Navigation – Plan du site
Chroniques

Algérie 2017 : De quoi les élections législatives et locales sont-elles le nom ?

Cherif Dris
p. 169-183

Entrées d'index

Mots-clés :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

1Les résultats des élections législatives et locales de 2017 n’ont guère bouleversé l’ordre partisan. Comme en 2012 le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND) ont raflé la majorité des sièges au parlement. Bien que l’enjeu électoral local ne soit en rien comparable à celui des législatives, les élections locales du 23 novembre ont débouché sur des résultats similaires, à cette différence près cependant, que ce sont les élus locaux qui éliront les deux tiers des sénateurs de la seconde chambre du parlement algérien.

2Les élections de 2017 n’ont, donc, en rien modifié la donne. Elles ont même conforté la feuille de route tracée en 2012, puis consolidée en 2014 lorsqu’une alliance d’une dizaine de partis a soutenu la candidature du président Abdelaziz Bouteflika à un quatrième mandat. La reproduction autoritaire du régime est donc assurée, aidée en cela par une ingénierie électorale visant à consacrer un pluralisme sans diversité. Cette dépendance au sentier autoritaire est révélatrice d’une stratégie de reproduction qui se déploie à travers différentes modalités, notamment à travers le champ partisan. En effet, le régime politique algérien s’emploie à façonner ledit champ selon un dosage bien calculé consistant à privilégier les partis d’appareils, à récompenser les nouveaux partis-clients et enfin à ne pas s’aliéner les partis d’opposition. Par ailleurs, les mouvements de dissidence et la perméabilité des frontières idéologiques sont également des facteurs de consolidation de ce statu quo comme nous allons le voir dans cette présente chronique.

Consolider la feuille de route tracée en 2014

3Comme en 2012, tout a été fait pour que les deux partis majeurs, à savoir le FLN et le RND, obtiennent la majorité des sièges au parlement. D’ailleurs, la campagne électorale pour les législatives de 2017, menée par les deux partis a bénéficié de l’appui, plus au moins discret, des institutions de l’État, cela en dépit des critiques adressés par les partis de l’opposition et des rappels à l’ordre de la haute instance de surveillance des élections législatives. Dans la logique des gouvernants algériens, les élections législatives de 2017 se devaient de produire un champ partisan identique à celui de 2012 et fidèle à la feuille de route tracée par le 4e mandat du président de la République. Le « changement » le plus notable est la montée du RND qui se voit récompenser par quelques sièges supplémentaires par rapport à 2012 (voir le tableau 1). On notera également la progression électorale d’autres partis.

Tableau 1 : Résultats obtenus par les principaux partis
lors des élections législatives du 4 Mai 2017

Listes

Nombres de sièges obtenus

Nombre de suffrages recueillis

FLN

161

1 655 040

RND

100

964 729

Alliance HMS
(Mouvement de la société pour la paix)

34

3 94833

Rassemblement de l’Espoir (TAJ)

20

270 560

Nahda-Adala-Bina

15

239 457

Front el Moustakbal

14

265 667

Front des Forces socialistes (FFS)

14

152 663

Mouvement populaire algérien (MPA)

13

241 399

Parti des Travailleurs

11

188 187

Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD)

09

165 841

Alliance nationale républicaine (ANR)

06

121 579

Mouvement de l’entente nationale (MNE)

04

51 960

Parti El Karama

03

81 167

Partide Jeunes 2

02

64 032

Front démocratique Libre

02

28 790

Front Militantisme National

02

35 100

El Ouancharisse

02

9 046

Rassemblement Patriotique National

02

43 046

AHD 54

02

42 365

Parti pour la Solidarité
et le Développement

02

28 617

Parti pour la liberté et la Justice (PLJ)

02

88 418

Source : http://www.conseil-constitutionnel.dz/​index.php/​fr/​jurisprudence-2017.

4Avant de commenter ces résultats, il importe d’évoquer quelques chiffres sur le corps électoral et le taux de participation. Selon les données fournies par le Conseil constitutionnel, sur 23 251503 inscrits, 8 225 123 ont voté, soit un taux de participation de 35,37 %. Les suffrages exprimés quant à eux totalisent 6 446 7501. Ce taux de participation est nettement inférieur à celui de 2012 (42,90 %), mais similaire à celui de 2007 (35,67 %).

5Si l’on doit tirer une première conclusion de ce taux, c’est bien celle d’un manque d’intérêt affiché par les électeurs algériens à l’égard des joutes électorales.

6Tout d’abord, dans un régime présidentialiste, les législatives ne sont pas conçues comme des confrontations déterminantes dans la mesure où le président de la République endosse à la fois le rôle de l’« exécuteur » et du législateur. Pourtant, les autorités algériennes avaient multiplié les appels et les promesses pour un changement de situation, mais aussi les mises en garde contre un retour à la situation des années 1990 en diffusant sur les écrans des chaines de télévision publiques les images inédites des atrocités commises par les groupes terroristes. Aussi, dans un régime politique où les élections sont conçues pour donner la majorité des sièges aux partis du pouvoir, l’enjeu est bien plus le niveau de la participation que le résultat en soi.

7Toujours est-il que les résultats affichés plus haut dénotent une certaine évolution dans la continuité. Comme nous pouvons le voir à travers le tableau 1, la hiérarchie établie par le pouvoir politique a été respectée. Le Front de Libération Nationale occupe toujours la première place, suivi par le Rassemblement National Démocratique, puis par le Mouvement pour la Société de la Paix et ses alliés. On note cependant, un léger recul chez le chef de file des partis conservateurs. Ainsi de 220 sièges (45 %) en 2012, le FLN est descendu à 168 tandis que le RND est remonté à 100, alors qu’en 2012 il en avait obtenu 68 (14,07 %). Cette remontée du RND s’explique probablement par le souci des gouvernants de rééquilibrer les rapports de forces entre les deux partis d’appareils et d’éviter toute posture hégémonique chez le FLN.

