Navigation – Plan du site
L'inévitable prison
Prisons algériennes

Du camp à l’asile : Les hospitalisations psychiatriques d’internés et de détenus politiques pendant la guerre d’indépendance algérienne1

From Camp to Asylum: Psychiatric Hospitalizations of Political Internees and Detainees during the Algerian War of Independence
Paul Marquis
p. 179-194

Résumés

Au cours de la guerre d’indépendance algérienne, plusieurs dizaines de détenus politiques font l’objet d’une évacuation psychiatrique à l’occasion de leur emprisonnement ou de leur internement. En s’interrogeant sur les modalités d’hospitalisation de ces individus en provenance des camps et des prisons, la présente enquête cherche à déterminer la façon dont l’institution psychiatrique se positionne vis-à-vis des impératifs et des pratiques des structures pénitentiaires entre 1954 et 1962. À travers l’analyse des dossiers administratifs et médicaux des internés et prisonniers hospitalisés, elle tend à montrer que les perspectives thérapeutiques des psychiatres sont systématiquement subordonnées aux logiques répressives de l’administration pénitentiaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Le présent article est partiellement tiré d’une communication présentée au colloque Oxford Algeri (...)
  • 2 . Les noms de tous les patients cités dans l’article ont été anonymisés.
  • 3 . Fiche d’admission, 2 novembre 1959, dossier de Messaoud B., DM 1959, archives de l’hôpital Frantz (...)

1Le 2 novembre 1959, Messaoud B.2 est admis à l’hôpital psychiatrique de Blida-Joinville (HPB). La fiche d’observations remplie à cette occasion décrit son attitude de la façon suivante : « Visage inexpressif. Présentation très défiante. Ne répond pas aux questions. Après un long moment, [prononce] d’une voix presque imperceptible : Tefeschoun »3. Derrière cette réponse pour le moins sibylline se cache la provenance du patient. Son dossier médical précise en effet que le peintre en bâtiment de 24 ans vient de passer plus de 4 mois au sein du camp d’internement de Tefeschoun, au cours desquels il a présenté des troubles mentaux justifiant son envoi vers l’HPB.

  • 4 . Si les prisonniers et internés incarcérés en raison de leur implication dans la lutte pour l’indé (...)

2Comme Messaoud B., ils sont plusieurs dizaines à faire l’objet d’une évacuation psychiatrique à l’occasion d’un internement ou d’un emprisonnement politique pendant la guerre d’indépendance algérienne. L’enquête qui suit s’interroge sur les modalités d’hospitalisation de ces individus en provenance des camps et des prisons : ces malades particuliers sont-ils soumis, du fait de leur statut de détenus, à un encadrement médical et administratif distinct de ceux des autres patients de l’HPB ? Il s’agit en d’autres termes de mettre en lumière les logiques institutionnelles qui sous-tendent la prise en charge psychiatrique des internés et prisonniers politiques4 en Algérie entre 1954 et 1962.

  • 5 . Les « centres d’hébergement » ne doivent pas être confondus avec les « camps de regroupement », q (...)
  • 6 . Les termes de « camps d’internement » et de « centres d’hébergement » seront utilisés indifféremm (...)
  • 7 . Article 6 de la loi du 3 avril 1955, créant l’état d’urgence.
  • 8 . Ce « système de détention » comprend également des « centres de triage et de transit » et des « c (...)

3De telles hospitalisations mettent aux prises deux catégories d’institutions, dotées de leurs attributions et horizons d’attente respectifs. Ces transferts sont sollicités par les structures pénitentiaires relevant du dispositif répressif déployé par les autorités françaises en vue de neutraliser les réseaux de soutien des nationalistes algériens. Aux prisons, où sont enfermés les individus accusés de participer à la rébellion, s’ajoutent ceux que l’administration désigne parfois comme des « centres d’hébergement »5. La terminologie administrative, qui recourt à des euphémismes, masque la fonction policière de ces camps d’internement6. Ces derniers ont en effet pour mission officielle d’assurer la surveillance des personnes « dont l’activité s’avère dangereuse pour la sécurité et l’ordre publics »7, autrement dit les individus « suspects » que les autorités ne peuvent emprisonner ou maintenir derrière les barreaux. Créés à partir de 1955, ces camps sont progressivement répartis sur le territoire algérien et métropolitain et finissent par former un véritable « système de détention parallèle aux prisons »(Thénault, 2004, p. 35)8.

  • 9 . Ce « continuum disciplinaire » se retrouve jusque dans le vocabulaire administratif, qui utilise (...)
  • 10 . Article 18 de la loi du 30 juin 1838.

4À l’autre extrémité du processus d’hospitalisation figure l’établissement psychiatrique de Blida-Joinville. Installé à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest d’Alger, l’hôpital endosse une double fonction. En tant qu’institution « totale » (Goffman, 1968), il partage avec les camps et les prisons un rôle de contrôle social9. D’après la loi « sur les aliénés » du 30 juin 1838, appliquée à l’Algérie à partir de 1878, il est censé admettre d’office tous les malades « dont l’état d’aliénation [compromet] l’ordre public ou la sûreté des personnes »10. Cette première fonction s’accompagne d’une vocation thérapeutique, que les médecins n’ont de cesse de réaffirmer depuis son ouverture en 1933. La dimension médicale de l’institution apparaît d’autant plus importante que jusqu’à la mise en service en 1957 de l’hôpital psychiatrique de Sidi-Chami, à proximité d’Oran, l’HPB demeure le seul établissement de ce type en fonctionnement sur le sol algérien. Au début des années 1950, il constitue donc toujours la pièce maîtresse du système d’assistance mentale algérien, qui comprend également trois petits services dits de « première ligne », aménagés au sein des hôpitaux civils d’Alger, d’Oran et de Constantine (Bégué, 1989 ; Collignon, 2006 ; Keller, 2007). Au moment du déclenchement des hostilités, l’établissement psychiatrique de Blida-Joinville prend en charge plus de 2 000 patient.e.s européen.ne.s et algérien.ne.s, réparti.e.s au sein d’une petite trentaine de pavillons selon leur sexe, leur origine raciale ainsi que leur état de santé et leur comportement.

5À ces nombreux malades se joignent progressivement les prisonniers et internés envoyés par les instances de répression. Leurs hospitalisations confrontent les médecins de l’HPB aux logiques disciplinaires des camps et des prisons. Dans de telles conditions, l’enjeu principal de la présente enquête consiste à déterminer la façon dont l’institution psychiatrique se positionne vis-à-vis des impératifs des structures pénitentiaires et des pratiques répressives qu’elles emploient pendant la guerre. La question se pose avec d’autant plus d’acuité que les psychiatres de l’établissement dépendent directement de l’administration coloniale. Comme leurs confrères en exercice au nord de la Méditerranée, ces praticiens ont été formés dans les principales universités de médecine métropolitaines et ont théoriquement passé avec succès les épreuves du concours du médicat des hôpitaux psychiatriques, avant d’être placés en service détaché auprès du Gouvernement général d’Algérie, à l’autorité duquel ils sont donc soumis.

