Navigation – Plan du site
Chroniques

Dialogues, ambiguïtés et impasses libyennes

Saïd Haddad
p. 187-207

Entrées d'index

Géographie :

Libye
Haut de page

Texte intégral

1Le 17 décembre 2017, en déclarant que l’accord politique libyen (l’Accord) n’est plus que « de l’encre sur du papier », le maréchal Khalifa Haftar a remis en cause tant la légitimité du gouvernement d’union nationale (GUN) que celle de toutes les institutions issues dudit accord, signé deux ans plus tôt à Skhirat (Maroc).

2Tirant profit de ses récents succès diplomatiques et militaires et contredisant le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) qui avait rappelé que l’Accord était le seul cadre valable pour sortir le pays de la crise, le chef de l’armée nationale libyenne (ANL) se pose désormais en ultime recours pour son pays.

  • 1 . Le nouvel envoyé spécial de l’ONU depuis le 20 juin.

3En 2017, l’agenda libyen a été marqué par les tentatives de relance du dialogue politique sous l’égide de Ghassan Salamé1, l’adoption d’un calendrier électoral, la gestion de la crise migratoire, ainsi que par une série d’initiatives internationales visant à résoudre la crise.

La fragilité de l’Accord politique libyen

  • 2 . Voir notre chronique de l’année 2016.

4En dépit de la reprise de Syrte, le 5 décembre 2016, le gouvernement d’union nationale de Fayaz Sarraj peine à s’imposer sur la scène politique libyenne et à assoir une légitimité incontestée. Bien que reconnu par la communauté internationale à la suite de la signature de l’Accord et de la résolution 2259 adopté par le CSNU le 23 décembre 2015, le gouvernement de Tripoli se heurte toujours au « camp » de Tobrouk. Le 22 août 2016, par l’intermédiaire de la Chambre des représentants, ce dernier lui a d’ailleurs refusé sa confiance. Depuis le 11 septembre 2016, le contrôle du Croissant pétrolier par les forces du maréchal Haftar témoigne du renforcement de son poids politique. Sa force est désormais reconnue par une partie de la communauté internationale, partagée entre son soutien au gouvernement issu de l’Accord et son appui au chantre autoproclamé de la lutte contre les djihadistes2.

5Ainsi, aux lendemains de la reprise de Syrte, le GUN dirigé par Fayez Sarraj semble être plus fragile que jamais. Divers épisodes soulignent tant la faiblesse de son assise territoriale que sa dépendance à l’égard des milices qui contrôlent la capitale libyenne. Dès le début de l’année, le 3 janvier 2017, déplorant « les drames, les violences, les meurtres, les viols, la dilapidation des biens publics »3, Moussa el-Kouni, l’un de ses vice-premiers ministres, démissionne en dénonçant les échecs du gouvernement de Tripoli. Le 12 janvier, les partisans de l’ancien Premier ministre Khalifa Ghweil qui avait annoncé en octobre 2016, la réactivation de son gouvernement de salut national en occupant l’hôtel Rixos, siège du haut Conseil d’Etat, investissent à nouveau pendant quelques heures trois ministères du GUN. Il faut attendre le 16 mars pour que les forces du GUN parviennent à déloger Khalifa Ghweil et ses partisans de l’hôtel Rixos.

  • 4 . Le CP comprend 9 membres : le Premier ministre, 5 vice-présidents et 3 ministres. Il s’agit, dans (...)
  • 5 . Ce groupe est composé de membres du CdR et du HCE, d’anciens du Conseil national de transition (C (...)
  • 6 . CSNU, Report of the Secretary-General on the United Nations Support Mission in Libya, 4/4/201, S/ (...)

6La mise en application de l’Accord souffre d’un certain nombre d’insuffisances qui, selon certains, ne pouvaient que mener à l’échec (Djaziri, 2017). La non représentativité des parties au dialogue et leur absence de légitimité ou d’ancrage dans la société constituent une première explication des déboires du GUN. De surcroît, « la confusion et de l’incohérence des pouvoirs » instaurée par l’Accord accentuent son impotence. En effet, la source de légitimité du pouvoir exécutif n’est pas clairement définie entre le Conseil présidentiel (CP) et le GUN. Des conflits de primauté peuvent surgir à tout moment entre les président du GUN, du CP et de la Chambre des représentants (CdR). Enfin, le bicamérisme instauré avec le Haut Conseil d’Etat (HCE) et la CdR est inapproprié dans un pays divisé comme la Libye (ibid.). Parmi les principaux points de blocage figure également la question du commandement de l’armée libyenne. En effet, si l’article 8 de l’Accord prévoit que le Premier ministre est le chef de l’armée, le parlement de Tobrouk – notamment son président, Aguila Saleh – se réclame de la Déclaration constitutionnelle du 3 août 2011 pour réaffirmer sa prééminence. Evoquée plus haut, la composition du Conseil présidentiel qui comprend 9 membres est également un point de friction. La réduction du nombre des titulaires à 3 membres se heurte à celle de sa composition4 : outre la participation du Premier ministre, celle du président de la CdR (ou celle du maréchal Haftar) semble relever de l’hypothèse, en raison même de l’hostilité de ces derniers à l’Accord. Le 12 décembre 2016 au Caire, ces deux points ont été ainsi abordés par 40 personnalités libyennes5. Peu après, le 24 janvier, des membres du dialogue politique libyen – qui s’étaient réunis également auparavant à Tunis en septembre 2016 en présence de Martin Kobler, alors Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Libye et Chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL/UNSMIL) – ont abordé les mêmes questions6. Les participants ont repris l’idée d’instaurer un Conseil militaire composé des présidents du Conseil présidentiel, de la CdR et du HCE.

Les paradoxes du dialogue

7En ce début d’année 2017, assoir la légitimité des institutions issues de l’accord de Skhirat tout en incluant dans le processus politique un maréchal Haftar en quête d’une légitimité internationale est un dilemme difficile à surmonter. Ses victoires militaires dans le Croissant pétrolier et le renforcement de son pouvoir en Cyrénaïque ne le dispensent pas de rechercher une indispensable reconnaissance internationale formelle. Or l’incapacité des deux camps à s’imposer alimente le blocage politique libyen. Les efforts déployés par les parties en présence sont certes salués par le Secrétaire général des Nations Unies, mais il n’en demeure pas moins que la participation formelle du HCE et de la CdR, ainsi qu’une rencontre entre Sarraj et Haftar, constituent un préalable à toute avancée significative du processus politique. Or, les divisions au sein du parlement de Tobrouk, tout comme l’impossibilité de réunir le quorum nécessaire à sa réunion, entravent la désignation d’une délégation qui participerait aux discussions en cours.

  • 7 . Les Brigades de défense de Benghazi, ont été créées à Joufra dans le sud libyen en juin 2016, à l (...)

8La suspension des activités du comité du dialogue ainsi que le rejet par la CdR (le 6 mars) de l’Accord montre que l’amorce d’une solution politique en Libye n’est guère envisageable. L’évolution de la situation militaire dans le Croissant pétrolier n’a fait qu’alimenter les blocages : en effet, alors que l’ANL avait assis son emprise dans cette zone, les Brigades de Défense de Benghazi7 réussissent à en prendre le contrôle durant 11 jours, du 3 au 14 mars, avant d’être à leur tour chassées par les forces de Haftar.

La rencontre du 2 mai entre Sarraj et Haftar

  • 8 . CSNU, Report of the Secretary-General on the United Nations Support Mission in Libya, 22/8/2017, (...)

9En vue de rétablir les canaux du dialogue, la CdR, le 24 avril et le HCE, le 9 mai, annoncent, leur création respective d’un comité de dialogue. Bien qu’il faille attendre le 26 septembre pour que les deux comités se rencontrent à Tunis, plusieurs réunions informelles se déroulent précédemment entre les représentants des deux parties – notamment le 23 mai et le 7 juillet à La Haye78. D’autres rencontres ont également eu lieu, plus particulièrement celle de Rome le 25 avril entre Aguila Salah, président de la CdR et Abdu al-Rahman al-Sweihli, président du HCE (rfi.fr, 25/04/2017).

10La rencontre entre Sarraj et Haftar, le 2 mai, à Abu Dhabi, s’inscrit dans le contexte décrit plus haut et aurait été possible « grâce à une médiation internationale et arabe » (lemonde.fr, 3/5/2017). Plusieurs points ont été abordés dans le communiqué commun, sorte de déclaration de principes : les amendements à l’Accord (structure du CP, abrogation de l’article 8 de l’Accord), la dissolution des formations armées irrégulières, la lutte contre le terrorisme, ainsi que l’organisation d’élections générales anticipées ont été à l’ordre du jour (rfi.fr, 4/5/2017). Cette rencontre, la première depuis la nomination de Sarraj à la tête du CP, a également évoqué les combats qui agitent le sud du pays. En effet, alors que, les 26 et 27 décembre 2016, des affrontements avaient déjà impliqué l’ANL et la 3e Force de Misrata près de la base aérienne de Tamanhant, le 5 avril une nouvelle offensive est lancée par les forces du maréchal Haftar. Il s’agit de prendre le contrôle de cet aéroport aux mains de la milice, soutien du GUN.

