Navigation – Plan du site
Patrimonialiser au Maghreb

Entre classement et patrimonialisation : Les usages du patrimoine judéo-tunisien

Between classification and heritagization: Uses of Judeo-Tunisian heritage
Afef Mbarek*
p. 55-69

Résumés

Le patrimoine judéo-tunisien connaît actuellement une véritable reformulation. Sa construction en tant que tel a commencé dès l’époque coloniale, durant laquelle on observe les premières manifestations de sa reconnaissance et de sa protection. Parmi ces manifestations figure le classement de la nécropole antique de Gammarth et de la synagogue la Ghriba de Djerba en tant que monument historique. Cet article se propose d’analyser les cas de ces deux sites ainsi que celui de la Grande Synagogue de la Hara de Tunis, détruite en 1960, afin de comprendre la présence ou l’absence d’un processus de patrimonialisation de cet héritage. Ce travail essaye également d’étudier les rôles que les différents acteurs (communautaires et extra-communautaires ; sociaux et institutionnels) ont joué dans l’émergence de cette composante du patrimoine tunisien.

Haut de page

Texte intégral

1À travers le cas du patrimoine juif ou judaïque de Tunisie, cet article s’intéresse à la place et au statut particuliers d’un héritage « minoritaire » dans la culture « nationale ». Les juifs de Tunisie constituent une minorité très ancienne, dont la présence est attestée depuis l’Antiquité. Les témoins physiques de leur présence sont multiples et variés. Nous pouvons citer l’existence de deux synagogues, d’une nécropole et de plusieurs objets archéologiques (lampes, inscriptions…) de la période antique. Les biens culturels et sites du patrimoine judéo-tunisien de l’époque moderne sont plus nombreux : manuscrits, synagogues, objets de cultes, documents d’archives, cimetières…

2Les premiers moments de la reconnaissance de cet héritage en tant que patrimoine remontent à l’époque coloniale. D’ailleurs les quelques monuments et sites classés l’étaient grâce à l’initiative de la direction des Antiquités. Après l’indépendance, aucune mesure de ce genre n’a été prise par les autorités tunisiennes en charge du patrimoine.

3Le classement comme forme institutionnelle d’octroi du statut patrimonial aux objets du passé est une étape qui se trouve au centre du processus de patrimonialisation. En effet, un objet ne devient patrimoine qu’à partir du moment où il est proclamé comme tel par une instance autorisée (Davallon, 2014, p. 2). Le classement peut être considéré aussi comme un instrument de protection juridique du patrimoine. Quel rôle et quelle garantie cette procédure offre-t-elle dans le cas du patrimoine minoritaire ?

4Nous nous proposons de réfléchir sur cette question à travers l’étude de trois monuments emblématiques du patrimoine judéo-tunisien, à savoir la synagogue de la Ghriba de Djerba, la nécropole antique de Gammarth et la grande synagogue de la Hara de Tunis.

5Si les deux premiers ont bénéficié d’une protection juridique (la nécropole de Gammarth est classée en tant que monument historique depuis 1901, tandis que la Ghriba de Djerba l’est depuis 1922), la grande synagogue de la Hara a fait l’objet d’une demande de classement de la part de la communauté juive tunisienne, sans que cette démarche aboutisse vu qu’elle a été détruite après l’indépendance.

La Ghriba de Djerba et son pèlerinage : un patrimoine emblématique

  • 1 . Voir Valensi et Udovitch, 1984.

6La Ghriba est la synagogue la plus célèbre de l’île de Djerba, voire de toute la Tunisie. « Ghriba » est un terme arabe qui signifie littéralement « l’étrangère ». Ce nom est expliqué par plusieurs légendes et mythes locaux relatifs à l’édification de cette synagogue1.

7Les origines de la Ghriba demeurent encore incertaines, mais il semble que son rayonnement ait été observé depuis le XVIIIe siècle. Mohamed Merimi considère que c’est à partir de cette époque qu’elle a acquis « la force d’une puissance polarisatrice et de rayonnement » (Merimi, 2011, p. 165). Il est à mentionner en outre que la communauté juive de Djerba a connu à la même époque une véritable renaissance intellectuelle et un renouveau institutionnel, traduits par la construction de grandes synagogues et la multiplication des écoles talmudiques (Valensi et Udovitch, 1984, p. 16-17).

8Évidemment, l’existence de la Ghriba de Djerba est bien antérieure à cette époque, la tradition communautaire locale considère qu’elle a été construite en 586 av. J.-C., avec des débris du Temple détruit, par un groupe de prêtres qui ont fui Jérusalem. Ce mythe de fondation est fortement ancré chez la communauté juive de Tunisie (Valensi et Udovitch, 1984, p. 129).

9À partir du XIXe siècle, les témoignages sur le prestige de cette synagogue vont se multiplier. Son caractère sacré est reconnu et son pèlerinage attire des juifs de plusieurs régions de la Tunisie, notamment Sfax, Gabès et Tunis ainsi que de la Tripolitaine. Elle devient aussi une attraction touristique importante pour les visiteurs de l’île.

10La diversité des sources sur lesquelles nous nous sommes appuyés (presse, guide, archives, rapports officiels) a permis de comparer deux points de vue différents sur le monument : le point de vue de l’administration coloniale, avec ses considérations et enjeux politiques et administratifs, et celui des observateurs étrangers influencés par les stéréotypes et les préjugés de l’époque. Néanmoins, la confrontation de ces deux registres d’observation a permis de confirmer l’importance et la notoriété de la synagogue et son pèlerinage.

  • 2 . Christian-Ferdinand Ewald est un missionnaire allemand né en 1803 dans une famille juive. Il se c (...)
  • 3 . Son nom complet est Martin Jacques Charles Lallemand. Il est écrivain, journaliste et peintre des (...)
  • 4 . Charles Lallemand confond ici les deux quartiers juifs de Djerba car la Ghriba se trouve dans la (...)

11Le premier témoignage recueilli est celui de Christian Ferdinand Ewald en 18352. Il décrit des israélites originaires de divers pays d’Afrique qui se rendaient en pèlerinage à cette synagogue (Ewald, 1835, p. 123). À la fin du XIXe siècle, Charles Lallemand3, en parlant de l’île de Djerba, a mentionné la Ghriba et son pèlerinage en ces termes : « les juifs sont confinés dans deux villages aux environs de Houmt-Souk. La petite Hara, de 600 habitants, n’en est qu’à deux kilomètres. À deux kilomètres plus loin se trouve la Grande Hara qui n’a pas moins de 1 500 âmes, c’est là qu’est situé un lieu de pèlerinage israélite fort en renom en Tripolitaine et en Tunisie, la synagogue El Griba4 » (Lallemand, 1892, p. 111-112).

  • 5 . Les guides Conty ont été publiés par Henri de Conty. Leur premier volume est apparu en 1861. Ces (...)
  • 6 . Paul Lambert arriva à Tunis en 1903. Presque aussitôt, il s’imposa comme l’un des journalistes le (...)

