Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial

Katia Boissevain, François Dumasy et Éric Gobe
p. 3-7

Texte intégral

1Cette dernière livraison de 2018 de L’Année du Maghreb fut celle d’une transition en douceur, la direction de la revue passant de Frédéric Abécassis à Katia Boissevain. En tant que directeur depuis janvier 2012, Frédéric Abécassis a contribué au développement de la revue en assurant le renouvellement des thématiques et en resserrant la collégialité du comité de rédaction. Nous tenons ici à le remercier chaleureusement pour cette tâche souvent chronophage mais si importante, menée avec gentillesse, écoute et rigueur tout au long de son mandat. Il rejoint aujourd’hui l’équipe de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire en conservant naturellement sa place dans le Comité de rédaction de L’Année du Maghreb. Nous lui souhaitons, en tant que directeur d’études, de nouvelles aventures scientifiques riches et stimulantes dans la ville qu’il avait déjà bien connue lors de ses premières recherches.

2Contrairement à ce que nous annoncions dans l’éditorial précédent, Katia Boissevain ne rejoindra pas simplement le comité de rédaction, comme initialement prévu, car celui-ci l’a invitée à assurer la succession. Aux côtés de F. Abécassis depuis six ans en tant que rédactrice adjointe, elle confirme par ce mandat de directrice de publication son engagement au service de la revue et son attachement au travail collectif. Aussi, ce passage de relais sera l’occasion d’affirmer à nouveau la collégialité au sein de la rédaction et la complémentarité des responsabilités. La responsabilité éditoriale de la section Varia sera désormais assurée par Céline Lesourd, les Chroniques annuelles par pays resteront sous celle d’Éric Gobe et les rédactions en chef des dossiers thématiques se dérouleront de manière tournante, au gré des affinités et des intérêts scientifiques entre membres de la rédaction et coordonnateurs de dossiers. Les nouveaux membres de la rédaction, quant à eux, feront évoluer ouvertures et partenariats. Ainsi, Mathilde Cazeaux (agrégée préparatrice à l’ENS de Lyon) se chargera entres autres de redynamiser le partenariat entre L’Année du Maghreb et la revue de comptes-rendus en ligne Lectures.org, par une veille soutenue des publications portant sur le Maghreb. De même, Nessim Znaien, docteur en histoire et ATER à AMU, prendra place à nos côtés et donnera une visibilité accrue à la revue par la création d’une page Facebook qui relayera les appels à publication et autres actualités. Marc André, par ailleurs co-responsable du dossier à venir intitulé « Prisons en guerre, guerre en prison au Maghreb », n°20, 2019-I, aux côtés de Susan Slyomovics, s’intéressera au sein de la rédaction à la réalisation de traductions vers l’arabe ou vers l’anglais d’articles sélectionnés. Nous nous réjouissons également qu’Irène Maffi (professeur d’anthropologie à l’Université de Lausanne) et Clémentine Gutron (que nous félicitons à l’occasion de son recrutement au centre Alexandre Koiré du CNRS) aient accepté de rejoindre l’équipe. Ces nouvelles recrues viennent confirmer la dimension pluridisciplinaire de la revue et la place importante que celle-ci continue d’occuper comme lieu de discussions scientifiques sur la région.

Le patrimoine, un objet en mutation

3Le dossier central de ce numéro, portant sur le patrimoine, a été proposé et porté par Clémentine Gutron et Ahmed Skounti. Lancé au printemps 2017, l’appel à contribution a suscité un vif intérêt, rassemblant initialement vingt-et-une propositions. Mais il témoigne aussi de la difficulté à répondre à la demande sur un sujet en pleine évolution depuis quelques années, tant du fait des contraintes pesant sur les politiques publiques, de l’amplification du cadre d’action (du niveau local au niveau international) que, enfin, du croisement de plus en plus fréquent d’approches disciplinaires différentes pour son étude. Longtemps cantonnée à l’histoire de l’art, la question du patrimoine intéresse de plus en plus les historiens, sociologues, anthropologues et politistes. De ces lectures croisées émerge une vision du patrimoine de plus en plus polyédrique, qui porte l’analyse non seulement sur les questions de préservation et de mise en valeur, mais aussi sur sa constitution en tant que catégorie d’action (publique ou privée), sur les conflits d’usages ou sur les réappropriations, pour ne citer que certains angles d’observation.

