Navigation – Plan du site
L'inévitable prison

L’inévitable prison. Éléments introductifs à une étude du système carcéral en Algérie de la conquête coloniale à la gestion de son héritage aujourd’hui

Marc André et Susan Slyomovics
p. 9-31

Texte intégral

1Les Algériens détenus dans les prisons françaises durant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) ont, à travers leurs luttes pour l’obtention d’un statut politique, donné des idées, fait naître des héritiers. Ils ont permis à bien des détenus de prendre conscience que seul un mouvement politique actif et coordonné dans et hors les murs pouvait apporter des modifications significatives au régime carcéral. C’est ainsi que la gauche prolétarienne a créé, fin 1960-début 1970, une cellule de soutien pour ses militants prisonniers « à l’image de ce qui avait eu lieu pendant la guerre d’Algérie lorsque les détenus algériens avaient résisté au sein des prisons et exigé un statut politique » (Zitouni, p. 280). En déclenchant ce mouvement qui se cristallise avec la création du Groupe d’information sur les prisons (GIP) en 1971, ils ont également contribué à la naissance d’un nouveau paradigme intellectuel. En effet, ces mobilisations de détenus des années 1950 ont entraîné dans la pensée de Michel Foucault au début des années 1970 une « bifurcation » (Zitouni, 2007, p. 277). Parmi les multiples facteurs qui ont joué dans l’évolution de sa réflexion sur la prison, le philosophe met au jour cette inspiration – pour ne pas dire cette origine : « tout d’abord, la présence d’un grand nombre de détenus algériens, pendant la guerre d’Algérie. Ils étaient des milliers et se sont battus pour faire reconnaître leur statut de politiques ; par le moyen de la résistance passive, du refus d’obéissance, ils sont parvenus à montrer qu’il était possible de contraindre la direction des prisons à reculer. C’était déjà quelque chose de très important » (Foucault, 1973, p. 1294). Si la plupart des travaux sur les prisons démarrent en citant la « bifurcation » prise par les historiens concernés par les études carcérales depuis le livre majeur de Michel Foucault, Surveiller et Punir, moins nombreux sont ceux qui en analysent la généalogie. Le rôle joué par les Algériens dans les luttes pour l’amélioration du sort des détenus, leur influence dans la mise en place de réformes carcérales et, in fine, leur apport dans la naissance d’une des pensées les plus stimulantes sur la prison, n’est pas la moindre des surprises lorsqu’on ouvre le dossier de leur emprisonnement depuis la conquête coloniale jusqu’à aujourd’hui. D’autant que Michel Foucault n’en a, ensuite, plus reparlé : Surveiller et Punir était avant tout une analyse du système punitif occidental (Foucault, 1975).

  • 1 . Jeune Afrique, 19 mars 2018, « Tunisie : quand Michel Foucault vivait le “Mai 68” tunisien… en ma (...)

2Loin de nous l’idée de vouloir ramener Michel Foucault en Afrique, bien que ce soit là, en Tunisie, qu’il ait agi en premier lieu pour les détenus politiques : en mars 1968, d’abord, en encourageant les enseignants français à protester contre les arrestations d’étudiants tunisiens, en 1971, ensuite, en plaidant à l’occasion d’une conférence « la cause des prisonniers politiques auprès de différents ministres »1. Il y a vingt ans déjà, Florence Bernault publiait deux sommes collectives sur les prisons et l’enfermement dans ce continent, l’Afrique étant entendue ici dans sa partie sub-saharienne uniquement (Bernault, Boilley, Thioub, 1999, p. 7-15 ; et Bernault, 1999). Partant du constat de l’intense activité éditoriale autour de la prison depuis le livre de Foucault et du maintien de ces études dans le pré-carré occidental, ces deux publications apportaient des conclusions neuves. Elles mettaient en évidence « l’invasion du modèle de la prison pénale dans les colonies » (Bernault, 1999, p. 13) avec, certes, une apparente similitude entre les prisons en Europe et en Afrique, mais aussi, plus important, des différences profondes. Ainsi, pour Florence Bernault, ces prisons ont été imposées par un État colonial brutal à des sociétés qui, globalement, ignoraient ce mode de punition ; elles ne sont pas nées d’un mouvement croisé mêlant penseurs, politiques et société civile comme elles n’ont pas généré d’idéologie spécifique sur l’incarcération dans les milieux coloniaux ; elles ne servaient pas à réformer les hommes massivement emprisonnés qui subissaient des pratiques tout à la fois neuves (enfermement) et archaïques (châtiments corporels) ; elles n’ont pas entraîné dans leur sillage la mise en place d’un arsenal carcéral complet (asiles, centres de rééducations pour jeunes délinquants, etc.) ; elles ont eu un rôle important dans la mise en valeur économique des colonies ; elles ont été réappropriées par les États indépendants dans une logique de répression des opposants politiques. Ce faisant, Florence Bernault, avec son équipe, permettait, « sous les tropiques, [de] défaire un peu Foucault » (Bernault, 1999, p. 63), comme d’autres l’ont fait après elle (Zinoman, 2001, Anderson, 2018).

3En proposant à la réflexion un dossier de L’Année du Maghreb sur les terrains algériens de l’incarcération, de la conquête coloniale à aujourd’hui et avec quelques éléments de comparaison tunisienne, notre démarche est proche – il s’agit d’aller voir ailleurs, de partir du terrain et de recourir à une entreprise collective –, et différente, car l’Algérie est un cas particulier. En effet, cette colonie ressemble et se distingue tout à la fois de la métropole et des autres colonies. Pour paraphraser le philosophe Vladimir Jankélévitch, il est possible de dire que l’étonnement vient de ce « presque rien » qui rend cet objet d’étude si proche, si différent et, alors, si singulier. Parmi les éléments qui rapprochent la colonie algérienne des autres colonies africaines, il y a, avant tout, l’Afrique : une chanson populaire d’Aristide Bruant de la fin du XIXe siècle ne dit-elle pas, à propos du dispositif carcéral installé outre-méditerranée, « Biribi, c’est en Afrique », l’Afrique désignant, là, l’Afrique du Nord exclusivement (Kalifa, 2009, p. 113) ? Et la prison a été, comme dans les autres colonies africaines, massivement importée en Algérie. Bien d’autres éléments en font un cas d’étude particulier et permettent quelques hypothèses initiales. D’abord, l’Algérie a été transformée en trois départements français et le système colonial a dû être davantage calqué, au moins en théorie, sur la métropole. Ensuite, l’Algérie a été une colonie de peuplement, si bien que la prison a dû répondre au double objectif d’enfermer des « indigènes » et des « colons », ainsi que des « métropolitains ». Par ailleurs, la colonisation a été à la fois plus précoce qu’ailleurs et de plus longue durée, et a dû permettre au système, non seulement de s’installer plus complètement et plus durablement qu’ailleurs dans l’Empire, mais aussi de perdurer bien après l’indépendance. Enfin, fait significatif dans l’histoire des prisons, l’Algérie a été l’objet de deux conflits, liés à la longue conquête (1830-1871) puis à la lente décolonisation (1954-1962) avec, dans cet entre-deux-guerres algérien, de multiples insurrections et contestations de l’ordre colonial. Dès lors, le dispositif répressif plonge ses racines dans la guerre de conquête, dans la « pacification » ou, pour le dire en un mot, dans la violence (McDougall, 2005).

4Devant l’immense étendue chronologique (132 ans de colonialisme et 60 ans d’indépendance) et l’infinie variété des prisons en Algérie et en France (où les Algériens furent aussi, durant toute la période, également massivement emprisonnés) seul un projet collectif pouvait donner la mesure du phénomène et le déplacer de la périphérie (la prison est bien évoquée en passant, dans de nombreux ouvrages sur la répression, la guerre, la violence coloniale) au centre (la prison devenant un objet d’études à part entière). Il a fallu attendre le début du XXIe siècle pour voir se multiplier, dans le sillage de quelques travaux pionniers (Bendana, 1977, Yacono, 1973), des ouvrages qui, s’intéressant aux bagnes ou aux camps, parlaient également des prisons (Kalifa, 2009, Thénault, 2012). Désormais, comme l’indique ce volume de L’Année du Maghreb, bien des chercheurs sont impliqués dans des recherches académiques spécifiques sur les prisons en Algérie ou sur les Algériens emprisonnés en France. Ce passage d’une prison évoquée en pointillés dans de nombreuses recherches à un objet d’étude à part entière pointe le rapport ambigu que l’on a, généralement, avec la prison : celui d’un impensé, d’une part, tant il s’agit d’une part d’ombre des sociétés, coloniales ou autres, celui d’une évidence, de l’autre, tant la prison est partout.

  • 2 . Michelle Perrot l’avait déjà senti en intitulant une étude collective sur le XIXe siècle français (...)

5Pour qualifier une réalité polymorphe autant choisir un titre polysémique2. Inévitable prison. Inévitable, la prison le fût pour les Algériens. Au cœur d’un système carcéral de plus en plus ramifié au fil de la colonisation, nombreux sont ceux qui ont eu à connaître l’enfermement. On peut sans risque évaluer à 80 % le nombre de migrants algériens présents dans l’agglomération lyonnaise à avoir connu ne serait-ce qu’une nuit (après une rafle par exemple) la prison à Lyon pendant la guerre d’Algérie (André, 2018), et affirmer que toutes les familles en Algérie ont été concernées par l’emprisonnement pendant cette même guerre. Cela s’explique tant par la violence de cette guerre que par une colonisation longue de plus d’un siècle. Ensuite, de nombreux opposants politiques dans l’Algérie indépendante, comme de nombreux Algériens ou franco-algériens issus des classes populaires dans la France de l’après 1962, ont été confrontés à la prison. Inévitable, la prison l’est aussi pour les historiens du fait colonial ou de l’immigration algérienne en France. Elle est partout, dans les villes, dans les campagnes, sous des formes aussi diverses qu’il est de formes architecturales (une prison, certes, mais aussi une ferme aménagée pour l’occasion, une cellule de commissariat, etc.). Inévitable, la prison l’est dans les sources : que l’on parcourt la littérature, que l’on ouvre les codes juridiques, que l’on interroge des témoins, que l’on observe les œuvres d’art, que l’on fouille les archives administratives, judiciaires ou policières, que l’on parte à la rencontre des journalistes et enquêteurs, partout il y a une prison.

