est avéré plus verbal qu’effectif et surtout lié à des échéances conjoncturelles. L’attention politique reste ainsi guidée par le positionnement face au rival de l’Est et de l’Ouest, qui agit également comme un facteur potentiel de dissension au sein du Sud.

46Par ailleurs, les affiliations politiques dans la région sont d’autant plus difficiles à définir que les milices touarègues sont elles-mêmes divisées entre Fajr Libya (à l’Ouest) et Al Karama (à l’Est). Les anciens soldats touaregs de l’armée nationale et les Maghawir tendent à être proches du gouvernement de Tripoli tandis qu’à partir de 2017, un nombre croissant de milices décident de s’affilier progressivement à la LNA du Général Haftar. Ce mouvement s’est d’abord produit de façon dissimulée car vu comme un moyen pour certains officiers locaux, d’Oubari notamment, d’obtenir un second salaire, en plus de celui reçu de Tripoli.

47C’est à partir de 2019 que la progression de l’influence d’Haftar se fait plus forte, en particulier autour de Sabha puis d’Oubari. Le mécontentement des populations face à l’augmentation de l’insécurité et du désintérêt des autorités de Tripoli leur fait penser que l’avancée du général peut être gage d’amélioration. La loyauté des groupes armés est alors moins obtenue par la confrontation que par les incitations financières et le pari d’Haftar de s’emparer de Tripoli dans un futur proche. En dépit de l’échec de son siège, son influence au Sud reste d’ailleurs prédominante (Lacher, 2020 ; 2021).

  • 35 Entretien avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai-juillet 2022.

48Au sein de cette mosaïque politico-militaire, qui se double au niveau des Touaregs de quatre conseils sociaux qui les représentent désormais en Libye, le mouvement doit gérer en interne les possibles sollicitations politiques extérieures qui « tentent de temps en temps de l’influencer pour l'orienter en faveur de certains partis ». Or celui-ci « est très soucieux de ne pas politiser son cas, car cela signifierait sa fin ».35 En effet, les promesses répétées des figures politiques du Nord du pays ont créé une grande confusion sur le meilleur choix à faire pour espérer une autorité stable, en mesure de relancer les procédures de naturalisation. Le mouvement joue donc sa crédibilité par le maintien d’une neutralité, toujours précaire.

Une communauté touarègue en compétition pour sa représentation et sa visibilité politique

  • 36 Entretiens téléphoniques avec un membre fondateur de La lil tamyiz, d’origine malienne et actif au (...)

49La communauté doit elle-même gérer des décalages de visions et déséquilibres de pouvoir entre les Touaregs d’origine libyenne et ceux d’origine sahélienne. Si ces différences n’ont pas donné lieu à des confrontations ouvertes, contrairement à ce qui a pu être observé dans les communautés touarègues au Nord du Mali, celles-ci ont néanmoins généré certaines crispations et idées reçues. Ainsi, l’entente mutuelle n’est pas intuitive ou constitutive de leur seule identité partagée. Un nombre important des jeunes d’origine sahélienne interrogés évoquent une « différence de mentalités » entre Touaregs libyens et sahéliens, liée à leur rapport à l’autorité politique, jugé « plus libre » chez les Sahéliens, et par certains jugements de valeurs. Ainsi, les « retournés » ou ceux qui sont nés ou qui ont vécu dans le désert, ont pu se sentir considérés comme des « Touaregs de deuxième degré, ou troisième degré, ou qui n’ont rien compris » par les « Touaregs des villes » (c’est à dire libyens).36

50Ces représentations individuelles semblent néanmoins avoir été quelque peu contrebalancées depuis 2011 et l’évolution du contexte au Sud. Le fossé de pouvoir entre les deux communautés sur le terrain semble s’être réduit du fait de la montée en puissance armée des Touaregs sahéliens. Leur rôle comme protecteurs de la communauté dans son ensemble et comme détenteurs d’un armement important, dans un contexte marqué par l’absence de l’État, en fait des interlocuteurs ou du moins des intermédiaires inévitables sur la scène locale et régionale. Les Touaregs libyens Imanghassaten intégrèrent ainsi à partir de 2011 des combattants sahéliens pour consolider leur engagement contre le régime (Badi, 2017). Néanmoins, le jeu politique reste cantonné à ceux qui possèdent le livret de famille, illustrant le maintien de la concentration de la représentation entre les mains d’acteurs communautaires qui bénéficient déjà de privilèges politiques et sociaux - à l’instar des conseils tribaux ou des conseils des anciens.

