Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Enjeux et débatsMaghrebLe premier Salon des sciences soc...

Enjeux et débats
Maghreb

Le premier Salon des sciences sociales à Oran : la force de l’utopie créatrice

Mohamed Mebtoul

Notes de la rédaction

2022-2023, une année des sciences sociales au Maghreb ?

En septembre et novembre 2022 se sont tenus deux grand congrès de sciences sociales en Tunisie et en Algérie. Ces deux congrès – qui ne s’appellent pas congrès, mais Salon pour l’un et Forum pour l’autre – témoignent d’une part d’une vitalité renouvelée des sciences humaines et sociales (SHS) après l’épidémie de Covid-19 et les confinements successifs et d’autre part d’une volonté de témoigner publiquement de l’intérêt des SHS et de les montrer concrètement au travail. La rédaction de L’Année du Maghreb a donc demandé aux organisateurs et organisatrices de dresser un bilan autant qu’une mise en perspective de ces évènements scientifiques.

Le Forum Insaniyyat s’est tenu en septembre 2022 à Tunis et le Salon des sciences sociales a été organisé en novembre à Oran. Certes les échelles ne sont pas comparables : 1500 participant·e·s à Tunis, 131 communications à Oran. Pourtant nous voyons à travers les deux témoignages que nous publions des points communs et des conclusions similaires.

En premier lieu, les deux témoignages font état d’organisations collectives, non exemptes de contraintes institutionnelles (la nécessité de convaincre ; les relations aux tutelles, etc.). Portés par des équipes bénévoles, ces deux évènements sont comparables par les stratégies organisationnelles mises en place (comité d’organisation, conseils scientifiques, accueil des participant·e·s), par le succès qu’ils rencontrent et par le retentissement médiatique de la réception, bien au-delà des sphères académiques.

Un autre aspect qui ressort des témoignages est la grande satisfaction des équipes d’organisation, malgré la sur-implication nécessaire et l’épuisement consécutif à la tenue de tels évènements.

Enfin la question des formes de pérennisation de ces congrès se pose à chacune des équipes, à Tunis comme à Oran. Si la visibilité des sciences sociales est l’une des plus grandes satisfactions, force est de constater que les coûts (humains, financiers, organisationnels) sont élevés et que ces premières manifestations, si originales soient-elles, ne peuvent s’inscrire dans une routine académique annuelle ou bisannuelle.

La rédaction de L’Année du Maghreb remercie très chaleureusement les auteur·e·s pour ce travail de réflexion après-coup, pour l’honnêteté du propos et la non-dissimulation des enjeux politiques, des problématiques organisationelles, des implications personnelles chronophages et énergivores.

Texte intégral

  • 1 Il s’agissait résolument de s’inscrire dans l’interdépendance, c’est-à-dire de créer un tissu relat (...)

1Notre article tente de décrire et d’analyser le processus de travail complexe, sinueux et incertain déployé pendant plus d’une année par un collectif d’enseignant·e·s et de chercheur·e·s1 en sciences sociales qui s’est donné pour objectif de concevoir et de mettre en œuvre le premier Salon des sciences sociales. En tant que coordinateur scientifique, il m’a semblé important d’objectiver les conditions sociales, relationnelles et scientifiques ancrées dans ce processus et à partir d’une réflexion distanciée dans l’optique d’une pérennisation du Salon des sciences sociales. Celui-ci pourrait aussi être reconduit sous d’autres formes scientifiques dans certaines régions du Maghreb.

  • 2 Michel Foucault, dans son ouvrage Il faut défendre la société (1997), montre que ce qu’il appelle l (...)

