Navigation – Plan du site
France-Algérie : Les défis de la transmission

L’histoire aux prises avec les mémoires. L’exemple du musée avorté de Montpellier sur l’histoire de la France et de l’Algérie

When history grapples with memories. The example of the aborted Montpellier museum on the history of France and Algeria
Jean-Robert Henry
p. 133-164

Résumés

Plusieurs initiatives récentes ont entrepris de mettre les savoirs historiques produits sur les rapports franco-maghrébins à la portée du grand public, notamment scolaire. Le Musée d’Histoire de la France et de l’Algérie (MHFA) à Montpellier était l’une des plus ambitieuses. Reformulant un projet tourné initialement vers les attentes mémorielles des Français d’Algérie, il avait mobilisé des dizaines de professionnels du patrimoine et de chercheurs français et algériens pour tenter de proposer un parcours commun dans l’histoire des deux pays. Il s’agissait moins de confronter des mémoires multiples et divergentes que d’inviter les porteurs de celles-ci à se soumettre à un devoir d’histoire pour mieux entrer en dialogue.

Mais en juin 2014, le nouveau maire de Montpellier a décidé brutalement d’arrêter le projet de musée, sous la pression notamment des associations algérianistes. Cette décision a suscité pendant plusieurs mois un très vif et large débat public. L’article, écrit par l’ancien président du Comité scientifique du musée, rappelle la genèse et le développement du projet et s’interroge sur les raisons structurelles et conjoncturelles, locales et nationales, qui ont pesé sur son abandon. En sens inverse, la forte réaction des milieux universitaires et culturels a cependant contribué à valider l’intérêt de l’entreprise, comme en témoignent la survie de certains aspects du projet et la tentative du chef de l’Etat de le relancer en 2016. La leçon qui reste de cette expérience est que l’histoire croisée de la France et du Maghreb est plus que jamais nécessaire, mais trouve difficilement sa place dans des politiques mémorielles aux objectifs ambigus.

Haut de page

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . C’est l’observation que j’ai pu faire en présidant au début des années 1990 la commission Valoris (...)

1De nombreux chercheurs se livrent à des opérations de « valorisation » dans lesquelles ils s’appliquent à transmettre au grand public certains résultats de leurs recherches, avec le souci de renforcer l’inscription de leur activité scientifique dans la société. Ces opérations qui se développent dans les sciences sociales comme dans les « sciences dures » prennent notamment la forme de pilotage scientifique d’expositions ou de collaborations avec des institutions muséales. Mais le retour d’expérience des chercheurs impliqués dans ces opérations est relativement rare1. Or, elles ouvrent de riches pistes de réflexion sur leurs retombées scientifiques, sur les modes de vulgarisation du savoir savant, sur l’inscription sociale de la recherche et sur les rapports des chercheurs aux acteurs institutionnels et politiques. C’est ce qui m’a conduit à sortir du non-dit ou des évidences lorsque je me suis trouvé moi-même en situation de collaborer à des opérations muséographiques et d’en tirer ensuite quelques éléments de réflexion, qui ne s’étendent pas cependant à la réception de ces opérations par le public, faute de données suffisantes pour en parler.

  • 2 . Une première analyse de cette exposition avait été présentée lors de la Journée d’études organisé (...)

2La réalisation en 2003, puis la circulation en France et en Algérie d’une exposition grand public sur l’histoire des rapports entre les deux pays, m’avait déjà donné l’opportunité de revenir, comme commissaire scientifique et comme chercheur, sur la gestion concrète du rapport entre histoire et mémoires dans une telle opération. Ce fut l’objet d’une contribution pour le dossier « La fabrique des mémoires au Maghreb » de L’Année du Maghreb (Henry, 2008, p. 149-170)2.

3Une décennie plus tard, l’expérience plus complexe et plus lourde de la création puis de l’abandon du Musée de Montpellier sur l’histoire de la France et de l’Algérie donne l’occasion d’approfondir cette réflexion, sans minimiser le rôle des raisons plus obscures et des considérations de gouvernance locale qui ont abouti à cet abandon.

  • 3 . L’Algérie dépassionnée (Savarèse, 2008) publie un long rapport collectif sur le projet de Perpign (...)

4Entre temps, la question du rapport entre histoire et mémoires n’a cessé d’être présente dans le débat public à propos de l’Algérie. Elle a été au cœur de la polémique sur l’article 4 de la loi du 23 février 2005 relatif à l’enseignement du « rôle positif de la présence française outre-mer ». Cet article, proposé par plusieurs dizaines de parlementaires, mais adopté en séance avec 14 députés présents (Bertrand, 2006), fut finalement délégalisé par le Conseil constitutionnel puis abrogé par décret, non sans avoir empêché la signature du Traité d’amitié et de coopération franco-algérien. La polémique sur l’histoire franco-algérienne a rebondi en 2006 à la suite d’une décision du Conseil municipal de Perpignan créant un Centre de documentation historique sur l’Algérie comprenant des salles d’exposition, une bibliothèque, un local pour le Centre algérianiste (créé en 1973) et un « mur des disparus ». Un « collectif des opposants » à cette opération a dénoncé un « Musée à la gloire de la colonisation ». Une réponse plus académique à ce projet fut la Journée d’études organisée à l’Université de Narbonne en avril 2007 à l’initiative d’Eric Savarese pour réfléchir sur la façon de « montrer l’Algérie au public » en respectant les exigences scientifiques3. Le débat a encore resurgi en 2012 lors du 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, dans ce pays mais aussi en France, à propos notamment de l’exposition sur l’Algérie organisée par le Musée des Invalides. Dans le souci de favoriser l’apaisement, a été adoptée, peu avant la visite du président Hollande en Algérie, la loi du 6 décembre 2012 relative à la reconnaissance du 19 mars comme journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc. Mais le maire de Perpignan fit savoir aussitôt qu’il ne la respecterait pas.

5Tous ces exemples, parmi d’autres, témoignent de la difficulté persistante à assumer l’histoire croisée de la France et de l’Algérie, de la France et du Maghreb. Beaucoup de chercheurs s’emploient à la dépasser, mais l’entreprise se révèle ardue quand il s’agit de rendre accessible au grand public un savoir historique qui heurte ou relativise les voix et certitudes de la mémoire ou qui tente d’établir des passerelles avec elles. C’était l’objectif du projet de Musée sur l’Histoire de la France et de l’Algérie (MHFA) à Montpellier, tel qu’il avait été redéfini en 2012. La mise en œuvre du projet et son abandon deux ans plus tard alors qu’il était sur le point d’être achevé illustrent de façon exemplaire les divers obstacles auxquels se trouvent confrontées les initiatives visant à créer des musées ou à monter des expositions historiques quand elles se déploient dans un environnement sensible et se heurtent à des politiques mémorielles soumises aux considérations électorales locales.

  • 4 . À l’échelle modeste de l’expérience relatée ici, la nécessité d’articuler la fonction de particip (...)

6Ici aussi, c’est en tant que chercheur et acteur à la fois que je voudrais évoquer cette expérience. Sollicité en 2012 pour devenir le président du Comité scientifique du musée, je ne peux porter un regard seulement externe sur l’opération ou en parler avec la totale distanciation à laquelle inviterait la démarche scientifique. Mais il ne s’agit pas non plus de livrer un discours justificatif sur l’action entreprise. J’ai veillé, dans mon positionnement initial, au fil de l’avancement du projet et après son abandon, à conserver, autant que possible, une posture de chercheur dans et sur ma pratique. La réalisation d’une exposition est une activité de création intellectuelle à fondement scientifique dont on ne peut rendre compte qu’en assumant la possibilité, voire la nécessité, d’en parler à la première personne (et sous sa propre responsabilité). Il ne peut y avoir objectivation totale d’un processus dans lequel on a été partie prenante4. Du moins y a-t-il un temps pour la description d’une telle opération et de ses nombreuses péripéties, et un temps pour la réflexion à en tirer. C’est cette démarche en deux temps qui ordonne globalement la présente contribution.

I. La longue histoire d’un projet

7En mai et juin 2014, les médias français et algériens ont donné un écho important à l’« affaire » du musée de Montpellier sur l’histoire de la France et de l’Algérie, c’est-à-dire à la décision soudaine de Philippe Saurel, nouveau maire de cette ville, d’abandonner ce projet à quelques mois de l’ouverture du musée. Une décision annoncée dans une conférence de presse, sans concertation préalable avec les professionnels et les chercheurs impliqués, mais adoptée apparemment sous la pression des milieux algérianistes. Il affirmait en même temps sa volonté de consacrer l’espace affecté au musée à l’art contemporain.

8Les réactions à cette décision chez ceux qui avaient été impliqués dans le projet ont été vives et relayées largement à l’époque dans les milieux intellectuels, chez les professionnels de la culture et dans les medias. Mais le maire de Montpellier, devenu également président de l’Agglomération, n’est pas revenu sur sa décision de mettre fin à une opération qui présentait pourtant un grand intérêt, à plusieurs titres :
– d’abord en ce qui concerne la cohabitation dans les deux pays des très nombreuses mémoires individuelles et collectives issues de la colonisation, de la guerre d’Algérie, de l’émigration ou de la coopération ;
– ensuite pour ce qui touche à la gestion symbolique des rapports franco-algériens présents et à venir ;
– enfin, parce que le projet de musée était au cœur de la mise en œuvre concrète du rapport entre histoire et mémoires, qui nourrit aussi bien le débat public que le débat scientifique.

9L’importance des réactions suscitées par l’abandon du projet a paradoxalement contribué à souligner l’intérêt et la pertinence des objectifs poursuivis, comme le montre le récit des péripéties et prolongements de cette affaire. C’est cette aventure (et mésaventure) du projet de musée de Montpellier sur l’Algérie et la France que je voudrais d’abord évoquer et analyser, en tant qu’ancien président du Comité scientifique de ce musée.

  • 5 . Sur l’influence réelle ou supposée de cet électorat dans le sud de la France, voir Savarese (2014 (...)

10L’affaire avait mal commencé en 2003. En dépit du réchauffement spectaculaire à cette époque des relations franco-algériennes, et à contre-courant de L’Année de l’Algérie en France, célébrée par d’importantes manifestations officielles mais aussi par plus de deux mille opérations initiées par la société civile, un Musée d’histoire de la France en Algérie avait été créé à l’initiative de Georges Frêche, maire PS de Montpellier, par une délibération de la municipalité en date du 28 février 2003. Il était voué exclusivement à célébrer la mémoire communautaire des Français d’Algérie, défendue par les associations algérianistes, très actives dans la région, et par là à fidéliser l’électorat « pied-noir »5. En décembre 2005 le projet, dont la coloration coloniale suscitait quelques réticences chez la nouvelle maire de Montpellier, Hélène Mandroux, fut transféré à la communauté d’agglomération, dont le président restait Georges Frêche. Un très beau local lui avait été attribué dès 2003 dans le centre ville (l’ancien hôtel de l’état-major, avec un grand parc de 8000 m2), permettant de faire au prix d’importants travaux un espace utile de 3000 m2 consacré au musée et à ses annexes. Sur le budget important consacré au projet, et plusieurs fois réévalué, une enveloppe de 3 millions fut affectée à la constitution des collections, qui fut entreprise activement par une attachée de conservation.

  • 6 . « Rien à faire des commentaires d’universitaires trous du cul. On les sifflera quand on les solli (...)

11Mais sur le plan intellectuel et conceptuel, le projet piétinait et se révélait infaisable. La responsable désignée n’était pas en position de préciser l’objet du musée et de proposer une politique scientifique. Et surtout, la concertation imaginée entre les associations de rapatriés et le conseil scientifique nommé en 2004 par G. Frêche ne parvenait pas à fonctionner. Des chercheurs impliqués, comme Jacques Frémeaux, commencèrent à se désengager. En novembre 2005, une vive polémique opposa dans la presse régionale et nationale l’historien Daniel Lefeuvre, qui « ne voulait pas servir la soupe aux politiques ou aux associations de rapatriés » à Georges Frêche qui renvoya en termes crus et méprisants les chercheurs à leurs études6. En réponse, l’ensemble du comité scientifique présenta sa démission. L’écho de ce contentieux fut considérable dans les milieux universitaires où on parlait de plus en plus de « musée de la honte » pour désigner le projet, ce qui faisait fuir les collaborations potentielles.