12Dans Le guide pratique Conty sur l’Algérie et la Tunisie5 édité en 1901, nous trouvons le témoignage suivant : « à la Hara-Srira dans un site pittoresque, un lieu de pèlerinage renommé parmi les Juifs des côtes de la Méditerranée, à cause de sa synagogue nommée la Ghriba, où l’on aurait trouvé une table de Moïse, dite Sifer » (Le Brun, 1901, p. 406). Paul Lambert6 dans son célèbre Dictionnaire illustré de la Tunisie, évoquait la synagogue et son pèlerinage d’envergure nord-africaine dans la notice réservée à la Hara Sghira (Lambert, 1912, p. 223).

  • 7 . Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN), série mouvement national, carton 18, dossier (...)
  • 8 . Journal Officiel Tunisien (JOT), Arrêté du 7 mai 1921, JOT du 7 mai 1921, p. 602.
  • 9 . JOT du 8 février 1922, Décret du 25 janvier 1922, p. 115.
  • 10 . Le président Gaston Doumergue s’est rendu à la Ghriba de Djerba en 1931.

13Dans un rapport sur les potentialités touristiques de sa région, en vue la participation de la Tunisie à « La semaine du tourisme colonial à Bordeaux » en 19207, le contrôleur civil de Djerba avait indiqué, parmi les excursions à faire à l’intérieur de l’île, la visite de la synagogue de la Ghriba. La description de la synagogue, du pèlerinage et de la fête qui l’accompagnait, attestait qu’ils constituaient une « attraction » singulière par l’aspect ethnique du pèlerinage et pittoresque du monument. Mais ce n’est qu’en 1921 que la reconnaissance institutionnelle de la valeur patrimoniale du monument a lieu. Selon les procédures de l’époque, la direction des antiquités avait entrepris le classement de cette synagogue. Un arrêté d’enquête fut publié dans le journal officiel tunisien le 7 mai 19218 et un décret de classement le 25 janvier 19229. Quelques mois après, le 1er mai 1922, lors d’une visite officielle aux trois pays du Maghreb, le président Millerand a visité la Ghriba, qui a été la seule synagogue où il s’était rendu10.

  • 11 . Archives Nationales Tunisiennes (ANT). Série E/dossier 502/sous dossier 10/ document 3. Arrêté du (...)
  • 12 . ANT. E/502/10/58. Lettre de Maatouk Cohen, président du comité de la Ghriba au contrôleur civil d (...)
  • 13 . ANT. E/502/10/146, décret du 11 Mars 1948 accordant la personnalité civile au comité de gestion d (...)
  • 14 . ANT. E/502/10/100. Lettre du secrétaire général du gouvernement au contrôleur civil de Djerba, au (...)
  • 15 . Journal Officiel de la République Tunisienne (JORT). Loi n°58-78 du 11 juillet 1958 relative au r (...)

14L’importance de la synagogue et de son pèlerinage n’a pas cessé de croître, à tel point que leur gestion a été séparée de la gestion du reste des affaires de la communauté. Cette séparation a été institutionnalisée à partir de 1925, date de la création du « Comité de Gestion de la Synagogue Ghriba »11. En 1946, suite à une affaire conduite devant le tribunal de Sfax, le président de ce comité avait demandé à l’administration de lui octroyer la personnalité morale12, demande satisfaite par la promulgation du décret du 11 Mars 194813. Cette décision était motivée par la notoriété de la synagogue et l’importance de son pèlerinage qui nécessitait, selon le secrétaire général du gouvernement, le maintien d’un comité indépendant14. Les répercussions de la clarification du statut juridique du comité de la Ghriba allaient se poursuivre avec l’indépendance de la Tunisie. Ce comité n’a pas été mis en cause par la loi du 11 juillet 195815, qui a dissout les autres institutions communautaires juives, et il a continué à fonctionner, assurant l’organisation du pèlerinage jusqu’à nos jours.

15Le pèlerinage de la Ghriba présente une dimension festive et profane spectaculaire, dont certains témoignages donnent la description. Le Bulletin de la société d’anthropologie et de biologie de Lyon, dans le compte rendu de la séance du 1er juillet 1911, consacra un article à une « Fête religieuse juive à la synagogue de la Ghriba ». L’article précise : « Afin de rehausser l’éclat de cette fête de nuit, le consistoire et les rabbins de la Hara Sghira avaient fait venir deux artistes musiciens et chanteurs de Tunis, auxquels s’était joint tout un orchestre indigène de clarinettes, de hautbois, de tobals et de tambours basques, qui faisaient un tapage étourdissant. Les chants alternaient avec les accords aigrelets des clarinettes, les roulements des tobals, les battements de mains des spectateurs, et il en résultait un ensemble assez harmonieux, très original et peu banal. Cette fête de nuit, tout à fait locale, nous a rappelé la fête de nuit de Pieta-di-Grotte, à Naples, avec laquelle elle a beaucoup d’analogie » (Anonyme, 1911, p. 89).

16Cette « culturalisation » du pèlerinage, en induisant volontairement un côté festif et profane, donnait une dimension folklorique à cette manifestation religieuse et a constitué une sorte d’ouverture qui permettait à l’autre, non juif, de prendre part à l’événement (Valensi et Udovitch, 1984, p. 132). Était-ce une stratégie consciente de la part de ce groupe minoritaire pour « neutraliser » la majorité ? Peut-être, mais en tous cas, cela avait constitué un prétexte au reste de la population pour se rendre à la synagogue et se joindre aux festivités et ne pas se sentir exclu du pèlerinage. Par ailleurs, la population non juive de l’île était sensible au culte de la sainte Ghriba car il est similaire au culte des saints musulmans dans plusieurs de ses éléments (allumage des bougies, offrandes, nouer un foulard en guise de vœu…).

  • 16 . Paul Bruzon (1877-1951). Docteur en médecine et romancier français.

17Il faut signaler aussi que la visite de la Ghriba par un public non religieux n’est pas un fait occasionnel admis seulement au moment du pèlerinage. La visite de la synagogue était possible en dehors de cette occasion. Un article de Paul Bruzon16 publié en 1921 dans Le monde Illustré indiquait qu’on montrait aux touristes et aux visiteurs de la Ghriba des manuscrits très précieux roulés dans des gaines de soie (Bruzon, 1921, p. 61). Ces visites ne se sont pas interrompues et la synagogue est considérée actuellement comme une attraction patrimoniale incontournable dans la plupart des circuits touristiques proposés par les tours opérateurs aux visiteurs de l’île.

18À partir des années 1980, la Ghriba est devenue le tremplin d’un tourisme religieux qui attire un grand nombre de membres des communautés juives tunisiennes restées en Tunisie ou parties vivre à l’étranger. Lucette Valensi et Abraham Udovitch considèrent que l’essor de cette pratique est dû à la place importante qu’occupe la Ghriba dans la construction identitaire de ces groupes, puisqu’elle est le lieu où ils ont pu garder leur identité et leur cohésion communautaire (Valensi et Udovitch, 1984, p. 134).

