Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Dossier : L'ordre et la forceGardé·es à vue. Domination(s) et ...

Dossier : L'ordre et la force

Gardé·es à vue. Domination(s) et reconfigurations des rapports entre manifestant·es et policier·es pendant le hirak (2019-2021)

Detained in custody. Domination and reconfiguration of demonstrator-police interactions during the hirak (2019-2021)
نص بنشَكور (ملف)الموقوفونالهيمنة (الهيمنات) وإعادة تشكيل العلاقات بين المتظاهرين والشرطة خلال الحِراك [الشعبي] (2019 - 2021)
Lina Benchekor

Résumés

Depuis le début du mouvement contestataire en Algérie, plusieurs milliers de citoyen·es ont été confronté·es à la répression. Dans un régime autoritaire secoué par un mouvement social de grande ampleur, l’expérience vécue de la répression par les participant·es au hirak renseigne sur les rouages de l’appareil coercitif et sur les interactions qui se déploient entre forces de l’ordre et militant·es. Nous avons fait le choix ici d’étudier les rapports de violence et de négociation entre policier·es et manifestant·es en nous focalisant sur la garde à vue : ainsi, vingt-deux récits de participant·es au hirak réprimé·es dans la ville d’Oran entre 2019 et 2021 ont été recueillis pour analyser la violence d’État et ses effets sur les parcours d’engagement à travers une approche relationnelle de la répression. Les pratiques des forces de l’ordre vis-à-vis des manifestant·es peuvent prendre des formes différentes en fonction de leurs caractéristiques sociologiques : genre, classe sociale, âge, statut matrimonial, niveau d’éducation, etc. L’article donne à comprendre les expériences vécues, les représentations partagées de l’appareil sécuritaire et les conséquences biographiques de la confrontation à la violence répressive par des citoyen·nes primo-engagé·es dans le mouvement du hirak. Cette étude montre d’abord les spécificités de la répression à l’égard des corps féminins et la mise en vulnérabilité de personnes minoritaires. Nous montrons que les forces de l’ordre utilisent des informations relatives à la vie privée pour faire pression sur les catégories marginalisées telles que les femmes célibataires ou les minorités sexuelles. Dans ces cas, la garde à vue sert à l’intimidation et au découragement par la menace et la mise à nu des hirakistes. Mais certaines personnes ont davantage de capacités d’action et de réaction, et les ressources pour résister à la censure et aux pressions des forces de l’ordre. En effet, les militant·es aguerri·es et les jeunes hommes sont davantage habitués à la confrontation à la police qui relève d’une routine répressive. Cette habituation participe à la banalisation de la situation et de la violence qui en découle diminuant ainsi le coût de la répression. Cette recherche met en lumière les répertoires d’action des militants au sein des commissariats et les luttes qui émergent entre contestataires et corps de police autour de symboles disputés par les deux parties. De plus, les appartenances de classe des personnes arrêtées suscitent ce qui s’apparente à une lutte de classes entre militant·es et agent·es de police, les personnes arrêtées étant souvent issues des classes moyennes supérieures. Cependant, ces deux parties ne constituent pas deux blocs homogènes et ennemis. Les gardé·es à vue assistent parfois à des conflits internes à l’institution et sont témoins des concurrences entre les différents corps qui structurent la police. Les personnes réprimées peuvent également nouer des relations de solidarité et d’empathie avec des fonctionnaires de police sur la base de dispositions communes (le genre notamment). L’espace-temps de la garde à vue est ainsi traversé par un ensemble de rapports contradictoires entre violence, résistance et solidarité. Les émotions contrastées que suscitent la violence des arrestations et des interrogatoires ont des conséquences sur les dynamiques d’engagement et de désengagement, parfois même sur les autres sphères de vie pouvant constituer une véritable bifurcation biographique. Si certain·es manifestant·es ont mis fin à leur participation au mouvement à la suite d’une expérience répressive, le peu de recul dont nous disposons ne nous permet pas de conclure à un désengagement définitif. Dans un contexte de plus en plus autoritaire et répressif marqué par une forte démobilisation et un retrait des protestations de l’espace public, les personnes rencontrées se tournent vers d’autres modes d’action, notamment caritatifs, réorientant ainsi leurs engagements de manière informelle à travers des réseaux d’entraide et de solidarité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mot provenant de l’arabe signifiant « mouvement ». Ce terme s’est imposé au fil des semaines de mob (...)
  • 2 En effet, en Algérie comme dans d’autres régimes autoritaires, les services de renseignement sont u (...)
  • 3 Nous avons fait le choix de l’écriture inclusive afin de mettre en avant la présence des femmes. En (...)
  • 4 Le recensement des arrestations et des incarcérations a été assuré par le Comité national pour la l (...)
  • 5 Dans un article publié sur le site d’El Watan en 2021, Louisa Dris-Aït Hamadouche relève que « le b (...)

1Le hirak1 a vu le retour de l’armée sur le devant de la scène politique2. Si le début de la mobilisation a été relativement épargné par la répression, c’est à partir de la démission de Abdelaziz Bouteflika en avril 2019 et la prise en main de la transition politique par le chef d’état-major Ahmed Gaïed Salah que le rapport de force a évolué. Le début du bras de fer entre l’armée et la rue autour de l’organisation de l’élection présidentielle a généré des crispations et de fortes tensions aussi bien entre le régime et les manifestant·es3 qu’au sein du mouvement lui-même qui voit ses effectifs s’amenuiser au fil des semaines. À partir de l’été 2019 et l’interdiction du port du drapeau Amazigh en juin (Tilmatine, 2019), de nombreux·ses manifestant·es ont été arrêté·es, soumis·es à des interrogatoires et poursuivi·es en justice. Le moment révolutionnaire qu’a constitué le hirak et la répression qui s’en est suivie à partir de juin 2019 (Cherbi, 2023) a mené plusieurs milliers de protestataires4, à la confrontation directe avec les forces de l’ordre. De plus, ce basculement autoritaire et cette criminalisation du mouvement du hirak que connaît l’Algérie depuis 2020 (Dris-Aït Hamadouche, 2022) passe notamment par le renforcement du budget du ministère de l’intérieur et des forces de police5 accentuant ainsi la politique répressive du gouvernement.

  • 6 On peut citer les recherches d’Adélaïde Bargeau (2018 et 2021) qui portent sur la réforme et les pr (...)
  • 7 Dans leur article sur les rapports de la répression à l’activité protestataire, Hélène Combes et Ol (...)

2Dans ce contexte, les arrestations massives et les gardes à vue sont des outils de répression largement employés par le régime. La garde à vue peut s’étendre de quelques heures à quelques jours. L’arrestation peut mener à une remise en liberté, à une convocation au tribunal ou à une incarcération. En d’autres termes, l’espace-temps de la garde à vue est celui de l’incertitude, où le flou plane sur les personnes arrêtées. L’issue et l’avenir leur sont inconnus. La garde à vue est aussi un moment de confrontation directe, frontale et intime entre des citoyen·nes ordinaires et/ou des militant·es expérimenté·es et un appareil d’État opaque dont les rouages sont davantage imaginés et fantasmés que réellement connus et appréhendés. La garde à vue est un moment privilégié pour analyser du point de vue de la sociologie politique les relations de pouvoir qui s’établissent entre policier·es et citoyen·nes. Peu de travaux de sciences sociales se sont intéressés à ce moment particulier6. Ainsi, à travers une approche relationnelle de la domination (Hibou, 2011), cet article s’intéresse aux violences et aux négociations qui émergent pendant l’arrestation et la garde à vue afin de mieux comprendre le rapport des manifestant·es à la répression d’État. La violence, l’expression de rapports de classe et d’émotions parfois paradoxales constituent un ensemble d’éléments permettant d’appréhender, au moins partiellement, les rapports entre les deux parties. Hélène Combes et Olivier Fillieule (2011) nous invitent à dépasser les approches causales et structuralistes, et à adopter une approche dynamique et interactionniste7. En leur emboîtant le pas, il est ici question de porter le regard, via une analyse microsociologique, sur les effets immédiats de la répression sur des citoyen·nes ordinaires engagé·es dans le hirak. Les travaux de sociologie politique des émotions semblent féconds pour comprendre ce qui se joue pendant la garde à vue et surtout comment (Dechezelles et Traïni, 2018), mais aussi pour analyser les émotions exprimées a posteriori.

