Navigation – Plan du site
Dossier : Économies morales

Introduction au dossier : Économies morales

Imed Melliti et Loïc Le Pape
p. 11-17

Texte intégral

1Le concept d’économie morale (ou d’« économies morales » au pluriel) est de ces concepts à succès qui voyagent et s’appliquent assez aisément à des contextes, échelles et périodes différentes. Son succès n’en démord pas depuis la première systématisation par Edward P. Thompson en 1963. Avouons-le dès maintenant, nous participons, par ce numéro, au succès et à la diffusion du concept. Il n’empêche : c’est parce qu’il y a une plus-value théorique concrète que nous avons choisi d’inscrire ce dossier dans cette veine théorique.

2L’origine du dossier ici présenté est un programme de recherche coordonné par Imed Melliti au sein de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) à Tunis. Intitulé « Économies morales et légitimités politiques au Maghreb. Perspectives comparées sur les sentiments d’injustice et le bien commun », le programme vise à appréhender d’une façon renouvelée les mouvements de protestation et les logiques qui les commandent dans le contexte d’effervescence politique depuis 2011. L’idée principale est d’interroger les ressorts des mobilisations « postrévolutionnaires » en termes de légitimité politique, à travers la définition d’un seuil de tolérance en rapport aux expériences et à la perception des « injustices » ; le plus important n’étant pas les inégalités objectives dans l’accès aux différentes ressources, mais ce qu’elles peuvent susciter comme sentiments d’injustice.

3Nous voudrions ici souligner le rôle central que jouent les Instituts de recherche français à l’étranger (IFRE) dans la recherche, dont ce numéro est un élément. Outre l’accueil de chercheurs et enseignants qui peuvent conduire des terrains et bénéficier d’un soutien technique et scientifique, les IFRE permettent la naissance et la maturation de programmes collectifs et l’élaboration d’une pensée plurielle et réflexive. L’Année du Maghreb bénéficie de l’apport de ces IFRE et promeut une dimension comparative et méditerranéenne, comme en témoigne ce numéro.

De la diversité des acceptions de l’économie morale

4En premier lieu, qu’entendons-nous par « économies morales » et quel est l’apport de ce concept dans l’intelligence des enjeux qui configurent actuellement l’espace public maghrébin ?

5Un détour par l’historique du concept est éclairant. Dès sa naissance chez E. P. Thompson (1963), son intérêt a consisté à introduire une dimension « morale » dans une lecture marxiste de l’histoire sociale des milieux populaires, en offrant la possibilité de sortir d’une formulation des enjeux des luttes sociales en termes de redistribution, d’intérêt économique ou de besoins, vers quelque chose de plus fondamental et de plus structurant, car situé au niveau symbolique. L’approche initiée par E. P. Thompson prend pour hypothèse l’idée qu’il ne faut pas se contenter de prendre la mesure de l’accès à toutes sortes de ressources ou de biens comme paramètre déterminant de l’explication sociologique des troubles politiques (ce que Thompson appelle une « vision spasmodique des révoltes »), mais de mettre l’accent sur sa traduction ou sa projection dans l’espace public et dans les processus de définition de ce qui est considéré comme mérité ou non, comme juste ou injuste, comme moral ou immoral. Dans des usages plus récents, notamment chez James C. Scott (1990) ou Laurraine Daston (1995), le concept d’économie morale est recentré sur la dimension évaluative et non strictement normative et, plus exactement, sur l’intrication des éléments évaluatifs et affectifs. Les « économies morales » seraient ainsi un « réseau de valeurs saturées d’affects » (Daston, 1995 ; 2014) qui explique l’« indignation » ou la « rage » et justifie la mobilisation ou l’investissement de l’espace public. C’est la dimension du concept privilégiée dans ce numéro.

6La notion d’économie morale a été récemment utilisée avec succès dans l’étude des transformations du Maghreb, notamment par Béatrice Hibou (2011, voir également Bono, Hibou, Meddeb et Tozy, 2015). C’est en écho à ces travaux que nous proposons dans ce numéro une plongée dans des économies morales localisées, étudiées à travers les acteurs qui mobilisent et procèdent à l’invention et à la gestion de ces économies tout en veillant à décrire la transformation des valeurs, des normes et des émotions qui les accompagnent.