11Ainsi que le souligne le Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye (2017), l’aéroport est la dernière position tenue par Misrata au sud. Par ailleurs, le même rapport s’inquiète que de possibles liens « entre certains éléments des Compagnies de défense de Benghazi (i.e. Brigades de Défense de Benghazi) et de la Brigade Bouclier du Sud, respectivement, et Ansar el-Charia Benghazi et Al-Qaida, déstabilisent encore la région ». La présence dans le sud libyen des forces proches de GUN (i.e. la 3e Force de Misrata) et la 12e brigade de l’ANL témoigne de la centralité du Fezzan dans le conflit interne, notamment en raison de ses sites pétroliers. Ainsi la base militaire de Brak al-Shati, au nord de Sebha, occupé par l’ANL depuis le 7 décembre 2016 est l’objet le 18 mai, d’une violente attaque par les forces de Misrata qui en avaient été chassées. D’après Human Right Watch, 51 personnes, majoritairement des militaires de l’ANL, ont été exécutées sommairement9. La suspension par le GUN du ministre de la Défense, Mahdi al-Bargathi et le limogeage du commandant de la 3e Force sont à la hauteur de la ferme condamnation de ces actes. Toutefois, cette attaque et ces exactions – qui interviennent quelques jours après la rencontre du 2 mai – sont révélatrices des liens circonstanciels qui unissent le GUN et les milices alliées. Il est probable que la 3e Force ait opéré de son propre chef, tant il est vrai que les brigades et autres milices libyennes agissent de manière autonome, au gré de leurs intérêts et parfois d’objectifs locaux. Par ailleurs, il semblerait que les Brigades de défense de Benghazi aient participé à ce massacre, ce qui confirmerait les soupçons de collusion évoqués plus haut10.

GUN et ordre milicien à Tripoli

12Le massacre de Brak al-Shati est révélateur de la position délicate du GUN et de sa dépendance à l’égard des brigades et des groupes armés. Pouvoir désarmé, le gouvernement de Tripoli est redevable de ces acteurs, comme l’a illustré le retour du gouvernement de salut national de Khalifa Ghweil. La ville de Tripoli est ainsi emblématique de cette situation. Les affrontements qui agitent régulièrement la capitale libyenne, comme ceux des 24 février, 14 mars, 26 mai et du 10 juillet témoignent de la fragilité du pouvoir issu de l’accord de Skhirat.

  • 11 . Human Rights Watch, op. cit.

13Depuis son arrivée à Tripoli, Sarraj et son gouvernement ont bénéficié de la bienveillance ou du concours de certaines milices telles que la brigade Nawasi, la milice dirigée par Haytem Tadjouri ou les forces spéciales Rada (Special Deterrent Force-SDF) commandé par Abdel Raouf Kara (Toaldo, Fitzgerald, 2016). Depuis, quatre milices dominent le paysage politico-militaire tripolitain (Lacher, al Idrissi, 2018) : outre la SDF et la brigade Nawassi (ou Central Security Force), il s’agit de la brigade des révolutionnaires de Tripoli (Tripoli Revolutionaries Battalion- TRB) et la brigade Abou Salim, ces deux dernières ayant chassé les partisans du Gouvernement de Salut national de Tripoli. Ces 4 forces se sont progressivement emparées de la capitale, à la suite d’affrontements violents avec les milices rivales. Le paysage politico-sécuritaire de Tripoli peut être qualifié d’oligopolistique (ibid.). Bien que loyales au gouvernement, ces groupes se sont autonomisées de toute tutelle étatique ou gouvernementale. La domination territoriale s’est ainsi transformée en influence politique et en ressource financière. Rackets et fraude à grande échelle participent de leur financement et ont remplacé le versement de salaires par l’Etat. Ces 4 milices ont infiltré également l’administration et sont dorénavant capables de coordonner leurs actions à partir de ce que l’on peut considérer comme leurs fiefs (ibid.). L’omniprésence de ces 4 milices qui constituent de fait un cartel (ibid.) ne souligne pas seulement la faiblesse des structures politiques issues de l’Accord, mais elle pose également la question de la pérennité de cet ordre milicien qui n’est pas à l’abri de rivalités internes. La compétition entre ces quatre forces, la prégnance de l’idéologie madkhali (voir infra) au sein de la SDF, l’enrichissement de certains leaders des milices TRB et SDF, les pratiques d’extorsion et de pillages sont autant de griefs portés contre l’action de ces groupes armés (ibid.). Il en est de même des arrestations et des détentions arbitraires qui sont régulièrement dénoncées par les organisations de défense des droits humains, telles qu’Amnesty International ou Human Rights Watch. Ainsi, le 26 mai, la Brigade des révolutionnaires de Tripoli « a investi la prison d’al-Hadba à Tripoli et a emmené dans un autre lieu de la capitale d’anciens responsables de l’ère Kadhafi qui y étaient détenus, dont l’ex-chef des services de renseignement Abdullah Sanoussi, l’ancien Premier ministre Abuzaïd Dorda et Saadi Kadhafi, un fils du dirigeant libyen déchu Mouammar Kadhafi »11. Cet ordre oligopolistique est néanmoins incertain, l’éventualité d’une « alliance des exclus » (ibid.) regroupant les forces politiques et militaires qui n’ont pas accès aux institutions de l’Etat et à ses ressources n’est pas à exclure, que celles-ci se soient opposées au GUN ou aient été bienveillantes comme la milice dirigée par Tajouri. Ainsi des milices originaires de Tripoli, mais aussi Zawiya, Sabratah, Misrata, Zintan et Tarhuna sont susceptibles de bâtir une coalition qui pourrait changer le rapport de forces à Tripoli et ses environs.

14La crainte de voir le maréchal Haftar tirer profit d’une nouvelle guerre dans la capitale a sans aucun doute prévenu une escalade, armée (ibid.) d’autant que Haftar dispose d’alliés dans l’ouest du pays. L’ANL est le noyau central d’un bloc militaire comprenant près de 25 000 hommes (Delalande, 2018). Les brigades de Zintan avec près de 2 500 soldats et la 6e brigade, anciennement la brigade Ouled Slimane sont alliés aux forces de Haftar tout en ayant leur propre agenda local. Enfin, le maréchal Haftar peut également compter sur des forces auxiliaires essentiellement soudanaises et tchadiennes. Il s’agit de l’Armée de Libération du Soudan/Mini Minawi, qui a eu un rôle crucial dans la prise de contrôle des installations pétrolières en 2016, de l’Armée de libération du Soudan/Al-Nur, ainsi que du Rassemblement des forces pour le changement en provenance du Tchad.

L’emprise madkhaliste

  • 12 . Le 16 mai 2014, l’opération Karama (Dignité) est lancée à partir de Benghazi par le général Khali (...)

15La question des alliances est centrale sur une scène politique libyenne mouvante. Qu’elles concernent Tripoli ou ce qui constitue peu ou prou l’opération Karama (Dignité)12 ces alliances peuvent être conjoncturelles, locales et paraître hétéroclites sur le plan idéologique. Si les partisans de l’ancienne coalition Fajr Libya ont souvent été désignés, à juste titre, comme proches ou alliées à l’islam politique, le camp de Haftar n’échappe pas aux liaisons ambigües avec la mouvance salafiste, notamment celle des madkhalistes. Cette mouvante transcende les clivages partisans dans le conflit libyen. Comptant de nombreux adeptes au sein de la SDF et de la brigade Nawassi, ce qui est une source de tensions au sein du « cartel » de Tripoli, les salafistes madkhalistes sont également présent en Cyrénaïque. Le courant madkhaliste – du nom de son instigateur, le cheikh saoudien Rabi al-Madkhali – fait partie du « salafisme militant » prônant la diffusion du savoir religieux et la mise en application de ses préceptes dans l’espace social. S’opposant aux courants quiétistes du salafisme, ce courant est né en « réaction à l’opposition des Frères Musulmans ou des militants de l’école Sururi à l’arrivée dans la péninsule arabique de forces militaires étrangères durant la deuxième guerre du Golfe » (Zaghloul, 2016). Ce courant s’est par la suite diffusé en Egypte et dans le reste du nord de l’Afrique. Leur doctrine leur enjoint ainsi de ne pas s’opposer au détenteur (musulman) de l’autorité et peut être qualifiée de légitimiste et d’anti-djihadiste. Soutiens des autorités de Tripoli, les madkhalistes sont donc aussi présents à l’est du pays, notamment au sein de l’ANL et des forces spéciales d’al Saïqa ou encore au sein d’unités exclusivement salafistes, comme le bataillon Tawhid. D’autres unités salafistes opèrent à al Marj, au quartier général de Haftar ou aux environs d’Al Baïda où siège le gouvernement d’Al-Thinni, qui n’est plus reconnu par la communauté internationale depuis l’installation du GUN (Wehrey, 2016).

Vers l’instauration d’un ordre militaro-madkhaliste

16Combattant auprès et au sein des forces de l’ANL, notamment à Benghazi, les madkhalistes semblent étendre leur influence au-delà du simple champ opérationnel. En témoignent une série de décisions prises par l’état-major de l’ANL et par les forces de sécurité pro-Haftar en Cyrénaïque. En janvier 2017, une cargaison d’ouvrages a été saisie par les salafistes dans la ville d’al Marj, soulignant ainsi l’influence des clercs madkhalistes (Rapport du groupe d’experts, 2017). Cette influence va de pair avec la militarisation du pouvoir en Cyrénaïque qui s’est accentuée à partir de 2016 avec la nomination, en juin, d’un chef d’état-major de l’ANL comme nouveau gouverneur militaire de la zone sise entre Ben Jawad et Darna. Ce dernier avait démis de leurs fonctions les maires élus de plusieurs localités, Benghazi et Ajdabiya compris, pour les remplacer par des officiers. Le 16 février, est émise par les mêmes autorités militaires l’interdiction aux femmes de moins de 60 ans non accompagnées de voyager à l’étranger. Si devant le tollé suscité par cette initiative, le décret n° 6 a été retiré, il a été vite remplacé une semaine plus tard (le 23 février) par un nouveau décret interdisant, pour « des raisons de sécurité », aux citoyens libyens et libyennes âgés de 18 à 45 de se déplacer à l’étranger sans autorisation préalable13.