6Pour mener à bien ce travail, deux types d’archives ont été mis à profit. D’une part, les très rares publications psychiatriques mentionnant l’apparition de troubles mentaux parmi les populations algériennes et européennes au cours du conflit. D’autre part, une trentaine de dossiers médicaux de patients internés et emprisonnés. Ceux-ci ont émergé à l’occasion d’un travail de recherche plus général sur l’histoire de l’assistance mentale en Algérie, qui a donné lieu à la réalisation d’une base de données constituée par tirage aléatoire d’un échantillon représentatif d’un millier de patients, admis à l’HPB entre 1933 et 1962. La trentaine de cas étudiés ici ne constitue donc qu’une partie des malades hospitalisés à la suite d’un internement ou d’un emprisonnement politique, qui n’ont pas fait l’objet de traitement statistique systématique. L’exploitation qualitative de ces dossiers médicaux s’est néanmoins révélée particulièrement fructueuse. Ces fichiers, dont le contenu varie sensiblement d’un individu à l’autre, peuvent comprendre à la fois des renseignements sur l’état civil des malades, les différents diagnostics et traitements appliqués tout au long de leur prise en charge psychiatrique, ainsi que des observations sur l’évolution de leur état de santé et de leurs comportements au quotidien. En permettant la reconstitution des parcours des internés et prisonniers admis à l’HPB, ces sources fournissent en définitive un éclairage inédit sur les positionnements médicaux et les rapports de force institutionnels générés par leur hospitalisation.

7Inscrite au croisement de l’histoire de la psychiatrie coloniale et de la répression pendant la guerre d’indépendance algérienne, cette enquête suit les trois étapes du processus de prise en charge psychiatrique. La première section, consacrée aux circonstances d’admission asilaire des malades détenus, tend à montrer que les transferts vers l’HPB doivent permettre aux camps et aux prisons de préserver l’ordre et la sécurité en leur sein. La deuxième partie s’intéresse aux enjeux associés au choix des diagnostics attribués aux patients concernés. Enfin le troisième et dernier temps de la démonstration se concentre sur les démarches entourant les sorties hospitalières des malades issus des camps et prisons, au cours desquelles les impératifs répressifs de l’administration pénitentiaire prennent le pas sur les logiques thérapeutiques des psychiatres.

Des hospitalisations justifiées par le maintien de la discipline et de la sécurité

  • 11 . Les motifs d’arrestation apparaissent assez rarement dans les dossiers médicaux individuels des p (...)

8L’itinéraire de Messaoud B. débute à Collo, à une centaine de kilomètres au nord de Constantine (voir carte), où il naît en 1935. Il se poursuit de l’autre côté de la Méditerranée, à Aix-les-Bains. Alors que le jeune homme avait émigré dans la station thermale française, il y est arrêté en 1958, pour des raisons qu’il déclare ignorer et qui ne sont pas renseignées dans son dossier médical11. Après avoir passé 9 mois en prison, il est reconduit en Algérie et transféré vers le centre de Tefeschoun : il compte dès lors parmi les 11 000 individus détenus dans les camps d’internement français en 1959 (Thénault, 2012, p. 284). Son attitude à l’occasion de cette nouvelle période de réclusion lui vaut d’être finalement acheminé vers l’HPB, situé à une vingtaine de kilomètres du camp, où il est admis d’office à la fin de l’année 1959 sous le numéro de matricule 13 187.

Des conditions d’enfermement variables selon les institutions pénitentiaires

9La trajectoire de Messaoud B. invite d’emblée à s’intéresser aux étapes précédant l’hospitalisation psychiatrique des internés et prisonniers politiques. Les institutions pénitentiaires depuis lesquelles ils sont envoyés à l’HPB ont en commun d’être situées, pour la plupart d’entre elles, dans le département d’Alger, les structures répressives de l’Oranais et du Constantinois ayant sans doute reversé prioritairement leurs détenus atteints de troubles mentaux vers les services de psychiatrie de leurs propres départements. Les dossiers médicaux consultés font notamment état de patients en provenance des maisons centrales de Berrouaghia et de Maison-Carrée, établissements conséquents destinés à recevoir les condamnés à des réclusions de longue durée, ainsi que des prisons civiles d’Alger, de Blida et d’Orléansville. La liste des camps d’internement concernés, plus resserrée, fait elle-aussi la part belle à l’Algérois : les centres de Tefeschoun et de Paul Cazelles, principaux camps du département (jusqu’à 1 500 et 2 000 internés), fournissent la majorité des malades.

10Les conditions d’enfermement auxquelles sont soumis les prisonniers et internés avant leur admission à l’HPB varient selon les structures et le contexte d’incarcération (Thénault, 2012, p. 285-289 ; Besnaci-Lancou, 2018, p. 78-89, 120-178). Les rapports fournis notamment par les enquêteurs extérieurs du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui effectuent 9 missions de visites des institutions pénitentiaires algériennes entre 1955 et 1961, fournissent dans ce domaine de précieux renseignements. Au sein des « centres d’hébergement », l’alimentation, l’équipement et les conditions d’hygiène sont généralement jugés « corrects » par les délégués mandatés pour les contrôler, même si la surpopulation générale est régulièrement désignée comme une source de dysfonctionnements. Au quotidien, les internés sont astreints à un contrôle strict des communications et doivent faire face aux incertitudes associées à la séparation et à la situation matérielle de leurs familles, ainsi qu’à la durée de leur détention, qui peut se compter en mois voire en années. À ces difficultés viennent s’ajouter les pratiques disciplinaires appliquées par le personnel de surveillance (suppression temporaire du courrier, mise en cellule, etc.), qui donnent lieu à de fréquents abus. À ce niveau, les internés du centre de Paul Cazelles, vaste camp de tentes entouré de barbelés et installé dans le sud algérien (voir carte), sont confrontés à un régime particulièrement contraignant.

  • 12 . Fiche de signalement, 17 février 1956, dossier de Mohamed F., DM 1956, AHPB.
  • 13 . Fiche d’entretien d’admission, 13 juillet 1956, dossier de Mohamed F., DM 1956, AHPB.

