Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Dossier : L'ordre et la forceLes syndicats, les commissaires e...

Dossier : L'ordre et la force

Les syndicats, les commissaires et le politique : (re)valorisations et conflits autour de la profession policière en Tunisie (2011-2022)

Trade unions, police chiefs and policymakers: changing the police profession in Tunisia (2011-2022)
النقابات وضُبَّاط الشرطة والمشهد السياسي: (إعادة)تقييمات ونِزاعات حول مهنة الشرطة في تونس 2011 - 2022
Audrey Pluta

Résumés

Les conditions socioprofessionnelles des agents de l’appareil sécuritaire ont fait l’objet d’une publicisation croissante après le 14 janvier 2011, mais aussi d’une mobilisation inédite des policiers tunisiens. Constitués en syndicats, ces derniers ont entamé des cycles de négociation avec les gouvernements successifs, s’imposant comme des interlocuteurs légitimes des pouvoirs publics. À travers une trentaine d’entretiens avec des syndicalistes policiers appartenant à trois organisations concurrentes à Tunis, Gafsa et Sfax, cet article revient sur le rôle des syndicats policiers tunisiens dans les évolutions statutaires des agents du ministère de l’Intérieur. En se penchant sur les enjeux qu’ont constitué les salaires, les avancées en grade et la séparation entre corps « civil » et corps de la « tenue », il montre que la période post-2011 voit une (re)valorisation du statut de l’agent, notamment à travers des augmentations salariales importantes, mais aussi des perspectives de montées en grade renouvelées.

Si le régime de Ben Ali était souvent qualifié d’« État policier », cela avait tendance à obscurcir les conditions socioprofessionnelles réelles des agents de l’institution sécuritaire. Le contrôle politique exercé sur les agents des forces de sécurité avant janvier 2011 reposait, entre autres, sur le maintien des agents dans une situation économique assez précaire. L’irruption des groupes d’intérêt policiers sur la scène publique modifie radicalement le rapport de force entre élite politique et sécuritaire, et agents de la force publique. Ces derniers, en s’alignant sur le fond et la forme des revendications salariales par la centrale syndicale UGTT, parviennent à obtenir la signature d’un accord gouvernemental pour des augmentations par tranches de leurs salaires.

L’impact des syndicats policiers ne se limite pas à des aspects matériels. Ils négocient, et obtiennent une montée en grade pour les agents de grades inférieurs. Ils négocient également un réagencement des règles d’avancement dans l’institution, pour une prise en compte des titres scolaires dans les montées en grade. Ces éléments tendent à opérer un renversement de la pyramide hiérarchique au sein de la police, mais aussi à créer des horizons professionnels désirables pour des agents qui étaient auparavant exclus de certaines fonctions. À cet égard, les syndicats s’inscrivent dans les thèmes révolutionnaires et la construction politique d’un discours de « la dignité » dans une acception socioprofessionnelle.

Enfin, ces bouleversements des normes institutionnelles par l’action syndicale sont visibles dans la remise en cause d’une répartition des postes sur la base d’une division historique entre corps « civils » (correspondant notamment aux commissaires, aux inspecteurs, etc.) et « de la tenue » (officiers, commandants, brigadiers, etc.). Alors que les commissaires ont occupé les principales positions de pouvoir sous Ben Ali, les officiers du corps de la tenue tendent maintenant à occuper des postes dans la haute hiérarchie ministérielle. Ces évolutions vont dans le sens de l’émergence d’une nouvelle génération de cadres sécuritaires.

Cet article montre que ces évolutions modifient profondément la répartition des pouvoirs au sein de l’appareil sécuritaire, ainsi que les rapports entre supérieurs hiérarchiques et subordonnés. Les revendications socioprofessionnelles alimentent une concurrence intersyndicale qui favorise l’adoption des mesures préconisées, ainsi que la construction de marges d’autonomie des bases à l’égard de la hiérarchie. À travers l’analyse des évolutions des normes socioprofessionnelles dans la police tunisienne, cet article réinterroge les effets des changements de régime sur les institutions régaliennes.

Haut de page

Texte intégral

À celui qui n’a pas travaillé dans l’administration des protections de personnalités, n’a pas gardé une ambassade ou une institution souveraine, de minuit à six heures du matin en plein hiver, tenant son arme, les jambes rigides de froid (…).

  • 1 Régime horaire, douze heures de travail suivies de douze heures de repos, propre aux unités d’inter (...)

À celui qui n’a pas travaillé huit mois ou plus sous le régime des 12/121, sans repos, sans vacances, sans congés maladie. (…)

À celui qui n’a pas vécu le « racisme des grades » dans la police.

À celui qui n’a pas été privé de vacances, de mers, de voyages, d’ambassades et de formations à l’étranger (…).

  • 2 L’extrait ci-dessus est issu d’un statut écrit par un syndicaliste policier en avril 2018, largemen (...)

À celui qui n’a pas vécu tout ça, celui-là ne pourra comprendre le sens de [notre revendication] 17 ans [pour devenir] sous-lieutenant.2

1L’après 14 janvier 2011 a levé le voile sur les conditions socioprofessionnelles des agents de police en Tunisie, notamment par la mobilisation de certain·es pour le droit syndical. Le contrôle politique des agents de l’appareil de sécurité sous le régime de Zine el Abidine Ben Ali (1987-2011) reposait, entre autres, sur l’octroi de salaires particulièrement peu élevés, maintenant les agents dans des situations de dépendance économique, en particulier à l’égard de leur hiérarchie qui permettaient, voire encourageaient, les pratiques de prébendes (Meddeb, 2012). L’objet de cet article est de montrer comment, par l’action syndicale, la profession policière s’est trouvée revalorisée matériellement, mais aussi socialement à travers les perspectives d’évolution de carrière. En initiant une redistribution des positions de pouvoirs au sein de l’appareil sécuritaire, ces évolutions ont suscité conflits et luttes entre différentes générations de policiers. Affirmer une revalorisation du statut social de l’agent de police dans la Tunisie post-Ben Ali n’est pas sans susciter un certain nombre de paradoxes, et interroge quant aux fondements mêmes d’un régime autoritaire que l’on avait coutume de qualifier d’« État policier », ou d’« État de police » (Hibou, 2006). L’appareil sécuritaire, dont on supposait les forces pléthoriques, a révélé ses failles en matière de maintien de l’ordre (Allal, 2011 ; Hmed, 2015), en même temps que les conditions socioprofessionnelles peu enviables de ses agents. Cette crise institutionnelle n’est pas sans rappeler d’autres analyses portant sur la Russie post-URSS, pour laquelle la construction d’un enjeu politique autour du « problème policier », relevait tant de la critique des faibles « performances policières » que d’une remise en cause des conditions matérielles des agents, liées à un sentiment d’une dévalorisation sociale du statut de policier (Favarel-Garriges, 2007, p. 197).

