Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Dossier : L'ordre et la forceEl Ekhtiyar ou la mise en martyr ...

Dossier : L'ordre et la force

El Ekhtiyar ou la mise en martyr des policiers égyptiens. La construction d’un « grand récit » sur petit écran ?

Sixtine Deroure

Résumé

Contrairement à l’armée, il n’existe pas en Égypte de « grand récit » (Aclimandos, 2013) louant et légitimant le rôle de la police dans la société et l’État. Le grand récit de l’armée comme « sauveuse de la nation » s’appuie originellement sur la « Révolution de 1952 » menée par les Officiers Libres. Il a été récemment agrémenté par son ralliement aux demandes révolutionnaires en janvier 2011, suivi de l’épisode de la « Révolution du 30 juin 2013 » durant laquelle des millions de manifestants ont appelé l’armée à destituer le président Frères musulman, élu en 2012, Mohamed Morsi (Ben Néfissa, 2015). À l’inverse, la police et ses pratiques violentes font l’objet d’une défiance partagée. La dénonciation de ses abus a d’ailleurs été au cœur du déclenchement de la Révolution du 25 janvier 2011(Mittermaier, 2015; Abdelrahman, 2017). Pourtant, malgré cette méfiance collective envers l’institution policière, celle-ci se retrouve depuis 2013 au cœur d’une entreprise de légitimation sans précédent. Cette opération passe par le développement d’un deuil public inédit qui célèbre ensemble les morts de la police et de l’armée, désormais désignés sous le terme de « martyrs du devoir » (Deroure, 2022). Dans cette veine, les exploits de la police sont mis en scène à la télévision dans une mise en récit qui mime les outils narratifs déployés pour les militaires (Said Mostafa, 2017). Ainsi, après le grand succès rencontré auprès du public égyptien par la série El Ekhtiyar (Le choix), diffusée pendant le Ramadan 2020, qui relatait les prouesses des « martyrs de l’armée » dans la « guerre contre le terrorisme », l’institution policière est mise à l’honneur dans une seconde saison, diffusée un an plus tard.

Je propose dans cet article d’analyser les outils narratifs déployés dans la seconde saison d’El Ekhtiyar visant à élever la police au rang de « protecteur national » (Abdelrahman 2017) à travers la mise en scène des exploits de ses agents dans la « guerre contre le terrorisme » entre 2013 et 2020. Je montre comment cette saison cherche, sur le modèle du récit national sur l’armée et des fils narratifs déployés dans la saison 1, à humaniser et glorifier le sacrifice de la police, à travers la « mise en martyr » de ses agents. Si tous les personnages principaux ne meurent pas au cours de la saison 2, ils sont tous sont des « martyrs en devenir ». À cet égard, j’observe les « dispositifs de sensibilisation » (Traïni, 2011) déployés dans la série afin de permettre la « reconnaissabilité » (Butler, 2010) des « bons » martyrs de la police, les rendant susceptibles d’être pleurés, au même titre que les martyrs de l’armée. Cette « reconnaissabilité » se produit également par la disqualification, sur un mode différentiel, de ceux qui sont identifiés comme les ennemis des futurs martyrs en les assimilant à des traîtres sanguinaires et diaboliques : les « islamistes », une catégorie vaporeuse désignant les Frères musulmans et un ensemble de groupes terroristes qui leur seraient affiliés. La police, qui est montrée comme étant irréprochable et toujours respectueuse des lois, est uniquement mise en scène dans la « lutte contre le terrorisme » menée aux côtés de l’armée. Sa mission est ainsi réhaussée à un niveau sécuritaire présenté comme ultime. Son rôle répressif étant ainsi complètement invisibilisé, les policiers peuvent être des « martyrs en devenir ». Le martyre est d’ailleurs constamment à venir, la menace et la mort étant omniprésentes tout au long du récit. Cette reconnaissabilité rend les agents de police légitimes à intégrer, une fois mort, le culte national actuel développé autour des « martyrs du devoir ». Cependant, malgré le déploiement de ces « dispositifs de sensibilisation », la mise en scène des pratiques irréprochables de la police a été raillée sur réseaux sociaux, révèlant des résistances à l’émergence d’un « grand récit » pour la police.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je reprends ici volontaire le terme « peuple » (sha‘b) car il est utilisé comme tel par de nombreux (...)

1Il n’existe pas en Égypte de « grand récit » (Aclimandos, 2013, p.12) louant et légitimant le rôle de la police dans la société et l’État, contrairement à l’armée. Cette dernière aurait ainsi « sauvé la nation » a plusieurs reprises (Abul-Magd, 2017), en commençant par la « Révolution » de 1952 conduite par les Officiers Libres. Après s’être éloignée du politique sous la Présidence Moubarak, l’armée s’est à nouveau illustrée par son  « ralliement »  aux demandes populaires en janvier 2011 (Ketchley, 2014; Abul-Magd, 2017) qui a signé la chute du régime. La relation soi-disant privilégiée entre l’armée et le « peuple » égyptien 1, qui serait fondée en partie par le système de conscription (Khalil, 2012), est en réalité ambigüe, voire conflictuelle, comme l’ont montré les nombreuses manifestations contre le Conseil suprême des forces armées à la tête de la transition après la destitution de Moubarak et les affrontements violents des années 2011-2013. Ces tensions ont été exacerbées par la responsabilité de l’armée dans la torture et la mort de manifestants (Ketchley, 2017, p. 77; Said Mostafa 2017; Lachenal 2018). Néanmoins, ce « grand récit » a été agrémenté de l’épisode de la « Révolution du 30 juin 2013 » qui a vu des millions de personnes défiler, appelant l’armée à démettre le président Frère musulman, élu en 2012, Mohamed Morsi (Ben Néfissa, 2015; Schielke, 2017), annonçant le retour d’un militaire au sommet de l’État.

  • 2 Cette commémoration a été instaurée en 2009 par Moubarak en hommage aux 50 policiers tués en 1952 à (...)

2À l’inverse, la police et ses pratiques violentes font l’objet d’une défiance partagée. Sous Moubarak, la « police d’État » est devenue « le principal bras administratif de l’État » (El-Ghobashy, 2011); dominant la société (El Chazli, 2020), le ministère de l’Intérieur voit son budget constamment augmenté (Abdelrahman, 2014). Sous couvert de lutter contre les militants islamistes, l’état d’urgence instauré en 1981 donne à la police et aux forces de l’ordre des pouvoirs « incontrôlés » (Abdelrahman 2014, p. 36) et consacre son « impunité » (El Chazli, 2020, p. 138). La police cherche à « terroriser » la rue (Abdelrahman, 2014, p. 40) et développe une « culture » de la torture (El-Dawla, 2009). La répression généralisée, y compris contre les citoyens les plus « ordinaires » (Abdelrahman, 2014, p. 39), a été personnifiée par Khaled Saïd, jeune alexandrin battu à mort par des policiers en pleine rue en juin 2010. La dénonciation de son meurtre et a été présentée comme l’un des leviers principaux de la révolution du 25 janvier 2011 (Mittermaier, 2015, p.584 ; Abdelrahman, 2017, p.190). Cette date a d’ailleurs été choisie dans l’objectif de subvertir la célébration du Jour de la police2 (Ismail, 2012). Dès les premiers jours du soulèvement, la police a été l’une des cibles principales de la colère des manifestants, harassés de ses pratiques corruptives et violentes (Abdelrahman, 2017, p.187). De nombreux commissariats ont été attaqués et incendiés, et la police acculée s’est retirée des rues le 28 janvier 2011 (Ketchley, 2017). Elle a ensuite été désignée comme responsable de la mort de centaines de civils durant les nombreux affrontements qui ont opposés forces de l’ordre et manifestants entre 2011 et 2013 (Ryzova, 2020).

  • 3 La fondation de cette rhétorique se trouve dans l’appel d’al-Sissi au peuple égyptien pour lui acco (...)
  • 4 Le terme « martyr » a une connotation religieuse originelle (voir entre autres Halverson, Ruston, e (...)
  • 5 Alghoul, Asma, 2 juin 2020 « Le Choix », série préférée du régime égyptien, Orient XXI [article de (...)
  • 6 Le domaine d’action des Renseignements généraux est orienté vers des missions extérieures (Daoud, 2 (...)
  • 7 BBC News, Pourquoi les images d'Ahmed Mekki dans la série Le Choix 2 ont-elles déclenché un débat h (...)

