Navigation – Plan du site
Varia

La crise de l’oléoduc Edjeleh-Gabès : Au cœur des enjeux de souveraineté du Maghreb (1954-1962)

The Edjeleh-Gabes Pipeline Crisis and Questions of Sovereignty in the Maghreb (1954-1962)
Sarah Adjel-Debbich
p. 129-148

Résumés

Alors que les pourparlers franco-libyens (1954-1956) retiennent toute l’attention des pétroliers français, Paris réfléchit à sécuriser l’évacuation du pétrole du Sahara algérien. Après la perte du Fezzan libyen, la France décide de construire un oléoduc transportant le pétrole du gisement d’Edjeleh, situé non de loin de la frontière libyenne, et traversant le territoire tunisien jusqu’au port de la Skhira dans le Golfe de Gabes. La Tunisie est un petit producteur de pétrole, cependant nous verrons que dès 1958, les canalisations d’hydrocarbures qui traversent le pays deviennent aussi un vecteur des intérêts et de la sécurité des approvisionnements énergétiques français et, européens. L’accord franco-tunisien du 30 juin 1958 est rapidement dénoncé par le FLN algérien comme une atteinte à la solidarité maghrébine et un soutien au colonisateur. Certainement l’une des premières crises diplomatiques régionales, l’affaire du pipeline Edjeleh-Gabes, met en lumière les enjeux de souveraineté des diplomaties algérienne, libyenne et tunisienne à l’aune des indépendances.

Haut de page

Notes de l'auteur

Cette contribution a été présentée lors du colloque «Le Maghreb dans les relations internationales. Diplomatie et crises », le 19, 20 et 21 novembre 2015 à Tunis, cf. http://www.irmcmaghreb.org/histoire-historiographie-patrimoine/item/100-colloque-international-le-maghreb-dans-les-relations-internationales-diplomaties-et-crises .

Texte intégral

  • 1 . Les capitaux de la Compagnie de recherches et d’études pétrolières au Sahara (CREPS) sont détenus (...)

1La France découvre du pétrole à Edjeleh en janvier 1956, puis à Hassi-Messaoud en juin de la même année, dans le Sahara algérien, en pleine guerre d’indépendance (1954-1962). Avec ces découvertes l’Algérie permet à la France de devenir une puissance pétrolière, lui offrant un pétrole abondant, dont elle a le contrôle direct : un « pétrole national » (Saul, 2006). Désormais, le contrôle du Sahara et de ses ressources devient un impératif pour les autorités françaises afin d’assurer le développement économique grâce à l’autonomie énergétique du pays, et à long terme celle de l’Europe. La Compagnie de recherches et d’études pétrolières au Sahara (CREPS), le Bureau de Recherches du pétrole (BRP) et le Secrétariat des hydrocarbures français, réfléchissent à l’acheminement du pétrole extrait et produit à Edjeleh, situé non loin de la frontière libyenne1. Cependant, le Sahara est également un enjeu de la guerre d’indépendance algérienne pour les nationalistes Algériens.

Source : AN-Pierrefitte, 199900317/21, Oil and Gas Journal, 21/10/1957.

2De plus, le conflit prend une dimension internationale, alors qu’en pleine crise de Suez, les membres d’une délégation du Front de Libération Nationale (FLN) (composée d’Ahmed Ben Bella, Mohamed Khider, Houcine Aït Ahmed, Mohammed Boudiaf et Mostafa Lacheraf), sont arrêtés le 22 octobre 1956, à la suite du détournement de leur avion dans l’espace aérien international (Connelly, 2002). Le gouvernement français de Guy Mollet se trouve isolé diplomatiquement alors que la « question algérienne » sensibilise aussi en dehors des frontières nationales. Ainsi, la France entame des négociations qui conduisent aux indépendances du Maroc et de la Tunisie en mars 1956, mais elle réussit néanmoins à conserver une présence militaire sur ses anciens territoires et protectorats (Chneguir, 2002 ; Connelly, 2002 ; Grimaud, 1995a).

  • 2 . Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM-Aix), 81 F 1021, Note du SDECE, « La Conférence de l’unité (...)

3Cependant, l’ancienne puissance coloniale se trouve confrontée à la solidarité maghrébine qui s’organise lors de la conférence de Tanger du 27 au 30 avril 1958, au Maroc (Vermeren, 2002). Deux mois après le bombardement du village tunisien de Sakiet Sidi Youcef en février 1958, la conférence sur l’unité maghrébine vise à jeter les fondations d’un « Maghreb uni ». Elle réunit des représentants du Néo-Destour (Tunisie), de l’Istiqlâl (Maroc) et du FLN, qui appellent à mettre fin à la domination coloniale française au Maghreb. La Conférence de Tanger dénonce les « servitudes militaire et économique qui pèsent encore sur le Maroc et la Tunisie »2. Elle exige le départ des forces étrangères et « recommande aux gouvernements et aux partis politiques de coordonner leurs efforts » contre la domination coloniale et à s’unir dans la lutte pour l’indépendance de l’Algérie.

4Cette contribution est issue d’une recherche qui étudie le rôle des hydrocarbures dans le champ des échanges euro-maghrébins depuis la décolonisation du Maghreb. Ce travail s’inscrit dans la continuité d’une approche renouvelée, initiée par les travaux d’historiens des relations internationales (Frank, 2013, p. 62 ; Badel, 2009, p. 5-19). Dans ce sillage, l’analyse des diplomaties de l’Algérie, de la Libye et de la Tunisie, nous permet d’étudier l’émergence de nouveaux acteurs (Maurel, 2013). Après les indépendances, les États du Maghreb sont devenus de nouveaux protagonistes dans l’industrie pétrolière et gazière, en tant que producteurs de pétrole et de gaz ou de transit d’hydrocarbures. Dans leur ambition de souveraineté territoriale, politique et économique, ces nouveaux acteurs se positionnent et, ce faisant, recomposent les règles de l’approvisionnement en pétrole et en gaz. Dans ces circonstances, les nouvelles diplomaties des pays du Maghreb ont dû affronter l’ancienne puissance coloniale française, qui met tout en œuvre pour conserver une emprise économique sur ses anciennes colonies. Cette recherche démontre que la mise en œuvre de la décolonisation est un long processus car d’un côté l’impérialisme français au Maghreb subsiste après les indépendances, et de l’autre, les jeunes États doivent se confronter à la souveraineté de leurs voisins. S’inscrivant dans le contexte global des nouvelles circulations et des nouveaux champs d’intérêt de l’histoire des diplomaties, cette étude met en exergue la complexité des rapports entre le Nord et le Sud de la Méditerranée au lendemain des décolonisations (Badel et Jeannesson, 2014 ; Tertrais, 2015). Elle contribue à l’histoire du Maghreb, vu sous le prisme de la coopération Sud-Sud (Garavini, 2012 ; Ben Hamouda, 2010). Enfin, elle est également une contribution à l’histoire du Maghreb et à l’étude des relations entre anciennes puissances coloniales et nouveaux acteurs économiques.

  • 3 . Aux Archives Nationales d’Algérie (ANA), les Archives de la Guerre de Libération, le fond GPRA- C (...)
  • 4 . Archives Nationales de France (AN-Pierrefitte), les archives du Secrétariat général pour les Affa (...)

5Ces travaux s’appuient sur le croisement d’archives inédites ou encore trop peu exploitées des deux côtés de la Méditerranée3. Alors que certaines archives algériennes sont encore difficiles d’accès, les archives tunisiennes nous permettent de décentrer le regard sur l’étude de l’histoire de la décolonisation au Maghreb. Ces sources permettent de souligner l’interdépendance entre la Tunisie et l’ancien colonisateur français. Cependant, dans cet article, les archives françaises du Secrétariat général de la Communauté, puis les Affaires africaines et malgaches ont été essentielles4. Les « papiers Foccart » (1958-1974), récemment déclassifiés, permettent d’étudier la stratégie française de sécurisation des approvisionnements énergétiques pendant la guerre d’Algérie (Bat, 2006, 2012 et 2017). Comme le souligne l’ancien conservateur de ces archives, Jean-Pierre Bat, cette institution créée par le général de Gaulle répondait à un besoin dans le contexte de la décolonisation de l’Afrique et de Madagascar. Pour lui, Jacques Foccart, le « Monsieur Afrique » de l’Elysée, a créé une institution sur mesure « pour œuvrer à des rapports privilégiés entre l’ancienne métropole et les pays nouvellement indépendants » avec le soutien des services de renseignement (Bat, 2006, p. 199). Ces sources permettent ainsi d’analyser les relations entre les pays nord-africains (ici l’Algérie, le Maroc, la Libye et la Tunisie), dans le contexte de la lutte contre la domination coloniale. Cet article se propose d’étudier le rôle des jeunes diplomaties des pays du Maghreb dans leur quête de souveraineté face au colonisateur. Il s’agira de voir comment les impératifs de souveraineté tentent de s’imposer dans la mise en place de nouveaux circuits d’approvisionnements énergétiques français. Cette contribution permet également de revenir sur les premières confrontations dans les tentatives de formation d’une Union du Maghreb.

