Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Dossier : L'ordre et la force« Paroles de flics ». Communicati...

Dossier : L'ordre et la force

« Paroles de flics ». Communications policières et actualité politique au Maroc (2005-2023)

"Cops' talk ". Police communications and the Moroccan politics (2005-2023)
كلمات الشرطة. الاتصالات الشُّرَطية والأخبار السياسية في المغرب 2005-2023
Mériam Cheikh

Résumés

En février 2005, une publication de presse inhabituelle au Maroc prend place au milieu de la profusion des titres (quotidien, hebdomadaires et mensuels) qui, depuis les années 1990, se multiplient en arabe et en français sur les étals des kiosques à journaux des grandes villes du pays. Il s’agit du magazine de la police, Police Magazine, annoncé en grandes pompes, entendant ainsi sortir des publications institutionnelles classiques qui ont existé jusqu’alors et qui ne s’adressaient pas au large public. Animé d’un fort désir de s’adresser en arabe et en français directement au large public, les responsables de la revue – responsables de la police par ailleurs – ont pour objectif de réconcilier leur service de sécurité pâtissant d’une mauvaise réputation et s’emparer de la nouvelle vulgate sur l’ouverture politique et le processus de démocratisation. Conscients d’être, théoriquement parlant, un acteur majeur de la protection et de l’application des droits de l’homme, la police marocaine encore discréditée pour les violations dont elle s’est rendue célèbre durant les années dites de plomb et qui ont été commentées lors des débats portés par l’Instance équité et réconciliation (IER), revendique son attachement à ces idéaux alors que se closent les travaux de l’IER. La renaissance de la publication policière (en arabe et en français) va signer le premier jalon de la constitution d’un travail de communication rendu visible à tou.tes et qui va au fil de ces deux dernières décennies (2005-2023) au fur et à mesure devenir un véritable service professionnel qui aura en charge, fait nouveau, non pas de nier mais de traiter par le discours la forte tension entre action policière et libertés. Pour ce faire, et dans un contexte de réforme de l’institution et de rationalisation managériale de ses effectifs, la police va se mettre en scène chaque mois pour donner à voir son travail, la diversité de ses services (sécurité publique en charge de la délinquance, police judiciaire en charge des enquêtes criminelles, renseignements généraux, police des frontières en charge des flux migratoires vers l’Europe et maintien de l’ordre) et les définitions qu’elle en a. Celles-ci permettent non seulement de voir comment est organisé de l’intérieur la police mais aussi quelles sont ses nouvelles priorités en tête desquelles figurent la délinquance urbaine et juvénile.

Au moyen d’un passage en revue exploratoire de deux décennies d’une publication, qui s’intitulera Police Magazine de 2005 à 2013 puis Revue de Police de 2014 à aujourd’hui, il s’agira dans cet article de voir comment les forces de sécurité entrent dans le jeu de la communication institutionnelle à destination de la population marocaine et quelles formes elle prend selon des phases politiques qui vont de l’ouverture à la fermeture. Sans entrer dans les détails des 101 numéros passés en revue (l’espace imparti ne nous permet pas une analyse textuelle des discours), le but est de relever les éléments les plus significatifs à même de démontrer ces phases d’ouverture puis de fermeture du discours de la police sur elle-même. Ainsi, après avoir proposé, dans une première partie, une rapide histoire de la mise en image de la police au Maroc allant de l’Indépendance en 1956 à la fin des années 1990, moment de l’alternance politique censée marquer le début de ce que certains analystes nommeront hâtivement « la transition démocratique », il s’agira de revenir, dans une seconde partie, sur le travail qu’effectue la police sur sa représentation en optant pour une forme d’écriture davantage journalistique que communicationnelle, donnant l’impression qu’elle cherche à dire quelque chose de vrai sur elle-même en mobilisant les termes de la « nouvelle ère » du régime : ceux du développement humain et social. La dernière partie est consacrée quant à elle à la mise en scène du métier de policier à mesure que le métier de communicant policier s’affine. Il s’agira, toujours en lien avec les phases de réajustements politiques, d’acter l’ancrage d’une communication de moins en moins à destination du grand public et de plus en plus centrée sur les agents des forces de sécurité.

Haut de page

Texte intégral

1Que fait la police et en quoi consiste son travail ? C’est à ces deux questions que la police marocaine s’attache à répondre à l’aube du XXIe siècle en travaillant à la visibilité d’une certaine normalité routinière. Elle en a fait un de ses principes de communication au travers d’un magazine qui n’a, à quelques exceptions près (Smolin, 2013b ; Cheikh, 2020a), que peu attiré la curiosité des chercheur.es. En février 2005, le numéro 1 d’un magazine atypique, intitulé sobrement Police Magazine et shurta pour la version arabe, fait son apparition dans les kiosques à journaux des grandes villes marocaines. Deux supports différents, un pour chaque langue, sont proposées au public (Figures 1 & 2). Quelques mois avant cette mise en image de la police sur papier glacé, les représentations sociales des forces de l’ordre sont essentiellement marquées par le legs désastreux des pratiques de répression passées. L’entreprise médiatique, qui se fait dans le contexte très spécifique des débats de l’Instance équité et réconciliation (IER), et plus largement de la « nouvelle ère » de gouvernance au cours des premières années de règne de Mohammed VI, annonce sa volonté de proposer une nouvelle image de la police marocaine. Elle va même plus loin et c’est ce qui justifie d’employer le terme d’entreprise médiatique. Au-delà d’une communication institutionnelle classique, à laquelle elle était déjà habituée avec d’autres titres et formes de publication depuis l’indépendance, c’est la démarche journalistique qui est visée et la participation au champ de la presse écrite jouissant d’une certaine ouverture depuis les années 1990 (Desrues, 2007). Sa fabrication mérite, dès lors, autant que le développement de la presse dans la région (Chouikha et al., 2016) toute l’attention des spécialistes. Très présente, bien que muette, la police marocaine s’emploie, dès 2005, à donner une nouvelle définition d’elle-même : police au service du public, travaillant à préserver la tranquillité de la population plutôt qu’à la réprimer. L’objectif est ici d’étudier les épisodes d’ouverture et de fermeture, par un biais spécifique, en l’occurrence la communication policière, non pas pour en voir l’aboutissement mais pour rendre compte des pratiques situées et comment elles sont mises en image d’un épisode à l’autre de la consolidation autoritaire.

Figures 1 & 2 : Les unes des n°1 et n°59 de Police Magazine en français et en arabe

Figures 1 & 2 : Les unes des n°1 et n°59 de Police Magazine en français et en arabe
  • 1 Le site marja’ mobilise les données tirées de la revue pour certains articles portant sur le crime. (...)

2Police Magazine durera de 2005 à 2014, soit près de dix ans, avant d’être renommé Revue de Police, dont la publication se poursuit aujourd’hui. Débutant alors que s’imposent au Maroc les éléments de langage sur la transition démocratique, cette initiative émanant des services de sécurité, un pouvoir cultivant l’opacité, cherche à proposer des discours et de nouvelles manières de percevoir le monde social et de le décrire au moyen d’un nouveau vocabulaire et de nouvelles catégories (Bonelli, 2010, p. 18). Eu égard à ce travail d’encapsulage des nouvelles réalités de la société marocaine que la presse généraliste, de moins en moins partisane, décortique, cette publication institutionnelle mérite d’être prise au sérieux et de ne pas être trop rapidement dénigrée ou considérée comme ayant peu d’intérêt en raison de ses protagonistes. On se priverait ainsi d’un des rares regards qu’il est possible de porter sur cette institution depuis l’élaboration de ses propres discours, qui sont loin d’être constants lorsque l’attention est portée sur leur fabrique et tout ce que l’observation de leur routinisation peut nous dire – notamment au détour des changements de tons, des ruptures dans le traitement des thématiques. En effet, ce magazine, sans être le reflet d’une transformation profonde de la police qu’aurait impulsée la volonté par le haut d’un changement des formes de gouvernement, est une modeste fenêtre sur « le passage d’une configuration de l’autoritarisme à une autre » (Vairel, 2004), processus que l’on a également qualifié dans les années 2000 de « mise à niveau de l’autoritarisme » (Heydemann, 2007). On notera par ailleurs que cette publication institutionnelle est lue et donne lieu à un référencement dans certains contenus en ligne, comme des articles proposés à la vente par des sites en arabe d’aide aux devoirs académiques.1