2La ténacité collective s’est d’abord traduite, pour les membres du comité scientifique, par l’impératif d’aller constamment vers les autres : les collègues, les doctorant·e·s, les responsables de l’Université d’Oran 2 et l’ensemble des institutions de recherche, pour tenter de les convaincre de l’intérêt d’organiser le Salon. L’engagement cognitif et corporel des membres du comité scientifique pour constituer un plaidoyer en faveur des sciences sociales et humaines (SHS) dévoilait sa complexité. Nous devions relever les différentes perceptions de nos interlocuteur·e·s, dominées par les sinuosités, les doutes, les indifférences, le scepticisme ou le silence. Sans compter l’adhésion distanciée d’un bon nombre de collègues. Les justifications (Boltanski & Thévenot, 1991) de la non-implication faisaient valoir une charge de travail astreignante consacrée à l’enseignement, une focalisation sur les contraintes administratives, la critique acerbe et rhétorique exprimée sous forme de plainte focalisée sur le peu d’informations transmises, et le faire-semblant, c’est-à-dire l’approbation polie de l’idée du Salon, mais sans aucune conviction. Autant d’éléments qui nous indiquent la puissance de « l’étrangeté scientifique » (Mebtoul, 2022) signifiant ici la faible emprise des savoirs2 en sciences sociales au sein de l’Université.

  • 3 Une révolte intérieure continue de me « poursuivre » face aux certitudes et aux « vérités » assénée (...)

3Dans ce processus relationnel incertain, le « droit de persister » (Butler, 2023) – quelque soient les moments traversés, la colère, l’enthousiasme ou l’attente crispée des réponses des collègues à nos sollicitations – a été notre ligne de conduite inaliénable. Notre conviction forte était focalisée sur la nécessaire compréhension de la société. Celle-ci « n’est pas seulement un ensemble de normes structurelles, [mais] aussi un ensemble de symboles et de valeurs » (Bastide, 1950). Les mots de « lumière » (dans sa pluralité d’acceptions) ou de « phare », pour reprendre le terme du philosophe autrichien Karl Popper (1989), étaient souvent évoqués dans nos interactions avec les collègues, pour indiquer que seules les sciences sociales ont la capacité d’apporter une intelligibilité aux phénomènes sociaux, politiques, historiques et culturels3.

4Nous n’avons pas abdiqué, malgré les incertitudes liées au refus ou à l’acceptation par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique de l’organisation du salon, malgré la quête incessante de financements auprès d’autres organismes que l’Université et malgré nos choix contestés de certains intervenants. Notre refus persistant de toute abdication fait écho au terme important, loin d’être idéologique, de lutte persévérante pour défendre les sciences sociales. Cette lutte nous semblait impérative au sein de nos institutions de recherche et dans la société, pour valoriser les savoirs des sciences sociales qui sont souvent qualifiés de « mineurs » (Deleuze, cité par Foucault, 1997) par les agents sociaux et par certains collègues eux-mêmes, enseignants en SHS. Pour ce faire, nous avons été conduits à privilégier le bricolage créatif et dynamique. Il s’est traduit par le déploiement d’efforts de coordination, d’écoute, de partage et de régulation des différentes tâches. Il nous a semblé important d’articuler à la fois le travail individuel et collectif assuré par chacun·e des membres du comité scientifique. Ils et elles avaient ainsi la possibilité, en dehors des réunions, d’assurer individuellement une tâche précise qui était ultérieurement rediscutée par le collectif (relations avec la presse, choix du lieu, à Oran, pour organiser le Salon, impression de l’appel à contributions, contact par mail des collègues intéressés par une intervention, etc.).

5Nous nous limiterons ici à rappeler à la fois le processus complexe en référence aux sinuosités relationnelles dans le but de « semer » l’idée du Salon et aussi de préciser la façon dont a été élaborée la configuration scientifique du Salon des sciences sociales.

Tenter de « semer » l’idée du salon

  • 4 C’est dans un espace réduit faisant office de cuisine, situé au premier étage d’un bâtiment de l’Un (...)

6À l’origine, le projet du premier Salon des sciences sociales a émergé comme un champ du possible indissociable de ma trajectoire sociale de fils d’ouvrier mineur dans le Pas-de-Calais dans les années 1960, à la rencontre inouïe avec la sociologie en Algérie dix années plus tard, objet décisif dans la transformation sociale et intellectuelle de ma vie quotidienne (Mebtoul, 2007). Ma dette à l’égard des SHS s’est traduite par le besoin constant de partager les informations scientifiques, de mettre à l’épreuve ma passion pour ces disciplines en tissant des liens sociaux et professionnels avec des chercheur·e·s et des étudiant·e·s de différentes universités algériennes et françaises4.