8Quant aux islamistes, l’éclatement reste la règle. En 2012 déjà, l’Alliance Algérie Verte (AAV) comprenant le MSP, le Mouvement de la Réforme Nationale (MRN) et Ennahda, avait remporté 49 sièges (10,6 %). Toutefois, et après que le MSP ait refusé de faire partie du gouvernement, une dissidence a éclaté, menée par Amar Ghoul, lequel a refusé de se plier à la décision du parti. Par ce geste, l’ancien ministre des travaux publics signe son ralliement aux cercles des inconditionnels du pouvoir, lesquels forment le gros du bataillon qui a soutenu le président Abdelaziz Bouteflika pour un quatrième mandat.

  • 2 . En 2012, après sa dissidence du MSP Amar Ghoul a récupéré 15 députés du parti islamiste pour crée (...)

9Par ailleurs, ces législatives ont été bénéfiques à certains petits partis qui ont vu leur représentation renforcée au sein du parlement. C’est le cas du Tadjamou Amel El Djazair (TAJ) avec ces 20 députés2, du Front El Moustakbal (14 députés contre 2 en 2012) et du MPA 13 députés (7 en 2012). La percée de ces partis est significative non seulement dans la mesure où, au-delà de la l’aspect quantitatif, elle renseigne sur le nouveau champ partisan que le pouvoir souhaite instaurer, mais aussi, parce qu’elle est révélatrice de la manière dont le pouvoir récompense les partis qui ont accepté soit de se caler en 2014 sur sa ligne, soit de jouer le rôle de faire valoir durant les présidentielles de la même année.

10Enfin, le grand perdant de ces législatives, reste l’opposition dont certains partis comme le Parti des Travailleurs, le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie et le Front des Forces Socialistes ont vu leur présence réduite à la portion congrue au sein de l’instance législative. De 27 députés, le FFS est descendu à 14, alors que le PT est passé de 24 à 11 élus. Le RCD qui n’a pas pris part aux législatives de 2012 a dû se contenter de 11 députés, loin de ses attentes initiales, tandis que le Front National Algérien de Moussa Taouati, n’a récolté que 2 sièges contre 9 en 2012.

11Cette configuration qui confirme la permanence d’un certain ordre partisan, lui-même traduction la permanence du régime politique, a trouvé un prolongement dans les élections locales du 23 novembre (voir le tableau 2).

Tableau 2 : Résultats électoraux aux Assemblées populaires locales

Partis

Nombre de sièges

Front de Libération Nationale

603

Rassemblement National Démocratique

451

Front El Moustakbal

71

Front des Forces socialistes

64

Mouvement Populaire National

62

Mouvement de la Société pour la Paix

49

Tadjamou Amel El Djazair

31

Front National Algérien

27

Indépendants

35

Parti des Travailleurs

17

Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD)

37

Parti de la Liberté et de la Justice

09

El Fadjr El Djadid

12

Alliance Nahda-Adala-Bina

08

Alliance National Républicaine

09

El Karama

07

Source : http://www.aps.dz/​algerie/​66200-elections-locales-resultats-des-apc-au-niveau-national

12Le FLN et en dépit des sièges perdus durant les législatives du 4 Mai, a largement progressé au niveau local : de 159 communes à majorité absolue en 2012, il passe à 603. Cet écart plus que considérable l’a conforté lors des élections sénatoriales. Il en est de même pour le RND (132 en 2012) et du MPA (12 en 2012). Mais la percée plus importante a été réalisée par le Front el Moustakbal qui s’est classé à la 3e place avec 71 communes contre 6 en 2012. Une percée qui confirme les résultats obtenus lors des législatives de 2012 au détriment d’autres parti comme le MSP et le PT notamment. Au niveau des wilayas, la configuration est la suivante :

Tableau 3 : Résultats électoraux aux Assemblées populaires de wilayas

Partis

Nombre de sièges

FLN

711

RND

527

MSP

152

Front El Moustakbal

131

TAJ

96

MPA

68

FFS

63

FNA

51

RCD

33

Indépendants

31

PT

28

FNJS

14

AHD 54

13

PLJ

12

Source : http://www.elmoudjahid.com/​fr/​actualites/​116927/​ Consulté le 19/08/2018 à 10.39

13Sans s’appesantir sur les détails, nous pouvons remarquer que le FLN et le RND gardent leur mainmise sur les assemblées populaires de wilayas, ce qui n’est pas sans avoir d’incidences sur les élections pour le renouvellement des deux tiers du Sénat, le tiers restant étant désigné par le président de la République. Grâce au maillage des instances locales et wilayales, ces deux partis offrent au pouvoir politique le moyen de conforter sa mainmise sur la société, mais aussi un levier pour mobiliser ses relais pour les élections présidentielles. En effet, même si les instances locales n’ont qu’un pouvoir limité, dans la mesure où c’est le wali (le préfet désigné par l’État) qui dispose de très larges prérogatives, elles n’en demeurent pas moins utiles ne serait-ce que parce qu’elles servent à mobiliser les soutiens dans le cas où le président Bouteflika voudrait rempiler pour un cinquième mandat ou que le régime en place porte son choix sur un candidat consensuel.

  • 3 . « Législatives : 34 cas de dépassements soumis aux procureurs généraux pour enquête (Derbal) ». 0 (...)
  • 4 . Certaines vidéos filmées dans des bureaux de votes ont montré des tentatives de fraudes. Ces vidé (...)

