Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Enjeux et débatsMaghrebDes migrants « pas comme les autr...

Enjeux et débats
Maghreb

Des migrants « pas comme les autres ». Ambivalence des représentations sociales des migrants marocains et subsahariens aux îles Canaries

Migrants "unlike the others": ambivalence in social representations of Moroccan and Sub-Saharan migrants in the Canary Islands
Andrea Gallinal Arias

Résumés

Depuis 2020, les îles Canaries font face à une augmentation significative des arrivées irrégulières de migrants en provenance du continent africain. Cette situation a fait émerger des discours sur les migrants, avec des attitudes variables envers les différentes catégories de population selon leurs origines. L’article se penche sur l’analyse des représentations sociales associées aux migrants marocains et subsahariens, les deux principaux groupes arrivant dans l’archipel par la route migratoire atlantique. À travers l’analyse d’un corpus composé d’entretiens, d’articles de presse et commentaires en ligne, l’article présente les discours qui circulent dans la société canarienne à l’égard des migrants et identifie les différents types d’arguments qui les portent. Le corpus, traité à l’aide du logiciel de textométrie TXM, est analysé à la lumière du modèle CARIN de « welfare deservingness » qui permet évaluer le degré de légitimité accordé à chacun des deux groupes en ce qui concerne leur accueil et leur accès aux différents services sociaux. L’article avance l’idée que la représentation sociale des migrants marocains dans la société canarienne, plus négative que celle associée aux migrants subsahariens, est informée par les réalités symboliques préexistantes dans l’archipel liées aux relations historiques et diplomatiques avec le Maroc. Enfin, la réaction de rejet exprimée par une partie de la société canarienne est renforcée par une « gestion de crise » du phénomène migratoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entretien réalisé à Grande Canarie le 27 janvier 2021.

Ensuite, nous avons par exemple le Maroc, qui a également des problèmes de Covid, mais il y a aussi des problèmes géopolitiques qui peuvent influencer l’agilité avec laquelle ces messieurs peuvent quitter leur pays et, en ce moment, ils sont presque en train d’envahir les îles. La grande majorité d’entre eux ne viennent pas du Mali, d’Afrique centrale ou de Guinée équatoriale, qui est également un pays vulnérable, et c’est ce qui crée un certain malaise.1

  • 2 Ibid.

1Lors d’un de mes premiers entretiens sur l’île de Grande Canarie, en janvier 2021, un hôtelier membre de l’organisation patronale regroupant les entrepreneurs du tourisme évoquait la différence qu’il percevait entre les différentes catégories de migrants arrivant aux Canaries. Il soulignait le malaise ressenti par une partie de la population locale confrontée au fait que la plupart de ces migrants soient marocains et non subsahariens. Et d’ajouter : « Vous avez quand même vu la différence de comportement [entre les uns et les autres], j’imagine ? »2.

2Ce fut la première des nombreuses fois, au cours de différents séjours sur les îles, que mes interlocuteurs faisaient allusion à ces différences. Depuis 2020, les îles sont confrontées à une augmentation du nombre d’arrivées irrégulières de personnes migrantes en provenance du continent africain. Cette situation, qualifiée de « crise migratoire », a conduit à l’émergence et à la reproduction d’une série de discours sur la population migrante.

  • 3 L’enquête faisait la distinction entre « Maghrébins », « Africains sub-sahariens » et les « Saharie (...)

3Un aspect essentiel pour comprendre les attitudes à l’égard de l’immigration dans les îles Canaries est que celle-ci n’est pas perçue comme un bloc homogène et que les attitudes varient considérablement en fonction des groupes de référence (Buraschi et Godenau, 2020). Le sociobaromètre des îles Canaries, dont l’enquête a été réalisée en février 2021, fournit un aperçu du rejet de l’accueil des migrants pendant ces mois de tension. Selon les résultats publiés, 79,7 % des personnes enquêtées pensaient que « les autorités devraient faire tout ce qui était possible pour empêcher les migrants d’entrer dans les îles » (UNED, 2021). Le même sondage montrait clairement que le groupe des « Maghrébins » était celui qui suscitait le moins de sympathie, avec un score de 4,4 sur une échelle de 0 à 103. Ces résultats sont en adéquation avec ceux d’autres études menées sur l’île de Tenerife, qui ont montré que, parmi les personnes arrivant du continent africain, le collectif des « Maghrébins » était celui qui suscitait le plus d’antipathie, avec 32,6 %, bien au-dessus des « Africains subsahariens », dont le pourcentage était d’environ 11 % (Buraschi et Godenau, 2020).

  • 4 TXM est un logiciel open source co-développé par le laboratoire IHRIM de l’École normale supérieure (...)
  • 5 La fréquence fait référence au nombre de fois qu’un terme apparaît dans un corpus ; la concordance (...)
  • 6 Pour les migrants marocains, les termes qui ont été pris en compte sont marocain, maghrébin et « mo (...)

4Les représentations sociales sont « un ensemble organisé de cognitions relatives à un objet, partagées par les membres d’une population homogène en relation avec cet objet » (Flament, 1994, p. 37-58) et leur processus fondamental de formation est la communication (Negura, 2006, p. 3). Ainsi, c’est par la communication que les différents groupes sociaux entrent en conflit autour de la définition des représentations sociales. Afin de comprendre les représentations sociales associées à différents groupes de migrants en fonction de leur origine dans la société canarienne, une analyse thématique du contenu de plusieurs corpus différents a été réalisée (voir le tableau 1). Cette dernière « constitue l’outil classique pour l’étude des opinions à travers la catégorisation des termes en thèmes analytiques » (Negura, 2006, p. 4). L’analyse autour des catégories « migrant marocain » et « migrant subsaharien », nous permettra d’identifier les unités sémantiques qui constituent les énoncés pour ces deux groupes, mettant en évidence les idées associées à chacun d’entre eux. Les corpus ont été traités à l’aide du logiciel de textométrie TXM4 pour évaluer la fréquence et les concordances5 de deux groupes de termes faisant référence aux migrants marocains et aux migrants subsahariens6. Cela nous permet de mesurer, respectivement, l’importance relative des deux groupes de termes dans le corpus et les contextes thématiques dans lesquels ils sont utilisés.

  • 7 Ces cinq critères mesurent la conditionnalité de la solidarité envers un groupe spécifique en ce qu (...)

5Il est important de rappeler que « les représentations sociales ne sont pas des entités isolées, mais évoluent dans des contextes sociaux distincts » (Negura, 2006, p. 11). Elles apparaissent et agissent sur « une base symbolique déjà en place » (ibid., p. 12), raison pour laquelle le contexte dans lequel elles sont reproduites et les dynamiques identitaires qui les entourent seront prises en compte dans l’analyse. Avec l’objectif de faire ressortir des thématiques respectivement associés aux migrants marocains et subsahariens, nous avons analysé les contextes dans lesquels les termes sont utilisés avec le modèle CARIN de mérite de l’aide sociale (« welfare deservingness ») développé par van Oorscht (2006). La thèse centrale de ce modèle est que le soutien public aux prestations et services sociaux dépend dans une large mesure de la perception que le grand public a du degré de « mérite » des groupes ciblés (van Oorscht, 2006). En ce sens, le modèle CARIN sert à mesurer la manière dont les citoyens évaluent le niveau de « mérite social » d’un groupe cible sur la base de cinq critères : le Contrôle, l’Attitude, la Réciprocité, l’Identité et la Nécessité7. Dans la mesure où les discours analysés ici portent sur la perception du droit ou non d’un groupe de personnes à être accueilli dans une société et pris en charge par elle, les cinq critères CARIN ont été utiles pour évaluer et analyser les discours qui véhiculent ces représentations.