  • 3 Suspension des activités syndicales après la poursuite des responsables syndicaux occupant des posi (...)

2Sous la présidence de Kais Saïed, depuis l’automne 2019, les relations entre le ministère de l’Intérieur et les syndicats évoluent : marqué jusqu’alors par une forme de cogestion, le ministre Taoufik Charfeddine suspend les activités syndicales, exige des syndicats de la transparence financière et fustige publiquement des procédures d’adhésion frauduleuses3. Alors que l’autonomie des services de sécurité est généralement interprétée comme un facteur de « forclusion des processus d’effervescence pluraliste » (Allal et Vannetzel, 2018, p. 5), la reprise en main autoritaire du pouvoir a mis un terme aux activités des syndicats policiers, principaux artisans de l’autonomie policière. L’analyse de l’inscription des syndicats de police dans les arènes des politiques publiques de sécurité complexifie la tendance classificatrice des régimes entre autoritarisme et (transition vers la) « démocratie ».

3Cet article montre que l’irruption des syndicats de police comme acteurs majeurs dans les politiques de sécurité dans la Tunisie post-2011 a bouleversé les arrangements socio-institutionnels au sein de l’appareil sécuritaire : que l’on s’intéresse aux négociations salariales ou aux promotions et octrois des grades, les syndicats de police construisent l’action publique de sécurité. Bien que ces transactions répétitives entre les syndicats et les dirigeants politiques peuvent paraître à faible enjeu, leur étude éclaire néanmoins le fonctionnement de « l’État au concret » (Padioleau, 1982), y compris au sud de la Méditerranée. Ces éléments sont par ailleurs des indicateurs de la transformation de la police et des rapports entre institution sécuritaire et politique. Dans le cas français, Fabien Jobard et Jacques de Maillard montrent notamment que l’exécutif contrôle l’action policière à travers plusieurs moyens, parmi lesquels la réorganisation de l’appareil policier et l’allocation des ressources budgétaires (Jobard et de Maillard, 2015, p. 62-63), ici au cœur des négociations syndicales avec le gouvernement tunisien. L’intérêt de se pencher sur les activités des syndicats policiers tunisiens est d’autant plus fort que la Tunisie n’est pas le seul pays ayant connu, après les moments révolutionnaires, une recrudescence des revendications sectorielles des agents des forces de l’ordre. En Égypte, la syndicalisation des policiers a également été au cœur des débats autour de la « réforme du secteur de la sécurité » entre 2011 et 2013 (Ashour, 2012 ; Brumberg, Sallam, 2012). Plusieurs coalitions policières y émergent dès 2011, et demandent une reconnaissance statutaire en tant que syndicats. Elles revendiquent, entre autres, de meilleures conditions de travail et une augmentation des salaires. Si le ministère de l’Intérieur égyptien a opposé aux policiers protestataires une fin de non-recevoir à leurs demandes de syndicats, l’interdiction pour les agents de former des syndicats est formalisée dans la constitution de janvier 2014 (Sayigh, 2015).

4L’autorisation de la syndicalisation policière par les pouvoirs publics en Tunisie post-2011 fait figure d’exception à l’échelle de la région, et constitue une opportunité pour penser les imbrications entre changement de régime et organisation de l’institution policière. L’article repose sur une enquête réalisée auprès de trois syndicats de police, à Tunis, Gafsa et Sfax, comprenant des entretiens avec une trentaine de policiers (dont certains répétés), de nombreuses conversations informelles et l’observation de leurs modes de protestation. À cela s’ajoute une revue des textes produits par les syndicats (communiqués, appels à la mobilisation), leurs interventions dans les médias (radio et télévision) et leurs « traces numériques » (Chazli, 2018) sur les réseaux sociaux. L’entrée par les syndicats s’est justifiée par la difficulté de mener des enquêtes dans un secteur qui se « dérobe à la connaissance » (Brodeur, 2003, p. 18), de façon institutionnalisée à travers le statut du policier, l’astreignant à une obligation de réserve. Une modification du code du statut du policier datant de mai 2011 autorise les policiers syndiqués à s’exprimer dans les médias et auprès des chercheurs. Notre accès au terrain a ainsi reposé sur la manière dont les policiers interrogés se représentaient leur devoir de réserve, et dans quelle mesure celui-ci se trouvait en contradiction ou non avec leur pratique syndicale. L’enjeu pour ces groupes d’intérêt en quête de reconnaissance, et engagés dans des rapports de force avec les autorités politiques, était aussi de « diffuser une image légitime » (Vannetzel, 2010, p. 59) de leur organisation, ici par mon intermédiaire.

Les policiers sous Ben Ali : un contrôle rapproché

5Sous Ben Ali, le mode de fonctionnement de l’institution sécuritaire reposait notamment sur un groupe restreint d’acteurs, ayant fait signe d’allégeance, et qui bénéficiait des ressources du parti (Camau et Geisser, 2003) et d’une latitude d’action considérable quand leurs subordonné·es voyaient leur statut social déprécié.

 R : On ne choisissait rien, on était des marionnettes, à la fin on était des marionnettes. Nous on dit qu’il a appliqué la politique du « affame-les, ils te suivront » (ǧawwʿu itabbʿak) : les conditions étaient toujours difficiles, t’étais toujours dans le besoin, et dans le même temps ils étaient sévères comme pas possible.

Q : Et le salaire sous Ben Ali, il était comment ?

  • 4 Entretien cadre de la police judiciaire, commissariat de la banlieue nord de Tunis, janvier 2019.

R : Très bas, très, très bas. Tu peux pas t'imaginer, tu survis et c'est tout. T'as pas d'autres solutions. C'étaient les salaires les plus bas de la fonction publique. Moi quand j'ai commencé à travailler, en 1999, je gagnais 417 dinars [à l’époque, l’équivalent d’environ 290 euros]. Donc ça te sert à payer les factures d'électricité (rires)4.

  • 5 Le salaire minimum interprofessionnel garanti de l’époque était d’environ 187 DT au début des année (...)
  • 6 Entretien, commissaire de la police judiciaire, La Marsa, janvier 2018.

6Le commissaire interrogé force ici le trait, et l’ironie, pour susciter notre approbation. Il faut reconnaître toutefois que les salaires du secteur policier apparaissent comme parmi les plus bas de la fonction publique : un instituteur gagnait à l’époque environ 550 dinars [environ 385 euros], et un enseignant du secondaire débutant 600 dinars [420 euros]5. Commissaire dans la sécurité publique avant de rejoindre la police judiciaire, l’enquêté ne faisait pourtant pas partie des « moins bien » lotis de l’institution sécuritaire. Les conditions matérielles des agents correspondaient à une stratégie politique de contrôle. Le proverbe arabe « affame le chien il te suivra » revenait assez souvent dans les propos des policiers, syndicalistes ou non, pour décrire leur perception de leurs conditions socioprofessionnelles sous Ben Ali6. La sévérité soulevée par le commissaire précité correspond ici à une relative absence d’autonomie des policiers de la sécurité publique, y compris lorsqu’ils occupaient des positions supérieures.

