Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Dossier : L'ordre et la forceL’ordre et la force. Police, sécu...

Dossier : L'ordre et la force

L’ordre et la force. Police, sécurité et surveillance au Nord de l’Afrique

Introduction du dossier
Mériam Cheikh et Audrey Pluta

Texte intégral

1En janvier 2022, la BBC diffuse les enregistrements des derniers appels téléphoniques passés le 14 janvier 2011 par le désormais ex-président Ben Ali, alors en vol pour l’Arabie Saoudite. Cherchant à revenir en Tunisie, il s’enquiert de la situation sécuritaire auprès de son ministre de la Défense de l’époque, Ridha Grira :

Zine El Abidine Ben Ali : Mais ça s’est calmé là non ? [...]
Ridha Grira : Je peux assurer votre protection au Palais présidentiel, Monsieur le Président, mais la rue… je ne sais pas
Zine El Abidine Ben Ali : La rue, la rue… Qu’est-ce que je lui ai fait moi à la rue ? La rue je l’ai servie moi (alchār’a khdemthu) !1

2Avant de prendre le pouvoir en 1987, Ben Ali fait ses armes au ministère de l’Intérieur en tant que ministre et Secrétaire d’État de la Sûreté nationale. Il met en place un maillage sécuritaire du territoire reposant tant sur les forces de sécurité que sur les cellules locales du parti quasi-unique le RCD, ce qu’il désigne par le fait d’avoir « servi la rue ». Cette construction politique du consentement par la domination et la surveillance a reposé en grande partie sur la police, objet de ce dossier.

3La crainte des appareils sécuritaires constitue un élément majeur dans la perception des institutions sécuritaires, notamment les polices dans le monde arabe. Capable de véhiculer des injonctions jusqu’au cœur de l’intimité de tout individu et de ses proches, les incitations populaires à la « discrétion » témoignent de l’intériorisation de la force de la présence policière au quotidien mais aussi la place très spécifique que cette dernière a occupé dans l’imaginaire de (mais aussi sur) la région. À partir de 2011, à la crainte se substituent la surprise, l’étonnement, la joie et la colère face à l’ébranlement des cadres de contrôle et de maintien de l’ordre qui s’observent alors que des processus contestataires puis révolutionnaires s’installent durablement dans nombre de pays de la région. Ici, ce sont des citoyens activistes qui renversent la surveillance et font des policiers ou des gendarmes les objets du contrôle ; munis de caméra, ils font une priorité de la dénonciation des appareils sécuritaires, et notamment de leur corruption et des humiliations qu’ils infligent au quotidien aux citoyens. Là, c’est l’expérience de la manifestation et de la force du grand nombre qui facilite l’interpellation des forces de l’ordre par les publics, et partant, celle des pouvoirs en place, des dictatures dont les corps sécuritaires sont les véritables piliers (Filiu, 2018 ; Marzouki et Geisser, 2009) ; elles sont désormais instantanément descriptibles, énonçables et reconnaissables comme tel par la puissance de l’essor phénoménal du numérique interactif : de gendarmes filmés en plein acte de corruption (Maroc, Tunisie) en passant par les images des violences policières, la police devient instantanément derrière les écrans un objet de critique et de dérision à l’instar des mèmes, souvent ingénieux, qui se propagent à une vitesse fulgurante. Les attaques de commissariats, comme en Égypte et en Tunisie en 2011, montrent à quel point ceux-ci sont des symboles de la peur et des humiliations et incarnent cet ordre contre lequel s’est élevé la colère populaire : le renversement du rapport de force passe par le contrôle, ou la destruction de ces lieux.

  • 2 Une des dernières livraisons de L’Année du Maghreb a dans ce sens porté sur l’expérience carcérale (...)

4La généralisation de cette critique et la multiplication des mises en récit sur la police produites par des citoyens ordinaires depuis n’importe quel lieu, suscitent de nouvelles interrogations. Il est nécessaire de produire de nouveaux savoirs qui vont au-delà des connaissances jusque-là fournies par les sciences sociales sur le monde arabe. Le contrôle, la mise sous silence de la contestation politique et les restrictions de liberté, la surveillance par les services de renseignement ou les mukhabarat – manière de les nommer en langue vernaculaire qui a pour effet une exceptionnalisation des polices non-occidentales – l’emprisonnement, la torture ou les disparitions qui lui sont liées ont concentré les efforts de la recherche académique (Khalili et Schwedler, 2010 ; Bellin, 2004).2 Celle-ci s’est concentrée sur les collusions entre le pouvoir politique et les appareils militaires et sécuritaires. Cette approche du sécuritaire par le haut et par ses transactions collusives avec le politique, laisse peu de place à la distinction, à la différenciation entre les différentes institutions, dispositifs et acteurs de la coercition ; la compréhension demeure lacunaire. De plus, contrairement à leur clientèle (Jobard, 2010), les acteurs répressifs eux-mêmes sont peu pris pour objet d’analyse. Ainsi la police est si présente au quotidien et si peu connue alors même qu’elle ne semble plus inspirer autant de crainte auprès des jeunes générations urbaines. Dans certains pays, comme le Maroc, émergent de nouvelles formes de délinquance juvénile installant des rapports conflictuels entre jeunesses urbaines précarisées et forces de l’ordre. L’importance des appareils sécuritaires dans la (relative) stabilité des pouvoirs politiques au Maghreb ne se mesure pas, en effet, à un intérêt marqué de la recherche en sciences sociales pour la police en action. Rares sont les études qui se sont emparées dans le monde arabe de l’objet police. Lorsqu’elles existent, indépendamment de la période étudiée, elles sont des productions scientifiques marginales, ne donnant pas lieu à l’ouverture d’un champ de recherche spécifique aux polices du monde arabe (Tollefson, 1999 ; Lia, 2006 ; Blanchard et Glasman, 2012) porteur de savoirs qu’appelle pourtant de ses vœux la sociologie de la police et sa veine comparatiste (Maillard, 2017).

5Ces dernières années constituent, toutefois, une exception puisque l’objet police – différent de l’objet « sécuritaire » donnant lieu à davantage de travaux par exemple sur l’armée, les réformes de la sécurité et la sécuritisation – s’impose dans de récents travaux doctoraux, des panels de congrès scientifiques et, à présent, dans des revues académiques (Watkins, 2022 ; Camps-Febrer, 2022 ; Pluta, 2020 ; Seurat, 2020 ; Tarjem, 2018). Sur ce dernier point, il peut paraître surprenant qu’aucune revue de sciences sociales dédiée au monde arabe n’ait encore consacré un numéro aux institutions du maintien de l’ordre, à leur constitution historique et à leur ordinaire : l’ordinaire de la profession, l’ordinaire du travail policier, l’ordinaire de l’organisation institutionnelle. Le parti pris de ce dossier, consacré aux polices contemporaines dans le nord de l’Afrique, est d’essayer d’aller au plus près de cet ordinaire et de ne pas réduire l’analyse de la police à celle de l’autoritarisme. Bien évidemment, l’analyse des polices en soi se fait sans éluder la dimension répressive qui revient avec force ces dernières années (Josua et Edel, 2021 ; Allal et Vannetzel, 2017) avec des temporalités différentes selon les pays.

