Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial : Des économies morales à la charte éthique de L’Année du Maghreb

Frédéric Abécassis et Katia Boissevain
p. 3-7

Texte intégral

1Quelle meilleure occasion qu’un dossier sur les économies morales pour publier la charte éthique de L’Année du Maghreb ? Ce dossier a été porté, tout au long des 18 derniers mois, par Imed Melliti et Loïc Le Pape. Nous tenons à leur exprimer, au nom de la rédaction, tous notre gratitude pour leur engagement et leur ténacité, pour la qualité de suivi des articles. Lorsque l’idée du numéro a été émise, Imed Melliti, professeur d’enseignement supérieur en sociologie à l’Institut supérieur des sciences humaines de Tunis (ISSHT) de l’Université de Tunis El Manar, était en détachement à l’IRMC, et il y coordonnait un programme de recherche : Économies morales et légitimités politiques au Maghreb. Perspectives comparées sur les sentiments d’injustice et le bien commun. Il inaugurait une tradition fructueuse, poursuivie en ce moment-même par Monia Lachheb, voulant qu’un chercheur tunisien accueilli à l’IRMC trouve à L’Année du Maghreb un lieu naturel de valorisation de ses travaux. Loïc Le Pape, alors post-doctorant dans un des laboratoires de la MMSH et membre de la rédaction de notre revue, s’est mis en retrait de celle-ci pour coordonner ce dossier et il a été élu entre-temps maître de conférences en science politique à l’université de Paris 1. Aucun rapport de cause à effet, mais sentiment que cette reconnaissance de ses mérites n’est que justice et que le passage par le travail rédactionnel, notamment à L’Année du Maghreb, peut porter chance. Nous lui adressons, au nom de la rédaction et quoiqu’avec un peu de retard, toutes nos félicitations.

La signature de la science

2Ce numéro du premier semestre 2018 sera le dernier porté par notre tandem : Katia Boissevain cesse de s’occuper des varia, dont elle avait assumé la gestion depuis six ans, et Frédéric Abécassis quitte la direction de L’Année du Maghreb, qu’il avait prise en charge depuis janvier 2012. Nous resterons l’un et l’autre membres de la rédaction, mais il nous a semblé que le temps était venu que les responsabilités tournent, que de jeunes collègues puissent s’initier au travail éditorial et y prendre toute leur place. Un appel à candidature à intégrer la rédaction est passé par le Conseil scientifique. C’est le début d’un processus de renouvellement des instances de la revue que nous essaierons d’organiser en ménageant une certaine fluidité et un certain tuilage entre les compétences. Le prochain numéro devrait annoncer quel-le directeur-trice est sorti-e de sa réserve, puis des urnes, et quelle équipe s’est constituée autour de lui/elle. Il ou elle aura toute latitude pour exercer un droit d’inventaire sur les expériences passées et mettre en place le fonctionnement qui lui paraîtra le plus en phase avec les évolutions actuelles de la recherche dans notre aire culturelle, le plus efficace pour coordonner le travail de la rédaction et assurer le lien entre les auteurs et les lecteurs de notre revue. Quant à nous, nous resterons évidemment à disposition pour y contribuer.

3Au terme de ce parcours, L’Année du Maghreb nous a appris que le travail de médiation scientifique et la pratique de la collégialité sont constitutifs de la signature de la science. D’abord parce que le choix des dossiers à constituer, renouvelé chaque année par le conseil scientifique, est une décision porteuse de sens ; mais aussi parce qu’il s’agit d’un choix collectif, en principe fondé en raison, largement débattu et que les propos des auteurs ne l’engagent pas seul, mais qu’ils engagent aussi le collectif qui a validé, puis fabriqué le numéro. La pratique de l’évaluation est une autre dimension de la collégialité qui entoure les publications scientifiques. Nous avons toujours milité pour une évaluation la plus constructive possible des manuscrits : l’évaluateur ne doit pas seulement être un censeur, mais apporter une contradiction et être une force de proposition.  

4Les textes issus de ces débats pourraient paraître lisses, dans la mesure où ils ne prennent pas le public à témoin de ces contradictions et où ils s’efforcent de rechercher une expression du compromis la plus juste possible. Ce dossier montre au contraire que la contradiction est au cœur des économies morales et du débat public, et c’est tout le mérite du travail de coordination d’Imed Melliti et Loïc Le Pape d’avoir fait ressortir, dans leur présentation du dossier, les termes du débat qui ont animé la rédaction.

5Une Charte éthique est une autre manière de gérer ces contradictions. Nous ne l’avons pas conçue seulement comme une forme de règle du jeu, une manière de fixer les droits et les devoirs de chacun, comme il est d’usage de l’exprimer. Nous avons voulu qu’elle soit une forme de guide de référence de nos pratiques, en les considérant à partir du point de vue de chacun des acteurs qui interviennent dans une rédaction ou qui sont en relation avec elle.

