Navigation – Plan du site

Dossier de recherche 22 | 2020-I : Citoyennetés au Maghreb. Les perspectives de la longue durée

Sami Bargaoui et Isabelle Grangaud

Ce projet de dossier pour L’Année du Maghreb entreprend d’interroger les différentes formes et les modes contextualisés d’affirmation, de revendication, d’exercice ou de dénégation des droits de citoyenneté dans une perspective pluridisciplinaire attentive à en inscrire les constructions dans la longue durée.

Selon une opinion communément partagée, la citoyenneté recouvrirait un statut stable (acquis le plus souvent par la naissance) reconnu à tout ressortissant d’une communauté nationale qui en garantirait la participation politique dans ce cadre. Selon cette conception, égalité, droit de vote, État seraient ainsi les trois principaux attributs indubitablement attachés à la citoyenneté vis-à-vis de laquelle la démocratie moderne, espace d’expression la plus nette de son efficience, s’érigerait en synonyme et/ou en préalable. Cette acception leste toute référence à la citoyenneté d’une série de critères qui l’inscrivent dans une généalogie courte, schématiquement ouverte par la Révolution française, et l’arraisonnent à des horizons construits en articulation à cette dernière, liés à l’émergence de sujets de droit ; par référence à des espaces politiques nationaux ; et qui font des États-nation les instances uniques d’attribution du statut – et des droits – de citoyen. C’est bien en effet par référence à un tel modèle de construction, d’expression et de revendication de la citoyenneté, que les travaux de sciences sociales sur le Maghreb ont abordé globalement la question des droits de l’appartenance (Salhi, 2010 ; Hénia, 2015).

L’adoption d’un tel cadre d’analyse présente pourtant de nombreuses limites et apories dont une en particulier n’est pas la moindre, celle liée au statut d’exceptionnalité accordé de cette façon aux sociétés contemporaines qui, elles seules, auraient attribué aux droits la capacité de fonder les rapports sociaux et politiques. L’exclusion d’autres genèses de la citoyenneté prive celle-ci de généalogies susceptibles d’en inscrire les formalisations dans la longue durée. Pire, elle recompose le passé en ce qu’elle présuppose le formatage des communautés politiques pré-contemporaines au travers d’une grille de lecture essentiellement évolutionniste. Résultat d’une mutation des liens primordiaux en liens civiques à portée nationale (Gellner, 1989) ou aboutissement d’une construction « imaginaire » fondée sur le délitement de ces mêmes liens (Anderson, 1996), le berceau de la citoyenneté au Maghreb est dans tous les cas identifié à un passage crucial marqué par l’émancipation des identités dites tour à tour tribales, ethniques ou traditionnelles au profit de l’émergence de l’affirmation des droits de l’appartenance fondés et garantis par les instances étatiques (Mezghani, 2013 ; Ben Achour, 2015). Ainsi, non seulement la citoyenneté serait le lot exclusif de la « modernité » mais l’avant qui lui précèderait se caractériserait essentiellement par des formes solidaires et fixistes d’organisation forgées par la prégnance des liens primordiaux, que ne perturberaient pas des formations étatiques encore trop sommaires pour proposer ou imposer les dynamiques propres aux expressions civiques des droits de l’appartenance.

