Navigation – Plan du site
Quand l'Algérie proteste
Un régime politique en crise ? Le hirak algérien face au pouvoir

Le face à face hirak-pouvoir : La crise de la représentation

The face to face Hirak-power: the crisis of representation
Louisa Dris Aït-Hamadouche et Chérif Dris
p. 57-68

Résumés

Depuis le soulèvement populaire du 22 février, la question se rapportant à la représentativité du hirak algérien a été lancinante. Comment un mouvement de masse d’une telle ampleur avec toutes ses déclinaisons spatiale, humaine et même temporelle a-t-il pu se déployer de manière pacifique et s’inscrire dans la durée, malgré les périodes où la mobilisation a connu un reflux ? Comment un mouvement dont aucune force politique, syndicale ou sociale n’a pu en revendiquer la paternité a-t-il pu obliger un président de la République à renoncer à un cinquième mandat et se poursuivre dans la durée tout en radicalisant ses revendications ?

Face à une situation inédite où se mêlent contestation populaire et absence de médiation, quelles réponses les gouvernants ont-ils fourni ? Pour répondre à cette série de questions, nous proposons d’examiner l’hypothèse selon laquelle l’attachement des tenants du pouvoir au retour à un processus électoral contrôlé les pousse à chercher des acteurs ressources au sein de la contestation. Un choix facilité par une opposition partisane incapable de se transformer en médiatrice.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le soulèvement populaire du 22 février, la question se rapportant à la représentativité de ce hirak a été lancinante. Comment un mouvement de masse d’une telle ampleur avec toutes ses déclinaisons spatiale, humaine et même temporelle a-t-il pu se déployer de manière pacifique et s’inscrire dans la durée, malgré les périodes où la mobilisation a connu un reflux ? Comment un mouvement dont aucune force politique, syndicale ou sociale n’a pu en revendiquer la paternité a-t-il pu obliger un président de la République à renoncer à un cinquième mandat et se poursuivre dans la durée tout en radicalisant ses revendications ?

  • 1 . Le Quartet était constitué de l’Union générale tunisienne du travail, de l’Union tunisienne de l’ (...)

2Le hirak algérien est caractérisé par son absence de leadership. Les journalistes, les analystes politiques le considèrent comme un mouvement organisé mais non structuré. Ni les acteurs civils ni les partis d’opposition n’ont pris part à l’organisation de ce soulèvement. Ce qui, au passage, incite à s’interroger sur ses causes et les forces qui en ont été initiatrices. Au-delà de ce questionnement qui mérite d’être affiné par une recherche sur les facteurs à l’origine de ce soulèvement, la problématique de l’absence d’une entité représentative pouvant assurer le statut d’interface entre le mouvement populaire et l’autorité politique s’est posée avec acuité. Les expériences de transitions démocratiques, à travers le monde, affirment, de manière générale, que les négociations entre les tenants du pouvoir et le mouvement de contestation nécessitent des médiateurs. Ceux-ci sont généralement des partis de l’opposition ou des acteurs de la société civile (syndicats, associations des droits de l’Homme, collectifs professionnels, etc.) (Bitar et Lowental, 2015). L’exemple le plus récent est donné par la Tunisie où le Quartet1 a joué un rôle primordial dans le processus de transition, notamment à travers la mise en place du processus constituant (Marks, 2017, Haugboll, Ghali, Youcefi, Limam, Molerup, 2017).

  • 2 . « Makanch intikhabat maa el-Issaba » : « pas d’élections avec le gang »

3En Algérie, l’absence de cette interface place le pouvoir politique, et notamment le commandement de l’armée, en position de force, lui permettant d’écarter toute possibilité de négociations. Cette posture est toutefois moins confortable qu’elle n’y parait à première vue. En rejetant les propositions émanant de certains acteurs du mouvement de protestation au motif qu’ils ne sont pas représentatifs, les tenants du pouvoir se heurtent au refus catégorique, exprimé par la masse des manifestants, de toute élection présidentielle menée par le « gang », el-Issaba2. À raison de deux mobilisations par semaine, (chaque vendredi et mardi), les manifestants battent le pavé des différentes villes d’Algérie, en réclamant un changement radical du système politique exprimé par la formule « Un État civil, pas d’État militaire » (Dawla madania, machi aaskaria).

  • 3 . Nous nous référons ici à des acteurs pouvant prendre part à l’exécution de la stratégie des gouve (...)

