Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Dossier : L'ordre et la forceDe la police coloniale française ...

Dossier : L'ordre et la force

De la police coloniale française à la police nationale marocaine : décolonisation et héritages policiers (1953-1960)

From French Colonial Police to Moroccan National Police: Decolonization and Policing Legacies (1953-1960)
من الشرطة الاستعمارية الفرنسية إلى الشرطة الوطنية المغربية : التحرُّر من الاستعمار والموروثات البوليسية 1953 - 1960
Benjamin Badier

Résumés

Parmi les nombreuses continuités institutionnelles entre le protectorat français sur l’Empire chérifien (1912-1956) et le Maroc indépendant figurent les forces de l’ordre, et en particulier la police. La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), toujours au centre de l’appareil policier de nos jours, n’a pas été créée ex nihilo en 1956, mais à partir de la Police chérifienne, l’institution protectorale contrôlée par les Français. Les continuités policières, qui s’opèrent à différentes échelles, institutionnelles, doctrinales et humaines, ont de quoi surprendre, tant la Police chérifienne a joué un rôle central dans le maintien de l’ordre colonial et dans la rude répression des mobilisations favorables à l’indépendance.

Cet article se penche sur l’histoire institutionnelle de la police au Maroc entre août 1953, lorsque l’exil du sultan Mohammed V déclenche une vague de violences nationalistes qui met à rude épreuve la police coloniale, jusqu’à l’année 1960, lorsque le lien privilégié avec la France est remis en cause par le régime marocain sur tous les plans, y compris dans la police. Tout comme l’histoire de la police du protectorat, l’histoire de la police marocaine dans la décolonisation et après l’indépendance reste à faire. Les archives diplomatiques françaises permettent de reconstituer le cadre institutionnel de la police sous le protectorat, mais aussi après l’indépendance – du fait même des continuités. Si les archives de la DGSN ne sont pas disponibles, celles de l’Assemblée nationale consultative (1956-1959), conservées aux Archives du Maroc, fournissent un éclairage précieux, ainsi que le point de vue critique de la gauche marocaine.

Une première partie revient sur les mutations de la Police chérifienne au début des années 1950, lorsqu’elle peine à se reformer pour faire face aux mobilisations nationalistes, de plus en plus violentes. Créée en 1913, la Police chérifienne est pensée comme une police d’État, compétente sur l’ensemble de la zone française du protectorat. Si elle a pour mission de lutter contre le nationalisme dès les années 1930, la surveillance et la répression des partis marocains devient sa mission principale après la guerre. Plusieurs fois réformée, prenant la police métropolitaine comme modèle, la police coloniale au Maroc est de plus en plus centralisée et se spécialise dans le renseignement. Mais elle reste constamment en sous-effectifs, peine à remplir les missions qui lui sont confiées, et souffre d’une rivalité avec l’armée française, acteur central du colonial policing. L’organisation et les missions de la Police chérifienne permettent d’écarter une hypothèse qui aurait pu expliquer la continuité institutionnelle post-coloniale. Celle-ci doit peu au principe d’administration indirecte sur lequel repose le protectorat, ou au projet français de réformer l’État marocain. La Police chérifienne est pourtant une institution mixte, dont un tiers des effectifs sont des agents marocains, et le maintien de l’ordre s’appuie aussi sur des institutions précoloniales, comme les assès et les mokhazni. Mais l’idée d’un transfert éventuel n’est aucunement la cause de ce caractère composite, qui s’explique plutôt par la nécessité de maintenir l’ordre, par le besoin d’intermédiaires coloniaux et par la faiblesse des moyens français.

La forte continuité entre police coloniale française et police nationale marocaine tient en réalité au contexte précis de la passation de pouvoir entre les autorités coloniales et le palais marocain après l’automne 1955. Ce contexte est celui d’une forte dégradation de la sécurité dans le pays, et d’une alliance renouvelée entre la monarchie et les Français, lorsque ces derniers rappellent le sultan d’exil et ouvrent la voie à l’indépendance (mars 1956). L’intérêt commun de ces acteurs est de doter le pays d’un régime monarchique fort, contre les nationalistes (notamment le parti de l’Istiqlal) et leur prétention à gouverner. D’où une transmission institutionnelle, notamment des forces de police qui sont précisément spécialisées dans la lutte contre le nationalisme. La DGSN, rattachée directement au palais, reprend les structures de la Police chérifienne, et de nombreux policiers français restent dans la police nationale marocaine comme coopérants (un tiers des effectifs en 1957). Il y a bien marocanisation de la police, mais celle-ci est progressive. Le véritable tournant se situe en 1960, lorsque le Maroc remet en cause les liens privilégiés avec la France. L’expulsion des derniers agents de police français coïncide avec un tournant autoritaire contre la gauche marocaine, qui dénonce un régime policier héritier du régime colonial, au moment où le Maroc prend justement ses distances avec la France.

Haut de page

Texte intégral

1En mars 1961, le principal journal de gauche marocain, Al-Tarīr, en prise depuis plusieurs mois avec les forces de l’ordre, dénonce l’autoritarisme croissant de la monarchie, dont Hassan II vient de prendre les rênes. Loin de protéger la population, la police marocaine ne serait que l’instrument répressif du régime, comme aux temps du protectorat :

  • 1 « Que savez-vous de la police ? », Al-Taḥrīr, 28 mars 1961, traduit par les services français, disp (...)

«  Le mot police est devenu synonyme de peur, violence et humiliation. À sa signification première s’est substituée celle de terreur, de barbarie, voire de sauvagerie. […] Il ne fait plus aucun doute que la police marocaine reçoit une formation raciste et colonialiste qui lui fait haïr le peuple affamé et malheureux […]1.  »

2Cette accusation invite à s’interroger sur les continuités entre la police coloniale française et la police du Maroc nouvellement indépendant. De fait, celles-ci semblent fortes. La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) n’a pas été créée ex nihilo en 1956, mais à partir de la Police chérifienne, l’institution protectorale contrôlée par les Français. De nombreux agents français ont continué de maintenir l’ordre au nom de l’État marocain plusieurs années après l’indépendance. Ces héritages ont de quoi surprendre, étant donné le rôle tenu par la Police chérifienne dans le maintien de l’ordre colonial et dans la rude répression des mobilisations favorables à l’indépendance : comment une institution à ce point engagée dans les logiques de domination coloniale a-t-elle pu servir de fondement à la police nationale marocaine ?

3Une première hypothèse pourrait être la nature même du protectorat (1912-1956), qui repose sur l’idée d’administration indirecte. Celle-ci implique à la fois le maintien de certaines institutions précoloniales et, en théorie, un transfert administratif au nom de la réforme d’un État jugé défaillant au regard des normes françaises (Rivet, 1996 ; Perrier, 2019, p. 121). Stève Bessac-Vaure, qui s’est penché sur la question du maintien de l’ordre au-delà de l’armée (tant dans la zone française qu’espagnole du protectorat), a montré que les forces de l’ordre du Maroc colonial reposaient sur l’incorporation d’agents marocains, mais aussi sur une confusion entre armée et police, forces légales et forces privées (Bessac-Vaure, 2018, 2020). Ce caractère composite est caractéristique du colonial policing, étudié par les historiens depuis une quarantaine d’années (Anderson, Killingray, 1991 a  ; Blanchard, Glasman, 2012  ; Blanchard, Bloembergen, Lauro, 2017). Les spécialistes ont abandonné l’idée d’un transfert des modèles de police métropolitains vers les colonies, pour souligner le pragmatisme et la diversité des polices coloniales, qui s’appuient toujours sur des formes précoloniales de maintien de l’ordre et sur des agents locaux (Blanchard, Deluermoz, Glasman, 2011). Si l’influence des métropoles est certaine, elle doit être contextualisée (Denis, Denys, 2012), tant les polices coloniales sont nombreuses, ont dû s’adapter au local, faire avec une économie de moyens et être fréquemment réformées. La Police chérifienne, créée par la France en 1913, n’échappe pas à ce constat. Il semble cependant que l’influence métropolitaine ait été plus importante au Maroc qu’ailleurs, sans pour autant qu’il y ait eu reproduction à l’identique. Cette spécificité pourrait s’expliquer par l’instauration relativement tardive du protectorat, au regard de l’histoire coloniale française, par les profondes réformes de la police métropolitaine juste avant 1912 (Milliot, 2020), et par l’importance de la colonie française au Maroc, dont la sécurité est l’une des priorités de l’administration coloniale.

  • 2 Cette étude prolonge certaines réflexions de mon travail de thèse, « Lier et délier le trône. Moham (...)

4L’hypothèse formulée par cet article est cependant que la forte continuité entre police coloniale française et police nationale marocaine ne tient pas aux logiques administratives du protectorat, et encore moins à la période de répression des mobilisations nationalistes, mais au contexte précis, rapide et relativement inattendu de la passation de pouvoir entre les autorités françaises et le palais marocain à partir de la fin de l’année 1955. Ce moment doit être pensé comme une charnière et non comme une césure, d’où l’absence de discontinuité. Par rapport aux premiers temps du protectorat, bien connus, la décolonisation du Maroc et encore plus les premières années de l’indépendance restent peu étudiées (Lazraq, 2003 ; Ikeda, 2015). Le contexte est celui d’une grande incertitude, de violences qui doivent être réévaluées et d’un retournement d’alliance : Mohammed V, jusqu’ici allié aux nationalistes et exilé pour cette raison par la France (1953-1955), s’allie à son retour avec les Français pour contrer les prétentions politiques des nationalistes, et en premier lieu du parti de l’Istiqlal2. Pour étudier ce transfert, le cadre chronologique retenu court de l’exil du sultan en août 1953, qui déclenche une vague de violences nationalistes et met à rude épreuve la police coloniale, à l’année 1960, lorsque le lien privilégié avec la France, issu des négociations pour l’indépendance, est remis en cause par le régime marocain sur tous les plans, y compris dans la police, dont la marocanisation des effectifs est alors achevée.