  • 5 Les jeunes collègues (6 chercheurs hommes et 5 chercheures femmes) étaient acquis à l’idée d’organi (...)

7L’idée du Salon des sciences sociales est née avec le premier responsable de l’Université d’Oran 2, Smain Balaska et certain·e·s de mes collègues motivé·e·s issu·e·s de différentes disciplines en sciences sociales5. Le travail d’investissement relationnel a été ensuite assuré auprès des doyens des quatre facultés (de droit, des sciences commerciales, des sciences sociales, des lettres et sciences du langage) dépendantes de l’Université d’Oran 2, de quelques directeurs de laboratoires de recherche en SHS et des responsables de division du Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC). Le but était d’asseoir la pertinence d’un Salon, d’être à l’écoute de leurs propositions, espérant enfin que cette idée puisse être diffusée auprès d’autres collègues.

8Nos plongées dans ces espaces de savoirs ont cependant confirmé nos observations antérieures réalisées pendant plus de trente-deux ans à l’Université : les apports des sciences sociales sont bien souvent ensevelis au profit d’autres considérations extérieures à la recherche : hégémonie des injonctions politico-administratives, prégnance des conditions de travail anomiques (pénuries d’eau, arrivée discontinue d’internet dans certains laboratoires de recherche, démobilisation des chercheur·e·s associé·e·s non rémunéré·e·s, faible actualisation des savoirs, etc.). Mais ces contraintes au quotidien, sont pourtant insuffisantes pour expliquer le peu d’engouement à l’organisation des rencontres scientifiques.

  • 6 Le ralentissement des manifestations scientifiques n’est pas du tout étranger au fait que tout appe (...)

9La peur nous dit Michel Agier (2020), est une construction sociale : « la peur et la politique de la peur ont partie liée, comme les émotions et la politique en général » (Agier, 2020). Ceci favorise la logique de l’accommodement qui « nourrit » et renforce la fonctionnarisation d’un bon nombre d’enseignant·e·s-chercheur·e·s, conduit·e·s à attendre les décisions émanant de ce qu’il est convenu de nommer « les tutelles »6. La peur se traduisait dans les discours par l’usage des mots suivants : la prudence, le refus de tout risque scientifique qui pourrait avoir des effets pervers sur la carrière de l’agent social, mais aussi le repli sur soi qui est une forme sociale d’indifférence.

  • 7 L’appel à contributions, la mobilisation à titre individuel de chercheur·e·s scientifiquement recon (...)

10« L’aplatissement » (Roy, 2022) des savoirs, nous donnait plus de force pour imaginer et rechercher les médiations scientifiques auprès des collègues, qu’ils soient issus des régions d’Algérie ou d’autres pays (la Tunisie et la France en particulier), afin d’établir par leurs expertises, une première liste de contacts, collègues intéressé·e·s à intervenir au premier Salon des sciences sociales7.

11La « force d’âme » évoquée par Judith Butler (2023) citant Le Mahatma Gandhi, a été d’une puissance sans égale pour les membres du comité scientifique. Elle s’exprimait dans nos pratiques déployées avec vivacité et centrées sur une seule obsession : attribuer un sens pertinent et une autonomie au Salon. Les adversités de certains collègues nous reprochant de privilégier la dimension militante dans le choix de certain·e·s intervenant·e·s, en référence notamment au mouvement social dit « Hirak » du 19 février 2019, indiquaient l’impossibilité pour le Salon, de rester « vierge » de toute forme de contestation politique. Plus fondamentalement, comme le rappelle Rose-Marie Lagrave (2022), l’objectif des contestataires et adversaires était « de clouer au pilori certains champs de recherche, non seulement parce qu’ils reflèteraient une liaison entre sociologie et militantisme, mais parce que le rapport au militantisme réduirait à néant leur portée scientifique » (Lagrave, 2022, p. 21).

  • 8 C’est en effet dans la confrontation à l’Autre, que les « arts de faire » peuvent avoir du sens et (...)

