Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Dossier : L'ordre et la forceL’officier de police, le checkpoi...

Dossier : L'ordre et la force

L’officier de police, le checkpoint et l’interrogatoire : les spatialités des performances sécuritaires dans le centre-ville du Caire

Police officer, checkpoint, and interrogation: spatialities of security performances in downtown, Cairo
ضابط الشرطة ونقطة التفتيش والاستجواب : فضاءات الأداء الأمني في وسط القاهرة
Laura Monfleur

Résumés

Le renforcement de l’appareil sécuritaire constitue un des éléments de la reprise en main autoritaire dans l’Égypte post-révolution 2011. Analysée de manière institutionnelle dans des travaux en sociologie et sciences politiques, nous supposons que cette reprise en main peut être également étudiée par le bas, à l’échelle de la rue. Cet article propose d’analyser les pratiques des forces de l’ordre selon leurs spatialités dans le centre-ville du Caire. S’appuyant sur une sociologie interactionniste et une géographie attentive à la dimension sensible des espaces, ces spatialités sont reliées à la notion de performances sécuritaires. A travers cette notion, il s’agit de rendre compte de la manière dont les pratiques et dispositifs policiers s’approprient les espaces urbains, constitués alors comme des enjeux de la sécurisation et, en retour, construisent les espaces de la rue et de la place comme des espaces où un ordre spatial sécuritaire s’impose. Nous déplaçons également les analyses des pratiques policières souvent faites en contexte de contestations pour s’intéresser à la manière dont les performances sécuritaires se manifestent au quotidien. Elles contribuent certes à une anticipation des pratiques contestataires mais également à des contraintes pour les pratiques et perceptions quotidiennes des usagers et usagères des espaces urbains. Ces contraintes varient selon les espaces, les temporalités, le rôle des policiers et l’identité affichée ou assignée des citadins et des citadines.

Sont ainsi analysées tour à tour trois dimensions spatiales de la police : la localisation des forces de l’ordre, les infrastructures matérielles qui occupent l’espace et permettent un filtrage des mobilités, les représentations spatiales des policiers. Les performances corporelles des policiers passent par leur uniforme, leur geste et leur posture qui les rendent visibles et contribuent à produire des comportements de méfiance et de soupçon de la part des usagers et usagères. Cependant ces performances corporelles varient selon le type des acteurs de la police, témoignant du fait que les acteurs de la sécurité rattachés au ministère de l’Intérieur ne sont pas un bloc monolithique. Les checkpoints produisent un paysage sécuritaire dont les perceptions varient entre tranquillité et familiarité d’un côté et insécurisation et incertitude de l’autre. Le premier type correspond principalement aux checkpoints devant les lieux de culte : les interactions quotidiennes sont plus importantes avec ces policiers, l’emprise spatiale de la présence policière est peu contraignante et n’est expérimentée que lorsqu’on se rend dans les lieux de culte, la raison de leur présence liée au risque terroriste paraît plus légitime. Le deuxième type correspond aux checkpoints autour des institutions politiques et lors des moments d’intensification sécuritaire pour empêcher les manifestations : la distance quotidienne est plus grande avec les policiers qui y sont présents, leur emprise spatiale contraint plus les mobilités et impose parfois des détours, leur rôle est jugé moins légitime et insécurisant. Ainsi, les contraintes liées aux performances sécuritaires varient selon leur rôle, les lieux et les temporalités. Enfin, des performances discursives se manifestent lors des interrogatoires menés par les policiers. Leur fréquence et issue dépendent de certaines caractéristiques des citadins et citadines.

A une échelle plus large, cet article montre comment le contexte spatial et politique du centre-ville explique les performances sécuritaires : présence d’institutions à protéger, lieux historiques des contestations, projet d’attractivité touristique. En retour, les performances sécuritaires construisent le centre-ville du Caire comme étant une zone sensible où la présence des policiers, des checkpoints et la réalisation d’interrogatoires sont autant de rappels à l’ordre social, manière de dire à chacun sa place et de qui dispose du pouvoir coercitif mais également à un ordre spatial, manière de signifier à qui appartient le centre-ville.

Cette recherche s’appuie sur différentes enquêtes de terrain menées au Caire en 2015 puis entre 2019 et 2021. Des observations des espaces urbains de Wast al-Balad ont permis de faire des relevés systématiques et de produire une cartographie des infrastructures de sécurité et des forces de l’ordre. Une soixantaine d’entretiens ont été conduits auprès de résidents et résidentes et d’usagers et usagères du centre-ville. Ces entretiens portant tout d’abord sur des pratiques quotidiennes – se déplacer, consommer, travailler, se détendre, rencontrer du monde – ont également été l’occasion de travailler sur la manière dont la police est perçue et de collecter des micro-récits sur des situations types avec les officiers de police.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Discussions informelles en arabe, 2020.

12020, dans un bar du centre-ville du Caire. Un de mes amis salue une personne qui vient de s’attabler avec nous et lui demande s’il a finalement trouvé un appartement. La réponse est négative. Mon ami lui demande s’il cherche à Wast al-Balad. Son interlocuteur répond rapidement mais fermement qu’il n’en est pas question à cause de « toute cette police à Wast al-Balad »1. Cette interaction notée ultérieurement dans mon carnet de terrain se déroule alors que je mène une enquête en géographie dans le centre-ville du Caire où la présence de la police est considérée comme tellement prégnante qu’elle contraint, comme le montre cet échange, les choix résidentiels. Wast al-Balad est synonyme de présence policière continue.

  • 2 Si certains chercheurs et chercheuses ont pu mettre en cause le terme de révolution pour 2011 (Lave (...)
  • 3 Ces demandes de réformes ont été notamment faites par l’Initiative nationale pour la refondation de (...)

2Nous supposons que la présence de la police dans les rues témoigne du renforcement d’un régime autoritaire après la révolution égyptienne de 2011 (Boutaleb, 2017 ; Allal et Vannetzel, 2017 ; Guirguis, 2016). Ce renforcement passe notamment par « une inflation de l’appareil sécuritaire représenté par le ministère de l’Intérieur » (Abdelrahman, 2016, p. 2) : hausse du budget pour les départements de la police, augmentation du nombre d’inscrits à l’Académie de police et législation vague et ambigüe qui facilitent l’intervention des forces de l’ordre en cas de « désordre ». Cette évolution contraste fortement avec la situation révolutionnaire2 en 2011, caractérisée notamment par des actions anti-police (Ismail, 2012), un affaiblissement de la légitimité de l’institution policière (Aclimandos, 2013) et des revendications pour réformer les institutions sécuritaires vers une police plus démocratique, par et pour les citoyens et citoyennes3 (Sayigh, 2015). Dans cet article, nous adoptons une approche par le bas à l’échelle des rues et places urbaines de la police et de ses pratiques qui nous semble compléter cette approche par le haut des institutions de la sécurité intérieure.

3Nous analysons ces pratiques avec la notion de performances sécuritaires. La notion de performance a pu être utilisée dans la sociologie interactionniste où il s’agit d’étudier les situations « dans lesquelles une multiplicité d’acteurs s’engagent dans des séquences d’interaction » (Fillieule, 2010, p. 97). On en retiendra une approche relationnelle, attentive aux interactions plus qu’aux doctrines d’emploi du maintien de l’ordre, discours institutionnalisé et stratégies policières. Cela nous permet ainsi de sortir d’une vision monolithique des acteurs de la police et de leurs pratiques qui ne se caractérisent pas uniquement par de la répression. Cette dernière est par ailleurs une catégorie qui n’est pas univoque dans l’espace, le temps et selon les personnes cibles de ces pratiques (Combes et Fillieule, 2011). Dans le contexte égyptien, le terme de performance a pu être appliqué au répertoire d’action collective durant la révolution (Mehrez, 2012 ; Ketchley, 2017 ; Gregory, 2013). Nous déplaçons la focale vers les pratiques policières dans des espaces-temps quotidiens où celles-ci produisent un contrôle ordinaire des populations (Fassin, 2015), au-delà de la gestion des contestations.