Sous l’angle de la citoyenneté, le « grand partage» entre « nous » et ces « autres » du temps passé résulte en fait davantage d’une reconstruction a posteriori que de l’observation empirique. En effet, les historiens des sociétés d’« ancien régime » (pour pré-Tanzimat en particulier : Christin, 2008 ; Salzmann, 1995) ont mis en perspective quelle étroite articulation existait entre (revendications, affirmations, exercices des) droits d’accès aux ressources locales et (revendications, affirmations, exercices d’) insertion dans un lieu donné, les uns performant les autres et inversement. Ils l’ont fait en montrant, en particulier, combien l’inégale répartition de ces droits était un puissant facteur de stratifications sociales, c’est-à-dire aussi de disputes et de rapports de force – et ce aussi bien en Europe (Herzog 2003 et 2014 ; Cerutti, 2012, Somers, 1994 ; Menzinguer, 2017) qu’au Maghreb (García-Arenal, 1987 ; Sebti, 1986 et 1991 ; Bargaoui 2008 ; pour une perspective comparative entre nord et sud de la Méditerranée, Bargaoui, Cerutti et Grangaud, 2015). De telles dynamiques étaient d’autant plus effectives dans ces sociétés que celles-ci étaient caractérisées par la coexistence d’une pluralité de juridictions et d’instances d’attribution de droits ; celles de l’État n’en constituaient qu’une partie. Ces travaux obligent à relire des catégories historiques (baldî, barrânî, jama’a, mzâbî, jerbî, hanafî, kulughlî, shurfâ, taifa, hûma, etc…) jusqu’ici renvoyées au spectre des identités ou de la tradition, en des termes attentifs aux enjeux des droits de l’appartenance (Isin, 2011 ; Bargaoui, 2008 ; Grangaud, 2010 et 2015). Dans le même temps, plus largement, ils réorientent la problématique de la citoyenneté : ils en renouvellent l’approche, la complexifiant, la banalisant (Camau, 1996) et la décorsetant de la série d’attributs qui n’en faisait qu’un langage et un enjeu essentiellement contemporains. La perspective de la longue durée permet en effet d’interroger l’articulation entre les formes plurielles et reconnues d’adhésion à (d’insertion dans) un lieu et l’accès inégal à la jouissance de droits attachés à ce lieu.

Les termes de ce dossier dans L’Année du Maghreb, en cherchant à mettre en relief la variété des expressions citoyennes, sans les inférer nécessairement à l’espace national (en en privilégiant les formes localisées) ni les limiter à un référent strictement formel et statutaire (en en saisissant, dans les pratiques mêmes, les modes d’affirmation), bousculent les prérequis habituels d’un tel questionnement. Critiques d’une conception restrictive de la notion de « citoyenneté », ils font écho à un mouvement grandissant ces dernières années visant à « dénaturaliser » la notion stable et formelle de « citoyenneté ». Ainsi, un certain nombre de travaux d’anthropologie et de sociologie ont mis en perspective la nécessité de considérer les dimensions supranationales de la citoyenneté aujourd’hui (Maas, 2013) ou encore d’approcher, la reconnaissance, la vitalité et la performativité des citoyennetés locales (Jacob et Le Meur, 2010 ; Lund et Hahonou, 2014), à travers des articulations plus ou moins heurtées avec les citoyennetés nationales. Ces perspectives, en rupture avec une longue tradition des sciences sociales faisant du décalque entre « citoyenneté » et « nationalité » une association pacifique et naturelle, ont plus largement mis en perspective le caractère instable des droits de citoyenneté associé à la part intrinsèque des luttes dont ils font l’objet (Clarke et al., 2014 ; Holston, 2008 ; Neveu, 2004 ; Savina, 2012). Comme l’ont montré ces recherches, de telles luttes s’avèrent observables sur un nombre de terrains bien plus vastes (telles ceux des droits à la ville ; des droits au travail…) que celui sur lequel les avait cantonné leur identification avec les seuls droits politiques. Cela invite à considérer la part grandissante des mouvements locaux en différents points du Maghreb dans des termes autres que ceux du localisme (ou du tribalisme) : en y scrutant la réalité (ou pas) des manifestations de la revendication de droits de citoyenneté, les régimes de légitimité mobilisés, les tensions éventuelles liées aux frottements entre des droits aux portées divergentes, et les sphères d’appartenance que ses revendications dessinent. Le fait d’insister sur la dimension localisée de la saisie de ces citoyennetés ne doit pas être pour autant lu comme le choix de travailler « à côté » ou à la périphérie de l’État, comme ce à quoi souvent on associe le local. L’enjeu est inverse : il entend saisir le poids des formes citoyennes localement affirmées, dans la construction de la légitimité des revendications de droits. De cette façon, il s’agit d’interroger la centralité des constructions situées des droits de citoyenneté. Cette perspective entend dépasser les apories d’un débat visant à interroger qui de la tribu ou de l’État s’impose ou est légitime, pour analyser de façon circonstanciée l’articulation entre l’usage de ces référents, les formes d’inscription locale et la construction circonstanciée des droits citoyens (Ben Hounet, 2007 et 2009 ; Berriane, 2015 ; Hachmaoui, 2012 et 2013 ; MacDougall et Parks, 2013). Ainsi, il s’agit de prendre au sérieux les processus y compris les plus ordinaires, à travers lesquels les droits de citoyenneté se voient affirmés, revendiqués ou exercés dans une variété de situations et d’époques.

