Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Varia et travaux en coursConstruire des ressources relatio...

Varia et travaux en cours

Construire des ressources relationnelles pour franchir des frontières multiples : Trajectoires de jeunes Tunisiens

Building relational resources to cross multiple borders: Trajectories of young Tunisians
بناء موارد علائقية لعبور حدود متعددة : مسارات الشباب التونسي
Hasnia-Sonia Missaoui
p. 203-220

Résumés

Cet article restitue les résultats d’une enquête réalisée entre 2014 et 2016 auprès de jeunes adultes originaires de la région frontalière tuniso-algérienne du Kef. Nous avons collecté plusieurs trajectoires sociales de « diplômés-chômeurs » quelques années après le renversement du régime du président Zine el-Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011 afin de comprendre comment le bouillonnement d’expression démocratique porté par de puissants mouvements de mobilisations collectives liés à la fin de la dictature peut infléchir le quotidien d’une classe d’âge particulièrement médiatisée mais invisibilisée ou instrumentalisée par les pouvoirs publics. Ces trajectoires nous montrent d’abord le désenchantement d’un groupe d’âge aux contours flous qui est lié aux situations d’injustices socio-économiques qu’ils vivent au quotidien. Ces jeunes expriment un sentiment d’exclusion face aux nombreuses inégalités subies dans le cercle familial, confrontés à de nombreux conflits intergénérationnels autant qu’à la faible présence des pouvoirs publics. Ces revendications, peu audibles du pouvoir et des élites, expriment en effet une demande pour plus d’égalité sociale au quotidien, plus de liberté de circulation et, plus généralement, de reconnaissance de la part de l’État. Les injustices vécues quotidiennement par les jeunes « diplômés chômeurs » s’apparentent aussi à des formes de demande sociale. En somme, nous percevons un réel processus de construction identitaire des citoyens en formation et l’émergence d’une « critique sociale » visant à combattre l’immobilisme social et le désenchantement « post-révolutionnaire ». Dans ce contexte difficile, les mobilités sociale et géographique sont par conséquent pour les jeunes adultes des leviers nécessaires afin de prendre les initiatives qui leur semblent nécessaires pour pallier les manques qu’ils éprouvent du fait de leur origine sociale et géographique. Les jeunes « diplômés chômeurs » subissent à la fois de nombreuses formes de précarité qu’ils cumulent mais aussi des inégalités sociales et territoriales. Ils développent cependant de nombreux projets professionnels. Ceux-ci visent généralement à accéder au micro-entrepreneuriat, et/ou à un projet migratoire, que ces mobilités se réalisent ou qu’elles soient projetées, qu’elles soient à courte ou longue distance. Ils témoignent ainsi d'une forte détermination à combattre l’immobilisme social auquel ils se sentent assignés et, pour ce faire, ils multiplient les franchissements d’univers sociaux et territoriaux. Leurs initiatives sont parfois peu visibles de leurs entourages. Elles passent d’abord par la construction de ce qui leur manque le plus, c’est-à-dire des compétences relationnelles afin de créer des cercles de solidarité, d’amitié, d’entraide, de conseils professionnels, en Tunisie et parfois aussi à l’étranger. Ils combinent alors ces compétences à différentes formes de mobilités pour construire leur propre trajectoire et tenter d’échapper à l'assignation identitaire de citoyens en marge de la société. Afin de saisir les différents moments et lieux-clés qui participent à l’élaboration de leur devenir, nous avons mobilisé les outils usuels de la sociologie compréhensive (entretiens, récits de vie, observations) en menant des entretiens à Tunis et dans la région du Kef. Ces informations sont ensuite exploitées selon des méthodes relevant de l’analyse des relations sociales, notamment le protocole dit de « générateur de noms ». En procédant ainsi, il devient possible de mettre en lumière des trajectoires individuelles qui s’apparentent à des rencontres de circonstance, souvent aléatoires mais que les concernés savent saisir. Pour éphémères qu'ils soient, ces contacts sont en effet susceptibles de procurer des ressources essentielles pour l’accès à l’autonomie sociale de ceux qui les construisent. Ces liens qui peuvent demeurer ponctuels ou durer toute une vie, peuvent contrebalancer des aspirations « verticales » souvent déçues et le sentiment constant d’être au pied du mur. Ils peuvent parfois être de réels leviers d’ascension mais, plus généralement, alors que l’engagement collectif s’étiole quelques années après la chute de la dictature, ils redonnent un sentiment d’appartenance et peuvent constituer un antidote au désenchantement.

Haut de page

Texte intégral

1La région Nord-Ouest de la Tunisie, et notamment le gouvernorat du Kef, porte depuis des décennies le stigmate de la région « rurale » que les jeunes quittent. La ville et sa région se caractérisent en effet par une situation durable de mal-développement et de pauvreté (Attia, 1986) qui génère un flux continu d’émigration des jeunes, hommes et femmes, vers les grandes villes ou l’étranger.

2Selon l’Institut national de la statistique (INS), au dernier recensement général de la population, en 2014, la Tunisie compte près de 11 millions d’habitants. Depuis les années 1960, les disparités régionales de peuplement entre les régions littorales de Bizerte à Sfax et le reste du pays ne cessent de se creuser. La forte urbanisation de la capitale et des villes côtières contraste avec la stagnation ou la baisse de la population dans le reste du pays. C’est notamment le cas du Nord-Ouest qui voit sa population baisser de manière continue, passant, en valeur relative, de 22 % en 1936 à 11 % en 2014, et sa situation économique se détériorer de manière accrue depuis les années 2000 (INS, 2012).

