Navigation – Plan du site
L'inévitable prison
Prisons algériennes

Des lieux pour un « non-lieu » : Le camp algérien Paul-Cazelles et Hocine Kahouadji, militant FLN

Sites of « illegal detention » : The Algerian Camp Paul-Cazelles and Hocine Kahouadji, FLN militant
Susan Slyomovics
p. 139-158

Résumés

Un ensemble d’espaces carcéraux et de pratiques politico-légales ont produit, pendant la guerre d’indépendance algérienne, des Algériens sans droits. Avec le développement de l’incarcération d’Algériens par les autorités françaises à travers un usage continu et dynamique de la loi, de multiples espaces de détention ont de fait ainsi été créés pour accueillir les populations ayant bénéficié de « non-lieux » judiciaires : à défaut de charges suffisantes contre le mis en examen, le juge d’instruction prononçait un « non-lieu », mais, malgré cette décision rendue par le système judiciaire français, de nombreux militants algériens du FLN, arrêtés en France, ont été maintenus en prison dans divers espaces carcéraux et transférés des prisons métropolitaines vers les prisons coloniales en Algérie. Bien que les camps de prisonniers français en Algérie soient divers, nous nous concentrons ici sur le Camp Paul-Cazelles situé à Ain Ousseras, à 195 km au sud d’Alger, à la lumière du témoignage oral de Hocine Kahouadji, militant FLN.

Haut de page

Texte intégral

1Les discours sur les droits légitimes se déploient généralement au moment même où des populations sont privées du « droit d’avoir des droits » (Arendt 1949, 1973). Alors qu’Hannah Arendt faisait référence dans cette formule aux minorités d’Europe après la Seconde Guerre mondiale et aux apatrides qui, dépourvus de nationalité, étaient soumis à une violence extrême, le contexte colonial des Algériens en France et de l’Algérie française pendant la guerre d’indépendance ont produit d’autres moments historiquement, sinon comparables, du moins comparés. Le rapprochement entre les camps algériens et les camps nazis a été évoqué, par exemple, dans l’éditorial non-signé du journal Le Monde qui accompagnait un rapport de police sur le camp Paul-Cazelles :

  • 1 Ce texte a été publié par Le Monde, censuré et republié dans Témoignage et documents, « La résistan (...)

« (…) à Paul-Cazelles, comme dans les autres camps d’internement, les Algériens ont réussi, dans des conditions difficiles – comme l’avaient fait les déportés des camps nazis –, à organiser une résistance et à créer une administration clandestine superposée à l’administration française et contrôlant les activités de tous les internés ».1

  • 2 . La phrase en anglais est la suivante : « materialised in a ditch full of blood dug between Algeri (...)

2Il est motivé par de nouvelles pratiques politico-légales qui produisent, pendant la guerre d’indépendance algérienne, des Algériens sans droits et de multiples espaces de détention pour accueillir ceux qui avaient pourtant bénéficié de « non-lieux » judiciaires. D’ailleurs, pour l’historien James McDougall les conditions d’alors n’étaient plus seulement en continuité avec les iniquités du XIXe siècle, portées par le Code de l’Indigénat, mais s’inscrivaient plutôt comme une violente et profonde rupture « matérialisée par un fossé rempli de sang, creusé entre les Algériens et les Européens » (MacDougall, 2017, p. 202)2.

3Dès lors, l’incarcération des Algériens par l’administration française a suscité un débat à l’époque des faits, autour de l’usage dynamique de la loi, comme elle suscite toujours, aujourd’hui, le questionnement. Un des nœuds porte précisément sur le « non-lieu » comme outil de l’arsenal légal dont l’usage augmente alors pour conduire paradoxalement dans nombre de cas à l’emprisonnement. Le « non-lieu » est défini par l’article 177 du code de procédure pénale : « Si le juge d’instruction estime que les faits ne constituent ni crime, ni délit, ni contravention, ou si l’auteur est resté inconnu, ou s’il n’existe pas de charges contre la personne en examen, il déclare, par une ordonnance, qu’il n’y a pas lieu de suivre ».3 Théoriquement, le « suspect » est alors libéré. Or, malgré les décisions de « non-lieu », de nombreux militants algériens du Front de libération nationale (FLN), arrêtés en France, ont été maintenus en prison ou en camps avant d’être transférés de prisons métropolitaines vers les prisons coloniales en Algérie (Blanchard, 2008a). Et si à partir de 1954 et après cinq ans de revendications et de grèves de la faim par les détenus politiques algériens, la circulaire du 4 août 1959 du directeur de l’administration pénitentiaire a permis de définir les dispositions d’un régime spécial de « la catégorie A » concernant ces détenus, cela n’a pas empêché la poursuite de détentions arbitraires en cas de « non-lieux »4.

4Dans ce vaste archipel carcéral que constituent les camps de prisonniers, les prisons, et les sites de tortures, et pour comprendre ces ruses dans l’usage du droit, nous nous pencherons ici plus particulièrement sur le parcours d’un militant du FLN : Hocine Kahouadji. Malgré une décision de « non-lieu » prononcée en avril 1959, sa trajectoire pénale débute en France, à Fresnes et aux Baumettes, avant de se poursuivre en Algérie, à la prison Centrale de Maison-Carrée (El-Harrach) à Alger, à Beni-Messous et à Berrouaghia, pour s’achever dans ce qui sera son plus long séjour : le camp d’internement Paul-Cazelles. En Algérie, selon son témoignage, les prisonniers furent de facto encore plus privés de droits, à l’exception de quelques permissions gagnées de haute lutte au moyen de grèves de la faim (Zeggagh, 2012, p. 82-84). Partie sur les traces d’une mémoire vivante et sur les réflexions rétrospectives d’un ancien détenu dans ces conditions, j’ai donc conduit des entretiens à Tlemcen en 2017 et 2018 avec lui : Hocine Kahouadji, mon beau-frère, alors âgé de 86 ans. Ceux-ci sont devenus si essentiels qu’ils façonnent cet article. Hocine, l’acteur historique et l’ancien prisonnier politique, a partagé avec moi, anthropologue américaine, non seulement un lien de parenté mais également la conviction que les récits de la guerre d’Algérie traversent les générations. En encourageant le militant et prisonnier politique à devenir une source orale, l’expérience individuelle, tout en étant inénarrable – autour de la torture, de la prison –, ré-émerge à travers un témoignage personnel. L’entretien comble des absences dans les archives coloniales. Il facilite la reconnaissance de l’expérience carcérale individuelle comme une source orale valide qui apporte une preuve contre l’ordre politique colonial qui souhaite rendre certains lieux d’enfermement non-visibles, non-lisibles (Slyomovics 2005, p. 1-12). L’entretien et l’histoire orale sont au cœur de la pratique ethnographique vue comme une discipline de l’anthropologie, à la fois science et conscience, dialogue réflexif autour d’événements passés jugés comme historiquement signifiants et, par conséquent, dignes d’être enregistrés, transcris et transmis. Tandis que cet article se concentre sur Hocine comme source principale, des documents supplémentaires tirés des archives militaires françaises ont été apportés par des interviews filmées par Nouredine Adnani, extraites du documentaire algérien de 1983, Dhikrayat al-harb wa-al sadaqa (« Souvenirs de guerre et d’amitié »), ainsi que par des dossiers sur le camp de Paul-Cazelles conservés aux Archives de la Défense de Vincennes, et par les dossiers de justice de Hocine conservés aux archives de la Justice militaire à Le Blanc.

5À l’aune de tous ces matériaux, le parcours de Hocine Kahouadji illustre la construction progressive d’un « non-lieu » juridique qui, à son tour, suscite l’émergence de « non-lieux » spatiaux. Et, alors que le camp Paul-Cazelles a été l’objet d’une attention soutenue à l’époque de la guerre comme après l’indépendance, peu d’études ont replacé ce camp dans une dynamique carcérale complète, ce que permet l’examen minutieux de parcours de Hocine Kahouadji. Cet article est donc le récit d’un site, mais aussi d’un trajet.