L’accent porté sur les droits permet de décliner un questionnement qui peut s’articuler autour de trois larges dimensions ou axes à partir desquels aborder les processus liés aux citoyennetés : I. La variété des supports de légitimation et de reconnaissance de ces droits par lesquels se trouve affirmée la citoyenneté : les pratiques (résider, occuper des sols, des offices et des positions, faire famille, transmettre…) dont l’exercice en lui-même constitue la preuve de l’insertion dans un lieu ; ou encore les multiples instances d’attribution de droits de citoyenneté qui peuvent être sollicités (juridictions, voisinages, corps, institutions caritatives). II. Le poids, à l’échelle d’un espace social, des inégalités dérivées d’un accès différentiel à ces droits (que mettent en lumière conditions, statuts, privilèges), les conflits que ces inégalités génèrent ainsi que les mobilisations individuelles ou collectives autour de ces batailles. III. Enfin la nature et les usages des objets et des ressources à partir des droits sur lesquelles se formalisent conditions d’ayant-droits, rivalités de droits mais aussi obligations (propriété meuble ou immeuble, offices, emplois, rentes (pétrolières, minières etc.)... Ainsi, nous privilégions un spectre large d’interrogations pour aborder la question des citoyennetés au Maghreb. Dans tous les cas les analyses sont portées avec le souci de nourrir les conditions d’un dialogue visant à dégager des perspectives transversales à l’espace et au temps ; un dialogue qui sera mené à partir de la restitution d’enquêtes sur des terrains et des situations les plus précisément contextualisés.

Calendrier

Date limite de soumission des résumés : 15 novembre 2018. Les résumés devront faire 350 mots environ. Merci d’utiliser ce lien.
Sélection des propositions : avant le 30 novembre 2018.
Date limite d'arrivée des textes avant évaluation : 1er juin 2019.
Date limite de retour des textes à publier : 15 novembre 2019.
Édition du volume : juin 2020.

Soumettre un article

Bibliographie

Benedict Anderson (1996), L'imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, La Découverte

Sami Bargaoui (2008), « Le baldî, entre histoire et droit », Itinéraire d’un historien et d’une historiographie. Mélanges offerts au Professeur Mohammed Hédi Chérif, Tunis, Centre de publication universitaire, pp. 105-124.

Sami Bargaoui, Simona Cerutti et Isabelle Grangaud dir. (2017), Appartenance locale et propriété au nord et au sud de la Méditerranée, Livres de l’IREMAM.

Yadh Ben Achour (2015), Interview accordée au journal en ligne Swissinfo le 14 mai 2015.

Yazid Ben Hounet (2007), « Des tribus en Algérie ? À propos de la déstructuration tribale durant la période coloniale », Cahiers de la Méditerranée, 75, décembre, pp. 150-171.

Yazid Ben Hounet (2009), L’Algérie des tribus. Le fait tribal dans le Haut Sud-Ouest, Paris, L’Harmattan.

Yasmine Berriane (2015), « Inclure les « n’ayant pas droit ». Terres collectives et inégalités de genre au Maroc », L’Année du Maghreb, 13, pp. 61-78.

Michel Camau (1996), Voies et moyens d'une banalisation d'une aire culturelle : approches du politique dans le Monde arabe et musulman, Aix-en-Provence : Association Française de Science Politique.

Simona Cerutti (2012), Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard.

Simona Cerutti et Isabelle Grangaud (2017), « Sources and Contextualizations: Comparing Eighteenth-Century North African and Western European Institutions”, Comparative Studies in Society and History 2017, 59 (1), 1–29.

Olivier Christin (2008), « Ancien Régime. Pour une approche comparatiste du vocabulaire historiographique », Mots. Les langages du politique [En ligne], 87 |, mis en ligne le 30 mars 2011

John Clarke, Kathleen Coll, Evelina Dagnino et Catherine Neveu (2014), Disputing Citizenship, Bristol, Policy Press.