  • 7 Archives du SNFSI que j’ai pu consulter à l’occasion d’un entretien, Tunis, janvier 2019.
  • 8 Entretiens de représentants du SNFSI, Tunis, Sfax mars 2021. Voir également « Tunisie : bilan des é (...)
  • 9 Beji Okkez Mohamed Samih, « al tarfīʿ fī ʾuǧūr al-ʾamniyyīn li-l marra al-ālia », Nawaat, 8 févri (...)

7Dès la création des syndicats après le début des situations révolutionnaires de 2011, l’enjeu de la rémunération a été soulevé par les policiers mobilisés. Lors des premières manifestations des policiers en janvier 2011, des agents brandissent des demi-baguettes badigeonnées d’harissa, leur carte professionnelle en guise de garniture7. À travers ces techniques protestataires, ce sont les moyens de subsistance des agents qui sont mis en avant. Avant même la légalisation de la création des syndicats, les premières décisions prises par le ministre de l’époque Ahmed Friâa furent d’augmenter de 140 dinars la majorité des agents, et de 49 dinars les cadres supérieurs8. Outre une augmentation de la prime de risque en 2013 de 20 dinars à 100 dinars, l’accord majeur en matière d’augmentations salariales et d’avantages matériels est signé en février 20169.

8Ce « succès » des syndicats dans les négociations interprofessionnelles s’explique tant par les répertoires d’action des policiers mobilisés que par une construction politique d’un « retour à l’ordre » comme objectif premier, dans un contexte où l’institution sécuritaire se trouve fragilisée. Si les syndicalistes policiers tunisiens puisent dans les modes d’action de la centrale syndicale UGTT, leurs mobilisations et leurs rapports aux autorités publiques montrent des similarités avec leurs homologues européens. Étant contraints par une interdiction à faire grève, ceux-ci se mobilisent sur le registre d’une « colère comminatoire » (Jobard, 2016, p. 68) et sur la menace de la vacance de la force publique. Dans un contexte post-2011 d’exacerbation de la violence politique, les pouvoirs publics ont cherché à contenir cette colère policière en accédant à certaines de leurs demandes. Ce rôle de la police comme « gardienne de l’ordre public » (Berlière, 1993, p. 42) lui confère des moyens de pression qui différencie les syndicats policiers des autres organisations syndicales de la fonction publique.

9Aux salaires particulièrement bas s’ajoutait une hiérarchie laxiste vis-à-vis des pratiques de corruption. En 2010, un gardien de la paix (hāfi amn) gagnait entre 300 et 350 dinars [soit environ entre 160 et 185 euros]. Les agents, suivant leurs affectations, étaient dans une situation d’inégalité d’accès à ces suppléments de salaires, leur permettant parfois de doubler, voire tripler leur salaire de base (Meddeb, 2012, p. 141-163).

Les augmentations salariales ou l’apprentissage de la négociation syndicale 

  • 10 Le ministère des Affaires sociales recense 150 grèves. Voir Héla Yousfi, « L’UGTT et l’UTICA : Entr (...)
  • 11 La fonction publique en Tunisie est divisée en quatre catégories (de A à D) selon le degré d’instru (...)

10Avant 2015, les augmentations salariales des policiers se cantonnent à ces quelques décisions politiques par à-coup, puis les syndicats policiers arriment leur calendrier des négociations aux actions de la centrale syndicale, l’UGTT (Yousfi, 2015). En 2015, cette dernière prend en charge le dossier des augmentations salariales, multiplie les appels à la grève et les séries de négociations10. Le 22 septembre 2015, le gouvernement de Habib Essid signe finalement un accord avec l’UGTT sur les augmentations salariales dans les secteurs de la fonction publique et ceux des institutions et établissements publics, qui comprend le ministère de l’Intérieur. L’accord prévoit l’augmentation par tranches des salaires et des primes spéciales sur trois ans à partir du 1er janvier 2016, avec des augmentations variant de 90 dinars à 155 dinars selon les catégories concernées de la fonction publique11.

  • 12 Les mobilisations autour du travail en Tunisie post-2011 font l’objet d’un intérêt scientifique ren (...)
  • 13 Notons que les syndicalistes policiers mobilisés puisent, dès janvier 2011, dans le répertoire d’ac (...)

11Les syndicats policiers s’insèrent dans ce cycle de négociations avec le gouvernement, et revendiquent primes et augmentations pour leur propre secteur professionnel. Les deux principaux groupes syndicaux mettent en œuvre des répertoires d’actions différenciés, mais complémentaires : le SNFSI multiplie les manifestations et les démonstrations de force dans la rue, quand le SFDGUI est engagé dans une série de négociations avec le gouvernement. Sur le modèle des tentes syndicales érigées par les syndicalistes de l’UGTT devant les administrations et/ou entreprises concernées par des conflits au travail12, le SNFSI a pour la première fois recours à ces méthodes devant les commissariats, districts de sécurité et même à l’aéroport13.

  • 14 Si les femmes policières sont très peu présentes dans les postes décisionnels et de représentation (...)
  • 15 Cet élément constitue un tournant, tant pour les observateurs que pour les syndicalistes eux-mêmes. (...)
  • 16 La vidéo est accessible à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch ?v =4XQdyYvy7ac [consu (...)

12Début janvier 2016, à la suite d’un congrès tenu fin décembre 2015, les différentes sections régionales annoncent, à l’appel du comité exécutif du SNFSI, la mise en place des « aymāt al-umūd », les « tentes de la résistance », en référence à un sit-in historique où se relaient représentants syndicaux et adhérents. Le 25 janvier 2016, à l’initiative des représentants du comité exécutif du SNFSI, deux mille manifestant.es policier.es en civils14 sont à Carthage (siège de la présidence de la République) et menacent de vouloir pénétrer dans le palais présidentiel15. Le secrétaire général, le porte-parole et les responsables des négociations sont finalement reçus le même jour par le président de la République de l’époque, Béji Caïd Essebsi. Dans une vidéo publiée par les services de la Présidence, on voit les représentants du SNFSI remettre au président de la République un dossier contenant leurs demandes, et échanger avec lui sur un ton très respectueux (voire révérencieux, le porte-parole l’appelant même « notre père ») en insistant sur l’importance de l’amélioration des conditions matérielles des agents16. Béji Caïd Essebsi réagit en affirmant avoir déjà rencontré d’autres représentants syndicaux, et s’être entretenu avec le chef de gouvernement au sujet des augmentations salariales.