  • 4 Pour un état de l’art plus étayé voir Choplin et Redon, 2014 ; Bony, Froment-Meurice et Lecoquierre (...)

4En géographie, la notion de performance est également usitée pour rendre compte de la dimension sensible de l’expérience des espaces (Richaud, 2016). Cette dernière est ici découpée de manière typologique en trois types de performances : les performances corporelles, paysagères et discursives. Elle s’appuie sur des travaux qui ont montré l’intérêt d’une approche spatiale des forces de l’ordre selon trois éléments : la localisation, la matérialité des infrastructures sécuritaires et les pratiques des forces de l’ordre en interaction avec celles des citadins et citadines4. Ainsi les pratiques policières contribuent à « une mise en ordre aussi bien matériel que symbolique » des espaces (Bony, Froment-Meurice et Lecoquierre, 2021). Nous avons choisi ainsi un cadre spatio-temporel bien précis pour analyser ces pratiques quotidiennes à une échelle fine : celui du centre-ville depuis 2016.

5De ce fait, nous cherchons à montrer que pratiques policières et dimensions spatiales et performatives s’éclairent mutuellement pour expliquer un contexte urbain et sécuritaire. En quoi le contrôle des espaces urbains est un enjeu des pratiques policières qui en retour instaurent un ordre spatial, contraignant les pratiques quotidiennes ? À une échelle plus large, comment le contexte spatio-temporel du centre-ville explique les pratiques policières tout comme ces dernières contribuent à produire la spécificité sécuritaire du centre-ville ? Les rues et les places, pourtant des espaces juridiquement publics, sont ainsi produites en temps qu’espaces de contraintes dont la nature et l’intensité varient selon la localisation, les formes et les rôles des acteurs de la police.

  • 5 Les limitations de l’enquête de terrain résultent d’un enchevêtrement entre prise en compte de risq (...)

6Cette recherche s’appuie sur différentes enquêtes de terrain menées au Caire en 2015 puis entre 2019 et 2021. L’observation des espaces urbains de Wast al-Balad a permis de faire des relevés systématiques des infrastructures de sécurité et des forces de l’ordre (voir fig. 1). Une soixantaine d’entretiens a été conduite auprès de résidents et résidentes et d’usagers et usagères : la plupart ont entre 25 et 50 ans, venant de classes moyennes ou de classes supérieures ayant fait des études à l’université.. La majorité sont musulman·e·s ou athé·e·s mais certains et certaines sont coptes. Si notre échantillon est limité, nous avons néanmoins cherché à diversifier leur profil sociologique : en particulier, nous avons interrogé des professions plus populaires telles que des travailleurs dans les cafés et quelques commerçants. Autant d’acteurs et actrices « ordinaires » (Bayat, 2009) qui n’ont pas été interrogé·e·s pour une quelconque appartenance à un groupe politique institutionnalisé ou à un mouvement collectif mais pour leur fréquentation quotidienne du centre-ville. Nous ne cherchons pas une représentativité statistique et sociologique des usagers et usagères mais plutôt à analyser des micro-récits dont les extraits cités dans cet article sont représentatifs de certaines situations-types analysées spatialement5.

Fig. 1 : Infrastructures matérielles et localisation des forces de l’ordre dans le centre-ville du Caire (2021)

Fig. 1 : Infrastructures matérielles et localisation des forces de l’ordre dans le centre-ville du Caire (2021)

Localisation des forces de l’ordre et performances corporelles : l’officier de police

Le cadre spatio-temporel : spécificité et représentativité du centre-ville du Caire

7Le cadre spatio-temporel est celui du centre-ville, Wast el-Balad. Il ne correspond pas à une division administrative, un qism, à proprement parler puisque ce terrain d’étude comprend une partie de Qasr al-Nil, d’Abdeen et de Sayyeda Zeinab. Il correspond principalement au Caire khédival mais nous ajoutons également Garden City et les rues entre Mounira et le Caire khédivial. Il est représenté sur la carte (cf. fig. 1).

  • 6 L’une des premières questions dans les entretiens portées sur la définition et les limites du centr (...)
  • 7 Ce ministère a été déplacé à Abbasseyya, un quartier plus périphérique, en 2019.

8Le choix du cadre spatial résulte de nos entretiens : nous avons choisi les quartiers les plus souvent cités par les personnes interrogées6. De plus, cet espace est pertinent pour l’analyse des pratiques policières en raison de la densité des lieux de représentation du pouvoir politique : y sont présents de nombreux ministères, le Cabinet des ministres, le Parlement, les ambassades américaine et britannique. Cette densité de bâtiments politiques, enjeux stratégiques d’une sécurisation policière, singularise ce cadre spatial tout en lui conférant une dimension représentative de la sécurisation d’autres bâtiments gouvernementaux ou militaires ailleurs au Caire. Ce qui le rend également caractéristique ce sont les divers processus urbains que l’on observe. Un processus de déconcentration des institutions politiques est à l’œuvre en périphérie du Caire et à terme dans la nouvelle capitale administrative. Annoncée par Abdel Fatah el-Sissi lors de la conférence des investisseurs à Charm el-Sheikh en 2015, cette dernière comportera un district gouvernemental qui regroupera tous les ministères, le Cabinet des ministres ainsi que le Parlement (Sims, 2015 ; Stadnicki et Benchetrit, 2017 ; Bennafla et Bayoumi, 2023 ; Monfleur, 2022). De plus, on observe une politique d’attractivité touristique dans le centre-ville : réaménagement de la place Tahrir avec un obélisque au milieu, rénovation du Musée national des antiquités égyptiennes, volonté de transformer en hôtel le Mogamma qui était l’ancien bâtiment du ministère de l’Immigration et des passeports7, transformation des berges du Nil en une promenade avec des boutiques, aseptisation des espaces urbains par la fermeture des cafés populaires (Abaza, 2016 ; Abdelazim, 2021). Ces processus urbains permettent d’expliquer la spécificité de l’évolution des dispositifs sécuritaires dans le centre-ville en particulier depuis mai 2016 lorsque le ministère de l’Intérieur, l’un des principaux bâtiments sécurisés, a été déplacé au Nouveau Caire. On peut noter également d’autres types de lieux sécurisés tels que les églises, une synagogue, les commissariats de police et la direction de la sécurité du Caire qui se trouve derrière le Mogamma. En Égypte, chaque district dispose d’une station de police (qism al-šurṭa) et chaque gouvernorat a une direction de la sécurité (mudīriyat al-amn). En plus de possibles pratiques contestataires contre les lieux des institutions sécuritaires, la sécurisation renforcée s’explique par la potentialité d’attaques terroristes. L’état d’urgence avait été ainsi renforcé dans tout le pays après des attentats contre des églises coptes à Tanta et Alexandrie en 2017.

  • 8 Les Ultras de al-Ahly se sont dissous en mai 2018, trois ans après leur interdiction selon une déci (...)
  • 9 L’armée n’a été déployée dans les rues pour maintenir l’ordre durant des protestations que deux foi (...)
  • 10 Ces manifestations font suite à un appel lancé par un entrepreneur égyptien, exilé en Espagne, déno (...)