Enjeux méthodologiques des « économies morales » au Maghreb

7Deux exigences méthodologiques ont guidé la constitution de ce numéro de L’Année du Maghreb : l’ancrage empirique des recherches et l’attention portée aux énonciations locales de formes politiques. Nous avons également fait le choix de laisser chacun.e des auteur.e.s mobiliser à sa guise et selon son système de référence le concept d’économie morale.

8Les articles présentés dans ce numéro montrent une attention particulière aux investigations empiriques et notamment aux discours et pratiques en contexte des individus. Nous supposons en effet avec Didier Fassin que la mobilisation du concept d’économie morale ne peut se faire que dans un contexte local, à partir d’analyses fines du terrain. Johanna Siméant invoque, pour sa part, « l’impératif de description » (2010, p. 157) et c’est ce que nous avons privilégié. Il faut en effet d’abord décrire les termes du sentiment ou de l’émotion pour pouvoir comprendre comment ils se déploient dans une mobilisation ou un débat public. Penser les économies morales « au ras du sol » (Revel, 1989) permet, nous semble-t-il, d’en dégager les manifestations les plus novatrices.

9Un autre axe prévoyait de porter attention aux énonciations politiques et particulièrement aux controverses qui surgissent. Force est de constater qu’il y a assez peu de controverses dans les articles du dossier (mise à part l’article de B. Benzenine sur la peine de mort en Algérie). C’est sans doute le prix d’une focalisation empirique forte et d’une attention portée à des processus plus fins, notamment les revendications informelles ou les processus de moralisation d’une cause. En ce sens, nous avons privilégié une acception plutôt « fermée » de l’économie morale en restreignant son déploiement théorique et en privilégiant des contextes locaux. Cependant, cette conception en apparence restreinte permet dans le même temps d’ouvrir à une pluralité d’actions, que ce soit des pratiques alternatives ou illégales, des mobilisations politiques « classiques » (émeutes, manifestations, processus révolutionnaires) ou encore des stratégies de moralisation des débats publics qui font appel aux sentiments, valeurs et représentations des personnes concernées.

10Enfin, nous avons privilégié un principe pluriel d’utilisation du concept. En laissant chaque auteur.e mobiliser ses propres lectures et références, en permettant à chacun.e de « tirer » Thompson ou Scott vers l’une ou l’autre des acceptions du concept, on s’aperçoit qu’une partie du succès du concept réside dans son élasticité même. Il est en effet mobilisé ici de plusieurs façons et c’est sans doute la principale richesse du numéro : témoigner de la pluralité des acceptions de l’économie morale et caractériser ainsi plusieurs situations en apparence contradictoires. Ce que nous avons soutenu est donc une lecture très empirique de l’économie morale, sans rien céder à l’impératif comparatiste des sciences sociales (Catusse et Allal, 2018).

11Le dossier du numéro se présente ainsi en deux grandes parties, chacune contenant trois textes. La première partie concerne plus spécifiquement l’expression des sentiments d’injustice et les pratiques qui y correspondent. Elle propose une exploration des sentiments sur l’émigration non documentée (harga), sur la « rage » de certains jeunes en France ou sur des pratiques économiques alternatives en Tunisie.

12La seconde partie mobilise davantage l’articulation entre les valeurs et les affects, et notamment les processus de légitimation et délégitimation des questions morales. Par l’étude de thématiques telles que la peine de mort, l’avortement ou l’homosexualité, on saisit la construction d’économies de la morale et les dimensions parfois contradictoires de la moralisation de la vie sociale et de l’action publique.

Sentiments d’injustice et économies morales

13Les contributions de la première partie du dossier s’inscrivent dans une approche du concept d’économie morale qui privilégie une lecture inspirée de J. C. Scott, mettant l’accent sur des conceptions du monde, des rapports entre dominants et dominés et l’expression d’émotions (envie, désir, rage, humiliation) afférentes. Les économies morales discutées dans cette première partie mettent au jour des relations de pouvoir antagonistes et pointent les dysfonctionnements de la société, que des groupes ou des individus tentent de renverser au moins symboliquement, si ce n’est par leurs pratiques.