La Charte éthique de L’Année du Maghreb

Principes généraux

6La présente charte a pour objet de définir les règles de fonctionnement du processus éditorial des articles paraissant dans L’Année du Maghreb et de veiller à ce qu’elles soient en conformité avec la Charte européenne du chercheur concernant les principes éthiques fondamentaux de la recherche en Sciences humaines et sociales, la responsabilité individuelle des chercheurs et la diffusion des recherches. L’Année du Maghreb est une revue scientifique semestrielle, éditée par CNRS Éditions et mise en ligne sur le portail OpenEdition Journals du CLÉO. Dans sa version numérique, elle met gratuitement et sans barrière mobile à disposition du public les acquis les plus récents de la recherche en sciences humaines et sociales, en sciences politiques et juridiques relative aux pays du Maghreb et aux diasporas qui en sont issues. La Rédaction de L’Année du Maghreb est une association régie par la loi de 1901, hébergée par l’IREMAM. Elle a compétence sur tout ce qui concerne la politique éditoriale de la revue, son financement, les relations avec son éditeur et sa politique de diffusion. C’est elle qui assume la responsabilité scientifique du titre et sa représentation dans tous les actes de la vie civile. Les articles peuvent répondre à un appel à contribution de la revue ou bien être présentés de façon spontanée afin d’être publiés dans les varia. Les chroniques politiques annuelles sont une commande faite à un auteur spécialiste du pays. Celui-ci peut aussi solliciter un auteur pour l’écriture d’un gros plan sur un point spécifique.

7Tous les articles font l’objet d’une évaluation contradictoire par des pairs, sous la supervision d’un chargé de suivi au sein de la rédaction. Leur publication n’engage pas seulement leurs auteurs, mais la rédaction dans son ensemble et, d’un point de vue juridique, le-a président-e de la Rédaction de L’Année du Maghreb. Les auteurs, comme la rédaction, devront veiller à ce que la publication d’une enquête ne puisse pas nuire aux personnes, à l’institution ou au groupe qui en est l’objet. Ils respecteront notamment l’anonymat des enquêtés ou leur feront signer, le cas échéant, une autorisation de citer leur nom dans les entretiens. Tout propos rapporté doit être sourcé.

Les auteurs

8Les auteurs s’engagent à présenter à la rédaction de L’Année du Maghreb un article inédit issu d’une recherche originale. Les articles de L’Année du Maghreb peuvent être publiés en français, en anglais et en arabe. La version originale est publiée dans le volume imprimé. Les traductions, à mesure qu’elles sont disponibles, sont adjointes à l’article publié en ligne. Par défaut, un résumé de chaque article est publié dans les trois langues. Il doit être communiqué par les auteurs, avec cinq mots clés en même temps que la première version de leur article. Les auteurs et la rédaction travailleront conjointement à veiller à ce qu’ils soient énoncés dans un langage clair et intelligible, accessible au plus grand nombre.
En publiant dans L’Année du Maghreb, les auteurs autorisent la revue à reproduire et diffuser leur contribution sur les portails électroniques et supports numériques ayant conclu un accord avec CNRS Éditions. Les auteurs conservent la propriété intellectuelle de leur texte et peuvent le rééditer ailleurs, sous réserve d’en informer la rédaction et de mentionner la référence à la première édition, ainsi que le lien vers la publication en ligne.

9Les auteurs s’engagent à bien distinguer, dans leurs productions, ce qui leur revient en propre de ce qu’ils ont emprunté à d’autres, en citant systématiquement les auteurs et leurs sources, y compris leurs propres travaux.

10La rédaction ne saurait être tenue pour responsable d’un plagiat qui n’aurait pas été décelé au cours du processus d’évaluation des articles et se retournera contre les auteurs en cas de plainte. Un plagiat décelé au cours du processus d’évaluation ne permettra plus à son auteur de figurer parmi les auteurs ni les évaluateurs de L’Année du Maghreb.

11Les auteurs doivent respecter le principe de la propriété conjointe des données en cas de recherche effectuée en collaboration avec d’autres chercheurs. En cas d’article élaboré par plus de trois auteurs, il conviendra de préciser le rôle respectif de chacun par une note initiale. L’ordre de présentation des auteurs est par défaut l’ordre alphabétique français. Il pourra y être dérogé en cas de contribution plus importante d’un-e des auteurs à la rédaction ou à la conception de l’article. En cas de litige sur ce point, le dernier mot revient au rédacteur-trice en chef du numéro.