11Les individus transférés à l’HPB depuis les prisons sont également porteurs d’expériences variables et souvent difficiles. À l’instar de leurs codétenus, ils ont dû faire face aux problèmes d’encombrement mais aussi d’hygiène, liés à des pénuries d’eau, d’irrégularité des soins médicaux ou encore d’accès limités aux parloirs. L’entretien médical mené au moment de leur entrée à l’hôpital psychiatrique est aussi l’occasion pour plusieurs d’entre eux de témoigner des tortures et sévices corporels qu’ils ont subis au moment de leur arrestation. C’est notamment le cas pour Mohamed F., condamné à 10 ans de réclusion pour « atteinte à l’intégrité du territoire français, fabrication et détention sans autorisation d’explosifs »12et envoyé à l’HPB au début de l’année 1956 : « Martyrisé […] à Nédroma par la police, emmené à Oujda, couché par terre dessus l’urine » énonce ainsi difficilement ce coiffeur de 26 ans auprès du médecin en charge de son hospitalisation13. L’examen corporel pratiqué lors de l’admission hospitalière des malades révèle par ailleurs la présence de cicatrices ou de traces de brûlures sur les corps de certains d’entre eux, confirmant la pratique régulière de telles exactions.

Une procédure de dernier recours légitimée par une double dangerosité morale et physique

12Au premier abord, l’initiative de solliciter l’hospitalisation psychiatrique d’individus pourtant considérés comme politiquement dangereux peut paraître surprenante. Précisons d’emblée que ces mesures, déjà utilisées avant la guerre par certaines prisons à l’égard de détenus de droit commun, sont loin d’être systématiques. Les enquêteurs du CICR relèvent ainsi la présence prolongée de malades mentaux dans de nombreuses institutions pénitentiaires (Besnaci-Lancou, 2018, p. 84). En l’absence de moyens appropriés, leur prise en charge s’y avère le plus souvent rudimentaire, voire inexistante. Dans la plupart des prisons, les malades cohabitent avec les autres détenus, à l’exception de celle d’Alger, qui se dote à partir de la fin de l’année 1959 d’un espace distinct pour les recevoir. Dans les « centres d’hébergement », il n’est pas rare de voir les internés atteints de troubles psychiques être attachés ou mis en cellule. Les médecins des structures concernées peuvent aussi faire occasionnellement usage de neuroleptiques, à condition qu’ils en soient pourvus.

  • 14 . Rapport du commandant du centre de Tefeschoun, 20 octobre 1959, dossier de Messaoud B., DM 1959, (...)
  • 15 . Certificat médical d’admission, 16 avril 1959, dossier de Mustapha L., DM 1959, AHPB.

13Dans quelles circonstances les représentants des instances de répression se résolvent-ils à entamer des démarches d’hospitalisation ? En règle générale, la décision est prise conjointement par l’administration du camp ou de la prison et le médecin de la structure pénitentiaire, en charge de la rédaction du certificat médical préalable à toute procédure d’internement psychiatrique. Si le souci humanitaire de préserver l’état de santé mental des internés et prisonniers ne peut être totalement exclu de la part de certains médecins, le déclenchement de telles mesures n’en reste pas moins motivé avant tout par la volonté de maintenir la discipline et la sécurité au sein des camps et prisons. La plupart du temps, l’admission à l’HPB est en effet considérée comme une procédure de dernier recours destinée à neutraliser le potentiel perturbateur des détenus mentalement fragilisés. Dans une note datée du 20 octobre 1959, le commandant du « centre d’hébergement » de Tefeschoun reproche ainsi à Messaoud B. de se livrer « devant ses camarades à des actes inconsidérés qui troublent l’ordre du [camp] »14. Refus d’obéissance aux consignes, agressions vis-à-vis de leurs condisciples ou des agents de surveillance, destructions de vêtements ou de matériel, tentatives « irréfléchies »15 d’incendie, de suicide ou d’évasion sont quelques-uns des comportements répertoriés dans les dossiers individuels.

14Dans leur correspondance et leurs rapports, les administrateurs et les médecins des structures répressives font valoir la double menace suscitée par de tels agissements. Ils disent d’une part leur crainte du mauvais exemple offert par les prisonniers et les internés dont l’équilibre mental a été rompu. Dans un contexte où les refus et les boycotts sont encouragés par les nationalistes comme autant d’actes de résistance à l’administration (Thénault, 2005), celle-ci redoute de voir les attitudes « perturbatrices » des détenus atteints de troubles mentaux se propager. Les agents des institutions répressives mettent d’autre part en avant les risques graves que ces conduites font peser sur les individus incriminés, ainsi que sur leurs codétenus et sur les gardiens. À leur dangerosité politique vient donc se superposer une dangerosité morale et physique, qui justifie leur admission à l’HPB selon les modalités prévues par la loi du 30 juin 1838, au même titre que les autres patients pris en charge au sein de l’établissement.

  • 16 . Les unités territoriales sont des formations de réservistes de l’armée française engagées dans la (...)
  • 17 . Certificat médical de 24 heures, 28 juillet 1961, dossier de Saïd T., DM 1961, AHPB.

15Comment l’hôpital se positionne-t-il au moment de recevoir ces malades particuliers ? Dans la grande majorité des cas, leur admission ne suscite pas de réaction spécifique. Lorsque l’existence de troubles mentaux est confirmée par le psychiatre sollicité pour évaluer l’état de santé du patient, les détenus sont hospitalisés normalement et rejoignent les mêmes pavillons que les autres patients de l’établissement. Une fois admis, ils ne semblent pas faire l’objet d’un dispositif supplémentaire de surveillance policière ou militaire, les autorités ayant probablement considéré comme suffisantes les mesures d’encadrement déployées au sein de l’hôpital (présence du personnel soignant et d’un poste des unités territoriales16, barreaux aux fenêtres, mur d’enceinte, etc.). Les seules situations donnant lieu à une posture particulière sont celles où le médecin remet en cause la présence de troubles psychiques, sollicitant le renvoi du détenu vers son institution d’origine. Aussi peu nombreuses soient-elles, ces réintégrations immédiates n’en sont pas moins l’occasion pour les psychiatres de rappeler la vocation thérapeutique de leur établissement : « L’organisation du service étant une organisation de soins, la surveillance constante de ce détenu psychiatriquement normal ne peut y être réalisée », déclare ainsi en juillet 1961 le docteur Lang à propos de Saïd T.17 Transféré vers l’HPB à la suite d’une tentative de pendaison, le prisonnier est finalement reconduit à la maison centrale de Berrouaghia au terme de 6 jours d’observation.

Internement et emprisonnement, des expériences pathogènes ?

  • 18 . Certificat médical de quinzaine, 17 novembre 1959, dossier de Messaoud B., DM 1959, AHPB.

16À la différence de Saïd T., les analyses et entretiens médicaux auxquels est soumis Messaoud B. au moment de son entrée à l’HPB confirment que le détenu est bel et bien atteint de troubles mentaux. Ces examens permettent au psychiatre en charge de son admission de relever les symptômes présentés par le malade, de tenter d’identifier les causes de la détérioration de son état de santé, puis d’établir le diagnostic qui lui paraît le plus approprié. Le certificat médical rédigé par le docteur Maudoux à l’issue de cette phase initiale d’investigation comporte ainsi l’appréciation suivante : « Jeune algérien. Troubles réactionnels à la suite d’un internement dans un centre d’hébergement. Ralentissement global, troubles mnésiques résiduels. Manque de contact. Barrages. Tendance dépressive »18.