14Le texte de Simon Mastrangelo s’attache à décrire une économie morale de la migration qui fait correspondre un sentiment d’injustice (être condamné à ne pouvoir se déplacer) à l’expression d’un droit universel à l’émigration. Ce sentiment d’injustice se fonde sur la perception de deux mondes profondément opposés entre ceux qui circulent et ceux qui sont condamnés à l’immobilité dans la Tunisie d’après 2011. Cette marginalisation vécue est économique, politique, sociale et surtout géographique ; elle donne naissance à la revendication d’un droit de mobilité, la possibilité pour tous de pouvoir circuler hors des frontières nationales. L’intérêt de l’article est qu’il suit deux personnes revenues en Tunisie après 2011, et qui ne peuvent repartir. Ayant fui par désespoir avant la révolution, revenus portés par l’espoir du changement politique, ces deux immigrés témoignent d’un sentiment d’injustice fort à être « condamnés à rester ». C’est l’économie morale relue par D. Fassin qui est convoquée dans l’article, notamment via l’idée de la rupture d’un pacte moral (2009, p. 1262) où s’opposent dominés et dominants et où l’action, ici la migration non documentée, devient souci de soi et protestation politique.

15Le texte d’Éric Marlière opère un premier déplacement, souhaité par les coordinateurs du numéro : sortir du tropisme maghrébin pour éviter de cantonner l’économie morale à une zone géographique, ainsi que le notait J. Siméant (2010) à propos de l’Afrique subsaharienne. Centré sur la France et les « relations en bas des tours », le texte s’attache à complexifier la relation conflictuelle entre les jeunes de quartiers populaires et les institutions étatiques (notamment la police). Ici l’économie morale revisitée sur le terrain des « banlieues » permet de penser des émotions et sentiments (injustice, abandon, rage ou colère) et de les replacer dans des systèmes de valeurs, des normes et des représentations qui s’élaborent dans le contexte politique de la France des années 2010, entre émeutes urbaines (2005), tensions politiques et attentats (2015).

16L’émergence d’une « grammaire » de l’économie sociale et solidaire (ESS) est pour Damiano De Facci et Esther Sigillò l’une des caractéristiques de la Tunisie postrévolutionnaire. Après 2011 s’amorce un mouvement de réinvestissement (politique, économique et social) des régions périphériques, paupérisées et laissées pour compte pendant des décennies. Leurs observations à Medenine montrent comment le tissu associatif est réinvesti par des acteurs locaux et internationaux avec des modèles d’organisation pensés dans un but de représentation et participation de la « société civile », de développement durable et de coopération entre acteurs. La grammaire de l’ESS est d’abord une alternative : elle s’oppose en tous points avec les pratiques de l’ancien régime où les acteurs sociaux étaient désignés et sous contrôle. Elle est aussi une pratique internationale qui s’impose rapidement en Tunisie car elle représente des valeurs novatrices (participation), des conceptions du travail (coopération) et du développement local (représentation des habitants, groupes de travail et tables rondes) qui correspondent à plus de justice sociale. En ce double sens d’alternative et de pratique engagée, l’ESS devient une économie morale au sens de J. C. Scott : des pratiques justifiées au nom d’un droit moral, d’une économie de subsistance.

La question morale en débats

17Les contributions de la deuxième partie de ce dossier se saisissent du concept d’économie morale dans l’acception que lui donne D. Fassin, c’est-à-dire dans un sens qui met l’accent sur l’adjectif et non sur le substantif. L’économie morale dont parle D. Fassin, se rapporte à « la production, la répartition et la circulation des sentiments moraux, des émotions et des valeurs, des normes et des obligations dans l’espace social » (2009, p. 1257). Comme chez L. Daston, si elle a en commun avec les usages d’E. P. Thompson et de J. C. Scott de réfléchir sur différents processus de légitimation et de délégitimation, cette définition ne s’en distingue pas moins par une attention particulière à la dimension affective et émotionnelle des sentiments moraux, mettant en branle simultanément des valeurs et des affects. Comme le souligne D. Fassin en commentant les travaux de L. Daston, l’intérêt de cette approche est « de renouer avec un important courant de la philosophie morale qui lie les valeurs et les affects, et situe même les seconds en amont des premières » (ibid., p. 1251). Trois entrées avec leurs « terrains » respectifs sont mobilisés pour explorer cette moralisation des choix de vie et de société, dans les trois pays du Maghreb, et les formes d’évaluation et de prescription collectives qui en découlent : le débat sur l’application de la peine de mort en Algérie en rapport avec les crimes contre des enfants, à travers une analyse du traitement médiatique de la question ; l’économie morale de la sexualité féminine chez les professionnels de santé travaillant dans les institutions de planification familiale en Tunisie après 2011 ; et, enfin, les principes moraux qui « transforment les rapports sociaux homosexuels en rapports interethniques » dans l’espace urbain de Casablanca, à travers une enquête auprès de la communauté homosexuelle dans cette ville, portant plus particulièrement sur les liens entre expatriés français et jeunes marocains étudiants ou en recherche d’emploi.