19La Ghriba de Djerba est ainsi au cœur de deux systèmes de valeurs inhérents à deux groupes d’acteurs différents : les acteurs communautaires et les acteurs extra-communautaires. Pour la communauté juive, la synagogue est le support de la pratique religieuse, du culte et de la mémoire communautaire. Pour les non juifs, elle est le support d’une expression culturelle et d’une appréciation « patrimoniale ». Depuis l’époque coloniale, il y a eu un va-et-vient constant entre la valeur cultuelle du monument et sa valeur culturelle et patrimoniale. Il a fait l’objet de deux usages distincts voire contradictoires, mais qui n’ont fait que confirmer le caractère patrimonial de la synagogue et de son pèlerinage. En tant que détentrice de ce patrimoine, la communauté juive tunisienne, qu’elle soit en Tunisie ou à l’étranger, le reconnaît et le conserve non seulement pour sa valeur religieuse intrinsèque mais aussi pour son rôle social en tant que lieu de rassemblement communautaire. Elle en fait donc un usage identitaire.

20La « culturalisation » du pèlerinage peut être considérée comme une « valorisation communicationnelle » qui instaure un usage culturel de ce patrimoine selon l’expression de Davallon (Davallon, 2006, p. 187). Les Tunisiens non juifs, autres « bénéficiaires » de ce patrimoine, participent au pèlerinage comme spectateurs, et prennent part quelques fois à certains rituels. Cette « immersion culturelle » montre une appréciation esthétique et ethnologique qui peut être considérée comme une autre forme de reconnaissance de la valeur patrimoniale de ce pèlerinage.

La nécropole antique de Gammarth : un rare témoin archéologique perdu 

21Nahum Slouschz dans son Voyage d’études juives en Afrique, en évoquant les cimetières antéislamiques, considérait que la plupart des nécropoles juives antiques en Afrique du nord étaient de type « Jérusalem-Gamart », tel qu’on en rencontrait à Djebel Ifren et Djebel Nefoussa en Libye, dans les Aurès et dans le Djebel Djaafa en Algérie, ou encore dans la région du Rif marocain (Slouschz, 1913, p. 494-496).

  • 17 . Christian Tuxen Falbe est né le 5 avril 1791 dans le Royaume du Danemark. Il a séjourné dans la R (...)
  • 18 . Il est important de signaler ici que durant la période coloniale les découvertes archéologiques j (...)

22Ainsi, cette nécropole juive de l’époque romaine est considérée depuis le XIXe siècle comme modèle pour l’étude de l’art et des pratiques funéraires de la communauté juive antique du Maghreb. Elle fut mentionnée pour la première fois par Christian Tuxen Falbe au début des années 1830 et a continué à être fouillée jusqu’en 195617. Falbe s’est contenté de signaler le site, sans pour autant l’identifier. En commentant le plan de Carthage18, il a expliqué qu’il a trouvé à Gammarth « des vestiges de tombes dans une carrière d’argile rouge » et qu’on y pénètre « par un trou dans une petite chambre sépulcrale creusée dans le roc, dont les parois sont percées de cases pour y déposer les morts ». Il termine en disant que ce monument est semblable à ceux des environs d’Antioche (Falbe, 1833, p. 43-44). Pourtant, il avait trouvé dans le périmètre qu’il avait fouillé trois lampes décorées de Menorah (chandelier mosaïque) qu’il a envoyées au Danemark (Lund, 1995, p. 249). Il était aussi accompagné lors de ses investigations par Mardochée Naggiar, obscur personnage judéo-tunisien maîtrisant l’arabe et l’hébreu (Valensi, 2008, p. 330).

  • 19 . Nathan Davis (1812 – 1882), était un missionnaire protestant britannique, connu pour son travail (...)

23Mardochée Naggiar fut aussi le guide de Nathan Davis19, le premier à fouiller cette nécropole entre 1856-1859. Les travaux qu’il avait effectués ont été publiés un peu plus tard en 1861 dans un ouvrage intitulé Carthage and her remains : excavations and researches on the site of the Phoenician metropolis in Africa, and other adjacent places. L’élément le plus important signalé par ce missionnaire protestant britannique fut la reconnaissance, sur une niche de l’un des caveaux, d’un chandelier à sept branches, symbole qu’il a identifié aussi sur un certain nombre de lampes en terre cuite ramassées lors de ses fouilles à Carthage. En dépit de ces témoignages, Davis s’est contenté de conclure que « ces catacombes qui embrassent une circonférence d’environ quatre miles, sont d’origine punique, et que la Carthage chrétienne les fit servir par la suite pour elle-même » (Davis, 1861, p. 486-489, traduction personnelle). Davis, tout comme son prédécesseur Falbe, n’a pas songé à l’éventualité de la judaïté du site.

  • 20 . Alfred-Louis Delattre. Missionnaire et archéologue français né en 1850 et mort en 1932 à Carthage (...)

24La nécropole de Gammarth fut fouillée par d’autres savants et explorateurs. Toutefois, elle doit la reconnaissance de sa judaïté au Révérend père Delattre20. Arrivé à Carthage en novembre 1875, il connaissait l’état des recherches sur le site et avait déjà visité la nécropole sans que cela ne le pousse à la fouiller, son intérêt se portant plus sur les vestiges de la Carthage chrétienne. D’ailleurs, dans son premier compte rendu sur Gammarth dans Les Missions Catholiques, publié après l’observation de certains hypogées, il a conclu que cette nécropole, habituellement considérée comme la nécropole punique de Carthage, pourrait abriter des sépultures chrétiennes (Delattre, 1883, p. 119-120). Mais le père Delattre qui a assisté, en 1883, à la mise au jour de la deuxième découverte archéologique judaïque, celle de la synagogue de Naro (Hammam-Lif), avait déjà commencé à mettre en cause ses conclusions concernant certains symboles identifiés à Gammarth et à Carthage et qu’il considérait communs au christianisme et au judaïsme, tels que la formule IN PACE et le chandelier à sept branches.

25Après plusieurs missions de fouilles dans la nécropole, il déclara en 1888 : « Je suis de plus en plus convaincu qu’un grand nombre de tombes de Gamart sont des sépultures juives qui appartiennent à l’époque romaine » (Delattre, 18951, p. 20). À partir de cette date, la judaïté de la nécropole a été prouvée et fut mentionnée en tant que telle dans plusieurs articles et publications.

  • 21 . David Cazès est né en 1851 à Tétouan et décédé en 1913, c’est un instituteur et écrivain juif mar (...)

