Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Enjeux et débatsAlgérieEngagements étudiants en Algérie ...

Enjeux et débats
Algérie

Engagements étudiants en Algérie post-22 février. Sociohistoire d’un mouvement « désenchanté »

Student engagement in post 22 February Algeria. Sociohistory of a "disenchanted" movement
Siham Beddoubia

Résumés

Dès le déclenchement du hirak, les étudiants algériens se mobilisent à travers le territoire national : en effet, le premier mardi qui suit le 22 février, les étudiants sont les premiers à sortir dans la rue pour soutenir les revendications. Ainsi, naît une tradition appelée « les mardis des étudiants », qui traduit le début de la structuration du hirak à travers diverses catégories militantes réclamant la fin du régime en place. Ces étudiants, qu’ils soient intégrés au sein des organisations estudiantines déjà existantes ou non, participent massivement durant les premiers mois du hirak aux marches du mardi ainsi qu’à celles du vendredi. Ils mettent en avant les mêmes revendications populaires des « vendredistes ». Ces étudiants scandent des slogans antisystème, organisent des grèves et rejettent plusieurs initiatives de sortie de crise initiées par le pouvoir. Ce mouvement dans sa structuration apparaît comme intimement lié à des luttes antérieures au 22 février et semble se positionner dans la continuité des questions qui n’ont pas été tranchées, comme celles, déjà, de 2011 dans le contexte des révolutions arabes, mais aussi bien avant (rejet du système licence-master-doctorat dit LMD, autonomie étudiante, changement de régime…).

Ce texte revient sur l’engagement des étudiants dans le hirak à partir du 22 février 2019, avec un focus sur le Rassemblement des étudiants libre d’Oran. La volonté première est de dépasser les analyses euphoriques centrées sur l’aspect massif des marches étudiantes porteuses d’espoir, et qui ont été mises en avant par plusieurs observateurs du hirak étudiant. Il s’agit de tenter de comprendre les tenants et aboutissants de ce mouvement par le bas. En effet, l’affaiblissement du mouvement sous le coup de la répression déjà dans le contexte pré et post-élection du 12/12 puis par les restrictions de regroupements dus à la pandémie du coronavirus interrogent sur les effets de continuité/discontinuité et de mobilisation/démobilisation au sein du hirak étudiant.

Une observation continue des marches et des discussions poussées avec plusieurs acteurs du mouvement font ressortir plusieurs constats. Ce texte met en évidence deux temps du hirak étudiant. Un premier, où l’histoire nationale a été un élément rassembleur : les étudiants semblent vouloir participer à l’écriture du roman national ; ils puisent ainsi dans la rhétorique des mémoires et de l’histoire à travers des slogans, des chants liés au mouvement national et des symboles de la guerre de libération nationale. Ainsi, on assiste à une réelle volonté de réinvestir le champ des luttes et de redynamiser les revendications autour de la question démocratique. Le second temps, lui, est plus complexe, car le hirak de manière générale impose très rapidement la nécessité du dialogue et les premiers clivages émergent autour de la question de la représentation, mais aussi sur le dilemme idéologique. En effet plusieurs courants se disputent au sein de ce mouvement. Les étudiants sont ainsi amenés à questionner leurs appartenances idéologiques (islamiste, « pagsiste », extrême gauche, proche du pouvoir). Pour beaucoup d’entre eux, leur socialisation familiale explique leur disponibilité biographique, notamment à travers une représentation de l’histoire de l’Algérie différente d’une histoire officielle ayant tendance à occulter certaines composantes du Mouvement national. La cohésion première autour d’un répertoire symbolique national est ainsi confrontée aux clivages idéologiques et politiques antérieurs au 22 février dans lesquels les étudiants peinent à trouver leur place ou du moins semblent désenchantés par la situation globale. Il reste à réfléchir sur leurs devenirs militants…

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Farid Cherbal, professeur en génétique moléculaire, est connu pour avoir marqué le militantisme syn (...)
  • 2 Entretien, avec Amirouche Yazid : « Farid Cherbal, professeur des universités à l’USTHB, Alger : «  (...)
  • 3 Achira Mammeri, « Le président vous aime » : Ould Abbes et Hadjar mobilisent les étudiants pour le (...)
  • 4 Reporters, 29 avril 2018. « Il a créé une organisation estudiantine baptisée « Djil Bouteflika » : (...)
  • 5 APS, 17 février 2019, « Présidentielle 2019 : soutien au candidat Bouteflika pour la préservation d (...)

1Le mouvement des « mardis des étudiants » déclenché dans le sillage du hirak, le 26 février 2019, a été qualifié par Farid Cherbal1 d’« un sujet historique […] d’une amplitude politique et sociale jamais égalée dans l’histoire de l’université algérienne ».2 Ce mouvement avait pour objectif de réinventer la contestation et de se réapproprier le champ des luttes porté par une génération qui, en partie, ne s’identifiait ou ne se reconnaissait pas dans les organisations estudiantines traditionnelles, actives dans les universités algériennes. Il est important de rappeler que ce mouvement est né dans un contexte marqué par la campagne électorale présidentielle pour la reconduction, à un cinquième mandat3, du Président Abdelaziz Bouteflika – malade et absent des activités publiques. Cette campagne avait officieusement et largement intégré les étudiants comme appui au président candidat et, le 28 avril 2018, le Front de Libération Nationale (FLN), principal parti politique du pays, avait annoncé la création d’une coordination dite « Jil [génération] Bouteflika » regroupant six organisations estudiantines – l’Union nationale des étudiants algériens (UNEA), l’Alliance pour le renouveau estudiantin national (AREN), l’Organisation nationale des étudiants algériens (ONEA), la Ligue nationale des étudiants algériens (LNEA), l’Organisation nationale de solidarité estudiantine (ONSE) et Solidarité nationale estudiantine (SNE)4) – autour du slogan « paix, sécurité, stabilité et prospérité ». Quelques jours seulement avant le début du hirak, le 16 février 2019, les 11 organisations estudiantines reconnues par le MESRS (ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique) adressent leur soutien à la candidature du président5. Pourtant, dès le 22 février, les étudiants sont les acteurs principaux de la marche pour soutenir les revendications populaires qui exigent le « départ du régime » et le hirak étudiant se structure très vite autour de comités autonomes au sein de plusieurs universités du pays.

2Ces éléments apparemment paradoxaux ouvrent à questionner tant les clivages profonds qui divisent la question de la représentation estudiantine que le processus historique qui a engendré une telle configuration dans un contexte de revendications autour du changement et de la démocratie. Il s’agit dans cet article d’interroger les processus de « continuité » et « discontinuité » dans les rapports de l’engagement étudiant à l’histoire nationale dans des contextes similaires : les événements d’Octobre 1988 et le « Printemps arabe » en 2011. En Égypte, par exemple, des chercheurs ont mis l’accent sur « les effets de périodes » (El Chazli, 2020) afin de souligner la manière dont les temporalités impactent la vie estudiantine. Il est aussi question de mettre en exergue les contextes répressifs postrévolutionnaires qui ont eu un effet de mobilisation et de démobilisation sur l’engagement étudiant (Ramzi, 2017). Le cas algérien présente des similitudes avec le cas égyptien nous amenant ainsi à réfléchir à l’engagement étudiant dans ses rapports avec l’espace et le temps des contestations. Ainsi, les valeurs partagées (Muxel et Foucault, 2022) au sein des collectifs étudiants et une analyse par « cohorte » (Tiberj, 2017) permettent de mieux saisir les conséquences biographiques (Cormier, 2017) de l’implication des étudiants dans le hirak en la resituant dans un contexte historique global avec un intérêt particulier aux facteurs individuels de l’engagement (Rossier et Fillileule, 2019). Ce questionnement conduit également à interroger les effets de mobilisation et démobilisation qui se sont opérés par la suite en termes idéologiques sous le coup de la répression du hirak étudiant. Si la mobilisation estudiantine s’est constituée de concert avec la mobilisation nationale, il apparaît qu’à un moment donné, diverses tendances politiques ont tenté de se positionner au sein du mouvement étudiant, ce qui a conduit les acteurs à réfléchir sur le sens de leur engagement.

  • 6 Il s’agit principalement, de 15 entretiens réalisés avec des étudiants (hommes) et de 5 autres avec (...)

3Ce texte s’intéresse aux différentes formes d’action et d’engagement étudiant dans le hirak du 22 février. Il repose sur une observation continue de leurs marches et leurs actions durant les deux premières années du mouvement de protestation à Oran avec un intérêt particulier porté au Rassemblement des étudiants libres d’Oran (RELO). Ce choix est justifié par la forte adhésion de ses membres dans le mouvement contestataire d’un côté, et leur choix de se démarquer des organisations estudiantines « traditionnelles » de l’autre. Cet article s’appuie sur une vingtaine d’entretiens semi-directifs6 menés entre mai et septembre 2020. Deux focus groupes ont été réalisés avec les principaux acteurs de ce collectif et avec d’autres étudiants hirakistes. Des entretiens ont également été réalisés avec des journalistes, syndicalistes, militants associatifs, etc., ayant accompagné et soutenu, de manière générale, le hirak étudiant à Oran et dans d’autres villes du pays. Un large travail monographique (photos, communiqués, dossiers de presse) a par ailleurs servi de support à la rédaction de ce texte.

Le hirak étudiant : une volonté de réinvestir le champ des luttes politiques

  • 7 Statistiques ONS, cité par Algérie 360°, « 54 % de la population est âgée de moins de 30 ans : L’Al (...)
  • 8 Du 27 avril 1999 au 2 avril 2019.
  • 9 Pour 43.4 millions d’habitants. Office National des statistiques, « Démographie algérienne, 2019, n (...)
  • 10 Selon les propos du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique L.O.CH « E (...)

4De nombreux observateurs ont mis l’accent sur la jeunesse qui a constitué la principale force de frappe du hirak (Sidi Boumedine, 2019 ; Mebtoul, 2020 ; Ouaras 2020). Ce constat est imputable, avant tout, aux données démographiques. Les moins de 25 ans représentaient 45% des 42,2 millions d’Algériens en 20187. Ces chiffres témoignent sur le plan politique d’un détail non négligeable. Abdelaziz Bouteflika étant au pouvoir depuis 20 ans8, cela signifie qu’une part importante de la population algérienne n’a connu que lui au pouvoir. En 2019, outre les 2 945 454 habitants se situant dans la tranche d’âge 15-19 ans, on comptait 3 202 928 jeunes de 20 à 24 ans9. Durant l’année universitaire 2018-2019, le nombre des étudiants inscrits au sein de l’université algérienne était de 1 730 000 étudiants10.

  • 11 Il s’agit des étudiants de l’université d’Oran 1, de l’université d’Oran 2 et de l’Université des s (...)
  • 12 Campus Pr Mourad Selim Taleb situé à la commune d’Es-Senia.
  • 13 Z. Mehdaoui Houari Barti et A. Zerzouri « Contre un 5e mandat et pour le changement : Des milliers (...)
  • 14 Elle raconte l’histoire d’un jeune persécuté par « dawla » [l’État]. Dans le langage populaire « Da (...)
  • 15 Larbi Benmhidi fut parmi les fondateurs historiques du FLN, il dirigea la Guerre de la libération à (...)