6Nous verrons comment les impératifs pétroliers français font basculer les négociations franco-libyennes, alors que la France essaie de conserver le Fezzan libyen. Après avoir envisagé la Libye, les compagnies pétrolières françaises voient dans la Tunisie un excellent partenaire stratégique. Puis, dans un contexte de pressions extérieures et de fragilités internes, nous reviendrons sur un épisode peu connu de la diplomatie tunisienne. En effet, en dépit de son engagement dans la lutte contre la domination coloniale et ses relations tendues avec la France, la Tunisie accepte de devenir le corridor des voies d’acheminement du pétrole algérien vers la France. Le Président tunisien signe ainsi en juin 1958 un accord pour la construction d’un oléoduc sur son territoire pour l’évacuation du pétrole d’Edjeleh jusqu’au port de la Skhira, dans le golfe de Gabès. La Tunisie prend ainsi le risque de mettre en péril ses relations avec ses compagnons de lutte pour les indépendances, et d’affaiblir la solidarité maghrébine. Le pays devient rapidement un enjeu pour le secteur pétrolier français, mais également pour la diplomatie française dans la bataille qui oppose la France et le FLN.

Pétrole et décolonisation

7Alors que l’année 1956 voit apparaître la dislocation de l’empire français en Afrique du Nord, les intérêts économiques français se trouvent fragilisés en Égypte par la nationalisation du Canal de Suez en juillet 1956. La décision de Gamal Abdel Nasser entraîne une première crise énergétique mondiale qui met en évidence la précarité des routes du pétrole et des approvisionnements énergétiques en provenance du Moyen-Orient à destination des pays d’Europe occidentale. C’est un coup porté aux économies britanniques et françaises, dont les intérêts pétroliers se trouvent menacés. Pour le président égyptien Nasser, l’indépendance politique et économique se situe dans le sillage d’un combat pour l’affranchissement de la domination étrangère et coloniale des Nations arabes. L’évènement est un signal fort envoyé aux nationalistes du monde entier, et particulièrement en Afrique du Nord.

  • 5 . Fourniture d’armes à l’ALN, dons aux réfugiés algériens en Tunisie et au Maroc, formation des off (...)

8Comme l’a souligné l’historien français Gilbert Meynier, Nasser avait la conviction que « l’Égypte ne se sentirait pas entièrement libérée tant qu’un seul pays arabe resterait occupé », faisant de l’Afrique du Nord une priorité de son combat (Meynier, 1990, p. 90 ; Heikal, 1988). Depuis 1954, le Caire abrite le siège du Comité de libération du Maghreb arabe destiné à préparer et organiser un « plan de libération du monde arabe » (Meynier, 1990, p. 91). Pour la France, Nasser est donc vu comme le « chantre de la Nation arabe », le propagandiste, voire pour certains, le « responsable » de l’insurrection algérienne (Coutau-Bégarie, 1994). Si l’historiographie a démenti cette dernière affirmation, l’Égypte ne cache pas son soutien politique à l’opposant tunisien Ben Youssef, appuie également la révolution algérienne avec une propagande importante, de l’argent et des armes. En effet, le Caire est l’un des plus importants soutiens politique, financier et militaire du Front de Libération Nationale (FLN) et de l’Armée de Libération Nationale (ALN) (Meynier, 1990 ; Arezki, 2014)5.

9Si l’inquiétude de Paris est à son paroxysme, la déception de Suez est de courte durée pour les pétroliers français, car la France est sur le point de devenir une puissance pétrolière grâce à l’Algérie. C’est en pleine guerre d’indépendance que la France découvre du pétrole (1956), puis du gaz (1958), dans le Sahara algérien. Elle souhaite rapidement tirer le bénéfice de ces découvertes et veut s’assurer la maîtrise de l’exploitation des hydrocarbures sahariens. Désormais, le contrôle des ressources du sous-sol saharien est un impératif, afin de soutenir le développement et l’autonomie énergétique de la France.

  • 6 . L’Italie qui cherche à redorer sa politique étrangère ne souhaite pas abandonner « ses intérêts n (...)
  • 7 . « L’idée semble remontrer à la fin du 19e siècle et rencontre un écho au cours de l’entre deux-gu (...)

10Pour les pays du Sud de l’Europe, riverains de la Méditerranée, l’alternative de l’Afrique du Nord s’impose aussi rapidement (Mourlane, 2012, p. 15)6. Plusieurs initiatives sont proposées afin de renforcer les possibilités de connecter les gisements sahariens à l’Europe occidentale. Dans un contexte de contestation de la domination coloniale, alors que la France tente de garder une influence en outre-mer (Calendri, 1997 ; Kuroda, 2012, p. 34), l’idée d’Eurafrique ressurgit (Mourlane, 2012 ; Drame, Saul, 2004 ; Karis, 2005)7. Peu de temps avant, le traité de Rome de 1957 jette les bases d’une politique de coopération économique européenne en Afrique, y compris dans les territoires et départements français d’Algérie (Kuroda, 2012, p. 35).

  • 8 . Maurice Lemaire est alors ancien secrétaire d’État à l’industrie et au commerce sous le gouvernem (...)
  • 9 . Ibid.
  • 10 . ANOM-AIX, 81F/126, Mémorandum préparé par Maurice Lemaire, président de la sous-commission, sur l (...)

11Le gouvernement français réfléchit aux modalités d’intégration des pays du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie) dans le processus de construction européenne pour ne pas perdre « toute l’Afrique » (Kuroda, ibid. ; Ageron, 1989, p. 120). Le député français Maurice Lemaire insiste sur la « nécessité vitale pour l’Europe » de se procurer d’importantes quantités de pétrole et de gaz naturel en provenance des gisements africains, c’est le projet « Eurafrigas » (voir carte en annexe ; sur ce sujet voir aussi Musso, 2016)8. En mars 1958, il invite le gouvernement français à engager, auprès des pays européens intéressés par ce projet d’intégration économique, des négociations diplomatiques sur les possibilités de mettre en place un réseau de transport d’hydrocarbures en provenance des pays d’Afrique, en privilégiant dans un premier temps le Sahara9. Le projet prépare un édifice économique eurafricain considéré comme « essentiel à l’expansion économique de l’Europe occidentale», irriguant au passage l’Afrique du Nord10. Selon l’historien Stéphane Mourlane, l’enjeu de l’Eurafrique est double : militaire et stratégique d’une part, économique d’autre part (Mourlane, 2012, p. 24). Les travaux de l’historienne Muriam Haleh Davis soulignent justement le rôle central du Sahara dans la création de l’espace eurafricain (Davis, 2015). En effet, l’idée de la décolonisation fait son chemin dans l’esprit des décideurs français, mais ils souhaitent maintenir une présence coloniale, dans des zones d’intérêts stratégiques sur les plans politiques ou économiques. L’historien Pierre Boilley parle de « l’entêtement colonial » pour décrire une tentative coloniale de la dernière chance qui apparait sous une nouvelle forme (Boilley, 1995, p. 360). La France trouve alors une ultime solution pour se maintenir dans ses colonies africaines et conserver le Sahara.

  • 11 . Le FLN rejettera, l’autorité administrative de l’Organisation Commune des Régions Sahariennes (OC (...)

12L’idée qui émerge alors est de créer une entité administrative saharienne, autonome des autres possessions africaines, rattachée à la France métropolitaine, dans le contexte des indépendances des pays riverains qui pourraient revendiquer une partie « de l’Hinterland » saharien.  « Le seul moyen d’éviter cette difficulté, c’est de proclamer que le désert n’est ni algérien, ni marocain, ni soudanais ou nigérien, mais… saharien » (Britisch, 1956, p. 71-73). La France redessine les frontières de l’Algérie à son avantage, sépare les départements sahariens du sud de l’Algérie de ceux du nord, et propose un projet de développement sur ce nouveau territoire. Autrement dit, l’Algérie est séparée du Sahara. Alors que la Tunisie et le Maroc viennent d’accéder à leur indépendance en 1956, la lutte est à son paroxysme en Algérie. Le FLN va rapidement se positionner dans la bataille sur la souveraineté du Sahara, de ses frontières et de ses ressources. L’OCRS est créée en 1957 et la compétition pour la souveraineté sur le Sahara est ouverte (Jonchay, 1957). Après les découvertes de pétrole à Edjeleh, les autorités françaises réfléchissent à l’acheminement du pétrole vers la France. Il s’agit alors de trouver une solution rapide, relativement peu coûteuse mais surtout sécurisée contre toutes tentatives d’attaques du FLN. Les nationalistes algériens venaient en effet d’ouvrir un front sud (Wilaya VI) et de décréter leur souveraineté sur l’ensemble du territoire algérien Sahara compris, lors du Congrès de la Soummam en août 1956 (Harbi, 1981, p. 180 ; Djiar, 2005 ; voir aussi Harbi, 1980 et 2002)11.

Le gisement d’Edjeleh au cœur des enjeux des négociations franco-libyennes (1954-1956)

  • 12 . ANOM-Aix, 81F/2069 : « Le Sahara Français », Notes et Etudes documentaires n°2.379, Présidence du (...)