Avant le « non-lieu » : une itinérance carcérale

  • 5 . Son nom de famille Kouloughli, écrit « Kaouaji » dans tous les documents français, a été retransl (...)

6Né à Tlemcen le 14 mai 1933 dans une famille kouloughli5, Hocine Kahaoudji considère que c’est son grand-père maternel, Mohamed Benyelles, boulanger lettré de Tlemcen, qui lui a inculqué l’amour de la patrie et le désir de la défendre. Après la Première Guerre mondiale, Mohamed Benyelles assistait aux réunions politiques pour la création de l’Étoile Nord-Africaine en 1926. Plus tard, à Tlemcen ou à Paris, quand les familles Kahouadji et Berber s’y sont installées dans les années 1950, le choix familial s’est néanmoins porté sur le FLN, et non sur le MNA de Messali Hadj, originaire également de Tlemcen :

Une délégation dans laquelle il y avait Abdelhamid mon frère et Mustapha, frère de mon beau-père, est allée chez Messali Hadj et lui a dit, « maintenant on ne sait plus sur quel pied danser, est ce que c’est le MNA qui est entrain de combattre en Algérie ou c’est le FLN ? Il faut qu’on sache dans quelle direction on va ». [Messali Hadj] leur a dit : « quand je vous donne l’ordre de faire quoi que ce soit, là vous le faites, du moment que je n’ai pas donné d’ordre vous ne faites rien ». Abdelhamid a dit à Messali Hadj : « il faut nous orienter, du moment qu’il y a le FLN et le MNA, la révolution algérienne est au nom de qui ? » [Messali Hadj] lui a dit : « ce FLN-là, c’est des gens qui sont incultes, il ne faut pas marcher avec eux, quand je vous dis quoi faire, vous le faites, du moment que je n’ai pas donné d’ordre vous ne faites rien ». Chez Zoubida et Mohamed Berber, un autre frère de mon beau-père, venaient les grands chefs des FLN, alors on s’est rencontré et s’est lancé dans le truc… C’est grâce à l’organisation qu’il y avait là-bas tout simplement.

7Le parcours migratoire n’interrompt pas l’engagement politique. Hocine Kahouadji arrive à Paris en septembre 1955, rejoignant son beau-père Sid-Ahmed Berber, avec qui s’est mariée sa mère Yamina Benyelles, ainsi que ses dix frères et sœurs à la Cité d’urgence d’Argenteuil. Il travaille alors comme Ouvrier Spécialisé dans la métallurgie (montage) à l’Usine « La Cellophane » de Bezons, en Seine-et-Oise, jusqu’à son arrestation en septembre 1957 sous le chef d’inculpation d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État.

8La guerre coloniale s’était alors étendue à la métropole. Les tribunaux permanents des forces armées (TPFA) algériens envoyaient, à partir de cette année-là, des mandats d’arrêt et d’amener afin de faciliter une détention administrative en Algérie (Thénault, 2001, André, 2018). Il s’agissait de « mettre hors d’état de nuire » des nationalistes influents. C’est le cas des frères Berber/Kahouadji. Selon Hocine, Abdelmajid était le « chef », lui-même était son second, et Abdelhamid venait après. D’après le dossier de police d’Abdelmajid que j’ai présenté à Hocine, et malgré son objection devant le terme « évolué » teinté du racisme colonial, il estime que le document offre une description applicable aux trois frères pour ce qui concerne leur engagement dans la cause nationaliste :

  • 6 . Je remercie Emmanuel Blanchard qui a effectué cette recherche sur Abdelmajid Berber dans les doss (...)

Évolué, possédant une bonne culture française, il était chargé d’expliquer aux militants, les tracts, les bulletins intérieurs et les bulletins d’information de la Fédération du FLN. Très virulent et fanatique Abdelmajid Berber appliquait à la lettre tous les ordres qui lui étaient donnés… C’est un individu dangereux en raison de son âge, de son degré d’évolution et de son fanatisme. De plus, il appartient à une famille de nationalistes notoires.6

  • 7 . Voir le film tourné à Camp de Djorf de Mohamed Lakhdar-Hamina, Le vent des Aurès (1966). Les rapp (...)
  • 8 . À partir du 7 octobre 1958, des camps d’assignation à résidence sont ouverts en France.

9De la sorte, en 1957, trois frères sur les neuf que compte la famille Berber/Kahouadji sont arrêtés dans la région d’Argenteuil sur mandat du TPFA d’Alger. L’aîné, Abdelhamid Kahouadji, arrêté en février 1958, est interné rapidement à Paul-Cazelles, transféré au Camp de Djorf (M’sila) puis à El Milia (Jijel) d’où il est libéré en 19607. Abdelmajid Berber, le plus jeune des trois, a été arrêté un peu plus tôt, en décembre 1957. S’en suit également pour lui un long périple carcéral. Interné à la prison de Fresnes à l’âge de 17 ans puis, du fait de son jeune âge, au camp de Thol, un camp militaire transformé en Centre d’Assignation à Résidence Surveillée (CARS) à la fin de l’année 19588, il est, au moment de sa libération, interné à la prison psychiatrique de Sidi Chami d’Oran. Durant ces deux mois dans les prisons de France, à Fresnes puis aux Baumettes, en attente de son procès, Hocine ne connaît pas l’organisation de prisonniers du fait d’un emprisonnement en régime cellulaire : les détenus sont alors trois par cellule. Il relie son transfert de France vers l’Algérie aux actions concernant les Algériens : « Dès que vous sentez quelque chose on est renvoyé en Algérie, parce que là-bas c’était des hors-la-loi… l’Algérie toute entière était un camp ».

10Transféré en Algérie à El-Harrach, il découvre dans les salles du pénitencier l’organisation clandestine – al-Nidham – dirigée par les responsables de chaque bloc avec un comité de détenus suivant la ligne politique du FLN (Amiri, 2008). Les lignes de conduite pour un prisonnier politique sont soigneusement fixées : « A- 1/ Politique de non-collaboration. 2/ Réalisation de l’union active. 3/ Convergence des efforts vers l’intérêt général ; B- L’organisation intérieure : doit s’adapter au lieu et aux hommes. 1/ Direction collégiale. 2/ Recherche et formation des élites. 3/ Amélioration des conditions morales et matérielles des internés » (Kessel et Pirelli, 2003, p. 398). De El-Harrach, Hocine se souvient des projets d’une manifestation de prisonniers, et de leur répression (Rebah, 2008) :

Le camp et la prison, c’était la même chose. On avait un organisme, comme à El-Harrach par exemple il y avait des salles, dans chaque salle il y avait un représentant de l’organisation, et de temps en temps ils se formaient pour faire un comité. Le comité de prison c’est lui qui prenait les décisions quand on faisait des grèves par exemple et quand on faisait des revendications. Je vais raconter ce qu’il s’est passé à El-Harrach et attention c’est très très grave ce qu’ils ont fait pendant la création du GPRA du premier gouvernement algérien, qui a été créé en exil. On a fait le comité de prison, on s’est réuni pour faire un genre de manifestation, mais une manifestation à l’intérieur pour montrer que nous sommes avec le gouvernement, pour que tous les prisonniers sachent qu’il y a un mouvement. Il y avait la salle une, la deux, la trois, et la quatre, et dans chaque salle il y avait environs 120 à 130 bonhommes. Il y avait la une bis la deux bis la trois bis et la quatre bis, chaque salle avait son carré, et nous quand on voulait passer un message on faisait ce qu’on appelle des biftons, c’est des morceaux de papiers où on écrivait dessus des messages, en haut il y avait des tourelles de garde pour regarder ce qu’on faisait et dès qu’ils tournaient le dos on passait les biftons d’un endroit à un autre, des fois c’était juste des « Bonjours » ou des « Comment ça va ? », mais ce jour-là non il y avait le bifton qui était très important : tel jour on va faire une manifestation à telle heure, et quand quelques-uns le lisaient ils le passaient à d’autres et ainsi de suite, et une fois que le bifton est passé chez tout le monde on fait la manifestation. Alors le gardien a vu le bifton, il lui a dit « donne-le-moi », du moment qu’on écrivait que des futilités sur les biftons il lui a dit : « voilà tiens », mais quand il a lu le bifton il a vu que c’était quelque chose de très grave, donc il est parti directement chez le directeur. Alors le lendemain, le directeur nous a apporté les parachutistes, les militaires alors qu’ils n’avaient aucun droit d’entrer dans les prisons, ils sont venus avec la gégène et commençaient à torturer les gens.