26Du côté de la communauté juive, ses « intellectuels » ne semblaient pas s’intéresser à ce site. Mardochée Naggiar, cité plus haut, était un homme cultivé qui avait côtoyé deux archéologues dans leur exploration de la nécropole. Pourquoi cela n’a-t-il pas éveillé sa curiosité ? Un autre personnage judéo-tunisien, Gabriel Médina, avait accompagné le docteur Armand Trumet de Fontarce qui fut chargé par le gouvernement et la société d’anthropologie d’une mission scientifique à Tunis et à Carthage entre 1890 et 1891. Trumet de Fontarce évoquait Médina comme un « savant distingué et esprit ouvert » dans la partie de son journal consacrée à Gammarth (Trumet de Fontarce, 1896, p. 289). Gabriel Médina avait écrit en 1894 un article sur la nécropole punique de Carthage sans manifester aucun intérêt à la nécropole de Gammarth (Médina, 1894, p. 379-385). David Cazès21, le premier à écrire l’histoire des juifs de Tunisie, s’est surtout basé sur des sources écrites diversifiées (textes religieux, récits des historiens antiques, descriptions des voyageurs arabes…), pour attester l’origine biblique lointaine de cette communauté (Zytnicki, 2011, p. 280). Son recours à l’archéologie est resté très secondaire. Ces témoignages sont révélateurs de la place attribuée aux antiquités par les savants juifs de l’époque. L’archéologie, qui fournit des traces tangibles sur les origines de la communauté juive de Tunisie, n’était pas employée comme argument ou preuve, mais comme un accessoire. On lui privilégiait les traditions orales, les livres sacrés et la littérature rabbinique. Cette attitude était due selon David Kaufmann à la dispersion des juifs et à leur statut de minorité religieuse, qui ont fait qu’ils accordaient plus de valeur à la religion et aux rites transmis à travers les livres et les traditions (Kaufmann, 1886, p. 45).

  • 22 . JOT, 13 février 1901, p. 153. Arrêté d’enquête pour le classement au titre de monument historique (...)
  • 23 . JOT, 18 mai 1901, p.495. Décret du 12 mai 1901 classant au titre de monuments historiques divers (...)

27C’est en dépit de la communauté juive tunisienne et de ses intellectuels que la nécropole antique de Gammarth avait été classée en 1901 : le 13 février 1901, le Journal Officiel Tunisien (JOT) a publié un arrêté d’enquête pour le classement au titre de monument historique d’une série de sites, dont « Les caveaux funéraires de Djebel Khaoui », dénomination utilisée pour designer la nécropole juive de Gammarth22. Trois mois après, le 12 mai 1901, le décret de classement de ces sites a été publié23. Aussi bien l’arrêté d’enquête que le décret de classement ont été pris à l’initiative du directeur des Antiquités de l’époque, Paul Gauckler. En observant de près ces deux textes, on se rend compte que le caractère judaïque du site fut occulté. Pour quelle raison ? Probablement parce qu’un doute persistait sur l’exclusivité de l’usage de cette nécropole par la communauté juive. Certains auteurs et chercheurs défendaient son caractère punique ou judéo-chrétien. En tout cas, le site était connu et reconnu en tant que tel, il figurait même dans les guides comme une attraction touristique.

28La situation de la nécropole de Gammarth a été déterminée par deux personnages : le père Delattre et Paul Gauckler, qui étaient considérés à l’époque comme des autorités scientifiques et institutionnelles, Gauckler à travers ses fonctions à la tête du service des Antiquités et Delattre par ses travaux et son statut religieux. Les deux hommes ont collaboré malgré les divergences dans les démarches et les points de vue (Bacha, 2017). Bien que leurs motivations fussent différentes, les efforts des deux hommes ont doté le site de son statut patrimonial : le père Delattre à travers « la production de savoir » sur la nécropole et Gauckler à travers sa déclaration en tant que patrimoine par le biais de son classement.

29Le classement en tant que monument historique de cette nécropole n’a pas entraîné sa protection, son sort fut définitivement scellé quand le site fut choisi pour édifier un cimetière militaire réservé aux morts de la campagne de Tunis de novembre 1942-mai 1943. Le terrain avait été concédé à la France par un décret beylical en janvier 1943. L’édification du cimetière militaire, lieu de mémoire par excellence, sur l’emplacement de l’antique nécropole de Gammarth, site archéologique classé, ne va pas sans poser quelques interrogations. Pourquoi les autorités françaises avaient-elles choisi une nécropole antique unique en son genre en Tunisie pour installer un nouveau cimetière ? Ce choix était-il en rapport avec la judaïté du site ? L’état fragile et non monumental du site avait-il joué en sa défaveur ?

  • 24 . Ministère de la guerre, Service du génie, Chefferie du génie de Tunis. Concours d’architecture. J (...)

30Ces facteurs sont certainement intervenus dans la décision des autorités françaises, d’autant plus que l’emplacement du site qui surplombe le golfe de Tunis s’adaptait à l’image de la grandeur de la France et de son armée sortie gagnante de la deuxième guerre mondiale. Lieu de commémoration et de mémoire, une attention particulière fut accordée à la conception du nouveau cimetière : un concours avait été lancé en 1945 en vue de la présentation d’un projet pour son aménagement24. Finalement, cette tâche fut attribuée à Bernard Zehrfuss, alors directeur du service d’architecture de la direction des Travaux publics en Tunisie. Le cimetière est d’ailleurs considéré parmi les œuvres phares non construites de cet architecte (Dugrand, 2008). Lors des travaux d’aménagement les objets trouvés ont été déposés au musée Lavigerie, certains hypogés découverts ont été sacrifiés pour construire des dépendances du cimetière (Ferron, 1956, p. 105). D’autres ont été aménagés convenablement pour être visités (D’Anthoüard, 1951, p. 58-51).

31Ainsi, cette nécropole antique fut, progressivement oubliée, à l’ombre du nouveau site. Les hypogées qui sont encore visibles sont entourés de grillage pour en interdire l’accès qui peut s’avérer dangereux vu leur état de délabrement avancé. Seuls quelques visiteurs avertis s’y aventurent encore (Mbarek, 2017, p. 372).

La Grande Synagogue de la Hara de Tunis : un monument sacrifié

  • 25 . Revault, 1963. Saadaoui, 1999. Fellous, 2003. Jarassée et Bismuth, 2010.
  • 26 . ANT. SG4/68/3. Rapport de Mr. Bonhore, inspecteur des services administratifs sur l’aménagement d (...)

32La Grande Synagogue de la Hara de Tunis (qui n’est pas la Grande Synagogue de Tunis, construite au XXe siècle dans la ville européenne), était souvent considérée comme l’une des plus anciennes de Tunisie. La plupart des chercheurs qui s’y sont intéressés s’accordent pour la faire remonter jusqu’à l’époque médiévale25. La synagogue se trouvait dans la Hara de Tunis, quartier historique et « originel » de la communauté juive, situé au cœur de la Médina. Dès le début du XXe siècle, à partir de 191826, ce quartier connu pour son état d’insalubrité avait fait l’objet d’un projet d’assainissement par l’administration municipale. La question de la conservation et la restauration des édifices religieux a été très vite posée, d’autant que le quartier abritait des monuments cultuels judaïques et islamiques (Mbarek, 2017, p. 289).