12La multiplication des « arts de faire »8 (De Certeau, 1990) devenait inéluctable dans les différents espaces, qu’ils soient universitaires, sociaux, culturels et médiatiques pour évoquer, discuter, débattre de l’impératif de l’organisation de ces rencontres scientifiques. La « force d’âme », nous dit Judith Butler (2023), « prend une forme qui s’incarne dans un corps » en mouvement pour arracher le droit de convaincre de son importance scientifique. Un collègue anthropologue algérien évoquera le terme « d’énergie débordante » déployée par les membres du Comité scientifique pour contourner les multiples obstacles de l’organisation matérielle et scientifique du Salon.

13Celui-ci ne pouvait qu’émerger dans un champ scientifique et social conflictuel, pouvant se lire de façon schématique à partir de deux alternatives opposées. La première est de tenter de faire vivre nos disciplines incontournables pour l’élucidation des enjeux sociaux, politiques et historiques ancrés dans la société, en se fondant sur deux attributs majeurs que sont l’autonomie et la critique rigoureuse (Mebtoul, 2021). Dans ce cas, il est possible de les caractériser comme « des sciences vivantes, c’est-à-dire fécondes et inventives » (Morin, 2021, p. 553). L’autre option, au cœur de notre fonctionnement actuel, est de reproduire à l’identique une routine professionnelle qui abolit toute curiosité scientifique. Elle s’enferme dans une neutralité enrobée de technicité, pour converger vers les exigences de pouvoirs subjugués par « l’homo numericus » (Cohen, 2022), faisant peu cas de la complexité de la société. Ceci pour parvenir, et le verbe n’est pas très fort, à « tuer la discipline [ici la sociologie] au nom de la discipline : le procédé est d’autant plus efficace qu’il masque, au nom de la science, les intérêts en jeu » (Lagrave, 2022, p. 19). Le Salon a pris résolument le parti de la première option en souhaitant redonner une âme scientifique plurielle aux SHS.

La configuration scientifique

14La réflexion collective sur la façon de réguler et de construire la dimension scientifique du premier Salon des sciences sociales, s’est d’emblée inscrite dans l’ouverture à l’Autre, prenant appui sur nos réseaux personnels et professionnels constitués de chercheurs, d’artistes et d’éditeurs reconnus scientifiquement par les pairs. La notion d’interdépendance était également essentielle à nos yeux, faisant valoir dans l’histoire de nos relations sociales avec les collègues l’importance de la complicité scientifique, de l’amitié et de l’adhésion mutuelle au projet. Le Salon des sciences sociales a été appréhendé comme une multiplicité de pôles à la fois scientifiques, éditoriaux et culturels pour lutter contre le fractionnement, les frontières douteuses qui sont autant de territoires, en lui donnant au contraire une « vie » dans sa totalité, sa richesse et sa diversité. Par exemple, 12 éditeurs nationaux ont participé activement au Salon en favorisant la vente d’ouvrages. En outre, le Salon s’est enrichi d’une pièce de théâtre et de la projection de deux films documentaires. Enfin, un hommage visuel a été rendu aux collègues décédés durant les années 2020 et 2021.

15La configuration scientifique devait permettre d’accéder de façon rigoureuse à la compréhension dans toutes les facettes du mode de fonctionnement de nos disciplines. Trois axes ont représenté nos fils conducteurs pour construire le programme du Salon des sciences sociales. Il nous semblait important d’objectiver l’histoire critique des SHS, leurs différents terrains et les résultats significatifs de toutes ces recherches.

  • 9 Par exemple, la sociologie du travail en Algérie a fait l’objet de recherches pertinentes et de réf (...)
  • 10 Nous avons pu retenir les dix disciplines suivantes : sociologie, anthropologie, psychologie, scien (...)