  • 14 . Celian Macé, « En plein chaos libyen, les salafistes gagnent du terrain », liberation.fr, 3/04/20 (...)
  • 15 . On citera, entre autres, l’interdiction des manifestations sans autorisation écrite du gouverneur (...)

17L’instauration progressive d’un ordre militaro-madkhaliste en Cyrénaïque traduit-elle un affaiblissement du soutien des tribus de l’est au maréchal Haftar et, par conséquent, une plus grande dépendance de ce dernier aux forces salafistes14 ? Quoi qu’il en soit, les restrictions des libertés publiques15 témoignent du peu de cas accordé au respect des droits humains par les autorités de l’Est et leurs alliés.

  • 16 . Human Rights Watch, Libye : Crimes de guerre à l’encontre d’habitants de Benghazi fuyant les comb (...)

18Comme le souligne le rapport du Groupe d’experts sur la Libye, « les conditions de détention demeurent inhumaines dans l’ensemble de la Libye », l’arbitraire étant la norme sur l’ensemble du territoire. Les exécutions sommaires de détenus ou « homicides illégaux » pour reprendre les termes d’Amnesty International, ont été perpétrés notamment lors de la bataille de Benghazi principalement dans le dernier bastion djihadiste de la ville, le quartier de Gandoufa. Des cadavres non identifiés, portant des traces de balles pour certains et des traces de tortures pour d’autres ont été découverts dans les zones sous contrôle de l’ALN. Des crimes de guerre à l’encontre de combattants et de civils fuyant les zones de combats, ainsi que des profanation de corps auraient été perpétrés durant le mois de mars16.

  • 17 . UNSMIL, Libyan human rights report on civilian casualties – July 2017, 1/8/2017, <https://unsmil. (...)
  • 18 . Nadine Dahan, « Libye : le général Haftar sommé de livrer son “chef des exécutions” », middleeast (...)
  • 19 . Une nouvelle vidéo d’exécution sommaire a d’ailleurs été diffusée le 25 janvier 2018. Voir Nadine (...)

19De graves accusations sont également portées à l’encontre de Mahmoud al Werfalli, colonel madkhaliste d’Al Saïqa. Plusieurs vidéos diffusées sur les médias sociaux le montrent exécutant des membres du Conseil de la Choura des révolutionnaires de Benghazi (Majlis Choura Thouar Benghazi), un regroupement de milices islamistes et djihadistes qui a fait son apparition en juin 201417. Al Werfalli, coutumier de mises en scène macabres – diffusées sur sa page Facebook –, a bénéficié, dans un premier temps, de la solidarité du commandement de l’ANL, ses actes ayant été commis sur « le champ de bataille ». Une première demande de remise à la justice d’Al Werfalli a été transmise par l’ONU à Haftar18, avant qu’un mandat d’arrêt n’ait été délivré à son encontre pour crimes de guerre, le 15 août, par la Cour pénale internationale (CPI). Le 18 août, l’annonce de son arrestation, ne l’empêche pas de se mouvoir librement19.

Paradoxes et ambiguïtés des initiatives internationales

20Le mandat délivré par la CPI à l’encontre d’un officier des forces du maréchal Haftar intervient quelques semaines après ce qui peut être considéré comme une consécration internationale de ce dernier. En effet, la réunion de la Celle-Saint-Cloud, le 25 juillet, de Fayez Sarraj et de Khalifa Haftar par le président français Emmanuel Macron – élu en mai – est à considérer comme une reconnaissance sinon internationale, tout au moins européenne de la centralité du maréchal libyen dans la résolution de la crise politique que traverse son pays. Cette réunion et ce déplacement en France viennent parachever une série de succès diplomatiques et militaires depuis 2016. En outre, l’initiative française intervient près de trois semaines après l’annonce, le 5 juillet 2017, de la « libération totale » de Benghazi (rfi.fr, 6/7/2018) qui clôt une offensive lancée en 2014 dans le cadre de l’opération Karama. Premier dirigeant occidental à recevoir le maréchal, le président français prend acte d’une « légitimité militaire » qui devra composer avec celle, politique et diplomatique, conférée au gouvernement de Sarraj par l’Accord.

Soutiens, initiatives et tensions diplomatiques

21Le soutien des capitales européennes et arabes à Haftar se fait, en grande partie, au nom des préoccupations sécuritaires de ces pays : la lutte contre le terrorisme djihadiste et la prolifération d’armes dans l’espace sahélo-maghrébin, ainsi que la crainte de voir la déstabilisation de cet espace provoquer une nouvelle « crise migratoire » (voir infra). Contraints jusque-là de pratiquer un subtil jeu d’équilibre entre un soutien officiel au GUN et un appui officieux aux forces du maréchal, un certain nombre d’acteurs internationaux voient leur marge de manœuvre s’élargir à la suite des succès de l’ANL dans l’est du pays.

Moscou et la crise libyenne

22La visite effectuée le 11 janvier 2017 par le maréchal Haftar sur le porte-avions russe Amiral Koutzenov et son entretien avec par vidéoconférence avec le ministre de la Défense – russe – fait suite aux deux déplacements effectués en 2016 par Haftar à Moscou. Elle témoigne également du retour de la Russie en Libye et de la redécouverte de la valeur stratégique de la Méditerranée par ses dirigeants, après l’annexion de la Crimée (Kuznetsov, 2018). Toutefois, en dépit des déclarations sur l’amitié russo-libyenne et de l’annonce de l’envoi d’experts militaires russes auprès des soldats de l’ANL, la coopération semble assez faible en ce domaine (ibid.). Si le coût de la participation de la Russie au conflit syrien explique la réserve de Moscou, la coopération demeure malgré tout une collaboration de « façade ». En effet, Haftar suscite « très peu de confiance et sa personnalité est jugée ambigüe par une partie de la classe politique » (ibid.). La nouvelle visite effectuée le 14 août par le maréchal Haftar à Moscou et l’entretien accordé par le ministre des Affaires étrangères russe, Serguei Lavrov, ne devraient pas modifier la position prudente de la Russie. Les demandes réitérées du camp de Tobrouk de livraisons d’armes russes se heurtent à la réticence de Moscou à violer l’embargo sur les armes20. Les visites effectués par Sarraj à Moscou, le 2 mars et celle d’une délégation de Misrata, le 20 avril, qui précèdent de quelques jours (le 25 avril) la visite du ministre-adjoint aux Affaires étrangères russe à Tripoli témoignent de la volonté de Moscou de maintenir des liens avec toutes les parties libyennes, de ne pas se lier exclusivement à l’une d’entre elles et de se poser en médiateur. Toutefois la crainte exprimée par le général Gerasimov, chef d’état-major de l’armée russe, lors d’un entretien à la Komsomolskaïa Pravda, d’un redéploiement des combattants de l’organisation de l’Etat islamique (EI) en Libye, à la suite des défaites subies en Syrie et en Irak, illustre les préoccupations sécuritaires de Moscou dans cette partie du monde21. Tout en soulignant les efforts déployés par la communauté internationale « visant à intensifier le processus politique pour parvenir à une solution politique et au rétablissement total de [la Libye] »22, le ministre Lavrov ne s’est pas prononcé publiquement sur la réunion de la Celle-Saint-Cloud.

La rencontre du 25 juillet

23La déclaration de la Celle-Saint-Cloud23 – non signée par les parties libyennes – comprend dix points. S’apparentant à une déclaration de principes, elle appelle à la réconciliation nationale, au retour « en toute sécurité » des déplacés, à la mise en place d’un processus de justice transitionnelle (point 1) et à la construction d’un Etat de droit (point 3). Le texte prévoit également un cessez-le-feu (point 2), l’organisation d’élections générales (point 9), l’inclusion des différentes parties au conflit, la réinsertion des anciens combattants dans une nouvelle armée unifiée (point 7), l’établissement d’une feuille de route « pour la sécurité et la défense du territoire libyen » avec la participation de toutes les « forces militaires et sécuritaires en présence » (point 8).

24Cette déclaration intervient alors que le maréchal Haftar, qui n’a jamais reconnu l’accord de Skhirat, a assis son emprise sur la majeure partie de l’est du pays. La reconnaissance de facto du Conseil présidentiel libyen par le maréchal et celle plus ambigüe de l’Accord auquel il est fait référence plusieurs fois dans la déclaration apparaît comme une contrepartie à la reconnaissance du maréchal comme interlocuteur international légitime.

  • 24 . « Crise libyenne : l’accord de Paris entre Haftar, Sarraj et Macron vu du Caire et de Tripoli », (...)

25Soutenue par les Nations Unies et Ghassan Salamé, l’envoyé spécial pour la Libye, l’initiative française peut s’analyser comme une avancée dans la résolution de la guerre civile libyenne, tout au moins sur le plan symbolique. Toutefois, la déclaration ne dit rien sur les mesures à prendre pour appliquer les principes et objectifs mentionnés dans les dix points. En outre, elle demeure silencieuse sur les liens entre le GUN et le chef de l’ANL et notamment sur l’article 8 de l’Accord, principal point de blocage. L’absence d’un certain nombre d’acteurs libyens – non conviés – (représentants de tribus, chefs de milices etc.) laisse craindre que la déclaration de la Celle-Saint-Cloud ne demeure qu’un vœu pieux. L’absence du Congolais Sassou Nguesso, de représentants de Rome, d’Alger ou du Caire a été également source de mécontentements, même si, du côté de la capitale égyptienne – alliée de Paris dans la lutte anti-terroriste – les critiques semblent mesurées, le ministre égyptien des Affaires étrangères se contentant de déclarer que « la France doit accroître ses efforts et mieux se coordonner avec l’Egypte, les voisins de la Libye et les autres parties prenantes »24.

