Navigation – Plan du site
L'inévitable prison
Prisons algériennes

Fresnes, « prison algérienne »*? (1954-1962)

Fresnes, “the Algerian Prison»? (1954-1962)
Fanny Layani
p. 179-194

Résumés

La maison d’arrêt de Fresnes, point nodal du dispositif de répression en métropole, devient au cours du conflit, sous l’effet des politiques de regroupement de l’administration pénitentiaire comme de la systématisation des décisions d’incarcération prises par les tribunaux parisiens, une prison majoritairement algérienne. Elle permet donc de saisir avec précision les moments de bascule de la question carcérale au cours de la guerre, d’autant qu’elle donne lieu à la production d’une masse documentaire importante, largement conservée, contrairement aux autres prisons de métropole. Fresnes est ainsi le lieu où se joue, en grande partie, la question du statut des détenus et leur rapport au pouvoir, tant français qu’algérien. Au cœur des grandes grèves de la faim de l’été 1959, le groupe des détenus s’y structure de façon très solide autour des deux organisations politiques qui sont les leurs, le FLN et le MNA. Cet article pose enfin la question de la politisation des détenus, de leur éventuelle capacité d’action collective, et des conditions de possibilité de la poursuite d’une activité politique derrière les barreaux.

Haut de page

Notes de l'auteur

*« Fresnes, prison algérienne » est une expression tirée de l’ouvrage que Christian Carlier consacre à Fresnes en 1990. De nouvelles sources permettent aujourd’hui de revisiter autant que d’actualiser cette formule.

Texte intégral

  • 1 . Notamment grâce aux travaux de Michèle Perrot, Frédéric Chauvaud, Jean-Claude Vimont ou Jacques-G (...)

1L’incarcération des militants de l’indépendance algérienne est au croisement d’une triple historiographie, mais reste malgré tout un sujet relativement neuf. Si les lieux de détention du XIXe siècle sont dans l’ensemble bien connus1, l’histoire de la prison post-1945 reste encore peu traitée par les historiens (Bellanger, 2007 ou la conclusion de Vimont, 1994) comme par les juristes (Loiseau, 1981, ne fit pas d’émule). Les prisons de Fresnes elles-mêmes n’ont, du fait de la rareté des sources disponibles jusque récemment, fait l’objet que d’une courte étude, malheureusement peu référencée et souvent allusive, particulièrement concernant la période de la guerre d’indépendance algérienne (Spire, dans Carlier et al., 1990), ou de passages souvent très circonstanciels, au sein d’un propos plus général tenu par d’anciens membres de la Fédération de France du Front de Libération Nationale (FLN) : c’est notamment le cas de l’un de ses principaux responsables, Ali Haroun (Haroun, 1986). Quelques pages y sont également consacrées dans le premier ouvrage sur les porteurs de valises (Hamon et Rotman, 1979), décrivant la détention à Fresnes à la fin de la période. Enfin, des travaux plus ciblés concernent la maison d’arrêt proprement dite, mais se limitent pour la plupart à la période de la Seconde Guerre mondiale (Wasserman et al., 1995).

2De même, la question de la politisation des détenus et des mouvements de résistance carcérale qu’ils ont pu impulser, tout comme celle des usages de l’incarcération à des fins de répression politique, reste trop rarement posée dans le cadre français (Artières et al., 2004). Elle l’a plus souvent été pour des luttes plus récentes et menées sous d’autres cieux (sur l’Irlande, Granger, 2001, ou Purbrick, 2014, sur l’Allemagne de la Fraction armée rouge, Linhardt, 2004 et sur le Black Panther Party aux États-Unis, Rolland-Diamond, 2016). Enfin, les travaux menés sur la guerre d’indépendance algérienne n’ont jusqu’ici que peu abordé la question carcérale, à l’exception notamment des travaux de Marc André sur la prison lyonnaise de Montluc (André, 2016 et 2018). L’internement en camps a été, lui, plus largement exploré (Thénault, 2008 et 2012, Grosjean, 2014), mais relève d’autres logiques.

  • 2 . Très récemment collecté et encore en cours d’inventaire, il est conservé aux archives département (...)
  • 3 . Un instrument de recherche très complet est en cours d’élaboration.
  • 4 . L’administration centrale ayant traité directement un certain nombre de dossiers sensibles dont l (...)

3Au sein de cette trame historiographique encore relativement lâche, le cas des prisons de Fresnes mérite une attention toute particulière. En effet, il bénéficie de l’apparition récente d’un fonds d’archives riche et atypique2. Abandonné jusqu’à une date récente au fond d’un placard de la maison d’arrêt où il fut recueilli par les archivistes attentifs des Archives départementales du Val-de-Marne (AD94), il n’a pas fait l’objet des éliminations nombreuses ayant amputé les archives des autres lieux de détention de métropole, qui ne conservent – souvent mal d’ailleurs – que ce que rend obligatoire la législation (registres d’écrou et quelques dossiers individuels de détenus). On y trouve ainsi de nombreuses et précieuses pièces témoignant du quotidien de la prison, disparues ailleurs : notes de services, cahiers journaliers de surveillants, multiples documents statistiques, etc.3 Ce fonds vient compléter les documents déjà disponibles aux Archives Nationales4 et en affine considérablement la connaissance.

  • 5 . Elle est le seul établissement à y dépasser le seuil des mille places théoriques et le surpeuplem (...)
  • 6 . Zeggagh Mohand, 2012, Prisonniers politiques FLN en France pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962(...)
  • 7 . Ahmed Doum, 2012, De la Casbah d’Alger à la prison de Fresnes, 1945-1962, Alger, Casbah Éd
  • 8 . Voir notamment Charby Jacques, 1961, L’Algérie en prison, Paris, Éd. de Minuit, 110 p. et Rispal (...)
  • 9 . Voir notamment Lemoisson Lucien, 2009, Itinéraire d’un pénitentiaire sous les Trente Glorieuses, (...)
  • 10 . A. D., M. H., M. G., M. S. M., S. O. Y.
  • 11 . B. D., M. B.
  • 12 . B. D.
  • 13 . A. D.
  • 14 . M. S. M., S. O. Y.
  • 15 . D. M.

4Par ailleurs, Fresnes étant la prison la plus peuplée de métropole5 – on bénéficie aujourd’hui de la publication de souvenirs d’anciens détenus, Algériens (deux ouvrages, rédigés par Mohand Zeggagh6 et Ahmed Doum7 sont particulièrement complets à cet égard) et surtout métropolitains8, mais aussi d’anciens employés de la prison9, ainsi que de la possibilité accrue de retrouver d’anciens détenus à même d’éclairer le vécu quotidien à Fresnes durant ces années de guerre. Nous avons ainsi pu mener une série d’entretiens à Alger comme à Paris, avec huit anciens détenus : sept membres du FLN, occupant des places diverses au sein de l’organisation (qu’il s’agisse de politiques stricto sensu10 ou de membres des groupes combattants11) comme au sein de sa hiérarchie, à l’extérieur (du militant de terrain12 au cadre dirigeant13) comme en détention (membre du comité de détention, responsable de l’enseignement14, etc.), ainsi qu’un métropolitain membre des réseaux de soutien au FLN15. Ces différentes sources permettent d’éviter d’écrire une histoire de la détention qui ne verrait les détenus qu’au prisme surplombant et aride d’une lecture, fût-ce à rebours, des archives pénitentiaires.

5Les établissements pénitentiaires de Fresnes sont un point nodal du dispositif de répression, tant à l’échelle de la région parisienne que par le jeu des transferts incessants de détenus, à l’échelle plus large du territoire français. Aux prises avec un conflit dont l’Algérie constitue le cœur, le « cas Fresnes » permet d’envisager la multiplicité des échelles, de la cellule aux cabinets ministériels, et le foisonnement des acteurs qui s’y croisent sans forcément s’y rencontrer, imposant un regard mobile envisageant à la fois les décisions politiques et administratives centrales et les réalités concrètes des lieux de détention.

6Ainsi, après avoir précisé le statut particulier des établissements péniten-tiaires de Fresnes au sein du dispositif de répression mis en œuvre à l’encontre des militants algériens de l’indépendance, cause directe de profondes difficultés de fonctionnement et d’une importation en détention de la violence extérieure, on s’attardera sur le moment particulier que constituent les grandes grèves de la faim de l’été 1959. Il s’agira alors de comprendre qui, des détenus ou de leur organisation, tente, et de quelle manière, de politiser la question carcérale et de faire des prisons l’un des lieux de la lutte.

Fresnes, prison exceptionnelle ou emblématique ?

Une maison d’arrêt surpeuplée

  • 16 . Les détenus algériens incarcérés pour des faits en lien avec le combat pour l’indépendance en son (...)
  • 17 . 1 342 places sont recensées au 1er juin 1959. Direction de l’administration pénitentiaire (DAP), (...)