16Il était d’abord inconcevable d’occulter l’histoire institutionnelle et épistémologique de chacune des disciplines. Les contributions des chercheurs des générations des décennies 1970, 1980 et 1990, s’imposaient pour lutter contre l’amnésie, l’oubli et la non-reconnaissance sociale et scientifique des travaux importants menés durant cette triple période. Le « vide » terrifiant fait autour des recherches pionnières9 dans toutes les disciplines au sein de nos universités, traduit l’absence de tout accumulation scientifique liée en particulier à une transmission mécanique et routinière de savoirs abstraits faiblement portés sur la production scientifique passée et présente réalisée au sein la société algérienne. L’inflation des spécialités dites « utiles » devant favoriser de façon très illusoire une logique entrepreneuriale et la rareté des enquêtes de terrain approfondies, ont encore rendu plus obscures l’histoire de nos disciplines. En attribuant un sens pertinent à une histoire critique des sciences sociales, recouvrant une dizaine de disciplines retenues10, il nous semblait essentiel de questionner aussi la fragilité des libertés académiques indissociables du débat scientifique pluriel, intrinsèque à nos disciplines (Mebtoul, 2018).

17Le deuxième axe, centré sur les terrains des sciences sociales, avait pour objet d’évoquer de façon aussi fine que possible les rapports des chercheur·e·s avec les acteurs sociaux exerçant dans les différents espaces investigués. Il s’agissait de questionner la complexité des « terrains », centrée sur leurs incertitudes, leurs discontinuités et leurs bricolages multiples, où « les matériaux et les opérations qui lui reviennent, comportent nécessairement une dose ’d’impureté’«  (Schwartz, 1993, p. 266). Dans un bon nombre de mémoires de master ou de thèses de doctorat, certains étudiant·e·s perçoivent le « terrain », comme une simple captation mécanique de données, « oubliant » de les considérer comme une production sociale où l’enquêté·e est partie prenante dans la fabrication de la connaissance scientifique (Mebtoul, 2015). Didier Fassin (2008) montre bien que « la rencontre entre l’anthropologue et ses interlocuteurs – et de la relation ethnographique en tant que rapport inégal qui se joue entre l’enquêteur et l’enquêté – est pour nous la condition de possibilité d’un savoir anthropologique ou sociologique » (Fassin, 2008, p. 9).

18Le premier Salon des sciences sociales avait enfin pour objectif de valoriser les résultats des recherches dans les dix disciplines programmées. Nous avons résolument pris le parti de privilégier la diversité et la richesse des thématiques (la santé, l’université, les langues, les populations, les femmes, la famille, le mariage, les statuts de nos disciplines dans les sociétés, le syndicalisme, le genre, les mouvements sociaux, la ville, etc.). Au total, ce sont 121 chercheur·e·s issu·e·s de la majorité des régions d’Algérie, de Tunisie et de France, intégrant des générations différentes, qui auront été les acteurs principaux du premier Salon des sciences sociales. Le métissage disciplinaire et générationnel entre chercheur·e·s nous semblait une exigence forte dans la construction scientifique du Salon. Le confinement disciplinaire est souvent réduit à imposer son propre régime de vérité qui s’apparente à un « bien » lié à un territoire donné.

Conclusion

19Nos attentes n’ont pas été déçues. Le premier Salon des sciences sociales a permis la multiplication de rencontres scientifiques, culturelles dans une ambiance conviviale. Il a contribué au croisement des regards entre chercheur·e·s d’horizons disciplinaires divers. Il a représenté une amorce pour donner ultérieurement du sens aux interdépendances entre collègues soumis aux mêmes évolutions de l’Université. Les captations des conférences ont été montées et mises en ligne11. La publication des actes du Salon est à l’état de réflexion au sein du Comité scientifique tant les interventions étaient nombreuses et riches. Il s’agira, si un second Salon devait être organisé, de prendre en considération les critiques émises par certaines collègues. Celles-ci sont particulièrement liées au temps court imparti aux intervenant·e·s , et à la construction complexe des sessions, qui n’ont pas toujours permis de réunir des chercheurs de disciplines différentes.