6Rendre compte de l’histoire et de l’actualité des manières de contrôler, surveiller et réprimer tout en examinant le développement et l’évolution des politiques de sécurité intérieure : tel est l’objectif que nous nous sommes assignés pour ce dossier spécial. Il rassemble huit articles inédits sur les polices en Algérie, en Égypte, au Maroc et en Tunisie et leur production d’un ordre social. Ce dossier insiste sur l’importance d’une analyse multi-située mais spécifique des institutions de la répression, à contre-courant des approches actuelles en faveur d’un décloisonnement de la compréhension des pratiques de contrôle. En effet, on observe une tendance marquée dans les travaux sur le travail sécuritaire en dehors des pays du Nord où l’analyse des corps policiers étatiques est rapprochée de celles se penchant sur toutes les formes de sécurité et de maintien de l’ordre (vigilantisme, agence de sécurité, gardiennage, milices, etc.).

7Il faut le souligner, et c’est à n’en pas douter ce qui explique la difficile émergence d’un champ de recherche spécifique et dense, la tâche n’a pas été aisée de rassembler un ensemble d’articles réussissant à produire des analyses à partir de l’observation depuis l’intérieur de l’institution policière ou depuis ses marges ou qui mobilisent ce que la police dit d’elle-même et laisse comme trace.

  • 3 L’exemple tragique du jeune chercheur de l’université de Cambridge, Giuilio Regini, arrêté par la p (...)

8L’observation directe est souvent impossible en particulier lorsque les objets concernent l’interrogatoire, la garde à vue, ou le procès-verbal, en raison des difficultés liés à l’accès au terrain et à l’obtention des autorisations nécessaires pour mener l’enquête. Ces difficultés, se sont accrues ces dernières années dans la région, comme il en est de même pour d’autres régions du monde, y compris au sein des démocraties, avec un renforcement de l’« insularité » policière (dans le cas français voir Jobard, 2022). Toutefois, les autrices et auteurs parviennent à rassembler un ensemble d’indices et de preuves permettant de rendre compte de la spécificité des modes d’action des polices observées. Ils et elles veillent, par ailleurs, à ne pas penser ces institutions comme des blocs monolithiques, mais au contraire, à prêter attention aux distinctions entre les corps qui composent les appareils sécuritaires. Ils et elles réussissent à déplacer leur regard et à produire des données offrant des éclaircissements particuliers sur ces institutions et posant de nouvelles questions méthodologiques et déontologiques. Ils et elles interrogent les limites mais aussi les possibilités empiriques ainsi que les effets sur la production scientifique d’enquêtes sur des matériaux écrits par la police et obtenus directement ou par des acteurs tiers. Dans un contexte où l’univers académique et notamment les sciences sociales sont prises à partie par les autorités publiques qui ont accru la surveillance voir les répressions des chercheur.e.s jusqu’à les placés en situation de danger,3 comment la production de savoir évolue-t-elle sur de tels objets ? Trois axes thématiques se dégagent de l’ensemble de ces articles dont les apports apparaissent complémentaires tant ils résonnent les uns avec les autres soulignant l’utilité d’un comparatisme au sein de la région sur cet objet police.

9À l’origine de ce dossier, une intention : prêter attention aux discours de la police et non pas seulement sur la police. Aussi, nous proposons, dans un premier temps, de regarder de plus près ce que la police dit d’elle-même. Loin d’être muette, l’institution se raconte via ses propres canaux de communication, dans les presses locales, nationales et à présent sur les réseaux sociaux où elle témoigne de ses actions contre le crime – souvent au service d’une politique du chiffre –, contrecarre la multiplication des points de vue (politiques, théoriques, critiques) et riposte aux critiques qui lui sont faites. L’étude du maintien de l’ordre passe par conséquent par l’analyse de la rhétorique policière et sécuritaire. À rebours d’un rejet des discours produits par les institutions sécuritaires, cette première thématique prend au sérieux ce qu’elles disent et comment elles le disent permettant d’appréhender à la fois l’ordre politique qu’elles garantissent mais aussi l’ordre professionnel qu’elles représentent, incarnent ou peuvent contester en interne.

10La deuxième thématique concerne plus spécifiquement sur les rapports entre police et politique, explorant les manières dont les institutions policières ont été affectées par des situations de changements de régime, des crises politiques et des contextes politiques mouvants. Controversé lors des moments révolutionnaires de 2011, le changement au sein de l’institution policière était dans certains contextes (notamment en Égypte et en Tunisie) au cœur d’un débat public sur les réponses politiques aux aspirations révolutionnaires. Questionner les liens entre champ politique et institution sécuritaire permet notamment de revenir sur le métier de policier et la manière dont il est pensé et donne lieu à des conceptions divergentes. Les normes socio-professionnelles policières sont ainsi loin d’être immuables et ont fait l’objet de redéfinitions importantes, pour lesquelles l’année 2011 ne constitue pas nécessairement une date charnière. Qu’il s’agisse des règles d’avancements dans l’institution, des modalités et des champs d’intervention de certaines brigades ou encore des évolutions des priorités sécuritaires et stratégiques des unités, penser le changement dans les appareils sécuritaires au Maghreb permet aussi de questionner leur position dans les agencements du pouvoir.

11Enfin, la troisième thématique du dossier porte sur les modalités de (ré)affirmations des hiérarchies sociales et politiques. Le maintien de l’ordre c’est, on le sait, le rappel d’un ordre social et la sauvegarde d’un ordre politique, comme « priorité du pouvoir » (Monjardet,1996, p. 267). Le rappel à l’ordre peut prendre des formes parfois discrètes, qui se dérobent aux regards extérieurs notamment dans la crainte d’une publicisation des violences policières. Il peut également passer par la violence symbolique et par une présence physique des polices sur les espaces urbains, lieux par excellence de l’affirmation du pouvoir politique (et sa réaffirmation en temps de crise). Cette présence rappelle avec force les limites acceptées de l’utilisation des espaces, impose des restrictions de circulation et s’approprie voire privatise des lieux tout en modifiant les tracés géographiques et leurs usages sociaux. Par le biais de ces processus d’assujettissement spatiaux, la police joue un rôle central dans la réaffirmation des normes de genre, de classe et de race qui s’appliquent différemment selon les secteurs de la vie citadine.

Maintenir l’ordre et l’image : communication et production culturelle de l’institution

12Les agences en charge du maintien de l’ordre et de la sécurité ont pour tâche de garantir la sûreté des États et de leurs populations. La communication n’est a priori pas de leur ressort. Elles ont pourtant à cœur de communiquer sur leurs actions tentant de défaire le stigmate de la mauvaise réputation des institutions sécuritaires (Geisser, 2015). C’est plus particulièrement le cas de la police qui, dans certains pays arabes, développe très tôt des modes d’adresse directe à la population à qui elle fait part de ses actions. Une adresse qui se transforme à mesure qu’évolue la place de la communication dans la région et du travail de transparence que la police tente ou prétend incarner. Au cours des années 1990, on note en effet un investissement croissant dans les moyens de communication auprès du public (presse à sensation dédiée au crime – éprouvés aux périodes coloniales –, chroniques policières, etc.) tentant d’imposer ainsi l’image d’une police citoyenne au service du public et de la garantie des libertés individuelles. Dans le sillon de cet essor exceptionnel des médias privés au Maghreb et au Moyen-Orient, les polices de la plupart des pays revoient leur traditionnelle communication, qui passait jusqu’alors par la presse ou les agences de presse, relais des communiqués officiels ou des informations transmises à dessein officieusement. Elles consacrent désormais du temps professionnel à cette activité de communication et développent ou dépoussièrent leurs propres supports de communication. Loin d’être exceptionnelle, cette démarche connaît des antécédents. En effet, dès la création des nouveaux États avec les décolonisations, la plupart des polices de la région se dotent d’un instrument de communication qui évolue au cours des décennies de manière différentes selon les pays. Les supports créés – souvent des magazines – sont destinés au large public comme ce fut le cas en Égypte, en Syrie, en Algérie, au Maroc, en Irak, en Jordanie. Le but est toujours le même : rappeler l’importance de l’ordre à travers la loi, évoquer les crimes et montrer la nécessité de la présence policière.

