Navigation – Plan du site
L'inévitable prison
Prisons algériennes

Les camps d’internement du sud en Algérie (1991-1995). Contextualisation et enjeux

Internment Camps in Algerian South (1991-1995): Contexts and Implications
Saphia Arezki
p. 225-239

Résumés

Cet article vise à éclairer un pan peu connu de l’histoire contemporaine de l’Algérie : l’internement de milliers d’hommes au Sahara entre 1991 et 1995. Cette séquence historique n’a jamais fait l’objet de recherche historique alors que les témoins de l’époque s’accordent à écrire qu’elle constitue un tournant et a joué un rôle clef dans le ralliement des maquis par de nombreux Algériens. Il s’agit donc ici de rappeler le contexte dans lequel ces camps sont ouverts, d’expliquer le processus décisionnel qui a conduit à leur instauration tout en brossant un premier portrait collectif des hommes qui y furent envoyés. Ce faisant, cet article espère contribuer à l’écriture de l’histoire de la guerre civile algérienne dont de nombreux aspects restent encore méconnus.

Haut de page

Entrées d'index

Géographie :

Algérie
Haut de page

Notes de l'auteur

Je remercie l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) de Tunis qui m’a attribué une bourse de terrain afin d’entamer ces nouvelles recherches. Merci à ceux qui ont accepté de partager leurs souvenirs lors d’entretiens. Merci enfin à ceux qui m’ont aidée dans ces recherches et aux collègues pour leurs conseils et relectures.

Texte intégral

  • 1 . Entretien avec Karim, Alger, mai 2018. Tous les entretiens ont été anonymisés, des pseudonymes on (...)

1« Tout a commencé juste après l’arrêt du processus électoral et la venue de Boudiaf bien sûr » m’a dit Karim au début de notre entretien1.

  • 2 . Projet de charte pour la Paix et la Réconciliation nationale en annexe du décret présidentiel n°0 (...)

2Qu’est-ce qui commence ? En quoi la venue de Mohamed Boudiaf joue-t-elle un rôle si important ? Karim est un ancien interné des camps du sud algérien. Entre 1991 et 1995, ils sont des milliers, comme lui, à avoir passé quelques mois ou quelques années dans des camps d’internement situés au milieu du désert. Tout a commencé. L’expression est polysémique. Elle concerne aussi bien sa trajectoire personnelle et son arrestation que la séquence historique dans laquelle l’Algérie entre à l’hiver 1991-1992. De ce fait, elle pose la question des bornes chronologiques d’une guerre civile qui refuse de dire son nom – les textes officiels désignant cette séquence par l’expression de « tragédie nationale »2 – tout en interrogeant le moment où la trajectoire de ces hommes a pris la direction des camps du sud.

  • 3 . Paris, J-C Lattès, 2007, p. 73.
  • 4 . Précisons néanmoins que les premiers groupes armés apparaissent avant, dès 1990-1991, à l’image d (...)
  • 5 . P. Barrat, M. Bensmaïl, T. Leclère, Algérie(s)1 – Un peuple sans voix, Article Z, Canal + product (...)

3Ces derniers sont relativement connus des Algériens et, pour beaucoup, leur création est un point de bascule de l’histoire contemporaine de l’Algérie, prémices de la guerre civile. Pourtant, force est de constater qu’ils n’ont pas encore été investis par la recherche. Certains artistes s’en sont emparés, à l’image de l’humoriste et écrivain Fellag qui, dans son roman L’allumeur de rêves berbères, évoque « les militants du parti victorieux [qui] s’insurgèrent. […] Des milliers d’entre eux furent arrêtés et emmenés dans des camps de toile érigés en plein désert où ils furent incarcérés pendant des années. […] La plupart d’entre eux rejoignirent les premiers maquis »3. Son ouvrage est une fiction. Toutefois, ce passage propose une hypothèse partagée par de nombreux observateurs, à l’instar de Luis Martinez qui, dès 1998, écrit que « l’hypothèse que les prisonniers des camps du sud, libérés à partir de 1993-94, lui [l’Armée Islamique du Salut – AIS] ont fourni l’essentiel de ses troupes est la plus probable »4 (Martinez, 1998, p. 308). En 2002, Messaoud Ouziala, ancien détenu des camps du sud, paraît corroborer ces dires, expliquant que « très souvent les gens se sont organisés dans les camps pour aller au maquis par la suite »5.

  • 6 . Le maquis est le terme le plus usité en français par mes interlocuteurs et la littérature qui lui (...)

4Mes recherches actuelles s’intéressent entre autres au lien entre enfermement dans les camps et ralliement ultérieur aux maquis6, c’est-à-dire l’engagement au sein de groupes armés en lutte contre le régime algérien. De nombreux travaux montrent en effet que la prison constitue souvent un lieu de renforcement des convictions, devenant alors une étape vers un engagement plus fort au sein de mouvements de contestation, voire de lutte armée à l’instar de ce que décrit plus récemment Myriam Benraad au sujet du camp de Bucca, en Irak, où des dizaines de milliers de combattants ont été enfermés dans les années 2000, et qui a constitué un vivier de recrutement pour l’État islamique : « les prisons semblent être devenues le principal creuset de l’idéologie jihadiste et de la radicalisation en Irak » (Benraad, 2009). Cette problématique n’est pas traitée à proprement parler dans cet article qui vise d’abord à éclairer cette histoire méconnue en focalisant l’attention sur le processus ayant permis ces internements et sur les personnes qui l’ont subi.

5L’internement administratif d’opposants politiques est une pratique ancienne qui a été mise en place par différents régimes comme dispositif de répression. En Grande-Bretagne, « l’internement administratif ou internment without trial est une mesure d’exception créée dans les années 1920 [de nouveau utilisée en 1971], qui permet aux forces de l’ordre d’arrêter et d’emprisonner toute personne suspectée de terrorisme », en l’occurrence les opposants à la partition de l’Irlande (Granger, 2001, p. 19). Plus généralement, on constate que l’internement d’opposants, de combattants ou même simplement de civils, est l’un des dispositifs clefs des guerres asymétriques qui se sont déroulées au XXe siècle – et ce, jusqu’à aujourd’hui (Khalili, 2012).

  • 7 . Loi n°55-385 du 3 avril 1955 instituant un état d’urgence et en déclarant l’application en
    Algéri (...)

6Tout au long de la période coloniale, la France a ouvert des camps aux vocations multiples sur le territoire algérien (Thénault, 2012). Durant la guerre d’indépendance (1954-1962), l’article 6 de la loi d’état d’urgence de 1955 autorise « l’assignation à résidence » des individus « dont l’activité s’avère dangereuse pour la sécurité et l’ordre publics », tout en prenant soin de disposer qu’« en aucun cas l’assignation à résidence ne pourra avoir pour effet la création de camps »7. L’interdiction est de courte durée puisque le mois suivant, le gouvernement général de l’Algérie crée des « centres » pour les assignés à résidence. La voie est alors ouverte à la création de centres d’internement (Thénault, 2003).