13Afin d’acheminer le pétrole du gisement d’Edjeleh en toute sécurité, les sociétés pétrolières françaises du Sahara se rapprochent du programme militaire pour la mise en place des infrastructures de la Défense nationale. Ensemble, ils envisagent, quatre projets de tracé de pipeline12 :

Source : AHTotal /CFP, 90.4/180, « Projet des trois tracés de pipeline pour sortir le pétrole d’Edjeleh », 10/02/1958, (le 4e tracé ajouté par l’auteure).

  • 13 . Fort-Saint (borne 220) est situé à la jonction des frontières tunisienne, libyenne et algérienne.

14– Le tracé le plus court, entièrement situé sur le territoire libyen, aboutissant à Zouara à l’ouest de Tripoli avec un pipeline de 650 km.
– Un autre tracé, de 700 km, algérien jusqu’à Ghadamès et aboutissant également à Zouara.
– Un troisième sur le territoire algérien jusqu’au Fort Saint13, puis continuant sur le territoire tunisien jusqu’au Golfe de Gabès et prenant fin au port de la Skhira.
– Enfin, le dernier tracé uniquement sur le territoire algérien connecté à Hassi-Messaoud, plus long et plus coûteux, ne faisait pas l’unanimité auprès des pétroliers (Cantoni, 2017, p. 193).

  • 14 . ANOM-Aix, 81F/966 : « Compte rendu de la séance du 14 mai 1957 sur l’étude du programme de l’infr (...)

15Pourtant, juste après les découvertes des gisements en juin 1956, le ministre de l’Algérie, Robert Lacoste, s’oppose à un itinéraire « hors du territoire français » et propose de connecter le gisement d’Edjeleh au réseau qui transporte le pétrole de Hassi-Messaoud vers la côte algérienne près de Bougie14. Dans une lettre adressée à Christian Pineau, ministre des Affaires Étrangères, Lacoste souligne qu’un itinéraire tunisien ou libyen serait mal perçu par les populations algériennes (Cantoni, 2017, p. 194). En outre, reconnaître les difficultés à assurer la sécurité des infrastructures françaises sur le territoire algérien serait perçu comme un signe de faiblesse de l’armée française et écornerait son image auprès des français d’Algérie et de métropole. Finalement, les arguments politiques de Robert Lacoste ne convainquent pas, et le gouvernement français étudie les autres projets d’acheminement pour des raisons financières et sécuritaires.

  • 15 . Service Historique de la Défense (SHD), Série 1H1761, Tableaux implantation militaire FLN sur les (...)
  • 16 . SHD, Série 1H2009, Courrier de Robert Lacoste du 7 décembre 1957.

16Entre le sud de la Tunisie et le sud-est Algérien, le Fezzan a été militairement administré par la France de 1943 à 1951, sous la Direction militaire des territoires du sud de l’Algérie. À l’indépendance de la Libye en 1951, la France a réussi à conserver une présence militaire de 400 hommes sur ce territoire stratégique qui bénéficie d’un accès direct à la Méditerranée via la Tripolitaine et au Tchad au sud. Cependant en novembre 1954, le gouvernement libyen de Mustafa Ben Halim et le Roi Idriss 1er exigent le départ des troupes françaises, qui est suivi par des mois de négociations entre les deux parties (Romo-Navarrete, 2002). En effet, le départ des troupes françaises risque de provoquer un vide sécuritaire qui permettrait l’installation de camps d’entrainement de l’ALN et le repli des nationalistes algériens et/ou tunisiens, le long d’une frontière difficile à surveiller15. Or, le projet de construction de pipeline le long de la frontière algéro-libyenne jusqu’à Ghadamès, ne peut être réalisé sans l’étroite coopération de l’armée, afin d’assurer la sécurité de la frontière libyenne avant de faire transiter la canalisation via le sud tunisien ou le Fezzan libyen16.

Source : ANOM-Aix, 81F126, Le projet du tracé libyen, La Vie d’Outre-Mer, 29/11/1957.

  • 17 . AN-Pierrefitte, Secrétariat général (direction des Hydrocarbures), 19900317/21_Dossier 3 Frontièr (...)
  • 18 . AN-Pierrefitte199900317/21_Dossier 3, d’après l’Associated Press « La Libye accorderait un permis (...)
  • 19 . ANOM-Aix, 81F/966, Note du SDECE, « Le FLN et le pétrole Saharien », 25 juillet 1958.
  • 20 . AN-Pierrefitte, 199900317/21_Dossier 2 Frontières algéro-marocaines, Note de Maurice Lemaire du 2 (...)

17Très critiquées en métropole par les parlementaires mais également par l’État-major, les négociations, ainsi que les clauses du traité franco-libyen sont vues comme un coup de pied au prestige de l’empire français, un abandon et une victoire des nationalistes arabes (Romo-Navarrete, 2002, p. 380). Cependant, le départ des troupes se fait dans des conditions avantageuses pour la France. La question du tracé de la frontière algéro-libyenne devient un enjeu économique majeur, alors que les pétroliers français souhaitent conserver l’accès au gisement pétrolier d’Edjeleh (Romo-Navarrete, 2002, p. 381). Celui-ci devient une condition française dans les négociations du traité d’amitié entre la France et la Libye. En effet, les archives du secrétariat des hydrocarbures révèlent que les pétroliers français insistent sur la nécessité économique de négocier avec la Libye, afin de préserver le gisement d’Edjeleh et son accès via un terrain d’atterrissage, qui doit être maintenu en territoire français17. Le retrait militaire des troupes du Fezzan se fait également en échange de l’octroi de concessions pétrolières par la monarchie libyenne à la Compagnie des Pétroles Total Libye (CP Total-Libye, détenue à majorité par la Compagnie Française des Pétroles, CFP) entre 1955 et 195618. La France venait ainsi d’obtenir des concessions en Libye, qui était jusqu’alors la chasse gardée des Anglo-Saxons, et de s’assurer de nouvelles perspectives économiques (Monjour, 2012). Paris n’a alors pas intérêt à mettre en péril ses relations avec le Roi Idriss en relançant de nouvelles discussions pour la construction d’un pipeline jusqu’à la côte tripolitaine via le Fezzan, malgré un tracé plus court et moins coûteux. En outre, le traité d’amitié franco-libyen signé en août 1955 fixe le départ des troupes françaises avant le 30 novembre 1956, et assure la sécurité d’accès au gisement d’Edjeleh, mais ne permet plus d’assurer la sécurité d’une infrastructure en territoire libyen pour prévenir les sabotages de l’ALN. Or, le FLN se déclare déjà en guerre pour le pétrole algérien19. Selon le député français Maurice Lemaire, l’accord franco-libyen règle de « façon très satisfaisante, les intérêts pétroliers français. »20

  • 21 . SHD, Série 1H2009, Note sur la sécurisation des infrastructures pétrolières dans le département d (...)
  • 22 . AN Pierrefitte, 5AGF/692, Note du SDECE n°9.604, 23 juillet 1958.

18De plus, le Roi Idriss, qui vient de recouvrer la souveraineté de la Libye, ne cache pas son soutien politique au FLN et logistique à l’ALN qui pilotent des incursions dans le Sud algérien depuis son territoire21. De son côté le FLN affirme qu’il aurait convaincu la Libye de ne pas traiter avec la France au sujet de l’installation d’un pipeline sur son territoire, et qu’il aurait reçu l’engagement du Roi de refuser « toute proposition de la part du gouvernement français » de faire évacuer le pétrole présent dans le sous-sol algérien22. Dans ce contexte hostile, les autorités françaises décident de privilégier les contacts avec Tunis. En effet, après avoir envisagé, puis renoncé à un tracé de pipeline via la région du Fezzan en Libye, les compagnies pétrolières françaises voient dans la Tunisie un excellent partenaire stratégique. La Tunisie devient rapidement un enjeu pour le secteur pétrolier français, mais également pour la diplomatie française dans la bataille qui oppose la France au FLN.

Le projet de pipeline d’Edjeleh-Gabès, condition à la souveraineté territoriale tunisienne ?

19Le deuxième trajet envisagé alors, plus long, traverse la Tunisie jusqu’au Golfe de Gabès, dont l’atout majeur est le port de la Skhira, qui permet le transport des marchandises à destination de l’Europe. En pleine crise diplomatique avec la France, le projet de pipeline Edjeleh-Gabès devient rapidement un enjeu pour les deux pays et un outil de négociation pour consolider la souveraineté du jeune État tunisien.

20Le 1er juin 1955, l’impasse politique et la dégradation de la situation économique ont motivé la France à proposer une « autonomie interne » à la Tunisie, assortie de « conventions garantissant les intérêts français » (Saul, 2016, p. 664). Habib Bourguiba, à la tête du Néo-Destour, fait un retour triomphal à Tunis après des années d’exil. Mais l’opposition dirigée par son rival Salah Ben Youssef s’oppose à une autonomie interne par étapes progressives selon les conditions imposées par la puissance coloniale. Cette décolonisation par traités et par étapes fait émerger de nombreuses tensions à l’intérieur du pays. Salah Ben Youssef et ses partisans réclament l’indépendance immédiate, sans condition, et n’hésitent pas à envisager l’insurrection sur le modèle algérien (Julien, 1976). La lutte pour le leadership nationaliste dans le monde arabe, et particulièrement au Maghreb, se cristallise autour des désaccords sur le modèle de décolonisation et l’organisation des relations avec l’ancienne puissance coloniale. Salah Ben Youssef est un fervent panarabe qui s’oppose à tout ce qui vient de l’occident, et à toute négociation avec la France (Grimaud, 1995b, p. 389). Sur la scène régionale, l’opposition entre nationalisme arabe et nationalisme local a pour toile de fond un affrontement idéologique entre l’Égyptien Gamal Abdel Nasser et Habib Bourguiba. La proposition française de faire construire un pipeline sur le territoire tunisien est à analyser au regard de l’opposition entre les partisans d’une véritable rupture avec la France, contestant les conventions et les traités de coopérations, et les partisans d’une entente « raisonnable » (Julien, op. cit.).