13Cette division à laquelle fait référence le président de la République n’empêche pas les différents syndicats d’avoir des objectifs relativement similaires, bien que les méthodes employées diffèrent. L’enjeu est de taille pour les différentes organisations syndicales, dans la mesure où la signature de l’accord est présentée comme une réussite et un acquis en faveur des adhérents, dans un contexte de concurrence entre les différentes organisations syndicales.

  • 17 Dans la mesure où la Tunisie compte environ 80 000 agents du ministère de l’Intérieur en 2015, tout (...)

14Alors que les membres du SNFSI ont lancé leur campagne et dressé leurs tentes, les représentants du SFDGUI ont fait circuler une pétition autour de leur projet d’accord avec le gouvernement. Des représentants régionaux sont chargés de relayer le projet, et de rassembler des signatures d’adhésion. Karim, le porte-parole du SFDGUI à Gafsa, est l’un des policiers syndicalistes mandatés par le syndicat pour se déplacer dans les différentes délégations du gouvernorat de Gafsa. Lui et d’autres syndicalistes du SFDGUI affirment que le projet aurait récolté 50 000 signatures17. Karim défend le projet du FNSS, par opposition au SNFSI, en ces termes :

  • 18 Finalement, un gardien de la paix gagne autant, voire plus qu’un professeur : en 2023, un enseignan (...)

 Ils [les représentants du SNFSI] demandaient 700 dinars d’augmentation [soit 280 euros de l’époque], immédiatement. Nous on savait qu’on pouvait pas demander ça, il fallait être plus diplomatique, si le gardien de la paix gagne plus qu’un professeur, ça ne se fait pas18. Et puis il fallait faire un projet détaillé. On a alors prévu un échelonnement des augmentations salariales sur quatre ans, de 650 dinars, qui a été accepté.

  • 19 Une initiative intéressante est celle du journal d’investigation Inkyfada, qui publie régulièrement (...)

15Le salaire d’un gardien de la paix varie ainsi en 2020 entre 1 100 et 1 500 dinars (en net par mois), en fonction des primes liées à l’emplacement géographique, aux performances professionnelles (prime qui varie entre 50 et 150 dinars tous les trois mois), aux « fonctions administratives » occupées (la responsabilité d’un groupe donne accès à une prime de 100 dinars par mois)19. Dominique Monjardet note qu’aux États-Unis, comme en France, les policiers sont les agents publics dont la rémunération est la plus élevée pour la durée de travail la plus courte (Montjardet, 1996, p. 176). Le jeu des primes, des rémunérations annexes, des indemnités spéciales peut considérablement faire gonfler les salaires. Une dynamique similaire semble toutefois être observable dans certains pays de la région, à l’image du Maroc, où les policiers ont connu d’importantes revalorisations salariales depuis 2011. Ces augmentations, arrimées à une hausse des salaires plus générale dans la fonction publique, s’inscrivent dans un contexte de gouvernementabilité de la conflictualité sociale (Catusse, 2013). Le salaire d’un policier marocain au plus bas échelon en 2023 équivaut à environ 6000 dirhams (551 euros), bien supérieur au salaire minimum de 2970 dirhams (273 euros).

16Ces accords salariaux en Tunisie ont un impact sur la concurrence intersyndicale, en particulier autour des adhésions, mais aussi sur les représentations entourant la fonction policière, comme horizon professionnel plus ou moins désirable. Néanmoins, ces concurrences tendent à alimenter une surenchère revendicative qui favorise l’adoption des mesures demandées par les syndicats, qui divergent souvent sur la forme, mais peu sur le fond.

  • 20 L’économiste Pierre Concialdi pour l’ONG International Alert a dirigé une étude portant sur les con (...)
  • 21 Site de l’Institut national des statistiques : www.ins.tn

17Sans que les salaires des agents, en particulier les agents les moins gradés, leur donnent accès à des conditions matérielles particulièrement aisées20, ils s’améliorent notablement depuis 2011. Dans un contexte où les opportunités d’emplois, y compris pour les diplômés, se raréfient, où le chômage s’il reste stable est également élevé (environ 15,5 % de la population active avant la pandémie de Covid-1921), les promesses de stabilité (assurée par le statut de fonctionnaire) et de revenu décent modifient les perceptions à l’égard de la profession policière. Outre la question des revenus, celle des statuts et de la stabilité de l’emploi a également fait l’objet de pressions auprès des pouvoirs publics par les syndicats, faisant de la profession policière une profession de moins en moins repoussante et précaire.

Un bouleversement de la structure interne et de la hiérarchie : les montées en grade

  • 22 Voir le décret n° 2014-3632 du 30 septembre 2014 portant approbation des listes de promotion établi (...)
  • 23 Entretiens avec les représentants du SNFSI et SFDGUI.

18Les syndicats policiers cherchent également à modifier les règles d’avancement dans l’institution policière, en faisant valoir ce qui était perçu comme une situation d’injustice avant 2011. En septembre 2014, les syndicats obtiennent la montée en grade de 13000 sous-officiers, de la Garde nationale et de la police. Arguant auprès des pouvoirs publics que le système de Ben Ali les avait lésés dans l’accès aux grades supérieurs22, les représentants syndicaux du SNFSI et du SFDGUI négocient cet accord depuis 2013 auprès du cabinet du ministre. Ils défendent cette mesure en mettant en avant l’absence d’équité dans l’institution sécuritaire, pour le passage à un grade supérieur. L’approbation de la hiérarchie, en particulier, suscite leur désaccord. L’accord prévoit l’alignement des grades des agents sur une même promotion : tous les agents sont promus au niveau du plus gradé23. Les syndicalistes policiers présentent cet accord comme une mesure de compensation pour les années de travail sous Ben Ali, où la montée en grade ne concernait qu’une minorité d’agents et était souvent conditionnée par de bonnes relations avec la hiérarchie.

  • 24 Décret n° 2016-1143 du 16 août 2016.
  • 25 L’article 25 de la loi 82-70 du 6 août 1982 portant statut général des forces de sécurité intérieur (...)