« Psychose réactionnelle », une formulation diagnostique doublement significative

  • 19 . Fiche d’observations médicales, 21 août 1961, dossier d’Abdelkrim B., DM 1961, AHPB.
  • 20 . Fiche d’observations médicales, 20 février 1961, dossier de Driss E., DM 1961, AHPB.

17Les annotations inscrites dans le dossier de Messaoud B. incitent à examiner les manifestations psychiques observées parmi les détenus envoyés par les camps et prisons, pour la plupart des hommes algériens âgés de 21 à 45 ans. Ces désordres mentaux couvrent un large éventail de symptômes. Les observations médicales mentionnent régulièrement l’existence de crises anxieuses ou dépressives, de tendances au mutisme et à l’isolement, ainsi que d’insomnies et de refus d’alimentation – Messaoud B. arrive à l’HPB considérablement amaigri. Parmi les troubles fréquemment relevés figurent également les accès d’agitation et de nervosité, les idées de suicide et de persécution ainsi que les hallucinations et les délires, qui portent pour certains les marques de la guerre. Abdelkrim B., transféré du « centre d’hébergement » de Paul Cazelles en août 1961, discerne ainsi des « ombres d’individus armés de couteaux qui tentent de l’agresser »19. Driss E., admis quelques mois plus tôt en provenance de la prison civile de Blida, assure quant à lui voir des chars et des militaires lorsqu’il est dans son lit les yeux ouverts20.

  • 21 . Les représentants de ladite école ont notamment contribué, par le biais de la formulation de la t (...)

18Faut-il voir derrière ces symptômes les effets de la détention et des pratiques répressives et disciplinaires auxquelles ont été soumis les patients concernés ? La question renvoie à un débat qui anime régulièrement la communauté neuropsychiatrique française depuis la fin du XIXe siècle, et qui resurgit en particulier à l’occasion des différents conflits qui ponctuent la première moitié du XXe siècle. Celui-ci porte sur l’influence respective, dans le déclenchement des troubles mentaux, de la prédisposition d’une part, autrement dit du « terrain » biologique et psychique du malade, révélé notamment par ses antécédents personnels et familiaux, et des événements d’autre part (captivités, guerres, accidents industriels, catastrophes naturelles, etc.). Au cours de la Première puis de la Seconde Guerre mondiale, les prises de position psychiatriques successives approfondissent et complexifient les questionnements autour de la prédisposition, sans toutefois que disparaisse l’idée largement partagée selon laquelle les bouleversements sociaux affecteraient prioritairement les individus dotés de constitutions dites « morbides » (Derrien, 2015, p. 201-215 ; Guillemain et Tison, 2016). À partir de la fin des années 1940, le débat se prolonge autour de la notion de « psychose réactionnelle » (Guillemain, 2015). D’après la définition reproduite en 1952 dans son manuel par le docteur Antoine Porot, fondateur de l’« école algérienne de psychiatrie »21, le terme qualifie « tout état psychopathique […] survenant d’emblée ou après un temps de latence, consécutivement à un choc affectif » (Porot, 1952, p. 357). Si le libellé tend à privilégier le rôle de l’événement sur celui du « terrain », il n’exclut toutefois pas l’influence potentielle de la prédisposition : certains psychiatres invitent ainsi à distinguer les psychoses réactionnelles « typiques » ou « authentiques », intervenant chez des individus décrits comme psychologiquement « indemnes » (Porot, 1952, p. 317), de celles qui se déclenchent chez des malades considérés comme porteurs d’un « fonds mental pathologique ».

  • 22 . L’étiologie est l’étude des causes d’une maladie.
  • 23 . Certificat médical de 24 heures, 6 novembre 1957, dossier de Djilalli B., DM 1957, AHPB.
  • 24 . Certificat médical de situation, 10 mars 1961, dossier de Houcine H., DM 1961, AHPB.
  • 25 . Fiche d’observations médicales, 17 mai 1961, dossier d’Ahmed O., DM 1961, AHPB.

19Les différentes déclinaisons de ce débat étiologique22 se retrouvent dans les certificats médicaux des patients de l’HPB en provenance des camps et des prisons. D’un malade à l’autre et selon leurs sensibilités théoriques, les psychiatres incriminent plus ou moins directement le rôle pathogène des régimes de détention auxquels ont été soumis les internés et prisonniers politiques avant leur hospitalisation, distinguant de la sorte trois types de situations. Dans quelques dossiers, les médecins insistent davantage sur les antécédents du patient que sur l’influence de l’incarcération pour expliquer l’apparition des désordres mentaux. Les « crises d’allure épileptique »23 de Djilalli B., admis à l’hôpital le 29 octobre 1957, auraient commencé 7 ou 8 ans auparavant, et leur origine serait ainsi antérieure à son internement au sein du « centre d’hébergement » de Paul Cazelles. Certains libellés envisagent ou reconnaissent par ailleurs le caractère « réactionnel » des troubles présentés, tout en identifiant dans le même temps des facteurs de prédisposition chez les malades concernés. Houcine H., envoyé à l’HPB en février 1961 par la Direction de la surveillance du territoire (DST), est ainsi présenté par le docteur Lang comme un patient atteint d’un « épisode confuso-anxieux aigu réactionnel sur un fond psychopathique de nature certainement pathologique »24. Enfin, dans bon nombre de cas, les psychiatres de l’hôpital mettent expressément en avant le rôle des conditions d’internement ou d’emprisonnement dans le déclenchement des désordres psychiques, sans relever d’antécédents spécifiques chez les malades en question. Les troubles développés par Ahmed O., transféré de la maison centrale de Berrouaghia en mai 1961, s’apparentent ainsi pour le docteur Marès à une « psychose aiguë dissociative […], d’origine certainement réactionnelle à des traumatismes vitaux récents (terrorisme puis emprisonné et condamné à mort) »25.

  • 26 . Certificat médical de 24 heures, 8 février 1961, dossier de Driss E., DM 1961, AHPB.

20Si l’application du libellé « réactionnel » fait donc l’objet de subtiles nuances, qui témoignent des incertitudes entourant toute démarche étiologique, son utilisation récurrente dans un tel contexte n’en reste pas moins doublement significative. Elle révèle d’une part que les psychiatres de l’HPB, bien que placés sous l’autorité de l’administration coloniale, ont conservé leur indépendance médicale pendant la guerre, allant parfois jusqu’à mettre explicitement en cause les pratiques des instances répressives. C’est en particulier le cas du docteur Faure qui décrit les crises dont souffre Driss E. comme paraissant « consécutives aux sévices qu’il a subis au cours d’un interrogatoire »26 au moment de son arrestation. Les formulations diagnostiques appliquées aux patients en provenance des camps et des prisons signalent d’autre part la lente évolution des conceptions étiologiques des psychiatres qui, bien que toujours attachés au principe de la prédisposition, se montrent plus attentifs à l’influence des événements et aux conditions émotionnelles et affectives d’émergence des perturbations psychiques de leurs patients.

