Navigation – Plan du site
Patrimonialiser au Maghreb

La Soumaâ du Khroub ou l’invention du « Tombeau de Massinissa »

The invention of Massinissa’s Tomb
Mathilde Cazeaux
p. 71-80

Résumés

Non loin de Constantine (Algérie) s’élève un mausolée d’époque libyque appelé Soumaâ du Khroub (« Tour du Khroub ») ou « Tombeau de Massinissa », en référence au célèbre roi numide (202-148 aC). Le présent article retrace les différentes étapes de la patrimonialisation de cet édifice, et examine comment le fait d’associer un édifice à la mémoire d’un personnage historique joue dans ce processus. En effet, c’est au moment des campagnes scientifiques qui accompagnent l’armée de conquête française que la Soumaâ est répertoriée, décrite et représentée comme objet de patrimoine et ce sont des savants français qui formuleront les premiers l’hypothèse de son attribution à Massinissa, au début du xxe siècle. Après l’indépendance, les spécialistes écarteront cette possibilité, mais les institutions et les médias algériens continuent de la désigner sous le nom de « Tombeau de
Massinissa ». Et c’est autour de cette mémoire, en contradiction avec le « regard savant » que se construit la cohérence du site actuel, dont la dernière partie vise à mesurer le degré de patrimonialisation.

Haut de page

Texte intégral

1À une quinzaine de kilomètres de Constantine, sur une colline qui domine la localité d’El Khroub, s’élèvent les vestiges d’un mausolée. De celui-ci, seul subsiste un socle quadrangulaire en pierre de taille, couramment appelé, du fait de sa forme de tour, la « Soumaâ du Khroub ». On le nomme aussi « Tombeau de Massinissa » ; c’est d’ailleurs sous ce dernier nom qu’il est référencé dans Google Maps1. Pour mémoire, Massinissa fut, de 202 à 148 a. C., le premier roi de Numidie à entrer dans l’histoire sous la plume des historiens grecs et romains, qui en laissèrent l’image d’un roi glorieux et paré de qualités insignes. Cirta, l’actuelle Constantine, considérée comme l’une des villes royales de ce souverain, se trouve à une quarantaine de kilomètres de là.

  • 2 . Une première campagne de fouilles avait été menée en 1861 par la Société archéologique de Constan (...)

2La Soumaâ du Khroub est sans aucun doute un tombeau, comme l’ont montré les premières fouilles complètes2, réalisées en 1915 par l’équipe de François Bonnell, architecte du Gouvernement général de l’Algérie, qui ont révélé la présence d’un caveau funéraire dans le soubassement. Ce fut ce même Bonnell qui, le premier, suggéra que l’hôte de celui-ci fût Massinissa (Bonnell, 1915, p. 171), hypothèse qui fut contestée dès sa formulation (Thépenier, 1915), avant d’être résolument écartée à la fin des années 1970, lorsqu’une équipe archéologique allemande analysa le mobilier et les cendres contenus dans le caveau (Alföldi, 1979). La dénomination « Tombeau de Massinissa » ne se justifie donc que pour sa première moitié.

3L’histoire récente de la Soumaâ permet d’explorer plusieurs aspects de la constitution d’un monument en objet patrimonial. Tout d’abord, comme beaucoup de monuments d’Afrique du Nord, elle permet d’observer comment une nation nouvelle s’est approprié un patrimoine défini comme tel par le regard colonial. Ensuite, comme on vient de le voir, le processus de patrimonialisation de ce monument inclut une contradiction entre les thèses scientifiques, qui réfutent l’attribution à Massinissa, et les représentations construites par les différents acteurs de la patrimonialisation, que ce soit les institutions étatiques, celles qui développent le tourisme, ou encore les médias. La présente étude n’aura pas pour but de porter sur le site un jugement de valeur fondé sur l’évaluation de son « authenticité », mais visera à étudier les mécanismes de construction d’un lieu patrimonial. Dans cette perspective, la discordance relevée entre les représentations savantes et les représentations des institutions ou du public permettra, entre autres, de considérer ce qu’apporte à un monument le fait d’être associé à la mémoire d’un personnage important de l’histoire nationale. Dans un dernier temps, à travers l’analyse des derniers aménagements ou projets d’aménagement du lieu, je m’interrogerai sur le degré de patrimonialisation du monument.

Le patrimoine national, héritage du colonialisme

4Les ruines de la Soumaâ semblent n’avoir été mentionnées par aucun récit de voyage en arabe. En revanche, dès le XVIIIe siècle, le voyageur anglais Thomas Shaw témoigne de leur existence, bien qu’il ne les ait vraisemblablement pas vues (Fournel, 1849, p. 256). À partir de la conquête française, le mausolée va être pris dans la grande vague d’observation et d’inventaire qui accompagne les avancées de l’armée (Dondin-Payre, 2000 ; Oulebsir, 2004). Comme bien d’autres monuments, il entre alors dans un processus de patrimonialisation.