Tensions diplomatiques

  • 25 . Lors de la 4e réunion du comité de haut niveau de l’Union africaine sur la crise en Libye qui s’e (...)

26L’accord de Paris s’inscrit dans une série, voire un trop plein, d’initiatives internationales de résolution de la crise libyenne, qui sont créatrices de tensions entre Etats. En déclarant que « rien n’est plus nuisible à nos efforts de solution de la crise libyenne que la contrariété des agendas et des approches des intervenants » et en exprimant « la forte opposition à cette contrariété et ces dissonances des interventions, approches et agendas extérieurs » (France24.com, 10/9/2017), le président de la Commission de l’Union africaine (UA) n’exprime pas seulement la frustration d’une organisation écartée lors de la réunion du 25 juillet, mais pointe également du doigt la guerre par procuration qui se joue en Libye depuis la chute de Kadhafi25. Cette « cacophonie » et ces « dysfonctionnements » dénoncés sont aussi à la mesure du ressentiment à l’égard d’une communauté internationale qui a ignoré en 2011, la voix de l’Afrique sur la question libyenne, comme le rappelle le président congolais lors de la réunion (ibid.). Réunissant les présidents sud-africain et nigérien, ainsi que des représentants de l’Union européenne et des Nations Unies, le Premier ministre libyen et un représentant du maréchal Haftar, le comité de haut niveau de l’Union africaine a adopté une feuille de route prévoyant la mise en place d’un dialogue inclusif inter-libyen en décembre à Addis-Abeba, puis le lancement, en janvier 2018, d’un processus électoral devant débuter par un référendum constitutionnel (bbc.com, 11/9/2017).

  • 26 . Antoine Malo, « les dessous du voyage libyen de Jean-Yves Le Drian », lejdd.fr, 6/9/2017, <https: (...)

27La rencontre de Paris a été l’occasion également d’un regain de tensions entre l’Italie et la France. En ignorant Rome, Paris a négligé un acteur essentiel de la crise libyenne, tant en raison des liens historiques et économiques qui lient l’Italie et la Libye que de la question migratoire où Rome est aux avant-postes (voir infra). Elle est révélatrice des divergences d’analyse et de positionnement entre les deux capitales européennes. Alors que Rome est engagée de manière plus explicite que Paris aux côtés du GUN et n’apprécie guère la mise sur un pied d’égalité des deux protagonistes libyen, le gouvernement français semble avoir opté pour une ligne qualifiée de « pragmatique » défendue par Jean-Yves Le Drian, le nouveau ministre français des Affaires étrangères. Cette ligne prend en compte « les réalités du terrain » et fait sienne la rhétorique selon laquelle le maréchal Haftar est le meilleur allié dans la lutte contre le terrorisme djihadiste (Ben Lamma, 2017). Ce soutien français s’inscrit également dans le cadre de l’opération Barkhane qui fait de la Libye un point essentiel de l’action de la France dans la zone. Enfin, le tropisme français à l’égard du maréchal Haftar s’analyse au regard des relations de ce dernier avec le maréchal Sissi et des rapports franco-égyptiennes. (Santopinto, 2018). Cependant, cette ligne se traduit par des contacts entretenus avec les principaux acteurs du dossier libyen. Ainsi, le 14 septembre, le ministre français des Affaires étrangères a rencontré en Libye Sarraj mais s’est également déplacé à Misrata avant de s’envoler à Benghazi pour y rencontrer le maréchal Haftar et le président de la CdR, Aguila Sakeh26.

28La constitution d’un axe diplomatique Moscou-Abou-Dhabi-Le Caire dont les positions convergent sur la question libyenne se double d’un axe militaire. L’implication des Emirats arabes unis dans la bataille de Benghazi avait déjà été soulignée par le Groupe d’experts sur la Libye. La présence d’éléments des forces aériennes émiratis n’est toutefois pas confirmée en cette fin d’année 2017, malgré la construction d’un nouveau tarmac et d’une douzaine de hangars dans la base aérienne d’Al Khadim à Al Marj (Delalande, op. cit.). La convergence de vue et d’action des deux maréchaux libyen et égyptien s’exprime aussi, le 26 mai, à travers le bombardement par l’aviation du Caire de positions islamistes à Al Joufra et à Derna, en représailles à un attentat au sud de la capitale égyptienne contre la minorité copte (28 morts).

  • 27 . Ces pays reprochent au Qatar sa proximité avec le régime de Téhéran, son soutien à l’organisation (...)

29Cette convergence s’est également manifestée lors de la crise qui oppose depuis le 5 juin l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes Unis, Bahrein et l’Egypte au Qatar27. En rompant avec le Qatar, le gouvernement d’Al Baïda a souligné les « agressions » qui auraient été perpétrées par Doha envers le peuple libyen. Doha soutient les forces de Misrata et celles issues de la coalition Fajr Libya (africanews.com, 5/6/2017) et est, à ce titre, accusée de financer le terrorisme en Libye.

30L’accord de la Celle-Saint-Cloud s’inscrit dans une configuration de relations entre divers protagonistes et acteurs, domestiques et internationaux. Ce « grand jeu » fait de la Libye le théâtre non seulement de rivalités interarabes, mais également européennes. Les initiatives de résolution de la crise libyenne, si elles ne sont pas dénuées parfois d’ambiguïtés, traduisent néanmoins les inquiétudes des pays voisins et reflètent les agendas intérieurs, comme l’illustre la politique libyenne du Caire. L’année 2017 voit encore une floraison de rencontres internationales : réunion le 8 mai des Etats voisins de la Libye (Algérie, Egypte, Mali, Niger, Tunisie) à Alger, rendez-vous le 23 mai du Quartet sur la Libye (Union africaine, Union européenne, Ligue des Etats arabes, Nations Unies), rencontres, le 6 juin et le 17 décembre, des ministres des Affaires étrangères algérien, égyptien et tunisien.

31Ces initiatives régionales s’ajoutent à celles organisées par les diplomaties nationales des pays impliqués ou préoccupés par la question libyenne (Alger, Le Caire, Tunis, Rome et Paris).

Le plan d’action pour la Libye des Nations Unies

32C’est dans ce contexte, parfois confus, que le nouveau Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye et chef de la Mission des Nations Unies en Libye (MINUAL- UNSMIL) présente son plan d’action, le 20 septembre, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies. Constatant les impasses auxquels est confronté l’Accord, Ghassan Salamé veut dépasser les blocages identifiés et clarifier le processus politique en cours, obscurci ou altéré par la prolifération d’initiatives individuelles et régionales, en amendant le texte de 2015.

Avancées politiques

33Tout en soulignant que l’Accord demeure le seul cadre valable, le chef de la MINUAL se donne pour objectifs de faciliter l’adoption d’amendements au texte en réunissant un comité dédié à cette tâche. Il s’agit d’organiser une conférence nationale aux Nations Unies afin de réintégrer tous les acteurs « ostracisés ou marginalisés » de la question libyenne et de soumettre la nouvelle Constitution – adoptée par l’Assemblée constituante le 29 juillet – à référendum avant des élections générales28. Ce plan d’action, « inclusif et progressif », pour reprendre les termes de son auteur doit se concrétiser dans un certain nombre de points : la Haute commission électorale doit être prête pour les prochaines élections ; le dialogue doit être instauré avec les groupes armés afin d’intégrer leurs membres dans le processus politique et la vie civile ; il convient d’initier l’unification de l’armée ; de poursuivre et intensifier les efforts de réconciliation locale ; de résoudre l’épineux problème des déplacés. Ce processus devra être parachevé d’ici un an avec l’organisation du référendum (septembre 2018).

  • 29 . « ONU : Fayez al-Sarraj interpelle la communauté internationale », rfi.fr, 22/09/2017, <http://ww (...)

34Cette feuille de route a pour ambition de sortir de l’impasse. Elle anticipe en quelque sorte la demande faite, deux jours plus tard par Sarraj, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies, de présenter un calendrier avec des dates précises et d’adresser un message sans ambiguïté aux « entités parallèles » au GUN29.

  • 30 . CSNU, Report of the Secretary-General on the United Nations Support Mission in Libya, 12/02/2018, (...)

35La présentation du nouveau plan d’action de l’ONU a été suivie, comme annoncée, par la réunion d’un Comité de dialogue, le 26 septembre à Tunis, sous l’égide de Ghassan Salamé. Cette session de pourparlers interlibyens souligne ainsi l’entrée en vigueur dudit plan d’action. Les deux délégations de la CdR et du HCE se sont accordés sur la restructuration du Conseil présidentiel et sur la mise en place d’une autorité exécutive distincte de ce Conseil. Les parties en présence ne sont pas parvenues, en dépit de quatre autres réunions, à préciser les mécanismes de constitution de ce nouveau pouvoir exécutif30. Le 6 décembre, est lancée la campagne d’inscription des électeurs libyens par la Haute Commission électorale libyenne, l’objectif étant, selon le responsable de la Commission, Imed al-Sayeh, d’inscrire un million d’électeurs en plus des 1,5 million de citoyens déjà inscrits pour le scrutin législatif de 2014. L’organisation d’un référendum constitutionnel est ainsi la première étape d’un processus électoral devant conduire à des scrutins législatifs et présidentiels.