3L’objectif de cet article est de proposer une analyse de l’émergence de la volonté de mettre en image la police au Maroc et de mieux contrôler ainsi sa représentation (Le Saulnier, 2018). Loin d’être nouvelle, la mise en image de la police au Maroc a connu différentes phases. La première partie reviendra sur cette histoire. La seconde s’attardera sur les premières années de Police Magazine au cours de la décennie 2000. Au moyen d’un passage en revue des différentes rubriques, parfois éphémères, composant le magazine, il s’agira de voir comment les forces de sécurité font leurs les mots d’ordre de l’engagement dans la voie du développement humain et social, mais aussi ceux de la réforme institutionnelle, et décident d’en devenir une des vitrines. Par ailleurs, cette partie s’interrogera sur l’existence d’une volonté de légitimer l’action policière dans un État non démocratique et de la part d’une institution qui n’est a priori pas contrainte de justifier ses pratiques et ses usages de la force. Actant les changements de contenu survenant au fil des années, la dernière partie s’intéressera plus spécifiquement au métier de policier et policière – la féminisation étant régulièrement mise à la une dans les colonnes du magazine – et notamment au travail de (ré)-enchantement qui se dégage d’articles proposés de moins en moins au grand public et de plus en plus aux agents des forces de sécurité, lesquels voient leur mise en image passer d’une représentation à charge à une représentation à décharge. C’est, de plus en plus, la police en tant que famille qui est donnée à voir à mesure que se referme la parenthèse de la construction d’un État de droit et que les discours officiels mettent davantage l’accent sur les droits de l’État, et notamment des forces de sécurité, sur lesquels exercer un droit de regard n’est plus de mise.

  • 2 Plusieurs numéros sont des numéros double et une trentaine de numéros de Police Magazine manquent à (...)

4Le corpus utilisé ici consiste en une collection de numéros de la revue constituée à partir de 2009 dans le cadre d’un travail sur la prostitution et notamment sur sa gestion policière. Le présent article est né du souhait d’objectiver cette archive pour analyser la professionnalisation d’une communication. Il pourrait être amélioré au moyen d’entretiens plus poussés que je n’ai pas encore eu l’opportunité d’effectuer. Toutefois, derrière cette publication c’est un univers en tension qui se donne à voir (Deluermoz, 2016) loin d’une simplification des représentations sur les polices non-occidentales (Maillard, 2017, p. 13). C’est ce que démontre la base de données réalisée à partir de l’analyse systématique des numéros 2 à 99 (mars 2005 à mai 2023) de Police Magazine et 1 à 46 (juillet 2014 à décembre 2022) de la Revue de police : soit 101 numéros mobilisés.2 Cette base de données visait à répertorier deux informations essentielles. D’une part, des informations d’ordre sociologique sur l’ensemble des concepteurs de la revue : leur rôle et fonction dans la publication ; leur grade et statut (policiers ou journalistes, chef de la DGSN, chef de service, commissaires, inspecteurs, etc.); la durée de leur présence au sein de la publication; leur évolution; leur niveau d’étude quand les données le permettent. D’autre part, des informations sur le contenu des articles : thématiques abordées ; leur récurrence ou non ; tonalité des propos ; contenus des éditoriaux et signature si présente ; protagonistes des articles (passifs ou actifs) ; composition de la rédaction et fluctuation des fonctions, etc. Le relevé systématique de ces contenus et leur classement a permis de dégager des tendances et d’apprécier le degré de pluralité ou non à certaines périodes des contenus.

Born again  police magazine : retour historique sur les publications institutionnelles

5L’intitulé Police Magazine est devenu un titre générique de la presse institutionnelle du maintien de l’ordre à travers le monde dès le début du XXe siècle. Le premier périodique du genre est né en France dans le sillage du journal Détective, crée conjointement dans le monde du privé par un détective et un éditeur de la place, Gallimard (Kalifa, 2018). Les modes de mise en image de la police, de la criminalité, des processus d’enquête y sont éprouvés avant d’être plus tard mobilisés par les institutions qui reprendront à leur compte ces formes journalistiques de la communication où le professionnalisme est érigé en vertu (Kalifa, 2018).

De Majallat al-shurta à Police Magazine

  • 3 À l’exception du dossier du numéro généralement similaire dans les deux langues, le reste des artic (...)

6Au Maroc, la Majallat al-shurta (Revue de police) commence à paraître en janvier 1961 (Smolin, 2013a) soit près de cinq ans après la création de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) en mai 1956. Cette revue devance les publications d’autres institutions nationales qui seront lancées les années suivantes : pompiers en 1962, puis armée et gendarmerie en 1965 (Smolin, 2013a, p. 700). Comme le rappelle Jonathan Smolin, qui consacre une étude à la majalla après l’Indépendance, Majallat al-shurta paraît mensuellement en arabe jusqu’à juin 1964 avant de devenir un bimensuel bilingue (arabe et français). Entre 1967 et 1978, elle ne paraît plus que quatre fois puis est renommée Majallat al-amn al-watanî (Revue de la sûreté nationale), qui paraîtra jusqu’en 2004 (Smolin, 2013a). En février 2005, le premier numéro de Police Magazine (PM) sort en grande pompe. La nouvelle revue est tirée à 50.000 exemplaires – chiffre symbolique correspondant à peu près au nombre de fonctionnaires employés alors par la DGSN – séparément en arabe et en français. Une partie de la presse se fait l’écho de cet événement marquant « un nouveau pas vers la modernisation » de la DGSN (Dahbi, 2005). Quatre-ving-dix-neuf numéros de PM paraîtront jusqu’en mai 2013 en arabe et en français sur deux supports distincts. Après une pause de quatorze mois, le magazine revient en juillet 2014 sous le titre originel de Revue de Police et reprend à zéro sa numérotation. La revue redevient, en 2014, bilingue, comme en 1967, et un même support propose des articles en arabe et en français.3 En 2019, enfin, la police fera son entrée sur les réseaux sociaux et mettra en ligne la quasi-totalité des numéros de PM et de RP.

  • 4 Il sera chef de la DGSN entre 2012 et 2015

7Si les publications susmentionnées suggèrent une continuité dans la communication policière, le Police Magazine de 2005 représente une parenthèse dans la prise de parole de la police. Bouchaïb Rmail, chef de la sécurité publique de la DGSN4 explique ainsi, quatre mois avant la sortie du magazine, que :

la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) communique effectivement pour la première fois et s’ouvre à l’opinion publique. La communication est un événement en soi qui marque une nouvelle ère dans l’histoire de la famille policière. C’est rassurant d’autant plus que le pays a besoin désormais d’une police moderne, ouverte sur le monde extérieur, et avant toute autre chose une police de proximité. Notre démarche s’inscrit dans un esprit de transparence et de dialogue dans le cadre du nouveau concept d’autorité dicté par les grandes orientations royales. (Chmirou, 2004)

  • 5 Police Magazine, n°1, février 2005.
  • 6 En 2005, l’agence n’a que deux ans d’existence. Pour plus d’informations voir : https://boomerang.m (...)

8PM, qui apparaît alors qu’est lancée une grande réforme des services de sécurité publique, s’impose donc dans le discours des responsables comme une nouveauté : nouveauté dans la démarche (véritable publicisation), le contenu (très divers et au ton décalé) et les objectifs (transparence). PM marquerait une émancipation du périmètre des publications passées, davantage corporatistes et destinées aux membres de l’institution. Tournée vers le grand public, la communication policière sort de la confidentialité institutionnelle avec une volonté affichée de « réconcilier la police avec le citoyen », comme le souligne le rédacteur en chef d’alors, Younès Jaouhari.5 L’agence de conseil Boomerang, établie non loin des nouveaux bureaux de la rédaction du magazine, qui associe policiers et journalistes de profession, a la charge d’accompagner la DGSN dans sa nouvelle stratégie de communication (Dahbi, 2005).6 La volonté de rapprochement avec le « citoyen » est symbolisée par une campagne de publicité massive dans les rues de la métropole économique du pays.

  • 7 La réception était sans nulle doute au centre des préoccupations du rédacteur en chef lorsqu’au cou (...)
  • 8 Notons que le Maroc est à notre connaissance le seul pays publiant également en français.
  • 9 En Algérie, une revue de la police semble nouvellement publiée au milieu des années 1970 à en croir (...)
  • 10 Le premier numéro de la revue Police paraît en juillet 1953 (Martin, 2017).
  • 11 Pour le mensuel Al-Shurta en Jordanie, voir le récent travail de Jessica Watkins sur la police et l (...)
  • 12 Notons par ailleurs l’existence pour l’Égypte d’un hebdomadaire généraliste intitulé bûlis (Police) (...)
  • 13 Voir l’article de Sixtine Deroure dans le présent numéro.