11Hocine date son entrée dans l’organisation des prisonniers depuis El Harrach. À partir de là, il entrera dans les structures établies du FLN partout où il sera transféré, ce qui lui offrira des possibilités de communication, une participation aux réseaux de résistance et de solidarité, aux réunions clandestines et à une organisation autogérée par les prisonniers, mais aussi un support financier destiné aux familles de prisonniers et une aide juridique.

« Non-lieu » juridique, « non-lieux » spatiaux

12Finalement, à Alger, il comparaît devant le juge d’instruction, sans avocat. Lors de cette procédure dans laquelle la vérité le dispute au mensonge, la mise en scène est héritée d’une politique forgée dans une société coloniale séculaire : comme le dit Frantz Fanon, « Au mensonge de la situation coloniale, le colonisé répond par un mensonge égal » (Fanon, 2002, p. 52). D’après Hocine, un prisonnier politique ne pouvait accepter le droit français parce que cela revenait à céder à l’ordre colonial :

  • 9 . D’après le journal Le Monde (1959, p. 4) : « (…) la Délégation Générale et M. Delouvrier ont déci (...)

J’avais Maître [Jacques] Vergès, mais seulement ce n’était pas toujours lui qui se déplaçait mais ses associés. Le jour où je suis passé, il y avait la grève de transport et ils n’ont pas pu venir, alors le juge m’appelle, il me dit « Alors, qu’est-ce que tu veux, tu te défends tout seul ou tu attends qu’ils viennent ? » J’ai dit, « Monsieur le juge, moi je n’ai rien fait et vous n’avez eu aucune preuve sur moi et je vais me défendre moi-même ». Alors quand on a commencé à discuter, quand on a fini, qu’est-ce qu’il a dit, devine un peu ce qu’il a dit ? « Toi, tu n’es pas un FLN ? Si moi j’étais FLN, je te ferais chef ». J’ai dit, « Monsieur, moi, je n’ai rien fait, je suis un travailleur.9 »

13Dans cette mise en scène, la langue tient une place de choix. Hocine se défend devant le juge, sans avocat, en français. Cette langue, il l’a acquise en autodidacte durant son enfance grâce à une « rage d’apprendre », le système scolaire étant discriminant, puis les prisons françaises ont offert la possibilité d’une éducation en français :

L’école cherchait la petite bête, on nous apprenait juste un minimum de français tout simplement, quand il me dit « Prends ça », je sais ce qu’on veut dire. Quand on me dit, « Pose-la ici », je sais aussi ce que ça veut dire, c’est juste pour le comprendre. Je suis devenu tisserand, j’avais mon oncle qui l’était, donc pour ne pas perdre mon temps, à 16h du soir j’allais à la medersa El-Islah ou allait ma mère à Tlemcen. El-Islah n’était pas reconnu par les français au contraire c’était considéré comme anti-français. De 16h à 18h je faisais arabe, et à 18h j’allais dans une école prendre des cours du soir en français. … En prison j’ai amélioré mon éducation. … Du moment que je m’étais défendu seul, c’est bon c’était clos, donc le juge a jugé que j’ai été arrêté pour rien, c’est pour ça que j’ai eu mon « non-lieu ». Le juge avait toujours un doute, il se disait il y a toujours quelque chose dans son ventre, il ne faut pas le laisser partir, mais ça c’est ce que je pensais ce n’est pas ce qu’il avait dit le juge.

14Les collectivités nées en prison pour produire des prisonniers politiques (auto)-éduqués et conscients, grâce à de nombreuses lectures, tranchent avec le petit niveau d’éducation de Hocine avant l’emprisonnement. Pour lui, les analogies étaient évidentes entre les tentatives contraintes d’éducation à Tlemcen avant la guerre et les succès pédagogiques issus de la détention. Durant son enfance en Algérie, son école était fréquentée par des enfants d’artisans dont les familles ne pouvaient pas maintenir leurs enfants dans les études dans la mesure où elles peinaient même à les nourrir. Sitôt leurs certificats d’études obtenus, les parents sortaient leurs enfants de l’école pour qu’ils apprennent un métier.

15Encouragé à faire des connexions physiques avec son enfance, qu’il interprète aujourd’hui comme une préparation au combat pour l’indépendance en Algérie, Hocine a invité la famille à un tour des écoles de la ville de l’entre-deux-guerres. Alors que je lui demandais de me fournir une photographie actuelle, il a choisi de poser à l’entrée d’un lieu où il avait commencé à apprendre à lire et écrire en français et en arabe.

Photographie 1. Hocine Kahouadji à 86 ans devant la Medersa El-Islah Tlemcen, le 17 juin 2018

Photographie 1. Hocine Kahouadji à 86 ans devant la Medersa El-Islah Tlemcen, le 17 juin 2018

(Photo Susan Slyomovics)

  • 10 . Ordonnance du 7 octobre 1958 : arrestation et assignation à résidence pour « personnes dangereuse (...)

16La voix retranscrite et l’image photographique du témoin apportent à l’historienne ou à l’anthropologue un moyen de contrôle de ce qui est occulté dans les récits individuels conservés dans les archives coloniales. C’est particulièrement vrai dans le récit fait du « non-lieu », à un moment où, une fois prononcé, commence un périple dans les camps en Algérie. Car dans le système judiciaire français, où les accusés algériens deviennent des prisonniers politiques engagés dans des actes de résistance (mineurs et majeurs) et sanctionnés par de nouvelles classifications carcérales, ils finissent par être transférés vers des prisons où les conditions de détention se détériorent. Le « non-lieu » commence à prendre forme, juridiquement et spatialement. Désigné comme « militant très dangereux », Hocine n’est pas libéré malgré la décision de « non-lieu » rendue par le Tribunal Militaire d’Alger le 17 avril 195910, motivée comme suit :

  • 11 . Je remercie Marc André qui a effectué cette recherche sur Hocine Kaouaji au DCAJM (Dépôt central (...)

Dès 1956, KAOUAJI s’est révélé à ARGENTEUIL un actif militant du F.L.N. Après avoir appartenu à un groupe du choc, il en est devenu le chef. En raison de la crainte qu’il inspire, il exerce un ascendant considérable sur ses coreligionnaires. Son autorité, à la tête de son groupe, composé d’une quinzaine d’individus, s’exerce notamment dans la région d’ARGENTEUIL-SANNOIS, où il se livre à des représailles contre ceux des Algériens qui sont réfractaires aux mots d’ordre du F.L.N. Il collecte en outre les fonds pour la rébellion algérienne tant auprès de ces militants qu’auprès des nord-africains qui ont déjà refusé de verser des cotisations demandées et auprès desquels le recours à l’intimidation est rendu nécessaire par leur résistance. Chargé de faire respecter les consignes de la Fédération de France du F.L.N., il provoque des réunions clandestines et il assure la diffusion des mots d’ordre d’action.11

17Rien ne peut lui être concrètement reproché : il devrait être libéré. Mais, militant influent, il doit être maintenu en détention. Ainsi, d’El-Harrach il est emmené à Beni-Messous, un centre de triage et de transit (CTT) géré par les militaires français où se trouvent environ six à huit mille prisonniers politiques algériens (Blanchard, 2008b).

Quand je suis arrivé là-bas il y avait des gens que je connaissais déjà, des amis qui étaient en prison avec moi et qui étaient en transit aussi, parmi eux il y avait quelqu’un qui travaillait dans la cuisine. Alors quand j’ai commencé à discuter avec lui il m’a dit, « Tu sais ici il y a des corvées à faire ». J’ai dit, « Quelles corvées ? », il m’a dit : « Quand il y a des opérations militaires, ils prennent des gens d’ici, ils les prennent pour prendre les armes pour que quand ils montent en opérations militaires française dans les montagnes, ils prennent les prisonniers déjà comme bouclier et en même temps pour amener les obus et tout ce qui s’ensuit ».