5Tout comme l’histoire de la police du protectorat, l’histoire de la police marocaine après l’indépendance reste à faire. Elle a déjà été initiée dans le domaine littéraire et culturel par Jonathan Smolin, qui regrette ce vide historiographique, et fait également le constat d’une forte continuité (Smolin, 2013a et b). Le présent article, qui pourrait être prolongé par une étude du quotidien policier et de la lutte contre le crime, retrace par en haut les grandes lignes de l’histoire institutionnelle de la police au Maroc, entre la fin du protectorat et les premières années de l’indépendance. Cette présentation s’appuie sur les Archives diplomatiques françaises, qui permettent de donner un aperçu sur la Police chérifienne (archives du protectorat et notamment de la Résidence générale), malgré la dispersion des documents la concernant. Elles offrent également un éclairage sur la police marocaine après l’indépendance, qu’elles connaissent bien du fait même des continuités étudiées ici (archives de l’ambassade). La majeure partie des sources mobilisées fournissent donc un regard français, colonial et institutionnel sur la police, préoccupé par des questions d’organisation et de maintien de l’ordre colonial, et marqué par une détestation autant qu’une hantise de tout ce qui vient troubler cet ordre, à commencer par le nationalisme marocain. Les archives des commissariats de la période coloniale, devenus ensuite des commissariats marocains, auraient permis une approche au plus près du quotidien policier et des interactions entre les agents et la population colonisée. Cependant, ainsi que le signale J. Smolin, ces documents sont semble-t-il restés dans ces mêmes commissariats et sont par conséquent inaccessibles. De la même façon, les archives de la DGSN ne sont pas accessibles, à l’instar de celles des institutions marocaines post-indépendance. Néanmoins, celles de l’Assemblée nationale consultative (1956-1959), conservées aux Archives du Maroc, fournissent un éclairage précieux à travers le point de vue critique de la gauche marocaine.

6Le devenir des institutions policières coloniales dans les phases de décolonisation a principalement été étudiée dans le cas de l’Empire britannique (Anderson, Killingray, 1991b), pour lequel le maintien de « traditions impériales » de domination a souvent été constaté (Sinclair, 2006). Au Maroc, les cibles politiques de la police coloniale et de la police après l’indépendance sont les mêmes : les partis nationalistes, et en particulier les militants de gauche. L’autoritarisme croissant du régime monarchique s’appuie sur les forces de maintien de l’ordre, l’armée mais aussi la police, pour réprimer toute contestation. La question qui se pose est alors ce que l’autoritarisme des régimes postcoloniaux doit à celui des régimes coloniaux (Bayart, Bertrand, 2006). Dans le cas de la Haute-Volta, indépendante en 1960, Romain Tiquet a montré que la « stratégie du Guépard policier » (tout changer pour ne rien changer) adoptée par la France après 1956, en cherchant à conserver le plus longtemps l’autorité, a facilité le transfert au nouveau régime d’une institution spécialisée dans le renseignement et la répression, au point que « le renforcement de la fonction politique de la police constitue le legs central de la police » (Tiquet, 2012, p. 145). Cependant, de la même façon que les polices coloniales ne sont pas des copies des polices métropolitaines, l’éventuel transfert des forces de maintien de l’ordre colonial aux régimes issus des indépendances ne saurait être présenté comme une parfaite continuité, ainsi que Camille Evrard a pu le montrer avec l’armée mauritanienne (Evrard, 2015, p. 12). La continuité se joue dans certains héritages, et peut impliquer des transformations, progressives et non brutales. Si le régime marocain est parvenu à « marocaniser » ses instruments répressifs, les héritages policiers, organisationnels, humains et politiques du protectorat français n’en sont pas moins évidents.

Une police coloniale absorbée par la lutte contre le nationalisme (1953-1955)

7Depuis les années 1930, la Police chérifienne était confrontée de façon croissante au nationalisme marocain, étroitement surveillé et régulièrement réprimé. La contestation du protectorat s’organisait au sein de partis (Parti de l’Istiqlal, Parti démocratique de l’indépendance, Parti communiste marocain), et au cours de réunions politiques ou de manifestations. Mais, du fait de la répression et du refus français de reconsidérer le statut du Maroc, les formes de contestation du protectorat changent au début des années 1950, plus dispersées, et aussi plus violentes. Deux épisodes sont à l’origine de ce basculement. Tout d’abord l’impitoyable répression des autorités françaises à la suite des émeutes de Casablanca en 1952 (House, 2012), qui conduit à la décapitation du mouvement nationaliste dont les meneurs sont arrêtés ou s’exilent, tandis que les partis contestataires sont interdits. Second événement catalyseur, la déposition du sultan Mohammed ben Youssef le 20 août 1953, par une coalition de responsables français de Rabat et une partie des élites marocaines, qui craignent la montée en puissance de la monarchie et des nationalistes. Après l’été 1953, la contestation bascule dans la résistance armée voire l’action terroriste. La décolonisation du Maroc a été beaucoup plus violente que ce que la mémoire a pu en retenir, ou que ce que les négociations qui conduisent à l’indépendance, mieux connues (Lazraq, 2003 ; Ikeda, 2015), peuvent en laisser penser.

8Cette situation place la Police chérifienne sous tension. Celle-ci est, depuis les débuts du protectorat, une police au service de la colonisation et des colons, chargée de défendre leurs intérêts. Après 1953, cela implique de se concentrer sur le renseignement et la lutte contre le terrorisme, aux dépens de ses autres missions. Sans cesse réformée, et toujours en sous-effectifs, elle est en concurrence avec d’autres acteurs du maintien de l’ordre colonial, en particulier l’armée française. La phase de décolonisation fait alors ressortir les failles et faiblesses de l’institution, précisément parce qu’elle est au cœur du projet colonial et un instrument privilégié de la domination des populations colonisées.

Une police chérifienne, mais française

  • 3 Article 2 du Traité de Fès, 30 mars 1912, dans Bulletin officiel du Protectorat, BO, n° 1, 1er nove (...)
  • 4 Arrêté viziriel du 8 septembre 1913, BO n° 47, 19 septembre 1913.

9Au début des années 1950, la Police chérifienne existe depuis une quarantaine d’année. Le traité de Fès de 1912 autorise la France à la fois à assurer l’ordre au sein de l’Empire chérifien et à réformer l’État3. L’Empire chérifien, État protégé, serait incapable d’assurer la sécurité sur son territoire. La Police chérifienne est instaurée en septembre 1913 par un arrêté viziriel, contresigné par le délégué à la Résidence générale (Hamdouchi, 2002, p. 30  ; Ḥāzīn, 2020, p. 105)4. L’adjectif « chérifienne » prête volontairement à confusion. Il ne s’agit aucunement d’une institution qui préexistait à la colonisation au sein de l’Empire chérifien, ni d’une institution française chargée, dans le cadre de « l’administration indirecte », d’encadrer une institution marocaine considérée comme défaillante. La Police chérifienne est en réalité une institution française, dont tous les cadres sont français, bien qu’officiellement au service de l’Empire chérifien. Dans le langage courant en arabe marocain, le mot pour la désigner est būlīs, directement importé du français.

  • 5 Direction également en charge des services pénitentiaires. Dahir du 10 mars 1930, BO n° 908, 21 mar (...)
  • 6 « Commission d’étude de l’organisation des services extérieurs de Police, séance du 15 juin 1923 », (...)

10Cette nouvelle administration est pensée comme une police d’État, c’est-à-dire compétente sur l’ensemble du territoire de la zone française du protectorat – les Espagnols ont institué leurs propres forces de police dans leur zone (Bessac, 2018). Le siège de la police française est à Rabat, où est créé en 1913 un service de la Police générale au sein de la Résidence générale, auquel succède en 1930, après plusieurs tâtonnements, une direction de la Sécurité publique5. L’inspiration majeure de cette police coloniale est la Sûreté générale française, chargée de la police urbaine, de la police judiciaire et des renseignements. Une police générale avait déjà été instituée dans le protectorat tunisien6, et la Police chérifienne profite aussi des expériences algériennes, notamment par l’intégration de policiers colons d’Algérie. Elle n’est cependant pas une transplantation à l’identique du modèle français au Maroc, en raison de spécificités organisationnelles, dont la plus importante est l’incorporation de fonctionnaires marocains. De plus, elle n’efface pas d’autres formes de police en vigueur avant la colonisation. Avant 1912, la sécurité urbaine au Maroc était assurée par des gardiens, souvent nommés assès/assās (Mercier, 1906, p. 360) ou mokhazni (muaznī, de Makhzen, l’administration) qui relevaient des autorités locales et dont l’organisation variait de ville en ville. Ces fonctions sont maintenues après 1912, mais intégrées au système français de maintien de l’ordre, pour des raisons d’effectifs autant que d’administration indirecte.