18L’article de Belkacem Benzenine sur le débat autour de l’application de la peine de mort en Algérie fait ressortir nettement la dimension affective et émotionnelle inhérente aux économies morales. Ce que mettent en jeu les crimes contre des enfants, c’est justement une exacerbation de cette dimension. L’auteur s’interroge sur le rôle des médias qui se saisissent de la parole des parents de victimes, l’amplifient et la dramatisent, dans la production de ce qu’il décrit comme une « panique morale » et dans la fabrication d’une soi-disant « opinion publique » unanimement favorable à l’application de la peine capitale. Pourtant, au-delà de ce « populisme pénal » qui présente la peine de mort comme le seul moyen de protéger la société contre la « barbarie » des criminels, se cache un ancien débat qui remonte aux travaux de l’Assemblée constituante de l’Algérie indépendante en 1963. L’un des enjeux de ce débat qui se poursuit aujourd’hui concerne la place du référent religieux dans l’arsenal juridique pénal algérien et le caractère prescriptible ou non des commandements coraniques.

19La centralité du référent religieux et le rôle des « entrepreneurs de la morale » qui s’en saisissent est au cœur aussi de la contribution d’Ibtissem Ben Dridi et Irene Maffi sur les professionnels des cliniques de planning familial et sur les régimes discursifs qui accompagnent la pratique de l’avortement dans la Tunisie « postrévolutionnaire ». Pour les auteures, il y a lieu de se demander si les pratiques et les discours mis en œuvre dans le gouvernement des conduites sexuelles et reproductives des femmes, suite aux transformations du champ politique et idéologique après janvier 2011, contribuent à créer de « nouvelles économies morales des mœurs » ou s’ils ne font que s’inscrire en continuité par rapport au passé, « donnant à voir des normes, des comportements et des discours autrefois mis sous silence ». L’analyse des régimes discursifs et des pratiques ordinaires dans ces cliniques montre la complexité d’un contexte, où se télescopent et s’entrecroisent des économies morales religieuse, biomédicale, patriarcale et féministe, sans oublier les positionnements moraux des femmes demandeuses d’IVG et de réfection d’hymen elles-mêmes. L’un des enseignements de cet article est de rappeler que les institutions, dans leur travail de socialisation, produisent de la morale, mais qu’elles sont également perméables aux morales hégémoniques ambiantes, jusque dans ces lieux où des identités professionnelles fortes sont censées les en préserver.

20L’intérêt de l’article de Marien Gouyon est de montrer que les cultures marginales sont susceptibles de produire à leur tour des morales hégémoniques et qu’il suffit de changer de focale pour s’en rendre compte. C’est là le pari de ce texte, prenant pour point d’appui une critique d’inspiration « postcoloniale » de la morale homosexuelle « occidentale » prétendant à l’hégémonie, instituant des formes d’homosexualité considérées comme légitimes au détriment d’autres. L’observation in situ de la communauté homosexuelle casablancaise et, plus précisément, des rapports interethniques entre expatriés français et jeunes marocains de condition modeste, fondés sur des « échanges économico-sexuels » rendus possibles par des écarts d’âge et de condition matérielle, permet de saisir ce modèle légitime, structuré autour de la centralité du sentiment amoureux et de l’injonction à la sincérité. Elle permet aussi de repérer les processus de naturalisation et de racialisation destinés à rejeter les Marocains en dehors de ce cercle de l’homosexualité légitime, comme si « aimer » était une disposition et « une pratique de la classe [et de la race] supérieure ». Si la critique de M. Gouyon, faut-il le rappeler, est loin de subsumer tout le reste, c’est-à-dire les formes de pouvoir qui s’exercent, d’abord, au nom d’une orientation sexuelle (hétérosexuelle) dominante, elle n’offre pas moins, à travers l’inversion de perspective qu’elle propose, une lecture peu commune des rapports de pouvoir qui traversent le champ de la sexualité, lorsque celui-ci est appréhendé en tenant compte des formes d’asymétrie et des lignes de fractures entre communautés ethniques et classes sociales.