  • 23 . Les zones montagneuses trans-frontalières de la Tunisie comme du Maroc sont des axes importants d (...)

21Au lendemain de l’indépendance, la politique extérieure de la Tunisie est largement dominée par les problèmes de la décolonisation, marquée notamment par une succession de crises avec la France qui a placé l’ensemble du gouvernement tunisien sur écoute téléphonique (Camau, Geissser, 2004, p. 490). Habib Bourguiba doit encore répondre à de nombreux défis. Il cherche à consolider son pouvoir fragilisé par l’opposition « yousséfiste » soutenue par les nationalistes algériens et Gamal Abdel Nasser. Le débordement de la révolution algérienne sur son territoire impacte également ses relations avec l’ancienne puissance coloniale. En effet, Habib Bourguiba met le territoire tunisien à disposition du FLN et de l’ALN, et le pays devient une base logistique et politique de la lutte algérienne contre la France (Arezki, 2014)23. Le 8 février 1958, l’aviation française bombarde le village tunisien de Sakiet Sidi Youssef, à la frontière avec l’Algérie. L’évènement entraine l’intervention anglo-américaine et participe aux prémices d’une crise politique majeure qui conduit notamment au retour au pouvoir du Général de Gaulle en mai 1958 (Valette, 2009). Bourguiba trouve là l’occasion d’annoncer diverses mesures contre la France dans le cadre de la reconquête de la souveraineté territoriale du pays : la demande d’évacuation des troupes françaises, la restitution de la base militaire de Bizerte, le rappel de l’ambassadeur à Paris, et une plainte de la Tunisie est déposée à l’ONU. Dans ce contexte, le pipeline apparait comme un levier de négociation puissant pour Tunis que Bourguiba peut utiliser pour accélérer le départ des troupes françaises de son territoire.

  • 24 . Bibliothèque Archives Total, Petroleum Press Service, août 1958.
  • 25 . Sur les revendications frontalières voir : Discours de Bourguiba : Les frontières et le Sahara, T (...)

22Enfin, le nouveau gouvernement doit penser à la reconstruction économique du pays. En effet, l’économie est fragilisée, à la suite du départ des cadres français du pays, mais aussi du retrait de l’aide financière française en mai 1957, conséquence du soutien tunisien au FLN (Chneguir, 2004, p. 28). Alors que l’économie tunisienne reste plus que jamais dépendante de l’économie française, le projet d’un pipeline transnational sur son territoire assurerait des droits de passage et des royalties qui pourraient être réinjectés dans des investissements utiles au développement du pays (Saul, 2016, p. 111-119). La proposition française apparaît à un moment où la politique étrangère de Bourguiba est principalement dictée par des impératifs économiques internes dans un contexte régional tendu. Le projet du pipeline Edjeleh-Gabès, coïncide aussi avec l’arrivée au pouvoir en France du Général de Gaulle qui, comme le souligne Samya El Machat, place les relations franco-tunisiennes sous le signe du dialogue, et indique son intention de régler « les difficultés actuelles entre [les] deux pays et les conditions de leurs rapports pour l’avenir » (El Machat, 2000, p. 299). Finalement, les Français choisissent le trajet tunisien, et Bourguiba l’accepte alors que les discussions sur l’évacuation des troupes françaises sont lancées. La convention d’accord est conclue entre la compagnie de transports par pipelines au Sahara, « TRAPSA », et le gouvernement tunisien le 30 juin 195824 ; elle souligne la volonté des deux parties de mettre en place un modus vivendi qui, tout en laissant le problème de la base militaire de Bizerte en suspens, prévoit de nouvelles négociations (El Machat, op. cit.). En 1959, Bourguiba revendique également un nouveau tracé des frontières dans le sud du pays25. Il a sans doute pu négocier le départ des troupes françaises en échange de son accord pour la construction du pipeline. En effet, l’accord franco-tunisien du pipeline de fin juin 1958 coïncide avec le retrait progressif des troupes françaises annoncé le 17 juin 1958. Pour Bourguiba c’est le début de la reconquête territoriale, mais la France conserve la base de Bizerte jusqu’à la crise de 1961.

FLN en guerre pour « le pétrole algérien » et face-à-face algéro-tunisien

  • 26 . El Moudjahid, « Chantage sur le pétrole », 4 juillet 1958.
  • 27 . Le CCE, direction collégiale du FLN, est créé lors du Congrès de la Soummam le 20 août 1956. Il e (...)
  • 28 . ANT-Tunisie, Versement 78/2009, Boite 13, Algérie-Tunisie, Note du CCE au gouvernement Tunisien ; (...)

23Pour le journal El Moudjahid, le pipeline est « un cadeau empoisonné » de la France à la Tunisie26. Bien entendu, Bourguiba doit rapidement faire face à son premier contentieux avec le voisin et « frère » algérien en lutte contre la France pour son indépendance. Fortement contesté par le FLN, l’accord franco-tunisien est considéré comme une trahison et une complicité de vol des ressources des Algériens. Grace à cet accord, les autorités françaises font d’une pierre deux coups et s’assurent d’une part un accès au pétrole d’Edjeleh, et d’autre part, provoquent une crise importante entre le FLN et la Tunisie. Le gouvernement français espère ainsi neutraliser le soutien affiché par Bourguiba au FLN. En effet, la mise en place d’un pipeline transportant du pétrole algérien à travers le territoire tunisien provoque l’ire des nationalistes algériens et donne lieu à de nombreuses altercations entre les dirigeants du FLN et les autorités tunisiennes. Ainsi, en juillet 1958, le Comité de Coordination et d’Exécution (CCE), affirme publiquement son opposition27. La direction du FLN déclenche depuis Le Caire une campagne médiatique et diplomatique destinée à contraindre Bourguiba à renoncer au projet d’installation du pipeline Edjeleh-Gabès28. Les dirigeants du FLN appellent à réagir au niveau régional et interpellent les comités directeurs du Néo-Destour tunisien et l’Istiqlal marocain sur la question. L’affaire prend immédiatement une ampleur régionale.

  • 29 . Ibid.
  • 30 . AN Pierrefitte, 5AGF/692, référence 9536/A, « Note confidentielle de Méo à l’attention de Foccart (...)
  • 31 . Ibid. ; El Moudjahid, n°22, « Défense du Sahara », avril 1958 ; En plein conflit algérien, la con (...)
  • 32 . ANT-Tunisie, Versement 78/2009, Boite 13, Algerie-Tuisie, Télégramme de l’Ambassade de Tunisie en (...)
  • 33 . AN Pierrefitte, 5AGF/692, référence 9.604, Note du SDECE, 23 juillet 1958.

24Dans une lettre ouverte au gouvernement tunisien, le FLN affirme qu’en signant un accord avec une société française, la Tunisie reconnaît implicitement le droit de la France de disposer des richesses de l’Algérie et prend donc position du côté des colonisateurs29. Plus encore, pour le FLN, cet accord équivaut à une action militaire contre l’Algérie, car elle entrave gravement sa stratégie de sabotage des installations pétrolières françaises. Pour le CCE du FLN, l’opinion publique doit être informée des conséquences d’un tel accord lors d’une conférence de presse à Tunis, et par la publication de la note diplomatique adressée par le FLN aux gouvernements de la Tunisie et du Maroc30. Publiée dans le journal El Moudjahid, la note annonce que les accords signés dans le cadre de l’unité maghrébine, par les représentants des partis maghrébins, quelques mois plus tôt lors de conférence de Tanger en avril 1958 sont annulés. Le FLN demande une réunion du Secrétariat Permanent de l’organisation maghrébine en vue d’examiner la situation et les conséquences de la décision de l’accord, « contraires aux résolutions de la Conférence de Tanger »31. De son côté, le Maroc soutient la position algérienne tout en rappelant qu’il avait lui aussi refusé aux autorités françaises d’être la voie de transit des matières premières situées dans le sud algérien32. Les Algériens bénéficient par ailleurs du soutien des autorités libyennes, qui étudient avec les responsables du FLN certains projets visant à saboter les travaux d’installation du pipeline dès le début des travaux33.

  • 34 . Ibid.
  • 35 . Ibid.
  • 36 . AN-Pierrefitte, 5AGF/692, référence 9687/A, « L’évolution du différent Tuniso-algérien dans l’aff (...)
  • 37 . AN-Pierrefitte, 5AGF/692, Note du SDECE, référence 9656/A, « Tensions entre le FLN et les Tunisie (...)
  • 38 . Ibid.