12Devant l’impasse, G. Frêche, qui était lui-même un historien du droit confirmé, et qui avait milité contre la guerre d’Algérie lorsqu’il étudiait à la Faculté de Droit de Paris à la fin des années cinquante, admit qu’il fallait reconstruire le projet sur une base plus scientifique que mémorielle, en montrant « les ombres et les lumières » de l’histoire. Quelques mois avant sa mort (survenue en octobre 2010), il missionna une conservatrice du patrimoine, à qui il demanda un diagnostic de la situation. Celle-ci proposa d’asseoir la collection sur des critères rigoureux, de faire reconnaître la vocation nationale du musée par la demande du label « musée de France », et de recréer un conseil scientifique. Il ne restait en effet de l’ancienne équipe scientifique que le professeur Charles-Olivier Carbonell, historien originaire d’Algérie, qui plaidait dans le même sens. Conscient que l’Algérie coloniale n’était pas une société idyllique, mais une société ségréguée dont il fallait présenter les contrastes, il considérait lui aussi qu’il fallait repenser le projet de musée, tourné initialement vers les attentes mémorielles des Français d’Algérie, pour en faire un véritable musée d’histoire. C’est ce que dirent également des chercheurs comme Benjamin Stora et Sébastien Denis. Une plaquette sur le futur musée fut éditée en octobre 2010, qui semblait tenir compte de cet infléchissement du projet.

  • 7 . Le catalogue de cette exposition a été publié en 2003 en France par l’éditeur Images en manœuvres (...)

13Malheureusement, le professeur Carbonell, gravement malade, ne survécut pas longtemps à Georges Frêche. C’est pourquoi la nouvelle conservatrice me contacta en octobre 2011 pour l’aider dans son entreprise et dans la réorientation du projet. Elle savait que j’avais été, avec l’aide des archivistes Fouad Soufi et Daniel Hick, commissaire de l’exposition L’Algérie et la France. Destins et imaginaires croisés, réalisée en 2003 pour la Direction des Archives de France à l’occasion de L’Année de L’Algérie en France7. Cette exposition d’une quarantaine de panneaux, mise en scène par André Frère, avait été présentée une quinzaine de fois en France et montrée en 2005 à Alger et Oran. Son esprit convergeait avec la nouvelle problématique recherchée pour le musée de Montpellier : présenter une histoire des relations franco-algériennes, qui réponde aux questions des différentes mémoires générées par cette histoire, sans être prisonnière des pièges et conflits du « devoir de mémoire », une histoire aussi qui sache bousculer les bornes du temps colonial pour s’ouvrir au passé et surtout au présent.

14La nouvelle approche du musée rejoignait aussi sur beaucoup de points celle adoptée pour la réalisation, à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie, d’une exposition montée par le Musée de l’Armée aux Invalides en 2012 sous le titre « Algérie 1830-1962. Avec Jacques Ferrandez ».

  • 8 . Cf. Algérie 1830-1962, avec Jacques Ferrandez, ouvrage réalisé à l’occasion de l’exposition réali (...)

15L’exposition des Invalides était audacieuse par sa liberté de ton : elle prenait des distances avec le rôle joué par l’armée durant la guerre d’Algérie, notamment le soutien à l’Algérie française ; la violence était montrée sous tous ses aspects, y compris la pratique de la torture ; une totale liberté avait été accordée aux chercheurs qui avaient participé à sa réalisation. Ma contribution personnelle avait consisté à écrire ou réécrire le texte des différentes séquences de l’exposition ; j’avais également publié deux articles dans le catalogue accompagnant cette exposition8.

  • 9 . Selon le témoignage personnel donné par les deux intéressés. L’évolution du débat historique sur (...)

16Cette exposition qui avait failli ne pas avoir lieu (elle avait été soutenue par le ministre de la Défense Gérard Longuet, alors que le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, était réservé) a obtenu un succès et un intérêt inattendus auprès du public français, mais elle a aussi suscité l’intérêt en Algérie : la ministre de la Culture y avait envoyé deux universitaires algériens – Naget Khadda et Slimane Hachi - pour lui en faire un compte-rendu, lequel fut très positif9.

La mise en œuvre du nouveau projet

17À Montpellier, où une équipe de professionnels publics et privés œuvrait déjà à la réalisation du projet muséographique, je fus mis en contact par la conservatrice avec le collaborateur du président d’agglomération qui suivait directement ce projet en tant que responsable des affaires culturelles de la métropole. Cette rencontre se répéta à chacun de mes passages à Montpellier, dans le but de tenir l’administration de tutelle régulièrement informée de nos démarches et du pilotage scientifique du projet. Aucune réserve ne fut jamais exprimée à ce niveau.

18Par ailleurs, il convenait de faire connaître l’infléchissement du projet au public sans susciter d’emblée une réaction négative des associations et milieux « pieds-noirs ». La formule choisie fut celle d’une exposition et de conférences organisées dans le cadre du Festival Cinemed (du 26 octobre au 3 novembre 2012). L’exposition de 2003 sur « l’Algérie et la France », rénovée formellement et légèrement actualisée, fut remobilisée à cette fin. Elle fut visitée par un public nombreux qui fut également fortement présent lors des conférences. Aucune réaction hostile ne fut enregistrée lors des conférences et aucun commentaire négatif ne fut porté sur le livre d’or de l’exposition. Peut-être que la communication publique des instances politiques sur le nouveau projet avait été trop prudente ; c’est un reproche qui a été fait a posteriori. Mais ce type de communication ne relevait pas directement de la compétence de l’équipe qui préparait le musée.

  • 10 . Un qualificatif qui ne rend pas compte de la diversité des mémoires du milieu « pied-noir », même (...)

19À partir de cette époque, le travail muséographique s’intensifia, ainsi que la multiplication des contacts avec le milieu de la recherche : il était important de remobiliser sur une base claire les chercheurs qui avaient fui le projet, en faisant valoir qu’ils étaient invités à participer à une entreprise historique et non mémorielle ou « communautaire »10. La prise de hauteur historique était la seule voie possible pour s’adresser avec le maximum de crédibilité et de sérénité aux porteurs des différentes mémoires associées à l’histoire des deux pays. En d’autres termes, il s’agissait de compléter et dépasser le nécessaire et légitime travail des mémoires par un devoir d’histoire sans se soumettre à un « devoir de mémoire » difficile à cerner. Parallèlement à ces contacts scientifiques, il fallait aussi obtenir l’aval et la confiance de l’autorité de tutelle sur l’infléchissement du projet.

  • 11 . L’invitation du président Moure à venir échanger avec lui sur le projet muséal destiné à aborder (...)

20Sur ce point, une réunion décisive eut lieu le 7 décembre 2012 avec le président de l’agglomération de Montpellier, Jean-Pierre Moure, sur son invitation et en présence de ses principaux collaborateurs11.

21Le président Moure, ancien collaborateur de G. Frêche, adhéra au nouveau projet que nous présentions avec la conservatrice, et me demanda d’aider à le réaliser. J’acceptai volontiers, sous réserve de conserver une grande liberté d’action, et que ne soient pas imposés administrativement des choix ou des décisions avec lesquels je ne serais pas d’accord. Pour mieux garantir ma liberté et notamment celle de quitter le projet au cas où il ne me conviendrait plus, je ne demandais pas de rémunération.

22Ma tâche consistait à contribuer à la finalisation intellectuelle du projet muséographique à côté de l’équipe de la conservatrice, mais aussi à solliciter la participation de chercheurs et à monter un conseil scientifique, sur la nécessité duquel M. Moure partageait notre avis.

23Au cours de la réunion du 7 décembre, je lui ai suggéré d’écrire au président de la République, qui devait se rendre quelques jours plus tard en voyage officiel en Algérie, pour l’informer de l’évolution du projet et d’une certaine façon la valider. La lettre envoyée le 13 décembre 2012 (Cf. annexe 1) exposait la nouvelle orientation du musée : « contribuer à la connaissance de l’histoire commune de nos deux pays dans le cadre des savoirs scientifiques actuels, donner une place équilibrée et sensible à toutes les mémoires qui y sont associées, et préparer un avenir commun dans l’ouverture aux thématiques contemporaines de nos sociétés ». L’ouverture aux autres sociétés maghrébines et méditerranéennes était soulignée. La lettre précisait également les conditions scientifiques et budgétaires de la réalisation du projet (un budget de 20 millions d’euros). L’inauguration du musée était prévue pour le second semestre 2014.

24Cette lettre reçut le 4 janvier suivant une réponse favorable du Président de la République, sous la signature de sa directrice de cabinet, Sylvie Hubac (annexe 2).

25Cette réponse reprenait la nouvelle orientation proposée pour le musée, celle d’une « histoire de la France et de l’Algérie », en précisant : que le président « forme le vœu que cette initiative puisse contribuer à l’émergence d’une mémoire apaisée de l’histoire des relations entre les deux rives de la Méditerranée ». Une formule qui nous convenait dans la mesure où nous espérions à terme élargir le champ France-Algérie à l’histoire des relations avec le Maghreb.

26Au cours des mois suivants, les efforts furent déployés pour donner à l’entreprise ses meilleures chances d’aboutir. Il s’agissait d’abord de reformuler le projet en fonction des nouvelles orientations, puis de le diffuser auprès de personnalités et de responsables susceptibles de l’appuyer, en faisant valoir le nouveau titre proposé (Musée d’histoire de la France et de l’Algérie), qui confirmait la conversion du projet de musée mémoriel en musée d’histoire.

27Par ailleurs, des contacts furent pris, en mai et juin 2013, avec des responsables officiels algériens et français pour expliquer ces nouvelles orientations et susciter leur soutien. Ainsi, le consul général d’Algérie à Marseille, qui avait déjà encouragé l’exposition de 2003, se montra très favorable à l’initiative.

28Lors d’un séjour de recherche en Algérie en mai 2013, je la présentai à divers interlocuteurs qui l’accueillirent positivement :
– l’Ambassadeur de France, très séduit et qui promit son appui ;
– Slimane Hachi, directeur du CNRPAH et proche collaborateur de la ministre algérienne de la Culture ;
– le recteur de l’Université de Tlemcen ;
– Monsieur Redha Malek, ancien premier ministre.

29Un autre moment important de la maturation du projet se situa en juin 2013. La Comédie du Livre organisée à Montpellier et centrée cette année-là sur la littérature algérienne fut l’occasion d’évoquer le projet avec des responsables culturels algériens et avec des autorités politiques. À l’initiative d’Ahmed Mahiou, le consul d’Algérie à Montpellier organisa dans son bureau une réunion de travail sur le sujet, à laquelle participèrent la chef de cabinet de la ministre algérienne de la Culture et son directeur du Livre. Une visite du chantier fut organisée pour ces responsables. Les réactions furent très favorables, même si la nature du partenariat franco-algérien faisait débat. Beaucoup plaidaient pour une liberté d’action totale des chercheurs français et algériens associés à l’opération, tandis que le consul penchait davantage pour une collaboration inter-étatique. Une deuxième réunion, sous forme d’un déjeuner de travail organisé à nouveau par le consul, eut lieu le 4 janvier 2014 à Montpellier.

30Lors de la Comédie du Livre, un long entretien de Benjamin Stora accordé à La Gazette de Montpellier contribua à diffuser auprès du grand public l’information sur la reformulation du projet. Il n’y eut pas, à nouveau, de réaction négative.

La reconstitution d’un réseau scientifique

31Une entreprise relativement plus longue fut la remobilisation au service du projet de plusieurs dizaines de chercheurs français et algériens. À cette fin, les réseaux constitués depuis l’époque de la coopération entre chercheurs français et algériens furent sollicités, mais on fit aussi largement appel à la nouvelle génération d’historiens français de l’Algérie. À Montpellier même, une petite équipe d’universitaires s’activait autour de Paul Pandolfi, Paul Siblot, Pierre Boutan et Julien Mary. Sur le fond, tous ceux qui nous ont rejoints adhéraient à l’idée qu’il ne s’agissait pas de confronter des mémoires antagonistes mais de proposer aux porteurs de celles-ci un détour par l’histoire pour aider à les rapprocher ou du moins à les faire cohabiter. Par ailleurs, tous les chercheurs statutaires ou retraités acceptaient de participer bénévolement à l’entreprise pour marquer leur indépendance par rapport aux pouvoirs politiques.

32Une liste définitive des membres du Conseil scientifique fut soumise à l’automne 2013 au président d’agglomération qui l’avalisa en janvier 2014.

33Le Conseil scientifique du MHFA se composait d’un Comité de parrainage de six membres (Ahmed Djebbar, Marc Ferro, Naget Khadda, Ahmed Mahiou, Georges Morin et Benjamin Stora), et d’un Comité scientifique permanent de onze membres que je présidais. Nous avions demandé que la porte reste ouverte à d’autres nominations et surtout à des collaborations conjoncturelles sur des opérations spécifiques (élaboration d’une salle du parcours permanent, expositions temporaires quand elles exigent l’organisation d’un conseil scientifique). Au total donc, un dispositif souple et évolutif.

34Avant même leur nomination officielle, les chercheurs avaient commencé à travailler dans deux directions :
– l’exposition permanente en 15 salles, dont la dernière sur les cinquante dernières années (J. R. Henry) et l’avant-dernière sur la guerre d’Algérie (Sylvie Thénault) ;
– des expositions temporaires, dans les deux espaces prévus à cet effet, et dont plusieurs étaient très avancées : l’Algérie et la France au miroir de la Grande guerre, l’archéologie en Algérie, l’Algérie à l’école.