  • 31 . Dont le texte (en anglais) est disponible à l’adresse suivante : <https://www.libyaobserver.ly/li (...)
  • 32 . Insatisfaits de cette attribution des sièges, le Haut Conseil Amazigh avait appelé au boycott du (...)
  • 33 . « CDA vote on draft constitution ruled invalid by Beida court », libyaherald.com, 17/8/2017, <htt (...)
  • 34 . La cour suprême de Tripoli a finalement annulé, le 14 février 2018, la décision de la cour d’appe (...)

36Elue en février 2014, l’Assemblée constituante – qui siège à Al Baïda – a voté, le 29 juillet, un projet de Constitution31 par 43 voix sur les 44 délégués présents (l’assemblée comprenant 60 sièges dont 6 sont réservés aux représentants amazighs, toubous et touaregs32). Long de 197 articles et divisé en 12 chapitres, le texte affirme que la Libye est une république avec un président élu au suffrage universel direct (article 100), une chambre des représentants et un sénat de 78 membres. Sont reconnues comme langues officielles, outre l’arabe, langue de l’Etat, les langues des communautés touarègues, amazighs et toubous dont la place dans la sphère publique locale et au niveau de l’Etat central devra être débattue dès la première session parlementaire (article 2). Une décentralisation élargie est proposée, l’Etat étant divisé en gouvernorats, municipalités et autres niveaux administratifs. Le principe de l’indépendance des gouvernements locaux est proclamé (article 145). Concernant la délicate question des forces de sécurité (armée et police), le projet constitutionnel réaffirme le monopole étatique de la violence, la suprématie du pouvoir civil et la neutralité des forces armées (articles 177, 178 et 179). En dépit d’un vote perturbé par le refus de 10 députés de participer au vote, l’Assemblée constituante a finalement adopté un texte après plus de 4 ans de travaux. La cour d’appel d’Al Baïda invalide, le 17 août, le projet de constitution au motif que le vote avait eu lieu un samedi – contrairement au règlement de l’Assemblée – et qu’aucun membre de la communauté toubou n’avait participé au vote, alors que le même règlement prévoit qu’au moins un membre de chacune des trois ethnies libyennes doit participer au vote pour que celui-ci soit valide33. La suspension du processus constituant devra être confirmé ou infirmée par la Cour suprême de Tripoli34.

L’intransigeance du maréchal Haftar

  • 35 . Libye : le maréchal Haftar reçu à Rome », lefigaro.fr, 26/9/2017, <http://www.lefigaro.fr/flash-a (...)
  • 36 . « Libye : le maréchal Haftar rencontre Jean-Yves le Drian à Paris ? », jeuneafrique.com, 28/9/201 (...)

37Auréolé de sa fraiche légitimité internationale, reconnu pour la première fois par un dirigeant occidental, le maréchal Haftar reste intransigeant à l’égard du GUN et de l’accord de Skhirat qu’il ne reconnaît pas officiellement. Critique à l’égard du pouvoir de Tripoli et fort de son assise territoriale, Haftar mène également une diplomatie parallèle. Ainsi, le 26 septembre alors que Ghassan Salamé réunit pour la première fois le Comité de dialogue à Tunis, conformément à la feuille qu’il a lui-même édicté, l’homme fort de Tobrouk est reçu à Rome par la ministre de la Défense italienne pour évoquer « la stabilisation de la Libye, la lutte contre le terrorisme international et le contrôle des flux migratoires »35. Il y rencontre également le chef d’état-major italien, avant de voir deux jours plus tard à Paris le chef de la diplomatie française. En dépit des préventions de Rome et de Paris – la France déclarant que la visite de Haftar à Paris n’est « en aucun cas une initiative dissonante dans la médiation que mène l’ONU »36 – le renforcement d’une « entité parallèle » même au nom du « pragmatisme » n’est pas sans menace pour la relance du dialogue initiée par le chef de la MINUAL.

  • 37 . Alain Chemali, « Libye : le maréchal Haftar lâche l’accord de Skhirat et lorgne vers la présidenc (...)

38En déclarant, le 17 décembre, date du 2e anniversaire de l’Accord, que ce dernier n’est plus que « de l’encre sur du papier », Khalifa Haftar remet en cause la légitimité du GUN et de toutes les institutions issues de Skhirat, ainsi que les discussions entre les deux chambres sous l’égide de l’ONU (Reuters, 17/12/2017). Dans le même temps, le maréchal se pose en ultime recours pour la Libye et laisse entrevoir une ambition présidentielle en « [annonçant] sans équivoque [son] obéissance totale aux ordre du peuple libyen, qui est son propre gardien et le maître de sa terre »37. Prenant le contrepied du CSNU qui avait rappelé que l’accord était le seul cadre valable pour sortir le pays de la crise, il accroît sa pression sur Tripoli en demandant que la Haute Commission électorale soit transférée à Benghazi.

  • 38 . Misrata’s mayor murdered in ambush by Libyan gunmen, middleeasteye.net, 18/12/2017, <http://www.m (...)
  • 39 . Mathieu Galtier, « Après l’assassinat du maire de Misrata, les habitants craignent le pire », mid (...)

39L’assassinat, le même jour du maire de Misrata, Mohamed Eshatwi, fervent partisan de l’accord de Skhirat jette le trouble non seulement sur le processus de réconciliation entre les deux camps, mais également en leur sein tant sont importantes les divergences à l’intérieur des parties en présence. Certes l’assassinat n’a pas été revendiqué, mais l’opposition au maire de certains acteurs maximalistes comme le Conseil militaire de Misrata, hostile à son soutien à l’Accord et qui l’avaient forcé, le 3 mai, à la démission – avant qu’il ne revienne sur sa décision – semble diriger les soupçons vers cette opposition interne38. Ce premier assassinat politique dans Misrata, intervient également quelques jours après une réunion de 94 maires libyens en Tunisie, participant ainsi à la relance et à la consolidation du dialogue politique39.

  • 40 . Mathieu Galtier, « Les kadhafistes, le retour en grâce des ennemis d’hier », middleeasteye.net, 9 (...)

40Le plan d’action de Ghassan Salamé prévoit l’intégration dans le processus politique des acteurs « ostracisés ou marginalisés ». Parmi ces derniers, figurent ainsi les kadhafistes, vaincus du conflit de 2011. Leur sort est un point de crispation entre les protagonistes de la crise libyenne, notamment chez les brigades révolutionnaires, détentrices autoproclamées de la Révolution du 17 février 2011. En déclarant, le 22 septembre, lors d’une interview accordée à France 24 que le processus politique était ouvert « à tout le monde sans exception », c’est-à-dire aux partisans de Kadhafi et de la monarchie, Ghassan Salamé ouvre-t-il la voie à la réintégration dans la vie politique des dignitaires de l’ancien régime et plus spécialement celle de Sayf al Islam ? Libéré par un groupe armé de Zintan (le groupe Abou Baqr al Sadiq), le 10 juin, dans des circonstances à éclaircir, l’ancien dauphin présumé du guide libyen bénéficierait du soutien d’un certain nombre de tribus et de villes ayant tiré profit de la Jamahiriya, ainsi que d’une partie de la population dépitée par la tournure prise par la Libye post-2011. Bien qu’il ne soit toujours pas apparu publiquement depuis 2014, lui et ses partisans seraient perçus comme des acteurs crédibles deux ans après l’adoption de l’Accord40.

L’enjeu migratoire

  • 41 . Nima Elbagir, Raja Razek, Alex Platt and Bryony Jones, « People for sale. Where lives are auction (...)
  • 42 . L’OMI a identifié, début 2018, 704 142 migrants en Libye dont 90 % proviennent de pays africains, (...)
  • 43 . Bureau du Procureur, Treizième rapport du Procureur de la Cour pénale internationale au Conseil d (...)

41La crise migratoire a pris une nouvelle dimension en cette année 2017, avec la diffusion le 15 novembre, par la chaîne américaine CNN d’un reportage montrant une vente aux enchères, près de Tripoli, de migrants d’Afrique subsahariens41. Ce reportage vient crûment rappeler une réalité depuis longtemps dénoncée par les organisations humanitaires et de défense des droits humains42. Auparavant, le 8 mai, la procureure de la CPI avait alerté le CSNU sur la situation des migrants, le Bureau (de la Procureure) étant « alarmé par la nature et l’ampleur des crimes qui seraient commis à l’encontre des migrants, notamment des femmes et des enfants, au cours de leur transit en Libye »43 .

Endiguement migratoire et atteinte aux droits humains

  • 44 . Amnesty International, op.cit.

42Selon Amnesty international, « les migrants, les réfugiées et les demandeurs d’asile [sont] soumis de façon généralisée et systématique à de graves atteintes aux droits humains dans les centres de détention et aux mains des garde-côtes libyens, des passeurs et des groupes armés »44. Près de 20 000 personnes seraient ainsi incarcérées dans des centres de détention – gérés par la Direction de lutte contre la migration illégale, une branche du ministère de l’Intérieur du GUN. Plusieurs milliers de centres de détention illicites existeraient et seraient aux mains de groupes armés et d’organisations criminelles (Amnesty international, 2017).

43L’irruption du sort des migrants de Libye dans les agendas euro-africains intervient alors que les flux de migrants arrivant en Europe par les routes méditerranéennes ont fortement décru en 2017. Sur les 186 768 migrants recensés par l’OMI, 172 362 ont atteint l’Europe par mer. L’Italie a accueilli 64 % de ces nouveaux arrivants (119 369), ce qui constitue le flux le plus bas depuis 2014. Cette décrue a été sensible à partir de la fin de l’été, bien que la Libye demeure le principal point de départ des routes méditerranéennes vers l’Europe45. Le nombre de migrants disparus ou décédés en Méditerranée a également décru en 2017 : 3 119 décès/disparitions dont 2 384 au large des côtes libyennes et tunisiennes, ont été recensés contre 5 098 l’année précédente. Les gardes côtes libyens ont sauvé 19 775 migrants et identifié 529 migrants décédés ou disparus46.