9Si les questions du lectorat et de la réception7 ne sont pas au centre de cette contribution, on doit toutefois préciser que PM a vraisemblablement échoué à réaliser les ambitions affichées par ses créateurs. On en veut pour preuve le fait qu’elle était inconnue de la plupart des interlocuteur.rices marocain.es. rencontré.e.s durant mon terrain, ou l’hilarité qu’elle suscitait chez celles et ceux qui la découvraient dans les kiosques à journaux. En outre, cherchant à rassembler les numéros de ses premières années d’existence, je constatais que la rédaction du magazine, où je me suis rendue en 2009, ne possédait elle-même pas d’invendus, ce qui suggère qu’elle restait principalement diffusée, plutôt que par la vente, via une distribution gratuite au sein de la police et d’autres administrations. L’intérêt de PM n’en demeure pas moins qu’elle fut semble-t-il l’une des rares publications policières du monde arabe (hormis celles des pays du Golfe) à adopter cette posture de communication extérieure visant à « refléter la véritable image du policier marocain » (Dahbi, 2005). Des publications institutionnelles intitulées en arabe8 selon les pays Police magazine, Police, Sécurité magazine ou Revue de la Sûreté Nationale existent, parfois depuis l’Indépendance, en Algérie,9 en Syrie,10 en Irak, aux Émirats Arabe Unis, en Jordanie, 11en Égypte,12 ou encore au Soudan. Cette volonté ancienne des polices des nouveaux États autoritaires de communiquer sur leur existence et leur raison d’être peut sembler étonnante. Cependant, les pratiques communicationnelles, qu’empruntent les jeunes États, ne sont pas étrangères à l’action policière ; elles existent dès la réorganisation des polices suite aux réformes entreprises en France ou en Angleterre au cours de la seconde moitié du XIXe siècle (Deluermoz, 2016 ; Mawby, 2002). Ce qui interpelle c’est davantage l’absence d’intérêt à leur égard. Pourtant, les discours par et sur la police sont loin d’être anecdotiques. On les retrouve dans les genres fictionnels et médiatiques. Le polar en arabe ou en français a déjà plusieurs décennies d’existence dans certains pays à l’instar du Maroc (Ghosn et Tadié, 2021 ; Smolin, 2013b) et les productions cinématographiques ne sont pas en reste d’une mise à l’image tantôt valorisante, tantôt dévalorisante de ce métier (Mostafa, 2018).13 Néanmoins, elles demeurent un non-objet dans les travaux sur le politique dans la région. Si la police fait l’objet ces dernières années de travaux menés par une nouvelle génération de chercheur.es (Watkins, 2022 ; Camps-Febrer, 2022 ; Pluta, 2020), la communication entendue dans un sens large suscite une curiosité à la marge.

10D’un point de vue historique, le lancement de PM peut être interprété comme un « retour aux sources », dans la mesure où la première version de majallat al-shurta lancée en 1961 semble avoir initialement poursuivi des objectifs similaires de rapprochement avec le public et la volonté de rompre avec une police (en l’occurrence coloniale) vue comme brutale. La police de l’État nouvellement indépendant cherche alors à montrer ses compétences et sa modernité, notamment en proposant des récits fictionnels (Smolin, 2013a, p. 697‑701). Toutefois, cet intérêt pour le lectorat externe s’émousse après 1965 et l’entrée dans les années de plomb, durant lesquelles la police apparaît de plus en plus « contre le public ».

Communication policière en temps de réconciliation

  • 14 En charge notamment des enquêtes diligentées sur le putsch de 1972 (Soudan, 2006).
  • 15 Je souligne.

11Les évolutions de la revue policière marocaine correspondent aux différentes phases politiques du pays oscillant entre autoritarisme ouvert (1956-1965 et 1999-2014), autoritarisme fermé (1965-1998) ou restauration autoritaire dans un contexte contre-révolutionnaire (2014-2023). Police Magazine est créé à l’instigation du chef de la DGSN, le général Hamidou Laânigri, qui a occupé plusieurs postes-clés au cours des années 197014 avant de résider une dizaine d’années dans les Émirats arabes unis, où il est en charge de la sécurité du cheikh Zayed Al Nahyane (Soudan, 2006). En 1999, il est nommé à la tête de la Direction de la Surveillance du territoire (DST) puis à celle de la DGSN entre juillet 2003 et septembre 2006. La coopération soutenue avec les États-Unis en matière d’anti-terrorisme, dont profitera le général durant cette courte parenthèse de retour de l’influence militaire (Fernandez-Molina, 2015, p. 33 et p. 194), pourrait être à la base de son intérêt pour les procédés communicationnels utilisés outre-Atlantique au sein de la police et expliquerait la circulation d’une méthodologie axée sur la transparence. Il entend, en effet, montrer la rupture de la DGSN avec les années de plomb. Rien de plus troublant que cette initiative de la part d’une des personnalités régulièrement citées par les acteurs.rices de l’Instance équité et réconciliation (IER) au cours du processus de mise en place de l’instance (Vairel, 2004). Son chef de la sécurité publique, Bouchaib Rmail, conclut son interview donnée au quotidien La Gazette du Maroc en 2004, peu après la fin des travaux de l’IER, par cette phrase : « En somme, et pour tout dire, faire en sorte que soit intégrée, dans l’esprit des citoyens, l’idée que toute la structure sécuritaire est au service du public et pas contre le public. »15 (Chmirou, 2004).

  • 16 Abdelaziz Samel, « Editorial », Police magazine, n°16, mai 2006, p.3.
  • 17 Les numéros 70 (novembre 2010), 91 (septembre 2012), 98 (avril 2013) et 99 (mai 2013) de Police Mag (...)
  • 18 Je reprends l’expression employée par le magazine qui n’introduit pas celle de droits humains.
  • 19 « Police et culture des droits de l’Homme », Police Magazine, n°70, novembre 2010. L’éditorial est (...)

12Les éditoriaux durant la période de Laânigri reviennent régulièrement sur les questions de droit de l’Homme. En mai 2006, on y lit par exemple que « le fonctionnaire de police n’est plus perçu comme l’auteur inévitable d’une violation des droits de l’Homme, mais comme la première ligne de défense de ces mêmes droits... voire un vecteur du développement économique ».16 Dans un autre numéro, c’est l’Association marocaine des droits de l’Homme qui est invitée à s’exprimer. Cette thématique demeure fréquemment abordée même lorsque s’affaiblissent les ambitions d’ouverture et de transparence initialement affichées par le magazine. Ainsi, entre 2010 et 2016, ce ne sont pas moins de huit numéros17 qui abordent la question des droits de l’Homme,18 dont quatre19 y consacrent leur une et le dossier central. Les éditoriaux de ces numéros sont signés par Bouchaïb Rmail, aux premières loges au moment de la création du magazine puis devenu chef de la DGSN en mars 2012.

  • 20 Revue de Police, n°14, février-mars 2014, p. 12.
  • 21 Abdelaziz Samel, « Éditorial/Procès Verbal », Police Magazine, n°12, janvier 2006, p. 3.

13Dans les pages de PM, les droits de l’Homme apparaissent moins comme une question démocratique que comme un problème de modernisation de l’action policière. Il s’agit de répondre aux mutations de la criminalité mais aussi de prendre acte des « répercussions de certaines décisions politiques cruciales, à l’instar de celles relatives aux recommandations finales de l’Instance Équité et Réconciliation, à l’adoption de la Constitution du 1er juillet 2011 ou, encore, au Nouveau Concept de l’Autorité et à la mise en marche de la régionalisation avancée. »20 S’agit-il, demande rhétoriquement l’éditorialiste du magazine, de favoriser « une réconciliation de la police avec son environnement ? » Et d’y répondre : « Incontestablement. Et c’est tant mieux ! »21 La revue propose donc au lecteur un « double médiatique du policier » (Meyer, 2012: 10), mais selon des modalités spécifiques. Alors qu’en Europe ou en Amérique du Nord, les communicants opposent de vrais portraits de policiers aux figures véhiculées par les productions fictionnelles, idéalisées (le flic super-héros) ou diabolisées (le ripoux), la démarche consiste ici, à l’inverse, à construire un double à même d’occulter la figure du policier réel, violent et corrompu.

14Je souhaiterais à présent m’attarder sur le contenu de certaines rubriques phares de PM, notamment les premiers numéros, et voir comment la publication fait sienne l’approche professionnelle – garante du sérieux de la communication – véhiculée au moyen d’articles insistant sur les techniques policières d’enquête, les connaissances juridiques minutieuses et la nécessité d’un regard sociologique porté par la police, censé renforcer l’objectivité de l’observation et de l’analyse.