19Comme pour les salaires, la prise en compte des diplômes de l’enseignement supérieur dans l’attribution des grades s’inscrit dans des demandes plus larges au sein de la fonction publique, que les syndicats de sécurité reprennent à leur compte. Ce n’est qu’en 2016 qu’un décret gouvernemental prévoit le surclassement d’un rang des agents de la fonction publique ayant obtenu une licence universitaire24. Les syndicats ont traduit ces accords en projet porté devant le Premier ministère demandant une avancée en grade des agents entrés dans l’institution sécuritaire avec un niveau d’étude supérieur aux qualifications requises. Cependant, les règles d’avancement au sein du ministère de l’Intérieur sont spécifiées par la loi portant statut général des forces de sécurité intérieure de 1982 : pour avancer en grade, l’avis noté (favorable) de la hiérarchie, une certaine ancienneté et le passage par une formation sont nécessaires, tous grades confondus25. La détention d’un diplôme du supérieur en occupant une position de subalterne au sein de l’institution sécuritaire est partagée par un nombre important de syndicalistes policiers enquêtés. C’est le cas de Khaled, qui a arrêté ses études d’informatique en 2007 pour subvenir aux besoins de ses cinq frères et sœurs, ainsi que ses parents. Il explique son choix de carrière comme un pis-aller, n’ayant guère d’autres options, situation que l’absence de liens entre sa famille et le parti hégémonique tend à renforcer. S’il participait aux activités du syndicat étudiant de gauche (Union générale des étudiants de Tunisie) lorsqu’il était à la faculté, il gardait profil bas, condition sine qua non à son recrutement dans la police. Il obtient le concours des sous-officiers et intègre le corps des Brigades antiterroristes (BAT). En 2011, il fait partie des premiers policiers à se mobiliser à Sousse pour la création des syndicats, et est élu secrétaire général de la branche locale du SFDGUI dans la foulée. Il gravit par la suite les échelons du syndicat, et devient secrétaire général de la section syndicale des forces spéciales, sa spécialité, en 2014. Finalement, le Secrétaire général du SFDGUI l’appelle à Tunis, où il devient responsable des négociations avec l’administration au siège du SFGDUI. Dans un entretien, il raconte ses ambitions de grade et de carrière :

- Je suis rentré gardien de la paix… Tu sais combien d’années d’ancienneté j’ai ? Je suis rentré en 2007. Maintenant en 2020 ça fait combien d’années ? Ils m’ont ajouté neuf ans d’expérience, donc ça me fait vingt-et-un ans d’expérience.

- Ça, c’est avec la réforme des diplômés du supérieur ?

- Voilà. Donc j’ai obtenu le grade de lieutenant. Et dans ma carrière j’ai encore… je vais sortir en 2040 par exemple.

- Et donc tu peux devenir quoi ? Colonel ?

- Je vais devenir Général moi. (Il fait des calculs) Il me reste dix-neuf ans de travail … (il calcule et énumère en marmonnant les grades) et voilà j’arrive à Général. 

  • 26 Parmi les syndicalistes policiers enquêtés, beaucoup provenaient de familles au sein desquelles le (...)

20L’analyse des trajectoires des agents est particulièrement utile à la compréhension de l’emprise du politique sur les bouleversements organisationnels au sein de l’institution sécuritaire. Les enjeux des négociations autour des passages en grade dépassent les émoluments perçus avec l’avancée en grade. Elles touchent aussi aux relations hiérarchiques propres à l’institution sécuritaire, en attribuant une reconnaissance au capital scolaire. Cette prise en compte des diplômes permet des trajectoires et des carrières qui échappent, au moins en partie, au politique. Par ailleurs, sans disposer de données sociodémographiques précises sur les origines géographiques et sociales des agents des forces de l’ordre, notons qu’ils tendent à venir de milieux populaires26 et de régions historiquement marginalisées par les autorités publiques. Pour beaucoup d’entre eux, entrer dans la police s’imposait comme une nécessité afin de subvenir à leurs besoins, obtenir une indépendance financière et soutenir leurs familles, autant de critères d’une construction sociale de la masculinité et de l’ordre sexué (Krefa, 2016). Ces éléments montrent ainsi que l’institution policière n’est pas imperméable aux thèmes et enjeux révolutionnaires érigeant la valorisation des titres scolaires comme condition de la « dignité » (Béchir Ayari, 2011). Ces négociations autour des grades contribuent également à modifier les horizons des possibles pour les agents rentrés dans l’institution en tant que gardien de la paix, ou sous-officier. Signé en novembre 2019, l’accord sur les diplômés du supérieur a permis à 1 300 agents de monter en grade, même si les négociations sont encore en cours. Il modifie néanmoins les rapports de forces dans l’institution sécuritaire, au sein de laquelle la position des agents peu gradés a été renforcée, ainsi que celle des agents « de la tenue ».

Les syndicats au cœur d’une réforme d’une institution bicéphale

  • 27 Mejri Walid, « Tūnis : « kata’ib » elnaqābāt elmusalha... shūka fi khāsira eldīmuqrātīa » [Tunisie  (...)
  • 28 Mahdi Elleuch, « Tūnis : min « daūlat albūlīsīa » ila « daūlat alnaqābāt albūlīsīa » ? », Legal Age (...)

21L’activité réformatrice de la police est un objet qui est généralement envisagé sous l’angle des politiques managériales (Lemaire, 2016 ; De Maillard, 2009), des réorganisations structurelles (Bargeau, 2015) et les voies éventuelles de « contre-invention » administrative (Guenot, 2023). Les policiers sont ainsi rarement pensés comme « des travailleurs dotés de revendications propres » (Guenot et Piquet, 2023, p. 378). En Tunisie le syndicalisme policier a été abordé, principalement dans la presse, sur leurs engagements dans des formes de répression et d’harcèlement des militants27, leur rôle dans la défense, la protection et l’impunité de collègues poursuivit pour fait de violence28, les pratiques syndicales visant à « empêcher », « orienter » ou « susciter » la réforme (Savage, p. 141-163) ont peu fait l’objet d’intérêt scientifique ou journalistique.

  • 29 L’appareil sécuritaire est lui-même divisé entre garde nationale et police. À la différence de la g (...)
  • 30 Décret n° 2006-1160 du 13 avril 2006, portant statut particulier des agents du corps de la sûreté n (...)

22La Tunisie a hérité du système bicéphale français, de la séparation entre corps de la tenue et corps civil29. Les officiers civils, les commissaires, dans les statuts des forces de sécurité intérieure, sont un corps de commandement, quand les officiers de la tenue sont pensés comme un corps d’exécution30. Cette séparation ne correspond pas uniquement à des fonctions différenciées : elle renvoie à des formations, à des cultures professionnelles, mais aussi à des rapports au politique et aux pouvoirs publics spécifiques. Si des conflits et concurrences entre commissaires et officiers existaient avant 2011, la création des syndicats et la publicisation des enjeux propres à l’institution sécuritaire dans le sillage de l’effervescence révolutionnaire ont donné une autre ampleur à ces enjeux socioprofessionnels. Ces luttes intestines ne se réduisent pas simplement à l’accès à des positions de pouvoir, ou des salaires et bénéfices matériels avantageux : elles sont au cœur du contrôle politique des forces de sécurité.

