Navigation – Plan du site
L'inévitable prison
Prisons algériennes

Exil pénal et circulations forcées dans l’Empire colonial français

Le cas particulier du convoi de « forçats arabes »* du 27 juillet 1868 vers la Guyane française**
Penal exile and forced transfers in the French colonial empire. The special case of the convoy of «Arab convicts» of July 27, 1868 to French Guiana
Linda Amiri
p. 59-76

Résumés

La loi du 30 mai 1854 sur l’exécution de la peine des travaux forcés fait de la Guyane un territoire expérimental de l’utopie pénale, agricole et coloniale. Entre 1852 et 1867, les transportés coloniaux représentent à peine 1,32 % des effectifs, la catégorie « forçat arabe » fait son apparition en 1866 dans les statistiques officielles de l’administration pénitentiaire guyanaise. En 1867, la décision du gouvernement français d’arrêter provisoirement les convois de transportés européens modifie considérablement la sociologie du bagne : afin de trouver un second souffle à ce projet de colonie pénitentiaire, décision est prise de puiser dans le vivier des transportés indigènes pour continuer à alimenter la Guyane de forces vives. De 1868 à 1887, ce vivier est majoritairement composé de « forçats arabes » originaires principalement d’Algérie. L’objet du présent article est de revenir sur le contexte politique et social dans lequel s’ouvre la période algérienne des bagnes de Guyane (1867-1887), de réinscrire ces derniers dans la géographie des circulations forcées « trans-impériales », tout en dessinant les contours de la première génération de forçats algériens. Pour ce faire, nous avons choisi d’établir notre corpus de sources autour du convoi du 27 juillet 1868 qui semble avoir été le premier convoi de condamnés algériens depuis l’arrêt provisoire des condamnés européens vers la Guyane.

Haut de page

Notes de l'auteur

*Terme mis entre guillemets car il renvoie à une catégorie coloniale qui s’applique à la fois aux populations berbères et arabophones du Maghreb.

**Cet article se situe aux prémices d’un projet de recherche de plus grande envergure sur les Algériens aux bagnes de Guyane de 1852 à 1953.

Texte intégral

  • 1 . Le projet de création d’un bagne en Guyane est le résultat d’une longue réflexion (Donet-Vincent, (...)
  • 2 . On entend par archipel carcéral guyanais, l’ensemble des sites carcéraux guyanais placé sous la r (...)
  • 3 . Dates de fermeture de ces bagnes portuaires dans l’ordre chronologique : Rochefort (1852), Brest (...)

1La loi du 30 mai 18541 sur l’exécution de la peine des travaux forcés fait de la
Guyane un territoire expérimental de l’utopie pénale, agricole et coloniale (Barbançon, 2003 ; Barbançon et Sand, 2013). Cet archipel carcéral2 singulier s’inscrit dans la généalogie des établissements pénitentiaires portuaires d’Ancien Régime, appelés à disparaître dans la seconde moitié du XIXe siècle3. Après Brest, Toulon ou Rochefort (Castan, Petit, Zysberg, 2002), la Guyane et la Nouvelle-Calédonie deviennent des « terres de grande punition » (Pierre, 2000). La création de ces bagnes coloniaux marque une rupture dans la continuité car la logique répressive et productiviste de l’administration pénitentiaire et sa bureaucratie restent immuables. En cela, le bagne peut être considéré comme une « institution totale » selon la grille d’analyse goffmanienne. Cet idéal-type s’applique, selon Erving Goffman, à

« un lieu de résidence et de travail, où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées. » (Goffman, 1968, p. 41)

  • 4 . Article 2 de la Loi sur l’exécution de la peine des travaux forcés du 30 mai 1854 : « Les condamn (...)
  • 5 . Les travaux de Marine Coquet sur Saint-Laurent-du-Maroni effleurent la question de la présence de (...)
  • 6 . L’année 1898 marque la fin de la transportation en Nouvelle-Calédonie, après cette date, seuls le (...)
  • 7 . Mentionnons à ce titre la thèse de Denis Lamaison (2015) qui questionne cette proximité temporell (...)

2De fait, le bagne vise à la privation de liberté par l’enfermement et la négation de l’individu. Il crée un microcosme spécifique qui affiche des ambitions rédemptrices. En Guyane et en Nouvelle-Calédonie, cette « institution totale » a également pour mission de développer le territoire4 sur le modèle australien. Dans les deux cas, la population carcérale est soumise au travail forcé tandis que les libérés, régénérés par le travail, sont appelés à gérer une concession et à faire souche dans la colonie pénitentiaire5. De 1852 à 19386, la justice française se joue ainsi des frontières de l’Empire pour maintenir l’ordre et expulser, momentanément ou définitivement, les indésirables du centre vers la périphérie. Les populations coloniales n’échappent pas à cette logique répressive. Au XIXe siècle, les peines de travaux forcés prononcées à l’encontre des indigènes originaires d’Afrique et d’Asie s’inscrivent dans le contexte particulier des guerres de conquête et du renforcement de la colonisation européenne. Mais, en Guyane et aux Antilles, la loi du 30 mai 1854 est proclamée dans le climat des troubles sociaux provoqués par l’abolition de l’esclavage (1848)7. D’abord concentré sur le littoral, le bagne de Guyane évolue vers un archipel carcéral qui s’étend progressivement à l’ouest, avec le bagne de Saint-Laurent-du-Maroni (1860), et s’infléchit vers le sud, avec les bagnes de Crique Anguille (1931) et de Saut Tigre (1934).

  • 8 . À cette période, on compte également, quelques rares cas de condamnés déclarés Soudanais ou Maroc (...)
  • 9 . En 1864-1865, la confédération tribale des Ouled Sidi Cheikh lance une insurrection en Oranie, ob (...)
  • 10 . Les archives judiciaires de la période 1864-1868 seraient en Algérie. Cette étude est le point de (...)
  • 11 . La thèse en cours d’Antonin Plarier permettra très certainement de combler ces lacunes historiogr (...)
  • 12 . Au milieu du XIXe siècle, l’Algérie dispose de centres pénitentiaires mais il est d’usage d’envoy (...)

3Entre 1852 et 1867, les transportés coloniaux représentent à peine 1,32 % des effectifs des transportés en Guyane (Ministère de la Marine et des Colonies, 1869, p. 22), la catégorie « forçat arabe » fait son apparition en 1866 dans les statistiques officielles de l’administration pénitentiaire (idem, p. 40-41). Sous le Second Empire, ces « forçats arabes » sont, à de rares exceptions près8, exclusivement originaires d’Algérie. À cette période, la carte judiciaire y est particulièrement complexe en raison de la juxtaposition encore importante d’une justice civile au maillage fragile et, d’une justice militaire légitimée par la conquête. C’est le temps des réformes foncières, de la « famine d’Algérie » (Taithe, 2010), des espérances millénaristes (Haddad, 2010), des révoltes et des insurrections9. En raison de l’absence de statistiques pénales10 et d’une historiographie très lacunaire sur la criminalité en Algérie au XIXe siècle11, il est difficile d’appréhender le fonctionnement de la justice12. Néanmoins, l’augmentation exponentielle de la population carcérale algérienne de 1867 à 1887, année de reprise des convois de condamnés européens vers la Guyane, pose la question de la place de la transportation dans l’arsenal judiciaire colonial. Dans sa Notice sur la transportation en Guyane et en Nouvelle-Calédonie publiée en 1869, le département de la Marine et des Colonies rappelle les raisons de ce recours aux « forçats arabes » :

« [Il a été décidé que] provisoirement la Guyane ne recevrait plus que les condamnés arabes, dont la constitution résiste au climat de la colonie, tandis que leur santé s’altère gravement sous l’influence des brusques changements de température qu’il faut subir pendant la traversée de la France à la Nouvelle-Calédonie. L’œuvre n’a pas toutefois perdu tout intérêt en Guyane. L’importance actuelle de l’effectif, qui ne s’élève pas à moins de 6500 individus, celle des établissements fondés, les espérances mêmes que la richesse du sol peut justifier dans certaines parties du territoire, appelle encore une sérieuse attention. […] Le Département de la Marine décida, d’accord avec le Département de la Justice […] que les Arabes seraient dorénavant dirigés sur la Guyane [et plus la Nouvelle-Calédonie] » (Ministère de la Marine et des Colonies, 1869, p. 3-18).