6L’objectif de cet article est de montrer les différences de perception qui existent dans les îles Canaries à l’égard des diverses catégories de migrants en fonction de leur origine. Plus précisément, il s’agit de comparer les différences de représentations sociales produites par la population canarienne vis-à-vis des migrants marocains et subsahariens, les deux principaux groupes des personnes arrivant dans l’archipel par cette route migratoire atlantique. À travers l’analyse d’un corpus composé d’entretiens, d’articles de presse nationale et locale et des commentaires d’articles de presse numériques (tableau 1), nous allons présenter les discours qui circulent dans la société canarienne à l’égard des migrants et identifier les différents types d’arguments qui les justifient. L’analyse du corpus effectuée à la lumière du modèle CARIN, nous permet d’organiser les arguments identifiés selon les cinq critères évaluant le degré de légitimité accordé à chacun des deux groupes en ce qui concerne leur accueil et leur accès aux différents services sociaux, après leur arrivée sur le territoire insulaire. Enfin, nous testerons l’hypothèse selon laquelle la représentation sociale des migrants marocains dans la société canarienne est informée, d’une part, par le contexte complexe de la « crise migratoire » et, d’autre part, par les réalités symboliques préexistantes dans l’archipel liées au Maroc. Ainsi, une spécificité de ce territoire insulaire expliquant l’existence de ces perceptions différentielles se rapporterait aux liens historiques et diplomatiques entre l’archipel et le Maroc ainsi qu’aux relations entre les îles Canaries et le Sahara occidental. Enfin, la réaction de rejet exprimée par une partie de la société canarienne est renforcée par une « gestion de crise » qui considère l’immigration dans les îles comme une urgence récurrente et pas comme un phénomène structurel qui nécessiterait un mécanisme permanent adapté à la situation frontalière et ultrapériphérique du territoire.

Tableau 1. Ensemble de corpus utilisés dans l’analyse textuelle

Articles de presse

Suite à une recherche en ligne sous les termes « immigration Îles Canaries » pour la période des années 2020 et 2021

Cananas7 (21)

Cananas Ahora (9)

Diario de Avisos de Tenerife (10)

El Confidencial (7)

El Mundo (12)

EuropaPress (9)

La Provincia (5)

Libertad Digital (6)

La Vanguardia (13)

Lancelot Digital (4)

El Español (7)

El País (16)

Entretiens

Réalisés entre 2021 et 2022 dans l'Île de Gran Canaria

23

Commentaires d’articles de presse

Issus des sections de discussion en ligne des articles de la revue de presse

Canarias (7)

El Español

El País

Lancelot Digital

Les Îles Canaries : frontière européenne en Afrique

  • 8 En 2020, la Commission européenne a lancé une proposition visant à créer un nouveau pacte sur les m (...)

7Dans le contexte européen, l’immigration est un élément central de la scène politique, surtout lorsqu’elle est associée à des moments de « crise » aux frontières. C’est une question qui touche à la fois la politique intérieure de l’Union Européenne (UE) et sa politique extérieure dans les relations avec les pays tiers et les acteurs privés (Guiraudon, 2010). L’élaboration d’une politique commune en matière de migration et d’asile est l’une des priorités de la Commission européenne depuis les années 19908, mais les conflits d’intérêts des États membres n’ont, jusqu’à présent, permis qu’une harmonisation partielle des positions autour de cette question (El Qadim, 2021). Ainsi, de nombreuses problématiques relatives à l’immigration restent une compétence nationale et leur mise en œuvre relève souvent des États membres, ce qui explique les divergences existantes en matière de politique migratoire au sein de l’Union. Les seuls points sur lesquels les pays membres semblent s’accorder sont ceux qui répondent à une perspective de gestion sécuritaire des flux migratoires : adoption de mesures de plus en plus restrictives dans le contrôle des frontières extérieures et un accent mis sur les politiques de réadmission (ibid.). Ainsi, les politiques supranationales coexistent avec les réglementations nationales et les négociations des différents États membres avec des pays tiers.

  • 9 Sur une présentation détaillée des négociations en matière du contrôle de l’immigration entre l’Eur (...)
  • 10 BOE (Bulletin Officiel de l’État), 7/04/2022, numéro 83, pp. 46756-46760, disponible sur https://ww (...)

8La mise en œuvre d’accords de réadmission avec les pays africains constitue un des éléments clé de la politique de l’Espagne en matière d’immigration (Gabrielli, 2015). Le principal interlocuteur à ce niveau est le Maroc, avec lequel elle a signé de multiples accords sur le contrôle des flux migratoires et la coopération en matière de police des frontières. Ce dernier, « loin d’être un simple récepteur des politiques migratoires européennes, joue un rôle actif dans la définition de ces politiques » (El Qadim, 2010). Sa position géographique stratégique dans la lutte contre l’immigration irrégulière à destination de l’Europe lui a permis de se positionner comme un allié important pour l’UE, en général et pour l’Espagne, en particulier. La marge de négociation de ces accords entraine de grands bénéfices pour ce pays en termes d’aide au développement, de commerce, mais aussi de gains géopolitiques9. Le dernier de ces accords entre les deux pays vise la « coopération en matière de sécurité et de lutte contre la criminalité », avec une référence particulière à « la traite des êtres humains et l’immigration illégale »10. Bien que signé en 2019, il n’est entré en vigueur qu’en avril 2022 à la suite de la publication, un mois plus tôt, d’une lettre du Premier ministre espagnol Pedro Sánchez au roi Mohamed VI dans laquelle ce dernier reconnaissait que « l’Espagne considère la proposition marocaine d’autonomie [du Sahara] présentée en 2007 [par le Maroc] comme la base la plus sérieuse, crédible et réaliste pour la résolution de ce différend » (González, 2022). Ce changement dans la position historique de l’Espagne sur la situation du Sahara occidental souligne l’importance de la dimension informelle de la mise en œuvre de ces accords bilatéraux (El Qadim, 2010) et l’instrumentalisation que les pays tiers, en l’occurrence le Maroc, peuvent faire de la question migratoire pour intégrer ces négociations à leur propre agenda politique.

  • 11 Le protectorat espagnol du Maroc, le territoire qui constitue aujourd’hui le Sahara occidental et l (...)
  • 12 Données de l’Institut National de Statistique (INE) (www.ine.es).

9Les effets de ces accords sont directement visibles sur le terrain, aux frontières espagnoles et surtout dans les îles Canaries, l’une des 17 communautés autonomes du pays. Situées dans la région Macaronésienne, elles sont à 100 km de la côte marocaine. Leur situation géographique – au milieu de l’océan Atlantique, à proximité des côtes du continent africain et dans l’ultra-périphérie de l’Union européenne – fait de cet archipel un territoire dont l’histoire est liée à la mobilité humaine intercontinentale. Jusqu’à la fin du XXe siècle, les îles Canaries étaient considérées comme un territoire d’émigration, principalement vers Cuba et le Venezuela, mais aussi vers les anciennes colonies espagnoles de la côte africaine11 (Ruiz, 2004). À partir des années 1970, le développement économique de l’archipel, en particulier dans le secteur du tourisme, et l’intégration de l’Espagne dans l’UE (1986) ont entraîné un renversement du schéma migratoire (ibid., Mujica, 2008). Ceci explique la grande proportion d’étrangers dans les îles : près d’un demi-million de personnes pour un territoire d’un peu plus de deux millions d’habitants en 202212. Ainsi, entre les 12 millions de touristes que les îles reçoivent en moyenne chaque année et les migrants qui arrivent en provenance d’autres continents, principalement d’Amérique latine, l’immigration irrégulière depuis l’Afrique constitue une part minime de ce transit de personnes (Godenau et Zapata, 2008). Elle est, cependant, la plus médiatisée (Buraschi et Fumero de León, 2019).