« Quand la police fait sa pub »

15La police : une force ou un service ? C’est la question qui, notamment en Angleterre, a présidé à l’élaboration de la pratique communicationnelle policière (Mawby, 2002), et que l’on retrouve dans les pages de PM. Cette dernière présente la police à la fois comme un service (pour la préservation de la tranquillité de la population) et comme une force de maintien de l’ordre. Avec le focus sur les nouvelles criminalités (notamment la délinquance urbaine et juvénile, la délinquance à l’école et l’immigration clandestine) dans un contexte de montée de l’insécurité, le service est offert à un secteur de la société (les classes moyennes et supérieures urbaines et éduquées), tandis que la force concerne un autre secteur de la société composé du nouveau « gibier de la police » (Jobard, 2010) (les jeunes pauvres et les immigrés subsahariens).

16En observant les transformations que connaissent les rubriques composant le magazine, je vais à présent décrire ce travail de mise en image/mise en scène d’une police au service de la population. Certaines rubriques changent d’intitulés ou voient leurs contenus modifiés tandis que d’autres disparaissent et parfois réapparaissent de manière éphémère des mois ou des années plus tard. Ces ruptures dans l’organisation interne du magazine sont des fenêtres sur un travail en cours qui révèle lui-même les dynamiques traversant une institution policière souvent perçue comme immuable en raison de sa nature autoritaire. Notons que ce travail de l’image va bien sûr au-delà du magazine puisqu’il inclut aussi des journées portes ouvertes créées en 2017, des contenus diffusés sur les réseaux sociaux et des reportages télévisés dont le nombre s’est multiplié avec l’essor des usages numériques.

Journalistes et communicants : vers la professionnalisation des relations publiques

17À la création de Police Magazine, deux professions sont sur le devant de la scène : celle de journaliste et celle de communicant. Sur la quinzaine de personnes composant l’équipe de rédaction un peu moins de la moitié sont journalistes, une parité qui semble se maintenir jusqu’en 2006-2007. Cette coprésence participe d’un changement dans la fabrique de l’information qui concerne l’ensemble de la presse (généraliste et spécialisée) et introduit un nouveau modèle, celui du « façonnage de l’information par les communicants » (Lemaizi, 2016). Le recrutement cooptatif de journalistes facilite le passage d’une communication de type journalistique, qui commente ce que fait la police et, partant, interagit avec le débat public, à une communication qui impose ses thématiques.

  • 22 Myriam Sebti de février 2005 à avril 2007 et Younès El-Jaouhari (qui deviendra par la suite ministr (...)
  • 23 Il reviendra à la police au début des années 2000 lorsqu’il dirigera l’Académie Royale de Police de (...)

18Un premier constat général démontre les hésitations du départ entre journalisme et communication. Comme l’indique l’ours de chaque numéro des premières années, la rédaction est mixte : le directeur délégué et le rédacteur en chef sont des journalistes22 tandis que les auteur.rices sont à la fois des journalistes et des officier.ères de police affectés à la communication externe mais dont les techniques d’écriture s’apparentent, dans un premier temps, à un travail journalistique. Donnant davantage la primauté à l’enquête, à la réflexion individuelle et au travail autonome, le métier de journaliste qu’endossent les rédacteurs des premiers numéros, reflète une appétence pour l’écriture et notamment l’écriture littéraire, qui marque déjà les publications de la revue des années 1960 et continuera d’imprégner le PM renouvelé en 2005. Elle est étroitement liée au Maroc à la figure de Miloudi Hamdouchi, ancien commissaire de police reconverti en avocat après ses mésaventures au sein de la police tangéroise au milieu des années 1990 (Cheikh, 2020a) et initiateur du polar arabe avec son co-auteur homonyme Abdelilah Hamdouchi.23 Le contexte favorable aux idéaux de démocratie et de droits humains, les convainc de la possibilité de combiner dimension littéraire et approche sociologique critique inhérente à la production de polar écrit, enregistré ou filmé (Mathieu, 2013). La libéralisation de la presse des années 1990 et la multiplication des journaux, notamment fait-diversiers, a augmenté la demande de récits et de polars. PM y participe et consacre une dizaine de pages aux histoires dites procédurales (Smolin, 2013a) dans ses rubriques « Nouvelle policière », « Mémoires d’un policier », « Histoire des grands crimes » et « Nouvelle noire », laquelle sera placée sous la responsabilité de Hamdouchi. Contributeur dès les années 1980 de la publication policière alors qu’elle est encore dans sa phase confidentielle, il accompagnera PM et RP jusqu’à son décès en 2019.

  • 24 « La Com’ un autre métier de la sûreté nationale », Revue de Police, numéro 36, juin 2020.

19La pratique du polar par épisode se maintient tandis que la pratique journalistique sociologisante et les journalistes sont peu à peu marginalisés. L’observation de l’ours de chaque numéro laisse apparaître un jeu de visibilisation et d’invisibilisation des producteur.rices d’articles. En effet, on passe d’une personnalisation (avec la mise en avant des noms) à une dépersonnalisation. Les articles sont de moins en moins signés ; à partir du numéro 66/67 (juillet/août 2010) les éditoriaux ne sont plus signés par leurs auteurs mais paraissent au nom du magazine, de son secrétariat de rédaction, ou du chef de la DGSN. À partir de 2006, les membres de la partie policière de l’expérience mixte sont les seuls à se maintenir dans l’ensemble à leur poste de communicants au cours des dix-huit années d’existence de la publication tandis que les journalistes civils disparaissent les uns après les autres même ceux qui avaient, comme Abdelatif Agnouche, embrassé une carrière de civil au sein de l’institution policière. Le poste de rédacteur en chef, qu’il occupe quasiment toute la durée d’existence de PM, disparaît en mai 2013 et ne réapparaît qu’en décembre 2018 laissant les quatre premières années de RP sans rédacteur en chef. C’est le commissaire principal Boubker Sabik (présent dans l’équipe de rédaction dès le premier numéro de PM en 2005) qui en aura la charge avant de devenir, en juin 2020 (en pleine crise Covid), porte-parole de la DGSN.24

  • 25 Déjà, en juin 2012, interdiction avait été faite aux policiers de communiquer avec la presse. Bladi (...)
  • 26 Revue de Police, n°22, janvier-février 2017, p.17.
  • 27 Notre base de données montre qu’entre 2005 et 2009, de nombreux auteurs d’articles sont sollicités (...)
  • 28 Revue de Police, n°22, janvier-février 2017, p.17.
  • 29 Jacques de Maillard définit la culture professionnelle comme « un système de valeurs et de normes q (...)

20La naissance d’un porte-parolat clôt le lent processus d’encadrement des liens informels entre presse et police qui ont prévalu jusque-là. 25La transmission de données est ainsi officialisée et le travail informel de circulation de l’information est centralisé. En pleine crise du Hirak du Rif, la RP explique dans son numéro 22 ce changement en soulignant que la devise n’est plus « le fonctionnaire de police ne communique aux journalistes que ce qu’il doit dire » mais plutôt « le fonctionnaire de police ne doit taire aux journalistes que ce que la loi lui impose. »26 Autrement dit, l’État ne communiquera que dans un cadre juridique. Le porte-parolat est aussi la face visible de la consolidation de tout un service de communication dont les acteurs se sont stabilisés.27 Les mêmes noms de rédacteur.rices reviennent dans l’ours. Désormais tou.tes policier.ères, ils et elles se maintiennent sur la longue durée à leur poste. Plusieurs poursuivent en parallèle un doctorat et n’hésitent pas à proposer en guise d’articles pour la revue de petits textes scientifiques publiés en anglais et appuyés d’une bibliographie démontrant le sérieux de la démarche, la qualité de leur écrit et la responsabilité d’une police composée de cadres formés au plus haut niveau à l’étranger et notamment aux États-Unis gageant dans l’imaginaire des instruits de leur probité morale. L’anglais est aussi le miroir dans lequel se regardent des communicants dont le rédacteur en chef a été formé entre autres à l’Académie de police de Californie. Dans cette idée, Police-magazine est aussi un reflet avantageux supplantant l’approche journalistique, trop aventureuse. Le métier de policier-communicant est, en effet, lui aussi mis sous discours. On apprend, chiffres à l’appui comme pour l’ensemble des actions répressives, le nombre des « actions de com’ » ; ou que le service de communication est composé de vingt cellules (une centrale et 19 réparties sur l’ensemble des commandements régionaux : préfectures de police, sûretés régionales et sûretés provinciales).28 On assiste à l’émergence d’une véritable culture professionnelle ayant ses propres valeurs et normes29 indissociables de l’identité policière et distinctes de celles de la profession des journalistes.

Banaliser la police

  • 30 Police Magazine, n°12, janvier 2006, p. 74.
  • 31 Cherki Drais remplace alors Hamidou Laânigri.