  • 7 Arrêté viziriel du 2 février 1919, BO n° 330, 17 février 1919 ; Dahir du 1er mars 1924, BO n° 596, (...)
  • 8 Dahir du 31 décembre 1930 et Arrêté viziriel du 31 décembre 1930, BO n° 956, 20 février 1931 ; Dahi (...)
  • 9 Arrêtés résidentiels du 10 août 1946, BO n° 1764, 16 août 1946.
  • 10 Rapport « La Direction des services de Sécurité publique du Maroc », janvier 1956, Centre des Archi (...)

11La police chérifienne n’est pas plus que celle des autres colonies une institution stable. À l’instar des autres administrations du protectorat, elle est fréquemment réformée, d’abord pour asseoir une domination coloniale encore fragile sur les villes7 (Hamdouchi, 2002, p. 42), ensuite pour lutter contre le nationalisme qui s’y structure8 (Thomas, 2012). Au début des années 1950, le principal texte normatif est un arrêté résidentiel de 1946 qui rétablissait les prérogatives de la Police chérifienne sur de nombreux aspects du maintien de l’ordre, confiés à l’armée durant la Deuxième Guerre mondiale9. La place de la direction de Sécurité publique au sein de l’armature administrative est également hésitante, et révèle des rivalités institutionnelles. À la fin des années 1930 et dans la décennie suivante, elle dépend soit de la très puissante direction des Affaires politiques, soit directement du résident général, option qui s’impose finalement10.

12Bien que chérifienne, cette police n’est en aucun cas au service de l’État marocain. Elle n’existe pas pour aider l’Empire chérifien à se réformer ou lui transmettre l’expérience française du maintien de l’ordre, mais bien pour maintenir l’ordre colonial, assurer la sécurité et la présence de l’importante colonie française (268 000 ressortissants en 1951). Cette réalité, en contradiction avec le principe théorique du protectorat et de l’administration directe, n’en est que plus flagrante lorsque la mainmise française sur le Maroc paraît menacée.

Des effectifs franco-marocains, mais toujours insuffisants

  • 11 Ibid.

13En revanche, la Police chérifienne est bien franco-marocaine dans ses effectifs. L’intégration de policiers marocains répond à des exigences pratiques, puisque la police est au contact quotidien de Marocains et a donc besoin d’intermédiaires coloniaux, mais également à des exigences structurelles : les autorités françaises considèrent que l’institution est constamment en sous-effectifs. Cette réalité rejoint de nombreuses analyses récentes qui insistent sur les faiblesses des administrations coloniales (Thénault, 2013, p. 231). Les effectifs de police ont augmenté durant tout le protectorat, suivant en cela le nombre de colons français au Maroc. En 1938, l’ensemble de la Police chérifienne comptait 1 360 fonctionnaires. Après une forte augmentation, elle emploie 7 200 agents en 1955 (hors administration centrale)11. Les neuf dixièmes se répartissent dans les sept capitales régionales — et un peu moins de la moitié rien qu’à Casablanca. Cette géographie policière correspond à l’implantation des colons français et européens.

Carte 1 : La police coloniale française au Maroc en 1955

Carte 1 : La police coloniale française au Maroc en 1955

Source principale : Rapport «  La Direction des services de Sécurité publique du Maroc  », janvier 1956, MAE La Courneuve, 24QO-1021.

  • 12 Lettre du résident général G. Puaux au ministre des Affaires étrangères G. Bidault, 30 octobre 1944 (...)
  • 13 Voir notamment MAE La Courneuve, 24QO-511.
  • 14 Rapport « La Direction des services de Sécurité publique du Maroc », janvier 1956, op. cit.

14Un certain nombre d’agents français, notamment au début du protectorat, sont des policiers de métropole mutés pour quelques années au Maroc, ou bien des agents auparavant en poste en Algérie. Par la suite, un nombre croissant de policiers sont issus des rangs des Français installés au Maroc. Le protectorat dispose d’une école de police à Ifrane, où tous les grades sont formés. Mais la carrière policière au Maroc n’attire ni les policiers métropolitains12 ni les colons eux-mêmes. Cette difficulté à recruter apparaît évidente après 1953. En dépit de campagnes de recrutement, menées au Maroc et en France13, les postes budgétaires ouverts sont toujours plus nombreux que le nombre d’agents réellement employés14. Pour accroître l’attractivité en une période où les policiers peuvent être ciblés par des attentats nationalistes, les statuts des fonctionnaires de police français au Maroc sont calqués à partir de juin 1955 sur celui de leurs collègues métropolitains, revendication de longue date.

  • 15 En 1913, un simple agent de police 1ère classe marocain est rémunéré 1 500 francs par mois, contre (...)

15L’intégration d’agents marocains, qui ne sont ni des assès ni des mokhazni, mais bien des agents marocains d’une administration française, n’est donc pas tant une caution d’administration indirecte qu’une nécessité du maintien de l’ordre. En 1955, les Marocains représentent un quart des effectifs, et parfois plus dans certaines petites villes où les colons sont peu nombreux. Ils ont un statut inférieur à celui de leurs collègues français, et occupent principalement les fonctions subalternes (brigadiers et gardiens de la paix) avec une paye moindre que les Français de même grade15. Le mépris pour ces agents peu formés, souvent illettrés, est patent dans les archives françaises. Les fonctions supérieures, comme commissaire ou officier de police, leur sont inaccessibles, mais quelques Marocains ont atteint par concours le grade intermédiaire d’inspecteur, et font donc partie de la police en civil. L’uniforme porté par tous les autres agents marocains permet de les différencier des Français. Si la couleur kaki est la même (déjà celle de la police française en Algérie), les Marocains portent un burnous et non un pantalon, et une chéchia entourée d’un turban au lieu d’un képi. Tous sont en revanche armés.

Des rivalités dans le maintien de l’ordre

16La Police chérifienne ne peut assurer l’ordre colonial seule. Au Maroc comme ailleurs, le colonial policing est l’affaire de plusieurs institutions. Leurs compétences respectives ne sont pas toujours claires, et la lutte contre le nationalisme conduit à de nombreux chevauchements et rivalités institutionnels, en particulier avec l’armée.

  • 16 « Organisation des Sûretés régionales », 6 janvier 1955, MAE Nantes, 1MA200-674bis.
  • 17 Le nombre d’assès augmente fortement au début des années 1950, passant par exemple de 150 à 590 à C (...)
  • 18 Lettre du résident général A. Guillaume au ministre des Affaires étrangères G. Bidault, 23 février (...)

17En plus de l’administration centrale à Rabat, la police dispose de sûretés régionales16 dans les capitales de régions, qui possèdent par ailleurs plusieurs commissariats. Des commissariats de plus petites dimensions existent dans les villes secondaires, puis des postes de sûreté faiblement dotés en hommes dans quelques autres petits centres urbains. Les villes marocaines sont le principal champ d’action de la Police chérifienne, mais ses agents ne sont pas les seuls à y intervenir. Elle coexiste avec les formes plus anciennes de police, les assès et certains mokhazni (les deux catégories formant la «  police auxiliaire  ») qui conservent leurs caractéristiques locales, mais sont officiellement placées sous l’autorité des pachas. Ils interviennent dans les médinas et les autres quartiers peuplés uniquement de Marocains. En 1954, du fait de la situation politique et d’attentats à répétition, les autorités marocaines sont dépossédées de leurs derniers droits de police : les assès passent sous le contrôle de la direction de l’Intérieur (sous-direction des Affaires urbaines) pour surveiller les médinas et lutter contre le terrorisme, notamment comme agents de renseignements17. D’autres mesures sont prises, comme la création de milices civiles chargées de patrouiller la nuit dans les médinas18. Cette mesure, qui vise à accroître la lutte contre le nationalisme tout en impliquant les élites marocaines, ressuscite un système de veille collective qui existait dans certaines villes avant 1912.

  • 19 La répartition entre police et gendarmerie est semblable à celle qui prévaut en France, mais recoup (...)

18L’essentiel de l’ordre colonial en cas de troubles importants, y compris dans les villes, est cependant assuré par l’armée française et ses divers supplétifs marocains. L’armée a mené une violente conquête contre les tribus de l’intérieur jusqu’en 1934, mais reste très présente par la suite sur l’ensemble du territoire. Les grandes villes hébergent d’importantes casernes militaires, mobilisables si besoin. S’y ajoute la gendarmerie française établie au Maroc en 1927, qui mobilise également des mokhazni, et assure l’ordre quotidien dans les campagnes19. Rattachée dans ses missions à l’armée française, cette gendarmerie dépend administrativement de la Police chérifienne, et il arrive qu’elle intervienne en ville. Par ailleurs, la Police chérifienne comprend également après 1944 des Brigades de surveillance du territoire (BST) qui peuvent être placées au service de l’armée, ce qui n’est pas sans susciter des tensions d’effectifs.

  • 20 Directive du résident général Guillaume au directeur de l’Intérieur, 9 mars 1953, MAE Nantes, 1MA20 (...)
  • 21 Ministère des Affaires marocaines et tunisiennes, « Note pour le conseil des ministres », 12 mars 1 (...)