18Bien que beaucoup d’internés aient été enrôlés de force dans des opérations militaires françaises locales contre leur propre peuple pour transporter du matériel militaire, Hocine a échappé à ce travail dangereux parce qu’il peut trouver du travail dans la cuisine. En tant que chef de cuisine, il est le seul à être autorisé à entrer dans une tente où sont concentrées une dizaine de femmes pour leur apporter à manger. Il se souvient de six ou sept d’entre elles, placées à part sous une tente, et parmi elles la femme de Messaoudi Zitouni qui est devenu ministre dans l’Algérie indépendante.

  • 12 . Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a entrepris huit missions en Algérie du 12 mars (...)

19Puis, de Beni-Messous, il est transféré au bout d’un mois à Berrouaghia après avoir témoigné devant une commission de visite de la Croix Rouge que la corruption militaire à l’intérieur du camp privait les prisonniers de leur allocation minimum de nourriture12. Le camp de Berrouaghia était un pénitencier agricole établi en 1879, devenu Centre de Séjour Surveillé (CSS) pour les prisonniers de guerre, les juifs Européens et les Espagnols sous le régime de Vichy (Boum 2018, p. 252). Hocine dit avoir préféré Berrouaghia, prison officielle, à Beni-Messous où « on pouvait nous tuer ou nous faire quoi que ce soit ». Du camp de Berrouaghia, où 2 000 détenus politiques algériens sont logés dans des baraques entourées d’une caserne militaire, il garde un souvenir très vif du colonel Bartouli, le « moniteur d’action psychologique » (Villatoux, 2004 et Thénault, 2005) :

Il y avait des commissions qui ont été créés dans les prisons, les camps, les villages, dehors, ce que qu’on appelle les psychologues. C’est pour travailler les gens pour qu’ils deviennent du côté français. Nous de temps en temps on nous convoquait comme ça deux à trois dans un bureau nous disant « Si vous vous engagez avec nous on vous relâche on va vous ceci et cela ». Entretemps, moi ils m’ont convoqué dans le bureau de monsieur Bartouli alors quand je suis entré il m’a dit poliment « Voilà mon fils tu vois on a des blessés si tu veux bien nous donner du sang ». Alors j’ai dit, « Mon colonel mais ce sang à qui vous allez le donner ? ». Il m’a dit, « Aux militaires qui sont blessés ». Alors j’ai dit, « Non monsieur, je ne donne pas mon sang, si c’était pour des civils pour qu’ils s’en sortent d’accord, mais pour les militaires non. Il faut être juste, moi pourquoi j’étais en prison ? C’est parce que j’avais des convictions, c’est-à-dire quand on fait quelque chose si on n’est pas convaincu, on ne le fait pas ». Il m’a dit, « Bon tu vas nous faire un petit discours de rien de tout, comme quoi les fellagas sont des bandits qui cherchent à faire du mal à la France ». Alors j’ai dit, « Monsieur Bartouli, vous savez pourquoi je suis ici, ce n’est pas pour cette raison ». Et lui, « Passons demain matin, tu viens au lever du drapeau et tu salues le drapeau, c’est tout et là, tu n’as rien à dire ». J’ai dit, « Monsieur Bartouli, moi je ne fais rien de tout ça ». On m’a dit, « Le salaud, tu étais à Paris ? » J’ai dit, « Oui ». Il m’a dit, « Tu connais l’Isle-Adam ? (Un village à côté de Paris dans la banlieue de Paris) ». J’ai dit, « Oui ». Il m’a dit, « Moi je suis de l’Isle-Adam, et si tu me vois là-bas tu me tues ? » J’ai dit, « Oui. » Alors il a commencé à tourner dans le bureau, il avait un bâton et c’était comique et il m’a dit, « Fous-moi le camp ». Entre temps, moi je faisais du théâtre pour se divertir alors on faisait des fusés en bois car c’était le thème du moment qui était la révolution. Il y a des gens quand ils étaient enfermés ils étaient déprimés, moi-même un prisonnier, je divertissais mes collègues.

  • 13 . À propos de ces trois prisons, voir le témoignage de Nadji Abbas Turqui qui racontait les coups d (...)

20Il parle longuement ici de l’asymé­trie entre le prisonnier militant et le militaire colonisateur. À l’instar de l’analyse de Frantz Fanon sur la violence coloniale, la réponse de Hocine rompt la dynamique qui enferme les Algériens dans une pathologie partagée avec la suprématie française. Peut-être pour cette raison, ses récits parlent rarement de torture et de privation, sauf brièvement, en réponse à mes questions directes13. Les représentations visuelles de la torture étaient aussi rares : « Il n’y a aucune image de la torture pratiquée en Algérie, ou très peu. Les images montrant d’autres actes violents de l’armée française, par exemple l’utilisation du napalm, n’existent pas non plus (...), les seules façons de faire référence aux actes de violence commis par les Français reposent sur les paroles des témoins » (Gerverau et Stora, 2004, p. 8). Au lieu de cela, les témoignages oraux recréent ces sites secrets, effacés, oubliés, ces « non-lieux ». Également dépendant des témoignages, Frantz Fanon analysait le camp de Berrouaghia en tant que site de torture psychologique et physique dans Les Damnés de la terre. Confronté aux théories racistes des psychiatres de l’école d’Alger, pour qui l’indigène est un « gros débile mental, … peu évolué, … un être primitif », il insiste sur l’alié­nation exacerbée par les conditions de torture (Fanon, 2015, p. 343).

Dans les centres comme Berrouaghia, on ne part plus de la subjectivité pour modifier les attitudes de l’individu. On s’appuie, au contraire, sur le corps que l’on casse, en espérant que la conscience nationale se démantèlera. C’est un véritable dressage. La récompense se traduit par l’absence de tortures ou par la possibilité de s’alimenter. a) Il faut avouer que l’on n’est pas FLN. Il faut le crier en groupe. Il faut le répéter des heures durant. b) Ensuite, il faut reconnaître qu’on a été FLN et qu’on a compris que c’était mal. Donc : à bas le FLN. Après cette étape, en arrive une autre : l’avenir de l’Algérie est français, il ne peut être que français. Sans la France, l’Algérie retourne au Moyen Âge. Enfin, on est français. Vive la France. Ici les troubles rencontrés ne sont pas graves. C’est le corps souffrant et douloureux qui appelle repos et apaisement (Fanon, 2002, p. 278).

21Finalement, Hocine est transféré à Paul-Cazelles. Si Berrouaghia accueille les prisonniers classés « mous ou douteux plus malléables parce que peu convaincus », Paul-Cazelles est réservé aux « durs ou irréductibles comprenant les convaincus, les membres actifs de cellules » (SHD 1H 2537/1/57). La trajectoire de Hocine, d’El-Harrach à Beni-Messous, à Berrouaghia puis à Paul-Cazelles, a bien sûr déjà été parcourue par bien d’autres Algériens, comme le rappelle Paul Teitgen, secrétaire général de la police française à Alger, dans sa lettre de démission datée du 20 mars 1957 : « [C’est] souvent après des semaines de détention et d’interrogatoire sans contrôle que les individus sont dirigés par l’autorité militaire au centre Beni-Messous et de là, sans assignation préalable et par convoi de 150 à 120, au centre de Paul-Cazelles » (Courrière, 1969, p. 591). Il n’en demeure que son cas, documenté par de nombreux entretiens et des nombreux fragments d’archives, est exemplaire.

Le Centre d’Hébergement de Paul-Cazelles

  • 14 . Voir le site de Jacqueline Faure-Astier (« rapatriée d’Algérie » actuellement à Montpellier et pe (...)
  • 15 . Isabelle Marie sous la direction d’Emmanuelle Mauret, « Terrains d’aviation 1898 à 1973 », Servic (...)
  • 16 . « Camp de la mort », témoignage de Hadj Dahmani Temouri, 1983, Dhikrayat al-harb wa-al sadaqa («  (...)