13À visée interne ou externe, ces publications sont mises au service d’une légitimation des institutions, même dans le cas d’une police sans État comme en Palestine (Lia, 2006). Si les magazines sont mobilisés dans les travaux qui visent à analyser la construction du sécuritaire - ses déploiements multiples ou les processus de réforme (Watkins, 2022 ; Martin, 2017 ; Lia, 2006) - ils ne font pas l’objet d’un questionnement spécifique sur le travail communicationnel et la mise en place du métier de policier-communicant. De rares travaux les abordent comme des objets culturels (Smolin, 2013) mais ne renseignent qu’à la marge sur l’agencement d’une institution, d’un travail, d’une profession et de ses modes d’action (Cheikh, 2020). Pourtant, ces publications en tous genres (magazines, sites internet, pages de réseaux sociaux, vidéos en ligne, journées portes ouvertes, documentaires, films, séries, polars, nouvelles, photographie, etc.) constituent des matériaux utiles lorsque les terrains sont difficiles d’accès ou empêchés. Elles sont, alors que les épisodes révolutionnaires connaissent une réécriture acharnée des faits, comme le montre l’article de Sixtine Deroure dans le présent dossier, le lieu de bataille pour le récit.

14La communication policière ou sécuritaire prend plusieurs formes. Il en va ainsi des publications directes mais aussi d’autres supports restés inexplorés pour ce dossier, à savoir la production savante des policiers et des policières. Les savoirs emic qui ont une vocation théorique et conceptuelle ne sont pas à négliger. Des criminologues fonctionnaires de police ou autres praticien.ne.s de l’ordre produisent des contenus en empruntant notamment aux sciences sociales, certain.e.s embrassent des parcours de recherche. Les travaux sociologiques abordant les transgressions morales ont parfois mobilisés ces écrits comme l’illustre le livre pionnier de Joseph Massad (2007) qui s’appuie dans sa démonstration sur un corpus fait d’études sur la déviance portées à la fois par des sociologues et des criminologues arabes. Ces derniers sont parfois proches, comme en Égypte où les réunira une même institution, le centre national de recherche sociale et criminologique créé en 1956, qui dès ses début focalise son attention sur les phénomènes de déviance et de délinquance (Roussillon, 2002). De même, la période post-2011 a vu se multiplier les ouvrages écrits par d’anciens officiers de police ou de gendarmerie et portant, pour la plupart, sur la lutte contre le terrorisme. Ces expertises revendiquées par des professionnels de sécurité sur des enjeux sociaux, publics, ne sont pas anodines, et relèvent d’un processus de sécuritisation des faits sociaux, c’est-à-dire leur élévation comme enjeu de sécurité, avec les pratiques que cela implique (Balzacq, 2018). Les supports de communication en sont un vecteur essentiel tout comme les colloques et autres moments de réflexion – véritables lieux de construction de réseaux et de circulations de savoirs – qui voient régulièrement les polices des pays arabes se rencontrer entre elles ou rencontrer leurs homologues d’autres régions (Afrique de l’Ouest, Europe, Amérique du Nord, etc.).

15Tout en autorisant un aperçu sur la manière dont les polices de la région aspirent à se définir, leur existence médiatique participe de pratiques culturelles plus larges. L’institution policière n’est, en effet, pas absente des créations artistiques. Elle est régulièrement l’objet de discours – à charge ou à décharge – dans le cinéma, la littérature, la musique, l’humour (blagues, caricatures) ou la rumeur. Les représentations et les perceptions de ces polices nationales véhiculées dans ces contenus ont donné à voir les rapports ambigus entre populations et forces de sécurité. Il en est ainsi de l’usage ancien de l’humour politique, où les appareils de sécurité et leurs chefs sont tournés en dérision (Khachab, 2016 ; Fakhfah et Tlili, 2013 ; Ibrahim, 1995). Les domaines de la littérature et du cinéma, avec l’émergence du roman policier (Ghosn et Tadié, 2021 ; Sagaster et al., 2016) mais aussi du film policier et notamment de la série policière sont moins univoques. Ils reflètent bien l’évolution des manières de montrer la police à l’écran entre la période nationaliste post-indépendance et la période post-révolutionnaire, marquée par la détérioration des relations entre public et forces de l’ordre (Mostafa, 2018). Cette évolution est, par ailleurs, indicatrice de métamorphoses internes. Dans un élan de politisation personnelle, la prise de parole à titre individuel de commissaires et autres agents de police auteurs de polars en arabe, donnent à voir des personnages en uniforme plus complexes que l’imaginaire social ne le laisse penser (Smolin, 2022 ; Ghosn, 2019). Ces métamorphoses sont continues comme le montre Sixtine Deroure, dans ce numéro, en se penchant sur la construction d’un grand récit national policier au moyen d’une série télévisée égyptienne.

16Une communication institutionnelle vise deux objectifs : convaincre de la nécessité, de l’efficacité et de la légalité de la police dans le maniement de la violence, d’une part, et garantir la pacification des relations sociales, d’autre part. Outre la nécessité de la performance institutionnelle pour des États dont la survie et la consolidation passent par la diffusion de l’image d’une institution sécuritaire forte, ces pratiques médiatiques mettent en scène au passage le métier de policier. Les narrations à disposition sacralisent certes parfois la fonction, à l’instar du récit proposé par la série qu’analyse Sixtine Deroure. El Ekthiyar (Le choix), diffusée pendant le ramadan 2020, brosse dans sa seconde saison le portrait de trois agents appartenant aux polices d’élites (le renseignement et la brigade anti-terroriste). Les représentations nous disent néanmoins des choses plus banales sur ce métier grâce à une attention fine portée aux discours (leurs lieux et leurs moments de production) qui permettent de révéler les contradictions, les évolutions et les changements dans la manière de le vivre, de l’exercer ou de le penser. À l’aide de l’analyse sur deux décennies du magazine de la police marocaine (Police Magazine), l’article de Mériam Cheikh rend compte des tâtonnements autour du choix de la bonne mise en image et en récit de la police entre les années 2000 et 2023 – période d’ouverture puis de fermeture politique. Il éclaire sur l’émergence du métier de communicant, qu’entraîne le constat de l’efficacité de l’image et de la communication. La professionnalisation de la parole publique par les membres des institutions policières constitue un point d’observation important pour analyser l’organisation du métier, la hiérarchisation interne au corps et sa remise en cause, ainsi que la place qu’occupe l’institution entre publics et régimes. C’est ce que l’article d’Audrey Pluta montre en suivant un volet spécifique de la prise de parole : celle des agents de police syndiqués luttant pour l’amélioration de leurs conditions salariales. En Tunisie, seul pays arabe à avoir autorisé les syndicats policiers, la lutte entre les pouvoirs politiques et les fonctionnaires dépositaires de la force publique est à la fois inédite en soi et une entrée pionnière dans la compréhension de la constitution et de la réforme de ce corps professionnel. Elle est un éclairage sur « l’État au concret » (Padioleau, 1982).