3Le Nord-Ouest cumule en effet de nombreux handicaps en termes de développement. Les régions littorales, en offrant plus d’opportunités de travail, captent les populations de l’intérieur – particulièrement les plus jeunes – qui s’intègrent dans des activités souvent déqualifiées (femmes de ménage, travail dans le bâtiment, chauffeur de taxi, vendeurs de rue…). Yejri ‘al khobza, « la course au pain » (Meddeb, 2011) rythme leur quotidien et, au-delà de cette région, elle cantonne une large part de la population tunisienne au secteur informel, lequel contribuerait pour plus de la moitié du PIB national.

  • 2 Que l’on nomme généralement « knatria » (littéralement, les hors-la-loi) ou « hallabas » (qui « abr (...)

4L'argent gagné est une source de revenus de première importance qui complète les revenus des familles restées sur place, généralement les personnes âgées ou sans ressources réelles, vivant d’une agriculture et d’un élevage de subsistance et d’activités de contrebande de carburant d'Algérie et divers autres trafics frontaliers (Meddeb, op.cit.). Depuis une dizaine d’années, la proximité de la frontière rend en effet la zone parfois instable et nourrit la suspicion des résidents des régions littorales qui retiennent les images de l'insécurité liée au trafic de carburant en provenance d'Algérie et les tensions fréquentes entre les contrebandiers2 et les agents de sécurité qui en découlent ou bien la présence de maquis terroristes qui provoque une militarisation croissante de la région (International Crisis Group, 2013).

  • 3 Voir à ce propos le Cahier régional N°1 à N°7 Marché du travail tunisien en 2013, ONEQ, Mars 2015 ((...)

5En 2015, lorsque notre enquête débute, le taux de chômage moyen en Tunisie est de 15,3 % selon l’Enquête nationale sur la population et l’emploi. Il touche 27,4 % des 15-29 ans (en % de la population active) pour grimper à 32,6 % dans la classe d’âge des 20-29 ans, davantage dans les régions de l’intérieur (40 %) que dans les régions côtières (26,6 %)3. Cette situation n’est pas récente et s’explique par la combinaison de plusieurs problèmes structurels : inégalités régionales, disparités économiques (Bousnina, 2012), crise politique, faible diversification du marché du travail, massification de l’enseignement supérieur depuis les années 1980 (Mazzella, 2009). Depuis lors, des travaux sur l'insertion des diplômés en Tunisie (Ben Sedrine et Geisser, 1997) démontrent comment cette catégorie de citoyens, marginalisée par les pouvoirs politiques, a souvent aussi été invisibilisée (Hafaïedh, 2000). Nous avons alors orienté notre enquête de terrain auprès de populations de jeunes adultes, généralement diplômés du supérieur mais souvent sans activité vivant dans la région du Kef ou l’ayant quittée afin de s’installer à Tunis. Nous nous appuyons sur la définition que propose Choukri Hmed (2012) d’une « catégorie hétérogène mêlant tout à la fois des jeunes diplômés au chômage, des chômeurs sans diplôme ni qualification, des travailleurs précaires ou des temporaires sans statut (…) ». Cette définition a l’intérêt d’avoir été construite in situ, c’est-à-dire en prenant en compte le rôle central que la jeunesse a joué dans le renversement du régime benaliste en 2011. Pour autant, si la mobilisation collective a largement débordé des limites strictes de ce que serait le groupe des diplômés chômeurs, nos enquêtes interrogent plus directement des diplômés de l’enseignement supérieur à différents niveaux dont la trajectoire oscille sans cesse entre travail et chômage et entre réussites et échecs.

6Afin d’avancer dans cette voie, nous avons mené des entretiens (une vingtaine, de type ethnographique) et observations avec des jeunes keffis (15 hommes et 5 femmes), soit au Kef soit à Tunis car la plupart d’entre eux entretiennent des relations entre ces deux pôles de leur vie. Les quelques trajectoires que nous présentons dans ces lignes nous semblent particulièrement représentatives de l’ensemble des situations que nous avons rencontrées. Il s’agit de mettre en lumière en quoi les injustices vécues quotidiennement par les jeunes diplômés chômeurs s’apparentent à des formes de demande sociale. Nous pouvons en effet lire dans ces revendications peu audibles du pouvoir et des élites, une demande pour plus d’égalité sociale au quotidien, plus de liberté de circulation et, plus généralement, de reconnaissance de la part de l’État. En somme, nous percevons un réel processus de construction identitaire des citoyens en formation et l’émergence d’une « critique sociale » (Melliti et Moussa, 2018) visant à combattre l’immobilisme social et le désenchantement « post-révolutionnaire ».

7Notre propos s’organise autour de deux points. Les jeunes composent encore aujourd’hui avec le lourd héritage de la région du nord-ouest dont ils sont originaires. Ils expriment un « désenchantement » face à l’exclusion qu’ils subissent et aux nombreuses initiatives inabouties dont ils témoignent, malgré leur forte détermination à combattre l'immobilisme social dont ils se considèrent être des victimes. Pour ce faire, ce sera l’objet du deuxième point : ils multiplient les tentatives de franchissement de frontières qui sont à la fois des frontières sociales (d’une classe à l’autre, d’un monde social à l’autre) et des frontières géographiques (des campagnes vers les villes moyennes, de leur pays natal vers un autre). Ils font ainsi preuve d’initiatives, parfois peu ou pas visibles de leurs entourages, en développant des compétences relationnelles combinées à différentes formes de mobilités, pour construire leur propre trajectoire et échapper à l'assignation identitaire de citoyens en marge de la société.

Le « désenchantement », expression de l’exclusion et des initiatives inabouties

8Plusieurs constats ressortent que nous relatons ci-dessous en nous appuyant sur des extraits d’entretiens de quatre trajectoires qui nous semblent éclairantes, enrichis des analyses d’auteurs qui ont mené des enquêtes en Tunisie auprès de jeunes diplômés chômeurs.