3La police suscitant une méfiance collectivement partagée, constamment réactivée par son rôle dans la répression sans précédents menée par le régime postrévolutionnaire (Hamzawy, 2017; Grimm, 2022) on peut difficilement imaginer qu’elle puisse faire l’objet d’un « grand récit ». Pourtant, depuis l’arrivée au pouvoir du Maréchal al-Sissi, elle se trouve au cœur d’une entreprise de légitimation inédite. Celle-ci s’appuie sur la rhétorique officielle contre-révolutionnaire promettant la stabilisation du pays en mettant fin au terrorisme (Ketchley 2017, p.120)3 et au « chaos ». Surfant sur cette dynamique sécuritaire, la rédemption de la police passe par des tentatives formelles de réhabilitation de l’institution policière et du pouvoir de l’État. Dès 2014, le 25 janvier est célébré par les autorités comme étant le Jour de la police (Bildt 2015, p. 264), tandis que les tentatives de commémoration de la révolution sont violemment réprimées (Lebrun, 2017). Les morts de l’armée et de la police sont aussi réunis par les autorités derrière un dénominatif commun : les « martyrs du devoir »4, et désormais célébrés ensemble lors du Jour du martyr, auparavant réservé aux soldats de l’armée (Bildt, 2015, p.261; Deroure, 2023). D’ailleurs, à l’instar de l’armée, dont les exploits guerriers sont mis en scène depuis les années 1950 dans de nombreuses créations culturelles (Said Mostafa, 2017), les prouesses de la police sont aujourd’hui illustrées dans des productions populaires, comme les séries télévisées, renouant avec un style cinématographique développé à la fin des années 1990 (El Chazli, 2020). Après le grand succès rencontré auprès du public égyptien par la série El Ekhtiyar (Le choix) diffusée pendant le Ramadan 20205 qui relatait les prouesses des « martyrs de l’armée » dans la « guerre contre le terrorisme » (Deroure, 2022), c’est l’institution policière qui est mise à l’honneur dans une seconde saison, diffusée un an plus tard. Cette série est produite par Synergy Production, détenue en majorité par l’Egyptian Media Group, qui appartient à Eagle Capital, une société des Renseignements généraux6, et diffusée sur la chaîne ON, également détenue par l’Egyptian Media Group. Cette saison, dont son réalisateur dit qu’elle est un « autre angle » 7, inconnu du grand public, nous offre une fenêtre inédite pour observer comment les « coulisses » et les performances de la police sont mises en scène de l’intérieur. Elle nous permet d’observer l’un des « registres de présentation de soi » de la police (Codaccioni, Maisetti, et Pouponneau, 2012) dans un contexte où les recherches sur cette institution sont périlleuses.

La trame de la série

Cette saison 2, intitulée El Ekhtiyar- Les hommes de l’ombre, est présentée comme retraçant les évènements auxquels l’Égypte a été exposée après la « révolution du 30 juin 2013 » et la destitution de Mohamed Morsi jusqu’en 2020. Elle donne la part belle aux policiers à travers leur lutte contre la « menace islamiste » représentée par la confrérie des Frères musulmans et les mouvements terroristes qui lui seraient affiliés.

  • 8 Cette agence a succédé au Service d’investigation de la sécurité d’État (mubae al-amn al-dawla), (...)
  • 9 Al-Badri, Yousry, Dabash, Hamdi, Hussein, Hassan Ahmed, 16 avril 2021, Qui est l’officier Zakaria Y (...)
  • 10 Cet assassinat aurait en réalité été revendiqué par un groupe djihadiste (Alghoul, op.cit).

Cette histoire est racontée à travers les parcours de trois policiers, présentés comme réels. Tout d’abord, le colonel Zakaria Younes et le lieutenant-colonel Mohamed Mabrouk, tous deux officiers au très influent Département de la sécurité nationale (qetā‘ al-āmn al- waanī)8, responsable du renseignement intérieur (Daoud, 2022). À leurs côtés, Youssef al-Rifai, officier des opérations spéciales (a‘maliyāt āṣa) des Forces de la sécurité centrale (quwwāt al-amn al-markazī), les forces paramilitaires anti-émeutes qui ont également une troupe d’élite entraînée par l’armée et dédiée à la lutte contre le terrorisme notamment dans le Sinaï (El Chazli, 2020). Youssef entrera ensuite à son tour à al-amn al- waanī. Si Zakaria et Youssef seraient, pour des raisons de sécurité, des pseudonymes9, l’officier Mabrouk a lui véritablement existé sous ce patronyme et a trouvé la mort en novembre 2013. Dans la série son assassinat est présenté comme l’œuvre des Frères musulmans, alors qu’il s’apprêtait à révéler un complot compromettant l’ancien président Mohamed Morsi10. La majorité des autres personnages portent les noms de personnes réelles, hormis ceux toujours en fonction. Leurs véritables portraits sont montrés au fil du récit, souvent à l’occasion de leur mort. Tout comme la saison 1, les procédés de mise en scène s’appuient sur des « preuves du réel » et oscillent sans cesse entre images d’archive et fiction – sans jamais préciser quand l’archive devient fiction – participant à créer un flou narratif qui empêche de distinguer la reconstitution du réel (Deroure, 2022).

L’affiche de la saison 2, « Le Choix, les hommes de l’ombre ».

L’affiche de la saison 2, « Le Choix, les hommes de l’ombre ».

À gauche, Youssef al-Rifai, interprété par Ahmed Mekki, et à droite Zakaria Younes, interprété par Karim Abdel Aziz, deux stars du cinéma égyptien

  • 11 12 août 2014, All according to the plan, [rapport Human Right Watch], https://urlz.fr/nINS.
  • 12 Plusieurs chercheurs ont tenté de comprendre comment ce massacre, puis son absence de dénonciation (...)
  • 13 À la veille de la diffusion de l’épisode mettant en scène la dispersion du sit-in, la tension était (...)

4À travers l’étude de la saison 2, je propose d’analyser les différents éléments narratifs (Lefebvre et Taïeb, 2020) qui visent à (re)légitimer les agents de la police égyptienne. Quels artifices spécifiques sont mis en place dans ce « grand récit » produit par des acteurs sécuritaires ? Quels sont les outils narratifs déployés pour élever la police au rang de « protecteur national » (Abdelrahman, 2017, p.193) et créer une image plus sympathique de cette institution ? Cette deuxième saison a surpris le public égyptien en revenant sur un évènement particulièrement tabou de l’histoire contemporaine égyptienne et de sa contre-révolution : l’évacuation sanglante des sit-in des places Raba‘a et al-Nahda tenus par des partisans du président alors fraichement déchu, Mohamed Morsi, par les forces de l’ordre qui, en août 2013, ont fait près d’un millier de morts11. Cet évènement a marqué une rupture et « la fin du processus révolutionnaire » (Ryzova, 2020, p. 8)12. Après un silence de près de dix années sur le sujet de la part des autorités, comment cet épisode est-il reconstitué ? Comment les policiers, qui y ont joué le rôle répressif central, sont-ils mis en scène13 ?

  • 14 J’emprunte cette expression à Perrine Lachenal (Lachenal, 2018).
  • 15 Les signes d’hommages aux victimes des massacres de Raba‘a et al-Nahda, notamment le chiffre quatre (...)

5Je montre dans cet article comment cette saison vise, sur le modèle du récit national sur l’armée et des fils narratifs déployés dans la saison 1, à humaniser et glorifier le sacrifice de la police, à travers la « mise en martyr » 14de ses agents. Si tous les personnages principaux ne meurent pas au cours de la saison 2, ils sont tous des « martyrs en devenir ». En effet, cette entreprise participe plus largement à l’écriture d’un grand récit national hégémonique de la décennie 2010, qui a été marquée par la multiplication de narratifs compétitifs, notamment autour de la question des morts et des martyrs. Ce grand récit se matérialise par l’élaboration d’un deuil public autour des « martyrs du devoir » (Deroure, 2022), duquel sont exclus les « martyrs de la révolution » – les civils tués dans les affrontements avec l’armée et la police entre 2011 et 2013. Cette entreprise se développe concomitamment au processus de diabolisation des Frères musulmans, présentés comme les ennemis des « martyrs du devoir », et de dépréciation et d’invisibilisation de leurs morts15.