9Le centre-ville est également un centre de la contestation du pouvoir politique. Sur le temps long, on peut noter des lieux de socialisation politique et d’opposition comme la place Talaat harb avec le Café Riche, le Syndicat des journalistes ou encore la place Tahrir (Said, 2015). Plus récemment, les temporalités quotidiennes sont ponctuées d’événements contestataires et leurs anniversaires où l’intensité sécuritaire s’accentue. La présence de la police a donc également pour rôle l’anticipation prohibitive des manifestations qui fait suite notamment à une période de perte de monopole de la sécurité par les forces de l’ordre rattachées au ministère de l’Intérieur pendant les premiers temps de la situation révolutionnaire en 2011. Les forces de l’ordre se sont retirées des rues du centre-ville le 28 janvier 2011 pour assurer la protection des lieux attaqués tandis que les policiers du trafic et les gardiens de prison sont également relevés de leur fonction (Ketchley, 2017 ; Ismail, 2012). On observe alors, d’une part, une pluralisation des acteurs qui assurent le maintien de l’ordre, notamment un « non-police policing » (Devroe et Terpstra, 2015), soit une fonction sécuritaire assurée par des acteurs non-professionnels du maintien de l’ordre. Ainsi, le maintien de l’ordre s’organise également par le bas : les comités de sécurité lors des sit-in sur la place Tahrir (Pagès-El Karoui, 2014 ; Abaza, 2013), les brigades anti-agressions sexuelles pendant les manifestations et occupations de place (Boutros, 2017 ; Amar, 2011 ; Piquemal, 2015), les comités populaires (al-liǧan al-šabiyya) dans les quartiers résidentiels (Hassan, 2015 ; Lachenal, 2012), les Ultras qui assurent une protection contre les forces de l’ordre de par leur expérience d’affrontement avec ces dernières (Woltering, 2013 ; Gibril, 2015)8. D’autres part, on note une intervention inaccoutumée de l’armée9. Depuis 2011, les périodes autour du 25 janvier qui marque l’anniversaire de la révolution sont donc des moments où la présence des policiers dans les rues est renforcée. 2011 n’est pas la seule période contestataire que l’on peut observer récemment dans le centre-ville : septembre 2019, notamment, est marqué par des rassemblements sur la place Tahrir contre Abdel Fattah al-Sissi, élu président depuis 201410 et un an après, en septembre 2020, on observe également un renforcement de la présence policière.

  • 11 Loi 107/2013 sur le Droit aux rassemblements publics, processions et manifestations pacifiques.
  • 12 Observations personnelles entre 2019 et 2021.

10Le contrôle des usages en particulier politiques est donc un enjeu stratégique de la présence policière dans le centre-ville. Sur ce point, la présence policière à l’échelle locale s’inscrit plus largement dans un processus de renforcement de l’autoritarisme que l’on observe en Égypte depuis le coup d’État des militaires en juillet 2013. La reprise en main autoritaire passe par des législations répressives notamment la loi anti-manifestation de 201311. Cette loi interdit les manifestations près des mosquées et la nuit. Elle oblige à demander une autorisation présentant les intentions des organisateurs et organisatrices, les revendications, le parcours du cortège et le nombre de personnes anticipées. La répression est également forte avec des arrestations arbitraires, raids policiers et fermeture de lieux militants, artistiques ou récréatifs (Abaza, 2017). On estime ainsi qu’il y a environ 60 000 prisonniers politiques actuellement en Égypte (Fédération internationale des droits de l’Homme, Cairo Institute for Human Rights Studies, Human Rights League et Armaments Observatory, 2018). Les visites policières dans les appartements augmentent en particulier autour du 25 janvier de chaque année. Les fermetures des cafés populaires les soirs de match de football entre al-Ahly et Zamalek se sont systématisées depuis les manifestations de septembre 2019 qui se sont déroulées après un match de football12. Malgré, la fermeture de certains lieux de sociabilité, le centre-ville reste un espace central dans les pratiques quotidiennes : on s’y rend pour aller au café, au bar, faire du shopping, faire des démarches administratives, etc…

11Nous considérons donc que le centre-ville est à la fois un cas représentatif d’une sécurisation qui peut exister autour d’autres bâtiments politiques et religieux plus en périphérie du Caire ou sur d’autres places en raison d’un contexte politique et sécuritaire plus large – renforcement de l’autoritarisme, terrorisme entre autres. Cependant, la densité sécuritaire et les temporalités sécuritaires s’expliquent par la spécificité de cet espace en tant que centre du pouvoir politique et de sa contestation caractérisé par des processus de déconcentration des institutions politiques et d’une politique néolibérale de « touristification ». Au-delà des raisons de la présence policière, nous cherchons par la suite à montrer les manières dont cette présence constitue une appropriation des espaces urbains, produisant un contrôle sécuritaire.

Les officiers de police : localisation et grammaire corporelle

12Si en 2014 et 2015, lors de mes premières enquêtes de terrain, un tank trônait encore sur la place Tahrir, en 2019, il n’y a que la présence de forces de l’ordre rattachées au ministère de l’Intérieur dans le centre-ville. Ces acteurs ne constituent néanmoins pas un bloc monolithique. Il faut ainsi distinguer l’officier de la sécurité publique et les Forces de sécurité centrale (quwat al-amn al-markazy, FSC) qui ne produisent pas les mêmes performances corporelles selon les « qualités expressives de [leurs] corps » (Thrift et Dewsbury, 2000, p. 420).

13Ces dernières, créées en 1968 à la suite de manifestations étudiantes, sont chargées de la gestion des rassemblements manifestants et des opérations anti-émeutes (Abaza, 2017). Elles stationnent sur la place Tahrir ou la Sécurité du Caire. Les FSC jouent donc deux rôles dans le centre-ville : la protection de sites stratégiques et l’anticipation des rassemblements sur la place Tahrir. Les corps des FSC se distinguent par un uniforme noir et un équipement lourd : casques, boucliers, armes à feu. Les FSC sont des jeunes hommes, se tenant souvent debout et droit. Ces corps, postures et équipements témoignent d’une mise à distance avec la population : il s’agit de protéger des lieux de possibles usages protestataires avec un usage potentiel de la violence. Cette mise à distance peut se manifester par un sentiment de haine à leur égard (Ketchley, 2017, p. 51-52) mais dans les entretiens menés, les FSC ont peu été évoquées. On peut l’expliquer par le fait que les questions dans l’entretien portaient en majorité sur des pratiques quotidiennes et répétées – se déplacer, consommer, fréquenter des connaissances, etc… – et qu’en dehors des moments de protestation ou d’appels à manifester, il y a peu d’interactions quotidiennes avec les FSC.

  • 13 Entretien mené en arabe avec un habitant du centre-ville, travaillant dans un incubateur de start-u (...)

14À l’inverse, les officiers de police de la sécurité publique sont souvent mentionnés dans les entretiens, sans doute parce que leur localisation est plus diverse et prégnante : sur les places du centre-ville comme les places Tahrir ou Talaat Harb, devant les commissariats de police (Qasr al-Nil à Garden City, Tahrir dans le quartier Marouf) ou devant les lieux religieux (les églises coptes et la synagogue) et autour du Parlement (voir fig. 1). Sur les places Tahrir et Talaat Harb et autour du Parlement, chaises et tables sont installées pour les officiers comme les lieutenants. Les conscrits sont assis dans des voitures ou debout. Les policiers peuvent être en uniforme, lequel dépend de leur grade. Leur visibilité est très forte et est souvent notée par les personnes interrogées. S., un habitant du centre-ville, signale ainsi qu’il connaît parfaitement les uniformes des policiers, étant capable de distinguer un officier d’un conscrit, parce qu’il les croise « tous les jours »13.

  • 14 Entretien mené en anglais avec une personne travaillant dans le centre-ville, urbaniste, le Caire, (...)
  • 15 Entretien mené en arabe avec un chorégraphe habitant dans le centre-ville, le Caire, 2020.
  • 16 Les services de la Sécurité nationale ont remplacé les services de la Sécurité d’État (amn al-dawla(...)