7Maison d’arrêt ordinaire au sein du vaste ensemble carcéral des Établissements pénitentiaires de Fresnes (comprenant également un hôpital péniten-tiaire, une maison d’éducation surveillée pour mineures et le Centre national d’orientation destiné à l’évaluation des détenus condamnés à de longues peines avant leur affectation en centrale16), Fresnes frappe par son immensité : elle est, jusqu’à la construction de Fleury-Mérogis, le seul lieu de détention du territoire métropolitain dépassant le seuil des mille places17. Son statut de maison d’arrêt comme sa proximité des tribunaux parisiens déterminent la composition de sa population et expliquent à la fois sa surpopulation générale – la criminalité n’échappant pas à la macrocéphalie parisienne – et la surreprésentation des détenus politiques algériens au sein de ses effectifs, Paris et ses environs constituant l’un des terrains privilégiés du conflit en métropole. Prévenus et condamnés à de courtes peines ou en appel s’y mêlent dans un mouvement permanent d’entrées, sorties et extractions temporaires.

  • 18 . Les archives de Jean-Jacques de Felice montrent ainsi des visites parfois très fréquentes à Fresn (...)

8Par ailleurs, sa fonction d’hôpital général des prisons fait de Fresnes un lieu de contacts privilégiés entre détenus incarcérés dans des prisons différentes. L’hôpital, réellement consacré aux détenus malades, et l’infirmerie psychiatrique annexe (IA), où sont regroupés à compter de fin 1956 nombre de cadres dirigeants de la Fédération de France du FLN, permettent de mettre en relation des détenus venus de différents points du territoire, et constituent ainsi un important canal de circulation de l’information, qui vient s’ajouter à celui que constituent les avocats18.

  • 19 . Recensement des détenus « dont la nature d’inculpation laisse supposer que l’arrestation a un cer (...)
  • 20 . AD 94, 564W 20, dossier « FLN 1956 ».
  • 21 . Cf. notamment la circulaire du garde des Sceaux aux procureurs généraux au sujet de la répression (...)

9Les détenus politiques algériens font très tôt l’objet d’un recensement spécifique, effectué par les différentes prisons à la demande de l’administration pénitentiaire, qui souhaite dès 1956 bénéficier d’un tableau précis de la répartition de ces prisonniers particuliers. Ce recensement systématique permet de savoir que dès juin 1956, 21 Algériens inculpés pour reconstitution de ligue dissoute, entrave à la liberté du travail ou atteinte à la sécurité extérieure de l’État, sont incarcérés à Fresnes19. Ils le sont alors sous le régime du droit commun et rien, hormis l’attention spécifique que leur porte l’administration pénitentiaire en raison du motif de leur incarcération, ne les distingue des autres prisonniers. Pourtant, au terme d’une série de grèves de la faim, ils obtiennent en décembre 195620 un régime de détention légèrement amélioré, dit « régime A », les distinguant des détenus de droit commun. L’administration pénitentiaire, pour les désigner, emploie alors le terme de « catégorie A », entérinant la dimension politique de leur incarcération. Les effectifs de détenus considérés comme politiques ne cessent ensuite de grimper, au gré de l’intensification de la répression21, jusqu’à saturer la prison.

  • 22 . Deux feuillets manquent à cette liasse, correspondant aux mois d’avril 1958 et 1959, expliquant l (...)

10Une liasse de statistiques manuscrites, relevées au jour le jour de fin 1957 à fin 195922 permet de mesurer à quel point ce sont les détenus de la catégorie A, faisant l’objet d’un décompte particulier, qui causent la saturation de la prison ; les effectifs de prisonniers de droit commun, Algériens comme métropolitains, restent en effet dans l’ensemble stables.

  • 23 . Lettre du sous-directeur de Fresnes au cabinet du garde des Sceaux, 30 août 1957. AD94, 564W 20.

11Les effectifs de la maison d’arrêt de Fresnes explosent donc, au point que dès août 1957, le directeur considère la situation comme critique, notamment après plusieurs violentes échauffourées entre détenus de tendance politique opposée23.

Répartition des effectifs des prisons de Fresnes (octobre 1957 – décembre 1959)

AD94, 564W 20 et 564W22

AD94, 564W 20 et 564W22
  • 24 . Lettre des détenus du 2e étage de la 3e division au directeur de Fresnes, 16 janvier 1959. AD94, (...)
  • 25 . Lettre de Jean Albert-Weill, médecin pénitentiaire, au directeur de Fresnes, 15 mai 1960. AD94, 5 (...)
  • 26 . Certificat médical signé par un interne de l’hôpital de Fresnes, 4 avril 1960. AD94, 564W 22.
  • 27 . Cette saturation atteint un tel point que le 6 mai 1961, le directeur régional (DR) des services (...)

12Le surpeuplement de Fresnes cause par ailleurs toute une série de difficultés concrètes : retards dans le traitement des demandes des détenus, café et nourriture arrivant froids dans les cellules, quadruplement de cellules théoriquement individuelles entraînant une grève de la faim de protestation, etc.24 Il pose également problème en termes de santé : l’hôpital de la prison est surchargé, d’autant qu’y sont soignés les détenus transférés de la Santé, faisant craindre des contagions de nature diverse, y compris politique25, et occasionnant le retour en détention de détenus toujours malades, ou n’ayant pu bénéficier de l’intégralité des soins requis par leur condition26. Les mesures ponctuelles de désencombrement vers d’autres prisons prises tout au long de la période restent sans effet devant les nouvelles arrivées, d’autant qu’elles se heurtent à une saturation générale des lieux de détention de la région pénitentiaire de Paris27.

La spécialisation progressive des prisons de Fresnes

  • 28 . AN, 19960279/62, n° 826.
  • 29 . AD94, 565W 10, dossier « 1958 ».
  • 30 . Note du directeur de l’administration pénitentiaire (DrAP) au DR de Paris, 30 novembre 1958. AD94 (...)
  • 31 . Pour de plus amples développements concernant le statut juridique des Algériens mis en regard de (...)

13Si dans un premier temps la maison d’arrêt enferme, suivant sa vocation, des détenus de toute sorte placés sous mandat de dépôt par les juridictions parisiennes, elle fait rapidement l’objet d’une série de décisions de regroupement mettant à mal sa fonction première. Dès janvier 1958 en effet, devant l’afflux de prisonniers transférés d’Algérie, où l’intensité de la répression a depuis 1955 déjà placé en état de saturation l’ensemble des structures carcérales, l’administration pénitentiaire doit repenser la répartition des détenus sur le territoire métropolitain28. Ainsi en novembre, dans un contexte d’agitation redoutée de la part des nord-africains en prison29, décision est prise de rassembler à Fresnes tous les détenus algériens du département de la Seine, sans distinction du motif d’incarcération : politiques et droit-commun algériens se trouvent ainsi réunis sur une simple base ethnique que rien ne vient étayer juridiquement30. Il ne s’agit pas d’une considération liée à leur statut de citoyens diminués, puisque les autres détenus issus des colonies françaises – au-delà de la spécificité algérienne – ne sont pas soumis au même traitement31. Ce rassemblement est d’autant plus simple à opérer pour l’administration pénitentiaire que jusqu’en août 1959, elle n’attribue que très parcimonieusement un régime de détention amélioré, dit « régime A » aux détenus qu’elle reconnaît comme politiques.

  • 32 . Note du DrAP au DR de Paris, 28 mai 1960. AD94, 564W 22.
  • 33 . Pierre Orvain remplace Robert Schmelck en décembre 1959.

14Ce fonctionnement prend fin en mai 1960, lorsqu’un nouveau plan de répartition est rendu nécessaire par l’afflux de nouveaux détenus algériens. Cette fois, Fresnes se spécialise dans l’incarcération de ceux que l’administration pénitentiaire identifie explicitement comme politiques – avec possibilité pour les rares détenus européens d’Algérie membres du FLN ou pour les métropolitains des réseaux de soutien sollicitant leur « assimilation » aux Algériens politiques de les y rejoindre et de partager leurs conditions de détention – tandis que la Santé ne reçoit plus que les droit-commun32. La préoccupation ethnique s’est donc doublée d’une logique plus politique, à la faveur d’un changement à la tête de l’administration pénitentiaire33.

  • 34 . Dans le cadre des négociations, le directeur de Fresnes dresse un « état des condamnés définitifs (...)

15Enfin, en janvier 196234 se trouvent à Fresnes 41 condamnés définitifs à perpétuité (dont 7 condamnés par des juridictions algériennes), lesquels n’avaient aucune raison de s’y trouver. Leur présence s’explique par la spécialisation de la prison dans l’incarcération des politiques algériens, qu’il s’agisse de protéger les maisons centrales de détenus considérés comme plus dangereux que les prisonniers qui s’y trouvent d’ordinaire, ou qu’il ne faille y voir qu’un effet de l’encombrement généralisé des prisons de métropole, rendant impossible le transfert des détenus après leur condamnation. On ne peut par ailleurs exclure que la logique d’une séparation ethnique des détenus ait là encore prévalu.

La difficile cohabitation entre FLN et MNA

  • 35 . Lettre de M. G. au nom des « détenus politiques du Front de Libération Nationale et tous les déte (...)

16Si le surpeuplement de Fresnes pose problème en termes de sécurité, le climat de violence est aussi dû à l’importation en détention de l’affrontement entre FLN et l’organisation à laquelle il dispute le contrôle du courant nationaliste, le Mouvement National Algérien (MNA). Le FLN exprime en effet, en prison comme à l’extérieur, une volonté hégémonique35 vivement contestée par le MNA, qui revendique l’héritage historique de la lutte pour l’indépendance (Sidi Moussa, 2019), rendant impossible la cohabitation des deux organisations. Les tensions violentes qui en résultent s’expriment tout particulièrement à Fresnes en raison de la promiscuité induite par le surpeuplement : durant les premières années du conflit, des prisonniers appartenant aux deux organisations rivales se trouvent en effet dans des cellules voisines, voire réunis dans la même cellule.