  • 13 La crisis de los cayucos est le nom donné au grand nombre d’arrivées entre 2006 et 2009 en raison d (...)
  • 14 “Balances quincenales de inmigración irregular”, Ministerio del Interior, consultables sur https:// (...)

10Le flux migratoire par cette route atlantique a commencé en 1994 avec l’arrivée des premières embarcations en provenance du Maroc vers les îles de Fuerteventura et Lanzarote (Pérez, 2011), et a atteint son pic lors de la crise des cayucos13 en 2006. Depuis lors, le nombre de migrants arrivant aux îles Canaries avait considérablement diminué et ce n’est que récemment, vers la fin de l’année 2020, que l’archipel est revenu sur le devant de la scène médiatique avec l’arrivée de plus de 23 000 personnes en provenance du continent africain. Dans un contexte de pandémie, avec les frontières fermées et l’arrêt du tourisme, cette augmentation de l’immigration irrégulière a posé une série de défis aux autorités européennes, espagnoles et insulaires. À partir de mai 2022, à la suite de l’entrée en vigueur de l’accord entre l’Espagne et le Maroc, le pourcentage d’arrivées dans les îles a commencé à ralentir pour la première fois par rapport à l’année précédente14.

  • 15 Plusieurs manifestations se sont déroulées en mars 2022 dans différentes îles en faveur de l’indépe (...)

11Au-delà des chiffres, les conditions des accords bilatéraux entre les deux pays et, en particulier, le changement de position par rapport au Sahara, alimentent des enjeux identitaires et symboliques chez la population des îles. En effet, les îles Canaries et les populations sahraouis sont historiquement liées par des relations commerciales et culturelles. Aussi le soutien du gouvernement espagnol à la proposition marocaine sur le territoire n’a-t-il pas été bien perçu par une partie de la société canarienne, qui l’a exprimé à plusieurs reprises15. Ainsi, ces mesures et négociations bilatérales hispano-marocaines contribuent à alimenter les imaginaires sociaux et les représentations canariennes du voisin marocain qui existent déjà et qui sont spécifiques au contexte géographique, historique et culturel de l’archipel. Associées aux stéréotypes répandus dans la société espagnole à l’égard de la population migrante, ces représentations alimentent la perception négative de l’immigration marocaine par une partie de la société canarienne. Les caractéristiques associées aux migrants marocains qui en découlent deviennent encore plus claires lorsqu’on les compare aux perceptions sur les migrants d’origine non marocaine.

Gestion « en crise » : des réponses ambivalentes à l’immigration

  • 16 “Balances quincenales…”, voir note 7
  • 17 Cette tendance ne s’est pas atténuée jusqu’en avril 2021, lorsqu’un juge a confirmé l’illégalité de (...)

12Depuis le début de l’année 2020 et jusqu’au 15 mars 2023, un total de 63 447 personnes ont atteint les îles Canaries en provenance des côtes africaines (voir le graphique 1)16. Les principaux points de départ ont été situés sur les côtes marocaines et du Sahara occidental (CEAR, 2021). En termes de nationalités, sur les plus de 23 000 personnes arrivées au cours de l’année 2020, environ 52 % étaient d’origine marocaine, 20 % sénégalaises, 18 % maliennes et des pourcentages plus faibles étaient originaires de Côte d’Ivoire, de la Guinée et de la Gambie (Médiateur, 2021). L’augmentation rapide du nombre d’arrivées, couplée à l’absence d’un système stable d’accueil sur les îles et au contexte sanitaire imposé par la pandémie de Covid-19, a conduit à une situation d’urgence dans l’archipel. En effet, après la crise des cayucos et la stabilisation des flux dans cette route migratoire, et à la suite de la crise économique espagnole à partir de 2008, les places d’hébergement qui avaient été déployées ont été progressivement démantelées. Ainsi, lorsque les arrivées ont commencé à augmenter en 2019, il y avait trois centres d’accueil sur toutes les îles, avec un total de 78 places (Médiateur, 2021). La recherche urgente d’espaces de réception est devenue une priorité alors que les personnes continuaient à s’entasser sur le quai d’Arguineguín (Grande Canarie), qui hébergeait, en novembre 2020, plus de 2 000 personnes dans un camp en plein air. Outre le manque de ressources d’hébergement, la décision du ministère de l’Intérieur, depuis fin 2020, de renforcer les contrôles dans les ports et aéroports pour empêcher le départ des migrants non vulnérables, a conduit à un allongement involontaire du séjour sur les îles, parfois pendant plus d’un an, et à de fortes tensions au sein de la population migrante en raison de la situation de blocage17.

Graphique 1. Nombre de migrants arrivés aux Îles Canaries par voie maritime entre 2019 et 2021. Chiffres par mois. Sources : ministère de l’Intérieur. Réalisation de l’auteur.

Graphique 1. Nombre de migrants arrivés aux Îles Canaries par voie maritime entre 2019 et 2021. Chiffres par mois. Sources : ministère de l’Intérieur. Réalisation de l’auteur.
  • 18 33 % de contribution directe au PIB régional en 2019, avant la pandémie. Chiffres de l’Institut Nat (...)
  • 19 Données de l’EPA (Encuesta de Población Activa) publiées par l’Institut Canarien de Statistique (IS (...)

13Dans ce sens, la réponse institutionnelle a été lente et la couverture médiatique intense. De plus, le contexte économique était rendu difficile par la paralysie du tourisme, pilier de l’économie locale18. Les conséquences des restrictions de mobilité imposées par de nombreux pays en raison du Covid-19 ont été très visibles. Avec l’industrie du tourisme à l’arrêt, le chômage dans la région s’est accru lors du dernier quadrimestre de 2020 pour dépasser les 25 % de la population active19. Après des mois d’improvisation, la solution temporaire du gouvernement a été d’installer les personnes migrantes dans certaines structures hôtelières disponibles dans les îles en raison de l’absence des touristes. L’accueil dans des hôtels, avec un total de 5 500 places, a constitué le premier pilier du Plan Canarias, la solution proposée par le gouvernement central publiée en novembre 2020. Les 7 000 places d’accueil d’urgence créées par ce plan au sein de six établissements publics de l’archipel se sont substituées à celles des hôtels, à partir des premiers mois de 2021.

  • 20 Le terme utilisé dans ces messages et publications est « moro » qui correspond au substantif « Maur (...)
  • 21 Sept migrants marocains ont été attaqués par des groupes organisés de voisins en l’espace de cinq j (...)

14Dans ce contexte, certains secteurs de la société ont apporté immédiatement leur soutien aux migrants. Toutefois, d’autres groupes se sont mobilisés pour exiger l’exclusion de ces personnes (Buraschi et Aguilar-Idáñez, 2023). Les premières protestations anti-immigration ont eu lieu en novembre 2020, dans le sud de Grande Canarie. Deux manifestations ont été organisées dans un petit village pour protester contre la situation du quai municipal sur lequel un camp à ciel ouvert avait été improvisé. Certaines de ces manifestations pacifiques se sont transformées en des mobilisations menaçantes pour les migrants, débouchant parfois sur des agressions vis-à-vis des Marocains. Des groupes de voisins se sont organisés via WhatsApp pour partir à la « chasse aux arabes20 ». Il y a même eu quelques cas d’agression physique dans les quartiers où se trouvaient les centres d’accueil qui s’étaient substitués aux hôtels21. Le fait que la plupart de ces menaces et actions violentes visaient les « Moros » renforce les indications recueillies au cours des entretiens et conversations avec différentes personnes sur les îles : celles-ci semblaient indiquer une perception différentielle des catégories de migrants en fonction de leur origine.