6Pour prendre à bras le corps cette réalité, lui donner du sens – s’il peut y avoir un sens à cela –, le parti pris de ce projet collectif était de partir du terrain, de plonger dans les sources, de remonter à la source, soit en examinant un édifice particulier, soit en suivant la trajectoire d’un ou de quelques détenus. La première idée était de saisir le dispositif par le bas, et non d’en proposer une lecture par le haut. La seconde était de se concentrer sur les périodes de tensions politiques (guerre de conquête, guerre de décolonisation, décennie noire). Alors, la prison, ce bâtiment solide, ancré dans le sol, bouge, fourmille, vacille. Il n’y a pas plus mobile qu’une prison tant elle est traversée de flux continus, tant elle se transforme dans le temps, s’aménage, se pétrifie, se délite, ou même, devient musée.

De la prison à l’infra-prison. Un paysage carcéral saturé

  • 3 . Ces trois prisons sont celle du Mizwar, la maison du Shayk Al Balad, et celle de l’agha des janis (...)

7Avec une majorité d’édifices construits à l’époque coloniale maintenus en usage dans l’Algérie indépendante, comme ailleurs au Maghreb, il semble que la prison reste le plus durable des produits (matériels et architecturaux) d’exportation de la France. En 1830, quand les Français débarquent à Alger, le territoire n’est pas totalement vide de prisons, puisque la ville en compte trois3, mais, dans l’empire ottoman comme dans la France d’Ancien Régime, elles sont davantage des lieux de sûreté que des lieux de peine (Petit, 1990, p. 19). La conquête impulse une extension décisive du domaine carcéral en Algérie tant la pratique punitive, aboutissement de procédures judiciaires ou extra-judiciaires, est constitutive de la formation coloniale (Stoler, 2016). Non seulement elle accompagne les militaires en mal de discipline et les « indigènes » révoltés, mais elle canalise ensuite les migrants européens en rupture de ban et des Algériens toujours « suspects ». La peine s’impose dans le paysage comme elle se niche dans les interstices des lieux du pouvoir colonial. À chacun sa prison, plus ou moins visible, plus ou moins redoutable.

  • 4 . Sur la violence de la guerre de conquête, comparée à celle de la guerre d’indépendance, voir Frém (...)

8Produit d’export, la prison suit l’armée en campagne et facilite l’appropriation militaire de l’Algérie. Dans la mesure où tous les ennemis tombés aux mains des Français, quand ils ne furent pas tout simplement tués4, étaient considérés comme des captifs ou des otages, des dépôts ont été aménagés pour eux sur le littoral (Mers-el-Kébir, Alger) sans qu’ils ne soient transformés en prisons : faute d’une solution à long terme, la majorité de ces détenus étaient relâchés en fonction de l’avancée de la conquête et des soumissions (Thénault, 2012, p. 128-131). Ainsi, lors de la prise de la Smala d’Abd-el-Kader le 16 mai 1843, et à un moment où près de 10 000 Algériens sont prisonniers, la majorité (près de 3 200) est installée « aux environs de la Maison Carrée » avant d’être libérée (Yacono, 1973, p. 418).

9À la timide prison succède l’intimidant pénitencier. En effet, la conquête militaire est également à l’origine d’un ensemble d’établissements qui incarcèrent les soldats français condamnés par des conseils de guerre (Kalifa, 2009, p. 10). Toujours plus au sud, toujours plus variées, les prisons essaiment cette fois le territoire algérien avec, d’un côté, les prisons militaires et, de l’autre, des pénitenciers qui noircissent la cartographie pénale de l’Algérie, tout en constituant véritablement « Biribi », terre de bagnes militaires (Kalifa, 2009, p. 100). Dès lors, dans cette édification à long terme d’un réseau carcéral en Algérie à destination des militaires français, les expérimentations éphémères sont aussi intéressantes à étudier que les réalisations durables. C’est ainsi que Nadia Biskri montre, dans ce volume, l’originalité d’un établissement des fers installé dans un camp militaire à Douéra d’abord (1855), dans la forteresse de Bône ensuite (1856-1858), au carrefour du militaire et du civil, quand l’Algérie bascule de la terre conquise à la terre acquise. À la fin du siècle, les principales villes algériennes disposent de leur prison militaire (deux à Alger, une à Oran comme à Constantine, Bône, Philippeville, Blida, Birkadel, Milianah, Tlemcen, Mostaganem, Bougie), de quelques pénitenciers (Douéra, Bossuet, Aïn-Beïda), et, toujours, de nombreux dépôts.

  • 5 . L’expression est employée par Florence Bernault mais dans le sens de carcéral « personnalisé, arb (...)
  • 6 . C’est en 1876 que la superficie des territoires sous administration civile s’équilibre avec celle (...)

10Ce carcéral de guerre ou de conquête, entendu ici comme lié à l’effort de conquête5, est suivi, très tôt, d’une conquête carcérale de l’espace puisque le passage d’une administration militaire à une administration civile facilite l’entrée de l’Algérie dans le monde de la prison pénale6. Celle-ci accompagne la lente et impossible « pacification ». Après quelques installations provisoires durant la première décennie de la conquête, dans des maisons temporaires ou des maisons maures réquisitionnées, le quadrillage carcéral se généralise, se densifie et se hiérarchise (Biskri, 2018, p. 270-271). De nouvelles prisons civiles sont aménagées dans les chefs-lieux de juridiction (six en 1847, huit en 1856, etc.) mais aussi dans chaque nouvelle commune où sont aménagées des geôles municipales. Ainsi, en 1899, l’Algérie compte trois maisons centrales, un dépôt de forçats et de reléguables, 16 prisons départementales, 44 prisons annexes d’arrondissement, 17 prisons annexes auxiliaires et une colonie de jeunes détenus (Biskri, 2018, p. 273). Et le nombre de détenus augmente. Par exemple, l’ancienne prison militaire ottomane Serkaji, aménagée en prison civile d’Alger (Barberousse), incarcère 119 détenus en 1841, 193 en 1847, et jusqu’à 1 000 en 1898 pour une capacité théorique de 250 places (Biskri, 2018, p. 273-274).

  • 7 . Le Code dit de l’Indigénat regroupe les décrets de 1874 et 1881 qui définissent des « infractions (...)

11Ces prisons pénales, si proches des établissements métropolitains, se doublent enfin de lieux d’enfermement spécifiques à la situation coloniale. En effet, des pénitenciers « indigènes » sont construits dans les trois circonscriptions pénitentiaires (celui d’Aïn el-Bey créé dans le Constantinois en 1855, celui de Boukhanefis édifié en Oranie en 1857 et celui de Tadmit bâti dans l’Algérois en 1885) pour recevoir des Algériens punis par les services de police en zone urbaine ou les chefs de communes (maires et administrateurs) en zone rurale, selon les termes du « code de l’indigénat »7. Ainsi, cet usage de l’internement administratif dans le temps long colonial définit un véritable « Biribi des indigènes » au sein duquel les « suspects » passent d’une geôle de bordj à une prison civile pour terminer dans un pénitencier (Thénault, 2012, p. 17, 36). Ce « réseau coercitif » (Sherman, 2009, Thénault, 2012, p. 44, Stoler, 2018) de plus en plus complexe et complet assujettit durablement la population algérienne et favorise la constitution de ce qu’un dictionnaire de la fin du XIXe a qualifié de « prison agrandie » (Thénault, 2012, p. 13).

12Édifice après édifice, l’Algérie se couvre d’infrastructures punitives. Il est d’usage de dire que le « grand renfermement », au sens foucaldien de constitution d’un dispositif complet des architectures et des institutions du carcéral, n’a pas pris de l’autre côté de la méditerranée, en Afrique subsaharienne (Bernault, 1999, p. 39, Konaté 2018) comme en Algérie (Thénault, 2012, p. 91). Néanmoins, un regard porté sur la fin de la période coloniale nuance quelque peu cette idée. D’une part, durant la guerre d’indépendance algérienne, le réseau carcéral montre des formes de détention extrêmement diverses : aux prisons officielles (où sont détenus des prévenus et des condamnés), s’ajoutent les camps militaires, prisons-camps, caves de commissariat, cuves ou chais de vignoble, fermes, villas, écoles, hangars, casernes désaffectées, anciennes colonies de vacances (comme le centre d’hébergement de Lodi), cliniques, hôpitaux, et d’autres édifices encore qui peuvent tous être transformés en lieu de détention (Branche, 2016, Mauss-Copeaux, 2017). Les prisons deviennent des nœuds dans ce réseau carcéral élargi et quelques-unes n’émergent que lors d’une patiente enquête orale, comme le montre celle menée par Khédidja Adel sur la prison des femmes de Tifelfel présentée dans notre volume. Plus largement, Benjamin Brower, dans l’article publié ici, discute non seulement des camps de regroupements dans lesquels près de 2,4 millions d’Algériens (principalement des agriculteurs ou des bergers qui n’ont jamais été accusés d’aucun crime) étaient consignés dans des espaces limités et surveillés par l’armée (Sections administratives spécialisées, SAS), mais il compare aussi cette catégorie de population algérienne regroupée aux 1,1 millions d’Algériens forcés de fuir dans des bidonvilles qui finissent par devenir des zones de « non droit absolu ». Dès lors, si l’on ajoute aux prisons ces camps de regroupements et leurs multiples dispositifs de « violence discrète » (Henni, 2017), ainsi que les frontières de l’Algérie électrifiées, on se demande si l’Algérie n’est pas devenue une prison à ciel ouvert. Comme le dit Raphaëlle Branche, durant la guerre, « la France jouait avec les grands nombres : elle détenait massivement dans ses camps ; elle déplaçait des villages entiers » (Branche, 2014, p. 30). La prison se comprend inévitablement dans un dispositif d’enfermement plus vaste.