4Or, comme le note David Easton, l’absence de courroie de transmissions des attentes populaires (Dobry, 1992) est l’une des manifestations de la crise d’un système politique. C’est précisément la situation dans laquelle est l’Algérie depuis le 2 avril, autrement dit, depuis la démission forcée du président Bouteflika. Aussi la question ne peut-elle plus se résumer à une crise institutionnelle, liée à l’institution présidentielle. Si tel avait été le cas, les élections prévues le 4 juillet auraient eu lieu, et le hirak se serait arrêté, avec la disparition de son élément déclencheur. Or, non seulement le soulèvement ne s’est pas arrêté, mais ses revendications se sont aiguisées (justice indépendante, souveraineté populaire, transition démocratique…). Face à une situation inédite où se mêlent contestation populaire et absence de médiation, quelles réponses les gouvernants ont-ils fourni ? Nous proposons d’examiner l’hypothèse selon laquelle l’attachement des tenants du pouvoir au retour à un processus électoral contrôlé les pousse à chercher des acteurs ressources3 au sein de la contestation. Un choix facilité par une opposition partisane incapable de se transformer en médiatrice.

Le pouvoir politique et le contrôle de la représentation

5Pour les dirigeants en place, la solution à la crise est restée limitée au retour « dans les plus brefs délais » à l’élection présidentielle. Aussi s’est-il agi pour le pouvoir d’empêcher l’émergence d’une représentation forte et légitime susceptible de contester cette solution. Pour ce faire, il s’est efforcé, dans le même temps, de diviser le hirak pour l’affaiblir et de faire émerger de nouveaux acteurs relais.

Affaiblissement et fragmentation de la contestation

  • 4 . Pour tous les détails juridiques, voir l’article de Mouloud Boumghar dans ce présent numéro.

6Le rejet d’un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika a été le ciment du hirak. Avant que le chef d’état-major de l’armée et vice-ministre de la défense, le général de corps d’armée Ahmed Gaid Salah ne se prononce en faveur de l’application de l’article 102, suivie des articles 7 et 84, les revendications susceptibles de créer des clivages parmi la population (laïcité, droits des femmes, code de la famille, l’islam) étaient mises sous le boisseau. Dès lors que cette première exigence a été satisfaite, le répertoire des revendications s’est enrichi de demandes ayant trait au changement de système et à l’instauration de la démocratie et de l’État de droit. De leur côté, les tenants du pouvoir ont gardé un même mot d’ordre légèrement amendé : d’abord organiser l’élection présidentielle dans les délais constitutionnels, puis « dans les plus brefs délais ».

  • 5 . Voir l’article de Mohand Tilmatine dans le présent numéro.

7Au fil des semaines, les revendications se sont radicalisées, laissant apparaître des thématiques objet de discordes. Ainsi des groupes soutenant le retour de l’ex-Front Islamique du Salut, sont soudainement apparus au grand jour, suscitant quelques tensions qui sont, in fine, restées circonscrites. Puis, vint l’affaire de l’emblème amazigh5. En effet, dans son discours prononcé le 19 juin devant les cadres de la 3e région militaire à Bechar, le chef d’état-major a mis en garde contre ceux qui brandissent un autre emblème que le drapeau national (Brahimi, 2019) :

« Il m’appartient également en cette occasion d’attirer l’attention sur une question sensible, à savoir la tentative d’infiltrer les marches et porter d’autres emblèmes que notre emblème national par une infime minorité… l’Algérie ne possède qu’un seul drapeau, pour lequel des millions de chouhada sont tombés en martyrs », Ahmed Gaid Salah continuant son discours sur un ton menaçant devait ajouter :« des ordres et des instructions stricts ont été donnés aux forces de l’ordre pour une application rigoureuse des lois en vigueur et faire face à quiconque tente encore une fois d’affecter les sentiments des Algériens à propos de ce sujet sensible et délicat ».

8Mettant ces ordres en application, les forces de sécurité ont procédé le vendredi 22 juin à l’arrestation de manifestants brandissant l’emblème amazigh. Or, la criminalisation du port du drapeau amazigh par les forces de l’ordre n’a pas toujours été suivie par l’institution judiciaire.

  • 6 . La cour de Skikda a condamné Massaoud Laftissi à une peine de six mois de prison avec sursis et à (...)

9Dans certaines wilayas comme Sétif, Oran, Ouargla, Tamanghassat, Annaba, Mostaghanem et Batna6, les manifestants arrêtés pour avoir brandi cet emblème ont été libérés. A contrario, à Tizi-Ouzou, Bedjaia et Bouira aucune arrestation n’a été signalée, alors que les manifestants n’ont jamais cessé de brandir l’emblème amazigh. En revanche, à Alger cette interdiction a créé une situation ultra-sensible. Les dizaines de personnes arrêtées ont été déférées devant la justice et mises sous mandat de dépôt pour « atteinte à l’unité nationale ». En plus du fait qu’Alger, la capitale, soit le lieu du pouvoir politique, cette différence de traitement peut aussi s’expliquer par la volonté d’intimider et de dissuader les Algérois, mais aussi de diviser les « hirakistes » entre ceux soumis à une tension extrême et ceux bénéficiant d’un traitement « privilégié ».