  • 8 Notre échantillon se compose de huit entretiens avec des femmes et quatorze avec des hommes. Les en (...)

3À partir de vingt-deux récits8 recueillis sur le terrain dans le cadre d’un mémoire de recherche de Master 2, auprès de participant·es au hirak arrêtés entre le printemps 2019 et le printemps 2021 et dont la mémoire est encore vive, nous tenterons d’éclairer ces interactions entre répresseurs et réprimé·es, et de mettre en lumière les effets de cette expérience sur les individus. En s’appuyant sur la littérature en sociologie du temps et des situations révolutionnaires (Allal et al., 2021) et en se méfiant des « interprétations trop globalisantes » (Bennani-Chraïbi et Fillieule, 2003), nous donnerons à voir le caractère singulier de chaque arrestation. Il s’agira de rompre avec l’image d’un État surpuissant et de donner à voir les faiblesses d’un appareil massivement contesté dans la rue et par la rue. À travers les récits de ces hirakistes aux profils et aux expériences variés, les réprimé·es seront analysé·es en tant qu’acteurs et actrices et non pas seulement comme victimes ou témoins d’une injustice. Si nous n’avons pas eu accès aux commissariats ni aux récits des forces de l’ordre et que cette partie manque à notre recherche, il demeure tout de même intéressant de s’arrêter sur la mise en récit de l’expérience vécue par les hirakistes.

4Afin de répondre à ces interrogations, nous nous arrêterons sur trois principales formes que peuvent prendre les situations de garde à vue et qui nous ont semblé pertinentes. Tout d’abord, les témoignages sur l’expérience de la violence, les intimidations et les humiliations ne peuvent être ignorés. Nous consacrerons notre première partie à l’analyse de la violence spécifique qui s’exerce sur les corps féminins et/ou perçus comme vulnérables. Puis, dans une deuxième partie, nous nous intéresserons aux enjeux de lutte des classes et de luttes politiques qui émergent dans l’enceinte des commissariats entre détenu·es et policier·es, mais aussi au sein du corps de police. Nous mettrons également en avant les relations d’empathie entre fonctionnaires de police et gardé·es à vue. Enfin, nous consacrerons la dernière partie aux conséquences immédiates de l’expérience répressive sur les enquêté·es. Nous verrons comment le traumatisme généré par la violence policière participe à la remise en question de l’engagement, voire du mode de vie dans certains cas.

Violence répressive genrée et intimités coupables : la mise en vulnérabilité des activistes

5À partir de juin 2019, la répression s’intensifie et les arrestations se multiplient. Tout au long de l’été, c’est principalement le port du drapeau amazigh en manifestation qui peut mener à la garde à vue. À Oran, ce sont les 12 et 13 décembre 2019 que le nombre d’arrestations a été le plus important9. Près d’un an plus tard, en octobre 2020, un rassemblement prévu à Oran en réaction à un appel national lancé sur les réseaux sociaux pour rendre hommage à Chaïma, une Algérienne de 19 ans victime de féminicide10, est empêché par l’arrestation de l’ensemble des personnes mobilisées. Dans ces cas de figure, les hirakistes sont arrêté·es en nombre. Les forces de police, accompagnées d’agent·es en civil, interpellent des personnes considérées comme suspectes, les entassent dans des camions puis les répartissent par petits groupes dans différents commissariats de la ville. En fonction de leur nombre, les contestataires peuvent être conduits au commissariat central ou dans plusieurs commissariats de quartiers. À l’intérieur des postes de police, les personnes arrêtées sont emmenées en cellule avant d’être interrogées et contraintes de signer un procès-verbal. La plupart des gardes à vue se déroulent selon ces modalités. Cependant, chaque récit est différent parce que, d’une part, chaque personne traverse cette expérience d’une manière qui lui est propre, en fonction de son genre, son âge, son expérience militante, sa classe sociale, etc. D’autre part, le contexte politique et le corps d’appartenance des agent·es en charge des procédures déterminent le déroulement de chaque garde à vue.

  • 11 Le tasbih est le chapelet musulman. Il est utilisé pour invoquer Dieu et le prier.

6Les enquêtées auxquelles nous nous referrons dans les lignes qui vont suivre étaient des proches de proches. Cette proximité a permis d’établir des relations de confiance et un moment d’intimité lors duquel elles pouvaient raconter ce qu’elles avaient vécu dans le détail. Dans la grande majorité des cas, les entretiens ont eu lieu dans des espaces publics bruyants (cafés ou restaurants). Vivant rarement seules, il semble que c’est dans le brouhaha et l’anonymat de ces lieux qu’elles pouvaient laisser échapper des larmes ou sortir un chapelet pour pratiquer le tasbih11 pendant un récit. Lors des entretiens, le moment de l’interpellation est souvent raconté comme un moment violent, et ce plus particulièrement par les femmes qui se font systématiquement arrêter par des agents de police féminins. Les différents témoignages d’enquêtées se rejoignent sur la manière de faire et de parler des policières en civil qu’elles perçoivent comme étant « violentes, insultantes et vulgaires ». Nous pouvons penser que le fait que ce soit des femmes qui arrêtent d’autres femmes les autorisaient à une plus grande liberté dans le traitement des opposantes au régime. Les témoignages de Nadia, architecte, et de Meriem, du même âge, doctorante et enseignante à l’Université d’Oran, toutes deux âgées d’une quarantaine d’années et arrêtées le jour de l’hommage à Chaïma, sont significatifs. Elles insistent sur l’agressivité des policières en civil qui les ont violemment attrapées et poussées dans le camion, alors même que leur appartenance à la police n’était pas visible. Au printemps 2021, des manifestations du hirak ont repris timidement dans plusieurs villes du pays après un an d’arrêt en raison de la pandémie de Covid-19. Ces tentatives de relancer le mouvement sont sévèrement réprimées. Dans ce contexte, Leila, esthéticienne d’une cinquantaine d’années, est arrêtée avec sa fille de 25 ans et son fils âgé de 28 ans, alors qu’ils sont en chemin pour acheter des beignets, un vendredi de hirak au cours duquel la manifestation « ne prend pas ». Ils sont en petit groupe avec des amis et se font brutalement interpeller. Prise par surprise, la famille fait l’objet d’insultes avant de se retrouver dans un camion qui les conduit au commissariat central.

7Le témoignage de Samia, arrêtée le 12 décembre 2019 avec son amie, met en avant l’utilisation de formes de violences psychologiques portant atteinte à l’intimité et à la dignité des personnes. Dans son récit, elle raconte avoir subi une fouille corporelle totale en compagnie des autres femmes arrêtées ce jour-là. Elle compare ce qu’elles ont enduré avec ce que les hommes subissaient dans les cellules d’à côté, dont elles entendaient les hurlements et les coups, pointant ainsi la différenciation genrée dans le traitement des hirakistes. D’autres militantes, membres du parti Mouvement démocratique et social (MDS) et de l’association Rassemblement action jeunesse (RAJ), dissoute par le gouvernement en octobre 202112, avaient également témoigné avoir subi une « fouille corporelle poussée »13. L’une d’entre elles, la militante Hania Chaâbane avait publiquement raconté ce qui leur était arrivé dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. Elle dénonçait à la fois les violences subies de la part de cette policière, que beaucoup ont comparé aux méthodes employées par la police coloniale, et les tabous autour des corps des femmes et des violations dont elles font l’objet en raison de leurs engagements politiques.

8Les différents récits d’interpellations se rejoignent sur le fait que, très souvent, les hirakistes sont arrêté·es en dehors du cadre de la manifestation. C’est le cas de Nadia, qui se tenait à quelques centaines de mètres du lieu de rassemblement, de Leila et de sa famille, qui se baladaient dans le centre-ville, ou encore de Samia, la trentaine, représentante médicale pour une multinationale, embarquée avec son amie le 12 décembre 2019. Elles ont toutes été interpelées en dehors du cadre de la manifestation, alors qu’elles n’étaient pas à même d’être protégées par la force du nombre dans les cortèges du hirak.

  • 14 Entretien réalisé dans le village de Boutelilis, le 05/02/2022.