9Les jeunes rencontrés ont tous exprimé un fort sentiment de souffrance, d’injustice sociale (Melliti et Moussa, 2018) et de violences institutionnelles (Lamloum et Catusse, 2021) qu’ils vivent quotidiennement et qu’ils cherchent à dépasser. Ils dénoncent un État perçu comme absent et immuable, responsable des inégalités sociales et territoriales et incapable de répondre à leurs aspirations au changement et à une ascension sociale. Ces inégalités sont vécues comme des exclusions insurmontables à plusieurs niveaux, que ce soit dans les sphères familiale (intergénérationnelle), professionnelle et/ou intime ; elles sont souvent le signe d'obstacles sociaux infranchissables. Ces jeunes renvoient alors à la fatalité de leur situation, celle de la « malchance d’être nés là où ils sont nés » et de ne pas avoir suffisamment de « réseaux » qui pourraient les aider à intégrer un métier, à migrer ou encore à constituer une famille.

Émergence d’un sourd sentiment d’injustice face aux inégalités vécues

10L’accumulation des échecs vécus et leur appartenance, en même temps que leur dépendance au milieu modeste au sein duquel ils évoluent, assignent les jeunes à une position sociale, celle d’une paupérisation souvent vécue comme une humiliation, presque comme une « honte sociale » qu’ils portent tant qu’ils n’accèdent pas à une activité rémunérée à la hauteur de leurs expériences et/ou de leurs diplômes. Ils sont citoyens sur leurs papiers mais toujours « mis à l'écart » des richesses dont seuls certains ont le privilège de bénéficier ; ils sont, en somme, des « exclus au cœur de la cité » (Ben Amor, 2015, p. 42).

11Ces jeunes se sentent méprisés par les administrations, les hiérarchies professionnelles et les politiques. Ils constatent que leurs diplômes ne valent pas ceux des jeunes des classes sociales auxquelles certains ont pu espérer appartenir, ni même ne leur permettent réellement d’améliorer leur situation quotidienne. Beaucoup connaissent en effet une grande précarité liée au manque de travail et, quand ils décrochent un emploi, les salaires perçus ne permettent pas d’être autonomes. Par conséquent, nombreux sont ceux qui préfèrent refuser des postes mal rémunérés que de vivre dans une situation d’humiliation sociale et de dépendance familiale.

  • 4 Tous les entretiens ont été menés avec des jeunes keffis entre 2014 et 2016, au Kef ou à Tunis et t (...)

[…] je te raconte mon expérience quand je travaillais à limprimerie. Jai commencé avec un salaire de 300 dinars puisque jétais débutante, jai dit OK, pas de problème... Mais à chaque fin de mois, je navais pas 300 dinars, javais 250 dinars (86 €). Quand arrive le 15 du mois, je demande toujours un acompte […]. Quest-ce quil me reste après ? Cet acompte jen ai besoin pour payer à manger, le loyer, le gaz, lélectricité, le transport... Quand je travaillais et que javais 250 dinars, ma mère maidait toujours. Donc, je préfère maintenant être au chômage au lieu de travailler avec un salaire qui ne peut pas me nourrir pour tout le mois, cest ça le problème. (Alyssa, 2016, Tunis4)

  • 5 La Troïka est une coalition gouvernementale de 2011 à 2014 qui rassemble alors trois partis politiq (...)

12La chute du régime benaliste en 2011 ouvre la possibilité d’un débat démocratique national mais les jeunes enquêtés dénoncent le manque de reconnaissance politique et expriment leur grande déception à l’égard de la période de la Troïka5 où le sentiment d'injustice a été exacerbé par l'impossibilité d'obtenir ce qu'ils souhaitaient après la Révolution, et où tout se faisait par « piston ». Le sentiment est encore aujourd'hui le même après presque 10 ans de transition démocratique.

Cest difficile aussi parce que je suis au parti politique extrême gauche. Ils mont classé à côté... Je connais quelquun, un voisin, il était étudiant et prisonnier pendant un an et demi. […] Il n’a pas terminé ses études mais parce qu’il est entré au parti politique islamiste, ils l’ont aidé. […] ensuite il a fait sa vie, il sest marié, il a eu des enfants, il est heureux, il a monté son propre projet... Il nétait ni pauvre, ni chômeur. Mais lorsquil a terminé sa 2e année, il a été recruté même s'il navait pas terminé ses études. (Haroun, 2015, Kef)

13Cet extrait nous dit combien le « clientélisme » a perduré après la Révolution, dans un contexte politique où le parti islamiste Ennahdha, proche des Frères musulmans, obtient le quart des votes. En effet, d’anciens étudiants libérés de prison après la Révolution ont bénéficié d’une vague d’embauche massive dans le secteur public pendant la Troïka (2011-2014), emplois auxquels les jeunes diplômés ne peuvent de ce fait plus prétendre. Pour autant, malgré ces inégalités vécues et ressenties, les jeunes rencontrés dans la région frontalière développent de nombreux projets professionnels de tout ordre. Cependant, ils sont souvent empêchés à cause du manque de liberté de circulation vers l’étranger (que ce soit vers l’Algérie, pays voisin, ou l’Europe). Leurs projets professionnels nombreux et hétéroclites, allant de l’accession à la fonction publique à la création d’une petite entreprise de services (touristiques, alimentaires, de maintenance informatique…) sont de ce fait souvent en stagnation par manque de moyens financiers et de réseaux d'appui, ce qui entraine des préparations de projets de migration qui parfois semblent être la conséquence logique d'une grande « frustration sociale » décriée. De nombreuses mesures de fermeture des frontières génèrent aussi une migration irrégulière à travers la Méditerranée :

  • 6 Après l’attaque terroriste d’un complexe hôtelier à Sousse (26 juin 2015), les autorités tunisienne (...)