51Dans ce contexte, les relations de La lil tamyiz sont bonnes avec les autorités locales, notamment les municipalités d’Oubari et de Sebha, mais leur soutien reste plus informatif que formel. Ces échanges ne donnent lieu qu’à des « partenariats » ponctuels, comme cela a été le cas pour l’organisation en janvier 2021 d’une conférence culturelle sur le thème des « problèmes d’identité et de citoyenneté libyennes » à la maison de la culture de la ville d’Al Zawiya en coopération avec le conseil municipal.

52Le mouvement se heurte au manque de diversité dans la représentation politique de la communauté. L’accès aux fonctions municipales étant conditionnée par la possession d’un numéro national, les Touaregs d’origine sahélienne y sont peu nombreux. Les échanges avec les autorités politiques s’inscrivent donc dans un cadre marqué par une compétition possible entre les différents groupes libyens et sahéliens de la communauté touarègue :

  • 37 Entretien téléphonique avec un ancien combattant du MNJ, impliqué dans les négociations de paix pou (...)

« Quand ils ont des papiers, ils ont un réseau en politique donc si tout le monde a des droits, peut-être qu’ils ne vont pas trouver cette possibilité-là.  (Les Touaregs libyens voient les autres) comme s’ils allaient leur prendre ce qu’ils ont, peut-être qu’ils vont trouver les droits qu’on veut et qu’ils vont les chasser, leur prendre leur poste. C’est le contraire, nous sommes leurs frères, nous ne voulons pas leur faire mal, nous voulons vivre comme tous les Libyens parce que nous aussi on a duré, on est morts pour ce pays. » 37

53Le mouvement a donc un rôle de lien à jouer entre les différents acteurs politiques, les figures sahéliennes et les représentants communautaires afin d’harmoniser la représentation globale de la communauté dans un contexte hiérarchique encore marqué. Son rôle est également délicat dans ses interactions avec les autres acteurs dominants du Sud que sont les groupes armés. Si beaucoup de leurs membres sont directement concernés par l’absence de papiers, ce sont bien eux qui contrôlent l’espace public et définissent les rapports de force, utilisant la violence comme levier d’action politique. Ils sont d’ailleurs notamment déployés autour des villes et des installations pétrolières (Lacher, 2014). La relation de La lil tamyiz avec les groupes armés oscille ainsi entre liens familiaux, communauté de lutte évidente et réticence et critiques sur leurs capacités d’attraction et de mise en danger des jeunes pouvant rejoindre leurs rangs au détriment de ceux du mouvement.

« En Libye, si tu veux que ta voix soit entendue, si tu veux avoir de l’influence, tu dois être violent, tu dois créer de la destruction »38

  • 38 Entretien téléphonique avec un dirigeant d’ONG pour le Sud libyen, Sebha, juillet 2022.
  • 39 Entretien avec un représentant de la jeunesse touarègue impliqué dans les négociations de paix pour (...)

54Les relations entre La lil tamyiz et les groupes armés touaregs se sont d’abord inscrites dans la perspective du bon déroulé de la mobilisation. Leurs interactions ne se sont faites qu’autour de considérations logistiques et de sécurité pour les manifestants. Sans exprimer un soutien politique direct, les militaires touaregs ont ainsi prêté des véhicules tandis que les milices locales sont toujours averties des rassemblements, comme c’est le cas à Oubari. Ces liens sont expliqués comme dérivant du principe de réalité au regard de la dangerosité potentielle du terrain et des interactions quotidiennes inévitables avec ces différents types d’acteurs. Par ailleurs, les militants du mouvement soulignent que les interactions les plus fréquentes se font avec les anciens membres des forces armées et de police qui agissent en tant que « gradés », que « militaires connus par les gouvernements » et ne sont donc pas des « miliciens ».39

  • 40 Entretiens téléphoniques avec une militante du mouvement, Oubari-Tripoli, mars 2020, juillet 2022.