35D’autres projets d’expositions temporaires étaient à l’étude, sur Abd el-Kader, sur la littérature et la peinture maghrébine, sur la contribution des militaires maghrébins aux deux guerres mondiales… L’intérêt de ces expositions était de renouveler régulièrement l’intérêt du public pour le musée. On avait l’espoir que certaines d’entre elles auraient vocation à circuler de l’autre côté de la Méditerranée.

La crise ouverte par l’abandon du projet

  • 12 . Par lettre du 13 mai, qui faisait suite à un entretien ambigu sur l’avenir du projet que Monsieur (...)
  • 13 . Le pré-rapport de la délibération du Conseil d’agglomération du 19 juin 2014 affirme qu’il s’agis (...)

36Un travail intensif, intellectuel et muséographique, avait été effectué par les professionnels de la culture et les chercheurs pour ouvrir le musée au printemps 2015, malgré un certain retard, indépendant de leur volonté, dans l’aménagement matériel des bâtiments et surtout dans le versement des crédits par l’agglomération, qui devait faire face à d’autres dépenses imprévues de plusieurs millions d’euros. Tout ce travail était pratiquement achevé lorsque Philippe Saurel, qui venait d’être élu maire en mars 2014 puis président de la communauté d’agglomération de Montpellier en avril, annonça le 14 mai, au cours d’une conférence de presse, sa décision d’arrêter le projet de musée sur la France et l’Algérie – malgré l’intérêt qu’il lui avait manifesté durant la campagne électorale – et de dédier l’espace libéré à l’art contemporain. Les raisons de cette décision soudaine, qui fit l’effet d’un coup de tonnerre, ne sont pas claires. Elle a été prise sans aucune concertation avec les professionnels et les chercheurs, sans information véritable sur l’état d’avancement du projet12, et sans évaluation de ses conséquences financières pour l’agglomération de Montpellier. Quant à la conversion du musée en espace d’art contemporain, elle était à peine à l’état d’ébauche13. De même que l’idée, avancée par M. Saurel durant quelques jours, puis abandonnée, d’un transfert de MHFA dans une ancienne caserne à aménager en périphérie de Montpellier.

37Deux jours après l’annonce de sa décision par M. Saurel, le Conseil scientifique du MHFA lui adressa le 16 mai 2014 une lettre ouverte (annexe 3) qui déplorait le triple gâchis engendré par l’abandon du musée :
– un gâchis intellectuel, à savoir la remise en cause ou l’anéantissement du travail réalisé depuis plusieurs années par les muséographes et les chercheurs ;
– un gâchis financier, puisque 15 millions d’euros avaient déjà été dépensés pour le MHFA, sans être entièrement réversibles sur un projet très différent dont on ne connaissait encore rien ;
– un gâchis politique, à l’échelle internationale, nationale et locale (que deviendrait notamment le jumelage de Montpellier avec Tlemcen ?)

  • 14 . La pensée algérianiste s’est développée à partir de 1898 dans la minorité européenne d’Algérie co (...)

38Sur tous ces points, les conséquences de la décision de renoncer au musée semblaient lourdes, comme le soulignait un autre courrier adressé aux élus de l’Agglomération. Il faut y ajouter ce que l’abandon du projet coûtait aux Français d’Algérie eux-mêmes. C’était un quatrième gâchis. Comme pour l’abandon en 2005 du Traité d’amitié et de coopération franco-algérien, les associations ont préféré empêcher la réalisation d’une opération qu’elles ne pouvaient plus contrôler, mais qui était susceptible de répondre à leurs attentes mémorielles, si elles acceptaient de sortir de la guerre des mémoires en reconnaissant l’existence et la légitimité d’autres mémoires greffées sur l’histoire franco-algérienne. Or, fixés sur une vision du temps colonial caractérisée par leur identification à l’idéologie « algérianiste »14, les plus radicaux représentants des associations n’ont pas voulu comprendre que la survie à long terme des mémoires de leur « communauté » passait par la reconnaissance des autres mémoires associées à l’histoire des rapports entre la France et l’Algérie. Ainsi que je l’ai expliqué aux responsables du CDHA d’Aix qui m’avaient invité à venir débattre avec eux en juin 2014, le problème n’était pas de célébrer un devoir de mémoire hypothétique et sacralisé, mais de s’imposer un devoir d’histoire pour mieux répondre aux questions posées par l’inéluctable travail de mémoire qui touche sur des modes divers tous ceux dont les itinéraires personnels ou collectifs ont croisé la relation franco-algérienne.

39P. Saurel ne répondit pas au Conseil scientifique, sinon pour lui reprocher, devant le Conseil d’agglomération du 19 mai, d’avoir fait passer son message par Mediapart. Il précisa lors de cette réunion ses griefs contre le projet de MHFA, c’est-à-dire son retard et aussi le fait de n’avoir consulté « à aucun moment » les représentants officiels de l’Algérie, « en l’occurrence le Consul d’Algérie ». Une affirmation en totale contradiction avec les faits que nous avons rappelés plus haut.

40Outre celle des acteurs directement impliqués dans le projet, la décision de Philippe Saurel a suscité une forte réaction dans les milieux universitaires et culturels. Un intense débat public s’est instauré pour combattre la décision et tenter de faire revenir son auteur en arrière. La pétition lancée par des universitaires de Montpellier à l’initiative de P. Siblot et P. Boutan a recueilli près de 4900 signatures et le soutien du Conseil scientifique de l’Université de Montpellier et de plusieurs associations d’historiens. La polémique suscitée par la renonciation au musée a pris aussi une tournure médiatique : environ 80 articles de presse, très majoritairement défavorables à l’abandon du musée, ont été publiés sur l’affaire du MHFA dans la presse nationale et régionale, ainsi qu’en Algérie. Et des radios comme France Culture lui consacrèrent plusieurs émissions.

41Mais, finalement, le Conseil d’agglomération, qui avait reporté une première fois sa réunion, confirma le 19 juin 2014 la décision de son président de substituer au « Musée d’histoire de la France et de l’Algérie » un « pôle national d’art contemporain ». Les arguments en faveur de cette « réorientation » et de la résiliation des marchés qui en découlait étaient énoncés dans un pré-rapport qui s’appuyait sur une série de griefs souvent discutables et parfois faux contre le MHFA, comme l’affirmation déjà signalée qu’il n’y avait eu aucune concertation avec les autorités algériennes. C’était faire le procès d’un projet dont les auteurs n’avaient à aucun moment été admis à présenter leur défense ou même à fournir des informations utiles. La délibération du Conseil fut très animée en raison d’interventions de conseillers opposés à l’abandon du musée, comme l’ancien président de l’agglomération et la fille de Georges Frêche. Mais la majorité proche de M. Saurel l’emporta. La bataille pour le maintien du MHFA avait duré près de six semaines.

42Son sort aurait peut-être été différent si les opposants à l’abandon du musée avaient reçu le soutien des autorités politiques nationales. Mais un appel adressé in extremis le 16 juin 2014 au Président de la République, qui avait encouragé quelques mois auparavant la réorientation du musée, resta sans réponse. Ce fut perçu par les acteurs du projet comme un coup de grâce.

  • 15 . Participants à la réunion : Mme Filippetti et son conseiller en charge du patrimoine, Philippe Ba (...)
  • 16 . Elle fut quelques mois plus tard nommée présidente du Festival Cinemed de Montpellier par M. Saur (...)

43La seule personnalité politique nationale à avoir accordé une écoute favorable aux défenseurs du projet fut la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti qui, sur l’initiative de Henri Loyrette, ancien président du Louvre, accepta de recevoir le 4 juillet 2014 une délégation du Conseil scientifique pour examiner les possibilités de faire rebondir le projet de musé en l’appuyant sur des institutions étatiques15. Elle se proposait de réunir en septembre suivant une table-ronde avec tous les acteurs concernés de son ministère. Mais cette intention resta sans suite en raison de la démission de la ministre fin août16.

44En novembre 2014, M. Saurel adressa à la remplaçante de Madame Filippetti, Fleur Pellerin, une lettre dans laquelle il justifiait sa décision et plaidait pour obtenir l’aide de l’État au remplacement du MHFA par un musée sur l’art contemporain. En reprenant les arguments formulés lors de la délibération du Conseil d’agglomération, il considérait que le projet de MHFA était obéré par diverses causes : une économie générale aléatoire en l’absence d’aide de l’État et des autres collectivités locales ; un budget de fonctionnement trop élevé et non financé ; des perspectives de fréquentation incertaines ; l’absence de l’octroi du label Musée de France par le Ministère de la Culture et l’absence de concertation avec les associations de rapatriés, de harkis, d’Algériens de France. Et il reprenait à nouveau l’argument, totalement infondé, du défaut de collaboration avec les autorités algériennes. Il taisait notamment les contacts importants pris avec le consul d’Algérie à Montpellier, et dont l’équipe du président d’agglomération avait été tenue informée. Concernant les collections du MHFA, M. Saurel adoptait par contre une position conciliante en donnant son accord pour le transfert d’une part importante de ces collections au MUCEM de Marseille. Ce qui sera fait en 2018.

Les rebondissements d’un « projet d’intérêt national »

45Les vives réactions suscitées par la décision de renoncer au musée d’histoire de la France et de l’Algérie ont renforcé d’une façon certaine la légitimité et la nécessité de la création d’un tel musée, sous une forme physique ou virtuelle. La présentation au public d’une histoire « commune » ou imbriquée des rapports entre la France et le Maghreb reste un besoin majeur pour les sociétés concernées et une réponse incontournable à des attentes mémorielles éclatées. Les forces existent chez les jeunes chercheurs de part et d’autre de la Méditerranée pour essayer de l’écrire. Et aussi les moyens techniques.

46À l’initiative de Didier Guignard, chercheur à l’IREMAM, la piste virtuelle fut explorée sans succès pendant plusieurs mois, dans le cadre de la politique de valorisation du CNRS. Malgré cet échec conjoncturel, elle reste une ressource d’avenir pour s’adresser au grand public et au public scolaire des deux rives.

47C’est finalement sous une forme plus classique que certains éléments du projet de Montpellier furent sauvegardés dans deux directions : la réalisation d’une exposition temporaire sur « L’école en Algérie », et la valorisation des collections du MHFA déposées au MUCEM. Il fit également l’objet d’une tardive tentative de relance par l’Elysée.

481. Au début de l’année 2016, les responsables du Musée national de l’Education de Rouen (MUNAE), qui appartient au réseau CANOPE, proposèrent aux concepteurs de l’exposition préparée par le MHFA sur l’école de la réaliser dans leur institution, en exploitant ses riches collections héritées du Musée pédagogique de la rue d’Ulm. Intitulée finalement « L’école en Algérie, l’Algérie à l’école », cette importante exposition a été inaugurée le 8 avril 2017, avant l’entrée en période électorale. Complétée par diverses rencontres et animations, elle est restée accrochée au MUNAE jusqu’en avril 2018. Elle a fait ensuite l’objet d’une version réduite et mobile, appelée à circuler auprès des institutions intéressées.

49L’exposition de Rouen a été réalisée, ainsi que le catalogue, en collaboration avec L’IREMAM d’Aix-en-Provence (Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans) et avec l’aide de la Médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme de cette ville. Le commissariat scientifique a été confié à Jean-Robert Henry et Florence Hudowicz, aidés par Delphine Campagnolle (directrice du MUNAE), Bertrand Lecureur et Emmanuelle Macaigne.

50Le principal objectif de l’exposition était de montrer la complexité du système scolaire algérien à l’époque coloniale, c’est-à-dire la cohabitation difficile entre un enseignement musulman traditionnel qui subsiste avec peine, un enseignement privé catholique, et surtout un enseignement public français qui peine à incarner une politique scolaire suivie et cohérente : après la brève expérience des « écoles arabes-françaises » sous le Second Empire, l’école de la République en Algérie sera en effet divisée entre un enseignement A qui accorde aux enfants « européens » (et israélites après le décret Crémieux) les mêmes conditions et droits qu’en métropole, et un enseignement B pour les élèves « musulmans », qui ne scolarisait en 1940 que 10 % d’entre eux, malgré le dévouement de nombreux enseignants. Les autres enfants furent abandonnés à leur sort, comme les « petits cireurs » qui peuplaient par milliers les villes algériennes ou fréquentaient occasionnellement l’école coranique. Il faudra attendre la guerre d’Algérie pour qu’une politique de scolarisation massive se mette vraiment en place, qui sera poursuivie de façon systématique après l’indépendance.

51À côté de cette réalité, un autre objectif de l’exposition était de montrer la place massive que tenait l’Algérie à la même époque dans l’imaginaire colonial proposé aux élèves métropolitains. Elle s’appuya pour ce faire sur les riches ressources du MUNAE.