22Selon Hocine, Aïn Oussara (« la source des prisonniers » en arabe) était un camp de prisonniers établi par l’Émir Abdelkader entre 1820-30 et pris par les Français au début de l’occupation militaire de l’Algérie. Une autre étymologie veut que le terme « Oussera » provienne du nom d’une plante dont le Gouverneur-Géneral en Algérie Jacques Louis Randon (1795-1871) baptisa un gîte d’étape militaire créé dans la région en 1852. Ce gîte fut administré par le Bureau Arabe de Boghar sur le Territoire Militaire jusqu’en 1870. En 1935, Aïn-Oussera prenait le nom de ses derniers habitants des années 1890, Paul Cazelles et sa femme Anna Panis14. Pendant la Seconde Guerre mondiale, sous le régime de Vichy en Algérie, le camp de détention et d’internement était rouvert en 1940 sous les ordres de l’amiral Jean Abrial, de juillet 1940 à juillet 1941, puis de Maxime Weygand, de juillet à novembre 1941, pour enfermer les « opposants au régime », notamment des francs-maçons, des communistes, des étrangers réfugiés (les républicains espagnols) et des juifs nés en Algérie (Slyomovics, 2018). En 1951 un aérodrome y a été construit15. Le 7 février 1957, le camp de Paul-Cazelles est mis en place. Surnommé par les détenus « le camp de la mort », les 1800 prisonniers (environ) étaient classifiés comme étant des « durs »16. Entouré de grillages, de barbelés et de neuf miradors, le camp-prison est composé de quatre bâtiments en dur au moment où Hocine y est transféré en 1959.

Photographie 2. « Garde du Centre d’hébergement Paul-Cazelles, octobre 1960-avril 1961 », SHD, GR 1 H2019/3

Photographie 2. « Garde du Centre d’hébergement Paul-Cazelles, octobre 1960-avril 1961 », SHD, GR 1 H2019/3

23Hocine distingue les « prévenus », comme lui, soupçonnés d’être coupables mais en position d’attente car jamais jugés, des « condamnés à mort » dont le sort est défini par leur état de santé plutôt que par le tribunal : le terme lui sert à désigner ceux qui sont morts dans les camps et ceux qui ont été abattus, car, dans ce camp militaire, il n’y avait, selon lui, pas de justice. Un climat déplorable règne, en hiver la neige et le froid et en été, une fournaise, avec des températures atteignant les cinquante degrés : « Nous étions dans des baraques en tôle, alors imaginez-nous dedans avec cette chaleur, en plus de cela il n’y avait pas d’eau. Dans les vingt-quatre heures on avait le droit à un quart d’eau, qu’est ce vous voulez qu’on en fasse avec, se doucher, le boire, faire la vaisselle ? » Paul-Cazelles devient un village avec un comité central du FLN, bien organisé en interne par les prisonniers. Son système économique repose sur le budget alloué par l’État à la prison sous la forme de « crédits ». Les comptes personnels des prisonniers sont approvisionnés par le FLN, qui alloue 5 000 francs par mois à Hocine, lesquels sont envoyés à ses parents à Argenteuil, qui envoient à leur tour le mandat en prison. Les comités prennent en charge la cuisine ainsi que la collecte, le partage et la distribution des colis reçus, la distribution des rations de nourriture et d’eau et l’organisation des fêtes (plats de fête, jeûne du Ramadan et autres). Ils mettent en place des clubs sportifs et des cours en arabe, en français et même en anglais. À Paul-Cazelles, Hocine est responsable de l’organisation de la vie interne notamment dans la commission sportive comme moniteur du judo pour l’entrainement militaire :

Il fallait les organiser, il fallait équilibrer en plus on avait la tâche de toujours raviver la flamme patriotique, car quand quelqu’un est déprimé quand il est en prison, il n’a plus l’amour de son pays, parfois ça m’arrivait de rire de moi-même, moi aussi je suis un prisonnier et moi aussi j’ai besoin de quelqu’un qui me réconforte, alors que c’était moi qui réconfortais les autres. Les problèmes administratifs, parce qu’on avait un budget attribué par l’état, on disait à l’administration : « notre budget c’est nous qui le gérons ».

  • 17 . Sur le rapport La Résistance algérienne à Paul-Cazelles vue par un officier de la DST, voir Huber (...)

24Il est responsable du comité de théâtre se déplaçant pour faire des représentations dans les blocs A, B, et C (mais pas dans le bloc D qui accueille les « soumis » ou « repentis ») : « il fallait être malin pour se déplacer, on n’apportait pas de notre camps le nombre qui va se déplacer parce que si les gardes en attendent cinq, on y va à cinq en tout, car eux quand ils commençaient à compter, ils ne comptent pas si tu es du B ou du C. » De nombreuses actions sociales et politiques sont entreprises, et la résistance des Algériens internés est bien connue et abondamment documentée17. Hocine et les prisonniers politiques font des grèves de la faim qui peuvent durer jusqu’à un mois : « là où je suis passé j’ai fait des grèves de faim. »

De l’évasion sans Hocine, à la libération de Hocine

  • 18 . Le Lieutenant Fressy, Commandant la Compagnie de Gendarmerie de Boghari à Monsieur le Contrôleur (...)
  • 19 . Cf. « Compte-rendu du Commandant Henriot sur les évasions de Paul Cazelles, le 13 décembre 1960 » (...)

25Le 13 décembre 1960 vers 20h, les prisonniers de Paul-Cazelles organisent une grande évasion. D’après la huitième mission du CICR (24 janvier au 23 février 1961), 35 détenus sont repris sur 135 évadés, et entre 4 à 16 – les chiffres sont contestés – sont tués lors de l’évasion.18 Étant à l’infirmerie à ce moment, Hocine ne peut ni y participer, ni fournir de nombreux détails. Cependant, des rapports militaires détaillés ont été produits lors de l’enquête sur cette grave brèche dans le système de sécurité de la prison, lesquels fournissent des descriptions approfondies du camp et de son personnel militaire français, avec des cartes et des photographies. Aucune en revanche ne montre la présence de prisonniers algériens sur le site. 19

26En 1961, les autorités militaires, qui semblent voir poindre la fin du conflit, commencent à céder à certaines des revendications des prisonniers. Les détenus ont le droit à un appareil photo, et ils commencent à photographier leurs activités (Stora 1996) :

Alors De Gaulle, quand il a dit que les Algériens doivent avoir leur indépendance, il y a eu un relâchement. Il y a beaucoup de choses qui étaient interdites qui sont devenues libres, comme par exemple les journaux, on ne recevait pas de journaux, il y avait par exemple des phonographes, donc après on nous autorisait à avoir des phonographes, et des disques. La photo était plus qu’interdite alors elle est devenue quelque chose de banale, ça veut dire qu’on pouvait demander à nos familles de nous apporter un appareil et prendre des photos. Alors dans le camp dans lequel on était, il y avait un type de Constantine. Il avait déjà un studio de photographie dans la ville de Constantine, donc nous on lui donnait des pellicules lui il les envoyait par sa famille ils les développaient et ils nous les apportaient, et nous on le payait tout simplement.

27Les photographies de l’album de Hocine rappellent à ceux qui les observent que l’appareil photographique était autorisé et que les images impliquaient des poses en groupes à l’extérieur, ce qui rend difficile d’identifier le photographe. Toutes les images sont paradoxalement entièrement positives avec des groupes de prisonniers souriants, semblant à la plage ou faisant du sport, occultant en conséquence le lieu où ils sont, qui ils sont et ce qu’ils sont en train de subir (Slyomovics, 2018, p. 105).