  • 16 Pensé par la sociologie des mobilisations collectives, ce concept a été étendu à d’autres domaines (...)

6J’entends ici par « mise en martyr » l’enchevêtrement de deux dynamiques : le déploiement de « dispositifs de sensibilisation », conçus par Christophe Traïni « comme l’ensemble des supports matériels, des agencements d’objets, des mises en scène, que les militants déploient afin de susciter des réactions affectives qui prédisposent ceux qui les éprouvent à soutenir la cause défendue » (Traïni, 2011, p.70)16, qui permettent la production d’une « reconnaissabilité » des bons martyrs. La reconnaissabilité telle que définie par Judith Butler « caractérise les conditions plus générales qui préparent ou forment un sujet pour la reconnaissance » (Butler, 2010, p. 13), reconnaissance qui va rendre la mort du sujet légitime à être pleurée.

7Je propose dans cet article de regarder précisément certains dispositifs de sensibilisation développés dans la série qui permettent la « reconnaissabilité » des agents de la police comme étant des « martyrs en devenir ». En plus de certaines caractéristiques propres à leur réputation et à leur métier, les policiers se voient attribuer les mêmes qualités repérées chez les héros de l’armée, avec lesquels ils partagent un même dévouement pour leur mission : la défense de la nation contre les « islamistes ». Simultanément, la diabolisation de leurs ennemis participe à leur reconnaissabilité sur un mode différentiel. Les pratiques policières sont aussi réhabilitées, les agents sont montrés comme agissant dans la légalité, de façon rationnelle et mesurée. En outre, la police est exclusivement mise en scène dans la « lutte contre le terrorisme » menée auprès de l’armée. Son rôle répressif étant ainsi complètement invisibilisé, les policiers peuvent être des « martyrs en devenir ». D’ailleurs, le martyre est constamment à venir. Cette reconnaissabilité rend les agents de police légitimes à intégrer, une fois mort, le culte national actuel développé autour des « martyrs du devoir ».

L’exceptionnel ordinaire

8Tout comme l’entreprise de légitimation développée dans la saison 1 d’El Ekhtiyar autour des agents de l’armée, cette saison se concentre autour de quelques personnages phares. Ces héros, dont certains vont devenir des martyrs, sont affublés de caractéristiques qui oscillent entre une extrême banalisation et des qualités extraordinaires, qui relèvent du registre de « l’exceptionnel ordinaire » (Deroure, 2022). À l’image des nouveaux martyrs de l’armée, ces agents sont des hommes, normaux, rappelant que devenir l’un d’eux est à la portée de tous. Les policiers sont montrés à de nombreuses reprises dans des scènes de vie familiale avec leur épouse et leurs enfants. Simultanément, ces hommes normaux se distinguent par leurs choix, leur engagement et leur grand sens moral : celui de protéger la nation jusqu’au martyre s’il le faut. Si elle est mise en scène, la sphère intime est toujours reléguée au second plan, le sens du devoir du policier primant sur lui et les siens. Tous sont des hommes vertueux et pieux, ils pratiquent l’islam et agissent en vertu de ses principes. Les policiers sont souvent montrés en train de prier avant de partir en opération : ils s’en remettent à Dieu, qui seul décide des candidats au martyre.

9Ces agents ont le souci de l’autre et sont toujours prêts à aider leurs proches, mais aussi leurs subalternes, des voisins, ou encore des inconnus en leur prêtant de l’argent, réconfortant les âmes esseulées. Ils font également attention à préserver leurs familles en leur cachant qu’ils vont dans des zones dangereuses comme le Nord-Sinaï. Comme entre soldats, l’entraide est un élément central des relations entre policiers ; tous sont prêts à se sacrifier pour se protéger mutuellement. À chaque attaque, dès qu’un policier est blessé, il est immédiatement mis à l’abri par un collègue. Durant la mise en scène d’une attaque survenue en juin 2019 dans le Nord-Sinaï (épisode 28), le capitaine en charge du checkpoint s’arrête en plein combat pour faire réciter la profession de foi, la shahāda, à son subalterne, lui permettant de mourir selon les préceptes de l’islam.

10Cet « exceptionnel ordinaire » se dévoile également par la mise en scène des émotions des policiers, qui sont profondément affectés à chaque perte subie par l’institution : « Chaque mort d’un de nos collègues prend une partie de notre âme » dit Zakaria à Youssef lors de l’enterrement de Mabrouk. Après son meurtre, ses hommes sont effondrés, Zakaria les pousse à se ressaisir : « Ils ne nous briseront pas ! ». Leur humanité se révèle ici dans leur difficulté à accepter la mort de leur camarade. Ainsi en va-t-il de la rage de Zakaria après le « martyre » de Mabrouk, prêt à tout pour arrêter les coupables. C’est d’ailleurs le seul moment de la série où il se laisse aller à une violence incontrôlée, face à Uwais, le policier qui, par sa trahison, a permis l’assassinat de Mabrouk. Zakaria se jette sur lui pour le frapper quand il arrive dans la salle d’interrogatoire (épisode12). Cette faiblesse de Zakaria rappelle au téléspectateur que, malgré sa bravoure, il reste humain et est démuni face à la douleur du deuil.

11Alors même que tous partagent un destin potentiellement tragique, la place de l’humour est centrale dans le récit et est soutenue par la présence en tête d’affiche des deux stars Ahmed Mekki et Karim Abdel Aziz connus pour leurs rôles comiques. Leur immense popularité a pu faciliter un sentiment de proximité pour les personnages. Ces hommes sont donc attachants, humains et accessibles, à l’image du martyr officier Ahmed Mensi, héro de la saison 1.

Disqualifier les ennemis

12Cette reconnaissabilité se produit également, comme dans la saison 1, par la disqualification des ennemis des « martyrs en devenir » : l’assimilation des « islamistes » à des traîtres sanguinaires et diaboliques. D’après Judith Butler (2010), la reconnaissabilité se développe sur un mode différentiel, les processus qui affirment la valeur de certaines vies s’accompagnant souvent d’une dévalorisation d’autres vies.

13Dans la série, cette disqualification consiste à présenter l’ennemi, qui fait toujours partie d’une sorte de « nébuleuse islamiste », comme cherchant à fomenter le chaos pour diviser la nation par la violence. Là où les policiers sont parés de toutes les qualités morales, les islamistes sont tour à tour lâches, cupides et manipulateurs. Ainsi, le Sheikh Hamam Atiya qui fomentait les attaques à Raba‘a fui le sit-in quand le danger est trop fort, abandonnant une recrue à son « djihad » (épisode 5). Loin d’être des modèles de piété, plusieurs des terroristes, comme Khairat el Sabki et Hanafi Gamal, deux véritables officiers qui auraient trahi les rangs de la police et seraient devenus djihadistes, sont présentés comme ayant longtemps vécu hors des chemins de Dieu, consommant drogue ou alcool.

14Tout au long de la série, le dévouement des policiers est dirigé vers la protection et le sauvetage de la nation, et ce jusqu’au sacrifice de leur vie. Leur mission prend une dimension sacrale, elle est pure et désintéressée : seul l’intérêt national est jeu. À l’inverse, les « islamistes » sont montrés comme agissant soit par intérêt personnel (avidité de pouvoir, appât du gain, machiavélisme) soit par aveuglement (embrigadement, naïveté). Le personnage de l’officier de police Uwais, qui trahi Mabrouk, pourtant son ami, en révélant aux djihadistes des éléments cruciaux pour leur permettre de l’assassiner incarne la cupidité attribuée à certains islamistes. Alors qu’il prétend que c’est pour Dieu, sa trahison est montrée comme étant animée par l’appât du gain : les promesses d’argent et d’armes faites par ses recruteurs. Les autres partisans des islamistes sont des jeunes, présentés comme étant par essence naïfs, facilement influençables. D’autres sont montrés comme étant des individus faibles – anciens drogués, dans le besoin, en quête de sens. Ainsi, Zakaria parle d’un suspect ancien toxicomane : « Je connais bien ça, ils viennent les voir et leurs disent que l’islam est la seule solution ». Ces exemples visent à montrer que l’engagement des islamistes pour leur cause n’est pas fait par conviction, au contraire des policiers.