9Un autre enquêté que nous nommerons Hakim14, âgé de 45 ans, sans diplôme et sans emploi, s’est également fait arrêter la semaine qui a suivi l’élection présidentielle, le mardi 17 décembre 2019. Il n’était pas un habitué des marches. Habitant dans un village à une vingtaine de kilomètres d’Oran et n’ayant pas les moyens financiers de se rendre dans le centre-ville d’Oran fréquemment, il se rendait aux manifestations quand il le pouvait, le plus souvent les mardis matin, en soutien aux protestations étudiantes. Administrateur d’une page Facebook, il relayait de l’information sur le mouvement. On peut ainsi le qualifier de « bloggeur » dans la mesure où il se servait de Facebook pour communiquer sur le hirak et publier des photos et des vidéos, et notamment en diffusant des « live » des manifestations auxquelles il participait. Il utilisait cette page pour critiquer l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, le régime, l’armée, etc.

  • 15 Ibid.
  • 16 Ibid.
  • 17 Article de Madjid Zerrouky, publié sur le site du Monde le 06/02/2021 (URL : https://www.lemonde.fr (...)
  • 18 L’identité de genre et l’orientation sexuelle de Hakim sont confondues par les personnes rencontrée (...)

10Au début de l’entretien, il a du mal à parler de lui et de son expérience personnelle. Notre rencontre constitue une tribune où il peut dire ce qu’il pense, exprimer ses idées, montrer ses qualités oratoires et linguistiques. Progressivement, une relation de confiance s’installe et il revient sur son arrestation. Il explique que ce jour-là, les personnes qui manifestaient avec lui sentaient qu’il était surveillé. En quittant la manifestation, il se rend compte qu’il est suivi par plusieurs policier·es. Il raconte s’être mis à courir avant d’être rattrapé et frappé en pleine rue. Les agent·es de police lui ont couvert le visage avec son tee-shirt, l’empêchant de respirer pendant qu’ils le battaient. Il s’est fait prendre son téléphone et, alors que des passant·es se regroupaient autour de lui pour le défendre, les policier·es ont prétendu qu’il l’avait volé. Hakim a été conduit au commissariat central où il allait passer deux jours. Durant sa garde à vue, il est pris en photo et ses empreintes digitales sont prélevées « comme si j’étais un délinquant »15, dit-il. Le premier jour, il est interrogé sur ses publications à propos du hirak. Il répond, donne son avis, argumente sur ses positions politiques. Le deuxième jour, les policier·es se penchent sur son compte personnel et s’intéressent à ses conversations privées. Lors de notre entretien, il demande s’il peut tout dire, semble hésitant à parler de certaines choses. Il finit par se lancer car « Je dois le dire, c’est la vérité »16, il s’est fait menacer d’agression sexuelle. Il insiste sur ces menaces ajoutant qu’il n’est pas le seul à avoir été soumis à ce type d’intimidation. En effet, l’affaire de Walid Nekkiche, un étudiant qui a témoigné avoir été torturé et violé17, avait suscité une grande indignation dans le pays. La question du viol étant encore tabou en Algérie ; il est difficile de mesurer l’ampleur de l’utilisation de ces pressions sur les détenu·es du hirak. En revanche, on peut relever à partir de ces deux cas que ces hommes étaient isolés et leurs identités n’étaient pas connues des collectifs de défense au moment de leurs arrestations respectives. De plus, on peut émettre l’hypothèse que l’identification de Hakim par ses proches, qui le décrivent comme « efféminé »18, peut être considéré comme facteur des pressions qu’il a subies. Il est possible que la manière dont il est perçu ait motivé l’utilisation de telles menaces et la focalisation des forces de l’ordre sur des pressions d’ordre intimes et personnelles.

11Cette dimension genrée, que souligne notre enquête, a également été relevée par Stéphanie Latte Abdallah (2010) qui montre que les prisonnières palestiniennes sont soumises, lors des interrogatoires, à des violences physiques, psychologiques, ainsi qu’à des pressions d’ordre sexuel telles que les menaces de viol et les mises à nu devant des proches ou des prisonnier·es. Les témoignages cités ci-dessus, provenant plus particulièrement de femmes et d’un homme perçu au sein de la société algérienne comme « efféminé », sont aussi révélateurs des codes internes aux institutions sécuritaires. La différenciation genrée existe dans le traitement des opposant·es et mérite d’être soulignée. En général, les hommes sont soumis à une certaine forme de violence physique, quand les femmes et/ou minorités de genre sont menacées sexuellement, dénudées et touchées dans leur intimité. Ce traitement genré n’a rien d’exceptionnel et se reproduit dans de nombreux contextes répressifs, de violence politique et de guerre, où les viols et les agressions sexuelles sont employés comme des armes de destruction. De plus, les matériaux analysés ici, à savoir des récits de personnes gardées à vue, constituent un biais qui pourrait être atténué par des observations ethnographiques à l’intérieur des commissariats afin d’observer les attitudes des forces de l’ordre à l’égard des hommes.

12Le témoignage de Hakim donne aussi à entendre la brutalité et l’humiliation de l’intrusion de la police, à travers le smartphone des hirakistes, dans la vie privée des personnes interpellées. Le téléphone portable permet une « mise à nu » des hirakistes en quelques clics. La police sème ainsi la confusion entre vie privée et engagement politique, pose des questions relatives aux mœurs pour faire pression sur les personnes arrêtées dans le cadre du hirak, jouant ainsi sur les vulnérabilités et les histoires personnelles. Le téléphone portable, dans la mesure où il permet d’accéder aux photos personnelles et aux réseaux sociaux des hirakistes, constitue un moyen extrêmement efficace pour pénétrer dans la vie privée des citoyens. L’accès au smartphone revient au dévoilement forcé des personnes interrogées et crée un grand déséquilibre entre policier·es et réprimé·es. Ces techniques sont d’autant plus efficaces s’agissant de personnes appartenant à des groupes minoritaires (femmes célibataires, personnes LGBTQIA+) car considérées comme des cibles plus fragiles et plus vulnérables aux jugements sociaux et sociétaux. Quand Samia dit à propos de son amie : hachmouha (ils lui ont fait ressentir de la honte), elle souligne la fragilité et la vulnérabilité de l’interrogée qui a été fortement déstabilisée par la nature des questions qui lui ont été posées. D’autant plus que la honte est une émotion plus difficilement mobilisable que la colère ou la fierté dans la mesure où cette première est « paralysante pour l’action » (Lefranc et Sommier, 2009, p. 279). Quand Samia parle de ce qu’elle a elle-même vécu, elle explique que le temps qu’elle a pu prendre pour méditer dans sa cellule, avant son interrogatoire, l’a aidé à se préparer à répondre aux questions de la police. Samia a ainsi réalisé un véritable « travail émotionnel » (Hochschild, 2003). À travers cet effort de méditation, elle a essayé « de changer l’intensité ou la qualité d’une émotion ou d’un sentiment (ibid., p. 32), un sentiment de peur dans le cas présent. Cette notion désigne à la fois « l’activité consistant à réprimer ou empêcher un ressenti (« le contrôle émotionnel ») » et « celle destinée à le susciter ou à l’évoquer consciemment » (Dechezelles, 2018). Ainsi, en prenant le temps de se calmer, Samia a tenté de réprimer son stress et le sentiment de culpabilité qui s’emparait d’elle. Cette « gestion émotionnelle » l’a aidée durant la première partie de l’interrogatoire. En revanche, la deuxième partie a pris une autre tournure : avec l’arrivée d’interrogateurs appartenant à un autre service de la sécurité nationale, qu’elle décrit comme « formés aux interrogatoires », le ton change. Samia raconte qu’ils savaient beaucoup de choses sur elle. Elle se demandait comment ils avaient pu obtenir autant d’informations sur sa vie privée. La confrontation a pu s’avérer déstabilisante en raison du déséquilibre qui oppose ces agents de la sûreté de l’État, apparemment omniscients, alors qu’elle n’a même pas connaissance du corps d’appartenance de ses interrogateurs.