15Les personnes interrogées ajoutent aussi la description de policiers en civil. Si ces derniers sont censés opérer un contrôle discret et invisible des espaces urbains, les descriptions de ces acteurs sont pourtant précises : « Ils ont un look. Tu sais à quoi il ressemble ? Ils sont hyper-rasés, une moustache mais des cheveux vraiment pas longs, des chaussures noires, principalement pointues. […] C’est vraiment facile à repérer »14. Certaines de ces caractéristiques sont récurrentes dans les entretiens : une moustache, une grosse montre et des lunettes de soleil noires. Pour Y., un chorégraphe habitant dans le centre-ville qui fait « attention au corps », ils ont également une posture qui les différencie : ils se tiennent droit, à des coins de rue et marchent « comme si la rue leur appartenait »15. La description des officiers de police pourrait correspondre à un cliché et il pourrait bien s’agir d’autres acteurs de la sécurité habillés en civil comme les services de renseignement de la Sécurité nationale16 (al-amn al-waṭany) mais il s’agit moins ici de contrôler la véracité de ses propos que de montrer que la norme sécuritaire passe par des performances corporelles et gestuelles qui contribuent à occuper l’espace d’une certaine manière et dont les représentations sont partagées par certains usagers et certaines usagères de la ville. Ces corps, postures et gestes visibles sont accompagnés d’une certaine performativité : la présence d’une personne qui semble être un policier conduit souvent les personnes à baisser la voix, marcher plus vite. L’impression d’être surveillé.e est souvent bien réelle. Il faut aussi noter que ces corps sont ceux d’hommes et que la dimension genrée de ces performances est fortement perçue par les femmes interrogées. Ces performances masculines peuvent aller de regards insistants à celui de harcèlement en passant par des sifflements de la part de policiers. De ce fait, la présence sécuritaire renforce la prédominance masculine dans les espaces urbains du centre-ville.

Infrastructures matérielles et performances paysagères : le checkpoint

Les checkpoints : des dispositifs matériels et humains sécuritaires dans le centre-ville

  • 17 Une porte a été maintenue rue Falaky mais celle-ci est toujours ouverte, même lorsqu’il y a une int (...)

16Dans le centre-ville, la présence des forces de sécurité s’accompagne d’infrastructures matérielles telles que les murs constitués de blocs de béton et construits par l’armée à partir de novembre 2011 après les affrontements de la rue Mohamed Mahmoud (cf. fig. 1). Ces murs barrent des rues entières et servent principalement à former une ligne de front entre des espaces protestataires et des espaces sécurisés et fortifiés autour du ministère de l’Intérieur. Ils participent à la militarisation des espaces urbains (Abaza, 2014, 2016). Certains ont été transformés en portes restant ouvertes au quotidien mais se fermant les 25 janvier (Monfleur, 2017). Le déplacement du ministère de l’Intérieur en mai 2016 a contribué à une démilitarisation des espaces urbains puisque la plupart des murs et portes ont été retirés des rues17. Cela n’implique pas néanmoins une absence de sécurisation mais plutôt un changement dans ses formes dominantes : si des checkpoints sont présents avant 2016, ils deviennent les infrastructures sécuritaires dominantes dans le centre-ville (voir fig. 1). L’élément humain – la présence des policiers – s’accompagne d’éléments matériels tels que des barrières. Dans le centre-ville, on peut distinguer ces checkpoints selon leur fonction, leur emprise spatiale, le type de filtrage des mobilités et leur temporalité.

17Tout d’abord, des checkpoints permanents servent à la fortification et la protection de bâtiments politiques et des commissariats de police. Leur emprise spatiale va d’un empiètement sur le trottoir dans les rues où le trafic doit être maintenu à la fermeture complète d’une rue comme derrière le Mogamma avec le bureau de la sécurité ou des rues autour du Parlement comme les rues Maglis al-Sharb et Hussein Hegazy. Lorsque les rues sont fermées, le contrôle des flux varie entre l’impossibilité de passer en voiture ou à pied si l’on ne se rend pas dans le lieu avec une autorisation (la rue derrière le Mogamma), la possibilité de passer à pied mais pas en voiture (les rues autour du Parlement). Ces checkpoints sont permanents mais constitués d’une variété d’infrastructures matérielles telles que des murets en béton ou des barrières coulissantes fixes mais aussi des barrières utilisées habituellement pour le trafic ou encore des plots en plastique qui peuvent être déplacés. Les véhicules de police complètent ce paysage.

  • 18 Observations personnelles de la place Tahrir, 25 janvier 2021.

18Dans les périodes anniversaires des contestations, des checkpoints redoublent la présence sécuritaire des policiers assis et établis dans la rue afin de dissuader ou d’empêcher de potentielles contestations. C’est le cas les 25 janvier de chaque année ou en septembre 2020, un an après les manifestations de septembre 2019. On peut citer notamment la place Bab al-Louq, la Corniche, la rue Qasr al-Ayni comme lieux habituels de ces checkpoints. Il s’agit de pouvoir contrôler les entrées de la place Tahrir avec des barrières de trafic et des véhicules de police, en filtrant les mobilités automobiles et mobilités piétonnes. Des patrouilles mobiles parcourant le centre-ville complète ce dispositif lors de ces moments d’intensification sécuritaire. A titre d’exemple, dix ans après la révolution de 2011, le 25 janvier 202118, la place Tahrir est accessible mais le nombre de policiers a augmenté. Les bruits de talkie-walkie et de sirène des voitures de police constituent un paysage sonore (Schafer, 1993 ; Battesti, 2013) empreint de cette tension sécuritaire.

Des performances paysagères : entre paysage de la tranquillité et paysage de l’incertitude 

19Ce paysage qui instaure une norme de contrôle peut être néanmoins perçu comme étant banal et quotidien. Certaines personnes interrogées sont capables de citer les lieux habituels d’emplacement des checkpoints mobiles et temporaires. Certaines traversent quotidiennement ceux qui sont permanents et affirment s’y être habituées. C’est le cas de R. qui mentionne la rue Hussein Hegazy près du Parlement :

  • 19 Entretien mené en français avec une habitante franco-égyptienne du centre-ville, enseignante, le Ca (...)

Bizarrement, j’avoue que ça m’embêtait au début, maintenant je m’en fous. […] Je descends et je vois les flics en train de prendre leur petit déj’ et genre ils ont leur table, leur bouilloire, ils sont à la maison ils sont vraiment à la maison.19

  • 20 Entretien mené en français avec une habitante du centre-ville, journaliste, le Caire, 2020.
  • 21 Entretien mené en arabe avec une copte, usagère ponctuelle d’une église dans le centre-ville, le Ca (...)

20Les policiers mangent, boivent du thé, discutent, certains écoutent de la musique alors qu’ils sont postés à leur checkpoint. La plupart du temps, leur présence se caractérise par ces activités ordinaires ou l’inaction. Le cas de R. nous montre qu’un paysage de la tranquillité peut se construire dans le cas des checkpoints qui sécurisent les institutions politiques. Cependant, dans les entretiens, ce sont surtout les policiers devant les églises qui sont mentionnés dans ce cas. Le policier devant une église devient alors un « voisin » à qui l’on dit bonjour tous les matins en allant au travail20. Pour certains et certaines usagers et usagères de ces églises, les discussions peuvent être quotidiennes. Le rôle des policiers semble jouer ici : la protection des églises peut être perçue comme une nécessité face à des attentats terroristes21. De plus, les interactions quotidiennes semblent atténuer voire effacer l’impression menaçante des policiers. Il faudrait ainsi analyser de manière plus poussée les perceptions des coptes qui fréquentent régulièrement ces lieux. Si nous émettons des hypothèses pour expliquer la réception de la sécurisation par des coptes – interactions quotidiennes avec les policiers qui réduisent la distance, intériorisation du risque terroriste –, notre échantillon trop limité concernant les coptes ne nous permet pas de trancher entre toutes ces hypothèses. En effet, un autre copte nous signale que selon lui cette sécurité n’est que de façade et qu’elle est à la fois inefficace et non-nécessaire.

  • 22 Expressions mentionnées dans plusieurs entretiens entre 2015 et 2021 : parmi ces entretiens, on ret (...)