55En dépit de ces interactions et du soutien des jeunes de la région, La lil tamyiz subit la concurrence des groupes armés. Selon l’aveu des militants et militantes, les jeunes qui subissent des discriminations ont la tentation permanente, dès l’adolescence, de rejoindre ces groupes parfois perçus comme plus à même de faire entendre leurs revendications et qui sont surtout capables de fournir un salaire et une place sociale.40

  • 41 Entretiens téléphoniques avec une militante du mouvement, Oubari-Tripoli, mars 2020, juillet 2022.
  • 42 Entretien avec un représentant de la jeunesse touarègue impliqué dans les négociations de paix pour (...)

56En effet, dans ces groupes armés, qui ne regroupent pas que des Touaregs, le salaire peut atteindre jusqu’à 1500 dinars (environ 300 euros), selon une militante du mouvement.41 Ainsi, le Sud est marquée comme dans le reste du pays par l’enchevêtrement des offres de violence : « La milice qui te plaît tu t’inscris dedans. Il y en a un grand nombre (de Touaregs) chez Haftar mais tu trouves aussi d’autres qui préfèrent Tripoli. »42

57Cette diversité n’empêche pas pour autant une permanence des liens communautaires. Les appartenances antagonistes dans une même famille sont expliquées par la primauté des intérêts individuels: « Aujourd’hui, toutes les tribus connaissent très bien la division entre les milices, l’armée… mais même s’il y a une partie qui suit Haftar, ou une qui suit l’armée en fin de compte vous êtes de la tribu. A l’intérieur de la tribu, c’est la même chose même si chacun suit son intérêt ».

58Le mouvement doit donc composer avec la primauté accordée aux intérêts personnels dans un contexte économique dégradé qui pousse à la prise d’armes au sein des milices ou des groupes trafiquants. L’économie informelle est bien un aspect constitutif de l’économie du Sud et les « acteurs de sécurité », dans leur ensemble, sont « inextricablement complices de ce commerce », au point que « s’ils décident de le combattre, ils souffrent de manques d’équipements, de personnels et de paie » (Wehrey, 2017). C’est d’ailleurs la tentative du comité de sécurité d’Oubari de stopper le marché noir de carburant de la zone qui a été un des déclencheurs majeurs des combats entre Touaregs et Toubous entre 2014 et 2016 (Murray, 2017).

59D’ailleurs, cette situation continue, malgré la signature de la paix signée, non seulement d’influencer les rapports quotidiens entre communautés mais aussi les capacités de mobilisation communes entre les mouvements de défense des droits des Toubous et La lil Tamyiz.

Des liens à consolider avec les autres mouvements de défense des droits

60La lil tamyiz fait écho au mouvement mené par la communauté touboue pour accéder à la régularisation de leur statut. Entre 3000 et 9000 familles touboues sont également en attente de nationalité (Polimeno, 2021). De plus, bien que possesseurs du « numéro national », leur naturalisation reste contestée par certaines franges de la société libyenne et de l’administration. Ils sont d’ailleurs exposés à un important racisme qui amplifie le discours sur leur caractère « étranger » en Libye, en dépit des réalités historiques. La situation est encore plus particulière pour les Toubous qui résident ou qui sont originaires de la bande d’Aouzou, à la frontière tchadienne. S’ils avaient obtenu les papiers libyens, ceux-ci furent révoqués en 1996 puis leur nationalité accordée de nouveau en 2006. En 2012, 1000 d’entre eux n’ont pourtant pas été autorisés à voter aux élections générales, après qu’un tribunal de district a rejeté leur qualité de « citoyens libyens » (Polimeno, 2021).