13D’autre part, et ce volume le montre utilement grâce à l’étude de Paul Marquis, les hôpitaux psychiatriques existent en Algérie et sont transformés à l’occasion en annexes des prisons. Celles-ci sont alors des étapes dans des trajectoires carcérales complexes auxquelles on pourrait également ajouter les casernes et les centres de rééducation pour jeunes. Ainsi, l’« état d’exception » établi par la France en Algérie au XIXe siècle, renforcé par l’« état d’urgence » déclenché pendant la guerre d’Algérie en avril 1955, favorise un contrôle capillaire du territoire algérien (Heymann, 1972), ainsi qu’un contrôle biopolitique de ses occupants (Foucault, 2004).

14C’est donc à un emprisonnement tout à la fois massif et protéiforme que l’Algérie a été, progressivement, soumise. Non seulement les infrastructures punitives ont fini par saturer l’espace, mais elles ont incarcéré un nombre colossal d’Algériens, que ce soit par d’infinies petites peines durant la période coloniale comme ailleurs en Afrique (Bernault, 1999, p. 26) ou par un enfermement structurel durant la guerre d’indépendance. Cela est vrai en Algérie où Barberousse est constamment surpeuplée puisqu’elle regroupe 2 400 détenus en 1957 (Alcaraz, 2017, p. 86), mais aussi dans l’extension coloniale qu’est devenue la métropole : Fanny Layani reprend bien ici, pour Fresnes, l’idée d’une « prison algérienne ». Dès lors, peut-on, à l’instar des travaux pionniers de l’anthropologue Patrick Wolfe, dégager un lien entre colonie de peuplement algérienne, culture carcérale de l’État colonial et logique d’élimination indigène ? Selon son analyse du cas nord-américain, l’inévitabilité de l’enfermement est inextricablement liée à une colonisation de peuplement qui structure totalement la vie des indigènes. Ce processus est centré sur la question de l’accès au territoire. Définis par le lieu où ils sont (« where they are »), les peuples indigènes sont des obstacles au développement de cette colonisation de peuplement et sont l’objet de méthodes d’élimination incluant l’enfermement (Wolfe, 2006, p. 387). C’est ce que Lytle Hernández affirme dans une formule synthétique : « L’incarcération de masse est une élimination de masse » (Lytle Hernández, 2017). Sans oublier que l’Algérie est une colonie de peuplement qui a échoué, il semble que la logique soit palpable sans avoir pu être pleinement réalisée. D’une part, l’analyse de Benjamin Brower confirme la thèse de Patrick Wolfe selon laquelle les colonies de peuplement, via les camps de regroupement, dépossèdent les indigènes de leurs terres. De l’autre, les études sur la guerre d’indépendance révèlent l’ampleur du phénomène.

15Par ailleurs, pour Giorgio Agamben, qui considère que le camp n’est pas simplement un paradigme de la modernité occidentale, la logique carcérale est ancrée dans l’entreprise coloniale. Se référant à des exemples antérieurs (les camps espagnols à Cuba en 1896, ceux d’Afrique du Sud en 1899), Agamben conclue que ce qui compte dans tous ces cas, c’est « l’extension à une population civile entière d’un état d’exception lié à une guerre coloniale » (Agamben, 2000, Slyomovics, 2018). En Algérie, la guerre de décolonisation pousse la double logique carcérale et coloniale à son comble. La population entière est ciblée. Les camps et les prisons deviennent les lieux emblématiques du colonialisme français défini par Benjamin Bratton comme « an expulsion by enclosure of the Other from the normal performance of law » [une exclusion, par enfermement de l’Autre, de l’application normale de la loi] (Bratton, 2006, p. 19). Si les prisons ont pu se nicher dans des lieux extra-légaux, c’est peut-être que les prisons elles-mêmes servaient à autre chose dans la colonie algérienne qu’à protéger la société, punir un coupable et lui permettre de s’amender.

Prison sur mesure, prison de la démesure. Un espace carcéral au cœur des enjeux politiques

16Impossible de dessiner une carte répartissant l’ensemble des prisons en Algérie à l’époque coloniale, tant il est de bâtiments à éclipses, tant il est d’édifices non homologués. Cette impossibilité révèle une prison sur mesure, ciblant particulièrement les intolérables algériens ou les indésirables français, mais aussi une prison de la démesure, au sens où la réalité carcérale échappe complètement aux objectifs initialement annoncés lors de la « naissance » de la prison. Ce que Partha Chatterjee appelle « la règle de la différence coloniale » (Chatterjee, 1993, 2006), à savoir l’exclusion des colonies de toutes les réformes et avancées de la métropole, trouve dans la prison son application parfaite. Dans sa colonie algérienne, comme ailleurs au Maghreb, la France a reconfiguré et augmenté le niveau d’incarcération pour mettre la prison au service de l’empire. En ce sens, plutôt que d’opposer prison de droit commun et prison politique, comme c’est le cas progressivement en métropole (Vimont, 1993), il est préférable de dire, d’emblée, que dans l’Algérie coloniale la prison est, intrinsèquement, politique.

  • 8 . À partir de Michel Foucault, Michelle Perrot se demande : « Le prétendu échec ne fait-il pas part (...)
  • 9 . Nadia Biskri cite le général Simon Bernard (ministre de la Guerre) en janvier 1839, qui affirme q (...)

17Bien que le panoptique de Bentham ou le système d’encellulement individuel venu de Philadelphie ou de l’Europe du Nord vers la France, qui avaient pour objectif avoué de transformer le détenu en homme vertueux, n’aient pas fonctionné à merveille en France (Petit, 1990, Perrot, 1980, 1984), ils ont au minimum servi de terreau à une réflexion sur la surveillance et l’amendement des détenus. A contrario, il apparaît que l’importation de la prison en Algérie n’a jamais tendu à réhabiliter les détenus. Cela est vrai, d’abord, pour les Algériens. Construite sur un substrat idéologique essentialiste et recouverte d’une toile de représentations dépréciatives – les « Arabes » sont considérés comme dangereux, suspects, déviants, incompréhensibles et criminels (Lorcin, 2005) – la prison devient un complément au dispositif de contrôle colonial. L’impossible réforme du détenu algérien va de paire avec l’impossible réforme de la prison et l’hypothèse de Michel Foucault d’une prison viciée à l’origine, portant en son sein son échec, semble particulièrement adaptée au contexte algérien8. En effet, les premières conclusions sur la prison pénale en Algérie au XIXe siècle montrent que si le projet d’amendement est demandé dans les premiers temps de la conquête et répété par la suite9, c’est pour mieux ne pas en tenir compte. La prison reste un instrument de punition au service de l’hégémonie coloniale. Parmi les raisons avancées pour expliquer l’absence de réformes, on relève le défaut de volonté politique, l’insuffisance du budget mais aussi des présupposés racistes : les conditions calamiteuses d’hébergement dans les prisons resteraient meilleures que les conditions de logement dans les gourbis algériens (Biskri, 2018, p. 277). Ce « topique de la captivité heureuse », pour reprendre une expression forgée dans un autre contexte par Didier Fassin, « justifie la sévérité », « neutralise la sensibilité » (Fassin, p. 290-292), et donc, ici, favorise une domination coloniale tranquille. De même, les pénitenciers indigènes ne servent guère un objectif d’amendement « puisque les colonisés étaient perçus comme irréductibles » (Thénault, 2012, p. 91). Dans le cas des disciplinaires français envoyés en terre nord-africaine, toute l’histoire de Biribi semble pouvoir être synthétisée avec « d’un côté le désir de réformer et de moraliser le régime des pénitenciers ; de l’autre le souci d’une répression énergique et l’esprit de corps qui perpétuent des pratiques indignes » (Kalifa, 2009, p. 53). Si bien que c’est la terre algérienne elle-même qui semble propice à l’absence de réforme et à la propension à la punition.

  • 10 . C’est particulièrement vrai dans le cas des prisons départementales. Dans le cas des centrales da (...)

18À l’écart des efforts d’humanisation des prisons portés par les philanthropes en France, des pratiques d’exceptions collent à la terre coloniale. Dans la France du XIXe siècle, des programmes de sanctions éducatives avaient transformé la prison en lieu de travail, après que les « travaux forcés » aient remplacé eux-mêmes « l’utilisation de la torture ou des châtiments corporels » (O’Brien, 1982, p. 152-153). Alors, dans les prisons départementales françaises comme dans les centrales, l’industrie doit certes impliquer un certain profit pour l’entrepreneur, mais doit aussi favoriser un travail – c’est l’idée – rédempteur10. Or, en Algérie, comme dans les autres colonies africaines, la volonté d’édifier une France impériale prospère favorise l’essor de manufactures carcérales vouées à la colonisation. Les détenus ont été mis au travail non seulement dans le secteur public, mais aussi à l’intérieur de la prison ou à destination d’entreprises privées et de particuliers, toujours dans des espaces ségrégés racialement et au profit du colonisateur. Ici, les détenus de la prison civile d’Alger sont « employés à des travaux de démolition d’une partie de l’ancien rempart afin d’ouvrir une voie de communication du boulevard Valée à la rue de la Casbah » (Biskri, 2018, p. 275), là, dans le pénitencier indigène de Tadmit, les détenus travaillent du lever au coucher du soleil à des travaux d’élevage ou de plantations (Thénault, 2012, p. 79). Là encore, les détenus « indigènes » emprisonnés dans un pénitencier pilote près d’Orléansville sont employés « sans décision officielle à des travaux d’aide à la colonisation consistant en défrichement de terrains, semis et plantations d’arbres » (Thénault, 2012, p. 167). Et les disciplinaires français ne sont pas à l’écart : ils servent tant à aménager les ports d’Alger et d’Oran, consolider les fortifications, créer des routes et des chemins de fers que le gouvernement algérien réclame de temps à autres davantage de détenus dès les premiers temps de la conquête (Kalifa, 2009, p. 115). Aménagées à l’économie, les prisons algériennes, quelles qu’elles soient, servent l’économie coloniale.