17D’ailleurs, les mises en récit opérées par le haut – ainsi qu’il en est pour la production d’une série comme El Ekthiyar ou d’une publication comme Police Magazine – ont entre autres tâches celle de contrer ces luttes et revendications. C’est ce que montre l’article de Mériam Cheikh qui revient sur l’évolution du magazine et de ses contenus. Destinés, au début de la décennie 2000, au large public qu’on instruit ainsi presque fidèlement sur l’action et le travail policier, ils vont progressivement, notamment après 2011, s’adresser essentiellement aux policiers (dont le nombre ne cesse d’augmenter en Tunisie, en Égypte ou encore en Algérie comme le soulignent plusieurs contributions au dossier). Les policiers y sont assurés de l’intérêt que la hiérarchie porte à leur situation professionnelle, à leurs possibilités d’évolution de carrières mais aussi à leur bien-être. Cette adresse spécifique n’est pas étrangère aux désirs d’étouffer les velléités de revendications et de publicisation de la critique qui peuvent émaner de l’intérieur. Dès qu’elle est mise à mal par la contestation de quelques rares policiers, l’institution n’hésite pas à museler ou à reprendre le dessus sur le discours (la communication au printemps 2023 sur la centaine de défections en raison de mauvaises conditions de travail au Maroc en est un exemple).

18Par ailleurs, les entreprises communicationnelles cachent mal les rapports conflictuels entre différents corps sécuritaires ainsi que le souligne Sixtine Deroure en évoquant la concurrence entre armée et police en Égypte. À l’inverse de l’armée, respectée au sein de la société depuis la Révolution de 1956, la police pâtit d’une mauvaise réputation. Critiquée jusque dans les productions culturelles, qui ont fait du policier corrompu et humiliant le citoyen ordinaire un motif récurrent des scénarios cinématographiques et des narrations littéraires, la police jouit depuis 2013 de toute l’attention du régime d’Al-Sissi qui cherche à redorer son blason en légitimant son existence et son travail. Pour la série El Ekthiyar, produite par une boîte liée à une des sociétés appartenant aux renseignements généraux, c’est le thème militaire de la « mise en martyr » qui est choisi pour revaloriser la police et faciliter la « reconnaissabilité », nous dit l’autrice, de sa valeur au sein d’une société brouillée par le trouble que semble jeter la concurrence des martyrs : « martyrs de la Révolution » de 2011, « martyrs frères musulmans » d’août 2013 et « martyrs du devoir ». Les gouvernants et leurs polices s’emparent de cette dernière expression pour rappeler la difficulté de leurs actions au quotidien et la dangerosité de l’ennemi. La respectabilité du policier, qui est dite à travers ces mises en récit, est à articuler à la (ré)-affirmation de la légalité des pratiques policières : une obsession pour cette institution qui souhaite dissocier son image de celle des abus et se montrer comme un véritable agent du changement politique. L’article de Mariam Benalioua revient sur cette préoccupation d’une police qui se montre en action selon le droit à travers l’exemple de la brigade nationale de police judiciaire au Maroc et son déploiement d’un travail légal autour notamment de l’établissement du procès-verbal en bonne et due forme pour cadrer la répression politique qui s’est abattue sur les participant.e.s au hirak du Rif de 2016. L’objectif étant de laisser des traces d’une institution souhaitant être vue comme autonome dans la constitution des dossiers judiciaires par la police.

Des ordres politiques : l’institution policière et le (changement de) régime 

19Sans éluder les continuités et les formes de dépendances à l’œuvre dans les institutions sécuritaires avant et après 2011, ce dossier a également pour ambition d’étudier les différentes façons dont des situations de crise politique (Allal, 2012 ; Bennani-Chraïbi et Jeghllaly, 2012) ont affecté les forces de sécurité au Maghreb. Les moments de changement de régime comme les décolonisations ont façonné les appareils policiers qui ont joué des rôles majeurs dans les trajectoires des régimes politiques. Le pari de ce dossier est de penser l’institution sécuritaire en relation avec le politique, en réinscrivant ces questionnements sur le temps long. Il s’agit ainsi de tenter d’« éclairer le présent sécuritaire par l’héritage répressif » (Ben Tarjem, 2018, p. 229). Polices, forces de sécurité et dispositifs de surveillance et de renseignement internes ont été au centre de la création des États au Maghreb. Leur consolidation et leurs successives réorganisations ont été nécessaires pour maintenir le pouvoir des régimes en place.

20L’article de Benjamin Badier dans ce dossier aborde de front la question des ruptures mais aussi des continuités de la police chérifienne au moment de l’indépendance. L’auteur montre comment une institution, pensée pour être au service des intérêts français et coloniaux au Maroc se retrouve, à partir de 1955, chargée de mettre en œuvre une continuité politique avec les autorités du nouvel État indépendant. La marocanisation de la police a fait l’objet d’un choix politique par les autorités marocaines, qui a été celui d’une forme de continuité avec la police coloniale. Les ressources sécuritaires coloniales, dont les évolutions récentes étaient dictées par les impératifs politiques de la lutte contre les mouvements nationalistes, ont été mises au service d’un tournant autoritaire de la monarchie et de la répression des mouvements de la gauche nationaliste. 

21La police façonne des hiérarchies politiques : elle n’est pas que le bras armé de l’État, mais contribue à reléguer au rang d’illégitimes les expressions de certains courants politiques. Elle contribue finalement au maintien de hiérarchies sociales et politiques en co-construisant les modes légitimes d’expression du politique, renvoyant par-là les paroles dissidentes à des situations de disqualification et/ou de criminalisation. Cet aspect des rapports entre police et politique a généralement été envisagé par la coercition et le recours à la violence plus ou moins spectaculaire, mais ces modes n’épuisent pas la pluralité des participations policières aux entreprises de hiérarchisation politique. L’article de Sixtine Deroure dans ce dossier montre ainsi comment la mise en martyr des agents de l’institution sécuritaire égyptienne dans la série du ramadan s’articule à des représentations de l’islam politique comme ennemi de la nation. Cette disqualification de l’islamisme, nous explique l’autrice, permet l’héroïsation des agents de police dont la mission se trouve ennoblie par la lutte contre les Frères musulmans. En filigrane, elle nous montre comment la mise en récit et la légitimation de l’institution sécuritaire s’inscrit dans la consolidation d’un « devenir-restauration » (Allal et Vannetzel, 2017) au sein duquel le pluralisme politique est relégué au rang des indésirables. 

  • 4 Période allant des années 1970 à 1999 sous le règne de Hassan II marquée par une répression violent (...)