19Ces chevauchements institutionnels sont encore plus flagrants après la Deuxième Guerre mondiale. À chaque manifestation d’importance, le protectorat doit faire appel à l’armée, ce qui contribue à une remilitarisation du maintien de l’ordre, typique des phases de décolonisation. En 1944, l’armée réprime dans le sang les manifestations de Rabat et de Fès qui font suite à la publication du manifeste de l’Indépendance par le parti de l’Istiqlal. En décembre 1952, elle est aux avant-postes, avec la police, pour réprimer les manifestations de Casablanca (House, 2012). Ces interventions suscitent des tensions entre la police et l’armée, car elles révèlent les insuffisances de la première. Juste après la répression de décembre 1952, le résident général Guillaume, lui-même général d’armée, ordonne ainsi que la protection des points sensibles civils et le rétablissement de l’ordre dans les villes doivent être réservés à la police, et que tout militaire chargé du maintien de l’ordre doit être accompagné par un policier, habilité à arrêter des suspects et à rédiger des procès-verbaux20. Par ailleurs, l’armée coloniale peine elle-même à remplir toutes ses missions. La Résidence générale doit accepter que des troupes soient temporairement ôtées au Maroc pour être envoyées en Tunisie, et surtout vers l’Algérie à partir de la fin de l’année 195421. Le Maroc est donc vulnérable à un soulèvement nationaliste de grande ampleur, auquel la police et l’armée ne seraient pas en mesure de répondre.

Repenser la police pour éradiquer le nationalisme

  • 22 MAE Nantes, 1MA200-672.

20Puisque les mobilisations pour l’indépendance sont avant tout urbaines, la police se retrouve en première ligne de la répression du nationalisme. Après la déposition du sultan en août 1953, et sans lien direct avec les grands partis nationalistes dont les directions ont été neutralisées en décembre 1952, un phénomène terroriste d’ampleur se développe spontanément au Maroc (Lawrence, 2010). De jeunes hommes favorables à l’indépendance, issus des quartiers pauvres et organisés en réseaux complexes, sabotent des infrastructures, planifient des meurtres et parfois posent des bombes. Les autorités coloniales font usage d’une définition très large de la catégorie « terrorisme », qui implique en réalité tout acte de violence à fondement politique (du jet de pierre au sabotage, en passant par l’incendie de récoltes), mais la violence nationaliste entre 1953 et 1955 ne doit pas pour autant être sous-estimée. Selon les chiffres compilés de la direction de l’Intérieur, cette vague de terrorisme fait en deux ans et demi 839 morts, au cours de meurtres ciblés ou d’attentats aveugles. Les quatre cinquièmes de ces victimes sont des Marocains, visés pour leur proximité avec le régime colonial, soit des représentants des élites, soit de petits fonctionnaires à l’instar des assès ou des agents du Makhzen. Les agents de la Police chérifienne, français comme marocains, sont également des cibles. Le 20 septembre 1955, à Rabat, une camionnette de police est par exemple visée par une grenade qui fait plusieurs blessés ; le lendemain, deux policiers marocains sont attaqués à Casablanca à quelques heures d’intervalle et l’un d’eux est tué22.

  • 23 « École de police. Programme de préparation au concours de commissaire, année 1954-1955 », MAE Nant (...)
  • 24 « Renforcement des moyens affectés au maintien de l’ordre », réunion du 16 août 1954, MAE Nantes, 1 (...)

21Déjà spécialiste de la surveillance des milieux nationalistes, l’institution policière se concentre alors, aux dépens de ses autres missions, sur le renseignement (Thomas, 2008, p. 270) et la répression des activités identifiées comme terroristes. Les enseignements que les policiers reçoivent à l’école de police d’Ifrane en 1954 montrent clairement que la lutte contre le terrorisme est la préoccupation majeure de l’administration. Pour leur examen final, les candidats au concours de commissaire doivent ainsi imaginer la mise en place d’« une brigade anti-terroriste, dont le travail consistera principalement à lutter contre les auteurs d’attentats et de sabotages23 ». Le préfet Maurice Papon, auparavant secrétaire général de la Préfecture de Police de Paris, joue un rôle non négligeable dans cette mutation en tant que secrétaire général du protectorat entre 1954 et 1955 (House, MacMaster, 2021, p. 96)24.

  • 25 Lettre du résident général A. Guillaume au ministre des Affaires étrangères R. Schuman, 22 avril 19 (...)
  • 26 Rapport de J. Vallois, commissaire de police de la ville de Paris pour la direction des services de (...)
  • 27 « Note au sujet du maintien de l’ordre à Casablanca. Réunion du 7 novembre 1951 », MAE Nantes, 1MA2 (...)

22Pour réformer une institution policière que les autorités coloniales estiment défaillante dans sa mission de maintien de l’ordre, la police métropolitaine sert de modèle. Le résident général A. Guillaume crée en 1952 des Groupements spéciaux de police (GSP)25 calqués sur les CRS en France (créées en 1944). Ils doivent se déployer rapidement dans les villes en cas d’émeutes. Des agents de tous grades sont envoyés en France pour se former. En sens inverse, de haut-gradés métropolitains sont détachés au Maroc pour proposer des réformes. Celles-ci vont toutes dans le sens d’une centralisation accrue et d’une spécialisation sur le renseignement. Dans son rapport, Jean Vallois, commissaire de la Préfecture de police de Paris, met en cause la désorganisation de la Police chérifienne et la multiplicité des institutions, françaises ou marocaines, chargées du maintien de l’ordre26. Il préconise de dessaisir la gendarmerie et l’armée de tout ce qui concerne les enquêtes sur le terrorisme, et recommande la création d’une sorte de préfecture de police à Casablanca, où se concentrent les difficultés27. La chaîne de commandement doit être clarifiée, pour que l’ensemble des renseignements puissent remonter aisément à la résidence générale.

  • 28 Direction de la Sécurité, Note de renseignements, 24 octobre 1955, MAE Nantes, 1MA1-283.
  • 29 Télégramme du résident général G. Grandval au ministère des Affaires étrangères, 16 juillet 1955, M (...)
  • 30  Directive du résident Boyer de Latour, 16 septembre 1955, MAE Nantes, 1MA200-672. La possibilité d (...)

23L’une des conséquences de cette mise sous tension générale de l’institution est l’emploi croissant de la violence, dans ce qui ressemble à un cercle vicieux. Dans le courant de l’année 1955 apparaît un terrorisme colonialiste (dit « contre-terrorisme ») qui, en visant certaines figures nationalistes ou certains « libéraux » français, ajoute de la violence à la violence. La porosité entre certains agents de la Police chérifienne et les milieux ultracolonialistes (comme le groupe Présence française), voire «  contre-terroristes  », est avérée et connue de l’administration28. Le 14 juillet 1955, une bombe posée par un groupuscule nationaliste marocain fait plusieurs morts à Casablanca ; durant les funérailles des victimes françaises, le tout nouveau résident général G. Grandval est violemment pris à partie par des colons. Les policiers sont débordés, quand ils ne prennent pas part aux protestations29. En septembre 1955, alors que les attaques mortelles contre les forces de l’ordre se multiplient, le résident général P. Boyer de Latour autorise à tirer sans sommation sur les «  terroristes  » : «  Tout individu pris sur le fait d’un acte de terrorisme ou porteur d’une arme sans autorisation sera abattu s’il fait le moindre geste de résistance ou de fuite30.  » Mois après mois, la tension croît au Maroc et mobilise une grande partie de l’administration française.

24La police coloniale française au Maroc au début des années 1950 est donc une institution paradoxale. Bien qu’elle soit franco-marocaine, puisque chérifienne et parce qu’elle intègre de nombreux agents marocains, peut-être plus que toute autre administration française au Maroc, elle n’est aucunement pensée comme un instrument de transmission institutionnelle, avec pour horizon une indépendance et la constitution d’une police pleinement marocaine. Elle est tout entière consacrée à la domination coloniale, aux intérêts français et à la répression des contestations de l’ordre colonial. La montée en puissance du nationalisme marocain, puis l’emploi de la violence par certains militants font ressortir les faiblesses de l’institution et la fragilité du colonial policing – bien loin de la rationalité et de l’ordre qui, au début du protectorat, servaient de justification à la colonisation. En 1955, alors que l’indépendance paraît encore inconcevable à l’administration coloniale, la Police chérifienne est au cœur de la crise marocaine, mais elle semble avoir atteint ses limites et révèle, dans la répression, celles du protectorat.

Entre transfert des forces de l’ordre coloniales et marocanisation de la police (1955-1960)

25Pourtant, lorsque le gouvernement français change subitement de position à partir de l’été 1955 et que l’indépendance du Maroc se profile, c’est bien cette institution qui est chargée, avec d’autres, d’organiser une continuité politique avec les nouvelles autorités, c’est-à-dire la monarchie restaurée dans ses droits. Elle est transmise presque telle qu’elle au nouvel État indépendant. Ce passage de relai se joue à plusieurs niveaux : institutionnel, mais aussi humain, puisque les effectifs ne sont pas remplacés du jour au lendemain. Il y a bien marocanisation de la police, mais celle-ci est progressive, et conserve dans son ensemble ses structures coloniales. Comment une institution si impliquée dans la répression coloniale et le refus de l’indépendance peut-elle continuer à exister lorsque cette même indépendance survient ? Ce transfert n’a rien d’évident, ni pour l’institution policière, ni pour le nouveau pouvoir marocain lui-même (Anderson, Killingray, 1991b, p. 1, p. 10). Si la volonté du palais a facilité ce transfert, elle n’est pas allée sans contestations. Mais la reprise en main de cette institution tournée vers le renseignement et la lutte contre les partis politiques permet justement d’écarter ces critiques, venues de la gauche marocaine.