7Ainsi, les « centres de sûreté » ouverts par l’État algérien en 1991 puis 1992 s’inscrivent dans une longue histoire. Ils sont une réappropriation d’une pratique ancienne et déjà expérimentée tant par la puissance coloniale trois décennies plus tôt que par d’autres États. Tout comme lors des expériences précédentes, ces lieux sont désignés par une expression euphémisée : « centres de sûreté », c’est pourquoi je l’emploie avec des guillemets lorsque nécessaire et lui préfère « camp d’internement ». C’est d’ailleurs l’expression employée par les quelques auteurs qui en font mention (Charef, 1994 ; Benyelles, 2017).

8Pour étudier cet objet que constituent les camps d’internement et afin d’en approcher le fonctionnement, les sources orales sont essentielles. Les écrits sont en effet peu nombreux sur ce sujet : il n’existe par exemple qu’un seul témoignage publié d’un ancien interné, Lyes Laribi, qui fut à l’origine de la création d’un syndicat étudiant à la fin des années 1980 (Laribi, 2002, chapitre 6). La presse de l’époque, notamment les quotidiens francophones El Moudjahid et El Watan, constitue néanmoins un apport précieux. Y sont mentionnés des transferts de détenus d’un camp vers un autre, les mouvements de grève qui ont agité certains camps, les visites et rapports d’associations de défense de droits de l’homme ayant accédé à ces lieux.

9Depuis 2017, j’ai réalisé une dizaine d’entretiens avec des anciens détenus que j’ai parfois rencontrés à plusieurs reprises. Certains ont été envoyés dans différents camps ce qui me permet d’avoir un aperçu non seulement de leurs trajectoires, mais aussi du fonctionnement de six des dix ouverts en 1992. Ils y ont passé entre quatre mois et trois ans et demi. Certains étaient, au moment de leur arrestation, de simples sympathisants du Front Islamique du Salut (FIS), d’autres des militants du parti, d’autres enfin en étaient des élus locaux. Conjointement, j’ai commencé à m’entretenir avec des hommes politiques qui occupaient des postes à haute responsabilité à la période où ces camps ont été ouverts et qui ont, dans certains cas, été associés aux décisions prises pour gérer la crise au lendemain de l’interruption du processus électoral. Les interroger est toutefois délicat tant le sujet reste sensible.

10Cet article se penche sur la genèse de ces camps. Comment sont-ils créés ? Par qui ? Pour qui ? Le contexte dans lequel ils ont vu le jour permet de mieux cerner dans quels buts mais aussi dans quelles conditions et selon quelles modalités juridiques, des Algériens sont envoyés dans le sud. Dans un second temps, il s’agira de se focaliser sur les personnes internées afin d’en brosser un premier portrait collectif tout en exposant les modalités d’organisation qui avaient cours dans les camps.

L’ouverture des camps dans un contexte insurrectionnel

Des premiers internements aux arrestations massives (1991-1992)

  • 8 . Fin du parti unique, adoption d’une nouvelle constitution en février 1989 ouvrant le droit de cré (...)

11La chronologie de cette période est très resserrée. Il s’agit ici d’inscrire l’instauration de camps, et dans certains cas leur fermeture, dans la séquence historique et politique des années 1991-1992, marquée par une exacerbation croissante des tensions et des violences. En effet, si une ouverture du régime et un processus de démocratisation8 avaient vu le jour à la suite des émeutes d’octobre 1988, ils sont très rapidement interrompus dans le cadre d’une répression violente : ouverture politique et gestion brutale des protestations sont allées de pair.

12Les camps d’internement apparaissent en deux temps. Pour quelques mois d’abord en juin 1991, pour plusieurs années ensuite à partir de février 1992. Il s’agit ici de revenir de manière détaillée sur les évènements qui ont précédé ces périodes afin de mieux comprendre les processus politiques qui ont abouti à leur création.

De l’état de siège du 4 juin 1991…

  • 9 . Décret présidentiel n°91-196 du 4 juin 1991 portant proclamation de l’état de siège, Journal Offi (...)

13Le 25 mai 1991, le FIS déclenche une grève pour s’opposer au redécoupage des circonscriptions électorales en vue des élections législatives qui doivent se dérouler le 27 juin. À la suite de cela, plusieurs places publiques d’Alger sont occupées avant d’être évacuées dans la nuit du 3 au 4 juin (Rouzeik, 1991, p. 608). Les affrontements entre militants du FIS et forces de l’ordre font des dizaines de morts. En réponse, le leader du FIS Abassi Madani ainsi que des membres du majlis ech-choura (conseil consultatif du parti) « rédigent un texte en vingt-deux points prévoyant les étapes d’une insurrection générale » (Labat, 1995, p. 118) avec notamment un appel à prendre le maquis. Ce texte marque une nouvelle étape dans la montée des violences. Le 4 juin 1991, un décret présidentiel proclame l’état de siège. Celui-ci interdisant tout rassemblement et donc tout meeting politique, la campagne électorale prend fin. Les élections sont reportées au 26 décembre 1991. L’article 4 du décret dispose que « les autorités militaires investies des pouvoirs de police peuvent prononcer des mesures d’internement administratif ou d’assignation à résidence contre toute personne majeure dont l’activité s’avère dangereuse pour l’ordre public »9. Ce texte ouvre la voie à la pratique de l’internement. Si les militants islamistes ne sont pas clairement désignés, ce sont eux qui sont visés. Tout au long du mois de juin, les menaces d’appel au jihad se multiplient du côté des leaders du FIS, dont une partie est arrêtée le 30.

  • 10 . Décret présidentiel n°91-201 du 25 juin 1991 fixant les limites et conditions du placement dans u (...)
  • 11 . « Ouverture de centres de sûreté », El Moudjahid, 10 juillet 1991.
  • 12 . « 2.046 interpellations depuis le 30 juin », El Moudjahid, 10 juillet 1991.
  • 13 . Amnesty International, « Algérie. Dégradation des droits de l’homme sous l’état d’urgence », 2 ma (...)
  • 14 . Décret présidentiel n°91-336 du 22 septembre 1991 proclamant la levée de l’état de siège, Journal (...)
  • 15 . La plupart des internés arrêtés dans l’Algérois ou à l’est du pays à partir de février 1992 racon (...)