13À travers le discours de ces acteurs et actrices, nous pouvons également relever que certaines formes de violences du répertoire répressif ne sont pas acceptés ou le sont moins que d’autres (Cormier et Erdinç, 2020). En effet, les personnes réprimées différencient des formes de répression qui seraient « justifiées », comme les questions sur la participation politique des méthodes jugées « gratuites », c’est-à-dire non-nécessaires et n’ayant rien à voir avec le motif de l’interpellation. C’est le cas avec l’intrusion dans la vie privée. Constatons ici le décalage perçu par ces militant·es entre ce que devrait être le rôle de la police, c’est-à-dire protéger les citoyens et garantir leur sécurité, et ce qu’il en est réellement : des activités exercées hors du cadre défini par l’État de droit pour lutter contre toute forme de contestation (Bourrat, 2020). Les pressions qui touchent à la vie intime, les insultes et les humiliations sont racontées par les enquêté·es comme des injustices. Les comportements décrits sortent du cadre du travail de la police et constituent des « événements non normalisés de violence répressive », définis comme « type d’événement répressif qui n’est pas assimilé et inscrit dans l’imaginaire collectif en tant qu’expression conventionnelle et/ou convenue du ‟répertoire répressifˮ » (Kotronaki et Seferiades, 2010). Même si cette violence est perçue comme illégitime par celles et ceux qui la subissent, la honte et la peur qu’elle suscite déstabilisent et limitent les gardé·es à vue dans leur capacité de résistance.

L’espace ambigu de la garde à vue : diversité des rapports de domination et continuum des mobilisations

14La violence de l’interrogatoire suscite de l’indignation, un mélange de peur, de colère, d’incompréhension. La garde à vue peut être un moment d’humiliation durant lequel l’appareil sécuritaire utilise son pouvoir pour marquer les corps et les esprits des opposant·es. Cependant, le moment qui succède à l’arrestation ne peut être réduit à la seule domination policière exercée sur les réprimé·es. Comme dans toute relation de domination, les dominés ne sont jamais totalement démunis. Ces derniers affrontent, déjouent, contournent à travers de multiples moyens et tactiques, la violence qui s’abat sur eux. Ils s’appuient sur leurs ressources personnelles, leur appartenance de classe, leurs réseaux de connaissances, leurs émotions, etc. Si les deux parties ne se défient absolument pas sur un pied d’égalité, nous donnerons à voir la diversité des relations qui s’établissent dans ces rapports asymétriques, au cours de la garde à vue, et les stratégies de résistance et d’entraide protéiformes qui y prennent place.

  • 19 Conversation téléphonique, le 15/12/2019.
  • 20 Le FFS est le plus « vieux parti d’opposition ». Fondé en 1963, il opérait dans la clandestinité ju (...)

15Les protagonistes partagent et se disputent des référentiels historiques et symboliques et leur attribuent des significations distinctes. À ce titre, une anecdote racontée en décembre 2019 par un hirakiste portant le nom « Amirouche »19 illustre bien l’usage que font les hirakistes de certains symboles pour défier la police. Ce jeune homme d’une vingtaine d’années s’est fait arrêter à Alger alors qu’il allait acheter une part de pizza dans le centre-ville de la capitale. Il s’est fait arrêter et embarquer dans un camion de police avec d’autres jeunes. Il pense avoir été ciblé en raison de l’écharpe rouge qu’il portait autour du cou. Selon lui, les policiers ont pu penser qu’il était militant au sein du parti du Front des forces socialistes (FFS)20. Pendant sa garde à vue, à chaque fois que les agents prononçaient son nom, l’ensemble des personnes arrêtées se mettaient à chanter un des slogans du hirak : « Hna ouled Amirouche, marche arrière ma nwelouch » (« Nous sommes les enfants d’Amirouche, nous ne reviendrons pas en arrière »). Amirouche est le nom de l’un des leaders de la guerre de libération (Badis, 2020) ; ce registre est donc partagé par l’histoire nationale officielle. En effet, le colonel Amirouche est une figure héroïque pour le régime, que se disputent en l’occurrence deux antagonistes. Ces symboles ont toute leur importance dans la production d’émotions collectives et d’une identité commune au groupe (Nez, 2018). Ils constituent « des signes surchargés de connotations émotionnelles aussi bien que cognitives (…), ils participent puissamment à la construction d’une identité et à sa réactivation périodique » (Sommier, 2010, p. 200). Ainsi, le fait de chanter un slogan du hirak dès que les policiers appellent « Amirouche » est une manière de défier l’autorité étatique et de rallier tous les hirakistes présents en cellule derrière ce mot d’ordre. D’autant plus que la signification de ce slogan peut générer de la fierté en puisant dans l’histoire de la guerre de libération. Mais le fait de chanter collectivement est aussi une manière de se motiver et de poursuivre la protestation jusque dans le commissariat. Les hirakistes puisent dans leur référentiel contestataire commun pour résister à la violence de la garde à vue.

16Les enquêté·es rencontré·es sur le terrain racontent comment ils et elles ont exprimé leur colère face aux forces de l’ordre. Souvent, les personnes arrêtées essayent de justifier devant les policier·es les raisons pour lesquelles elles se sont mobilisées. Loin de s’autocensurer, Hakim a donné son avis, a essayé de développer ses idées pendant l’interrogatoire. Naima, militante féministe, n’a pas hésité à mettre les policiers en tort en pointant du doigt le non-respect de certaines procédures et de gestes barrières pendant la crise sanitaire (port du masque, bureau d’une policière enceinte sans fenêtre ni aération). Nadia, arrêtée en même temps que Naima, raconte que cette dernière a refusé de signer le procès-verbal (PV) et qu’elle a tenu tête aux policier·es. Lors de ces gardes à vue, les rapports entre agent·es de l’État et opposant·es se renforçaient (Simon, 2019). Les hirakistes n’ont pas été passif·ves et ont tenté de remporter des petites victoires face à l’institution policière.

17À l’inverse, la police peut se réapproprier à son tour, des références du hirak pour narguer les participants au mouvement. En ce sens, le témoignage de Nassim, un jeune hirakiste de 24 ans arrêté le 12 décembre à Oran, permet de mieux comprendre ces luttes de pouvoir entre police et opposants :

  • 21 Entretien réalisé à Oran le 09/01/2022. Considérée comme l’hymne du hirak, cette chanson est une re (...)

« Les flics nous narguaient à fumer des cigarettes. C’est là que commence ce que j’ai appelé la torture psychologique, tu ne sais pas ce qui va t’arriver (...) On nous dit que ce vote c’est la meilleure solution, que Tebboune (pas encore élu) est la meilleure issue pour le pays. Et là on nous met même la chanson de Soolking ‟La Libertéˮ » 21.

  • 22 Entretien réalisé à Oran le 09/02/2022.

18Cet enquêté rend compte des provocations dont il a fait l’objet. On peut voir à travers les comportements des policiers qu’il décrit la volonté de montrer aux hirakistes qu’ils ont perdu la face. En fumant devant eux, les policiers revendiquent leur pouvoir, et en écoutant le chanteur Soolking, ils revendiquent « leur liberté » d’agir. Ces gestes peuvent être perçus comme l’appropriation, par des fonctionnaires de police, d’une liberté revendiquée par le hirak face à un pouvoir autoritaire. Ainsi, ils signifieraient aux manifestants l’insignifiance de leur combat. En effet, la manière dont les policiers annoncent la victoire électorale de Abdelmadjid Tebboune, le lendemain matin, sonne comme une fatalité. Dans un tel contexte, la mobilisation populaire serait insensée, voire ridicule étant donné qu’elle mène les protagonistes en cellule. On assiste dans ces deux cas à des formes de concurrence entre les deux parties à partir d’un registre émotionnel et symbolique commun, mais disputé. De même, lorsque Leila et sa fille Nawal, évoquées plus haut, sont dans le camion de police stationné en face du commissariat central, les policiers au volant ont mis de la musique kabyle « à fond »22. Selon Nawal, c’était là une manière de dénoncer que les hirakistes sont d’origine kabyle et qu’ils voudraient diviser le pays, menaçant ainsi l’unité nationale.

19Toutefois, nous n’avons pas recueilli de témoignages de policier·es, ce qui ne permet pas de donner à lire leur version, ni leur ressenti et donc d’aller plus loin dans l’analyse de leur rapport à la cause. En effet, du côté des forces de l’ordre, la domination n’est pas un bloc : deux hirakistes ont raconté qu’elles ont observé pendant leur garde à vue des tensions entre des policiers de différents services. Elles ont relevé des luttes de pouvoir à l’intérieur même du corps de la sécurité de l’État. Si l’évocation de ce souvenir nous interpelle c’est parce qu’il renvoie à d’autres extraits d’entretiens qui vont dans le même sens. Ainsi, lors de la deuxième partie de l’interrogatoire de Samia, après que les fonctionnaires de police aient été remplacés par des agents « formés aux interrogatoires » selon ses mots, Samia a continué de répondre aux questions en niant sa participation au rassemblement. Elle disait qu’elle ne faisait que marcher avec son amie et ses interrogateurs lui ont dit :

  • 23 Ibid., 27/01/2022.