Le choix de la continuité

26Cette continuité institutionnelle paradoxale s’explique par les conditions de l’accès à l’indépendance et les choix du palais après le retour d’exil de Mohammed V. À l’automne 1955, le gouvernement français à Paris, en opposition avec la résidence générale à Rabat, change subitement de position, décide d’ouvrir la voie aux négociations d’indépendance et rappelle le sultan d’exil. Ce retournement français tient à la pérennisation de la guerre en Algérie, mais surtout à une dégradation de la situation au Maroc même, que la Police chérifienne n’est pas parvenue à contenir : intensification de la résistance et donc du terrorisme, désormais accompagné d’un terrorisme colonialiste, et à partir d’octobre 1955 d’une guérilla dans le Nord avec l’apparition de l’Armée de libération. La menace croissante contre l’importante colonie française au Maroc et les intérêts français dans ce pays contraint le gouvernement français à des concessions. De son côté, le sultan rappelé d’exil se rapproche également des Français, car le contexte l’oblige à un repositionnement politique. Alors qu’il s’était allié aux nationalistes dans la lutte pour l’indépendance, Mohammed V fait le chemin inverse dès la fin de l’année 1955. Les menaces contre le Palais ne viennent plus des Français, mais bien des partis nationalistes, et en particulier le parti de l’Istiqlal qui revendique le gouvernement effectif du pays et souhaite une rupture franche avec la France (Monjib, 1992, p. 71).

  • 31 Directive du directeur des services de la Sécurité publique, P.-L. Petitjean, 16 janvier 1956, MAE (...)
  • 32 Directives du directeur des services de la Sécurité publique, P.-L. Petitjean, novembre et décembre (...)
  • 33 Direction des services de Sécurité publique, Note pour le résident général, A.-L. Dubois, 16 décemb (...)

27Cette convergence d’intérêts ne règle pas immédiatement la question de la sécurité au Maroc. La police coloniale menace de s’effondrer, en raison du découragement de nombreux policiers déjà nostalgiques du «  Maroc français  », de la méfiance croissante des populations et de la concurrence des milices para-policières des partis31. Les directives de la Résidence générale changent, et il n’est plus question de faire usage des armes dès le moindre sentiment de menace32. Mais, dans bien des médinas, la situation reste tendue. Alors que les attentats se poursuivent jusqu’au printemps 1956, les rivalités entre groupes issus de la résistance et partis nationalistes entraînent aussi des règlements de compte sanglants. Les partis, dépassés par les mobilisations résistantes entre 1953 et 1955, reprennent progressivement la main sur ces dernières. Lors des grandes fêtes qui accompagnent le retour d’exil de Mohammed V, ce sont leurs services d’ordre qui assurent la sécurité. Dans certaines villes, comme à Rabat, la Sécurité publique doit même passer des accords secrets avec la direction des partis pour garantir l’ordre33.

28Le retrait à contre-cœur de la France provoque au Maroc un bras de fer entre le palais et le parti de l’Istiqlal pour le contrôle de l’État et donc le monopole de la violence légitime. Le palais fait le choix de la continuité et d’une nouvelle alliance avec la France, et en échange cette dernière facilite une transmission de l’armature étatique et de l’administration au profit du palais. Les directions de la Résidence générale sont transformées en ministères, dans lesquels les fonctionnaires français restent nombreux les années suivantes. De la même façon, les Forces armées royales sont créées en mai 1956 à partir des forces marocaines de l’armée française (puis de l’armée espagnole), et une coopération militaire s’installe. Les FAR cherchent ensuite à absorber les différents groupes paramilitaires présents sur le territoire et qui forment l’Armée de libération marocaine.

Une institution policière au service du Palais

  • 34 Note du directeur des services de la Sécurité publique, P.-L. Petitjean pour le résident général, A (...)
  • 35 Direction des services de Sécurité publique, « Note relative à l’ordre public au Maroc », 7 janvier (...)

29Cette continuité concerne aussi les forces de police. Le passage de témoin se fait officiellement le 19 décembre 1955, juste après la nomination du premier gouvernement indépendant et des premiers gouverneurs de région, lorsque Mohammed V accorde une audience à 75 agents marocains de la Police chérifienne qui l’assurent de leur entière loyauté34. Au cours des négociations qui débouchent sur l’indépendance (2 mars 1956), Marocains et Français préparent le «  dessaisissement  » des services de sécurité, que les Français souhaitent le plus progressif possible, même si la situation permet aux Marocains de faire valoir leurs revendications35.

  • 36 Dahir du 5 chaoual 1375 (16 mai 1956) relatif à la direction générale de la sûreté nationale, BO n° (...)

30En mars 1956, le Palais crée l’administration qui, jusqu’à nos jours, est au cœur du maintien de l’ordre au Maroc : la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN, al-mudīriyya al-‘āmma li-l-āmn al-waanī)36. De 1956 à 1960, le directeur de la DGSN est Mohammed Laghzaoui. Ce riche homme d’affaires, militant nationaliste de longue date, est certes membre de l’Istiqlal, mais il est d’abord et avant tout un fidèle du Palais. La DGSN est une nouvelle institution mais l’organisation de la police nationale marocaine reste celle définie par le dahir de 1946, rectifiée en 1955 dans le sens d’une plus forte centralisation et d’une amélioration de son service de renseignements. Bien que le Palais soit obligé de concéder en mai 1956 le ministère de l’Intérieur à l’Istiqlal (en l’occurrence à Driss M’hammedi), il ne perd pas pour autant le contrôle de la police. En effet, autre continuité avec la période coloniale, la DGSN est directement rattachée au palais et au cabinet royal (sauf pour les questions administratives et financières, qui relèvent du ministère de l’Intérieur). Cette répartition ne fait que reproduire l’autonomie dont la direction de la Sécurité publique bénéficiait durant le protectorat vis-à-vis de la puissante direction de l’Intérieur, et son rattachement à la Résidence générale.

  • 37 Organigramme de la DGSN, 1956-1957, Archives du Maroc (AM), Fonds de l’Assemblée nationale consulta (...)
  • 38 De nombreux incidents impliquant des assès rapportés en MAE Nantes, 1MA200-674 ; Direction générale (...)

31L’organigramme de la DGSN en 1957, disponible aux Archives du Maroc, est calqué sur celui de la police chérifienne, donc sur le modèle français, tant pour l’administration centrale que les administrations régionales37. C’est en particulier le cas pour la partition des missions entre la police urbaine (délits, ordre public), la police judiciaire et les renseignements. Jean Vallois, de la Préfecture de police de Paris, est de nouveau envoyé au Maroc pour superviser la réorganisation, notamment à l’échelle des villes. La continuité avec la période coloniale est d’autant plus forte que les seules institutions de maintien de l’ordre qui disparaissent sont précisément celles qui dataient d’avant la colonisation, et que le Protectorat avait choisi de maintenir. Les assès, de plus en plus pris à parti par la population38, finissent par disparaître au profit de polices municipales qui intègrent souvent des membres de la Résistance, ainsi ralliés au régime. Quant aux mokhazni, qui formaient avec les assès la « police auxiliaire », ils sont regroupés dans une autre institution, les Forces auxiliaires (al-quwwāt al-musā‘ada), qui ont pour mission d’assister aussi bien les policiers que les militaires. Les Forces auxiliaires dépendent cette fois du ministère de l’Intérieur (tout comme les mokhazni dépendaient à partir de 1955 de la direction de l’Intérieur) et ne font pas partie de la DGSN.

La progressive marocanisation des effectifs de police

  • 39 Lettre du gouverneur général d’Algérie au haut-commissaire de France au Maroc, 12 mai 1956, MAE La (...)
  • 40 Direction des services de Sécurité publique, « Note relative à l’ordre public au Maroc », 7 janvier (...)
  • 41 Convention franco-marocaine de coopération administrative et technique, janvier 1957 MAE La Courneu (...)
  • 42 Note de renseignements française, « Situation des effectifs de la Sûreté nationale marocaine », 18 (...)

32La continuité est également humaine. Avec l’accès à l’indépendance, se pose la question du devenir des quelque 6 000 agents français de la police chérifienne dont la grande majorité n’a jamais exercé hors du Maroc. Une première option est le transfert vers l’Algérie voisine, de la même façon que certains policiers d’Indochine avaient été mutés au Maroc après 195439. Une seconde option est la mutation en métropole, notamment pour les « policiers de tout grade que l’attitude et les sentiments passés désignent comme ne pouvant servir loyalement sous les ordres des autorités marocaines dans l’esprit nouveau40 ». Enfin, la dernière option est celle du maintien au Maroc, via la coopération. Il n’y a pas de départ massif et brutal des fonctionnaires français en 1956. Ceux qui le souhaitent, par le biais de la convention de coopération administrative et technique signée en janvier 1957, sont placés au service du Maroc41. C’est le cas de Joseph Zenner, qui a retracé sa carrière dans ses mémoires. Arrivé au Maroc pour son service militaire, il choisit d’y rester et d’intégrer la police chérifienne en 1935. Rapidement nommé inspecteur, il sert à Meknès, Agadir, Fès et Casablanca, où il participe à la répression des émeutes en 1952 (Zenner, 1998, p. 39). Après l’indépendance, il choisit de rester et est promu chef de poste à Beni Mellal, puis commissaire en 1957. Cette année-là, les agents français représentent encore un tiers des 9 430 policiers du Maroc42, avec deux missions principales : protéger les quartiers européens, comme auparavant, et désormais former leurs collègues marocains.