  • 27 . ANT. M5/11/778/298. Lettre du Secrétaire général du gouvernement tunisien à monsieur le directeur (...)

33Le problème des édifices religieux compris dans le périmètre à exproprier de la Hara a constitué un obstacle de taille pour l’administration centrale. Le projet d’arrêté d’octobre 1935 concernant l’expropriation de 19 immeubles avait été suspendu par le Secrétaire général du Gouvernement, qui avait demandé à la Commune de lui fournir des informations supplémentaires relatives à « la consistance, l’état, la destination et l’intérêt esthétique ou culturel des édifices ou terrains affectés au culte et compris dans les zones expropriées ou à exproprier »27.

  • 28 . ANT. M5/11/778/295. Lettre du vice-président délégué de la municipalité à monsieur le directeur g (...)

34À cette requête, le Général Laignelot, dans un rapport adressé au Directeur Général de l’Intérieur, répondit en insistant sur le fait que l’administration municipale a toujours respecté le caractère religieux des édifices et terrains se trouvant dans les zones concernées par l’assainissement. Dans ce sens, la municipalité a pris contact avec le Conseil de la Communauté israélite et avec la direction des Habous. Du côté de la communauté israélite le Général précise : « je ne crois pas que nous ayons à prévoir d’ennuis, le Conseil de la Communauté apportant une grandeur de vue au règlement des difficultés cultuelles, en raison du grand intérêt que présente l’assainissement du quartier de la Hara pour la collectivité israélite »28. Une liste des immeubles religieux concernés accompagnait ce rapport : 30 édifices sont recensés dont 9 synagogues ; seulement 2 étant destinées à être conservées, dont la Grande Synagogue de la Hara.

  • 29 . ANT. M5/11/778/56. Note pour monsieur le délégué de l’administration tunisienne, 8 avril 1936.

35La conservation de cette synagogue avait une grande importance aux yeux de la communauté juive qui, par le biais de ses représentants, avait insisté pour la conserver lors des consultations faites auprès des autorités29. D’un autre côté, parmi les intellectuels de la communauté, Jacques Véhel avait été un des premiers à suggérer la création d’une commission qui serait chargée de la rénovation de la Grande Synagogue et de lui obtenir le titre de monument historique (Jarassée, 2010, p. 85-86). Dans un article publié dans L’Univers Israélite du 5 juin 1936, il se déclarait être « le précurseur et l’instigateur par la plume et par la parole, de l’haussmannisation de la Hara, tant que cela se déroulait dans le respect des innombrables synagogues et oratoires qui la parsemaient » (Véhel, 1936, p. 586).

  • 30 . ANT. A/2/19/2/45. Avis du Directeur des Antiquités et Arts sur le classement de la synagogue Dar (...)

36Les efforts de Véhel et de ses coreligionnaires n’ont pas été couronnés de succès. Le service des Antiquités, sous la direction de Louis Poinssot, ne songeait pas à classer la Grande Synagogue de la Hara ; pourtant en 1922 il avait procédé au classement de la synagogue de la Ghriba de Djerba. Pourquoi avait-il fait cette distinction dans le traitement de deux synagogues relativement similaires ? Est-ce pour des considérations « politiques » ? Vraisemblablement, car aucun monument islamique conservé se trouvant dans le périmètre à désaffecter n’a bénéficié d’une mesure de classement. Interrogé sur la possibilité du classement d’une autre synagogue de la Hara (Dar Frayha), Poinssot avait déclaré « qu’il ne peut être question de la classer comme monument historique alors que tant d’autres édifices affectés aux diverses cultes également dignes d’être protégés ne le sont pas »30. Classer des monuments qui appartenaient à la communauté juive aurait pu être considéré comme un privilège accordé au détriment de la majorité musulmane.

37Sans être classée, la Grande Synagogue de la Hara a survécu au projet d’assainissement du quartier durant la période coloniale. Elle bénéficiait occasionnellement de quelques travaux d’entretien, par les soins du conseil de la communauté, institution mandatée pour la gestion des affaires cultuelles de la communauté (Sebag, 1991, p. 272).

38Après l’indépendance de la Tunisie, la Hara délabrée et paupérisée n’a pas cessé de s’appauvrir et de se dégrader. Bourguiba, dont le projet consistait à faire entrer le pays dans la modernité, et donc à combattre l’archaïsme et le traditionalisme, voyait dans la Médina et le patrimoine traditionnel une entrave à son projet moderniste. Plusieurs mesures ont été mises en place pour concrétiser cette tendance dont un projet de percement de la Médina de Tunis dans le plan d’aménagement de la ville dès 1957. Ce projet n’a pas eu lieu, nonobstant, le ministère des Travaux Publics et de l’Habitat (à sa tête un ministre de confession juive, André Barouch) a réactivé le projet de percée de la Hara tel qu’il était formulé durant la période coloniale, et dès 1961-1962 la municipalité de Tunis a repris les travaux de démolition abandonnés jusque-là (Abdelkafi, 1989, p. 186-187).

39La Grande Synagogue de la Hara n’a pas survécu à cette nouvelle phase d’aménagement de la Médina. Pourtant, elle était dans un bon état de conservation et deux témoignages attestent qu’elle était proposée au classement au titre de monument historique. Jacob Lahmi (1994) indique ainsi qu’elle était destinée à être classée, selon un extrait du quotidien Le petit matin paru en en 1960 (Lahmi, 1994, p. 43). Les propos de Lahmi se trouvent confirmés par Jacques Revault dans son importante étude consacrée à cette synagogue publiée en 1963. C’est certainement dans le cadre de ses fonctions en tant que conseiller technique auprès de la direction des musées nationaux, chargé de mission pour la protection de la médina, que l’auteur avait réalisé ce travail dans lequel il assurait que la synagogue avait été classée monument historique (Revault, 1963, p. 7). Malheureusement, aucun document ne confirme cette information. Qu’elle soit classée ou non, la synagogue n’a pas échappé à la pioche du démolisseur.

40La communauté juive semble être résignée et incapable d’entreprendre une action pour la défense du monument et la « Commission provisoire de gestion de culte israélite de Tunis », nommée en 1958 par le gouvernement tunisien, ne semble pas avoir eu la possibilité de faire quoi que ce soit, surtout avec l’ambiance de suspicion et de tension qui régnait à l’époque, amplifiée par les conséquences de la crise de Bizerte (Haddad, 1977, p. 229-230). À la veille de la démolition de la synagogue, la population juive émue et bouleversée « fut invitée à un jeûne collectif et les rouleaux de la Loi quittèrent les lieux séculaires portés par une foule en larmes. Ils seront conduits jusqu’à la Grande Synagogue de l’avenue de Paris » (actuelle avenue de la Liberté) (Haddad, 1977, p. 151).