  • 36 . Ahmed Doum, 2012, De la Casbah d’Alger à la prison de Fresnes, 1945-1962, Alger, Casbah Éd., p. 1 (...)
  • 37 . Ibid.
  • 38 . Entretien avec B. D., Alger, octobre 2011.
  • 39 . Note de service du DrAP aux directeurs régionaux des services pénitentiaires, 14 septembre 1957. (...)

17Les témoignages de détenus au sujet de cette coprésence des deux organisations oscillent entre indifférence à peine cordiale36, affrontement feutré entre dirigeants à l’IA37 et franche hostilité entre militants de terrain38, tandis que l’administration pénitentiaire rappelle le danger représenté par la coexistence dans les mêmes établissements de « plusieurs groupes de détenus nord-africains », nécessitant la fouille systématique des cellules et des prisonniers39.

  • 40 . Lettres de détenus adressées au directeur de Fresnes. AD94, 564W 20.
  • 41 . Rapports de surveillants, 16 et 17 août 1957. AD 94, 564W 20.
  • 42 . Rapports de surveillants, novembre 1957. AD94, 564W 20.
  • 43 . Rapport du directeur de Fresnes à la DAP, 2 janvier 1958. AN, 19960279/55.

18De réelles tensions entre FLN et MNA apparaissent à Fresnes au cours de l’été 1957. De multiples plaintes adressées au directeur courant août par les prisonniers MNA40 font état d’un sentiment de danger croissant. La direction déplace certains détenus, mais ces mutations d’une cellule à l’autre ne suffisent pas à rétablir le calme et le 16 août éclate une violente rixe. Opposant une cinquantaine de détenus pendant vingt minutes environ, à coups de bouteilles de verre, tubes de métal et planches de bois, elle fait plusieurs blessés et met hors d’usage huit cellules41. Le 10 novembre, des faits similaires se reproduisent42 puis, après quelques mois d’incidents persistants, une nouvelle rixe de grande ampleur est déclenchée le 2 janvier 1958, opposant cette fois une centaine de détenus. Deux pelotons de gendarmerie mobile doivent intervenir pour rétablir l’ordre, sept personnes sont blessées, dont l’une souffre d’une fracture du crâne43.

  • 44 . Rapport du directeur de Fresnes au bureau de l’application des peines de la DAP, 15 janvier 1958. (...)
  • 45 . Lettre anonyme d’un détenu membre du MNA à l’attention du directeur de Fresnes, 23 juin 1958. AN, (...)
  • 46 . Entretien avec B. D., Alger, octobre 2011.

19À l’issue d’une année 1957 particulièrement tendue, les deux organisations sont séparées. Le FLN occupe l’intégralité de la deuxième division, tandis que le MNA est regroupé en troisième division, qu’il partage avec les détenus de droit commun44. Pour autant, les violences ne cessent pas : insultes et bagarres persistent lorsque des militants des deux organisations se croisent, notamment chez le coiffeur de la prison45 ou lors d’une extraction vers le Palais de justice46.

  • 47 . Direction de l’administration pénitentiaire. Rapports généraux sur les exercices 1955 à 1958.
  • 48 . Lettres de détenus MNA au directeur de Fresnes, AD94 564W 21.

20Pourtant, si cette séparation apporte un certain apaisement, elle est mal acceptée par les détenus du MNA déplacés. Ils vivent leur transfert comme un violent déclassement : bien que séparés des détenus de droit commun dans des cellules distinctes comme au cours des mouvements (douches, promenades, etc.), ils considèrent ce rapprochement avec des détenus dont les politiques tiennent à se distinguer à toute force comme une assimilation humiliante. Par ailleurs, ils perdent nettement en confort, la troisième division n’ayant pas encore fait l’objet des travaux de rénovation en cours dans le reste de la prison47, et si leur régime de détention est en théorie le même, ils se disent lésés dans leurs conditions de détention48 : privation de douches, draps non changés, passages trop peu fréquents chez le coiffeur, « provocations quotidiennes de la part de certains surveillants » et condamnations abusives au mitard. Outre la rhétorique ordinaire des détenus politiques s’opposant à la prison par tous moyens – en premier lieu, la contestation des conditions matérielles qui leur sont faites – le transfert en troisième division met les détenus du MNA au contact de nouveaux surveillants encore peu au fait des précautions nécessaires à employer vis-à-vis de ces détenus spécifiques.

  • 49 . Note du DrAP au DR de Paris, 11 septembre 1957. AN, 19960279/55.
  • 50 . Cinq plaintes adressées au garde des Sceaux par des détenus suite à la rixe du 2 janvier 1958. AN (...)
  • 51 . Plainte pour coups et blessures volontaires au procureur de la République de Paris, 10 avril 1959 (...)

21Ce climat de violence généralisée aboutit enfin à l’installation au sein de la prison de deux pelotons de gendarmes mobiles49. Cette décision prise en urgence au mois de septembre ne met toutefois pas fin aux violences. Certaines interventions occasionnées par des mouvements de protestation ou des affrontements entre groupes rivaux se traduisent au contraire par davantage de blessés, les gendarmes étant accusés à plusieurs reprises par les détenus – y compris des métropolitains de droit commun ayant assisté aux faits – de faire preuve d’acharnement à leur encontre50. Des certificats médicaux en attestent (ecchymoses, points de suture au cuir chevelu, traumatismes crâniens, fractures), tout comme des plaintes de détenus faisant état de coups de crosse, de « nerfs de bœuf » et de propos injurieux (« Sale race, va demander à Ferhat Abbas de te libérer »51).

Une prison sous pression

  • 52 . Rapport du directeur de Fresnes au DrAP, 2 août 1961. AN 19960136/56, F64.

22À mesure que la violence du conflit algérien atteint la métropole, les prisons se trouvent dans une situation de tension croissante. Dès 1960, le directeur de Fresnes demande à plusieurs reprises un renfort du contingent de gendarmes. Il paraît notamment s’attendre à « une tentative de sortie en force [des détenus politiques algériens] sur un mot d’ordre venant de l’extérieur »52, qui ne fut pourtant jamais envisagée par des prisonniers n’en ayant pas les moyens logistiques. Même en admettant que l’auteur de ce rapport exagère volontairement la dangerosité des détenus afin d’obtenir plus de moyens armés, cela tend à prouver qu’il considère que la situation à Fresnes peut potentiellement lui échapper, et que sa méfiance est grande à l’encontre d’un groupe FLN qu’il sait structuré et organisé.

  • 53 . Tentative de prise du pouvoir à Alger, le 21 avril 1961, par une partie de l’armée française, sou (...)
  • 54 . Entretiens avec M. S., Alger, avril 2012 ; S. O., Alger, octobre 2011 ; D. M., Paris, novembre 20 (...)
  • 55 . En 1960 et 1961, les fouilles de retour de parloir n’étaient plus appliquées pour les détenus pol (...)
  • 56 . L’Organisation Spéciale, branche armée de la Fédération de France du FLN. À ce sujet, voir notamm (...)
  • 57 . Entretiens avec S. O., Alger, octobre 2011 et D. M., Paris, novembre 2018.

23Pour autant, la véritable inquiétude en cette fin de conflit algérien semble plutôt le fait des détenus, notamment au moment du putsch des généraux53. De multiples témoignages attestent en effet de la présence d’armes en détention, à des fins d’autodéfense54 : six fusils mitrailleurs et au moins une arme de poing auraient ainsi été introduits en pièces détachées par les avocats55, confiés à des militants de l’Organisation Spéciale (OS)56 familiers du maniement des armes et stockés sous le plancher des cellules en deuxième division. Certaines de ces armes furent d’ailleurs détournées à leur propre profit par deux détenus, Aboubaker Belkaïd et Mahmoud Tlemceni, au cours d’une tentative d’évasion, contre l’avis du FLN57.

24Ainsi, les prisons de Fresnes permettent, au gré des flux permanents d’entrées et de sorties des détenus, de mesurer les temporalités de la répression en métropole, et par les soubresauts violents qui s’y déroulent, d’éclairer sous un angle nouveau les modalités de la rivalité entre FLN et MNA. Mais si Fresnes est exceptionnelle par ses dimensions comme par la composition de sa population pénale, elle l’est surtout par le niveau d’activité politique qui s’y déroule.

Fresnes au cœur de la bataille politique

25Devant le caractère massif de l’incarcération de ses militants, le FLN, plus encore que le MNA dont les forces vives s’érodent rapidement, se voit contraint d’inclure les prisons dans sa double stratégie de lutte contre le système colonial et d’hégémonie sur la population algérienne (Amiri, 2013, p. 262). Se produit ainsi un phénomène de retournement de la prison. De simple lieu de répression, elle tend à devenir un « espace de résistance » (Artières et. al., 2004), autour d’un répertoire d’action nouveau, à l’efficacité certaine malgré les limites posées par la situation d’enfermement. Une nouvelle arène du conflit (Granger, 2001 ; Linhardt, 2004 ; Purbrick, 2014) s’ouvre dès lors en prison, dont Fresnes constitue sans nul doute le cœur le plus actif.