  • 47 . Le 25 juillet 2017, l’opération Sophia a été prolongée par le Conseil européen jusqu’au 31 décemb (...)
  • 48 . Le texte permet d’arraisonner, d’inspecter et de saisir les navires suspectés de participer au tr (...)
  • 49 . Voir la Déclaration de Malte par les membres du Conseil européen concernant les aspects extérieur (...)
  • 50 . Voir notre chronique de l’année 2008.

44Ainsi que le souligne le rapport de l’OMI, cette baisse des flux est principalement la conséquence des accords conclus entre l’Italie et la Libye et entre l’UE et la Libye. Les mesures prises par l’UE en 2016, – l’élargissement de l’opération EUNAVFOR MED (opération Sophia47) avec la formation des garde-côtes et de la marine libyens, le soutien de l’OTAN à l’opération Sophia, l’adoption de la résolution 2240 adoptée par le CSNU, le 9 octobre 201648 – ont participé du renforcement de l’endiguement migratoire mis en place à destination de la Libye. La déclaration de Malte, adoptée à la suite du Conseil européen du 3 février, affirme donner la priorité à « la formation, l’équipement et le soutien fournis aux garde-côtes libyens et à d’autres agents concernés ». Il s’agit de renforcer la coopération avec les autorités libyennes et de permettre la mise en place « des structures et des conditions d’accueil adaptées pour les migrants en Libye, de concert avec le HCR et l’OIM »49. Lors de la même réunion, les participants se sont félicités du protocole d’accord signé, un jour auparavant, entre les Premiers ministres libyen et italien à Rome. Ce protocole qui « revitalise et actualise » le traité d’amitié, de partenariat et de coopération conclu en 2008 entre l’Italie et la Libye de Kadhafi50, prévoit un soutien technique et technologique aux institutions libyennes luttant contre la « migration clandestine », et vise à « améliorer les conditions de vie dans les centres d’accueil » (Amnesty international, 2017).

  • 51 . Proposée par le président français, le 27 juillet, la création de hotspots installés au Tchad et (...)
  • 52 . « Italy’s Dodgy Deal on Migrants », The New York Times, 25 septembre 2017, <http://www.nytimes.co (...)
  • 53 . Cette « Chambre » regroupe des milices de Sabratah. Elles s’étaient coalisées afin de lutter cont (...)

45La stratégie de l’UE et de l’Italie comporte ainsi trois volets (ibid.). Il s’agit tout d’abord de « fournir un appui et une assistance techniques aux autorités libyennes chargées de gérer les centres où les réfugiés et les migrants sont maintenus en détention et exposés systématiquement à de graves violations des droits humains ». Ensuite, conformément aux décisions prises en 2016 (formation et entrainement des garde-côtes, assistance technique), l’objectif est de donner aux autorités libyennes les moyens d’intercepter les migrants en mer et de les ramener en Libye. Enfin, la conclusion d’accords avec « les autorités locales libyennes et les responsables d’entités non étatiques, comme les tribus ou les groupes armés, afin de leur permettre de cesser le trafic d’êtres humains et de renforcer le contrôle aux frontières » vient parachever cette politique d’endiguement et de refoulement des migrants en provenance de Libye51. Concernant ce dernier point, l’atténuation des flux migratoires en provenance de la Libye durant l’été est imputée aux accords passés entre le ministre de l’Intérieur italien et des milices locales chargées de stopper ces flux, notamment à partir de Sabratha, telles que la Brigade 48, dirigée par Ahmed Dabbashi et opérant pour le compte du ministre de la Défense – en dépit des démentis des autorités italiennes. Cette sous-traitance de la question migratoire à des acteurs peu respectueux des droits humains alimente également la compétition et les combats entre les différentes factions armées en Libye52. Les affrontements qui ont opposé cette milice à la Chambre des opérations anti-Daech53 du 17 septembre au 6 octobre (au détriment de la première) illustrent l’instrumentalisation de la question migratoire dans un contexte libyen mouvant, ainsi que la fragilité d’accords passés par les Etats européens (ici l’Italie) et la Libye.

Un ordre migratoire problématique

  • 54 . Human Rights Watch, 2017, UE : Déléguer à la Libye la responsabilité des sauvetages en mer met de (...)

46La délégation des opérations de secours dans les eaux internationales aux autorités libyennes est porteuse de menaces pour les migrants. Une série d’incidents en mer provoqués par les garde-côtes libyens semble témoigner du peu de cas accordé à la sécurité des migrants et au respect de leurs droits. Ainsi, par exemple, les garde-côtes libyens « n’ont pas fourni de gilets de sauvetage à des personnes qui étaient à bord d’embarcations impropres à la navigation et cherchaient à être secourues. Le 23 mai, des organisations non gouvernementales ont vu – et enregistré en vidéo – des membres des garde-côtes libyens tirer des coups de feu en l’air, et ont recueilli les témoignages concordants de survivants selon lesquels ces agents avaient également tiré dans l’eau après que des personnes prises de panique ont sauté dans les flots »54 (Human Rights Watch, 2017).

  • 55 . Géraud Bosman-Delzons « Migrants : le code de la discorde en Méditerranée », rfi.fr, 1/8/2017, <h (...)
  • 56 . AFP, « Secours aux migrants : la Libye interdit “tout navire étranger” près de ses côtes », 10/8/ (...)

47Ces actions s’accompagnent d’autres à l’encontre des ONG secourant les migrants. Ainsi, le 2 août, un navire allemand de l’ONG Jugend Rettet est placé sous séquestre par la justice italienne en raison de liens présumées entretenus par cette ONG avec des réseaux de passeurs. Il est à noter que cette ONG n’a pas signé un code de « bonne conduite » édicté par les autorités de Rome, début juillet. Face à l’afflux de migrants, le ministre de l’Intérieur italien a adopté, un code de « bonne conduite » à destination des ONG venant en aide aux migrants. Prévoyant notamment la présence obligatoire de policiers à bord des navires des ONG et surtout l’interdiction du transfert de migrants secourus à bord d’autres embarcations. Sur les huit ONG intervenant en Méditerranée, cinq ont refusé de parapher le document55. Le même jour, le parlement italien autorise l’envoi de navires militaires dans les eaux territoriales libyennes. Cette annonce va susciter de vives réactions tant à l’est qu’à l’ouest de la Libye. Du côté de Tobrouk, la CdR, qui avait déjà déclaré nul et non avenu le protocole d’accord italo-libyen du 2 février (jeuneafrique.com, 8/2/2017), réitère son hostilité à tout accord qui ne l’associe pas. La réaction la plus vive provient néanmoins du maréchal Haftar qui a ordonné à ses forces de viser tout navire militaire étranger se trouvant dans les eaux territoriales libyennes. En dépit des affirmations italiennes, selon lesquelles le gouvernement Sarraj avait donné son aval – des navires militaires italiens étant présents dans le port de Tripoli –, les autorités de Tripoli ont décrété l’instauration d’une zone de recherche et de secours au large des côtes libyennes, les navires étrangers ne pouvant y accéder que sur demande expresse adressée aux autorités libyennes56.

  • 57 . « L’ONU dénonce les “horreurs inimaginables” subies par les migrants en Libye », rfi.fr, 15/11/20 (...)
  • 58 . Les expulsions de ressortissants étrangers sont communes en Libye. Selon le directeur de l’OIM, 1 (...)

48Les incidents en mer et les exactions contre les migrants dans les centres de détention libyens interrogent l’opportunité, pour ne pas parler de morale et d’éthique, d’accords conclus soit avec des entités non étatiques, soit avec des autorités fragiles dont la légitimité est perpétuellement remise en cause par d’autres acteurs. La vive condamnation, le 14 novembre, par le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme du sort fait aux migrants en Libye57 et de ce qui peut être considéré comme une complicité de l’UE (ce que souligne également Amnesty international, 2017) précède de deux semaines une réunion du CSNU (le 28 novembre) consacrée à la lutte contre l’exploitation des migrants dans ce pays. L’option d’un rapatriement volontaire, évoquée lors de cette réunion, a fait ainsi l’objet d’une rencontre à Addis-Abeba, le 4 décembre entre l’UA, le HC et l’OIM. Il s’agit de permettre l’évacuation de près de 15 000 migrants d’ici la fin de 2017. Les premiers rapatriements, ceux de 500 Nigériens, effectués après le documentaire de CNN, ont eu lieu, le 7 décembre58.

49Ayant remporté la bataille de Benghazi (la ville sera proclamée « libérée » le 29 décembre), l’ANL poursuit son avancée dans l’est libyen en renforçant son siège de la ville de Derna. Sous le contrôle de la Choura des révolutionnaires de Derna, la ville est soumise aux attaques aériennes de l’ANL mais également à celles de l’armée égyptienne, en représailles à des actions djihadistes sur son territoire. Soumise à de graves pénuries de produits de base et de fournitures médicales, la ville de Derna est susceptible de connaître le même sort que celle de Benghazi, quelques mois plus tôt.

  • 59 . En dépit de l’annonce par Ansar al Sharia de sa dissolution, le 27 mai 2018.
  • 60 . Voir le communiqué de la Maison Blanche, « Readout of President Donal J. Trump’s Meeting with Pri (...)