  • 17 . Publié par le MUNAE et par CANOPE Editions, sous le titre L’école en Algérie, l’Algérie à l’école (...)

52Les organisateurs ont tenu à ce que leur présentation de l’Ecole en Algérie ne s’arrête pas à l’indépendance. D’une part, celle-ci a été suivie par une longue période de coopération internationale où les enseignants français ont joué un rôle important. Les témoignages de plusieurs d’entre eux ont été présentés dans l’exposition sous forme vidéo, à côté de témoignages d’enseignants ou d’anciens élèves algériens. C’était une façon de redonner une place aux individus dans l’histoire du système scolaire algérien. D’autre part, l’exposition et le catalogue se sont attachés à montrer combien cette expérience complexe et contradictoire continue à peser sur les débats scolaires actuels en France comme en Algérie17. Ce fut aussi le thème d’une table-ronde organisée à Rouen les 21 et 22 mars 2018 par le MUNAE et l’IREMAM.

  • 18 . P. Saurel a assisté à la première de ces conférences.

532. Le transfert par l’agglomération de Montpellier au MUCEM de Marseille des collections rassemblées pour le MHFA a donné lieu, en accord avec les donateurs, à une opération de valorisation de ces collections. Celle-ci a été confiée à l’ancienne conservatrice du MHFA, qui a organisé à partir d’avril 2017 un cycle de conférences thématiques appuyées chacune sur une sélection temporaire d’objets venus du MHFA18. Ces rencontres furent pensées comme des « conversations » entre chercheurs, artistes et conservateurs, qui invitaient à s’interroger sur les enjeux et les défis qu’une telle collection posait au regard de l’histoire et de ses répercussions présentes. Comment ces objets, ainsi offerts à la curiosité du regard et au partage, s’inscrivent-ils dans la représentation actuelle de la relation franco-algérienne ? Quel rôle peuvent-ils jouer dans la transmission ? Sont-ils des souvenirs révolus ou des gages d’avenir ? Ces rencontres, qui ont attiré un public important, se sont poursuivies en 2018.

54Le transfert officiel au MUCEM des cinq mille objets et documents de la collection du MHFA (estimée à 2,6 millions d’euros) a été officialisé le 24 juillet 2018 par la signature d’une convention de partenariat entre le MUCEM et l’Agglomération de Montpellier, en présence du consul général d’Algérie à Marseille. À cette occasion, P. Saurel est revenu très brièvement sur les raisons qui l’avaient poussé à « réorienter l’avenir d’un projet » et à attribuer l’espace prévu, qui « aurait pu être dévoyé » à l’art contemporain. Le directeur du MUCEM, de son côté, a insisté sur les perspectives de collaboration avec des musées algériens qu’offre le transfert de ce fond, qui sera numérisé pour être mis à la portée des chercheurs.

553. À côté de ces deux réalisations ayant survécu au naufrage du MHFA, il faut signaler un rebondissement ambitieux et tout à fait inattendu, quoique sans lendemain, celui de la relance du projet de musée à l’initiative de la présidence de la République. En février 2016, un conseiller du Secrétariat d’État aux anciens combattants et aux politiques mémorielles a pris contact avec des acteurs du projet avorté de Montpellier, dans le but de préparer des éléments de réflexion pour l’Elysée. Poussé peut-être par des considérations d’opportunité électorale, le président de la République souhaitait relancer l’idée d’un Musée sur la France et l’Algérie, alors que deux ans avant, il n’avait pas réagi à la décision d’arrêter le chantier du MHFA. Les quelques réunions et entretiens qui ont accompagné en 2016 la relance du projet sont d’ailleurs presque repartis de zéro, sans tenir compte vraiment du précédent de Montpellier. Après diverses hésitations, François Hollande évoqua finalement le sujet dans un discours prononcé le 19 mars 2016 à l’occasion de la « Journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc », instituée par la loi du 6 décembre 2012.

56Le discours présidentiel, qui suscita peu d’échos, était fortement centré sur le cas algérien. Solidement argumenté, il ne manifestait aucune complaisance pour les origines coloniales de la guerre d’Algérie, ce qui lui permettait plus facilement d’honorer toutes les victimes françaises et algériennes de cette guerre et les souffrances physiques ou mémorielles des individus. Pour les millions de Français ou habitants de France qui « ont en partage l’Algérie », l’enjeu est d’instaurer, dit-il, « la paix des mémoires pour les reconnaître toutes et n’en occulter aucune ». Ceci implique de regarder en face l’histoire partagée par la France et l’Algérie. Pour ce faire, il y a « besoin de rassembler toutes les collections, toutes les traces, tous les éléments qui nous permettent de reconnaître ce qui a été ». Il citait les collections du MHFA, mais aussi celles présentées lors de diverses expositions récentes. Pour le rassemblement de ces collections, « une mission sera constituée ; il lui reviendra de nous dire si ce projet de réunion de toutes ces pièces, de tous ces documents peut s’incarner dans une institution nouvelle ou peut trouver son siège dans un lieu existant ».

  • 19 . Il avait été question un moment de Bruno Racine.

57Cette mission, dont l’installation était prévue pour juillet 2016, ne fut finalement pas constituée, faute de trouver dans l’improvisation et sur fond de contexte électoral une personnalité qui accepte de la présider19. François Hollande fit une dernière fois mention du projet le 25 septembre 2016, à l’occasion de la Journée d’hommage aux harkis. Les différentes suites et relances du projet de musée confirment en tout cas la validité du projet, en même temps que la grande difficulté du pouvoir central à soutenir une démarche historique qui semble pourtant conforme aux vœux des chercheurs et à l’intérêt d’un apaisement du jeu des mémoires dans l’espace franco-algérien.

II. Leçons scientifiques d’une action

58L’évocation des péripéties et des rebondissements du projet de Musée sur l’histoire de la France et de l’Algérie conduit à formuler, en tant que chercheur, deux ordres de réflexions : le premier, qui s’impose avec évidence, sur les difficultés de la mise en œuvre du rapport entre histoire et mémoires, le second, moins facile à repérer, sur le poids dans cet échec des modes de gouvernance locale.

Une triple déclinaison du rapport entre histoire et mémoires

59Au cours de la mise en œuvre du Musée d’histoire de la France et de l’Algérie, les responsables du nouveau projet ont été confrontés à la question du rapport entre histoire et mémoires sous trois dimensions : une dimension théorique et intellectuelle, une dimension politique, et une dimension pratique et muséographique.

601. Comme pour l’exposition « L’Algérie et la France », réalisée en 2003, ou comme celle du Musée des Invalides en 2012, les artisans du nouveau projet de MHFA étaient convaincus qu’il importait de ne pas confondre histoire et mémoires. Ce n’est pas l’histoire qui est au cœur des malentendus existant entre les deux pays et entre les deux sociétés, comme on l’entend souvent répéter, mais bien plutôt la perception d’un jeu des mémoires réduit à leur affrontement et à une vision trop étriquée du « devoir de mémoire » (Ledoux, 2017). Si le travail de mémoire est un processus mental nécessaire et légitime pour les individus comme pour les groupes, il est dangereux de convertir ce processus largement diversifié et sans cesse reconstruit en « devoir de mémoire » exclusif qui survaloriserait une mémoire au détriment des autres. Ceci ne peut qu’attiser les conflits entre porteurs de mémoires différentes.

  • 20 . Ainsi y avait-il sous le précédent quinquennat un Secrétariat d’État aux anciens combattants et a (...)

61Par ailleurs, le temps de la mémoire et le temps de l’histoire ne se confondent pas. Les mémoires, sauf dans leurs versions officielles, se transforment, se cristallisent, s’usent et se régénèrent avec les générations ou sous l’effet de nouvelles expériences historiques. Ainsi, la « décennie noire » algérienne a contribué à modifier insensiblement mais réellement la mémoire de la guerre d’Algérie dans les deux pays : l’expérience d’une nouvelle « tragédie » s’est surajoutée ou mêlée à la mémoire de la précédente. À ces mutations des mémoires collectives s’opposent bien sûr, avec plus ou moins de succès, les crispations mémorielles entretenues ici ou là-bas par les gardiens de mémoires closes ou figées, ainsi que par certaines politiques mémorielles, une notion qui se cherche encore sur le plan scientifique, même si elle est bien appropriée et instrumentalisée par les acteurs politiques20.

  • 21 . Par exemple le récent roman d’Alice Zeniter, L’art de perdre, Flammarion, 2017.
  • 22 . La réflexion sur le rapport entre histoire et mémoires à propos de l’Algérie a été longuement dév (...)

62De son côté, l’histoire, comme savoir qui aspire à la généralisation et à l’objectivité, et comme construction scientifique qui se démontre en se fondant sur des preuves (Paul Veyne), reste un détour nécessaire pour aider les différentes mémoires qui se greffent sur un processus historique à cohabiter. Ceci n’exclut pas des interactions permanentes entre histoire et mémoires. La frontière entre les deux est mouvante et poreuse, et ce sont souvent des questions posées par les mémoires à un moment donné qui se transforment en questions d’histoire. Mais la démarche historique inscrit sa recherche de vérité dans un temps long, alors que le culte mémoriel oscille souvent entre l’immuable et l’anecdotique, la nostalgie et la justification, particulièrement quand il s’agit de « romans » officiels élaborés par des acteurs politiques ou des associations. La situation est différente et très diversifiée quand il s’agit de récits mémoriels individuels, familiaux ou romanesques21. Le jeu des mémoires, qui peut aller jusqu’au silence et au refoulement, contribue ici à réinscrire les destins individuels dans l’histoire collective. Il y a mémoires et mémoires : c’est une catégorie difficilement réductible à une définition et une approche uniques22.

63Contrairement au projet initial de musée d’histoire de la France en Algérie, qui privilégiait une vision communautaire, immuable et close de l’histoire, la réorientation du projet était une opportunité pour proposer au public varié du musée un parcours dans l’histoire des deux pays échappant aux dérives politico-mémorielles, mais attentif à la diversité des questions posés par le travail de mémoire. Mais à quelle histoire se référer ?

  • 23 . Sur la question d’une « histoire commune », cf. aussi Henry, (1996 et 2006).

64Dans le contexte de la décolonisation de l’Algérie, des chercheurs français comme Charles-Robert Ageron, Charles-André Julien, Jacques Berque, René Gallissot ou André Nouschi avaient cherché avec succès à promouvoir une histoire commune des deux pays qui serait audible de part et d’autre de la Méditerranée. Des historiens maghrébins comme Abdallah Laroui, Ali Merad, Mahfoud Kaddache allaient dans le même sens. Aujourd’hui, les débats théoriques évoluent autour des notions d’histoire globale et d’histoire connectée, qui s’ajustent bien aux cas marocain ou tunisien. Mais pour l’Algérie, qui avait été privée massivement d’une écriture autonome de son histoire par le poids et l’omniprésence de l’histoire du colonisateur, l’intérêt de passer par une « histoire franco-algérienne » du temps colonial n’a pas disparu. C’était le sens de la grande réunion organisée à Lyon en 2006 par Gilbert Meynier et Frédéric Abecassis (Meynier et Abécassis, 2008)23.

65La nécessité concrète de se référer à une vision satisfaisante sur le plan scientifique du rapport histoire/mémoires s’est imposée à nous dès l’exposition de 2003, et tout particulièrement à l’occasion de son passage en Algérie en 2005. Avec Fouad Soufi, et chaque fois que possible devant des publics spécialisés comme devant le grand public, nous avons alors explicité par la formule suivante la démarche qui avait guidé notre action :

  • 24 . « Le défi d’une « histoire commune » op. cit., 1968, pp. 154 s. Un long développement de cet arti (...)

« C’est la tâche des chercheurs de proposer des éléments d’analyse historique qui respectent l’existence des différentes expressions individuelles et collectives du travail de mémoire, tout en amenant chacune de ces mémoires particulières à accepter que d’autres relectures du passé puissent se greffer sur d’autres saillances de l’histoire commune »24.

  • 25 . C’était une approche de l’histoire assez différente de celle qui figure en ouverture de l’exposit (...)

66La gestion du rapport histoire/mémoires était bien sûr aussi au cœur des préoccupations de ceux qui ont participé à la réalisation du musée de Montpellier une décennie plus tard. Une journée d’études interne sur le sujet avait été programmée pour juin 2014, sur la base d’une note de mars 2014 intitulée « Le rapport à l’histoire mobilisé pour le musée de Montpellier », que j’avais fait circuler auprès de chacun (cf. Annexe 4)25.