Des raisonnements étiologiques issus de positionnements professionnels et politiques distincts

21Si la dimension pathogène des mesures d’enfermement est régulièrement invoquée dans les dossiers médicaux des internés et prisonniers politiques, elle ne fait en revanche l’objet d’aucune publication médicale entre 1954 et 1962. À la différence de la Première Guerre mondiale et, dans une moindre mesure, de la Seconde, le nombre de contributions scientifiques consacrées aux effets psychologiques du conflit sur les populations civiles et militaires demeure très limité pendant la guerre d’indépendance algérienne. Parmi ces rares parutions figurent les deux articles publiés par Maurice Porot dans les Annales médico-psychologiques en novembre 1956 et avril 1958 (Porot, 1956 et 1958). D’emblée, le fils d’Antoine Porot s’empresse de réaffirmer un lieu commun de la littérature psychiatrique, régulièrement repris depuis le conflit franco-prussien de 1870-1871, au sujet de l’absence d’incidence des circonstances de guerre sur la fréquence des désordres mentaux des populations concernées : « Nous avons nous-mêmes été frappé par le fait que les événements dramatiques qui bouleversent l’Algérie depuis le mois de novembre 1954 n’ont pas eu […] les conséquences que l’opinion publique redoutait quant à l’augmentation des troubles mentaux dans la population », écrit ainsi le psychiatre algérois en ouverture de la première de ses deux contributions (Porot, 1956, p. 622). Loin de faire écho aux observations dressées par les médecins de l’HPB, Maurice Porot insiste dans la suite du texte sur la rareté des « psychoses réactionnelles authentiques », identifiant en revanche plusieurs cas qu’il désigne comme « trompeurs » (Porot, 1956, p. 636). Quelle que soit la façon dont le médecin qualifie les situations mentionnées au gré de ses deux articles, aucune d’entre elles ne renvoie aux pratiques carcérales et répressives des autorités françaises.

22Il faut en fait attendre la fin du conflit pour voir une première publication scientifique aborder la question. Dans sa thèse de médecine, soutenue à l’université d’Alger en 1967 et établie à partir de l’étude de quelque 267 dossiers de patients de l’HPB, Nadir Keramane analyse les différentes formes de maladies mentales qu’il considère comme directement liées à la guerre d’indépendance. Parmi elles, il distingue en particulier celle qu’il qualifie de « pathologie des bouleversements sociaux ». Au nombre des populations concernées par cette pathologie spécifique, le médecin fait figurer les individus détenus dans les « centres d’hébergement », dont il impute les troubles mentaux à « l’ébranlement considérable » que constitue la rupture des liens sociaux associée à leur internement (Keramane, 1967, p. 33).

23Si aucune parution médicale n’évoque les désordres psychiques des internés et prisonniers politiques avant la thèse de Nadir Keramane, le médecin algérien n’est toutefois pas le premier à soutenir que l’enfermement et les pratiques des instances répressives sont à l’origine de la détérioration de l’état de santé mentale de certains détenus. Dans son travail, le docteur Keramane fait référence à plusieurs reprises à un ouvrage édité 6 ans auparavant : Les damnés de la terre de Frantz Fanon. L’auteur du livre en question, décédé quelques jours seulement après sa parution, est lui-même un ancien psychiatre de l’HPB, au sein duquel il a exercé entre 1953 et 1957, avant de présenter sa démission et de partir vers la Tunisie pour rejoindre officiellement les rangs des partisans de l’indépendance algérienne (Macey, 2000 ; Cherki, 2011). Bien que Frantz Fanon se défende explicitement de s’atteler dans son ouvrage à un travail scientifique, il y délivre malgré tout, au sein du chapitre V intitulé « guerre coloniale et troubles mentaux », des considérations d’ordre psychiatrique. Tandis qu’il regroupe, au sein de la « série C », les cas de malades dont les désordres mentaux sont apparus après la torture, la section suivante est l’occasion pour lui d’énumérer les troubles « psycho-somatiques » présentés par les patients issus des camps d’internement (Fanon, 1961, p. 213-223).

24Outre qu’il est le premier à faire explicitement allusion aux effets pathogènes de l’internement et de la torture en Algérie, le texte de Frantz Fanon se distingue par les positions étiologiques radicales qui y sont défendues (Beneduce, 2016). Dans Les damnés de la terre, le médecin, déjà critique vis-à-vis des explications racialisantes de l’ « École d’Alger » en matière de psychologie des « indigènes algériens » (Berthelier, 1994 ; Collignon, 2006 ; Keller, 2007 ; Khalfa, 2015 ; Gibson et Beneduce, 2017), rompt nettement avec la vulgate psychiatrique reproduite par Maurice Porot. « Aujourd’hui, la guerre de libération nationale que mène le peuple algérien depuis 7 ans […] est devenue un terrain favorable à l’éclosion des troubles mentaux », affirme-t-il sans détours (Fanon, 1961, p. 190). Là où son confrère algérois optait pour une conception restrictive de la catégorie de « troubles réactionnels », il plaide de son côté pour un assouplissement de la notion : « Psychose réactionnelle, si l’on veut utiliser une étiquette déjà établie, mais en accordant ici une singulière priorité à la guerre prise dans sa totalité », corrige ainsi le psychiatre (Fanon, 1961, p. 191). Frantz Fanon se singularise enfin en soulignant la « physionomie inédite » de certains tableaux psychiatriques, associée au caractère spécifique de celle qu’il désigne comme une « guerre coloniale », et en insistant sur la « fréquente malignité » des troubles mentaux présentés dans le cadre de ce conflit particulier (Fanon, idem).

25Le contraste entre les points de vue des deux psychiatres est le reflet du double décalage institutionnel et politique qui les sépare. Leurs raisonnements s’appuient d’une part sur des populations de malades sensiblement différentes. Alors que Maurice Porot exerce dans une clinique privée d’Alger auprès d’une clientèle aisée principalement européenne, Frantz Fanon fonde lui ses conclusions à partir d’observations menées à l’HPB puis dans les formations sanitaires des partisans de l’indépendance, où les patients sont majoritairement issus des classes populaires algériennes. Les divergences des deux médecins doivent d’autre part être interprétées au prisme de leurs orientations politiques respectives. Si les convictions du docteur Porot ne transparaissent que de manière sous-jacente dans ses deux articles, elles n’en orientent pas moins directement le choix et la présentation des exemples évoqués. Tous les cas rapportés par le médecin, partisan du maintien de l’Algérie française, incriminent en effet l’atmosphère de « terrorisation massive » instaurée par ceux qu’il qualifie de « rebelles » – autrement dit les indépendantistes algériens (Porot, 1956, p. 635). Du côté de Frantz Fanon, les études de cas psychiatriques sont parties intégrantes d’une violente charge anticolonialiste, qui vise à dénoncer une guerre assimilée par le psychiatre à un « authentique génocide ». Les exemples mobilisés à l’appui de sa démonstration mettent ainsi tous en cause « les pratiques inhumaines » des autorités répressives, accusées d’hypothéquer durablement l’avenir des individus qui y sont soumis comme de ceux qui y prennent part (Fanon, 1961, p. 191).