Les grandes grèves de la faim de l’été 1959

  • 58 . AD 94, 564W 20 et Doum Ahmed, 2012, p. 147.
  • 59 . 45 détenus font grève en mars 1957 « en guise de protestation de l’assassinat à la prison d’Alger (...)
  • 60 . Mention manuscrite du surveillant-chef en marge d’une lettre des « détenus algériens de la prison (...)

26La grève de la faim collective est une pratique profondément ancrée dans le répertoire d’action des militants algériens de l’indépendance. À Fresnes, dès novembre 1956, des grèves impliquent plusieurs dizaines de détenus, chacun réclamant pour lui-même un régime amélioré motivé par la nature politique de son incarcération58. Mais rapidement, le recours à la grève de la faim prend un tour plus explicitement politique, destiné tant à marquer une identité face à l’administration pénitentiaire qu’à souder et mobiliser les détenus autour de mots d’ordre collectifs59. Pour autant, il arrive que ces mouvements concertés ne prennent pas au sein de la population pénale : ainsi en 195760, malgré l’envoi à la direction de la prison de multiples courriers de revendication, les surveillants ne constatent aucun refus lors de la distribution des repas. Ainsi, entre la cour de promenade, où les mots d’ordre circulent, et la cellule où chacun est enfermé, les attitudes peuvent-elles ne pas être les mêmes, du moins dans ces premières années, lorsque le contrôle des détenus par leur organisation reste limité. Quoi qu’il en soit, dès 1958, la pratique de la grève de la faim est devenue un mode de revendication usuel des détenus, très répandu à Fresnes. C’est, de tous les moyens d’instaurer le rapport de force avec l’administration pénitentiaire, le seul qui ne puisse leur attirer de sanction. Démunie face aux détenus cessant de s’alimenter, elle doit en effet avant tout préserver leur santé et ne peut leur infliger de réelles sanctions disciplinaires.

  • 61 . Rapport du CD de Fresnes à la fédération de France du FLN, 24 mai 1959. Cité dans Haroun Ali, 198 (...)
  • 62 . Les comités de détention sont composés de détenus dans un premier temps nommés par la direction d (...)
  • 63 . Lettre du CD de Fresnes au garde des Sceaux, 18 juin 1959. Citée dans Kessel Patrick et Pirelli G (...)

27C’est dans ce contexte que prennent place les deux longues grèves de la faim de l’été 1959, au sujet desquelles les archives de Fresnes s’avèrent paradoxalement décevantes en raison du transfert rapide de la gestion de crise à l’administration centrale. Après un net durcissement de la discipline au printemps 195961, alors que la majorité des détenus FLN et MNA ne sont pas encore reconnus comme relevant de la catégorie A et sont donc soumis au régime du droit commun, un projet de grève locale est récupéré par la fédération de France du FLN, qui décide de l’étendre à toutes les détentions. Après plusieurs mois de tergiversations, elle est déclenchée le 18 juin 1959. À cette occasion, le comité de détention (CD)62 adresse à Edmond Michelet ses revendications : fin des brutalités, réception de journaux et de colis, salle pour les prières en commun, séparation d’avec les droit-commun et possibilité d’organiser des cours au sein de la détention63.

  • 64 . Lettres de Mahmoud Tlemsani (sic), 20 juillet 1959 et de Moussa Khebaïli, 11 juillet 1959, citées (...)
  • 65 . Entretien avec B. D., Alger, octobre 2011.
  • 66 . Roland Dumas, 1996, Le fil et la pelote, Mémoires, Paris, Plon, p. 112.
  • 67 . Jean Albert-Weil, 1974, J’ai été seize ans médecin à Fresnes, Paris, Fayard, p. 154.

28L’administration pénitentiaire tente de venir à bout de cette grève massivement suivie en se montrant intransigeante : les meneurs sont dispersés dans d’autres prisons64 et l’eau est coupée dans les cellules65. Pour Roland Dumas, cette décision lourde de conséquences sur la santé des grévistes est prise par Joseph Rovan, membre du cabinet Michelet, avec l’accord de ce dernier66, ce qui remettrait en cause l’image d’un ministre favorable aux Algériens (cependant, aucun document d’archive à ce jour n’a permis de le confirmer). Selon le médecin de l’hôpital de Fresnes, « aucune mesure pour faire cesser la grève [ne fut prise]. On ne demandait pas l’avis des médecins »67 : cela tend à confirmer que l’administration pénitentiaire aurait eu l’intention de laisser se dégrader la situation pour venir à bout des détenus.

  • 68 . Rapport de Bachir Kernane à la fédération de France, 21 août 1959, cité dans Haroun Ali, 1986, p. (...)
  • 69 . Lettre de Bachir Kernane au garde des Sceaux, 17 juillet 1949, citée dans Kessel Patrick et Pirel (...)
  • 70 . Rapport de Bachir Kernane à la fédération de France du FLN, 21 août 1959, déjà cité.
  • 71 . Entretien avec Ahmed Doum, Alger, octobre 2011, et Albert-Weil Jean, 1974, p. 162.
  • 72 . Note de service du 4 août 1959. AN 19960279/60.

29Il faut attendre douze jours pour que des négociations soient entamées, réunissant à l’hôpital de Fresnes Rabah Bitat, Mohamed Boudiaf et des représentants du garde des Sceaux. Elles aboutissent à un accord fragile, qui ne tient que quelques jours. Tant du fait de l’attitude « quelque peu arrogante [des détenus] envers les agents de l’administration »68 que d’un incident impliquant un surveillant, la situation dégénère et d’anciens grévistes sont passés à tabac69, ce qui déclenche une seconde grève de la faim, le 17 juillet, cette fois suivie par les ministres du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) qui en renforcent la symbolique. L’administration pénitentiaire transfère à nouveau le CD70, mais tente également de persuader les prisonniers de la dangerosité de leur mouvement71, intervenant après une première longue grève ayant mis les organismes à rude épreuve. Après six jours de négociations, la « circulaire Michelet » généralisant le « régime A » à tous les détenus incarcérés pour des faits en lien avec le combat pour l’indépendance algérienne est signée72.

  • 73 . Lettre de Ferhat Abbas au pape Jean XXIII, reproduite dans le numéro 45 d’El Moudjahid, 6 juillet (...)

30Cet épisode constitue une nette victoire du FLN, tant dans son combat face à la France que dans sa volonté de contrôle hégémonique des Algériens en prison. L’administration pénitentiaire cède largement, reconnaissant la spécificité de ces détenus et leur accordant désormais collectivement un régime de détention aménagé, jusque-là octroyé parcimonieusement, et de manière individuelle uniquement. De plus, ces deux grèves furent efficacement coordonnées d’une prison à l’autre, au contraire de mouvements précédents, restés sporadiques et locaux. Cette grève permet enfin au FLN de mener une campagne d’opinion internationale en faveur de ses militants incarcérés73, et de gagner ainsi en crédibilité au détriment d’une France de plus en plus isolée, perçue comme engluée dans un traitement violent et inhumain de la question algérienne.

Fresnes, épicentre du combat carcéral

Fresnes devient-elle un lieu de la prise de décision pour le FLN ?

  • 74 . Entretien avec Ahmed Doum, Alger, octobre 2011.
  • 75 . Lettre de Mohamed Lebjaoui au directeur de Fresnes, 3 mai 1957. AD94, 564W 20.
  • 76 . Note de service du directeur de Fresnes, 4 juin 1957. AD94, 564W 20.
  • 77 . Note du directeur de Fresnes au DrAP, 18 avril 1957. AD94, 564W 20.

31La présence à l’IA de dirigeants du FLN fait de Fresnes un lieu particulier d’exercice d’une certaine forme d’activité politique passant outre l’enfermement. Cela suppose toutefois une capacité importante de communication, entre eux comme avec l’extérieur, qu’il leur aura fallu arracher progressivement à l’administration pénitentiaire. Dans un premier temps, la communication se fait essentiellement lors des promenades, seul temps en commun74. Cela semble insuffisant puisqu’en mai 1957, les dirigeants du FLN demandent à pouvoir se réunir en journée dans une cellule commune, au prétexte d’étudier les langues étrangères75. Si cette demande n’est pas satisfaite, ils obtiennent un allongement des promenades, la possibilité de prendre leurs repas en commun et celle de recevoir leur famille dans leurs cellules, dont les portes restent ouvertes durant une partie de la journée. Au total, il leur est alors possible d’échanger librement six heures par jour76. En période de Ramadan, les portes des cellules restent même ouvertes jusqu’à minuit afin que les deux repas de la journée puissent être pris en commun après l’iftar77.

  • 78 . Note du DrAP au DR de Paris, 17 mai 1957. AD94, 564W 20.
  • 79 . Les registres de surveillance de la 6e division de la Santé permettent de constater que les visit (...)