19D’autres mesures, ou d’absence de mesures, manifestent de manière criante la différence entre les prisons métropolitaines, les prisons algériennes et les prisons africaines. Alors que dans les premières la cause du délit (politique ou droit commun), la mesure judiciaire (prévenus, condamnés), le sexe et l’âge suscitent de multiples cloisonnements (parfois simplement théoriques) au sein des établissements pénitentiaires, et alors que dans les troisièmes peu d’Européens étaient détenus, dans les prisons algériennes, la séparation est d’abord raciale. Les détenus indigènes ne sont jamais mélangés aux détenus européens, manifestant une ligne de couleur coloniale nette au sein des prisons. À Barberousse, première prison cellulaire d’Algérie, les Algériens sont détenus dans des dortoirs collectifs et les Européens dans des cellules individuelles (Alcaraz, 2017, p. 85). Par ailleurs, dans les établissements de Biribi, des soldats indigènes servent de gardes aux détenus européens, amplifiant le racisme ambiant (Kalifa, 2009, p. 224). Cette ségrégation raciale repose sur une violence juridique qui distingue les Algériens puisqu’il existe des délits spécifiquement « indigènes » (contravention aux règles du pèlerinage par exemple) ou des délits liés à la présence française (comme les propos hostiles à la France), qui les conduisent en prison « sans aucune forme d’instruction, de défense ni de procès » (Thénault, 2012, p. 10 et 25). Une « incarcération de proximité », en Algérie, pallie l’insuffisance de la France à gouverner localement (Thénault, 2012, p. 42, 91). Et dans ces prisons, la surpopulation, le manque d’hygiène, les maladies et la mort deviennent une règle partagée par les détenus. Pendant la guerre d’Algérie encore, le camp de Lodi près de Médea, appelé « centre d’hébergement », sera érigé pour les Français d’Algérie seulement, à la fois colons européens et Juifs algériens, engagés dans la résistance et les mouvements d’indépendance (Funès, 2012).

20Les Algériens sont suspects. Tous. Il n’est alors peut-être pas d’acte plus politique que celui qui vise à dépolitiser leurs résistances, leurs actes d’insoumission et, par conséquent, leur détention. Certes, les résistants à la guerre de conquête sont qualifiés de « prisonniers de guerre » ou de prisonniers ayant « vraiment un caractère politique », mais Sylvie Thénault rappelle qu’« à une époque où l’élaboration d’un statut de prisonnier de guerre [comme celui de détenu politique] n’était même pas entamée, le recours à cette catégorie pour désigner les Algériens à interner en France semblait dénué d’enjeu » : il s’agit là, tout au plus, de « controverses budgétaires » (Thénault, 2012b). Dès lors, si des chefs sont déportés et considérés comme otages – on y reviendra – de nombreux résistants à l’ordre colonial sont traités, en Algérie, comme des criminels de droit commun. De fait, à partir de 1871 et de la dernière grosse insurrection pilotée par El Mokrani (une « véritable guerre » pour Fanny Colonna (2015, p. 66)), des « bandes » nées des conséquences de la colonisation – punitions collectives appliquées à des villages entiers, expropriations de terres au profits d’européens, « contributions de guerre » frappant les villages entiers (Ouatmani, 2014, Plarier, 2017, 2019) – et secouant la Kabylie, ont été fortement dépolitisées et qualifiées de bandes de « hors-la-loi ». On le remarque parfaitement avec l’arrestation et la détention du plus célèbre des bandits dit d’honneur, Arezki el-Bachir (né présumé en 1859 et mort en 1895). Arrêté pour des actions commises contre l’occupation française entre 1887 et 1893, il fût conduit enchaîné (mains et pieds) à travers la Kabylie, avant d’être exposé dans son village natal (Azazga), et visité comme une bête de foire à la maison d’arrêt de Tizi-Ouzou, ce qu’illustre une photographie jusqu’ici inédite et confiée par le Père Christian Delorme pour la réalisation de ce dossier (fig. 1). Après avoir évoqué les dures conditions de ces détenus, à la maison d’arrêt de Tizi Ouzou pour Arezki ou à la prison de Barberousse à Alger pour ses compagnons, un journaliste de l’époque précise qu’« Arezki, en effet, était devenu une curiosité, le great attraction du monde officiel et des touristes. Le gouverneur, les magistrats, les sénateurs, les députés se payaient la tête d’Arezki El-Bachir, voiturant leurs invités, amies et connaissances, jusqu’au fort Barberousse, où était calfeutrée [s]a bande (…) » (Violard, 1895, p. 154). Ces insurgés ont été constamment confondus avec des hors-la-loi, des bandits, faisant l’objet de procès dépolitisés. Bien des exemples pourraient être cités, durant la Première Guerre mondiale encore, durant laquelle de nombreuses insurrections ont éclaté (Thénault, 2012, p. 230, Meynier, 2015, p. 584, Plarier, 2019). Dès lors, inévitablement, la prison n’avait pas pour mission de reformer ces « bandits », de leur permettre de s’amender, mais au contraire elle devait les contraindre à se plier à l’ordre colonial.

  • 11 . C’est ce qu’indique un numéro du journal du Secours populaire français La Défense, intitulé « Sév (...)
  • 12 . Témoignage et documents, janvier 1959, « Manifestation contre la torture à Grenoble ».

21Les prisons restent des instruments aux mains de la puissance coloniale qui rappelle, par la guillotine (c’est déjà le cas avec Arezki), que les Algériens ne sont pas reconnus comme des prisonniers politiques, ou, durant la guerre d’indépendance, comme des prisonniers de guerre, dont le statut serait cette fois encadré par la convention de Genève de 1929 (Thénault, 2000, André, 2018). Avec la guerre d’Algérie, en apparence et malgré quelques campagnes contre la torture exercée dans les prisons algériennes (dans les prisons civiles de Maison-Carrée, de Bône, de Barberousse ou à la centrale de Berrouaghia11) comme françaises (Grenoble12), la prison apparaît paradoxalement comme un « havre », comparé aux sites illégaux de torture et aux lieux clandestins où les exactions sont la règle (Branche, 2016, p. 172), un endroit où l’on a un nom (Mauss-Copeaux, 2017, p. 103) et d’où l’on ne risque plus de disparaître. Toutefois, la prison reste le maillon fort d’un système carcéral ramifié ou le « moindre droit », voire le « non-droit » dominent comme l’indique l’article de Susan Slyomovics dans ce numéro à propos du transfert vers le camp de Paul-Cazelles de suspects algériens vivant en France et de leur placement en détention malgré une décision judiciaire de « non-lieu ».

22De plus, et plusieurs contributions insistent sur ce point, les nouvelles théories et formes d’emprisonnement développées par l’armée française durant la guerre d’indépendance s’inscrivent, sinon en rupture, du moins dans un changement de seuil très net avec les pratiques coloniales du temps du « code » de l’Indigénat : en Algérie, avec la torture systématique orchestrée par l’armée ou la police, le lavage de cerveau, les disparitions forcées, les punitions collectives, les camps de regroupement ; en France, avec les arrestations massives, la torture dans les commissariats et les transferts dans des camps de la colonie.

23Cette tendance longue d’une prison non réformable car déformée par un projet colonial vampirisateur, explique en partie le jeu politique qui se joue dans les prisons avant comme durant la guerre d’indépendance algérienne. Avant, on relèvera l’écriture de l’hymne national algérien par Moufdi Zakaria dans sa cellule 65 de Barberousse en 1938 (Alcaraz, 2017, p. 105) ou la construction d’une figure de chef par Messali Hadj qui pilote son parti depuis ses prisons successives (Stora, 2004, p. 123-125, p. 181-184). Pendant, on notera les multiples formes de résistances des prisonniers algériens. C’est le cas lorsque les maquisards de l’Armée de libération nationale œuvrent pour faire des « prisonniers de guerre » (500 civils et 400 militaires français environ), s’en servir diplomatiquement, et donc bâtir des prisons mobiles, des proto-prisons dans des lieux « à l’image des paysages dans lesquels les prisonniers et leurs gardiens avaient à évoluer : grottes des Aurès, abris forestiers ou caches souterraines en Kabylie, belle étoile dans le Grand Sud ou maisons quand cela était possible », ainsi que, plus rarement, quelques camps plus stables dans l’Ouarsenis ou en Kabylie, dans la forêt de l’Akfadou (Branche, 2014, p. 109-110). C’est le cas aussi lorsque les prisons deviennent le lieu d’une contestation multiforme, non seulement pour l’obtention d’un statut politique, mais aussi pour la reconnaissance d’un statut de combattants d’une autre nation, et donc pour la reconnaissance de l’Algérie indépendante. Différentes contributions de ce numéro de L’Année du Maghreb documentent cette lutte à travers les grèves de la faim à Fresnes (Fanny Layani), l’écriture du journal intime de Baya Hocine, véritable hapax (Sylvie Thénault), ou, chez un objecteur de conscience, la grève de la faim (qui répond à d’autres modalités que celles réalisées par les Algériens) et la réalisation d’œuvres d’art (Marc André).

