Navigation – Plan du site

AccueilInformationsCharte éthique de L’Année du Maghreb

Charte éthique de L’Année du Maghreb

Engagements de la revue

Textes de référence

La présente charte a pour objet de définir les règles de fonctionnement du processus éditorial des articles paraissant dans L’Année du Maghreb et de veiller à ce qu’elles soient en conformité avec la Charte européenne du chercheur ainsi qu’avec le Committee on Publication Ethics (COPE : https://publicationethics.org), concernant les principes éthiques fondamentaux de la recherche en Sciences humaines et sociales, la responsabilité individuelle des chercheur.e.s, la diffusion des recherches et l’emploi par la Rédaction de stagiaires ou de salarié.e.s.

À chaque étape du processus éditorial, il est possible de contacter :
- la direction de la revue :
Loïc Le Pape <Loic.Le-Pape@univ-paris1.fr>
ou Céline Lesourd celine.lesourd@cnrs.fr
- l’éditeur de la revue : cnrseditions@cnrseditions.fr

Rédaction, éditeur et partenaires : rôles respectifs et indépendance académique

L’Année du Maghreb est une revue scientifique semestrielle, éditée par CNRS Éditions (https://www.cnrseditions.fr/catalogue/revues/annee-du-maghreb-2021-1/) et mise en ligne sur le portail journals.openedition.org. Dans sa version numérique, elle met gratuitement et sans barrière mobile (programme Freemium openedition.org/14043) à disposition du public les acquis les plus récents de la recherche en sciences humaines et sociales, en sciences politiques et juridiques relative aux pays du Maghreb et aux diasporas qui en sont issues.

La Rédaction de L’Année du Maghreb est une association régie par la loi de 1901, hébergée par l’IREMAM. Elle a compétence sur tout ce qui concerne la politique éditoriale de la revue, son financement, les relations avec son éditeur et sa politique de diffusion. C'est elle qui assume la responsabilité scientifique du titre et sa représentation dans tous les actes de la vie civile.

Les articles peuvent répondre à un appel à contribution de la revue ou bien être présentés de façon spontanée afin d’être publiés dans les varia. Les chroniques politiques annuelles sont une commande faite à un.e auteur.e. spécialiste du pays, qui peut aussi solliciter d’autres auteur.e.s pour l’écriture d’un gros plan sur un point spécifique.

Responsabilité éditoriale

Les articles admis sont des articles scientifiques inédits, reposant sur l'analyse raisonnée d'un corpus. Tous les articles font l’objet d’une évaluation anonyme et contradictoire par des pair.e.s, sous la supervision d’un.e chargé.e de suivi au sein de la rédaction. Seuls entrent en compte dans l'appréciation la qualité de l'article, son originalité et son apport scientifique dans le domaine étudié, à l'exclusion de toute appréciation sur l'auteur.e, son parcours académique, ses appartenances ou ses opinions : l'article est toujours rendu anonyme dans le processus d'évaluation. La publication d'un article n’engage pas seulement leurs auteur.e.s, mais la rédaction dans son ensemble et, d’un point de vue juridique, le ou la président.e de la Rédaction de L’Année du Maghreb.

Régime de la preuve

Toute argumentation doit reposer sur des sources originales. Ces sources (écrites, orales, matérielles...) doivent être référencées et vérifiables.

Protection des personnes

Les auteur.e.s, comme la rédaction, devront veiller à ce que la publication d’une enquête ne puisse pas nuire aux personnes, à l’institution ou au groupe qui en est l’objet. Ils et elles respecteront notamment l’anonymat des enquêté.e.s ou leur feront signer, le cas échéant, une autorisation de citer leur nom dans les entretiens.

Conflits d'intérêt

Nous faisons en sorte que L’Année du Maghreb, supportée par CNRS Édition, soit libre de tous conflits d’intérêts. Les auteur.e.s soumettant un article doivent déclarer tout conflit d’intérêt potentiel qui pourrait interférer avec l’objectivité ou l’intégrité de la publication.