On ne peut pas aller en Libye, on ne peut pas aller en Algérie quà partir dun certain âge, à partir de 30 ans… On nous a bloqué la frontière6. (Othmane, 2016, Kef)
Il ne nous reste que le travail privé. […] les migrations illégales sont les conséquences de tout ça… On a un échec de l’État, qui s’est poursuivi après l’arrivée de Béji Caïd Essebsi au pouvoir. (Taoufik, 2015, Kef)

Conflit social versus conflit générationnel

14Le conflit est tout autant intergénérationnel que de classe car les deux sont généralement liés. Il s’exprime d’abord entre les jeunes et leurs aînés car ces derniers ne transmettent qu'une façon de dire le monde, fondée sur le qu’en-dira-t-on et le regard porté par les autres (les membres de la famille, les voisins, les hommes…). Les aînés sont souvent déconnectés du quotidien des jeunes et tentent parfois d'imposer un autoritarisme domestique.

15Les jeunes, filles et garçons, composent avec de nombreuses contraintes qui les amènent à tenter de construire une identité différenciée de celle que leurs parents leur transmettent. Ils espèrent emprunter les voies d’une ascension sociale qui leur semble hors de portée dans les territoires où ils vivent et ainsi construire une identité distincte qui relève de logiques de production et d’invention plus que de logiques de reproduction. Les jeunes apprennent alors à construire leur vie en franchissant de nombreux obstacles, intra et extra-familiaux, en jonglant entre prise en charge des leurs et univers de débrouille professionnelle.

[…] Moi, je veux sortir, je veux partir et ne pas penser au mariage. La dernière fois, quand je suis rentrée, un homme a demandé ma main en mariage à ma mère. Je lui ai dit – non, non, non, maman, moi je veux partir, voyager, travailler…  Et elle me répond : « Ah, oui, cest ça ma fille !!! » avec ironie. Tu vois, si je dois me marier, je peux dire au revoir à toutes mes ambitions... (Alyssa, 2015, Kef).

16Les personnes rencontrées dans le cadre de cette enquête se qualifient toutes de « jeunes », comme si elles ne s’autorisaient pas le qualificatif – voire même le statut – « d’adulte » tant que les signes de réussite ne sont pas réunis pour assumer pleinement cette position. Cette période de « jeunesse » peut par conséquent durer longtemps puisque tant que l’on n’a pas de travail ni suffisamment d’argent pour construire sa propre famille et intégrer dans sa vie les codes d’une aisance sociale, on reste jeune. Les conséquences de cet état de fait procèdent d’une construction identitaire de la jeunesse sous tension par l'absence de reconnaissance, l’invisibilité des efforts fournis et la culpabilité de n'être pas encore « adulte ».

17Les jeunes garçons sont accusés d’être « des fainéants » qui, surtout depuis la Révolution, « veulent tout, tout de suite et ne rêvent que de migration comme si ailleurs c'était mieux » selon la génération de leurs aînés. Ces considérations sur l’impétuosité de la jeunesse sont banales mais renforcent la position de boucs-émissaires de jeunes coupables de tous les maux que subit la société, quitte à occulter l’âpreté de leur quotidien. La transmission n'est parfois plus possible ; elle est inversée ou tout simplement rompue par manque de communication entre parents et enfants ou entre jeunes et tous les adultes environnants : les profs, les proviseurs, les voisins, les membres de la famille, les responsables des dispositifs, les adultes qui ont réussi…

Il manque de la culture ici pour ne pas migrer et pour ne pas s'engager dans le terrorisme. Il y a un taux élevé de « suicides » à cause de la pauvreté… De 12 à 18 ans les jeunes tombent à cause de la pauvreté, à cause du manque de discussion dans la famille... Il n’y a pas de dialogue familial interne ici... […] On est dans une mentalité traditionnelle. Il manque de la communication. (Haroun, 2015, Kef)

18Certains jeunes vont même jusqu'à dire qu'il manque des « adultes intermédiaires », c’est-à-dire des médiateurs plus expérimentés mais hors du cadre familial pour les guider, les conseiller ou pour garder « espoir » dans l'avenir. Ils témoignent tous d'une volonté d'entrer dans le monde de demain et pour cela ils multiplient les initiatives car ils ne veulent pas faire « du nouveau avec l'ancien ».

C’est un décalage intergénérationnel. Il y a la génération des vieux, la génération des petits et on n'a pas les intermédiaires, les quarantenaires, les adultes, il y a une absence d'intermédiaires… Ils ont migré. […] La famille, c’est une solution parfois et parfois un obstacle. (Haroun, 2015, Kef)

Des initiatives, des projets pour pallier les manques socio-économiques

19Face à ces difficultés d’accès aux ressources, tous les enquêtés parlent de projets ou d'initiatives pour pallier les manques qu'ils éprouvent. Ces initiatives se traduisent par de nombreuses stratégies d'accès à la mobilité sociale qui se confond souvent avec la mobilité géographique et peut se traduire par des projets migratoires réels ou imaginaires. Les plus modestes parmi les jeunes Tunisiens sont marginalisés par les effets de la crise économique structurelle que connaît la Tunisie et les injustices qu'ils subissent. Tous les jeunes rencontrés développent un ou plusieurs projets professionnels, en Tunisie et/ou à l’étranger pour accéder à leur autonomie. Même s’ils considèrent que leur appartenance citoyenne n'est pas reconnue par la majorité, et ce quels que soient leurs efforts, ces derniers font montre d'une profonde volonté d’agir pour ne pas « subir » toutes ces contraintes sociales et économiques.