Des perspectives thérapeutiques subordonnées aux logiques répressives

  • 27 . Fiche d’observations du personnel de soins, 27 novembre 1959, dossier de Messaoud B., DM 1959, AH (...)

26Le constat de Frantz Fanon conduit à s’intéresser, dans un troisième et dernier temps, à l’évolution de la situation médicale et administrative des malades emprisonnés et internés. Une fois admis au sein de l’HPB, ces individus bénéficient de prises en charge thérapeutiques et médicamenteuses, qui s’apparentent à celles administrées aux autres patients de l’établissement et prennent trois formes principales. À côté des traitements neuroleptiques, dont l’utilisation à l’hôpital prend son essor pendant le conflit, ces malades peuvent se voir appliquer des thérapeutiques de choc, telles que les électrochocs, ou encore être intégrés aux activités sociales, culturelles ou sportives proposées au sein de l’établissement, qui ont connu un important développement depuis l’arrivée du docteur Fanon et la mise en œuvre de son projet « socialthérapeutique » (Macey, 2000 ; Keller, 2007 ; Murard, 2008 ; Cherki, 2011 ; Fanon, 2015). À en croire les annotations inscrites dans le dossier individuel de Messaoud B., cet encadrement porte dans son cas rapidement ses fruits. Un mois à peine après l’entrée du jeune homme à l’HPB, le personnel de soins signale ainsi l’évolution positive de son état de santé : « Très grande amélioration du comportement qui paraît être actuellement normal. Se demande ce qui lui est arrivé à Tefeschoun. Calme, docile, soigné de sa personne, serviable, s’occupe, fait du dessin. Sollicite une entrevue avec le docteur pour être fixé sur sa situation. Fait allusion à sa sortie ou au retour au camp »27.

Des demandes récurrentes de retour au camp ou à la prison

  • 28 . Mohamed F. est l’un des rares détenus transféré depuis une prison située hors du département d’Al (...)
  • 29 . Lettre de Mohamed F. au docteur Faure, 4 avril 1958, dossier de Mohamed F., DM 1956, AHPB.
  • 30 . Lettre de Salah B. au docteur Maudoux, 22 décembre 1959, dossier de Messaoud B., DM 1959, AHPB.

27À la lecture des dossiers médicaux des patients en provenance des camps et prisons, il apparaît que Messaoud B. est loin d’être le seul à avoir tenté d’abréger son séjour au sein de l’HPB. Les demandes de sortie ou, à défaut, de réintégration, émergent régulièrement au fil de la consultation de la correspondance et des fiches d’observations médicales des malades concernés. Dans une lettre datée du 4 avril 1958, le patient Mohamed F. s’adresse en ces termes au docteur Faure : « Je sollicite de votre haute bienveillance de vouloir m’accorder ma sortie définitive […]. Par contre si c’est impossible veuillez me ramener à la prison civile d’Oran28 d’où j’ai pris mon départ »29. Dans certains cas, ces requêtes sont relayées par les familles des malades, qui n’hésitent pas à s’adresser directement aux médecins ou au directeur de l’HPB afin d’appuyer les démarches de leur proche hospitalisé. Alors que Messaoud B. avait déjà fait part de son souhait de quitter l’établissement, son frère Salah écrit ainsi au docteur Maudoux pour plaider sa cause auprès du psychiatre : « Si vous [voulez lui] faire un grand plaisir, transférez-le à son camp », insiste-t-il à la fin du mois de décembre 195930.

  • 31 . Fiche d’observations médicales, 15 juillet 1961, dossier d’Ahmed O., DM 1961, AHPB.

28Comment comprendre que, malgré les difficultés associées à la vie dans les prisons et les « centres d’hébergement », le retour dans leurs institutions d’origine demeure, pour de nombreux patients, préférable au maintien à l’HPB ? Les arguments mobilisés à ce titre diffèrent d’un malade à l’autre : tel patient invoque le rapprochement familial à l’appui de sa demande de réintégration, tel autre mentionne l’ennui ressenti à l’hôpital pour faire valoir la nécessité de son transfert. Au-delà de la diversité des raisons avancées, ces démarches, qui ne sont pas spécifiques aux malades internés et emprisonnés, traduisent l’enracinement, au sein de la société algérienne, des représentations et ressentis négatifs associés à l’hôpital psychiatrique, dont les médecins ont, malgré leurs tentatives de réforme, le plus grand mal à se défaire. Pour les prisonniers et internés politiques, les stigmates du passage par Dar el m’habel – littéralement « la maison des fous » en arabe – sont probablement d’autant plus lourds à porter qu’ils risquent de ternir leur engagement dans la lutte pour l’indépendance et l’image valeureuse qui y est associée. C’est ainsi qu’Ahmed O., maçon de 27 ans, demande en juillet 1961 à être reconduit à la maison centrale de Berrouaghia, au motif « qu’il ne peut supporter le voisinage des malades mentaux »31.

Des réintégrations systématiques exigées par l’administration pénitentiaire

  • 32 . Certificat médical de situation, 30 novembre 1961, dossier de Benkada B., DM 1961, AHPB.
  • 33 . Le site de Berrouaghia, situé à une centaine de kilomètres au sud d’Alger, comprend à la fois une (...)
  • 34 . Certificat médical de situation, 28 mai 1959, dossier d’Abdallah M., DM 1959, AHPB.

29Comment les médecins de l’HPB se situent-ils vis-à-vis du retour éventuel au camp ou à la prison des malades concernés ? Lorsque l’amélioration de l’état de santé des patients est considérée comme suffisante, les psychiatres ne s’opposent pas à ce qu’ils soient renvoyés vers leurs institutions d’origine. Un peu plus d’un mois après son entrée à l’hôpital en octobre 1961, Benkada B. réintègre ainsi le « centre d’hébergement » de Paul-Cazelles sur l’avis du docteur Dequeker32. Mais, dans les situations plus incertaines, le retour dans un environnement souvent considéré comme pathogène n’est pas recommandé par les médecins, qui redoutent les risques de rechute. En mai 1959, Abdallah M. fait ainsi l’objet du certificat suivant : « A présenté au cours de son séjour au centre d’hébergement de Berrouaghia33 un syndrome hallucinatoire réactionnel dont il est actuellement guéri. Il s’agit d’une psychose carcérale qui risque de récidiver si le régime de détention doit être repris. Il serait souhaitable qu’Abdallah M. soit remis à sa famille à sa sortie de l’hôpital »34.

