Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Chroniques politiquesTunisieChronologie Tunisie 2021

Entrées d'index

Mots-clés :

Tunisie, Chronologie, 2021

Géographie :

Tunisie
Haut de page

Texte intégral

15 janvier : le chef du gouvernement Hichem Mechichi limoge le ministre de l’Intérieur Taoufik Charfeddine, un proche du président de la République.

215 janvier et les jours suivants : des jeunes des quartiers populaires de Tunis et d’autres centres urbains du pays affrontent les forces de sécurité. Des centaines de manifestants sont arrêtés.

325 janvier : réunion du Conseil national de sécurité. Le président de la République, Kais Saïed y dénonce le remaniement ministériel décidé par le chef du gouvernement et la coalition parlementaire qui le soutient. Il annonce qu’il refusera que les nouveaux ministres prêtent serment devant lui.

426 janvier : les onze nouveaux ministres choisis par le chef du gouvernement et sa coalition parlementaire obtiennent la confiance du Parlement.

56 février : plusieurs milliers de manifestants commémorent à Tunis le 8e anniversaire du meurtre de l’avocat d’extrême gauche, Chokri Belaïd, attribué à des islamistes violents. Ils s’en prennent notamment au Mouvement Ennahdha, dirigé par Rached Ghannouchi, président du Parlement. Ils protestent également contre les violences policières, à la suite de la répression des émeutes de janvier et revendiquent la libération de toutes les personnes arrêtées.

627 février : le Mouvement Ennahdha organise une manifestation de plusieurs milliers de militants et sympathisants du parti pour dénoncer l’attitude de Kais Saïed qui refuse que les nouveaux ministres prêtent serment devant lui.

725 mars : les amendements au projet de loi organique relative à la création de la Cour constitutionnelle sont adoptés par une majorité de 111 parlementaires sur 117 présents.

83 avril : Kais Saïed informe le président de Parlement qu’il renvoie le projet de loi relatif à la Cour constitutionnelle à l’ARP pour une seconde lecture.

918 avril : à l’occasion de la célébration du 65e anniversaire de la création des forces de sécurité intérieure, Kais Saïed se proclame « chef suprême de ‘toutes’ les forces armées » et non pas de la seule armée.

102 juin : en raison de l’absence de la majorité requise, l’Instance provisoire de contrôle de constitutionnalité des projets de lois refuse de se prononcer sur la constitutionnalité du projet de loi organique relatif à la création de la Cour constitutionnelle et renvoie le texte au président de la République qui refuse de le promulguer.

1125 juillet : à la suite d’une journée de manifestation dans le pays, en s’appuyant sur l’article 80 de la constitution qui prévoit qu’en cas de « péril imminent », le président de la République « peut prendre les mesures qu’impose l’état d’exception », Kaïs Saïed annonce le gel des travaux du Parlement pour trente jours, la levée de l’immunité parlementaire des députés, ainsi que la destitution du chef du gouvernement.

1230 juillet : le député Yassine Ayari qui a dénoncé un « coup d’État militaire » du président Kais Saïed, est arrêté. Privé de son immunité parlementaire, il tombe sous le coup d’un jugement du tribunal militaire de décembre 2018 le condamnant à deux mois de prison pour des « propos calomnieux » tenus envers l’armée.

1320 août : le gouverneur de Tunis, en exécution de la décision du ministre chargé du ministère de l’Intérieur, accompagné des forces de l’ordre, au nom de la protection de l’ordre public et de la sécurité de la nation, supervise la fermeture des sièges de l’Instance nationale de lutte contre la corruption. L’ensemble des dossiers déposés à l’Instance est placé sous « la protection et le contrôle du ministère de l’Intérieur ».

1423 août : le président Kaïs Saïed annonce la prolongation de l’état d’exception « jusqu’à nouvel ordre ».

1522 septembre : publication du décret présidentiel n° 117 relatif aux mesures exceptionnelles. Le texte attribue au président de la République l’ensemble des pouvoirs législatif et exécutif qu’il exerce par voie de décrets et de décrets lois. Il nomme et révoque son Premier ministre, ainsi que le gouvernement qui est « responsable de ses actes devant le seul président de la République ». Le chef de l’État préside le conseil des ministres, définit la politique générale du gouvernement et peut soumettre à référendum tout projet de décret-loi à n’importe quel propos. Le décret présidentiel n° 117 prévoit dans son article 22 que le président de la République élabore les projets des révisions relatives aux réformes politiques.

1629 septembre : le chef de l’État confie à l’universitaire Najla Bouden le soin de former un gouvernement. Elle est la première femme à accéder au poste de Premier ministre dans l’histoire de la Tunisie indépendante.

1711 octobre : Najla Bouden présente son gouvernement composé principalement de technocrates. Le président Kaïs Saïed y a placé ses plus proches partisans à la direction des ministères clés (Intérieur, Défense, Affaires étrangères, Justice et Affaires sociales).

182 décembre : le président Saïed modifie la date de la commémoration de la « révolution tunisienne » en remplaçant le 14 janvier, jour de la chute du régime de Ben Ali en 2011, par le 17 décembre, jour anniversaire de l’immolation du vendeur à la sauvette, Mohamed Tarek Bouazizi, à Sidi Bouzid en 2010.

1913 décembre 2021 : Kais Saïed annonce une feuille de route dont le contenu n’a rien à voir avec celui revendiqué par les partis politiques de l’opposition. Le président choisit trois dates anniversaires relatives à l’histoire de la Tunisie pour fixer les trois étapes devant conduire à l’adoption d’une nouvelle Constitution et à la tenue d’élections législatives : le 20 mars 2022, jour anniversaire de l’indépendance de la Tunisie, seront annoncés les résultats d’une « consultation nationale populaire » au sujet de la réforme de la Constitution et des institutions, le 25 juillet, jour anniversaire de la proclamation de la République et de l’annonce de l’état d’exception, se déroulera le référendum sur la nouvelle constitution, puis le 17 décembre, nouvelle date anniversaire de la révolution fixée par le président de la République se dérouleront des élections législatives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Gobe, « Chronologie Tunisie 2021 »L’Année du Maghreb, 28 | 2022, 258-260.

Référence électronique

Eric Gobe, « Chronologie Tunisie 2021 »L’Année du Maghreb [En ligne], 28 | 2022, vol. 2, mis en ligne le 10 janvier 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/11526 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.11526

Haut de page

Auteur

Eric Gobe

Politiste, directeur de recherche au CNRS, IREMAM, UMR7310, Aix Marseille Univ, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search