[…] nous sommes des jeunes diplômés depuis longtemps, on a des idées pour développer notre vie dans un axe positif, mais on na pas les moyens. Alors, on reste toujours au chômage. […] Jai demandé un crédit à la banque pour monter mon projet, à la BTS, Banque Tunisienne de la Solidarité. Jai fait un comité avec le bureau de droit qui aide les jeunes qui veulent devenir entrepreneurs, qui veulent travailler seuls, monter un projet professionnel seuls. J’ai contacté de nombreuses associations de la région…Et ça je l’ai fait pour chacun de mes projets. (Haroun, 2016, Kef)

20Les jeunes veulent se saisir de leur propre destin. Pour cela, ils mettent en place des stratégies de contournement faites de mobilités spatiales, d’ouvertures culturelles, de projets entrepreneuriaux, de projets migratoires qui n'aboutissent que rarement mais qui leur donnent une raison d’être et d’agir afin de résister aux parcours qui leur sont assignés. La mobilité fait partie intégrante des initiatives, et est pensée comme un élément nécessaire à la bonne réussite. Cette mobilité peut être culturelle, professionnelle, légale ou illégale et s’appuie, dès que possible, sur les ressources que peuvent offrir les familles transnationales (Le Gall, 2005 ; Boubakri et Mazzella, 2011 ; Razy et Baby-Collin, 2011). Car le groupe d’enquêtés relève de ceux qui peuvent composer avec plusieurs types de ressources matérielles et immatérielles.

Des fois j’y vais [en Algérie] un jour, des fois 3 jours ou plus… Jai de la famille là-bas. On est une famille transfrontalière. J’ai de la famille ici au Kef, à Nabeul, à Tunis et là-bas à Souk-Ahras, à Tebessa et Annaba [Algérie]. (Taoufik, 2015, Kef)

21Les projets de création d’entreprises sont le moyen, voulu ou subi, de sortie du salariat et de la précarité à défaut d’accéder aux emplois les plus stables dans les grandes entreprises ou la fonction publique. Enfin, les projets de migration sont pensés tout comme les autres projets et les remplacent si ces derniers n’aboutissent pas. Le projet migratoire est en somme un projet parmi d’autres mais devient parfois le principal même quand celui-ci n’est que « fantasmé ».

« Jeunes, cest presque un obstacle… Il faut des réseaux, il faut trouver le marché, les fournisseurs, les clients et ça c'est difficile… Alors, l’Algérie devient un projet ou encore l’émigration vers l’Europe… […] Harraga, en pourcentage, presque 50 % ont réussi et 50 % sont morts. Mais même seulement avec 1 %, je le ferai, jessayerai » (Haroun, 2015, Kef).

Tisser des relations pour se construire

  • 7 Les deux auteures distinguent trois catégories de générateurs de noms – et soulignent leurs apports (...)

22« Il faut des réseaux » répètent les jeunes enquêtés. Les outils usuels de la sociologie compréhensive nous permettent d’obtenir, à travers des entretiens longs et répétés, de nombreuses informations dont nous livrons quelques interprétations dans les lignes qui précèdent. Néanmoins, au fur et à mesure des échanges, de leur retranscription, de leur traduction, de leur mise en contexte social et bibliographique, des éléments d’interprétations apparaissent, qui permettent de mettre en lumière des régularités dans les trajectoires individuelles. Il nous fallait, pour les saisir plus finement, procéder à un « bricolage » méthodologique qui combine la richesse des données collectées lors des entretiens avec un outillage mieux à même de restituer ce qui, par-delà la capacité de chaque individu à tenter de construire « son réseau », permet de dégager quelques éléments plus à même de mettre en lumière ce qui rapproche chacune de ces expériences singulières. Au fil de la progression de l’enquête, nous avons ainsi tenté de compléter nos entretiens selon le protocole dit de « générateur de noms », en suivant les travaux de Claire Bidart et de Johanne Charbonneau (2011)7. Cet outil utilise une question ou une série de questions pour produire des listes contenant les noms des personnes formant les relations d'un individu. On peut le considérer comme une étape préalable à la reconstitution de leur réseau qui nous a permis d’identifier les rencontres de circonstance susceptibles de procurer diverses ressources (outils, informations, soutien émotionnel, conseils…), à la condition, toutefois, de l’adapter aux contraintes de notre terrain. Nous avons ainsi demandé à nos enquêtés de donner cinq noms de personnes qui leur semblaient être des ressources importantes dans leur projet de mobilité (transfrontalière ou internationale) et d’en expliquer la raison. Cela nous a permis de mieux saisir les rencontres de circonstances qui peuvent parfois devenir des « ressources relationnelles » et de les associer à des lieux, afin d’en saisir l’extension territoriale.

… afin d’éclairer des liens peu visibles mais structurants à l’échelle des individus