672. Le rapport entre histoire et mémoire s’est aussi imposé abruptement à nous dans sa dimension politique. De façon générale, les chercheurs impliqués dans la réalisation d’une exposition historique destinée au grand public se trouvent confrontés aux postures et aux attentes variables des acteurs politiques en matière de « politiques mémorielles » : ceci va du déni complet de l’histoire à divers degrés de son instrumentalisation au service des mémoires ou de leur cohabitation. Dans la pratique de ces acteurs politiques, il y a une confusion plus ou moins prononcée entre histoire et mémoire(s). C’est une donnée dont doivent tenir compte les chercheurs, sans en devenir prisonniers.

68Le MHFA avait été conçu à l’origine par Georges Frêche comme un musée mémoriel en faveur des Français d’Algérie, et la décision de mettre fin à l’expérience de réorientation du projet à été aussi d’ordre mémoriel, comme le souligne la formule employée en mai 2014 par M. Saurel : « je ne marcherai pas sur la mémoire des Français d’Algérie », pour justifier auprès de la presse sa décision et le déni d’histoire qu’elle impliquait face à un « passé qui passe mal ». Il s’alignait sur ce point sur la position des associations algérianistes, sans chercher toutefois à revenir au projet mémoriel initial, sur le modèle de ce qui avait été fait au musée municipal de Perpignan dont l’exposition sur l’Algérie avait été confiée au Cercle algérianiste.

69Ses prédécesseurs ne récusaient pas la nécessité de donner sa place à la logique historique et même de la faire prévaloir sur la logique mémorielle. Georges Frêche l’avait compris à la fin de sa vie, et Jean-Pierre Moure, son successeur, avait soutenu avec bienveillance la volonté des chercheurs de passer par l’histoire pour promouvoir la cohabitation des mémoires héritées du temps colonial et favoriser la réconciliation des sociétés. Ce fut aussi, globalement, la posture de François Hollande dans son discours du 19 mars 2016, qui, tout en condamnant le système colonial, aspire à réconcilier toutes les mémoires françaises et algériennes héritées du temps colonial et de la guerre d’Algérie. C’est également, semble-t-il, une posture partagée par Emmanuel Macron, s’il reste fidèle aux propos qu’il avait tenus à Alger lors de sa campagne électorale (« la colonisation est un crime contre l’humanité »), avant de les nuancer sensiblement par la suite.

  • 26 . La vision du processus de réconciliation par les chercheurs se confondait-elle avec celle des act (...)
  • 27 . C’est une exigence d’autant plus nécessaire que le consensus apparent entre les acteurs politique (...)

70Il est évident que les chercheurs et professionnels porteurs du nouveau projet de MHFA adhéraient globalement comme citoyens à la finalité de cette politique mémorielle, qui était de conduire in fine à un processus de réconciliation entre les sociétés, sur la nature et les objectifs duquel nous n’avons sans doute pas assez réfléchi26. Mais ils le faisaient aussi au nom de postures et d’exigences scientifiques spécifiques, à commencer par la liberté de la démarche de recherche. Même lorsque les finalités des chercheurs et des acteurs politiques sont proches, il est important pour les premiers de conserver leur quant à soi27. C’est bien sûr encore plus vrai lorsque les postures sont frontalement opposées, comme ce fut le cas au moment le plus tendu de l’affaire de Montpellier, en mai et juin 2014. Face à la décision soudaine de stopper l’achèvement du MHFA, la question du rapport histoire/mémoires s’est transformée en une confrontation publique de forte intensité ; la nature et la forme de la décision ne laissaient pas d’autre alternative à ceux qui s’y opposaient.

71La dimension politique a été également présente dans le débat sur l’échelle de réalisation du projet, bien résumé par Aurélie Filippetti: « Ce musée est un projet d’intérêt national qui souffre d’être porté par des pouvoirs et intérêts locaux ». On y reviendra plus loin.

723. La gestion du rapport histoire/mémoires a enfin une dimension pratique, d’ordre didactique et muséographique. La formulation d’un discours historique destiné au grand public est un exercice malaisé qui oscille à tout moment entre la difficulté à traduire en termes simples un savoir historique et le risque de le trahir au profit d’une vulgarisation grossière. La « bonne » vulgarisation nécessite une sérieuse maîtrise du sujet et de l’écriture pour le chercheur, ainsi qu’une attention aux considérations esthétiques propres à une exposition. S’ajoutent à ce défi deux autres écueils. Le premier concerne le rapport du discours historique aux témoignages et récits mémoriels, de plus en présents dans les expositions sous forme vidéo. Ils ont certes pour intérêt de réintroduire les parcours, destins et imaginaires individuels dans l’histoire collective, et d’entrer en résonnance avec le savoir historique et avec les mémoires des visiteurs. Mais la gestion de cette « histoire orale », comme on l’appelle un peu hâtivement, pose à nouveau la question du rapport entre histoire et mémoires.

73Par ailleurs, le chercheur doit apprendre à collaborer avec les scénographes et autres professionnels, sans se faire déborder par les visions du sujet auxquelles leur art les entraîne parfois. Pour l’exposition de Rouen, les commissaires ont tenu à ce que les visiteurs puissent s’appuyer sur une approche chronologique, fortement cadrée dans le texte du catalogue sur « Le sens d’une exposition », alors que certains scénographes souhaitaient privilégier un « dialogue » des objets et images. La réalisation d’une exposition est donc globalement un exercice d’équilibre en tension entre diverses contraintes, et celui qui garde la main n’est pas toujours le chercheur.

Un échec de gouvernance locale ?

74Si le rapport histoire/mémoires se révèle omniprésent dans les tentatives de présenter au grand public et en termes accessibles une histoire complexe, sur laquelle se greffent des mémoires multiples et divergentes, la difficulté à gérer ce rapport n’a pas été la seule cause des mésaventures du MHFA. La confrontation entre histoire et mémoires a certainement beaucoup compté dans l’échec du projet. Mais, tout en étant conscient de cette réalité, il importe de résister à la tentation de tout ramener à l’héritage du temps colonial au nom d’une fascination dénonciatrice pour cette période. L’affaire du musée de Montpellier montre la diversité des facteurs qui ont concouru en réalité à l’abandon du projet. Nous avons évoqué le rôle des diverses politiques mémorielles à l’échelle nationale ou locale. Mais les modes de gouvernance locale ont aussi beaucoup joué. C’est le diagnostic, rapporté plus haut, que portait madame Filippetti, ministre de la Culture, le 4 juillet 2014 en recevant la délégation du Conseil scientifique du MHFA, quand elle affirmait que ce projet d’intérêt national avait souffert de dépendre des aléas et intérêts politiques locaux.

75Il est clair que le « déni d’histoire » qui a caractérisé la décision d’abandon du musée était plus facile à faire accepter dans un cadre décentralisé qu’au niveau national : alors que les entreprises mémorielles nationales relèvent de plusieurs centres de décision et sont généralement obligées de composer avec les exigences historiques, au prix de débats parfois vifs et publics avec les chercheurs, comme ce fut le cas pour les « lois mémorielles », les politiques mémorielles locales sont davantage soumises aux considérations électoralistes et aux pressions du terrain, tandis que l’influence de Paris s’affaiblit. C’est une réalité qu’avaient sous-estimée les chercheurs et les professionnels engagés dans l’aventure du musée.

76Quand on cherche à inventorier et analyser les déterminants locaux de l’avortement du projet de MHFA, il convient de faire le tri entre le retournement inattendu de la conjoncture politique locale, le rôle de divers facteurs isolés qui ont pu concourir à la décision, et enfin la question des dysfonctionnements de la gouvernance locale.

77Au départ, en 2012, le projet révisé de MHFA bénéficiait d’un contexte politique local favorable. Il était soutenu par le président de l’agglomération, Jean-Pierre Moure, qui appartenait comme la maire, Hélène Mandroux, au Parti socialiste. Globalement celui-ci était donc en position de force à Montpellier, malgré quelques différences de sensibilité entre les personnes, qui ne sont pas étrangères au legs politique de Georges Frêche. Mais en réalité c’était une unité de façade, qui allait se déchirer à l’occasion des élections municipales de mars 2014. Face à Jean-Pierre Moure, choisi par le PS de préférence à Hélène Mandroux, un dissident socialiste, Philippe Saurel, proche de Manuel Valls, Premier ministre, annonce sa décision de se présenter à la mairie. Il est soutenu peu après par la maire, ce qui isole Jean-Pierre Mourre qui n’arrivera qu’en seconde position après M. Saurel dans cette élection qui paraissait gagnée d’avance par les socialistes.

78Au cours de la campagne, la question du musée n’a pas fait débat. Philippe Saurel affirmait même qu’il était favorable au projet, ce qui confirmait l’attitude ouverte qu’il avait manifestée en 2013 lors de la Comédie du livre centrée sur le Maghreb et l’Algérie. Il déclarait aussi qu’il n’entendait pas cumuler la fonction de maire avec celle de président d’agglomération, un engagement qu’il ne tiendra pas.

  • 28 . Un fait troublant cependant est le contenu d’un communiqué de presse du Cercle algérianiste en da (...)

79Les raisons qui l’ont poussé à changer ensuite de position sur le musée ne sont pas vraiment certaines, et laissent une marge importante à la spéculation. M. Saurel a mis en avant comme nous l’avons rappelé son souci de « ne pas marcher sur la mémoire des Français d’Algérie », mais nous n’avons guère d’informations sur la façon dont se seraient exercées la pression ou l’influence des représentants de cette communauté. Malgré l’existence d’une Maison des rapatriés à Montpellier, il est difficile de mesurer l’activité et l’audience réelles dans cette ville du Cercle algérianiste, surtout après l’assassinat de Jacques Roseau. Sur le plan local comme sur le plan national, le milieu algérianiste devait être réservé sur la réorientation du projet de musée, mais il ne s’était guère exprimé publiquement entre 2012 et 2014, comme nous l’avons observé. C’est seulement au lendemain de l’élection municipale qu’un de ses dirigeants a exigé avec force qu’on en revienne au projet initial. Cette demande a reçu le soutien du Front national lors du débat du 19 juin 2014 devant le Conseil d’agglomération. Au total cependant, il semble que ce soient plutôt des initiatives individuelles ou des liens personnels qui ont pesé sur la décision de Philippe Saurel. Rappelons que dans un premier temps celui-ci n’excluait pas la poursuite du projet de musée dans un autre lieu moins central et moins valorisé. A-t-il craint finalement des réactions de Français d’Algérie hostiles au musée après l’inauguration de celui-ci ? Il n’y a pas d’éléments d’information sur ce point28. Son évolution fut en tout cas partagée par certains de ses amis politiques, que nous avions crus d’abord sensibles à l’intérêt du projet.

80Plus étonnante a été la position très hostile au Musée adoptée lors du Conseil d’agglomération du 19 juin 2014 par un conseiller, René Revol, chef de file du Parti de gauche dans la région, une des trois composantes du Front de gauche avec les communistes et le mouvement Ensemble. Alors que les communistes ont soutenu lors de ce débat le nouveau projet de MHFA, M. Revol s’est livré contre lui à une « critique de gauche », en contestant la validité du Conseil scientifique et en dénonçant l’absence de contacts avec les autorités algériennes, une contre-vérité plusieurs fois agitée par le maire pour condamner le projet. La position de M. Revol était-elle le point de vue individuel d’un élu qui était devenu vice-président de l’Agglomération ou le reflet de l’opinion d’un petit groupe ? La question reste ouverte.

81Parmi les facteurs qui auraient poussé à la décision de Philippe Saurel, a circulé la rumeur non vérifiable selon laquelle la décision soudaine de convertir le musée sur l’Algérie en musée ou maison d’art contemporain aurait été soutenue par des galeristes de Montpellier. C’est une rumeur trop incertaine pour en faire un facteur explicatif, mais elle éclaire peut-être en partie l’hypothèse que les arguments avancés par P. Saurel dans sa conférence de presse de mai 2014 en faveur de la conversion de l’espace convoité du MHFA en musée d’art contemporain ne seraient pas sortis du néant. Le pré-rapport de la délibération du 19 juin 2014 évoque déjà les retombées positives de la création du nouveau musée sur le secteur local de l’art contemporain. Ces arguments seront développés dans la lettre envoyée en novembre à la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, ce qui signifierait qu’il a fallu quelques mois pour faire mûrir une idée très improvisée à l’origine, mais qui pouvait avoir des effets importants sur la politique muséale de la ville. Au total cependant, les seuls bénéficiaires de l’arrêt du MHFA et de la récupération de son espace enviable ont été les promoteurs de l’art contemporain et pas du tout les milieux algérianistes.

82Quels étaient en réalité les véritables objectifs poursuivis par ceux-ci ? Cherchaient-ils vraiment à reprendre la main sur le projet du musée et à imposer leur vision de l’histoire de la France en Algérie ? Ou visaient-ils seulement à empêcher la diffusion d’un autre récit du passé franco-algérien que celui sur lequel les associations se sont crispées ?

  • 29 . Selon le témoignage du député Christian Kert, rapporteur du projet, l’amendement n’avait pas été (...)