5Lors de l’expédition de 1836 contre Constantine, Sir Grenville Temple et le chevalier Falbe, deux membres de la Société pour l’exploration du sol de Carthage, décrivent les ruines dans leur Relation d’une excursion à Constantine à la suite de l’armée française (Falbe et Temple, 1838, p. 42‑43).

6Par la suite, la Soumaâ se trouvera sur l’itinéraire de l’Exploration scientifique de l’Algérie (Dondin-Payre, 1994), ce qui donnera lieu quasi simultanément à plusieurs reproductions en images, en premier lieu sous le crayon d’Adrien Berbrugger, futur Inspecteur général des Monuments historiques, dans l’Algérie historique, pittoresque et monumentale (Berbrugger, 1843, p. 27). Suivent plusieurs dessins par l’architecte formé aux Beaux-Arts Amable Ravoisié (Ravoisié, 1846, p. 75‑80, pl. 61-64), qui en propose également une restitution, et enfin les lithographies et les plans du capitaine Delamare (Delamare, 1850, pl. 161). Ces trois dessinateurs se retrouvèrent en concurrence. Berbrugger, dont les dessins ne reçurent pas l’approbation de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, les publia chez Delahaye (Oulebsir, 2004, p. 103 n. 3). Ceux de Delamare n’étaient pas du goût de Ravoisié, qui estimait qu’il empiétait sur ses prérogatives en dessinant des monuments anciens. Finalement, la publication de l’Exploration scientifique laissera une place aux deux hommes, de manière parfois redondante, comme dans le cas qui nous occupe (Oulebsir, 2004, p. 57). En étant sélectionnée à plusieurs reprises dans ce type de publication officielle, la Soumaâ se charge d’une valeur patrimoniale. Répertoriée, dessinée, sa silhouette est rendue familière aux Français et intègre le paysage monumental de l’Algérie.

7Les fouilles archéologiques constituent l’étape suivante de la patrimonialisation. Une première campagne, assez superficielle, est entreprise en 1862 par la Société archéologique de Constantine (Remond et Cherbonnaud, 1862). Dans le catalogue Monuments antiques de l’Algérie, Stéphane Gsell, alors Inspecteur des antiquités de l’Algérie, consacre à la Soumaâ un exposé qui prend en compte les résultats de celle-ci (Gsell, 1901, p. 61‑62). Une deuxième campagne de fouilles est menée en 1915-1916 par les architectes du Service des Monuments historiques, sous la direction de François Bonnell. C’est à ce moment que sont réalisés les premiers clichés photographiques de l’édifice et du matériel découvert à l’intérieur, qui paraîtront dans la Revue de la Société archéologique de Constantine (RSAC) en 1915. En effet, cette fois-ci, le mausolée est entièrement démoli, le caveau fouillé, avant que l’édifice soit remonté, mais en partie seulement. Et ce, au grand dam des archéologues : Gsell, en particulier, accuse les architectes d’avoir détruit les traces du passé et regrette que l’équipe n’ait pas fourni les « renseignements détaillés et précis qu’exigeaient une découverte de cette importance » (Gsell, 1927, p. 257).

8L’histoire du mausolée nourrit notre connaissance de la collaboration entre architectes et archéologues dans la patrimonialisation de certains monuments, collaboration qui n’allait pas, comme on le voit, sans conflit de méthode.

Discordances de représentation : pourquoi associer la Soumaâ à Massinissa est-il si important ?

Attribuer le mausolée à Massinissa : un héritage colonial ?

  • 3 . « Le sanctuaire de Massinissa au Khroub (Constantine), une mémoire dispersée par le vent », djaza (...)

9Attribuer le mausolée à Massinissa n’est très certainement pas une tradition autochtone. À cet égard, mon sentiment diverge de celui d’Amar Belkadi, qui évoque la présence à cet endroit d’une source nommée « Aïn Massinissa » et en tire l’hypothèse que cette désignation soit la trace d’une mémoire du roi numide perpétuée depuis l’Antiquité (Belkadi, 2002, p. 339). Gsell, sur lequel il s’appuie en note, ne mentionne à ma connaissance rien de tel (Gsell, 1901, p. 61‑62), et la mémoire du nom de Massinissa est absente des traditions écrites de la région durant tout le Moyen-Âge et la période précédant la colonisation. À mon sens, il s’agit plutôt d’une mémoire reconstruite a posteriori. Une variante moins spécifique est l’appellation la tour du diable, attestée en 20113, qui s’explique sans doute par le caractère atypique et de l’étrangeté de ce type de construction dans les environs.

  • 4 . Diversement orthographié pour transcrire l’arabe : Temple et Falbe l’écrivent « El-Soumah » ; Rav (...)
  • 5 . Cité par Oulebsir (Oulebsir, 2004, p. 13).