« ‟Tu nous prends pour des cons, et nous on a fait des études, pas comme les policiers qui sont là…ˮ Dans un commissariat hein (rires) (…). ‟Et moi aussi j’ai un master en ça, et moi aussi je voyage, et moi aussi je parle français, je parle anglais, machin…ˮ Genre ils ont voulu me déstabiliser ou je ne sais pas quoi, ou bien eux ils étaient déstabilisés, ils ont eu un complexe d’infériorité, je ne sais pas23. »

  • 24 À noter que le site de la Direction nationale de la sûreté nationale (DGSN) est inaccessible depuis (...)

20Les propos tenus par les agents de la sûreté de l’État dévoilent un certain mépris et une condescendance à l’égard des fonctionnaires de la police nationale24. Leurs propos donnent à entendre aussi la volonté de se valoriser face à une femme de 30 ans, hirakiste et diplômée, qui travaille dans une multinationale et a l’habitude de voyager. Tout comme Kamila, médecin âgée d’une trentaine d’années, arrêtée avec son conjoint le 13 décembre 2019 à Oran, et à qui les policiers reprochent de protester alors qu’elle devrait, selon eux, se satisfaire de ce dont elle dispose déjà. Elle raconte : 

  • 25 Entretien réalisé à Oran le 12/02/2022.

« Il a fouillé dans mon téléphone. Il s’est permis des jugements... ‟Toi et ton mari il ne vous manque rien, vous vivez bien, vous avez une vie vraiment tranquille, vous gagnez bien votre vieˮ. Il a vu les photos quand on était en vacances à Zanzibar. Il a dit : ‟tu te permets des vacancesˮ. Mais de quel droit ils regardent mes photos ? Donc, c’était vraiment de la maltraitance25. »

21L’appartenance de classe des hirakistes est déterminante dans les relations qui les opposent aux agent·es de la sûreté de l’État. Le fait d’être perçu·e et/ou de se sentir comme appartenant aux classes supérieures, c’est-à-dire être diplômé·e, maîtriser des langues étrangères (français, anglais notamment) et voyager suscite un discours culpabilisateur de la part des policiers. Dans le même temps, les militant·es partagent le sentiment d’être traité·es par les forces de l’ordre comme des « bandits », des « criminels », des « délinquants », etc. Notamment lorsqu’ils sont arrêté·es, interrogé·es, insulté·es, frappé·es, photographié·es, etc. Ils considèrent que ce répertoire répressif serait réservé aux « voyous » plus menaçants et violents que les participant·es pacifiques au hirak. Kamila exprime son incompréhension et sa colère vis-à-vis du traitement enduré pendant la garde à vue. Elle ne comprend pas pourquoi elle a été insultée « gratuitement » et traitée comme une « criminelle ». Pour Kamila, la violence dont elle a été la cible n’est pas justifiée et ce d’autant plus qu’elle n’est pas une « criminelle ». En plus d’être convaincue de son innocence et de la justesse de son combat, Kamila, médecin au sein de l’hôpital public, fonctionnaire, appartient à la classe moyenne supérieure. Sa condition sociale et économique ne l’épargne pas d’une violence policière censée être destinée dans l’imaginaire collectif aux « voyous » et aux « criminels ».

22De même, ces enjeux de classes sociales ne sont pas propres à l’institution policière ou aux relations entre police et opposant·es. Ils sont également perceptibles entre hirakistes. Le témoignage de Mohamed, 30 ans, animateur associatif et travailleur humanitaire, met en lumière les inégalités entre hirakistes. Arrêté à Oran le 21 juin 2019, en raison du port du drapeau amazigh, il a été conduit au sous-sol du commissariat central où il s’est fait photographier et prendre ses empreintes. Ce jour-là, il n’a pas été le seul à se faire arrêter pour ce motif. Pourtant, l’issue de la garde à vue n’aurait pas été la même pour tous. En effet, il explique que seule une partie d’entre eux aurait été appelée à comparaître devant le juge. Pour Mohamed, cette situation résulte des pratiques de corruption et des inégalités en termes de capital économique et social. Cette expérience a renforcé le sentiment d’injustice de Mohamed. À la violence coercitive s’ajoute la violence de l’arbitraire et des inégalités. De plus, ce sentiment d’injustice a créé une forme de désenchantement quant au mouvement du hirak. Si les manifestant·es ont revendiqué l’égalité des droits pour tous les citoyen·nes, les stratégies de survie des uns et des autres face à l’appareil répressif ont rompu avec cet idéal démocratique tant revendiqué.

23Au-delà des enjeux de luttes, des antagonismes et des concurrences qui façonnent l’espace-temps de la garde à vue, d’autres formes de relations peuvent émerger de cette rencontre entre participant·es au hirak et forces de l’ordre. Le témoignage de Nadia sur les relations qu’elle a tissées avec les agent·es de police, pendant et après son arrestation, révèle l’importance des affects et des subjectivités, y compris à l’intérieur d’un commissariat de police. Plus encore, son récit dévoile les marges de manœuvre, les possibilités d’échange que peuvent s’autoriser fonctionnaires et hirakistes alors que la situation dans laquelle se trouvent les protagonistes semble entièrement structurée et prédéfinie. Le soutien et l’effort de compréhension que Nadia et les fonctionnaires de police déploient pour tenter de se comprendre et de faire preuve de bienveillance vis-à-vis de l’autre n’enlèvent rien de la violence de l’arrestation et de l’interrogatoire. Il ne s’agit donc pas de relativiser la brutalité et l’arbitraire de la répression, mais de montrer la diversité des expériences répressives et la subjectivité des rencontres entre opposant.e.s et policier·es. Si leurs rôles et leurs fonctions les opposent, il leur est tout de même possible de créer du lien et de faire preuve d’empathie. Ainsi, quand Nadia raconte ses échanges avec une policière, elle revient sur l’inquiétude manifestée par cette dernière alors qu’elle lui annonçait que le frère de Nadia et son neveu attendaient devant le poste de police :

  • 26 Ibid., 25/01/2022.

« Une jeune est venue me voir, je ne sais pas si elle est flic où si elle est secrétaire : ‟Haaan !! Ton frère est dehorsˮ (rires) (...) je lui ai dit : ‟Ah bon ?ˮ ; elle m’a dit : ‟Oui, ton frère et son filsˮ… Alors elle m’a dit : ‟Oh la la, j’espère qu’ils ne vont rien te faire.ˮ (...) Après elle m’a fait passer un sachet et elle m’a dit : ‟Ça c’est ton neveu qui vous a apporté de l’eau et des jus.ˮ Et j’étais en plein interrogatoire quand elle m’a ramené le sachet et d’ailleurs le flic, je lui ai dit : ‟Tu veux boire du jus ?ˮ Il m’a dit : ‟Non, nonˮ, je lui ai dit : ‟Si, wallah, tu vas boire toi aussi. Quand même, ça on nous l’a apporté pour nous tous !ˮ. Et comme cette femme A., elle est malade elle avait son traitement et elle est diabétique, (...) j’ai donné l’argent à une policière qui est allée lui acheter son médicament parce qu’elle devait prendre son traitement26. »

24On peut voir à travers cet échange l’expression d’une solidarité que l’on peut interpréter ici comme féminine, qui serait relative à la condition des femmes en Algérie que Nadia et la policière partagent en dépit de tout ce qui les oppose moralement et idéologiquement. L’idée selon laquelle Nadia pourrait se faire réprimander par son frère en raison de son arrestation génère un sentiment d’empathie chez la policière. En plein interrogatoire, Nadia insiste quant à elle pour partager les boissons qu’on lui a apportées avec les agent·es de police. Elle se comporte avec eux comme elle l’aurait fait dans n’importe quelle autre situation. Le fait de partager sa nourriture et/ou ses boissons est un geste de politesse auquel elle ne déroge pas.