5La jeunesse du hirak a attiré l’attention dès la première marche étudiante à Oran, le 26 février. Les étudiants des trois universités d’Oran (Es-Senia, USTO et Belgaid)11 se sont mobilisés de diverses manières. Ceux de l’USTO et de l’ex-IGMO12 choisissent d’abord d’organiser des rassemblements dans l’enceinte même des campus pour marcher ensuite en direction du centre-ville vers la place du 1er novembre (ex-place d’Armes)13. Ils sont rejoints par les lycéens, notamment ceux du lycée Colonel Lotfi au square Port-Saïd. Les étudiants de Belgaid (Université d’Oran 2) manifestent au sein même du campus. Durant les premières semaines du hirak, dans une ambiance particulièrement festive, l’euphorie contestataire est bien visible avec ses slogans et ses drapeaux. À la faculté des sciences commerciales, la chanson de raï très populaire Ana nejri wa dawla tjeri (« Moi je cours et l’État court »)14 du chanteur Kader Tirigou passe en boucle alors que nombre d’étudiants, conscients des enjeux, portent les mêmes slogans que les manifestations générales du vendredi rejetant catégoriquement le cinquième mandat de Bouteflika. Très rapidement, le parcours du hirak estudiantin se précise, comme c’est le cas dans d’autres villes. Le choix des « itinéraires associés à des noms et des lieux du passé » (Carlier, 2020, p 13-45) n’est pas anodin. Les étudiants rejoignent les marches désormais hebdomadaires du mardi : ils se donnent rendez-vous au centre-ville, sur la place du 1er novembre à partir de 10h00. Ensuite, ils défilent dans la rue Larbi Ben Mhidi (ex. rue d’Arzew) pour se diriger vers le siège de la préfecture (wilaya), symbole du pouvoir exécutif local, avant de se quitter au détour de la statue d’Ahmed Zabbana. Dès le départ, l’empreinte de l’histoire nationale marque le choix de l’itinéraire des marches qui est intimement lié à la date du déclenchement de la Guerre de libération nationale (place du 1er novembre) et aux héros de la patrie, à l’image de Larbi Ben Mhidi, et d’Ahmed Zabana, deux symboles de la Guerre de libération, notamment dans l’Oranais15.

  • 16 Belmadani Hamza, « Pas d’examens à l’université de l’USTO », CAPdz, 17 mai 2019, [En ligne] : https (...)
  • 17 « Alger : Grève des étudiants de plusieurs universités », Algérie éco ,14 avril 2019, [En ligne] : (...)

6Alors que les étudiants organisent des assemblées générales pour se concerter, ils entament à partir de mars 2019 plusieurs actions en dehors des manifestations hebdomadaires (du mardi). Des comités autonomes se constituent dans les grandes universités du pays, tandis que les appels à la grève se multiplient. À partir du 14 avril, les étudiants de l’USTO entament une grève durant plusieurs semaines16. Cette dernière donne de l’écho à d’autres grèves lancées simultanément dans diverses villes comme au sein de la capitale17. Les grévistes portent les mêmes revendications que les participants aux manifestations populaires à savoir : le départ du régime.

Continuité et discontinuité dans les logiques de l’engagement étudiant

7À propos de la configuration générale de la mobilisation étudiante, les enquêtés se souviennent que les organisations étudiantes, traditionnellement présentes au sein des campus, ont mené les marches en se positionnant à l’avant des cortèges. Elles ont été à l’origine des slogans et des mots d’ordre durant les premières semaines du hirak, au même titre que les syndicats et les partis politiques. Il est possible de distinguer deux profils étudiants dans ces organisations : ceux qui adhèrent à des syndicats et les autres qui se présentent comme indépendants. L’un des leaders du hirak étudiant à Oran affirme à ce propos :

  • 18 En arabe classique, le mot organisation mounadhama fait partie de la même famille du mot nidham qui (...)

Je n’ai jamais fait partie des mounadamet, [organisations estudiantines]18 je ne leur fais pas confiance. À la veille du hirak, ils soutenaient le président. Cependant, je sortais avec les étudiants de médecine en 2018. Je trouve qu’ils sont d’un autre niveau et beaucoup plus matures (A.)

  • 19 Certains d’entre eux, déjà rencontrés en 2017, étaient en première année de médecine et avaient sou (...)
  • 20 « Algérie : les médecins résidents défient l’interdiction de manifester dans la capitale », Jeune A (...)

8Cet étudiant fait référence au Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA). Né en 2017, ce collectif met en avant les revendications des 15 000 médecins résidents (selon les médias)19qui ont entamé un mouvement de contestation inédit (Mebtoul, 2018), pendant plusieurs mois, ce qui a perturbé l’activité des plus grands centres hospitaliers du pays. Les médecins résidents ont fait grève, organisé des sit-in et manifesté dans la capitale entre novembre 2017 et juin 2018 malgré les interdictions et la répression policière20. Ce mouvement a largement marqué les esprits et a fait réagir les partis politiques, dont le Parti des travailleurs (PT) qui a soutenu leurs revendications. Louisa Hanoune, secrétaire générale du PT, estimait que ce mouvement traduisait « la détermination et la persévérance des étudiants dans leur militantisme », elle avait d’ailleurs dans ce même sens lancé un appel visant à alerter les pouvoirs publics sur la force de l’engagement estudiantin quelques mois seulement avant le hirak. L’opposition s’inquiétait alors d’un climat d’incertitude politique alors que les partis proches du pouvoir avaient déjà commencé leur campagne de soutien pour un cinquième mandat du président :

  • 21 Mehdi Mehenni, « Louisa Hanoune : « Halte à la provocation ! », Liberté, 25 mars 2018, [En ligne] : (...)

Halte à la provocation. Halte à la provocation parce qu’il s’agit d’une bombe à retardement. L’Algérie compte plus d’un million d’étudiants. Si la moindre étincelle se produit à l’université, aucune force ne sera en mesure de l’arrêter. Et parce que les Algériens, dans leur culture, vouent beaucoup de respect aux étudiants, le peuple sera engagé, à coup sûr, à leur côté21.

  • 22 Propos du vice-président de l’UNEA section de l’Université d’Alger 1. Samir Azzoug, « Les étudiants (...)
  • 23 Voir à ce sujet l’Office national des statistiques, [En ligne] : https://vu.fr/GwmZ, https://vu.fr/ (...)
  • 24 On comptait 106 établissements d’enseignement supérieur en 2018, contre 53 en 1999. Voir, « M. Taha (...)
  • 25 Meziane Abane, « Les étudiants en pharmacie maintiennent leur protestation », El Watan, 10 mars 201 (...)

9Il n’est pas faux de soutenir que le CAMRA a servi, à bien des égards, de modèle au hirak étudiant dans la mesure où ce mouvement a été ponctué par plusieurs grèves et actions des étudiants de médecine, comme le sit-in de la section de l’UNEA à l’université d’Alger en décembre 2017. Ils dénonçaient un parcours d’études difficile : « vous imaginez des étudiants qui assistent aux cours, debout ! »22. Il est à noter à ce propos qu’entre les années universitaires 1999-2000 et 2009-2010, le nombre des étudiants a été multiplié par plus de deux, les effectifs passant de 407 995 à 1 034 31323 et que, malgré les revenus tirés de la rente pétrolière, le taux d’encadrement se révèle largement insuffisant et les conditions pour étudier en pâtissent (Ghouati, 2012) 24. Ces mauvaises conditions de travail sont également dénoncées chez les étudiants en pharmacie qui ont entamé une grève illimitée quelques jours après le CAMRA. Cette forme de protestation s’est poursuivie pendant plusieurs mois25. Les revendications exprimées par le hirak étudiant rejoignent en partie celles exprimées par ce collectif dès 2017. Le discours est quasiment le même concernant les raisons ayant entraîné les étudiants à marcher :

Quand je vois les gens de mon quartier incapables de subvenir à leurs besoins quotidiens [alimentaires], quand je vois des gens dans les hôpitaux livrés à eux-mêmes, chaque fois que quelqu’un réclame ses droits yrfdouh [il est interpellé] … En tant qu’étudiant, c’est pire ; le système LMD c’est de la hogra [injustice], les organisations estudiantines haggarine ; si un étudiant est confronté à un problème, ils le défendront en organisant une action ; mais dans la réalité, c’est une couverture pour arriver à leurs fins... (S.).

  • 26 Année durant laquelle le système LMD a été introduit en Algérie (Belhocine, 2017).

10Ces propos sont révélateurs non seulement de la conscience chez les étudiants de l’existence d’un malaise social partagé par un grand nombre d’Algériens, mais aussi de la connaissance de leur propre condition étudiante marquée, depuis 2004, par une précarité grandissante26. Leur engagement se veut la confirmation d'une identité autonome, mais dont les revendications ne sont pas pour autant dissociées de celles que porte l’ensemble des Algériens.

  • 27 Elle réunissait plusieurs coordinations d’étudiants des universités suivantes : AlgerMostaganem, (...)

11En 2011, dans le contexte des « printemps arabes », on a assisté à une volonté d’autonomiser les luttes estudiantines au sein des universités. Le 11 mars, les étudiants décident de créer la CNAE : Coordination nationale autonome des étudiants (Baamara, 2013)27. Les revendications socio-pédagogiques centrées sur le rejet du système LMD se mêlent aux revendications politiques avec des slogans comme :

  • 28 Slogan phare du mouvement citoyen de Kabylie en 2001. Voir Samir Ghezlaoui, « Les étudiants forcent (...)

« Étudiant s’engage, système dégage »,
« Nous sommes des étudiants, pas des voyous »,
« Étudiants autonomes »,
« Pouvoir assassin »
« Ulach smah ulach » [pas de pardon]28.

  • 29 Il s’agit principalement d’étudiants tout justes diplômés qui se sont vus proposer des contrats de (...)
  • 30 Ce mouvement revendique principalement, « l’instauration d’une réelle démocratie », « Proclamation (...)
  • 31 Cela s’explique en partie par la capacité du régime à contenir l’élan contestataire de ces collecti (...)

12Le contexte est marqué par plusieurs actions contestataires menées principalement par des jeunes, comme celles de janvier 2011 à Alger, contre la hausse des prix et de manière plus générale contre « la mal-vie ». Plusieurs collectifs de jeunes ont émergé par la suite autour de la question du chômage, à l’image du CNDDC (Comité national de défense des droits des chômeurs) qui s’est imposé dans le Sud (Hadj Moussa, 2017 ; Belakhdar, 2015). À ce comité, s’ajoute le Collectif des travailleurs du pré-emploi et du filet social 29. Déjà organisés autour du CAMRA en 2011, les médecins résidents aussi dénoncent leurs conditions précaires d’études et de travail. D’autres jeunes, se regroupent au sein du MJIC (Mouvement de la jeunesse indépendante pour le changement)30. De manière plus générale, certains de ces collectifs ont pris part à la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), constituée de syndicats autonomes, d’associations et de partis de l’opposition revendiquant le départ du régime (Derraji, 2012). Cependant, la CNAE en 2011 est confrontée, d’un côté, à la répression du régime qui rejette toutes les demandes démocratiques et, de l’autre, à une faible mobilisation sociale autour de ces divers collectifs (au sein de la CNCD) qui se retrouvent isolés31. En réalité, les étudiants de la CNAE n’arrivent pas à rivaliser face à un syndicalisme étudiant largement encadré depuis deux décennies par le régime.

  • 32 Modifiée par la loi, n°12-06 du 12 janvier 2012.
  • 33 Les partis nouvellement créés adoptent la logique du FLN d’avant 1989, à savoir former une base au (...)
  • 34 Cependant, il est assez difficile de cerner comment s’opèrent ces financements et les montants allo (...)