  • 13 . ANOM, Fonds ministériels, H28, dossiers convois de 1867-1868.

4L’arrêt provisoire des convois de transportés européens est justifié par le fait que les bagnes de Guyane sont devenus en quelques années de véritables mouroirs. Au climat équatorial s’ajoutent les maladies – fièvre jaune, paludisme, leishmaniose, lèpre, tuberculose, typhus... (Morlanne-Fendan et al., 2013) –, une sous-alimentation chronique ainsi que des conditions de travail et de vie très éprouvantes, particulièrement dans les camps forestiers. Entre 1867 et 1868, cet arrêt provisoire est ponctué par l’arrivée de quelques condamnés européens « récidivistes » ou « évadés »13. Surnommée « l’enfer vert », la Guyane devient dans l’imaginaire collectif un espace terrifiant et Cayenne le nouveau pandémonium. Afin de trouver un second souffle à ce projet de colonie pénitentiaire outre-Atlantique, l’administration et le ministère de la Justice puisent dans le vivier des condamnés indigènes aux travaux forcés pour continuer à alimenter la Guyane de forces vives. Les arguments avancés reposent sur une représentation racialisante des êtres humains (Reynaud Paligot, 2006), qui tend à faire des « forçats arabes » des personnes prédisposées à survivre au contexte sanitaire des régions tropicales, alors même que leurs corps ont déjà été éprouvés par la Conquête (Frémeaux, 2019, p. 77). En 1882, une étude anonyme qui pourrait être attribuée à un certain Joubert, inspecteur de l’administration pénitentiaire, reprend à son compte les arguments racialistes qui ont conduit à l’arrêt provisoire de la transportation d’Européens, tout en se montrant très critique à l’égard du recrutement de « forçats arabes » pour la Guyane :

  • 14 . ANOM, FM GUY//112, carton 112 dossier L1 (08), « Étude sur la transportation à la Guyane ».

« […] Ces hommes [européens], tous dans la force de l’âge, ont en perspective, le jour où ils débarquent à la Guyane, une vie dont la durée probable est de 7 ans et demi, alors qu’à la Nouvelle-Calédonie, pour la même catégorie d’individus, cette durée dépasse 21 ans et demi. […] La transportation à la Guyane a été une œuvre mauvaise […], en 1867, au lieu d’arriver à une réforme radicale, on n’a adopté qu’un moyen terme. […] On envoie à la Guyane les forçats arabes et les individus d’origine africaine ou asiatique, condamnés aux Travaux forcés ou à la réclusion par les tribunaux des colonies. […] Je suis d’avis que les nègres et les asiatiques peuvent être utilisés à la Guyane. Mais l’arabe est-il apte à vivre, à travailler, et surtout à être agriculteur à la Guyane ? […] L’Arabe meurt presque autant que l’Européen […], on a qu’à jeter un coup d’œil sur les tableaux statistiques que publie l’Administration, dans les Notices sur la transportation […]. L’Arabe est loin d’être épargné par l’impaludisme. Il ne résiste pas beaucoup plus au climat que l’Européen, et devient cachectique presque aussi rapidement que ce dernier. Au bout de quelques années, anémié et impaludé, présentant un foie hypertrophié, une rate énorme, de l’œdème des membres inférieurs à la moindre fatigue, en un mot tous les signes de la cachexie, incapable de travailler, il traîne dans les hôpitaux un peu plus longtemps que l’Européen avant de succomber, c’est-à-dire qu’il coûte un peu plus cher au budget. […] L’Arabe y trouve une fin plus rapide (à la Guyane). […] Pour le transporté arabe, de même que pour le transporté européen, la Guyane ne sera jamais qu’une infirmerie et un cimetière 14».

  • 15 . La loi du 27 mai 1885 instaurant la relégation des récidivistes va contribuer à réinscrire la Guy (...)

5Malgré le contexte sanitaire, les logiques comptables ainsi que les préjugés raciaux ont présidé à l’envoi de transportés coloniaux, majoritairement Algériens, en Guyane entre 1867 et 188715. En Algérie, l’archipel carcéral guyanais est au service d’une répression coloniale schizophrène qui tend à exclure de leur terre natale ces nouveaux indésirables et ambitionne de les régénérer par le travail forcé pour en faire de futurs colons au service du développement de la Guyane. Un paradoxe que l’auteur du rapport anonyme précité ne manque pas de soulever :

  • 16 . ANOM, FM GUY//112, carton 112 dossier L1 (08), Ibid.

« […] Les Européens diminuent, on donne des concessions aux Arabes. On ne peut recruter qu’un petit nombre de femmes de cette dernière race : on fait des mariages croisés entre arabes et européennes. Je ne pense pas qu’on se figure arriver à de meilleurs résultats. […] Je ne m’arrête pas non plus à faire ressortir tout ce qu’a de bizarre l’idée (si toutefois on a cette idée, et en admettant qu’elle fût réalisable) de fonder, à grands frais pour le budget de la France, une colonie arabe à la Guyane. […] 16».

  • 17 . Le corpus utilisé ici repose principalement sur l’étude du registre des matricules des transporté (...)
  • 18 . Nous faisons ici montre de prudence car, bien que l’inventaire des archives aux ANOM ne laisse au (...)

6L’objet du présent article est de revenir sur le contexte politique et social dans lequel s’ouvre la période algérienne des bagnes de Guyane (1867-1887), de réinscrire ces derniers dans la géographie des circulations forcées « trans-impériales », tout en dessinant les contours de la première génération de transportés algériens de droit commun. Pour ce faire, nous avons choisi d’établir notre corpus de sources17 autour du convoi du 27 juillet 1868 qui semble avoir été le premier convoi de condamnés algériens depuis l’arrêt provisoire des condamnés européens vers la Guyane18. Ce convoi compte 150 Algériens condamnés aux travaux forcés entre 1864 et 1867. Au « Royaume arabe » de Napoléon III, cette période correspond à des « années de misère » (Frémeaux, 2019, p. 123).

Un rêve impérial, un drame algérien (1861-1868)

7En 1851, la population algérienne se compose de 2 323 855 indigènes, 131 283 Européens dont 63 044 colons français et 65 598 militaires à « l’autorité et l’influence certaines » (Rey-Goldzeiguer, 1963, p. 124). Les militaires continuent en effet de considérer l’Algérie comme « un apanage leur appartenant par droit de conquête » (ibid.). Dans cette nouvelle colonie française, le long XIXe siècle se poursuit dans un contexte politique, économique et militaire instable. Le projet colonial de la France est régulièrement entravé par la résistance, passive ou active, des populations autochtones. L’arsenal judiciaire qui se met en place dès 1830 accompagne la guerre de conquête et la répression. Dès la monarchie de Juillet, le littoral méditerranéen français est ainsi intégré à la géographie carcérale algérienne en vertu de l’arrêté du 30 avril 1841 qui proclame que sont « traités comme prisonniers de guerre et transférés dans un des châteaux ou forteresses de l’intérieur pour y être détenus, les Arabes appartenant aux tribus insoumises de l’Algérie qui seraient saisies en état d’hostilité contre la France » (Thénault, 2015, [En ligne]).Pour Sylvie Thénault, cet arrêté n’inaugure pas l’internement en France d’Algériens car dès 1836, le général Bugeaud avait pris l’initiative d’y envoyer des prisonniers de guerre. Si le traitement de ces derniers s’inscrit dans une continuité militaro-politique (ibid.), celui des condamnés de droit commun se fait dans une continuité judiciaire : les Algériens envoyés au bagne de Toulon côtoient des détenus européens condamnés pour des faits équivalents. Or, entre 1830 et 1847, quelle portée donner à la criminalité quand la conquête du territoire n’est pas terminée ? Certains forçats algériens internés à Toulon avant 1847 justifient leurs actes par des arguments qui relèvent plus du fait de résistance que de l’infraction pénale. Ainsi, lorsque le docteur Hubert Lauvergne (1797-1859), médecin en chef de l’hôpital des forçats de Toulon, demande à des détenus algériens les raisons pour lesquelles ils ont assassiné un Français, leur réponse est sans appel : « Parce qu’il est venu s’asseoir sous notre tente en ennemi et pour l’empêcher de nous prendre ce que Dieu nous a donné » (Lauverne, 1841, p. 182).  Il en va de même lorsqu’il interroge un jeune fellah illettré condamné pour vol : « Voler son ennemi, c’est lui ôter son pain pour qu’il meure » (idem, p. 191) lui répond-il. Alors qu’il fut un lieu d’internement important de la conquête de l’Algérie à sa fermeture en 1873, le bagne portuaire de Toulon est tombé dans l’oubli. On sait peu de choses sur le quotidien de ces « forçats arabes », si ce n’est qu’avant 1854, il existait déjà des interprètes et des infirmiers algériens recrutés parmi les condamnés » (idem, p. 190-191), et qu’au sein de cette population carcérale on retrouve différentes catégories sociales, du pieux vieillard résigné au jeune voyou marginalisé (ibid.). Antisémite, racialisante et ponctuée de descriptions orientalistes, l’étude publiée en 1841 par le docteur Lauvergne et intitulée Les forçats considérés sous le rapport physiologique, moral et intellectuel, observés au bagne de Toulon, n’a d’intérêt ici que parce qu’elle consacre plusieurs pages aux internés indigènes algériens de confessions juive et musulmane, témoignant ainsi d’un pan méconnu de la conquête.