32Le rôle du collectif des avocats dans le lien entre les détenus et leur organisation politique à l’extérieur est bien connu (Haroun, 1986 ; Amiri, 2013 ; Thénault, 2015). Les archives de Fresnes offrent toutefois de nouveaux détails quant au maintien d’une activité politique clandestine. Les avocats obtiennent en effet des conditions de visite particulièrement favorables à compter de mai 1957. Ils peuvent dès lors rencontrer collectivement les détenus de l’IA78, et sont en capacité d’organiser ce qui pourrait s’apparenter à de véritables bureaux politiques, à Fresnes tout comme à la Santé79, ainsi qu’évidemment la circulation d’informations et de consignes entre les deux prisons.

  • 80 . Notes manuscrites en marge d’une demande de RDV adressée au directeur, 18 juin 1957. AD 94, 564W (...)
  • 81 . Rapport du directeur de Fresnes au cabinet du garde des Sceaux, 25 juin 1957. AD 94, 564W 20.
  • 82 . Note du directeur de Fresnes au bureau de l’application des peines, 5 décembre 1957. AD 94, 564W  (...)
  • 83 . Rapport du surveillant-chef adjoint Boucard au directeur de Fresnes, 20 juin 1957. AD 94, 564W 20
  • 84 . Rapport du directeur de Fresnes au DrAP, 26 juin 1957. AD 94, 564W 20.
  • 85 . Lettre des détenus politiques de l’IA au directeur de Fresnes, 9 septembre 1957. AD 94, 564W 20.

33La tentative de poursuivre une activité politique à l’IA est corroborée par les dénonciations d’un détenu qui y effectue un séjour de quelques mois en 1957. Il rapporte des faits allant de la circulation de tracts à des correspondances clandestines, qualifiées de « courantes »80. Les faits qu’il évoque peuvent être considérés comme crédibles, d’autant qu’il est violenté lorsque ses codétenus comprennent qu’ils ont été dénoncés81, et doit être transféré pour sa protection dans un autre établissement82. La direction de la prison soumet dès lors les détenus de l’IA à une surveillance renforcée. Salah Louanchi fait ainsi l’objet d’un rapport disciplinaire, deux jours après la dénonciation, pour avoir refusé une fouille83, et une investigation « complète et très poussée » suit de peu cet incident, aboutissant à la découverte de correspondances clandestines, d’objets et de livres interdits, remis aux détenus par des visiteurs reçus en cellule84. En conséquence, les visiteurs sont désormais soumis à des fouilles systématiques, ce qui entraîne une « véhémente protestation » des détenus contre les « brimades » infligées à leurs proches85.

  • 86 . Missive « émanant du 1er étage » de la deuxième division à destination de l’IA, saisie le 9 avril (...)
  • 87 . Plusieurs témoignages évoquent un certain isolement des dirigeants de l’IA dans leurs privilèges. (...)

34Enfin, les dirigeants de l’IA n’hésitent pas à mettre à profit les contacts qu’ils peuvent avoir avec les détenus ordinaires, souvent employés au service général, pour faire circuler informations, argent, consignes ou objets vers la 2e division. Ainsi, les mots d’ordre tels ceux ayant mené aux grèves de la faim de l’été 1959 ont vraisemblablement suivi ce circuit, d’autant que les détenus de l’IA avaient tenté quelques semaines plus tôt d’obtenir de nouvelles cellules qui leur auraient permis de communiquer par la fenêtre avec les détenus en promenade. Les prisonniers de la 2e division cherchent également à transmettre à leurs cadres des nouvelles de la détention ordinaire, afin d’obtenir qui des cigarettes, qui un soutien à leurs revendications86, et expriment fréquemment le souhait d’une liaison renforcée entre deuxième division et IA87.

  • 88 . Entretien avec A. D., Alger, octobre 2011.
  • 89 . Ibid.
  • 90 . Voir notamment le relevé des communications téléphoniques des « pensionnaires » du château d’Auno (...)

35Pour autant, au regard des archives comme du témoignage d’Ahmed Doum, il semble toutefois sage de ne pas surestimer la capacité d’action politique des dirigeants détenus à l’IA. En effet, s’ils obtiennent certains succès entre les murs (extension de l’influence du FLN à la grande majorité des détenus algériens de la prison, organisation de la détention à leur profit, capacité à peser sur la direction), il n’en reste pas moins qu’enfermés et étroitement surveillés, ils sont largement « hors combat »88 politique durant la majeure partie du conflit. Si quelques écrits clandestins purent être saisis, il s’agissait surtout d’affaires internes sans réelles implications dans le combat du FLN pour l’indépendance89. D’une manière générale, les dirigeants de la fédération de France détenus à l’infirmerie annexe semblent avoir été privés d’une capacité véritablement décisionnelle, contrairement aux « grands » de la Santé, qui une fois transférés à l’île d’Aix puis aux châteaux de Turquant et d’Aunoy furent consultés, notamment au moment des négociations d’Évian, et restèrent en lien régulier avec le GPRA. L’examen des visites reçues, notamment, montre une réelle différence dans la nature des interlocuteurs : à Fresnes, pas de traces des émissaires du GPRA ou de visites diplomatiques, tandis que les ministres incarcérés sont en lien permanent, téléphonique ou par l’intermédiaire de visites, avec Le Caire ou Tunis, où se trouvent les instances du FLN, mais aussi avec Rabat ou New York90. D’autre part, les saisies de correspondances clandestines opérées par les surveillants relèvent davantage de trafics destinés à améliorer un peu l’ordinaire ou de consignes locales que d’une réelle activité politique d’importance.

36À cet égard, l’incarcération semble donc avoir au moins partiellement rempli son office : éloigner ces détenus d’une militance efficace. Elle échoua en revanche à empêcher la structuration d’un mouvement de résistance carcérale et d’affirmation politique autant qu’identitaire par-delà les murs des prisons, comme en témoignent les trois mouvements de grève de la faim étendus à l’échelle nationale (juin et juillet 1959 puis novembre 1961).

Fresnes constitue-t-elle un lieu de formation politique pour les militants ?

  • 91 . Zeggagh Mohand, 2012, Prisonniers politiques FLN en France pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962(...)
  • 92 . Bulletin d’information rédigé par un détenu FLN, saisi par un surveillant le 20 octobre 1958. AD9 (...)

37Il est d’usage en Algérie de considérer91 que les prisons furent un lieu de formation politique pour les détenus membres du FLN. Cette affirmation doit toutefois être nuancée, tant pour des raisons pratiques que pour des raisons politiques internes au FLN. Faire de la prison un véritable lieu de formation politique suppose la possibilité de regroupements réguliers et fréquents des détenus. Or l’architecture de la prison est pensée pour éviter toute forme de contacts entre eux. Fresnes constitue un modèle de prison cellulaire (Carlier, 1998) et si à l’époque du conflit algérien, la tendance est à l’assouplissement de ces contraintes, la communication entre détenus reste difficile. Les promenades s’effectuent par groupes d’une douzaine de prisonniers, dans des préaux exigus séparés l’un de l’autre par des grilles puis par des murs. La moindre information doit donc passer par un billet écrit, transmis d’une cour ou d’une cellule à l’autre. Les détenus politiques algériens étant aux deux-tiers analphabètes (Layani, à paraître), ce canal de transmission perd cependant en efficacité. Un bulletin d’information saisi en 195892 permet toutefois de mesurer la capacité des détenus à se tenir informés de l’actualité internationale (décolonisation de l’Afrique subsaharienne et situation au Liban) et de la ligne du parti (les griefs du FLN à l’égard des positions du PCF sur l’Algérie).

  • 93 . Entretiens avec D. M., Paris, novembre 2018 et Mohamed S, Alger, avril 2012.
  • 94 . Voir notamment le chapitre 21 de Hamon Hervé et Rotman Patrick, 1979, Les porteurs de valises, la (...)

38À mesure de l’augmentation de leur effectif et suite aux mouvements de grève de la faim de l’été 1959, les détenus parviennent à arracher de nouvelles possibilités de communiquer. À partir de la généralisation du régime A à tous les détenus politiques, les portes des cellules s’ouvrent plus facilement. Entre août 1959 et octobre 1961, une tolérance locale donne libre circulation aux membres du CD93, puis une circulaire du 10 octobre 1961 généralise l’ouverture des cellules en dehors de l’heure des repas, dont la distribution est faite par des droit-commun avec lesquels les politiques ne sont pas censés avoir de contacts. La deuxième division devient ainsi quasiment autogérée par le CD94, avec l’assentiment tacite du directeur de Fresnes, homme pragmatique ayant tout à gagner à favoriser un climat pacifique en détention.

  • 95 . Rapport d’enquête sur les conditions de détention des prisonniers relevant de la catégorie A, jan (...)

39L’organisation de cours permet aussi de diffuser mots d’ordres nationalistes, ligne politique et consignes. Bien qu’hautement suspectés, l’administration pénitentiaire ne les voit pas d’un œil totalement négatif : la détention doit viser à l’amendement du condamné (Amor, 1947), qui dans ce cas précis passe par l’instruction, et les cours permettent d’éviter l’oisiveté dangereuse (Foucault, 1975, p. 73), a fortiori dans le cadre d’une détention politique pour laquelle les prisonniers ne sont pas soumis au travail pénitentiaire. L’argument budgétaire pèse également : ces cours sont dispensés par des détenus et ne coûtent donc rien à une administration pénitentiaire en butte à un budget très contraint. Ainsi, tous les détenus instruits sont mis à contribution et les soutiens métropolitains au FLN, sociologiquement très différents de leurs camarades de détention, sont particulièrement impliqués dans ce dispositif du fait de leur niveau de formation supérieur à celui des prisonniers algériens. Malgré leurs soupçons, les surveillants n’ont que peu de prise sur le contenu de l’enseignement : il se tient dans une cellule fermée, à peine réaménagée, et personne n’est spécifiquement affecté à leur surveillance. De plus, une partie de ces cours se donne en langue arabe, que les personnels de surveillance ne comprennent sauf exception pas95.