25D’ailleurs, quelques jours plus tard, Nadia a, de son coté, décidé de retourner au commissariat. Elle explique qu’elle ne voulait pas, à l’avenir, craindre d’emprunter la rue où se trouve le poste de police. Pour vaincre le sentiment de peur qui s’était emparé d’elle à l’issue de sa garde à vue, elle est allée acheter des fleurs pour les offrir aux agent·es de police. On peut interpréter ce choix comme un geste d’empowerment, c’est-à-dire comme un « pouvoir d’agir » (Nez, 2018), dans la mesure où il « articule une dynamique individuelle d’estime de soi et de développement de ses compétences, avec un engagement collectif et une action sociale transformatrice » (Bacqué et Biewener, 2015). En effet, Nadia tente à son échelle de changer l’image que se font les policier·es des hirakistes, et de transformer les rapports entre policier·es et réprimé·es. Elle chercherait ainsi à modifier sa propre image et à renforcer son estime d’elle-même. Ce serait une manière pour elle de se valoriser au regard de ces fonctionnaires, de se sentir forte et renforcée par cette expérience. Sa démarche s’appuie sur de véritables dispositifs de sensibilisation, définis comme « l’ensemble des supports matériels, des agencements d’objets, des mises en scène, que les militants déploient afin de susciter des réactions affectives, qui prédisposent ceux qui les éprouvent à s’engager ou à soutenir la cause défendue » (Traïni et Siméant-Germanos, 2009). En achetant des roses blanches, en répondant à leur demande d’écrire un mot dans le cahier de doléances, elle partage ses idées, sa vision du combat pour une « Algérie meilleure ». Elle tente de les convaincre et d’obtenir leur soutien, même implicite, à l’engagement qu’elle mène avec des milliers d’autres citoyen·nes. Le geste de Nadia traduit l’expression de « sentiments moraux qui disent le rapport à la cause, la construisent et la légitiment, la positionnent dans des économies morales spécifiques liées à des agencements sociaux » (Larzillière et al., 2021). En retournant voir ces agents de police, elle leur donne à voir une image « positive » des acteurs de la contestation. Plus encore, sa démarche témoignerait d’un besoin de se revaloriser elle-même en gagnant le respect de celles et ceux qui l’avaient humiliée en l’arrêtant et en la traitant comme une « criminelle », pour reprendre ses mots.

Du désenchantement à la remise en question de l’engagement

26En adoptant une approche microsociologique des effets de la répression sur les engagements individuels, nous mettons en avant deux principaux éléments. D’une part, la confrontation à la violence politique peut provoquer des formes de trauma et un sentiment d’injustice (Larzillière, 2018). D’autre part, l’expérience coercitive suscite un sentiment de déception, de désenchantement et peut générer un « choc moral » (Traïni, 2020). Nadia décrit son expérience comme « traumatisante ». Elle éprouve un sentiment de peur à l’égard de tout élément se rapportant à l’institution policière. Dans cet extrait d’entretien, elle revient sur les sentiments entremêlés de peur et d’injustice :  

  • 27 Ibid.

« Je ne te cache pas d’ailleurs pendant longtemps, ce bruit du camion (de police) me faisait sursauter, ça m’a traumatisée, ça m’a traumatisée, j’avais toujours l’impression qu’à chaque coin de rue les camions étaient là pour moi, je n’ai rien fait, je n’ai rien fait, c’est fait exprès, c’est-à-dire on te traumatise pour que tu ne ressortes plus27… »

27Nadia a été marquée par son arrestation, « traumatisée » dit-elle. Elle éprouve la peur d’être à nouveau confrontée à cette situation. Un sentiment d’autant plus marquant qu’elle a été arrêtée alors qu’elle se tenait à distance du lieu de rassemblement et considérait « qu’elle n’avait rien fait ». Elle ne manifestait pas, ne portait pas de signe pouvant permettre de l’identifier en tant que hirakiste (ni drapeau, ni pancarte, etc.). Cette expérience s’est soldée par une convocation au tribunal et une affaire en justice qui s’est étendue sur plusieurs mois, rendant tout engagement dangereux pour sa liberté. Si, dans certains cas, des auteur·es ont relevé que l’expérience répressive peut mener à la radicalisation de l’engagement (Fillieule, 2013), dans d’autres situations, notamment lorsque la perception du risque est accrue, la violence subie peut mener à une reconsidération de l’engagement. La peur démobilise presque toujours, quand la colère peut au contraire mobiliser (McAdam, 2005). L’utilisation de la peur est particulièrement forte dans les régimes coercitifs et autoritaires qui sont notamment caractérisés par « l’incertitude générée par l’imprévisibilité de la réaction de la force occupante ou de l’État, laquelle fait partie intégrante de la coercition » (Larzillière, 2018). Les expériences de Nadia, mais aussi de Samia, sont marquées par cette incertitude. Pour Samia, le fait d’ignorer ce que contient le procès-verbal enregistré lors de son interrogatoire est une source de peur. Elle n’a pas connaissance des éléments qui ont été retenus à son encontre et peut s’attendre à une convocation à tout moment. Elle explique :

  • 28 Ibid., 27/01/2022.

« Ça peut se retourner contre moi du jour au lendemain, parce que je ne sais pas ce qu’ils ont écrit dans ce PV. Et aussi par rapport à tout ce qu’il s’était passé pendant l’interrogatoire, après ça... moi personnellement j’ai été très apeurée, j’ai pris encore plus peur, conscience de leur pouvoir maléfique (...) Ah ! J’ai quitté les réseaux sociaux parce que je savais qu’ils suivaient tout. (...) je n’avais plus confiance, en fait j’étais rentrée dans une insécurité totale, où le hirakiste qui marchait avec moi depuis des semaines m’a interpellée, ma meilleure amie complètement choquée et mes parents très apeurés (...). Donc voilà, c’est comme ça que s’est finie mon histoire avec le hirak proprement dit (...) ça s’est fini par de la peur28. »

28Pour Samia, l’expérience de la garde à vue a marqué la fin de sa participation au hirak. Alors qu’avec des ami·es, ils et elles étaient sur le point de créer leur propre mouvement politique, les pressions qu’elle a subies lors de son interrogatoire ont mis un terme à leur démarche collective. Son choix de se retirer des réseaux sociaux et de ne plus participer aux rassemblements démontre sa volonté d’échapper à la surveillance de la police. Elle ne souhaitait pas prendre le risque que la situation se répète ou qu’elle mène à une détention de longue durée. Après cet épisode, Samia a démissionné de son travail dans une multinationale et s’est tournée vers une quête spirituelle à travers des pratiques comme le yoga, l’art-thérapie, l’hypnose. Ainsi, l’ensemble des pressions et du harcèlement subis pendant l’interrogatoire, les menaces et le chantage de la part des agent·es de l’État, ont freiné son élan contestataire. Les inquiétudes de son entourage familial ont également participé à renforcer cette peur. En effet, Nadia et Samia partagent toutes les deux des dispositions semblables. Ce sont des femmes âgées de 30 à 40 ans, diplômées, cadres et célibataires, dont l’engagement dans le hirak constitue pour elles un premier engagement dit politique et une première expérience répressive. Proches du réseau associatif, elles ont participé à des actions sociales et caritatives. Si elles ont des ami·es au sein du mouvement, leur entourage familial proche n’est pas impliqué dans la contestation. Elles ne sont pas issues de familles de militant·es ni même de hirakistes. En ce sens, elles ne sont pas encouragées à poursuivre leur engagement, avec les risques encourus, d’autant moins dans un contexte de désengagement et d’affaiblissement du mouvement. Cependant, il semble difficile de conclure à un désengagement définitif de ces militant·es, tant le contexte politique est défavorable à toute mobilisation dans l’espace public. Il serait alors plus juste de parler de mise en veille, en attendant une réouverture du champ des possibles.

Conclusion

29L’expérience répressive marque les individus. Pour Samia et Nadia, cette expérience s’est avérée traumatisante. Plus que la répression réelle et la violence subie, le « traumatisme » qu’elles partagent est celui de la répression fantasmée (Nikolski, 2013) et de celle qui pourrait advenir. Cette expérience n’a pas permis, pour ces militantes, de casser l’imaginaire de peur entretenu au sein de la société algérienne à l’égard de l’appareil coercitif. L’expérience vécue de la répression a accru au contraire, pour ces participantes au hirak, leur perception du risque encouru (McAdam 2005), renforcé leur sentiment de défiance à l’égard de l’État et de ses institutions. Elle a mis en lumière leur vulnérabilité face à une institution perçue comme capable, sur la base d’une décision arbitraire, de briser leur vie.