  • 31 . Bourguiba avait un projet qui tournait le dos au passé. Plusieurs composantes du patrimoine tunis (...)

41Plusieurs facteurs peuvent expliquer la disparition tragique de la Grande Synagogue de la Hara, alors même que des valeurs historiques et esthétiques lui sont reconnues. D’abord, les départs massifs des membres de la communauté juive et la sensibilité de la nouvelle conjoncture politique issue de l’indépendance de la Tunisie ont causé l’affaiblissement de la communauté et de ses institutions et son impuissance à entreprendre une quelconque action pour la sauvegarde du monument. D’ailleurs, quand la municipalité de Tunis a décidé de réaffecter le cimetière juif de l’Avenue Roustan en 1957, le conseil de la communauté n’économisa aucun effort pour trouver un accord à l’amiable avec la municipalité, afin d’épargner au moins une partie du site, mais ses efforts se sont avérés vains. D’un autre côté, le projet bourguibien de moderniser la société, l’urbanisme et l’infrastructure du pays ne tolérait aucune exception31. On comprend alors qu’un témoin matériel de la vie communautaire des juifs à Tunis, enfoui dans le vieux quartier de la Hafsia, ne pouvait résister face à cette « fièvre moderniste » et qu’à la place de la synagogue un terrain de sport et une école furent construits (Mbarek, 2017, p. 374).

42Le classement au titre de monument historique peut ainsi être considéré comme une mesure légale et administrative qui « institutionnalise » les biens culturels en tant que biens patrimoniaux. Ainsi considéré, il constitue une étape capitale dans les processus de patrimonialisation. À travers l’étude des trois exemples du patrimoine judéo-tunisien, le constat est fait que, sans appropriation collective et sociale, le classement d’un bien ne permet pas, à lui seul, l’achèvement du processus de patrimonialisation.

43Quand le bien classé est investi par tous les acteurs concernés (autorités, chercheurs, communauté, population…), le processus de patrimonialisation peut réussir, comme ce fut le cas de la Ghriba, qui est présentée actuellement comme un atout patrimonial dans le projet d’inscription de l’île sur la liste du patrimoine mondial. C’est l’usage identitaire et culturel, plus que le classement en tant que monument historique, qui a doté la Ghriba de son statut actuel. En ce qui concerne la nécropole antique de Gammarth, son sort ne relevait pas de considérations culturelles et patrimoniales. Son classement en tant que monument historique n’a pas engendré de mesures de protection concrètes et n’a pas empêché qu’elle soit sacrifiée sur l’autel d’enjeux politiques.

44D’autre part, le classement peut constituer un recours, pour le groupe minoritaire, contre les menaces de destruction et de dégradation. Mais tant que cette marque de reconnaissance institutionnelle est tributaire du pouvoir et ses institutions, auxquels revient la « légitimation patrimoniale », ce recours peut s’avérer vain, comme ce fut le cas de la Grande Synagogue de la Hara de Tunis, qui fut détruite en dépit de l’attachement communautaire à son classement et à sa préservation. Ceci démontre que la patrimonialisation dans un contexte minoritaire peut s’avérer plus complexe qu’en situation « classique ». Il s’agit d’un processus double, dépendant des rapports de force, des enjeux et des intérêts des acteurs en place (majoritaires et minoritaires). Le patrimoine en tant que marque identitaire et culturelle d’un groupe peut devenir dans ce contexte une source de conflits et un enjeu susceptible de manipulation, d’’instrumentalisation et de destruction.

Haut de page

Bibliographie

Amougou Emmanuel (dir.), 2004, La question patrimoniale. De la «patrimonialisation» à l’examen des situations concrètes, Paris, L’Harmattan.

Anonyme, 1911, « Fêtes religieuse juive à la synagogue de la Ghriba », Bulletin de la Société d’anthropologie et de biologie de Lyon, tome troisième, 1911, p. 88-89.

Bacha Myriam, 2013, Patrimoine et monuments en Tunisie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Bacha Myriam, 2017, « Paul Gauckler, le père Delattre et l’archevêché de Carthage : collaboration scientifique et affrontements institutionnels », Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA, [En ligne], mis en ligne le 24 octobre 2017, consulté le 25 octobre 2017, URL : http://inha.revues.org/7158.

Baïr Houda, 2009, « La première carte moderne de Tunis (1831-1832). Le travail de Falbe en contexte », Cybergeo : European Journal of Geography, Politique, Culture, Représentations, [En ligne], document 474, mis en ligne le 13 octobre 2009, consulté le 19 décembre 2011. URL : http://cybergeo.revues.org/22716 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22716.

Bruzon Paul, 1921, « Djerba », Le monde Illustré, 65ème année, n°3292, pp. 60-61.

Cazès David, 1889, Essai sur l’histoire des israélites de Tunisie : depuis le temps les plus reculés jusqu’à l’établissement du protectorat de la France en Tunisie, Paris, Librairie Armand Durlacher.

D’Anthoüard J, 1951, « En parcourant à pied de pays de Gammarth », Bulletin économique et social de la Tunisie, n° 48, pp. 58-61 ; n° 49, p. 51-56.

Davallon Jean, 2002, « Comment se fabrique le patrimoine ? », Sciences Humaines, Hors-Série, n° 36, Mars-Avril-Mai 2002, p. 74-77.

Davallon Jean, 2006, Le don du patrimoine : une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Hermès Science-Lavoisier.

Davallon Jean, 2014, « À propos des régimes de patrimonialisation : enjeux et questions », Conférence d’ouverture du Colloque Patrimonialização e sustentabilidade do património: reflexão e prospectiva, Lisbonne, Université nouvelle de Lisbonne, 27-29 novembre 2014, [En ligne], mis en ligne le 5 mars 2015, consulté le 25 Juillet 2017, URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01123906.

Davis Nathan, 1861, Carthage and her remains: excavations and researches on the site or the Phoenician metropolis in Africa, and other adjacent places, London, Eichaed Bentley.

De Vogüe Charles-Jean-Melchior, 1889, « Note sur les nécropoles de Carthage », Revue Archéologique, 3e série, tome 13, janvier-juin 1889, Paris, Ernest Leroux éditeur, p. 163- 186.

Delattre Alfred Louis, 1889, Les Lampes antiques du musée de Saint-Louis de Carthage, Lille, Imprimeries des facultés catholiques de Lille.

Delattre Alfred-Louis, 1883, « Épigraphie chrétienne de Carthage », Les Missions Catholiques, tome 15, janvier – décembre 1883, Paris, Victor Lacoffre, Libraire-éditeur, p. 119-120.

Delattre Alfred-Louis, 1887, Inscriptions latines de Carthage (épigraphie païenne), Vienne, R-J. Savigné, Imprimeur-Éditeur.

Delattre Alfred-Louis, 1891, Les lampes chrétiennes de Carthage, Lille, Desclée de Brouwer et Cie.