  • 43 « Bilan des victimes européennes », 9 novembre 1956, MAE Nantes, 558PO/1-52 ; voir aussi 558PO/1-58 (...)

33Si l’une des justifications officielles du protectorat était la réforme de l’État marocain et le transfert de compétences administratives, il faut donc attendre sa fin pour que ce projet soit véritablement mis en œuvre. Cela est facilité par le fait qu’un tiers des effectifs de la Police chérifienne étaient déjà marocains avant l’indépendance. Ces agents sont progressivement promus, et souvent envoyés en France pour se former, notamment les commissaires à l’école de police de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or (la première promotion porte le nom du roi). Mais, dans les premières années de l’indépendance, les plus hauts grades demeurent occupés par des Français. De plus, les autorités marocaines éprouvent des difficultés à recruter de nouveaux agents, notamment en raison d’un manque de qualifications. La coexistence dans l’indépendance d’agents marocains et d’agents français ne va pas sans frictions. Les violences de Meknès en octobre 1955 en donnent une illustration, lorsque le détournement par la France de l’avion transportant les leaders du FLN, hôtes de Mohammed V, provoque d’importantes manifestations antifrançaises dans la ville qui entraînent la mort d’une cinquantaine d’Européens (Largeaud, 2016). Parmi les victimes figurent plusieurs policiers, tués notamment par des assès, voire des collègues marocains43.

  • 44 Arrêté du Directeur général de la Sécurité nationale, 2 juin 1960, MAE Nantes, 558PO/4-150.

34Les années suivantes, l’État marocain remet progressivement les policiers français à la disposition de la France, mais le plus lentement possible pour ne pas affaiblir l’institution. Le véritable tournant a lieu en 1960, lorsque le gouvernement d’Abdallah Ibrahim remet en cause, avec l’accord du Palais, les liens privilégiés établis en 1956 avec la France, en raison de plusieurs contentieux de premier plan, comme le statut de la Mauritanie, la guerre d’Algérie et les essais nucléaires au Sahara. Les tensions diplomatiques se cristallisent autour de la présence de l’armée française sur le sol marocain, mais les agents français de la police marocaine en font aussi les frais. La totalité des 400 agents français encore en poste est licenciée sans préavis en juin44, ce qui entraîne des complications juridiques qui occupent l’ambassade de France pendant plus de dix ans. Le commissaire Joseph Zenner fait partie des licenciés et poursuit sa carrière en France. Il raconte dans ses mémoires sa tristesse d’avoir été renvoyé sèchement après 25 ans de service continu dans le pays (Zenner, 1998, p. 62). Si la marocanisation du personnel est quasi achevée en 1960 (certains experts, notamment dans la police judiciaire, sont encore français), la structure de l’institution n’est en revanche pas modifiée.

Le bras armé du tournant autoritaire

35Le renvoi des derniers policiers français coïncide avec un éloignement politique et diplomatique vis-à-vis de la France, mais aussi avec un tournant autoritaire. La monarchie est déjà parvenue en 1956 à obtenir le contrôle des principales institutions régaliennes, au terme d’un bras de fer avec l’Istiqlal qui a justement permis de définir les nouvelles institutions. La police doit servir à protéger la monarchie des menaces intérieures, et devient à ce titre l’un de ses bras armés, en particulier contre les opposants les plus critiques, c’est-à-dire la gauche nationaliste. Cet usage politique de la police est progressif, mais dès le départ le transfert du cadre policier colonial avait pour but de contrer les nationalistes et d’asseoir la domination du palais sur le Maroc indépendant.

  • 45 Muḥammad ‘Abd al-Razāq, Commission des affaires politiques, « Taqrīr ‘an mašrūʿ mīzāniyya wizāra al (...)
  • 46 Muḥammad ‘Abd al-Razāq, Commission des affaires politiques, « Taqrīr ḥawl mašrūʿ mīzāniyya wizāra a (...)

36Ce risque policier a été dénoncé par une partie de la gauche marocaine, en particulier dans l’entourage de Mehdi Ben Barka. Des rapports rédigés dans le cadre de l’Assemblée nationale consultative (ANC), dont il est le président depuis sa création fin 1956, en attestent. Les membres de cette assemblée héritière d’une institution protectorale (le Conseil du gouvernement) sont nommés par le Palais. Son rôle est en théorie limité à des questions budgétaires, mais, en l’absence d’autre arène démocratique comme des élections ou une assemblée constituante, une partie de la gauche nationaliste a cherché à transformer cette assemblée consultative en espace de contestation. Le fonds de l’ANC conservé aux Archives du Maroc contient ainsi trois rapports confidentiels remis au président de l’assemblée M. Ben Barka en 1957, 1958 et 1959 sur le budget du ministère de l’Intérieur et de la DGSN, mais qui contiennent des critiques explicites sur la gestion de la police. Ils sont rédigés par Mohammed Abderrazak, membre de l’ANC et figure importante du syndicat Union marocaine du Travail. Le rapport budgétaire pour l’année 1958 s’oppose ainsi à la demande de la DGSN de passer de 11 663 policiers à plus de 14 00045. En effet, cela impliquerait d’augmenter sensiblement son budget, de 9,7 milliards de francs en 1957 à près de 11 milliards. La faible augmentation des effectifs de police mentionnée dans le rapport de l’année suivante (250 agents) illustre la capacité de blocage de l’ANC46.

37Deux années de suite, le rapporteur met en garde contre le risque de basculer dans un régime policier, comme au temps du protectorat :

« Il est primordial que le gouvernement évite tout ce qui pourrait conduire les citoyens à considérer la police [šura] de notre époque de la même façon qu’ils la considéraient au temps du protectorat. […] Si la politique coloniale a utilisé la police comme un instrument de répression, de terreur et de persécution, […] si l’ancien régime était marqué par son caractère policier et par un trop grand nombre de policiers [riġāl al-būlīs], nous devons faire en sorte que la police soit un instrument de paix, de sécurité et de stabilité, pour qu’elle puisse trouver dans les milieux populaires soutien et approbation. »

38Plus loin, le risque d’un régime policier apparaît déjà comme une réalité :

  • 47 Rapport pour l’année 1958.

« [La police] continue de surveiller les activités des organisations nationalistes, tout comme à l’époque du protectorat. […] La présence en grand nombre de la police [al-būlīs] lors des réunions syndicales et nationalistes et des fêtes populaires ne peut qu’engendrer un sentiment d’aversion et d’hostilité envers la police [šura] dans l’esprit de la population, qui aspire à vivre à l’ombre d’un système libre et démocratique, pour lui faire oublier tout ce qu’elle a pu connaître lors des années d’occupation47. »

39Toujours selon ces rapports successifs de l’ANC, les forces de l’ordre seraient mal réparties sur le territoire, trop présentes dans les grandes villes les plus politisées. Par ailleurs, les Forces auxiliaires (18 000 hommes en 1958) feraient double usage, et ne devraient pas être présentes dans les villes où la police est bien implantée. Ces rapports préconisent une baisse importante des effectifs des forces de l’ordre civiles, qui représentent alors près de 30 000 hommes, soit autant que l’ensemble de l’armée marocaine. L’autonomie de la DGSN est la cible de la dernière critique majeure contenue dans ces rapports. L’institution devrait dépendre du ministère de l’Intérieur, ce qui permettrait au gouvernement d’avoir la main sur elle. La police et son usage sont donc accusés d’être des freins majeurs à la démocratisation du pays.

40L’évolution politique après 1958 donne raison à ces critiques et confirme que la gauche nationaliste est l’une des principales cibles de la police. En 1958, le Palais parvient à mettre au pas le parti de l’Istiqlal. Confronté à l’exercice du pouvoir, le parti a fini par se scinder (Monjib, 1992, p. 157). L’Union nationale des forces populaires (UNFP), parti de gauche issu de cette scission et dirigé par Mehdi Ben Barka et Abdallah Ibrahim (président du Conseil de décembre 1958 à mai 1960), devient alors le principal adversaire politique du Palais. En l’absence de constitution ou d’élections, pourtant promises par le roi, et sous l’égide du prince héritier Moulay Hassan dont le pouvoir va croissant, la monarchie mobilise à partir de 1959 l’appareil d’État, dont la DGSN est le pilier, pour neutraliser la gauche marocaine (partis, syndicats, organisations de jeunesse). En septembre 1959, au moment même où est fondé le parti UNFP, les bureaux du président de l’ANC, M. Ben Barka, sont perquisitionnés par la police, ce qui achève cette fragile institution. Dans le même temps, le principal journal d’opposition Al-Tarīr est interdit pour offense faite à M. Laghzaoui, donc à la DGSN et à la monarchie. Les personnalités politiques les plus critiques sont arrêtées.