21Au contraire, la présence de checkpoints devant les bâtiments ministériels ou sur les places accentue plus généralement l’impression que les policiers occupent un espace qui est confisqué aux citadins et citadines. La rue leur appartient et l’usage par les policiers devient exclusif des usages des citadins et citadines : l’espace est « une prison » car on ne peut rien faire ; il est « pro-régime » ; il est « colonisé » ou « occupé » par les forces de l’ordre22. Ces termes utilisés dans les entretiens s’accompagnent parfois d’une comparaison avec la situation en Palestine ou encore avec la séparation de Berlin par le mur pendant la Guerre froide. Ils témoignent d’une posture critique vis-à-vis du gouvernement où les forces de l’ordre sont considérées comme des bras armés d’un régime autoritaire. Lorsque la sécurisation des espaces est à destination des bâtiments officiels ou contre les usages protestataires, les personnes interrogées font souvent la distinction entre une sécurité à destination du régime et leur protection personnelle (Marcuse, 2006 ; Gros, 2013) : ici les pratiques et infrastructures de sécurisation participent à un sentiment d’insécurité pour les usagers et usagères de la rue. La présence des policiers pour la protection des bâtiments ministériels et le contrôle de potentielles manifestations est considérée comme une privation de droits à la ville (Lefebvre, 1971) tels que le fait de se déplacer et de s’approprier librement les espaces urbains.

22Un deuxième ensemble d’hypothèses permettrait de distinguer paysage sécurisé des institutions politiques et celui des églises. Le rôle discrimine les perceptions : la protection des bâtiments ministériels ou la présence policière permanente sur les places Tahrir et Talaat Harb semble moins légitimes pour les citadins et citadines que celles des églises. De plus, il semblerait également que l’emprise spatiale soit un critère : la plupart du temps, les infrastructures pour les bâtiments politiques ont une emprise plus forte que celle pour les églises qui sont présentes dans des rues moins passantes. Les contraintes de mobilité – notamment les détours – sont plus importantes dans ce cas : éviter tout un bloc autour du Parlement contre le fait de marcher sur la rue le long du checkpoint devant une église. En somme, les checkpoints des institutions politiques sont rencontrés plus souvent dans les pratiques quotidiennes, même lorsqu’on ne se rend pas dans le bâtiment sécurisé, tandis que les checkpoints des églises paraissent seulement vécus et perçus lorsqu’ils sont traversés pour se rendre dans ce lieu de culte.

23De plus, le cas des checkpoints autour des institutions politiques ou des checkpoints temporaires mis en place lors des intensifications sécuritaires témoigne du fait que la sensation d’insécurité est renforcée par l’incertitude. La présence des acteurs de la sécurité et de ces dispositifs matériels fragmente le centre-ville entre des espaces aux régimes de contrôle et de mobilités variés. Le checkpoint fait obstacle mais surtout crée un pouvoir de contrôle sur les déplacements, pouvoir détenu de manière arbitraire et asymétrique par les forces de l’ordre (Ritaine, 2009). L’arbitraire du contrôle est mentionné dans les entretiens : il est possible de passer par une rue un jour mais le jour d’après, elle est bloquée ; les usagers et usagères ont du mal à prévoir le comportement des policiers.

24Ainsi, le paysage urbain composé des corps policiers et des infrastructures sécuritaires varie d’une performance familière et rassurante à celui d’une performance plus incertaine et insécurisante en fonction du rôle, de la temporalité ou encore de l’emprise spatiale de ces dispositifs sécuritaires, mais également des interactions avec les policiers.

Représentations spatiales et performances discursives : l’interrogatoire

Des performances de rappel à l’ordre sécuritaire et spatial : des interrogatoires témoignant de représentations spatiales

25En Égypte, les rencontres quotidiennes entre policiers et citadins et citadines ont peu été évoquées à l’exception du travail de Salwa Ismail sur les quartiers informels dans Political Life in Cairo’s New Quarters : Encountering the Everyday State (2006). Ces relations sont marquées par de l’arbitraire, de la violence et de l’humiliation avec des pratiques de la suspicion (ištibāḥ) et de l’investigation (taarry) impliquant le fait d’être stoppé·e et questionné·e dans la rue et parfois amené·e au poste de police pour mener plus de recherches sur la personne, voire d’être accusé·e d’un délit ou d’être arrêté·e (Ismail, 2006).

26Nous avons collecté dans les entretiens des micro-récits de ces rencontres quotidiennes qui se caractérisent bien par de la suspicion mais qui s’arrêtent souvent à un interrogatoire (taḥqīq) portant sur l’identité, le travail, la raison d’une présence dans la rue des citadins et citadines. Ces questionnements sont largement mentionnés par nos interlocuteurs et interlocutrices, ce qui témoigne d’interactions ritualisées. Les policiers demandent parfois à voir la carte d’identité et dans les moments les plus intenses en termes de sécurité, ils vérifient les téléphones portables en particulier les applications Whatsapp, Facebook et Twitter. Plusieurs logiques se recoupent : la vérification des applications s’explique par l’activité de renseignement et la volonté de découvrir des positions anti-régimes ou la participation éventuelle à des protestations ; la vérification d’identité permet de contrôler les allées et venues directement dans la ville et constitue un registre du contrôle par le statut résidentiel des usagers et usagères.

27En effet, la présence dans le centre-ville sans y habiter ou sans y travailler constitue des éléments de suspicion lors de ces contrôles. Plusieurs personnes, n’ayant pas une adresse dans le centre-ville sur leur carte d’identité mais y habitant, ont évoqué ce problème. C’est le cas pour l’ami d’une enquêtée qui habite à Alexandrie et s’est fait contrôler dans le centre-ville du Caire :

  • 23 Entretien mené en arabe avec une usagère du centre-ville, étudiante en urbanisme, le Caire, 2020.

Une fois, il était assis à un café de rue [ahwa], pas très loin. Et quelqu’un est passé « Carte d’identité ? ». Tu vois, de nulle part. Deux étaient d’Alexandrie et un du Caire. Il [le policier] lui a demandé « Tu viens d’Alexandrie, qu’est-ce que tu fais ici ? ». Tu as l’impression que ta présence est questionnée. […] Tu te demandes : « Pourquoi j’ai besoin de me justifier ? ». […] C’est leur capitale [au sens de la ville].23

  • 24 Entretien en anglais mené avec un usager du centre-ville, travailleur de la culture, le Caire, 2020 (...)

28Une autre interaction est représentative de cette idée que les policiers considèrent le centre-ville comme leur territoire. Un usager du centre-ville, habitant de Mounira et travailleur de la culture, raconte sa rencontre avec un policier sur la place Talaat Harb en septembre 2020, un an après les manifestations de septembre 2019. Après les questions habituelles et la vérification de Whatsapp ainsi que des photographies dans son téléphone portable, le policier ajoute : « Ne reviens plus dans le centre-ville »24.

29L’interrogatoire peut donc être interprété comme un rappel à l’ordre social, manière de rappeler à chacun sa place et de qui dispose du pouvoir coercitif (Fassin, 2015), mais il s’agit également d’un rappel à un ordre spatial, manière de signifier à qui appartient le centre-ville. Ces interactions construisent l’espace du centre-ville comme une zone sensible en termes de sécurité en particulier autour des anniversaires de la révolution de 2011 et des manifestations de 2019.

Registres de justification de la coercition et de la violence : des performances de la protection

30Néanmoins, certaines discussions entre les personnes interrogées et les policiers témoignent d’un registre de justification des pratiques policières par la protection des personnes. Parfois, c’est l’argument du risque terroriste qui vient justifier un travail policier :

  • 25 Entretien en français mené avec une habitante du centre-ville, enseignante, le Caire, 2020.

Un jour, j’étais en train d’avoir une conversation avec mon ex […] et ils sont venus pour me demander d’aller parler ailleurs. Et j’ai dit : « Cinq minutes », [un policier lui répond :] « Bah ouais mais tu peux pas rester ici parce que, si jamais il y a une bombe qui explose et que tu exploses avec, ça sera notre responsabilité ».25

  • 26 Observations rapportées par une amie doctorante habitant dans le centre-ville, en français, 2023.