Les conflits d’intérêt sont les situations qui peuvent être perçues comme ayant une influence sur la présentation ou la publication d’un travail. Cela peut être financier, non-financier, professionnel, contractuel ou personnel.

Politique d'archivage

La revue conserve des archives de tout ce qu’elle publie ce qui garantit l’intégrité de chaque article et empêche toute modification ultérieure.
Elle conserve également des archives de toutes les évaluations.

Engagements des auteur.e.s

Originalité

Les auteur.e.s s’engagent à présenter à la rédaction de L’Année du Maghreb un article inédit issu d’une recherche originale.

Résumés et mots-clés

Les articles de L’Année du Maghreb peuvent être publiés en français, en anglais ou en arabe. La version originale est publiée dans le volume imprimé. Les traductions, à mesure qu’elles sont disponibles, sont adjointes à l’article publié en ligne. Par défaut, un résumé de chaque article est publié dans les trois langues. Il doit être communiqué par les auteur.e.s, en français et en anglais, avec cinq mots clés en même temps que la première version de leur article. Les auteur.e.s et la rédaction travailleront conjointement à veiller à ce qu’ils soient énoncés dans un langage clair et intelligible, accessible au plus grand nombre. La traduction des résumés dans les trois langues et leur vérification sont prises en charge par une « métarédaction » pilotée par l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO) pour un groupe de neuf revues. La recherche par mot clef devient possible dans les trois langues sur le portail openedition.

Propriété intellectuelle et plagiat

En publiant dans L’Année du Maghreb, les auteur.e.s autorisent la revue à reproduire et diffuser leur contribution sur les portails électroniques et supports numériques ayant conclu un accord avec CNRS Éditions. Les auteur.e.s conservent la propriété intellectuelle de leur texte et peuvent le rééditer ailleurs, sous réserve d’en informer la rédaction et de mentionner la référence à la première édition, ainsi que le lien vers la publication en ligne.

Les auteur.e.s s’engagent à bien distinguer, dans leurs productions, ce qui leur revient en propre de ce qu’ils ont emprunté à d’autres, en citant systématiquement les auteur.e.s et leurs sources, y compris pour leurs propres travaux.
La rédaction ne saurait être tenue pour responsable d’un plagiat qui n’aurait pas été décelé au cours du processus d’évaluation des articles et se retournera contre les auteur.e.s en cas de plainte. Un plagiat décelé au cours du processus d’évaluation ne permettra plus à son auteur.e de figurer parmi les auteur.e.s ni évaluateurs et évaluatrices de L’Année du Maghreb.

Les auteur.e.s doivent respecter le principe de la propriété conjointe des données en cas de recherche effectuée en collaboration avec d’autres chercheur.e.s. En cas d’article élaboré par plus de trois auteur.e.s, il conviendra de préciser le rôle respectif de chacun.e par une note initiale. L’ordre de présentation des auteur.e.s est par défaut l’ordre alphabétique français. Il pourra y être dérogé en cas de contribution plus importante d’un.e des auteur.e.s à la rédaction ou à la conception de l’article. En cas de litige sur ce point, le dernier mot revient au rédacteur ou rédactrice en chef du numéro.

Données de la recherche

Dans une logique de transparence et d’accès aux données associées à la recherche, nous attendons que les auteur.e.s puissent, le cas échéant, présenter leurs bases de données ou codages comme éléments de preuves de leurs conclusions, ainsi que les retranscriptions d’entretiens oraux.

Engagements des évaluateurs et évaluatrices

Contribution au processus éditorial

Les évaluateurs et évaluatrices sont chargé.e.s de la première lecture des textes et d'un premier avis sur eux.

Ils et elles sont chargé.e.s de se prononcer sur le caractère publiable ou non d'un article soumis à la rédaction de L'Année du Maghreb. Leur rôle est consultatif et ils et elles n'ont aucun pouvoir décisionnel. Ils et elles peuvent conditionner leur avis à des modifications formelles et des amendements de fond destinés à rendre l'article publiable.