22Mariam Benalioua s’intéresse elle aussi aux traitements policiers réservés aux dissidences politiques, à travers son étude de l’évolution de la Brigade nationale de police judiciaire au Maroc. L’autrice montre comment cette brigade, actrice majeure de la répression violente des années de plomb4, est impactée, depuis le début des années 2000 (moment d’une ouverture politique), par une publicisation et une remise en cause de la violence de ses modes d’actions. Cette remise en cause n’exclue toutefois pas un élargissement de ses sphères de compétences au nom de la lutte contre la criminalité, puis celle contre le terrorisme. C’est ainsi investies de ces missions que ces brigades participent à la répression du hirak du Rif, où elles mobilisent les mêmes modes opératoires que ceux déployés dans le cadre de leurs interventions contre des criminels. La criminalisation des oppositions politiques, nous montre Mariam Benalioua, passe ainsi par une généralisation de ce style de police qu’elle qualifie de « confrontationnel ».

23Les équilibres des appareils sécuritaires ont été profondément affectés par les révoltes arabes comme en témoigne le renforcement des forces de sécurité en Égypte (Abdelrahman, 2017) ou en Tunisie où le nombre d’agents a doublé depuis 2011. Ces renforcements s’accompagnent néanmoins d’une intensification du rejet et des critiques que ces institutions catalysent ainsi que de l’émergence de discours et tentatives réformistes les visant (Sayigh, 2015 ; Kartas, 2014 ; Brumberg et Sallam, 2012). Ces moments de crises de légitimité mettent aux prises des acteurs extérieurs à l’institution sécuritaire : coalitions citoyennes contre la violence policière, associations, rassemblements de familles de victimes etc. Mais les crises et les moments de transition politiques tendent également à modifier les arrangements socio-institutionnels propres aux appareils de sécurité, au sein desquels l’étroit contrôle politique des forces de sécurité par les pouvoirs en place tenait une place prépondérante. À l’instar de l’Égypte et de la Tunisie post-2011, les manifestations et sit-in des agents de police permettaient de se distancier des régimes déchus, tout en servant la défense d’intérêts collectifs. Conditions de travail, rapports au politique et à la hiérarchie, salaires des agents sont devenus des enjeux de luttes et de conflits portés dans le débat public. Plus que l’aspect purement matériel, ces éléments interrogent les évolutions socio-démographiques des membres composant la profession policière. Tel est l’objet de l’article d’Audrey Pluta qui montre comment les policiers tunisiens parviennent à créer des groupes d’intérêts relativement puissants puisqu’ils s’engagent dans des rapports de force avec les différents gouvernements successifs depuis 2011 pour défendre leurs agendas. Alors que le régime de Ben Ali était souvent qualifié d’État policier par les organisations de défense des droits humains, les prises de parole publiques des agents pendant et après le moment révolutionnaire ont permis d’éclairer les modalités réelles du contrôle politique sur la police sous le régime précédent. Parents pauvres de la fonction publique tunisienne, les agents peu gradés étaient en réalité maintenus dans des situations de précarités socio-économiques combattues ensuite par les syndicats policiers créés à la faveur du départ de Ben Ali. La période de sortie de l’autoritarisme a finalement permis aux policiers, de façon paradoxale, de s’emparer des moyens de lutte nécessaires à l’amélioration de leurs conditions socio-professionnelles et remettre en cause les systèmes de rétributions symboliques propres à l’institution sécuritaire.

L’ordinaire sécuritaire : policer et produire l’assujettissement

24L’étude des modalités du maintien de l’ordre est centrale dans la sociologie de la police et a fait l’objet d’une littérature prolifique. En France, des études récentes s’inscrivant dans la sociologie de la police s’interrogent sur la portée heuristique d’un « modèle français » du maintien de l’ordre (Jobard et Fillieule, 2020) : elles montrent comment s’opère un glissement vers une gestion autoritaire des manifestations d’une intensité plus forte que dans d’autres polices européennes. La répression des mobilisations a des conséquences élevées pour les autorités publiques, en ce qu’elle porte en elle la possibilité d’une publicisation et d’une mise en controverse de la violence d’État. Plusieurs articles de ce dossier montrent en effet que la répression a un coût réel pour les États, y compris pour des régimes autoritaires. C’est pourquoi, ils privilégient une coercition discrète et dissuasive lorsque la stabilité du régime est mise à l’épreuve par des mobilisations trans-sectorielles. La littérature sur le Maghreb et le Proche-Orient a eu tendance à aborder la coercition presque exclusivement sous l’angle des polices politiques. Il existe très peu d’écrits au sujet des modalités de la répression des mouvements sociaux.

  • 5 Désigne un homme de main financé par les pouvoirs en place pour réprimer les oppositions politiques (...)

25Se pencher sur les modalités du maintien de l’ordre, c’est donc renverser la formule canonique de Weber, en interrogeant la légitimité du monopole de la violence physique. Les révoltes arabes de l’année 2011 ont mis en lumière des condamnations populaires et citoyennes de la violence d’État. Les situations de crises politiques (Dobry, 2009) ont favorisé une mise à l’index des modes de répression, qui deviennent l’objet de débats publics. On pense notamment aux condamnations du recours à la chevrotine par les unités de maintien de l’ordre à Siliana, dans le Nord-Ouest tunisien, en novembre 2012 ou aux baltaguia5 missionnés par le régime égyptien en février 2011, Les forces publiques ont montré leurs limites dans les opérations de maintien de l’ordre. On a ainsi assisté au démantèlement d’appareils sécuritaires peu solides en Libye, à leur réaménagement et à l’importation de modèles de « démocratisation » des forces de l’ordre en Tunisie (Pluta, 2020). On a pu voir comment, en Égypte, l’effondrement des forces de police (El Chazli, 2018) ou l’intensification de la répression en Tunisie avant le 14 janvier (Hmed, 2015) ont contribué à l’amplification des mobilisations. L’attaque des commissariats par les manifestant.e.s a, dans les deux pays fait partie d’un répertoire d’action contestataire qui dépasse et englobe les évènements ayant conduit aux chutes de régime. Comment des institutions, et leurs acteurs, garantes de la survie d’un régime (ré)agissent quand celui-ci se trouve contesté, menacé, lorsque « l’illusion du monopole vole en éclats » (Monjardet, 1996, p. 7) ?

26L’usage de la force par les agences en charge du maintien de l’ordre (police, armées, milices) a des conséquences sur les dynamiques contestataires. C’est ce que met en lumière Lina Benchekor dans son article qui revient sur les modalités de la répression du hirak. Celles-ci s’inscrivent dans une routine coercitive, au sein de laquelle la garde à vue tient une place majeure. Le répertoire répressif mis en œuvre par les forces de police algérienne mobilise l’arrestation et la détention comme technique de dissuasion dont on mesure les effets au regard des souhaits de démobilisation exprimés par certaines participant.e.s aux manifestations. Toutefois, en se plaçant au plus près des relations interpersonnelles qui se nouent entre les policiers et les personnes arrêtées, Lina Benchekor invite à la nuance dans notre compréhension des effets de dissuasion par la répression. Si l’expérience douloureuse de l’arrestation participe aux désengagements de certain.e.s (apprenti.e.s) manifestant.e.s, les interactions avec la police sont loin d’être toujours violentes et révèlent un rapport des forces de l’ordre aux hirakistes bien plus ambigu. Moment d’ordinaire très sensible, la garde à vue donne lieu à un partage des émotions. Empathie et respect laissent voir comment le corps policier dispose de marge de manœuvres pour moduler la violence de la coercition, révélant ainsi les tensions que l’approche répressive peut susciter. Les récits de ces garde-à-vue que collecte l’autrice nous invitent à questionner l’idée d’une absence d’autonomie, prêtée aux agents de police des États autoritaires. Alors qu’elle est supposée être mise à distance dans le cadre du dispositif de la garde à vue, l’émotion survient et révèle comment dans l’interaction le policier ou la policière est en mesure de penser son rôle selon des dispositions particulières (de genre et de classe) et spécifiques au contexte de l’échange (une présence de prévenus inhabituels dans l’enceinte des commissariats, un temps de « déstabilisation » illisible). Les rôles ne sont pas déjà là, prêts à être endossés comme un uniforme.