23Le changement dans les répartitions des rôles et des missions entre agents de la tenue et civils traduit des changements dans l’action publique sécuritaire à bas bruit, se faisant de manière feutrée sous la pression du SFDGUI. La question ne devient dès lors plus celle d’une mise en conformité des pratiques et des nominations avec le cadre légal, mais plutôt la légalisation de celles-ci, cheval de bataille du SFDGUI.

  • 31 Le politiste et militant tunisien, Sadri Khiari, avance notamment que l’ex-Première dame sous Ben A (...)
  • 32 C’était le cas de tous les ministres de l’Intérieur jusqu’en 1977, avec la nomination de Ben Ali à (...)
  • 33 Seuls les programmes de réforme élaborés par les organisations internationales n’y font pas mention (...)

24L’enjeu politique autour de la division de l’appareil sécuritaire s’incarne notamment dans le privilège qui était accordé par le RCD aux commissaires par rapport aux officiers de la tenue. Sous Ben Ali, la proximité entre famille régnante et élite policière était telle qu’il était parfois dit que la première faisait la pluie et le beau temps dans les stratégies matrimoniales de la seconde31. Si la plupart des ministres de l’Intérieur étaient des civils et des cadres du parti32, les commissaires incarnaient les principaux relais et pivots du pouvoir au sein de l’appareil sécuritaire, qui occupaient les postes de directeurs généraux du ministère de l’Intérieur. Cette répartition des pouvoirs entre zayy (l’uniforme, qui désigne ici le corps de la tenue) et madaniyyīn (civils) a été au cœur des différents projets de réforme de l’appareil sécuritaire élaborés depuis 2011. Les divergences intersyndicales et les conflits générationnels entre ancienne garde de la police et nouvelle génération d’officiers ont eu raison des projets politiques de refonte des deux corps33. Les enjeux de cette répartition des pouvoirs et de ces luttes de clans au sein de l’appareil sécuritaire se situent tant dans les compétences sécuritaires valorisées à des moments politiques singuliers que dans les rapports de pouvoir entre élites policières et pouvoir politique qu’ils sous-tendent.

25Comme l’affirme ce colonel des Brigades de l’ordre public (BOP) rencontré en entretien :

  • 34 Entretien avec colonel BOP, syndiqué au SFDGUI, Tunis, juin 2020.

Les civils ce sont des gens qui ont passé neuf mois de formation pour avoir le titre de commissaires. Ça, c’est l’ancien régime. Et après c’était neuf mois formation en tant que commis de base, et un an de stage, dans les spécialités. Nous on fait cinq ans, quatre à l’académie, et un an à Salambo, pour la formation domaine de police34.

  • 35 Créée par décret en décembre 1966, elle forme les officiers de l’armée de terre mais aussi de la po (...)

26Le colonel décrit ce qui était perçu comme une injustice pour les officiers, estimant que leur expertise acquise en particulier lors de leurs années de formation était dévalorisée par des statuts qui les reléguaient au rang de simples exécutants. La distinction entre civil et tenue tient fortement à la culture militaire des officiers de la tenue, inculquée dès leur entrée à l’Académie militaire de Fondouk Jedid35.

  • 36 Cette accession des officiers à la tête des syndicats ne s’est pas faite sans critiques et résistan (...)

27La période qui suit le départ de Ben Ali bouleverse ces arrangements entre élites politiques et élites sécuritaires : décrédibilisation des commissaires associés à l’ancien régime et participation des officiers aux mouvements syndicaux policiers contribuent à mettre au ban les « civils » au profit des zayy (uniformes). Les officiers des BOP et de la Garde nationale en particulier ont été associés aux premières manifestations, et ont pris la tête de certains syndicats comme le SFDGUI36. Pour les syndicalistes interrogés, cette culture de corps, quasi militaire, a participé à l’institutionnalisation rapide d’un syndicat des BOP, par opposition à la sécurité publique divisée entre plusieurs découpages territoriaux (région, district), et unités. Outre la relative homogénéité du corps des BOP, ses officiers commandent des unités nombreuses, qui constituent dès lors des réserves importantes d’adhérents potentiels.

28Les enjeux de ces problématiques de séparations statutaires entre civils et tenue peuvent sembler « techniques » et avoir trait à des impératifs gestionnaires de l’institution sécuritaire. Pourtant, ils sont également au cœur des redéfinitions des formes de pouvoir, dans la mesure où s’exercent des solidarités corporatistes qui transcendent les appartenances en grades. Pour les agents de la tenue, en particulier les officiers, la réforme des statuts engage des luttes de positions au sein de l’institution, des rétributions, une redéfinition des rôles et missions. Elle comprend également des enjeux symboliques, et chaque conversation et/ou entretien avec un agent des BOP est l’occasion pour lui de rappeler leur rôle de « première ligne » lors de la révolution, et ce faisant leur mépris à l’égard des collègues civils qui auraient, eux, eu le choix d’abandonner momentanément leur fonction en situation critique. L’uniforme symbolise pour les représentants du SFDGUI la discipline (al inibā), le respect de la hiérarchie, mais aussi l’exposition à la colère populaire, quand les civils, selon eux, se « débinent ».

Haut de page

Bibliographie

Allal Amin, 2011, « » Avant on tenait le mur, maintenant on tient le quartier ! ». Germes d'un passage au politique de jeunes hommes de quartiers populaires lors du moment révolutionnaire à Tunis », Politique africaine, n° 121, p. 53-67.

Allal Amin, Vannetzel Marie, 2017, « Des lendemains qui déchantent ? Pour une sociologie des moments de restauration », Politique africaine, n° 146, p. 5-28.

Ashour Omar, 2012. « From Bad Cop to Good Cop: The Challenge of Security Sector Reform in Egypt”, Brookings Doha Center, Paper Series, number 3.

Bargeau Adélaïde, 2015, « Les syndicats policiers : entre opposition et relais indispensable à la diffusion d’une réforme de type gestionnaire », Droit et société, vol. 90, n° 2, pp. 253-270.

Bechir Ayari Michaël, 2011, « Des maux de la misère aux mots de la « dignité ». La révolution tunisienne de janvier 2011 », Revue Tiers Monde, (HS), p. 209-217.

Berliere Jean Marc, 1993. « Quand un métayer veut être bien gardé, il nourrit ses chiens ». La difficile naissance du syndicalisme policier : problèmes et ambiguïtés (1900-1914)’, Le Mouvement Social, 164, 25.

Brodeur Jean Paul, 2003, Les visages de la police : pratiques et perceptions, Presses de l’Université de Montréal.

Brumberg Daniel, Hesham Sallam, 2012, « The Politics of Security Sector Reform in Egypt”, USIP Special Report.