14Les premiers « centres de sûreté » voient alors le jour10 : quatre sont situés au nord du pays (Ouled Fayet, Blida, Oran et Aïn M’Lila) et deux dans le sud, à Ouargla et El Menia11. Toutefois, les décisions de placement dans ces centres sont peu nombreuses. Certains articles n’en mentionnent que 26212 tandis que d’autres évoquent des chiffres officiels faisant état de 301 personnes placées dans les « centres de détentions » (Charef, 1994, p. 174). Un rapport d’Amnesty International indique quant à lui qu’« en juillet 1991, plus de 1000 personnes ont été placées en détention administrative dans des camps situés au Sahara pour des périodes allant jusqu’à deux mois »13. S’il n’est pas possible d’établir précisément le nombre de personnes détenues à l’été 1991, les premières données montrent que les internements ne sont pas – au regard de ceux qui suivront – encore massifs. Quant à la date de fermeture de ces camps, elle demeure inconnue bien que l’on puisse émettre l’hypothèse qu’ils ont été fermés en même temps que l’état de siège ayant entraîné leur création a été levé, soit le 29 septembre 199114. Il est toutefois probable que certains d’entre eux, tels que ceux de Blida et d’Aïn M’Lila, aient ensuite été reconvertis en centres de transit par lesquels passaient les hommes arrêtés avant d’être transférés vers le sud15.

… À l’état d’urgence du 9 février 1992

  • 16 . Voir les résultats complets proclamés au Journal Officiel, 4 janvier 1992.
  • 17 . Voir sa proclamation au Journal Officiel, 15 janvier 1992.
  • 18 . Sont appelés les « Six historiques » : Mostefa Ben Boulaïd, Didouche Mourad, Rabah Bitat, Mohamed (...)
  • 19 . Hiwar-com, Alger, [1964], 1992. Mohamed Boudiaf est détenu à différents endroits et notamment à T (...)

15Le 26 décembre 1991 se déroule le premier tour des élections législatives. Dans un contexte de forte abstention, le FIS obtient près de 188 sièges tandis que le Front de Libération Nationale (FLN) n’en obtient que 1616. Le FIS est quasiment assuré d’obtenir la majorité absolue au second tour. Le 4 janvier 1992, l’Assemblée Nationale est dissoute ; le 11 janvier, le président de la République Chadli Bendjedid démissionne, ce qui entraîne une situation non prévue par la Constitution. Le 12 janvier, le Haut Conseil de Sécurité constate l’impossibilité de poursuivre le processus électoral qui se trouve, de fait, interrompu. Le 14 janvier, un Haut Comité d’État (HCE) composé de cinq membres est créé17. À sa tête, Mohamed Boudiaf, l’un des « Six historiques »18 du FLN, qui a été rappelé de son exil au Maroc où il avait trouvé refuge à partir de 1964 après avoir été condamné à mort. Dès l’indépendance de l’Algérie, il s’était en effet opposé au régime du président, Ahmed Ben Bella, ce qui lui valut d’être arrêté et envoyé dans le sud du pays pour quelques mois. Il raconte son incarcération dans l’ouvrage Où va l’Algérie ?19.

  • 20 . Décret présidentiel n°92-44 du 9 février 1992 portant instauration de l’état d’urgence, Journal O (...)

16Tout au long du mois de janvier 1992, les troubles et les affrontements se multiplient et font officiellement 103 morts et plus de 400 blessés sur l’ensemble du territoire (Labat, 1995, p. 225). Des leaders du FIS sont arrêtés (Abdelkader Hachani le 22, Rabah Kébir le 28, etc.). Le 9 février 1992, un nouveau décret présidentiel, signé par le président du HCE, instaure l’état d’urgence pour douze mois. C’est suite à cela que des milliers de personnes seront envoyées dans des « centres de sûreté ». En effet, l’article 5 permet au ministre de l’Intérieur et des collectivités locales de placer en « centres de sûreté, […] toute personne majeure dont l’activité s’avère dangereuse pour l’ordre public, la sécurité publique ou le bon fonctionnement des services publics »20.

  • 21 . Voir la carte en annexe de cet article.
  • 22 . Arrêté du 11 février 1992 portant délégation de signature aux walis en matière de placement en ce (...)

17Au cours du mois de février 1992, sept arrêtés « portant création d’un centre de sûreté » sont signés par le ministre de l’Intérieur, Larbi Belkheir. Les arrêtés du 10 février 1992 créent les centres de Reggane, Ouargla et Aïn Salah, ceux du 15 février 1992 les centres d’El Homr et Bordj Omar Driss ; enfin, les arrêtés des 19 et 29 février ouvrent les centres d’El Menia et In Amguel21. Certains sont constitués de tentes quand d’autres sont établis dans des bâtiments en durs, datant pour certains de la période coloniale. Ils sont placés sous autorité militaire, mais c’est le ministre de l’Intérieur qui est habilité à prononcer une mesure de placement ou le wali, par délégation de signature22.

  • 23 . S. Zighem, « Conférence de presse du ministre de l’Intérieur et des collectivités locales. 6.786 (...)

18C’est donc à partir de février 1992 que les arrestations et les transferts vers le sud se multiplient. À la date du 10 mars 1992, soit à peine un mois après la proclamation de l’état d’urgence, le ministre de l’Intérieur annonce, à l’occasion d’une conférence de presse, que « 6 786 personnes ont été placées dans cinq centres de sûreté »23.

  • 24 . « Reggane et El-Homr / Libération de 150 détenus », El Watan, 1er juin 1992.
  • 25 . Arrêté du 25 juillet 1992, Journal Officiel : « le centre […] est fermé à compter du 3 juillet 19 (...)
  • 26 . Entretien avec Hamid, Alger, mai 2018.

19Les camps s’avèrent rapidement saturés tant les arrestations sont massives. Le 29 avril 1992, trois nouveaux arrêtés permettent l’ouverture des camps de Tsabit, Tiberghamine et Oued Namous. Les deux premiers, situés à proximité du camp de Reggane, qui est le plus important, sont créés afin de le délester, comme en atteste leur proximité géographique mais également la presse24. Ces nouveaux lieux d’incarcération accueillent également les détenus d’El Homr qui ferme au début du mois de juillet 199225. Déjà à la fin du mois de juin, le centre d’El Menia est fermé et une partie des détenus qui s’y trouvent est transférée à Ouargla26.

  • 27 . Les arrêtés fermant ces camps n’ont pas été publiés. Leur date de fermeture a pu être identifiée (...)

20Quatre centres ferment les uns après les autres au cours de l’été et de l’automne 1992. Les détenus sont alors transférés vers d’autres camps ou libérés sans qu’il ne soit possible de savoir selon quels critères. En mars 1993, ce sont les camps de Aïn Salah et Ouargla qui sont à leur tour fermés. Ne subsistent alors que ceux de Oued Namous et In Amguel qui restent opérationnels jusqu’en 1994 pour le premier et fin 1995 pour le second27.

