Navigation – Plan du site

Un fonds sonore inédit à la phonothèque de la MMSH : entretiens du sociologue Faouzi Adel sur la formation des liens conjugaux et la famille en Algérie à la fin des années 1980

Khedidja Adel, Samira Ayoun et Véronique Ginouvès

Texte intégral

  • 1 CRASC, Oran, Blida, Constantine (Algérie) : http://www.crasc.dz
  • 2 Pour une biographie complète du chercheur voir « Hommage à Faouzi Adel (1946-1999) », Insaniyat, 9, (...)
  • 3 La thèse est téléchargeable sur le site de l’Université libre de Bruxelles : http://difusion.ulb.ac (...)
  • 4 Louis Roussel, La Famille incertaine, Paris, Odile Jacob, 1990.
  • 5 Christian Champaloux, bibliothécaire à la médiathèque de la MMSH, a numérisé et transformé en fichi (...)

1La phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence a numérisé entre janvier et juin 2017 un fonds sonore enregistré en 1987 et 1988 en Algérie par le socio-anthropologue Faouzi Adel (1947-1999), ancien chercheur du Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle - CRASC1. Décédé à l'âge de 53 ans2, il était originaire de Sétif. Il a étudié la philosophie et la sociologie à l’Université d’Alger où il a obtenu sa licence en 1971. Puis il a choisi l’Université Libre de Bruxelles pour préparer et soutenir sa thèse de doctorat en 1978 dans le département des sciences sociales, politiques et économiques sur Les changements socio-économiques dans l’Algérie coloniale entre 1830 à 19143. Parallèlement à son poste d'enseignant à l’Institut de Sociologie de l’Université de Constantine, il a poursuivi ses recherches. Sa thèse d’Etat portant sur la Formation du lien conjugal et nouveaux modèles familiaux en Algérie a été soutenue à l’Université de Paris V Descartes, sous la direction de Louis Roussel (1921-2011), socio démographe, considéré alors comme l’un des principaux acteurs du renouveau de la sociologie de la famille4. La thèse, soutenue en 1990, n’a jamais été publiée mais, numérisée5, elle est désormais accessible sur TEL (tel-01571314).

2Engagé dans la recherche, Faouzi Adel a également été président du Conseil Scientifique du CRASC, membre du Comité de rédaction de la revue Insaniyat dans laquelle il a publié plusieurs articles.  

  • 6 Sur les conseils de Kamel Chechoua, chercheur à l’IREMAM - Institut de recherches et d’études sur l (...)

3À la lecture de la thèse, on prend vite conscience que les extraits transcrits des entretiens et exploités dans le travail universitaire sont peu nombreux au regard des 180 heures enregistrées auprès des 105 témoins issus de milieux sociaux différents. Ces hommes et ces femmes de l’Est de l’Algérie racontent de façon intime, en langues arabe ou française, leur vie quotidienne amoureuse et conjugale sur le long terme et sur plusieurs générations. Sensible aux nombreuses facettes des sources de cette recherche, Khedidja Adel, elle aussi anthropologue au CRASC, a décidé de déposer ces enregistrements à la phonothèque de la MMSH6. Un premier traitement archivistique en mai 2017 permet d’en présenter les grandes lignes, éclairées par la problématique et la méthodologie présentées dans la thèse d’Adel Faouzi.

  • 7 Faouzi Adel fait le constat dans sa thèse que les recherches se cantonnaient jusqu’à lors à définir (...)

4Ce chercheur interdisciplinaire – naviguant entre histoire, sociologie et anthropologie – a tenté dans sa thèse de mettre en lumière les « véritables7 » causes de la crise de la famille algérienne de la fin des années 1980 afin de mettre en relief les changements qui ont affecté la famille par une approche de reconstruction de moments qui consolident le lien familial ou favorisent sa dissolution. Pour ce sociologue, la société se reflète à travers la famille, le couple, et donc l’institution du mariage. Il démontre que la crise que traverse l’Algérie à la fin des années 1980 est à l’image même de la crise de la famille, au sein de laquelle le destin individuel détrône le destin collectif, la conduisant à sa désintégration. Ce sujet lui semblait essentiel pour comprendre la société algérienne et il avait commencé un ouvrage sur cette question qu’il n’a pu mener à terme, rattrapé par la maladie. Depuis, rares sont les chercheurs qui se sont interrogés sur la question de la famille en Algérie : donner accès à ces archives inédites est une manière de rendre possible la continuation de ses travaux.