  • 17 Membre réel de la confrérie, il est présenté dans la presse égyptienne comme étant le chef de l’org (...)
  • 18 En 2006, de jeunes militants Frères musulmans, vêtus de noir, certains effectuant une démonstration (...)

15Une emphase est d’ailleurs mise dans le récit sur le clientélisme dont feraient preuve les Frères musulmans et leurs acolytes, notamment sur le sit-in de Raba‘a. La mobilisation de la confrérie est montrée comme dépendant de sa capacité à rémunérer les manifestants. La série cherche ainsi à montrer et à dénoncer le caractère fabriqué, et non pas populaire et spontané, de la mobilisation à Raba‘a. Ainsi, on voit Mohamed Kamal recevoir un sac plein de billets sur le sit-in destinés à être « distribués » aux manifestants (épisode 4)17. À plusieurs reprises, les terroristes sont montrés achetant leurs recrues qui s’embrigaderaient uniquement pour subvenir aux besoins de leurs familles. En plus de monnayer le soutien des fidèles, ce budget illimité servirait à Mohamed Kamal à monter une armée. Ceci fait référence à une allégation qui voudrait que la Confrérie construise « une armée, en commençant par des milices secrètes, dans le but d'imposer ses doctrines à la population par la force » (Armbrust, 2019, p.159). Cela peut également être analysé comme voulant faire écho à l’affaire des « milices d’Al-Azhar » en 200618. La série met ainsi en scène une prétendue velléité des Frères musulmans et de ceux qui seraient leurs alliés à déployer une violence organisée, qui chercherait à concurrencer l’armée et la police nationales.

  • 19 Mohamed Kamal affirme « les transferts sont en cours, le budget est ouvert, ils nous enverront tout (...)
  • 20 Le commissariat de la ville Kerdasa a été l’objet d’une attaque par des hommes armés en réaction à (...)

16La question des financements de l’étranger revient tout au long du récit. Les « islamistes » sont montrés comme disposant de larges moyens19. Un officier du renseignement affirme dans la série que certaines attaques seraient montées dans la précipitation dans le but de convaincre les donateurs que les groupes sont toujours actifs. Le combat djihadiste est présenté comme une sorte d’appel à investisseur. La série reprend ici le récit de l’existence d’une espèce de nébuleuse islamiste transnationale financée par d’autres États « ennemis » de l’Égypte, comme le Qatar. Cette « transnationale islamiste » est incarnée dans la série par les personnages de djihadistes étrangers, notamment libyens et syriens. Ceci rappelle une rumeur diffusée dans les médias avant l’été 2013 qui voulait que les Frères musulmans aient un « vague projet de califat ou de Umma islamique qui allait fondre la nation égyptienne dans une sorte de ‘magma islamique’ » (Ben Néfissa, 2015, p.125). Dans la série, ce soi-disant transnationalisme islamiste est mis en opposition au nationalisme et au patriotisme des policiers. Les  « islamistes » sont aussi montrés comme ayant des visées sécessionistes, qui se matérialiseraient sur la place du sit-in de Raba‘a et la ville de Kerdasa20, désignés à tour de rôle comme étant le futur premier État islamique d’Égypte. Ils menaceraient ainsi de créer un État dans l’État.

17Par effet de miroir, les dispositifs de sensibilisation qui mettent en exergue les traits de ces ennemis participent à la reconnaissabilité des martyrs de la police, qui sont montrés comme étant leur exacts opposés : patriotes, dévoués, solidaires et courageux.

Une police irréprochable ?

18Malgré quelques écarts, la mise en martyr des policiers passe par la mise en scène de leurs pratiques policières, respectueuses des lois. L’institution policière est montrée comme garantissant un processus juste et légal. Le renvoi chez lui de Zakaria par son supérieur alors qu’il s'apprêtait à frapper Uwais montre que le chef sert de protection face à ce genre de dérapage, même si ce dernier parait justifié par le sens moral qui anime la douleur de Zakaria.

19À plusieurs reprises, des djihadistes sur le point de mener une attaque sont enlevés par des hommes en civils en pleine rue, embarqués dans des camionnettes. Cette mise en scène peut être lue comme une justification de cette technique de la police : les disparitions forcées de civils dans des mini-vans banalisés. Ainsi, ceux qui seraient enlevés par la police seraient de dangereux islamistes représentant une menace imminente et non pas de simples opposants politiques. Alors que Zakaria arrête un suspect qui lui oppose que c’est illégal, le policier répond que l’arrestation est légale car sur ordre du Procureur. La mise sur écoute de la fille de l’ancien secrétaire personnel de Mohamed Morsi, Amin el Serafi, soupçonnée de chercher à vendre des informations sur les positionnements stratégiques de l’armée égyptienne à des puissances étrangères – notamment au Qatar, est également justifiée par un mandat du Procureur (épisode 9). Le rôle des renseignements est également mis en exergue dans cette guerre contre le terrorisme. Les enquêtes d’āmn al-waanī, honnie pour ses pratiques de surveillance de la population, se trouvent justifiées par le risque terroriste. Ainsi, les policiers, parce qu’ils se comportent de façon exemplaire et pour une cause précise, la lutte contre le terrorisme, peuvent être des candidats légitimes au martyre.

  • 21 « Egypt: Police brutality », Africa Research Bulletin, Vol 52, 2, 20 janvier 2016.
  • 22 Alghoul, Asma, 25 juin 2021, Égypte. « Le Choix 2 » ou la limite de la propagande par la fiction, O (...)

20Dans cette perspective de légitimation, certaines pratiques pourtant bien connues de la police sont invisibilisées. Ainsi va de la torture, pourtant répandue dans les commissariats et les prisons et largement documentée21. À quelques exceptions près, qui peuvent trouver une justification – Youssef frappe un détenu parce qu’il l’a provoqué en racontant des détails sordides d’une attaque, remuant ainsi ses propres traumatismes, et est immédiatement interrompu par ses collègues qui lui retirent l’affaire (épisode 17) – les interrogatoires se déroulent toujours sans violence. Cette absence de violence physique à l’encontre des détenus, et le respect dont font preuve les policiers à leur égard a été raillée sur les réseaux sociaux, trahissant leur manque de crédibilité auprès du public22. Quand des menaces sont proférées (« Tu risques la peine de mort »), l’emploi de la violence physique se manifeste uniquement par la privation de sommeil et l’obligation de rester debout. Si cette pratique constitue un acte de torture, elle n’est pas choquante visuellement et peut facilement se justifier face à l’imminence et l’ampleur du danger. Dans ce sens, l’argument numérique ou le poids du nombre – commun dans les politiques justifiant l’usage de la torture contre les suspects terroristes – est constamment avancé : les policiers lutteraient jour et nuit pour sauver les vies de centaines voire de milliers d’innocents ciblés par les complots islamistes.

21À l’image des soldats de l’armée dans le Sinaï toujours prêts à donner des vivres aux enfants des djihadistes (saison 1), les policiers sont montrés comme faisant la part des choses, ne se laissant pas rattraper par des émotions basses comme la vengeance aveugle, notamment dans leur comportement avec les familles des terroristes. Zakaria se montre aimable avec la femme d’Abu Youssef, un dangereux terroriste, lorsqu’il arrête ce dernier, alors même que celui-ci a démontré un comportement sanguinaire (épisode 11). Lorsque Zakaria interroge Abu Youssef, ce dernier exprime ses craintes que la police s’en prenne à sa famille ; Zakaria lui rétorque : « Rassures-toi, on laisse les familles hors de notre travail » (épisode 12), sous-entendant que les pratiques policières se distingueraient de celles des groupes djihadistes qui s’en prendraient aux innocents, et seraient ainsi garantes des procédés de justice assurés par l’État de droit.