21La rapidité avec laquelle ces camps sont ouverts puis fermés, sans aucune logique apparente, paraît révéler la précipitation et l’arbitraire dans laquelle la décision d’ouvrir ces lieux a été prise.

Les conséquences d’une décision précipitée

  • 28 . Si cette phrase a parfois pu être prêtée au Général Mohamed Lamari, un article affirme qu’elle a (...)
  • 29 . Entretien avec Badis, Alger, mai 2018.

22« Si, pour sauver l’Algérie, il faut envoyer 10 000 personnes pour quelques temps au sud, cela n’est pas grave. Je le dis sans aucun état d’âme » aurait déclaré Mohamed Boudiaf28 au printemps 1992 (Charef, 1994, p. 404). Cette affirmation est restée célèbre et plusieurs internés l’ont évoquée, comme Badis, envoyé à Ouargla puis à In Amguel, qui s’en souvient, non sans rancœur : « Il a dit je suis capable de mettre encore 10 000 autres dans les camps pour l’Algérie »29.

23Cela pose en filigrane la question du processus décisionnel qui a conduit à l’ouverture des camps. Qui a pris cette décision ? Quand ? En l’absence d’archives étatiques consultables et au vu des entretiens réalisés à ce jour avec les hommes qui se trouvaient au cœur du processus décisionnel à cette période, il ne m’est pas possible de trancher cette question. On peut cependant avancer que Mohamed Boudiaf a joué un rôle central, même si la création des premiers camps est antérieure à son arrivée au pouvoir.

  • 30 . Entretien avec un officier supérieur de l’ANP à la retraite, Alger, décembre 2018.

24Le général à la retraite Rachid Benyelles, qui n’était certes plus en poste à l’époque mais restait bien inséré dans les réseaux militaires et politiques algériens, écrit dans ses mémoires qu’« une dizaine de camps d’internement furent ouverts, en toute hâte dans le grand Sud » (Benyelles, 2017, p. 299). Il est cependant fort probable que cette décision a été pensée en amont, ne serait-ce qu’au vu de la célérité avec laquelle les transferts ont été effectués et de la logistique que cela impliquait. Un entretien avec un officier supérieur, en fonction à cette époque, suggère que ces derniers n’apparaissent pas ex-nihilo mais s’inscrivent dans une généalogie de la répression qui remonte, au moins, à l’époque de la guerre d’indépendance. Il indique en effet qu’ils se sont « inspiré[s] des documents français »30 faisant référence à la loi du 3 avril 1955 relative à l’état d’urgence et aux mesures d’assignations à résidence qu’elle a entraînées.

25Il s’agissait de répondre à une situation de crise aiguë en essayant de contenir les violences et ceux qui y prenaient part, ou tout du moins étaient supposés y prendre part. En effet, à la suite de l’interruption du processus électoral et au retour de Mohamed Boudiaf le 16 janvier 1992, les manifestations de partisans du FIS se multiplient. Dans les jours qui suivent, les protestations s’amplifient et se propagent à travers le pays, prenant parfois une tournure violente. Début février, les confrontations entre partisans du FIS et forces de l’ordre deviennent quotidiennes et font des dizaines de morts. Le vendredi 7 février le FIS lance un appel à la mobilisation qui reçoit un large écho dans l’ensemble du pays (Charef, 1994, p. 274). C’est dans ce contexte extrêmement tendu que l’état d’urgence est proclamé.

  • 31 . Entretien avec Karim, Alger, mai 2018.
  • 32 . A. Merad, « Centre de détention, le constat mitigé de la LADH », El Watan, 9 mars 1992.
  • 33 . Entretien avec Idir, Alger, avril 2018.

26Il apparaît que cette décision a échappé à ceux qui l’ont prise. En effet, la saturation rapide des camps du fait des milliers d’arrestations qu’elle a entraîné n’ont vraisemblablement pas été anticipées par les autorités qui se sont trouvées débordées. Cela ressort particulièrement dans les entretiens avec des internés de Ouargla et Reggane. Karim indique par exemple que, lorsqu’il est arrivé à Ouargla début mars 1992, le camp était plein et qu’il n’a pas trouvé de place dans une tente. Il a passé plusieurs semaines dehors avant que des transferts de détenus vers d’autres camps ne lui permettent de prendre place sous une tente31. Ce camp était à l’origine conçu pour accueillir 600 à 800 personnes or, en à peine un mois, ce sont plus de 2 000 hommes qui y ont été internés32. Les opérations d’arrestation ont de fait pris une ampleur qui n’avait pas été envisagée, ce que confirme Idir, homme politique en poste à l’époque. « Quand vous lancez une opération pareille » explique-t-il, « vous devez en arrêter 2 000, vous vous trouvez avec 5 000. Parce qu’il y a des règlements de compte locaux ». Il ajoute : « dans tous les pays du monde, quand vous lancez une opération comme ça, vous en perdez le contrôle »33.

  • 34 . Entretien avec un officier supérieur de l’ANP à la retraite, Alger, décembre 2018.

27L’ouverture de camps d’internement dans le désert est donc la réponse que l’État algérien a trouvée pour tenter d’enrayer une situation de crise. « Éloigner les gens était tout à fait naturel […] sans quoi ils accentuaient le désordre en ville »34 explique un officier supérieur. Si l’opération d’éloignement paraît avoir été un succès, l’objectif sous-jacent qui était de rétablir l’ordre n’a pas été atteint. En effet, les troubles continuent, voire s’accentuent, tout au long de l’année 1992. Cet échec explique-t-il pourquoi la plupart de ces camps seront fermés après moins d’un an de fonctionnement ? Leur fermeture n’est-elle pas davantage liée à une prise de conscience du danger à rassembler dans un même lieu des hommes qui vont pouvoir s’organiser en vue de répondre aux injustices dont ils s’estiment victimes, c’est-à-dire leur internement arbitraire mais aussi, de manière plus générale, l’interruption des élections. Qui sont les hommes qui ont été envoyés dans ces camps ? Quel est leur profil ? Comment se sont-ils organisés dans ces lieux ?

Les camps : point de convergence et d’organisation

« Tout ce qu’il y avait en Algérie, il y avait dans les camps »35

  • 35 . Entretien avec Mourad, El Hammamet, avril 2018.

28Si les sources manquent pour établir une sociologie fine des hommes envoyés dans ces camps, il est néanmoins possible d’en esquisser les contours.

  • 36 . Les données ne sont pas disponibles pour l’année 1992 et l’office national des statistiques utili (...)
  • 37 . S. Zighem, « Conférence de presse du ministre de l’Intérieur… art. cit. On notera que le total es (...)
  • 38 . Voir le tableau récapitulatif de camps à la fin de cet article.