13Il convient de revenir sur la première tentative de transition démocratique et la configuration générale du mouvement étudiant pour saisir toute la complexité de la structuration du hirak étudiant. Après les réformes de la Constitution de 1989, ayant introduit le principe de pluralité, les étudiants se sont organisés dans le cadre de la loi sur les associations n°90-31 du 4 décembre 199032. Les organisations estudiantines qui se sont constituées à la suite de ces réformes ont été, dès le début, très proches des partis politiques, notamment l’UNEA en lien avec le FLN et l’UGEL avec le MSP (ex-Hamas) 33. Durant la décennie noire, les luttes autour de l’université sont mises en veille, alors que le milieu étudiant est marqué par la vague de terrorisme qui frappe l’Algérie (attentat à la bombe à l’Université de Constantine le 6 mai 1992 et assassinat du président et fondateur de l’UGEL, Abdelhafid Said le 13 février 1995). Le retour à la stabilité politique et sécuritaire dans les années 2000 ne fut pas sans conséquence sur le mouvement étudiant. En effet, les organisations estudiantines existantes avaient intégré un modèle corporatiste fondé sur la cooptation et le clientélisme. Lors des successives échéances électorales (présidentielles, législatives et locales), ces organisations ont été fortement sollicitées par les partis politiques ainsi que les candidats libres, pour apporter leur soutien. Leur présence est très remarquable durant les campagnes électorales. Le militantisme étudiant associé à la proximité avec les partis politiques (de diverses manières : adhérents, militants, sympathisants ou à travers des alliances ponctuelles) a permis à certains d’entre eux de s’engager en politique (élus en tant que députés ou nommés à des postes importants au sein des gouvernements, voir le tableau 1). Les étudiants ont joui d’une part non négligeable de la distribution de la rente à travers la mise à disposition de moyens matériels importants comme des locaux pour leurs activités au sein des universités et les cités universitaires, des transports universitaires et un large financement de plusieurs de leurs activités (colloques, salons du livre, universités d’été, actions caritatives, etc.)34. La quasi-totalité des organisations estudiantines a adopté des formes de contestation corporatistes se centrant sur la défense de leurs intérêts. Les organisations jouissent d’un pouvoir non négligeable, car elles sont reconnues par l’administration comme des représentantes légitimes des étudiants. De manière générale, l’opposition structurée étant plutôt absente de l’université, le mouvement étudiant durant cette période n’a pris aucune initiative politique à l’exception de celles voulues par le régime. Le tableau ci-dessous donne un aperçu sur les tendances politiques qui existent au sein des organisations estudiantines agréées depuis 1989. Elles se concentrent autour des partis qui ont assuré la continuité du système, à savoir le FLN (Front de libération nationale) et le RND (Rassemblement national démocratique). La tendance islamiste est principalement représentée par le MSP (Mouvement de la société pour la paix, qui a fait partie de l’alliance présidentielle jusqu’en 2012). Par ailleurs, certaines formations politiques qualifiables de satellites – créés après la réforme de la loi sur les partis en 2012 – ont également cherché des appuis au sein du mouvement étudiant.

Tableau I : Liste des organisations estudiantines officielles (MESRS mars 2019)

  • 35 Son précédent secrétaire général, Mounder Bouden a été secrétaire général chargé des jeunes et des (...)
  • 36 L’AREN rejoint l’initiative du FLN dirigée par Amar Saâdani en 2015 (qui réunit 30 partis et 302 as (...)
  • 37 Fares Ben Daghlouli son secrétaire général a été cité dans le procès mettant en cause Djamel Ould A (...)
  • 38 L’ONEA affichera son soutien au candidat Belaid Abdelaziz aux élections du 12/12/2019.Abdelahalim B (...)
  • 39 Le Mouvement populaire Algérien a été créé par Amara Ben Younès qui avant militait au RCD. Le secré (...)
  • 40 Lors du troisième congrès les 15 et 16 juillet 2011 à Boumerdes de la SNE, Abdelhakim Megdoud, qui (...)
  • 41 Parti de la bonne gouvernance. Parti minoritaire créé après la réforme de 2012 et dont le secrétair (...)
  • 42 Tajamoue Amal El Djazair (rassemblement de l’espoir en Algérie). Au moment de la constitution de l’ (...)
  • 43 À l’occasion de la fête de la victoire (cessez le feu le 19 mars) organisé par le bureau de VNEA à (...)

Organisation

Date de création

Tendance politique

UNEA : Union nationale des étudiants algériens

14 novembre 1990

FLN elle se revendique comme héritière de l’UGEMA

UGEL : Union générale des étudiants libres

23 mars 1989

MSP (ex Hamas)

LNEA : Ligue nationale des étudiants algériens

30 octobre 1988

Ennahda

UGEA : Union générale des étudiants algériens

08 octobre 1994

RND35

AREN : Alliance pour le renouveau estudiantin national

25 décembre 1994

FLN36

ONEA : Organisation nationale des étudiants algériens

06 septembre 1998

FLN, 37Front el moustakbel 38

MNEA : Mouvement national des étudiants algériens

Mars 2016

MPA39

SNE : Solidarité nationale estudiantine

1999

FLN40

ONSE : Organisation nationale de la solidarité estudiantine

14 juin 1999

PBG41

REAL : Rassemblement des étudiants algériens libres

28 mai 2016 (assemblée constitutive)

TAJ42

VNEL : Voix nationale des étudiants libres

23 octobre 2018

FLN43

14Au regard de ce qui a été avancé, il apparaît clairement qu’une volonté de réinvestir le champ des luttes au sein de l’université a animé une génération d’étudiants à partir de 2011. La politisation de la contestation estudiantine et la revendication de changement du régime s’est exprimée de manière inédite depuis la dissolution de l’UNEA en 1971 (voir encadré 1) et les événements d’Octobre 1988. La parenthèse de 2011 passée, les organisations estudiantines, traditionnellement présentes au sein des universités, ont investi dans une action davantage politisée. L’éveil des étudiants en 2019 n’apparaît donc pas comme un coup de tonnerre dans un ciel serein.

15Le hirak étudiant intervient dans un contexte où la représentation estudiantine est partagée entre des organisations clientes et d’autres dissidentes. Il va alors puiser dans un répertoire rassembleur fondé sur l’histoire nationale, une stratégie qui s’avère dans un premier temps fructueux.

L’histoire nationale un répertoire largement mobilisé et un élément de cohésion

16De manière générale, voilà comment les étudiants décrivent les raisons qui les ont poussés « à marcher » :

L’université algérienne a été ciblée depuis l’indépendance, elle a connu une phase ou il y avait un courant intellectuel puissant et antisystème mais depuis, le régime a tout fait pour la vider de toute substance politique et culturelle […] L’étudiant aujourd’hui est réduit à réfléchir sur comment obtenir des notes suffisantes pour avoir son diplôme (S.).

17Le hirak étudiant s’installe promptement et massivement. Chaque mardi, à partir du 26 février, dans les plus grandes villes du pays qui comptent des établissements d’enseignement supérieur, les étudiants organisent spontanément des marches et des rassemblements de manière régulière. Ce mouvement tient sa force les premiers mois de la mobilisation des étudiants dans presque toutes les wilayas, notamment lors des marches organisées les mardis. Il intervient aussi dans un contexte de fortes mobilisations sectorielles (avocats, magistrats et les syndicats autonomes) qui donnent de l’écho au hirak.

  • 44 Taleb Abderrahmane, dit le « chimiste », était un étudiant en chimie à la Faculté d’Alger, guilloti (...)
  • 45 Ibn Badis (1889-1940) est une personnalité très reconnue dans les milieux estudiantins et la journé (...)
  • 46 Dont le premier mot novembre fait référence au 1er novembre 1954 et le second, au fondateur de l’As (...)

18Dans ses marches et rassemblements, les étudiants reprennent la rhétorique du Mouvement national et de la Guerre de libération à l’instar des autres manifestants du hirak qui se réfèrent aux figures historiques de l’Algérie pour se positionner contre le roman national « officiel » (Benzenine, 2022 ; Dirèche, 2020 ; Fabbiano, 2019). Ainsi, on entend très souvent les étudiants reprendre le chant révolutionnaire de Moufdi Zakkaria, un poète de la Guerre de libération nationale, auteur de l’hymne national Qassaman qui a écrit en 1955 : « Nahnou toulabou el djazaier nahnou lil-majdi houmat » (« nous sommes les étudiants de l’Algérie, nous sommes protecteurs de la gloire ») (Stalli, 2022). D’autres utilisent des symboles de la Guerre de libération nationale, à l’image du collectif Le Hirak étudiant Algérien, qui reprend dans son sigle la photo de l’icône de la Révolution et martyr Taleb Abderrahmane44. Les étudiants reprennent aussi d’autres chants patriotiques comme Min jibalina [de nos montagnes], réadapté en arabe classique par le poète réformiste Mohamed el Aïd Al Khalifa qui fut membre de l'Association des Oulémas musulmans algériens (Bechichi, 1998 ; Branche, 2018). Comme le note Mahfoud Kaddache, au sein des scouts musulmans algériens (2014, p. 448) : « on chantait les qacidates (poésies) de l'islah louant l'islam et appelant au djihad. ». Ces chants historiques ont accompagné les slogans entendus durant les manifestations étudiantes à Alger, notamment le 19 mai 2019, date qui coïncidait avec la fête de l’étudiant et la commémoration de l’appel à la grève des étudiants lancée par l’UGEMA en 1956 – comme s’il s’agissait là d’affirmer une affiliation au mouvement des étudiants algériens engagés pendant la Guerre de libération. Les slogans scandés montrent une adhésion à ce qui représente dans l’imaginaire des étudiants, l’emblème d’un passé glorieux et exaltant en ce qu’il renvoie à la lutte et au savoir. Parmi ces slogans, citons également : « Ya Ben Badis rtah rtah, nahnou sa nouwisil el Kifah » (« Ibn Badis repose toi, nous allons continuer la lutte »), en référence au cheikh Abdelhamid Ibn Badis45, fondateur de l’Association des Oulémas musulmans. La mobilisation des mémoires de la Guerre de libération nationale et du réformisme musulman au sein du Mouvement national, explique en grande partie l’écho qu’a pu trouver le courant né du hirak dit Novembriya-Badissiya46 dans les milieux étudiants. Il annonce déjà un premier clivage idéologique sur lequel nous reviendrons.

Encadré 1 : La primauté de la question nationale dans l’histoire du mouvement étudiant

  • 47 Qui rappelle une autre initiative similaire impulsée par l’UNEA en 1963, à savoir le Comité action (...)

Il n’est pas inutile de rappeler que le mouvement étudiant en Algérie a été très engagé autour de la question nationale et dans le combat de libération. La création de l’UGEMA (Union générale des étudiants musulmans d’Algérie) en 1955 et sa participation active dans le combat pour la Libération nationale sous l’influence du FLN (Pervillé, 2017) a d’une certaine manière scellé le destin de cette organisation. Dans l’Algérie postindépendance, l’UGEMA devient l’UNEA (Union des étudiants musulmans algériens). Le changement de sigle intervient dans un contexte où le régime de Ben Bella impose l’idée du rassemblement autour de l’État-national (Mahi, 2014, p. 40). L’UNEA se veut acteur autonome et participant actif à la vie politique (Bessaoud et al., 2021), mais c’est sans compter sur la volonté du parti unique-au pouvoir, le FLN qui a opté pour la soumission de toutes les organisations sociales au régime. L’UNEA qui s’est opposée en 1965 au coup d’État de Houari Boumediene, est dissoute six ans plus tard (Mouffok, 1999). Toutefois, le 16 mars 1973, un décret présidentiel officialise les Comités de volontariat universitaire (CVU)47. Ces derniers, dans leur fonctionnement agissent de la même manière que l’UNEA dissoute, car ils sont encadrés par ses ex-militants (Abrous, 2002, p. 59). En outre, les étudiants investissent très largement ces comités, notamment en accompagnant le processus de la Révolution agraire (Elaidi, 2022), mené sous l’égide du Président Boumediene.

  • 48 Ces grèves ont été violentes à l’ université de Constantine, notamment du 8 au 10 novembre 1986 (Ks (...)

Les étudiants, suite à la dissolution de l’UNEA par le régime de Boumediene en janvier 1971, sont contraints donc de s’organiser autrement. Ils se tournent vers l’Union nationale de la jeunesse algérienne (UNJA) créée en 1975 par le FLN pour encadrer la jeunesse du parti (étudiants de l’UNEA dissoute, scouts musulmans et le Croissant rouge algérien, etc.), alors que le régime refuse de créer une nouvelle organisation pour les étudiants (Rahal, 2017, p. 9). Malgré les pressions et les restrictions sur les activités des étudiants, ces derniers résistent : les « bureaux de grève », « comités de coordination » « comités autonomes » se multiplient entre 1977-1982 à Alger, Constantine et Tizi Ouzou (Abrous, 2002, p. 91-92)48.

  • 49 Voir à ce sujet Farid Cherbal « L'apport du mouvement étudiant autonome algérien », El Watan, 07 ju (...)
  • 50 Voir à ce sujet la chronologie de la période 1978-1992 intitulée « 1978-1992 des années d’effervesc (...)
  • 51 Ce qui apparaît dans la logique des choses puisque depuis l’indépendance l’université réunit plusie (...)
  • 52 En référence au Parti de l’avant-garde socialiste (créé en 1966), héritier du parti communiste algé (...)