30Cela dit, la répression n’est pas un tout homogène. Si les agent·es de l’institution répressive peuvent user de leur pouvoir pour humilier et menacer les hirakistes, ces dernier·es ne sont pas totalement démuni·es et composent avec les ressources dont ils et elles disposent pour résister aux différentes formes de violence. De plus, les relations interpersonnelles qui se sont créées entre les fonctionnaires de police et les protestataires ne sont pas toujours alimentées par la haine et la violence. Elles peuvent être mêlées à des sentiments d’empathie, de solidarité lorsqu’il y a une identification de genre ou de classe sociale, voire de respect. Ainsi, la garde à vue est marquée par des comportements paradoxaux dont l’intensité varie en fonction du contexte et des enjeux politiques à un instant « t ». Si les agent·es de l’appareil sécuritaire appliquent les ordres, ils ont une marge de manœuvre à travers laquelle les réprimé·es participent eux aussi à la définition du rapport qui les confronte.

31En ce sens, l’analyse de l’espace-temps de la garde à vue nous apprend beaucoup des relations complexes qui s’établissent entre polices et manifestant·es et la réception par les réprimé·es de la violence d’État qui s’exerce sur eux. La diversité des corps de police (police nationale, renseignement, brigade de recherche et d’intervention) constitue une dimension centrale pour la compréhension de ce qui se joue au sein de l’appareil sécuritaire en contexte d’instabilité politique. Alors que des brigades spéciales sont déployées, à des moments clés de ladite transition politique, pour étouffer la contestation, des formes de concurrence émergent au sein même des commissariats. Les récits des enquêté·es donnent à voir les multiples formes de résistance déployées par les personnes réprimées et les agent·es de l’appareil répressif. Des enjeux politiques et sociaux apparaissent dans les relations entre policier·es et manifestant·es. Les protagonistes se justifient, argumentent et tentent de légitimer leur position lors de la garde à vue. La capacité des manifestant·es à tenir tête aux policier·es dépend quant à elle des ressources, des positions sociales et des expériences militantes préalables, dans lesquelles les hirakistes peuvent puiser pour faire face à la machine répressive. Ce sont ces mêmes dispositions qui contribuent à déterminer la capacité des manifestant·es à poursuivre leur engagement ou à le convertir. Les profils de femmes présentés dans cet article sont à ce titre parlant. Si ces dernières ont mis fin à leur participation au hirak, elles sont revenues à des actions caritatives : pendant la pandémie de covid-19, lors des incendies en Kabylie ainsi que dans la vie quotidienne, elles mettent en œuvre des réseaux de solidarité pour venir en aide aux personnes en difficulté comblant, par ce biais, les manquements d’un État en crise.

Haut de page

Bibliographie

Allal Amin, Baamara Layla, Dakhli Leyla, Fabiano Giulia, 2021, Cheminements révolutionnaires, Paris, CNRS Éditions.

Arezki Saphia, 2016, « Un demi-siècle d’histoire du renseignement algérien », Afrique contemporaine, 260, p. 78-82.

Baamara Layla, 2017, La contestation institutionnalisée. Sociologie d’un parti politique d’opposition en contexte autoritaire. Le cas du Front des forces socialistes algérien, Thèse de science politique, Aix-Marseille Université.

Bacqué Marie-Hélène, Biewener Carole, 2015, L’empowerment, une pratique émancipatrice ?, Paris, La Découverte.

Badis Salah, 2020, « Raviver la ‟Guerre de libération nationaleˮ et la dépasser : l’Algérie attend le 1er novembre », Mouvements, 102, p. 97-102.

Bargeau Adélaïde, 2018, « Vous avez le droit à un avocat » : enquête sur la réforme et les pratiques de la garde à vue, Thèse de science politique, Université de Strasbourg.

Bargeau Adélaïde, 2021, « S’opposer ou se servir : Les effets inattendus de la présence des avocats lors des interrogatoires policiers », Sociétés contemporaines, 122, p. 77‑100.

Bennani-Chraïbi Mounia, Fillieule Olivier, 2003, Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po.

Ben Boubaker Hajer, 2020, « Hirak, paroles et musiques : Petite histoire sélective des chants contestataires algériens de la colonisation à aujourd’hui », Mouvements, 102, p. 43-52.

Bourrat Flavien, 2012, « L’armée algérienne : un État dans l’État ? », Les Champs de Mars, 23, p. 21‑37.

Bourrat Flavien, 2020, « Les services de renseignement au Maghreb : un processus de normalisation complexe et inachevé », Confluences Méditerranée, 114, p. 15-27.

Cherbi Massensen, 2023, « Le Hirak algérien à quatre ans du 22 février 2019 : Entre répression judiciaire et renforcement de l’ordre sécuritaire ». Arab reform initiative 12, article en ligne (URL : https://www.arab-reform.net/fr/publication/le-hirak-algerien-a-quatre-ans-du-22-fevrier-2019-entre-repression-judiciaire-et-renforcement-de-lordre-autoritaire, consulté en novembre 2023).

Combes Hélène, Fillieule Olivier, 2011, « De la répression considérée dans ses rapports à l’activité protestataire : Modèles structuraux et interactions stratégiques », Revue française de science politique, 61, p. 1047-1072.

Cormier Paul, Erdinç Isil, 2020, « Introduction : les répertoires d’action répressifs en régime autoritaire », Pôle Sud, 53, p. 21‑35.

Dechezelles Stéphanie, 2018, La démocratie des émotions, Paris, Presses de Sciences Po.

Dechezelles Stéphanie, Traïni Christophe, 2018, « L’ethnographie comparée des émotions pour l’étude des processus politiques », Revue internationale de politique comparée, 25, p. 7-25.

Dris Chérif, 2016, « Algérie politique 2015 : Mise à la retraite du général Médiene et restructuration du DRS », L’Année du Maghreb, 15, p. 185‑202.

Dris-Aït Hamadouche Louisa, 2022, « Pouvoir-Hirak an 2 : les signes de l’impasse ? », L’Année du Maghreb, 26, p. 197‑212.

Filiu Jean-Pierre, 2018, « Les polices politiques face au défi de la contestation arabe » in Badie B. et Vidal D. (dir.), Qui gouverne le monde ?, Paris, La Découverte, p. 299-316.

Fillieule Olivier, 2013, « Le désengagement d’organisations radicales. Approche par les processus et les configurations », Lien social et Politiques, 68, p. 37‑59.

Hibou Béatrice, 2011, Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte.

Hochschild Arlie Russell, 2003, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, 9, p. 19-49.

Kotronaki Loukia, Seferiades Seraphim, 2010, « Sur les sentiers de la colère : l’espace-temps d’une révolte (Athènes, décembre 2008) », Actuel Marx, 48, p. 152-165.

LarzilliÈre Pénélope, 2018, « Sentiment d’injustice et engagement. Les expressions militantes de chocs moraux en contexte coercitif ou autoritaire », Cultures & conflits, 110‑111, p. 157‑77.

LarzilliÈre Pénélope, Calabrese Erminia Chiara, Grajales Jacobo, Manrique Gabriela, Napolitano Valentina, Ruiz de Elvira Laura, 2021, « Engagements et désengagements combattants. Les émotions comme outil d’analyse », Critique internationale, 91, p. 163‑81.

Latte Abdallah Stéphanie, 2010, « Incarcération des femmes palestiniennes et engagement (1967-2009) », Le Mouvement Social, 231, p. 9‑27.

Lefranc Sandrine, sommier Isabelle, 2009, « Conclusion. Les émotions et la sociologie des mouvements sociaux », in Traïni C. (dir.), Émotions... Mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po, p. 273-293.

McAdam Doug, 2005, « Pour dépasser l’analyse structurale de l’engagement militant », in Fillieule O. (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, p. 49‑93.

Nez Héloïse, 2018, « Émotions, délibération et pouvoir d’agir », in Blondiaux L. et Traïni C. (dir.), La démocratie des émotions, Paris, Presses de Sciences Po, p. 93‑118.

Nikolski Véra, 2013, « Lorsque la répression est un plaisir : le militantisme au Parti National Bolchévique russe », Cultures & conflits, 89, p. 13‑28.