14En définitive, ces élections n’ont fait que perpétuer, avec quelques variations, l’ordre établi. Les cas des dépassements signalés3, relayés surtout par les médias sociaux4, n’ont pas altéré la démarche du pouvoir : les partis d’appareils et les nouveaux clients doivent être récompensés. Mais aussi et surtout, les velléités d’hégémonie chez le FLN doivent être neutralisées.

Récompenser les nouveaux clients et neutraliser les velléités d’hégémoniques du FLN

15Compte tenu des incidences négatives qu’elles peuvent avoir sur la cohésion au sein des partis relais du pouvoir, les velléités du FLN de demeurer le parti hégémonique méritent une attention toute particulière.

Le FLN : l’hégémonie comme obsession

16Depuis l’introduction du multipartisme en 1989, le FLN a toujours été mue par cette obsession de demeurer la première force politique en Algérie. À l’exception d’Abdelhamid Mehri, tous les secrétaires généraux qui se sont succédé à la tête de ce parti n’ont jamais caché cette ambition. La création du RND en 1997 (le parti du pouvoir concurrent du FLN, créé par des proches du général-président Liamine Zéroual) a été un motif supplémentaire aiguisant cet appétit. Bien plus, chez certains leaders du FLN, que ce soit ceux qui soutiennent l’actuel secrétaire général, Djamel Ould Abbas, ou ses détracteurs, l’idée de voir le FLN en dehors de la sphère du pouvoir est non seulement inenvisageable, mais parait même exclue. Exclue au point de vouloir s’imposer comme le parti hégémonique, voire la locomotive qui tire les autres formations politiques.

  • 5 . Algérie patriotique, « Virulente attaque de Saïdani contre le SG du RND : “Ouyahia veut prendre l (...)

17Jamais cette obsession ne s’est exprimée de façon aussi aigüe que depuis la nomination Amara Saadani au poste de secrétaire général du parti en 2013. L’ancien président de l’APN (2006-2009) et secrétaire général du FLN (2013-2016) s’est montré très entreprenant en voulant imposer le vieux parti comme la cheville ouvrière du pouvoir. Au point de se montrer provocateur, non seulement à l’égard des opposants du pouvoir, mais même vis-à-vis ses alliés comme le RND, et plus particulièrement à l’égard son secrétaire général Ahmed Ouyahia5, accusé de vouloir prendre le fauteuil de Bouteflika.

18Amar Saadani s’est senti ragaillardi, après avoir joué un rôle dans l’opération d’éviction de l’ancien chef du Département de Renseignement et de Sécurité (DRS), Mohamed Mediene dit Toufik. Fort de ce succès, il n’a pas hésité à continuer ses provocations envers l’ancien chef du DRS, l’accusant d’être l’instigateur de certaines manœuvres visant à déstabiliser le président Abdelaziz Bouteflika6.

19Mais au-delà des postures individuelles dénotant des ambitions, parfois démesurées, les conceptions d’Amar Saadani et de Djamel Ould Abbas par la suite, du rôle du FLN ne sont que le reflet d’une aspiration à exercer une forme d’hégémonie, voire d’une volonté de se confondre avec l’appareil d’État, autrement dit de s’identifier à l’instance suprême chargée de diriger l’Algérie. Le FLN est l’Algérie et l’Algérie est le FLN n’a-t-on cessé de marteler. Or, cette ambition de constituer l’hégémon a davantage isolé le FLN. En premier lieu vis-à-vis de ses alliés traditionnels dont le RND.

  • 7 . Huffpost Alger, « Accusée de corruption, la députée Salima Otmani démise de ses fonctions au sein (...)

20Le secrétaire général du parti Djamel Ould Abbas, même s’il a adopté un discours moins provocateur que son prédécesseur à l’égard de ses alliés et de certaines figures du parti, n’en n’a pas moins commis certaines maladresses. À commencer par faire un forcing pour un cinquième mandat avant même que le président Bouteflika n’en affiche l’intention. À force de vouloir assumer le rôle de la locomotive tirant les autres partis, le FLN a vu ses rapports avec ses partenaires se tendre davantage. Non seulement avec le RND, mais aussi avec le Mouvement Populaire algérien (MPA) d’Amara Benyounes. Ensuite, la nomination d’Ould Abbas n’a pas mis un terme à certaines pratiques comme le clientélisme, le népotisme et la corruption qui gangrènent ce parti à chaque échéance électorale nationale ou locale. Ainsi, lors des législatives du 4 Mai, le parti a été secoué par un scandale de corruption dont la principale accusée était la députée, membre du bureau politique du parti, Salima Othmani. Cette dernière est accusée d’avoir touché un pot de vin de la part d’un député pour le mettre à la tête de la liste des législatives dans la wilaya de Constantine7. Mais ce n’est pas le seul scandale qui a secoué le parti. Le fils du secrétaire général du parti, Ould Abbas el Ouafi, est également accusée d’avoir touché des pots-de-vin de la part de certains militants du FLN qui voulaient voir leurs noms figurer dans les listes du parti pour ces législatives.

21Ces quelques cas sont le symptôme d’une formation politique en pleine crise. Une crise d’ailleurs exacerbée par les vagues de contestations provoquées par la manière dont les listes des candidats pour les élections locales ont été établies. Des dizaines de militants dans différentes wilayas sont sortis dans les rues pour protester contre leur exclusion desdites listes, pointant un doigt accusateur vers certains membres influents au sein de ce parti, coupables selon eux d’avoir privilégié des candidatures répondant à des critères obéissant à la logique du népotisme et de l’argent.