Dis-moi d’où tu viens et je te dirai ce que tu mérites

15Afin de mesurer l’importance relative des deux groupes de migrants marocains et subsahariens, la FPM (fréquence par million de mots) a été calculée pour chacun d’entre eux dans les différents corpus (voir le graphique 2). Les résultats montrent que dans les trois cas, le nombre de fois où le groupe des migrants marocains est mentionné est beaucoup plus élevé. Ceci démontre que la visibilité dans le débat public de ce groupe est plus importante que celle du groupe de migrants subsahariens. L’importance relative du premier pourrait s’expliquer par le fait que la nationalité marocaine a représenté le plus grand nombre d’arrivées au cours des dernières années, mais, comme nous le verrons plus loin, d’autres facteurs contextuels expliquent aussi cette sur-visibilité. Pour mieux comprendre ces résultats, il est nécessaire de connaître le contexte dans lequel ces termes sont mentionnés.

Graphique 2. FMP (Fréquence par million) des groupes de termes sur les migrants "Marocains" et "Subsahariens)

Graphique 2. FMP (Fréquence par million) des groupes de termes sur les migrants "Marocains" et "Subsahariens)

16L’analyse textuelle des concordances nous permet d’étudier le contexte dans lequel les groupes de termes en relation avec les migrants marocains et les migrants subsahariens sont utilisés. Les résultats ont été analysés et catégorisés selon les indicateurs du modèle CARIN de manière que chacun d’entre eux regroupe une série d’arguments. Ainsi, dans les trois corpus, les références aux groupes de migrants marocains sont beaucoup plus nombreuses, ce qui est en accord avec les résultats en termes de fréquence. Les arguments qui font référence au Contrôle, à l’Attitude et à la Nécessité sont les plus mobilisés (voir le graphique 3 et le tableau 2).

Graphique 3. Utilisation des termes en contexte selon l'indicateur CARIN pour les deux groupes de référence

Graphique 3. Utilisation des termes en contexte selon l'indicateur CARIN pour les deux groupes de référence

17L’indicateur de Contrôle fait référence au niveau de contrôle exercée par une personne sur sa situation ; plus celui-ci est faible, plus elle mérite d’être aidée, en l’occurrence ici par l’accueil, l’assistance sociale et la protection de l’État. Le corpus de documents analysés, en particulier les commentaires, montrent la prégnance de la perception selon laquelle les migrants marocains contrôlent le mieux leur situation : plus de ressources économiques, donc plus de moyens pour atteindre les îles, une traversée plus courte, davantage de facilités pour se déplacer une fois sur les îles, car ils sont souvent en possession de leurs passeports et ont plus de réseaux de contacts en Espagne. Pour les migrants subsahariens, en revanche, il est entendu qu’ils exercent moins de contrôle sur leur situation, car fuyant des phénomènes tels que la famine ou la guerre, ils arrivent souvent sans papiers et doivent effectuer une traversée beaucoup plus longue et dangereuse (voir les exemples du tableau 2).

18Selon l’indicateur Attitude, la personne qui est perçue comme plus reconnaissante et plus accommodante sera jugée comme méritant davantage de prestations sociales. Les migrants subsahariens sont clairement et régulièrement identifiés comme étant mieux élevés, plus accommodants, plus respectueux et mieux intégrés dans la société que leurs homologues marocains. D’autre part, les migrants d’origine marocaine sont définis comme étant des sources de conflits et sont associés à plusieurs reprises à la criminalité, à la violence, au machisme et au manque d’intégration. Ceci se reflète dans les trois corpus analysés et plus particulièrement dans les commentaires, (voir le tableau 2 exposant les arguments).

19La Réciprocité fait référence à la contribution d’un groupe à la société. Plus elle est élevée, plus le groupe est considéré comme méritant une assistance sociale. Le critère de réciprocité est le moins évoqué des cinq critères car les migrants arrivant sur le territoire par des voies clandestines sont en situation irrégulière et ne peuvent donc pas officiellement exercer des activités économiques et sociales au sein de la société d’accueil. De surcroît, les îles Canaries sont principalement un territoire de transit et la plupart de personnes migrantes ne restent que quelques mois avant de continuer leur voyage. Les interventions à cet égard tendent à se concentrer davantage sur la situation d’exclusion dans laquelle se trouvent déjà de nombreux Canariens et sur l’inconvénient de partager des ressources et des aides limitées avec des étrangers qui ne peuvent même pas contribuer avec leurs propres moyens. Ces évaluations ont tendance à être généralisées aux deux groupes, les migrants subsahariens comme ceux d’origine marocaine.

20L’Identité est liée à l’appartenance ou à la similitude du groupe de référence avec la société d’accueil. Les mentions relatives aux aspects identitaires sont beaucoup plus fréquentes dans les interventions se rapportant au groupe de migrants marocains. Elles concernent principalement la religion et la culture. Même si, au sein du groupe subsaharien, la plupart des personnes sont également musulmanes, l’aspect religieux est plus directement associé aux personnes d’origine marocaine. Elles sont considérées, dans ce corpus, comme plus radicalisées et comme ayant plus de difficultés à s’adapter à la culture nationale (voir l’argumentaire dans le tableau 2).

21La Nécessité se réfère aux besoins économiques ou de santé d’une personne ; plus une personne est dans le besoin, plus elle est considérée comme méritant une aide sociale. L’imaginaire autour des migrants subsahariens est alimenté par un discours de victimisation et des stéréotypes de pauvreté, de famine, de guerres, etc. Parallèlement, la population locale considère que le besoin réel de migrer chez les Marocains est moindre dans la mesure où le Maroc n’est pas considéré comme un pays pauvre : ses ressortissants porteraient des vêtements de marque et disposeraient de téléphones produits par des firmes internationales bien connues.

Contrôle

Tableau 2. Exemples d’arguments utilisés sous chaque indicateur

Officiellement, ils peuvent dire qu'ils bloquent les gens sur les îles, mais en réalité, certains sortent. C'est ce qui se passe avec la majorité des Marocains, qui arrivent sur les îles avec un passeport et qui, à partir de là, peuvent déjà se déplacer dans l'espace Schengen. Cela représente également l'inégalité qui existe dans le contexte de la vulnérabilité de la migration. Ceux qui ont moins de ressources parviennent à arriver ici, mais ne parviennent pas à partir. C'est le cas de nombreuses personnes qui viennent du Mali ou du Sénégal ; le voyage est plus long et les documents ne sont pas toujours sécurisés ; en outre, elles ont tendance à avoir moins de réseaux de contacts ici que les personnes qui viennent du Maghreb.

Responsable de communication d’une association d'aide aux réfugiés, entretien réalisé en ligne le 20 octobre 2020

Ils profitent de la situation Covid. Les Marocains, avec leurs passeports en main, prétendent qu'ils ne peuvent pas être renvoyés dans leur pays parce que leur roi a fermé les frontières à cause de la pandémie.

L'invasion sans fin, qui ne s'arrêtera pas tant que les Canaries ne seront pas devenues un territoire marocain.