31Cet exemple rejoint l’idée de la justification de la mise en place de dispositif policier dans les espaces publics par la guerre contre le terrorisme que l’on retrouve dans les discours institutionnalisés et médiatisés (Abdelrahman, 2017 ; Deroure, 2022). Nous ne cherchons pas ici à savoir si cette raison invoquée est de l’ordre de la manipulation ou de la réalité : des attaques terroristes ont pu avoir lieu dans le centre-ville et plus largement au Caire contre des lieux touristiques ou des églises. Cependant, si ces policiers présents dans cette rue invoquent le risque terroriste au quotidien comme raison de leur présence, leur rôle peut évoluer notamment au moment d’une intensification sécuritaire : certains policiers qui surveillent les bâtiments institutionnels peuvent aussi questionner voire arrêter des personnes26.

32On retrouve également dans ces discours la construction de menaces et d’ennemis (Guirguis, 2016) qui concoure à créer une « mentalité de l’urgence » (Abdelrahman, 2016, p. 3). Deux figures ennemies apparaissent : le terroriste et l’opposant politique. Dans les discours politiques et la législation, elles se confondent parfois. C’est le cas dans la loi 95 de 2015 pour la « confrontation au terrorisme » où la définition du terrorisme est très large et vague : « déranger l’ordre général » peut-être considéré comme du terrorisme. Puisqu’il s’agit d’anticiper un risque venant d’un ennemi de l’intérieur non-différencié du reste de la population, toutes les personnes peuvent être potentiellement sujettes à ces contrôles. Le simple fait d’être dans la rue lorsqu’il y a appel à manifestation devient suspect.

  • 27 Paroles du policier rapportées par un usager du centre-ville, travailleur de la culture, dans un en (...)

33La justification par la protection aux personnes s’accompagne parfois de normes paternalistes. Un habitant de Mounira, un quartier sud adjacent au centre-ville, est questionné après avoir pris une photographie d’un tag sur un mur près du Parlement. Il se fait d’abord accoster par un policier dans la rue qui appelle ensuite ses supérieurs. Les deux personnes lui posent différentes questions sur son identité, son travail, ses études, le contenu de la photographie. Rassurés par ses réponses, l’interrogatoire s’arrête là mais l’un lui dit : « On a peur. Pourquoi tu fais ça ? Je suis comme un père pour toi. [..] Fais attention, ne fais pas ça ces jours-ci. […] Ne va pas trop par ici »27. « Ces jours-ci » correspondent au mois de septembre 2019. Le policier cherche ainsi à justifier la tension sécuritaire et l’intensification de la surveillance qui a lieu à ce moment-là par le fait que c’est pour protéger la population d’un quelconque désordre lié aux contestations qu’il contrôle. Il utilise un registre de la connivence familière puisque les policiers ont également « peur » et d’une protection paternaliste puisqu’il est « un père » pour lui. Ce registre induit néanmoins un processus de responsabilisation des individus : si cet usager se fait contrôler, c’est qu’il a agi de manière inconsciente, sans prendre en compte les risques qu’il encourait face à des pratiques policières légitimées et normalisées dans un contexte contestataire. Il s’agit de montrer que l’interrogatoire devient le prix à payer pour maintenir l’ordre. Et cette responsabilité peut être intériorisée puisque cet usager signale qu’il a agi de manière « stupide » et qu’il aurait dû faire plus attention.

  • 28 Entretien en arabe avec un habitant du centre-ville, chômeur, 2015. Les Frères musulmans sont consi (...)
  • 29 Expérience rapportée par une de ses collègues en arabe, habitante du centre-ville travaillant dans (...)

34Certains officiers de police se présentent donc comme protecteurs et se constituent une image amicale notamment lorsque le contrôle dans la rue s’arrête à l’interrogatoire. Cependant, ce dernier peut mener à une arrestation. A ce sujet, certaines performances corporelles de la part des usagers et usagères semblent contribuer à l’augmentation de la fréquence des interrogatoires et de la potentialité d’une arrestation. Un habitant du centre-ville signale avoir coupé sa barbe parce que les policiers le prenaient pour un membre des Frères musulmans et le questionnaient régulièrement28. Une autre personne, islamiste, ne souhaite plus travailler dans le centre-ville puisque, à deux reprises, il s’est fait stopper et questionner dans la rue puis emmener dans un bâtiment abandonné pour y être interrogé29. Des corps et des individus sont donc construits comme étant plus ou moins désirables dans le centre-ville, témoignant d’une répression variable selon les performances corporelles associées à une identité présumée et assignée par les policiers.

35La sécurisation du centre-ville passe par trois éléments : les officiers de police, les checkpoints et les interrogatoires. Le centre-ville se constitue alors en une zone où les rappels sécuritaires peuvent se faire par la simple présence corporelle des policiers, la traversée d’un checkpoint et un contrôle dans la rue. Porter un regard sur ces spatialités permet de montrer comment un contrôle différencié se met en place selon les lieux, les temporalités, le type d’appropriation et les personnes concernées par ce contrôle. La perception des contraintes varie – on voit que la sécurisation autour des églises est peut-être celle qui crée le moins d’incertitude ou d’insécurité – et elle semble très forte notamment concernant les policiers qui sécurisent les bâtiments politiques et sécuritaires et contribuent à contrôler les usages contestataires. Par-delà ces deux rôles, les spatialités policières contraignent les pratiques quotidiennes : se déplacer, discuter, et même être tout simplement présent.e dans le centre-ville en particulier autour des anniversaires des contestations – les 25 janvier depuis 2011 et les mois de septembre depuis 2019. Ainsi, nous ouvrons la boîte noire d’un contexte contraint : ce qui fait contrainte, ce qui est contraint, où, par qui et pour qui.

36Nous sommes conscients que ce travail reste partiel quant à l’analyse d’un contexte spatial et sécuritaire et mériterait notamment deux prolongements. Si nous avons étudié les pratiques policières dans des espaces juridiquement publics, nous avons laissé de côté les lieux juridiquement privés : raids policiers dans les appartements, fermetures de lieux artistiques ou de militantisme, etc… En ce sens, nous supposons que ces pratiques sécuritaires questionnent également les possibilités de s’approprier des lieux de l’intimité ou de la sociabilité. Il faudrait également mener une étude des pratiques des usagers et usagères qui ne se situent pas uniquement sur le mode de l’inaction ou de la résignation. Un continuum de pratiques allant de l’adaptation à la transgression peut être observé : en prenant en compte l’importance et la nature des contraintes au préalable, nous chercherons à montrer dans d’autres travaux qu’il s’agit de ne pas ni romantiser ni minimiser les capacités d’action de ces usagers et usagères dans ce contexte.

Haut de page

Bibliographie

Abaza Mona, 2017, « Cairo: Restoration? And the Limits of Street Politics », Space and Culture, 20, 2, p. 170190.

Abaza Mona, 2014, « Post January Revolution Cairo: Urban Wars and the Reshaping of Public Space », Theory, Culture & Society, 31, 78, p. 163183.

Abaza Mona, 2016, « Violence, Dramaturgical Repertoires and Neoliberal Imaginaries in Cairo », Theory, Culture & Society, 33, 78, p. 111135.

Abaza Mona, 2013, « Walls, Segregating Downtown Cairo and the Mohammed Mahmud Street Graffiti », Theory, Culture & Society, 30, 1, p. 122139.

Abdelazim Mariam, 2021, From roundabout to roundabout: Tahrir Square (1869-2021), Doctorat en systèmes urbains, New Jersey, New Jersay Institute of Technology.

Abdelrahman Maha, 2017, « Policing neoliberalism in Egypt: the continuing rise of the ‘securocratic’ state », Third World Quarterly, 38, 1, p. 185202.

Aclimandos Tewfik, 2013, « Armée et police face à la révolution », Les Cahiers de l’Orient, 1, 109, p. 11‑33.

AFP, 2018, « Following rival, Egypt’s Zamalek White Knights ultras disband », Arab News, https://www.arabnews.com/node/1311046/sport .