22Ces scandales à répétition, couplées à un mouvement de contestation interne, fragilise le FLN et fait craindre, aux yeux des gouvernants, le risque d’une implosion qui pourrait avoir des conséquences néfastes. Cela d’autant plus que l’agacement au sein des autres partis d’appareil comme le RND se fait de plus en plus sentir. Or, préserver la cohésion au sein des partis satellites, prérequis indispensables pour faire passer les décisions les plus impopulaires et préparer les futures échéances, notamment l’élection présidentielle de 2019, exige le recadrage du FLN. Il s’agit plus particulièrement de permettre au RND de se « remuscler » et d’élargir la base des autres partis clients afin que les velléités hégémoniques du FLN ne soient plus source de tension parmi les organisations partisanes inféodées au pouvoir et éviter ainsi de fragiliser la base sociale du régime.

Récompenser les partis-clients

23Le score réalisé par certains partis, en l’occurrence le MPA, le TAJ, l’ANR et aussi le Front El Moustakbal, même si ce dernier se défend d’être un parti du pouvoir, participe de cette volonté de récompenser les organisations partisanes ayant contribué à faire élire le président Abdelaziz Bouteflika pour un quatrième mandat.

  • 8 . Pour plus de détails, voir notre chronique : « Quatrième mandat de Bouteflika : le parachèvement (...)
  • 9 . Abdelmadjid Teboune a été nommé premier ministre en mai 2017. Mais à la suite de pressions exercé (...)

24En effet, le MPA, le TAJ et l’ANR ont contribué au succès de ces élections en prenant une part active dans la campagne électorale du président-candidat Abdelaziz Bouteflika. On se souvient d’ailleurs comment Amara Benyounes et Amar Ghoul se sont montrés très actifs en fustigeant les opposant au quatrième mandat présidentiel8. Amara Benyounes n’a pas hésité à railler ceux qui mettaient en doute les capacités du président Abdelaziz Bouteflika à diriger l’Algérie en raison de son état de santé déclinant. Aussi bien Benyounes qu’Amara Ghoul, et dans une certaine mesure Belkacem Sahli de l’Alliance Nationale Républicaine, ont affiché une fidélité sans faille au président Bouteflila et cela même si ce dernier n’a pas jugé utile de les reconduire aussi bien dans le gouvernement Sellal que dans celui de Teboune9 et celui d’Ouyahia par la suite. Leur présence au Parlement a été utile pour le pouvoir tant ils servaient à cautionner la politique du gouvernement. D’ailleurs, alors qu’il était en conflit presque ouvert avec le ministre de l’Industrie de l’époque, Abdeslem Bouchouarab, Amara Benyounes, ministre du Commerce, s’est gardé de remettre en cause les choix gouvernementaux, préférant décocher des flèches à l’encontre de son collègue de l’Industrie.  

  • 10 . Les chaouis sont l’une des composantes de la population berbérophones en Algérie. Ils sont locali (...)

25Quant au Front el Moustkbal d’Abdelaziz Belaid, il offre une image plus au moins contrastée. Se déclarant non affilié au régime, le Front el Moustakbal n’en est pas moins un parti qui rend, plus au moins service au pouvoir politique. Il le fait tout d’abord en choisissant Abdelaziz Belaid comme candidat du parti aux élections présidentielles de 2014. Sa candidature a été très utile aux partisans du président-candidat Abdelaziz Bouteflika dans la mesure où elle signifiait un soutien en moins à Ali Benflis. Originaire de Batna, comme l’ancien Premier ministre, Abdelaziz Belaid a mobilisé tous ses relais sociopolitiques au sein de cette wilaya de l’est de l’Algérie pour récolter des voix, ce qui n’a pas été sans affaiblir son ancien allié de 2004. Soutenir l’hypothèse d’un deal entre le cercle du président Bouteflika et Abdelaziz Belaid dans le seul but de faire barrage à Ali Benflis, reviendrait à aller trop vite en besogne. Néanmoins, sa présence sur la scène partisane n’est pas sans conséquence sur le fonctionnement des autres partis d’opposition, notamment le parti d’Ali Benflis, Talae el Houriyat. Ne serait-ce qu’en raison de leur origine géographique commune, les deux dirigeants se retrouvent en concurrence pour obtenir les voix de l’électorat Chaoui10.

26Ainsi, à l’instar d’autres partis islamistes, aboutissement d’un processus de dissidence au sein des formations islamistes originelles (MSP et Nahda), le Front el Moustakbal est un parti opposant faire-valoir. Il critique le régime, mais se garde bien d’aller « trop loin » comme le font Ali Benflis, Sofiane Djilali ou encore les responsables du FFS et du RCD. Son président Abdelaziz Belaid, socialisé politiquement dans les arcanes du régime (il a été militant au sein de l’Union Nationale de la Jeunesse Algérienne, de l’Union des Etudiants Algériens et du FLN) affiche des ambitions présidentielles, tout en étant conscient de l’étroitesse de sa marge de manœuvre. Les résultats réalisés lors des législatives et des communales de novembre l’ont conforté dans ses ambitions politiques. Mais pour autant il reste conscient des lignes rouges infranchissables tracées par le régime.

27Par-delà les résultats, qui confortent d’ailleurs le statu quo, les dernières élections législatives ont révélé un champ partisan dont les lignes de démarcation idéologiques ne sont pas rigides. Elles sont perméables en raison des entrecroisements entre des programmes de partis politiques sans réelles divergences idéologiques.

Des tendances idéologiques et des programmes politiques aux frontières perméables11

  • 11 . Cette partie est une version actualisée de notre travail sur les partis politiques en Algérie pub (...)

28Une présentation synthétique des tendances idéologiques des principaux partis en les regroupant en familles politiques permet d’expliciter cette perméabilité et de rendre compte de leur projet sociétal et politique.

Les courants idéologiques

  • 12 . Lahouari Addi, « Les partis Politiques en Algérie », in Les partis Politiques au Maghreb. Tome II (...)