Une police mesurée et rationnelle

22Là où les policiers sont montrés comme faisant un usage modéré de la violence et se sacrifient pour épargner et protéger un maximum de vies, le chaos fomenté par les islamistes s’exprime dans le déploiement d’une violence extrême et aveugle, cherchant à faire le plus grand nombre de victimes. Comme l’affirme le sanguinaire Mohamed Kamal, plus le nombre de mort est élevé, plus grand sera « le désir de vengeance (ṯa’r) dans toutes les maisons d’Égypte » (épisode 5). Le sacrifice des islamistes et l’usage de la violence seraient favorisés par les leaders pour susciter la division de la nation, tandis que les martyrs de la police mourraient pour sauver l’unité nationale.

  • 23 18 avril 2021, Le série Le choix 2 : l’épisode sur la dispersion du sit-in de Raba‘a alimente la po (...)
  • 24 Alnajjar, Abeer, 29 avril 2021, How Egyptian TV series ‘The choice’ is stirring controversies about (...)

23Toujours dans la perspective de disqualifier les ennemis, cet aspect sanguinaire est particulièrement mis en scène dans les épisodes montrant la dispersion du sit-in de Raba‘a. Dans des images qui ressemblent à des vidéos amateurs, la place est montrée à de multiples reprises comme regorgeant d’armes et d’hommes se préparant au combat, justifiant l’intervention de la police. Cette question fut centrale, comme l’a montré Walter Armbrust (2019) qui décrit comment les médias ont, jour après jour, abreuvé les chaines d’informations rapportant la présence de nombreuses armes cachées sur le sit-in, préparant ainsi l’opinion à l’éventualité d’une attaque armée sur les manifestants. Les Frères musulmans sont d’ailleurs montrés dans le récit en train de trafiquer des vidéos pour cacher la présence d’armes. Le récit de la « dispersion » du sit-in diffusé par la série, sujet d’une vive controverse sur les réseaux sociaux23, se présente comme une documentation, citant les « sources » utilisées pour sa réalisation et montrant de « vrais enregistrements ». Il a été utilisé à son tour comme une « preuve du réel » par les soutiens du régime, étant érigé au statut d’archive et commenté par des acteurs politiques de l’époque. Ala Mubarak, fils du président déchu en 2011, a par exemple écrit sur Twitter que la série confirmait la présence d’armes sur la place24.

24Bien évidemment, dans la série, ce sont les tenants du sit-in qui recourent en premier à la violence contre la police, en tirant sur des agents. Dans une stratégie diabolique des islamistes visant à confondre les hommes armés à la foule, des civils innocents sont pris au piège sur la place. Les policiers, toujours dans l’objectif de sauver des vies, sont montrés comme étant extrêmement prudents. Après que la dispersion supposée être pacifique (« al fa selmī », épisode 4) s’est terminée dans un bain de sang, Youssef compare le sit-in à un cancer, justifiant ainsi le nombre élevé de victimes : « Ce n’est pas une guerre d’homme à homme, face à face, c’est comme un cancer, si tu ne fais rien ça va détruire tout le corps ».

Sur le sit-in de Raba‘a des hommes sont montrés préparant des bombes artisanales (Épisode 4).

La guerre commune des « martyrs du devoir »

25Le récit met la police en scène dans la lutte contre le terrorisme aux côtés de l’armée, tandis que ses pratiques répressives à l’encontre des citoyens « ordinaires » sont totalement invisibilisées. On peut lire cette stratégie comme une façon de renouer avec son mandat antiterroriste des années 1990, qui lui a valu à l’époque le soutien d’une partie « non négligeable de l’intelligentsia du pays » (El Chazli, 2020, p. 136). La police est ici réhaussée à un niveau sécuritaire présenté comme ultime, qui se situerait bien au-delà des idéologies politiques. La similitude entre les types de combats menés par l’armée et la police dans les saisons 1 et 2 est telle qu’il est difficile pour le téléspectateur de faire la distinction entre leurs missions. Ces mises en scènes spectaculaires présentent les policiers comme des hommes d’actions, des héros au même titre que les militaires qui se sacrifient continuellement dans le Sinaï, et produit ainsi une équivalence entre ces morts. Des extraits de combats de la saison 1 sont insérés dans des scènes de la saison 2 qui montrent cette fois-ci la police se battre au cours du même évènement. Cet effet créé une continuité visuelle dans la guerre menée par les deux institutions et présente les deux saisons comme les deux faces d’une même pièce : la guerre contre le terrorisme.

26La capacité de la police à mener des opérations spéciales est illustrée tout au long du récit grâce aux prouesses de ses unités d’élites : opérations de déminage à haut risque ; arrestations de terroristes avec des moyens spectaculaires (intrusion dans des appartements minés d’explosifs ; attaque de fermes tenues par les terroristes dans le Sinaï ; explosion de portes blindées ; visionneur de nuit, capteurs de mouvements, utilisation de drones). Les policiers étant parés d’attributs militaires, munis d’armes lourdes et accompagnés de blindés et de tanks, la distinction avec les soldats se fait essentiellement grâce à l’insigne « police » omniprésent sur les uniformes et les véhicules.

Les agents des Opérations spéciales de la Sécurité centrale sont essentiellement montrés dans des opérations spectaculaires durant lesquelles ils arrêtent de dangereux terroristes (épisode 14).

  • 25 13 mai 2021, ānā mesh beta‘a dad, ābāl el-Ekhtiyar, CBC Egypt, [vidéo-clip] (https://urlz.fr/nLr (...)
  • 26 Les mises en scène décrites ici ne doivent pas être comprises comme l’affirmation d’une véritable r (...)

27Des opérations conjointes entre les forces armées et le ministère de l’Intérieur sont montrées, notamment l’attaque lancée contre la ferme dans laquelle s’est réfugié un des leaders terroristes en mars 2014 qui réunit : les forces spéciales de l’armée (al-quwwāt al-āṣa), la sécurité nationale (al-āmn al- waanī), la sécurité générale (al-āmn al-am), la direction de sécurité du gouvernorat de Qaliubiya où se déroule l’attaque et les démineurs du corps des ingénieurs des forces armées (épisode 15). Cette mise en scène où les différentes agences sont très clairement identifiables peut être lue comme une forme de rétribution symbolique. Tous prient ensemble avant le lancement de l’attaque. À la fin de l’opération, la véritable vidéo dans laquelle le porte-parole du ministère de la Défense énumère les victimes parmi l’armée et la police est diffusée. Cette unité est également illustrée par le clip tourné sur la place Tahrir25 diffusé en aval de la série et qui réunit les acteurs des saisons 1 et 2, reprenant le chant « Nous ne sommes pas de ceux qui pleurent » initialement écrit et diffusé en hommage aux héros mis en scène dans la saison 1 (Deroure, 2022) 26.

Des images de la saison 1, mettant en scène le héros Mensi, sont insérées dans la saison 2 qui met en scène les policiers dans les mêmes combats contre les terroristes (épisode 2). Les insignes de la police, notamment du corps de la Sécurité centrale sont très visibles dans les scènes de combats.

28Le mimétisme de la mise en martyr des policiers, calquée sur celles des militaires, et leur union dans un combat unique permet la reconnaissabilité des martyrs de la police. Cette production participe d’un travail de (re)légitimation de l’institution policière par la mise en martyr de ces agents, « martyrs en devenir », au même titre que les soldats de l’armée. 

Le martyre à venir

  • 27 Cette attaque est survenue en octobre 2017 et a causé la mort de 16 policiers.

29Si les deux personnages principaux Zakaria et Youssef ne décèdent pas au cours de la série, le récit est ponctué de la mort de plusieurs personnages secondaires. Très rapidement, Mabrouk est assassiné par des djihadistes. Plus tard, plusieurs des policiers qui apparaissent régulièrement au fil de la saison trouvent la mort dans l’attaque d’al-Wahat, probablement l’un des épisodes les plus sanglant et émouvant de la série27 (épisode 25).