21Police Magazine change très régulièrement sa titraille. Du n°2 au n°23, la rubrique « Filature » apparaît par intermittence (figure 3). Déclinée en différentes catégories – « officiel », « interne », « national », « international », « police au travail » – elle revient respectivement sur les activités royales, celles de la DGSN, sélectionne des extraits de la presse nationale en lien avec le crime, le maintien de l’ordre, les partenariats internationaux en matière de police et des questions plus larges (culture, investissement et accords économiques, tourisme, …). Le titre de cette rubrique qui file la métaphore du travail policier pour des activités en dehors de son périmètre, comme suivre les activités royales, interpelle. Myriam Sebti, directeur délégué de PM de 2005 à 2007 et journaliste de profession, le mobilise en rappelant qu’« en créant cette revue, la police a créé sa propre contre-filature. (…) Le flic fliqué. C’est un juste retour des choses. »30 Ce ton décalé pourrait expliquer son utilisation rare. Le titre « filature » qui apparaît dans les premiers numéros puis est remplacé par celui de « brèves », revient brièvement avant de disparaître totalement au bout d’un an de publication lorsque la direction de la DGSN change de main.31 Les activités royales ainsi que les activités internes à l’institution policière, qu’il s’agisse de la direction ou du travail de la police, ne sont dès lors plus sujet à une filature figurative : formule qui a sans doute été jugée irrévérencieuse (voire comme un dépassement des fameuses lignes rouges) par la police et son magazine entre les mains d’un militaire.

  • 32 Myriam Sebti, « J’ai été embarquée par la police ! », Police Magazine, n°12, janvier 2006, p.74.

22Dans le même esprit que l’éphémère titre « filature », l’éditorial signé par Abdelaziz Samel, alors directeur des ressources humaines de la DGSN, porte le double titre d’« Éditorial » et de « Procès-Verbal », les deux titres se chevauchant l’un l’autre. La référence au procès-verbal est une manière de détendre l’atmosphère, d’assurer de toute absence de langue de bois et de se rapprocher du lecteur au moyen d’un vocabulaire exempt de rigidité bureaucratique en raison même de son utilisation dans un contexte journalistique et communicationnel étranger à l’exercice de l’acte de procédure. Il en est de même pour la rubrique intermittente de « Chronique-Garde à vue ». Myriam Sebti, qui en a la charge, explique ainsi comment elle a été « embarquée par la police » pour « communiquer sur leur image en noircissant des pages ».32 (figures 4-6). Cette familiarité va progressivement disparaître au fil des années.

Figure 3 : Rubrique « Filature »

Figure 3 : Rubrique « Filature »

Figures 4-6 : Rubriques Garde à vue, Procés-Verbal et Constat

Figures 4-6 : Rubriques Garde à vue, Procés-Verbal et Constat

23D’autres titres de rubriques produisent ce décalage. C’est le cas de « Paroles de flic » (sous forme de petits encadrés revenant sur une anecdote du terrain), « Descente » (sous forme de roman-photo où l’on voit brigades mobiles et police judiciaire en action), « Aveu » ou encore « Coup de filet ». Annoncées dans le sommaire par des titres aux couleurs vives, ces rubriques visent à « communiquer sur l’institution policière (…) et sans complaisance aucune. Elle a décliné à ses lecteurs les dessous, les tenants et les aboutissants de la restructuration de la DGSN intervenue l’année dernière (…) Police Magazine a refusé de faire dans la langue de bois, », nous dit Abdelaziz Samel dans son Edito-P.V du n°12, qui marque le premier anniversaire du magazine. Il poursuit sur son bilan communicatif en insistant sur le fait que :

  • 33 Police Magazine, n°12, janvier 2006, p. 3.

« la revue de la police a transcendé certains tabous. Elle n’a pas hésité à décortiquer les principales institutions qui veillent sur la sécurité du pays, et qui, jusqu’à un passé récent, ne faisaient l’objet d’aucun traitement médiatique. Qu’il s’agisse de la police technique et scientifique, de la brigade Nationale de la Police Judiciaire, de l’Inspection Générale de la DGSN, ou des instances chargées de la formation policière, Police Magazine n’a pas cessé de banaliser la chose sécuritaire (…) »33

  • 34 Ibid.

24« Banaliser » la police, c’est adopter un regard social sur la question sécuritaire pour en faire véritablement un sujet de débat légitimement discuté. C’est en tout cas la philosophie de cette communication des années 2000, en phase avec le renouveau général de la presse dans le pays à la faveur de ce qui a été appelé « l’ouverture ». Il s’agit, conclut le directeur des ressources humaines, « d’ouvrir [l]es rubriques à la littérature et aux opinions de l’élite nationale. (…) Soit pour donner des avis, soit pour critiquer certaines postures ou exprimer des opinions (…), nos intellectuels nous accompagnent. »34 (figures 7- 10)

Figures 7 et 8 : Rubriques « La Police en direct »

Figures 7 et 8 : Rubriques « La Police en direct »

Figures 9 et 10 : Rubriques « La vie des arrondissements » et « Paroles de flic »

Figures 9 et 10 : Rubriques « La vie des arrondissements » et « Paroles de flic »

Policiers, policières : (ré)-enchanter un métier

  • 35 Vitrine de la modernité, le community policing ou police de proximité sera représenté au Maroc par (...)
  • 36 Police Magazine, n°12, janvier 2006, p.3.

25Sur un registre moins familier, d’autres rubriques-phares invitent à porter un regard plus sociologique sur le travail de la police et sur les transformations du métier. C’est le cas de « La vie des arrondissements », « Un homme, un métier », « La police au travail », « La police au quotidien », « La police en directe » et « Investigation/Enquête ». Ces rubriques s’articulent au désir de police de proximité, donnant l’image d’une gouvernance policière démocratique, en phase avec l’engouement mondial pour le community policing.35 Elles mettent en scène deux types d’acteurs : d’un côté, des agents, souvent des commissaires ou des brigadiers de police judiciaire en action, de l’autre, des préfets, des chefs régionaux de la sûreté montrés assis derrière leurs bureaux. Le discours qu’ils donnent sur leurs actions en répondant aux questions posées ou en laissant l’appareil photo des journalistes les suivre font sortir du cantonnement « dans la platitude juridique et l’information institutionnelle »,36 ainsi que le souhaite le directeur des ressources humaines.

Décrire la police au travail

26Les rubriques consacrées à l’action policière montrent différents acteurs : des agents ordinaires (agent de la circulation, de la cavalerie, …), des gradés (officiers de police judiciaire, commissaires, préfets, chefs de la sûreté) ainsi que des agents peu ordinaires. L’éclairage sur chacune de ces catégories est une manière de faire connaître à l’extérieur les différentes polices, de faire découvrir des métiers spécifiques (convoyeur en charge de la transmission des correspondances administratives de la police, mécanicien, musicienne-copiste/bibliothécaire, infirmier) ou d’insister sur la féminisation du métier. Généralement évoquée en mars, la féminisation présente dès le numéro 2 de PM, quelques années après la réforme en 2001 du statut particulier de la Sûreté nationale qui ouvre aux femmes l’accès à tous les grades de la police. Peu porté sur une division genrée selon les fonctions policières, les articles communiquent sur une égalité des sexes aveugle au différentialisme de genre et permise davantage par une socialisation professionnelle que par la socialisation primaire des femmes (Jérémie et Darley, 2018, p. 8) : sont présentées à la fois des cavalières, des policières-chien, des gradées (commissaires), des membres des groupes de maintien de l’ordre … En interne, ces catégories permettent de favoriser un leadership. À l’aide d’une mise en image des corps policiers (au bureau, en action ou en formation), c’est la représentation d’une police au calme qui s’impose durant les années 2000 qui dispose d’un « nouveau répertoire pour gouverner l’ordre social » par lequel s’affirme une profession – davantage qu’une fonction –, composée de spécialités et de savoirs propres à même de définir l’action policière, (Maillard, 2017, p. 21‑22). La rubrique « Police au travail », à l’approche fait-diversière, compile une série d’anecdotes et d’aventures policières ou d’histoires insolites qui permettent de mettre en scène ce calme à travers le processus de résolutions des affaires par la police. Les récits, souvent présentés sous forme de reportage-photo légendé, servent aussi à mettre en garde les citoyens contre différentes formes de criminalité (routière, délinquance juvénile, trafic de drogue, etc.).

  • 37 La photo d’un agent de police suréquipé, avec casque, passe-montagne, lunette noire, gilet pare-bal (...)
  • 38 Après la parenthèse avec Hamidou Laânigri, plus aucun militaire ne sera nommé chef de la DGSN.