25Le gouvernement français est conscient de la pression exercée sur le Président Bourguiba, qui « malgré les menaces a tenu bon », et s’est résolu à ne pas considérer les manœuvres des dirigeants FLN « soutenus par le Caire »34. Une note d’information du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage français (SDECE) révèle ainsi que Bourguiba aurait conclu un accord avec Georges Gorse, Ambassadeur de France en Tunisie, au terme duquel la France accorderait à la Tunisie « son assistance militaire en cas de troubles en Tunisie. »35 Informé des garanties proposées par le gouvernement français, le FLN n’hésite pas à tenter de fragiliser Bourguiba sur le plan politique en entreprenant une action de propagande en Tunisie au profit de son rival, Saleh Ben Youssef36, dont les relations avec l’ALN étaient déjà connues (Grimaud, 1995b, p. 389). Exilé au Caire en 1956 après avoir été exclu du Néo-Destour, Salah Ben Youssef, ancien Secrétaire Général du parti, s’est opposé à Habib Bourguiba en 1955 à propos des conventions franco-tunisiennes d’autonomie interne, et plus généralement sur sa vision des rapports entre la Tunisie et la France (Chouikha, Gobe, 2015, p. 12-13). Les réactions se font vives, également en dehors d’Afrique du Nord. Lors d’une rencontre le 10 juillet 1958 avec le chargé d’affaires tunisien au Caire, le chef historique du FLN Krim Belkacem, « tout en retenant sa colère », fait remarquer au diplomate tunisien que c’était justement « grâce aux interventions effectuées par le FLN à la suite du complot organisé par Salah Ben Youssef », que le Caire a décidé la fermeture du bureau yousséfiste. Pour Krim Belkacem, l’accord pétrolier franco-tunisien constitue « un coup mortel à la révolution algérienne, le FLN ayant mis en œuvre toutes ses possibilités militaires pour entraver l’exploitation du pétrole par la France »37. La réponse diplomatique du FLN est pilotée depuis le Caire, où la délégation extérieure du FLN est installée. Le membre du CCE Mohamed Lamine Debaghine « pousse le FLN » à diffuser auprès des Chancelleries présentes au Caire et à Tripoli la lettre de protestation adressée au Président Bourguiba « afin de mettre le gouvernement tunisien dans une situation critique vis-à-vis de l’opinion publique »38.

La stratégie d’apaisement ou le double jeu diplomatique de Bourguiba

  • 39 . ANT-Tunisie, Versement 78/2009, Boite 13, Algérie-Tunisie, Télégramme de l’Ambassade de Tunisie e (...)
  • 40 . AN-Pierrefitte, 5AGF/692, Note du SDECE, référence 9656/A, op. cit. ; ANT-Tunisie, Versement 78/2 (...)

26Le 12 juillet 1958, le président tunisien tente d’apaiser les Algériens et de leur fournir des garanties de son soutien à la lutte contre le colonisateur. Échaudé par l’ampleur de la réponse algérienne et de l’opinion publique de Rabat jusqu’au Caire, Bourguiba informe ses diplomates de la réponse à tenir « en cas de nécessité et dans des conversations privées », s’assurant que ses instructions ne fuitent pas dans la presse. Il explique que le seul but poursuivi dans la conclusion de cet accord « réside dans la nécessité de créer de nouvelles possibilités destinées à renforcer l’économie tunisienne et fournir du travail à une population d’une région aussi névralgique que celle du Sud »39. Il rassure, en précisant que la mission de la société bénéficiaire de l’accord, la TRAPSA, « se limite » au transport de pétrole, mais reste indépendante de l’exploitation. Les travaux de la construction du port de la Skhira, d’où serait acheminé le pétrole par bateau à partir du pipeline demandent un minimum de deux ans. Bourguiba prévient que « d’ici là aucune goutte de pétrole algérien ne passera par ce pipeline ». Il va plus loin en demandant à ses diplomates de discrètement relayer l’information selon laquelle si, à l’achèvement de ces travaux, la guerre d’Algérie se poursuit encore, la Tunisie pourra surseoir au passage du pétrole jusqu’à un règlement « acceptable » du problème algérien40. Bourguiba présente ainsi le pipeline comme un moyen de négociation futur pour la libération de l’Algérie et la souveraineté maghrébine.

  • 41 . AN-Pierrefitte, 5AGF/692, référence 9656/A, op. cit.
  • 42 . Ibid.

27Malgré les tentatives d’apaisement, Debaghine et Krim se rendent en Libye, puis au Maroc, afin d’examiner avec les responsables de ces deux pays, les moyens de faire pression sur le gouvernement tunisien. La crise diplomatique s’intensifie, alors que le 15 juillet 1958, un incident oppose à Tunis la police tunisienne au FLN. Le Service de documentation extérieure et de contre-espionnage français (SDECE) est informé que le corps des transmissions du FLN installé en Tunisie demande, « en raison de la tension tuniso-algérienne », l’attribution d’armes et de munitions supplémentaires. Le CCE du FLN donne alors l’ordre de « se tenir en état d’alerte jusqu’à nouvel ordre. »41 De leur côté les Tunisiens prennent également des mesures fermes notamment en refoulant des troupes de l’ALN dans le nord du pays puis en arrêtant deux chefs militaires et quinze hommes à la frontière algérienne42.

  • 43 . AN-Pierrefitte, 199900317/21_Dossier n° 2 : Frontières algéro-marocaines, Dépêche Le Monde, 2 sep (...)

28Cependant, malgré l’ampleur de la crise, Bourguiba ne recule pas et les travaux du pipeline commencent la même année. La visite du chef historique du FLN, Krim Belkacem, et de Abdelhafid Boussouf, membre du Conseil national de la Révolution algérienne (CNRA) à Tunis, permet la tenue d’une réunion entre les partenaires maghrébins pour trouver une solution au contentieux à la fin de l’été 195843. Les archives ne permettent pas de rendre compte des conversations ni des éventuelles garanties données par Tunis pour faire redescendre les tensions. Mais il faut souligner ici que l’enjeu de la crise est colossal pour l’ALN, qui dépend de la bienveillance de Habib Bourguiba pour son appui logistique dans la révolution algérienne. Au paroxysme de la crise, Bourguiba a ainsi bloqué l’approvisionnement des combattants de l’ALN stationnés en Tunisie. La stratégie d’apaisement est ainsi dans l’intérêt des deux parties.

  • 44 . El Moudjahid, « La Tunisie reconnait la République Algérienne », 19 septembre 1958.
  • 45 . AN Pierrefitte, 5AGF/692, Note du SDECE, Fiche de renseignement du 31 décembre 1959.
  • 46 . Archives Nationales d’Alger (ANA), Fonds GPRA-CNRA, Note sur le potentiel saharien, 1959.

29Bourguiba œuvre néanmoins pour trouver une solution au problème algérien tout en continuant à défendre les intérêts tunisiens. Il fut ainsi le premier dirigeant à reconnaître officiellement le GPRA à sa création en septembre 195844. Les archives du SDECE évoquent sa participation dès décembre 1959, à la mise en place de contacts entre représentants du FLN et de la France dans un château situé près de Tunis45. Alors que les premiers contacts avec la France et les prémices d’une négociation en vue de l’indépendance se dessinent, le GPRA est conscient de l’intérêt de laisser se mettre en place les bases d’un développement pétrolier en Algérie. En effet, le potentiel économique du Sahara est rapidement évalué : en janvier 1959, le GPRA se procure une note rédigée par les techniciens de l’OCRS et de la Direction des Carburants sur le potentiel pétrolier pour l’année 1960. La production du gisement d’Edjeleh est estimée à 1,7 millions de tonnes et celle de Hassi-Messaoud à 6,7 millions de tonnes, soit un total de 8,5 millions de tonnes pour la production saharienne sur l’année 196046. Aussi, pour El Moudjahid le contentieux franco-tunisien ne doit pas mettre en péril l’unité maghrébine :

  • 47 . ANOM-Aix, 81F966 : Note d’information du SDECE, « Le FLN et le pétrole Saharien » 25 Juillet 1958 (...)

« Edjeleh sera nord-africain après l’indépendance. L’exploitation du Sahara sera une entreprise fondamentalement maghrébine. L’Algérie libre, le Maroc et la Tunisie pourront, si leurs intérêts communs le commandent, proposer à la France de coopérer à cette entreprise47 ».

  • 48 . Cf. discours de Habib Bourguiba du 17 juillet 1961.
  • 49 . En 1961, le Sahara est au cœur des entretiens entre le GPRA et les négociateurs français. Lors de (...)

30Le projet algérien d’un « Sahara et son pétrole maghrébin » proposé dans le cadre de l’unité maghrébine, ne semble pas convaincre Tunis longtemps. Pour Bourguiba, la Tunisie a aussi le droit à sa part de désert pétrolier. Profitant des évènements de Bizerte, sous couvert de contestation de l’occupation française, Bourguiba tentera, en vain, d’occuper les gisements d’Edjeleh, revendiquera la borne 233 et un accès au Sahara (Camau, Geisser, 2004, p. 458-459 ; Connelly, 2002, p. 278)48. En tentant de mettre la main sur le pétrole saharien, la stratégie de Bourguiba présentée lors du discours du 17 juillet 1961, montrera ses limites face aux intérêts du FLN algérien49.