Prisons en réseaux : trajectoires carcérales maritimes

24Il est des prisons en Algérie, d’autres en France et, au cours du XIXe siècle, il en est aussi question en Guyane ou en Nouvelle-Calédonie. Entre tous ces lieux fixes de la peine : la mer, l’océan. Ces espaces maritimes, traversés du Nord au Sud, du Sud au Nord, d’Est en Ouest ou d’Ouest en Est par des prisonniers algériens ou français, sont une invitation à une histoire mouvementée, une histoire des convois et des trajectoires carcérales. Car, entre la France et sa colonie nord-africaine, le système d’incarcération ou d’internement a été pensé comme fortement intégré, comme fondamentalement transméditerranéen et transocéanique.

25C’est le cas durant la phase de la conquête de l’Algérie. Du Sud au Nord, dès 1836, un premier convoi quitte l’Algérie sur ordre du général Bugeaud avec à son bord une centaine de prisonniers algériens débarqués ensuite sur les côtes françaises pour y être incarcérés (Thénault, 2012b). À partir de 1841, le ministère de la Guerre ordonne de transférer en métropole les prisonniers algériens de marque qui peuplent désormais les forts méditerranéens : Sainte-Marguerite (1843) d’abord, puis le fort Brescou (1843), les forts Saint-Pierre et Saint-Louis (1844-1845), le fort Lamalgue, la caserne d’Ajaccio (1859), la citadelle de Corte (1864), celle de Calvi (1871), Porquerolles (1872) (Thénault, 2012). C’est ainsi qu’en 1843, 377 membres de la Smala d’Abd el-Kader (hommes, femmes et enfants) sont conduits dans le fort de Sainte-Marguerite, cette ancienne prison pour détenus dits « politiques », situé au large de Cannes (Yacono, 1973). C’est encore le cas, au début des années 1870, quand près de mille Algériens défaits lors de la répression de l’insurrection d’El Mokrani, sont envoyés dans l’île de Porquerolles (Thénault, 2012b, Colonna, 2015). « Otages de qualités » (Yacono, 1973, p. 422), ces « prisonniers de guerre » sont considérés comme des captifs, dans une logique née des guerres révolutionnaires et impériales : internés administrativement, assignés à résidence dans un fort ou un pénitencier (Thénault, 2012b), ils vivent comme des exilés : leur « prison à ciel ouvert » (Colonna, 2015, p. 16) leur laisse la possibilité de sortir et de travailler le jour (dans des habits « arabes ») tout en étant enfermés la nuit, jusqu’à une soumission propice à un hypothétique élargissement. Cette captivité et cet exil dans les îles françaises font de ces Algériens une attraction, en témoignent les nombreuses photographies de ces détenus à l’air libre (fig. 2). Aux « fauteurs de (vraies) guerres » succèdent, dans les années 1880 et selon les mots de Fanny Colonna, des « fauteurs de troubles », soit de réels délinquants (Colonna, 2015, p. 149), même si l’on peut aussi ajouter les fauteurs de petites guerres, ces bandits d’honneurs à qui l’on refuse la qualification de « détenus politiques ». Dans tous les cas, le bannissement en terre chrétienne devient le châtiment approprié pour des Algériens délictueux (Thénault, 2012b).

26Toujours durant la phase de conquête, d’autres flux complexifient la carte des réseaux carcéraux. Du Nord vers le Sud, cette fois, de nombreux convois conduisent en Algérie les disciplinaires de l’armée française mais aussi près de 4 000 français expulsés du territoire hexagonal pour leur implication dans les troubles politiques (Petit, 1990, p. 300). Qu’on songe par exemple à la trajectoire de Pauline Roland, féministe, socialiste, impliquée dans les banquets politiques durant la Révolution de 1848, arrêtée en janvier 1851 et déportée en Algérie, qui décède à son retour à Lyon en 1852 (Rude, 1981, p.17-27, 105-146). Ces envois en Algérie répondent à un but simple : punir, faire supporter aux détenus l’excessive mortalité qui affecte également la population libre de la colonie, comme le démontre également les projets d’envois de jeunes détenus pour coloniser l’Algérie (Petit, 1990, p. 249-252).

27Moins connus mais bénéficiant d’un regain d’intérêt (Pierre, 2016), des préjugés racistes durables conduisent à ouvrir les portes du bagne de la Guyane française aux Algériens et donc à enclencher une migration carcérale d’est en ouest, ou inversement. En effet, alors que la loi du 30 mai 1854, institutionnalisant la peine de transportation pour les condamnés aux travaux forcés, conduisait essentiellement des Européens dans cette colonie, à partir de 1867 et jusqu’en 1887, décision est prise de remplacer les transportés européens par des détenus coloniaux, plus prompts, dit-on, à supporter les rigueurs de l’Amazonie et du travail forcé. C’est ce que montrent Linda Amiri et Marine Coquet dans ce volume, la première en se focalisant sur le convoi de 316 Algériens conduits en Guyane le 27 juillet 1868, et la seconde en se concentrant sur une catégorie bien particulière de bagnards, « le porte-clef arabe », car toute société carcérale s’organise, se hiérarchise. Certains de ces détenus connaissent une migration carcérale impressionnante, pour ne pas dire mondiale. C’est ainsi qu’un autre bandit dit d’honneur, Mohamed Abdoun, chef de bande, condamné à la peine de mort par la cour d’Assises d’Alger le 26 février 1884, voit sa peine commuée en travaux forces à perpétuité du fait d’une erreur judiciaire : il est alors emprisonné en Algérie, puis envoyé à Cayenne d’où il s’évade le 13 octobre 1887 pour regagner la Kabylie mais, sitôt repris, il est envoyé cette fois en Nouvelle Calédonie, d’où il revient après s’être de nouveau évadé en 1891 (Violard, 1895, p. 106 ; Plarier, 2019). La prison est une nouvelle fois une étape dans une trajectoire carcérale complexe et ramifiée, incluant le bagne. D’autres ne parviennent pas à s’échapper et meurent en relégation comme le montre Jean-Lucien Sanchez à travers l’exemple de Mohamed Ali Bahar, condamné par la cour d’appel d’Alger à six mois de prison et à la relégation pour vol, qui meurt en Guyane en 1924 (Sanchez, 2013, p. 146). Quant à la Nouvelle-Calédonie, elle devient le lieu d’expulsion des insurgés de 1871, où leur engagement dans la répression des kanaks leur vaut une mesure de grâce comme le montre dans les Varia de notre volume Isabelle Merle à propos du déporté Ahmed ben Mezrag ben Mokrani.

28Lors de la guerre d’indépendance algérienne, les mouvements carcéraux se poursuivent. Du Nord au Sud, encore, ces mouvements permettent bien souvent de contourner la législation. C’est ainsi que les Algériens fortement politisés, leaders politiques contre qui rien ne peut être reprochés en France, sont susceptibles de recevoir un ordre d’amener prononcé par un tribunal militaire algérien et d’être conduits, après un séjour dans une prison métropolitaine, dans une prison algérienne puis un camp pour y être détenu administrativement. C’est le cas de près de 300 Algériens de Lyon en 1957 et 1958 (André, 2018) ; c’est aussi le cas de Hocine Kahouadji dont l’itinéraire est retracé ici avec soin par Susan Slyomovics.

29Du Sud au Nord, les migrations carcérales sont, durant cette même guerre d’indépendance, également extrêmement intenses. Ce sont les femmes condamnées à mort de Barberousse qui sont conduites dans les prisons métropolitaines, dont celle de Pau (Amrane, 1991, Guerroudj, 1996). Ce sont les cadres du FLN, dont l’avion qui les transportait est détourné dans un acte de piraterie aérienne orchestré par les Renseignements généraux français le 22 octobre 1956, qui sont incarcérés à l’île d’Aix. Ce sont les militaires français, coupables d’exactions comme les trois officiers du 9e zouave accusés d’actes de torture ayant entraîné la mort d’une Algérienne qui sont conduits en France pour y être jugés en 1961-1962 (Branche, 2016, p. 569-570), ou coupables d’atteinte à l’intégrité du territoire nationale comme le groupe responsable de l’affaire du bazooka à Alger (attentat raté contre le général Salan à Alger le 16 janvier 1957), emprisonné en France pour y être jugé.

30Ces mobilités carcérales sont également à l’œuvre au sein de l’Algérie ou de la France, comme l’illustre l’itinéraire de Didier Poireau, présenté par Marc André dans ce volume. Objecteur de conscience, Didier Poiraud a connu cinq prisons, deux camps et deux casernes militaires en l’espace de trois années. Comme lui, bien des objecteurs ou « soldats du refus » ont vécu un véritable nomadisme carcéral dans les prisons métropolitaines, dont la carte a été dressée avec soin par Tramor Quemeneur (2007, p. 83-84), ou dans les restes de Biribi, à Tinfouchi notamment (Kalifa, 2009, p. 55).

31Ces migrations carcérales, analysées dans la longue durée, apportent des renseignements précieux tant sur la prison que sur le colonialisme. En effet, si l’on observe les transferts de prisonniers du sud vers le nord, de 1830 à 1962, il apparaît que les meilleures conditions de détention dans la métropole y conduisent une constellation de détenus requérant un traitement spécial (leaders algériens de l’époque de l’Émir, responsables FLN ou femmes condamnées à mort à l’heure de la lutte pour l’indépendance) alors que les Français d’Algérie ou les Algériens détenus de droit commun n’y étaient pas prioritairement emmenés. A contrario, les transferts de prisonniers du Nord vers le Sud, durant toute la période également, témoignent d’une terre coloniale d’exception, servant à parquer le rebut de l’armée française, les opposants politiques français ou les résistants algériens contre qui l’on ne peut rien : l’Algérie est le cadre propice pour les enfermements illégaux.