  • 43 Entretien avec un ancien combattant du MNJ impliqué dans les négociations de paix pour Oubari (2014 (...)

61Des actions conjointes ont ainsi été menées par des militants touaregs et toubous pour réclamer leurs droits et des sit-ins à Tripoli ont été organisés. Des leaders touaregs et toubous ont publié une déclaration commune évoquant l’autonomie pour le Sud (Wehrey, 2017). Cependant, les affrontements très violents d’Oubari ainsi que les rivalités pour les routes du commerce informel n’ont pas permis à cette collaboration politique temporaire d’aller plus loin. Si un dialogue est aujourd’hui en place entre les deux communautés, les « contacts restent prudents »43 .

  • 44 Entretiens écrits avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai-juillet 20 (...)

62Plus largement, des échanges ont également été établis avec les tribus des Awlad Suleiman, des Hasawna et des Mahamid dont certains éléments restent eux aussi dépendants du numéro administratif. Des militants appartenant à ces communautés se sont rendus à des manifestations organisées par le mouvement à Sebha44, sans pour autant que cela ne débouche sur une action concrète concertée. Les relations se cantonnent donc à la solidarité sans actions communes.

  • 45 Entretiens téléphoniques avec une militante du mouvement, Oubari-Tripoli, mars 2020, juillet 2022.
  • 46 Libya observer, “Tuaregs discuss citizenship crisis with the UN official”, 01/11/2021; Ibid., “Amaz (...)

63Enfin, La lil tamyiz revendique ses liens avec le mouvement amazigh des autres régions en Libye et avec l’Organisation de la Diaspora Touarègue d’Europe (ODTE) auquel appartiennent également certains membres du mouvement qui résident dans cette zone. 45En dehors de la solidarité exprimée et des campagnes de sensibilisation et de communication, les impacts politiques concrets en Libye demeurent minces. Cette tendance s’est également dégagée des discussions avec les différents émissaires spéciaux de l’ONU pour la Libye.46

Conclusion

  • 47 Entretien téléphonique avec un ancien combattant du MNJ, impliqué dans les négociations de paix pou (...)
  • 48 Entretiens écrits avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai-juillet 20 (...)

64Si La lil tamyiz a pu acquérir une certaine reconnaissance, notamment grâce à son engagement civil et pacifique, son influence reste pourtant limitée par plusieurs facteurs. Les organisateurs comme les participants « n’ont pas toujours les moyens de continuer car ils sont pauvres, c’est la population. »47. Il est, par exemple, parfois difficile d’assurer dans la continuité le déplacement des gens, ainsi que de bonnes conditions de rassemblement. Ces manques dérivent également des évolutions locales récentes au Sud. La crise du Covid 19 et les mesures de quarantaine ont empêché les manifestations et ralentit le travail du mouvement, notamment la communication et la coordination entre les différentes antennes régionales. Les déplacements ont aussi été rendus difficiles par le prix paradoxalement élevé du carburant dans la région.48 Enfin, le mouvement a dû répondre à certaines injonctions sociales qui condamnent par exemple la participation des femmes aux rassemblements, alors même que ces dernières représentent une part non négligeable des participants.

  • 49 Entretien téléphonique avec un dirigeant d’ONG pour le Sud libyen, Sebha, juillet 2022.

65Les membres du mouvement continuent d’être les héritières et héritiers des références identitaires de leurs parents, auxquelles s’entremêlent leur expérience quotidienne de la réalité libyenne. Si leur objectif de faire connaître la situation des « Touaregs discriminés » semble avoir atteint les autres communautés du Sud comme les autorités politiques du Nord, leur voix peine à percer à travers les dissonances et les rivalités qui monopolisent l’expression publique en Libye et l’usage de la force qui s’y impose. Les revendications ne peuvent donc actuellement que se heurter à l’existence de deux autorités nationales qui ne sont pas en mesure d’engager une réforme aussi profonde tant des droits à la nationalité et à la citoyenneté que de la représentation politique au sein du pays. Le mouvement, comme beaucoup des citoyens et non-citoyens du Sud, reste donc cloisonné à une position d’observateur entre l’Est et l’Ouest et leurs soutiens internationaux s’évertuant « à garder un œil ouvert pour ne pas rater le train ».49

Haut de page

Bibliographie

Ag Maha Issouf, 2006, Touareg du XXIème siècle, Brinon-sur-Sauldre, Grandvaux.