31Long de 800 km, dont 530 km en territoire tunisien, les travaux du pipeline se terminent en 1960. Il commence à fonctionner à pleine capacité à partir du mois d’avril 1961, à la veille du discours de Habib Bourguiba sur la reconnaissance du Sahara algérien (Grosse, 1963, p. 110). En signant l’accord permettant de relier le gisement d’Edjeleh au port de la Skhira, Bourguiba trouve l’occasion d’affirmer un peu plus sa souveraineté territoriale face à la France après la crise du bombardement de Sakiet Sidi Youssef. Présenté comme une concession de la part de Bourguiba aux Français, le pipeline semble l’outil qui permet à Bourguiba de lancer les négociations pour le départ des troupes françaises. L’oléoduc permet également de trouver des solutions aux problèmes économiques, notamment grâce aux redevances perçues par l’État tunisien. En acceptant de devenir le corridor du transport énergétique européen, la Tunisie s’est dotée d’un puissant outil de négociation pour consolider son indépendance. En effet, Bourguiba utilise le pipeline une fois mis en service en 1961, mais cette fois-ci pour manœuvrer face à la France. Lors de la crise de Bizerte en juillet 1961, Bourguiba bloque le port pétrolier de la Skhira, rend l’oléoduc inutilisable et prend en otage le pétrole français. La sécurité de l’approvisionnement pétrolier français est mise en péril, donnant raison à Robert Lacoste qui, quelques années plus tôt, avertissait des risques d’un tracé non-algérien (Cantoni, 2017, p. 194).

  • 50 . AN-Pierrefitte 199900317/21_Dossier n°3, Lettres 18 Février et du 9 Mai 1956 de Jean Blancard au (...)

32Cependant, Habib Bourguiba avait-il réellement le choix de refuser la construction du pipeline ? Deux ans plus tôt, pendant le réexamen des accords franco-tunisiens en juin 1956, le Directeur des carburants du ministère de l’industrie Jean Blancard, demande au gouvernement français d’inscrire dans les accords franco-tunisiens, « une clause garantissant l’acceptation par la Tunisie du transit par pipeline sur le territoire tunisien du pétrole éventuellement produit au Sahara »50. Selon lui, il est normal de demander à la Tunisie des facilités de transit « sans contrepartie de redevances ou royalties » analogues à celles qui sont en vigueur dans les pays du Moyen-Orient. Les sources dépouillées ne permettent pas de savoir si cette clause a été soumise et signée par le gouvernement de Bourguiba, puis annulée. Néanmoins, la Tunisie percevait 5 % du débit d’hydrocarbures traversant son territoire en 1961, soit 1,5 milliard de francs pour 7 millions de tonnes (Fosset, 1962, p. 293).

33En attendant l’indépendance de l’Algérie et la mise en place d’un éventuel projet maghrébin, la totalité du pétrole brut est évacuée par la TRAPSA et quitte le territoire tunisien. La Tunisie, quant à elle, fait face à ses besoins en produits pétroliers par l’importation, faute de disposer d’une usine de raffinage. En effet, le pétrole d’Edjeleh n’est pas distribué à la population tunisienne car l’infrastructure reste un projet néocolonial de la France. Entre 1956, date de l’indépendance, et 1961, date de la restitution de la base militaire de Bizerte, la France et la Tunisie sont toujours dans un rapport de force colonial. L’affaire du pipeline Edjeleh-Gabès illustre bien que si la Tunisie est politiquement indépendante, elle reste exposée aux risques néocoloniaux. Tunis s’attache à rééquilibrer ses relations avec Paris, mais également à fonder une diplomatie ouverte sur le reste du monde (Chneguir, 2004, p. 310). Ce n’est qu’à la suite de la signature de l’accord du 10 juin 1960 avec l’ENI de Mattéi en Italie, permettant la construction d’une usine de raffinage sur le territoire tunisien et l’exploration de pétrole dans le sud du pays, que la Tunisie s’assure d’une indépendance énergétique face à la France.

  • 51 . Les Majors sont les principales sociétés pétrolières qui dominent l’industrie pétrolière et gaziè (...)
  • 52 . El Moudjahid, 22 juillet 1958.

34Dans le même temps, l’accord pour la construction du pipeline Edjeleh-Gabès reste un échec diplomatique du FLN et un message clair envoyé par le gouvernement français au FLN, à ses soutiens politiques internationaux, et peut-être plus encore aux Majors de l’industrie pétrolière51. Afin d’attirer les compagnies étrangères à investir au Sahara algérien, la France doit convaincre les puissances occidentales de l’intérêt de conserver une emprise impérialiste sur le Sahara algérien. Le succès du gouvernement français à produire et acheminer le pétrole saharien est une invitation aux compagnies pétrolières anglo-saxonnes à s’associer à la puissance coloniale française et à déstabiliser les processus de décolonisation. Le FLN voulait à l’inverse démontrer que sans l’indépendance algérienne, aucune exploitation pétrolière n’est possible. Pour le journal de la révolution algérienne, El Moudjahid, les motivations de la Tunisie sont compréhensibles car « liées au réalisme et aux besoins économiques »52. Cependant, pour les leaders algériens, Rabat et Tunis sont considérés comme des régimes néocoloniaux, et ils ont la certitude que Bourguiba ne peut aller à l’encontre de De Gaulle (Byrne, 2016 ; Belaid, 2017 ; Ghozali, 2009). Finalement, le pipeline rend immédiatement disponible le pétrole saharien en dépit de la guerre, pour devenir le « pétrole français » si cher aux dirigeants français (Sassi, 2006). Enfin, la construction du pipeline en pleines négociations sur la souveraineté du Sahara avec les nationalistes algériens, permet également à la France de rappeler qu’elle contrôle le territoire saharien.

Source : ANOM-Aix_81F126 EURAFRIGAS.

Haut de page

Bibliographie

Source : AHTotal /CFP, 90.4/180, « Projet des trois tracés de pipeline pour sortir le pétrole d’Edjeleh », 10/02/1958.

Ageron Charles-Robert, 1989, « L’Algérie, dernière chance de la puissance française. Étude d’un mythe politique (1954-1962) », Relations Internationales, n°57.

Arezki Saphia, 2014, De l’Armée de Libération Nationale (ALN) à l’Armée Nationale Populaire (ANP) : les officiers algériens dans la construction de l’armée (1954-1991), Thèse de doctorat d’histoire contemporaine sous la direction de Pierre Vermeren, soutenue le 20 octobre 2014, Université Paris 1
Panthéon-Sorbonne.

Badel Laurence et Jeannesson Stanislas, 2014, « Introduction. Une histoire globale de la diplomatie ? », Monde(s), vol. 5, no. 1, p. 6-26.

Badel Laurence, 2009, « Introduction », Les cahiers Irice, vol. 3, no. 1, p. 5-19.

Bat Jean-Pierre, 2006, « Les « archives Foccart » aux Archives nationales », Afrique & histoire, vol. 5, no. 1, p. 189-201.

Bat Jean Pierre, 2012, Le syndrome Foccart : la politique française en Afrique, de 1959 à nos jours, Paris, Folio Histoire.

Bat Jean-Pierre, 2017, La fabrique des « Barbouzes » : histoire des réseaux Foccart en Afrique, Paris, Chronos.

Belaïd Abdesselam, 2017, Chroniques et réflexions inédites, Dar Khettab.

Ben Hamouda Houda, 2010, « Le rôle de la France envers le Maghreb au sein de la Communauté européenne (1963-1969) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 99, no. 3, p. 90-97.

Boilley Pierre, 1995, « OCRS/Royaume Sanussi de Libye : deux tentatives pour durer ? », in L’ère des décolonisations, Charles-Robert Ageron et Marc Michel (dir.), Paris, Karthala, p. 359-368.

Britisch Jacques, 1956, Perspectives sahariennes, Paris, Lavauzelle.

Byrne Jeffrey, 2016, Mecca of Revolution: Algeria, Decolonization, and the Third World Order, Oxford, Oxford University Press.

Calendri Elena, 1997, Il Mediterraneo e la difesa dell’Occidente, 1947-1956, Florence, Manet.

Camau Michel et Geisser Vincent (dir.), 2004, Habib Bourguiba : la trace et l’héritage, Paris, Khartala.

Cantoni Roberto, 2017, Oil Exploration, Diplomacy, and Security in the Early Cold War: The Enemy Underground, Routledge Studies in Modern European History.

Chneguir Abdelaziz, 2004, La politique extérieure de la Tunisie : 1956-1987, Préface de Robert Frank, Paris, L’ Harmattan.

Chouikha Larbi et Gobe Éric (dir.), 2015, Histoire de la Tunisie depuis l’indépendance, Paris, La Découverte.

Connelly Matthew, 2002, A Diplomatic Revolution: Algeria’s Fight for Independence and the Origins of the Post-Cold War Era, Oxford, Oxford University Press.

Coutau-Begarie Hervé, 1994, « Comment on conduit une coalition la France et la Grande-Bretagne dans l’affaire de Suez », Histoire, économie et société, 13e année, n°1, La France et la Grande-Bretagne devant les crises internationales, p. 101-110.

Davis Haleh Muriam, 2015, Producing Eurafrica: Development, Agriculture and Race in Algeria, 1958-1965, Frederick Cooper (dir.), New York, New York University.