Leur avis doit être justifié par un rapport de 200 à 400 mots envoyé à la rédaction. Parallèlement, elles et ils peuvent renvoyer à la rédaction le texte original avec des propositions de modifications et des annotations. Le rapport sur chaque article est envoyé sur deux formulaires distincts :
- un formulaire pour les articles relevant d'un dossier
- un formulaire pour les articles hors dossier (varia)

Pour les varias, les propositions de contribution sont d’abord évaluées et discutées  par le conseil de rédaction (CR). Si l’avis du CR est positif, le texte entre dans une procédure d’évaluation en double aveugle.

Garanties d'objectivité

Ils et elles sont nécessairement titulaires d’un doctorat.

Les évaluateurs et évaluatrices sont choisi.e.s à l’extérieur de la rédaction de la revue pour leur expertise dans le domaine traité par l’article.

Leur anonymat est garanti par la rédaction et ne peut être levé que sur leur autorisation expresse.

Respect des délais

Les évaluateurs et évaluatrices disposent d'un mois pour évaluer un article.

Confidentialité

Les évaluateurs et évaluatrices s’engagent à ne pas faire usage des textes qu’ils ont évalués avant leur publication ; et à ne pas en faire du tout usage s’ils ne sont pas publiés.

Engagements des coordinateurs et coordinatrices de dossier

Rôle et fonction des coordinateurs et coordinatrices de dossiers

Ils et elles assument la responsabilité d'une proposition scientifique, validée par le Conseil scientifique et mise en œuvre par la rédaction de la revue qui désigne un rédacteur ou une rédactrice en chef.

Collégialité des décisions

Les coordinateurs et coordinatrices de dossiers constituent une équipe de deux à quatre personnes, issue en général, mais pas exclusivement, de la rédaction.

Cette équipe rédige un appel à contribution discuté et validé en conseil de rédaction et diffusé via les différents réseaux académiques.

Cette équipe propose, dès la publication de l'appel à contribution, un visuel (photographie, peinture, dessin ou gravure…) destiné à illustrer la page de couverture du dossier.

Les coordinateurs et coordinatrices du dossier s'efforcent de susciter des propositions de contributions auprès de leur réseau de collègues. 

Responsabilités respectives de la revue et des éditeur.e.s scientifiques

Cette équipe participe, avec la rédaction, à la sélection des propositions de contributions (une quinzaine de propositions sont retenues). Ils et elles ont à cette étape un droit de veto : la rédaction ne peut pas leur imposer une contribution dont ils et elles ne voudraient pas. En retour, la rédaction dispose d’un droit de veto sur des propositions qui ne lui conviendraient pas.

Procédure d'arbitrage

L'équipe de coordination se partage la responsabilité du suivi de chacun des articles. Chacun des coordinateurs et coordinatrices peut ainsi conseiller les auteur.e.s dont il ou elle a la charge tout au long du processus d'évaluation.

Les coordinateurs et coordinatrices partagent avec le ou la chargé.e de suivi pour la rédaction la responsabilité de la qualité littéraire et scientifique des articles. Ils et elles sont plus spécifiquement chargé.e.s, après les évaluations et retour de la part des auteur.e.s, de la validation scientifique de l'article. 

Les coordinateurs et coordinatrices et les chargé.e.s de suivi décident ensemble de la publication d'un article. En cas de désaccord, ils et elles sollicitent l'arbitrage du rédacteur ou de la rédactrice en chef, qui peut élargir la consultation à l'ensemble de la rédaction.

Introduction au dossier

Au cours du processus d'évaluation et de sélection des articles, les coordinateurs et coordinatrices du dossier rédigent une introduction soumise à la rédaction en chef au moins 30 jours avant le bouclage du numéro.

Traduction et contribution financière

Les coordinateurs et coordinatrices du dossier assument le financement et la mise en œuvre de la traduction de leur dossier. Si leur dossier est le produit d’une recherche financée, ils peuvent être sollicités pour contribuer au fonctionnement de la Rédaction de l’Année du Maghreb.

Engagements des chargé.e.s de suivi d'un article

Rôle et fonction des chargé.e.s de suivi d’un article

Pour chaque dossier, sur la base du volontariat, chaque membre de la rédaction est responsable devant elle du suivi d'un article. Ces membres sont les interfaces entre les auteur.e.s, les évaluateurs et évaluatrices, la rédaction et l’équipe de coordination du numéro.