La cinquième colonne progresse à pas de géant aux Canaries. Nous finirons par être, de facto, une colonie marocaine.

Et un gouvernement de merde qui n'est pas capable de protéger ses frontières et qui permet la colonisation des îles Canaries par le Maroc. Une invasion.

« Halufos »* envahisseurs, dites la vérité, ce ne sont pas des immigrés subsahariens, ce sont les ordures du Maroc pour faire pression sur l'Espagne.

Commentaires issus du corpus analysé, traduit de l'espagnol

*terme péjoratif pour se référer aux musulmans qui fait allusion à la viande de porc

Attitude

Ecoutez, notre expérience actuelle, par exemple dans les très, très petits villages, comme Tejeda et Ayagaures, a été très, très bonne. Il est vrai aussi que dans ces centres, les garçons qui sont arrivés au départ étaient des subsahariens. Je ne sais pas comment ils auraient été acceptés s'ils avaient été maghrébins, d'accord? Mais en étant subsahariens, ils ont été très bien acceptés. [...] Le niveau social, l'évolution, par exemple, des Maliens, n'a rien à voir avec le Maroc, par exemple, ceux qui viennent de Dahla... Ils n'ont rien à voir les uns avec les autres, donc la différence est très, très sensible. [...] En ce moment, par exemple, nous avons eu quelques difficultés à Tejeda, lorsqu'un petit groupe de garçons maghrébins est arrivé. Parce que c'est différent avec les maghrébins, n'est-ce pas ? Alors oui, parmi les maghrébins il y a des garçons qui sont plus conflictuels, des garçons qui ont déjà vécu dans la rue, qui ont eu des problèmes de consommation de drogue...

Directrice d'une association qui accueille des mineurs non accompagnés, entretien fait à Gran Canaria le 5 février 2021

Quand je dis « très conflictuel », je fais référence à des garçons qui disent eux-mêmes qu'ils sont venus sur un bateau parce qu'ils allaient être mis en prison dans leur propre pays. C'est le profil de beaucoup des garçons que nous avons en ce moment, surtout ceux d'origine marocaine.

Directrice générale de la protection de l'enfance et de la famille du gouvernement régional des Canaries, entretien fait à Gran Canaria le 9 février 2021

Un Marocain qui s'occupe des personnes âgées ? C'est probablement pour lui voler sa retraite et son portable.

Pourquoi ne mentionnez-vous pas les multiples agressions sexuelles, l'une à Las Canteras, l'autre la fille étrangère violée dans le sud à la porte de sa maison, l'autre jour celui qui s'est introduit dans la maison d'une jeune fille à Lanzarote, les multiples vols, des agressions violentes avec des couteaux, tous, absolument TOUS, perpétrés par des immigrants clandestins maghrébins ! Et vous dites que nous, les Canariens, nous les haïssons et les attaquons ? Non, si vous voulez nous mettons un tapis rouge et jetons des pétales de fleurs sur leur chemin, allez-vous faire f...

Les Marocains qui arrivent sont des délinquants. Sortez plus dans la rue et arrêtez avec vos conneries morales, elles n'ont plus lieu d'être.

[...] Un bon nombre de personnes d'origine maghrébine s'y retrouvent. Si on ne vous a pas encore offert de haschisch, asseyez-vous et buvez un verre sur la terrasse de la salle des machines. Vous verrez bientôt comment ils proposent de la drogue (hashish et cocaïne) aux touristes qui passent. Personne ici n'est contre l'immigration. C'est peut-être une coïncidence que ce groupe d'immigrants proposant de la drogue soit d'origine marocaine et non chinoise. Mais permettez-moi d'en douter.

Commentaires issus du corpus analysé, traduits de l'espagnol

Réciprocité

Ils préfèrent donner 50 millions pour l'immigration afin, disent-ils, que quelqu'un veuille travailler pour payer les pensions. C'est à mourir de rire. Pourquoi ne pas prendre cet argent et donner aux mères un salaire pour avoir des enfants, beaucoup de couples voudraient avoir plus d'enfants et certains n'en ont qu'un mais ne peuvent pas à cause de leur travail, les couples qui veulent adopter un enfant ont un million de problèmes et ne reçoivent aucune aide. Ces gens qui arrivent illégalement sans aucune prestation vont collecter et collecter de l'argent qui pourrait être le nôtre, je ne suis pas raciste mais la plupart des Marocains sont de la viande à pendre, ils veulent transformer les îles en islamistes et ils deviennent de plus en plus puissants.

Ces personnes arrivent et bénéficient déjà de soins de santé gratuits et d'une éducation pour leurs très nombreux enfants. Et par pitié, ils bénéficient d'allocations. Ils sont déjà sur la voie de la régularisation Réciprocité et même de la nationalité. Et à vivre gratuitement. C'est pour cela qu'ils ont tant d'enfants. Ils ne contribuent en rien mais nous devons les supporter. Il n'y a pas de pays plus stupide que celui-ci. Les sauveurs du monde, qui se contentent de belles paroles, négligent leurs citoyens. Je suis taxé et j'ai besoin d'un traitement (pas urgent) pour lequel j'attends depuis 2 ans avec l'excuse du Covid. Et ceux-là, directement à l'hôpital. Quelle honte. Nous n'avons pas d'autre choix que de partir d'ici.

Mon ami était propriétaire d'une discothèque... il n'a plus aucun droit !!!! Après avoir payé des impôts pendant 25 ans !!!! Et la racaille africaine vit dans des hôtels de luxe...

Commentaires issus du corpus analysé, traduits de l'espagnol

Identité

Hier soir au MacDonalds de la Plaza de Espana vers 22h30, il n'y avait pas un seul Espagnol, tous Marocains, les tables à l'extérieur et à l'intérieur. Tous des enfants et quatre mères. Quand dans 20 ans, si ce n'est plus tôt, un parti islamiste arrivera au pouvoir, ne soyez pas surpris. Nous allons perdre les Canaries dans quelques années, ceux qui ne veulent pas le voir maintenant, pleureront plus tard, quand il n'y aura plus rien à faire. Rappelez-vous les mots : Avec vos lois nous vous conquerrons et avec l'Islam nous vous soumettrons.

Il faut être aveugle pour ne pas remarquer qu'en quelques mois, le nombre d'immigrés clandestins errant dans les rues de Las Palmas de Gran Canaria, en particulier les Marocains, a augmenté de façon spectaculaire. Dans peu de temps, ils seront plus nombreux que la population locale et imposeront leurs règles. Pour eux, la loi islamique est au-dessus de la loi civile. Les îles Canaries sont un territoire très fragile, pauvre et fragmenté, que ce gouvernement mène au désastre le plus absolu.

Les experts de la péninsule qui restent chez eux sans avoir vu un seul Maure disent qu'il faut rester calme car il s'agit de cas isolés, pas de terroristes... Quelle connerie

Commentaires issus du corpus analysé, traduits de l'espagnol

Nécessité

Hier soir, 14 mineurs marocains se trouvaient dans le centre commercial Las Ramblas (LPGC) avec 5 sacs chacun provenant de magasins de sport et de mode, tous bien propres et soignés.

Expulsion massive immédiate ! Et ceux qui viennent de pays en guerre devraient se voir accorder l'asile, mais les Marocains devraient être expulsés !