27Laura Monfleur se penche quant à elle sur les formes symboliques de la violence de l’ordre policier, perceptibles dans les interactions entre passant.e.s et policiers au Caire. Elle revient sur la mise en scène d’une « performance sécuritaire » dans le centre-ville du Caire, comme mode de réappropriation des espaces urbains et a fortiori des espaces emblématiques de la Révolution de 2011, où le pouvoir avait perdu le contrôle. Elle étudie les pratiques policières (officiers de police et interrogatoires de rue) et les processus de sécurisation des espaces (checkpoints) du Caire khédival (Wast al-balad avec la place Tahrir, Sayyeda Zeinab, Qasr al-Nil, Garden City, Mounira, etc..). L’article montre comment les policiers, en tenue et en civil facilement reconnaissables, occupent un espace public, théoriquement accessible à tous mais qu’ils confisquent dans les faits. Le contrôle total de l’espace sert ici à prévenir tout risque de manifestation et d’amplification des mobilisations. Ces incarnations spatiales de l’action policière s’inscrivent dans un répertoire répressif où la dissuasion tient une place prépondérante.

28Par ailleurs, la réaffirmation du contrôle sécuritaire passe par une mise en scène des corps virils et, ce faisant, un renforcement de la masculinisation du dehors. Nous avons ici un exemple illustré de la production de l’ordre du genre (identités, rapports et hiérarchie de genre) par une organisation sociale, en l’occurrence, l’institution sécuritaire (Connell, 2005). Cet ordre est rappelé au travers de formes de socialisation où le quotidien intime des policiers est indissociable du quotidien professionnel en raison de la nécessité de monter la garde (prise de déjeuner à l’entrée d’une rue autrefois publique et désormais fermée par un checkpoint, moment de détente, etc.). La performance sécuritaire est une performance corporelle : celle du corps masculin qui exhibe la force et exhibe aussi une part de son intimité. Cette exhibition de leur masculinité emprunte directement aux modalités de construction et de hiérarchisation des genres, performée ici dans le cadre de la culture professionnelle policière. L’espace du centre-ville, avec ses checkpoints à l’entrée de certaines rues, le stationnement d’agents qui peuvent arrêter, interroger et enfermer quiconque leur semble suspect, est un espace fragmenté par les exigences du maintien de la sécurité. Une fragmentation que l’on retrouve ailleurs, au Maroc par exemple, où l’on constate la démultiplication des barrages routiers, jusqu’à l’intérieur des villes, et qui scinde les expériences de mobilités.

  • 6 Nous pensons par exemple au traitement du harcèlement en Égypte (Boutros, 2018 ; Amar, 2011), à cel (...)

29Les politiques de féminisation des forces de sécurité peuvent servir à humaniser le maintien de l’ordre et à euphémiser les violences policières. Les femmes sont, il faut le noter, plutôt absentes dans ces moments de reprise en main lors des crises de légitimité. En Algérie, nous indique Lina Benchekor, les policières sont loin de donner une image univoque de la féminisation du métier. Comme cela a été montré dans d’autres contextes (Pruvost, 2008), les femmes s’emparent des attributs de la masculinité comme d’une boussole dans l’exercice de leur profession, et ne font finalement que peu preuve de solidarité féminine. Même si des exceptions sont relevées – comme nous le voyons pour l’Algérie –, les policières peuvent participer, au même titre que leurs collègues masculins, à la permanence d’un ordre du genre. Rappelons que la police, au moyen des missions de ses brigades dédiées telles que les brigades des mœurs, a en charge la garantie d’un ordre sexué et hétéronormatif, consistant à réaffirmer les limites de la bonne moralité publique et à contenir la visibilité des désordres impudiques. Cette réaffirmation est cependant variable selon les publics visés (Cheikh, 2017). Soulignons, en outre, que la réforme des cadres juridiques dans le sens d’une criminalisation des violences sexistes ne s’est pas traduite par un changement dans les pratiques policières. La réception que les unités réservent aux effets violents de l’ordre genré demeure pour le moins suspicieuse6. On note, au contraire, que la menace des violences sexuelles peut être mobilisée dans l’action répressive des politisations dissidentes, comme le montrent Lina Benchekor et Mariam Benalioua, qui, elle, revient plus spécifiquement sur les modes opératoires des interrogatoires des militants du hirak du Rif. Ces menaces sont un indicateur fort de la façon dont l’action policière participe au raidissement anti-genre global (Awondo, Bouilly et N’Diaye, 2022) consacrant l’hétérosexualité et la cisnormativité comme seuls standards visibles et autorisés. La particularité de cette participation des forces publiques à la consolidation d’un ordre genré et patriarcal est qu’elle n’est pas incompatible avec des politiques de communication institutionnelle visant à donner une image de pratiques policières conformes aux standards internationaux en termes de droits humains et sensibles aux violences de genre.

30En ce sens, analyser l’action policière c’est étudier la fabrication d’un ordre social (Favre, 2009). Assurer la permanence d’un ordre, hier comme aujourd’hui, c’est garantir le respect d’une organisation et d’une stratification sociales. En plus de la construction de hiérarchies genrées que nous venons de voir, plusieurs articles illustrent par d’autres formes de dominations politiques, le triptyque de l’institution policière entre maintien de l’ordre, gouvernement des corps et défense de l’ordre social. Dans les descriptions des interactions entre policiers et individus, que ce soit au Caire, à Alger ou à El-Hoceima, un travail de distinction entre population désirable et population indésirable est à l’œuvre. Mais, la disqualification passe par de nouvelles étiquettes qui enrichissent l’inventaire des attributs de la subversion sociale selon la police : cela peut être le fait de prendre des tags en photo ainsi que le rapporte Laura Monfleur. Les nouveaux suspects viennent élargir la configuration conflictuelle habituelle qui met aux prises polices du maintien de l’ordre et jeunesses disqualifiées (précaires, supporters ultras, etc.), cibles ordinaires des pratiques répressives auxquelles s’ajoutent les migrants essentiellement subsahariens.