  • 8 Faouzi Adel, ibid, page 143.
  • 9 Dans sa thèse, Adel Faouzi fait référence en particulier à l’ouvrage de Daniel Bertaux, Destins per (...)

5Au questionnaire classique de la méthode sociologique8, Faouzi Adel préfère la méthode « qualitative » et, s’appuyant sur les recherches de Daniel Bertaux9, il opte pour un « mode de pensée longitudinal » qui lui permet une observation sur des phénomènes s’étalant sur plusieurs générations. Enregistrer ses entretiens était aussi le moyen de prendre en considération l’aspect historique du discours et de saisir les ruptures et les consolidations, à l’aide de recueils de récits familiaux, utilisant l’entretien sous forme de causerie. Enfin, l’enregistrement lui permettait de détecter plus clairement les stratégies de domination du groupe familial en se référant à l’analyse de leur pratique (à travers le choix du conjoint, la cérémonie de mariage, les rapports intergénérationnels etc.).

  • 10 Outre un argumentaire sur la méthodologie des entretiens en introduction, on trouve en annexe la gr (...)

6Dans son enquête, Faouzi Adel a procédé par groupe familial. Si les supports analogiques sont peu documentés, les noms de famille sont systématiquement indiqués sur la jaquette des cassettes et la méthode largement explicitée dans la thèse10. L’équipe de la phonothèque a donc choisi d’organiser la numérisation des 220 cassettes en suivant l’ordre alphabétique des familles sur l’enquête la plus longue (8 mois, de mars 1986 à octobre 1987). Deux séquences enregistrées en 1988 (10 cassettes) puis 1994 (16 cassettes) ont été réunies par année. Les témoins sont issus de milieux socio-professionnels hétérogènes. Les lieux d’enregistrement ont concerné en majorité les villes et villages de l’Est Algérien : Constantine, Annaba, Bejaia, Tizi-Ouzou, Batna, Sétif, Biskra et la proximité rurale de Sétif et Biskra. En effet, Faouzi Adel n’a aucunement cherché à faire une sélection préalable ni à tendre vers une quelconque représentativité - c’était à qui voulait bien lui répondre –. Il d’abord tâté le terrain en interrogeant sa propre famille, celle de son épouse (également enquêtrice auprès d’autres femmes) puis ses relations interpersonnelles. Ses informateurs sont des cadres supérieurs, des paysans, des techniciens ou des ouvriers principalement de l’industrie (Sonatrach, Eriad etc.) pour la plupart nés entre 1939 et 1955. Le profil des informatrices est plus diversifié, nées entre les années 1930 et 1960, elles sont femmes au foyer mais aussi ouvrières, secrétaires, enseignantes…

7Les enquêtes enregistrées en 1988 ont été traitées par Samira Ayoun, étudiante en Master 2 « Recherche » langue arabe à AMU, entre mai et juillet 2017 dans le cadre d’un stage professionnalisant à la phonothèque. Vingt témoins sont enregistrés sur 10 cassettes, dont trois femmes, originaires de la Wilaya de Setif ou de ses environs (Kherratta, Bousselam, Ain Roua, Bou Saada…) et certain.e.s sont employé.e.s au sein d’Eriad11, une entreprise de pâtes alimentaires dans la Wilaya de Sétif comme techniciens chefs, contremaîtres ou ouvriers manœuvres.

8Ce fonds est particulièrement riche pour tout anthropologue, sociologue, historien ou linguiste qui s’intéresse à l’Algérie de la fin des années 1980. Les témoignages mettent en avant la crise du logement, surtout pour les ouvriers de niveau social modeste. Cette situation les conduit à la cohabitation dans des logements étroits regroupant parfois trois générations générant soit une solidarité entre la fratrie masculine pour subsister, soit des conflits familiaux. L’Algérie est alors en pleine industrialisation et la plupart des enquêtés d’Eriad, sont pour la plupart issus de familles d’agriculteurs et de paysans. Ils ont intégré l’usine depuis longtemps, qui fait partie désormais du paysage.

9Outre le fait que ce dépôt est une forme de validation par la preuve de la rigueur du travail accompli par Faouzi Adel dans le cadre de sa thèse d’Etat, c’est aussi un héritage scientifique et patrimonial formidable qui nous est offert. Les entretiens révèlent une coupe longitudinale dans la société algérienne des années 1980 à travers des récits familiaux qui oscillent entre un modèle traditionnel et de nouveaux modèles émergeant. Mais ils peuvent être entendus de multiples manières et réutilisés de multiples façons. En effet, ils renseignent aussi sur la période coloniale, sur la vie intime des femmes et leurs aspirations, sur les notions de privé, d’intime et de public, sur l’éducation des enfants et les choix des parents, sur le monde économique du moment, sur les rituels du mariage, les rapports entre hommes et femmes, la façon de s’exprimer en dialectal algérien ou en langue française en Algérie, de nommer les membres de la famille … les sujets sont nombreux et certainement Faouzi Adel, soucieux de la diffusion des savoir autour de l’Algérie, aurait été heureux que ses entretiens soient réutilisés pour de nouvelles recherches.