Simon Gilles, 2019, Plogoff : L’apprentissage de la mobilisation sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Sommier Isabelle, 2010, « Les états affectifs ou la dimension affectuelle des mouvements sociaux » in Agrikoliansky É., Sommier I. et Fillieule O. (dir.), Penser les mouvements sociaux, Paris, La Découverte, p. 185-202.

Tilmatine Mohand, 2019, « Interdiction des emblèmes berbères et occupation des espaces symboliques : amazighité versus algérianité ? », L’Année du Maghreb, 21, p. 149‑64.

Traïni Christophe, 2020, « Choc moral », in Fillieule O., Mathieu L. et Péchu C. (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, p. 104‑110.

Traïni Christophe, Siméant-Germanos Johanna, 2009, Introduction. Pourquoi et comment sensibiliser à la cause ? Paris, Presses de Sciences Po.

Haut de page

Notes

1 Mot provenant de l’arabe signifiant « mouvement ». Ce terme s’est imposé au fil des semaines de mobilisation, comme nom au mouvement populaire qu’a connu l’Algérie à partir du 22 février 2019.

2 En effet, en Algérie comme dans d’autres régimes autoritaires, les services de renseignement sont un « véritable État dans l’État » (Arezki, 2016). Le Département du renseignement et de la sécurité (DRS), aujourd’hui dissout, a été remplacé par trois structures différentes, coordonnées par Athmane « Bachir » Tartag jusqu’en 2019 et directement rattachées à la présidence de la République (Arezki, 2016). Depuis le début du hirak et le contexte d’instabilité politique qui s’en est suivi, plusieurs directeurs se sont succédé à la tête de la Coordination des services de sécurité (CSS). Cependant, dans le langage courant, les citoyens continuent de désigner les services de renseignement par le sigle « DRS » ou encore « Sécurité militaire ». En effet, créé en 1990, le DRS était dirigé par la figure du général Mohammed Mediene dit « Toufik », considéré à l’époque comme Rab Dzair (le dieu de l’Algérie) (Dris, 2016). Ce dernier a fortement marqué la société algérienne durant la « décennie noire » (les années 1990), dans le cadre de la lutte « antiterroriste » (Filiu, 2018). L’opacité de cette police politique, entre pouvoir militaire et pouvoir civil, participe à la construction d’un imaginaire collectif de crainte, voire d’hostilité, à l’égard de cet appareil (Bourrat 2020) qui constitue, aux côtés de l’armée et de la présidence, un pilier de l’État algérien (Filiu 2018). Si les années Bouteflika (1999-2019) ont été marquées par un pouvoir civil fort, l’armée exerce un contrôle important sur les affaires publiques (Bourrat, 2012) et cela depuis l’indépendance.

3 Nous avons fait le choix de l’écriture inclusive afin de mettre en avant la présence des femmes. En revanche, nous ne l’employons pas dans les passages où sont rapportés et analysés les propos des enquêté·es qui mentionnent exclusivement des femmes ou des hommes.

4 Le recensement des arrestations et des incarcérations a été assuré par le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) et par le militant Zaki Hannache, actuellement exilé en Tunisie. Voir la page Facebook du CNLD (URL : https://web.facebook.com/comitenationalpourlaliberationdesdetenusCNLD/?_rdc=1&_rdr , consultée en novembre 2023).

5 Dans un article publié sur le site d’El Watan en 2021, Louisa Dris-Aït Hamadouche relève que « le budget du ministère de l’Intérieur en 2021 a augmenté de 28 % de plus par rapport aux affectations en 2020 (APS, 23/10/2020), lesquelles étaient déjà en hausse de 3,25% par rapport à 2019 (Algérie 360, 28/10/2019). Plus problématique encore, le budget de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a bénéficié du plus grand quota de budget de fonctionnement proposé, destiné à l’acquisition de matériel d’armement, au renouvellement du parc automobile et à l’ouverture de 6 000 postes d’officiers de police » (URL : https://elwatan-dz.com/de-la-repression-du-hirak-a-la-reprise-des-emeutes-les-risques-incalculables-de-la-gestion-par-la-violence-controlee , consulté en novembre 2023).

6 On peut citer les recherches d’Adélaïde Bargeau (2018 et 2021) qui portent sur la réforme et les pratiques de la garde à vue en France, et plus particulièrement sur les relations et les concurrences entre policiers et avocats pendant la garde à vue.

7 Dans leur article sur les rapports de la répression à l’activité protestataire, Hélène Combes et Olivier Fillieule (2011) rappellent que pour de nombreux chercheurs, tenants de la théorie de la frustration, la répression aurait un effet positif sur la mobilisation. Pour d’autres, qui s’inscrivent dans la théorie de la mobilisation des ressources, la répression peut au contraire décapiter un mouvement, freiner les initiatives et mettre un terme à la mobilisation.

8 Notre échantillon se compose de huit entretiens avec des femmes et quatorze avec des hommes. Les entretiens ont été réalisé en dialecte algérien et en français, souvent dans un mélange des deux langues.

9 Article de Houari Barti, publié sur le site du Quotidien d’Oran le 14/12/2019 (URL : http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5284498&archive_date=2019-12-14, conulté en novembre 2023).

10 Article de Farida Flissi, publié sur le site de TV5 Monde en 2020 (URL : https://information.tv5monde.com/terriennes/feminicide-en-algerie-vague-de-colere-apres-la-mort-de-chaima-violee-et-brulee-378121 , consulté en novembre 2023).

11 Le tasbih est le chapelet musulman. Il est utilisé pour invoquer Dieu et le prier.

12 Article publié sur le site du Monde le 13/10/2021 (URL : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/10/13/algerie-une-ong-phare-du-mouvement-prodemocratie-dissoute-par-la-justice_6098203_3212.html, consulté en novembre 2023).

13 Article d’Abla Chérif, publié sur le site du Soir d’Algérie le 16/04/2019 (URL : https://lesoirdalgerie.com/actualites/condamnation-unanime-des-pratiques-de-la-police-22429 , consulté en novembre 2023).

14 Entretien réalisé dans le village de Boutelilis, le 05/02/2022.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Article de Madjid Zerrouky, publié sur le site du Monde le 06/02/2021 (URL : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/02/06/en-algerie-des-accusations-de-tortures-suscitent-l-indignation_6069012_3212.html, consulté en novembre 2023).

18 L’identité de genre et l’orientation sexuelle de Hakim sont confondues par les personnes rencontrées sur le terrain. En effet, un mois après notre entretien, nous nous sommes croisés dans le bureau de l’avocat Maître K. qui s’occupait de son dossier dans le cadre du collectif de défense. La secrétaire de Maître K. avait exprimé ne pas savoir si elle devait lui parler au féminin ou au masculin. Ainsi, homosexualité et transidentité ne sont pas vraiment distinguées et prêtent à confusion. Il demeure que Hakim est perçu comme étant en dehors du cadre hétéronormé prégnant au sein de la société algérienne.

19 Conversation téléphonique, le 15/12/2019.

20 Le FFS est le plus « vieux parti d’opposition ». Fondé en 1963, il opérait dans la clandestinité jusqu’à la mise en place du pluralisme partisan en 1989 (Baamara, 2017).

21 Entretien réalisé à Oran le 09/01/2022. Considérée comme l’hymne du hirak, cette chanson est une reprise de « La Casa Del Mouradia » du groupe d’ultras « Ouled el Bahdja », supporteurs du club de football algérois USMA (Ben Boubaker, 2020).

22 Entretien réalisé à Oran le 09/02/2022.

23 Ibid., 27/01/2022.

24 À noter que le site de la Direction nationale de la sûreté nationale (DGSN) est inaccessible depuis l’étranger et qu’il est difficile d’obtenir des organigrammes qui permettraient d’identifier les différents corps et leurs places dans la hiérarchie.

25 Entretien réalisé à Oran le 12/02/2022.

26 Ibid., 25/01/2022.

27 Ibid.

28 Ibid., 27/01/2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lina Benchekor, « Gardé·es à vue. Domination(s) et reconfigurations des rapports entre manifestant·es et policier·es pendant le hirak (2019-2021) »L’Année du Maghreb [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 19 décembre 2023, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/12541 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.12541

Haut de page

Auteur

Lina Benchekor

Doctorante en science politique au sein du laboratoire Mesopolhis à Aix-Marseille Université et au sein de l’ERC LIVE-AR (The subsequent lives of Arab revolutionaries).

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search