Commentaires issus du corpus analysé, traduits de l'espagnol

Les Maghrébins traversent en une nuit sur de petites embarcations, vous voyez ce que je veux dire ? S'ils se perdent ou ne savent pas tenir le gouvernail, cela peut leur prendre plus de temps, mais en principe, c'est court. Mais les pauvres qui viennent ici de Mauritanie et de tous ces pays, qui ont déjà fait une traversée terrestre dans la difficulté, ce sont surtout des gens qui ont d'autres problèmes... [...] Je pense que le seul moyen, c'est d'être fermes avec les pays, surtout ceux qui abusent de l'hospitalité. Les gamins qui viennent du Maroc, ils les prennent dans l'eau et ils les sauvent. Et ils sont tous sauvés...

Hôtelier membre de la patronale d'entrepreneurs du tourisme, entretien fait à Gran Canaria le 27 janvier 2021

22Derrière ces perceptions et les idées qui les sous-tendent, diverses variables explicatives peuvent être mises en avant. D’autres études sur le même phénomène mettent en relation les attitudes à l’égard des diverses catégories de migrants avec certaines caractéristiques démographiques et socio-économiques de la population locale. Ainsi, les enquêtés tendant à exprimer leur antipathie envers les personnes d’origine maghrébine disposeraient d’un faible niveau d’éducation, s’identifieraient à la religion catholique et à une idéologie conservatrice (Buraschi et Godenau, 2020). D’autres recherches menées à Almeria dans le sud de l’Espagne corroborent également des différences de perception selon l’origine, les migrants maghrébins étant moins bien vus par les populations locales que les subsahariens (Navas Luque et Cuadrado Guirado, 2012). En effet, les premiers sont associés à une plus grande présence sur le territoire de la région, à l’augmentation de la criminalité et des conflits, à des habitudes alimentaires et d’hygiène différentes ainsi qu’à une plus grande distance vis-à-vis des valeurs, des croyances religieuses et des manières locales de communiquer (Navas Luque et Cuadrado Guirado, 2012). D’autres publications soulignent que les populations espagnoles mettent en avant l’existence de différences culturelles insurmontables entre elles et les « musulmans » ou les « arabes », pour signifier le fait que les migrants originaires du Maghreb ne seraient pas intégrables à la société d’acceuil (Aguilar Idáñez et Buraschi, 2012).

23Tous ces éléments sont également visibles et reconnaissables dans le contexte canarien, comme le montrent les résultats de l’analyse de contenu des différents corpus (voir les exemples du tableau 2). Les fragments de texte associant l’immigration marocaine à la criminalité, au radicalisme religieux et à l’abus d’hospitalité sont particulièrement fréquents. Cependant, il est important de prendre en compte le contexte dans lequel ces discours sont produits. La signification d’une représentation est « constituée par des réalités symboliques qui tirent leur origine des dynamiques spécifiques, souvent de nature sociale » (Negura, 2006, p. 11). Les dynamiques identitaires à l’œuvre dans une société se traduisent alors par des « rapports sociaux et symboliques ayant un certain effet sur la façon dont la représentation sociale organise le discours » (ibid., p. 12). Ainsi, pour comprendre les perceptions des populations locales vehiculées dans les corpus analysés, il faut tenir compte du contexte difficile dans lequel cette « crise migratoire » s’est produite – en pleine pandémie, dans une situation économique très fragile, avec l’impossibilité pour ces personnes d’abandonner les îles pendant des mois –, mais aussi des réalités symboliques prééxistantes dans l’archipel, liées au pays voisin.

Le Maroc : la réactivation d’un passé en commun

24Aux raisons évoquées par d’autres auteurs s’ajoute, dans le cas des Îles Canaries, une spécificité qui se rapporte aux liens historiques et diplomatiques entre l’archipel et le Maroc, notamment aux relations entre les îles Canaries et le Sahara occidental. Leur proximité géographique a favorisé le déploiement de relations constantes entre ces territoires tout au long de l’histoire, plus particulièrement en lien avec l’activité de la pêche (Andreu Medeiro, 2017 ; Martínez Milan, 2007). En ce sens, la population originaire des îles Canaries, qui avait émigré vers ce territoire, a été nombreuse, surtout pendant la période de colonisation espagnole (1885-1975). Selon le recensement de 1967, 35 % des 9 395 personnes constituant la population européenne de la colonie étaient nées aux îles Canaries (Andreu Medeiro, 2017). Les principales raisons de cette émigration pendant la période coloniale étaient économiques : des salaires plus élevés et des alternatives au travail agricole ont offert une occasion à la population insulaire d’améliorer son niveau et ses conditions de vie (Andreu Medeiro, 2017).

  • 22 Comme par exemple cet extrait du discours de Santiago Abascal, président du parti VOX, prononcé à l (...)

25Le retrait abrupt de l’Espagne du Sahara occidental en 1975 a été perçue aux Canaries comme un désastre en raison de l’incertitude causée par la perte de contrôle des eaux sahariennes et l’occupation subséquente de ce territoire par le Maroc (Martínez Milán, 2007). Ce passé commun entre le territoire sahraoui et les îles Canaries explique les perceptions négatives du Maroc qui ont été réactivées ces dernières années par l’arrivée des migrants en provenance de ce pays. Les relations entre le Maroc et l’Espagne ont également dominé une partie de la couverture médiatique du phénomène migratoire et du discours politique dans les îles en raison du changement qui a débouché sur le soutien du gouvernement espagnol à la proposition d’autonomie du Maroc pour le Sahara (Peregil et González, 2022). Ainsi, les relations historiques tumultueuses entre l’archipel et le pays voisin semblent influencer la perception par une partie de la société canarienne des migrants marocains ayant dernièrement débarqué sur les îles. En témoignent les multiples allusions à la question sahraouie ainsi qu’aux relations diplomatiques et intergouvernementales identifiées dans le corpus de textes analysés (voir le tableau 3). De plus, la rhétorique de l’invasion, promue par certains médias et partis politiques, semble s’être imposée dans une partie de la société qui reproduit les propos formulés par ces groupes (voir le tableau 3)22.

Tableau 3. Exemples de commentaires recueillis qui évoquent la question du Sahara, traduits de l’espagnol par l’auteur

Cet homme me semble mal comprendre le problème. Il ne s'agit pas de pauvres gens qui cherchent une opportunité en Europe. Il s'agit d'une action hostile du Maroc envers le gouvernement espagnol, pour lui montrer la voie à suivre sur la question du Sahara : la soumission.

Chaque fois qu'un gouvernement doute de la marocanité du Sahara, nous sommes assaillis de pirogues, nous n'apprenons jamais...

[...] Moi, je créerais un couloir aérien entre Tindouf et les îles Canaries où j'amènerais tous les Sahraouis d'origine espagnole. Et je ne laisserais pas entrer les Marocains et les Africains subsahariens, qui n'ont pas de sang espagnol. Voilà le gouvernement antipatriotique que nous avons en Espagne, qui accueille les Marocains et abandonne les nôtres. Je suis solidaire, mais ave c notre peuple, avec les Sahraouis, mais je ne dépenserais pas d'argent pour des personnes qui n'ont pas eu la nationalité espagnole. La vie va par tours, par ordre, et les premiers devraient être nos frères sahraouis ...

Pourquoi les maghrébins qui quittent leur pays pour nous envahir seraient ils des victimes ! Je ne suis pas au courant qu'il y a une guerre dans ce pays et il n'y a pas de répression religieuse, les seuls qui sont victimes au Maghreb sont les Sahraouis mais ils ne fuient pas !

En politique étrangère, il faut avoir des amis et aussi savoir leur mettre des bâtons dans les roues. Le Maroc nous serre constamment la vis avec Ceuta et Melilla. Nous devrions les serrer en soutenant le Polisario et le Sahara. Mais il n'y a pas une bonne politique étrangère. Pendant ce temps, les Canaries souffrent une nouvelle Marche Verte, avec le manque de soutien de nos partenaires européens...