50C’est dans ce climat de recomposition territoriale et politique où les principaux acteurs se disputent une reconnaissance internationale que l’organisation de l’Etat islamique refait son apparition : elle revendique un attentat au sud de la ville de Joufra contre un point de contrôle de l’ANL (rfi.fr, 23/8/2017), ainsi que l’enlèvement de deux personnes au sud de Syrte (rfi.fr, 28/8/2018). le 24 septembre, la reprise des bombardements aériens américains contre des positions de l’EI à 240 km au sud de la ville de Syrte, les premiers depuis l’investiture de Donald Trump, témoignent de la persistance de la menace djihadiste dans le pays (lemonde.fr, 25/9/2018)59. Ces frappes américaines ne doivent pas masquer le relatif désintérêt porté par l’administration Trump à la question libyenne, en dépit du soutien proclamé du président américain au GUN lors de la visite de Fayez Sarraj à Washington, le 1er décembre60.

Haut de page

Bibliographie

Amnesty International, 2017, Libye. Un obscur réseau de complicités : violence contre les réfugiés et les migrants qui se rendent en Europe, <https://www.amnesty.org/fr/documents/mde19/7561/2017/fr/>.

Ben Lamma Mohamed, 2018, Face au chaos libyen, l’Europe se cherche encore, Fondation pour la recherche stratégique, note n°21/17, 14 décembre 2017, <https://www.frstrategie.org/publications/notes/face-au-chaos-libyen-l-europe-se-cherche-encore-21-2017>.

Conseil de sécurité des Nations Unies, 2018, Report of the Secretary-General on the United Nations Support Mission in Libya, 12/02/2018, S/2018/140.

Conseil de sécurité des Nations Unies, 2017, Report of the Secretary-General on the United Nations Support Mission in Libya, 22/8/2017, S/2017/726.

Conseil de sécurité des Nations Unies, 2017, Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye créé par la résolution 1973 (2011), S/2017/466, 1/6/2017, <http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=S/2017/466>.

Conseil de sécurité des Nations Unies, 2017, Report of the Secretary-General on the United Nations Support Mission in Libya, 4/4/2017, S/2017/283.

Delalande Arnaud, 2018, Forces on the Libyan Ground: Who is who, IPSI (Instituto per gli studi de politica internazionale), 28/5/2018, <https://www.ispionline.it/it/pubblicazione/forces-libyan-ground-who-who-20640>.

Djaziri Moncef, 2018, « Libye : comment sortir de l’impasse », The Conversation, 29/01/2017, <https://theconversation.com/libye-comment-sortir-de-limpasse-71360>.

Kuznetsov Vassilly, 2018, « La politique étrangère russe au Maghreb : entre commerce et sécurité », entretien réalisé par Burgos Erik et Therme Clément, Confluences Méditerranée, n°104, printemps 2018, p. 85-95.

Lacher Wolfram, al Idrissi Alaa, 2018, Capital of Militias. Tripoli’s Armed Groups Capture the Libyan State, SANA Briefing Paper, June 2018, Small Arms Survey.

Santopinto Federico, 2018, Crise libyenne : rôle et enjeux de l’UE et de ses membres, GRIP, Note d’analyse, 29/1/2018, https://www.grip.org/fr/node/2514

Toaldo Mattia, Fitzgerald Mary, A Quick Guide to Libya’s Main Players, European Council on Foreign Relations, Londres, décembre 2016, <http://www.ecfr.eu/page/-/Lybias_Main_Players_Dec2016_v2.pdf>.

Wehrey Frederic, 2016, Quiet no more ?, Carnegie Middle East Center, 13/10/2016, <http://carnegie-mec.org/diwan/64846>.

Zaghloul Shalata Ahmed, 2016, « Le salafisme à l’épreuve de la Révolution », Confluences Méditerranée, 2016/4, n° 99, p. 179-191.

Haut de page

Notes

1 . Le nouvel envoyé spécial de l’ONU depuis le 20 juin.

2 . Voir notre chronique de l’année 2016.

3 . <https://www.voaafrique.com/a/un-vice-premier-ministre-libyen-reconnait-son-echec-et-demissionne/3660152.html>.

4 . Le CP comprend 9 membres : le Premier ministre, 5 vice-présidents et 3 ministres. Il s’agit, dans sa composition, de respecter, peu ou prou, l’équilibre entre les trois régions du pays, la Tripolitaine, le Fezzan et la Cyrénaïque tout en tenant également compte des rapports de force politiques. Le passage à trois membres risque de rendre plus difficile la résolution de l’équation.

5 . Ce groupe est composé de membres du CdR et du HCE, d’anciens du Conseil national de transition (CNT), de leaders tribaux et d’anciens dignitaires du régime de Kadhafi. Voir « L’ Accord politique libyen est un cadre adéquat pour régler la crise, selon une réunion au Caire », panapress.com, 14/12/2016, <http://www.panapress.com/L-Accord-politique-libyen-est-un-cadre-adequat-pour-regler-la-crise,-selon-une-reunion-au-Caire--15-630499766-7-lang1-index.html>.

6 . CSNU, Report of the Secretary-General on the United Nations Support Mission in Libya, 4/4/201, S/2017/283. La CdR et l’envoyé spécial pour la Libye n’étaient pas présents à cette réunion.

7 . Les Brigades de défense de Benghazi, ont été créées à Joufra dans le sud libyen en juin 2016, à la suite de l’appel au djihad lancé par l’ancien Mufti de Tripoli, Al Ghariani. Proche d’Al Qaïda et de l’EI, cette milice regroupe en son sein le Conseil de la Choura des Révolutionnaires de Benghazi, de Derna, d’Adjdabiya ainsi que les Brigades des révolutionnaires de Benghazi. « Libye : qui sont les Brigades de défense de Benghazi? », rfi.fr, 13/03/2017, <http://www.rfi.fr/afrique/20170313-libye-sont-brigades-defense-benghazi>.

8 . CSNU, Report of the Secretary-General on the United Nations Support Mission in Libya, 22/8/2017, S/2017/726

9 . Human Rights Watch, Libye, Rapport mondial 2018, <https://www.hrw.org/fr/world-report/2018/country-chapters/313314>.

10 . Célian Massé, « L’armée du maréchal Haftar ravagée dans le Sud libyen », liberation.fr, 21/5/2017, <http://www.liberation.fr/planete/2017/05/21/l-armee-du-marechal-haftar-ravagee-dans-le-sud-libyen_1571176>.

11 . Human Rights Watch, op. cit.

12 . Le 16 mai 2014, l’opération Karama (Dignité) est lancée à partir de Benghazi par le général Khalifa Haftar. Elle est destinée, selon son promoteur, à mettre un terme aux violences qui secouent la Libye et à combattre les autorités transitionnelles d’alors, dominées par les islamistes. Cette opération regroupe autour des forces du général Haftar, un ensemble de forces armées et de milices alliées. Voir notre chronique de l’année 2015.

13 . Human Rights Watch, op. cit. ; Amnesty International, Libye, 2017-2018, 2018, <https://www.amnesty.org/fr/countries/middle-east-and-north-africa/libya/report-libya/>.

14 . Celian Macé, « En plein chaos libyen, les salafistes gagnent du terrain », liberation.fr, 3/04/2018, <http://www.liberation.fr/planete/2018/04/03/en-plein-chaos-libyen-les-salafistes-gagnent-du-terrain_1640801>.

15 . On citera, entre autres, l’interdiction des manifestations sans autorisation écrite du gouverneur militaire, ainsi que les arrestations arbitraires, comme celles en mars et avril d’un photographe de l’AFP à Benghazi et celles d’organisateurs d’une manifestation sur le changement climatique (Earth Hour) initiée par le World Wide Fund for Nature, au motif que la présence non séparée des hommes et des femmes est offensante pour l’Islam (Human Rights Watch, 2018 ; libyanexpress.com, 29/3/2017).

16 . Human Rights Watch, Libye : Crimes de guerre à l’encontre d’habitants de Benghazi fuyant les combats, 22/03/2017, <https://www.hrw.org/fr/news/2017/03/22/libye-crimes-de-guerre-lencontre-dhabitants-de-benghazi-fuyant-les-combats>.

17 . UNSMIL, Libyan human rights report on civilian casualties – July 2017, 1/8/2017, <https://unsmil.unmissions.org/libya-human-rights-report-civilian-casualties-july-2017>. Voir aussi les rapports de mars, mai et juin 2017.

18 . Nadine Dahan, « Libye : le général Haftar sommé de livrer son “chef des exécutions” », middleeasteye.net, 25/7/2017 , <http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/libye-le-g-n-ral-haftar-somm-de-livrer-son-chef-des-ex-cutions-2107920990>.

19 . Une nouvelle vidéo d’exécution sommaire a d’ailleurs été diffusée le 25 janvier 2018. Voir Nadine Dahan, « Fresh footage of Libya executioner at work, in spite of international arrest warrant”, middleeasteye.net, 25/1/2018, <http://www.middleeasteye.net/news/fresh-footage-haftar-execution-chief-emerged-un-envoy-meets-military-strongman-1841170270>.

20 . Voir à ce propos les entretiens accordés respectivement par Khalifa Haftar et par le porte-parole de l’ANL aux médias russes : <https://francais.rt.com/international/42100-general-haftar-rt-europeens-doivent-armer-gardes-libyens> ; <https://fr.sputniknews.com/international/201709151033065203-libye-crise-russie/>.

21 . Chaabane Bensaci, « Le chef d’état-major russe dénonce un déploiement de Daesh en Libye. Gerasimov persiste et signe », lexpressiondz.com, 31/12/2017, <http://www.lexpressiondz.com/internationale/283014-gerasimov-persiste-et-signe.html>.