Camau Michel, Geisser Vincent, 2003, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali. Paris, Presses de Sciences Po, « Académique ».

Catusse Myriam, 2013, « La question sociale aux marges des soulèvements arabes : leçons libanaises et marocaines », Critique internationale, n° 61, p. 19-34. 

Concialdi Pierre, 2021, Un budget de la dignité pour la Tunisie, Friedrich Ebert Stiftung, International Alert,

Debos Marielle, Glasman Joël, 2012, « Politique des corps habillés. État, pouvoir et métiers de l'ordre en Afrique », Politique africaine, n° 128, p. 5-23.

De Maillard Jacques, 2009, « Réformes des polices dans les pays occidentaux. Une perspective comparée », Revue française de science politique, vol. 59, n° 6, p. 1197-1230.

El Chazli Youssef, 2018, Devenir révolutionnaire à Alexandrie : contribution à une sociologie du surgissement révolutionnaire en Égypte, Thèse de doctorat en science politique, Université de Lausanne/Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Favarel-Garrigues Gilles, 2007, La police des mœurs économiques de l’URSS à la Russie. Paris, Éditions du CNRS, Coll. « Mondes russes ».

Guenot Marion, 2023, « Intersectorialité et redéfinition d’un problème public. Invention politique et contre-invention administrative des groupes d’intervention régionaux de la police judiciaire », Gouvernement et action publique, vol. 12, p. 73-94.

Guenot Marion, Piquet Agathe, 2023, « Protéger l’État, promouvoir la police, défendre les policiers. Les tensions structurantes du syndicalisme dans un domaine régalien », dans Courty Guillaume et Millet Marc, Les Groupes d’intérêt en France, Classiques Garnier, Paris.

Hibou Béatrice, 2006, La force de l'obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie. Paris, La Découverte, « TAP / Hors-Série ».

Hmed Choukri, 2015, « Répression d’État et situation révolutionnaire en Tunisie (2010-2011) », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n° 128, p. 77-90.

Jobard Fabien, 2016, « Colères policières », Esprit, (Mars - Avril), p. 64-73.

Jobard Fabien, De Maillard Jacques, 2015, Sociologie de la police. Politiques, organisations, réformes. Paris, Armand Colin, « Collection U ».

Krefa Abir, 2016, « Les rapports de genre au cœur de la révolution », Pouvoirs, n° 156, p. 119-136.

Khiari Sadri, 2004, « De Wassila à Leïla, Premières dames et pouvoir en Tunisie », Politique africaine, vol. 95, n° 3, p. 55-70.

Lemaire Élodie, 2016, « Les usages de la spécialisation dans la police. Les formes discrètes du management public policier », Revue française de science politique, vol. 66, p. 461-482.

Meddeb Hamza, 2012, Courir ou mourir : course à El khobza et domination au quotidien dans la Tunisie de Ben Ali, thèse de science politique, Institut d’Études Politiques de Paris.

Padioleau Jean Gustave, 1982, L’État au concret. Paris, Presses Universitaires de France.

Pluta, Audrey. 2020. « Pas de révolution pour la police ? Syndicats et organisations internationales autour de la « Réforme du secteur de la sécurité » en Tunisie après 2011 », Lien social et Politiques, n° 84, p. 122–141.

Savage Stephen, 2007, Police Reform: Forces for Change, New York, Oxford University Press.

Vannetzel Marie, 2010, « À la frontière du parti : jeux d'inclusion et d'exclusion d'une chercheuse chez les Frères musulmans égyptiens », Revue internationale de politique comparée, vol. 17, p. 47-62.

Yousfi Hèla, 2015, L’UGTT une passion tunisienne : enquête sur les syndicalistes en révolution (2011-2014), Tunis, IRMC-Med Ali.

Haut de page

Notes

1 Régime horaire, douze heures de travail suivies de douze heures de repos, propre aux unités d’intervention, en particulier lorsque mobilisées en renfort.

2 L’extrait ci-dessus est issu d’un statut écrit par un syndicaliste policier en avril 2018, largement diffusé sur le réseau social Facebook par les policiers syndiqués. Il fait référence à une revendication syndicale policière, à savoir l’imposition d’un nombre d’années (ici 17) après lesquelles le passage à un grade supérieur deviendrait automatique, et non pas faire l’objet d’une demande comme c’est le cas aujourd’hui.

3 Suspension des activités syndicales après la poursuite des responsables syndicaux occupant des positions de pouvoir et de représentation : décisions des conseils de discipline prononçant le limogeage, procès auprès des tribunaux militaires etc. À partir d’août 2022, le ministère de l’Intérieur reprend graduellement le contrôle sur les syndicats, notamment en appliquant des décisions de justice à leur égard (Pluta, 2023).

4 Entretien cadre de la police judiciaire, commissariat de la banlieue nord de Tunis, janvier 2019.

5 Le salaire minimum interprofessionnel garanti de l’époque était d’environ 187 DT au début des années 2000, passant à 272 DT en juillet 2010, pour un régime horaire de 48 heures.

6 Entretien, commissaire de la police judiciaire, La Marsa, janvier 2018.

7 Archives du SNFSI que j’ai pu consulter à l’occasion d’un entretien, Tunis, janvier 2019.

8 Entretiens de représentants du SNFSI, Tunis, Sfax mars 2021. Voir également « Tunisie : bilan des émeutes par l’ONU », BBC News, 1er février 2011.

9 Beji Okkez Mohamed Samih, « al tarfīʿ fī ʾuǧūr al-ʾamniyyīn li-l marra al-ālia », Nawaat, 8 février 2016, https://tinyurl.com/y86w2y7d

10 Le ministère des Affaires sociales recense 150 grèves. Voir Héla Yousfi, « L’UGTT et l’UTICA : Entre conflit ouvert et union sacrée », L’Année du Maghreb [Online], 16 | 2017.

11 La fonction publique en Tunisie est divisée en quatre catégories (de A à D) selon le degré d’instruction.

12 Les mobilisations autour du travail en Tunisie post-2011 font l’objet d’un intérêt scientifique renouvelé, notamment à travers les thèses en préparation de Mohamed Slim Ben Youssef et Sarah Barrières. Sur les dispositifs militants de l’UGTT et l’usage des tentes lors des sit-in, voir le récit par la journaliste Henda Chenaoui, d’une mobilisation au Kef autour de la fermeture d’une usine de câblages au Kef (Nord-Ouest) : « Reportage au Kef d’un sit-in ouvrier à l’Union contre la discrimination régionale », Nawaat, 10 avril 2017.

13 Notons que les syndicalistes policiers mobilisés puisent, dès janvier 2011, dans le répertoire d’action de la centrale syndicale UGTT, notamment en portant le brassard rouge. Entretien avec le responsable des négociations du SNFSI, Tunis, avril 2019.