Photographie 3. Album photos de Paul-Cazelles vers 1961

Photographie 3. Album photos de Paul-Cazelles vers 1961

28Alors que la plupart des détenus de Paul-Cazelles ont été relâchés à la fin de 1960, ce que Hocine attribue aux manifestations massives du 11 décembre à Alger contre le général de Gaulle et ses plans pour l’Algérie, son incarcération est prolongée de six mois à la suite de sa dispute avec le psychologue du camp, un officier en civil. La chaîne des transferts vers des prisons toujours plus dures s’accompagne d’un dossier s’épaississant à chaque étape. Au cours des inévitables visites chez le psychologue de Paul-Cazelles, le désastre de sa précédente rencontre avec le colonel Bartouli, psychologue du Camp Berrouagia, le rattrape :

Moi j’avais eu un accrochage avec celui qu’on a appelé le psychologue à Paul-Cazelles. Ils nous convoquaient en appelant par le micro. Donc une fois chez le psychologue, il était poli, la première chose qu’il faisait c’était de prendre mon dossier et il commençait. Il ouvrait mon dossier, ce dernier était barré de rouge, et il me dit, « alors monsieur Kahouadji vous reconnaissez tous les faits que vous reproche la police ? » Et là, j’avais commencé à m’énerver, j’avais dit, « si j’avais reconnu tout ce que m’a reproché la police, j’aurai été sous terre, j’aurai été exécuté depuis longtemps ». Et là il me dit : « Mais il y a monsieur Bartouli qui dit que vous avez tout reconnu ». J’avais dit : « est-ce que vous avez ma signature ? » Il me dit non, j’avais dit : « donc monsieur Bartouli est un menteur ». Il me dit : « Comment ! vous traitez un colonel de menteur ». J’avais dit : « Oui ! il n’il n’y a pas que monsieur Bartouli, il y a vous, monsieur Bartouli et le gouvernement français, tous vous êtes des menteurs ! » Alors il s’était levé, j’avais dit attendez. Dehors ils avaient commencé à entendre des cris. Alors Amouri [le chef de son bloc] arrive et il dit, « Qu’est-ce qu’il se passe ? » J’ai dit « Laisse-moi ». Ensuite c’était le colonel qui était venu, je lui avais donc dit : « Mon colonel, laissez-moi juste cinq minutes avec lui et lui montrer qui je suis ! Si vous êtes un homme enlevez votre ceinture et on verra qui est l’homme ». Et là j’étais complètement énervé, si on m’avait laissé je l’aurais massacré. Après il nous avait séparé et suite à cela on m’a rajouté six mois.

29Le « non-lieu » offre cette possibilité de prolonger la détention selon le bon vouloir des geôliers, soutenus par un droit d’exception. Par application d’une herméneutique du soupçon, les tribunaux militaires punissaient toute résistance à la domination française. En réponse à son « non-lieu », Hocine entreprit de se défendre seul face au juge, refusa de se reconnaitre coupable d’un crime envers un État qu’il considérait comme illégitime et même criminel, parlait librement à ses geôliers et participait pleinement à la vie collective de chaque camp dans lequel il fut envoyé, qu’il s’agisse de faire des grèves de la faim ou de faire la cuisine. La liste des prisons dans lesquelles il a été incarcéré trace une ligne droite du nord au sud. De la région parisienne au désert du sud de l’Algérie en passant par les centres d’attente carcéraux, chaque étape l’a mené, comme une bête à l’abattoir, le long d’une ligne aux mécaniques carcérales bien huilées. Tout au long de ce parcours, Hocine s’est nourri d’espoirs quant à sa vie après la prison, faite d’humour et de théâtre, en digérant et « sublimant » les modes d’autogestion des prisonniers. Il est finalement relâché au mois de mai 1961.

Après la prison et l’indépendance : un « non-lieu » de mémoire ?

30Souvent, les dirigeants incarcérés dans les grands camps sont devenus des ministres. D’autres, comme Hocine et deux autres meneurs de son camp, Sid-Ali Abdelhamid et Merar, sont retournés à la vie civile en Algérie. Bien qu’il lui ait été proposé d’être ramené au lieu de son arrestation originale, Argenteuil, il choisit de rester à Tlemcen. Il rentra avec une pleurésie et une sinusite, pesant 55kg, mais sans cauchemars ni dépression, chez la grand-mère qui l’avait élevé, Bedra Benyelles, célèbre comme guérisseuse et sage-femme à Tlemcen. Il avait pu rester en contact avec elle tout en lui évitant d’être inquiétée davantage par les autorités – qui auraient vu d’un mauvais œil qu’elle reçoive des lettres d’un prisonnier politique – en adressant ses lettres à sa mère, en France. Elle mourut à l’âge de 80 ans en 1961, trois mois après la libération de Hocine. En Algérie, une fois sorti de prison et à peu près huit mois avant l’indépendance, il s’inscrit clandestinement au groupe du FLN à Tlemcen bien qu’il lui faille pour cela passer à la SAS (section administrative spécialisée) quotidiennement pour signer un papier parce qu’il était considéré comme un ancien prisonnier sur parole. Il fut par la suite nommé chef du comité des fêtes de quartiers pour célébrer l’indépendance. Il eut ensuite une carrière dans les métiers du bâtiment couronnée de succès dans la reconstruction de la ville d’Oran pour les Algériens, et il est particulièrement fier d’avoir construit dix-sept écoles sous le mandat du maire Seghier Ben Ali (1967-75). Ses enfants et petits-enfants, ainsi que ses frères emprisonnés, ont tous connus de belles carrières de médecins, d’avocats, de pharmaciens, d’ingénieurs et de professeurs de français.

31La peine de Hocine partait, en l’absence de toute preuve (un « non-lieu »), du principe de méfiance, entériné dans le droit français, envers tout Algérien s’opposant à un État puissant. L’anthropologue Marc Augé empruntait le concept juridique de « non-lieu » pour étendre sa signification à la modernité anonyme des centres commerciaux et des supermarchés (Augé 1992). En combinant le concept d’Augé avec celui de « lieux de mémoire » développé par Pierre Nora, Benjamin Stora re-déploie le « non-lieu » pour décrire l’Algérie de la guerre, un « non-lieu de mémoire » anonyme, par opposition à la représentation excessive de la guerre du Vietnam dans les médias américains (Stora, 1997, p. 25-28). Contrairement à la France, l’Algérie commémore, débat et décrit abondamment la guerre (Carlier, 2008). Parmi les personnes qui combinent les représentations médiatiques et les témoignages oraux d’Algériens désignés nommément pour reconstituer visuellement l’Algérie de la guerre, citons le réalisateur de documentaires Nouredine Adnani, natif d’El Bayadh. Interrogé par mes soins en 2018 à Oran, il fut arrêté durant la guerre d’Algérie, en 1957, à l’âge de quinze ans et demi, déshabillé, torturé devant son père et son grand-père, et détenu pendant quinze mois dans une prison militaire. Il s’évada et vécu clandestinement à Oran, où il dirigea le réseau local du FLN, secteur Les Planteurs. Au cours de notre entretien du 27 juin 2018 à Oran, il disait que seule une personne ayant été torturée peut comprendre les autres torturés dans les films et les témoignages. Il est formé en journalisme et a combiné film et reportage pour produire 36 documentaires pour la télévision nationale algérienne. Pour son documentaire sur le Camp Paul-Cazelles, Dhikrayat al-harb wa-al sadaqa (« Souvenirs de guerre et d’amitié »), il a commencé par faire parler un collègue de la chaîne, puis chaque nouvelle personne interrogée l’a présenté à un autre contact de Paul-Cazelles. Il a organisé une réunion au studio oranais de la chaîne, où les caméras ont filmé en continu afin de saisir l’émotion et les récits des anciens prisonniers politiques se retrouvant plus de vingt ans après les faits. Il les a également ramenés au camp Paul-Cazelles, qui est actuellement un camp de l’armée algérienne :

C’était la télévision dans un cadre officiel. On était parti deux voitures, on a fait la même chose que ce qu’on avait fait avec les autres, il pensait juste qu’il était invité, ensuite on était allé au camp mais il n’en restait plus rien, c’était devenu un secteur militaire, il y avait la stèle voilà comment je travaillais. … dans le montage Hafid Bensalah et Nassim Moussa de Paul-Cazelles, et le caméraman de Paul-Cazelles c’était Bekai Houari. … on n’avait pas un sou à part les frais de mission, on avait ni budget ni rien (Adnani, interview personnel, 27 juin 2018 , Oran).