  • 19 . Lettre sur la politique de la France en Algérie adressée par l’empereur au maréchal Mac Mahon, du (...)
  • 20 . Sénatus-consulte du 14 juillet 1865 sur l’état des personnes et la naturalisation en Algérie.

8Sous le Second Empire, la sociologie des « forçats arabes » au bagne de Toulon n’a guère évolué, mais le contexte politique et économique est différent. Dix-sept ans après la reddition de l’Émir Abdelkader une partie du pays s’embrase : l’insurrection des Ouled Sidi Cheikh (février 1864-novembre 1865) partie du Sud Oranais, s’étend sur l’ensemble des Hautes plaines jusqu’au Hodna et atteint la Kabylie orientale (Frémeaux, 2019, p. 111). La révolte surprend le commandement militaire par son ampleur et les forces en présence se montrent incapables de la contenir. Il faudra mobiliser, selon Jacques Frémeaux, 80 000 soldats pour y mettre fin. La répression est sévère tandis qu’une nouvelle politique impériale visant à faire de l’Algérie « un royaume arabe, une colonie européenne et un camp français19 » se concrétise. Mais les réformes législatives inspirées du saint-simonien Ismaël Urbain20 se heurtent à un contexte économique et sanitaire dramatique qui touche principalement le monde rural. En 1866, une série de catastrophes naturelles conjuguée à une pression fiscale importante et à une gestion administrative désastreuse des récoltes, sont à l’origine d’une importante famine et d’épidémies de typhus et de choléra. Le nombre de victimes augmente tandis que les réponses étatiques et les initiatives d’organismes charitables restent inefficaces. Immortalisée par le peintre Gustave Guillaumet la « famine d’Algérie » (1866-1868), met en lumière le drame de la colonisation. Pour paraphraser Bernard Taithe, elle est aussi l’illustration des « contradictions entre les ambitions du pouvoir colonial militaire et son incapacité à contrôler un territoire et ses populations » (Taithe, 2010). Il reste difficile d’évaluer avec certitude le nombre des victimes. Le bilan officiel fait état de 215 000 morts, mais il fut contesté dès sa publication. Au final, ces années de grande misère auraient provoqué la disparition d’un quart à un tiers de la population musulmane (Yacono, 1979 ; Kateb, 1998 ; Taithe, 2010). Cet effondrement démographique attise l’appétit de certains « colonistes » (Frémeaux, 2019, p. 125) tandis que Monseigneur Lavigerie, archevêque d’Alger en 1867, perçoit dans ce drame humanitaire la possibilité de mener des actions prosélytistes auprès des orphelins musulmans. Au-delà des morts, cette crise alimentaire et sanitaire amplifie les mécanismes de la pauvreté à l’origine de l’aggravation de la criminalité et de l’insécurité des campagnes algériennes. Le témoignage du constantinois Auguste Vital, médecin indigénophile proche d’Ismaël Urbain, est précieux car il permet de décentrer le regard sur ces événements :

  • 21 . Lettre du 24 décembre 1867 citée par Nouschi (1958) cité par Frémeaux 2019, p. 124.

« Tous les indigènes ne savent pas se résigner à mourir de faim. Si l’on en ramasse chaque jour sur les routes expirants ou morts déjà de cette torture, il y en a beaucoup aussi qui exploitent les routes et dévalisent soit les Européens soit leurs coreligionnaires moins malheureux. Les vols se multiplient à foison et se pratiquent avec une audace et une entente qui indiquent à la fois le degré de la faim et le nombre de ceux qui en souffrent21 ».

9La criminalité de la période 1864-1867 dans laquelle s’inscrivent les transportés du convoi du 27 juillet 1868 vers la Guyane, doit être réévaluée à la lueur de l’ensemble de ces événements.

« Gens pauvres, pauvres gens22 », vers une paupérisation
de la paysannerie algérienne (1830-1868)

  • 22 . Expression empruntée à l’historien André Gueslin (1998).

10Avant 1830, la société rurale algérienne est une société pastorale, empreinte de religiosité (Filali, 2002). Les espaces agricoles sont partagés, selon Omar Bessaoud, « entre différentes formes d’utilisation et d’appropriation souvent complémentaires les unes des autres » (Bessaoud, 1999). Sous la Régence d’Alger, l’organisation de la propriété foncière est le produit d’une histoire domaniale séculaire, influencée par le droit coutumier et islamique (Khalfoune, 2006), la question de la propriété privée diffère selon les territoires. Or, l’ordonnance du 21 août 1830 créé en Algérie le « Domaine de l’État », prélude à la confiscation des terres (Nouschi, 2014, p. 190). La guerre de conquête et la répression des insurrections post-1847 sont d’une extrême violence, le but de l’armée n’est ni plus ni moins que de soumettre les populations par le glaive et de faire main basse sur leurs ressources. Les ordonnances royales des 1er octobre 1844 et 21 juillet 1846 définissent un nouveau régime foncier favorable aux colons. Jacques Budin, auteur d’une thèse sur la population rurale de la région de Bône entre 1832 et 1914 (Budin, 2017) souligne que ces ordonnances « organisent la propriété rurale dans les territoires de colonisation selon deux principes : primo, les terres sont soit propriété privée, soit propriété de l’État ; secundo, la propriété privée se prouve par un titre écrit et « régulier ». En corollaire à ces deux principes, les terres dépourvues d’un titre de propriété écrit et « régulier » sont réputées « vacantes et sans maître » – comme les terres dont la propriété n’a pas été réclamée – et sont incorporées au domaine de l’État. L’adoption de ces deux principes conduit à bouleverser fondamentalement les régimes fonciers antérieurs à l’occupation française » (idem, [En ligne]). Par ailleurs, la loi du 16 juin 1851 sur la constitution de la propriété foncière en Algérie, transfère au Domaine de l’État toutes les eaux et forêts. Le sénatus-consulte de 1863, loin de protéger les tribus algériennes de l’appétit foncier des colons, participe directement à leur spoliation. Pour Didier Guignard, ce texte de loi renforce à la fois les prérogatives de l’État colonial en matière de gestion des terres des tribus et la colonisation européenne (Guignard, 2010). Il pose de surcroît « les bases de la propriété individuelle et d’une société capitaliste, tout en alimentant les réserves domaniales » (idem [En ligne]). L’ensemble de ces textes juridiques contribuent à déstabiliser très fortement la société rurale traditionnelle jusqu’alors solidariste et segmentée en tribus, familles élargies et clans (Meynier, 2014). L’œuvre du poète errant, Si Mohand Ou Mhand, contemporain des transportés algériens de 1868, exprime le désarroi de ces laissés-pour-compte de l’Algérie française :

  • 23 . Vers traduits par Mouloud Mammeri et cités par Boudjemâa (2008), p. 63.

« Jadis, je fus clerc aux soixante sourates
Jadis, je maniais la plume, m’adonnais à l’étude sans repos 
Mon nom était connu de tous
Jadis, j’étais chevalier, comblé de biens et entouré de disciples 
Nul n’est libre de rester chez lui, de l’exil amer est la condition 
De la déchéance à laquelle on se résigne mal à l’inquiétude.
Voilà le lot quotidien du poète.
Les anciennes solidarités ont volé au vent des neuves ruptures. 
En ce siècle ingrat, nul ne te secourt si tu tombes »23.