Ahmida Ali Abdullatif, 2009, The Making of Modern Libya, State University of New York Press.

Al-Shadeedi Al-Hamzeh, Ezzedine Nancy, “Libyan tribes in the shadows of war and peace”, CRU Policy Brief. The Hague : Clingendael Institute.

Badi Dida, 2010, «Les relations des Touaregs aux États : Le cas de l’Algérie et de la Libye », Note de l’IFRI.

Badi Dida, 2015, « Les Touaregs du Tassili N’Ajjer. Pour une lecture renouvelée de la structure sociopolitique touaregue », NAQD, vol. 32, no. 1.

Badi Dida, 2017, “ Les Touaregs et le conflit en Libye », Dynamiques internationales, n°12.

Boilley Pierre, 1994, Les Kel Adagh. Un siècle de dépendances, de la prise de Tombouctou (1893) au pacte national (1992). Étude des évolutions politiques, sociales et économiques d’une population touarègue (Soudan français, République du Mali), Thèse de Doctorat en Histoire, Paris : Université Paris I Diderot – Paris VII.

Burgat François, Laronde André, 2003, La Libye, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? ».

Cherif Nedra, 2021, « Libya’s constitution: between conflict and compromise”, European University Institute.

Klute Georg, 2011, “From Friends to Enemies: Negotiating nationalism, tribal identities, and kinship in the fratricidal war of the Malian Tuareg”, L’Année du Maghreb, n°7.

Kohl Ines, 2010, “Modern nomads, vagabonds, or cosmopolitans? Reflections on contemporary Tuareg society” Journal of Anthropological Research.

Lacher Wolfram, 2014, “Libya’s Fractious South and Regional Instability. Security Assessment in North Africa”, Small Arms Survey, Dispatch n°3.

Lacher Wolfram, 2020, “ The Great Carve-up – Libya’s Internationalised Conflicts after Tripoli”, SWP Comment, n° 25.

Lacher Wolfram, 2021, “Social cleavages and Armed Group Consolidation: The Case of Khalifa Hadtar’s Libyan Arab Armed Forces”, Studies in Conflict and Terrorism, Taylor and Francis.

Lecocq Baz, 2010, Disputed desert: decolonisation, competing nationalisms and Tuareg rebellions in Northern Mali. Boston, Brill, 433 p.

Murray Rebecca, 2017, Southern Libya Destabilized, The Case of Ubari. Small Arms Survey, Briefing paper.

Perrin Delphine, 2014, “Tuareg and Citizenship: ‘The Last Camp of Nomadism’”, Middle East Law and Governance, Brill: Migration, Mobility and Citizenship, 6 (3), p. 296-326.

Polimeno Maria Gloria, 2021, “Report on Citizenship Law: Libya”, European University Institute, Country Report.

Ronen Yehudit, 2013, “Libya, the Tuareg and Mali on the eve of the ‘Arab spring’ and in its aftermath: an anatomy of changed relations”, The Journal of North African Studies, 18:4.

Stocker Valerie, 2019, “Citizenship on hold: Undetermined legal status and implications for Libya’s peace process”, European Institute of Peace, Policy Paper.

Vallee Olivier, 2012, « Kadhafi : le dernier roi d’Afrique », Politique africaine, n° 125.

Wehrey Frederic, 2017, “Insecurity and governance challenges in Southern Libya”, Carnegie Endowment for International Peace.