Delattre Alfred-Louis, 1895, Gamart ou la Nécropole juive de Carthage, Lyon, Imprimerie Mougin-Rusand, tiré à part (Extraits des « Missions Catholiques »).

Delattre Alfred-Louis, 18951, « Gamart ou la Nécropole juive de Carthage », Les Missions Catholiques, tome 27, janvier-décembre 1895, Paris, Victor Lacoffre, Libraire-éditeur, p. 9-11 et 20-22.

Delattre Alfred-Louis, 1904, « Deux hypogées de Gamart » suivi d’un commentaire du Dr Lucien Bertholon, La Revue Tunisienne, tome 11, p. 187-192.

El Annabi Hassen, 2012, « L’île de Jerba à travers le récit du voyageur allemand Ewald (début du XIXe siècle) », Mediterranean World, Mediterranean Studies Group Hitotsubashi University, Tokyo, p. 197- 204.

Ewald Christian Ferdinand, 1835, Reise des evangelischen Missionar Christian Ferdinand Ewald von Tunis nach Tripolis und wieder zurück, Nuremberg, Ferdinand v. Ebner, Londres, Black u. Armstrong.

Falbe Christian Tuxen, 1833, Recherches sur l’emplacement de Carthage, Paris, Imprimerie Royale.

Fellous Sonia, 20031, « Architecture des synagogues de Tunisie. Essai de typologie », Fellous Sonia (dir.), Juifs et musulmans en Tunisie. Fraternité et déchirements, Paris, Somogy éditions d’art – Société d’Histoire des juifs de Tunisie, p. 371-390.

Ferron Jean, 1951, « Inscriptions juives de Carthage », Cahiers de Byrsa, tome 1. Paris, imprimerie Nationale, p. 175-224.

Ferron Jean, 1956, « Un hypogée juif », Cahiers de Byrsa, tome 5. Paris, imprimerie Nationale, p. 105-117.

Gauckler Paul et Gagnat René, 1898, Les monuments historiques de la Tunisie (1ère partie : les monuments antiques). Les temples païens (avec des plans d’Eugène Sadoux), Régence de Tunis, Directions des antiquités et des Arts, Paris, Ernest Leroux éditeur.

Guilcher Goulven, « Les guides européens et leurs auteurs : clefs de lecture », In Situ, Revue des patrimoines [en ligne], n°15, 2011.

Haddad Charles, 1977, Juifs et arabes au pays de Bourguiba, Aix en Provence, Imprimerie Paul Roubaud.

Halbwachs Maurice, 1925, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Librairie Félix Alcan.

Jacqueton Gilbert et al., 1903, Algérie et Tunisie. Guides Joanne, Paris, Hachette.

Jarrassé Dominique et Bismuth Colette, 2010, Synagogues de Tunisie, monuments d’une histoire et d’une identité, Paris, Éditions Esthétiques du divers.

Joanne Adolphe, 1905, Tunis et ses environs. Guides Joanne, Paris, Hachette et Cie.

Kaufmann David, 1886, « Étude d’archéologie juive », Revue des Études Juives, tome 13, Paris, La Librairie A. Durlacher, p. 45- 61.

Lahmi Jacob, 1994, La Grande Synagogue de la Hara. Tunis, Québec, St Jean sur Richelieu.

Lallemand Charles, 1892, La Tunisie, pays de protectorat français, Paris, Ancienne Maison Quantin.

Lambert Paul, 1912, Dictionnaire illustré de la Tunisie : choses et gens de Tunisie, Tunis, Saliba Ainé Éditeur.

Larguèche Abdelhamid, 2002, Les ombres de la ville : Pauvres, marginaux et minoritaires à Tunis (XVIIIème et XIXème siècles), Tunis, Centre de Publication Universitaire.

Le Brune (dir.), 1901, Guides Pratiques Conty, Paris, Administration des Guides-Conty.

Leclercq Dom H, 1907, Manuel d’archéologie chrétienne depuis les origines jusqu’au VIIIe siècle, tome I, Paris, Letouzey Et Ané Éditeurs.

Lund John, 1995, « A synagogue at Carthage? Menorah-lamps from the Danish excavations », Journal of Roman Archeology, vol. 8, p. 245-262.

Manufacture Française des Pneumatiques Michelin, 1907, Guide Michelin pour l’Algérie et la Tunisie, Paris, Michelin guide.

Mbarek Afef, 2017, Patrimoines en contexte minoritaire en méditerranée : Statuts, usages et devenir. Le cas du patrimoine judéo-tunisien, Thèse de doctorat, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Médina Gabriel, 1894, « Note sur la nécropole prétendue phénicienne de Saint-Louis de Carthage », Revue Tunisienne, première année, n°3, juillet 1894, p. 379-385.

Merimi Mohamed, 2011, Juifs de Djerba et stratégies identitaires, Tunis, Diraset, Études Maghrébines.

Monceaux Paul, 1904, « Enquête sur l’épigraphie chrétienne d’Afrique », Revue Archéologique, 4e série, tome III, janvier-Juin 1904, Pari, Ernest Leroux éditeur, p. 354-373.

Revault Jacques, 1963, « La grande synagogue de la Hara de Tunis », Les Cahiers de Tunisie, 1er et 2e trimestres 1963, tome 11, n°41-42, p. 5-35.

Saadaoui Ahmed, 1999, « Les synagogues de Tunisie : recherches architecturales », Collectif, Histoire communautaire, histoire plurielle : la communauté juive de Tunisie, Actes de colloque de Tunis organisé les 25-26-27 Février 1998 à la Faculté de la Manouba, Tunis, Centre de publication Universitaire, p. 181-201.

Salomon Reinach, 1889, « Nouvelles archéologiques et correspondance », Revue Archéologique, Troisième Série, tome 13 (janvier-juin), p. 412-415.

Sebag Paul, 1959, L’évolution d’un ghetto nord-africain : la Hara de Tunis, Tunis, Publications de l’Institut des Hautes Études de Tunis.

Sebag Paul, 1991, Histoire des Juifs de Tunisie. Des origines à nos jours, Paris, Éditions L’Harmattan.

Slouschz Nahum, 1913, « Un voyage d’études juives en Afrique », Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des inscriptions et belles-lettres de l’Institut de France, première série, Sujets divers d’érudition, tome 12, 2e partie, p. 481- 565.

Stern Karen B, 2008, Inscribing Devotion and Death: Archaeological Evidence for Jewish Populations of North Africa, Boston, Brill.

Trumet De Fontarce Armand, 1896, Souvenirs d’Afrique. Algérie, Tunisie. Mission officielle, journal de voyage, Bar-Sur-Seine, Imprimerie Ve C. Saillard, Éditeur.

Valensi Lucette et Udovitch Abraham L, 1984, Juifs en terre d’Islam, la communauté de Djerba, France, Éditions des Archives Contemporaines.

Valensi Lucette, 2008, Mardochée Naggiar. Enquête sur un inconnu, France, Éditions Stock.