31Au Maghreb, mobilité et police renvoient irrémédiablement ces trois dernières décennies à l’externalisation graduelle par l’Union européenne de la gestion migratoire. Les circulations et mouvements de populations interrogent les modalités du déploiement sécuritaire face à une criminalisation des migrant.e.s qui n’a cessé de croître depuis les années 1990. La gestion policière des migrations, en classant ces groupes sociaux comme indésirables et en usant de la violence, contribue à les ériger comme minorité raciale (Natter, 2021 ; Cassarini, 2020 ; Alioua, 2019 ; Richter, 2019 ; Bachelet, 2018 ; Detue, 2017). Ici, le travail policier se donne à voir dans le cadre des migrations illégales sous l’angle particulier du travail dédié à la gestion des personnes sans papiers, des crimes de droit commun, ou sous celui des procédures d’identification des corps sans vies (Diallo, 2018). Le travail de la police ne se limite pas à contenir les passages d’un côté à l’autre de la frontière entre l’Europe et l’Afrique. À l’intérieur elle devient aussi, comme cela a été constaté pour les pays européens, une police de migrants dont les actions reposent sur un travail quotidien de filtration, dispersion et harcèlement (Barnier et al., 2019) qui construit un rapport spécifique à l’espace (Choplin et Redon, 2014). Outre l’espace à reconquérir la tension sécuritaire se porte, dans le cadre des migrations vers l’Europe, sur les actions de solidarité et les soutiens des migrant.e.s ainsi que le développent Sébastien Bachelet et Maria Hagan dans l’article qu’ils consacrent à la criminalisation de la solidarité envers les migrant.e.s au Maroc. Ils reviennent sur les modes d’intimidation des personnes apportant un soutien moral et juridique aux migrant.es afin de faire connaître les violations de droits qu’ils subissent. L’action policière vise spécifiquement et selon des modalités, où se vérifie le triptyque précité, à affaiblir un militantisme porté aussi bien par des Marocain.e.s, des personnes d’origine ouest-africaine ou européennes, installées légalement ou non, au Maroc. Ces militant.e.s, dont le travail mettrait à mal l’image du pays, doivent alors faire face à des représailles ciblées selon leurs différentes appartenances et caractéristiques sociales, raciales et genrées.

Haut de page

Bibliographie

Abdelrahman Maha, 2017, « Policing neoliberalism in Egypt: the continuing rise of the ‘securocratic’ state », Third World Quarterly, vol. 38, no 1, p. 185202.

Alioua Mehdi, 2019, « La confluence migratoire au Maroc en question », Afrique(s) en mouvement, no 1, p. 10‑18.

Allal Amin, 2012, « Trajectoires «  révolutionnaires  » en Tunisie. Processus de radicalisations politiques 2007-2011 », Revue francaise de science politique, vol. 62, no 5, p. 821‑841.

Allal Amin et Vannetzel Marie, 2017, « Des lendemains qui déchantent ? Pour une sociologie des moments de restauration », Politique africaine, vol. 146, no 2, p. 5‑28.

Amar Paul, 2011, « Turning the gendered politics of the security state inside out? Charging the police with sexual harassment in Egypt », International Feminist Journal of Politics, vol. 13, no 3, p. 299328.

Awondo Patrick, Bouilly Emmanuelle et N’Diaye Marième, 2022, « Introduction au thème. Penser l’anti-genre en Afrique », Politique africaine, vol. 168, no 4, p. 5‑24.

Bachelet Sébastien, 2018, « “Fighting against Clandestine Migration”: Sub-Saharan Migrants’ Political Agency and Uncertainty in Morocco », PoLAR: Political and Legal Anthropology Review, vol. 41, no 2, p. 201215.

Balzacq Thierry, 2018, « Théories de la sécuritisation, 1989-2018 », Études internationales, vol. 49, no 1, p. 7‑24.

Barnier Sarah et al., 2019, Babels. La police des migrants. Filtrer, disperser, harceler, Paris, éditions du Passager clandestin.

Bellin Eva, 2004, « The robustness of Authoritarianism in the Middle East : Exceptionalism in Comparative Perspective », Comparative Politics, vol. 36, no 2, p. 139157.

Bennani-Chraïbi Mounia et Jeghllaly Mohamed, 2012, « La dynamique protestataire du Mouvement du 20 février à Casablanca », Revue francaise de science politique, vol. 62, no 5, p. 867‑894.

Ben Tarjem Khansa, « Ouvrir la boîte noire : appareil sécuritaire et changement de régime », in Amin Allal et Vincent Geisser (dirs.), Tunisie. Une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?, Paris, CNRS Editions, p. 472.

Blanchard Emmanuel et Glasman Joël, 2012, « Introduction générale  : Le maintien de l’ordre dans l’Empire français  : une historiographie émergente », in Jean-Pierre Bat et Nicolas Courtin (dirs.), Maintenir l’ordre colonial. Afrique, Madagascar, XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 11‑41.

Boutros Magda, 2018, « A Multidimensional View of Legal Cynicism: Perceptions of the Police Among Anti-harassment Teams in Egypt », Law & Society Review, vol. 52, no 2, p. 368400.

Brumberg Daniel et Sallam Hesham, 2012, The Politics of Security Sector Reform in Egypt, US Institute of Peace. Adresse  : http://www.jstor.org/stable/resrep12426 [Consulté le : 22 juillet 2021].

Camps-Febrer Blanca, 2022, The Political Economy of Security in Morocco: Private Security and Authoritarianism in Neoliberal Times, thèse de doctorat, Barcelone, Université autonome de Barcelone.

Cassarini Camille, 2020, « L’immigration subsaharienne en Tunisie  : de la reconnaissance d’un fait social à la création d’un enjeu gestionnaire », Migrations Societe, vol. 179, no 1, p. 43‑57.

Cheikh Meriam, 2017, « De l’ordre moral à l’ordre social : L’application des lois pénalisant la sexualité prémaritale selon des lignes de classe », L'Année du Maghreb, vol. 17, pp. 49-67.

Cheikh Mériam, 2020, Les filles qui sortent  : Jeunesse, sexualité et prostitution au Maroc, Bruxelles, Éditions de l’Université.

Choplin Armelle et Redon Marie, 2014, « Espaces de l’ordre, l’ordre en place.Spatialités et pratiques des polices », EchoGéo, no 28. Adresse  : https://journals.openedition.org/echogeo/13874 [Consulté le : 21 mars 2022].

Connell Raewyn, 2005, Masculinities, Cambridge  : Polity Press, 2005.

Detue Frédérik, 2017, « Ceuta, dernière frontière », e-Migrinter, no 16. Adresse  : http://journals.openedition.org/e-migrinter/933 [Consulté le : 23 juillet 2021].

Diallo Alimou, 2018, « Politique de l’inanimé  : un dispositif informel d’identification des «  corps sans vie et sans papiers  » au Maroc », Politique africaine, vol. n° 152, no 4, p. 141‑163.

Dobry, Michel, 2009, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles. Presses de Sciences Po.

EL CHAZLI, Youssef, 2018, Devenir révolutionnaire à Alexandrie : contribution à une sociologie du surgissement révolutionnaire en Égypte, Thèse de doctorat en science politique, Université de Lausanne/Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Fakhfah Souheil et Tlili Rachida, 2013, « La caricature à l’épreuve du «  printemps arabe  » », Sociétés & Représentations, vol. 36, no 2, p. 143‑165.

Favre, Pierre, 2009, « Quand la police fabrique l'ordre social. Un en deçà des politiques publiques de la police ? », Revue française de science politique, vol. 59, no. 6, pp. 1231-1248.

Filiu Jean-Pierre, 2018, « Les polices politiques face au défi de la contestation arabe », in Bertrand Badie et Dominique Vidal (dirs.), Qui gouverne le monde ?, Paris, La Découverte, p. 299‑307.

Fillieule Olivier et Jobard Fabien, 2020, Politiques du désordre. La police des manifestations en France, Éditions du Seuil, Paris.