21Si le dossier est à dominante tunisienne en raison, vraisemblablement, de l’enthousiasme que suscite depuis 2011 l’observation de l’évolution de la question sociale et politique en Tunisie, l’approche qu’il privilégie articule et met en synergie avec un certain bonheur, les trois facettes de l’économie morale, à savoir le normatif, l’axiologique et l’affectif, en soulignant dans le même temps leurs interférences avec les différentes arènes du conflit social et politique. La prédominance d’une vision synthétique et, en partie, revisitée du concept se traduit par l’omniprésence dans l’ensemble des articles de la référence à D. Fassin. Ses travaux ont, à l’instar de ceux d’E. P. Thompson et J. C. Scott, le mérite de souligner le caractère « impur » de la morale et son intrication avec des enjeux de domination politique et économique (Fassin, 2012). Forts de ces conceptions, les articles de ce dossier offrent une lecture renouvelée du concept, en prenant en compte la diversité des référents d’évaluation que les individus, les collectifs et les institutions sont à même de manier qui exige, à son tour, un emboitement des échelles d’analyse, entre espace national et international, droits de l’homme, logiques institutionnelles, raison communautaire ou corporatiste, expériences quotidiennes, etc.

Haut de page

Bibliographie

Bono Irene, Meddeb Hamza,Tozy Mohammed et Hibou Béatrice (dir.), 2011, L’État d’injustice au Maghreb: Maroc et Tunisie, Paris, Karthala.

Catusse Myriam et Allal Amin (dir.), 2018, Quand l’industrie proteste. Fondements moraux des insoumissions ouvrières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica ».

Daston Lorraine, 2014, L’Économie morale des sciences modernes. Jugements, émotions et valeurs, présenté par Stéphane Van Damme, Paris, La Découverte, coll. « Futurs antérieurs », 2014, 164 p.

Daston Lorraine, 1995, « “The Moral Economy” of Science », Osiris, n° 10, p. 2-24.

Hibou Béatrice, 2011, « Tunisie. Économie politique et morale d’un mouvement social », Politique africaine, vol. 121, n° 1, p. 5-22.

Fassin Didier, Eideliman Jean-Sébastien (dir.), 2012, Économies morales contemporaines, Paris, La Découverte, coll. « Recherches ».

Fassin Didier, 2009, « Les économies morales revisitées », Annales HSS, novembre-décembre, n° 6, p. 1237-1266.

Revel Jacques, 1989, « L’histoire au ras du sol », in G. Levi, Le Pouvoir au village: histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe Siècle, Paris, Gallimard, p. I-XXXIII.

Scott James C., 1990, Domination and the Arts of Resistance. Hidden Transcripts, Yale, Yale University Press.

Scott James C., 1976, The Moral Economy of the Peasant: Rebellion and Subsistence in Southeast Asia, New Haven, Yale University Press.

Simeant Johanna, 2010, « ‘Économie morale’ et protestation ? Détours africains », Genèses, 2010/4 n° 81, p. 142-160.

Thompson Edward P., 1991, « The Moral Economy Reviewed », Customs in Common, Londres, The Merlin Press, p. 259-351.

Thompson Edward P., 1963, The Making of the English Working Class, Londres, Penguin Books.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Imed Melliti et Loïc Le Pape, « Introduction au dossier : Économies morales  », L’Année du Maghreb, 18 | 2018, 11-17.

Référence électronique

Imed Melliti et Loïc Le Pape, « Introduction au dossier : Économies morales  », L’Année du Maghreb [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3394 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3394

Haut de page

Auteurs

Imed Melliti

Université Tunis El Manar – IRMC.

Loïc Le Pape

Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne – CESSP.

Haut de page