Djiar Hachemi, 2005, Le Congrès de la Soummam : Grandeur Et Servitude D’un Acte Fondateur, Alger, Édition ANEP.

Drame Papa et Saul Samir, 2004, « Le projet d’Eurafrique en France (1946-1960) : une quête de puissance ou atavisme colonial », Guerre mondiales et conflits contemporains, n°216, p. 95-114.

El Machat Samya, 2000, La crise de Bizerte 1960-1962, Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 87, n°328-329, 2e semestre.

Fosset Robert, 1962, « Pétrole et gaz naturel au Sahara », Annales de Géographie, t. 71, no. 385.

Frank Robert, 2013, « Pour une histoire des relations internationales ou vers une histoire globale ? », entretien avec T. GomartRevue des deux mondes.

Garavini Guiuliano, 2012, After empires : European Integration, Decolonization, and the Challenge from the Global South 1957-1986, traduit par Richard R. Nybakken, Oxford, Oxford University Press.

Ghozali Sid Ahmed, 2009, Question d’État, Alger, éditions Casbah.

Gilbert Meynier, 2002, Histoire intérieure du FLN. 1954-1962, Paris, Fayard.

Grimaud Nicole, 1995a, La Tunisie à la recherche de sa sécurité, Perspectives internationales, Paris, PUF.

Grimaud Nicole, 1995b, « La spécificité tunisienne en question », Politique étrangère, no. 2.

Grosse Michel, 1963, « Questions pétrolières en Tunisie », Annales de Géographie, t. 72, n°389.

Harbi Mohammed, 1980, Le FLN, mirage et réalité des origines à la prise du pouvoir (1945-1962), Paris, Éditions Jeune Afrique.

Harbi Mohammed, 1981, Les Archives de la révolution algérienne, Paris, Éditions Jeune Afrique.

Heikal Mohamed, 1988, Cutting the lion’s tail: Suez through Egyptian eyes, Londres, Corgi.

Jonchay Yvan, 1957, « L’infrastructure de départ du Sahara et de l’Organisation Commune des Régions Sahariennes (O.C.R.S.) », Revue de géographie de Lyon, vol. 32, no. 4, p. 277-292.

Julien Charles-André, 1976, Un épisode de la lutte pour l’indépendance tunisienne: l’affrontement de Bourguiba et de Salah Ben Youssef, Revue Les Temps modernes.

Kuroda Tomoya, 2012, « Projets régionaux et position française en Afrique du nord, analyse croisée des projets euro-méditerranéens et euro-africains, 1955-1958 », in Houda Ben Hamouda et Mathieu Bouchard (dir.), La construction d’un espace euro-méditerranéen, Genèses, mythes et perspectives, Bruxelles, Peter Lang, p. 33-42.

Maurel Chloé, 2013,« Introduction : Pourquoi l’histoire globale ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 121, p. 13-19.

Meynier Gilbert, 1990, « Les Algériens vus par le pouvoir égyptien pendant la guerre d’Algérie d’après les mémoires de Fathi al Dib », Cahiers de la Méditerranée, n°41, 1, États et pouvoirs en Méditerranée (XVIe-XXe siècles). Mélanges offerts à André Nouschi, Tome I, p. 89-127.

Monjour Mélina, 2012, Le pétrole et les intérêts français en Libye de 1955-1980, Mémoire de recherches en Histoire Contemporaine, sous la direction d’Alain Beltran, Université Paris-Sorbonne.

Mourlane Stéphane, 2012, « Actions culturelles et coopération méditerranéenne : le projet italien d’Eurafrica au début des années 1950 », in : Houda Ben Hamouda et Mathieu Bouchard (dir.), La construction d’un espace euro-méditerranéen, Genèses, mythes et perspectives, Bruxelles, Peter Lang, p. 23-32.

Mullet Karis, 2005, « Reconfigurer l’Eurafrique », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no. 77, p. 52-60.

Musso Marta, 2016, Towards an independent European energy policy: The oil industry in the aftermath of the Algerian War (1956-1971), Phd Dissertation, Newnham College, September.

Nouschi André, 2013, « De Gaulle et la fin de la guerre d’Algérie », Guerres mondiales et conflits contemporains, 3 , n° 251, p. 163-170.

Romo-Navarrete Maria, 2002, Un face-à-face franco-libyen : du Fezzan français à la ratification du traité d’amitié (1951-1957), Outre-mers, tome 89, n°336-337.

Sassi Mohammed, 2016, Compagnie Française des Pétroles and its contribution to the re-establishment of France’s positions among the oil countries after the Business History Conference, 2006.

Saul Samir, 2006, « Politique nationale du pétrole, sociétés nationales et « pétrole franc », Revue historique, vol. 638, no. 2, p. 355-388.

Saul Samir, 2016, Intérêts économiques français et décolonisation de l’Afrique du Nord (1945-1962), Droz, Genève.

Tertrais Hugues, 2015, « Introduction. Trente ans d’histoire des relations internationales, remises en cause et perspectives », Les cahiers Irice, vol. 14, no. 2, p. 13-24.

Valette Jacques, 2009, « Le bombardement de Sakiet Sidi Youssef en 1958 et la complexité de la guerre d’Algérie », Guerres mondiales et conflits contemporains, vol. 233, no. 1, p. 37-52. 

Vermeren Pierre, 2002, Histoire du Maroc depuis l’indépendance, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 . Les capitaux de la Compagnie de recherches et d’études pétrolières au Sahara (CREPS) sont détenus à 65% par la France et à 35% par la Shell.

2 . Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM-Aix), 81 F 1021, Note du SDECE, « La Conférence de l’unité maghrébine (Tanger, 27-30 avril 1958) », 2 mai 1958.

3 . Aux Archives Nationales d’Algérie (ANA), les Archives de la Guerre de Libération, le fond GPRA- CNRA (1958-1962) ; aux Archives Nationales de Tunisie (ANT), le Versement du Ministère des affaires étrangères (1956-1986) ; aux Archives Nationales de France (AN-Pierrefitte), les archives du Secrétariat général pour les Affaires africaines et malgaches et la Communauté et les Papiers « Foccart » (1958-1974), le fond de la Présidence général De Gaulle (1940-1970), le fond du Secrétariat général – Direction des Hydrocarbures (1918-1987); aux Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM-Aix), le fond du ministère d’État chargé des affaires algériennes (1954-1964) ; au Service Historique de la Défense (SHD) de Vincennes, la Série 1H du 2e bureau d’État-major interarmées et la Série 10 T de l’État-Major de l’armée de Terre et organismes rattachés, Algérie (1945-1967) ; et pour finir aux Archives Historiques de Total à La Défense, le fond de la Compagnie Française des Pétroles (AHTotal / CFP) ; De nombreuses demandes de dérogations déposées en 2015 aux archives Nationales françaises sont restées jusqu’à ce jour sans réponse. Cette étude a bénéficié d’une dé-classification de certaines pièces du fonds Foccart et de la récente ouverture des Archives Nationales Tunisiennes au lendemain de la révolution de 2011.

4 . Archives Nationales de France (AN-Pierrefitte), les archives du Secrétariat général pour les Affaires africaines et malgaches et la Communauté et les Papiers « Foccart » (1858-1974), le fond de la Présidence général De Gaulle (1940-1970).

5 . Fourniture d’armes à l’ALN, dons aux réfugiés algériens en Tunisie et au Maroc, formation des officiers et des combattants, de jeunes Algériennes pour être infirmières, accueil du FLN, du CCE puis du GPRA au Caire, subventions aux responsables extérieurs du FLN, etc.

6 . L’Italie qui cherche à redorer sa politique étrangère ne souhaite pas abandonner « ses intérêts naturels en méditerranée ». L’ENI de Mattei sera l’un des principaux acteurs de l’orientation méditerranéenne de l’Italie.

7 . « L’idée semble remontrer à la fin du 19e siècle et rencontre un écho au cours de l’entre deux-guerres où elle est relayée notamment par le diplomate autrichien Richard Coudenhove-Kalergi. Cette idée qu’il existe, entre deux continents, un lien qu’il convient de maintenir et de resserrer, se développe aussi en France au cours de la même période », in Mourlane, Stéphane, op.cit., p. 13.

8 . Maurice Lemaire est alors ancien secrétaire d’État à l’industrie et au commerce sous le gouvernement Guy Mollet ; ANOM-Aix, 81F/126, Document sur l’Eurafrigas de l’Association nationale pour la défense et le développement du Sahara Français, non daté ; Voir Carte en Annexe.

9 . Ibid.

10 . ANOM-AIX, 81F/126, Mémorandum préparé par Maurice Lemaire, président de la sous-commission, sur le Gaz Naturel du Nord-Sahara, le 21 août 1958 ; ANOM-Aix, 81F/126, Proposition de recommandation relative à l’adduction en Europe des importantes ressources en Gaz naturel et du Nord-Sahara présentée par Maurice Lemaire, 30 Avril 1958.

11 . Le FLN rejettera, l’autorité administrative de l’Organisation Commune des Régions Sahariennes (OCRS) crée en 1957.

12 . ANOM-Aix, 81F/2069 : « Le Sahara Français », Notes et Etudes documentaires n°2.379, Présidence du Conseil, 31 Janvier 1958.