20Tous les témoignages écrits et oraux des intervenant·e·s pendant et la manifestation, nous confortent sur le fait que ce travail inlassable d’une année entière a incontestablement permis de montrer, dans toute sa complexité, la pertinence d’une approche plurielle des sciences sociales et la nécessité de pérenniser cette initiative. La notion de « bien commun » (Rochfeld, 2022) recouvre ici un sens pertinent : elle permet de témoigner des ressources scientifiques diverses produites dans un moment commun, au bénéfice d’une communauté de chercheur·e·s d’horizons disciplinaires différents.

Haut de page

Bibliographie

Agier Michel, 2020, Vivre avec les épouvantails. Le monde, les corps, la peur, Paris, Premier Parallèle.

Bastide Roger, 1950, Sociologie et psychanalyse, Paris, Presses Universitaires de France.

Boltanski Luc, Thévenot Laurent, 1991, De la justification. Les économies de grandeur, Paris, Gallimard.

Butler Judith, 2023, La force de la non-violence, Paris, Pluriel, Fayard.

Cohen Daniel, 2022, Homo Numericus, Paris, Albin Michel.

De Certeau Michel, 1990, L’invention du quotidien. 1.Arts de faire, Paris, Gallimard.

Fassin Didier, 2008, « L’inquiétude ethnographique », in Fassin Didier, Bensa Alban (dir.), Les politiques de l’enquête, Paris, La découverte, p. 7-15.

Foucault Michel, 1997, « Il faut défendre la société ». Cours au Collège de France. 1976, Paris, Gallimard.

Lagrave Rose-Marie, 2022, « Une haine tentaculaire », Actes de la recherche en sciences sociales, 243-244, p. 18-25.

Mebtoul Mohamed, 2022, « L’étrangeté scientifique », Ouverture du premier Salon des sciences sociales, 19 novembre 2022.

Mebtoul Mohamed, 2021, COVID-19. La mise à nu du politique, Alger, éditions Koukou.

Mebtoul Mohamed, 2018, Algérie. La citoyenneté impossible ? Alger, éditions Koukou.

Mebtoul Mohamed (dir), 2015, Les sciences sociales à l’épreuve du terrain. Algérie, Belgique, France, Québec, Laos et le Vietnam, Paris, Co-éditions L’Harmattan et GRAS.

Mebtoul Mohamed, 2007, Une sociologie des acteurs sociaux. Ouvriers, médecins et malades, Oran, Office des publications universitaires.

Morin Edgar, 2021, « Le droit à la réflexion », Revue française de Sociologie, 62-3/4, p. 533-541.

Popper Karl R., 1989 [1934], La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot.

Roy Olivier, 2022, L’aplatissement du monde. La crise de la culture et l’empire des normes, Paris, Seuil.

Rochfeld Judith, 2022, « Commun », in : Fassin Didier (dir.), La société qui vient, Paris, Seuil, p. 941-959.

Schwartz Olivier, 1993, « L’empirisme irréductible », Postface à Anderson Nels, Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Nathan, p. 265-305.

Haut de page

Notes

1 Il s’agissait résolument de s’inscrire dans l’interdépendance, c’est-à-dire de créer un tissu relationnel dense, en mobilisant certaines institutions de recherche qui ont accepté de participer à la concrétisation du premier salon des sciences sociales du 19 au 21 novembre 2022 à Oran. Quatre institutions, l’Unité de recherche en sciences sociales et santé, l’Université d’Oran 2, le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) et le Centre d’études maghrébines d’Algérie (CEMA), vont représenter une force collective pour participer à l’organisation du salon. Nous précisons cependant que le Salon s’est construit par le bas, à l’initiative de quelques chercheur.e.s motivée.s.

2 Michel Foucault, dans son ouvrage Il faut défendre la société (1997), montre que ce qu’il appelle les « savoirs assujettis » représentent le couplage entre des savoirs érudits, reconnus, mais cachés par l’omnipotence des organisations et un savoir disqualifié, rejeté, qui représente le savoir ordinaire des gens.

3 Une révolte intérieure continue de me « poursuivre » face aux certitudes et aux « vérités » assénées par un nombre important des experts qui évoquent la société, sans comprendre son fonctionnement, caractérisée faussement comme une cruche vide qu’il suffit de « remplir » de connaissances et de postures pour « aboutir » mécaniquement aux changements économiques, politiques et sociaux.