27Cette police au calme diffère de celle « à laquelle on aspire » dès 2015, comme le titre un article de RP en décembre 2018 en citant le discours royal du 15 mai 2015 sur la nécessité de réformer la police et de moderniser les dispositifs sécuritaires, c’est-à-dire de la militariser au moyen d’un équipement de pointe.37 Alors que les militaires à la tête de la DGSN s’attèlent à civiliser la police, les civils de retour38 la militarisent. Les dispositions professionnelles mises en avant se transforment et, dans le contexte de renouveau autoritaire des années 2010, la police comme force se substitue à l’image de la police comme service. Les policiers ne sont plus interviewés en situation de travail et leurs identités et parcours sont de moins en moins déclinés (figures 11 & 12).

Figures 11 & 12 : La police comme force du maintien de l’ordre

Figures 11 & 12 : La police comme force du maintien de l’ordre
  • 39 Police Magazine, n°46, novembre 2008.
  • 40 C’est une période délicate pour Abdelaziz Samel, éclaboussé par une affaire de proxénétisme et de d (...)
  • 41 Chapô de la rubrique « La vie des arrondissements » du n°2 : Police Magazine, n°2, mars 2005, p.48- (...)
  • 42 Police Magazine, n°94, décembre 2012.
  • 43 Revue de Police, n°20, novembre 2016.

28Les rubriques consacrées à la mise en image du travail policier disparaissent les unes après les autres à partir de la fin de la décennie 2000 appauvrissant le panorama de la diversité des postes et des tâches au bénéfice d’une focalisation sur les actions de la police scientifique. Ce changement de la ligne éditoriale, qui s’accompagne d’une transformation de la mise en page,39 n’est commenté ni par le rédacteur en chef, ni par le directeur administratif en charge de l’édito40. La rubrique « Un homme/un métier », quelque fois renommée « Une femme/un métier », disparaît dès 2007. Devenue irrégulière en 2009, la rubrique « La vie des arrondissements », s’éteint en avril 2011. Elle avait contribué à donner à voir la diversité sociale du territoire et à dénoncer avec régularité le manque de moyens : « Mobilisés sur plusieurs fronts dans des quartiers très difficiles et avec des moyens souvent limités, les services et les éléments du 9ème arrondissement ne demeurent pas moins vigilants », y lisait-on ainsi en 2005.41 La rubrique « Police au travail » est la seule à se maintenir jusqu’aux dernières éditions de PM42 et à revenir occasionnellement dans la RP lorsqu’il s’agit de communiquer sur un événement d’envergure comme la sécurisation par la police de la COP 22 organisée à Marrakech en 2016.43

  • 44 Revue de police, n°26, octobre 2017.

29Le passage de Police Magazine à Revue de Police correspond à celui d’un contenu adressé au public à un contenu adressé aux policiers. Le sommaire s’allège et les noms insipides des rubriques (« Décryptage », « Point de vue », « Dossier spécial », « Événement », « Flash Info ») renforcent la désincarnation des propos, quand bien même les auteurs sont de plus en plus des spécialistes, souvent détenteur.rices d’un doctorat ou formé.es dans les grandes écoles d’ingénieur au Maroc et à l’étranger. Ces profils viennent souvent sur le terrain des sciences sociales, démontrant leur qualité analytique et l’excellence de leur formation. Dans la rubrique « Bon à savoir », régulièrement axée sur la déontologie policière, on discute ainsi de la possibilité de créer une « science de la police » distincte de la criminologie.44 La police au travail décrite entre 2005 et 2023 oscille entre un éclairage sur le travail d’intervention et un éclairage sur celui de l’investigation, avec la mise en récit de l’excellence policière rendue par les compétences intellectuelles requises notamment dans le travail de catégorisation et de réflexion sur les nouveaux crimes que connaitrait le Maroc : la délinquance urbaine et juvénile. Tout en introduisant ces nouvelles catégories, la police, très critiquée pour l’absence d’effectif dans certains quartiers périphériques des grandes villes, rassure la population, chiffres à l’appui, sur son efficacité tout en minimisant l’exagération du sentiment d’insécurité, qui occupe largement le débat public dès les années 2013 et suscite des paniques morales avec l’émergence du phénomène des bandes (Cheikh, 2020b).

  • 45 Je remercie Tiphanie Gahinet, étudiante à Science-Po Grenoble et en stage sous ma responsabilité da (...)

30De manière générale, par le contenu on passe d’une police en train de faire à une police en train de communiquer : les images lors de journées portes ouvertes, d’accueils de classes scolaires, ou de visites auprès d’enfants malades sont largement mobilisés et maintiennent en toile de fond la question juvénile. Toutefois, on s’adresse, surtout, aux désormais 78.000 agents de police, auprès desquels on insiste sur la qualité des compétences de leurs hiérarchies ainsi que sur la qualité des œuvres sociales qui leurs sont destinées. La recherche d’un consensus social se déplace de la revue vers les réseaux sociaux (Twitter et Instagram), où les usages émotionnels des réactions en direct (likes, commentaires), exclusivement en faveur de la police, renforcent la perception de sa légitimité.45

Faire famille

  • 46 Police Magazine, n°14, mars 2006, p.35.
  • 47 Revue de Police, n°40, juin 2021, p.18.
  • 48 Il y aurait eu en 2020 300.000 candidats aux postes ouverts : Revue de Police, n°40, juin 2021, p.2 (...)
  • 49 Revue de Police, n°22, janvier-février 2017, p.20.
  • 50 Revue de Police, n°37, septembre 2020.
  • 51 Les sites et les pages émanant de policiers critiques de leurs conditions de travail seront très ra (...)
  • 52 La DGSN réfute le départ de 160 fonctionnaires de police hors du Maroc pour “mauvaises conditions d (...)

31Dans le PM de 2006, un dossier fait la lumière sur le service du contentieux. Très technique et lourd à lire en raison des références juridiques, il détaille les missions de ce service, à savoir la gestion des plaintes visant les policiers ou celles des policiers vis-à-vis de leurs hiérarchies. Cela va des plaintes pour abus d’autorité en interne à la gestion des procès pour occupation illégale de logements par les policiers, en passant par l’indemnisation de policiers ou de civils victimes d’accidents de la route, la réintégration et reconstitution des carrières, le non-règlement des factures par la DGSN, ou encore la majoration des loyers réclamés par les propriétaires de lieux loués à la DGSN.46 En 2021, RP présente la Commission centrale des doléances nouvellement créée et qui vise à « consolider et renforcer la confiance des policiers dans leur institution. »47 Cette confiance renvoie à ce qui est autrement qualifié de « revalorisation du capital humain ». D’un contenu à l’autre, on assiste au passage d’un affranchissement du corporatisme au retour de celui-ci. Les priorités changent de bord et il est nécessaire de choyer un métier dont les effectifs doubleront en moins de vingt ans et de contenir les mécontentements internes. Les articles insistent sur la hausse des salaires, le recrutement,48 les services de santé, les équipements sportifs, les services aux familles des agents : « Un agent de police totalement prêt à veiller sur la sécurité des citoyens et leurs biens, c’est d’abord un agent de police rassuré sur son avenir et sur celui de sa famille, qui a le soutien de l’État, et qui bénéficie de prestations sociales et de privilèges administratifs. »49 L’objectif clairement visé ici est de présenter une famille. Celle-ci ne souffre pas la désunion, comme le montre la rubrique « Hommage aux victimes du devoir », qui apparaît pour la première fois en septembre 202050 et comme le montre le contrôle exercé lorsque des voix dissidentes se font entendre parmi des policiers qui créent des canaux de communications critiques.51 La DGSN doit par moment contredire certaines informations comme au printemps dernier lorsqu’elle conteste le nombre d’abandons de poste annoncé dans la presse, expliquant qu’il s’élève à une trentaine et non à plusieurs centaines et qu’il relève plutôt de raisons médicales que des conditions de travail des policiers.52

  • 53 Voir l’exemple de l’armée au Liban : Geisser, 2015.
  • 54 Les CMI (Compagnie mobile d’intervention) qui remplacent en 1956 les GSP coloniaux (groupe spécial (...)

32Faire famille c’est aussi faire nation.53 Le travail de patrimonialisation auquel s’adonne la revue ces dernières années est une forme de communication qui consolide l’institution au moyen de l’écriture d’une mémoire des différentes unités de polices. Dans une période d’engouement du public pour l’histoire, les archives iconographiques de la DGSN sont de plus en plus mobilisées. Elles contribuent à retravailler l’image du passé en établissant une continuité dans le travail du maintien de l’ordre depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui, reléguant le besoin de rupture vis-à-vis du passé de la police du Police Magazine des années 2000. Sorte de rétrospective sur une nation dont la modernité serait le fait de la police, un dossier revient ainsi sur la genèse de la force mobile d’intervention de la DGSN créée en 1961. Le retour sur cette police, qui connaîtra des successeurs aux noms divers,54 permet de faire le lien entre maintien de l’ordre d’hier et maintien de l’ordre d’aujourd’hui. Les polices du monde arabe ont été essentiellement typifiées comme des polices de l’information (les mukhabarât) en charge de la répression de la dissidence politique et peu comme des polices du maintien de l’ordre, nouveau mot d’ordre de la police marocaine qui s’impose avec force après le hirak du Rif et réactualise, sous un discours de professionnalisme et d’avènement d’une police intelligente (nouvelles technologies de surveillance, renforcement de l’arsenal répressif), des traditions d’action policière. Police Magazine et Revue de Police sont en cela, sous des formes narratives distinctes des vitrines de la reproduction du pouvoir et de la continuité d’une police de l’Indépendance à aujourd’hui par lesquelles s’est constitué un véritable service de communication professionnel reflet d’une certaine consolidation nationale.