Geisser Vincent, 2015, « «  Faire corps, faire peuple  » L’armée libanaise  : un leader d’opinion  ? », Dynamiques Internationales, no 11, p. 1‑27.

Ghosn Katia, 2019, « Abdelilah Hamdouchi, maître du polar arabe », L’Orient Litteraire, no 152. Adresse  : https://www.lorientlitteraire.com :443/article_details.php ?cid =33&nid =7485 [Consulté le : 15 septembre 2023].

Ghosn Katia et Tadié Benoît (dirs.), 2021, Le récit criminel arabe, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag.

Hmed Choukri, 2015, « State Repression and Revolutionary Situation in Tunisia (2010-2011) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 128, no 4, p. 77‑90.

Ibrahim Amr Helmy, 1995, « La nokta égyptienne ou l’absolu de la souveraineté », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, vol. 77, no 1, p. 199‑212.

Jobard Fabien, 2010, « Le gibier de police immuable ou changeant  ? », Archives de politique criminelle, vol. 32, no 1, p. 93‑105.

Jobard Fabien, 2022, « Police et racisme », Pouvoirs, vol. 181, no. 2, p. 85-96.

Josua Maria et Edel Mirjam, 2021, « The Arab uprisings and the return of repression », Mediterranean Politics, vol. 26, no 5, p. 586611.

Kartas Moncef, 2014, « Foreign Aid and Security Sector Reform in Tunisia: Resistance and Autonomy of the Security Forces », Mediterranean Politics, vol. 19, no 3, p. 373391.

Khachab Chihab El, 2016, « Living in darkness: Internet humour and the politics of Egypt’s electricity infrastructure », Anthropology Today, vol. 32, no 4, p. 2124.

Khalili Laleh et Schwedler Jillian (dirs.), 2010, Policing and Prisons in the Middle East: Formations of Coercion, 1st edition. London, Hurst.

Kréfa Abir, 2019, « Le mouvement LGBT tunisien  : un effet de la révolution  ? », Ethnologie francaise, vol. 49, no 2, p. 243‑260.

Lia Brynjar, 2006, A Police Force Without a State: A History of the Palestinian Security Forces in the West Bank and Gaza, Ithaca Press.

Maillard Jacques de, 2017, Polices comparées, Issy-les-Moulineaux, LGDJ.

Martin Kevin W., 2017, « The Beginnings of Authoritarian Culture in the Arab World. The Persistence and Resilience of Undemocratic Government in Syria », Institute for Advanced Studies - Ideas. Adresse  : https://www.ias.edu/ideas/martin-authoritarian-beginnings [Consulté le : 26 avril 2023].

Marzouki Moncef et Geisser Vincent, 2009, Dictateurs en sursis : une voie démocratique pour le monde arabe, Editions de l’Atelier.

Massad A. Joseph, 2007, Desiring Arabs, Chicago, University of Chicago Press.

Monjardet Dominique, 1996, Ce que fait la police, Paris, La Découverte.

Mostafa Dalia Said, 2018, « Shifting narratives of the police in Egyptian cinema before and after the January 2011 revolution », Contemporary Levant, vol. 3, no 2, p. 137152.

Natter Katharina, 2021, « Tunisia’s migration politics throughout the 2011 revolution: revisiting the democratisation–migrant rights nexus », Third World Quarterly, vol. 0, no 0, p. 119.

Padioleau Jean G., 1982, L’État au concret. Paris, Presses Universitaires de France.

Pluta Audrey, 2020, « Pas de révolution pour la police  ? Syndicats et organisations internationales autour de la «  Réforme du secteur de la sécurité  » en Tunisie après 2011 », Lien social et Politiques, no 84, p. 122‑141.

Pruvost Geneviève, 2008, De la sergote à la femme flic. Une autre histoire de l’institution policière, Paris, La Découverte.

Richter Line, 2019, « Doing bizness: Migrant smuggling and everyday life in the Maghreb », Focaal, vol. 2019, no 85, p. 2636.

Roussillon Alain, 2002, « Sociologie et identité en Égypte et au Maroc : le travail de deuil de la colonisation », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, vol. 7, no 2, p. 193‑221.

Sagaster Börte et al. (dirs.), 2016, Crime fiction in and around the Eastern Mediterranean, Harrassowitz Verlag. Wiesbaden.

Sayigh Yezid, 2015, Missed Opportunity: The Politics of Police Reform in Egypt and Tunisia, Universitäts-und Landesbibliothek Sachsen-Anhalt.

Seurat Leïla, 2020, « Réforme de la police et policy transfer au Liban : traductions, convergences et concurrences dans un État divisé », Déviance et Société, vol. 44, no 4, p. 597‑632.

Smolin Jonathan, 2022, « Arab Crime Fiction », in Alistair Rolls et al. (dirs.), The Cambridge Companion to World Crime Fiction, Cambridge, Cambridge University Press, Cambridge Companions to Literature, p. 160177.

Smolin Jonathan, 2013, Moroccan Noir: Police, Crime, and Politics in Popular Culture, Indiana, Indiana University Press.

Tollefson Harold, 1999, Policing Islam: The British Occupation of Egypt and the Anglo-Egyptian Struggle Over Control of the Police, 1882-1914, Greenwood Publishing Group.

Voorhoeve Maaike, 2014, « Informal Transactions with the Police: The Case of Tunisian “Sex Crimes” », Middle East Law and Governance, vol. 6, no 2, p. 7092.

Watkins Jessica, 2022, Creating Consent in an Illiberal Order: Policing Disputes in Jordan, Cambridge University Press. Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Tunisia’s Ben Ali: The Dictator’s Last Calls - BBC Africa, 2022: https://www.youtube.com/watch ?v =YaST3lc0CXw [Consulté le : 21 novembre 2023].

2 Une des dernières livraisons de L’Année du Maghreb a dans ce sens porté sur l’expérience carcérale dans sa dimension politique (André et Slyomovics, 2019).

3 L’exemple tragique du jeune chercheur de l’université de Cambridge, Giuilio Regini, arrêté par la police égyptienne en 2016 et mort en détention, est dans toutes les têtes ainsi que les emprisonnements arbitraires de chercheur.e.s qui se sont multipliés.

4 Période allant des années 1970 à 1999 sous le règne de Hassan II marquée par une répression violente des opposants politiques, notamment (mais pas exclusivement) par la Brigade nationale de la police judiciaire.

5 Désigne un homme de main financé par les pouvoirs en place pour réprimer les oppositions politiques. En Égypte, ils ont pu recourir à un éventail de pratiques comme la tabassage et l’attaque de manifestants, la contre-manifestation, le bourrage d’urne, l’intimidation de candidats etc.

6 Nous pensons par exemple au traitement du harcèlement en Égypte (Boutros, 2018 ; Amar, 2011), à celui des agressions et des violences sexuelles par la police en Tunisie (Voorhoeve, 2014) ou à la répression des militant.e.s gays, lesbiennes et transgenres (Kréfa, 2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mériam Cheikh et Audrey Pluta, « L’ordre et la force. Police, sécurité et surveillance au Nord de l’Afrique »L’Année du Maghreb [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 07 décembre 2023, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/12646 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.12646

Haut de page

Auteurs

Mériam Cheikh

Anthropologue, Inalco-Cessma

Articles du même auteur

Audrey Pluta

Politiste, IEP d’Aix-en-Provence-Mesopholis/Iremam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search