  • 96 . Entretien avec S. O. Y., responsable de l’enseignement, Alger, octobre 2011.
  • 97 . Entretien avec M. G., Alger, octobre 2011.
  • 98 . Zeggagh Mohand, 2012, Prisonniers politiques FLN op. cit., p. 183.
  • 99 . Entretien avec D. M., Paris, novembre 2018.

40Le contenu de ces cours ne fut que très marginalement politique, puisqu’il s’y agit essentiellement d’instruction primaire96, même s’ils purent servir de lieu de transmission de consignes. On est donc loin d’universités politiques ayant assuré la formation des militants. Parmi les anciens détenus que nous avons rencontrés, seul l’un évoque assez vaguement la volonté d’« inculquer la révolution »97. Tous les autres, ainsi que les auteurs des témoignages publiés, se limitent au besoin essentiel d’alphabétisation. Mohand Zeggagh va plus loin : à plusieurs reprises, il explique que le FLN ne s’est jamais vraiment soucié de former les militants au plan politique98. Christian Carlier raconte même – mais sans donner de source – que les cours d’Henri Curiel sur le Manifeste du Parti communiste ou la réforme agraire à Cuba auraient été « censurés » par le FLN, qui l’aurait cantonné à des cours d’italien et de français (Carlier et al., 1990). Il semble quoi qu’il en soit que les seuls cours ayant eu un tant soit peu de contenu militant aient été rapidement interrompus, sans doute pour éviter de donner libre cours aux fortes divisions politiques qui fracturent le groupe des détenus99. Ces réticences expliquent sans doute la rareté des considérations relevant d’une véritable politisation dans le discours des anciens détenus.

  • 100 . Dessins confisqués lors de fouilles de cellules, non datés, non signés. AD 94, 564W21.

41De simples cours d’alphabétisation peuvent pourtant donner lieu à une forme de mobilisation politique. En témoignent plusieurs dessins confisqués au cours d’une fouille de cellules MNA100 : autour d’un motif en forme d’étoile, on peut lire en arabe comme en français les mots « Al Djazaïr » ou « Vive le Zaïm », les initiales de Messali Hadj, une série de lieux, de dates, de sigles d’organisations et de slogans. Réalisés par des détenus différents – certains sont signés – mais extrêmement stéréotypés, ils semblent se rattacher à une forme d’exercice scolaire, visant à la fois l’alphabétisation (l’écriture y est maladroite, comme de la main d’un débutant) mais aussi à inculquer aux détenus une vision commune de l’histoire par l’appropriation de grands repères et à ancrer l’espoir et la définition de ce que devrait être l’Algérie à venir.

  • 101 . Cf. notamment le compte-rendu du surveillant Louis B. au directeur de Fresnes, 26 août 1958. AD 9 (...)
  • 102 . Paroles de plusieurs chants nationalistes saisies en 2e division. AD 94, 564W 21.
  • 103 . Entretien avec M. G., Alger, octobre 2011.
  • 104 . Entretien avec M. B., Blida, octobre 2011.
  • 105 . Entretien avec B. D., Alger, octobre 2011.
  • 106 . Entretien avec S. O., Alger, octobre 2011.
  • 107 . Rapport du surveillant Charles T. au directeur de Fresnes, 1er janvier 1960. AD 94, 564W 22.

42De même, on peut percevoir une forme de mobilisation politique par l’usage des chants, entonnés dans les cours de promenade, à l’occasion de divers événements101. À Fresnes, plusieurs exemplaires de paroles de chants nationalistes furent ainsi saisis102. Cette pratique semble avoir revêtu diverses significations : provoquer l’institution carcérale et entretenir le rapport de force103, alerter les codétenus par-delà les grilles et les portes104, simple pratique quotidienne identitaire et politique105, ou symbole d’une part de liberté préservée en prison106. Pour autant, la pratique des chants collectifs ne semble pas avoir été si régulière durant les premières années de la guerre : l’interprétation du « chant soi-disant national » par les détenus du FLN les 27 décembre et 1er janvier 1960 est signalée comme une première107.

  • 108 . Zeggagh Mohand, 2012, Prisonniers politiques FLN op. cit., p. 183.
  • 109 . Compte rendu du surveillant-chef adjoint Pierre M. au directeur de Fresnes, 22 septembre 1959. AD (...)

43Ainsi, si les prisons furent un lieu de politisation, ce fut sans doute autant malgré le FLN qu’à son instigation. Si réelle formation politique il y eut, ce fut surtout par la transmission d’expériences individuelles108, à l’occasion des longues heures de discussion que laisse une détention en cellules collectives, plus que par une réelle volonté de l’organisation, qui semble avoir surtout conçu la prison comme un lieu d’encadrement politique plus que de formation intellectuelle militante. L’encadrement idéologique peut se mesurer à l’aune de la réception du discours sur l’autodétermination, le 16 septembre 1959, telle que rapportée par un compte-rendu de surveillant. Il précise que la position « officielle » de Bachir Boumaza, porte-parole du comité de détention, sur l’interprétation des propos du président de la République doit être celle de tous les détenus FLN109.

*

44Fresnes est donc un lieu représentatif de la détention des Algériens, du FLN plus que du MNA, effectifs obligent, mais qui revêt également une dimension exceptionnelle, tant par le nombre que par la diversité des militants qui s’y trouvent, du simple collecteur aux chefs de la fédération de France, en passant par les quelques membres des réseaux européens de « porteurs de valises », qui partagent à Fresnes les conditions de détention de ceux dont ils épousèrent la cause.

45Cette maison d’arrêt est au cœur d’une tentative de poursuite du combat politique en détention, essentiellement symbolique au demeurant, la militance active restant cantonnée au sein de la prison et portant sur les conditions d’incarcération. Fresnes est ainsi le lieu central des luttes destinées à les améliorer et c’est souvent de ses cellules et de ses cours de promenades que partirent les grandes initiatives ayant trouvé une résonnance nationale. On peut considérer qu’à cet égard, les détenus remportèrent une certaine forme de victoire politique face à la France, parvenant à arracher à l’administration pénitentiaire des prérogatives toujours croissantes, aboutissant à Fresnes à une quasi-autogestion sous l’égide du comité de détention.

46Pour autant, la politisation des Algériens au cours de leur détention resta limitée, le FLN se montrant même réticent aux dires de plusieurs témoignages, et les dirigeants de l’infirmerie annexe se trouvèrent largement marginalisés au sein de l’organisation, et donc en situation de défaite sur le front algérien.

47Enfin, le FLN n’hésita pas à utiliser et mettre en scène la figure du détenu politique, qui devint un vecteur emblématique de communication et de propagande internationale.

Haut de page

Bibliographie

Amiri Linda, 2013, La Fédération de France du FLN, des origines à l’indépendance, 1926-1962, Thèse de doctorat, Sciences Po, Paris.

André Marc, 2016, Femmes dévoilées. Des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation, Lyon, ENS Éditions, p. 179-188.

André Marc, 2018, « Les Algériens à Montluc. Militarisation de la répression en France durant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°65-4, n°4, p. 7-32.

Amor Paul, 1947, « La réforme pénitentiaire en France », Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, n°1, p. 1-30.

Artières Philippe et al., 2004, « Prison et résistances politiques. Le grondement de la bataille », Cultures & Conflits, n°55, p. 5-14.

Bellanger Hélène, 2007, Vivre en prison, Paris, Hachette Littératures.

Carlier Christian et al., 1990, Fresnes, la prison : les établissements pénitentiaires de Fresnes (1895-1990), Fresnes, Écomusée de Fresnes.

Carlier Christian, 1998, Histoire de Fresnes, prison « moderne ». De la genèse aux premières années, Paris, La Découverte, Syros.

Foucault Michel, 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris,
Gallimard.

Granger Tiphaine, 2001, « Une stratégie de l’IRA : la lutte en prison (1971-1981) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 70, n° 2, p. 19-30.

Grosjean Arthur, 2014, « Internement, emprisonnement et guerre d’indépendance algérienne en métropole : l’exemple du camp de Thol (1958-1965) », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Répressions politiques en situation de guerre, consulté le 29 août 2018.

Hamon Hervé et Rotman Patrick, 1979, Les porteurs de valises, la résistance française à la guerre d’Algérie, Paris, Albin Michel.

Haroun Ali, 1986, La 7e wilaya. La guerre du FLN en France, 1954-1962, Paris, Seuil.

Layani Fanny, à paraître, « Pratiques de la lecture et de l’écriture des militants de l’indépendance algérienne incarcérés : un cas-limite paradoxal ? », Lire, écrire, penser et communiquer en prison : la question des droits, XVIIIe - XXIe siècles, France-Italie-Espagne, Rennes, PUR.