29Un premier travail de classification des organisations partisanes algériennes a été réalisé par Lahouari Addi12.Il les classe en trois catégories : les partis de l’Administration, les formations islamistes et les partis dont le discours se réclament du « sécularisme ». Dans la première catégorie nous retrouvons le FLN et le RND. Dans la seconde sont admis le MSP, Ennahda et le MRN. Enfin dans la troisième catégorie, sont logés des partis comme le RCD, le FFS, le MPA, le PST et le PT.

  • 13 . Allusion à la déclaration du 1er novembre 1954 constituant le socle doctrinal de la guerre de lib (...)

30Les deux premiers partis de la première catégorie se réclament de l’idéologie nationaliste qui puise son référentiel dans la déclaration du 1er novembre 1954 et de la guerre de libération. Ils ne sont cependant pas les organisations à appartenir à ce courant. Le champ partisane regorge de partis se réclamant du courant nationaliste, faisant de l’héritage « Novembriste »13 le référentiel de leur action politique. Ils sont majoritaires et leur rang s’est grossi depuis 2012.

31On citera les partis suivants : le FNA, le Front el Moustakbel, le Mouvement des Nationalistes Libres, El Fedjr el Djadid (Aube nouveau), Front National pour la Justice Social, Parti El Karama, Talai El Houriyates (Parti Avant-gardes des Libertés). Ces formations ont un dénominateur commun : leurs dirigeants ont été politiquement socialisés à l’école du FLN. Ils sont de ce fait pétris d’idées nationalistes, telles que le respect de la souveraineté nationale, la non-ingérence dans les affaires internes des États, la référence à la guerre de libération nationale et à l’armée algérienne comme protectrice de la nation, l’attachement aux fondements de l’identité algérienne (l’islam, l’arabité et l’amazighité). D’ailleurs, le corpus discursif de ces partis, décliné soit sous la forme d’intervention dans les médias ou lors de meetings populaires, regorge de louanges eu égard aux actions menées par l’armée algérienne et les services de sécurité dans la lutte contre le terrorisme. En la matière, le FLN a surpassé les partis dits nationalistes en tressant des lauriers à l’ANP ainsi qu’aux services de sécurité pour le rôle joué dans la gestion des émeutes de Ghardaïa et Ouargla.

  • 14 . Hakim Tazrout et Amar Ghoul, président du parti algérien TAJ, « La vraie menace sur l’Algérie son (...)

32Quant au courant islamiste, il se réfère à l’islam comme source de législation et projet de société. Les partis se réclamant de cette tendance sont le MSP, Front du Changement, le Mouvement de l’Edification Nationale, TAJ, Front de la Justice et du Développement, Front de l’Algérie Nouvelle, Parti de la Liberté et de la Justice, Parti de l’Equité et de la Proclamation. Il importe toutefois, de nuancer cette catégorisation. Les islamistes algériens, hormis le FIS qui a opté pour une posture radicale lui ayant valu d’être dissous, glissent progressivement vers une posture nationaliste. Ainsi, et à titre d’exemple, le parti TAJ, également parti de l’administration, s’est réapproprié quelques idées chères au FLN et au RND, à savoir l’unité nationale, la souveraineté nationale, la non-ingérence dans les affaires internes des autres pays et le soutient à l’ANP comme rempart contre les menaces externes et internes. Son président n’hésite pas à faire dans la surenchère nationaliste proclamant à qui veut l’entendre que « L’Algérie fait face à de nouveaux défis dont la lutte contre les idées destructrices visant l’unité territoriale du pays, plus qu’à la crise économique »14. Ce glissement discursif est révélateur d’une mutation de posture de ce mouvement islamiste dit « pragmatique ». Auparavant, le MSP, alors membre de l’Alliance Présidentielle, avait lui aussi instillé une dose de nationalisme dans son discours défendant, parfois avec zèle, les choix du pouvoir politique.

33La tendance laïque, représentée, quant à elle, par les acteurs traditionnels que sont le RCD, le FFS et le PT, s’est élargie avec la venue du MPA, de Djil el Djadid, du parti des Jeunes Démocrates et de l’Union des Forces Démocratiques et Sociales (UFDS), du Parti Algérien pour la Liberté et la Démocratie, ainsi que de l’Union pour le Changement et le Progrès (UCP). Ces partis se démarquent des formations nationalistes et islamistes, dans la mesure où ils défendent des idées modernistes et laïques : égalité entre les hommes et les femmes, à travers notamment la révision du code de la famille ou son abrogation, la réforme du système éducatif, le respect l’État de droit et des libertés individuelles, notamment la liberté de culte.

34Ces trois tendances ne sont, toutefois, pas exclusives les unes des autres. En effet, l’analyse de leurs projets politiques et de société, montre des points de convergence entre ces trois tendances.

Quel État pour quelle société : la quête du consensus

35Même si les contours des projets politiques sont relativement clairs chez les partis, le socle commun reste la primauté de l’idée de la nation une, unie et indivisible.

La nation au cœur du consensus

36État national, État islamique ou État laïc, diverses conceptions du modèle d’État qui ne font pas consensus parmi les différents partis politiques algériens. On peut distinguer trois tendances idéologiques divergentes si l’on s’en tient aux principales formations politiques.

  • 15 . Le FLN : Le Programme Général du Parti, 2013-2015, <http://www.pfln.org.dz/>.