Des comités autonomes au sein de plusieurs universités vont tenter aussi de créer un Syndicat national des étudiants autonomes et démocratiques (SNEAD)49. Ce syndicat fera partie des initiateurs de la grève cyclique des étudiants et des enseignants universitaires en novembre 1987 contre les conditions de travail et l’orientation obligatoire50. Cette grève, parmi d’autres, a participé aux prémices de la crise d’octobre 1988. Les étudiants sont d’ailleurs des acteurs de ces évènements (Aït-Aoudia, 2015). En effet, l’université constitue à ce moment-là le terrain de lutte entre les islamistes et plusieurs tendances de gauche51. Toutefois, comme l’observe Abed Charef, le contexte de 1988 va diviser le mouvement étudiant sur le plan idéologique et quatre courants émergent alors : le premier « officiel proche de l’UNJA, et donc du FLN, un deuxième à caractère islamiste, un troisième d’extrême gauche très actif au sein de l’université de Bouzareha et enfin un quatrième courant « pagsiste52 » très présent à l’université de Bab Ezzouar » (Charef, 1990, p. 228)

Un mouvement marqué par des traditions de luttes dans le champ universitaire

19Une observation attentive de la structuration géographique du hirak étudiant permet de faire ressortir plusieurs éléments en lien avec des traditions contestataires antérieures au 22 février. D’abord, c’est la capitale qui compte le plus grand nombre de ces collectifs (REC, CIP, MED-FM, CELC, CAD, le Hirak étudiant algérien). Ensuite, les villes d’Oran, Constantine comptent respectivement un collectif, à savoir dans l’ordre, le RELO, le CEC. Il en est de même pour Skikda, Khenchla et Tiaret.

  • 53 Il s’agit ici de ceux qui ont signé souvent des communiqués en commun et les plus actifs aussi. D’a (...)

Tableau 2 : Liste des collectifs d’étudiants après le 22 février 53

Collectifs

Universités

CEPL : Coalition des étudiants pour la poursuite de la lutte

?

RELO : Rassemblement des étudiants libres d’Oran

Universités d’Oran

REC : Rassemblement estudiantin pour le changement

Université de Bab Ezzouar USTBH

CELC : Collectif estudiantin pour la liberté et le changement

Faculté des sciences Université d’Alger I

CIP : Collectif indépendant des polytechniciens

École nationale polytechnique d’Alger

Bouchrat Kheir

MED-FM : Groupe actif des étudiants en médecine d’Alger

Faculté de médecine d’Alger

UJC : Union des juristes pour le changement

?

CEC : Collectif estudiantin de Constantine

Universités de Constantine

Mouvement estudiantin Khenchela

Université de Khenchela

Mouvement estudiantin université Ibn Khaldoun Tiaret

Université Ibn Khaldoun Tiaret

Mouvement estudiantin Skikda

Université de Skikda

Le Hirak étudiant algérien

Universités d’Alger

CAD : collectif actif Dely Brahim

Université Alger III

UEAL : Union des étudiants algériens libres

?

  • 54 Autour des avocats Mustapha Bouchachi et Zoubida Assoul. Ces deux acteurs d’ailleurs étaient parmi (...)

20Les profils de ces collectifs sont très variés. Ces derniers ont tendance à s’organiser très localement autour de leurs établissements d’enseignement supérieur (tableau 2). La disparité des mobilisations estudiantines est patente entre les grandes métropoles (Alger, Oran, Constantine) et les villes de l’intérieur. Cela s’explique principalement par le fait que les anciens établissements d’enseignement supérieur structurés autour des filières d’élite se situent à Alger – faculté de médecine d’Alger et Université des sciences et technologie Houari Boumèdiène de Bab Ezzouar (USTBH) et à Oran (Université des sciences et technologie d’Oran-USTO – où une tradition contestataire syndicale est ancrée depuis la fin des années 1980. En revanche, la majorité des établissements d’enseignement supérieur existants ont été construits durant les deux dernières décennies. Les traditions militantes liées à des espaces de lutte ont ainsi joué un rôle essentiel dans la structuration de ces collectifs. Bien plus encore, on retrouve des connexions évidentes avec certaines routines contestataires antérieures : à titre d’exemple, à l’université d’Alger, les étudiants de médecine ont observé, accompagné, participé et même pris part au mouvement CAMRA entre 2017-2018 (cf. Supra) ; durant le hirak étudiant à Oran, on pouvait reconnaître la présence de certains médecins résidents qui organisaient des sit-in au CHU d’Oran en 2018. De même, les étudiants de droit de l’université d’Alger se sont distingués aussi en se mobilisant très rapidement : cela s’explique en partie par la médiatisation très importante des collectifs d’avocats, souvent associés à la Ligue algérienne de défense des Droits de l’Homme (LADDH)54, et par l’implication des collectifs des avocats depuis 2018 dans la défense des lanceurs d’alerte de plusieurs médias électroniques sur les dossiers de corruption. En effet, de nombreux avocats sont en même temps enseignants universitaires au sein des facultés de droit et sont donc en contact permanent avec les étudiants.

21À Oran, c’est au sein de l’université de l’USTO (la plus proche du centre-ville) que les étudiants étaient plus déterminés à maintenir la mobilisation. C’est aussi à l’USTO que les membres actifs du Rassemblement des étudiants libres d’Oran se réunissaient même s’ils n’étaient pas tous inscrits dans cet établissement. L’itinéraire des marches était aussi beaucoup plus simple : les étudiants partaient de l’USTO, puis se dirigeaient vers le centre-ville. Les enseignants de l’USTO les rejoignaient pour les soutenir.

  • 55 L’Organisation révolutionnaire des travailleurs.
  • 56 Groupe communiste révolutionnaire.
  • 57 Il est actuellement enseignant à l’USTO. Au début du hirak, ce dernier a animé des assemblées génér (...)
  • 58 Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique : créé en 1990, ce syndicat (...)
  • 59 Confédération générale autonome des travailleurs algériens (non reconnue), son président est Rachid (...)

22Les étudiants de l’USTO et ceux qui étaient au RELO ont très vite été approchés et accompagnés par un petit noyau d’anciens syndicalistes du CNES (principal syndicat autonome de l’enseignement supérieur en Algérie). Ce syndicat créé en 1992 par des enseignants universitaires a été à l’origine des actions les plus contestataires au sein de l’université algérienne depuis l’indépendance. Beaucoup de ses membres actifs ont été par le passé impliqués dans les luttes étudiantes autour des comités autonomes, au sein de l’UNEA, du « printemps berbère » et des courants de gauche (PAGS-ORT55-GCR56). Depuis l’éclatement du syndicat en 2006, certains syndicalistes membres du CNES à Oran se sont réorganisés autour du SESS (Syndicat des enseignants du supérieur solidaires) créé en 2011 et reconnu en 2020. Son coordinateur national est Kadour Chouicha57 figure algérienne des luttes pour les droits de l’Homme et de la démocratie, en a été un des initiateurs avec d’autres : le SESS, la LADDH, le SNAPAP58 et la CGATA, de la CNCD en 201159 qui tous étaient déjà dans une posture antisystème ; en effet, dès 2004, certains avaient rejeté la candidature de Bouteflika pour un deuxième mandat (cf. infra). Ainsi, des militants comme Kadour Chouicha, et feu Messaoud Babadji (enseignant en droit et syndicaliste CNES à l’Université de Sidi Bel Abbès) ont accompagné et soutenu toutes les marches des étudiants à Oran. Pour l’un des fondateurs du RELO :

Le SESS a soutenu toutes nos marches et, d’une certaine manière, nous n’avons pas été dérangés à l’USTO parce que kanou wagfine maana [ils nous ont épaulés] … Quelque part, ils nous ont protégés (S).

23Les militants issus des luttes estudiantines et syndicales antérieures au sein de l’université et au-delà ont, dans le contexte du hirak, largement influencé ces collectifs d’étudiants. Plus important encore, on retrouve des connexions évidentes et directes avec le contexte de 2011 et les mouvements de jeunes. Lors des deux focus groupes réalisés avec les étudiants, une autre personne est présente : un militant du mouvement associatif d’Oran qui intervient en tant que « conseiller » du RELO, c’est ainsi que les étudiants le qualifient et qu’il se décrit lui-même. C’est lui qui suggère aux étudiants de s’organiser en collectif, il participe à toutes les marches et échange souvent avec eux. Le parcours de ce militant est atypique et révélateur : âgé d’une trentaine d’années, ni étudiant, ni titulaire d’un diplôme universitaire, il vient d’une famille « révolutionnaire » et se dit d’extrême gauche. Ayant rejoint la CNCD d’Oran en 2011, il dit se sentir mal compris et évoque un problème générationnel. Également membre du MJIC, il tente d’impulser une dynamique contestataire auprès des jeunes d’Oran. Engagé auprès des mal-logés des quartiers populaires d’Oran, il a tenté, en 2014, de créer un collectif d’étudiants et a rejoint la CNDDC lorsqu’il s’est retrouvé au chômage.

24Dans le cas du RELO, la structuration du mouvement fait ressortir une certaine connexion avec des mouvements contestataires antérieurs. Les luttes, à Oran comme à Alger, sont loin d’être déconnectées les unes des autres comme le montre la réalité des trajectoires des militants qui ont accompagné le hirak étudiant.

La répression et la représentation : deux éléments structurants

25Le second mode de l’engagement étudiant est plus réfléchi, plus déterminé. En effet, on assiste à une structuration fondée sur une organisation horizontale autour de collectifs autonomes, en dehors des organisations estudiantines déjà existantes. Par ailleurs, plusieurs collectifs se sont distingués par leur manière de faire et d’agir. Ils se sont inscrits rapidement dans une logique consistant à donner une identité à leurs mouvements tout en ne restant pas dans l’anonymat. Ils se sont par exemple dotés d’appellations, de sigles et de symboles ; ils ont publié des communiqués, créé des pages Facebook et YouTube, se sont concertés à travers les actions communes, l’organisation des rassemblements, l’itinéraire des marches, la rédaction des slogans, les prises de position sur diverses questions (élections, dialogue avec le pouvoir, représentation, détenus d’opinion, etc.). En réalité, ils ont constitué une sorte d’intelligentsia qui a œuvré à la cohésion du hirak étudiant en lançant les mots d’ordre et en orientant les débats, notamment sur le terrain et les plateformes numériques. Les étudiants du RELO racontent comment s’est imposée l’idée de s’organiser : 

Nous sortions du tribunal d’Oran à la marge du procès d’un hirakiste ; nous étions là pour le soutenir. Nous ne nous connaissions pas, et puis des voix se sont élevées et la discussion a été entamée sur la nécessité de s’organiser pour mieux se protéger… Par la suite, nous étions cinq étudiants. Nous nous sommes concertés sur les détails relatifs à l’appellation qu’on allait donner à notre collectif et puis nous avons organisé une assemblée générale des étudiants au jardin place d’Armes. (Focus groupe avec quatre étudiants (S.), (L.), (R.) et (D.).

  • 60 Il s’agit d’un café niché dans une petite ruelle à quelques mètres du boulevard du front de mer à O (...)

26Ces étudiants auraient pu choisir d’organiser leur assemblée générale dans n’importe quel établissement d’enseignement supérieur à Oran. Mais force est de constater qu’ils ont opté pour la Place du 1er novembre. Le choix du lieu, qui marquait le début et la fin des marches du vendredi à Oran, illustre une fois de plus la référence à la symbolique de l’histoire nationale dans cette mobilisation étudiante. Cette place constitue un espace clef dans l’analyse et la compréhension du hirak à Oran puisqu’elle a réuni des dizaines de citoyens qui délibéraient et débattaient publiquement sur le hirak avec les acteurs de la société civile. Après les marches du mardi et du vendredi, dans les cafés du centre-ville, les étudiants et militants de tous bords se rejoignaient en petits comités et se réunissaient : le café « Bonbon », par exemple, est devenu le lieu de rencontre des étudiants hirakistes et des militants les soutenant60.