Critères de décision

Ils et elles disposent de consignes standardisées pour établir leur évaluation, et ce afin de faciliter la rigueur et l’équité dans la relecture des articles.

Communication avec les auteurs

Ils et elles informent les auteur.e.s de l'avis des deux évaluateurs ou évaluatrices.

En cas d'avis concordant et négatif des évaluations et des deux chargé.e.s de suivi, la décision peut être prise. Elle est alors notifiée à l'auteur.e par le rédacteur ou la rédactrice en chef.

Si la décision est positive ou conditionnée à la prise en compte des appréciations des évaluations par l'auteur.e, elle est notifiée par le ou la chargé.e de suivi à l'auteur.e de l'article, ainsi qu'au coordinateur ou coordinatrice du dossier en charge du même article que lui.

Le ou la chargé.e de suivi élabore alors une synthèse (ou une juxtaposition) des deux évaluations et précise à l'auteur.e les modifications attendues. Il ou elle doit s'assurer de l'absence de propos blessants dans les rapports d'évaluation et ne doit pas hésiter à réécrire des propos qu'il ou elle estime excessifs. Il ou elle peut aussi joindre à son courrier les textes annotés par les évaluateurs et évaluatrices après s'être assuré qu'ils étaient bien anonymes et qu'ils ne comportaient pas non plus de remarques blessantes. 

Evaluation du texte modifié

Le ou la chargé.e de suivi reçoit l'article modifié, et s'assure, avec l’équipe de coordination du dossier que les modifications demandées ont bien été prises en compte. 

Ensemble ils et elles valident la publication de l'article modifié. En cas de désaccord, il est sollicité l’avis du comité de rédaction.

En cas de refus de publication de l'article remanié, c'est le rédacteur ou la rédactrice en chef qui le notifie à l'auteur.e, au nom de la rédaction.

Mise en forme du texte définitif

Le ou la chargé.e de suivi est responsable de la qualité formelle de l'article dont il ou elle a la charge, en veillant notamment au respect des normes éditoriales de la revue et de l'orthographe.

Engagements du rédacteur et de la rédactrice en chef

Rôle et fonctions du rédacteur en chef

Membre de la rédaction, il ou elle est le ou la responsable scientifique d'un dossier du numéro.

Les varias et les chroniques annuelles de chaque numéro ont leur propre rédacteur ou rédactrice en chef.

Il ou elle valide la publication de l'appel à contribution, et plus généralement tout document qui doit apparaître sur le site ou être imprimé dans le numéro dont il ou elle a la responsabilité.

Il ou elle fixe le calendrier et veille au respect des échéances :

- Date limite de réception des propositions

- Date de la réunion de choix des propositions

- Date limite d'envoi des textes

- Date limite d'envoi des évaluations

- Date limite de retour des textes par les auteur.e.s après modifications

- Date limite de dépôt des textes validés par les chargé.e.s de suivi dans la Dropbox

Il ou elle relance les auteur.e.s, prend contact avec les évaluateurs et évaluatrices , les chargé.e.s de suivi ou les coordinateurs et coordinatrices de numéros pour chacune de ces échéances.

Il ou elle est préposé.e à l’annonce de toutes les décisions à chaque étape de la procédure d'évaluation, de la façon la plus individualisée possible : 

- Il ou elle notifie aux auteur.e.s l'acceptation de leur proposition. Il ou elle leur envoie les consignes aux auteurs.

- Il ou elle notifie les refus des propositions

- Acceptation/refus d'un article après évaluation (réponse nécessairement plus individualisée)

- Acceptation/refus d'un article après évaluation et après réécriture par l'auteur.e. 

Le ou la secrétaire d’édition

Elle ou il assume à la fois le processus de mise en page de la revue dans sa version imprimée et la mises en ligne des articles. À ce titre, elle ou il est l’interface entre les auteur.e.s et CNRS Éditions et entre les auteur.e.s et la plateforme journals.openedition.org.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search