22 . <https://francais.rt.com/international/42010-reglement-politique-libye-marechal-haftar-russie-aide-militaire>.

23 . Disponible sur le site de la présidence de la République française : <http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/libye-rencontres-de-la-celle-saint-cloud/>.

24 . « Crise libyenne : l’accord de Paris entre Haftar, Sarraj et Macron vu du Caire et de Tripoli », jeuneafrique.com, 31/7/2017, <http://www.jeuneafrique.com/mag/461947/politique/crise-libyenne-laccord-de-paris-entre-haftar-sarraj-et-macron-vu-du-caire-et-de-tripoli/>.

25 . Lors de la 4e réunion du comité de haut niveau de l’Union africaine sur la crise en Libye qui s’est tenue à Brazzaville, le 10 septembre 2017.

26 . Antoine Malo, « les dessous du voyage libyen de Jean-Yves Le Drian », lejdd.fr, 6/9/2017, <https://www.lejdd.fr/international/les-dessous-du-voyage-libyen-de-jean-yves-le-drian-3428402> ; Isabelle Labeyrie, « De Tripoli à Tobrouk, la journée marathon de Jean-Yves Le Drian pour consolider l’accord de Paris sur la Libye », franceinfotv.fr, 5/9/2017, <https://www.francetvinfo.fr/monde/libye/de-tripoli-a-tobrouk-la-journee-marathon-de-jean-yves-le-drian-pour-consolider-l-accord-de-paris-sur-la-libye_2357397.html>.

27 . Ces pays reprochent au Qatar sa proximité avec le régime de Téhéran, son soutien à l’organisation des Frères musulmans et l’accusent de soutenir des organisations terroristes.

28 . Remarks of SRSG Salamé at the High-Level Event on Libya, New York, 20/9/2017, <https://unsmil.unmissions.org/remarks-srsg-salam%C3%A9-high-level-event-libya>.

29 . « ONU : Fayez al-Sarraj interpelle la communauté internationale », rfi.fr, 22/09/2017, <http://www.rfi.fr/afrique/20170922-libye-onu-sarraj-conseil-securite-ghassan-salame>.

30 . CSNU, Report of the Secretary-General on the United Nations Support Mission in Libya, 12/02/2018, S/2018/140

31 . Dont le texte (en anglais) est disponible à l’adresse suivante : <https://www.libyaobserver.ly/libyan-constitution?page=1>.

32 . Insatisfaits de cette attribution des sièges, le Haut Conseil Amazigh avait appelé au boycott du scrutin de 2014.

33 . « CDA vote on draft constitution ruled invalid by Beida court », libyaherald.com, 17/8/2017, <https://www.libyaherald.com/2017/08/17/cda-vote-on-draft-constitution-ruled-invalid-by-beida-court/>.

34 . La cour suprême de Tripoli a finalement annulé, le 14 février 2018, la décision de la cour d’appel d’Al Baïda, la jugeant incompétente.

35 . Libye : le maréchal Haftar reçu à Rome », lefigaro.fr, 26/9/2017, <http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/09/26/97001-20170926FILWWW00317-libye-le-marechal-haftar-recu-a-rome.php>.

36 . « Libye : le maréchal Haftar rencontre Jean-Yves le Drian à Paris ? », jeuneafrique.com, 28/9/2017, <http://www.jeuneafrique.com/477774/politique/libye-le-marechal-haftar-rencontre-jean-yves-le-drian-a-paris/>.

37 . Alain Chemali, « Libye : le maréchal Haftar lâche l’accord de Skhirat et lorgne vers la présidence », francetvinfo.fr, 18/12/2017, <http://geopolis.francetvinfo.fr/libye-le-marechal-haftar-lache-l-accord-de-skhirat-et-lorgne-vers-la-presidence-172643>.

38 . Misrata’s mayor murdered in ambush by Libyan gunmen, middleeasteye.net, 18/12/2017, <http://www.middleeasteye.net/fr/news/misratas-mayor-ambushed-and-murdered-libyan-gunmen-1310552821>.

39 . Mathieu Galtier, « Après l’assassinat du maire de Misrata, les habitants craignent le pire », middleeasteye.net, 18/12/2017, <http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/apr-s-l-assassinat-du-maire-de-misrata-les-habitants-craignent-le-pire-597348909>.

40 . Mathieu Galtier, « Les kadhafistes, le retour en grâce des ennemis d’hier », middleeasteye.net, 9/10/2017, <http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/les-kadhafistes-le-retour-en-gr-ce-des-ennemis-d-hier-1215146457>.

41 . Nima Elbagir, Raja Razek, Alex Platt and Bryony Jones, « People for sale. Where lives are auctioned for $400”, cnn.com, 14/11/2017, <https://edition.cnn.com/2017/11/14/africa/libya-migrant-auctions/index.html>.

42 . L’OMI a identifié, début 2018, 704 142 migrants en Libye dont 90 % proviennent de pays africains, principalement du Niger, d’Egypte, du Tchad, du Soudan et du Ghana, IOM, Libya’s Migrant Report, Round 17. January-February 2018.

43 . Bureau du Procureur, Treizième rapport du Procureur de la Cour pénale internationale au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies en application de la résolution 1970 (2011), CPI, 8/5/2017.

44 . Amnesty International, op.cit.

45 . IOM, Migrations flows to Europe. 2017 Overview, <http://migration.iom.int/europe/>.

46 . Ibid.

47 . Le 25 juillet 2017, l’opération Sophia a été prolongée par le Conseil européen jusqu’au 31 décembre 2018.

48 . Le texte permet d’arraisonner, d’inspecter et de saisir les navires suspectés de participer au trafic d’êtres humains.

49 . Voir la Déclaration de Malte par les membres du Conseil européen concernant les aspects extérieurs des migrations : remédier à la situation le long de la route de la Méditerranée centrale, 3/2/2017, <http://www.consilium.europa.eu/fr/meetings/european-council/2017/02/03/>.

50 . Voir notre chronique de l’année 2008.

51 . Proposée par le président français, le 27 juillet, la création de hotspots installés au Tchad et au Niger pour examiner les demandes des candidats à l’asile a suscité l’opposition de Niamey et N’Djamena. Le sommet migratoire euro-africain du 28 août a abandonné cette proposition d’externalisation du contrôle migratoire et a adopté une « approche globale de la migration et de l’asile » prévoyant notamment des missions de protection de migrants sous le contrôle du HCR. Voir la déclaration conjointe publiée à l’issue du sommet : <http://www.elysee.fr/declarations/article/declaration-conjointe-relever-le-defi-de-la-migration-et-de-l-asile/>.

52 . « Italy’s Dodgy Deal on Migrants », The New York Times, 25 septembre 2017, <http://www.nytimes.com/2017/09/25/opinion/migrants-italy-europe.html?mwrsm=Faceb%3e.

53 . Cette « Chambre » regroupe des milices de Sabratah. Elles s’étaient coalisées afin de lutter contre l’organisation de l’Etat islamique qui avait fait de cette ville un lieu de transit et d’entraînement pour ses combattants étrangers. Le bombardement, le 19 février 2016, de cette localité par l’aviation américaine avait été suivi d’affrontements entre les milices locales et l’EI. La Chambre des opérations anti-Daech est réputée être proche du maréchal Haftar.

54 . Human Rights Watch, 2017, UE : Déléguer à la Libye la responsabilité des sauvetages en mer met des vies en danger, 19/6/2017, <https://www.hrw.org/fr/news/2017/06/19/ue-deleguer-la-libye-la-responsabilite-des-sauvetages-en-mer-met-des-vies-en-danger>.

55 . Géraud Bosman-Delzons « Migrants : le code de la discorde en Méditerranée », rfi.fr, 1/8/2017, <http://www.rfi.fr/europe/20170801-migrants-code-conduite-ong-mediterranee-sos-pro-activa-sea-watch-eye-italie>.

56 . AFP, « Secours aux migrants : la Libye interdit “tout navire étranger” près de ses côtes », 10/8/2017, <http://www.lepoint.fr/monde/secours-aux-migrants-la-libye-interdit-tout-navire-etranger-pres-de-ses-cotes-10-08-2017-2149300_24.php>.

57 . « L’ONU dénonce les “horreurs inimaginables” subies par les migrants en Libye », rfi.fr, 15/11/2017, <http://www.rfi.fr/afrique/20171115-libye-migrations-centre-detention-horreur-communique-onu>.

58 . Les expulsions de ressortissants étrangers sont communes en Libye. Selon le directeur de l’OIM, 13 600 migrants ont été déjà rapatriés en 2017. AFP, « Esclavage en Libye, le casse-tête du rapatriement des migrants », 1/12/2017, <http://www.lepoint.fr/monde/esclavage-en-libye-le-casse-tete-du-rapatriement-des-migrants-01-12-2017-2176504_24.php>.

59 . En dépit de l’annonce par Ansar al Sharia de sa dissolution, le 27 mai 2018.

60 . Voir le communiqué de la Maison Blanche, « Readout of President Donal J. Trump’s Meeting with Prime Minister Fayez Al-Sarraj of Libya », 1/12/2017, <https://www.whitehouse.gov/briefings-statements/readout-president-donald-j-trumps-meeting-prime-minister-fayez-al-sarraj-libya/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saïd Haddad, « Dialogues, ambiguïtés et impasses libyennes  », L’Année du Maghreb, 19 | 2018, 187-207.

Référence électronique

Saïd Haddad, « Dialogues, ambiguïtés et impasses libyennes  », L’Année du Maghreb [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/4273 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.4273

Haut de page

Auteur

Saïd Haddad

Maître de conférences aux Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan

Articles du même auteur

Haut de page