Allal Amin et Vannetzel Marie, 2017, « Des lendemains qui déchantent  ? Pour une sociologie des moments de restauration », Politique africaine, 146, 2, p. 5‑28.

Amar Paul, 2011, « Turning the Gendered Politics of the Security State Inside Out?: Charging the Police with Sexual Harassment in Egypt », International Feminist Journal of Politics, 13, 3, p. 299328.

Battesti Vincent, 2013, « “L’ambiance est bonne” ou l’évanescent rapport aux paysages sonores au Caire. Invitation à une écoute participative et proposition d’une grille de lecture », in Marie-Barbara Le Gonidec et Joël Candau (dir.), Paysages sensoriels. Essai d’anthropologie de la construction et de la perception de l’environnement sonore, Paris, Editions du CTHS, p. 70‑95.

Bayat Asef, 2009, Life As Politics: How Ordinary People Change the Middle East, Stanford, Stanford University Press.

Bennafla Karine et Bayoumi Hala, 2023, « Démonstration de puissance ou aveu d’impuissance  ? La nouvelle capitale administrative de l’Égypte », Géoconfluences, https://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/de-villes-en-metropoles/articles-scientifiques/nca-nouvelle-capitale-egypte

Bennani-Chraïbi Mounia et Fillieule Olivier, 2012, « Pour une sociologie des situations révolutionnaires. Retour sur les révoltes arabes », Revue française de science politique, 62, 5‑6, p. 767‑796.

Bony Lucie, Froment-Meurice Muriel et Lecoquierre Marion, 2021, « Les dimensions spatiales du maintien de l’ordre. Introduction », Carnets de géographes, 15, https://journals.openedition.org/cdg/7553

Boutaleb Assia, 2017, « Quand l’élection (re)devient un plébiscite  : La restauration autoritaire à l’aune du leadership politique en Égypte », Politique africaine, 2, 146, p. 29‑48.

Boutros Magda, 2017, « Enjeux de la sécurité dans un espace révolutionnaire autonome  : les équipes d’intervention contre les agressions sexuelles place Tahrir », Mouvements, 92, 4, p. 116‑124.

Choplin Armelle et Redon Marie, 2014, « Espaces de l'ordre, l'ordre en place. Spatialités et pratiques des polices », Echogéo, 28, https://journals.openedition.org/echogeo/13874

Combes Hélène et Fillieule Olivier, 2011, « De la répression considérée dans ses rapports à l’activité protestataire : Modèles structuraux et interactions stratégiques », Revue française de science politique, 61, 6, p. 1047‑1072.

Deroure Sixtine, 2022, « Pleurer les «  martyrs du devoir  » dans l’Égypte postrévolutionnaire  : du deuil public au deuil collectif », Critique internationale, 96, 3, p. 105‑126.

Devroe Elke et Terpstra Jan, 2015, « Plural policing in Western Europe: a comparison », European Journal on Policing Studies, 2, 3, p. 235245.

EIPR, 2011, « National Initiative to Rebuild the Police Force... A Police for the People of Egypt », Egyptian Initiative for Personal Rights, https://eipr.org/en/press/2011/07/national-initiative-rebuild-police-force-police-people-egypt

Fassin Didier, 2015, La Force de l’ordre, Paris, Points.

Fédération Internationale des droits de l’Homme, Cairo Institute for Human Rights Studies, Human Rights League et Armaments Observatory, 2018, Egypt : a repression made in France, Égypte/France.

Fillieule Olivier, 2010, « Tombeau pour Charles Tilly. Répertoires, performances et stratégies d’action », in Éric Agrikoliansky, Isabelle Sommier et Olivier Fillieule (dir.), Penser les mouvements sociaux : conflits sociaux et contestation dans les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte, p. 77‑99.

Gibril Suzan, 2015, « Contentious politics and bottom-up mobilisation in revolutionary Egypt: the case of Egyptian football supporters in Cairo », in Fawaz A. Gerges (dir.), Contentious Politics in the Middle East, New York, Palgrave Macmillan, p. 305330.

Gregory Derek, 2013, « Tahrir: Politics, Publics and Performance of Space », Middle East Critique, 22, 3, p. 235246.

Gros Frédéric, 2013, Le principe sécurité, Paris, Editions Gallimard.

Guirguis Laure, 2016, « Définir l’ennemi national. La restauration sécuritaire du président égyptien al-Sisi », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 140, 2, p. 283‑296.

Hassabo Chaymaa et Hmed Choukri, 2022, « Les dénouements des situations revolutionnaires. Repenser ensemble les révolutions et les changements de régime à partir des cas de la Tunisie et de l’Égypte (2010-2014) », Mondes arabes, 1, 1, p. 97‑117.

Hassan Hatem M., 2015, « Extraordinary politics of ordinary people: Explaining the microdynamics of popular committees in revolutionary Cairo », International Sociology, 30, 4, p. 383400.

Ismail Salwa, 2006, Political Life in Cairo’s New Quarters: Encountering the Everyday State, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Ismail Salwa, 2012, « The Egyptian Revolution against the Police », Social Research, 79, 2, p. 435462.

Ketchley Neil, 2017, Egypt in a Time of Revolution: Contentious Politics and the Arab Spring, Cambridge, Cambridge University Press.

Lachenal Perrine, 2012, « Le Caire, 2011. Plongée ethnographique au coeur des lijân sha’abeya (comités populaires) », L’Année du Maghreb, VIII, p. 193‑206.

Lavergne Marc, 2021, « Printemps arabes, révolutions… : des concepts inadéquats ? », Revue internationale et stratégique, 121, 1, p. 79‑86.

Lefebvre Henri, 1971, Le droit à la ville, Paris, Points.

Marcuse Peter, 2006, « Security or Safety in Cities? The Threat of Terrorism after 9/11 », International Journal of Urban and Regional Research, 30, 4, p. 919929.

Mehrez Samia (dir.), 2012, Translating Egypt’s Revolution: The Language of Tahrir, Le Caire/New York, The American University in Cairo Press.

Monfleur Laura, 2017, « À l’épreuve des murs. Sécurisation et pratiques politiques dans le centre-ville du Caire postrévolutionnaire (2014-2015) », Égypte/Monde arabe, 2, 16, p. 39‑56.

Monfleur Laura, 2022, « La «  nouvelle capitale  » égyptienne, incarnation d’une république de façade(s) », Orient XXI, https://orientxxi.info/magazine/la-nouvelle-capitale-egyptienne-incarnation-d-une-republique-de-facade-s,5353

Monfleur Laura, 2021, « Walls as Interstitial Combinations: Security Infrastructures and Practices in Revolutionary and Post-Revolutionary Downtown Cairo », User Experience and Urban Creativity, 3, 2, p. 1023.

Pagès-El Karoui Delphine, 2014, « 2011, l’odyssée de l’espace public égyptien », in M'hamed Oualdi, Chantal Verdeil et Delphine Pagès-El Karoui (dir.), Les ondes de choc des révolutions arabes, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, p. 269‑291.

Piquemal Leslie, 2015, « Perceptions and management of gender roles and dynamics inside OpAntiSH Intervention Teams in Cairo », Égypte/Monde arabe, 13, p. 133‑152.

Richaud Lisa, 2016, « Au parc par temps de fête  : Fêtes étatiques et performances publiques à Pékin aujourd’hui », L’Espace Politique. Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique, 30, https://journals.openedition.org/espacepolitique/3949

Ritaine Evelyne, 2009, « La barrière et le checkpoint : mise en politique de l’asymétrie », Cultures et Conflits, 73, p. 13‑33.

Rommel Carl, 2021, Egypt’s Football Revolution: Emotion, Masculinity, and Uneasy Politics, Austin, University of Texas Press.

Said Atef, 2015, « We ought to be here: Historicizing space and mobilization in Tahrir Square », International Sociology, 30, 4, p. 348366.