83Les « faits d’armes » récents des associations algérianistes relèvent plus d’une pratique d’obstruction que d’une démarche positive de reconstruction d’une espace humain transméditerranéen où les Français d’Algérie trouveraient leur place. Elles ont inspiré l’adoption de l’amendement sur l’enseignement des aspects positifs de la colonisation dans la loi de février 2005, qui a fait échouer en juin suivant la signature du Traité d’amitié et de coopération franco-algérien29. Dans l’affaire du MHFA, elles avaient rendu impossible par leurs exigences la collaboration initiale imaginée par G. Frêche entre associations et chercheurs et elles ont certainement pesé sur la décision d’arrêter le projet redéfini en 2012, mais sans rien obtenir en contrepartie : ni musée, ni même jouissance des collections rassemblées par le MHFA et finalement remises au MUCEM. Quant à la création d’un Centre d’art contemporain, elle est très loin de leurs attentes, ce qui montre la limite de leur influence politique, même en France méridionale.

84À côté d’une conjoncture politique imprévisible et de facteurs secondaires plus incertains qui ont mené à l’abandon du projet de musée sur l’Algérie, la décision prise en 2014 par le maire et président de l’agglomération de Montpellier renvoie de façon évidente à des fonctionnements de gouvernance locale. Nous les avons croisés au fil de cette analyse. Rappelons-les simplement :

851. Il y a eu une très forte absence de transparence et de concertation dans la prise de décision : qui a été écouté ? qui a pesé sur la décision ? Ces questions restent à ce jour sans réponse, mais il est certain que les acteurs professionnels et chercheurs de l’opération n’ont jamais été consultés. Le nouveau président a ignoré les chercheurs impliqués et n’a même pas destitué les membres du Conseil scientifique qui avaient été nommés par son prédécesseur en 2013. Il a maintenu quelques mois en place la conservatrice – dont il admettait qu’elle n’avait pas démérité – pour assurer la liquidation du projet. En ce qui concerne les collaborateurs du président de l’agglomération qui accompagnaient et soutenaient le projet, la plupart se sont adaptés à la nouvelle donne par soumission au rapport hiérarchique, auquel les chercheurs n’étaient pour leur part pas tenus : ils étaient seulement libres de protester, ce qu’ils n’ont pas manqué de faire…

862. La décision de mettre fin à un projet muséal vieux de douze ans et d’en inventer soudainement un autre a été hâtive et peu préparée, ce qui était inévitable en l’absence totale de concertation et même de contact avec les artisans du projet en cours. Cette improvisation et ce manque de concertation restent à notre sens les plus lourdes erreurs commises par le vainqueur des élections de Montpellier en 2014. Il est vrai qu’elles sont en partie la conséquence des pouvoirs sans limite concédés dans certains domaines comme la culture, l’urbanisme, les transports aux responsables des grosses collectivités locales, surtout lorsqu’elles assurent seules le financement d’une opération, comme dans le cas du MHFA. C’est un contexte qui a renforcé le pouvoir du nouvel élu et qui a pu l’inciter à définir seul et très rapidement une politique, alors qu’il pouvait choisir d’agir avec circonspection et respect du travail accompli pour aboutir à une décision plus consensuelle ou moins brutale, y compris de report ou de réduction du projet. L’écoute des acteurs aurait pu aussi éviter de diffuser et répéter de fausses informations comme celle relative à l’absence de concertation avec les autorités algériennes. Certes, le mépris des chercheurs a été moins grossier qu’en 2005 avec Georges Frêche, mais il n’a pas été absent de la décision de 2014. C’est un modèle de fonctionnement regrettable, qui ne peut pas engendrer la confiance nécessaire entre opérateurs politiques et opérateurs scientifiques sur un gros projet porteur d’importants enjeux.

873. Le problème de gouvernance le plus surprenant a été sans doute la non prise en compte des effets de l’abandon du projet. Aucune évaluation n’a été faite ni envisagée sur le travail accompli par les professionnels et les chercheurs. De même, le coût financier de cet abandon pour la collectivité locale ne semble pas avoir été mesuré. Le débat et le vote du Conseil d’agglomération qui ont avalisé la décision n’ont abordé que partiellement ces questions, bien que les membres du Conseil scientifique aient vainement essayé d’attirer l’attention des élus locaux sur les conséquences que la décision de supprimer le musée générait.

88Concernant l’évaluation des effets nationaux et internationaux de la décision, l’articulation entre la collectivité locale et les instances nationales semble avoir été menée a minima et s’être réduite pour l’essentiel à la lettre tardivement adressée par M. Saurel à la ministre de la Culture en novembre 2014. Dans l’ignorance de la réponse de la ministre, nous savons cependant que l’agglomération de Montpellier et le ministère se sont accordés pour transférer au MUCEM les collections du MHFA et les valoriser. Pour le reste, la tutelle de l’État ne semble pas s’être exercée sur la politique culturelle de l’agglomération de Montpellier, ni contre la décision d’abandonner le projet de musée, ni pour soutenir celui-ci par l’attribution du label « Musée de France » réclamée en vain à plusieurs reprises au ministère de la Culture par l’Agglomération sous la présidence Moure.

89Il n’a jamais été question d’évaluer les effets de l’abandon de ce « projet d’intérêt national » sur la présentation au grand public d’une histoire de la France et de l’Algérie fondée sur des travaux scientifiques. « Le besoin d’histoire de tous ceux dont les mémoires personnelles ou familiales expriment un rapport fort à l’Algérie a été sacrifié : les Algériens et les Pieds-noirs, dont beaucoup aspirent à mieux connaître leur histoire, mais aussi les juifs d’Algérie, les binationaux, les immigrés, les coopérants, les anciens combattants appelés, maquisards et harkis de la guerre d’Algérie. Il n’y a pas de démocratie sans histoire et sans pédagogie. L’exemple européen a montré que la paix des mémoires sur le continent s’est faite par le bais d’un recours massif à l’histoire. Ne serait-il pas temps d’opérer de même dans l’espace que nous partageons avec le Maghreb » ? C’est une question que le Conseil scientifique soulevait dans une note adressée le 4 juin 2014 aux membres du Conseil d’Agglomération.

Était-il possible d’agir autrement à Montpellier ?

90Lorsqu’il a annoncé sa décision en mai 2014, M. Saurel avait d’abord envisagé, comme nous l’avons relevé, de ne pas supprimer le Musée sur l’histoire de la France et de l’Algérie, mais de le transférer, au prix d’importants aménagements, en périphérie de la ville. Ceci permettait d’affecter le bel espace du MHFA à l’art contemporain, sans sacrifier tout le projet initial. Au bout de quelques jours, il a toutefois cessé d’évoquer cette alternative, sans s’en expliquer et sans consulter les artisans du projet de musée. Ce fut sans doute une opportunité qu’on peut regretter, dans la mesure où M. Saurel a su par la suite se montrer plus conciliant en acceptant de transférer au MUCEM les collections du MHFA et en encourageant leur mise en valeur par un cycle de conférences animé par l’ancienne conservatrice du MHFA.

91Le parti choisi de renoncer totalement au musée n’était donc pas le seul possible. C’est ce que montre aussi une tentative restée confidentielle de relance du projet de musée par la liste de la droite et du centre, pilotée par le professeur Dominique Reynié, aux élections de la nouvelle région Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. À la suite d’une conférence faite à Alger en novembre 2015 sur l’arrêt du MHFA, et qui avait fait l’objet d’un article dans la presse algérienne, j’ai été consulté par un membre important de son équipe, sur la possibilité de relancer le projet de musée pour répondre aux attentes venues de la communauté des Pieds-Noirs, tout en profitant des moyens accrus de la nouvelle région occitane qui se mettait en place. J’ai bien sûr souligné le caractère paradoxal de cette sollicitation, puisque c’est sous la pression des associations algérianistes que le projet de Montpellier avait été arrêté, d’après ce qu’affirmait P. Saurel. Nous avions convenu avec mon interlocuteur d’attendre le résultat des élections de décembre 2015 pour en reparler. La liste de M. Reynié n’ayant pas été élue, on ne peut savoir jusqu’à quel point et avec quel degré de liberté pour les chercheurs et les professionnels cette relance du musée aurait pu être menée.

92Néanmoins, ce signal émis par une liste de droite conduite par des universitaires suggère qu’il y avait peut-être d’autres voies que celle choisie en mai 2014 par les collectivités locales de Montpellier pour mieux assumer et apaiser notre histoire avec le Maghreb et définir une politique culturelle et mémorielle répondant aux aspirations multiples des citoyens dans ce domaine. Ces voies ne sont pas faciles à tracer, si l’on tient compte des exemples de Perpignan ou d’Aix en Provence qui font plutôt écho à la politique mémorielle choisie par Montpellier. À Perpignan, la mairie a confié le soin de gérer l’exposition sur l’Algérie du musée municipal au Cercle algérianiste, dépourvu de toute compétence muséographique, qui ne saurait se confondre avec le travail, souvent utile et précieux, de collecte des documents et objets par les associations.

93À Aix, la situation est plus complexe, puisque cohabitent dans cette ville deux visions de l’histoire des rapports franco-algériens : celle des Archives nationales de France, qui ont favorisé l’organisation, à partir du gros dépôt des Archives nationales d’outre-mer, de plusieurs expositions conformes aux exigences historiques ; et celle de la municipalité, qui soutient fortement l’action et les choix du CDHA, Centre de documentation historique sur l’Algérie appartenant au réseau du Cercle algérianiste. Une maison Alphonse Juin a été construite par la mairie pour abriter le CDHA et les livres, documents et objets qu’il a collectés en nombre auprès des rapatriés. On a entrepris aujourd’hui de l’agrandir, en sollicitant l’aide et la reconnaissance de l’État, qui tarde cependant à être accordée, peut-être parce que les responsables du CDHA ne cachent pas leur ligne radicale ni leur sympathie pour les militants de l’OAS condamnés à mort pour avoir assassiné des représentants de la République en Algérie : une plaque a été posée il y a quelques années à l’entrée du CDHA pour commémorer leur « martyre ». À cette bipolarité du regard historique sur l’Algérie, s’ajoutent bien sûr les recherches universitaires et la documentation extrêmement riche sur l’Algérie de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme.

94On peut donc croiser dans une même ville et à différents moments plusieurs politiques scientifiques et mémorielles divergentes sur l’Algérie et les rapports franco-maghrébins. Il n’est pas toujours facile pour le chercheur d’évoluer dans un paysage aussi complexe, et notamment de résister à des politiques mémorielles décentralisées soumises au jeu des intérêts politiques locaux. En réalité, les collectivités locales ne sont pas armées pour mener des politiques mémorielles d’ampleur nationale, comme l’observait en juillet 2014 la ministre de la Culture. Sur ce plan, on ne peut faire totalement grief aux nouveaux responsables de Montpellier de n’avoir pas été à la mesure des ambitions poursuivies par leurs prédécesseurs. Mais ce qui est plus grave est que les grandes institutions nationales se révèlent elles-mêmes défaillantes ou timorées quand il s’agit d’aborder des sujets sensibles.

95La plus surprenante leçon à tirer de l’expérience du musée avorté de Montpellier reste en effet l’impuissance du pouvoir central sous le quinquennat du président Hollande à promouvoir, malgré son accord de principe, une politique historique d’intérêt national sur un sujet susceptible de fâcher les mémoires nées du rapport franco-algérien. Certes, tout le projet initial de Montpellier n’a pas été abandonné : le MUCEM a fini tardivement par accepter de recevoir en dépôt et de valoriser les collections rassemblées à Montpellier, et il faut rendre hommage au Musée national de l’Education de Rouen d’avoir su profiter de son statut relativement autonome et de sa situation discrète dans une région très éloignée des pressions algérianistes pour reprendre avec détermination le projet d’exposition temporaire sur L’école en Algérie, qui était au cœur du projet de Montpellier. Mais la relance du grand projet muséographique initial par la Présidence de la République en mars 2016 a fait long feu, comme on l’a vu. Malgré son échec, elle reste cependant significative de l’intérêt plus actuel que jamais de réaliser un musée sur l’histoire des rapports entre la France et le Maghreb. Il permettrait d’assumer les dimensions occultées de cette histoire, comme le rôle des soldats d’Afrique du Nord dans la libération de la France, tout en s’adressant avec respect des hommes et souci de la vérité aux porteurs de mémoires des deux rives.

Haut de page

Bibliographie

Abécassis Frédéric et Meynier Gilbert (dir.), 2008, Pour une histoire franco-algérienne. En finir avec les pressions officielles et les lobbies de mémoire, Paris, La Découverte.

Bertrand Romain, 2006, Mémoires d’Empire. La controverse autour du « fait colonial », Paris, Éditions du Croquant.