4Cette difficulté à appréhender un objet dont la définition même n’a cessé de s’enrichir et de se diversifier, comme le rappellent Clémentine Gutron et Ahmed Skounti dans l’introduction du dossier, peut expliquer en partie le nombre important de désistements. Nous avons par ailleurs choisi d’écarter des communications parfois riches d’informations, mais qui nécessitaient une mise en perspective analytique et théorique plus approfondie. L’ambition était, plutôt que de décrire les diverses formes de patrimoine, d’appréhender celui-ci comme une catégorie mouvante en fonction de la diversité des acteurs et des pratiques. Il nous paraissait en effet important de considérer le patrimoine tant comme le produit de conflictualités que de consensus, c’est-à-dire comme un enjeu et non comme une évidence. Ces choix ont conduit à réduire le dossier final à six articles, complétés par les apports réflexifs de Tahar Khalfoun et de Jean-Robert Henry, qui, à partir de cas concrets différents, interrogent les enjeux politiques, juridiques et mémoriels dans la transmission des héritages coloniaux après les indépendances.

5Une des singularités du patrimoine repose sur sa nécessaire mise en valeur : d’une certaine façon, le patrimoine n’existe que lorsqu’il est reconnu et donc réapproprié par un public qui dépasse le cercle des experts. Or, au Maghreb comme ailleurs, les héritages de la période coloniale peuvent être objets de rejet ou de volontés de réécriture qui concourent à définir leur place dans la hiérarchie patrimoniale. La question du public ne se pose par ailleurs pas de la même manière dans des pays à forte fréquentation touristique internationale, comme le Maroc et la Tunisie, que pour le Mali ou l’Algérie, où ses usages s’inscrivent dans une territorialité davantage restreinte au local ou au national. Si l’article portant sur le Mali permet d’élargir le regard au sud du Maghreb, on regrette l’absence dans ce dossier de la Libye, terrain devenu pratiquement inaccessible mais qui offre des éléments de comparaison précieux tant sur la nature du patrimoine que sur ses usages ou les politiques publiques à son égard. La distribution territoriale des articles est la suivante : outre celui sur Tombouctou, l’Algérie apparait quatre fois, le Maroc et la Tunisie deux fois en tant que terrains d’étude dans le dossier.

6Toutes ces contributions confirment que la patrimonialisation est un processus social et politique, jamais totalement partagé, et qui ne présuppose pas nécessairement sa conservation. La question de la sauvegarde est ainsi intrinsèquement une question politique autant que pratique. Dans un contexte où le déclin du tourisme, les évolutions idéologiques et les enjeux sécuritaires affectent de façon croissante les moyens et le cadre des politiques patrimoniales, on peut se demander dans quelle mesure les évolutions politiques et sociales de la région peuvent conduire à en modifier les enjeux. La mise en scène des destructions de sites archéologiques et de musée par l’État islamique en Irak et en Syrie a montré encore récemment à quel point le patrimoine a pu devenir un but de guerre central, et non seulement une victime collatérale des conflits. Au-delà de l’analyse des politiques publiques et de la position des experts, la prise en considération d’acteurs non institutionnels comme des associations ou le public (à travers ses usages et ses perceptions) témoignent cependant de la diversification des formes de patrimonialisation, comme le soulignent plusieurs contributions de ce dossier.

Chroniques

7En ce qui concerne les chroniques politiques, nous rappelons à l’ensemble de nos lecteur.trice.s que le site de L’Année du Maghreb permet désormais de consulter le travail accompli par Garance Philippe, qui a compilé et organisé les chroniques par pays et par année. Ces documents chronologiques constituent un outil de travail précieux pour les chercheur.se.s, collègues ou étudiant.e.s sur la région. Pour l’heure, ils couvrent la période de 2004 à 2015, mais nous espérons la compléter progressivement.

8Dans ce dernier numéro de 2018, qui réunit les chroniques de l’année 2017, nous n’incluons malheureusement pas la Mauritanie, pour la deuxième année consécutive. Ceci reflète les difficultés d’accès au terrain et plus largement l’état délétère des études sur cette région. La rédaction, consciente du travail très important que ces chroniques nécessitent, mettra tout en œuvre pour retrouver des chroniqueur.se.s sur ce pays aussi précis et précieux que l’ont été Alain Antil et Céline Lesourd.

  • 1 . Ce qualificatif utilisé par Mohamed Tozy dans le contexte du Maroc des années 1980 visait à décri (...)

9Les chroniques par pays, notamment celles se rapportant au Maghreb central (Algérie, Maroc Tunisie) rendent compte, en cette année 2017, de la manière dont les pouvoirs procèdent pour « désamorcer1 » leur champ politique.

  • 2 . Moncef Djaziri, « La problématique partisane dans les systèmes politiques du Maghreb. Relance des (...)

10En Algérie le déroulement des élections législatives et locales confirme que la plupart des organisations politiques de la scène légale sont des « partis faire-valoir2 » remplissant une fonction d’organes de légitimation des deux formations dominantes du champ partisan, c’est-à-dire le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND). À travers le développement d’une technologie électorale visant à consacrer « un pluralisme sans diversité », ces deux partis dominent largement le parlement et les assemblées populaires locales, constituant ainsi des instruments de la reproduction du régime autoritaire d’Abdelaziz Bouteflika (Chérif Dris).