10Quoi qu’il en soit, tous les témoins du xixe siècle rapportent que le nom donné au monument est soumaâ4, de l’arabe qui signifie « tour, minaret » (Ravoisié, 1846, p. 75 ; Remond et Cherbonnaud, 1862, p. 69). Il apparaît également que les Français ont tout de suite cherché à l’associer à un personnage célèbre, suivant en cela une conception du monument que traduit la définition du dictionnaire de l’Académie française (édition de 1814) : « Le monument est une marque publique destinée à transmettre à la postérité la mémoire de quelque personne illustre ou de quelque action célèbre »5.

11Le premier candidat fut, en dépit de toute vraisemblance, l’empereur Constantin (Fournel, 1849, p. 256 ; Gsell, 1901, p. 62). L’hypothèse étant sans fondement, elle laissa rapidement libre cours à d’autres suppositions. Ravoisié suggérait, pour sa part, un Grec de la colonie de Cirta, ou un riche Romain (Ravoisié, 1846, p. 76). Il faut attendre le rapport des fouilles de 1915 pour trouver pour la première fois l’idée que le destinataire et/ou le commanditaire du tombeau aurait été Massinissa. À l’appui de cette thèse, Bonnell s’autorise des textes anciens et argue que Massinissa serait le seul roi connu de la région susceptible d’avoir fait naître une telle reconnaissance parmi ses sujets (Bonnell, 1915, p. 171). Cependant, cette attribution est loin d’être considérée comme acquise. Au sein même du numéro de la RSAC dans lequel Bonnell expose sa théorie, son confère E. Thépenier la réfute et argumente en faveur d’une datation plus ancienne du mausolée et de son attribution à « un chef punique sur lequel l’histoire est muette » (Thépenier, 1915, p. 199).

  • 6 . Polybe en premier lieu, mais également Strabon, Tite-Live, Appien, Diodore de Sicile, Dion Cassiu (...)
  • 7 . Fournel a d’ailleurs relevé la ressemblance troublante entre l’appellation arabe Soumaâ (la tour) (...)

12Séduisante, l’idée fait son chemin sans jamais être catégoriquement affirmée, faute de preuve scientifique. Ainsi, en 1901, Gsell se bornait à une prudente hypothèse au sujet d’un prince de Cirta, espérant la découverte d’une inscription : « L’édifice imposant que nous venons de décrire se dressait en vue de Cirta : peut-être a-t-il été le tombeau d’un prince qui régnait dans cette ville » (Gsell, 1901, p. 65). Vingt-six ans plus tard, il évoquera plus hardiment l’attribution à Massinissa, bien que toujours sous forme d’interrogation : « On peut se souvenir que Masinissa [sic] mourut en 148 dans Cirta, sa capitale : le bassin d’argent trouvé au fond de la Çoumâ contiendrait-il les cendres de cet illustre souverain ? » (Gsell, 1927, p. 260). En 1960, Gabriel Camps, sans s’y attarder, indiquait que le mausolée était « généralement attribué à Massinissa » (Camps, 1960, p. 288). La persistance de cette idée s’explique naturellement par la satisfaction que trouve l’esprit à ramener l’inconnu au connu, mais également par le cheminement inverse : tous les historiens de l’époque coloniale avaient en tête l’image que les auteurs grecs et romains6 donnent de Massinissa, celui du plus illustre et du plus puissant roi de la Numidie. Dès lors, il était difficile de ne pas chercher sa sépulture, comme on a pu le faire, a fortiori, pour Alexandre7. Peu de figures identifiées, peu de vestiges restants : la Numidie antique laisse souvent sur sa faim l’esprit avide de certitudes.

« Tombeau de Massinissa » ou « Mausolée royal de Numidie », dénomination populaire contre dénomination savante

  • 8 . Rakob, reprenant Alföldi, penche pour attribuer les ossements à Micipsa et à son fils Hiempsal, s (...)
  • 9 . Polybe, Hist. XXXVI.16.2 et 5 ; Diodore de Sicile XXXII.16.1 ; Appien Lib. 500, Tite-Live, Per. L (...)

13Or, des analyses plus précises ont été menées à la fin des années 1970, écartant la possibilité d’une attribution à Massinissa. Le mobilier funéraire, datant de la fin du IIe siècle a. C., est donc trop tardif au regard de la mort du roi, disparu en 148 a. C. D’autre part, les restes humains se sont révélés appartenir à deux hommes, l’un âgé d’une soixantaine d’années et l’autre d’une vingtaine d’années, ce qui exclut donc Massinissa8, dont les textes affirment unanimement qu’il atteignit quatre-vingts ans9.

  • 10 . Un cas voisin de double dénomination se trouve dans le « Mausolée royal de Maurétanie », dans la (...)
  • 11 . https://fr.wikipedia.org/wiki/Massinissa ; https://ar.wikipedia.org/wiki/%D9%85%D8%A7%D8%B3%D9%8A (...)
  • 12 . F. Hamadou, « Tombeau de Massinissa : Un patrimoine en déperdition », El Watan, 19/01/2010. Pour (...)
  • 13 . Enregistré et publié par une chaîne berbériste « ImazighenLibya », il est disponible sur Youtube (...)