  • 13 . La « blue water rule » adoptée par les Nations-Unies le 16 décembre 1952 préconise dans sa résolu (...)

32Une « eau bleue » sépare bien la France de l’Algérie et devrait faciliter les justifications idéologiques à la décolonisation13. Or, cette Méditerranée a été tellement parsemée de ponts maritimes ou aériens qu’elle ne peut-être pensée comme un espace frontière. Les migrations carcérales s’ajoutent à d’autres migrations davantage travaillées par l’historiographie, comme les migrations de peuplement, administratives, judiciaires, pour faire de la mer un trait d’union entre deux territoires.

Au-delà de l’indépendance : architecture carcérale, architecture de la mémoire

33Alors que l’indépendance de l’Algérie (3 juillet 1962) ne signifie pas, en France, la libération de tous les citoyens français détenus pour leur implication dans la guerre (porteurs de valises, objecteurs de conscience), en Algérie, les prisons se vident grâce aux mesures d’amnistie et sont récupérées par le pouvoir en place.

34Dès lors, la prison reste une question cruciale pour comprendre les deux sociétés après 1962. En Algérie, les prisons sont animées par une double dynamique, entre maintien d’une logique répressive et désir de patrimonialisation, comme l’indique l’histoire post-indépendance de la prison de Barberousse, redevenue Serkadji. Jusqu’en 2014, cette prison à éclipses a été l’objet d’un désir de muséification (Alcaraz, 2017). Ben Bella en 1963, Boumédienne en 1972, Bouteflika dans les années 2000 ont souhaité transformer cette prison en « Musée national du mudjâhid » sans que ce projet ne se concrétise (Alcaraz, 2017). Les raisons de ce constant report, nombreuses, ont été listées par Emmanuel Alcaraz. En premier lieu, dans une logique d’écran mémoriel, ce musée des crimes du colonialisme servirait bien à occulter l’emprisonnement de détenus politiques à Barberousse/Serkadji comme les harkis en 1962-1963, les opposants à Chadli dans les années 1980, ou encore les partisans de l’islam radical dans les années 1990, ces derniers suscitant par ailleurs la création de camps comme l’indique Saphia Arezki dans ce volume. D’où le désir de muséification. Toutefois, et les autorités l’ont bien compris, le phénomène est à double tranchant : en mettant en valeur une mémoire, celle des militants du FLN emprisonnés par la France, une autre risquerait de se réveiller, celle des harkis emprisonnés à l’indépendance par le nouvel État algérien pour ne prendre qu’un exemple, dans une logique proche du bloc-notes magique de Freud. D’où un constant report. En deuxième lieu, le régime militaire en place depuis 1965 a préféré glorifier la lutte militaire au détriment de l’action politique du FLN, et n’a pas souhaité donner trop d’importance aux détenus politiques ayant lutté en prison. En troisième lieu, des mémoires problématiques se rattachent à cette prison. Ainsi, pendant longtemps, le régime algérien n’a guère souhaité commémorer les Européens communistes qui furent emprisonnés à Barberousse, ou les femmes algériennes combattantes dont le statut a été mis à mal par le code de la famille en 1984. Le silence autour des femmes de Barberousse a déclenché, en réaction, la mise en forme de récits historiques ou autobiographiques (Amrane, 1991, Guerroudj, 1996) mais aussi la réalisation d’un film documentaire, Barberousse mes sœurs, par Hassan Bouabdellah en 1985. Les analyses de Sylvie Thénault sur « les papiers de Baya Hocine » rédigés à Barberousse, qui complètent le travail de Natalya Vince (2015, p. 44-64), illustrent le travail d’archéologue nécessaire pour faire remonter le souvenir de ces expériences genrées de la guerre et de la prison. C’est ce qu’indiquent également les analyses de Khedidja Adel sur la prison des femmes de Tifelfel, de Susan Slyomovics sur les femmes emprisonnées à Beni Messous et de Benjamin Brower sur les camps de regroupements, publiées dans ce dossier, ou d’autres études de cas, comme celle sur les Algériennes et « porteuses de valises » enfermées à Montluc entre 1958 et 1963 (André, 2016, p. 179-188).

35Le projet de musée à Serkadji semble finalement se concrétiser, soixante ans après l’indépendance, en 2018. Car le souci de patrimonialisation s’accentue en Algérie et englobe bien désormais les prisons d’origine coloniale. C’est ainsi que, lorsque le projet de raser la prison civile du centre-ville de Constantine pour faciliter la circulation du nouveau tramway a été connu, une action citoyenne s’est enclenchée autour de l’association de défense du vieux Rocher : il s’agissait de plaider la conservation du bâtiment comme « lieu de mémoire emblématique de la résistance des Constantinois durant la guerre de libération » (Acheuk-Youcef, 2019, p. 478).

36Les prisons sont également au cœur des questions sociales et mémorielles au sein de la société française. D’une part, bien des travaux de sociologues et d’anthropologues ont démontré, notamment pour ces 30 dernières années, la surreprésentation des Maghrébins en prison (Fassin, 2015, Khosrokhavar, 2016), la discrimination raciale subie en amont de la peine, la radicalisation au sein des établissements pénitentiaires, mais aussi les rejeux de la mémoire. Farhad Khosrokhavar estime par exemple que « l’attitude de ces jeunes s’enracine dans une mémoire, celle de la colonisation, et dans l’exploitation de leur parents » (Khosrokhavar, 2016, p. 44). D’autre part, la problématique des architectures mémorielles complexes se pose avec la même acuité dans quelques prisons en France (comme dans les bagnes d’ailleurs et l’on peut se reporter au travail de Forsdick, 2017). Il suffit de lire, par exemple, ces propos de Charlotte Delbo en 1960 : « Combien sont montés à l’échafaud, dans la cour de la Santé, dans la cour de Montluc, combien de Français durant les années 1940, combien d’Algériens depuis 1954 ? » pour mesurer combien, dans les prisons, les mémoires politiques entrent en dialogue davantage qu’elles se mettent en concurrence (Rothberg, 2009, p. 276). Quant à Leïla Sebbar, elle donne également à son narrateur, dans La Seine était rouge (1999), la charge d’ajouter sur les murs de la prison de La Santé une plaque commémorative en l’honneur des Algériens guillotinés, et ce afin de compléter celle qui commémore les victimes résistantes de la Seconde Guerre mondiale (Rothberg, 2009, p. 384). À l’évidence, les prisons favorisent la création de « nœuds de mémoire » (Rothberg, 2010). La transformation de la prison Montluc en Haut-Lieu de la mémoire nationale en 2009, exclusivement centré sur les mémoires juives et résistantes de la période allemande, a déclenché des réactions de l’autre côté de la Méditerranée, avec l’offensive littéraire et politique du président des anciens condamnés à morts algériens, lui-même incarcéré à Montluc durant la guerre d’indépendance (André, 2018).

37Finalement, les sites de détention favorisent, tant en France qu’en Algérie, l’émergence d’un tourisme sombre (le dark tourism analysé par Stone et alii, 2018) en lien avec un patrimoine difficile (le difficult heritage étudié notamment par Macdonald, 2009 et Logan, Reeves, 2009), autrement dit un tourisme qui se développe sur des espaces marqués par la souffrance, que les lieux soient constitués en lieux de mémoire ou bien connus simplement de bouche à oreille. La ferme Améziane, à Constantine, n’est pas patrimonialisée, et pourtant, de nombreux guides improvisés peuvent nous y conduire (Mauss-Copeaux, 2017). La documentation fournie par le père Christian Delorme pour ce dossier sur les bandits dits d’honneur ou sur les « insurgés arabes » de Sainte-Marguerite (fig. 1 et 2) rappelle que le tourisme sombre est né dans le temps même de la colonisation. La prison fascine.

*

38De nombreuses prisons en Algérie comme en France sont des lieux traversés par l’histoire et la mémoire du colonialisme. En cela, elles sont des panoptiques privilégiés pour observer l’histoire de la société coloniale et de la société post-coloniale. Cette histoire, à la fois sociale, politique et culturelle, offre une plongée vertigineuse dans le réel et dans l’imaginaire qui se confondent souvent en ces lieux situés tout à la fois au cœur et à la périphérie des sociétés.

39Les prisons, pour la période coloniale algérienne, se distinguent de celles de la métropole dans la mesure où les réformes sont absentes, la ségrégation raciale palpable, le travail au service de la mise en valeur coloniale, et les punitions une règle facilitée par un « code » spécifique aux indigènes. Elles sont, fondamentalement, au carrefour de la répression légale et de l’arbitraire administratif. Tout cela les rapproche d’autres prisons coloniales, comme dans l’Afrique subsaharienne même si la situation algérienne présente, là encore, de notables spécificités. C’est d’abord la présence de nombreux « Européens » dans les geôles algériennes si bien que de nombreux disciplinaires de l’armée française, à l’instar de nombreux Algériens, ont eu à souffrir dans les prisons coloniales. C’est ensuite la constitution d’un réseau complet et hiérarchisé d’établissements pénitentiaires, mais aussi la diffusion de la prison dans un vaste réseau de lieux servant à l’incarcération (hôpitaux, camps, casernes, etc.). C’est encore l’intense circulation des détenus entre la France et l’Algérie durant toute la période, laquelle favorise la création d’un espace carcéral transméditerranéen. On se demande alors si la métropole n’est pas elle-même le prolongement de la colonie : 10 % des guillotinés de la guerre d’indépendance algérienne l’ont été dans les prisons métropolitaines. C’est enfin le poids de la guerre dans la formation de ce réseau carcéral, un réseau fortement amplifié durant la phase de décolonisation et largement réutilisé dans l’État indépendant.

