Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30ÉditorialÉdito : Police, plus de papiers !

Éditorial

Édito : Police, plus de papiers !

Eric Gobe, Céline Lesourd, Loïc Le Pape, Farida Souiah et Nessim Znaien

Texte intégral

Dossier : L'ordre et la force. Police, sécurité et surveillance au Nord de l’Afrique

1Le dossier central de ce numéro, consacré aux institutions policières et à leurs agents en Afrique du Nord, a été coordonné par Mériam Cheikh, anthropologue, et Audrey Pluta, politiste. L’objectif qu’elles s’étaient fixé ne manquait pas d’ambition : réunir des travaux empiriquement fondés qui renouvellent la manière dont les polices et les policièr·e·s de la région sont appréhendés. Le changement de perspective qu’elles s’étaient imposé – porter un regard depuis l’intérieur des institutions policières et aux plus proches de leurs agents – est aussi ardu à opérer qu’heuristique. Le défi fut en grande partie relevé. Les auteurs et les autrices ont su faire preuve de résilience et de créativité scientifique pour faire face aux difficultés d’accès aux terrains. Ils et elles ont produit ou se sont emparé·e·s de matériaux divers et riches : notes d’observation, entretiens, archives, productions écrites de la police, productions culturelles, etc. Parfois, ils ou elles ont dû se résoudre à documenter la police à partir de la perspective des personnes qui sont la cible de ses actions répressives, notamment les militants et les militantes.

2L’image de la police au Maghreb et au Moyen-Orient est souvent fantasmée. L’institution est appréhendée au singulier tel un monolithe et vue uniquement à l’aune de son rôle dans le maintien de l’autoritarisme. Dans les articles que ce numéro réunit, les polices – héritières de leurs histoires coloniales et postcoloniales – ne sont ni monolithiques ni immuables. Leur rapport au régime et à la société se transforme. Elles évoluent à des moments charnières et en temps de crises lorsque leur légitimité est contestée et que les critiques internes et externes à leurs égards se font plus vives ou vocales. Elles travaillent leur image, communiquent, produisent des discours et des savoirs. Elles sont affectées et affectent les mouvements sociaux. Elles perdent puis regagnent le contrôle d’espaces. Elles répriment de façon différenciée les personnes. Elles se veulent gardiennes d’un ordre social et maintiennent des inégalités de genre, de classe et de race. Ce numéro participe à l’émergence d’une sociologie, d’une science politique, d’une anthropologie, d’une géographie et d’une histoire des polices dans la région. Les monographies qui s’y déploient posent des jalons importants. Il n’y a plus qu’à espérer que ces travaux seront prolongés notamment par des travaux comparatistes.

Enjeux et débats

3Les « chroniques politiques » de L’Année du Maghreb ne sont plus. Elles ont été transformées en une rubrique « Enjeux et débats ». Ce changement a été effectué pour prendre de la distance avec la chronologie et accueillir des articles courts (des gros plans) et longs analysant des événements et des phénomènes récents se rapportant aux développement politiques, sociaux, économiques et culturels concernant les différents pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Mauritanie, Libye, Tunisie) ou le Maghreb pris comme un ensemble géographique.

4Cette année, la rubrique accueille deux articles de réflexion sur l’état des sciences sociales au Maghreb, ainsi que cinq articles relevant des sciences juridiques et politiques. Les deux premières contributions de la rubrique présentent les enjeux scientifiques et organisationnels se rapportant à la tenue de deux congrès de sciences humaines et sociales qui se sont respectivement déroulés en Tunisie (septembre) et en Algérie (novembre). Les autres articles de la rubrique abordent, d’un point de vue scientifique, des thématiques renvoyant à une actualité brulante. Le Gros plan d’Andrea Gallinal Arias porte sur les migrations irrégulières aux îles Canaries en provenance du Maroc et d’Afrique subsaharienne. Plus précisément, l’autrice s’intéresse aux représentations sociales différenciées, associées aux migrants marocains et subsahariens chez les populations autochtones. Les deux articles longs de la rubrique Algérie sont centrés sur le Hirak. Le texte de Sihem Bebboubia, fruit d’une enquête de terrain fouillée, décrit les dynamiques du Hirak étudiant à Oran, tandis que celui de Massensen Cherbi s’intéresse aux mécanismes législatifs mis en œuvre par le régime autoritaire algérien pour étouffer le mouvement de protestation déclenché en 2019.

5Alors qu’Israël mène, depuis octobre 2023, une guerre de grande ampleur dans la bande de Gaza, Le gros plan d’Alfonso Casani et de Francesco Colin, sur les enjeux politiques internes de la normalisation entre le Maroc et Israël, fait ressortir a contrario à quel point la question palestinienne ne peut pas être éludée par les régimes politiques arabes. Quant à l’article long de Julius Dihstelhoff de Mounir Mrad sur la Tunisie de Kais Saïed, il montre, en s’inspirant des positionnements théoriques de Gramsci, que les mesures politiques prises par le président de la République font du nouveau régime, instauré depuis le 25 juillet 2021, une dictature sans hégémonie.