Les évaluateurs

12Les évaluateurs sont chargés de la première lecture des textes et d’un premier avis sur eux. Leur rôle est purement consultatif, et ils n’ont aucun pouvoir décisionnel. Ils-elles sont choisi-e-s de préférence, mais pas exclusivement, au sein du conseil scientifique de la revue. Leur anonymat est garanti par la rédaction et ne peut être levé que sur leur autorisation expresse. Ils-elles sont chargé-e-s de se prononcer sur le caractère publiable ou non d’un article soumis à la rédaction de L’Année du Maghreb.

13Ils-elles peuvent conditionner leur avis à des modifications formelles et des amendements de fond destinés à rendre l’article publiable. Ils-elles disposent d’un mois pour évaluer un article. Leur avis doit être justifié par un rapport de 200 à 400 mots envoyé à la rédaction. Parallèlement, ils peuvent renvoyer à la rédaction le texte original avec des propositions de modifications et des annotations. Le rapport sur chaque article est envoyé sur deux formulaires distincts :
– un formulaire pour les articles relevant d’un dossier
– un formulaire pour les articles hors dossier (varia)

14Les évaluateurs s’engagent à ne pas faire usage des textes qu’ils ont évalués avant leur publication ou s’ils ne sont pas publiés.

Les coordonnateurs de dossier

15Ils-elles assument la responsabilité d’une proposition scientifique, validée par le conseil scientifique et mise en œuvre par la rédaction de la revue.
– Les coordonnateurs de dossiers constituent une équipe de deux à quatre personnes, issue en général, mais pas exclusivement, de la rédaction ou du comité scientifique.
– Cette équipe rédige un appel à contribution discuté et validé en conseil scientifique.
– Elle propose à la rédaction, dès la publication de l’appel à contribution, un visuel (photographie, peinture, dessin ou gravure…) destiné à illustrer la page de couverture du dossier.
– Les coordonnateurs du dossier s’efforcent de susciter des propositions de contributions auprès de leur réseau de collègues.

16– Ils-elles participent, avec la rédaction, à la sélection des propositions de contributions (une quinzaine de propositions sont retenues). Ils ont à cette étape un droit de veto : la rédaction ne peut pas leur imposer une contribution dont ils ne voudraient pas. En retour, la rédaction dispose d’un droit de veto sur des propositions qui ne lui conviendraient pas.

17– L’équipe de coordonnateurs se partage la responsabilité du suivi de chacun des articles. Chacun des coordonnateurs peut ainsi conseiller les auteurs dont il-elle a la charge tout au long du processus d’évaluation

18– Les coordonnateurs partagent avec le-a chargé-e de suivi pour la rédaction la responsabilité de la qualité littéraire et scientifique des articles. Ils sont plus spécifiquement chargés, après intervention des évaluateurs et retour de la part des auteurs, de la validation scientifique de l’article.

19– Les coordonnateurs et les chargés de suivi décident ensemble de la publication d’un article. En cas de désaccord, ils sollicitent l’arbitrage du rédacteur-trice en chef, qui peut élargir la consultation à l’ensemble de la rédaction.
Au cours du processus d’évaluation et de sélection des articles, les coordonnateurs-trices du dossier rédigent une introduction qu’ils soumettent au rédacteur-trice en chef au moins 15 jours avant le bouclage du numéro.
Les coordonnateurs-trices du dossier assument le financement et la mise en œuvre de la traduction de leur dossier. Si leur dossier est le produit d’une recherche financée, ils peuvent être sollicités pour contribuer au fonctionnement de L’Année du Maghreb.

20Ces principes n’ont pu être énoncés qu’au terme de notre mandat. Ils ont constitué une forme de synthèse de l’activité que nous avons essayé de conduire ces dernières années. Le moment est venu de passer la main. Une communauté ne peut vivre sans les membres qui y sont une référence et font figure d’autorité. Sabine Partouche et Éric Gobe continueront d’assurer pour l’une la maîtrise du temps et pour l’autre le pilotage des chroniques politiques annuelles. Nous les en remercions et leur donnons rendez-vous, dans notre place retrouvée de lecteurs attentifs, pour le numéro de fin d’année.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Abécassis et Katia Boissevain, « Éditorial : Des économies morales à la charte éthique de L’Année du Maghreb  », L’Année du Maghreb, 18 | 2018, 3-7.

Référence électronique

Frédéric Abécassis et Katia Boissevain, « Éditorial : Des économies morales à la charte éthique de L’Année du Maghreb  », L’Année du Maghreb [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3386 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3386

Haut de page

Auteurs

Frédéric Abécassis

Directeur de publication, ENS Lyon, LARHRA.

Articles du même auteur

Katia Boissevain

Chargée de recherche Cnrs, Idemec, Aix Marseille Université/Cnrs, Aix-en-Provence, France. Rédactrice en chef (varia).

Articles du même auteur

Haut de page