Conclusion : Dire la police pour dire l’État et la nation

33Ce retour sur le contenu d’une publication institutionnelle permet de revenir sur la structure policière et comment celle-ci a fait sienne moins l’exigence d’innovation que la nécessité des discours sur l’innovation. Ce passage en revue par coups de sonde propose de poser un regard distancié sur ces années 2000, qualifiées de « transitionnelles », pour apprécier l’appropriation ou l’instrumentalisation par la police de ces moments d’ouverture qui s’offrent aux sociétés sous régime autoritaire. L’ordinaire de l’action policière qui se dégage de cette publication permet de regarder la police loin du dramatique ou de l’extraordinaire qui en ont fait la réputation, pour apprécier la mise en place graduelle d’un travail de communication visant la consolidation de l’ordre policier au Maroc mis sous pression des logiques managériales (remaniement et affectation des effectifs). Un ordre qui a atteint une « forme globale » (Karpiak et Garriott, 2021, p. 2) montrant sa capacité à la fois à intégrer des standards globaux d’action policière (tout en les re-contextualisant) : militarisation des équipements et insistance, d’entre toutes les catégories de polices (investigation du crimes, renseignement), sur celles du maintien de l’ordre (délinquance et dissidences sociale et politique) et de la sécurité publique (conflits de voisinage, domestiques, circulation, démarches administratives, gestion des rassemblements publics) : les deux étant désormais étroitement liés. Après deux décennies de communication, force est de constater que les premières attentes cosmétiques (?) de mise en lien entre la police et l’ensemble des citoyen.nes ont en quelques années été abandonnées renforçant la déconnexion paradoxalement dans un contexte hyperconnecté.

Haut de page

Bibliographie

Aujourd’hui le Maroc, 2007, « L’affaire de proxénétisme de Rabat fait tomber de hauts cadres de la DGSN », Aujourd’hui le Maroc. Adresse : https://aujourdhui.ma/focus/laffaire-de-proxenetisme-de-rabat-fait-tomber-de-hauts-cadres-de-la-dgsn-51389 [Consulté le : 26 avril 2023].

Bonelli Laurent, 2010, La France a peur: Une histoire sociale de «l’insécurité», Paris, La Découverte.

Camps-Febrer Blanca, 2022, The Political Economy of Security in Morocco: Private Security and Authoritarianism in Neoliberal Times, Barcelone, Université autonome de Barcelone.

Cheikh Mériam, 2020a, Les filles qui sortent: Jeunesse, sexualité et prostitution au Maroc, Bruxelles, Éditions de l’Université.

Cheikh Mériam, 2020b, « The Intimate life of the disenfranchized and criminalized Moroccan working-class youth », Hespéris-Tamuda, vol. vol.LV, no 2, p. 431448.

Chmirou Youssef, 2004, « Police-citoyen : la réconciliation est en marche », La Gazette Du Maroc. Adresse : https://www.maghress.com/fr/lagazette/5165 [Consulté le : 26 avril 2023].

Chouikha Larbi et al., 2016, « Introduction du dossier : Profession journaliste », L’Année du Maghreb, no 15, p. 9‑21.

Dahbi Omar, 2005, « DGSN : Un autre pas vers la modernisation », Aujourd’hui le Maroc. Adresse : https://www.maghress.com/fr/aujourdhui/28160 [Consulté le : 19 avril 2023].

Deluermoz Quentin, 2016, Policiers dans la ville: La construction d’un ordre public à Paris (1854-1914), Paris, Éditions de la Sorbonne. Adresse : http://books.openedition.org/psorbonne/1558 [Consulté le : 8 mai 2023].

Desrues Thierry, 2007, « Entre État de droit et droit de l’État, la difficile émergence de l’espace public au Maroc », L’Année du Maghreb, no II, p. 263‑292.

Fernandez-Molina Irene, 2015, Moroccan Foreign Policy under Mohammed VI, 1999-2014, Londres, Routledge.

Geisser Vincent, 2015, « « Faire corps, faire peuple » L’armée libanaise : un leader d’opinion ? », Dynamiques Internationales, no 11, p. 1‑27.

Ghosn Katia et Tadié Benoît (dirs.), 2021, Le récit criminel arabe, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag.

Heydemann Steven, 2007, « Upgrading Authoritarianism in the Arab World », The Saban Center at The Brookings Institution, p. 138.

Jérémie Gauthier et Darley Mathilde, 2018, « Bon flic bon genre: L’ordre des sexes dans la police », in Jérémie Gauthier et Fabien Jobard (dirs.), Police: Questions sensibles, Paris, Presses universitaires de France, p. 77‑92.

Jobard Fabien, 2010, « Le gibier de police immuable ou changeant ? », Archives de politique criminelle, vol. 32, no 1, p. 93‑105.

Kalifa Dominique, 2018, « Henri La Barthe, l’inventeur de Détective », Criminocorpus. Revue d’Histoire de la justice, des crimes et des peines, no 12. Adresse : https://journals.openedition.org/criminocorpus/4822 [Consulté le : 8 mai 2023].

Karpiak Kevin et Garriott William (dirs.), 2021, The Anthropology of Police, Reprint édition. Londres, Routledge.

Le Saulnier Guillaume, 2018, « De policier à communicant dans la police nationale : les conditions sociales d’une conversion improbable », Revue Communication & professionnalisation, no 7, p. 29‑48.

Lemaizi Salaheddine, 2016, « L’information médicale au Maroc : Le journalisme face à ses contraintes », L’Année du Maghreb, no 15, p. 129‑141.

Maillard Jacques de, 2017, Polices comparées, Issy-les-Moulineaux, LGDJ.

Martin Kevin W., 2017, « The Beginnings of Authoritarian Culture in the Arab World. The Persistence and Resilience of Undemocratic Government in Syria », Institute for Advanced Studies - Ideas. Adresse : https://www.ias.edu/ideas/martin-authoritarian-beginnings [Consulté le : 26 avril 2023].

Mathieu Lilian, 2013, Columbo, la lutte des classes ce soir à la télé, Paris, Textuel.

Mawby Rob, 2002, Policing Images. policing, communication and legitimacy, Cullompton, Devon, UK; Portland, Or, Willan.

Meyer Michaël, 2012, Mediatiser la Police, Policer les Medias, Lausanne Charenton-le-Pont, Antipodes.

Mostafa Dalia Said, 2018, « Shifting narratives of the police in Egyptian cinema before and after the January 2011 revolution », Contemporary Levant, vol. 3, no 2, p. 137152.

Pluta Audrey, 2020, « Pas de révolution pour la police ? Syndicats et organisations internationales autour de la « Réforme du secteur de la sécurité » en Tunisie après 2011 », Lien social et Politiques, no 84, p. 122‑141.

Smolin Jonathan, 2013a, « Didactic Entertainment: The Moroccan “Police Journal” and the Origins of the Arabic Police Procedural », International Journal of Middle East Studies, vol. 45, no 4, p. 695714.

Smolin Jonathan, 2013b, Moroccan Noir: Police, Crime, and Politics in Popular Culture, Indiana, Indiana University Press.

Soudan François, 2006, « Secrets d’État – Jeune Afrique », Jeune Afrique. Adresse : https://www.jeuneafrique.com/72595/politique/secrets-d-tat/ [Consulté le : 6 mai 2023].

Vairel Frédéric, 2004, « Le Maroc des années de plomb: équité et réconciliation ? », Politique africaine, vol. 96, no 4, p. 181‑195.

Watkins Jessica, 2022, Creating Consent in an Illiberal Order: Policing Disputes in Jordan, New edition. New York, NY, Cambridge University Press.

عوفي مصطفى، « خروج المرأة إلى ميدان العمل وأثره على التماسك الأسري », مجلة العلوم الإنسانية،2003

vol. 14, no 1, p. 131150

Haut de page

Notes

1 Le site marja’ mobilise les données tirées de la revue pour certains articles portant sur le crime. C’est le cas ici d’un article sur la drogue : https://urlz.fr/lL3A (consulté le 7 mai 2023)

2 Plusieurs numéros sont des numéros double et une trentaine de numéros de Police Magazine manquent à la collection.

3 À l’exception du dossier du numéro généralement similaire dans les deux langues, le reste des articles ne donnent pas toujours lieu à des traductions.