4 C’est dans un espace réduit faisant office de cuisine, situé au premier étage d’un bâtiment de l’Université, que j’ai créé en 1991, et de façon informelle, le premier groupe de recherche en anthropologie de la santé, rejoint par trois autres collègues sociologues. C’est la naissance du Groupe de recherche en anthropologie de la santé (GRAS). Nous avons pu obtenir un accord de coopération avec l’Université Paris V Sorbonne, nous permettant d’acquérir des ouvrages, un ordinateur, une photocopieuse et des séjours scientifiques pour échanger avec les chercheurs français. Le GRAS sera institué à partir de 2002, pour devenir le laboratoire de recherche en anthropologie de la santé, comprenant plus de 16 chercheur·e·s associé·e·s de différentes disciplines et une dizaine d’étudiant·e·s en magister (médecine, épistémologie, démographie, sociologie, anthropologie et psychologie). L’Unité de recherche en sciences sociales actuelle a été mise en place en 2014, formée de plus de trente chercheur·e·s associé·e·s et de doctorant·e·s, a permis d’accéder à plus de consistance scientifique en conduisant nos travaux de recherche dans une logique pluridisciplinaire.

5 Les jeunes collègues (6 chercheurs hommes et 5 chercheures femmes) étaient acquis à l’idée d’organiser un premier salon des sciences sociales à Oran. Ils vont composer à mon initiative le comité scientifique pluridisciplinaire de onze membres : une psychologue, deux sociologues, un économiste, deux sociolinguistes, une démographe, un juriste, un politologue, une chercheure en littéraire, une responsable administrative chargée des relations extérieures au niveau du centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle.

6 Le ralentissement des manifestations scientifiques n’est pas du tout étranger au fait que tout appel à contributions avant sa diffusion, doit nécessairement avoir l’aval en dernière instance des responsables du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Par exemple, nous étions constamment dans la peur d’un refus de la « tutelle » pour l’organisation du Salon.

7 L’appel à contributions, la mobilisation à titre individuel de chercheur·e·s scientifiquement reconnu·e·s et l’appui important des coordinateur·ice·s scientifiques, ont permis la réception de 200 propositions. Le Comité scientifique a retenu 131 interventions programmées. Au final, en tenant compte des absences, 121 communicant·e·s étaient présent·e·s au Salon.

8 C’est en effet dans la confrontation à l’Autre, que les « arts de faire » peuvent avoir du sens et de la pertinence. Il fallait constamment négocier, persuader, démontrer, revenir le lendemain, avec d’autres éléments plus convaincants, sans oublier les lettres administratives demandées par nos différents interlocuteurs (éditeurs, directeur de cinémathèque, responsables des institutions de recherche, collègues, journalistes, etc.) pour permettre leur participation au Salon des sciences sociales.

9 Par exemple, la sociologie du travail en Algérie a fait l’objet de recherches pertinentes et de référence pouvant contribuer à mieux comprendre les transformations sociales actuelles de l’entreprise et du travail industriel. Nous pensons notamment aux travaux significatifs de Ali El-Kenz, Djamel Guerid, Saïd Chikhi et Djillali Liabes. Les recherches sur les espaces urbains menées notamment par Rachid Sidi-Boumedine et Nadir Marouf, sont indispensables aujourd’hui, pour mieux appréhender l’anomie urbanistique dominée par le béton hégémonique dans la construction des immeubles.

10 Nous avons pu retenir les dix disciplines suivantes : sociologie, anthropologie, psychologie, sciences du langage, économie, droit, histoire, sciences politiques, démographie et philosophie.

11 Une partie des conférences du Salon est en ligne :  https://youtu.be/lLcQImeQ73c et https://youtu.be/ujNI3rw3BQc 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Mebtoul, « Le premier Salon des sciences sociales à Oran : la force de l’utopie créatrice »L’Année du Maghreb [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 07 décembre 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/12124 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.12124

Haut de page

Auteur

Mohamed Mebtoul

Sociologue, Unité de recherche en Sciences Sociales et Santé, Université d’Oran 2, Algérie.

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search