23Chaque entretien met en lumière des moments-clés et des lieux-clés. Nous retrouvons ainsi des bifurcations dans chacun des entretiens. Elles sont par exemple explicites dans les expériences d’Alyssa, 38 ans, célibataire, étudiante en master design, née dans le gouvernorat du Kef, qui habite à Tunis et rentre régulièrement voir ses parents. Elle choisit une branche d’études qui pourrait lui permettre de partir à l’étranger mais les contraintes quotidiennes l’obligent à travailler et à n’accéder qu’à des postes subalternes. Elle a failli abandonner mais la rencontre d'un professeur va « changer sa vie ». Durant un trajet entre Tunis et le Kef, elle rencontre par hasard une étudiante de France et va, à partir de ce moment-là, grâce à son aide et ses conseils, tout faire pour obtenir une mobilité estudiantine légale qu’elle obtiendra. Elle développe de nombreux projets professionnels, seule ou avec une amie, mais ils échoueront tous. Elle veut étudier à l’étranger, ira en France quelques mois mais décide de revenir en Tunisie pour construire son projet de vie. Othmane, 34 ans, technicien en maintenance industrielle, évoque un « accident » lorsqu’il frappe un policier et se retrouve en prison à 18 ans. Un moment-clé qui le pousse à faire des études, à devenir commercial tout en développant ses propres projets entrepreneuriaux avec l’Algérie ou la Chine. Aucun de ses projets n’aboutit mais les mobilités transfrontalières qu’il pratique lui donnent une plus grande confiance en ses capacités et le poussent à maintenir des liens avec toutes les personnes croisées en Tunisie ou en Algérie, en boîte de nuit ou dans un louage. Ces rencontres, souvent éphémères, lui permettent de construire sa future famille en épousant la fille d’un contact rencontré en Algérie. Ou encore Haroun, 30 ans, diplômé en sciences sociales, célibataire, qui grâce à son activité au Croissant Rouge peut se rendre en Algérie autant qu’il le désire. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde car, paradoxalement, si les mobilités de part et d’autre de la frontière sont légales, elles restent limitées du fait d’une pratique héritée de l’ancien régime visant à bloquer le passage des jeunes, dans les faits les plus modestes, jusqu’à leurs 40 ans. Il reste néanmoins dans une situation financière précaire ne lui permettant pas d’accéder à l’autonomie recherchée. Les mobilités transfrontalières qu’il pratique lui ouvrent des horizons culturels et l’accès à des produits de consommation moins onéreux qu’en Tunisie. Il ne veut pas migrer ; au contraire, il veut construire sa vie en Tunisie et pour cela, il développe de nombreux projets professionnels dans la région qui n’aboutiront pas à cause du manque de soutien financier de la part des banques de solidarité et des associations. Enfin, Taoufik, 32 ans, diplômé en chimie industrielle, travaille par intermittence mais souhaite devenir entrepreneur. Son projet stagne car il rencontre de nombreux obstacles pour monter le dossier administratif et financier. L’Algérie devient alors le lieu où se rendre pour que ses compétences puissent être reconnues et il envisage l’émigration vers l’Europe orientale comme une option, quitte à le faire de façon illégale.

24Dans chacune de ces trajectoires, un événement conduit les acteurs à redéfinir leur stratégie et à y intégrer la possibilité d’une mobilité spatiale comme élément de leur aspiration à la mobilité sociale. Ils estiment alors nécessaire de chercher à nouer des contacts au-delà de leur cercle social initial et, de fait, au-delà de leur horizon territorial routinier. La dispersion géographique des contacts est en effet, comme le souligne Ma Mung (1999), une ressource spatiale pouvant profiter aux personnes en mobilité.

25Ces rencontres peuvent être déterminantes dans la durée tout autant qu’anecdotiques ; elles peuvent parfois déboucher sur des amitiés et des « ressources relationnelles » que les individus ne perçoivent qu’a posteriori du récit qu’ils en font. Elles constituent donc un moment-clé dans la réflexion et la prise de décision de la personne interviewée, tout autant que les liens qu’elles entretiennent avec les plus proches de leurs amis ou des membres de leurs familles.

  • 8 Elles sont reprises sous forme plus synthétique dans les schémas qui se trouvent ci-dessous à parti (...)

26Nos premiers entretiens ont montré l’importance des rencontres de circonstances dans la vie des enquêtés, afin d’identifier les personnes qui participent à la construction de leur projet professionnel ou migratoire8. Les cinq personnes mentionnées par l’enquêté ne se connaissent pas forcément les unes et les autres, mais à travers cet exercice, elles se trouvent reliées par l’enquêté dans la mise en récit de leur parcours. Il s’agit ainsi non pas d’avoir un éventail complet des situations rencontrées mais de montrer qu’un complément d’informations collectées en marge d’un entretien libre, même selon un protocole rudimentaire fondé sur la recherche de trois informations principales : Qui ? Où ? Quand ? peut permettre d’éclairer les trajectoires personnelles et préciser ce que la relation sociale signifie pour chacun. Procéder ainsi permet par ailleurs d’enrichir la compréhension de la mise en relation sociale par l’ancrage spatial des contacts qu’il met en lumière, et par conséquent d’obtenir des éclairages sur les modalités selon lesquelles se construisent et se relient des points situés à la fois ici et dans un « ailleurs » propre à chacun.

27Les liens cités sont majoritairement familiaux ou de « circonstance » situant les relations selon un gradient qui va du niveau le plus proche (la famille, incontournable et presque obligatoire) au plus lointain (la relation de circonstance, éphémère parfois et de l'instant). Ces relations doivent alors être précisément identifiées pour en saisir tous les sens que leur confèrent les individus rencontrés. Il en ressort généralement que la difficile, voire l'impossible, ascension sociale verticale se traduit pour chacun par la multiplication des relations horizontales. Cette « horizontalité » des relations sociales tient au fait que chacun des enquêtés rencontre des personnes qu’il identifie comme relevant du même milieu social que lui et dont il partage les codes. Mais franchir le cap de ne pas rester contraint par les relations quotidiennes, de se frotter à l’altérité sociale et territoriale, peut leur donner l’opportunité de créer les conditions, très aléatoires, d’accéder à de nouvelles ressources à même de rendre possible leur ascension sociale.

28Ce qui, en définitive, manque le plus aux enquêtés et de ce fait ce qu’ils cherchent, c’est en effet l’expérience de rencontrer, loin de chez eux, un inconnu avec qui partager une connaissance commune. Ce contact qui en permettra d’autres permet d’attester de leur entrée dans un autre monde social que le leur, celui auquel il aspire. Ils cherchent ainsi à construire, selon la formule de Stanley Milgram (1967), leur « petit monde ». Les liens ne font évidemment pas toujours le (bon) réseau mais ils n’en demeurent pas moins indispensables à sa construction.