Haut de page

Notes

1 Entretien ancien combattant du MNJ, représentant de de la jeunesse touarègue impliqué dans les négociations de paix pour Oubari (2014-2016), membre du mouvement La Lil Tamyiz, échanges téléphoniques, Oubari, juillet 2022.

2 Arrêt du 6 avril 1955 de la Cour internationale de justice.

3 Encyclopédie en ligne Larousse, entrée « citoyenneté ».

4 Arrêt du 6 avril 1955 de la Cour internationale de justice.

5 Entretien téléphonique avec un membre fondateur de La lil tamyiz, d’origine malienne et actif au sein de la diaspora, échanges téléphoniques, France, Aout 2022.

6 Entretiens écrits avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai-juillet 2022.

7 Idem.

8 Idem.

9 Mouvement La lil tamyiz, 25 octobre 2020, Communiqué sur Facebook.

10 Entretiens téléphoniques avec un représentant de la jeunesse touarègue impliqué dans les négociations de paix entre communauté touarègue et touboue pour Oubari (2014-2016), non membre de La lil tamyiz, Tunis-Oubari, mars 2020 et juin-juillet 2022.

11 Entretien téléphonique avec un ancien combattant du MNJ, impliqué dans les négociations de paix pour Oubari (2014-2016), membre du mouvement La lil tamyiz,échanges téléphoniques, Oubari, juillet 2022.

12 Entretien téléphonique avec un membre fondateur de La lil tamyiz, d’origine malienne et actif au sein de la diaspora, échanges téléphoniques, France, Aout 2022.

13 Entretien téléphonique avec un membre fondateur de La lil tamyiz, d’origine malienne et actif au sein de la diaspora, échanges téléphoniques, France, août 2022.

14 Discours prononcé le 24 octobre 1980 à Oubari. Entretiens écrits avec membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai-juillet 2022.

15 Entretien téléphonique avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, d’origine malienne et actif au sein de la diaspora, France, août 2022.

16 Entretien écrit avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai à juillet 2022.

17 Entretien écrit avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai à juillet 2022 et entretien téléphonique avec un ancien combattant du MNJ impliqué dans les négociations de paix pour Oubari (2014-2016), membre de La lil tamyiz, Oubari, juillet 2022.

18 Entretien écrit avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai à juillet 2022.

19 La mention de l’arabité du mouvement provoque une première dissension entre Tripoli et les Touaregs impliqués, d’autant plus que la tête du mouvement est majoritairement composée d’Arabes nigériens et non de Touaregs sahéliens (Lecocq, 2010). Le nom témoigne de la volonté libyenne d’œuvre pour l’unité tout en tentant d’utiliser une nouvelle légitimité à travers son action en Afrique sub-saharienne.

20

21 Entretien avec un ancien rebelle des années 1990, secrétaire-général adjoint du Front de Libération Temoust, Agadez, février 2016.

22 Entretien avec un ancien combattant du Mouvement des Nigériens pour la Justice, Niamey, janvier 2016.

23 Entretien avec un ancien rebelle des années 1990, secrétaire-général adjoint du Front de Libération Temoust, Agadez, février 2016.

24 Entretien téléphonique avec un ancien combattant du MNJ, impliqué dans les négociations de paix pour Oubari (2014-2016), membre de La Lil Tamyiz, Oubari, juillet 2022.

25 Entretien téléphonique avec un membre fondateur de La lil tamyiz, d’origine malienne et actif au sein de la diaspora, France, août 2022.

26 Entretiens écrits avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai-juillet 2022.

27 Entretien téléphonique avec un représentant de la jeunesse touarègue impliqué dans les négociations de paix entre communauté touarègue et touboue pour Oubari (2014-2016), non membre de La lil tamyiz, Tunis-Oubari,mars 2020, juin-juillet 2022 ; entretien avec un ancien président du MNJ, Niamey, mars 2016 ; RFI, « Inquiétude des pays voisins sur l’avenir des Touaregs de l’armée libyenne », 03/03/2011(https://www.rfi.fr/fr/afrique/20110303-inquietude-pays-voisins-avenir-touaregs-armee-libyenne)

28 Entretien téléphonique avec un représentant de la jeunesse touarègue impliqué dans les négociations de paix entre communauté touarègue et touboue pour Oubari (2014-2016), non membre de La lil tamyiz, Tunis-Oubari,mars 2020, juin-juillet 2022.