  • 24 . Sur ces 130 forçats, on distingue toutefois un cas très particulier dont on ne peut pour l’heure (...)

11À l’image du poète, les « forçats arabes » étudiés dans cet article, ont évolué dans une société rurale qui se meurt, au sens propre comme au sens figuré. La moyenne d’âge des hommes qui constituent notre étude est de 31 ans, le plus âgé a 56 ans, le plus jeune a 17 ans. Très largement analphabètes (89 %), ils constituent un groupe social hétérogène. Le groupe majoritaire reste celui des hommes mariés avec enfants (39 %) suivi de près par les célibataires (38 %). Originaires principalement des départements d’Oran (36 %), Constantine (36 %) et Alger (27 %)24, leurs professions soulignent une origine rurale très modeste : 49 % se déclarent cultivateurs contre 14 % journaliers, mais seulement 9 % possèdent des biens sans que l’on sache exactement s’il s’agit de terres. La présence au sein de ce groupe de deux tirailleurs (2e régiment de tirailleurs algériens) condamnés pour vol au sein de leur unité et de quelques bandits de grands chemins clôture notre panel. Cette surreprésentation de paysans pauvres est symptomatique d’un contexte historique où la question du foncier est particulièrement prégnante. Les tensions liées à l’usage de l’espace rural se multiplient, le cas particulier du village colonial de Draria, dans la banlieue d’Alger ne fait pas exception. En 1846 déjà, les vols dans les champs engendraient « un sentiment diffus de peur » (Zytnicki, 2019, p. 122). Quelques années plus tard, en 1855, le village est le théâtre de nombreux conflits à l’origine, de « "contestations et rixes fréquentent" opposant le sieur Berthelot et ses voisins indigènes, à qui il refusait de laisser parcourir un chemin qui traversait sa propriété au motif qu’il n’était pas un passage public » (idem, p. 123). À Draria comme ailleurs en Algérie, la crise alimentaire des années 1866-1868 contribue à cristalliser ces tensions et à intensifier les clivages sociaux. L’augmentation de la délinquance et de la criminalité met à l’épreuve l’autorité coloniale et crée un sentiment d’insécurité partagé par l’ensemble de la société rurale, colons et indigènes compris. Si le recours à la transportation vise bien, comme le souligne Marine Coquet, à « museler les velléités insurrectionnelles » et à « protéger les intérêts fonciers et économiques des colons face aux vols et aux crimes des « indigènes » (Coquet, 2016, p. 163), le contexte dans lequel il s’inscrit questionne. D’autant que le projet « coloniste » visant à remplacer les populations indigènes par des colons européens ne peut être ignoré des juges, qu’ils soient civils ou militaires. La faiblesse numérique des récidivistes (12 %) au sein du convoi du 27 juillet 1868 suggère un recours disproportionné à la peine de travaux forcés alors que la justice algérienne dispose de plusieurs établissements pénitenciers locaux.

Éloigner les indésirables et régénérer les « indigènes-colons25 »

  • 25 . Expression empruntée à Marine Coquet (2016).

12En 1843, le général Bugeaud avait déjà émis le souhait de pouvoir diriger vers la Guyane tout indigène qui s’opposerait à la conquête (Pierre, 2016). Quelques années plus tard, la loi du 30 mai 1854 réalise en partie son souhait puisqu’elle fait de la Guyane un lieu de relégation ouvert aux condamnés algériens et européens, tout en aménageant un « doublage » :

  • 26 . À partir de 1868, le voyage retour est à la charge des libérés.

« Tout individu condamné à moins de huit années de travaux forcés sera tenu, à l’expiration de sa peine, de résider dans la colonie dans un temps égal à la durée de sa condamnation26. Si la peine est de huit années, il sera tenu d’y résider pendant toute sa vie […] en cas de grâce, le libéré ne pourra être dispensé de l’obligation de résidence que par une disposition spéciale des lettres de grâce. »

  • 27 . ANOM, FM H46, dossier « Transportation, Guyane française.1. Repris de justice en rupture de ban ( (...)
  • 28 . ANOM, FM H46.
  • 29 . ANOM, FM H46, Liste nominative des repris de justice soumis à la transportation en Guyane en vert (...)

13Toutefois, contrairement aux rêves de Bugeaud, cette colonie pénitentiaire est réservée exclusivement aux condamnés indigènes de droit commun, alors qu’elle est ouverte aux politiques européens. Le premier convoi de transportés originaires d’Algérie semble d’ailleurs avoir été composé de repris de justice européens. Les Archives nationales d’outre-mer ont en effet conservé la trace d’un convoi vers la Guyane en 1859, composé de repris de justice en rupture de ban internés dans l’établissement disciplinaire de Lambèse27. L’établissement connaît alors une surpopulation carcérale et il semble que l’envoi vers la Guyane se fasse dans un souci de désencombrement et sur la base du volontariat. On retrouve ainsi la liste nominative de 169 repris de justice volontaires, tous européens, tandis que d’autres documents évoquent un élargissement du convoi à d’autres prisons, et notamment celle de Batna28. Notons également qu’en avril 1859 sur les 1369 repris de justice soumis à la transportation en Guyane en vertu de l’application de l’article 1er du décret du 8 décembre 1851, aucun n’est Algérien29. Rien d’étonnant à cela, puisque ce décret porte sur les individus placés sous la surveillance de la haute police et ceux reconnus coupables d’avoir fait partie d’une société secrète. Précédés par ces condamnés politiques européens, les transportés du convoi du 27 juillet 1868 les retrouveront à leur arrivée en Guyane, ce qui pose la question de leur cohabitation. L’effacement des catégories coloniales au sein du bagne a eu parfois pour effet de renverser les rapports de domination. Dans ses velléités totalitaires, l’institution pénitentiaire confronte les transportés à « un choc carcéral » étudié par Jean-Lucien Sanchez. Ce choc « les expose à une brutale réalité : une vie recluse où toutes les activités quotidiennes sont exercées dans un lieu unique et sous la tutelle d’une autorité » (Sanchez, 2014). 

  • 30 . Sur les 150 condamnés algériens présents dans ce convoi nous n’avons pu en étudier que 130.
  • 31 . Il reste à évaluer si ce détachement se fit dans des conditions similaires à la chaîne des forçat (...)
  • 32 . Sur décision du préfet maritime en date du 23 juillet 1868.

14Sur les 130 individus étudiés30, nos recherches actuelles ne nous ont pas permis de retracer avec précision le parcours de ces forçats en Guyane. De plus, aucun élément archivistique ne nous permet pour le moment d’analyser leur vie quotidienne aux bagnes des Îles-du-Salut, de Kourou ou de Saint-Laurent-du-Maroni, principaux points de chute des membres du convoi du 27 juillet 1868. Sur les 130 individus étudiés, 60.76 % des peines sont inférieures ou égales à 8 ans. À elles seules, les juridictions militaires du département de Constantine rassemblent 22 % des peines prononcées, suivent les conseils de guerre d’Oran (17 %) et d’Alger (11 %). L’ordre est sensiblement différent pour les cours d’assises : celles du département d’Oran arrivent en tête (21 %), suivies par celles d’Alger (19 %) et de Constantine (10 %). 42 % des condamnés ont fait appel de leur jugement. Il reste néanmoins à remonter le fil de l’histoire de la justice coloniale sous le Second Empire, afin de mieux comprendre leurs parcours judiciaires et la manière dont ils et/ou leurs familles ont accueilli le jugement. Une fois la peine confirmée, les condamnés sont d’abord renvoyés en prison avant d’être envoyés au bagne de Toulon où ils purgent une partie de leur peine jusqu’à leur détachement de la chaîne31, le 26 juillet 186832.

  • 33 . Cette expression englobe de fait les tatouages berbères d’Afrique du nord. Les travaux de Luc Ren (...)

15Au bagne, les appartenances ethniques et sociologiques s’effacent au profit d’une hiérarchisation catégorielle. Avant l’ère de l’anthropométrie judiciaire, les registres des gardes-chiourmes du bagne de Toulon conservent toutefois de précieux renseignements signalétiques sur les transportés. Ainsi, certains forçats portent des traces de vaccination antivariolique (2 %), témoins de la présence d’infirmeries itinérantes militaires dans leur région. Au-delà de la langue et de la religion, les « forçats arabes » se distinguent par des tatouages spécifiques dont la fonction première est prophylactique et/ou protectrice. Ils sont le plus souvent présents sur les mains, les poignets et les bras. Désignés par l’administration pénitentiaire par l’expression « tatouages arabes 33 », certains font figure « d’amulette permanente » (Doutte, 1909, cité par Marcy, 1931), ce qui n’enlève rien à leur valeur ornementale qui du reste les rend distincts des autres forçats. Ils sont surtout révélateurs des peurs et des croyances de ce désert médical qu’est alors la campagne algérienne.