11Au Maroc, le Palais est toujours à la manœuvre pour désamorcer le champ politique et contrecarrer toutes tentatives visant à remettre en cause ses prérogatives (Thierry Desrues). Tant le multipartisme que le parlementarisme sont conçus par la monarchie comme des outils de son hégémonie. Mohammed VI apparaît comme seul maître du temps politique. Il a réussi à marginaliser l’ancien chef du gouvernement, Abdellilah Benkirane, au profit de Saad Eddine El-Othmani, son concurrent du Parti de la justice et du développement. Nommé à la primature par le roi, ce dernier a constitué un cabinet dominé par des profils issus de la haute fonction publique et du monde des affaires proches du Makhzen. Marquée par la répression des leaders des mouvements de contestation du Rif, 2017 est également l’année d’une accentuation de la coercition des voix politiques et associatives dissidentes par la monarchie.

12Le champ politique tunisien, quant à lui, est dominé par la logique de fonctionnement du partenariat concurrentiel entre les deux principales forces politiques du pays, Ennahdha, le parti islamiste dirigé par Rached Ghannouchi, et Nidaa Tounes, la formation « séculariste » créée par le président de la République, Béji Caïd Essebsi. Ce partenariat, fondé à la fois, sur la recherche du « consensus », devenu maître-mot de la scène politique, et sur une méfiance réciproque entre deux partis qui se vivent plus en ennemis qu’en adversaires, contribue à paralyser l’action publique (Eric Gobe). En effet, les réseaux informels de négociations mis en place par les deux dirigeants et leurs deux partis court-circuitent la sphère politique officielle et ralentissent la réalisation des réformes institutionnelles prévues par la Constitution. Quant au gouvernement d’union nationale, confronté à une situation économique détériorée et à des mouvements de protestation sociale récurrents qu’il a tenté d’éteindre par des recrutements dans le secteur public, il navigue à vue.

13La Libye constitue un cas à part au Maghreb. Toujours frappé par la guerre civile, le pays est la proie des milices et autres groupes armés. Bien que reconnu par la « communauté internationale », le gouvernement d’union nationale dirigé par Fayaz Sarraj peine à assoir sa légitimité et à s’imposer sur la scène politique. Les protagonistes du conflit, dont le maréchal Haftar et son Armée nationale libyenne constituent la force montante, se disputent une reconnaissance internationale. Ce faisant, ils remettent en cause le déjà moribond Accord de Skhirat du 17 décembre 2015 (Saïd Haddad).

Quelques dossiers à venir

14Le dossier du prochain numéro, prévu au mois de juin 2019 portera sur « Prisons en guerre, guerres en prison », et sera coordonné par Marc André et Susan Slyomovics. Myriam Catusse en assurera le suivi en tant que rédactrice en chef. Elle sera aidée dans cette tâche par une équipe resserrée, composée de membres du comité de rédaction. Cette livraison sera suivie d’un dossier intitulé « Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb », coordonné par Christophe Broqua et Monia Lacheb et suivi par Irène Maffi, qui a, il y a peu, coordonné le dossier du n°17 (2017-II) « Genre, santé et droits sexuels et reproductifs au Maghreb ». Vous pouvez consulter les argumentaires des appels à communications sur le site de la revue. Et puisque certaines choses ne changent pas, les articles seront toujours soumis à une double évaluation anonyme et externe par des pairs, selon la politique de la revue.

15Nous vous souhaitons une bonne lecture.

Haut de page

Notes

1 . Ce qualificatif utilisé par Mohamed Tozy dans le contexte du Maroc des années 1980 visait à décrire un champ politique où les partenaires et rivaux du pouvoir ne peuvent pas, dans les lieux de confrontation avec celui-ci, infléchir ses orientations stratégiques et encore moins faire prévaloir les leurs. Cf. Mohamed Tozy, « Représentation/Intercession. Les enjeux de pouvoir dans les “champs politiques désamorcés” au Maroc », in Michel Camau (dir.), Changements politiques au Maghreb, Paris, CNRS, 1991, p. 153-168.

2 . Moncef Djaziri, « La problématique partisane dans les systèmes politiques du Maghreb. Relance des études comparatives », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, CNRS Éditions, 1997, p. 440-442.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katia Boissevain, François Dumasy et Éric Gobe, « Éditorial  », L’Année du Maghreb, 19 | 2018, 3-7.

Référence électronique

Katia Boissevain, François Dumasy et Éric Gobe, « Éditorial  », L’Année du Maghreb [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3866 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3866

Haut de page

Auteurs

Katia Boissevain

Directrice de publication, Idemec, Aix Marseille Univ/Cnrs, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

François Dumasy

Rédacteur en chef adjoint (dossier), Maître de conférences à l’IEP d’Aix-en-Provence.

Éric Gobe

Rédacteur en chef adjoint (chroniques), Iremam, Aix Marseille Univ/Cnrs, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page