Elias Norbert, 1993, Engagement et distanciation (traduction française de Michèle Hulin, avec avant-propos de Roger Chartier), Paris, Fayard.

Henry Jean-Robert, 1996, « France-Algérie. Assumer l’histoire commune », Confluences Méditerranée, n° 19, octobre, p. 17-28.

Henry Jean-Robert, 2006, « France-Algérie : une histoire à suivre », in
Mohammed Arkoun (dir.), Histoire de l’islam et des Musulmans en France, Paris, Albin Michel.

Henry Jean-Robert, 2008, « Le défi d’une "histoire commune" et du "partage des mémoires" dans l’espace franco-algérien : les leçons d’une exposition », L’Année du Maghreb, p. 149-170.

Ledoux Sébastien, 2017, Le devoir de mémoire, une formule et son histoire, Paris, CNRS Éditions.

Michel Johann, 2010, Gouverner les mémoires. Les politiques mémorielles en France, Paris, P.U.F.

Savarèse Éric (dir.), 2008, L’Algérie dépassionnée. Au delà du tumulte des mémoires, Paris, Syllepses.

Savarèse Éric, 2011, « Retour sur la question des « lois mémorielles ». Les nouvelles politiques de la mémoire », Cahiers d’histoire immédiate, n° 40, p. 131-144

Savarèse Éric, 2014, La rencontre postcoloniale, Paris, Éditions du Croquant.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Lettre du 13 décembre 2012 de Monsieur Jean-Pierre Moure, président de la Communauté d’agglomération de Montpellier,
à Monsieur François Hollande, président de la République.

Annexe 2

Lettre du 4 janvier 2013 de Madame Sylvie Hubac, directrice de cabinet du président de la République à Monsieur Jean-Pierre Moure, président de la Communauté d’agglomération de Montpellier.

Annexe 3 

Lettre ouverte du 16 mai 2014 des membres du Conseil scientifique du Musée sur l’histoire de la France et de l’Algérie

à Monsieur Philippe Saurel Président de la Communauté d’agglomération de Montpellier

Monsieur le Président,

Chercheurs impliqués bénévolement dans la réalisation du musée sur l’histoire de la France et de l’Algérie, nous avons appris avec une très grande surprise votre intention d’abandonner ce projet très avancé à un an de l’ouverture du musée.

Ceci s’est fait de manière abrupte et improvisée, sans dresser un bilan du projet avec l’équipe qui le menait avec dynamisme depuis trois ans, et sans concertation avec le Conseil scientifique du musée, composé de chercheurs qui s’étaient mobilisés pour soutenir sa réorientation, redonner au projet la légitimité scientifique qu’il méritait, et qui ont joué un rôle considérable dans la préparation des salles du musée et des expositions temporaires. En tant que membres de ce Comité, nous déplorons le gâchis que représenterait l’abandon de ce projet de musée sans équivalent en France.

Gâchis intellectuel tout d’abord : tout un travail a été fait depuis plus de deux ans pour élargir la problématique initiale du musée, limitée à un cadre mémoriel étroit, et lui donner une ampleur susceptible de toucher toutes les mémoires associées à l’histoire des relations entre l’Algérie et la France. Le projet réalisé et largement avancé à ce jour présente les qualités de rigueur scientifique, d’innovation et d’ouverture requises pour une présentation publique et dynamique de l’histoire contemporaine, apte à dépasser les débats mémoriels qui travaillent notre société. Sur le modèle de l’exposition réalisée en 2012 sur l’Algérie au musée des Invalides, où l’Armée avait su donner carte blanche aux historiens, le travail engagé par les chercheurs à Montpellier présente un intérêt pédagogique évident. L’histoire de la colonisation et de la décolonisation est abordée en classes de 4e, 3e, 1re et terminale et les programmes encouragent les études de cas centrées sur l’Algérie. Le musée projeté peut servir de support à cet enseignement avec des visites de collégiens et de lycéens venus de toute la France. C’est un outil propre à comprendre le passé en dépassant des mémoires familiales parfois antagonistes.

Gâchis financier aussi : 15 millions d’euros sur les 22 budgétisés ont déjà été engagés. Certains ne sont pas transférables, comme les 3 millions qui ont servi à enrichir les collections de tableaux, d’objets et de livres sur l’Algérie ou les contrats passés avec les prestataires de services qui travaillent depuis des mois sur le contenu des expositions. Quant aux investissements immobiliers et mobiliers, ils ne pourraient, en cas de changement de destination du musée, être « réversibles » sans d’importantes pertes et dédommagements aux entrepreneurs, se chiffrant par millions d’euros.

Gâchis politique enfin : le fait pour Montpellier d’accueillir un musée consacré aux relations avec l’autre rive ne peut que renforcer son positionnement méditerranéen. Il sert aussi la politique de coopération transnationale de la ville, qui a pris l’initiative il y a quelques années d’un jumelage exemplaire avec Tlemcen. Surtout, cet ambitieux projet peut participer utilement à l’échelle nationale à un processus de réconciliation franco-algérien qui est aujourd’hui bien engagé. Que Montpellier y figure au premier plan est évidemment profitable à la ville.

Compte-tenu de toutes ces considérations, nous ne pouvons que dénoncer une décision élaborée sans aucune concertation avec les acteurs du projet ni respect pour leur travail, et vous presser de bien vouloir réexaminer ce dossier sur la base d’une information plus éclairée. Nous sommes bien sûr à votre disposition pour vous présenter l’état d’avancement réel d’un projet qui ne peut que servir les intérêts et l’image nationale et internationale de Montpellier et de son agglomération.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à l’expression de nos sentiments respectueux.

Signataires :
Jean-Robert Henry, directeur de recherches émérite au CNRS, président du comité scientifique du musée
Jean-Pierre Bertin-Maghit, professeur des Universités, membre de l’IUF
Pierre Boutan, maître de conférences honoraire
Omar Carlier, professeur émérite des Universités
Dominique Casajus, directeur d’études à l’EHESS
Sébastien Denis, maître de conférences à Aix Marseille Université
Ahmed Djebbar, professeur émérite des Universités
Marc Ferro, historien, co-directeur des Annales et directeur d’études à l’EHESS
« désolé de cet affront à l’intérêt national »
Didier Guignard, chargé de recherches au CNRS
Nadjet Khadda, professeure à l’Université d’Alger
Ahmed Mahiou, directeur de recherches émérite au CNRS
Georges Morin, inspecteur général honoraire de l’Education nationale
Paul Pandolfi, professeur des Universités
Michel Pierre, historien, ancien conseiller culturel auprès de l’Ambassade de France à Alger
François Pouillon, directeur d’études à l’EHESS
Tramor Quemeneur, enseignant-chercheur à l’Université Paris 8
Paul Siblot, professeur des Universités
Benjamin Stora, professeur des Universités
Sylvie Thénault, directrice de recherches au CNRS

Annexe 4

Note de mars 2014 invitant les membres du Conseil scientifique à réfléchir sur « le rapport à l’histoire mobilisé pour le musée de Montpellier ».

Depuis que la polémique sur une loi « mémorielle » de février 2005 a empêché la signature du Traité d’amitié et de coopération qui devait sceller la réconciliation entre la France et l’Algérie et conforter leur « destin commun », on ne cesse de souligner que l’histoire est au cœur des malentendus qui subsistent entre les deux pays et les deux sociétés. C’est une affirmation à relativiser. Tout en constatant que la sensibilité au passé colonial reste vive entre l’Algérie et la France, il convient de ne pas donner à ce passé plus que la place importante qui lui revient dans une histoire qui ne s’arrête pas à 1962. 50 ans d’histoire postcoloniale ont maintenant succédé aux 132 ans de colonisation, c’est-à-dire que, de part et d’autre, la mémoire du temps colonial et celle de la guerre d’Algérie sont de moins en moins directes et de plus en plus transmises. A son tour, l’histoire postcoloniale a imprégné les mémoires collectives, avec ses moments positifs, comme la coopération ou L’Année de l’Algérie en France, mais également ses épreuves dramatiques, comme la « décennie noire » en Algérie. Avec un certain décalage sur le Maroc et la Tunisie, la référence au temps colonial commence en réalité à s’éloigner dans le jeu des mémoires franco-algériennes, malgré des tentatives de la réactiver qui visent plus souvent à instrumentaliser l’histoire de cette époque qu’à l’élucider.

Le moment semble venu de favoriser cette élucidation, comme le montre la teneur d’ouvrages et expositions réalisés pour le cinquantenaire de l’indépendance30. La mise en œuvre du musée de Montpellier est une autre et importante opportunité pour proposer au public un parcours dans l’histoire des deux pays échappant aux dérives politiques et mémorielles. Ceci implique de laisser les professionnels du patrimoine et les chercheurs algériens, français ou franco-algériens travailler ensemble librement à cette entreprise, sans consignes d’ordre politique

Les nouvelles orientations adoptées pour le musée ont profondément modifié la problématique du rapport entre histoire et mémoires qui était implicitement présente dans le projet initial. En voulant célébrer l’histoire de la France et des Français en Algérie, celui-ci se trouvait prisonnier d’une vision de l’histoire centrée sur le « devoir de mémoire » à rendre à la communauté française d’Algérie, obligée de quitter ce pays à l’indépendance dans des conditions dramatiques. Cette vision communautaire et close de l’histoire, qui privilégiait une population et des mémoires particulières au détriment d’autres composantes d’une histoire complexe pouvait d’ailleurs se révéler contre-productive : la sous-estimation des autres mémoires « algériennes » ne valorisait pas nécessairement la mémoire pied-noir. Une telle approche avait aussi l’inconvénient de rester excessivement fixée sur le temps colonial, sans prendre en compte l’histoire du dernier demi-siècle.

La reconfiguration du projet de Montpellier dans le sens d’une histoire de France et de l’Algérie à laquelle sont associées des mémoires multiples renverse le rapport entre histoire et mémoires. Car, respecter le processus légitime de construction des mémoires, ce n’est pas les opposer les unes aux autres, ou survaloriser l’une d’elles à travers un « devoir de mémoire » exclusif, mais les aider à mieux cohabiter. Seul le recours au « devoir d’histoire » peut renvoyer le jeu des mémoires et leur capacité de cohabitation aux saillances de l’histoire sur laquelle elles se sont greffées.

Encore faut-il s’interroger sur la notion d’histoire mobilisée dans cette démarche. Dans le contexte de la décolonisation, plusieurs historiens français avaient eu à cœur de sortir des présupposés de l’histoire coloniale pour tenter d’écrire une histoire du Maghreb ou de l’Algérie audible de part et d’autre de la Méditerranée. Après L’Afrique du Nord en marche de Charles-André Julien, publié dès 1952, c’était l’approche de Jacques Berque dans son Maghreb entre deux guerres (1962), puis de Charles-Robert Ageron, dont le remarquable Que sais-je, publié en 1964, est exemplaire de la volonté de rupture avec l’historiographie coloniale, puisqu’il se substitue à celui de Gabriel Esquer, dont la dernière édition, datant de 1960, s’inscrit encore dans la perspective de l’Algérie française. Les historiens « coopérants » ne seront pas en reste pour s’associer à l’écriture d’une histoire algérienne ou d’une histoire commune décolonisée destinée à leurs étudiants et, au-delà, à un double public algérien et français31. Histoire commune ou histoire partagée ? Le débat ne se posait pas vraiment à l’époque, alors que que beaucoup de lecteurs algériens se reconnaissaient globalement dans ces travaux, qui n’appartenaient pourtant pas au genre roman national. Et en sens inverse, beaucoup de lecteurs et de spécialistes français considéraient les travaux d’Ali Merad, de M. Kaddache, d’A. Laroui comme des composantes incontournables de la nouvelle doxa sur l’histoire du Maghreb.

Aujourd’hui, le débat historique a évolué. Pour sortir d’une vision euro-centrée du processus de mondialisation, on a souligné la nécessité de promouvoir une histoire globale, ou tout au moins de diversifier les échelles de lecture et d’écriture de l’histoire. Certains auteurs, comme Romain Bertrand, avancent la notion stimulante d’histoire connectée pour évoquer la question complexe de l’asymétrie de perception et d’écriture de l’histoire par des sociétés qui se sont découvertes mutuellement dans le contexte des premières expansions coloniales32. En réalité, les situations sont extrêmement diverses et rendent difficile toute forme de généralisation, y compris même à l’intérieur du Maghreb. Sans céder aux conjonctures théoriques, il serait cependant regrettable de ne pas prendre en compte ce que ces débats pourraient apporter à une expérience aussi importante que celle du musée de Montpellier.

Nous proposons donc d’organiser à Montpellier dans les mois qui viennent une rencontre sur ce thème entre les membres du Conseil scientifique qui le souhaitent.

JRH

Haut de page

Notes

1 . C’est l’observation que j’ai pu faire en présidant au début des années 1990 la commission Valorisation de la recherche du CNRS, puis en participant à la Commission française pour l’UNESCO.