Véhel Jacques, 1936, « Lettre de Tunis », L’univers Israélite, 5 juin 1936, p. 586.

Wootten Hellen, 2016, La mission protestante au Maghreb aux XIX-XX siècles. Itinéraires, idéaux humanitaires, et récits du quotidien, Thèse de doctorat, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Zytnicki Collette, 2011, Les juifs du Maghreb : Naissance d’une historiographie coloniale, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne.

Haut de page

Notes

1 . Voir Valensi et Udovitch, 1984.

2 . Christian-Ferdinand Ewald est un missionnaire allemand né en 1803 dans une famille juive. Il se convertit au calvinisme et adhère à une organisation anglicane « The London Society for the Promotion of Chriastianity among the Jews », qui l’envoie en Afrique du Nord, avec pour mission de convertir au christianisme les autochtones, essentiellement les juifs. (Annabi, 2012, 198).

3 . Son nom complet est Martin Jacques Charles Lallemand. Il est écrivain, journaliste et peintre dessinateur français, né à Strasbourg en 1826 et mort à Bordeaux en 1904.

4 . Charles Lallemand confond ici les deux quartiers juifs de Djerba car la Ghriba se trouve dans la Hara Sghira (petite Hara) et non pas dans la Hara Kbira (la grande Hara) comme il le mentionne.

5 . Les guides Conty ont été publiés par Henri de Conty. Leur premier volume est apparu en 1861. Ces guides se distinguaient par leur style original et un ton populaire et familier différent des styles des grands guides (Guilcher, 2011).

6 . Paul Lambert arriva à Tunis en 1903. Presque aussitôt, il s’imposa comme l’un des journalistes les plus en vue du Protectorat. Il fut membre de nombreuses sociétés mutuelles et il devint rédacteur parlementaire de La Dépêche Tunisienne en 1926.

7 . Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN), série mouvement national, carton 18, dossier 6, document 26 : Note du contrôleur civil sur le tourisme à Djerba (1920-1921).

8 . Journal Officiel Tunisien (JOT), Arrêté du 7 mai 1921, JOT du 7 mai 1921, p. 602.

9 . JOT du 8 février 1922, Décret du 25 janvier 1922, p. 115.

10 . Le président Gaston Doumergue s’est rendu à la Ghriba de Djerba en 1931.

11 . Archives Nationales Tunisiennes (ANT). Série E/dossier 502/sous dossier 10/ document 3. Arrêté du 2 décembre 1925 relatif à l’institution d’un comité de gestion de la synagogue « Ghriba ».

12 . ANT. E/502/10/58. Lettre de Maatouk Cohen, président du comité de la Ghriba au contrôleur civil de Djerba au sujet du renouvellement des membres du comité et à l’octroi d’une personnalité morale. Le 7 juin 1946.

13 . ANT. E/502/10/146, décret du 11 Mars 1948 accordant la personnalité civile au comité de gestion de la synagogue « Ghriba » de Djerba.

14 . ANT. E/502/10/100. Lettre du secrétaire général du gouvernement au contrôleur civil de Djerba, au sujet du comité de gestion de la synagogue Ghriba. 23 juin 1947.

15 . Journal Officiel de la République Tunisienne (JORT). Loi n°58-78 du 11 juillet 1958 relative au régime du culte israélite. JORT, vendredi 11 juillet 1958, pp. 721-723.

16 . Paul Bruzon (1877-1951). Docteur en médecine et romancier français.

17 . Christian Tuxen Falbe est né le 5 avril 1791 dans le Royaume du Danemark. Il a séjourné dans la Régence de Tunis comme consul général du Danemark entre 1821et 1832 (Baïr Houda, 2009).

18 . Il est important de signaler ici que durant la période coloniale les découvertes archéologiques juives furent mises au jour de la même manière : des militaires ou des savants occidentaux, effectuant des travaux ou des recherches, se sont retrouvés devant des objets ou des sites juifs. Ils ont eu tendance au départ à les « christianiser », ou à les considérer comme étant puniques, mais l’étude plus approfondie a permis d’établir leur origine juive

19 . Nathan Davis (1812 – 1882), était un missionnaire protestant britannique, connu pour son travail sur le site de Carthage. Sa vie reste méconnue, mais nous savons qu’il est né à Londres. Il était probablement d’origine juive, il s’est converti au christianisme plus tard (Wootten, 2016, p. 235).

20 . Alfred-Louis Delattre. Missionnaire et archéologue français né en 1850 et mort en 1932 à Carthage.

21 . David Cazès est né en 1851 à Tétouan et décédé en 1913, c’est un instituteur et écrivain juif marocain. Envoyé à Paris durant sa jeunesse, il suit les cours de l’Alliance israélite universelle (AIU). À l’âge de 18 ans, il est envoyé par cette organisation pour établir et diriger diverses écoles primaires. C’est dans ce cadre qu’il débarque à Tunis en 1878.

22 . JOT, 13 février 1901, p. 153. Arrêté d’enquête pour le classement au titre de monument historique divers immeubles et sites y compris la nécropole de Gammarth.

23 . JOT, 18 mai 1901, p.495. Décret du 12 mai 1901 classant au titre de monuments historiques divers immeubles et sites y compris la nécropole de Gammarth (les caveaux de Djebel Khaoui).

24 . Ministère de la guerre, Service du génie, Chefferie du génie de Tunis. Concours d’architecture. Journal officiel de la République française (JORF), 4 avril 1945, p. 1871.

25 . Revault, 1963. Saadaoui, 1999. Fellous, 2003. Jarassée et Bismuth, 2010.

26 . ANT. SG4/68/3. Rapport de Mr. Bonhore, inspecteur des services administratifs sur l’aménagement du Quartier de la Hara.

27 . ANT. M5/11/778/298. Lettre du Secrétaire général du gouvernement tunisien à monsieur le directeur de l’intérieur, 7 novembre 1935.

28 . ANT. M5/11/778/295. Lettre du vice-président délégué de la municipalité à monsieur le directeur général de l’intérieur,e 6 novembre 1935.

29 . ANT. M5/11/778/56. Note pour monsieur le délégué de l’administration tunisienne, 8 avril 1936.

30 . ANT. A/2/19/2/45. Avis du Directeur des Antiquités et Arts sur le classement de la synagogue Dar Frayha, 23 février 1937.

31 . Bourguiba avait un projet qui tournait le dos au passé. Plusieurs composantes du patrimoine tunisien « arabe » ont été sacrifiées au nom de la modernité (le remplacement du cimetière musulman du Gorjani par un jardin public, la destruction de la Kasbah de Tunis et des ksour de Médenine).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Afef Mbarek*, « Entre classement et patrimonialisation : Les usages du patrimoine judéo-tunisien », L’Année du Maghreb, 19 | 2018, 55-69.

Référence électronique

Afef Mbarek*, « Entre classement et patrimonialisation : Les usages du patrimoine judéo-tunisien », L’Année du Maghreb [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/3970 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3970

Haut de page