Personne n'est contre l'immigration légale, car elle est nécessaire et bénéfique. Mais l'immigration en provenance d’Afrique du Nord est une véritable invasion, permise, voire organisée, par le Maroc. Quelle coïncidence que lorsque Pablo Iglesias a déclaré qu'un référendum devait être organisé au Sahara occidental, le nombre d'immigrants aux îles Canaries a augmenté de manière exponentielle.

Et voilà, messieurs, ce qui arrive lorsque Mohamed VI perçoit une faiblesse dans le gouvernement espagnol et que vous lui tapez sur les nerfs à propos du Sahara...

26Enfin, il est important de prendre en compte le contexte dans lequel ces arrivées ont eu lieu ainsi que la gestion de ces flux. L’archipel des Canaries, pourtant territoire frontalier de l’Europe, n’était pas préparé à répondre à l’augmentation des arrivées qui a eu lieu pendant ces dernières années (Godenau et Buraschi, 2020). Le manque de places d’accueil et d’un protocole permettant d’adapter rapidement le dispositif aux besoins sanitaires a conduit à des situations d’extrême précarité. De plus, l’emplacement des nouvelles structures d’accueil n’a jamais fait l’objet d’un processus préalable d’information et de consultation sociale, alors que la décision de l’État a été fortement contestée par les localités dans lesquelles ont été implantés les différents centres (Zapata, 2021). Tous ces éléments de contexte ont aussi eu un impact sur la réaction de rejet d’une partie de la société. Cela met en évidence la nécessité de considérer l’immigration dans les îles, non pas comme une crise ou une urgence récurrente, mais comme un phénomène structurel qui nécessite un mécanisme permanent adapté à la situation frontalière et ultrapériphérique du territoire.

Haut de page

Bibliographie

Aguilar Idáñez María José, Buraschi Daniel, 2012, « El desafío de la convivencia intercultural », REMHU: Revista Interdisciplinar da Mobilidade Humana, 20, p. 27-43.

Buraschi Daniel, Aguilar Idáñez María-José, 2023, « Construcción discursiva de fronteras morales en manifestaciones anti-inmigración », Migraciones. Publicación del Instituto Universitario de Estudios sobre Migraciones : 1-21.

Buraschi, Daniel, Fumero de León, Inmaculada, 2019, « La representación del fenómeno migratorio en la prensa escrita de Tenerife », Factsheet OBITen 03.

Buraschi Daniel, Godenau Dirk, 2020, La percepción de la inmigración en Tenerife. Santa Cruz de Tenerife: Cabildo de Tenerife.

Buraschi Daniel, Godenau Dirk, 2020, « ¿Cómo percibe la sociedad tinerfeña la inmigración? », Factsheet OBITen 06, http://riull.ull.es/xmlui/handle/915/22203

Casqueiro, Javier, 2023, «  Pedro Sánchez concecta el cambio de España sobre el Sáhara con la menor inmigración irregular desde Marruecos », El País, 23-04-2023, https://elpais.com/espana/2023-04-19/pedro-sanchez-conecta-el-cambio-de-espana-sobre-el-sahara-con-la-menor-inmigracion-irregular-desde-marruecos.html

Cear, 2021, Migración en Canarias, la emergencia previsible, Madrid: Cabildo de Gran Canaria, https://www.cear.es/wp-content/uploads/2021/04/Informe-CEAR_CANARIAS.pdf

Defensor del Pueblo, 2021, La migración en Canarias: Estudio, Defensor del Pueblo.

El Qadim, Nora, 2021, « Les politiques migratoires européennes : à la recherche d’un impossible compromis ? », Migrations Société, 186, 11-27. https://doi.org/10.3917/migra.186.0011

El Qadim, Nora, 2010, « La politique migratoire européenne vue du Maroc : contraintes et opportunités », Politique européenne, vol. 31, no. 2, pp. 91-118.

Flament, Claude, 1994, « Structure, dynamique et transformation des représentations sociales », dans Abric J.C. (dir.), Pratiques sociales et représentations, Paris, Presses Universitaires de France

Gabrielli, Lorenzo, 2015, « Récurrence de la crise frontalière : l’exception permanente en Espagne

Godenau Dirk, Zapata Hernández, Vicente Manuel, 2008, « Canarias: inmigración en una región fronteriza del sur de la Unión Europea », Política y sociedad 45, no. 1, 61-83.

González Miguel, 2022, «  La carta de Pedro Sánchez a Mohamed VI: ‘Debemos construir una nueva relación que evite futuras crisis’ », El País, 23/03/2022, https://elpais.com/espana/2022-03-23/la-carta-de-pedro-sanchez-a-mohamed-vi-debemos-construir-una-nueva-relacion-que-evite-futuras-crisis.html

Guiraudon, Virginie, 2010, « Les effets de l’européanisation des politiques d’immigration et d’asile », Politique européenne, 31, 7-32. https://doi.org/10.3917/poeu.031.0007

Laenen Tijs, Rosetti Federica, Van Oorscht, Wim, 2019, «  Why deservingness theory needs qualitative research: Comparing focus group discussions on social welfare in three welfare regimes », International Journal of Comparative Sociology 60, no. 3 : 190-216.

Martín, María, 2021, « Si viene un moro, o se despierta en la UCI o en una caja ». El País, 13-01-2021, https://elpais.com/espana/2021-01-30/si-viene-un-moro-o-se-despierta-en-la-uci-o-en-una-caja.html

Martínez Millán, Jesús Maria, 2007, « España en el Sáhara Occidental: de una colonización tardía a una descolonización inconclusa », Anales de Historia Contemporánea, 2007.

Medeiro, Beatriz Andreu, 2017, « La colonia canaria en el Sahara occidental. De sus orígenes a la descolonización », Revista de historia actual 14: 65-77.

Navas Lluque, Marisol, Cuadrado Guirado, Isabel, 2003, « Actitudes hacia gitanos e inmigrantes africanos: un estudio comparativo », Apuntes psicol: 29-49.

Negura, Lilian, 2006, « L’analyse de contenu dans l’étude des représentations sociales », SociologieS, 2006.

Peregil, Francisco, González, Miguel, 2022, « España toma partido por Marruecos en el conflicto del Sáhara », El País, 18/03/2022, https://elpais.com/espana/2022-03-18/sanchez-considera-la-autonomia-del-sahara-como-la-base-mas-seria-realista-y-creible-para-resolver-el-conflicto.html

Pérez, María Isabel Guillén, 2011, « Análisis de la migración irregular África-Canarias », Miradas en movimiento, 5: 4-26.

Ramos, Miquel, Robaina, Eduardo, 2021, « “Estamos armados hasta arriba. Los moros van a morir”: los audios de las cacerías racistas en Gran Canaria », La Marea, 22-01-2021, https://www.lamarea.com/2021/01/22/moros-morir-audios-cacerias-racistas-gran-canaria/

Ruiz, Juan Francisco Martín, 2002, « El modelo migratorio de Canarias en el contexto español: el proceso inmigratorio actual », Coloquios de Historia Canario Americana: 44-69.

Van Oorscht, Wim, 2006, « Making the difference in social Europe: deservingness perceptions among citizens of European welfare states », Journal of European Social Policy, 16, 1, 23–42.