29L’immense majorité des internés est jeune, quatre sur cinq ont moins de quarante ans. Tous sont des hommes. Lors de sa conférence de presse début mars 1992, le ministre de l’Intérieur, Larbi Belkheir, fournit quelques éléments de description supplémentaires : « les personnes dont l’âge varie entre 18 et 30 ans représentent un taux de 34,61% [contre 17% de 20-29 ans dans la population masculine en Algérie en 198736], entre 31 et 40 ans représentent 48% [contre 10,8% de 30-39 ans], entre 41 et 50 ans représentent 13,60%, entre 51 et 60 ans représentent 3,55% et plus de 60 ans représentent 00,55% »37. Ces statistiques sont à prendre avec prudence dans la mesure où il s’agit de chiffres officiels qui tendent à minorer le nombre d’internements38 mais elles en donnent un ordre de grandeur. Comparé à l’ensemble de la population masculine, les classes 18-40 semblent très nettement surreprésentées. On peut penser que ces arrestations visent en premier lieu la base militante jeune du FIS qui est, potentiellement, la plus à même de prendre part aux manifestations.

  • 39 . S. Zighem, « Conférence de presse du ministre de l’Intérieur… art. cit.
  • 40 . A. Hayane, « Détenus de Ouargla / Refus de sortir », El Watan, 22 mars 1992.

30Quant à l’origine géographique des détenus, ces derniers proviennent de l’ensemble du territoire algérien bien que les wilayas d’Alger et Sétif soient surreprésentées, avec, selon les données officielles, près de 939 arrestations au début du mois de mars 199239 pour la première et environ 600 pour la seconde40. Ces deux wilayas sont les plus peuplées d’Algérie. Le FIS y a fait de très bons scores, obtenant de nombreux élus dès le premier tour, 16 à Alger sur 22 circonscriptions et 13 à Sétif sur 18.

31D’après les premiers éléments de mon enquête, la wilaya d’origine a influé sur le lieu d’internement. Le camp de Ouargla accueillerait davantage d’hommes provenant de l’est et du centre de l’Algérie quand c’est de l’ouest et du centre que proviendraient ceux de Reggane.

  • 41 . S. Zighem, « Conférence de presse du ministre de l’Intérieur… art. cit.
  • 42 . Entretien avec Ahmed, mai 2018.

32Politiquement, si tous les internés ne sont pas membres du FIS, ses sympathisants, militants et cadres en constituent la majorité. Parmi eux se trouvent des élus : au moins 101 détenus sont des membres d’Assemblées Populaires de Wilayas (APW) et 528 d’Assemblées Populaires Communales (APC)41. Quelques hommes ont probablement été victimes de règlements de compte personnels tandis que d’autres se sont trouvés « au mauvais endroit, au mauvais moment » comme le suggère le cas d’un homme que l’on m’a rapporté, militant du Front des Forces Socialistes (FFS), qui ne comprenait pas sa présence à Reggane42. Dans le cadre de ces recherches, tous les hommes avec qui je me suis entretenue avaient un lien avec le FIS, à l’exception d’un.

  • 43 . Les informations dont je dispose à ce sujet proviennent d’une part Youcef Fathallah et d’autre pa (...)
  • 44 . Y. Ouhahib, « LADH / Difficiles conditions d’»internement» », El Watan, 10 mars 1992.
  • 45 . Les données utilisées sont celles fournies par l’UNESCO en 1987 (http://uis.unesco.org/country/DZ (...)
  • 46 . Entretien avec Nabil, Alger, mai 2017.

33Les données relatives à l’éducation et aux catégories socio-professionnelles des internés, bien que parcellaires, montrent une très grande hétérogénéité43. Certains sont analphabètes quand d’autres ont étudié dans le supérieur, certains étant titulaires d’un doctorat. Le président de la Ligue Algérienne des Droits de l’Homme (LADH), Youcef Fathallah, fournit quelques éléments concernant le camp de Ouargla qu’il a visité. « Parmi les internés, il y a entre 300 et 400 cadres, intellectuels, universitaires… », indique-t-il44, soit presque 20% des internés auxquels il faut ajouter six médecins. Si ces chiffres sont exacts, ils sont importants au vu du taux d’analphabétisme de l’époque qui atteint 37% chez les hommes de plus de quinze ans45. Ils sont toutefois le reflet de la sociologie des cadres du parti au sein desquels on trouve par exemple une « forte proportion de professeurs de l’enseignement supérieur » (Labat, 1995, p. 44). La présence de nombreux intellectuels est confirmée par tous les anciens internés. Pour ne citer qu’un exemple, Nabil, qui a passé plus de trois ans dans les camps, indiquait lors de notre entretien que « parmi les détenus, il y avait des universitaires. Par exemple, un PhD en physique nucléaire, il y avait des recteurs d’université, des universitaires, des professeurs, des enseignants de niveau moyen ou primaire, des médecins, chirurgiens, des ingénieurs, il y avait de tout »46.

34Les profils socio-professionnels des internés indiquent que nombre d’entre eux ont des liens plus ou moins étroits avec le FIS et que ceux ayant un niveau d’étude supérieure sont surreprésentés, au moins à Ouargla, mais ce constat peut être, au regard des premiers résultats de mes recherches, étendu aux autres camps.

35Ainsi, de nombreux cadres du FIS ont été envoyés dans ces camps avec de simples sympathisants du parti. Ceci a nourri l’hypothèse qu’en enfermant ensemble ces hommes, les autorités publiques ont, malgré elles, permis de cristalliser le mécontentement à leur encontre autour d’un discours politique structuré : celui du FIS. En regroupant ces hommes, n’ont-elles pas créé l’effet inverse de celui escompté ? Cette question sous-tend l’idée évoquée plus haut selon laquelle ces camps ont finalement pu devenir des incubateurs au sein desquels le FIS a pu élargir et renforcer sa base militante et son efficacité, voire même qu’ils ont pu constituer des lieux où les convictions de ces hommes se sont affermies, au point de devenir, pour certains, un point de basculement vers la lutte armée.

De l’organisation interne des camps

« C’est dans les prisons que les hommes de valeur se découvrent et se forgent. De ce point de vue, le pouvoir actuel, en nous appréhendant, a rendu service à la cause de la révolution […] D’autres avant lui ont essayé ces méthodes et ont déchanté, à son tour il déchantera » (Boudiaf, [1964] 1992, p. 51-52).

36Lorsqu’il est arbitrairement enfermé dans le sud de l’Algérie à l’été 1963, Mohamed Boudiaf réfléchit à la manière dont la prison constitue un tournant au sein d’une vie et peut renforcer les opinions de ceux qui la subissent.

  • 47 . Entretien avec Mourad, El Hammamet, mai 2018.