40Alors que l’appel à contribution souhaitait élargir la question de la prison à l’ensemble du Maghreb, la majorité des réponses ont eu pour cadre l’Algérie. Loin d’être une fermeture à la réflexion, c’est non seulement le signe d’un renouveau de ce champ d’études mais aussi le gage d’une attention aux micro-différences d’un cas algérien à bien des égards spécifique. Le pari de la comparaison n’est pas perdu pour autant. Grâce à une contribution sur la Tunisie (Antoine Hatzenberger), ce volume démontre l’importance de faire dialoguer les différents pays du Maghreb. L’article sur Bourguiba illustre en effet, d’une part, des thématiques proches de celles vérifiées en Algérie comme le rôle de la prison dans la formation d’un charisme politique ou la métamorphose du prisonnier en geôlier, et de l’autre, il offre toute une série de croisements possibles : le leader tunisien est passé par exemple par Montluc et la mémoire de ce passage sera exploitée par les condamnés à mort algériens quelques années plus tard (André, 2018).

41Ce volume soulève alors de nombreuses et nouvelles questions (comme le poids de l’emprisonnement dans les années 1920-1930, la place de la Seconde Guerre mondiale), tout en apportant un regard neuf, à la fois grâce à l’ensemble des contributions rassemblées pour l’occasion et grâce au regard croisé des historiens et anthropologues qui parviennent à démontrer l’incroyable richesse des archives sur la thématique carcérale comme la dimension cruciale du témoignage oral et des égo-documents.

42Tandis que la plupart des articles de ce volume couvrent divers moments et lieux en Algérie, à partir de disciplines, de méthodologies, de considérations historiques et théoriques différentes, tous soulèvent, à partir de la question des prisons, la forte prégnance du contrôle carcéral dans cette colonie de peuplement. Institutions totales, dans le sens donné par le sociologue Erving Goffman (un ensemble de règles et rituels distingue la vie à l’intérieur de la prison) tout en l’adaptant (les prisons sont traversées par la société et non entièrement retranchées), les infrastructures pénitentiaires semblent avoir, par la création progressive d’un semis dense de prisons et l’essaimage des structures d’enfermement plus ou moins légales, assumé un désir de contrôle total, capillaire, de la population, porté à son apogée durant la guerre d’indépendance. Loin de vouloir reprendre les analogies mémorielles assumées pendant la guerre d’Algérie – Michel Foucault parlait, toujours entre guillemets, de « camps de concentration » en Algérie et Pierre Vidal-Naquet n’hésitait pas à parler de génocide dans le même territoire (Vidal-Naquet, 1998, p. 91 et 107) –, et de rapprocher les établissements coloniaux des prisons et camps déployés par les régimes totalitaires, il importe de donner sa juste mesure à la prison dans le système colonial : un lieu d’enfermement et de contrôle où la ségrégation, la propagande, la violence, parfois la torture et la mise à mort coexistent pour en faire un espace clef de la domination politique.

Fig. 1. Arezki el-Bachir, 17 juin 1894.

Fig. 1. Arezki el-Bachir, 17 juin 1894.

Source : Atelier photographique de D. Toldano d’Alger. Arezki, troisième assis en partant de la droite, un numéro 5, matricule du prisonnier, inscrit sur son vêtement. Sur la photo originale il est écrit Azazga, nom du village d’origine d’Arezki, mais le 17 juin 1894 il est à la maison d’arrêt de Tizi-Ouzou © Christian Delorme.

Fig. 2. « Insurgés arabes à l’île Sainte-Marguerite »

Fig. 2. « Insurgés arabes à l’île Sainte-Marguerite »

Source : Carte postale, non datée © Christian Delorme.

Haut de page

Bibliographie

Acheuk-youcef maïssa, belabed-sahraoui Badia, 2019, « Réalités de l’héritage bâti de la période coloniale française à Constantine : vers un processus de patrimonialisation », in Dirèche Karima, L’Algérie au présent. Entre résistances et changements, Paris, Karthala, p. 469-484.

Agamben Giorgio, 2000, Means Without End: Notes on Politics, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Alcaraz Emmanuel, 2017, Les Lieux de mémoire de la guerre d’indépendance algérienne, Paris, Karthala.

Amrane Djamila, 1991, Les Femmes algériennes dans la guerre, Paris, Plon.

Anderson Clare, 2018, « Introduction: A Global History of Convicts and Penal Colonies » in Anderson Clare (ed.), A Global History of Convicts and Penal Colonies, London, Bloomsbury, p. 1-36.

André Marc, 2016, Femmes dévoilées. Des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation, Lyon, ENS Éditions.

André Marc, 2018, « Les Algériens à Montluc. Militarisation de la répression en France durant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 65, n°4, octobre-décembre, p. 7-32

Bendana Kmar, 1982, « Les établissements pénitentiaires de l’armée française sous le Second Empire », thèse d’histoire (dir. Maurice Agulhon), Université Panthéon-Sorbonne.

Bernault Florence, Boilley Pierre, Thioub Ibrahima, 1999, « Pour une histoire du contrôle social dans les mondes coloniaux : justice, prisons et enfermement de l’espace », Revue française d’histoire d’outre-mer, 86, n°324-325, p. 7-15.

Bernault Florence (dir.), 1999, Enfermement, prison et châtiments en Afrique. Du 19e siècle à nos jours, Paris, Karthala.

Biskri Nadia, 2018, « Pour une histoire de la prison pénale en situation coloniale : le cas de l’Algérie, de la conquête au tournant du siècle », in Larralde Jean-Manuel, Lévy Benjamin et Simon Anne (dir.), Privations de liberté, Paris, Presses de la Sorbonne, p. 269-279.

Bouchène Abderrahmane, Peyroulou Jean-Pierre, Siari Tengour Ouanassa, Thénault Sylvie (dir.), 2012, Histoire de l’Algérie à la période coloniale (1830-1962), Paris, La Découverte.

Branche Raphaëlle (2001), 2016, La Torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie. 1954-1962, Paris, Gallimard.

Branche Raphaëlle, 2014, Prisonniers du FLN, Paris, Payot.

Bratton Benjamin, 2006, « Logistics of Habitable Circulation », in Virilio Paul (ed.), Speed and Politics, Cambridge, MA, MIT Press, p. 7-26.

Charby Jacques, 1961, L’Algérie en prison, Paris, Maspéro.

Chatterjee Partha, 1993, The Nation and Its Fragments: Colonial and Postcolonial Histories, Princeton, N.J., Princeton University Press.

Chatterjee Partha, 2006, Discipline and the Other Body: Correction, Corporeality, Colonialism, Durham, NC, Duke University Press.

Colonna Fanny, 2015, La Vie ailleurs. Des « Arabes » en Corse à la fin du XIXe siècle, Paris, Actes Sud.

Fassin Didier, 2015, L’Ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale, Paris, Le Seuil.

Foucault Michel, 1973, « Prisons et révoltes dans les prisons », Dits et écrits, tome 1, 1954-1975, Paris, Gallimard, p. 1293-1300.

Foucault Michel, 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Foucault Michel, 2004, La Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979), Paris, Le Seuil.

Forsdick Charles, 2017, « The Bagne as Memory Site: From Colonial Reportage to Postcolonial Traces-Mémoires », in Johnson Erica L., Brezault Eloise (ed.), Memory as Colonial Capital: Cross-Cultural Encounters in French and English, New York, Palgrave Macmillan, p. 79-97.

Frémeaux Jacques, 2002, La France et l’Algérie en guerre (1830-1870 ; 1954-1962), Paris, Economica.

Funès Nathalie, 2012, Le camp de Lodi Algérie, 1954-1962, Paris, Stock.

Guerroudj Jacqueline, 1996, Des douars aux prisons, Montreuil, Le Temps des cerises.

Henni Samia, 2017, Architecture of Counterrevolution: The French Army in Northern Algeria, Zurich, GTA Verlag.

Hernández Kelly Lytle, 2017, City of Inmates: Conquest, Rebellion, and the Rise of Human Caging in Los Angeles, 1771–1965, Chapel Hill, The University of North Carolina Press.

Heymann Arlette, 1972, Les Libertés publiques et la guerre d’Algérie, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence.

Kalifa Dominique, 2009, Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Paris, Perrin.

Khosrokhavar Farhad, 2016, Prisons de France. Violence, radicalisation, déshumanisation : surveillants et détenus parlent, Paris, Robert Laffont.

Konaté Dior, 2018, Prison Architecture and Punishment in Colonial Senegal, Lanham, Maryland, Lexington Books. 

Layani Fanny, 2017, « Ce que la guerre fait aux prisons. L’impact de la guerre d’indépendance algérienne sur les prisons de métropole », in Tourault Caroline (dir.), L’administration pénitentiaire : 1945, 1975, 2015. Naissance des réformes, problématiques, actualité, Paris, Ministère de la Justice,
coll. Travaux & Documents, p. 49-72.

Logan william, reeves keir (ed.), 2009, Places of pain and shame: dealing with "difficult heritage", London, New York, Routledge.

Lorcin Patricia, 2005, Kabyles, arabes, français : identités coloniales, Limoges, Presses Universitaires de Limoges et du Limousin.

Mauss-Copeaux Claire, 2017, Hadjira. La ferme Ameziane et au-delà…, Paris, Les Chemins du présent.

Macdonald Sharon, 2009, Difficult Heritage: Negotiating the Nazi Past in Nuremberg and Beyond, London, New York, Routledge.

McDougall James, 2005, « Savage Wars? Codes of Violence in Algeria, 1830s-1990s », Third World Quarterly, 26(1), p. 117-131.

Meynier Gilbert (1982), 2015, L’Algérie révélée. La guerre de 1914-1918 et le premier quart du XXe siècle, Paris, Bouchène.

O’Brien Patricia, 1982, The Promise of Punishment: Prisons in Nineteenth Century France, Princeton, N.J., Princeton University Press.