  • 34 . ANOM, FR CAOM COL H2170 et FR CAOM COL H2171.
  • 35 . La chaîne est le convoi des forçats attachés par un lien métallique à une même chaîne, qui partai (...)

16En 1868, Toulon est l’antichambre des bagnes coloniaux et le point de départ vers la Guyane et la Nouvelle-Calédonie. Des centaines de « forçats arabes » issus des quatre coins d’Algérie s’y côtoient pour la première fois. Leur arrivée ne semble pas avoir bouleversé l’organisation générale du bagne, habituée à gérer les « forçats arabes ». Et lorsque certains s’opposent à « l’institution totale », l’administration pénitentiaire se contente d’appliquer son règlement. Les registres consultés font en effet état de punitions pour « refus de travail » ou « réponses injurieuses » lesquelles pouvaient aller de quelques jours de cachot aux coups de corde34. À l’intérieur de l’institution du bagne, ces refus d’obéissance n’ont rien d’exceptionnel, dans l’ancien bagne de Rochefort par exemple, Grégory Bériet rappelle que « la multiplicité des formes de refus (réclusion, retranchement, exclusion rationnement, etc.) constitue un élément structurant des dispositifs répressifs de l’administration du bagne, le refus, en tant que posture de rébellion, apparaît également comme une caractéristique majeure de la psychologie collective de la chiourme. […] En déniant à l’autorité pénale le droit de le contraindre, le forçat récupère une part de son intégrité physique ainsi que de sa singularité psychique » (Bériet, 2012). Si l’on ignore les conditions dans lesquelles se déroulait le « détachement de la chaîne35 » des transportés algériens à Toulon, on sait en revanche qu’après la fermeture du bagne (1873), le navire partait d’Alger. Au début du XXe siècle, c’est une foule démonstrative qui accompagne les transportés depuis le port d’Alger, avec d’autant plus de force qu’à cette période on n’ignore rien du sort réservé à ceux qui sont envoyés en Guyane :

  • 36 . Témoignage de Léon Collin, médecin militaire, cité par Pierre (2016, [En ligne]).

« Des scènes de désolation inénarrables se passent à bord des barques indigènes, venues assister au départ. Les matelots ont grand mal à écarter tous ces curieux à coups de gaffe. Des mouquères au visage voilé poussent des cris véritablement déchirants ; une vieille juive se jette à l’eau de désespoir, lorsqu’elle voit son fils gravir la coupée du transport. Toute la populace de la Bab el Azoun et de la Kasbah salue d’« Au revoir ! » frénétique l’ami reconnu qui monte l’échelle à son tour. […] La foule grouille sur les quais, car ce passage de La Loire, deux fois l’an, est un gros événement dans un certain monde. Jusqu’au départ, les barques chargées de parents et d’amis des condamnés sillonnent la rade. Les exhortations, les souhaits ne manquent pas aux futurs exilés.36»

  • 37 . Régime destiné à permettre aux forçats de prendre des forces avant la traversée en direction du b (...)

17En 1868, Cayenne n’évoque rien aux « forçats arabes », si ce n’est un lieu situé hors du monde islamique et cette donnée suffit à générer bien des inquiétudes. Nous avons en effet évoqué précédemment les particularités de la société algérienne et si l’on ne dispose pas d’écrit de ces transportés, les poèmes de Mohamed Belkheir, interné à Calvi en 1884 pour son incitation et sa participation à la révolte des Ouled Sidi Cheikh, sont contemporains des transportés étudiés. Si pour Belkheir la Corse est un lieu craint car situé hors de l’Oumma, Cayenne a pu également apparaître pour les transportés comme un lieu de désolation : « À Calvi exilé, avec Cheikh Ben Douina, nous voilà otages ! Quand agiras-Tu, Créateur, sauveur des naufragés entre deux océans ? J’étouffe et veux fuir du pays des roumis chez les musulmans » (Belkheir, 2003, cité par Thénault, 2015). Les transportés ont eu connaissance de leur départ pour la Guyane le 23 juillet 1868, date de leur « détachement de la chaîne », mais les archives consultées restent muettes quant à leurs conditions de vie avant le départ : ont-ils bénéficié du régime dit de « l’expectative37 » ? Le « détachement de la chaîne » a-t-il revêtu pour eux une organisation particulière ? Quelles connaissances avaient-ils de leur destination ? L’état de la recherche actuelle ne nous permet pas d’apporter des éléments de réponse, mais une chose est certaine, ce départ est pour eux une nouvelle épreuve. Les conditions de la traversée n’ont sans doute pas différé de celles des condamnés européens. Le capitaine de la frégate est responsable de l’ordre sur son navire, il peut donc avoir recours à des mesures disciplinaires pour contraindre certains récalcitrants et éviter toute mutinerie (Sanchez, 2012). Pour tous les convois, la promiscuité des cales et le mal de mer conjugués à l’expectative du bagne sont à l’origine de tensions multiples. Parmi le groupe de forçats étudié, aucun décès n’est à déplorer au cours de la traversée mais cette information est à nuancer dans la mesure où trois transportés meurent entre le 15 et le 18 août 1868, soit aux premiers jours de leur arrivée.

  • 38 . Ils seront définitivement fermés en septembre 1868.

18Lors de leur arrivée en Guyane, les forçats conservent la même répartition catégorielle que celle qui prévalait au bagne de Toulon : ils sont répartis entre « fatigants » (voués aux travaux les plus pénibles) et « incurables », ces derniers constituent une catégorie minoritaire, à peine 2% des effectifs. À l’été 1868, les camps annexes des Hattes et de Saint-Louis sont en cours d’évacuation38. Seuls cinq pénitenciers sont ouverts, il s’agit des établissements flottants suivants : Îles-du-Salut auxquels s’ajoutent « divers petits centres secondaires »(ministère de la Marine et des Colonies, 1869, p. 8). Selon le lieu de leur affectation, ils effectuent des travaux de terrassement ou de construction (Îles-du-Salut et Îlet-la-Mère, port de Cayenne), des travaux agricoles (Kourou, Saint-Laurent-du-Maroni) ou industriels (usine à sucre de Saint-Maurice (idem, p. 11-12)). Il est pour l’heure difficile de retracer les parcours individuels de chacun des 130 transportés, nous disposons toutefois de quelques statistiques, fondées sur les registres des chiourmes précités. Les tentatives d’évasion sont particulièrement nombreuses les trois premières années, le taux de réintégration également :

Tentatives d’évasion

Réintégration*

Année

Taux

Taux

1868

22,33 %

91,3 %

1869

1,5 %

100 %

1870

1,5 %

50 %

1871

2 %

50 %

1872

3,07 %

100 %

1876

1,5 %

0 %

*Statistiques obtenues à partir des données extraites des documents consultés, voir ANOM, FR CAOM COL H2170 et FR CAOM COL H2171.

  • 39 . Les lieux de décès recensés sont : îles-du-Salut, Saint-Laurent-du-Maroni et Cayenne.
  • 40 . Terme arabe, à connotation péjorative, désignant celui qui n’est pas croyant en l’islam.