37Dans les années 1990, les conditions de vie sont variables d’un camp à l’autre, même si elles sont toujours très dures, notamment en raison du climat désertique, de la chaleur insupportable le jour et du froid saisissant la nuit. Quelques éléments sont récurrents et particulièrement leur organisation qui paraît extrêmement similaire. Les militaires ne pénètrent pas dans les camps, ou très peu, sauf en cas d’émeutes afin de réprimer les détenus. Mourad, détenu à Aïn Salah huit mois, raconte que « les militaires viennent à la porte et nous amènent les médicaments et la nourriture et ils s’en vont »47. Les anciens internés s’accordent sur ce point.

  • 48 . Ce sont par exemple les détenus qui se chargent eux-mêmes de la répartition de la nourriture.
  • 49 . Entretien avec Ahmed, mai 2018. Plus généralement, tous les hommes internés à Reggane évoquent Me (...)
  • 50 . Entretien avec Badis, Alger, mai 2018.
  • 51 . L’existence d’un conseil de ce type m’a été rapportée uniquement dans le camp d’Aïn Salah, toutef (...)

38Du fait de la large autonomie dont ils bénéficient48, les détenus mettent en place une organisation assez stricte. Ils instaurent une sorte de conseil supérieur du camp constitué de représentants des internés. Pour ce faire, ils se regroupent par wilaya d’origine. Chaque groupe de wilaya désigne alors un ou plusieurs représentants qui deviendront membres du conseil du camp qui, à son tour, désignera un « émir ». Il s’agit, dans les deux cas qui ont pu être répertoriés, d’un homme instruit ayant un niveau d’étude supérieur. À Reggane, c’est Messaoud Ouziala49 décédé au début de l’année 2018, néphrologue, élu maire de la commune de Aïn Taya, dans la wilaya d’Alger en 1990, qui est désigné. À Ouargla, c’est un universitaire originaire de Annaba, élu d’une APC50. Ce conseil du camp a plusieurs missions. Il sert d’intermédiaire entre les détenus et l’administration militaire en charge des camps, notamment en cas de troubles. Il paraît également avoir un rôle de régulation des conflits internes via le majliss ta’dibi51 littéralement conseil de discipline qui a pour vocation de régler les problèmes entre internés.

39Ce type d’organisation interne est loin d’être originale. On la retrouve dans d’autres contextes. Déjà trois décennies plus tôt, durant la guerre d’indépendance, les militants du FLN incarcérés avaient mis en place des comités de détention qui « recré[aient] le modèle organique de la Fédération » (Amiri, 2008, p. 35). Dans les années 1970, les prisonniers de l’IRA (l’Armée républicaine irlandaise) avaient eux aussi établi une hiérarchie et élu un chef ce qui leur permettait de « reproduire à l’intérieur des prisons le schéma de l’organisation, [de] se soutenir les uns les autres et [de] se tenir mutuellement au courant de ce qui se pass[ait] à l’extérieur » (Granger, 2001, p. 23).

  • 52 . Lors des élections de juin 1990, le FIS remporte 32 wilayas sur 48 et 953 communes sur 1539.

40Isolés au milieu du désert, les détenus élaborent un ordre social hiérarchisé, calqué sur celui que certains d’entre eux avaient mis en place avant leur arrestation d’une part au niveau du parti, comme en atteste la désignation du membre du FIS le plus important du parti au sein de la wilaya à la tête du groupe de détenus qui en émane, et d’autre part au sein des APC et APW52. En effet, la gestion de ces assemblées a permis aux élus du FIS d’expérimenter un nouveau type d’organisation qu’ils ont ensuite mis à profit. Khelifa, vice-président d’APC au moment de son arrestation, détenu successivement dans trois camps, témoigne :

  • 53 . Entretien avec Khelifa, Aïn Temouchent, janvier 2019.

« On s’est organisé puisqu’on était déjà dans les APC […], s’organiser dans un camp, petit ou grand, c’était pas la mer à boire comme on dit. En tant que vice-président, j’avais, ou on avait, plus de 1200 employés et fonctionnaires sous nos ordres […] donc gérer un camp comme ça, de manière collective, c’était pas quelque chose de difficile »53.

  • 54 . Entretien avec Mahfoud, Alger, février 2019.

41Rapidement, les cadres du FIS incarcérés ont ainsi pris en main la gestion des camps. « Les gens ne savaient pas vivre en collectivité […] donc par la force des choses on est devenu leurs représentants » indique Mahfoud, membre d’une APW lorsqu’il est arrêté, également détenu dans trois camps54.

  • 55 . Entretien avec Nabil, Alger, mai 2017.

42La mainmise des cadres du FIS sur l’organisation des camps est extrêmement importante. En regroupant ces milliers de partisans et élus du parti, le « pouvoir a aussi opéré un regroupement de l’appareil du FIS que Abbassi Madani lui-même n’avait jamais réussi à organiser » (Charef, 1994, p. 391). De plus, la plupart des internés, n’avaient pas été jugés et ignoraient combien de temps durerait leur détention ce que beaucoup décrivent comme une torture morale à l’image de Nabil qui a passé près de 44 mois dans les camps et qui explique que « la plus grande torture, c’était qu’on ne savait pas combien on va rester »55. Cela a pu renforcer le sentiment de révolte et d’injustice qu’ils éprouvaient à l’encontre de l’État. Ces éléments seront instrumentalisés par les militants du FIS pour affermir les convictions des détenus et donner du sens à leur enfermement en instillant l’idée selon laquelle « si [ils sont] ici, c’est que le régime est contre l’islam » (Labat, 1995, p. 251).

*

  • 56 . On notera ici l’usage de l’article indéfini. Ces camps sont une étape dans le basculement du conf (...)

43Analphabètes ou docteurs, vivant à Alger ou dans des villes reculées du pays, les milliers d’hommes qui ont été envoyés dans le sud pour quelques mois ou quelques années ont été les protagonistes d’une séquence clef de l’histoire contemporaine algérienne. En effet, ces premières recherches indiquent que la création de ces camps est un évènement crucial de l’entrée en guerre civile de l’Algérie. Même si peu de personnes ont écrit sur ces lieux, toutes s’accordent sur un fait : ils ont constitué un point de non-retour56, que ce soit en poussant des jeunes vers les maquis puisque « des militants, recherchés, ont fini par rejoindre les groupes armés de peur d’être arrêtés et envoyés dans les camps du Sud » (Charef, 1994, p. 392), ou en permettant la mise en place de réseaux qui pourront être réactivés au fur et à mesure des libérations. Les entretiens avec d’anciens détenus attestent de l’organisation stricte qui s’est développée dans les camps sous l’impulsion des cadres du FIS détenus. Des enquêtes ultérieures permettront de creuser davantage la manière dont les détenus se sont organisés au quotidien, tout au long de leur incarcération.

Haut de page

Bibliographie

Amiri Linda, 2008, « Du point de vue du FLN : les comités de détention dans l’organisation politico-administrative de sa fédération de France (1958-1962) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°92, p. 33-36.