14En dépit de cette expertise, la Soumaâ reste largement liée à sa mémoire, et la dénomination « Tombeau de Massinissa » est largement véhiculée10. Les pages Wikipédia consacrées à Massinissa, en français et en arabe11, présentent ainsi toutes deux une image de la Soumaâ avec la légende « tombeau de Massinissa ». Les médias francophones et arabophones l’emploient unanimement dans le titre des articles de journaux, comme cet article d’El Watan intitulé « Tombeau de Massinissa : Un patrimoine en déperdition » 12, ou encore « Le sanctuaire de Massinissa au Khroub (Constantine), une mémoire dispersée par le vent », sur le site djazairess.com, en date du 27/04/2011. La télévision relaie également ce nom ; un reportage d’Algérie Presse Services, intitulé « le Tombeau du roi amazigh Massinissa au Khroub » a été diffusé à la télévision le 22 mai 201313 ; on a pu voir également, le 9 octobre 2016, sur la chaîne d’Ech-chourouq, un reportage portant le titre suivant : « Constantine : le tombeau de Massinissa. Le témoin de la longue histoire de la Numidie en lutte avec le temps ».

  • 14 . « Où se trouve la tombe de Massinissa ? », djazairess.com, 22/09/2014.
  • 15 . O.-S. Merrouche, « Il faut refaire la fouille du tombeau de Massinissa », El Watan, 24/09/2014.
  • 16 . W. Bouchakour, « Une énigme passionnante », El Watan, 27/09/2014.

15Il n’est cependant pas rare qu’après ces titres, la presse pose la question de l’attribution, ce qui signifie que cette appellation est susceptible d’accrocher l’intérêt du lecteur et que Massinissa fait partie d’un imaginaire collectif. Dans certains cas, le débat autour de l’identification constitue même le sujet de l’article14. Le quotidien El Watan a par exemple cherché la réponse auprès du monde scientifique et publié en septembre 2014, au moment d’un colloque international organisé au Khroub, un dossier fourni faisant la synthèse des communications, ainsi qu’une interview de l’universitaire médiéviste Abderrahmane Khelifa, sous le titre : « Il faut refaire la fouille du tombeau de Massinissa15 ». L’un des articles est consacré à ce débat et résume ainsi la contradiction : « Les scientifiques s’interrogent encore quand les profanes ne veulent pas douter16 ».

  • 17 . Ajoutons à cette liste l’article « Le mausolée de Massinissa d’El Khroub à l’abandon ! » sur le b (...)
  • 18 . Interview d’ O.-S. Merrouche précédemment citée.
  • 19 . Il est alors qualifié de « patrimoine en perdition », « un monument représentant un pan important (...)

16Cette phrase semble indiquer que l’on serait là face à un choix calculé. En effet, parmi les articles précédemment cités, ceux qui parlent sans hésitation de « Tombeau de Massinissa » ont pour objectif de déplorer les dégradations subies par le monument17. Quand elle est liée, via un personnage célèbre, à une page glorieuse de l’histoire de l’Algérie, la Soumaâ est davantage perçue comme « patrimoine national18 », patrimoine à défendre et à revendiquer19. Une telle dénomination apparaît donc comme une façon de « faire patrimoine », en faisant naître un attachement affectif pour un édifice associé à un ancêtre identifié. Chargé sentimentalement, le monument devient une source de fierté et de responsabilité à la fois : il apparaît comme l’héritage matériel d’un père à ses fils, coïncidant avec l’étymologie du mot « patrimoine ».

Du monument au site : la Soumaâ est-elle un lieu de patrimoine ?

17C’est sans doute pour cette raison que les institutions culturelles et politiques maintiennent inlassablement ce lien. Ainsi, la Soumaâ a été inscrite en 2002 sur la liste indicative de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO)20 au titre de « tombeau de Massinissa, grand unificateur du Maghreb antique ». De même, en septembre 2014, le Haut-commissariat à l’amazighité (HCA), organisant sous le patronage du ministère de la Culture le colloque international intitulé « Massinissa, au cœur de la consécration du premier État numide », a choisi, symboliquement21, de l’organiser au Khroub.

18Afin d’étudier, dans un dernier temps, le degré de patrimonialisation de la Soumaâ, je m’appuierai sur le concept de heritagescape, proposé par Mary-Catherine E. Garden (Garden, 2006). Un site patrimonial se construit, selon elle, par la construction d’un paysage fondé sur trois caractéristiques : la définition de frontières, la cohésion et la visibilité (physique et culturelle). Comme nous l’avons vu, ce dernier critère paraît rempli, puisque la Soumaâ, située sur une hauteur, marque le paysage et que, d’autre part, elle est désignée par les instances officielles et médiatiques comme un objet patrimonial.