  • 48 SDECE, Rapport secret « Maroc, le complot contre la monarchie », avril 1960, MAE La Courneuve, 24QO (...)

41Début 1960, le prince héritier coordonne une vaste opération policière et judiciaire contre la gauche48, qui permet de mettre au jour un complot contre la monarchie, sans grande consistance, mais qui impliquerait opportunément les personnalités les plus encombrantes. Visé, M. Ben Barka préfère alors s’exiler. La chute logique du gouvernement Ibrahim en mai suivant permet à Mohammed V de prendre la tête du gouvernement, secondé de son fils, et d’avoir toutes les institutions entre les mains. Puis, juste après le limogeage des policiers français, M. Laghzaoui est remplacé à la tête de la DGSN par celui qui est alors le plus fidèle des fidèles de la monarchie, le colonel Mohamed Oufkir (Smith, 1999, p. 209). Passé par l’armée française, ce haut responsable des Forces armées royales, aux méthodes notoirement violentes, trace aussi une forme de continuité avec la période coloniale. Il contribue à la militarisation de l’institution, en confiant notamment les plus hauts postes à d’autres militaires. Sous sa direction, la DGSN, en plus de ses missions quotidiennes, se transforme plus clairement en police politique, avec dans son viseur la gauche marocaine.

Conclusion

42Au début des années 1960, en dépit de tentatives pour restaurer son image, la réputation de la police dans l’opinion publique marocaine est déplorable (Smolin, 2013b). L’usage du mot šura (issu de l’arabe standard) pour désigner l’institution au lieu du mot būlīs, souvenir colonial, est promu par le régime, sans parvenir à occulter les héritages coloniaux, que la gauche marocaine continue de dénoncer. Que reste-t-il alors vraiment de colonial dans la police marocaine en 1960 ? À cette date, la DGSN est entièrement marocanisée, dans le sens où tous ses dirigeants et agents sont marocains. Mais ils font partie d’une institution dont l’organisation et les grands principes sont hérités du protectorat. Cette continuité ne peut être expliquée par la nature du régime colonial, qui aurait facilité le transfert institutionnel. Ce sont les conditions de l’accès à l’indépendance, et le désir commun du palais et des Français de lutter contre les partis nationalistes, qui permettent de comprendre l’absence de discontinuité pour une institution jusqu’alors farouchement opposée à la décolonisation. La Sûreté nationale, mais aussi la Gendarmerie royale et les Forces armées royales, sont les héritières du complexe de maintien de l’ordre colonial, qui ne prend pas brutalement fin en 1956. D’où une autre subsistance majeure, le caractère politique de la police, en plus de ses missions quotidiennes de maintien de l’ordre. La France a confié au nouveau régime indépendant une administration centralisée, réformée avant 1956 pour la recherche de renseignements et la lutte contre les militants des partis contestataires. Qu’il y ait continuité ne signifie pas absence de changements. Ceux-ci sont progressifs, et permettent le passage de la défense des intérêts français à ceux du régime monarchique.

Haut de page

Bibliographie

Anderson David, Killingray David (dir.), 1991a, Policing the empire. Government, authority and control (1830-1940), Manchester, Manchester University Press.

Anderson David, Killingray David (dir.), 1991b, Policing and Decolonisation. Nationalism, Politics and the Police (1917-1965), Manchester, Manchester University Press.

Bayart Jean-François, Bertrand Romain, 2006, « De quel « legs colonial » parle-t-on? », Esprit, 2006-12, p. 134-160.

Bessac-Vaure Stève, 2018, « Maintenir l’ordre dans le Nord du Maroc à l’époque des protectorats français et espagnol (1912-1936) », thèse, Université Clermont-Auvergne.

Bessac-Vaure Stève, 2020, « Groupes armés et monopolisation de la violence dans l’empire chérifien (années 1900-1920) », 20 & 21. Revue d’histoire, n° 145, p. 49-61.

Blanchard Emmanuel, Delermuoz Quentin, Glasman Joël, 2011, « La professionnalisation policière en situation coloniale : détour conceptuel et explorations historiographiques », Crime, Histoire & Sociétés, vol. 15, n° 2, p. 33-53.

Blanchard Emmanuel, Glasman Joël, 2012, « Introduction générale. Le maintien de l’ordre dans l’empire français : une historiographie émergente », in Bat Jean-Pierre, Courtin Nicolas (dir.), Maintenir l’ordre colonial : Afrique et Madagascar (XIXe-XXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 11-41.

Blanchard Emmanuel, Bloembergen Marieke, Lauro Amandine (dir.), 2017, Policing in Colonial Empires. Cases, Connections, Boundaries (ca. 1850-1970), Bruxelles, New York, P.I.E. Peter Lang.

Denis Vincent, Denys Catherine, 2012, « Introduction. Voyage à travers les expériences policières coloniales », in Denis Vincent, Denys Catherine (dir.), Polices d’Empires (XVIIIe-XIXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 7-15.

Évrard Camille, 2015, « De l’armée coloniale à l’armée nationale en Mauritanie. Une histoire militaire sahélo-saharienne, de la conquête à la guerre du Sahara (1934-1978) », thèse, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Hamdouchi Miloudi, La sûreté nationale marocaine, 2002, Rabat, Remald (Revue marocaine d’administration locale et de développement), n° 34.

Ḥāzīn Muṣafā, 2020, Al-šura al-maġribiyya, taawwulāt al-‘aqīda wa-l-ādā’ al-waīfī wa-rihān al-akāma al-āmniyya [La police marocaine : les mutations de sa doctrine et de son fonctionnement, ou le défi de la gouvernance sécuritaire], Rabat, Imprimerie des Forces de sécurité.

House Jim, 2012, « L'impossible contrôle d'une ville coloniale ? Casablanca, décembre 1952 », Genèses, n° 86, p. 78-103.

House Jim, MacMaster Neil, 2021, Paris 1961. Les Algériens, la terreur d’État et la mémoire, Paris, Gallimard.

Ikeda Ryo, 2015, The imperialism of French decolonization. French policy and the Anglo-American response in Tunisia and Morocco, Londres, Palgrave Macmillan.

Julien Charles-André, 1978, Le Maroc face aux impérialismes (1415-1956), Paris, Éditions J.A.

Largeaud Jean-Marc, 2016, « Violences urbaines, Maroc 1956 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, vol. 123, n° 2, p. 107-129.

Lawrence Adria, 2010, « Triggering nationalist violence. Competition and conflict in uprisings against colonial rule », International Security, vol. 35, n° 2, p. 88-122.

Lazraq Selma, 2003, La France et le retour de Mohammed V, Paris, L’Harmattan.

Mercier Louis, 1906, « L’administration marocaine à Rabat », Archives marocaines, vol. 7, p. 350-401.

Milliot Vincent (dir.), Blanchard Emmanuel, Denis Vincent, Houte Arnaud-Dominique, 2020, Histoire des polices en France, des guerres de religion à nos jours, Paris, Belin.

Monjib Maâti, 1992, La monarchie marocaine et la lutte pour le pouvoir. Hassan II face à l’opposition nationale, de l’indépendance à l’état d’exception, Paris, L’Harmattan.

Perrier Antoine, 2019, « La liberté des protégés. Souverains, ministres et serviteurs des monarchies marocaine et tunisienne sous protectorat français (1881-1956) », thèse, Paris, Sciences Po.

Rivet Daniel, 1996, Lyautey et l’institution du Protectorat français au Maroc, 1912-1925, Paris, L’Harmattan, 3 t.

Sinclair Georgina, 2006, At the end of the line. Colonial policing and the imperial endgame (1945-1980), Manchester, Manchester University Press.

Smith Stephen, 1999, Oufkir, un destin marocain, Paris, Calmann-Lévy.

Smolin Jonathan, 2013a, Moroccan Noir. Police, crime and politics in popular culture, Bloomington, Indiana University Press.

Smolin Jonathan, 2013b, « Didactic entertainment: The Moroccan “Police Journal” and the origins of the Arabic police procedural », International Journal of Middle East Studies, vol. 45, n° 4, p. 695-714.

Thénault Sylvie, 2013, « L’État colonial. Une question de domination », in Singaravélou Pierre, Les empires coloniaux (XIXe-XXe siècle), Paris, Points, p. 215-256.

Thomas Martin, 2008, Empires of intelligence. Security services and colonial disorder after 1914, Berkeley, University of California Press.

Thomas Martin, 2012, Violence and colonial order. Police, workers and protest in the European colonial empires (1918-1940), Cambridge, Cambridge University Press.

Tiquet Romain, 2012, « D’un État à l’autre, la stratégie du Guépard policier. Transfert total ou legs partiel des pouvoirs de police en Haute-Volta (1949-1960) », in Bat Jean-Pierre, Courtin Nicolas (dir.), Maintenir l’ordre colonial. Afrique et Madagascar, XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 125-145.

Waterbury John, 1970, The commander of the faithful. The Moroccan political elite, a study in segmented politics, New York, Columbia University Press.

Zenner Joseph, 1998, Les modestes mémoires de Joseph Zenner, commissaire principal honoraire de la Police nationale, alias Seppi. 61 années de travail, s.l., imprimerie Éblé.

Haut de page

Notes

1 « Que savez-vous de la police ? », Al-Taḥrīr, 28 mars 1961, traduit par les services français, disponible au Centre des Archives diplomatiques de Nantes (MAE Nantes), 558PO/1-52.