  • 35 . Certificat médical de situation, 28 décembre 1959, dossier de Messaoud B., DM 1959, AHPB.
  • 36 . Certificat médical de situation, 21 août 1958, dossier de Lakdar D., DM 1956-1957, AHPB.

30Quels que soient les avis formulés par les psychiatres de l’HPB, l’administration pénitentiaire, une fois informée du rétablissement des malades placés sous sa surveillance, exige que ceux-ci soient réintégrés. Si les médecins parviennent dans certains cas à repousser le moment de la sortie, ils n’obtiennent jamais que les patients emprisonnés ou internés soient confiés à leurs familles. Dans ces conditions, afin de limiter autant que possible les risques de réapparition des troubles mentaux, les psychiatres prescrivent régulièrement des traitements d’appoint à base de neuroleptiques, que les malades doivent poursuivre après avoir quitté l’hôpital. Dans le certificat médical rédigé au moment du départ de Messaoud B., le docteur Maudoux indique ainsi que son « état mental actuel permet sa sortie définitive, à condition qu’il suive un traitement d’entretien »35. Il n’est pas sûr néanmoins que cette solution ait été suffisante pour prévenir de nouvelles détériorations de l’état de santé mental des détenus précédemment hospitalisés, comme en témoignent les quelques cas de rechutes identifiés au gré du dépouillement des dossiers médicaux. Après avoir été pris en charge à l’HPB en juillet 1957 pour un « accès confusionnel », Lakdar D. est ainsi de nouveau admis à l’hôpital quelques semaines plus tard, à la suite d’une rechute que le docteur Faure explique par une « crainte de la réincarcération »36. Malgré la réapparition des troubles, le malade finit par être renvoyé une nouvelle fois vers le camp de Paul-Cazelles en août 1958, époque à laquelle on perd définitivement sa trace.

*

31L’analyse des hospitalisations psychiatriques de détenus politiques pendant la guerre d’indépendance algérienne a permis de mettre en lumière les positionnements des différents acteurs institutionnels impliqués dans ces mesures. Pour les médecins de l’HPB, la prise en charge des malades en provenance des camps et des prisons ne se distingue pas de celle déployée pour les autres patients. L’application du diagnostic de « psychose réactionnelle », dont l’usage dans un tel contexte témoigne de l’évolution progressive des conceptions étiologiques, et les préconisations formulées au moment des sorties des malades emprisonnés et internés, signalent tout d’abord que l’amélioration de leur état de santé reste la préoccupation principale des psychiatres de l’HPB. Sur le plan théorique, la question du caractère pathogène de la guerre d’indépendance algérienne suscite par ailleurs, de la part des docteurs Maurice Porot et Frantz Fanon, deux prises de position radicalement opposées, qui doivent être interprétées à l’aune des situations professionnelles et des convictions politiques respectives de leurs auteurs. Enfin en matière thérapeutique, les préconisations des médecins sont systématiquement subordonnées aux logiques répressives de l’administration pénitentiaire, pour qui les hospitalisations psychiatriques de détenus atteints de troubles mentaux demeurent des mesures ponctuelles, utilisées en dernier ressort afin de faire face aux difficultés engendrées par leur surveillance au quotidien. Alors que pour ces patients en provenance des camps et des prisons, le retour dans leur institution d’origine demeure souvent préférable au maintien à l’hôpital et au stigmate qui y est associé, leurs trajectoires rappellent ainsi qu’à l’HPB comme ailleurs, la guerre « impose ses exigences et ses valeurs » aux membres du corps médical (Branche, 2001, p. 478).

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Fanon Frantz, 1961, Les damnés de la terre, Paris, Maspéro.

Keramane Nadir, 1967, Les troubles mentaux de l’après-guerre en Algérie, Thèse de doctorat, Université d’Alger, Alger.

Porot Antoine, 1952, Manuel alphabétique de psychiatrie clinique, thérapeutique et médico-légale, Paris, Presses universitaires de France.

Porot Maurice, 1956, « Les retentissements psychopathologiques des événements d’Algérie », Annales médico-psychologiques, n° 4, novembre, p. 622-636.

Porot Maurice, 1958, « La psychallergie aux événements d’Algérie », Annales médico-psychologiques, n° 4, avril, p. 650-666.

Références bibliographiques

Bégué Jean-Michel, 1989, Un siècle de psychiatrie française en Algérie (1830-1939), Mémoire pour le CES, Université Pierre et Marie Curie, Paris.

Beneduce Roberto, 2016, « L’archive Fanon. Clés de lecture pour le présent », Politique africaine, n° 143/3, p. 7-34.

Berthelier Robert, 1994, L’homme maghrébin dans la littérature psychiatrique, Paris, L’Harmattan.

Besnaci-Lancou Fatima, 2018, Prisons et camps d’internement en Algérie. Les missions du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans la guerre d’indépendance (1955-1962), Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant.

Branche Raphaëlle, 2001, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Gallimard.

Cherki Alice, 2011, Frantz Fanon. Portrait, Paris, Seuil.

Collignon René, 2006, « La psychiatrie coloniale française en Algérie et au Sénégal », Revue Tiers Monde, n° 187, p. 527-546.

Derrien Marie, 2015, « La tête en capilotade » : Les soldats de la Grande Guerre internés dans les hôpitaux psychiatriques français (1914-1980), Thèse de doctorat en histoire, Université Lumière, Lyon.

Fanon Frantz, 2015, Écrits sur l’aliénation et la liberté. Textes inédits réunis, introduits et présentés par Jean Khalfa et Robert J. Young, Paris, La Découverte.

Gibson Nigel C. et Beneduce Roberto, 2017, Frantz Fanon, Psychiatry and Politics, Londres, Rowman and Littlefield International.

Goffman Erving, 1968, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit.

Guillemain Hervé, 2015, « La psychose est-elle le fruit de l’Histoire ? À propos de la crise de septembre 1938 et de l’exode de mai-juin 1940 », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 257, p. 37-52.

Guillemain Hervé et Tison Stéphane, 2016, « La clinique des délires de guerre (1870-1940) », in Vissière Laurent et Trévisi Marion (dir.), Le feu et la folie. L’irrationnel et la guerre (fin du Moyen Age – 1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 189-201.

Keller Richard, 2007, Colonial Madness. Psychiatry in French North Africa, Chicago, University of Chicago Press.

Khalfa Jean, 2015, « Soigner les pathologies de la liberté. Fanon psychiatre », Les Temps modernes, n° 683, p. 229-255.

Macey David, 2000, Frantz Fanon. A Life, Londres, Granta Books.