Benraad Myriam, 2009, « Prisons in Iraq : A New Generation of Jihadists ? », CTC sentinel, décembre, volume 2.

Benyelles Rachid, 2017, Dans les arcanes du pouvoir, Mémoires (1962-1999), Alger, Barzakh.

Boudiaf Mohamed, [1964], 1992, Où va l’Algérie ?, Alger, Hiwar-com.

Charef Abed, 1994, Algérie, le grand dérapage, La tour d’Aigues éditions de l’Aube.

Granger Tiphaine, 2001, « Une stratégie de l’IRA : la lutte en prison (1971-1981) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n°70, p. 19-30.

Khalili Laleh, 2012, Time in the Shadows: Confinement in Counterinsurgencies, Palo Alto, Stanford University Press.

Labat Séverine, 1995, Les islamistes algériens. Entre les urnes et les maquis, Paris, Seuil.

Laribi Lyes, 2002, Dans les geôles de Nezzar, Paris, Éditions Paris-Méditerranée.

Martinez Luis, 1998, La guerre civile en Algérie, Paris, Karthala.

Rouzeik Fawzi, 1991, « Chronique Algérienne », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS, p. 598-643.

Thénault Sylvie, 2003, « Interner en République : le cas de la France en guerre d’Algérie », Amnis, 3, [en ligne].

Thénault Sylvie, 2012, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob.

Haut de page

Annexe

Récapitulatif des dates d’ouverture et de fermeture des camps réalisé d’après un document présenté par l’Algérie au Comité des droits de l’Homme de l’ONU, daté du 18 mai 199857

Le document indique que « le nombre de personne placées dans les différents centres tel que donné dans la [cinquième] colonne [9 766] est supérieur au nombre total [6 786] de personnes internées en raison des transferts opérés entre les camps ».

Nom du camp

Date de l’arrêté d’ouverture

Date de l’arrêté de fermeture

Date de fermeture d’après le document de l’ONU

Nombre d’internés

Reggane

10 février 1992

4 aout 1992

2 aout 1992

3 047*

Aïn Salah

10 février 1992

14 mars 1993

14 mars 1993

500

Ouargla

10 février 1992

14 mars 1993

24 mars 1993

2 133

El Homr

15 février 1992

25 juillet 1992

3 juillet 1992

299

Bordj Omar Driss

15 février 1992

Non publié

17 novembre 1992

641

El Menia

19 février 1992

25 juillet 1992

20 juin 1992

500

In Amguel

29 février 1992

Non publié

27 novembre 1995

649

Tsabit

29 avril 1992

7 décembre 1992

2 décembre 1992

540

Tiberghamine

29 avril 1992

29 octobre 1992

29 octobre 1992

497

Oued Namous

29 avril 1992

Non publié

15 septembre 1994

960

* Les internés de Reggane sont incarcérés soit dans un camp de toile (543 individus), soit dans la prison civile (2 504 individus).

Répartition des camps d’internement sur le territoire algérien (1991-1995)

Haut de page

Notes

1 . Entretien avec Karim, Alger, mai 2018. Tous les entretiens ont été anonymisés, des pseudonymes ont été attribués aux personnes interviewées.

2 . Projet de charte pour la Paix et la Réconciliation nationale en annexe du décret présidentiel n°05-278 du 14 août 2005 portant convocation du corps électoral pour le référendum du jeudi 29 septembre 2005 relatif à la réconciliation nationale, Journal Officiel.

3 . Paris, J-C Lattès, 2007, p. 73.

4 . Précisons néanmoins que les premiers groupes armés apparaissent avant, dès 1990-1991, à l’image du Mouvement Islamique Armée (MIA) ou encore du groupe Takfir wa el Hijra auquel est attribué l’attaque du poste de de Guemmar le 29 novembre 1991 lors de laquelle trois militaires furent tués.

5 . P. Barrat, M. Bensmaïl, T. Leclère, Algérie(s)1 – Un peuple sans voix, Article Z, Canal + production, 2002.

6 . Le maquis est le terme le plus usité en français par mes interlocuteurs et la littérature qui lui est consacré. En arabe c’est le mot djebel, littéralement montagne, qui est employé par les acteurs rencontrés. En Algérie, ce lexique fait échos à la guerre d’indépendance et aux combattants de l’Armée de Libération Nationale (ALN) dont certains des groupes armés mobilisés dans années 1990 revendiquent un héritage.

7 . Loi n°55-385 du 3 avril 1955 instituant un état d’urgence et en déclarant l’application en
Algérie, Journal Officiel français.

8 . Fin du parti unique, adoption d’une nouvelle constitution en février 1989 ouvrant le droit de créer des associations à caractère politique, etc.

9 . Décret présidentiel n°91-196 du 4 juin 1991 portant proclamation de l’état de siège, Journal Officiel.

10 . Décret présidentiel n°91-201 du 25 juin 1991 fixant les limites et conditions du placement dans un centre de sûreté, Journal Officiel.

11 . « Ouverture de centres de sûreté », El Moudjahid, 10 juillet 1991.

12 . « 2.046 interpellations depuis le 30 juin », El Moudjahid, 10 juillet 1991.

13 . Amnesty International, « Algérie. Dégradation des droits de l’homme sous l’état d’urgence », 2 mars 1993, p. 2.

14 . Décret présidentiel n°91-336 du 22 septembre 1991 proclamant la levée de l’état de siège, Journal Officiel.

Cependant, les camps de Ouargla et El Menia ont-ils été fermés ou sont-ils restés en activité jusqu’à la proclamation de l’état d’urgence en 1992 ? L’état de siège étant levé le 29 septembre 1991, il serait intéressant de savoir si ces lieux sont ont continué à servir de lieu d’incarcération ou non entre la levé de l’état de siège fin septembre et la proclamation de l’état d’urgence en février 1992.

15 . La plupart des internés arrêtés dans l’Algérois ou à l’est du pays à partir de février 1992 racontent avoir été détenus dans des centres situés dans ces deux villes avant d’être envoyés vers le sud. On peut ainsi émettre l’hypothèse qu’il s’agit des mêmes lieux dont la fonction a été modifiée.

16 . Voir les résultats complets proclamés au Journal Officiel, 4 janvier 1992.

17 . Voir sa proclamation au Journal Officiel, 15 janvier 1992.

18 . Sont appelés les « Six historiques » : Mostefa Ben Boulaïd, Didouche Mourad, Rabah Bitat, Mohamed Boudiaf, Belkacem Krim et Larbi Ben’M’hidi. Il s’agit des premiers chefs du FLN.

19 . Hiwar-com, Alger, [1964], 1992. Mohamed Boudiaf est détenu à différents endroits et notamment à Tsabit. Il n’a pour l’instant pas été possible d’établir avec précision où.