*

32Contrairement au dossier de la police française, Adnani propose ce qu’il a appelé « l’image réelle », la représentation cinématographique en direct, sur le terrain du camp avec les témoins qui ont eu l’expérience de l’incarcération. Le camp de Paul-Cazelles est un vrai lieu avec un monument bien concret, pour marquer et rappeler qui y est mort, ainsi que quand, comment et pourquoi (Alcaraz, 2017). Son histoire nous revient à travers le documentaire car ceux qui ont survécu au camp reviennent le peupler de leurs images, de leurs souvenirs du vacarme des chiens qui aboient, de la brûlure des piqûres des scorpions omniprésents, de leurs corps brisés par les coups de bâtons des soldats, des noms et des visages toujours vivement rappelés de leurs bourreaux. Nombre d’entre eux ont des photographies et, à l’instar de Hocine, ont fait des albums qui évoquent l’appel de leurs camarades ; comme le raconte Hadj Dahmani Temouri dans le documentaire : « On vivait avec eux matin et soir et ils sont avec nous sur les photos ».

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques

Adnani Noureddine, 1983, Dhikrayat al-harb wa al-sadaqa (« Souvenirs de guerre et d’amitié »), film, Radiodiffusion-télévision algérienne (RTA). 

Alcaraz Emmanuel, 2017, Les Lieux de mémoires de la guerre d’indépendance algérienne, Paris, Karthala.

Amiri Linda, 2008, « Du point de vue du FLN : les comités de détention dans l’organisation politico-administrative de sa Fédération de France (1958-1962) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 92, n°4, p. 33-36.

André, Marc, 2018, « Les Algériens à Montluc. Militarisation de la répression en France durant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 65, n°4, octobre-décembre, p. 7-32.

Arendt Hannah, 1949, « ‘The Rights of Man’»: What Are They? », Modern Review, 3, n°1, p. 24-37.

Arendt Hannah, 1973, The Origins of Totalitarianism, New York, Harcourt Brace Jovanovich.

Augé Marc, 1992, Non-lieux : Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil.

Blanchard Emmanuel, 2008a, Encadrer des “citoyens diminués”. La police des Algériens en région parisienne (1944-1962), Thèse, Université de Bourgogne, 2 vols.

Blanchard Emmanuel, 2008b, « L’internement avant l’internement : commissariats, centres de triage et autres lieux d’assignation à résidence (il)-légale », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 92, n°4, p. 8-14.

Boum Aomar, 2018, « Berrouaghia » en Encyclopaedia of Camps and Ghettoes, 1933-45, in Geoffrey P. Megargee (dir.), Camps and Ghettoes under European Regimes Aligned with Nazi Germany, vol. 3, Bloomington, Indiana University Press, p. 252.

Boumaza Béchir, Francis Mustapha, Souami Benaïssa, et al., 1959, La Gangrène, Paris, Éditions de Minuit.

Branche Raphaëlle, 1999, « Entre droit humanitaire et intérêts politiques : les missions algériennes du CICR », Revue historique, n°609, p. 101-125.

Carlier Omar, 2008, « L’émergence de la culture moderne de l’image dans l’Algérie musulmane contemporaine (Alger, 1880-1980) », Sociétés & Représentations, n°24, p. 321‑352.

Courrière,Yves, 1969, Le Temps des léopards, Paris, Fayard.

Fanon Frantz, 2002, Les Damnés de la terre, Paris, La Découverte.

Fanon Frantz, 2015, Écrits sur l’aliénation et la liberté, Paris, La Découverte.

Gervereau Laurent et Stora Benjamin, 2004, Photographier la guerre d’Algérie, Paris, Marval.

Grosjean Arthur, 2014. « Internement, emprisonnement et guerre d’indépendance algérienne en métropole : l’exemple du camp de Thol (1958-1965) », Criminocorpus [en ligne] Justice et détention politique, Répressions politiques en situation de guerre, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/2676

Haroun Ali, 1986, La 7ème Wilaya: la guerre du FLN en France, 1954-1962, Paris, Seuil.

Hubert Nicolas, 2008, « Le « camp », paradigme indifférencié de la littérature anticolonialiste ? » Matériaux pour l’histoire de notre temps, 92, n°4, p. 64-71.

Kechida Aïssa, 2010, Les Architectes de la révolution, Alger, Chihab Éditions.

Keramane Hafid, 1960, La Pacification : Livre noir de six années de guerre en Algérie, Lausanne, La Cité.

Kessel Patrick et Pirelli Giovanni, 2003, Le Peuple algérien et la guerre. Lettres et témoignages (1954-1962), Paris, Harmattan.

Kuby Emma, 2016, « From Auschwitz to Algeria: The Mediterranean Limits of the French Anti-Concentration Camp Movement, 1952-1959 », in Lorcin Patricia M. E. et Shepard Todd (dir.), French Mediterraneans: Transnational and Imperial Histories, Lincoln, University of Nebraska Press, p. 347-371.  

McDougall James, 2017, A History of Algeria, Cambridge, Cambridge University Press.

Perret François, 2004, « L’action du Comité international de la Croix-Rouge pendant la guerre d’Algérie (1954-1962) », The International Review of the Red Cross, n°856, p. 917-951.

Rebah Mohammed, 1966, Les Torturés d’El-Harrach, Paris, Éditions de Minuit.

Slyomovics Susan, 2005, The Performance of Human Rights in Morocco,
Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Slyomovics Susan, 2018, « ‘Other Places of Confinement’: Bedeau Internment Camp for Algerian Jewish Soldiers », in Boum Aomar et Stein Abrevaya Sarah (dir.), The Holocaust and North Africa, Palo Alto, Stanford University Press, p. 95-112.

Stora Benjamin, 1996, Le Dictionnaire des livres de la guerre d’Algérie : romans, nouvelles, poésie, photos, histoire, essais, récits historiques, témoignage, biographies, mémoires, autobiographies : 1955-1995, Paris, L’Harmattan.

Stora Benjamin, 1997, Imaginaires de guerre : Algérie-Viêtnam en France et aux États-Unis, Paris, La Découverte.

Témoignages et documents sur la guerre en Algérie, décembre 1959, Clichy, Centre de coordination pour la défense des libertés et de la paix, 1958-1963.

Thénault Sylvie, 2001. Une drôle de justice. Les magistrats dans la guerre
d’Algérie
, Paris, La Découverte.

Thénault Sylvie, 2005, « Personnel et internés dans les camps français de la guerre d’Algérie. Entre stéréotypes coloniaux et combat pour l’indépendance », Politix, n°69, p. 63-81.

Thénault Sylvie, 2012, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale, camps internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob.

Vergès Jacques, Zavrian Michel et Courrège Maurice, 1959, Les disparus. Le « cahier vert », Lausanne, La Cité-éditeur.

Vidal-Naquet Pierre, 2002, « Préface à l’édition de 2002 », in Vidal-Naquet Pierre, La raison d’État, Textes publiés par le Comité Maurice Audin, Paris, La Découverte.

Villatoux Marie-Catherine, 2004, « Traitement psychologique, endoctrinement, contre-endoctrinement en guerre d’Algérie : le cas des camps de détention », Guerres mondiales et conflits contemporains, n°208/4, p. 45-54.

Zeggagh Mohand, 2012, Prisonniers politiques du FLN en France 1954-1962, La prison, un champ de bataille, Paris, Éditions Publisud.

Haut de page

Notes

1 Ce texte a été publié par Le Monde, censuré et republié dans Témoignage et documents, « La résistance algérienne à Paul Cazelles, Le Monde, 24 août 1959, 1959, p. 4-5. Comme le rappelle Pierre Vidal-Naquet, il s’agit d’un « rapport, confidentiel en principe, celui qu’avait établi un officier de la DST sur l’organisation algérienne au camp de Paul-Cazelles (24 août 1959), [qui] m’avait été remis par Me Jacques Vergès » (Vidal-Naquet, 2002, en ligne).