  • 7 . La Badissia fait référence au Cheik Abdelhamid Benbadis (1889-1940) fondateur de l’association de (...)

10Par ailleurs, à cette question de l’emblème est venue se greffer d’autres problématiques dont celles relatives à l’État civil versus État militaire et la Badissia-novembria7 versus plateforme de la Soummam. S’agissant de la première problématique, l’instauration d’un État civil démocratique et non d’un État militaire (Dawla madania machi askaria) est soulevée avec acuité et constance. En effet, depuis le début du mois du Ramadhan, ce slogan s’est imposé comme l’un des principaux leitmotiv mobilisateur. De grandes banderoles ont été brandies avec des contenus dénonçant les prises de position médiatiques du chef d’état-major de l’armée et mettant en garde contre la réédition du scénario égyptien en Algérie. Or, ce slogan mobilisateur a créé à son tour un clivage entre les partisans du vice-ministre de la Défense et ses opposants. Ce clivage s’est matérialisé lors des manifestations, notamment celle de la wilaya de Bordj Bouariredj, mais a surtout trouvé toute son expression sur les plateaux de télévisions publiques et privées. Au fur et à mesure que le vice-ministre de la Défense s’imposait comme le détenteur du pouvoir décisionnel, les médias audiovisuels se sont complètement rangés derrière lui.

  • 8 . Voir l’article de Giulia Fabbiano dans le présent numéro.

11L’opposition entre la Soummam et la badissia-novembria est, à son tour, devenue l’une des problématiques clivantes. Ainsi, depuis que l’option du cinquième mandat est tombée, l’exhumation de référentiels historiques, aux fins d’une relégitimation de la temporalité politique présente, s’impose dans le débat actuel. Que ce soit lors des manifestations ou sur les plateaux de télévisions, le retour à l’histoire vient à la rescousse de stratégies discursives aux arrière-pensées idéologiques ou politiques8. Des universitaires, des journalistes, des acteurs politiques, voire des acteurs de la société civile se sont mobilisés pour imposer « novembre » et l’héritage des oulémas comme unique référentiel en opposition à la charte de la Soummam qui a posé les jalons de la primauté du politique sur le militaire. À telle enseigne que même les partis politiques et certains acteurs de la société civile se sont vu obliger d’indexer leur démarche politique sur la déclaration du 1er novembre.

12Les gouvernants ont donc alimenté et encouragé l’émergence des divergences idéologiques et politiques au sein du mouvement populaire. Le deuxième instrument utilisé pour conforter la démarche du pouvoir a consisté à trouver les interlocuteurs susceptibles de mettre en œuvre sa feuille de route.

De l’échec des partis de l’allégeance à la recherche d’opposants loyaux

  • 9 . Arrêté le 11 septembre et mis sous mandat de dépôt, Karim Tabou est accusé d’atteinte au moral de (...)
  • 10 . La Coordination des acteurs de la société civile de la conférence du 15 juin est le rassemblement (...)
  • 11 . Les plus connus sont le RND (Rassemblement nationale pour la démocratie), le FLN (Front de libéra (...)

13Après l’échec de l’organisation de l’élection présidentielle le 4 juillet, le pouvoir politique a annoncé l’ouverture d’un dialogue avec le mouvement populaire. Or si en Tunisie, le dialogue a été une démarche ascendante, entamé et piloté par des acteurs de la société civile, représenté par le Quartet (Marks, 2017), en Algérie, c’est l’approche descendante qui a été privilégiée. Les gouvernants avaient en face d’eux deux possibilités. La première consistait à dialoguer avec des opposants non loyaux, à l’image de certains partis de l’opposition comme le FFS (Front des Forces socialistes) et le RCD (Rassemblement pour la culture et la démocratie) ou encore Jil el Djadid (nouvelle génération) et certains acteurs politiques très présents dans le hirak à l’image de Karim Tabou9 et de Mustapha Bouchachi, mais aussi des acteurs la société civile, structurés dans le cadre de la Coordination des acteurs de la société civile de la conférence du 15 juin10. La seconde possibilité consiste à remettre en selle les partis et organisations nationales, clients traditionnels qui ont fait les beaux jours de l’alliance présidentielle11.