  • 61 La culture politique se définit comme étant « le produit d’un mécanisme de régulation des comportem (...)
  • 62 Actuellement, il est très difficile de suivre ces collectifs : plusieurs de leurs pages Facebook on (...)

27La déclaration de constitution du RELO qui est intervenu en mars 2020, soit trois mois après les élections présidentielles, nous renseigne sur la structuration de ce collectif. Il s’agit d’abord d’une volonté de rompre avec les organisations estudiantines « officielles », souvent qualifiées de clientélistes, opportunistes et « parasites ». Par ailleurs, les militants du RELO se présentaient comme étant autonomes, en renvoyant une image positive des étudiants, responsables et conscients, sans lien appartenance politique ou idéologique. Pour autant, bien qu’ils se présentent ainsi, ils sont imprégnés d’une culture politique qui accorde de l’importance à la gouvernance et au changement démocratique61. En réalité, ces étudiants sont à l’image des Algériens qui marchent chaque vendredi et pour qui le hirak se construit sans représentant, la confiance étant rompue entre les organisations traditionnelles et les différentes composantes de la société. Par crainte d’être récupérés, ces étudiants ont pensé à s’organiser sous la forme de collectifs horizontaux, façon aussi de se protéger et de garder le caractère pacifique des protestations62.

  • 63 Déclaration de naissance diffusée sur Facebook, avant la suppression du compte.

Encadré 2 : Déclaration de naissance du Rassemblement des étudiants libres d’Oran (RELO)63

« Le développement de toute nation ou pays est conditionné par l’avenir de cette jeunesse instruite et l’activisme de ses élites conscientes, notamment les étudiants œuvrant à récolter le savoir nécessaire qui est la principale pierre dans l’édification d’une société. À partir de là, dans un élan de conscience de la réalité estudiantine et des défis présents et futurs auxquels ces élites sont confrontées, un groupe d’étudiants indépendants a œuvré à rassembler ses énergies et a créé le Rassemblement des Étudiants Libres d’Oran-RELO-

Qu’est-ce que le RELO ?

Le rassemblement est un regroupement d’étudiants libres de toutes les universités, écoles et instituts supérieurs de la ville d’Oran qui insistent sur les revendications de l’étudiant engagé et œuvrent à les concrétiser. 3 mots d’ordre : Éthique, Travail, Développement.

Le rassemblement est financièrement indépendant de toutes les unions estudiantines, du gouvernement, des partis politique et associations et de toute idéologie.

Le RELO est structurellement indépendant et n’a pas de président car il repose sur une structure matricielle ne donnant pas de pouvoirs à ses membres. Toutes les décisions y sont prises après concertation et d’un commun accord avec le vote.

Ses objectifs :

Le rassemblement énumère plusieurs objectifs, certains constants et d’autres circonstanciels, qui forment sa philosophie générale :

- Libérer l’étudiant de l’immobilité intellectuelle et diffuser la conscience au sein de l’université.

- Aider et guider l’étudiant dans son parcours académique.

- Établir les principes de la démocratie à l’université et chercher à améliorer les conditions d’études et de services des œuvres universitaires (résidence, nourriture, etc..) car c’est l’épine dorsale de la renaissance scientifique en Algérie.

- Encourager les activités scientifiques et culturelles.

- Contribuer à la construction d’un nouvel État par l’élite des jeunes conscients.

Pour conclure, le rassemblement est un projet social et scientifique prometteur qui cherche à servir l’étudiant et à l’orienter vers une vie scientifique et professionnelle meilleure.

Nous tendons la main à tout le monde, et souhaitons la bienvenue à tous ceux qui aimeraient rejoindre le Rassemblement des Étudiants Libres d’Oran.

Éthique-Travail-Développement »

Clivages et dilemmes idéologiques

28Nous avons vu que l’histoire nationale a constitué un élément rassembleur au sein du hirak étudiant en mobilisant tout un répertoire symbolique lié à l’imaginaire national. En revanche, le débat sur la nécessité de sortie de crise, qui s’impose dès la démission du président Abdelaziz Bouteflika le 02 avril 2019, fait progressivement ressortir les clivages profonds au sein du champ universitaire.

  • 64 Prévues initialement le 21 mars, les vacances sont annoncées du 10 mars au 4 avril 2019, c’est-à-di (...)
  • 65 Karim Younes est un homme politique qui a occupé plusieurs fonctions, dont celle de président de l’ (...)
  • 66 Lors du 23e mardi des étudiants le 30 juillet 2019 dans la capitale, on pouvait entendre et voir le (...)
  • 67 Voir à ce sujet, Kamel Ghimouze, « le panel multiplie les faux pas : Le conflit de l’UGEL s’invite (...)
  • 68 Selon les médias, il compte 13 écoles nationales mais les étudiants semblent en douter et y voient (...)
  • 69 Voir à ce sujet, Younès Djama, « La Conférence nationale des étudiants suscite des critiques : les (...)

29Dans les milieux étudiants, un climat de méfiance s’installe et se cristallise autour de la question de la représentation. Si dès le départ, les marcheurs du hirak ne veulent pas de représentants (Dris et Dris Aït-Hamadouche, 2019), plusieurs impératifs obligent les étudiants à penser à la restructuration du mouvement. D’abord, le ministère de l’Enseignement supérieur, dans une tentative de freiner les mobilisations étudiantes, a décidé d’avancer et de prolonger les vacances de printemps64. Cette mesure gouvernementale ne les empêche pas de maintenir leurs marches hebdomadaires. Cependant, à l’approche des vacances d’été, la situation se complique car celles-ci sont relativement longues : beaucoup d’étudiants rentrent aux domiciles de leurs parents et ne sont plus sur les campus. Aussi, c’est le moment où trois « initiatives de sortie de crise » sont lancées : il y a, premièrement, celle des associations et des syndicats, initiative dite « les dynamiques de la société civile » ; deuxièmement, celle des partis de l’opposition avec « le pacte de l’alternative démocratique » et troisièmement, celle qui s’impose, à savoir celle agréée par le régime, le « panel de dialogue et de médiation », mené par Karim Younes, lui-même chargé de préparer les élections présidentielles65. Si les étudiants rejettent cette dernière initiative, associée à la volonté du pouvoir, ils ne sont que peu, ou quasiment pas, représentés dans les deux premières, même si elles sont favorables à une période de transition démocratique66. À cela s’ajoute le contexte de la préparation de la conférence nationale du 31 août organisée par Karim Younes qui a divisé certaines des organisations traditionnellement présentes au sein de l’université, notamment l’UGEL, et qui ont répondu à l’invitation du panel. En effet, la représentativité de ceux qui prennent part aux discussions est contestée par une partie de leurs camarades au sein de l’organisation67. Les étudiants du hirak tentent, eux aussi, d’organiser une conférence nationale le 17 août mais elle est interdite faute d’autorisation de la préfecture d’Alger. Les deux coalitions étudiantes à l’origine de l’initiative, à savoir le Forum des étudiants algériens et le Pôle des étudiants algériens68 voient leur l’initiative rejetée par beaucoup, notamment par les étudiants de l’université de Bouzareh II qui estiment ne pas avoir été associés à l’initiative parce qu’elle est intervenue durant les vacances et qu’aucune assemblée générale n’a été convoquée. En outre, les étudiants s’interrogent sur ceux qui sont à l’origine de cette initiative69.

  • 70 En effet un grand nombre des figures du hirak étudiants ont été interpellées et traduites en justic (...)

30Parallèlement à ces dissensions, la répression qui frappe le hirak continue, étudiants compris70, et elle n’a de cesse de s’accentuer à l’approche des élections présidentielles. À Oran, comme à Alger, les débats sur la nécessité de restructurer le mouvement s’imposent. Ainsi, les étudiants ont tenté d’abord de créer une coordination dite « Coordination nationale des étudiants libres algériens » (CNELA), pour exprimer avec force leur rejet des élections du 12 décembre 2019. Ils se réunissent à Bejaia le 26 novembre 2019 en présence des représentants de douze wilayas. Mais cette initiative s’enlise. Les étudiants rencontrés mettent en avant plusieurs freins pour expliquer son échec :

Manque de confiance, tentative de certains partis de l’opposition de chapeauter les discussions à travers des étudiants présents au sein de ces organisations. On avait l’impression qu’ils voulaient à tout prix présenter l’initiative comme étant la leur. Nous ne voulions pas d’une initiative qui met en avant une région (la Kabylie) nous la voulions nationale (R.).

31Il ressort des entretiens avec les étudiants que le contexte répressif a été à l’origine de la volonté de s’organiser.

Des étudiants qui questionnent leurs engagements

32Pour une grande partie des étudiants qui y ont pris part, le hirak a constitué la première expérience d’engagement politique lequel les a rapidement posés face à un dilemme : celui de se définir idéologiquement. Ici, convoquer leurs histoires familiales permet de mieux comprendre les représentations étudiantes de la posture militante. Rappelons, pour faire écho au travail de Doug MacAdam (1986) que la « disponibilité biographique » et « l’affinité de convictions » constituent des éléments importants dans l’engagement des étudiants rencontrés, dans le sens où la socialisation familiale a fortement impacté leur volonté politique. Le récit de l’un des leaders du hirak étudiant à Oran est à ce titre très évocateur :

  • 71 En effet, dès son premier mandat on assiste à une volonté du président de réhabiliter Messali Hadj (...)
  • 72 Messali Hadji (1898-1974) est un des leaders du mouvement national algérien. Il fut jusqu’à l’arriv (...)

Mon père évoquait souvent le mouvement national. En 2004, il m’a offert un petit livre sur Messali Hadj. C’était à ce moment que le président Bouteflika a évoqué la nécessité de corriger une erreur historique71. J’ai compris que Messali Hadj72 était le fondateur du mouvement national. J’ai compris qu’après lui personne ne peut prétendre être le père du nationalisme. Je me considère messaliste (A.).

33Cet étudiant en génie civil a eu le sentiment de découvrir une partie de l’histoire de son pays, occultée délibérément. Il ressent une désillusion face à une histoire officielle enseignée à l’école et centrée, par la volonté du régime, autour du FLN. Tous les étudiants rencontrés, qu’ils soient du RELO ou, d’une manière générale, du mouvement étudiant d’Oran, nous ont déclaré qu’ils avaient au moins un parent ou grands-parents martyr ou ancien combattant de la Guerre de libération nationale. Ils évoquent cette mémoire présente au sein des familles avec beaucoup de fierté. Cette appartenance familiale s’est révélée corrélée à leurs prises de positions :

Ils disent « On est tous patriotes, on aime notre pays » […] Mon père est antisystème et je pense que tout algérien rationnel l’est. Ce n’est pas une question de courants » (Focus groupe avec quatre étudiants (S.), (L.), (R.), et (D.).

34Alors que le hirak à Oran gagne en intensité, des courants politiques ont très tôt cherché à se positionner et les étudiants ont été intégrés dans une configuration où il était nécessaire pour eux de faire un choix politique. Dans la déclaration de constitution du RELO (cf. supra), aucune référence n’est faite au hirak. En revanche, l’accent est mis sur la nation et la démocratie. Le RELO a opté pour la neutralité face à un contexte post-élections marqué par la répression et des tentatives de récupération. On retrouve le même schéma chez certains syndicats autonomes dans les années 2000 qui avaient adopté une certaine distance du politique tout en faisant de la politique. Ces syndicats s’inscrivaient dans le contexte de la décennie noire, tandis que les étudiants rencontrés ont été marqués par la répression. Ils ont tous fait l’objet d’interpellations et d’intimidations et ont manqué plusieurs mois de cours. Ils ont donc été ramenés à une réalité qui a changé leur perception de l’engagement.

Quand on a commencé à discuter de la forme que devait prendre le collectif, nous n’étions pas d’accord. Certains voulaient être dans une posture frontale. Personnellement, j’étais contre, le contexte ne le permettait plus ; j’ai proposé de le faire indirectement. Il faut dire aussi que les étudiants n’étaient plus aussi nombreux à nous suivre, nous les « hirakistes », [marcheurs du mardi] (S.).