Ernest Gellner (1989), Nations et nationalisme. Payot, Paris

Isabelle Grangaud (2017), « Le Bayt al-mâl, les héritiers et les étrangers. Droits de succession et droits d’appartenance à Alger à l’époque moderne », in S. Bargaoui, S. Cerutti et I. Grangaud (dir.), Appartenance locale et propriété au nord et au sud de la Méditerranée, Éditions de l’IREMAM

Isabelle Grangaud (2017), « Hawma », in Christian Topalov, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule et Brigitte Marin (dir./eds.), L’aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues et les sociétés, Paris, Robert Lafont (Bouquin), p. 573-576.

Mercedes García-Arenal (1987), « Les Bildiyyīn de Fès, un groupe de néo-musulmans d'origine juive », Studia Islamica, No. 66

Ali Mezghani (2013), Article paru sur le site du journal La Presse, du 21/03/2013. Lien : http://www.lapresse.tn/component/nationals/?task=article&id=64450

Mohammed Hachemaoui (2012), « Y a-t-il des tribus dans l’urne ? Sociologie d’une énigme électorale (Algérie) », Cahiers d’études africaines, 51 (205), pp. 103-163.

Mohammed Hachemaoui (2013), Clientélisme et patronage dans l’Algérie contemporaine, Paris-Aix-en-Provence, Karthala-IREMAM.

Abdelhamid Hénia (2015), Le frère, le sujet et le citoyen. Dynamique du statut politique de l’individu en Tunisie, Tunis, L’Or du temps

Tamar Herzog (2003), Defining Nations: Immigrants and Citizens in Early Modern Spain and Spanish America, New Haven: Yale University Press.

Tamar Herzog (2014), "Merchants and Citizens: On the Making and Un-making of Merchants in Early Modern Spain and Spanish America," Journal of European Economic History, 52, 137-163.

James Holston (2008), Insurgent Citizenship. Disjunction of Democracy and Modernity in Brazil, Princeton University Press.

Ergin F. Isin (2011), « Ottoman Waqfs as Acts of Citizenship », in Pascale Ghazaleh (ed.), Held in Trust. Waqf in the Islamic World, Cairo-New York, The American University in Cairo Press, pp. 209-229.

Jean-Pierre Jacob et Pierre-Yves Le Meur (2010), « Citoyenneté locale, foncier, appartenance et reconnaissance dans les sociétés du sud », in J.-P. Jacob et P.-Y. Le Meur (dir.), Politique de la terre et de l’appartenance. Droits fonciers et citoyenneté locale dans les sociétés du Sud, Paris, Karthala, pp. 5-58.

Christian Lund et Éric Hahonou dir. (2014), Propriété et citoyenneté dans l’Afrique des villes, Politique africaine, 132.

Willem Mass éd. (2013), Multilevel citizenship, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

James McDougall et Robert P. Parks (2013), “Locating social analysis in the Maghrib”, The Journal of North African Studies, Special issue on Globalism and local in North Africa, pp. 631-638.

Sara Menzinger (éd.) (2017), Cittadinanze. Forme di appartenenza nel mondo medieval, Rome, Viella, 2017.

Catherine Neveu (2004), « Les enjeux d’une approche anthropologique de la citoyenneté », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 20, n°3, 2004, mis en ligne le 14 octobre 2005, consulté le 1er mars 2015. URL : http://remi.revues.org/2024.

Mohammed Brahim Salhi, Algérie : Citoyenneté et Identité, Tizi-Ouzou, Editions Achab, 2010

Ariel C Salzmann (1995), Measures of Empire: tax farmers and the Ottoman Ancien Regime, 1695-1807, Thesis/dissertation, Columbia University

Claire Savina (2012), « Citoyenneté, citizenship, muwāṭana : traduction et circulation d’un concept », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4546, 4 décembre 2012.

Abdelahad Sebti (1986), « Au Maroc : sharifisme citadin, charisme et historiographie », Annales E.S.C., mars-avril, n°2, p. 433-457

Abdelahad Sebti (1991), "Chroniques de la contestation citadine : Fès et la révolte des tanneurs (1873-1874)", Hesperis-Tamuda, 29, fasc. 2: 283-312

Margaret R. Somers (1994), “Rights, Relationality, and Membership: Rethinking the Making and Meaning of Citizenship”, Law & Social Inquiry, Volume19, Issue1, p. 63–114.

Haut de page