37Pour le FLN et le RND, l’État national est fondé sur les valeurs de novembre 1954. Les deux organisations partisanes se considèrent comme des partis nationalistes, conservateurs et démocrates. Leur attachement à la souveraineté nationale, à l’unité territoriale, ainsi qu’à la non-ingérence dans les affaires internes des États sont les ferments de l’idéologie nationaliste qui prend ses racines, dans la guerre de libération, le mouvement national et la déclaration de novembre 1954. Les deux partis partagent en commun la nécessité de construire un État fort, centralisateur, où le pouvoir exécutif est le centre de la décision politique. Aussi ces deux formations se sont-elles alignées sur le programme du président Abdelaziz Bouteflika15. Elles l’ont soutenu chaque fois qu’il s’est présenté à l’élection présidentielle. L’autre point commun entre ces deux formations, est leur conception économique. Dans ce registre, le FLN et le RND adhèrent à l’option libérale et reviennent sur certains principes qu’ils avaient pourtant défendus par le passé, comme l’intervention massive de l’État dans la sphère économique, à travers les investissements publics. L’on remarque à ce propos, que depuis la chute des prix du pétrole qui induit un amenuisement des recettes financières de l’État, les deux partis sont davantage enclins à soutenir l’option libérale en appelant, notamment pour le FLN, à une libéralisation accrue du secteur économique, i.e. à la privatisation des entreprises publiques.

  • 16 . Amel Boubekeur, « Les partis islamistes algériens et la démocratie : vers une professionnalisatio (...)
  • 17 . « Abderrezak Mokri dévoile son programme politique : Le MSP restera dans l’opposition », <http:// (...)
  • 18 . Ibid.

38Les partis islamistes, quant à eux, inscrivent l’Islam dans le cadre d’un État national. À contre-courant des partis nationalistes, ces organisations défendent la conception d’un État au sein duquel l’Islam doit avoir une place prépondérante et être un référentiel en termes de gouvernance politique, économique et sociale. Cependant, l’État islamique dont ils se réclament n’est pas théocratique ou religieux. Les partis islamistes algérien « adoptent une posture pro-nationaliste et sont très sensibles à la teneur islamique de l’identité de l’État algérien et de ses institutions…16 ». Ils optent ainsi pour ligne pragmatique et non radicale. À titre d’exemple, Abderazak Mokri, le président du MSP, estime que les responsabilités politiques doivent être séparées des responsabilités liées à la prédication religieuse17. Une manière de signifier la non seulement la séparation entre l’action politique et la mission religieuse, mais aussi la professionnalisation de la première. Cette conception implique l’acceptation du dialogue et de la négociation18, ainsi que les règles du jeu démocratique à savoir la participation aux élections présidentielle, législatives et locales. Les formations d’obédience islamiste vont même jusqu’à participer au gouvernement, comme cela a été le cas pour le MSP et le parti TAJ. Les islamistes pragmatiques se démarquent ainsi d’un discours radical qui fait passer la communauté religieuse (la Umma) avant la patrie. Pour eux, l’Algérie est une terre d’Islam et la société algérienne n’a pas besoin d’une islamisation forcée. Au plan économique, les islamistes sont plutôt libéraux tout en défendant le principe d’un État social qui œuvre pour garantir l’équité et la justice sociale entre les citoyens.

  • 19 . « Préambule du programme électoral de Caïd Sadi », Liberté, 3-4 novembre 1995. Cité par Ouali Ili (...)
  • 20 . Mohamed Baghdad Hirech, « La Citoyenneté dans le Discours des Partis Politiques » (en arabe), Has (...)

39Enfin, les partis dits laïcs évoquent, quant à eux, la construction d’un « État national laïc ». Le RCD, le FFS, le PT et le MPA partagent également l’idée d’un État national. La déclaration du premier novembre 1954 et la plate-forme de la Soummam du 20 aout 1956 en constituent les références. Pour le RCD, « la proclamation de novembre 1954, comme la plate-forme de la Soummam qui en prolonge le message, montre que dans des situations difficiles, les Algériens savent en appeler aux ressources les plus profondes pour mobiliser leurs ultimes énergies quand il faut forcer le destin »19. Toutefois, il existe un véritable fossé entre le PT et le RCD en termes d’organisation administrative de l’État national. Le premier, trotskiste et centralisateur, défend le monopole d’un État central fort pourvoyeur de l’essentiel des services publics et exerçant son contrôle sur la majeure partie des secteurs économiques, tandis que le RCD prône une régionalisation qui réduira le poids de l’État central en faveur du développement des institutions locales. Quant au FFS, il revendique la fondation d’un État de droit assis sur des valeurs universelles, comme la démocratie, la justice sociale et le respect des droits de l’Homme20.

Les projets de société : l’emprunte idéologique

40Le projet de société défendu par les partis recoupe des lignes de démarcation fortes. Étant intrinsèquement lié à la conception de l’État, le projet de société dévoile la philosophie sur laquelle repose leur démarche politique.

41Ainsi, pour le courant nationaliste, le projet de société est une vision d’ensemble dont les éléments constitutifs se résument essentiellement à la religion, la langue, la femme et les valeurs nationales. Pour le FLN, la religion musulmane, la langue arabe, les valeurs de novembre 1954 constituent les référents sur lesquels doit être bâtie la société algérienne. En tant que pilier de cette société, la famille doit avoir pour référence les valeurs islamiques21, déclinées dans le code de la famille adopté en 1984 et révisé en 2015. Pour ce qui est du statut de la femme, par loyauté au chef de l’État et malgré l’opposition des conservateurs, le FLN a soutenu la loi relative aux quotas et à la discrimination positive, législation visant à promouvoir la femme dans le champ politique.

  • 22 . RND, Congrès extraordinaire tenue les 5 et 7 mai 2016. Résolution Economique et Sociale <http://w (...)