Schémas : « Citez 5 noms » qui participent à la construction de vos projets professionnels ou migratoires.

Schémas : « Citez 5 noms » qui participent à la construction de vos projets professionnels ou migratoires.

Source : auteure.

Conclusion : avancer malgré le désenchantement

29Malgré le désenchantement, très marqué quelques années après le renversement du régime et la transition qui s’est alors amorcée, les jeunes rencontrés en Tunisie font preuve d’une grande capacité de franchissement de multiples frontières sociales les faisant passer d’un univers de normes à un autre (Missaoui, 2007). Rien n’est évidemment statique dans une condition à laquelle ils se seraient en apparence résignés. Pour cela, ils tissent des liens, parfois de manière aléatoire, au hasard de rencontres qu’ils considèrent comme autant d’opportunités à saisir là où ils les trouvent ou pensent pouvoir les trouver.

30En multipliant peu à peu ces liens au fil de leur longue jeunesse, ils étoffent et diversifient progressivement un réseau social, composé d’individus de diverses conditions, autant que territorial, entre plusieurs lieux ou parfois entre plusieurs États. Ces liens, qu'ils soient de courte durée ou qu'ils perdurent toute une vie, deviennent des ressources qui rendent aux jeunes rencontrés leur dignité malgré les nombreuses formes de précarité qu'ils cumulent. Ces liens sont un élément complémentaire de leur socialisation qui peut à un moment donné constituer de manière déterminante un des socles de l’accès à leur autonomie face aux interdépendances auxquelles ils sont généralement assignés.

31Ces courtes présentations biographiques, combinées à une analyse des relations qu’elles révèlent, nous donnent des clés de compréhension afin d’éclairer autrement des bribes de trajectoires individuelles au-delà du sentiment d’appartenance à un groupe façonné et médiatisé par sa contribution à des mobilisations collectives temporaires. Parmi ces quatre trajectoires, Alyssa et Taoufik sont deux figures qui ont été loin des mouvements de syndicats d’étudiants en participant cependant par intermittence aux sit-in des diplômés chômeurs alors que Taoufik et Haroun, qui se disent politiquement engagés à gauche, ont participé de manière plus active à différentes mobilisations collectives depuis 2011 en prenant part à différentes luttes syndiquées.

32Quatre années plus tard, lorsque je les ai rencontrés, ils ne participent presque plus à aucun engagement collectif. La construction d’un accès à l’emploi, d’une citoyenneté, la définition d’un projet migratoire peu ou pas abouti, l’émancipation incomplète des contraintes du cadre familial… Nombre de ces préoccupations peuvent ainsi résonner comme autant de facettes de l’échec qui mène au désenchantement. Mais chacune de ces expériences s’appuie aussi sur la construction de ressources relationnelles fondamentales pour l’aboutissement ultérieur d’une partie au moins des projets de chacun. En combinant mobilités spatiales et relations sociales, ils construisent les ressources leur permettant de franchir les frontières sociales. Ces franchissements de frontières ont pour finalité d’atteindre de nouveaux seuils qui vont leur permettre d’accéder à cette plus-value d’autonomie qui les met à nouveau en capacité de pouvoir redéfinir un projet plus ambitieux que celui initial. Ces expériences individuelles rythmées par quelques succès et de nombreuses désillusions tranchent avec la médiatisation des mobilisations collectives qui rythment la vie sociale et politique tunisienne depuis les années 2010. Il n’en demeure pas moins que ces processus lents, discrets mais puissants, permettent de rompre avec l’état de jeunesse sans fin à laquelle sont assignés nombre de « diplômés chômeurs » qui aspirent à se réaliser en tant qu’adultes.

Haut de page

Bibliographie

Allal Amine, 2012, « Trajectoires “révolutionnaires” en Tunisie. Processus de radicalisations politiques 2007-2011 », Revue française de science politique, 62 (5), p. 821-841.

Attia Habib, 1986, « Problématique du développement du Nord-Ouest tunisien », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, 41-42, p. 264-280.

Ben Amor Ridah, 2015, « Le rapport au quartier entre attachement et ouverture sur l'espace urbain », in Olfa Lamloum, Mohamed Ali Ben Zina, Les jeunes de douar Hicher et d’Ettadhamen : une enquête sociologique, Paris, Édition Arabesque, p. 21-43.

Ben Sedrine Saïd et Geisser Vincent, 1997, « Les diplômés à la sortie de l’Université. Devenir social et stratégies d'insertion professionnelle », Monde Arabe Maghreb-Machrek, 157, p. 17-28.

Bidart Claire et Charbonneau Johanne, 2011, “How to Generate Personal Networks: Issues and Tools for a Sociological Perspective”, Field Methods, SAGE Publications, 23 (3), p. 266-286.

Boubakri, Hassan et Mazzella Sylvie, 2011, « L’horizon transnational d’une famille tunisienne élargie », Autrepart, 57-58, Paris, IRD Éditions & Les Presses Sciences Po, p. 111-126.

Bousnina Adel, 2012, Le littoral et le désert tunisiens : développement humain et disparités régionales en Tunisie, Paris, Éditions L’Harmattan.

Chouikha Larbi, Gobe Éric, 2015, Histoire de la Tunisie depuis l’indépendance, Paris, La Découverte, « Repères ».

Gobe Éric, 2012, Tunisie an I : les chantiers de la transition, L’Année du Maghreb, VIII, p. 433-454. https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.1549

Hafaïedh Abdelwahab, 2000 « Trajectoires de chômeurs diplômés en Tunisie : L’attente, l’ailleurs et la conversion », in Vincent Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs : Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS Éditions, p. 122-136.

Honwana Alcinda, 2013, Youth and Revolution in Tunisia, London, New York, Zed Books Ltd.