Linhardt Dominique, 2004, « Réclusion révolutionnaire. La confrontation en prison entre des organisations clandestines révolutionnaires et un État – le cas de l’Allemagne dans les années 1970 », Cultures & Conflits, n° 55, p. 113-148.

Loiseau Bruno, 1981, Le Régime de détention des rebelles algériens durant la guerre d’Algérie, mémoire de troisième année, Université Paris XI-Sceaux.

Purbrick Louise, 2014, « Le mouchoir d’Armagh. Tissu, genre et politique. Irlande du Nord, 1976 », Clio, vol. 40, n° 2, p. 115-135.

Rolland-Diamond Caroline, 2016, Black America. Une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (XIXe-XXIe siècle), Paris, La Découverte.

Sidi Moussa Nedjib, 2019, Algérie, une autre histoire de l’indépendance. Trajectoires révolutionnaires des partisans de Messali Hadj, Paris, Presses Universitaires de France.

Thénault Sylvie (dir.), 2008, « Vadenay, Saint-Maurice l’Ardoise, Thol, le
Larzac. L’internement en France pendant la guerre d’indépendance algérienne », Matériaux pour l’histoire de notre temps, dossier, n°92.

Thénault Sylvie, 2012, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob.

Thénault Sylvie, 2015, « Une défense politique sans rupture ? Le collectif des avocats du FLN en pratique », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol.  115-116, n° 1, p. 17-25.

Vimont Jean-Claude, 1994, La prison politique en France (XVIIIe-XXe siècle), Paris, Anthropos.

Wasserman Françoise, Spire Juliette, Israel Henri, 1995, Fresnes dans la tourmente 1939-1944, Fresnes, Écomusée.

Zeggagh Mohand, 2012, Prisonniers politiques FLN en France pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962. La prison, un champ de bataille, Paris, Publisud.

Haut de page

Notes

1 . Notamment grâce aux travaux de Michèle Perrot, Frédéric Chauvaud, Jean-Claude Vimont ou Jacques-Guy Petit.

2 . Très récemment collecté et encore en cours d’inventaire, il est conservé aux archives départementales du Val-de-Marne.

3 . Un instrument de recherche très complet est en cours d’élaboration.

4 . L’administration centrale ayant traité directement un certain nombre de dossiers sensibles dont les grèves de la faim de l’été 1959.

5 . Elle est le seul établissement à y dépasser le seuil des mille places théoriques et le surpeuplement y est chronique. Le taux d’occupation des cellules est de 158% au 1er juin 1959. Source : Direction de l’Administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1959. http://data.decalog.net/enap1/liens/DAP/DAP_RA_1959.pdf.

6 . Zeggagh Mohand, 2012, Prisonniers politiques FLN en France pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962, Paris, Publisud

7 . Ahmed Doum, 2012, De la Casbah d’Alger à la prison de Fresnes, 1945-1962, Alger, Casbah Éd

8 . Voir notamment Charby Jacques, 1961, L’Algérie en prison, Paris, Éd. de Minuit, 110 p. et Rispal Jacques, 1990, De la DST à Fresnes ou trente et un mois de prison, Fresnes, Écomusée de Fresnes, 85 p.

9 . Voir notamment Lemoisson Lucien, 2009, Itinéraire d’un pénitentiaire sous les Trente Glorieuses, Paris, L’Harmattan, 188 p.

10 . A. D., M. H., M. G., M. S. M., S. O. Y.

11 . B. D., M. B.

12 . B. D.

13 . A. D.

14 . M. S. M., S. O. Y.

15 . D. M.

16 . Les détenus algériens incarcérés pour des faits en lien avec le combat pour l’indépendance en sont d’emblée exclus par l’Administration pénitentiaire.

17 . 1 342 places sont recensées au 1er juin 1959. Direction de l’administration pénitentiaire (DAP), Rapport général sur l’exercice 1959. Ponctuellement, il arrive que la Santé, entre deux délestages, dépasse les effectifs de Fresnes, mais elle est en théorie destinée à incarcérer un nombre inférieur de détenus.

18 . Les archives de Jean-Jacques de Felice montrent ainsi des visites parfois très fréquentes à Fresnes, excédant manifestement les besoins de la seule défense des détenus concernés. BDIC, F delta rés 882/3/1 et 882/3/3.

19 . Recensement des détenus « dont la nature d’inculpation laisse supposer que l’arrestation a un certain rapport avec les événements d’Algérie », 29 juin 1956. AD94, 564W 20.

20 . AD 94, 564W 20, dossier « FLN 1956 ».

21 . Cf. notamment la circulaire du garde des Sceaux aux procureurs généraux au sujet de la répression de la criminalité nord-africaine dans la métropole, 30 décembre 1957 (AN, 19960279/62, n° 826), se référant aux textes des 21 mars 1956 (« collectes de fonds et recrutement de volontaires pour la rébellion »), 30 octobre 1956 (« répression des attentats individuels »), 8 et 10 août, 10 septembre et 19 novembre 1957 (application de la loi sur les pouvoirs spéciaux) et 5 novembre 1957 (« répression des activités séparatistes et terroristes »).

22 . Deux feuillets manquent à cette liasse, correspondant aux mois d’avril 1958 et 1959, expliquant les interruptions du graphique.

23 . Lettre du sous-directeur de Fresnes au cabinet du garde des Sceaux, 30 août 1957. AD94, 564W 20.

24 . Lettre des détenus du 2e étage de la 3e division au directeur de Fresnes, 16 janvier 1959. AD94, 564W 22.

25 . Lettre de Jean Albert-Weill, médecin pénitentiaire, au directeur de Fresnes, 15 mai 1960. AD94, 564W 22.

26 . Certificat médical signé par un interne de l’hôpital de Fresnes, 4 avril 1960. AD94, 564W 22.

27 . Cette saturation atteint un tel point que le 6 mai 1961, le directeur régional (DR) des services pénitentiaires de Paris annonce au Garde des Sceaux, qu’une nouvelle opération de désengorgement de Fresnes est impossible. AD94, 564W 23.

28 . AN, 19960279/62, n° 826.

29 . AD94, 565W 10, dossier « 1958 ».

30 . Note du directeur de l’administration pénitentiaire (DrAP) au DR de Paris, 30 novembre 1958. AD94, 564W 21.

31 . Pour de plus amples développements concernant le statut juridique des Algériens mis en regard de la manière dont ils sont traités par les institutions et leurs acteurs, en l’occurrence policiers, voir notamment Blanchard Emmanuel, 2008, Encadrer des « citoyens diminués ». La police des Algériens en région parisienne (1944-1962), thèse de doctorat d’histoire, Université de Bourgogne (chapitre 5).

32 . Note du DrAP au DR de Paris, 28 mai 1960. AD94, 564W 22.

33 . Pierre Orvain remplace Robert Schmelck en décembre 1959.

34 . Dans le cadre des négociations, le directeur de Fresnes dresse un « état des condamnés définitifs de la catégorie A d’obédience FLN, à la date du 18 janvier 1962, condamnés à une peine perpétuelle ». AD94, 564W 23.

35 . Lettre de M. G. au nom des « détenus politiques du Front de Libération Nationale et tous les détenus Algériens de FRESNES en général », 9 novembre 1958. AD 94, 564W 21.

36 . Ahmed Doum, 2012, De la Casbah d’Alger à la prison de Fresnes, 1945-1962, Alger, Casbah Éd., p. 142.

37 . Ibid.

38 . Entretien avec B. D., Alger, octobre 2011.

39 . Note de service du DrAP aux directeurs régionaux des services pénitentiaires, 14 septembre 1957. Direction de l’Administration pénitentiaire (DAP), Rapport général sur l’exercice 1957.

40 . Lettres de détenus adressées au directeur de Fresnes. AD94, 564W 20.

41 . Rapports de surveillants, 16 et 17 août 1957. AD 94, 564W 20.

42 . Rapports de surveillants, novembre 1957. AD94, 564W 20.

43 . Rapport du directeur de Fresnes à la DAP, 2 janvier 1958. AN, 19960279/55.

44 . Rapport du directeur de Fresnes au bureau de l’application des peines de la DAP, 15 janvier 1958. AD94, 564W 21.

45 . Lettre anonyme d’un détenu membre du MNA à l’attention du directeur de Fresnes, 23 juin 1958. AN, 19960279/55.

46 . Entretien avec B. D., Alger, octobre 2011.

47 . Direction de l’administration pénitentiaire. Rapports généraux sur les exercices 1955 à 1958.

48 . Lettres de détenus MNA au directeur de Fresnes, AD94 564W 21.

49 . Note du DrAP au DR de Paris, 11 septembre 1957. AN, 19960279/55.

50 . Cinq plaintes adressées au garde des Sceaux par des détenus suite à la rixe du 2 janvier 1958. AN, 19960279/55. Série de rapports d’incident, 9 mars 1959, AD94 564W 22.

51 . Plainte pour coups et blessures volontaires au procureur de la République de Paris, 10 avril 1959. AD94 564W 22.

52 . Rapport du directeur de Fresnes au DrAP, 2 août 1961. AN 19960136/56, F64.