10La phonothèque de la MMSH est honorée d’avoir reçu ce fonds inédit dont la richesse va être découverte par les chercheurs qui prendront le temps de l’écouter. L’équipe travaille en étroite collaboration avec Khedidja Adel qui a accès à l’ensemble des fichiers numériques et suit de façon attentive leur analyse documentaire. Après le traitement des entretiens de 1988, il nous reste encore plus de 150 heures à écouter… Tout projet de recherche, sujet de master ou de thèse qui viendrait soutenir notre archivage sera le bienvenu ! Vous pouvez, dans tous les cas, suivre le traitement du fonds puisque les notices documentaires seront mises en ligne au fur et à mesure du traitement sur la base Ganoub, de la phonothèque : http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/​dyn/​portal/​index.seam?page=alo&aloId=12519

Haut de page

Notes

1 CRASC, Oran, Blida, Constantine (Algérie) : http://www.crasc.dz

2 Pour une biographie complète du chercheur voir « Hommage à Faouzi Adel (1946-1999) », Insaniyat, 9, 1999, [En ligne] consulté le 1er août 2017, URL : http://insaniyat.revues.org/8310

3 La thèse est téléchargeable sur le site de l’Université libre de Bruxelles : http://difusion.ulb.ac.be/vufind/Record/ULB-DIPOT:oai:dipot.ulb.ac.be:2013/214163/Holdings (consulté le 2 août 2017)

4 Louis Roussel, La Famille incertaine, Paris, Odile Jacob, 1990.

5 Christian Champaloux, bibliothécaire à la médiathèque de la MMSH, a numérisé et transformé en fichier texte d’Adel Faouzi la thèse en juin 2017.

6 Sur les conseils de Kamel Chechoua, chercheur à l’IREMAM - Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, Khedidja Adel, anthropologue, a déposé 220 cassettes en décembre 2016 à la phonothèque de la MMSH par. Elles ont été enregistrées dans le cadre de la thèse de son époux, le socio-anthropologue Faouzi Adel, décédé en 1999.

7 Faouzi Adel fait le constat dans sa thèse que les recherches se cantonnaient jusqu’à lors à définir la famille au Maghreb en pensant la famille en termes de typologie et à classer ces dernières de manière simplificatrice.

8 Faouzi Adel, ibid, page 143.

9 Dans sa thèse, Adel Faouzi fait référence en particulier à l’ouvrage de Daniel Bertaux, Destins personnels et structure de classe, Paris, PUF, 1977 et à trois de ses articles : « L’approche biographique, sa validité méthodologique, ses potentialités » (Cahiers internationaux de sociologie, n°59, 1980, pp.197-225.), « Pour sortir de l’ornière néo-positiviste » (Sociologie et sociétés, n°2, 1976, pp.119-133, [En ligne] consulté le 2 août 2017, URL : http://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_1974_num_15_3_5730) et « Mobilité sociale biographique, une critique de l’approche transversale » (Revue française de sociologie, n°3, 1974, pp.329-362, [En ligne] consulté le 2 août 2017, URL : https://www.erudit.org/fr/revues/socsoc/1976-v8-n2-socsoc119/001058ar).

10 Outre un argumentaire sur la méthodologie des entretiens en introduction, on trouve en annexe la grille d'entretien, le contexte de production et la présentation des informateurs, accompagnés de diagrammes et tableaux sur les informateurs.

11 Fiche Kompass de l’entreprise Eriad : https://dz.kompass.com/c/groupe-industriel-eriad-alger-spa/dz014617

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Khedidja Adel, Samira Ayoun et Véronique Ginouvès, « Un fonds sonore inédit à la phonothèque de la MMSH : entretiens du sociologue Faouzi Adel sur la formation des liens conjugaux et la famille en Algérie à la fin des années 1980 », L’Année du Maghreb [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 16 janvier 2018, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3300 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3300

Haut de page

Auteurs

Khedidja Adel

CRASC

Samira Ayoun

Master 2 Recherche, AMU

Véronique Ginouvès

MMSH, USR 312, Aix-Marseille Univ, CNRS

Articles du même auteur

Haut de page