Sayigh Yezid, 2015, « Missed Opportunity: The Politics of Police Reform in Egypt and Tunisia », Carnegie Middle East Center, https://carnegie-mec.org/2015/03/17/missed-opportunity-politics-of-police-reform-in-egypt-and-tunisia-pub-59391

Schafer R. Murray, 1993, The Soundscape, Rochester, Destiny Books.

Sims David, 2015, Egypt’s Desert Dreams: Development or Disaster?, Le Caire/New York, The American University in Cairo Press.

Stadnicki Roman et Benchetrit Manuel, 2017, « Sissi-City, la “nouvelle capitale” d’Égypte  : enquête sur une publicité bien gardée », La revue du crieur, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01691550

Thrift Nigel et Dewsbury John-David, 2000, « Dead Geographies - And How to Make Them Live », Environment and Planning D: Society and Space, 18, 4, p. 411432.

Tilly Charles, 1999, Les Révolutions européennes, Paris, Seuil.

Woltering Robbert, 2013, « Unusual Suspects: “Ultras” as Political Actors in the Egyptian Revolution », Arab Studies Quarterly, 35, 3, p. 290304.

Haut de page

Notes

1 Discussions informelles en arabe, 2020.

2 Si certains chercheurs et chercheuses ont pu mettre en cause le terme de révolution pour 2011 (Lavergne, 2021), la plupart utilise l’expression de « situation révolutionnaire » (Boutaleb, 2017 ; Ketchley, 2017 ; Hassabo et Hmed, 2022 ; Bennani-Chraïbi et Fillieule, 2012) développée par Charles Tilly : il s’agit de montrer qu’il y a bien eu compétition entre différents groupes pour contrôler l’État et les revendications contre un régime politique par une large partie des citoyens et citoyennes même s’il n’y a pas eu d’« issue révolutionnaire », c’est-à-dire un changement durable de régime (Tilly, 1999).

3 Ces demandes de réformes ont été notamment faites par l’Initiative nationale pour la refondation de la police. Voir le communiqué de presse sur le site de l’Initiative égyptienne pour les droits individuels (EIPR, 2011).

4 Pour un état de l’art plus étayé voir Choplin et Redon, 2014 ; Bony, Froment-Meurice et Lecoquierre, 2021.

5 Les limitations de l’enquête de terrain résultent d’un enchevêtrement entre prise en compte de risques réels – un contexte autoritaire qui limite la prise de parole et le discours critique, la mort de Giuilio Regeni, doctorant italien inscrit à Cambridge, au Caire en 2016 après son arrestation par la police –, mais également de ma propre perception des risques qui m’a conduite à m’autocensurer, m’adapter ou contourner les contraintes. J’ai donc souvent rencontré ces personnes sur la recommandation d’une tierce personne. Cela a permis de créer une confiance mutuelle mais a également limité la représentativité de l’échantillon des personnes interrogées. Il n’était pas possible de réaliser des entretiens ou questionnaires en arrêtant des passants et passantes dans les rues car cela aurait pu m’exposer et exposer les personnes interrogées à la suspicion des forces de l’ordre. Les entretiens portaient plus généralement sur les pratiques quotidiennes dans les espaces publics et leurs espaces domestiques – les lieux fréquentés, leur mobilité, leur sociabilité. Ce n’est qu’après ces questions générales que nous insistions plus sur leurs difficultés possibles dans les espaces urbains et leurs relations à la police. Ces dernières pouvaient être abordées spontanément par certaines personnes ou à la suite d’une de mes questions. De plus, nous n’avons pas fait d’entretiens avec des forces de l’ordre en raison de la possibilité d’un arrêt précoce de l’enquête de terrain. Nous comprenons le biais mais nous nous intéressons en particulier à ce qui relève de l’ordre du perceptible et des interactions vécues par les usagers et usagères des espaces urbains plus qu’aux idées et stratégies derrière les comportements policiers. Cette ontologie interactionnelle est notamment défendue par Neil Ketchley (2017) en référence aux travaux de Charles Tilly.

6 L’une des premières questions dans les entretiens portées sur la définition et les limites du centre-ville selon les usagers et les usagères.

7 Ce ministère a été déplacé à Abbasseyya, un quartier plus périphérique, en 2019.

8 Les Ultras de al-Ahly se sont dissous en mai 2018, trois ans après leur interdiction selon une décision de la cour de justice (AFP, 2018). Les Ultras de Zamalek, Les White Knights, existent toujours formellement mais leurs activités sont rares (Rommel, 2021, p. 153‑154).

9 L’armée n’a été déployée dans les rues pour maintenir l’ordre durant des protestations que deux fois auparavant : pendant les émeutes du pain en 1977 et lors d’une révolte des conscrits des Forces de sécurité centrale en 1986.

10 Ces manifestations font suite à un appel lancé par un entrepreneur égyptien, exilé en Espagne, dénonçant la corruption du régime sur YouTube.

11 Loi 107/2013 sur le Droit aux rassemblements publics, processions et manifestations pacifiques.

12 Observations personnelles entre 2019 et 2021.

13 Entretien mené en arabe avec un habitant du centre-ville, travaillant dans un incubateur de start-up, le Caire, 2020.

14 Entretien mené en anglais avec une personne travaillant dans le centre-ville, urbaniste, le Caire, 2019.

15 Entretien mené en arabe avec un chorégraphe habitant dans le centre-ville, le Caire, 2020.

16 Les services de la Sécurité nationale ont remplacé les services de la Sécurité d’État (amn al-dawla) à la suite de leur dissolution en 2011. Ce changement a été effectué pour manifester une volonté de réformes au sein des services de renseignement face aux contestations de 2011. Il est néanmoins considéré comme étant une modification symbolique et « cosmétique » (Abdelrahman, 2016, p. 7).

17 Une porte a été maintenue rue Falaky mais celle-ci est toujours ouverte, même lorsqu’il y a une intensification sécuritaire comme lors du 25 janvier 2021. Des murs et portes sont maintenus autour de l’ambassade américaine à Garden City (Monfleur, 2021).

18 Observations personnelles de la place Tahrir, 25 janvier 2021.

19 Entretien mené en français avec une habitante franco-égyptienne du centre-ville, enseignante, le Caire, 2020.

20 Entretien mené en français avec une habitante du centre-ville, journaliste, le Caire, 2020.

21 Entretien mené en arabe avec une copte, usagère ponctuelle d’une église dans le centre-ville, le Caire, 2019.

22 Expressions mentionnées dans plusieurs entretiens entre 2015 et 2021 : parmi ces entretiens, on retrouve un urbaniste, une étudiante, un travailleur dans un café, un chômeur.

23 Entretien mené en arabe avec une usagère du centre-ville, étudiante en urbanisme, le Caire, 2020.

24 Entretien en anglais mené avec un usager du centre-ville, travailleur de la culture, le Caire, 2020.

25 Entretien en français mené avec une habitante du centre-ville, enseignante, le Caire, 2020.

26 Observations rapportées par une amie doctorante habitant dans le centre-ville, en français, 2023.

27 Paroles du policier rapportées par un usager du centre-ville, travailleur de la culture, dans un entretien mené au Caire en anglais, 2020.

28 Entretien en arabe avec un habitant du centre-ville, chômeur, 2015. Les Frères musulmans sont considérés par l’État égyptien comme étant une organisation terroriste. Entretien avec un habitant du centre-ville, il n’appartient pas aux Frères musulmans, le Caire, 2015.

29 Expérience rapportée par une de ses collègues en arabe, habitante du centre-ville travaillant dans un incubateur de start-up, le Caire, 2020.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Infrastructures matérielles et localisation des forces de l’ordre dans le centre-ville du Caire (2021)
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/12519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Monfleur, « L’officier de police, le checkpoint et l’interrogatoire : les spatialités des performances sécuritaires dans le centre-ville du Caire »L’Année du Maghreb [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 20 décembre 2023, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/12519 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.12519

Haut de page

Auteur

Laura Monfleur

Géographie, doctorante, UMR Cités, TERritoires, Environnement et Sociétés (CITERES), Université François-Rabelais de Tours.

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search