2 . La phrase en anglais est la suivante : « materialised in a ditch full of blood dug between Algerians and Europeans ».

3 . Legifrance, Code de procédure pénale, Article 177,
URL : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006071154&idArticle=LEGIARTI000006575795&dateTexte=&categorieLien=cid  (consulté le 1er mars 2019)

4 . « Les détenus A pouvaient désormais s’abonner à trois journaux, à l’exception de L’Humanité et de Libération, recevoir des colis de la Croix Rouge et autres organisations humanitaires, organiser des « groupes scolaires par groupes restreints » de cinq personnes maximum avec des enseignants, et aussi organiser des prières le vendredi en « groupes restreints ». URL : http://www.archives-judiciaires.justice.gouv.fr/art_pix/algerieDAP.pdf. (consulté le 1er mars 2019)

Notons qu’une circulaire n’est pas une loi, plutôt une recommandation à appliquer. Sur les grèves de la faim du 18 juin et du 17 juillet 1959 et la non-application de la circulaire Michelet, voir Haroun, 1986.

5 . Son nom de famille Kouloughli, écrit « Kaouaji » dans tous les documents français, a été retranslittéré après l’indépendance en « Kahouaji ». Les Kouloughlis sont, sous l’empire ottoman, notamment en Algérie, Tunisie, et Libye, les familles issues de l’union entre janissaires et les femmes du pays. Tlemcen en connait un nombre important.

6 . Je remercie Emmanuel Blanchard qui a effectué cette recherche sur Abdelmajid Berber dans les dossiers de police, jugement du tribunal correctionnel de Versailles, archives départementales des Yvelines, AD 78 1W 524 et 1435W 8, Saint-Quentin-en-Yvelines ; registre des internés du camp de Thol, AD 01 761W 54. Voir Blanchard, 2008a, vol. 1, p. 567-570 et Grosjean, 2014. À propos des stéréotypes sur les prisonniers politiques algériens, voir Thénault, 2005.

7 . Voir le film tourné à Camp de Djorf de Mohamed Lakhdar-Hamina, Le vent des Aurès (1966). Les rapports sur l’utilisation de la torture par la police métropolitaine ont été connus grâce à la publication de la collection des témoignages des victimes, Boumaza et al., 1959.

8 . À partir du 7 octobre 1958, des camps d’assignation à résidence sont ouverts en France.

9 . D’après le journal Le Monde (1959, p. 4) : « (…) la Délégation Générale et M. Delouvrier ont décidé, depuis la parution du ‘Cahier Vert’ d’interdire à M. Vergès, leur avocat d’entrer en Algérie » (voir aussi Vergès et al., 1959).

10 . Ordonnance du 7 octobre 1958 : arrestation et assignation à résidence pour « personnes dangereuses pour la sécurité publique en raison de l’aide matérielle, directe ou indirecte, qu’elles apporteraient aux rebelles des départements algériens ».

11 . Je remercie Marc André qui a effectué cette recherche sur Hocine Kaouaji au DCAJM (Dépôt central des archives de la justice militaire), Le Blanc, France : CA 1780, Hocine Kaouaji, « Non-lieu no. 232 du 17/04/1959 », Tribunal militaire d’Alger : Témoin et renseignements, et procès-verbal de 18/12/1957.

12 . Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a entrepris huit missions en Algérie du 12 mars au 18 avril 1955, une neuvième mission du 24 novembre au 15 décembre 1961, et une dixième mission en juin 1962 : voir Louis Martin-Chauffier, « Sept centres d’hébergement, neuf centres de triage visités en Algérie », Le Figaro, 13 aout 1957. Le CICR ne communiquait pas ses rapports mais des extraits de la septième mission (15 octobre-27 novembre 1959) sont diffusés (puis supprimés) par Le Monde le 4 janvier 1960 (Branche, 1999, p. 111 ; Perret, 2004 et Kuby 2016).

13 . À propos de ces trois prisons, voir le témoignage de Nadji Abbas Turqui qui racontait les coups de fouet quotidiens, l’isolement et la mise au tombeau dans lesquels les prisonniers étaient enterrés dans le sable jusqu’au menton et laissés jusqu’à 48 heures (Keramane, 1960, p. 61-76). Voir Service Historique de la Défense, CHA Vincennes (SHD), « Guerre psychologique, » SDH 17 T 178.

14 . Voir le site de Jacqueline Faure-Astier (« rapatriée d’Algérie » actuellement à Montpellier et petite-fille de Paul Cazelles), qui comprend des souvenirs, cartes postales, photos, histoire, et bibliographie, mais aucune mention du camp de la prison. Mise à jour en avril 2005 : URL : http://telemly.pagesperso-orange.fr/boghar/paulc/histoire.htm. (consulté le 1er mars 2019)

15 . Isabelle Marie sous la direction d’Emmanuelle Mauret, « Terrains d’aviation 1898 à 1973 », Service historique de la Défense (SHD), Département des fonds d’archives, Division armée de l’Air, Paul-Cazelles, AI 3 F 6565.

16 . « Camp de la mort », témoignage de Hadj Dahmani Temouri, 1983, Dhikrayat al-harb wa-al sadaqa (« Souvenirs de guerre et d’amitié »). Voir « Effectifs Centres de Hébergement 1958-62 » où la capacité du camp était donnée à 1500 prisonniers. En août 1959, il y en avait 1714, août 1960, 1357 prisonniers et décembre 1961, 1698 prisonniers, SHD H1100/D1. Voir Thénault, 2012, p. 284-289.

17 . Sur le rapport La Résistance algérienne à Paul-Cazelles vue par un officier de la DST, voir Hubert, 2008. Une lettre du Général Jacques Massu au 5e Bureau datée le 21 mai 1959 : « La plupart des centres d’hébergement sont devenus des véritables universités FLN » SHD GR 1H 2573/1.

18 . Le Lieutenant Fressy, Commandant la Compagnie de Gendarmerie de Boghari à Monsieur le Contrôleur Générale Gonzales, Délégation Générale (Sûreté Nationale) à Alger, « Départ massif d’assignés du Centre de Paul Cazelles », 27 décembre 1960, SHD 1 H 2462

19 . Cf. « Compte-rendu du Commandant Henriot sur les évasions de Paul Cazelles, le 13 décembre 1960 ». Ce compte-rendu est complété par un recueil d’annexes comprenant trente-huit photographies prises par Michel Gonzalez, Direction de la Sûreté Nationale en Algérie, « Rapport d’inspection, Les services de garde du centre d’hébergement de Paul Cazelles », 21-23 décembre, 1960, SHD 1 H 2462. Voir également la description de l’évasion réussie de Kechida du camp Paul Cazelles pour rejoindre le FLN (2010, p. 133-135).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Hocine Kahouadji à 86 ans devant la Medersa El-Islah Tlemcen, le 17 juin 2018
Crédits (Photo Susan Slyomovics)
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/4719/img-1.jpg
Fichier image/, 1,3M
Titre Photographie 2. « Garde du Centre d’hébergement Paul-Cazelles, octobre 1960-avril 1961 », SHD, GR 1 H2019/3
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/4719/img-2.jpg
Fichier image/, 1,7M
Titre Photographie 3. Album photos de Paul-Cazelles vers 1961
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/4719/img-3.jpg
Fichier image/, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Susan Slyomovics, « Des lieux pour un « non-lieu » : Le camp algérien Paul-Cazelles et Hocine Kahouadji, militant FLN  », L’Année du Maghreb, 20 | 2019, 139-158.

Référence électronique

Susan Slyomovics, « Des lieux pour un « non-lieu » : Le camp algérien Paul-Cazelles et Hocine Kahouadji, militant FLN  », L’Année du Maghreb [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/4719 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.4719

Haut de page

Auteur

Susan Slyomovics

Professeure, Département d’Anthropologie, Université de Californie, Los Angeles, USA.

Articles du même auteur

Haut de page