19Les frontières spatiales n’ont été définies qu’assez tard, dans les années 2000, par la construction d’une clôture, qui fait passer le monument isolé au statut de site. En outre, l’entrée a été particulièrement soignée : un parking pour les visiteurs a été aménagé, auquel on accède en passant sous une sorte d’arc de triomphe en béton, peint en saumon et blanc, orné d’effigies qui rappellent les portraits monétaires de Massinissa. En revanche, aucun moyen n’est mis en œuvre pour expliquer ce que représente l’espace inclus ou ce qui le justifie. Toutefois, malgré les barrières, le site n’est guère distingué du paysage dans lequel il se trouve. En effet, il n’y a pas de ticket ou d’accueil susceptible de marquer une séparation. De plus, dans les années 2000 également, une ville nouvelle a été créée sur le flanc de la colline et dotée du nom de « Massinissa », qui instaure des liens forts entre les deux espaces.

  • 22 . Courrier de la ministre de la Culture Khalida Toumi au Wali de Constantine, le 6 avril 2006.
  • 23 . De fait, la campagne de restauration a détérioré l’édifice, et l’espace entre les piliers a été r (...)
  • 24 . Français, arabe, anglais.

20Au regard du cadre fixé par Garden, la cohésion est sans doute ce qui fait le plus défaut pour que cet espace puisse pleinement être considéré comme un lieu patrimonial. En 1999, le Président Bouteflika avait annoncé un projet de site et prévoyait la restauration du mausolée, puis l’aménagement d’un « village numide » autour de celui-ci. La première partie du projet a été réalisée, suscitant une violente opposition de la part du ministère de la Culture22. Celui-ci s’est déclaré indigné de ce que les travaux de restauration du tombeau eussent été confiés à des entreprises de bâtiment, sans faire appel à l’Agence nationale d’archéologie23, entraînant de ce fait d’importantes dégradations. En définitive, pour le moment du moins, le projet de « musée à ciel ouvert » a fait long feu. Cependant, afin de rendre lisible la dimension historique du lieu, une plaque trilingue24 portant un court texte à la gloire de Massinissa avait été placée sur le monument resté isolé. Elle a disparu depuis, laissant dès lors le site dépourvu de toute explication pour accompagner le visiteur : ni panneau, ni brochure ne le présente ni n’organise sa visite. Le visiteur doit donc décoder les lieux uniquement à partir de ce qu’il sait sur l’histoire du site ou de ce qu’il imagine.

  • 25 . Des travaux ont été entrepris il y a une vingtaine d’années sous la responsabilité de la Wilaya d (...)

21Nous sommes donc là face à un site patrimonialisé par les discours dont il est l’objet plus que par l’expérience offerte au visiteur à travers le paysage patrimonial construit par l’organisation du site. En revanche, on remarque que la cohésion de ce dernier, notamment le lien entre l’entrée moderne et les ruines antiques, repose essentiellement sur la mémoire de Massinissa qui, à elle seule, attire les visiteurs. Le site est ainsi nettement plus fréquenté qu’un autre mausolée numide, connu sous le nom de Medracen (ou ses variantes Medghacen, Madracen ou encore Imedghassen), situé à 90 km de là. Certes, celui-ci ne bénéficie pas du voisinage de la grande ville de Constantine, cependant il est proche de Batna, cinquième ville du pays en termes de population, et ses vestiges imposants sont visuellement plus impressionnants que le socle en pierres de la Soumaâ ; mais il est certain que le fait de ne pouvoir le rattacher à la mémoire d’un personnage prestigieux joue dans le peu d’intérêt que lui accordent les autorités nationales. Bien qu’il ait été inscrit sur la liste indicative de l’UNESCO en même temps que la Soumaâ, aucune campagne de restauration n’a été menée à bien25 et seule une grille matérialise la frontière du site. Cependant, le Medracen témoigne lui aussi du souci d’associer un monument de ce type à une personnalité : en effet, son nom même, selon le voyageur al-Bakri, viendrait de Madghès, roi zénète sans doute légendaire (Camps, 2010, p. 4835‑4836). Mais celui-ci n’a pas l’épaisseur littéraire et imaginaire d’un Massinissa.

22En retour, faire de la Soumaâ le tombeau de Massinissa, c’est aussi s’approprier, par un objet tangible, par une preuve factuelle, sa figure. C’est faire du grand Aguellid un Algérien – surtout si l’on pense que l’hypothèse alternative la plus souvent retenue au sujet de l’emplacement de la sépulture du roi la situe à Dougga, en Tunisie. La patrimonialisation de ces pierres autorise la récupération mémorielle d’un personnage prestigieux.