19Il faut dire qu’en 1868, le contexte est particulièrement propice aux tentatives d’évasion car l’administration pénitentiaire peine à recruter des surveillants militaires. L’entrée en application du décret du 20 novembre 1867, relatif à l’amélioration des conditions de travail de ces derniers, porte véritablement ses effets au cours des années suivantes. De plus, si les tentatives d’évasion s’érodent au fil des années, c’est aussi parce que les condamnations sont majoritairement inférieures à 10 ans de travaux forcés. Quant au taux de mortalité, on note que sur les 130 forçats, 25% meurent en cours de peine39. Alors qu’à Calvi, les condamnés politiques algériens bénéficient d’un régime d’internement plus souple, ceux envoyés en Guyane sont broyés par la violence du bagne. Si l’administration pénitentiaire veille à respecter leurs interdits alimentaires, elle ne prend aucune disposition pour leur inhumation. Confrontés à la mort, ils ne bénéficient pas d’une inhumation religieuse ni même d’un cimetière particulier. Et lorsqu’ils meurent aux îles-du-Salut, leurs corps sont jetés dans l’océan, au même titre que les autres condamnés de droit commun. Or, mourir au pays des kouffar40 qui plus est loin de toute inhumation religieuse est l’une des plus grandes peurs des « forçats arabes ». Ce que Mohamed
Belkheir clame dans ses poèmes n’est que le reflet de préoccupations partagé par les transportés : « Dans cette prison d’infidèles, je crains la mort sans tolba ni sourates, ni prières, ni chahada » (Belkheir, 2003, cité par Thénault, 2015). Ce fut pourtant là le sort des transportés algériens en terre guyanaise. Pour ceux qui survivent, lorsqu’ils ont accompli la moitié de leur peine et au moins 10 ans pour les condamnés à perpétuité (Taillemite, 2008), ils accèdent alors à la 1ère classe et peuvent recevoir une concession, être autorisés à faire venir leurs familles ou à en fonder une, être salariés chez un particulier ou être proposés pour une remise de peine, comme cela fut le cas pour 11% du groupe étudié. Selon les premières Notices de la Transportation, les « Arabes » représentent, en 1870, 28 % des effectifs de la première catégorie en Guyane, 39 % [,] en 1873, et 40 %, en 1875 (Cohen, 2014, p. 27). Le contrôle et l’encadrement de la population carcérale visent à gommer les individualités, le forçat n’a d’identité que celle que son statut et son uniforme lui confèrent. La hiérarchie pénitentiaire le place au dernier maillon de la chaîne, il est soumis à un règlement intérieur drastique et à une surveillance de tous les instants émanant du personnel pénitentiaire (commandant et surveillants militaires nommés par le ministre des Colonies) et des « contremaîtres choisis parmi les détenus appelés ‘‘porte-clefs’’, lesquels sont des intermédiaires entre l’administration et leurs codétenus et assistent les surveillants dans leur tâche de maintien de la discipline » (Taillemite, 2008). Certains Algériens parviendront à se hisser jusqu’à cette responsabilité à la fois enviée et exécrée. Dans l’imaginaire collectif, la figure du « porte-clefs arabe » est à la fois réductrice et sources de fantasmes. Pour les « forçats arabes » l’accession à ce poste s’inscrit dans une stratégie de survie, dernière étape vers la libération. En autorisant ce renversement de la domination coloniale, l’administration pénitentiaire entend s’appuyer sur les clivages ethniques pour mieux contrôler sa population. Elle nourrit, de fait, la discrimination à l’encontre des « forçats arabes », particulièrement après 1887. Le témoignage de l’avocate Mireille Maranger, publié en 1937, est à ce sujet éloquent :

« Que les Nord-Africains reçoivent cette investiture de préférence à d’autres n’aurait rien d’anormal si la fonction de porte-clefs ne donnait pas à ceux qui la remplissent un droit de domination absolue sur les autres condamnés. Et l’on voit immédiatement pour un Européen, et peut-être plus particulièrement un Français, le côté révoltant d’un système qui dans une administration française donne à des Arabes un droit sur sa personne » (Maroger, 1937, p. 102, cité par Coquet, 2016 p. 143).

Une « colonie arabe » en Guyane ? 

  • 41 . ANOM, FM F/80/1834.
  • 42 . Nous avons peu d’éléments biographiques sur cet interprète, les documents consultés laissent ente (...)
  • 43 . Voir à ce sujet la thèse précitée de Marine Coquet (2016) et tout particulièrement le chapitre co (...)

20Entre 1877 et 1885, les « forçats arabes » constituent le contingent le plus nombreux en Guyane (Coquet, idem, p. 149) et parmi eux les Algériens semblent avoir été le noyau dur. La présence importante de « forçats arabes » a nécessairement contraint l’administration pénitentiaire à s’adapter à cette population carcérale. Cette génération née pendant la conquête est encore porteuse de traits culturels qui peuvent avoir des répercussions sur la logistique des bagnes. Si, au bagne de Toulon, l’administration pénitentiaire s’était dotée d’interprètes recrutés parmi les condamnés, en Guyane l’institution semble avoir été quelque peu dépassée par l’arrivée de ces nouveaux transportés, au point qu’en 1881, on retrouve l’existence d’un « bureau arabe »41 qui paraît avoir été géré par l’interprète militaire Marchal42. Comment ces hommes ont-ils repensé leur altérité alors même qu’ils constituent une communauté très hétérogène, ne partageant pas toujours la même langue – berbère ou arabe – ni les mêmes références culturelles ? Pour les libérés, les travaux de Marine Coquet43 révèlent l’existence d’une organisation sociale relative à la concession et, cette fois-ci, l’administration pénitentiaire est attentive à leurs particularismes et souhaite même accompagner leur intégration en s’appuyant sur l’Islam pour mieux les encadrer. Ainsi, en 1881, le souhait du gouverneur de la Guyane française de construire une mosquée au cœur « d’un véritable centre arabe » et l’existence deux décennies plus tard au village de Saint-Maurice d’un marabout autoproclamé reconnu par l’institution carcérale (Coquet, 2016, p. 384) en atteste. En 1881, cette dernière organise, avec le soutien du ministère des Colonies, une mission en Algérie visant à impulser une politique matrimoniale en faveur des « concessionnaires arabes » en Guyane. Les travaux forcés devant permettre de régénérer les condamnés dans le but d’en faire la cheville ouvrière du développement de la colonie, cette politique matrimoniale part du constat du Gouverneur de la Guyane suivant :

  • 44 . ANOM, H1834, Rapport du gouverneur de la Guyane française adressé au ministre des Colonies, 2 aoû (...)

« […] L’Arabe que rien ne fixe, convertit tout en argent, vit de privations répétées, et attend le moment où ses économies lui permettront d’arriver par l’évasion à retourner en Afrique, il passe perdu pour la colonisation.44 »

  • 45 . Certaines étaient elles-mêmes des transportées mais une campagne de recrutement a aussi eu lieu e (...)
  • 46 . Tout au long du XIXe siècle, l’exode de familles algériennes s’est essentiellement concentré sur (...)
  • 47 . Le terme « relégué » renvoie au régime de la « relégation » définit par la loi du 27 mai 1885, il (...)

21Le déracinement des condamnés algériens semble suffisamment profond pour avoir été l’élément perturbateur du projet colonial visant à faire des Algériens des « indigènes-colons ». La présence sur le sol de la colonie de la Guyane de milliers de « forçats arabes » et de quelques femmes et enfants45, entre 1866 et 1953, pose plus de questions qu’elle n’apporte de réponses46. On ignore tout de la manière dont l’administration pénitentiaire s’est adaptée à cette population coloniale, de leur vie quotidienne et des contacts éventuellement tissés avec la population guyanaise. On ignore également tout du sort des évadés qui ont pu survivre à « l’enfer vert ». L’exil pénal des Algériens vers la Guyane a joué un rôle encore méconnu dans le développement de cette colonie et dans la longue histoire de la justice en Algérie. Les profils des transportés, puis des relégués47 sont pluriels et disent également beaucoup de la société coloniale dont ils sont issus. Pendant près d’un siècle, ce territoire français en Amérique a été l’une des clefs de voûte du maintien de la domination coloniale, d’Alger à Yên Bái. Retracer l’histoire de ces circulations forcées contribuerait sans nul doute à renouveler l’historiographie du fait colonial et impérial.

Haut de page

Bibliographie

Barbançon Louis-José, 2003, L’archipel des forçats : Histoire du bagne de Nouvelle-Calédonie, 1863-1931, Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

Barbançon Louis-José, Sand Christophe, 2013, Caledoun : histoire des Arabes et Berbères de Nouvelle-Calédonie, IANCP, coll. Archeologia Pasifika, Vol 1.

Belkheir Mohamed, 2003, Étendard interdit, Paris, Sindbad-Actes Sud (1re éd. 1976).

Bendjebbar André, 2016, « La fin du bagne de Guyane : entre droit et politique (1932-1940) », Histoire de la justice [En ligne], n° 26.

Beriet Grégory, 2012, « Accepter l’inacceptable : étude des stratégies de la marine face au refus de la transportation coloniale des forçats du bagne de Rochefort (1849-1854) », [En ligne] Cycnos, volume XXVIII.