2 Cette étude prolonge certaines réflexions de mon travail de thèse, « Lier et délier le trône. Mohammed V, dernier sultan et premier roi du Maroc (1909-1961) », sous la direction de Julie d’Andurain et Pierre Vermeren, Paris 1, soutenue le 17 novembre 2023.

3 Article 2 du Traité de Fès, 30 mars 1912, dans Bulletin officiel du Protectorat, BO, n° 1, 1er novembre 1912.

4 Arrêté viziriel du 8 septembre 1913, BO n° 47, 19 septembre 1913.

5 Direction également en charge des services pénitentiaires. Dahir du 10 mars 1930, BO n° 908, 21 mars 1930.

6 « Commission d’étude de l’organisation des services extérieurs de Police, séance du 15 juin 1923 », MAE Nantes, 1MA200-674.

7 Arrêté viziriel du 2 février 1919, BO n° 330, 17 février 1919 ; Dahir du 1er mars 1924, BO n° 596, 25 mars 1924. « Note au sujet de l’organisation des Services extérieurs de Police », 22 septembre 1924, MAE Nantes, 1MA200-674.

8 Dahir du 31 décembre 1930 et Arrêté viziriel du 31 décembre 1930, BO n° 956, 20 février 1931 ; Dahir du 30 juin 1937, BO n° 1288bis, 3 juillet 1937.

9 Arrêtés résidentiels du 10 août 1946, BO n° 1764, 16 août 1946.

10 Rapport « La Direction des services de Sécurité publique du Maroc », janvier 1956, Centre des Archives diplomatiques de La Courneuve (MAE La Courneuve), 24QO-1021.

11 Ibid.

12 Lettre du résident général G. Puaux au ministre des Affaires étrangères G. Bidault, 30 octobre 1944, MAE La Courneuve, 24QO-509.

13 Voir notamment MAE La Courneuve, 24QO-511.

14 Rapport « La Direction des services de Sécurité publique du Maroc », janvier 1956, op. cit.

15 En 1913, un simple agent de police 1ère classe marocain est rémunéré 1 500 francs par mois, contre 2 800 pour un Français de même grade.

16 « Organisation des Sûretés régionales », 6 janvier 1955, MAE Nantes, 1MA200-674bis.

17 Le nombre d’assès augmente fortement au début des années 1950, passant par exemple de 150 à 590 à Casablanca en 1952. Direction de l’Intérieur, « Effectifs des assès municipaux », 1952, MAE Nantes, 1MA200-674.

18 Lettre du résident général A. Guillaume au ministre des Affaires étrangères G. Bidault, 23 février 1954, MAE La Courneuve, 24QO-510.

19 La répartition entre police et gendarmerie est semblable à celle qui prévaut en France, mais recoupe aussi largement la différenciation coloniale entre villes « arabes » et pays « berbère ». De nombreux centres urbains relèvent de la gendarmerie. La gendarmerie au Maroc est organisée en légions qui dépendent de la Gendarmerie nationale française. Elles sont simplement stationnées au Maroc. Pour cette raison, les gendarmes sont uniquement français, mais certains gendarmes auxiliaires peuvent être des sujets musulmans d’Algérie.

20 Directive du résident général Guillaume au directeur de l’Intérieur, 9 mars 1953, MAE Nantes, 1MA200-672bis.

21 Ministère des Affaires marocaines et tunisiennes, « Note pour le conseil des ministres », 12 mars 1955, MAE La Courneuve, 24QO-285.

22 MAE Nantes, 1MA200-672.

23 « École de police. Programme de préparation au concours de commissaire, année 1954-1955 », MAE Nantes, 1MA200-674bis.

24 « Renforcement des moyens affectés au maintien de l’ordre », réunion du 16 août 1954, MAE Nantes, 1MA1-283.

25 Lettre du résident général A. Guillaume au ministre des Affaires étrangères R. Schuman, 22 avril 1952, MAE La Courneuve, 24QO-285. Il y a 6 GSP en 1955.

26 Rapport de J. Vallois, commissaire de police de la ville de Paris pour la direction des services de la Sécurité publique du Maroc, 22 décembre 1954, MAE La Courneuve, 24QO-510.

27 « Note au sujet du maintien de l’ordre à Casablanca. Réunion du 7 novembre 1951 », MAE Nantes, 1MA200-672bis ; Délégation aux Affaires urbaines, « Maintien de l’ordre à Casablanca », 3 avril 1955, MAE La Courneuve, 24QO-511.

28 Direction de la Sécurité, Note de renseignements, 24 octobre 1955, MAE Nantes, 1MA1-283.

29 Télégramme du résident général G. Grandval au ministère des Affaires étrangères, 16 juillet 1955, MAE La Courneuve, 24QO-511.

30  Directive du résident Boyer de Latour, 16 septembre 1955, MAE Nantes, 1MA200-672. La possibilité de ne pas faire de sommation contredit une directive résidentielle édictée après les émeutes de Casablanca en 1952, et qui s’appuyait sur la loi française du 6 mars 1914. « Procès-verbal d’une réunion tenue à la Direction de l’Intérieur le 14 mai 1952 », MAE Nantes, 1MA200-672bis.

31 Directive du directeur des services de la Sécurité publique, P.-L. Petitjean, 16 janvier 1956, MAE Nantes, 1MA/1-283.

32 Directives du directeur des services de la Sécurité publique, P.-L. Petitjean, novembre et décembre 1955, MAE Nantes, 1MA/1-283.

33 Direction des services de Sécurité publique, Note pour le résident général, A.-L. Dubois, 16 décembre 1955, MAE Nantes, 1MA/1-282.

34 Note du directeur des services de la Sécurité publique, P.-L. Petitjean pour le résident général, A.-L. Dubois, 19 décembre 1955, MAE Nantes, 1MA/1-283.

35 Direction des services de Sécurité publique, « Note relative à l’ordre public au Maroc », 7 janvier 1956 ; Note « au sujet des problèmes de police dans les conventions franco-marocaines », février 1956, MAE La Courneuve, 24QO-1021 ; Lettre du gouvernement marocain au gouvernement français relative aux polices judiciaire et administrative durant la période transitoire, mars 1956, et « Note relative au transfert des services relevant de la direction de la Sécurité publique au gouvernement marocain », 21 mars 1956, MAE Nantes, 558PO/1-65.

36 Dahir du 5 chaoual 1375 (16 mai 1956) relatif à la direction générale de la sûreté nationale, BO n° 2274, 25 mai 1956.

37 Organigramme de la DGSN, 1956-1957, Archives du Maroc (AM), Fonds de l’Assemblée nationale consultative, 15Z-14.

38 De nombreux incidents impliquant des assès rapportés en MAE Nantes, 1MA200-674 ; Direction générale de l’Intérieur, « Note au sujet du corps des assès de Casablanca », 16 février 1956, ibid.

39 Lettre du gouverneur général d’Algérie au haut-commissaire de France au Maroc, 12 mai 1956, MAE La Courneuve, 24QO-511.

40 Direction des services de Sécurité publique, « Note relative à l’ordre public au Maroc », 7 janvier 1956, MAE La Courneuve, 24QO-1021 

41 Convention franco-marocaine de coopération administrative et technique, janvier 1957 MAE La Courneuve, 257QO-16. Des exemples de contrats de policiers en MAE Nantes, 558PO/4-150.

42 Note de renseignements française, « Situation des effectifs de la Sûreté nationale marocaine », 18 mai 1957, MAE Nantes, 558PO/1-55.

43 « Bilan des victimes européennes », 9 novembre 1956, MAE Nantes, 558PO/1-52 ; voir aussi 558PO/1-58.

44 Arrêté du Directeur général de la Sécurité nationale, 2 juin 1960, MAE Nantes, 558PO/4-150.

45 Muḥammad ‘Abd al-Razāq, Commission des affaires politiques, « Taqrīr ‘an mašrūʿ mīzāniyya wizāra al-dāḫiliyya wa-l-aman al-waṭanī li-sana 1958 [Rapport sur le projet de budget du ministère de l’Intérieur et de la Sûreté nationale pour l’année 1958] », AM, 15Z-14.

46 Muḥammad ‘Abd al-Razāq, Commission des affaires politiques, « Taqrīr ḥawl mašrūʿ mīzāniyya wizāra al-dāḫiliyya li-sana 1959 [Rapport sur le projet de budget du ministère de l’Intérieur pour l’année 1959] », AM, 15Z-14.

47 Rapport pour l’année 1958.

48 SDECE, Rapport secret « Maroc, le complot contre la monarchie », avril 1960, MAE La Courneuve, 24QO-886. L’affaire du « complot » de 1960 ne doit pas être confondue avec le « complot de juillet » 1963 qui reprend exactement les mêmes méthodes contre la gauche marocaine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : La police coloniale française au Maroc en 1955
Crédits Source principale : Rapport «  La Direction des services de Sécurité publique du Maroc  », janvier 1956, MAE La Courneuve, 24QO-1021.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Badier, « De la police coloniale française à la police nationale marocaine : décolonisation et héritages policiers (1953-1960) »L’Année du Maghreb [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 19 décembre 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/12466 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.12466

Haut de page

Auteur

Benjamin Badier

Docteur en histoire, ATER, Université Jean Moulin Lyon 3.

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search