4 Il sera chef de la DGSN entre 2012 et 2015

5 Police Magazine, n°1, février 2005.

6 En 2005, l’agence n’a que deux ans d’existence. Pour plus d’informations voir : https://boomerang.ma/

7 La réception était sans nulle doute au centre des préoccupations du rédacteur en chef lorsqu’au cours d’une conversation téléphonique en juin 2009, il cherchait à recueillir mes impressions sur le magazine et sur ma visite dans les locaux de la publication à Casablanca.

8 Notons que le Maroc est à notre connaissance le seul pays publiant également en français.

9 En Algérie, une revue de la police semble nouvellement publiée au milieu des années 1970 à en croire le numéro 5 de 1976 cité dans cet article : (عوفي, 2003)

10 Le premier numéro de la revue Police paraît en juillet 1953 (Martin, 2017).

11 Pour le mensuel Al-Shurta en Jordanie, voir le récent travail de Jessica Watkins sur la police et la gestion des crimes ordinaires : Watkins, 2022.

12 Notons par ailleurs l’existence pour l’Égypte d’un hebdomadaire généraliste intitulé bûlis (Police) produit par le club égyptien des officiers de police dans les années 1950 et destiné principalement à divertir les policiers et sans doute à renforcer leur moral et leur littératie.

13 Voir l’article de Sixtine Deroure dans le présent numéro.

14 En charge notamment des enquêtes diligentées sur le putsch de 1972 (Soudan, 2006).

15 Je souligne.

16 Abdelaziz Samel, « Editorial », Police magazine, n°16, mai 2006, p.3.

17 Les numéros 70 (novembre 2010), 91 (septembre 2012), 98 (avril 2013) et 99 (mai 2013) de Police Magazine et les numéros 2 (septembre 2014), 3 (octobre 2014), 13 (décembre 2015/janvier 2016) et 21 (décembre 2016) de Revue de Police.

18 Je reprends l’expression employée par le magazine qui n’introduit pas celle de droits humains.

19 « Police et culture des droits de l’Homme », Police Magazine, n°70, novembre 2010. L’éditorial est quant à lui intitulé « la centralité de la question des droits de l’Homme dans la doctrine policière ». « Le rôle de l’inspection générale de la DGSN », Police Magazine, n°91, septembre 2012 avec un édito intitulé « Consolider et protéger les droits de l’homme ». « Sécurité et droits de l’Homme. Le guide du policier », Revue de Police, n°2, septembre 2014 ; « Sécurité et droits de l’Homme. Objet de formations policières », n°21, décembre 2016.

20 Revue de Police, n°14, février-mars 2014, p. 12.

21 Abdelaziz Samel, « Éditorial/Procès Verbal », Police Magazine, n°12, janvier 2006, p. 3.

22 Myriam Sebti de février 2005 à avril 2007 et Younès El-Jaouhari (qui deviendra par la suite ministre des Sports), présent sur les deux premiers numéros avant d’être remplacé par Abdelatif Agnouche (juriste, il écrit, avant son arrivée à PM, dans d’autres publications comme Le Journal), en charge jusqu’en mai 2013.

23 Il reviendra à la police au début des années 2000 lorsqu’il dirigera l’Académie Royale de Police de Kénitra.

24 « La Com’ un autre métier de la sûreté nationale », Revue de Police, numéro 36, juin 2020.

25 Déjà, en juin 2012, interdiction avait été faite aux policiers de communiquer avec la presse. Bladi.net, « La police n’a plus le droit de parler à la presse », 11 avril 2012, https://www.bladi.net/police-presse.html.

26 Revue de Police, n°22, janvier-février 2017, p.17.

27 Notre base de données montre qu’entre 2005 et 2009, de nombreux auteurs d’articles sont sollicités parmi les policiers ponctuellement, parfois sur plusieurs numéros à la suite avant de disparaître complètement. D’autres participent exceptionnellement.

28 Revue de Police, n°22, janvier-février 2017, p.17.

29 Jacques de Maillard définit la culture professionnelle comme « un système de valeurs et de normes qui guide les pratiques policières » (Maillard, 2017, p.15) dont la communication fait partie.

30 Police Magazine, n°12, janvier 2006, p. 74.

31 Cherki Drais remplace alors Hamidou Laânigri.

32 Myriam Sebti, « J’ai été embarquée par la police ! », Police Magazine, n°12, janvier 2006, p.74.

33 Police Magazine, n°12, janvier 2006, p. 3.

34 Ibid.

35 Vitrine de la modernité, le community policing ou police de proximité sera représenté au Maroc par les groupes urbains de sécurité (GUS), une police qui sera démantelée en 2006, deux ans après sa création, en raison de ses usages de la violence contraires à l’idée d’un travail social désarmé au centre du concept de police de proximité. Échec à mettre en lien avec le fait que les GUS ont été surtout une recomposition des CMI, compagnie mobile d’intervention dédiée au maintien de l’ordre, créée en 1956.

36 Police Magazine, n°12, janvier 2006, p.3.

37 La photo d’un agent de police suréquipé, avec casque, passe-montagne, lunette noire, gilet pare-balles, fusil d’assaut, pistolet et combinaison intégrale, illustre l’article : « La police à laquelle on aspire », Revue de Police, n°30, décembre 2018.

38 Après la parenthèse avec Hamidou Laânigri, plus aucun militaire ne sera nommé chef de la DGSN.

39 Police Magazine, n°46, novembre 2008.

40 C’est une période délicate pour Abdelaziz Samel, éclaboussé par une affaire de proxénétisme et de drogue impliquant des hauts cadres de la DGSN et des personnalités du milieu politique (Aujourd’hui le Maroc, 2007)

41 Chapô de la rubrique « La vie des arrondissements » du n°2 : Police Magazine, n°2, mars 2005, p.48-51

42 Police Magazine, n°94, décembre 2012.

43 Revue de Police, n°20, novembre 2016.

44 Revue de police, n°26, octobre 2017.

45 Je remercie Tiphanie Gahinet, étudiante à Science-Po Grenoble et en stage sous ma responsabilité dans le cadre de son master, pour son aide dans l’observation des profils numériques officiels de la police marocaine.

46 Police Magazine, n°14, mars 2006, p.35.

47 Revue de Police, n°40, juin 2021, p.18.

48 Il y aurait eu en 2020 300.000 candidats aux postes ouverts : Revue de Police, n°40, juin 2021, p.29.

49 Revue de Police, n°22, janvier-février 2017, p.20.

50 Revue de Police, n°37, septembre 2020.

51 Les sites et les pages émanant de policiers critiques de leurs conditions de travail seront très rapidement supprimés. Par ailleurs, l’interdiction de constitution en syndicat se poursuit jusqu’à aujourd’hui.

52 La DGSN réfute le départ de 160 fonctionnaires de police hors du Maroc pour “mauvaises conditions de travail”, 2023, Telquel. Adresse : https://telquel.ma/instant-t/2023/05/26/la-dgsn-refute-le-depart-de-160-fonctionnaires-de-police-hors-du-maroc-pour-mauvaises-conditions-de-travail_1814136/ [Consulté le : 22 septembre 2023].

53 Voir l’exemple de l’armée au Liban : Geisser, 2015.

54 Les CMI (Compagnie mobile d’intervention) qui remplacent en 1956 les GSP coloniaux (groupe spécial de police) ; les GUS (groupe urbain de sécurité) créées en 2004 et recyclant en partie les CMI ; GIR (groupe d’intervention rapide) créés en 2005 ; les GMMO (groupement mobile de maintien de l’ordre) crées en 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figures 1 & 2 : Les unes des n°1 et n°59 de Police Magazine en français et en arabe
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Figure 3 : Rubrique « Filature »
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Figures 4-6 : Rubriques Garde à vue, Procés-Verbal et Constat
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12374/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12374/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12374/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figures 7 et 8 : Rubriques « La Police en direct »
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12374/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12374/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Figures 9 et 10 : Rubriques « La vie des arrondissements » et « Paroles de flic »
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12374/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12374/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1005k
Titre Figures 11 & 12 : La police comme force du maintien de l’ordre
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12374/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12374/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mériam Cheikh, « « Paroles de flics ». Communications policières et actualité politique au Maroc (2005-2023) »L’Année du Maghreb [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/12374 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.12374

Haut de page

Auteur

Mériam Cheikh

Anthropologue, MCF, Inalco et Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africain, américain et asiatique (Cessma).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search