20 . Décret présidentiel n°92-44 du 9 février 1992 portant instauration de l’état d’urgence, Journal Officiel.

21 . Voir la carte en annexe de cet article.

22 . Arrêté du 11 février 1992 portant délégation de signature aux walis en matière de placement en centres de sûreté, Journal Officiel.

23 . S. Zighem, « Conférence de presse du ministre de l’Intérieur et des collectivités locales. 6.786 personnes placées dans les centres de sûreté », El Moudjahid, 13-14 mars 1992.

24 . « Reggane et El-Homr / Libération de 150 détenus », El Watan, 1er juin 1992.

25 . Arrêté du 25 juillet 1992, Journal Officiel : « le centre […] est fermé à compter du 3 juillet 1992 ».

26 . Entretien avec Hamid, Alger, mai 2018.

27 . Les arrêtés fermant ces camps n’ont pas été publiés. Leur date de fermeture a pu être identifiée grâce à un document de l’ONU. Il s’agit d’un rapport présenté par l’Algérie au Comité des Droits de l’Homme de l’ONU, daté du 18 mai 1998, CCPR/C/101/Add.1, §62.

28 . Si cette phrase a parfois pu être prêtée au Général Mohamed Lamari, un article affirme qu’elle a bel et bien été prononcée par Mohamed Boudiaf (voir M.T. Messaoudi, « Camps d’internements, une plaie insupportable », El Watan, 26 avril 1992).

29 . Entretien avec Badis, Alger, mai 2018.

30 . Entretien avec un officier supérieur de l’ANP à la retraite, Alger, décembre 2018.

31 . Entretien avec Karim, Alger, mai 2018.

32 . A. Merad, « Centre de détention, le constat mitigé de la LADH », El Watan, 9 mars 1992.

33 . Entretien avec Idir, Alger, avril 2018.

34 . Entretien avec un officier supérieur de l’ANP à la retraite, Alger, décembre 2018.

35 . Entretien avec Mourad, El Hammamet, avril 2018.

36 . Les données ne sont pas disponibles pour l’année 1992 et l’office national des statistiques utilise des classes d’âges légèrement différentes mais la comparaison indique bien une nette surreprésentation des jeunes hommes. Voir : Office National des Statistiques, Rétrospective 1962-2011, Chapitre 1 : démographie, Tableau 36 : Répartition de la population algérienne résidente, 1987, p. 36, [en ligne].

37 . S. Zighem, « Conférence de presse du ministre de l’Intérieur… art. cit. On notera que le total est de 100.31. Les données fournies par le ministère de l’Intérieur ne sont donc pas exactes.

38 . Voir le tableau récapitulatif de camps à la fin de cet article.

39 . S. Zighem, « Conférence de presse du ministre de l’Intérieur… art. cit.

40 . A. Hayane, « Détenus de Ouargla / Refus de sortir », El Watan, 22 mars 1992.

41 . S. Zighem, « Conférence de presse du ministre de l’Intérieur… art. cit.

42 . Entretien avec Ahmed, mai 2018.

43 . Les informations dont je dispose à ce sujet proviennent d’une part Youcef Fathallah et d’autre part d’une liste de transfert de 232 hommes d’un camp vers un autre où leur profession est indiquée et où environ 20% d’entre eux exercent un métier suggérant un niveau d’études supérieures. Enfin, c’est un constat que j’ai fait au cours de tous les entretiens que j’ai menés.

44 . Y. Ouhahib, « LADH / Difficiles conditions d’»internement» », El Watan, 10 mars 1992.

45 . Les données utilisées sont celles fournies par l’UNESCO en 1987 (http://uis.unesco.org/country/DZ; consulté le 29 janvier 2019). On pourrait objecter à ce chiffre que l’analphabétisme est très répandu chez les personnes âgées qui ont grandi avant l’indépendance et n’ont eu qu’un accès très limité à l’éducation. Toutefois, même en soustrayant à ce chiffre les personnes de plus de 65 ans qui sont les plus touchées par l’analphabétisme et dont la présence dans les camps est marginale, on obtient un taux qui oscille autour de 30%.

46 . Entretien avec Nabil, Alger, mai 2017.

47 . Entretien avec Mourad, El Hammamet, mai 2018.

48 . Ce sont par exemple les détenus qui se chargent eux-mêmes de la répartition de la nourriture.

49 . Entretien avec Ahmed, mai 2018. Plus généralement, tous les hommes internés à Reggane évoquent Messaoud Ouziala sans même qu’une question à son sujet ne leur soit posée.

50 . Entretien avec Badis, Alger, mai 2018.

51 . L’existence d’un conseil de ce type m’a été rapportée uniquement dans le camp d’Aïn Salah, toutefois, l’organisation étant très similaire d’un camp à l’autre, on peut raisonnablement penser que des conseils de ce type existaient ailleurs.

52 . Lors des élections de juin 1990, le FIS remporte 32 wilayas sur 48 et 953 communes sur 1539.

53 . Entretien avec Khelifa, Aïn Temouchent, janvier 2019.

54 . Entretien avec Mahfoud, Alger, février 2019.

55 . Entretien avec Nabil, Alger, mai 2017.

56 . On notera ici l’usage de l’article indéfini. Ces camps sont une étape dans le basculement du conflit et un point de non-retour parmi d’autres, à commencer par l’interruption du processus électoral.

57 . CCPR/C/101/Add.1, §62.

Ce tableau est indicatif et donne un ordre de grandeur de l’importance des camps. Les chiffres sont des chiffres officiels et sont largement sous-estimés puisque le chiffre 6 786 est celui donné par le ministre de l’Intérieur lors de sa conférence de presse en mars 1992. On peut ainsi s’étonner qu’il soit identique au moment de dresser un bilan de ces internements six ans plus tard. De plus, dans un article du 14 mars 1992 relatif à cette même conférence de presse, il est indiqué que 1000 personnes sont internées au camp de Ain Salah quand le document précité en indique 500 (S. Zighem « Conférence de presse du ministre de l’Intérieur… art. cit.).

La carte est construite à partir de ces données et permet là encore de donner uniquement un ordre de grandeur. La localisation de certains camps est parfois approximative dans la mesure où elle est parfois difficile à établir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saphia Arezki, « Les camps d’internement du sud en Algérie (1991-1995). Contextualisation et enjeux », L’Année du Maghreb, 20 | 2019, 225-239.

Référence électronique

Saphia Arezki, « Les camps d’internement du sud en Algérie (1991-1995). Contextualisation et enjeux », L’Année du Maghreb [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/4825 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.4825

Haut de page

Auteur

Saphia Arezki

Chercheuse associée à l’Iremam, AMU/CNRS, Aix-en-Provence, France et au CHERPA.

Haut de page