Murard Numa, 2008, « Psychothérapie institutionnelle à Blida », Tumultes, n° 31, p. 31-45.

Thénault Sylvie, 2004, Une drôle de justice. Les magistrats dans la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte.

Thénault Sylvie, 2005, « Personnel et internés dans les camps français de la guerre d’Algérie. Entre stéréotypes coloniaux et combat pour l’indépendance », Politix, n° 69, p. 63-81.

Thénault Sylvie, 2012, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob.

Haut de page

Notes

1 . Le présent article est partiellement tiré d’une communication présentée au colloque Oxford Algeria (10-12 mai 2017). Je tiens à remercier Andrea Brazzoduro, James McDougall et Natalya Vince de leur invitation à cet événement. Je suis par ailleurs reconnaissant à l’égard des membres du Groupe de recherche sur les institutions disciplinaires (GRID), qui ont largement stimulé mes réflexions. J’adresse également mes remerciements à Paul Lenormand, Géraud Létang, Camille Mahé et Guillaume Piketty pour leurs suggestions et observations, ainsi qu’à l’Atelier de cartographie de Sciences Po pour la réalisation de la carte jointe à cet article. Je remercie enfin les deux coordinateurs de ce numéro, qui ont accepté ma contribution, ainsi que Didier Guignard et les deux évaluateurs anonymes de l’article, qui ont contribué, par leurs remarques, à enrichir la version initiale de ce texte.

2 . Les noms de tous les patients cités dans l’article ont été anonymisés.

3 . Fiche d’admission, 2 novembre 1959, dossier de Messaoud B., DM 1959, archives de l’hôpital Frantz Fanon (AHPB).

4 . Si les prisonniers et internés incarcérés en raison de leur implication dans la lutte pour l’indépendance revendiquent régulièrement un statut de détenus politiques, il faut attendre la fin de l’année 1959 pour qu’ils obtiennent un régime particulier. Pour faciliter la compréhension et la lisibilité du texte, ils seront néanmoins désignés au fil des pages qui suivent comme prisonniers et internés politiques.

5 . Les « centres d’hébergement » ne doivent pas être confondus avec les « camps de regroupement », qui rassemblent les populations expulsées de leurs zones d’habitation pour les empêcher de venir en aide aux combattants algériens.

6 . Les termes de « camps d’internement » et de « centres d’hébergement » seront utilisés indifféremment tout au long de l’article pour désigner ces structures pénitentiaires.

7 . Article 6 de la loi du 3 avril 1955, créant l’état d’urgence.

8 . Ce « système de détention » comprend également des « centres de triage et de transit » et des « centres militaires d’internés », placés sous la responsabilité de l’armée, qui semblent avoir très rarement sollicité l’hospitalisation psychiatrique de certains de leurs détenus.

9 . Ce « continuum disciplinaire » se retrouve jusque dans le vocabulaire administratif, qui utilise le terme d’internement pour désigner à la fois la détention dans un « centre d’hébergement » et l’admission à l’hôpital psychiatrique.

10 . Article 18 de la loi du 30 juin 1838.

11 . Les motifs d’arrestation apparaissent assez rarement dans les dossiers médicaux individuels des patients emprisonnés ou internés.

12 . Fiche de signalement, 17 février 1956, dossier de Mohamed F., DM 1956, AHPB.

13 . Fiche d’entretien d’admission, 13 juillet 1956, dossier de Mohamed F., DM 1956, AHPB.

14 . Rapport du commandant du centre de Tefeschoun, 20 octobre 1959, dossier de Messaoud B., DM 1959, AHPB.

15 . Certificat médical d’admission, 16 avril 1959, dossier de Mustapha L., DM 1959, AHPB.

16 . Les unités territoriales sont des formations de réservistes de l’armée française engagées dans la surveillance du territoire. Le poste de l’HPB est actif entre 1958 et 1961.

17 . Certificat médical de 24 heures, 28 juillet 1961, dossier de Saïd T., DM 1961, AHPB.

18 . Certificat médical de quinzaine, 17 novembre 1959, dossier de Messaoud B., DM 1959, AHPB.

19 . Fiche d’observations médicales, 21 août 1961, dossier d’Abdelkrim B., DM 1961, AHPB.

20 . Fiche d’observations médicales, 20 février 1961, dossier de Driss E., DM 1961, AHPB.

21 . Les représentants de ladite école ont notamment contribué, par le biais de la formulation de la théorie du « primitivisme », à l’élaboration d’un discours scientifique de la différence raciale entre « indigènes » et « européens ».

22 . L’étiologie est l’étude des causes d’une maladie.

23 . Certificat médical de 24 heures, 6 novembre 1957, dossier de Djilalli B., DM 1957, AHPB.

24 . Certificat médical de situation, 10 mars 1961, dossier de Houcine H., DM 1961, AHPB.

25 . Fiche d’observations médicales, 17 mai 1961, dossier d’Ahmed O., DM 1961, AHPB.

26 . Certificat médical de 24 heures, 8 février 1961, dossier de Driss E., DM 1961, AHPB.

27 . Fiche d’observations du personnel de soins, 27 novembre 1959, dossier de Messaoud B., DM 1959, AHPB.

28 . Mohamed F. est l’un des rares détenus transféré depuis une prison située hors du département d’Alger.

29 . Lettre de Mohamed F. au docteur Faure, 4 avril 1958, dossier de Mohamed F., DM 1956, AHPB.

30 . Lettre de Salah B. au docteur Maudoux, 22 décembre 1959, dossier de Messaoud B., DM 1959, AHPB.

31 . Fiche d’observations médicales, 15 juillet 1961, dossier d’Ahmed O., DM 1961, AHPB.

32 . Certificat médical de situation, 30 novembre 1961, dossier de Benkada B., DM 1961, AHPB.

33 . Le site de Berrouaghia, situé à une centaine de kilomètres au sud d’Alger, comprend à la fois une maison centrale et un « centre d’hébergement ».

34 . Certificat médical de situation, 28 mai 1959, dossier d’Abdallah M., DM 1959, AHPB.

35 . Certificat médical de situation, 28 décembre 1959, dossier de Messaoud B., DM 1959, AHPB.

36 . Certificat médical de situation, 21 août 1958, dossier de Lakdar D., DM 1956-1957, AHPB.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Marquis, « Du camp à l’asile : Les hospitalisations psychiatriques d’internés et de détenus politiques pendant la guerre d’indépendance algérienne », L’Année du Maghreb, 20 | 2019, 179-194.

Référence électronique

Paul Marquis, « Du camp à l’asile : Les hospitalisations psychiatriques d’internés et de détenus politiques pendant la guerre d’indépendance algérienne », L’Année du Maghreb [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/4796 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.4796

Haut de page

Auteur

Paul Marquis

Doctorant au Centre d’histoire de Sciences Po Paris.

Haut de page