30Les policiers font constamment face au sacrifice de leurs collègues et se préparent au leur. Zakaria est la seconde cible des djihadistes après Mabrouk et va échapper à une tentative d’assassinat. Youssef perd régulièrement des collègues lors d’attaques et de combats menés contre les djihadistes, que ce soit au Sinaï ou lors de la dispersion du sit-in de la place Raba‘a. La mort et son cérémonial sont montrés comme faisant partie des routines de la vie de policier. À l’enterrement de Mabrouk, Zakaria répond à Youssef, qui lui demande ce qu’il fait seul hors de la mosquée, que c’est normalement à cet endroit qu’il attend Mabrouk pour qu’ils se rendent ensemble aux funérailles (épisode 10). La mort est en effet omniprésente puisque les policiers sont présentés comme l’une des cibles principales des djihadistes, qui cherchent à les éliminer en attaquant des checkpoints et des commissariats. Tous se préparent ainsi à cette éventualité qui est constamment évoquée, que ce soit par leurs familles ou les policiers eux-mêmes. Cette probabilité impacte d’ailleurs grandement la façon dont Youssef mène sa vie. Il est confronté sans répit au dilemme suivant : construire sa vie terrestre et s’engager avec la femme qu’il aime ou renoncer pour lui éviter de futures souffrances, la mort n’étant jamais loin.

Les indices qui font le martyre

31Le qualificatif de martyr est employé par tous les acteurs en concurrence dans la série pour qualifier leurs morts. La mise en scène du martyre à venir des policiers est réalisée dans un style répétitif : avant chaque attaque, Youssef discute avec un collègue qui va lui raconter quelques éléments personnels (son futur mariage, sa femme enceinte, ses projets). Le procédé sert à générer une empathie pour le policier qui trouvera évidemment la mort quelques minutes plus tard. Outre les dispositifs vus plus haut qui rendent tous les policiers éligibles au martyre, la mise en scène du martyre à venir des policiers reprend des codes culturels et religieux. Ainsi, la mort s’annonce toujours pour le futur martyr, puisque, dans le respect de la tradition martyrologique islamique, celui-ci a toujours l’intuition de son martyre. Après sa mort, le martyr peut également s’annoncer dans les rêves de ses proches. Dans la série, la femme de Mabrouk en témoigne et raconte à Zakaria qu’elle lui aurait parlé en rêve (épisode 16). Dans le dernier épisode de la série, les véritables familles des martyrs d’al Wahat sont interviewées et témoignent qu’un signe particulier au moment du départ de leur fils ou mari leur a annoncé le martyre à venir – un dernier baiser, un regard lourd de sens, une phrase rassurante.

32À l’inverse des policiers, qui meurent pour sauver la nation, le sacrifice des « islamistes » est présenté comme inutile. Leur usage du terme martyr est tourné en dérision ; ces derniers sont montrés comme qualifiant le moindre mort de martyr, même si ce dernier meure accidentellement sans même figurer parmi leurs troupes. Ainsi, sur la place Raba‘a, un jeune qui appelle ses congénères à quitter le sit-in en leur disant que ce n’est pas le bon combat car celui-ci divise l’Égypte, est tué par un tir provenant d’un homme masqué, envoyé par un allié de Mohamed Kamal pour tuer ceux qui incitent les autres à partir. Il est immédiatement saisi par les hommes autour de lui qui clament « martyr, martyr », alors qu’il a été tué par un homme de main de la Confrérie.

La mémoire du sacrifice

33Les policiers se remémorent constamment le sacrifice des leurs, témoignant leur attachement à leurs collègues disparus. Cette mise en mémoire tranche avec le comportement attribué aux islamistes, qui ne sont jamais montrés émus par la mort des leurs. « On a perdu les meilleurs » dit Youssef après l’attaque d’al-Wahat à un collègue qui lui répond : « Oui mais au moins ils ne sont pas morts en vain » (épisode 26). Le martyre des policiers est montré comme étant nécessaire pour protéger la nation des périls qui la menace. Après la mort de Mabrouk, Zakaria s’énerve de voir ses hommes effondrés : « Il est un martyr et n’importe qui pourrait être à sa place. Si un de nous meurt, il y en a 1000 autres, et nous allons lui rendre justice (naǧ ib aqo) aujourd’hui, demain, ou bien nous le suivrons » (épisode 10). « Ramener le droit », ou rendre justice, revient fréquemment dans l’engagement des policiers. Ce type de phrases agit comme un slogan, répété à de multiples reprises pour encourager les policiers – et les soldats dans la saison 1 – et affirment par-là que le martyr n’est jamais seul dans son sacrifice ; il est suivi de près par ses camarades, qui lui rendront justice jusqu’à la mort s’il le faut.

34Cette préparation constante au sacrifice s’inscrit dans la mise en récit d’une longue lutte des policiers contre les islamistes, et participe ainsi à créer une continuité entre les générations de policiers. Dans la série, un des chefs d’al-āmn al-waanī, le général Murad, raconte le massacre de ses camarades lors de l’attaque du 8 octobre 1981 à Assiout, qui a fait 118 morts dont 54 officiers de police. Il affirme que les terroristes responsables du massacre seraient les mêmes qui attaqueraient la police et la nation aujourd’hui, et conclut à la fin de la série : « Nous avons réussi à déjouer leurs plans dans le passé, comme nous le ferons dans le futur ». Cette continuité participe à l’écriture d’une histoire de la police par ses sacrifices et à créer un antagonisme profond qui permet l’énonciation d’un « nous » contre « eux ». Les nouvelles recrues de l’Académie de Police incarnent cette continuité. À peine diplômés ils veulent prier pour « les martyrs qui étaient là avant (eux) » (épisode 21). Après le massacre d’al-Wahat, le même général s’émeut en disant que tous les policiers décédés étaient pour lui comme ses fils. Tout comme l’armée, la police constituerait une grande famille reliée entre les générations par leur sacrifice pour la nation (Deroure, 2022) ; ce sacrifice, sans cesse réactivé par la mort en continu de policiers, constitue l’élément central de la construction actuelle d’un grand récit de la police.

Les véritables images de l’enterrement du lieutenant-colonel Mabrouk diffusées dans la série (épisode 10). Les photos des « vrais » martyrs sont toujours diffusées à la fin de l’épisode qui a mis en scène leur mort.

Les noms de deux des véritables officiers décédés lors de l’attaque d’al-Wahat accolés aux acteurs qui les incarnent, dans une scène précédent celle de l’attaque (épisode 24). Un flou est constamment créé entre les faits et leur reconstitution.

  • 28 La réception de la série est difficile à mesurer, mais des faisceaux d’indices, notamment de nombre (...)
  • 29 Voir Deroure, 2022 sur la réception de l’épisode d’al-Wahat.

35Cet article analyse les différents dispositifs de sensibilisation déployés dans cette saison pour permettre la « reconnaissabilité » des agents de police comme étant des « martyrs en devenir ». Cette « mise en martyr » s’effectue via des dispositifs similaires à ceux déployés pour qualifier les martyrs de l’armée. Ainsi mis à leur niveau et uniquement montrés dans leur mission conjointe de « lutte contre le terrorisme », les martyrs de la police peuvent être partie du nouveau deuil public dédié aux « martyrs du devoir » développé par l’État égyptien. Ce récit permet de raviver les conditions qui ont favorisé l’ascension au pouvoir d’al-Sissi, notamment le contexte de la « lutte contre le terrorisme », tout en proposant une version hégémonique des évènements polarisant qu’a traversé l’Égypte pendant la décennie 2010. Néanmoins, alors que la narration s’appuie, comme la saison 1, sur des « preuves du réel » qui visent à l’ériger en document historique et sur des processus narratifs similaires, il semble que cette saison n’ait pas connue le même succès que la précédente28, le récit de la dispersion de Raba‘a n’ayant certainement pas fait l’unanimité. Malgré la mise en scène des policiers dans leur défense de la nation contre le « péril islamiste » et leur interprétation par des méga stars du cinéma égyptien, ainsi que le trouble qu’ont pu susciter certains épisodes chez des téléspectateurs29, l’émergence d’un « grand récit » pour la police semble encore incertaine. Cette piste reste à creuser, mais la réécriture de l’histoire semble rencontrer les limites de la réalité ; les policiers ne bénéficient pas de la même assise que les soldats au sein de la société, et leurs interactions quotidiennes avec les citoyens ne paraissent pas pouvoir être complètement balayées par la mise en scène du sacrifice de certains.