53 . Tentative de prise du pouvoir à Alger, le 21 avril 1961, par une partie de l’armée française, sous le commandement des généraux Challe, Jouhaud, Salan et Zeller, en réponse à ce qu’ils considèrent comme une « trahison » de la part du pouvoir gaulliste.

54 . Entretiens avec M. S., Alger, avril 2012 ; S. O., Alger, octobre 2011 ; D. M., Paris, novembre 2018.

55 . En 1960 et 1961, les fouilles de retour de parloir n’étaient plus appliquées pour les détenus politiques. Entretien avec D. M., Paris, novembre 2018.

56 . L’Organisation Spéciale, branche armée de la Fédération de France du FLN. À ce sujet, voir notamment Daho Djerbal, L’Organisation Spéciale de la Fédération de France du FLN – Histoire de la lutte armée du FLN en France (1956-1962), Alger, Chihab Éditions, 2012, 448 p. 

57 . Entretiens avec S. O., Alger, octobre 2011 et D. M., Paris, novembre 2018.

58 . AD 94, 564W 20 et Doum Ahmed, 2012, p. 147.

59 . 45 détenus font grève en mars 1957 « en guise de protestation de l’assassinat à la prison d’Alger de Ben Mehidi (sic) » (Lettre de Mohamed D. et Seddik B. au directeur de la prison de Fresnes, 28 mars 1957. AD 94, 564W 20) puis le lendemain, contre la mort d’Ali Boumendjel (Lettre de Mohamed L. au directeur de la prison de Fresnes, 29 mars 1957. AD 94, 564W 20).

60 . Mention manuscrite du surveillant-chef en marge d’une lettre des « détenus algériens de la prison de Fresnes » au directeur de Fresnes, 25 juillet 1957, AD 94, 564W 20.

61 . Rapport du CD de Fresnes à la fédération de France du FLN, 24 mai 1959. Cité dans Haroun Ali, 1986, La Septième wilaya. La guerre du FLN en France, 1954-1962, Paris, Seuil, p. 145.

62 . Les comités de détention sont composés de détenus dans un premier temps nommés par la direction de la fédération de France du FLN, puis élus par les membres de l’organisation incarcérés. Ils se structurent à compter d’avril 1958 au moins, autour de deux types de missions. D’une part, ils sont les interlocuteurs privilégiés de la direction de la prison, exposant les revendications des détenus et menant en leur nom les éventuelles négociations. D’autre part, il s’agit d’une instance de gestion et de régulation du groupe des détenus, qui s’assure de la diffusion des informations, mots d’ordres et consignes, de l’organisation des cours et éventuelles activités sportives, de la discipline collective, des éventuels projets d’évasion, qui doivent être avalisés par la fédération de France et, à compter de l’automne 1959, dans les prisons où la direction l’autorise, du cantinage collectif des détenus.

63 . Lettre du CD de Fresnes au garde des Sceaux, 18 juin 1959. Citée dans Kessel Patrick et Pirelli Giovanni, 1962, Le peuple algérien et la guerre. Lettres et témoignages 1954-1962, Paris, Maspero, p. 361.

64 . Lettres de Mahmoud Tlemsani (sic), 20 juillet 1959 et de Moussa Khebaïli, 11 juillet 1959, citées dans Kessel Patrick et Pirelli Giovanni, 1962, p. 370 et 377.

65 . Entretien avec B. D., Alger, octobre 2011.

66 . Roland Dumas, 1996, Le fil et la pelote, Mémoires, Paris, Plon, p. 112.

67 . Jean Albert-Weil, 1974, J’ai été seize ans médecin à Fresnes, Paris, Fayard, p. 154.

68 . Rapport de Bachir Kernane à la fédération de France, 21 août 1959, cité dans Haroun Ali, 1986, p. 147.

69 . Lettre de Bachir Kernane au garde des Sceaux, 17 juillet 1949, citée dans Kessel Patrick et Pirelli Giovanni, 1962, p. 374.

70 . Rapport de Bachir Kernane à la fédération de France du FLN, 21 août 1959, déjà cité.

71 . Entretien avec Ahmed Doum, Alger, octobre 2011, et Albert-Weil Jean, 1974, p. 162.

72 . Note de service du 4 août 1959. AN 19960279/60.

73 . Lettre de Ferhat Abbas au pape Jean XXIII, reproduite dans le numéro 45 d’El Moudjahid, 6 juillet 1959 ; adresse à Nikita Khrouchtchev, 24 mars 1960, reproduite dans Boudaoud Omar, 2007, Du PPA au FLN, mémoires d’un combattant, Casbah Éditions, Alger, p. 256.

74 . Entretien avec Ahmed Doum, Alger, octobre 2011.

75 . Lettre de Mohamed Lebjaoui au directeur de Fresnes, 3 mai 1957. AD94, 564W 20.

76 . Note de service du directeur de Fresnes, 4 juin 1957. AD94, 564W 20.

77 . Note du directeur de Fresnes au DrAP, 18 avril 1957. AD94, 564W 20.

78 . Note du DrAP au DR de Paris, 17 mai 1957. AD94, 564W 20.

79 . Les registres de surveillance de la 6e division de la Santé permettent de constater que les visites d’avocats aux dirigeants incarcérés sont quotidiennes et durent plusieurs heures.

AD75 3494W 95 à 105.

80 . Notes manuscrites en marge d’une demande de RDV adressée au directeur, 18 juin 1957. AD 94, 564W 20.

81 . Rapport du directeur de Fresnes au cabinet du garde des Sceaux, 25 juin 1957. AD 94, 564W 20.

82 . Note du directeur de Fresnes au bureau de l’application des peines, 5 décembre 1957. AD 94, 564W 20.

83 . Rapport du surveillant-chef adjoint Boucard au directeur de Fresnes, 20 juin 1957. AD 94, 564W 20.

84 . Rapport du directeur de Fresnes au DrAP, 26 juin 1957. AD 94, 564W 20.

85 . Lettre des détenus politiques de l’IA au directeur de Fresnes, 9 septembre 1957. AD 94, 564W 20.

86 . Missive « émanant du 1er étage » de la deuxième division à destination de l’IA, saisie le 9 avril 1959 par un surveillant. AD94, 564W 22.

87 . Plusieurs témoignages évoquent un certain isolement des dirigeants de l’IA dans leurs privilèges. Cf. notamment entretien avec D. M., Paris, novembre 2018.

88 . Entretien avec A. D., Alger, octobre 2011.

89 . Ibid.

90 . Voir notamment le relevé des communications téléphoniques des « pensionnaires » du château d’Aunoy de janvier à mars 1962 adressé par le préposé du ministère de la justice au château d’Aunoy au cabinet du garde des Sceaux. AN 19970394/5.

91 . Zeggagh Mohand, 2012, Prisonniers politiques FLN en France pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962, Paris, Publisud, p. 183.

92 . Bulletin d’information rédigé par un détenu FLN, saisi par un surveillant le 20 octobre 1958. AD94 564 W21.

93 . Entretiens avec D. M., Paris, novembre 2018 et Mohamed S, Alger, avril 2012.

94 . Voir notamment le chapitre 21 de Hamon Hervé et Rotman Patrick, 1979, Les porteurs de valises, la résistance française à la guerre d’Algérie, Paris, Albin Michel.

95 . Rapport d’enquête sur les conditions de détention des prisonniers relevant de la catégorie A, janvier 1962. AN, 19970394/07.

96 . Entretien avec S. O. Y., responsable de l’enseignement, Alger, octobre 2011.

97 . Entretien avec M. G., Alger, octobre 2011.

98 . Zeggagh Mohand, 2012, Prisonniers politiques FLN op. cit., p. 183.

99 . Entretien avec D. M., Paris, novembre 2018.

100 . Dessins confisqués lors de fouilles de cellules, non datés, non signés. AD 94, 564W21.

101 . Cf. notamment le compte-rendu du surveillant Louis B. au directeur de Fresnes, 26 août 1958. AD 94, 564W 21.

102 . Paroles de plusieurs chants nationalistes saisies en 2e division. AD 94, 564W 21.

103 . Entretien avec M. G., Alger, octobre 2011.

104 . Entretien avec M. B., Blida, octobre 2011.

105 . Entretien avec B. D., Alger, octobre 2011.

106 . Entretien avec S. O., Alger, octobre 2011.

107 . Rapport du surveillant Charles T. au directeur de Fresnes, 1er janvier 1960. AD 94, 564W 22.

108 . Zeggagh Mohand, 2012, Prisonniers politiques FLN op. cit., p. 183.

109 . Compte rendu du surveillant-chef adjoint Pierre M. au directeur de Fresnes, 22 septembre 1959. AD 94, 564W 22.

Haut de page

Table des illustrations

Titre AD94, 564W 20 et 564W22
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/4771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Layani, « Fresnes, « prison algérienne »*? (1954-1962)  », L’Année du Maghreb, 20 | 2019, 179-194.

Référence électronique

Fanny Layani, « Fresnes, « prison algérienne »*? (1954-1962)  », L’Année du Maghreb [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/4771 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.4771

Haut de page

Auteur

Fanny Layani

Doctorante à l’Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne, Centre d’Histoire Sociale des Mondes contemporains.

Haut de page