Varia et travaux en cours

6Douze articles ont été publiés dans la rubrique Varia et travaux en cours au cours des quatre derniers numéros de l’Année du Maghreb, ce qui prouve à tout le moins la bonne vitalité de la revue, et celle des études maghrébines actuelles en langue française. Les deux articles de ce numéro de décembre semblent à première vue éloignés loin de l’autre : l’article de Mohand Anaris, « Manière de dire et manière d’exercer la parenté en Kabylie. Pour une approche renouvelée du croisement genre et fait matrimonial » traite de la conception des relations familiales et notamment du mariage dans la Kabylie contemporaine, autour d’une approche qui vise à prendre davantage en compte le point de vue des femmes. L’article d’Annélie Delescluse, « Immigrés noirs au Maroc : interactions et transactions identitaires dans l’espace public », évoque les processus de xénophobie concernant les minorités d’Afrique centrales et de l’ouest dans le royaume chérifien des dernières années, à partir d’une étude portant sur une cinquantaine d’hommes et de femmes. Dans deux terrains différents, ces approches sociologiques traitent néanmoins fondamentalement des rapports de domination autour d’un même couple central : l’étranger/le semblable. L’étranger est immigré, d’une couleur de peau différente, dans le cas marocain. Il est extérieur à la famille et au lien de parenté dans le cas algérien. Dans tous les cas, le processus de définition de ce qui doit être accepté ou rejeté par la communauté est au cœur de la création de nouvelles interactions sociales et de nouvelles identités, aussi bien dans le groupe majoritaire, que dans le groupe dominé.

Vie de la revue

7Ce numéro 30 de L’Année du Maghreb est très spécial, et ce à plus d’un titre car il marque des « premières ». En effet, comme cela a été mentionné, nous inaugurons ici le nouveau format « Enjeux et débats », qui vient prendre la suite des « Chroniques », rubrique historique de la revue. Dans ce nouveau format, un appel à contribution est publié chaque année : les thématiques proposées sont indicatives et dépendent de l’actualité et des évolutions récentes des pays du Maghreb. Il peut s’agir d’articles type « gros plans » (3 000 mots) articles concis et informés qui traitent d’une question d'actualité (politique, sociale, économique et culturelle) se rapportant à des événements récents concernant les différents pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Mauritanie, Libye, Tunisie) ou le Maghreb pris comme un ensemble géographique. Des retours d’enquête de terrain, d’étudiants ou de chercheurs confirmés, peuvent également faire l’objet de gros plans. Nous accueillons aussi dans cette nouvelle rubrique des articles plus longs (8 000 mots) qui analysent de manière approfondie des événements et des phénomènes récents se rapportant aux développement politiques, sociaux, économiques et culturels concernant les différents pays du Maghreb. Pour l’année prochaine, l’appel est en cours et invite à des analyses sur des thématiques variées : de l’agro-business et ses enjeux fonciers en Mauritanie aux gestions des catastrophes naturelles (tremblement de terre au Maroc ou inondations en Libye). Les propositions de contributions sont attendues pour le mois d’avril 2024 pour une publication, après évaluations en double aveugle, en décembre 2025.

8Une autre première de ce numéro 30 ? C’est celle d’une page qui se tourne. Il n’y aura pas de version imprimée du numéro, plus de papier ! Ces derniers mois, en effet, nous avons pris le temps en comité de rédaction d’engager une réflexion sur l’économie générale de la revue. Nos recettes sont maigres, partagées avec notre éditeur CNRS Éditions (à 50-50 sur les revenus des consultations au sein du programme Freemium d’Open Edition). Nous ne faisons pas de bénéfices sur la vente papier ni sur les abonnements. Les subventions reçues couvraient à peine nos frais de fonctionnement consacrés essentiellement à l’assemblée générale annuelle du comité de rédaction réunissant une quinzaine de chercheur·e·s qui viennent de l’Europe et du Maghreb. Avec le reliquat de ces bénéfices, alliés au soutien de l’IREMAM et de l’INSHS, nous avons engagé cette dernière année la traduction en arabe de résumés substantiels des articles de nos dossiers de recherche et des Varia. Mais l’équilibre précaire de notre trésorerie nous obligeait à dépenser une énergie assez chronophage à la recherche d’autres sources de financement pour mener à bien ce projet de traduction. De même, l’atelier d’écriture à destination des doctorant·e·s que nous avons développé ces dernières années engage quelques frais d’organisation. De petites sommes en petites sommes, nous avons fait le constat que l’autonomie de L’Année du Maghreb était amoindrie, ce qui constituait pour nous une source d’inquiétude.