Bessaoud Omar, 1999, « L’Algérie agricole : de la construction du territoire à l’impossible émergence de la paysannerie », Insaniyat [En ligne], n°7.

Boudjemâa Haïchour, 2008, « Si Mohand U Mhand, le Poète de l’exil, témoin de son siècle. Le drame d’un poète qui fut celui de tout un peuple », Timmuzgha, n°12, p. 63.

Budin Jacques, 2017, « La « reconnaissance » de la propriété rurale dans l’arrondissement de Bône (Annaba) en application des ordonnances des 1er octobre 1844 et 21 juillet 1846 », in Guignard Didier (dir.), Propriété et société en Algérie contemporaine. Quelles approches ?, Aix-en-Provence, IREMAM, [En ligne].

Budin Jacques, 2017, « Colonisation, acculturation et résistances : la région de Bône (Annaba, Algérie) de 1832 à 1914 », Thèse de doctorat en histoire, Université Aix Marseille.

Castan Nicole, Petit Jacques-Guy, Zysberg André (dir.), 2002, Histoire des galères, bagnes et prisons en France de l’Ancien Régime, Toulouse, Privat, coll. « Hommes et communautés ».

Cohen Murielle, 2014, Les Maghrébins de Saint-Laurent du Maroni : enjeux et sources, rapport pour le CIAP de Saint-Laurent du Maroni.

Coquet Marine, 2016, « La ville et le bagne. Histoire d’une commune pénitentiaire en terre coloniale, Saint-Laurent du Maroni, Guyane, 1857-1949 », thèse de doctorat, EHESS, Paris.

Donet-Vincent Danielle, 2003, De soleil et de silences. Histoire des bagnes de Guyane, Paris, La Boutique de l’histoire.

Filali Kamel, 2002, L’Algérie mystique. Des marabouts fondateurs au Khhwân insurgés XVe-XIXe siècles, Paris, Publisud.

Frémaux Jacques, 2019, Algérie 1830-1914, naissance d’une colonie, Paris, Desclée de Brouwer.

Goffman Erving, 1968, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, les éditions de minuit, coll. « Le sens commun ».

Gueslin André, 1998, Gens pauvres, Pauvres gens dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, Collection historique.

Guignard Didier, 2010, « Conservatoire ou révolutionnaire ? Le sénatus-consulte de 1863 appliqué au régime foncier d’Algérie », Revue d’histoire du XIXe siècle [En ligne], n°41.

Haddad Mouloud, 2010, « Les maîtres de l’Heure. Soufisme et eschatologie en Algérie coloniale (1845-1901) », Revue d’histoire du XIXe siècle [En ligne], n° 41.

Kateb Kamel, 1998, « La gestion statistique des populations dans l’empire colonial français. Le cas de l’Algérie, 1830-1960 », Histoire & Mesure, vol. XIII,n° 1-2. Compter l’autre, p. 77-111.

Khalfoune Tahar, 2007, « L’Algérie : champ d’expérimentation favori de (s) théorie (s) du Domaine », colloque Pour une histoire critique et citoyenne. Le cas de l’histoire franco-algérienne, 20 au 22 juin 2006, [En ligne], Lyon, ENS LSH.

Lamaison Denis, 2015, « Prospérité et barbarie : système économique et violence dans deux colonies françaises au XIXe siècle (la Guyane et l’île de La Réunion) », thèse de doctorat, EHESS, Paris.

Lauvergne Hubert, 1841, Les forçats considérés sous le rapport physiologique, moral et intellectuel : observés au bagne de Toulon, Paris, J.-B. Baillière.

Mammeri Mouloud, 1982, Les Isefra de Si Mohand, Paris, La Découverte.

Marcy Georges, 1931, « Origine et signification des tatouages de tribus berbères », Revue de l’histoire des religions [En ligne], vol. 102.

Maroger Mireille, 1937, Bagne (Le Travail au bagne, les surveillants. Les réformes à accomplir), Paris, Denoël.

Meynier Gilbert, 2014, « L’Algérie et les Algériens sous le système colonial. Approche historico historiographique », Insaniyat [En ligne], p. 65-66.

Ministère de la Marine et des colonies, 1869, Notice sur la Transportation à la Guyane française et à la Nouvelle-Calédonie pour les années 1866 et 1867, Paris, Imprimerie impériale.

Morlanne-Fedan Pierre et alii, 2013, « État sanitaire des condamnés à l’époque du bagne de Guyane », Histoire des sciences médicales, tome XLVII, n° 2, p. 77-87.

Nouschi André, 1958, Correspondance du docteur A. Vital avec Ismaël Urbain (1845-1874), Alger, Imbert.

Nouschi André, 2014, « La dépossession foncière et la paupérisation de la paysannerie algérienne », in Bouchène Abderrahmane et al. (dir.), Histoire de l’Algérie à la période coloniale, Paris, La Découverte coll. « Poche / Essais », p. 189-193.

Pierre Michel, 2000, Bagnards, la terre de grande punition, Cayenne 1852-1953, Paris, Autrement.

Pierre Michel, 2016, « Les Algériens aux bagnes de Guyane », Histoire de la justice [En ligne], vol. 26, n° 1.

Renault Luc, 2004, Marquage corporel et signation religieuse dans l’antiquité, Paris, EHESS.

Rey-Goldzeiguer Annie, 1963, « Les plébiscites en Algérie sous le Second Empire », Revue historique, tome CCXXIX, p. 123-158.

Reynaud-Paligot Carole, 2006, « Usages coloniaux des représentations raciales (1880-1930) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], n°99.

Rivière Thérèse, 1942, « Les tatouages berbères dans l’Aurès », Journal de la Société des Africanistes, 12, p. 64-82, rééd. J. Faublée dans Études et Documents berbères, 6, 1989.

Sanchez Jean-Lucien, 2012, « Les convois de forçats en direction des bagnes coloniaux : l’exemple du Martinière », in Prétou Pierre (dir.), Fureur et cruauté des capitaines en mer, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 236-251.

Sanchez Jean-Lucien, 2013, À perpétuité. Relégués au bagne de Guyane, Paris, Vendémiaire.

Sanchez Jean-Lucien, 2014, « Relégués en rébellion : révoltes, grèves et évasions à Saint-Martin-de-Ré et Saint-Jean-du-Maroni, de la fin du xixe siècle aux années 1930 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], n° 124.

Taillemite Hélène, 2008, « La vie au bagne », Criminocorpus [En ligne], dossier Les bagnes coloniaux.

Taithe Bertrand, 2010, « La famine de 1866-1868 : anatomie d’une catastrophe et construction médiatique d’un événement », Revue d’histoire du XIXe siècle [En ligne], n° 41.

Thénault Sylvie, 2012, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale, camps, internements, assignation à résidence, Paris, Odile Jacob.

Thénault Sylvie, 2015, « Une circulation transméditerranéenne forcée : l’internement d’Algériens en France au XIXe siècle », Criminocorpus [En ligne : http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2922/img-1.png, consulté le 09/05/19], dossier Justice et détention politique, Le régime spécifique de la détention politique.

Yacano Xavier, 1979, Histoire de l’Algérie, Paris, PUF, coll. QSJ.

Zytnicki Colette, 2019, Un village à l’heure coloniale. Draria, 1830-1962, Paris, Belin.

Haut de page

Notes

1 . Le projet de création d’un bagne en Guyane est le résultat d’une longue réflexion (Donet-Vincent, 2003). 

2 . On entend par archipel carcéral guyanais, l’ensemble des sites carcéraux guyanais placé sous la responsabilité de l’administration pénitentiaire et à destination des transportés et/ou relégués, camps forestiers inclus (1852 à 1953). Dans cette étude, nombreux sont les détenus algériens à avoir été envoyés au camp de la transportation de Saint-Laurent-du-Maroni ou aux Îles du Salut, archipel composé de trois îles – île Royale, île Saint-Joseph, île du Diable – qui doit son nom à l’expédition de Kourou de 1763-1765. Les Îles du Salut constituèrent le premier camp du bagne de Guyane et accueillirent en priorité des déportés politiques, des criminels dangereux et/ou des détenus jugés incontrôlables surnommés les « incorrigibles ».

3 . Dates de fermeture de ces bagnes portuaires dans l’ordre chronologique : Rochefort (1852), Brest (1858), Toulon (1873).