35Ce qui est mis en avant ici est que la composante initiale du hirak, c’est-à-dire celle fortement majoritaire qui ne voulait pas de représentants, a fini par voir ses effectifs diminuer. Ceux qui sont restés ont dû finalement faire face aux ambitions de plusieurs courants politiques :

Nous sommes sortis de manière spontanée le premier vendredi comme tous les Algériens, mais rapidement, il y a eu des organisations, des associations et des individus qui se sont vite imposés. Ils ont dirigé les débats au sein de l’université. Ils ont créé des communautés sur les réseaux sociaux. Nous étions très méfiants car si certains étaient reconnaissables, d’autres non. Il fallait aussi envisager la part du système dans cette infiltration. Ces gens-là ne parlaient que de faire grève et nous étions contre car pour nous, faire grève, c’était signer la fin de notre mouvement (Focus groupe avec quatre étudiants, (S)., (L.), (R.) et (D.).

36Ces paroles font référence aux appels à la grève généralisée et à la désobéissance civile qui ont circulé durant le mois de mars 2019 sur les réseaux sociaux. Beaucoup ont fait le lien avec la grève « insurrectionnelle » du FIS en juin 1991, point de départ de la violence politique. Un étudiant d’Oran nous dit à ce propos :

  • 73 La double rupture est un courant politique né du hirak. Il s’est organisé autour du slogan un « Éta (...)
  • 74 Une chaine appartenant au fils de Abbassi Madani, l’un des fondateurs du FIS (Front islamique du sa (...)

J’ai arrêté de prendre part aux marches étudiantes lorsqu’au niveau national le débat s’est polarisé entre plusieurs tendances opposées idéologiquement. Au sein du hirak étudiant à Oran, on pouvait voir comment des tendances ont commencé à se distinguer les unes des autres. D’un seul coup on pouvait distinguer clairement les gens de « la double rupture »73 et qui incarnaient les étudiants de tendances laïco-démocrates. Il y avait aussi les « islamistes ». Certains leaders du hirak étudiant commençaient à intervenir sur la chaine El Magharibia74, d’autres véhiculaient le discours d’Amir dz. Les étudiants du RELO dès le départ ne voulaient pas des partis politiques. Pourtant, il y a eu de tout dans le mouvement étudiant : des féministes, l’un des leaders du mouvement était de tendance RCD et son père était un ancien du FIS. Un autre se revendiquait messaliste. Il y avait ceux dont les pères étaient au MDS et au PAGS. Pour moi, il est clair qu’à un moment donné plusieurs tendances ont cherché à prendre le dessus, à infiltrer le hirak étudiant, notamment les islamistes (H.).

37En réalité, bon nombre d’étudiants ont rapidement senti le poids des divergences idéologiques. Ainsi, sur la place des martyrs à Alger le 2 juillet 2019, le collectif Hirak étudiant algérien a organisé un débat intitulé « Comment préserver l’unité du hirak malgré la variété idéologique de l’environnement politique algérien ? ». L’exemple de la tentative de créer la CNELA est également révélateur de l’emprise des clivages idéologiques :

Nous étions loin de savoir ce qui nous attendait à la réunion de Bejaïa, les comités étudiants des partis FFS, RCD étaient présents en force, ce qui a dès le départ orienté idéologiquement la rencontre… et puis les services du renseignement nous ont presque poussé vers la sortie de la ville à trois heures du matin (R.).

38Le hirak, moment rassembleur, a été aussi un moment de dissociation où les étudiants ont pour beaucoup découvert les clivages « politico-identitaires », dans le champ politique. Ce même étudiant raconte les circonstances de son arrestation :

Durant mon arrestation, la première question qu’on me pose, es-tu es kabyle ? je lui réponds non je ne suis pas kabyle, je suis algérien ; alors pourquoi tu fais le hirak le hirak taa kbayel, je réponds le hirak c’est l’avenir de l’Algérie (R.).

39Il faut dire aussi que la Kabylie a constitué en partie, un terrain où le hirak a tenté le plus de résister, d’où l’installation d’un certain discours qui consiste à dire « le hirak est Kabyle ». À ces clivages identitaires s’ajoutent ceux religieux : quand les premiers collectifs étudiants ont commencé à créer leurs pages sur les réseaux sociaux, certains étudiants ont reproché aux rédacteurs des communiqués de ne pas les débuter par la formule religieuse Bismillah, une décision les excluant de fait quand, d’autres, les critiquent pour ne pas avoir diffusé les communiqués en langue tamazight. Le poids des clivages politiques dans l’histoire de l’Algérie contemporaine a déstabilisé les étudiants dont le hirak constituait une primo-expérience inédite d’engagement politique. Au sein du hirak étudiant deux profils qui se sont côtoyés se distinguent : d’une part, ceux appartenant à des familles ou des structures liées à l’opposition dans le contexte de 1988 et, d’autre part, ceux pour qui le hirak a constitué un moment réflexif sur les valeurs qui les animent.

  • 75 Nous avons-nous même été témoin de cette scène.

40Par ailleurs, le contexte répressif a affaibli le hirak étudiant. Les marches post-élections à Oran et à Alger ont vu le nombre d’étudiants se réduire. En effet, les organisations de représentation traditionnelle se sont faites progressivement discrètes. Les étudiants qui ont maintenu les marches étaient plutôt hors de ces structures. Ces derniers se sont retrouvés minoritaires au sein même de leurs propres manifestations. Lors d’une marche étudiante à Alger, une partie de la population s’est moquée d’une vieille personne qui s’était jointe à la manifestation en l’apostrophant par un « il parait que tu veux obtenir ton master75 ». Rencontrés récemment, ces étudiants sont très mitigés par rapport au recul qu’ils ont de leurs expériences militantes, si certains sont désenchantés, d’autres sont encore optimistes.

  • 76 Principale société pétrolière du pays et une bonne partie des jeunes « rêvent » d’y travailler.

Je ne veux plus parler de politique, cela me rend nerveux, je voulais « nhrag » [immigrer clandestinement] avant le hirak, puis j’ai renoncé à cette idée parce qu’il y avait de l’espoir. Aujourd’hui, beaucoup de mes amis ont quitté le pays, j’ai un bon poste à Sonatrach76, mais je cumule un deuxième boulot pour me marier. La green card, est une option que j’envisage sérieusement actuellement. J’ai l’impression d’avoir défendu des gens qui ne le méritent pas (H.).

Je pense que le hirak est loin d’être terminé, ce n’est qu’une étape pour moi. Le hirak a réussi à détruire les mythes et légendes dans lesquelles nous vivions (A.).

Conclusion

41La littérature académique sur le hirak, relativement abondante, met l’accent sur les usages de l’histoire dans les protestations populaires du 22 février, ce qui est tout à fait patent, visible et observable. Toutefois, elle s’intéresse moins aux interconnections exprimées lors des manifestations entre les mondes militants actuels et les luttes antérieures qui permettent pourtant de mieux comprendre les volontés d’aller vers un changement démocratique. Or, les luttes socio-politiques, syndicales et associatives qui ont ponctué l’histoire politique algérienne depuis l’indépendance ont largement influencé les marches et la structuration du hirak étudiant : des acteurs issus de toutes les composantes de l’opposition depuis l’indépendance et intimement liés à des contextes de crises politiques (1988 et 2011) ont accompagné la mobilisation étudiante. Si le changement escompté n’a pas été au rendez-vous, à cause de la nature même du régime et sa lame de fond autoritaire qui entrave toute demande démocratique, la mobilisation étudiante a permis, néanmoins, de prendre conscience des enjeux politiques et sociétaux liés à la crise politique.

42Certains acteurs du hirak ont cherché à se positionner et à s’imposer, à l’image des islamistes très liés aux mouvements estudiantins. D’autres acteurs, qui se trouvent isolés en 2011 (représentés notamment par des syndicats autonomes et des associations indépendantes), ont voulu profiter de cette « force étudiante » pour soutenir l’émergence d’une génération militante qui porteraient leurs revendications. Ce constat apparaît d’autant plus pertinent que l’université algérienne a été le réceptacle de toutes les composantes politiques qui se sont affrontées depuis l’indépendance. Dans une telle configuration, les étudiants n’ont pas joui des conditions favorables leur permettant de développer une réflexion profonde sur ce qui anime leurs devenirs militants. En effet, cette génération d’étudiants « révoltés » n’a été que peu intégrée dans un débat politique qui s’est vite polarisé autour du régime et de l’opposition. Autrement dit, ce sont les acteurs présents dans la sphère politique bien avant le 22 février et rejetés pour la plupart durant les marches des vendredis qui se sont mis en avant. À cela il convient d’ajouter la répression qui a créé une certaine confusion dans les milieux étudiants.

43Le hirak étudiant a fait ressortir les aspirations de plusieurs générations de militants qui ont cherché à se positionner de manière directe ou indirecte. Ces acteurs animés par de « vieux » récits de militantisme et d’engagement se sont inscrits dans une forme de dépendance au sentier. « Le manifeste du 22 février » a tenté tardivement de faire valoir la nécessité d’intégrer les étudiants dans les débats sur la question démocratique mais il a été publicisé quelques jours seulement avant le début des restrictions sanitaires liées au Covid-19. Ainsi le hirak étudiant a été frappé par une double peine : la pandémie et le devenir des étudiants diplômés qui quittent l’université.

Haut de page

Bibliographie

Abrous Mansour, 2002, Contribution à l’histoire du mouvement étudiant algérien (1962-1982), Paris, L’Harmattan.

Aghrout Ahmed, Zoubir Yahia H, 2012, « Algérie : des réformes politiques pour éluder le “printemps arabe” », Alternatives Sud, vol. 19, p.137-152

Aït-Aoudia Myriam, 2015, « Des émeutes à une crise politique : les ressorts de la politisation des mobilisations en Algérie en 1988 », Politix, vol. 112, n°. 4, p. 59-82.

Baamara Layla, 2013, « Quand les protestataires s’autolimitent. Le cas des mobilisations étudiantes de 2011 en Algérie », in Allal Amin, Pierret Thomas (dir.), Au cœur des révoltes arabes Devenir révolutionnaires, Paris, Armand Colin.

Bechichi Lamine, 1998, Chants patriotiques pour l’Algérie, Alger, SNED.

Belakhdar Naoual, 2015, « L’éveil du sud ou quand la contestation vient de la Marge : une analyse du mouvement des chômeurs algériens », Politique africaine, n° 137, p. 27-48.

Belhocine Houa Hassina, 2017, « Dix ans de LMD Algérie. Enseignement supérieur en Algérie », https://hal.science/hal-03705478/document .

Benzenine Belkacem, 2022, « Les usages politiques de l’histoire et de la mémoire 60 ans après l’indépendance de l’Algérie : enjeux, limites et contradictions », Outre-Mers, vol. 414-415, n° 1, p. 141-163.

Bessaoud Omar et al, 2021, l’UNEA racontée par des militants, Alger, Éditions Qatifa.

Branche Raphaëlle, 2018, « ‘Min DJIBALINA’ : une “signature impériale” » ?, in Corriou Morgan et Oualdi M'hamed (dir.), Une histoire sociale et culturelle du politique en Algérie : Études offertes à Omar Carlier, Paris, Éditions de la Sorbonne, p. 413-421, https://books.openedition.org/psorbonne/55658?lang=fr

Carlier Omar, 2020, « Hirak : un mouvement socio-politique inédit et inventif. Temps suspendu et/ou en devenir », Insaniyat, n° 87, p.13-45.

Charef Abed, 1990 Algérie’88 : un chahut de gamins ? Alger, éd. LAPHOMIC.

Cormier Paul, 2017, « Les conséquences biographiques de l’engagement révolutionnaire en Turquie », Mouvements, vol. 90, n° 2, p. 140-148.

Derradji Islam, 2012, La coordination nationale pour le changement et la démocratie algérienne et le réveil arabe : griefs, ressources et opportunité. Mcgill University Thesis, https://escholarship.mcgill.ca/concern/theses/vt150n70x

Direche Karima, 2020, « Renouer avec l’histoire et apaiser ses violences. Quelle place pour une « reconnaissance » publique en Algérie ? », Insaniyat, n° 87, p. 77-91.