9Par ailleurs, nous avons constaté ces dernières années que notre lectorat en ligne est très important. Les statistiques donnent à voir que la fréquentation du site est en constante augmentation depuis que la revue est en accès libre, gratuite et sans embargo. Autre constat, autre argument de poids : une grande part de notre lectorat est au Maghreb, où le coût d’un numéro papier peut être prohibitif. Se développent également des consultations aux États-Unis, en Espagne et en Allemagne, où les exemplaires papiers peinent à être disponibles. Enfin, le comité de rédaction est sensible aux enjeux écologiques, à l’augmentation du prix du papier et constate que les usages en ligne sont déjà énergivores…

10Pour toutes ces raisons après plus d’une année de discussion collective, nous avons fait le choix d’abandonner la version papier de la revue et de et passer au tout numérique. Il nous a été extrêmement difficile de prendre une telle décision mais, pour notre équipe, les priorités sont claires : il s’agit pour nous de faire vivre la revue en privilégiant le débat scientifique, donc les rencontres du comité de rédaction ; de favoriser la transmission, en traduisant davantage en arabe et en anglais et en redéployant avec force notre atelier d’écriture à destination des étudiant·e·s de France et du Maghreb qui ouvre des perspectives stimulantes sur les nouvelles recherches en cours1. Notre souhait est également de mieux diffuser la revue, de lui permettre de prendre place dans le débat public à l’occasion d’événements en France, de présentation en librairies, ou à l’étranger dans les UMIFRE.

11Pour clore enfin ce passage en revue des changements que connait L’Année du Maghreb en cette année 2023, nous devons évoquer les départs et arrivées au sein du comité de rédaction et de l’association. Marc André a décidé de quitter le comité et nous en sommes très attristés. Nous voulons toutefois le remercier très sincèrement pour tout le travail qu’il a effectué pour la revue. Cheville ouvrière obstinée de notre « référencement », bataillant avec Scopus, bâtissant la charte, tout en pilotant un magnifique numéro L’inévitable prison, Marc André a passé plusieurs années riches à nos côtés. La revue lui doit beaucoup et tout le comité de rédaction lui souhaite le meilleur, même si c’est un peu loin de nous. Giulia Fabbiano vient de rejoindre le comité de rédaction. Nous la remercions sincèrement d’avoir accepté notre invitation et nous réjouissons des échanges à venir.

12Nous remercions aussi Frédéric Abécassis, président de l’association de la Rédaction de L’Année du Maghreb de 2015, année de sa création, à 2023 pour tout le travail accompli pour la revue. Il a modernisé nos procédures de travail, su fédérer une équipe et, avec une conscience aiguë des enjeux de l’édition d’une revue universitaire, il a initié une dynamique de travail dont nous sommes les héritiers. C’est Isabelle Grangaud qui a été élue à l’unanimité en septembre 2023 comme nouvelle présidente de l’association, avec à ses côtés Aurélia Dusserre, trésorière et Sabine Partouche, secrétaire.

13Enfin, nous souhaitons le bon retour de Sabine Partouche aux platines de la revue.

14Pas de papier donc pour ce numéro « Police », intitulé L’ordre et la force. Police, sécurité et surveillance au Nord de l’Afrique. Plus de papier, non plus pour les numéros à venir : un spécial Varia et travaux en cours, en juin 2024 ; un numéro spécial anniversaire en décembre 2024 et un dossier consacré aux nouvelles puissances politiques du cinéma en juin 2025, coordonné par Selima Tenfiche et Marie-Pierre Bouthier, dont l’appel est en cours2.

Haut de page

Notes

1 L’appel en cours est disponible sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/anneemaghreb/12079

2 L’appel est disponible sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/anneemaghreb/12081

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Gobe, Céline Lesourd, Loïc Le Pape, Farida Souiah et Nessim Znaien, « Édito : Police, plus de papiers ! »L’Année du Maghreb [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 05 décembre 2023, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/12613 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.12613

Haut de page

Auteurs

Eric Gobe

Politiste, CNRS, IREMAM

Articles du même auteur

Céline Lesourd

Anthropologue, CNRS, Centre Norbert Élias

Articles du même auteur

Loïc Le Pape

Politiste, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CESSP

Articles du même auteur

Farida Souiah

Politiste, EMLyon Business School

Articles du même auteur

  • Le métier de caricaturiste en Algérie au prisme des œuvres de Hic et de Dilem consacrées aux « brûleurs » de frontières
    Politcal Cartoonist: a Commited Humourist, Journalist and Artist. The Profession of Caricaturist in Algeria through the Prism of Dilem’s and Hic’s Political Cartoons about harga (Undocumented Migration)
    Paru dans L’Année du Maghreb, 15 | 2016

Nessim Znaien

Historien, Philipps University Marburg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search