Haut de page

Bibliographie

Abdelrahman, Maha, 2014, Egypt’s long revolution: protest movements and uprisings, Londres, Routledge.

Abdelrahman, Maha, 2017, « Policing neoliberalism in Egypt: the continuing rise of the ‘securocratic’ state ». Third World Quarterly 38 (1), p. 185202.

Abul-Magd, Zeinab, 2017. Militarizing the nation: The army, business, and revolution in Egypt, New York, Columbia University Press.

Aclimandos, Tewfik, 2013, « Armée et police face à la révolution », Les Cahiers de l’Orient n° 109 (1), p. 11‑33.

Armbrust, Walter, 2019, Martyrs and tricksters, an ethnography of the Egyptian revolution, Princeton, Princeton University Press.

Ben Néfissa, Sarah, 2015, « La chute historique des Frères musulmans égyptiens: erreurs politiques, blocage idéologique et bureaucratisme organisationnel », in Bozzo, Luizard, Polarisations politiques et confessionnelles, Roma, TrE-Press, p. 99-127

Bildt, Joyce van de, 2015, « The Quest for Legitimacy in Postrevolutionary Egypt: Propaganda and Controlling Narratives », The Journal of the Middle East and Africa 6 (34), p. 253274.

Butler, Judith, 2010, Ce qui fait une vie. Essai sur la violence, la guerre et le deuil, Paris, Zones.

Codaccioni, Vanessa, Maisetti, Nicolas, et Pouponneau, Florent, 2012, « Les façades institutionnelles : ce que montrent les apparences des institutions. Introduction », Sociétés contemporaines 88 (4), p. 5‑15.

Daoud, Sarah, 2022, « Au nom de la sécurité nationale : l’activité de négociation des services de renseignement égyptiens dans le « dossier palestinien » », Thèse de doctorat, Institut d'études politiques de Paris.

Deroure, Sixtine, 2022, « Pleurer les « martyrs du devoir » dans l’Égypte postrévolutionnaire : du deuil public au deuil collectif », Critique internationale 96 (3), p.105‑126.

Deroure, Sixtine, 2023, « Martyrs’ Day in the Egyptian Media Space after 2011 », ESMA Egypte Soudan Mondes Arabes 24, p. 155-168.

El Chazli, Youssef, 2020, Devenir Révolutionnaire à Alexandrie. Contribution à une Sociologie Historique du Surgissement Révolutionnaire en Égypte, Paris, Dalloz.

El-Dawla, Aida Seif, 2009, « Torture: A state policy » in El-Mahdi, Marfleet, Egypt: The moment of change, Londres, New-York, Zed Books, p. 120135

El-Ghobashy, Mona, 2011, « The Praxis of the Egyptian Revolution », Middle East Report 258, https://urlz.fr/o8e4.

El-Sherif, Ashraf, 2017, « A Dangerous Deterioration: Egypt Under al-Sisi ». NewYork: Project on Middle East democracy.

Ennarah, Karim, Medhat, 2014, « The End of Reciprocity: The Muslim Brotherhood and the Security Sector », The South Atlantic Quarterly 113 (2), p. 40718.

Grimm, Jannis Julien, 2022, Contested Legitimacies. Repression and Revolt in Post-Revolutionary Egypt, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Halverson, Jeffrey R., Ruston Scott W., et Trethewey Angela, 2013, « Mediated Martyrs of the Arab Spring: New Media, Civil Religion, and Narrative in Tunisia and Egypt ». Journal of Communication 63 (2), p. 312332.

Hamzawy, Amr, 2017, « Legislating Authoritarianism: Egypt’s New Era of Repression », Carnedgie Endowment for International Peace, https://urlz.fr/o8dY.

Ismail, Salwa, 2012, « The Egyptian Revolution against the Police », Social Research, Egypt in Transition, 79 (2), p. 435462.

Kandil, Hazem, 2014, Soldiers, spies, and statesmen: Egypt’s road to revolt. New York, Verso Books.

Ketchley, Neil, 2014, « “The Army and the People Are One Hand!” Fraternization and the 25th January Egyptian Revolution », Comparative Studies in Society and History 56 (1), p. 155186.

Ketchley, Neil, 2017, Egypt in a Time of Revolution, Cambridge, Cambridge University Press.

Khalil, Menna, 2012, « The people and the army are one hand: Myths and their translations », Translating Egypt’s revolution: The language of Tahrir, Le Caire, American University in Cairo Press, p. 249275.

Lachenal, Perrine, 2018, « Des mises en martyr contestées. Enjeux sociaux et sexués de l’iconographie de La Révolution Égyptienne », Archives de Sciences Sociales Des Religions, 18, p. 69‑93.

Lebrun, Céline, 2017, « La Révolution Égyptienne Au Prisme de Ses Commémorations (2011-2016) », Mémoire de master, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Lefebvre, Rémi, et Emmanuel Taïeb, 2020, Séries politiques. Le pouvoir entre fiction et vérité, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur.

Mittermaier, Amira, 2015, « Death and Martyrdom in the Arab Uprisings: An Introduction », Ethnos 80 (5), p. 583604.

Rommel, Carl, 2021, Egypt’s football revolution: emotion, masculinity, and uneasy politics, Austin, University of Texas Press.

Ryzova, Lucie, 2020, « The Battle of Muhammad Mahmoud Street in Cairo: The Politics and Poetics of Urban Violence in Revolutionary Time », Past&Present 247 (1), p. 273317.

Said Mostafa, Dalia, 2017, The Egyptian Military in Popular Culture, Context and Critique, Londres, Palgrave MacMillan.

Schielke, Samuli, 2017, « There Will Be Blood: Expectation and Ethics of Violence during Egypt’s Stormy Season », Middle East Critique 26 (3), p. 205220.

Traïni, Christophe, 2011, « Les émotions de la cause animale », Politix, n° 93 (1), p. 69‑92.

Traïni, Christophe, 2019. Emotions et expertises: les modes de coordination des actions collectives, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Vannetzel, Marie, 2019, « À quoi les Frères musulmans égyptiens ont-ils cru ? », Genèses, n° 116 (3), p.49‑76.

Haut de page

Notes

1 Je reprends ici volontaire le terme « peuple » (sha‘b) car il est utilisé comme tel par de nombreux acteurs politique. Il a notamment été mobilisé dans de nombreux slogans révolutionnaire (par exemple le fameux slogan « l’armée et le peuple, une seule main » (Ketchley, 2014)), souvent pour marquer le contraste avec d’autres entités politiques désignées comme « l’armée », le « régime » etc.

2 Cette commémoration a été instaurée en 2009 par Moubarak en hommage aux 50 policiers tués en 1952 à Ismaïlia après avoir refusé de remettre leurs armes aux britanniques et d’évacuer leur poste de police.

3 La fondation de cette rhétorique se trouve dans l’appel d’al-Sissi au peuple égyptien pour lui accorder un « mandat » le 26 juillet 2013 afin de « lutter contre le terrorisme » par tous les moyens (Schielke, 2017).

4 Le terme « martyr » a une connotation religieuse originelle (voir entre autres Halverson, Ruston, et Trethewey, 2013). J’analyse ici la qualification du martyre et les références qui y sont attachées, dont certaines sont religieuses mais pas seulement, dans les récits et par les acteurs observés via un prisme sociologique.

5 Alghoul, Asma, 2 juin 2020 « Le Choix », série préférée du régime égyptien, Orient XXI [article de presse], https://urlz.fr/nKbB.

6 Le domaine d’action des Renseignements généraux est orienté vers des missions extérieures (Daoud, 2022)

7 BBC News, Pourquoi les images d'Ahmed Mekki dans la série Le Choix 2 ont-elles déclenché un débat houleux en Égypte ?, [émission télévisée, en arabe], https://urlz.fr/nKb2.