4 . Article 2 de la Loi sur l’exécution de la peine des travaux forcés du 30 mai 1854 : « Les condamnés seront employés aux travaux les plus pénibles de la colonisation et à tous autres travaux d’utilité publique. »

5 . Les travaux de Marine Coquet sur Saint-Laurent-du-Maroni effleurent la question de la présence de femmes algériennes en Guyane, il s’agit là d’un élément historiographique tout à fait inédit qui mériterait d’être développé avec l’appui de sources algériennes et de l’ensemble de l’archipel carcéral (Coquet, 2016).

6 . L’année 1898 marque la fin de la transportation en Nouvelle-Calédonie, après cette date, seuls les bagnes de Guyane resteront en activité jusqu’à la Libération. Même si le décret-loi du 17 juin 1938 met fin aux bagnes de Guyane, les premiers rapatriements n’interviendront qu’en 1946 et les derniers forçats quitteront Cayenne en 1953 (Bendjebbar, 2016).

7 . Mentionnons à ce titre la thèse de Denis Lamaison (2015) qui questionne cette proximité temporelle, notamment à travers le prisme de l’économie de plantation.

8 . À cette période, on compte également, quelques rares cas de condamnés déclarés Soudanais ou Marocains par l’administration coloniale (PV justice) qui vivent dans les départements français d’Algérie et sont condamnés aux travaux forcés pour des faits qui se sont déroulés sur ce même territoire. (Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM COL/H2170) Aux « forçats arabes » s’ajoutent également, des condamnés issus des Antilles et des colonies françaises d’Afrique et d’Asie numériquement plus faibles que les « forçats arabes ».

9 . En 1864-1865, la confédération tribale des Ouled Sidi Cheikh lance une insurrection en Oranie, obligeant la France à rappeler des troupes mobilisées au Mexique ou en Cochinchine. Cette insurrection reçoit le soutien des confréries religieuses de la région et le soutien de la population indigène du Sud de la division d’Oran.

10 . Les archives judiciaires de la période 1864-1868 seraient en Algérie. Cette étude est le point de départ d’une recherche plus large sur les transportés et relégués algériens aux bagnes de Guyane de 1852 à 1953. Faute d’avoir pu consulter les archives algériennes, on peine à comprendre pour le moment ce qui relève du droit commun et des faits de résistance.

11 . La thèse en cours d’Antonin Plarier permettra très certainement de combler ces lacunes historiographiques sous la IIIe République. Antonin Plarier, Le banditisme rural en Algérie coloniale 1871-1920, thèse dirigée par Sylvie Thénault, université Paris 1.

12 . Au milieu du XIXe siècle, l’Algérie dispose de centres pénitentiaires mais il est d’usage d’envoyer les condamnés politiques vers les « châteaux ou forteresses de l’intérieur » en vertu de l’arrêté du 30 avril 1841. Cette pratique semble avoir perduré jusqu’à l’insurrection de la Grande Kabylie de 1871 (Thénault, 2012 ; Thénault, 2015).

13 . ANOM, Fonds ministériels, H28, dossiers convois de 1867-1868.

14 . ANOM, FM GUY//112, carton 112 dossier L1 (08), « Étude sur la transportation à la Guyane ».

15 . La loi du 27 mai 1885 instaurant la relégation des récidivistes va contribuer à réinscrire la Guyane dans la géographie des bagnes coloniaux ouverts aux Européens, les transportés coloniaux continueront à y être envoyés mais leur supériorité numérique sera progressivement amoindrie.

16 . ANOM, FM GUY//112, carton 112 dossier L1 (08), Ibid.

17 . Le corpus utilisé ici repose principalement sur l’étude du registre des matricules des transportés de première catégorie, plus précisément sur les microfilms FR CAOM COL H2170 et FR CAOM COL H2171, soit les matricules 14683 à 14831.

18 . Nous faisons ici montre de prudence car, bien que l’inventaire des archives aux ANOM ne laisse aucun doute sur la pertinence de ce choix, il n’en reste pas moins que les archives sur les « forçats arabes » sont éclatées en plusieurs fonds et que nous ne sommes pas à l’abri de nouveaux éléments, notamment lorsque nous aurons analysé les fonds algériens.

19 . Lettre sur la politique de la France en Algérie adressée par l’empereur au maréchal Mac Mahon, duc de Magenta, Imprimerie impériale. 1865 (Frémeaux, 2019, p. 112-113).

20 . Sénatus-consulte du 14 juillet 1865 sur l’état des personnes et la naturalisation en Algérie.

21 . Lettre du 24 décembre 1867 citée par Nouschi (1958) cité par Frémeaux 2019, p. 124.

22 . Expression empruntée à l’historien André Gueslin (1998).

23 . Vers traduits par Mouloud Mammeri et cités par Boudjemâa (2008), p. 63.

24 . Sur ces 130 forçats, on distingue toutefois un cas très particulier dont on ne peut pour l’heure retracer son parcours, celui d’un ressortissant marocain domicilié près d’Oran.

25 . Expression empruntée à Marine Coquet (2016).

26 . À partir de 1868, le voyage retour est à la charge des libérés.

27 . ANOM, FM H46, dossier « Transportation, Guyane française.1. Repris de justice en rupture de ban (3e catégorie, 1re section) ».

28 . ANOM, FM H46.

29 . ANOM, FM H46, Liste nominative des repris de justice soumis à la transportation en Guyane en vertu de l’application de l’article 1er du décret du 8 décembre 1851, 11 avril 1859.

30 . Sur les 150 condamnés algériens présents dans ce convoi nous n’avons pu en étudier que 130.

31 . Il reste à évaluer si ce détachement se fit dans des conditions similaires à la chaîne des forçats européens.

32 . Sur décision du préfet maritime en date du 23 juillet 1868.

33 . Cette expression englobe de fait les tatouages berbères d’Afrique du nord. Les travaux de Luc Renaut (2014) ont montré que certains motifs de tatouages berbères trouvent leurs origines dans l’Antiquité.

34 . ANOM, FR CAOM COL H2170 et FR CAOM COL H2171.

35 . La chaîne est le convoi des forçats attachés par un lien métallique à une même chaîne, qui partaient à pied du bagne pour rejoindre le bateau qui les amenait en Guyane ou en Nouvelle-Calédonie.

36 . Témoignage de Léon Collin, médecin militaire, cité par Pierre (2016, [En ligne]).

37 . Régime destiné à permettre aux forçats de prendre des forces avant la traversée en direction du bagne (mise au repos et amélioration de l’alimentation).

38 . Ils seront définitivement fermés en septembre 1868.

39 . Les lieux de décès recensés sont : îles-du-Salut, Saint-Laurent-du-Maroni et Cayenne.

40 . Terme arabe, à connotation péjorative, désignant celui qui n’est pas croyant en l’islam.

41 . ANOM, FM F/80/1834.

42 . Nous avons peu d’éléments biographiques sur cet interprète, les documents consultés laissent entendre qu’il a eu une solide expérience en Algérie dans un bureau arabe avant son affectation en Guyane. On ignore la date de son affectation et de son départ de Cayenne.

43 . Voir à ce sujet la thèse précitée de Marine Coquet (2016) et tout particulièrement le chapitre consacré aux « Arabes » du Maroni, p. 380-392.

44 . ANOM, H1834, Rapport du gouverneur de la Guyane française adressé au ministre des Colonies, 2 août 1878 cité par M. Coquet (2016), p. 169-170.

45 . Certaines étaient elles-mêmes des transportées mais une campagne de recrutement a aussi eu lieu en Algérie. (Coquet, 2016, p. 169-176 ; Cohen, 2014, p. 32-33).

46 . Tout au long du XIXe siècle, l’exode de familles algériennes s’est essentiellement concentré sur les pays frontaliers et la Syrie.

47 . Le terme « relégué » renvoie au régime de la « relégation » définit par la loi du 27 mai 1885, il s’agit d’une peine qui s’ajoute quand la récidive de condamnation est constatée (Sanchez, 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Linda Amiri, « Exil pénal et circulations forcées dans l’Empire colonial français  », L’Année du Maghreb, 20 | 2019, 59-76.

Référence électronique

Linda Amiri, « Exil pénal et circulations forcées dans l’Empire colonial français  », L’Année du Maghreb [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/4514 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.4514

Haut de page

Auteur

Linda Amiri

Laboratoire MINEA (EA7485), Université de Guyane.

Haut de page