Ouatmani Settar, 2014, « Arezki L’Bachir Un “bandit d’honneur” en Kabylie au xixe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n°136. URL : http://journals.openedition.org/remmm/8514

Perrot Michelle, 1980, L’Impossible prison, Paris, Le Seuil.

Petit Jacques-Guy, 1990, Ces peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875), Paris, Fayard.

Pierre Michel, 2016, « Les Algériens aux bagnes de Guyane », in Humbert Sylvie et Urban Yerri (dir.), Justices en Guyane. L’ombre du droit, Paris, La documentation française, p. 171-187.

Plarier Antonin, 2017, « Banditisme et dépossession foncière en Algérie », in Guignard Didier (dir.), Propriété et société en Algérie contemporaine. Quelles approches, Aix-en-Provence, IREMAM, URL : https://books.openedition.org/iremam/3729.

Plarier Antonin, 2019, « Le banditisme rural dans l’Algérie coloniale. De 1871 au début des années 1920 », thèse de doctorat d’histoire (dir. S. Thénault), Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Quemeneur Tramor, 2007, Une guerre sans “non” ? Insoumissions, refus d’obéissance et désertions de soldats français pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), thèse de doctorat d’histoire (dir. Benjamin Stora), Université Paris VIII.

Rothberg Michael, 2009, Multidirectional Memory. Remembering the Holocaust in the Age of Decolonization, Stanford California, Stanford University Press.

Rothberg Michael, 2010, « Nœuds de mémoire : Multidirectional Memory in Postwar French and Francophone Culture », Yale French Studies, n°118-119, p. 3-13.

Rude Fernande, 1981, Bagnes d’Afriques. Trois transportés en Algérie après le coup d’État du 2 décembre 1851 (Pauline Roland, Arthur Ranc, Gaspard Rouffet), Paris, Maspero.

Sanchez Jean-Lucien, 2013, À perpétuité. Relégués au bagne de Guyane, Paris, Vendémiaire.

Sanchez Jean-Lucien, 2018, « The French Empire, 1542-1976 », in Anderson Clare (ed.), A Global History of Convicts and Penal Colonies, London, Bloomsbury, p. 123-156.

Slyomovics Susan, 2018, « “Other Places of Confinement”: Bedeau Internment Camp for Algerian Jewish Soldiers », in Boum Aomar et Abrevaya Stein Sarah (ed.), The Holocaust and North Africa, Palo Alto, Stanford University Press, p. 95-112.

Stoler Ann Laura, 2016, Duress: Imperial Durabilities in Our Times, Duke University Press.

Stoler Ann Laura, 2018, « Epilogue. In Carceral Motion: Disposals of Life and Labour », in Anderson Clare (ed.), A Global History of Convicts and Penal Colonies, London, Bloomsbury, p. 371-380.

Stone philipp, hartmann rudi, Seaton tony, Sharpley richard, white leanne, 2018, The Palgrave Handbook of Dark Tourism Studies, London, Palgrave Macmillan.

Stora Benjamin, 2004, Messali Hadj, 1898-1974, Paris, Hachette Littératures.

Taylor C. Sherman, 2009, « Tensions of Colonial Punishment: Perspectives on Recent Developments in the Study of Coercitive Networks in Asia, Africa and the Caribbean », History Compass, 7, n°3, p. 659-677.

Thénault Sylvie, 2001, Une drôle de justice. Les magistrats dans la guerre d’Algérie, Paris, La découverte.

Thénault Sylvie, 2012, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob.

Thénault Sylvie, 2012b, « Une circulation transméditerranéenne forcée : l’internement d’Algériens en France au XIXe siècle », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Le régime spécifique de la détention politique. URL : https://journals.openedition.org/criminocorpus/2922

Vidal-Naquet Pierre, 1998, Mémoires. Le trouble et la lumière, 1955-1998, Paris, Le Seuil.

Vimont Jean-Claude, 1993, La Prison politique en France. Genèse d’un mode d’incarcération spécifique. XVIIIe-XXIe siècles, Paris, Anthropos.

Vince Natalya, 2015, Our Fighting Sisters. Nation, Memory and gender in Algeria, 1954-2012, Manchester, Manchester University Press.

Violard Émile (1895), 2004, Bandits de Kabylie. Hors-la-loi et bandits d’honneur kabyles au XIXe siècle, Alger, éditions Grand-Alger Livres.

Wolfe Patrick, 2006, « Settler Colonialism and the Elimination of the Native », Journal of Genocide Research, 8, n°45, p. 387-409.

Yacono Xavier, 1973, « Les Prisonniers de la smala d’Abd el-Kader », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n°15-16, Mélanges Le Tourneau II, p. 415-434.

Zinoman Peter, 2001, The Colonial Bastille: A History of Imprisonment in Vietnam, 1862-1940, Berkeley, CA, University of California Press.

Zitouni Benedikte, 2007, « Michel Foucault et le groupe d’information sur les prisons : comment faire exister et circuler le savoir des prisonniers », Les Temps modernes, 4, n°645-646, p. 268-307.

Haut de page

Notes

1 . Jeune Afrique, 19 mars 2018, « Tunisie : quand Michel Foucault vivait le “Mai 68” tunisien… en mars ». URL : https://www.jeuneafrique.com/541589/culture/tunisie-quand-michel-foucault-vivait-le-mai-68-tunisien-en-mars/ (consulté le 19 février 2019).

2 . Michelle Perrot l’avait déjà senti en intitulant une étude collective sur le XIXe siècle français L’impossible prison (Perrot, 1980) au sens de prison insupportable et irréformable (Perrot, 2001, p. 44).

3 . Ces trois prisons sont celle du Mizwar, la maison du Shayk Al Balad, et celle de l’agha des janissaires dite Dar Sirkadji (Thénault, 2012, p. 156).

4 . Sur la violence de la guerre de conquête, comparée à celle de la guerre d’indépendance, voir Frémeaux, 2002.

5 . L’expression est employée par Florence Bernault mais dans le sens de carcéral « personnalisé, arbitraire et archaïque, portant davantage sur un contrôle limité des hommes et des espaces que sur une véritable volonté de réforme des individus » (Bernault, 1999, p. 14).

6 . C’est en 1876 que la superficie des territoires sous administration civile s’équilibre avec celle des territoires sous administration militaire.

7 . Le Code dit de l’Indigénat regroupe les décrets de 1874 et 1881 qui définissent des « infractions spéciales à l’indigénat », permettant à des autorités administratives d’envoyer des Algériens en prison.

8 . À partir de Michel Foucault, Michelle Perrot se demande : « Le prétendu échec ne fait-il pas partie alors du fonctionnement de la prison ? » (Perrot, 1984, p. 14).

9 . Nadia Biskri cite le général Simon Bernard (ministre de la Guerre) en janvier 1839, qui affirme que « l’Algérie ne saurait rester en arrière des efforts que fait l’administration continentale afin d’introduire dans les prisons un régime non moins propre à amender qu’à punir les condamnés en écartant avec soin tout ce qui tendait à les dégrader à leurs propres yeux » (Biskri, 2018, p. 273).

10 . C’est particulièrement vrai dans le cas des prisons départementales. Dans le cas des centrales dans la première moitié du XIXe siècle, le travail était considéré comme force, il devait servir au profit d’entrepreneurs capitalistes. On lira avec profit le chapitre intitulé « Vouer le crime à l’industrie » dans Petit, 1990, p. 143-180.

11 . C’est ce qu’indique un numéro du journal du Secours populaire français La Défense, intitulé « Sévices dans les prisons algériennes » : il est question de fouilles, de séances de déshabillage de coups portés à Maison-Carrée, de fouilles accompagnées de gifles et de coups, d’alimentation à l’entonnoir pour les grévistes de la faim à Bône, de comité d’accueil musclé à Berrouaghia. La Défense, août 1959, p. 8.

12 . Témoignage et documents, janvier 1959, « Manifestation contre la torture à Grenoble ».

13 . La « blue water rule » adoptée par les Nations-Unies le 16 décembre 1952 préconise dans sa résolution 637 VII : « (…) to be eligible for decolonization, the presence of “blue water” between the colony and the colonizing country or a discreet set of boundaries would be needed » [pour être éligible à la décolonisation, la présence d’eau bleue entre la colonie et le pays colonisé ou un ensemble de discrètes frontières devra être nécessaire].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Arezki el-Bachir, 17 juin 1894.
Légende Source : Atelier photographique de D. Toldano d’Alger. Arezki, troisième assis en partant de la droite, un numéro 5, matricule du prisonnier, inscrit sur son vêtement. Sur la photo originale il est écrit Azazga, nom du village d’origine d’Arezki, mais le 17 juin 1894 il est à la maison d’arrêt de Tizi-Ouzou © Christian Delorme.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/4426/img-1.jpg
Fichier image/, 532k
Titre Fig. 2. « Insurgés arabes à l’île Sainte-Marguerite »
Légende Source : Carte postale, non datée © Christian Delorme.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/4426/img-2.jpg
Fichier image/, 230k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc André et Susan Slyomovics, « L’inévitable prison. Éléments introductifs à une étude du système carcéral en Algérie de la conquête coloniale à la gestion de son héritage aujourd’hui », L’Année du Maghreb, 20 | 2019, 9-31.

Référence électronique

Marc André et Susan Slyomovics, « L’inévitable prison. Éléments introductifs à une étude du système carcéral en Algérie de la conquête coloniale à la gestion de son héritage aujourd’hui », L’Année du Maghreb [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/4426 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.4426

Haut de page

Auteurs

Marc André

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Rouen, membre du Groupe de Recherche d’histoire (GRHis) et chercheur associé au Laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes (Larhra).

Articles du même auteur

Susan Slyomovics

Professeure, Département d’Anthropologie, Université de Californie, Los Angeles, USA.

Articles du même auteur

Haut de page