42Quant au RND, sa conception sociétale n’est pas très éloignée de celle du FLN. Ainsi peut-on lire dans la Résolution Economique et Sociale du Congrès extraordinaire, des 5 et 7 mai 2016, ce qui suit : « le Rassemblement National Démocratique est profondément attaché aux valeurs de justice sociale et de solidarité nationale découlant de la Déclaration du 1er Novembre 1954 et qui constituent l’objet d’une unanimité nationale… Cette vision sociale est en concordance avec les références nationales pertinentes, depuis les textes de la Révolution jusqu’à la Charte Nationale de l’Algérie indépendante »22.

  • 23 . RND, CONGRES EXTRAORDINAIRE du 05 au 07 Mai 2016, DÉCLARATION POLITIQUE DU CONGRÈS EXTRAORDINAIRE (...)

43Pour ce qui est de l’identité nationale, le RND affirme qu’il « entend aussi contribuer à la consolidation du front intérieur autour des trois composantes indissociables de notre Identité nationale, l’Islam, l’Arabité et l’Amazighité »23.

44Qu’en est-il du courant démocrate et laïc ? Les visions du projet de société du RCD et le PT sont contrastées : la conception de la société du RCD s’inscrit en droite ligne de sa représentation globale de l’État qui doit être démocratique et républicain. Ainsi, dans le cadre du principe de l’égalité, on peut lire ce qui suit : « Constitutif de la pratique sociale algérienne, l’égalité fonde le pacte civil qui régit la République et garantit la citoyenneté. Consacré par la Constitution, le principe d’égalité entre les citoyens et notamment entre les femmes et les hommes se heurte souvent aux dérives patrimoniales et népotiques des institutions. Le code de la famille qui renie l’engagement des algériennes dans le combat libérateur et les luttes démocratiques doit être abrogé »24.

45Réaffirmant sa tendance laïque et social-démocrate, le RCD « proclame son attachement à la liberté de conscience, à la laïcité de l’État et de l’école»25. La même philosophie, avec quelques variantes, est partagée par le PT qui milite, entre autres, pour « l’égalité des droits entre les femmes et les hommes, ce qui implique l’abrogation du code de la famille et la promulgation des lois civiles, égalitaires consacrant la citoyenneté à part entière pour les femmes ; la reconnaissance de Tamazight comme langue officielle et la généralisation de son enseignement dans l’école publique à l’échelle nationale de façon obligatoire, son utilisation dans les institutions de la République et la prise en charge de sa promotion par le budget de l’État »26. Cela étant, le PT n’a pas soutenu le recours à la politique des quotas, la jugeant contraire à la philosophie de la démocratie.

46Quid des partis appartenant aux courants islamistes ? S’il est vrai que l’État islamique pour ces formations n’est pas un État théocratique, il n’en demeure pas moins que leur projet de société est fondé, dans son essence, sur les principes de la religion musulmane. C’est ainsi qu’Abdallah Djabellah, le président du Front pour la Justice et le Développement (Adala) se montre très critique à l’égard de certains projets de lois, comme ceux visant à réviser les codes pénal et de la famille.

  • 27 . « Abdellah Djabdellah critique le projet de la constitution et le code pénal » (en arabe), <http: (...)

47Il s’est fortement opposé à la proposition de l’ancien ministre du Commerce Amara Benyounes (président du MPA) d’accorder des autorisations pour l’ouverture de débits de boissons alcoolisées, « mettant en garde contre le danger que fait courir le courant laïc à la société algérienne », allant même jusqu’à l’accuser de vouloir « détruire l’identité algérienne »27. Une identité qui doit puiser ses références dans la religion musulmane et dans l’histoire de l’Algérie.

48Plus explicite, le programme politique du MSP énonce dans son préambule que « le peuple algérien est un peuple musulman uni par les composantes essentielles de son identité, à savoir l’islam, l’arabité et l’amazighité »28. S’ensuit une démarche qui insiste sur la promotion des valeurs islamiques au sein de la famille, de l’école et dans toutes institutions de l’État. Le MSP fait de la généralisation de la langue arabe l’un des objectifs phares de son programme d’action politique. De même, la réforme du système éducatif doit, selon le programme politique de ce parti, s’appuyer sur les constantes nationales, i.e. l’islam, l’arabité et l’amazighité29.

49En définitive, les élections législatives et locales de mai et novembre 2017, outre qu’elles ont conforté les partis du pouvoir, ont refaçonné le champ partisan de façon à perpétuer le statu quo. De surcroit, ces élections ont été un baromètre révélant la porosité idéologique entre les différents partis du champ politique algérien. La perméabilité semble être la règle qui structure le fonctionnement des organisations partisanes en Algérie. L’on serait même tenté de conclure à une sorte d’appropriation mutuelle de paradigmes et de référentiels contribuant à la fragmentation du champ partisan algérien.

Haut de page

Notes

1 . http://www.conseil-constitutionnel.dz/index.php/fr/jurisprudence-2017.

2 . En 2012, après sa dissidence du MSP Amar Ghoul a récupéré 15 députés du parti islamiste pour créer par la suite le TAJ.

3 . « Législatives : 34 cas de dépassements soumis aux procureurs généraux pour enquête (Derbal) ». 04/05/2017, <http://www.aps.dz/algerie/57060-legislatives-34-cas-de-depassements-soumis-aux-procureurs-generaux-pour-enquete-derbal. Consulté le 05/09/2018 à 18.22>.

4 . Certaines vidéos filmées dans des bureaux de votes ont montré des tentatives de fraudes. Ces vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux. Pour plus de détails concernant cette médiatisation via les réseaux sociaux, voir « Législatives 2017 : sur la toile, les internautes publient des vidéos de fraude », Huffpost Alger, 05/05/2017. <http://www.huffpostmaghreb.com/2017/05/05/depassements-legislatives_n_16424768.html. Consulté le 05/09/2018 à 18.30>.