2 . Une première analyse de cette exposition avait été présentée lors de la Journée d’études organisée le 19 avril 2007 à Narbonne par Eric Savarese sur le thème : « Montrer l’Algérie au public. Pour en finir avec les guerres de mémoires algériennes ». Les travaux de cette rencontre ont été publiés (Savarèse, 2008).

3 . L’Algérie dépassionnée (Savarèse, 2008) publie un long rapport collectif sur le projet de Perpignan et sur la méthodologie à mettre en œuvre pour « en finir avec les guerres de mémoires algériennes en France »

4 . À l’échelle modeste de l’expérience relatée ici, la nécessité d’articuler la fonction de participant et celle de chercheur nous renvoie à la réflexion beaucoup plus large menée par Norbert Elias dans son ouvrage (Elias, 1993).

5 . Sur l’influence réelle ou supposée de cet électorat dans le sud de la France, voir Savarese (2014). On pourrait faire remonter à bien avant 2003 l’histoire complexe des relations politiques entre les rapatriés d’Algérie et certaines municipalités de sud de la France. À Montpellier, cette histoire a notamment été marquée par la figure de Jacques Roseau, ancien militant de l’OAS, créateur de Recours-France, qui entendait fédérer les associations de rapatriés et promouvoir une réconciliation avec les Algériens. Pour faire avancer son projet et diverses revendications communautaires, J. Roseau avait réussi dès 1977 à mobiliser une partie du vote « rapatrié » au profit de Georges Frèche, tête de la liste d’Union de la gauche à Montpellier, qui avait emporté les élections. Puis il s’était rapproché de Jacques Chirac. Cette mobilité politique et la modération de ses positions attisèrent chez certains de ses adversaires un soupçon de trahison qui servit de prétexte à son assassinat le 5 mars 1993, devant la Maison des rapatriés de Montpellier, par des militants de l’UDISFRA, association rivale du Recours.

6 . « Rien à faire des commentaires d’universitaires trous du cul. On les sifflera quand on les sollicitera » (propos rapportés par Libération du 17 novembre 2005).

7 . Le catalogue de cette exposition a été publié en 2003 en France par l’éditeur Images en manœuvres, le Centre des Archives d’outre-mer et l’association Mémoires méditerranéennes, et en Algérie en 2005 par les Editions du Tell.

8 . Cf. Algérie 1830-1962, avec Jacques Ferrandez, ouvrage réalisé à l’occasion de l’exposition réalisée par le Musée de l’Armée à l’Hôtel des Invalides, Casterman, 2012.

9 . Selon le témoignage personnel donné par les deux intéressés. L’évolution du débat historique sur l’Algérie ne se limitait bien sûr pas à l’espace des musées et des expositions. On ne peut ignorer l’influence plus globale du contexte politique, pédagogique, médiatique sur l’écriture de l’histoire franco-algérienne à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. Ni non plus les effets de la décentralisation, qui permet le développement de politiques mémorielles locales soumises aux pressions de lobbys particuliers.

Une autre exposition sur panneaux sera réalisée début 2016 dans l’orbite du Ministère de la Défense par l’ONACVG (Office national des anciens combattants et victimes de guerre). Intitulée « La guerre d’Algérie : histoire commune ou mémoires partagées ? », elle est surtout destinée à servir d’appui à la formation continue des professeurs d’histoire de l’enseignement secondaire. Elle se compose de trois parties : la première en sept panneaux survole l’histoire coloniale, la seconde est consacrée à la guerre d’Algérie proprement dite et la troisième au jeu des mémoires. Les deux dernières sont particulièrement riches et intéressantes, même si on peut regretter la présence trop faible de la bataille d’Alger, qui a été le paroxysme des pratiques condamnables de l’armée en matière de disparition des personnes et de torture durant la guerre d’Algérie. Il semble que la liberté d’expression des chercheurs (A. Moumen, R. Branche, J. J. Jordi) a été davantage encadrée dans cette exposition par les commanditaires et par les associations d’anciens combattants que dans l’opération des Invalides en 2012.

10 . Un qualificatif qui ne rend pas compte de la diversité des mémoires du milieu « pied-noir », même si certains responsables associatifs se posent en gardiens exclusifs d’une mémoire commune et figée, au détriment d’associations minoritaires comme Coup de soleil, plus engagées dans un dialogue avec le passé ouvert sur le présent.

11 . L’invitation du président Moure à venir échanger avec lui sur le projet muséal destiné à aborder « l’histoire commune de la France et de l’Algérie » dans le « respect de toutes les mémoires associées à cette histoire commune », m’avait été adressée le 7 novembre 2012.

12 . Par lettre du 13 mai, qui faisait suite à un entretien ambigu sur l’avenir du projet que Monsieur Saurel avait accordé à l’hebdomadaire La Gazette, je lui avais proposé de nous recevoir pour lui fournir ces informations. Cette lettre est restée sans réponse, ainsi que tous les courriers suivants. Et aucun des membres du Conseil scientifique n’a pu rencontrer le nouvel élu.

13 . Le pré-rapport de la délibération du Conseil d’agglomération du 19 juin 2014 affirme qu’il s’agissait d’un engagement de campagne de M. Saurel. Il semble que G. Frêche aurait aussi fait lui-même allusion plusieurs années auparavant à la nécessité de créer à Montpellier un musée d’art contemporain, installé dans un bâtiment construit à cet effet.

14 . La pensée algérianiste s’est développée à partir de 1898 dans la minorité européenne d’Algérie comme un discours quasi nationaliste et antisémite de défense des intérêts de cette minorité coloniale. Après avoir triomphé à l’occasion de la célébration du « Centenaire de l’Algérie » en 1930, cette idéologie a ensuite épuisé ses ressorts dès les années trente sous la double pression de la montée du nationalisme algérien et de l’affirmation d’une pensée méditerranéenne qui cherchait à sublimer le conflit colonial. À la fin de la guerre d’Algérie, certains des thèmes les plus extrêmes de l’algérianisme ont inspiré l’OAS, dont l’action a retardé de façon dramatique pour tous le retour de la paix en Algérie. Créé en novembre 1973, le Cercle algérianiste réactive le vocabulaire de ce courant de pensée pour « protester contre l’histoire officielle de la présence française en Algérie telle que la présentent ceux-là mêmes qui nous ont acculés à l’exil ». L’histoire que les nouveaux « algérianistes » entendent promouvoir a donc une tonalité victimaire importante. Les associations fédérées par le Cercle sont surtout implantées dans le Midi de la France, où elles exercent plus d’influence sur les pouvoirs locaux qu’à l’échelle nationale. Sur le plan individuel, les membres de ces associations ont bien sûr des sensibilités très diverses. D’autres associations, malheureusement minoritaires, œuvrent au rapprochement avec l’autre rive de la Méditerranée. À Montpellier, c’était le cas de la section locale des « Pieds Noirs progressistes » et de celle de « Coup de soleil » qui ont bien sûr soutenu le projet de musée.

15 . Participants à la réunion : Mme Filippetti et son conseiller en charge du patrimoine, Philippe Barbat, Henry Loyrette (ancien président du Louvre), Georges Morin, Ahmed Djebbar (professeur émérite d’histoire des sciences, ancien ministre algérien de l’Education), Claude Mollard (conseiller du président de l’Institut du monde arabe), Jean-Robert Henry.

16 . Elle fut quelques mois plus tard nommée présidente du Festival Cinemed de Montpellier par M. Saurel, à qui elle rendit un hommage appuyé.

17 . Publié par le MUNAE et par CANOPE Editions, sous le titre L’école en Algérie, l’Algérie à l’école de 1830 à nos jours, le catalogue, dirigé par J. R. Henry et F. Hudowicz, se veut plus un complément de l’exposition que sa simple reproduction. L’exposition a reçu plus de vingt mille visiteurs et fit l’objet de nombreux articles dans la presse nationale et régionale et dans les revues spécialisées. Une émission spéciale de « Rue des écoles » lui fut consacrée sur France-Culture en mai 2017.

18 . P. Saurel a assisté à la première de ces conférences.

19 . Il avait été question un moment de Bruno Racine.

20 . Ainsi y avait-il sous le précédent quinquennat un Secrétariat d’État aux anciens combattants et aux politiques mémorielles, remplacé désormais par un Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG). Sur la notion de politique mémorielle, cf. Michel (2010) et Savarèse (2011). Il est intéressant d’observer qu’on préfère utiliser en Allemagne la notion de politique historique, qui a inspiré la réalisation des récents musées d’histoire contemporaine (Bonn, Berlin, Munich, Francfort…), mais qui n’est pas non plus dépourvue d’ambiguïté.

21 . Par exemple le récent roman d’Alice Zeniter, L’art de perdre, Flammarion, 2017.

22 . La réflexion sur le rapport entre histoire et mémoires à propos de l’Algérie a été longuement développée dans le Rapport de recherche sur le projet de Perpignan, élaboré sous la direction de E. Savarèse, et auquel j’ai contribué, in L’Algérie dépassionnée, op. cit.

23 . Sur la question d’une « histoire commune », cf. aussi Henry, (1996 et 2006).

24 . « Le défi d’une « histoire commune » op. cit., 1968, pp. 154 s. Un long développement de cet article est consacré à la mise en œuvre de l’interaction entre histoire et mémoire dans l’exposition de 2003.

25 . C’était une approche de l’histoire assez différente de celle qui figure en ouverture de l’exposition de l’ONACVG sur « La guerre d’Algérie : histoire commune, mémoires partagées ? » (2016), où il est affirmé : « Comprendre aujourd’hui l’Algérie à l’époque de la colonisation implique de s’éloigner des grands récits fondateurs inspirés par l’idéologie coloniale ou par le mode de pensée anticolonialiste ». Ce plaidoyer en faveur d’une histoire médiane entre les récits extrêmes semble être un ajout des commanditaires.

26 . La vision du processus de réconciliation par les chercheurs se confondait-elle avec celle des acteurs politiques « de bonne volonté », ou devait-elle rester autonome et se fonder exclusivement sur des considérations scientifiques et historiques, au risque de tomber dans l’histoire-fiction ? Ce sont des questions que nous nous sommes parfois posées, sans avoir le temps d’y répondre. Mais il est certain que le l’expérience de la coopération a beaucoup pesé sur ceux – Français ou Algériens – qui avaient vécu ce moment comme l’étape d’un processus de réconciliation.

27 . C’est une exigence d’autant plus nécessaire que le consensus apparent entre les acteurs politiques et les chercheurs est parfois fragile, comme nous l’avons observé dans l’opération de Montpellier, où des collaborateurs du président de l’agglomération qui semblaient soutenir notre projet se sont retournés ensuite contre lui quand le contexte politique a changé.

28 . Un fait troublant cependant est le contenu d’un communiqué de presse du Cercle algérianiste en date du 24 mai 2014. Le président national de ce Cercle, Thierry Rolando, s’élève contre la décision d’abandonner le projet de musée, « prise sans consultation des premiers intéressés : les Français d’Algérie », alors que ce projet a reposé en grande partie sur l’acquisition d’objets et de témoignages provenant des familles de Français d’Algérie. Et il découvre en outre « avec stupéfaction qu’un Conseil scientifique du musée avait été constitué, sans les Français d’Algérie, mais avec des universitaires connus pour leur approche idéologique de la guerre d’Algérie et leur proximité avec le gouvernement algérien ». Lu au premier degré, ce communiqué signifierait que le Cercle se plaint d’avoir été tenu totalement à l’écart des développements du projet muséal et de son arrêt.

29 . Selon le témoignage du député Christian Kert, rapporteur du projet, l’amendement n’avait pas été prévu et a pris au dépourvu le président de la République qui a ensuite agi pour en atténuer les effets.

30 . Par exemple, l’Histoire de l’Algérie coloniale publiée à La Découverte, et l’exposition des Invalides sur l’Algérie.

31 . Nous pensons notamment R. Gallissot, C. Collot, J. C. Vatin, avec son Algérie politique, histoire et société (1974).

32 . Romain Bertrand, « Histoire globale, histoires connectées. Un « tournant » historiographique ? », in Le tournant global des sciences sociales, Alain Caillé et Stéphane Dufoix (dir.), Paris, La Découverte, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Robert Henry, « L’histoire aux prises avec les mémoires. L’exemple du musée avorté de Montpellier sur l’histoire de la France et de l’Algérie », L’Année du Maghreb, 19 | 2018, 133-164.

Référence électronique

Jean-Robert Henry, « L’histoire aux prises avec les mémoires. L’exemple du musée avorté de Montpellier sur l’histoire de la France et de l’Algérie », L’Année du Maghreb [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/4240 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.4240

Haut de page

Auteur

Jean-Robert Henry

Directeur de recherches honoraire au CNRS, associé à l’Iremam, Aix Marseille Université/CNRS, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page