Hmed Choukri, 2012, « Réseaux dormants, contingence et structures : Genèses de la révolution tunisienne », Revue française de science politique, 62 (5), p. 797-820.

International Crisis Group, 2013, La Tunisie des frontières : jihad et contrebande, Rapport Moyen-Orient/Afrique du Nord, n° 148.

Lamloum Olfa, Catusse Myriam (dir.), 2021, Jeunes et violences institutionnelles. Enquêtes dix ans après la révolution tunisienne, Tunis, International Alert/Arabesques.

Le Gall Josiane, 2005, « Familles transnationales : bilan des recherches et nouvelles perspectives », Les Cahiers du Gres, 5 (1), 29-42 URL : https://id.erudit.org/iderudit/010878ar ; DOI : https://doi.org/10.7202/010878ar

Ma Mung Emmanuel, « La dispersion comme ressource », Cultures & Conflits En ligne, 33-34, URL : http://journals.openedition.org/conflits/225 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.225.

Mazzella Sylvie, 2009, « Lilia Ben Salem, “Propos sur la sociologie en Tunisie” : Entretien avec Sylvie Mazzella », Genèses, 75 (2), p. 125-142, DOI : 10.3917/gen.075.0125. URL : https://www.cairn.info/revue-geneses-2009-2-page-125.htm

Meddeb Hamza, 2011, « L’ambivalence de la “course à ‘el khobza’” : Obéir et se révolter en Tunisie. », Politique africaine, 121 (1), p. 35-51.

Melliti Imed, Moussa Hayet (dir.), 2018, Quand les jeunes parlent d’injustice. Expériences, registres et mots en Tunisie, Paris, L’Harmattan, coll. « Socio-anthropologie des mondes méditerranéens et africains ».

Milgram Stanley, 1967, « The small-world problem », Psychology Today, p. 61-67.

Missaoui Hasnia-Sonia, 2007, « Les roms se mobilisent : La déscolarisation, forme d’apprentissage de la vie sociale ? », Migrations Société, vol. 109, no. 1, pp. 121-131.

Razy Élodie et Baby-Collin Virginie, 2011, « La famille transnationale dans tous ses états », Autrepart, 57-58, p. 7-22, En ligne : DOI 10.3917/autr.057.0007.

Haut de page

Notes

2 Que l’on nomme généralement « knatria » (littéralement, les hors-la-loi) ou « hallabas » (qui « abreuvent »).

3 Voir à ce propos le Cahier régional N°1 à N°7 Marché du travail tunisien en 2013, ONEQ, Mars 2015 (http://www.emploi.tn/uploads/pdf/ONEQ/2015_Cahier_regional_marche_du_travail_Nord_Ouest.pdf) et le dossier « Surmonter les Obstacles à l’Inclusion des Jeunes » de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement, 2014 (https://www.banquemondiale.org/content/dam/Worldbank/document/MNA/tunisia/breaking_the_barriers_to_youth_inclusion_fre.pdf).

4 Tous les entretiens ont été menés avec des jeunes keffis entre 2014 et 2016, au Kef ou à Tunis et tous sont anonymisés.

5 La Troïka est une coalition gouvernementale de 2011 à 2014 qui rassemble alors trois partis politiques pour former une majorité stable : Ennahdha (Parti politique tunisien islamiste majoritaire) et deux formations centre-gauche, le Congrès pour la République (CPR représenté par Moncef Marzouki, qui devient Président de la République de 2011 à 2014) et Ettakatol (Parti politique social-démocrate tunisien représenté par le président de l'Assemblée constituante).

6 Après l’attaque terroriste d’un complexe hôtelier à Sousse (26 juin 2015), les autorités tunisiennes ont multiplié les mesures (pas toujours inscrites dans la loi) pour empêcher que des personnes rejoignent des groupes armés extrémistes à l’étranger (en Europe mais aussi en direction des pays arabes voisins comme l’Algérie et la Libye…). Cette mesure concerne tous les citoyens tunisiens mais elle a affecté principalement des jeunes hommes et femmes de moins de 35 ans… qui devaient alors justifier d’une autorisation de sortie signée par leur père.

7 Les deux auteures distinguent trois catégories de générateurs de noms – et soulignent leurs apports et leurs limites – selon l'approche qu'ils privilégient : 1) les générateurs basés sur les interactions avec les personnes rencontrées le plus fréquemment, celles que nous rencontrons sur une période donnée ou celles à qui nous téléphonons… 2) les générateurs basés sur l'importance de certains liens avec les personnes dont on se sent le plus proche, les meilleurs amis… 3) des générateurs basés sur l'échange avec les personnes susceptibles de nous procurer diverses ressources (outils, informations, soutien émotionnel, conseils...).

8 Elles sont reprises sous forme plus synthétique dans les schémas qui se trouvent ci-dessous à partir des portraits présentés ci-dessus.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schémas : « Citez 5 noms » qui participent à la construction de vos projets professionnels ou migratoires.
Crédits Source : auteure.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/11935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hasnia-Sonia Missaoui, « Construire des ressources relationnelles pour franchir des frontières multiples : Trajectoires de jeunes Tunisiens »L’Année du Maghreb, 29 | 2023, 203-220.

Référence électronique

Hasnia-Sonia Missaoui, « Construire des ressources relationnelles pour franchir des frontières multiples : Trajectoires de jeunes Tunisiens »L’Année du Maghreb [En ligne], 29 | 2023, vol. 1, mis en ligne le 15 juin 2023, consulté le 03 octobre 2023. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/11935 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.11935

Haut de page

Auteur

Hasnia-Sonia Missaoui

PU de sociologie, Université Jean-Jaurès, Laboratoire LISST UMR 5193 CNRS, EHESS, ENSFEA, UT2J.

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search