5 . Algérie patriotique, « Virulente attaque de Saïdani contre le SG du RND : “Ouyahia veut prendre le fauteuil de Bouteflika” », 29/03/2016, <https://www.algeriepatriotique.com/2016/03/29/virulente-attaque-de-saidani-contre-le-sg-du-rnd-ouyahia-veut-prendre-le-fauteuil-de-bouteflika/ Consulté le 05/09/2018 à 18.42>.

6 . Amar Saâdani accuse gravement le Général Toufik et Rachid Nekkaz- FLN Algérie. <https://www.youtube.com/watch?v=1tLuXYtu0ns>, vidéo visionnée par l’auteur le 05/09/2018.

7 . Huffpost Alger, « Accusée de corruption, la députée Salima Otmani démise de ses fonctions au sein du FLN », 21/03/2017, <https://www.huffpostmaghreb.com/2017/03/21/salima-otmani-fln_n_15523936.html>.

8 . Pour plus de détails, voir notre chronique : « Quatrième mandat de Bouteflika : le parachèvement de la sanctuarisation du pouvoir présidentiel », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS Editions, n° 11, 2014/II, p. 215-228.

9 . Abdelmadjid Teboune a été nommé premier ministre en mai 2017. Mais à la suite de pressions exercées par le patronat, il a été limogé en août pour être remplacé par Ahmed Ouyahia.

10 . Les chaouis sont l’une des composantes de la population berbérophones en Algérie. Ils sont localisés essentiellement dans les Aures, région située à l’est de l’Algérie.

11 . Cette partie est une version actualisée de notre travail sur les partis politiques en Algérie publié en 2017 par la fondation Konrad Adenauer. Pour plus de détails sur les partis politiques en Algérie, voir Cherif Dris et Louisa Dris Ait-Hamadouche, « PolitischeParteien In Algerien : PLURALISM US IN EINEM DOMINANTEN PRÄSIDIAL SYSTEM », in Sigrid Faath (dir.) POLITISCHE PARTEIEN IN NORDAFRIKA IdeologischeVielfalt – Aktivitäten – Einfluss, 2017, Konrad-Adenauer-Stiftunge.V., Sankt Augustin/Berlin, p. 147-201.

12 . Lahouari Addi, « Les partis Politiques en Algérie », in Les partis Politiques au Maghreb. Tome II, Revue des Mondes Musulman et de la Méditerranée (REMMM), 111-112, Mars, 2006, p. 139-162.

13 . Allusion à la déclaration du 1er novembre 1954 constituant le socle doctrinal de la guerre de libération.

14 . Hakim Tazrout et Amar Ghoul, président du parti algérien TAJ, « La vraie menace sur l’Algérie sont les idées séparatistes », Tamurt News, 31/08/2015, <http://www.tamurt.info/amar-ghoul-president-du-parti-algerien-taj-la-vraie-menace-sur-lalgerie-sont-les-idees-separatistes/Consulté le 13/08/2016>.

15 . Le FLN : Le Programme Général du Parti, 2013-2015, <http://www.pfln.org.dz/>.

16 . Amel Boubekeur, « Les partis islamistes algériens et la démocratie : vers une professionnalisation politique ? » L’Année du Maghreb, IV, 2008, [En ligne, mis en ligne le 21 octobre 2011, consulté le 16 août 2016. URL : http://anneemaghreb.revues.org/444 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.444.

17 . « Abderrezak Mokri dévoile son programme politique : Le MSP restera dans l’opposition », <http://fr.africatime.com/algerie/articles/abderrezak-mokri-devoile-son-programme-politique-le-msp-restera-dans-lopposition>.

18 . Ibid.

19 . « Préambule du programme électoral de Caïd Sadi », Liberté, 3-4 novembre 1995. Cité par Ouali Ilikoud, « FFS et RCD : partis nationaux ou partis kabyles ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 08 décembre 2011, consulté le 16 août 2016. URL : http://remmm.revues.org/2870

20 . Mohamed Baghdad Hirech, « La Citoyenneté dans le Discours des Partis Politiques » (en arabe), Hassan Remaoun (dir.), L’Algérie aujourd’hui : approches sur l’exercice de la citoyennet, Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle, Oran Algérie, 2012, p. 52-53

21 . Programme général du Parti FLN : <http://www.pfln.org.dz/>

22 . RND, Congrès extraordinaire tenue les 5 et 7 mai 2016. Résolution Economique et Sociale <http://www.rnd-dz.org/spip.php?article531>.

23 . RND, CONGRES EXTRAORDINAIRE du 05 au 07 Mai 2016, DÉCLARATION POLITIQUE DU CONGRÈS EXTRAORDINAIRE, <http://www.rnd-dz.org/spip.php?article531>.

24 . Fondements et Principes du RCD, <http://www.rcd-algerie.org/2016/06/07/fondements-et-principes-du-rcd/2/>.

25 . Ibid.

26 . La Charte du Parti des Travailleurs, <http://www.pt.dz/?La-Charte>.

27 . « Abdellah Djabdellah critique le projet de la constitution et le code pénal » (en arabe), <http://siliana-net.blogspot.com/2015/04/blog-post_4.html>.

28 . Le programme politique du MSP (en arabe), <http://hmsalgeria.net/ar>.

29 . Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cherif Dris, « Algérie 2017 : De quoi les élections législatives et locales sont-elles le nom ?  », L’Année du Maghreb, 19 | 2018, 169-183.

Référence électronique

Cherif Dris, « Algérie 2017 : De quoi les élections législatives et locales sont-elles le nom ?  », L’Année du Maghreb [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/4258 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.4258

Haut de page

Auteur

Cherif Dris

Politologue, Maître de conférences à L’Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information, Alger.

Articles du même auteur

Haut de page