8 Cette agence a succédé au Service d’investigation de la sécurité d’État (mubae al-amn al-dawla), dissoute après la révolution ; ce changement est surtout « cosmétique » (Ennarah, 2014). Sous Moubarak, le secteur des enquêtes de la sécurité de l'État était exclusivement responsable de la surveillance intérieure et de la répression. Sur l’histoire de cette institution voir (Kandil, 2014).

9 Al-Badri, Yousry, Dabash, Hamdi, Hussein, Hassan Ahmed, 16 avril 2021, Qui est l’officier Zakaria Younes, incarné par Karim Abdel Aziz dans Le choix 2 ? Une source explique », Al-Masry al-Youm [article de presse, en arabe], https://urlz.fr/nKbp.

10 Cet assassinat aurait en réalité été revendiqué par un groupe djihadiste (Alghoul, op.cit).

11 12 août 2014, All according to the plan, [rapport Human Right Watch], https://urlz.fr/nINS.

12 Plusieurs chercheurs ont tenté de comprendre comment ce massacre, puis son absence de dénonciation notamment de la part d’un certain nombre d’acteurs révolutionnaires, avait pu être possible (Schielke, 2017 ; Armbrust, 2019).

13 À la veille de la diffusion de l’épisode mettant en scène la dispersion du sit-in, la tension était palpable dans les conversations que j’ai pu tenir avec mon entourage. Qu’est-ce qui allait être montré ? et qu’est-ce que cette diffusion allait susciter comme réactions ? Un ami travaillant dans le milieu du cinéma m’avait alors fait part d’une rumeur, supposée secrète, qui voulait qu’un des acteurs principaux de la série soit lui-même très inquiet des incidences qu’une telle mise en scène pourraient avoir parmi la population.

14 J’emprunte cette expression à Perrine Lachenal (Lachenal, 2018).

15 Les signes d’hommages aux victimes des massacres de Raba‘a et al-Nahda, notamment le chiffre quatre fait avec la main en référence à la signification du nom de la place Raba‘a (Grimm, 2022), sont passibles d’emprisonnement, la confrérie ayant été formellement qualifiée d’organisation terroriste en décembre 2013. 15 janvier 2016, Egypt criminalises the Rabaa Al-Adawiyya four-finger sign, Middle East Monitor [article de presse, en anglais], https://urlz.fr/nJE8.

16 Pensé par la sociologie des mobilisations collectives, ce concept a été étendu à d’autres domaines comme l’action publique ; voir Traïni, 2019.

17 Membre réel de la confrérie, il est présenté dans la presse égyptienne comme étant le chef de l’organisation armée des Frères musulmans ayant supervisé l’assassinat du Procureur Hisham Barakat en 2015, voir Dabash, Hamdi, 22 avril 2021, Le Choix 2, épisode 10. Le chef de la branche armée de la Confrérie. Qui est Muhammad Kamal, Al-Masry al-Youm, [article de presse, en arabe], https://urlz.fr/nKgL.

18 En 2006, de jeunes militants Frères musulmans, vêtus de noir, certains effectuant une démonstration d’arts martiaux, ont défilé pour protester contre la radiation de leurs camarades. Cet évènement ultramédiatisé a été suivi de nombreuses arrestations de membres de la confrérie, voir Vannetzel, 2019.

19 Mohamed Kamal affirme « les transferts sont en cours, le budget est ouvert, ils nous enverront tout ce dont on a besoin » (épisode 4).

20 Le commissariat de la ville Kerdasa a été l’objet d’une attaque par des hommes armés en réaction à la dispersion de la place Raba‘a et s’est soldé par la mort de 12 policiers et de nombreux civils.

21 « Egypt: Police brutality », Africa Research Bulletin, Vol 52, 2, 20 janvier 2016.

22 Alghoul, Asma, 25 juin 2021, Égypte. « Le Choix 2 » ou la limite de la propagande par la fiction, Orient XXI [article de presse], https://urlz.fr/nJS1.

23 18 avril 2021, Le série Le choix 2 : l’épisode sur la dispersion du sit-in de Raba‘a alimente la polarisation sur Twitter, BBC, [article de presse, en arabe], https://urlz.fr/nJZb; la controverse s’est aussi déroulée dans la presse étrangère, la presse égyptienne louant le récit : 19 avril 2021, Le Choix 2 : Accusations réciproques concernant la dispersion du sit-in de Raba‘a soulevées par une série du Ramadan - Journaux arabes, BBC [article de presse, en arabe], https://urlz.fr/nJZJ.

24 Alnajjar, Abeer, 29 avril 2021, How Egyptian TV series ‘The choice’ is stirring controversies about the Rab’a massacre, Open Democracy [article de presse, en anglais], https://urlz.fr/nJSg.

25 13 mai 2021, ānā mesh beta‘a dad, ābāl el-Ekhtiyar, CBC Egypt, [vidéo-clip] (https://urlz.fr/nLrw).

26 Les mises en scène décrites ici ne doivent pas être comprises comme l’affirmation d’une véritable relation harmonieuse entre les deux institutions. Au contraire, certains éléments laissent penser qu’une forme de compétition pour les hommages existe entre les deux ministères. Le ministère de l’Intérieur a diffusé un clip intitulé « Dédicace des étudiants de l’académie de police aux vertueux martyrs d’Égypte » reprenant la chanson « Le deuil n’est pas pour nous » écrite originellement en hommage aux martyrs de l’armée. Les photos initiales des martyrs de l’armée ont été remplacées par celles de policiers, tandis que le refrain est scandé par un corps d’homme se situant sous le logo du ministère de l’Intérieur et portant des t-shirts avec un énorme insigne « Police ». Plutôt qu’un hommage, cette mise en scène ressemble à une récupération. La vidéo a été supprimée du compte YouTube du ministère de l’Intérieur ; elle est disponible ici : https://urlz.fr/nJmV.

27 Cette attaque est survenue en octobre 2017 et a causé la mort de 16 policiers.

28 La réception de la série est difficile à mesurer, mais des faisceaux d’indices, notamment de nombreuses conversations informelles tenues lors de sa diffusion font état d’un récit « politique » (terme qui a une connotation assez négative dans le contexte égyptien, voir Rommel, 2021) ; certains des articles de presse cités vont également dans ce sens (voir Alghoul, 2021 ; Alnajjar, 2021).

29 Voir Deroure, 2022 sur la réception de l’épisode d’al-Wahat.

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’affiche de la saison 2, « Le Choix, les hommes de l’ombre ».
Légende À gauche, Youssef al-Rifai, interprété par Ahmed Mekki, et à droite Zakaria Younes, interprété par Karim Abdel Aziz, deux stars du cinéma égyptien
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12328/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Sur le sit-in de Raba‘a des hommes sont montrés préparant des bombes artisanales (Épisode 4).
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12328/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Les agents des Opérations spéciales de la Sécurité centrale sont essentiellement montrés dans des opérations spectaculaires durant lesquelles ils arrêtent de dangereux terroristes (épisode 14).
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12328/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12328/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Des images de la saison 1, mettant en scène le héros Mensi, sont insérées dans la saison 2 qui met en scène les policiers dans les mêmes combats contre les terroristes (épisode 2). Les insignes de la police, notamment du corps de la Sécurité centrale sont très visibles dans les scènes de combats.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12328/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Les véritables images de l’enterrement du lieutenant-colonel Mabrouk diffusées dans la série (épisode 10). Les photos des « vrais » martyrs sont toujours diffusées à la fin de l’épisode qui a mis en scène leur mort.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12328/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Les noms de deux des véritables officiers décédés lors de l’attaque d’al-Wahat accolés aux acteurs qui les incarnent, dans une scène précédent celle de l’attaque (épisode 24). Un flou est constamment créé entre les faits et leur reconstitution.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12328/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sixtine Deroure, « El Ekhtiyar ou la mise en martyr des policiers égyptiens. La construction d’un « grand récit » sur petit écran ? »L’Année du Maghreb [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 20 décembre 2023, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/12328 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.12328

Haut de page

Auteur

Sixtine Deroure

Sociologie politique, doctorante, Paris 1 Panthéon Sorbonne, UMR 201 Développement et sociétés, CEDEJ.

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search