El Chazli Youssef, 2020, Devenir révolutionnaire à Alexandrie. Contribution à une sociologie historique du surgissement révolutionnaire en Égypte, Paris, Dalloz.

Elaidi Abdelkrim, 2022, Étudiants volontaires et paysans : Algérie 1970, Alger, Éditions Dammah.

Fabbiano Giulia, 2019, « Le temps long du hirak : le passé et ses présences », L’Année du Maghreb, n° 21, p. 117-130.

Foucault Martial et Muxel Anne, 2022, Une jeunesse engagée, Paris, Presses de Sciences Po.

Ghouati Ahmed, 2012 « La dépossession. Réformes, enseignement supérieur et pouvoirs au Maghreb », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 131, p. 65-90.

Haddab Mustapha, 2007, « Évolution morphologique et institutionnelle de l’enseignement supérieur en Algérie : Ses effets sur la qualité des formations et sur les stratégies des étudiants », in Mazzela, Sylvie (dir.), L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale : Une comparaison libérale (Maghreb, Afrique, Canada, France), Tunis, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.

Hadj-Moussa Ratiba, 2017, « The Double Presence of Southern Algerians: Space, Generation and Unemployment », in Ayyash Mark et Hadj-Moussa Ratiba (dir.), Protests and Generations Legacies and Emergences in the Middle East, North Africa and the Mediterranean, Leiden et Boston, Brill, p. 198- 223.

Kacentini Taleb, 1986, « Luttes étudiantes à Constantine. Les événements de novembre 1986 », Annuaire de l’Afrique du Nord, tome 25, p. 281-295.

Kaddache Mahfoud, 2014, « Les scouts musulmans algériens, creuset du nationalisme », dans Abderrahmane Bouchène (éd.)., Histoire de l'Algérie à la période coloniale. 1830-1962. Paris, La Découverte, p. 446-450.

Lagroye, Jacques ; François, Bastien ; Sawicki, Frédéric, 2002, Sociologie politique, 4e éd., Paris, Presses de Science Po et Dalloz.

Mahi Ahmed, 2014, De l’UGEMA à l’UNEA : témoignage sur le mouvement étudiant (1959-1965), Alger, INAS Éditions.

McAdam Doug, 1986, « Recruitement to High-Risk Activism: The case of Freedom Summer », American Journal of Sociology, vol. 92, n° 1, 1986, p. 64-90.

Mebtoul Mohamed, 2018, Algérie : La citoyenneté impossible ? Alger, Éditions Koukou.

Mebtoul Mohamed, 2020, Libertés, Dignité, Algérianité : Avant et pendant le “Hirak”, Alger, Éditions Koukou.

Mouffok Houari, 1999, Parcours d’un étudiant algérien de l’UGEMA à l’UNEA, Alger, Escales.

Pervillé Guy, 2017, « Les engagements politiques des étudiants musulmans algériens à l’Université d’Alger (1909-1971) », Outre-Mers, vol. 394-395, n° 1, p. 105-125.

Rahal Malika, 2016, « 1965-1971 en Algérie. Contestation étudiante, parti unique et enthousiasme révolutionnaire », dans Françoise Blum, Pierre Guidi et Ophélie Rillon. Étudiants africains en mouvements. Contribution à une histoire des années 1968, Paris, Publications de la Sorbonne, https://hal.science/hal-01424418/document

Ramzy Farah, 2017, « La répression des autres : mobilisations et démobilisations dans les universités égyptiennes au lendemain du 3 juillet 2013 », Politique africaine, vol. 146, n° 2, p. 99-124.

Rebah Mohamed, 2013, Taleb Abderrahmane : guillotiné le 24 avril 1958, Alger, Apic Éditions.

Remaoun Hassan, 2020, « Référence à l’histoire et enjeux mémoriels lors du hirak algérien (2019-2020). Autour du slogan Novembriya-Badissiya et de son envers Dawla madaniya (État civil) », Insaniyat, n.°87, p. 47-76.

Rossier Thierry, Filleule Olivier, 2019, « Devenir(s) militants. Proposition de méthode pour une exploration des conséquences biographiques de l’engagement des soixante-huitard.e.s français.e.s », Revue française de science politique, vol. 69, n°. 4, p. 631-683.

Sidi Boumedine Rachid, 2019, Aux sources du Hirak, Alger, Chihab Éditions.

Staali Keltoum, 2022, « Que reste-t-il de nos chansons ? Les chants militants des étudiants algériens des années 70-80 » Revue algérienne des lettres Volume 6, n° 1, p. 10-25.

TIBERJ Vincent, 2017, Les citoyens qui viennent. Comment le renouvellement générationnel transforme la politique en France, Paris, Presses Universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Farid Cherbal, professeur en génétique moléculaire, est connu pour avoir marqué le militantisme syndical autonome au sein de l’université, puisqu’il a été auparavant l’un des leaders du CNES (Conseil national de l’enseignement supérieur, le principal syndicat autonome de l’enseignement supérieur en Algérie) à l’USTBH (Université des sciences et de la technologie Houari Boumediene, Bab Ezzouar - Alger).

2 Entretien, avec Amirouche Yazid : « Farid Cherbal, professeur des universités à l’USTHB, Alger : « Le mouvement étudiant, une amplitude politique et sociale jamais égalée dans l’histoire de l’université algérienne », Reporters, 02 juillet 2019, [En ligne] : https://urlz.fr/oHa0

3 Achira Mammeri, « Le président vous aime » : Ould Abbes et Hadjar mobilisent les étudiants pour le 5e mandat », TSA, 28 avril 2018, [En ligne] : https://vu.fr/qgHD

4 Reporters, 29 avril 2018. « Il a créé une organisation estudiantine baptisée « Djil Bouteflika » : Ould Abbès entre en « précampagne » pour un 5e mandat présidentiel », [En ligne] : https://vu.fr/GsIp

5 APS, 17 février 2019, « Présidentielle 2019 : soutien au candidat Bouteflika pour la préservation de la stabilité et la poursuite du processus de développement » (Organisations estudiantines) », [En ligne] : https://www.djazairess.com/fr/apsfr/485663

6 Il s’agit principalement, de 15 entretiens réalisés avec des étudiants (hommes) et de 5 autres avec des étudiantes (femmes). Ils ont été anonymisés à la demande des intéressés.e.s. Au moment de l’enquête, ils se situaient dans la tranche d’âge 19-26 ans, leurs spécialités étant très variées : fiscalité et comptabilité, maintenance et sécurité industrielle, maitrise des risques industriels, biologie, langues étrangères, génie civil, génie mécanique, etc.

7 Statistiques ONS, cité par Algérie 360°, « 54 % de la population est âgée de moins de 30 ans : L’Algérie est toujours jeune », 28 juin 2018, [En ligne] : https://vu.fr/LyNY

8 Du 27 avril 1999 au 2 avril 2019.

9 Pour 43.4 millions d’habitants. Office National des statistiques, « Démographie algérienne, 2019, n°890 », p. 10, [En ligne] : https://vu.fr/bnoy

10 Selon les propos du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique L.O.CH « Enseignement supérieur L’Algérie atteindra 2 millions d’étudiants en 2019/2020 », La dépêche de Kabylie, 27 mai 2018, [En ligne] : https://vu.fr/AjPF . Les derniers chiffres du MESRS, font état de 62,12 % d’étudiants inscrits en sciences sociales et humaines, 32,46 % en sciences et technologies et 5,42 % en sciences médicales et vétérinaires. Voir UNESCO, MESRS, « Rapport sur la situation de l'enseignement supérieur : Algérie », 2022, [En ligne] : https://vu.fr/TavL

11 Il s’agit des étudiants de l’université d’Oran 1, de l’université d’Oran 2 et de l’Université des sciences et technologie d’Oran (USTO).

12 Campus Pr Mourad Selim Taleb situé à la commune d’Es-Senia.

13 Z. Mehdaoui Houari Barti et A. Zerzouri « Contre un 5e mandat et pour le changement : Des milliers d'étudiants dans la rue », Le Quotidien d'Oran le 27 février 2019, [En ligne] : https://www.djazairess.com/fr/lqo/5273707

14 Elle raconte l’histoire d’un jeune persécuté par « dawla » [l’État]. Dans le langage populaire « Dawla » est souvent associé en même temps aux trois notions de : l’État, le système politique et le gouvernement.

15 Larbi Benmhidi fut parmi les fondateurs historiques du FLN, il dirigea la Guerre de la libération à partir de l’Oranais (Zone 5) où il fut son responsable. Quant à Zabana, il fut parmi les premiers chefs de la Guerre dans l’Oranais. Il est aussi le premier membre du FLN à avoir été guillotiné.

16 Belmadani Hamza, « Pas d’examens à l’université de l’USTO », CAPdz, 17 mai 2019, [En ligne] : https://capdz.dz/2019/05/17/pas-dexamen-a-luniversite-de-lusto/

17 « Alger : Grève des étudiants de plusieurs universités », Algérie éco ,14 avril 2019, [En ligne] : https://www.algerie-eco.com/2019/04/14/alger-greve-des-etudiants-de-plusieurs-universites/

18 En arabe classique, le mot organisation mounadhama fait partie de la même famille du mot nidham qui signifie système. Nombre d’étudiants rencontrés associent ainsi les syndicats étudiants à des organisations clientes du « système » en les désignant comme monadhamet ou tandhimat sans citer leurs noms. À noter que le « système » ici fait principalement référence à la notion de régime.

19 Certains d’entre eux, déjà rencontrés en 2017, étaient en première année de médecine et avaient soutenu et suivi le mouvement de leurs ainés de très près.

20 « Algérie : les médecins résidents défient l’interdiction de manifester dans la capitale », Jeune Afrique,12 février 2018, [En ligne] : https://vu.fr/pJIz

21 Mehdi Mehenni, « Louisa Hanoune : « Halte à la provocation ! », Liberté, 25 mars 2018, [En ligne] : https://algeria-watch.org/?p=39421

22 Propos du vice-président de l’UNEA section de l’Université d’Alger 1. Samir Azzoug, « Les étudiants en médecine d'Alger se mettent en grève », El Watan, le 29 novembre 2017, [en ligne] : https://www.djazairess.com/fr/elwatan/557660

23 Voir à ce sujet l’Office national des statistiques, [En ligne] : https://vu.fr/GwmZ, https://vu.fr/QIRCQ

24 On comptait 106 établissements d’enseignement supérieur en 2018, contre 53 en 1999. Voir, « M. Tahar Hadjar présente à paris les nombreuses réalisations algériennes dans l’enseignement supérieur », sur le site de l’Ambassade d’Algérie en France, 23 mai 2018, [En ligne] : https://vu.fr/NBks . La part de l’enseignement supérieur dans le budget global du fonctionnement de l’État est de 6,1 % en 2013 alors qu’elle n’était que de 3,38 % entre 1990 et 1999 (Haddab, 2007).

25 Meziane Abane, « Les étudiants en pharmacie maintiennent leur protestation », El Watan, 10 mars 2017, [En ligne] https://algeria-watch.org/?p=56183

26 Année durant laquelle le système LMD a été introduit en Algérie (Belhocine, 2017).

27 Elle réunissait plusieurs coordinations d’étudiants des universités suivantes : AlgerMostaganem, M'sila, Blida, Béjaïa, Tizi OuzouBatna et Oran et Constantine. Cette coordination a organisé « la marche millionnaire » du 12 avril 2011.

28 Slogan phare du mouvement citoyen de Kabylie en 2001. Voir Samir Ghezlaoui, « Les étudiants forcent le passage ils ont marché dans la capitale », El Watan, 13avril 2011 : [En ligne] : https://algeria-watch.org/?p=46664.

29 Il s’agit principalement d’étudiants tout justes diplômés qui se sont vus proposer des contrats de travail de courte durée dans le cadre d’un dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP) mis en place par l’État pour lutter contre le chômage des jeunes diplômés. Ces derniers se retrouvèrent dès la fin de leurs contrats au chômage et ont réclamé une intégration effective sur le marché de l’emploi.