23Plusieurs ruptures s’opèrent ainsi dans la réception de la Soumaâ du Khroub, correspondant à trois situations historiques. À l’époque de la colonisation française, l’intérêt qu’on lui prête est d’ordre scientifique ou pittoresque, mais non symbolique. À partir de l’indépendance, le monument prend une dimension particulière : sa présence dans le paysage est perçue comme un signe matériel de l’ancrage des racines de l’Algérie dans les temps les plus anciens. Les mots par lesquels l’ambassadeur algérien M. Sahnoun préfaçait l’ouvrage Die Numider, où étaient présentés les résultats des fouilles allemandes de la Soumaâ, sont révélateurs à ce sujet : « Pour l’Algérie cette période des rois numides constitue l’une des périodes les plus importantes de la formation de la nation Algérienne [sic]. La Charte Nationale proclame en effet : “L’Algérie n’est pas une création récente. Déjà, sous Massinissa, fondateur du premier État numide, et de Jugurtha, initiateur de la résistance à l’impérialisme romain, s’était dessiné le cadre géographique et commençait à se forger le caractère national qui devaient tous deux affirmer leur permanence à travers le développement historique de l’Algérie durant plus de deux millénaires”. »

24Depuis une ou deux décennies, la Soumaâ s’oriente vers une nouvelle réception. En effet, si le patrimoine est, étymologiquement, ce que l’on hérite de ses pères, le lien fantasmé entre elle et Massinissa, roi numide, roi berbère, associe le mausolée à une identité amazigh dont les rapports d’inclusion à l’identité algérienne sont pour le moins complexes, et ce depuis la période coloniale. Dire que la Soumaâ est un vestige de Massinissa, c’est impliquer qu’elle représente une culture autochtone antérieure à l’islam et à l’occupation arabe. Et cela pose inévitablement la question suivante : la Soumaâ est-elle perçue comme patrimoine algérien ou patrimoine berbère ?

25Considérer la Soumaâ comme un patrimoine algérien est une idée qui peut se heurter à une certaine définition de l’identité algérienne, fondée sur l’arabité et l’islam26. Ce qui est certain, c’est qu’elle est un objet privilégié de la revendication amazigh, en tant que preuve indéniable et visible par tous du passé anté-islamique. L’actuel président de l’Assemblée populaire communale (APC) du Khroub27 promeut d’ailleurs activement la culture amazighe dans sa commune28. Le mausolée cristallise sans conteste les revendications identitaires, comme on peut le voir à travers une photo29 prise le 20 avril 2015, et relayée par le site berbériste Tamurt, où l’on voit un groupe de jeunes gens juchés sur la Soumaâ arborer le drapeau amazigh, à la fois pour commémorer le déclenchement du Printemps berbère en 1980 et pour contester la manifestation « Constantine, capitale de la culture arabe ». Cependant, l’on manque d’outils pour comparer ce monument à des objets patrimoniaux relevant de la civilisation arabo-islamique et pour déterminer si l’origine numide de ce monument influe sur sa perception par les autorités algériennes elles-mêmes, qui semblent ouvrir la définition de l’identité nationale à la composante amazigh, comme l’a montré, entre autres, la récente décision de faire de Yennayer, le nouvel an berbère, une fête chômée.

Haut de page

Bibliographie

Aïbèche Youcef, 2003, « Le mausolée royal de la Soumaâ », L’Algérie au temps des royaumes numides, G. Sennequier et C. Colonna (dir.), Paris, Somogy, p. 97-100.

Alföldi Maria, 1979, « Die Geschichte des numidischen Königreiches und seine Nachfolger », Die Numider, H.G. Horn et C.B. Rüger (dir.), Köln, Rheinland-Verlag GmbH, p. 43‑74.

Badi Dida (dir.), 2015, Massinissa : Au cœur de la consécration du premier État numide, Alger, Haut-Commissariat à l’Amazighité.

Belkadi Amar, 2002, Recherches sur le royaume de Numidie à la veille de l’absorption par Rome, Thèse de doctorat, Paris, Université Panthéon-Sorbonne.

Benseddik Nacéra, 2011, « Alexandrie et Carthage : l’archéologie princière numide », Les Phéniciens en Algérie : les voies du commerce entre la Méditerranée et l’Afrique noire, Alger, Ministère de la Culture - Algérie, p. 214‑221.

Benseddik Nacéra, 2012, Cirta-Constantine et son territoire, Arles, Errance.

Berbrugger Adrien, 1843, Algérie historique, pittoresque et monumentale : recueil de vues, monuments, cérémonies, costumes, armes et portraits, dessinés d’après nature, avec texte descriptif des localités, moeurs, jeux et divertissements des habitants de l’Algérie, Paris, Delahaye.

Bonnell François, 1915, « Monument gréco-punique de la Souma (près Constantine) », Recueil des Notices et Mémoires de la Société archéologique de Constantine, vol. XLIX, p. 167‑178.

Camps Gabriel, 1960, « Aux origines de la Berbérie : Massinissa ou les débuts de l’histoire », Libyca, vol. 8, p. 1‑320.

Camps Gabriel, 2010, « Medracen », Encyclopédie berbère, vol. 31, p. 4834‑4852.

Delamare Adolphe Hedwige Alphonse, 1850, Exploration scientifique de l’Algérie. Archéologie, Paris, Imprimerie Nationale.

Dondin-Payre Monique, 1994, La Commission d’exploration scientifique d’Algérie : une héritière méconnue de la Commission d’Égypte, Abbeville, Paillart.

Dondin-Payre Monique, 2000, « L’armée d’Afrique face à l’Algérie romaine : enjeux idéologiques et contraintes pratiques d’une œuvre scientifique au XIXe siècle », Africa Romana, vol. 13, p. 725‑745.