14 Si les femmes policières sont très peu présentes dans les postes décisionnels et de représentation des syndicats (comme dans l’institution policière en général), elles sont en revanche bien souvent au premier rang des mobilisations policières et mises en avant par les organisations syndicales dans leur communication sur les réseaux sociaux. Observations de l’auteur, manifestation du SFGUI, février 2019, Tunis.

15 Cet élément constitue un tournant, tant pour les observateurs que pour les syndicalistes eux-mêmes. Dans le récit que ces derniers font de leurs actions, ils évoquent cet épisode non sans une certaine fierté. Le responsable des négociations du SNFSI a fait développer et accrocher dans son bureau un immense cadre d’une photo de cette journée, sur laquelle lui et quatre autres cadres du SNFSI sont devant le palais présidentiel. Soudani Seif, « Les syndicats de police ou l’ultime dérive du corporatisme », Nawaat, 28 février 2016.

16 La vidéo est accessible à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch ?v =4XQdyYvy7ac [consulté le 02/09/2021]

17 Dans la mesure où la Tunisie compte environ 80 000 agents du ministère de l’Intérieur en 2015, toutes spécialités et grades confondus, cela reviendrait à un important plébiscite.

18 Finalement, un gardien de la paix gagne autant, voire plus qu’un professeur : en 2023, un enseignant du secondaire débutant gagne aux alentours de 1200 dinars par mois [soit l’équivalent de 400 euros].

19 Une initiative intéressante est celle du journal d’investigation Inkyfada, qui publie régulièrement dans sa rubrique Stouchi (littéralement « mon portefeuille ») les salaires et dépenses de différentes catégories professionnelles en Tunisie, à travers des portraits. En novembre 2020, ils publient le portrait de « Tahar », un gardien de la paix (endetté) de 28 ans gagnant environ 1120 dinars par mois : « Tahar, 28 ans, policier endetté, 1100 dinars par mois », Inkyfada, 01 novembre 2020. Disponible sur : https://inkyfada.com/fr/2020/11/01/stouchi-tahar-policier-salaire-tunisie/ [consulté le 6/09/2021]

20 L’économiste Pierre Concialdi pour l’ONG International Alert a dirigé une étude portant sur les conditions matérielles requises pour subvenir aux besoins d’une famille nucléaire avec deux enfants et mener une « vie digne » dans le Grand Tunis. Les résultats de l’étude montrent que pour une famille de quatre personnes, le « budget de la dignité » s’élèverait à 2420 dinars par mois. Ces chiffres ne sont pas absolus, ils sont évidemment à manipuler avec précautions et appellent à ne pas être transposés à d’autres milieux sociaux.

21 Site de l’Institut national des statistiques : www.ins.tn

22 Voir le décret n° 2014-3632 du 30 septembre 2014 portant approbation des listes de promotion établies suivant les critères de régularisation du parcours professionnel des agents du corps de la sûreté nationale et de la police nationale, du corps de la garde nationale et du corps de la protection civile au titre de l’année 2014.

23 Entretiens avec les représentants du SNFSI et SFDGUI.

24 Décret n° 2016-1143 du 16 août 2016.

25 L’article 25 de la loi 82-70 du 6 août 1982 portant statut général des forces de sécurité intérieure précise : « le mérite de l'agent concerné est déterminé après avoir procédé à un examen approfondi de sa valeur professionnelle, compte tenu de la moyenne des notes professionnelles des trois dernières années précédant l'année au titre de laquelle la liste est établie, de l'ancienneté dans le grade, des propositions motivées formulées par l'autorité ayant pouvoir de notation ainsi que des critères spécifiques à chaque corps qui sont fixés par le statut particulier à chaque corps. »

26 Parmi les syndicalistes policiers enquêtés, beaucoup provenaient de familles au sein desquelles le père était lui-même policier de grade inférieur.

27 Mejri Walid, « Tūnis : « kata’ib » elnaqābāt elmusalha... shūka fi khāsira eldīmuqrātīa » [Tunisie : les « bataillons » des syndicats armés... une épine dans le pied de la démocratie], Al Qatiba, 3 février 2021.

28 Mahdi Elleuch, « Tūnis : min « daūlat albūlīsīa » ila « daūlat alnaqābāt albūlīsīa » ? », Legal Agenda,15 février 2021. Sharan Grewal, « Time to Rein in Tunisia Police Unions », POMED Snapshot, Mars 2018.

29 L’appareil sécuritaire est lui-même divisé entre garde nationale et police. À la différence de la gendarmerie française, la garde nationale a été rattachée au ministère de l’Intérieur dès sa création en 1956, mais ses agents ont les statuts et les grades afférents au corps de la tenue.

30 Décret n° 2006-1160 du 13 avril 2006, portant statut particulier des agents du corps de la sûreté nationale et de la police nationale.

31 Le politiste et militant tunisien, Sadri Khiari, avance notamment que l’ex-Première dame sous Ben Ali, Leila Trabelsi, développait ses réseaux d’affinités dans l’establishment sécuritaire, et avait organisé le mariage du commissaire de l’aéroport Tunis Carthage à une de ses nièces (Khiari, 2004).

32 C’était le cas de tous les ministres de l’Intérieur jusqu’en 1977, avec la nomination de Ben Ali à la tête du ministère de l’Intérieur. Deux généraux, Habib Ammar et Abdelhamid Escheikh, ont ensuite dirigé le ministère de l’Intérieur entre novembre 1987 et novembre 1988, puis entre mars 1990 et février 1991. Certains militaires ont également occupé des fonctions de directeurs généraux au ministère comme Ali Seriati (direction générale de la sûreté nationale).

33 Seuls les programmes de réforme élaborés par les organisations internationales n’y font pas mention.

34 Entretien avec colonel BOP, syndiqué au SFDGUI, Tunis, juin 2020.

35 Créée par décret en décembre 1966, elle forme les officiers de l’armée de terre mais aussi de la police, de la Garde nationale, douane et services pénitentiaires. L’enjeu à sa création était l’indépendance à l’égard des pays occidentaux (principalement la France et les Etats-Unis) dans la formation des cadres des forces armées tunisiennes. Voir décret n 66-529 du 24 décembre 1966 portant création et organisation d'une Académie militaire et d'un Centre préparatoire aux écoles d'officiers.

36 Cette accession des officiers à la tête des syndicats ne s’est pas faite sans critiques et résistances de la part des sous-officiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Pluta, « Les syndicats, les commissaires et le politique : (re)valorisations et conflits autour de la profession policière en Tunisie (2011-2022)  »L’Année du Maghreb [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 13 décembre 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/12429 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.12429

Haut de page

Auteur

Audrey Pluta

Doctorante en science politique, IREMAM/Mesopolhis, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search