29 Entretien téléphonique avec un dirigeant d’ONG pour le Sud libyen, Sebha, juillet 2022.

30 Libya Herald, 2014, “Sharara protestors reject government promise, blockade continues”, 06/03/2014.

31 Entretiens écrits avec membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai-juillet 2022.

32 Idem.

33 Entretien téléphonique avec un représentant de la jeunesse touarègue impliqué dans les négociations de paix pour Oubari (2014-2016), non membre de La lil tamyiz, Oubari-Tunis, mars 2020, juin-juillet 2022.

34 Entretiens écerits avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari,mai-juillet 2022.

35 Entretien avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai-juillet 2022.

36 Entretiens téléphoniques avec un membre fondateur de La lil tamyiz, d’origine malienne et actif au sein de la diaspora, France, août 2022.

37 Entretien téléphonique avec un ancien combattant du MNJ, impliqué dans les négociations de paix pour Oubari (2014-2016), membre de La lil tamyiz, Oubari, juillet 2022.

38 Entretien téléphonique avec un dirigeant d’ONG pour le Sud libyen, Sebha, juillet 2022.

39 Entretien avec un représentant de la jeunesse touarègue impliqué dans les négociations de paix pour Oubari (2014-2016), non membre de La lil tamyiz, Oubari-Tunis, mars 2020, juin-juillet 2022.

Entretien téléphonique avec un ancien combattant du MNJ, impliqué dans les négociations de paix pour Oubari (2014-2016), membre de La lil tamyiz, Oubari, juillet 2022.

40 Entretiens téléphoniques avec une militante du mouvement, Oubari-Tripoli, mars 2020, juillet 2022.

41 Entretiens téléphoniques avec une militante du mouvement, Oubari-Tripoli, mars 2020, juillet 2022.

42 Entretien avec un représentant de la jeunesse touarègue impliqué dans les négociations de paix pour Oubari (2014-2016), non membre de La lil tamyiz, Oubari-Tunis, mars 2020, juin-juillet 2022.

43 Entretien avec un ancien combattant du MNJ impliqué dans les négociations de paix pour Oubari (2014-2016), membre de La lil tamyiz, Oubari, juillet 2022.

44 Entretiens écrits avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai-juillet 2022.

45 Entretiens téléphoniques avec une militante du mouvement, Oubari-Tripoli, mars 2020, juillet 2022.

46 Libya observer, “Tuaregs discuss citizenship crisis with the UN official”, 01/11/2021; Ibid., “Amazigh and Tuareg people propose solution to country’s crisis”, 09/01/2022.

47 Entretien téléphonique avec un ancien combattant du MNJ, impliqué dans les négociations de paix pour Oubari (2014-2016), membre de La lil tamyiz, Oubari, juillet 2022.

48 Entretiens écrits avec un membre fondateur et représentant de La lil tamyiz, Oubari, mai-juillet 2022.

49 Entretien téléphonique avec un dirigeant d’ONG pour le Sud libyen, Sebha, juillet 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Poupart, « Être touareg dans le Sud libyen en transition: une citoyenneté encore inachevée »L’Année du Maghreb, 28 | 2022, 59-81.

Référence électronique

Pauline Poupart, « Être touareg dans le Sud libyen en transition: une citoyenneté encore inachevée »L’Année du Maghreb [En ligne], 28 | 2022, vol. 2, mis en ligne le 15 janvier 2023, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/11244 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.11244

Haut de page

Auteur

Pauline Poupart

Docteure en Science politique-Relations internationales (CERI, Paris). Chercheuse Sahel au sein du Programme Sahel-Afrique de l’Ouest du Stockholm International Peace-Research Institute (SIPRI)

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search