Falbe C.T et Temple Grenville T., 1838, « Relation d’une excursion à Constantine à la suite de l’armée française », Annales des voyages, de la géographie, de l’histoire et de l’archéologie : avec cartes et planches, Paris, Challamel aîné, p. 5‑55.

Fournel Henri, 1849, Richesse minérale de l’Algérie : accompagnée d’éclaircissements historiques et géographiques sur cette partie de l’Afrique septentrionale, Paris, Imprimerie nationale.

Garden Mary-Catherine E., 2006, « The Heritagescape: Looking at Landscapes of the Past », International Journal of Heritage Studies, vol. 12, n° 5, p. 394411.

Gsell Stéphane, 1927, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord. Tome VI. Les royaumes indigènes : vie matérielle, intellectuelle et morale, Paris, Hachette.

Gsell Stéphane, 1901, Les monuments antiques de l’Algérie, Paris, A. Fontemoing.

Horn Heinz Günter et Rüger Christoph B. (dir.), 1979, Die Numider : Reiter und Könige nördlich der Sahara. Reinisches Landesmuseum Bonn, Ausstellung 29.11.1979 - 29.2.1980, Cologne, Rheinland-Verlag GmbH.

Laporte Jean-Pierre et Kherbouche Farid, 2010, « Mausolées », Encyclopédie berbère, vol. 31, p. 4758‑4777.

Larguèche Abdelhamid, 2008, « L’Histoire à l’épreuve du patrimoine », L’Année du Maghreb, IV, p. 191-200.

Oulebsir Nabila, 2004, Les usages du patrimoine : monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930), Paris, Éditions de la MSH.

Rakob Friedrich, 1983, « Architecture royale numide », Publications de l’École française de Rome, vol. 66, n° 1, p. 325‑348.

Ravoisié Amable, 1846, Exploration scientifique de l’Algérie. Beaux-Arts, architecture et sculpture, Paris, Firmin Didot.

Remond et Cherbonnaud A., 1862, « Rapport à M. le Préfet du Département de Constantine sur les fouilles du Soumaa (Monument du Khroub) », Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine, p. 68‑75.

Thépenier E., 1915, « Réflexions et suppositions au sujet des découvertes faites à la Souma », Recueil des Notices et Mémoires de la Société archéologique de Constantine, vol. 49, p. 185‑199.

Haut de page

Notes

1 https://www.google.fr/maps/place/Tombeau+de+Massinissa/@36.2721751,6.7229343,17z/data=!3m1!4b1!4m5!3m4!1s0x12f172ebab98f035:0x305cc8cff781a822!8m2!3d36.2721751!4d6.7251283 (consulté le 17/01/2018).

2 . Une première campagne de fouilles avait été menée en 1861 par la Société archéologique de Constantine, mais n’avait pas exploré le soubassement dans sa totalité (Gsell, 1901, p. 64).

3 . « Le sanctuaire de Massinissa au Khroub (Constantine), une mémoire dispersée par le vent », djazairess.com, 22/09/2014 (http://www.djazairess.com/akhbarelyoum/116205).

4 . Diversement orthographié pour transcrire l’arabe : Temple et Falbe l’écrivent « El-Soumah » ; Ravoisié et Delamare, « Souma » ; Fournel, « S’ôma’ » ; Remon et Cherbonneau, « le Soumaa » ; Gsell, « la Souma » dans les Monuments, « la Çouma » dans l’Histoire ancienne de l’Afrique du Nord VI ; Bonnell, « la Souma ».

5 . Cité par Oulebsir (Oulebsir, 2004, p. 13).

6 . Polybe en premier lieu, mais également Strabon, Tite-Live, Appien, Diodore de Sicile, Dion Cassius, Plutarque, Cicéron, Silius Italicus, pour ne citer que les principaux.

7 . Fournel a d’ailleurs relevé la ressemblance troublante entre l’appellation arabe Soumaâ (la tour) et le mot grec Sôma (Σῶμα, le corps) qui désigne chez Strabon le mausolée d’Alexandre (Fournel, 1849, p. 257).

8 . Rakob, reprenant Alföldi, penche pour attribuer les ossements à Micipsa et à son fils Hiempsal, suivi en cela par N. Benseddik (Alföldi, 1979, 58 n. 77 ; Rakob, 1983, 336 ; Benseddik, 2011, 218). J.-P. Laporte et F. Kherbouche laissent la question ouverte (Laporte et Kherbouche, 2010, 4763).

9 . Polybe, Hist. XXXVI.16.2 et 5 ; Diodore de Sicile XXXII.16.1 ; Appien Lib. 500, Tite-Live, Per. L.5 ; Pline l’Ancien Hist. Nat. V.156.

10 . Un cas voisin de double dénomination se trouve dans le « Mausolée royal de Maurétanie », dans la wilaya de Tipaza, appelé communément « Tombeau de la Chrétienne ».