13 . Fort-Saint (borne 220) est situé à la jonction des frontières tunisienne, libyenne et algérienne.

14 . ANOM-Aix, 81F/966 : « Compte rendu de la séance du 14 mai 1957 sur l’étude du programme de l’infrastructure à réaliser dans la région comprise entre Edjele et Ghadames pour assurer à la fois le contrôle de la frontière libyenne et la sécurité du tracé du pipe-line évacuant le pétrole vers la côte méditerranéenne », Paris 8 juin 1957.

15 . Service Historique de la Défense (SHD), Série 1H1761, Tableaux implantation militaire FLN sur les territoires tunisiens et libyens, 10/09/1958.

16 . SHD, Série 1H2009, Courrier de Robert Lacoste du 7 décembre 1957.

17 . AN-Pierrefitte, Secrétariat général (direction des Hydrocarbures), 19900317/21_Dossier 3 Frontières algéro-libyennes, Note du 16 novembre 1956 : « il ne faut pas abandonner les négociations pour assurer l’évacuation d’Edjele [sic] ».

18 . AN-Pierrefitte199900317/21_Dossier 3, d’après l’Associated Press « La Libye accorderait un permis de recherche de pétrole à la France si celle-ci retirait ses troupes du Fezzan », L’information, 17-18 Juin 1956.

19 . ANOM-Aix, 81F/966, Note du SDECE, « Le FLN et le pétrole Saharien », 25 juillet 1958.

20 . AN-Pierrefitte, 199900317/21_Dossier 2 Frontières algéro-marocaines, Note de Maurice Lemaire du 21 mai 1957.

21 . SHD, Série 1H2009, Note sur la sécurisation des infrastructures pétrolières dans le département des Oasis, 1957.

22 . AN Pierrefitte, 5AGF/692, Note du SDECE n°9.604, 23 juillet 1958.

23 . Les zones montagneuses trans-frontalières de la Tunisie comme du Maroc sont des axes importants de transit et d’importations d’armes et de munitions de l’ALN sur le territoire algérien. AN-Pierrefitte, 199900317/20_Dossier n°2, Carte «Les Grandes voies d’approvisionnements en armes des rebelles», Le Monde, 26 avril 1957.

24 . Bibliothèque Archives Total, Petroleum Press Service, août 1958.

25 . Sur les revendications frontalières voir : Discours de Bourguiba : Les frontières et le Sahara, Tunis, le 5 février 1959.

26 . El Moudjahid, « Chantage sur le pétrole », 4 juillet 1958.

27 . Le CCE, direction collégiale du FLN, est créé lors du Congrès de la Soummam le 20 août 1956. Il est composé au départ de cinq membres (Abbane, Krim, Ben M’Hidi, Ben Khedda, Dahlab), élargi à neuf en août 1957. Il est le premier organe exécutif de la révolution algérienne puis remplacé par le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (GPRA), proclamé le 19 septembre 1958.

28 . ANT-Tunisie, Versement 78/2009, Boite 13, Algérie-Tunisie, Note du CCE au gouvernement Tunisien ; Voir aussi El Moudjahid, 22 juillet 1958 ; AHTOTAL/CFP, 90.4/180, Dépêche AFP, « Mémorandum du FLN au Président Bourguiba », 25 juillet 1958 ;

29 . Ibid.

30 . AN Pierrefitte, 5AGF/692, référence 9536/A, « Note confidentielle de Méo à l’attention de Foccart », 21 juillet 1958.

31 . Ibid. ; El Moudjahid, n°22, « Défense du Sahara », avril 1958 ; En plein conflit algérien, la conférence réunit des représentants de l’Istiqlāl (Maroc), du Néo-Destour (Tunisie) et du Front de libération nationale (Algérie). Le Maroc et la Tunisie font notamment pression sur la France pour régler au plus vite la question algérienne.

32 . ANT-Tunisie, Versement 78/2009, Boite 13, Algerie-Tuisie, Télégramme de l’Ambassade de Tunisie en Libye au Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères, « Rencontre avec le Premier Ministre Libyen », 17 aout 1958 (source en arabe, traduction en français de l’auteur).

33 . AN Pierrefitte, 5AGF/692, référence 9.604, Note du SDECE, 23 juillet 1958.

34 . Ibid.

35 . Ibid.

36 . AN-Pierrefitte, 5AGF/692, référence 9687/A, « L’évolution du différent Tuniso-algérien dans l’affaire du pipe Edjele », 24 juillet 1958 ; ANT-Tunisie, Versement 78/2009, Boite 13, Algérie-Tunisie, Télégramme de l’ambassade de Tunisie au Caire, 24 juillet 1958 (traduction de l’arabe au français de l’auteure)

37 . AN-Pierrefitte, 5AGF/692, Note du SDECE, référence 9656/A, « Tensions entre le FLN et les Tunisiens à propos du pipeline Edjele-Gabès », 25 juillet 1958 ; AHTOTAL/CFP, 90.4/180, Dépêche AFP, « Le pipeline d’Edjeleh aboutira-t-il en Tunisie ? », 25 juillet 1958.

38 . Ibid.

39 . ANT-Tunisie, Versement 78/2009, Boite 13, Algérie-Tunisie, Télégramme de l’Ambassade de Tunisie en Libye au Secrétaire d’État aux affaires étrangères, « Rencontre avec le Premier Ministre libyen », 17 août 1958, (source en arabe, traduction en français de l’auteure).

40 . AN-Pierrefitte, 5AGF/692, Note du SDECE, référence 9656/A, op. cit. ; ANT-Tunisie, Versement 78/2009, Boite 13, Algérie-Tunisie, Télégramme, « Résumé de l’entretien entre le chargé d’affaires de l’ambassade de Tunisie au Caire et le responsable du FLN sur l’accord conclu entre le gouvernement tunisien et une société française concernant le pipeline qui doit passer par la Tunisie », 17 juillet 1958, (source en arabe, traduction en français de l’auteure).

41 . AN-Pierrefitte, 5AGF/692, référence 9656/A, op. cit.

42 . Ibid.

43 . AN-Pierrefitte, 199900317/21_Dossier n° 2 : Frontières algéro-marocaines, Dépêche Le Monde, 2 septembre1958. Abdelhafid Boussouf sera nommé en septembre 1958, ministre des Liaisons générales et des Communications dans le gouvernement provisoire de la République algérienne. Krim Belkacem sera le premier ministre de la Guerre et premier vice-président du GPRA.

44 . El Moudjahid, « La Tunisie reconnait la République Algérienne », 19 septembre 1958.

45 . AN Pierrefitte, 5AGF/692, Note du SDECE, Fiche de renseignement du 31 décembre 1959.

46 . Archives Nationales d’Alger (ANA), Fonds GPRA-CNRA, Note sur le potentiel saharien, 1959.

47 . ANOM-Aix, 81F966 : Note d’information du SDECE, « Le FLN et le pétrole Saharien » 25 Juillet 1958 ; El Moudjahid du 4 juillet 1958.

48 . Cf. discours de Habib Bourguiba du 17 juillet 1961.

49 . En 1961, le Sahara est au cœur des entretiens entre le GPRA et les négociateurs français. Lors des entretiens de Rambouillet de Février 1961, Bourguiba ordonne l’envoi des troupes au sud du pays pour planter un drapeau tunisien au niveau de la borne 233, non loin du gisement d’Edjeleh.

50 . AN-Pierrefitte 199900317/21_Dossier n°3, Lettres 18 Février et du 9 Mai 1956 de Jean Blancard au Cabinet du ministre Affaires Étrangères.

51 . Les Majors sont les principales sociétés pétrolières qui dominent l’industrie pétrolière et gazière mondiale.

52 . El Moudjahid, 22 juillet 1958.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Source : AN-Pierrefitte, 199900317/21, Oil and Gas Journal, 21/10/1957.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/3647/img-1.png
Fichier image/png, 654k
Légende Source : AHTotal /CFP, 90.4/180, « Projet des trois tracés de pipeline pour sortir le pétrole d’Edjeleh », 10/02/1958, (le 4e tracé ajouté par l’auteure).
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/3647/img-2.png
Fichier image/png, 443k
Légende Source : ANOM-Aix, 81F126, Le projet du tracé libyen, La Vie d’Outre-Mer, 29/11/1957.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/3647/img-3.png
Fichier image/png, 480k
Légende Source : ANOM-Aix_81F126 EURAFRIGAS.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/3647/img-4.png
Fichier image/png, 33k
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/3647/img-5.png
Fichier image/png, 515k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Adjel-Debbich, « La crise de l’oléoduc Edjeleh-Gabès : Au cœur des enjeux de souveraineté du Maghreb (1954-1962)  », L’Année du Maghreb, 18 | 2018, 129-148.

Référence électronique

Sarah Adjel-Debbich, « La crise de l’oléoduc Edjeleh-Gabès : Au cœur des enjeux de souveraineté du Maghreb (1954-1962)  », L’Année du Maghreb [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3647 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3647

Haut de page

Auteur

Sarah Adjel-Debbich

Doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Pierre Vermeren UMR8138 Sirice, Visiting Researcher Georgetown University et doctorante associée à l’IRMC.

Haut de page