Uned, 2021, Sociobarómetro de Canarias: Estudio SBC-1, Las Palmas de Gran Canaria, http://www.unedgrancanaria.es/docs/SBC/SBC01/Tablas-SBC01-segun-edad.pdf

Zapata, Vicente, 2021, « Migración marítima irregular y gestión de la acogida en Canarias », Factsheet OBITen 10, http://riull.ull.es/xmlui/handle/915/26575

Haut de page

Notes

1 Entretien réalisé à Grande Canarie le 27 janvier 2021.

2 Ibid.

3 L’enquête faisait la distinction entre « Maghrébins », « Africains sub-sahariens » et les « Sahariens ». Parmi ces trois groupes, les » Africains subsahariens » et les « Sahariens » ont été mieux notés que les « Maghrébins » avec un score de 5,3.

4 TXM est un logiciel open source co-développé par le laboratoire IHRIM de l’École normale supérieure de Lyon et le laboratoire ELLIADD de l’université de Franche-Comté.

5 La fréquence fait référence au nombre de fois qu’un terme apparaît dans un corpus ; la concordance offre un accès direct à chaque occurrence du terme recherché en contexte, facilitant l’observation qualitative de son contexte plus ou moins étendu.

6 Pour les migrants marocains, les termes qui ont été pris en compte sont marocain, maghrébin et « moro » dans toutes leur variantes (singulier/pluriel et masculin/féminin). Pour les migrants subsahariens, les termes pris en compte sont subsaharien, noir, sénégalais, malien, gambien, ivorien et guinéen dans toutes leurs variantes. Le choix de termes s’appuie sur les mots qui sont souvent utilisés pour décrire ces groupes dans le langage courant en espagnol et sur les principales nationalités qui les composent.

7 Ces cinq critères mesurent la conditionnalité de la solidarité envers un groupe spécifique en ce qui concerne l’accès à l’aide sociale. En ce sens, nous les avons utilisés comme guide pour catégoriser les différents types d’arguments qui (dé)légitiment le droit d’un groupe à être accueilli sur le territoire et à bénéficier d’un soutien social. Pour plus d’informations sur les apports et les limites de ce modèle dans l’accès aux services sociaux des personnes migrantes, voir Ratzmann, N., et Sahraoui, N. (2021). Conceptualising the Role of Deservingness in Migrants’ Access to Social Services. Social Policy and Society, 20(3), 440-451. doi :10.1017/S1474746421000117

8 En 2020, la Commission européenne a lancé une proposition visant à créer un nouveau pacte sur les migrations et l’asile (NPMA) qui est toujours en cours de négociation.

9 Sur une présentation détaillée des négociations en matière du contrôle de l’immigration entre l’Europe et le Maroc, voir El Qadim Nora (2010).

10 BOE (Bulletin Officiel de l’État), 7/04/2022, numéro 83, pp. 46756-46760, disponible sur https://www.boe.es/boe/dias/2022/04/07/pdfs/BOE-A-2022-5595.pdf

11 Le protectorat espagnol du Maroc, le territoire qui constitue aujourd’hui le Sahara occidental et la Guinée équatoriale.

12 Données de l’Institut National de Statistique (INE) (www.ine.es).

13 La crisis de los cayucos est le nom donné au grand nombre d’arrivées entre 2006 et 2009 en raison du type de d’embarcations utilisé par les migrants d’Afrique de l’Ouest pour atteindre la côte canarienne. Les cayucos sont de grandes pirogues monoxyles provenant de cette région d’Afrique, en particulier de Mauritanie et du Sénégal.

14 “Balances quincenales de inmigración irregular”, Ministerio del Interior, consultables sur https://www.interior.gob.es/opencms/es/prensa/balances-e-informes/

15 Plusieurs manifestations se sont déroulées en mars 2022 dans différentes îles en faveur de l’indépendance du peuple saharaoui, (voir https://rtvc.es/manifestaciones-en-canarias-contra-la-traicion-al-pueblo-saharaui/). Durant ce même mois, le parti politique canarien « Coalición Canaria » a exigé que le gouvernement reconnaisse la « République arabe saharaoui démocratique » (voir https://rtvc.es/cc-defendera-onu-autodeterminacion-del-sahara-occidental/), alors que de leur côté, différents collectifs des îles ont collecté des signatures pour soutenir un référendum au Sahara Occidental (voir https://www.eldiario.es/canariasahora/internacional/colectivos-canarios-inician-recogida-firmas-apoyar-referendum-sahara-occidental_1_9043523.html)

16 “Balances quincenales…”, voir note 7

17 Cette tendance ne s’est pas atténuée jusqu’en avril 2021, lorsqu’un juge a confirmé l’illégalité de la procédure et que les personnes ont pu commencer à quitter les îles pour l’Espagne continentale tant qu’elles étaient en possession de leur passeport ou de l’attestation de demande d’asile.

18 33 % de contribution directe au PIB régional en 2019, avant la pandémie. Chiffres de l’Institut Nationale de Statistique (www.ine.es)

19 Données de l’EPA (Encuesta de Población Activa) publiées par l’Institut Canarien de Statistique (ISTAC) su https://www3.gobiernodecanarias.org/istac/statistical-visualizer/visualizer/collection.html ?resourceType =collection&agencyId =ISTAC&resourceId =E30308B_000001

20 Le terme utilisé dans ces messages et publications est « moro » qui correspond au substantif « Maure » en français et qui a une connotation très négative en espagnol. Les participants de ce groupe partageaient des messages très violents tels que « nous partons complètement armés, les arabes vont mourir » ou « à partir de demain, nous partons à la chasse : groupe de quatre ou cinq arabes ensemble, on leur casse la gueule ». Voir Ramos et Robaina, 2021.

21 Sept migrants marocains ont été attaqués par des groupes organisés de voisins en l’espace de cinq jours dans le quartier d’El Lasso. Un autre jeune Marocain a été agressé dans le quartier de Zárate, à Las Palmas de Gran Canaria. Voir Martín, 2021.

22 Comme par exemple cet extrait du discours de Santiago Abascal, président du parti VOX, prononcé à l’occasion d’un meeting dans l’île de Lanzarote en décembre 2020 : « Ceux qui viennent ici dans des bateaux, la plupart jeunes, en âge de servir dans l’armée, bien plus en forme que beaucoup d’entre nous, ne sont pas des réfugiés. Il s’agit d’autre chose. Il s’agit d’une immigration de masse, encouragée par les pouvoirs en place, par les élites politiques et les oligarchies espagnoles et européennes. Nous sommes face à une invasion migratoire, et c’est pourquoi nous exigeons une réaction immédiate ». Retranscription et traduction de l’auteur. L’argument de l’invasion marocaine des îles est une question présente dans le débat public sur l’immigration actuelle, les médias, certains de mes entretiens et surtout les commentaires analysés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Nombre de migrants arrivés aux Îles Canaries par voie maritime entre 2019 et 2021. Chiffres par mois. Sources : ministère de l’Intérieur. Réalisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Graphique 2. FMP (Fréquence par million) des groupes de termes sur les migrants "Marocains" et "Subsahariens)
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12151/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Graphique 3. Utilisation des termes en contexte selon l'indicateur CARIN pour les deux groupes de référence
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12151/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Gallinal Arias, « Des migrants « pas comme les autres ». Ambivalence des représentations sociales des migrants marocains et subsahariens aux îles Canaries »L’Année du Maghreb [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 09 janvier 2024, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/12151 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.12151

Haut de page

Auteur

Andrea Gallinal Arias

Doctorante en science politique à l’Université Aix-Marseille, membre du laboratoire MESOPOLHIS et fellow de l’Institut Convergence Migrations

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search