11 . https://fr.wikipedia.org/wiki/Massinissa ; https://ar.wikipedia.org/wiki/%D9%85%D8%A7%D8%B3%D9%8A%D9%86%D9%8A%D8%B3%D8%A7 (pages consultées le 17/01/2018).

12 . F. Hamadou, « Tombeau de Massinissa : Un patrimoine en déperdition », El Watan, 19/01/2010. Pour n’en citer que quelques autres : « Constantine 2015 : Le tombeau de Massinissa, témoin de l’épopée de l’unificateur de la Numidie » (http://www.radioalgerie.dz/news/fr/article/20150504/39251.html) ; http://www.kassaman.com/article-le-mausolee-de-massinissa-d-el-khroub-a-l-abandon-72675444.html  ; http://www.lematindz.net/news/13103-constantine-le-fantome-de-massinissa.html (pages consultées le 17/01/2018).

13 . Enregistré et publié par une chaîne berbériste « ImazighenLibya », il est disponible sur Youtube (https://www.youtube.com/watch?v=btDozDEsNvM).

14 . « Où se trouve la tombe de Massinissa ? », djazairess.com, 22/09/2014.

15 . O.-S. Merrouche, « Il faut refaire la fouille du tombeau de Massinissa », El Watan, 24/09/2014.

16 . W. Bouchakour, « Une énigme passionnante », El Watan, 27/09/2014.

17 . Ajoutons à cette liste l’article « Le mausolée de Massinissa d’El Khroub à l’abandon ! » sur le blog Kassaman, 27 avril 2011 (http://www.kassaman.com/article-le-mausolee-de-massinissa-d-el-khroub-a-l-abandon-72675444.html), ou encore l’article précédemment cité de F. Hamadou « Tombeau de Massinissa : un patrimoine en déperdition ».

18 . Interview d’ O.-S. Merrouche précédemment citée.

19 . Il est alors qualifié de « patrimoine en perdition », « un monument représentant un pan important du patrimoine matériel du pays » (article de Kassaman précédemment cité).

20 . http://whc.unesco.org/fr/listesindicatives/1776/

21 . Voir l’allocution de bienvenue du P/APC d’El Khroub, Abdelhamid Aberkane dans les actes du colloque (Badi, Dida, 2015, p. 14). Une journée intitulée « Massinissa et les vestiges dans la commune d’El Khroub » avait déjà eu lieu le 16 juin 1998.

22 . Courrier de la ministre de la Culture Khalida Toumi au Wali de Constantine, le 6 avril 2006.

23 . De fait, la campagne de restauration a détérioré l’édifice, et l’espace entre les piliers a été rempli par des moellons.

24 . Français, arabe, anglais.

25 . Des travaux ont été entrepris il y a une vingtaine d’années sous la responsabilité de la Wilaya de Batna, la Direction de l’urbanisme de la Wilaya et un bureau d’études de la ville d’Alger. Les moyens employés ont conduit à une forte dégradation de l’édifice et ont été dénoncés par des associations locales de protection du patrimoine et par des spécialistes. Ces travaux n’ont jamais été terminés, laissant un trou béant dans les gradins et des échafaudages tout autour du Medracen, au point que l’on envisage une campagne de « dérestauration », comme le formulait en 2007 le « Schéma directeur des zones archéologiques et historiques » publié par le Ministère de la Culture algérien (p. 115). En 2012, une collaboration entre l’Union européenne et l’Algérie a mis en place un programme « Patrimoine » visant à la sauvegarde de trois sites : le Medracen, la Casbah d’Alger et le Musée des Antiquités d’Alger. Dans ce cadre, la visite d’experts est prévue pour le mois de septembre 2018.

26 . Le grief que l’on fait parfois aux ruines romaines d’être le fait de l’étranger, et qui les exclut d’office du patrimoine algérien, ne peut valoir pour la Soumaâ, qui est un mausolée numide, même si elle emprunte à des codes architecturaux hellénistiques (Rakob, 1983). D’aucuns parlent d’une forme de « refoulement » du patrimoine berbère par les autorités algériennes (Larguèche, 2008).

27 . Abdelhamid Aberkane, depuis 2012.

28 . S. Hammoum, « El Khroub ou l’histoire fusionnelle d’une cité antique », Le Soir d’Algérie, 11/10/2014.

29 . http://www.tamurt.info/celebration-du-20-avril-a-constantine-par-les-chawis/. Voir également les commentaires sur le blog « Le portail des hommes libres » (http://aokas-aitsmail.forumactif.info/t270-tombe-de-massinissa-cirta-constantine).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Cazeaux, « La Soumaâ du Khroub ou l’invention du « Tombeau de Massinissa » », L’Année du Maghreb, 19 | 2018, 71-80.

Référence électronique

Mathilde Cazeaux, « La Soumaâ du Khroub ou l’invention du « Tombeau de Massinissa » », L’Année du Maghreb [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/4025 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.4025

Haut de page

Auteur

Mathilde Cazeaux

CRISES – Université Paul-Valéry Montpellier III.

Articles du même auteur

Haut de page