30 Ce mouvement revendique principalement, « l’instauration d’une réelle démocratie », « Proclamation de naissance », Algeria-watch, 10 mars 2011, [En ligne] : https://algeria-watch.org/?p=34310

31 Cela s’explique en partie par la capacité du régime à contenir l’élan contestataire de ces collectifs par la distribution de la rente mais aussi par le vote de plusieurs réformes politiques dès 2012 (Aghrout et Zoubir, 2012).

32 Modifiée par la loi, n°12-06 du 12 janvier 2012.

33 Les partis nouvellement créés adoptent la logique du FLN d’avant 1989, à savoir former une base au sein du mouvement étudiant et une autre dans le monde du travail.

34 Cependant, il est assez difficile de cerner comment s’opèrent ces financements et les montants alloués à ces organisations.

35 Son précédent secrétaire général, Mounder Bouden a été secrétaire général chargé des jeunes et des étudiants au sein du parti RND, élu député pour le parti, il est actuellement vice-président de l’APN.

36 L’AREN rejoint l’initiative du FLN dirigée par Amar Saâdani en 2015 (qui réunit 30 partis et 302 associations) autour d’un front national pour soutenir le programme de Bouteflika. Voir à ce sujet, تحالف التجديد الطلابي ‬ينخرط في ‬مبادرة الأفلان, Echouroukonline,15 novembre 2015, [En ligne] : https://urlz.fr/oHzk ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

37 Fares Ben Daghlouli son secrétaire général a été cité dans le procès mettant en cause Djamel Ould Abess, pour détournement de fonds du ministère de la solidarité nationale notamment de la distribution de bus scolaires dans les communes pauvres. Voir, «محاكمة ولد عباس.. هكذا تلاعبت منظمات طلابية بأموال التلاميذ المعوزين» ياسمينة دهيمي

Ennahar online, le 4 décembre 2020, [En ligne] : https://urlz.fr/oGRB

38 L’ONEA affichera son soutien au candidat Belaid Abdelaziz aux élections du 12/12/2019.Abdelahalim Benyelles, « Je serai le premier président issu du mouvement universitaire : Belaid à Zeralda et à Blida hier », Le Soir d’Algérie, 27 novembre 2019. [En ligne] : https://www.djazairess.com/fr/lesoirdalgerie/1034328

39 Le Mouvement populaire Algérien a été créé par Amara Ben Younès qui avant militait au RCD. Le secrétaire général de cette organisation (MNEA) Messaoud Lyes Benaggoun a été auparavant secrétaire général de l’UNEA. Il était aussi au FLN avant de rejoindre le bureau national du MPA en 2013. Voir à ce sujet, Fayçal Métaoui, « Exclusif. Entretien avec Messaoud Benagoune, ex-ministre du Tourisme », TSA, 29 mais 2017, [En ligne] : https://urlz.fr/oGTj

40 Lors du troisième congrès les 15 et 16 juillet 2011 à Boumerdes de la SNE, Abdelhakim Megdoud, qui se succède à lui-même, désigne Abdelazzi Belkhadem secrétaire général du FLN de « président horrifique » d’un congrès placé sous le haut patronage du président de la République. Voir à ce sujet M.K, « 3e congrès de la Solidarité nationale estudiantine (SNE) : Abdelaziz Belkhadem président d'honneur », Horizons, 17 juillet 2011, [En ligne] : https://www.djazairess.com/fr/horizons/24268

41 Parti de la bonne gouvernance. Parti minoritaire créé après la réforme de 2012 et dont le secrétaire général, Aissa Belhadi, était auparavant au RND. Il est aussi le fondateur de l’ONSE.

42 Tajamoue Amal El Djazair (rassemblement de l’espoir en Algérie). Au moment de la constitution de l’organisation (REAL), Abderahmane Salouhi, son secrétaire général, était militant au sein du parti TAJ et membre de son bureau politique. Il a été également membre de l’UGEL. Voir à ce sujet Ennasr, [En arabe], 29 mais 2016, [En ligne] : https://urlz.fr/oGWc

43 À l’occasion de la fête de la victoire (cessez le feu le 19 mars) organisé par le bureau de VNEA à Djelfa en mars 2022, un hommage est rendu à l’un des cadres de l’UNJA, Badreddine Dekkani. Ce dernier a été aussi député FLN. Voir à ce sujet : الطيب دباب « الجلفة : الصوت الوطني للطلبة الجزائريين يحتفي بعيد النصر ويكرم النائب بدر الدين دكاني » Akhbardzair,[En arabe],30 mars 2022, [En ligne] : https://urlz.fr/oGXd

44 Taleb Abderrahmane, dit le « chimiste », était un étudiant en chimie à la Faculté d’Alger, guillotiné le 24 avril 1958 pour avoir participé à la Guerre de libération (Rebah, 2013).

45 Ibn Badis (1889-1940) est une personnalité très reconnue dans les milieux estudiantins et la journée nationale du savoir est célébrée officiellement par le gouvernement le 16 avril de chaque année à l’occasion de l’anniversaire de son décès. Les étudiants commémorent cette journée avec faste.

46 Dont le premier mot novembre fait référence au 1er novembre 1954 et le second, au fondateur de l’Association des ulémas algériens musulmans Abdelhamid Ben Badis. Voir sur ce sujet (Remaoun, 2020).

47 Qui rappelle une autre initiative similaire impulsée par l’UNEA en 1963, à savoir le Comité action révolutionnaire dans les campagnes (CAREC).

48 Ces grèves ont été violentes à l’ université de Constantine, notamment du 8 au 10 novembre 1986 (Ksentini, 1986).

49 Voir à ce sujet Farid Cherbal « L'apport du mouvement étudiant autonome algérien », El Watan, 07 juin 2014, [En ligne] : https://www.djazairess.com/fr/elwatan/1458791

50 Voir à ce sujet la chronologie de la période 1978-1992 intitulée « 1978-1992 des années d’effervescence en Algérie », Maghreb-Machrek 1996/4, n° 154, p. 11- 15.

51 Ce qui apparaît dans la logique des choses puisque depuis l’indépendance l’université réunit plusieurs tendances qui s’opposent idéologiquement. Comme peuvent en témoigner les affrontements entre les étudiants « laïcs » et « islamistes » entre le 02 novembre et le 11 décembre 1982 à l’Université d’Alger. Ces divergences trouvent racine déjà dans la diversité mouvement national algérien.

52 En référence au Parti de l’avant-garde socialiste (créé en 1966), héritier du parti communiste algérien et agréé en 1989. Il devient plus tard MDS (Mouvement démocratique social).

53 Il s’agit ici de ceux qui ont signé souvent des communiqués en commun et les plus actifs aussi. D’autres ont existé sous forme de comités autonomes comme en Kabylie ou sous forme de communautés virtuelles sur Facebook.

54 Autour des avocats Mustapha Bouchachi et Zoubida Assoul. Ces deux acteurs d’ailleurs étaient parmi les initiateurs du mouvement Mouwatana (Citoyenneté), créée le 6 juin 2018 contre le cinquième mandat.

55 L’Organisation révolutionnaire des travailleurs.

56 Groupe communiste révolutionnaire.

57 Il est actuellement enseignant à l’USTO. Au début du hirak, ce dernier a animé des assemblées générales avec les étudiants à l’IGCMO, selon les propos des étudiants interrogés.

58 Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique : créé en 1990, ce syndicat se scinde en deux, entre sympathisants et opposants au président-candidat Bouteflika dans le contexte des élections présidentielles de 2004. Rachid Malaoui son président devient, à l’issue de cette scission, une figure syndicale de l’opposition.

59 Confédération générale autonome des travailleurs algériens (non reconnue), son président est Rachid Malaoui.

60 Il s’agit d’un café niché dans une petite ruelle à quelques mètres du boulevard du front de mer à Oran, l’un des rares où la mixité est tolérée.

61 La culture politique se définit comme étant « le produit d’un mécanisme de régulation des comportements politiques qui inculque aux individus des attitudes fondamentales forgées par l’histoire, et les conduit à partager, au-delà de leurs différences d’opinions politiques, des croyances communes sur la meilleure forme d’organisation sociale et de gouvernement ». (Lagroye et al, 2002. p. 412).

62 Actuellement, il est très difficile de suivre ces collectifs : plusieurs de leurs pages Facebook ont été supprimées et certains d’entre eux qui étaient très médiatisés durant le hirak ont effacé toute allusion à leurs engagements.

63 Déclaration de naissance diffusée sur Facebook, avant la suppression du compte.

64 Prévues initialement le 21 mars, les vacances sont annoncées du 10 mars au 4 avril 2019, c’est-à-dire presque un mois, alors qu’en temps normal elles ne durent que deux semaines.

65 Karim Younes est un homme politique qui a occupé plusieurs fonctions, dont celle de président de l’Assemblée populaire nationale entre 2002 et 2004. Le panel qu’il a organisé a été fortement contesté y compris par beaucoup de personnalités publiques qui ont été invitées à y prendre part comme Djamila Bouhired (qui a refusé) figure de la Guerre de Libération nationale mais aussi symbole du hirak pour les jeunes. Voir Fatima Zohra Foudil, « Dialogue : Karim Younes refuse de commenter les positions des personnalités invitées à rejoindre le panel », Interlignes, le 29 juillet 2019[En ligne] : https://urlz.fr/oH6g

66 Lors du 23e mardi des étudiants le 30 juillet 2019 dans la capitale, on pouvait entendre et voir le slogan « Il n’y aura pas de dialogue avec la bande ». Un groupe d’étudiants va même interrompre une réunion du panel le 17 août pour exprimer leur rejet de l’initiative du pouvoir. Voir Younes Djama « Ce qui s’est passé entre Karim Younès et les étudiants », TSA, 17 août 2019[En ligne] : https://urlz.fr/oH6U

67 Voir à ce sujet, Kamel Ghimouze, « le panel multiplie les faux pas : Le conflit de l’UGEL s’invite chez Karim Younès », Réseau des démocrates, 20 août 2019, [En ligne] : https://urlz.fr/oH6z

68 Selon les médias, il compte 13 écoles nationales mais les étudiants semblent en douter et y voient une tentative de récupération du régime. Voir Mounir Serrai, « Les étudiants dénoncent une tentative de récupération de leur mouvement par le pouvoir », Algérie Patriotique, 15 août 2019[En ligne] : https://urlz.fr/oH7m

69 Voir à ce sujet, Younès Djama, « La Conférence nationale des étudiants suscite des critiques : les organisateurs se défendent », TSA, le 14 août 2019[En ligne] : https://urlz.fr/oH7C

70 En effet un grand nombre des figures du hirak étudiants ont été interpellées et traduites en justice, nous pouvons citer à titre d’exemple Abdennour Aït Saïd, ou encore Dahmani Nour El Houda Yasmine. Voir également le texte de M. Cherbi dans ce numéro.

71 En effet, dès son premier mandat on assiste à une volonté du président de réhabiliter Messali Hadj dans l’histoire nationale. Plusieurs actions symboliques ont été entamées : l’aéroport de Tlemcen porte désormais son nom, alors qu’un colloque international a été organisé à son honneur en 2011 à l’université de Tlemcen.

72 Messali Hadji (1898-1974) est un des leaders du mouvement national algérien. Il fut jusqu’à l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, marginalisé et sa mémoire pratiquement ignorée dans les manuels scolaires et dans les célébrations des événements historiques.

73 La double rupture est un courant politique né du hirak. Il s’est organisé autour du slogan un « État non militaire et non religieux ». Parmi ses figures, on compte le journaliste militant, Mezziane Abbane.

74 Une chaine appartenant au fils de Abbassi Madani, l’un des fondateurs du FIS (Front islamique du salut), diffusé depuis Londres.

75 Nous avons-nous même été témoin de cette scène.

76 Principale société pétrolière du pays et une bonne partie des jeunes « rêvent » d’y travailler.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Siham Beddoubia, « Engagements étudiants en Algérie post-22 février. Sociohistoire d’un mouvement « désenchanté » »L’Année du Maghreb [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 05 décembre 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/12769 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.12769

Haut de page

Auteur

Siham Beddoubia

Docteure en Sciences politiques, Maitre-assistante Université d’Oran 2, Algérie.

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search