14Les deux options ont très vite révélé des risques inacceptables pour les successeurs du président déchu. La première option impliquait de devoir négocier des concessions pouvant remettre en cause le statut politique de l’institution militaire. Quant à la seconde, elle risquait d’aggraver la fracture entre gouvernants (commandement militaire) et gouvernés (manifestants) tant l’image des militaires étaient ternie par la révélation de scandales de corruption à répétition.

15Aussi les gouvernants ont-ils préféré la posture de l’initiateur. Autrement dit, la tactique utilisée consistait à initier un dialogue au contenu et aux modalités définis exclusivement par leurs soins. Ainsi le contenu s’est-il limité à l’élection présidentielle et aux modalités de la création d’une instance indépendante d’organisation et de supervision des élections, ainsi que la révision de la loi électorale.

  • 12 . Un dialogue national inclusif pour réunir les conditions d’une élection présidentielle crédible ( (...)

16Pour mener à bien ce dialogue, les tenants du pouvoir ont opté pour la constitution d’un panel de personnalités médiatrices placée sous contrôle. Ainsi le forum NADA, pour la protection de l’enfance, a proposé une liste de treize personnes dont la plupart, universitaires, syndicalistes, ancien ministres et Premiers ministres qui n’étaient guère susceptibles de faire valoir une capacité d’indépendance et d’autonomie vis-à-vis du pouvoir. La démarche a très vite révélé son caractère biaisé dans la mesure où il n’était pas envisagé que des personnalités, jugées incontrôlables, puissent y figurer. Pis, certaines de ses personnalités pressentis avaient soutenu le cinquième mandat. Comme l’avait annoncé le secrétaire général à la présidence de la république, Nouredine Ayadi12, ce panel de dialogue et de médiation était dénué de toute dimension politique.

17Le mode opératoire a simplement consisté à organiser des réunions avec 23 partis politiques et 5 676 associations en près deux mois de consultations. Durant cette période, les déplacement du panel ont été chahutés et rejetés par la population locale. Les principales figures de l’opposition et du hirak ont refusé de le rencontrer. À l’issue de ces consultations, un rapport validant les propositions annoncées au tout début du processus a été publié : changement de la loi électorale et création d’une commission indépendante d’organisation des élections. Mais in fine, l’absence de légitimité de ce panel a finalement été confirmée par le chef d’état-major lui-même lorsqu’il a annoncé la convocation du corps électoral et en a fixé la date (le 15 septembre), avant même que ledit panel n’ait achevé sa mission.

18Toutefois la non-émergence d’une instance représentative légitime au sein du hirak n’est pas imputable aux seuls dirigeants du pays. La faiblesse de l’opposition est également une des explications du manque d’un leadership légitime à la tête du mouvement.

La problématique de la représentation du hirak par l’opposition partisane  

19Pourquoi les partis de l’opposition ne parviennent-ils pas à devenir une interface médiatrice ? Pourquoi ne réussirent-ils pas à représenter le hirak ? Deux types de raisons peuvent expliquer cet état de fait.

Aux sources structurelles d’une difficile représentation

  • 13 . Certains leaders de partis politiques ont dénoncé des manipulations visant à ternir volontairemen (...)

20Bien qu’ils n’aient eu de cesse de déclarer leur soutien total au soulèvement populaire et d’insister sur la légitimité de ses revendications, les partis de l’opposition ont rencontré toutes les difficultés du monde à y trouver leur place et encore plus à se positionner en tant que représentant du hirak. Durant les premières semaines, des chefs de partis ont pris part aux manifestations, mais ont été repoussés par des manifestants, les accusant de vouloir récupérer le mouvement populaire13. Filmés et relayés sur les réseaux sociaux à très large échelle dans une posture très désavantageuse, certains d’entre eux ont totalement renoncé à sortir, tandis que d’autres ont continué de le faire, entourés de leurs militants.

  • 14 . Cette notion de personnalités politiques (ou nationales) s’est imposée dans le vocabulaire politi (...)
  • 15 . Conclusion tirée à la suite de très nombreux débats et rencontres avec les partis politiques, les (...)

21La raison la plus évidente du fossé existant entre les partis de l’opposition et les manifestants réside dans le fait qu’ils n’étaient absolument pas préparés à affronter un événement majeur de ce type. Le 22 février a été une onde de choc comparable à un séisme. Les partis politiques, à l’instar des organisations de la société civile et des personnalités politiques14, ont tous reconnu avoir été pris de cours par le soulèvement populaire. Tous, ont reconnu que le 22 février était certes une bonne surprise, mais une surprise qui les avait pris au dépourvu15.

  • 16 . Selon un sondage commandé en 2017 par Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ, organisation de la soc (...)
  • 17 . APS, « Le RCD préconise une période de transition préalable à l’élection présidentielle », 06/07/ (...)
  • 18 . L’état d’urgence a été levé en 2012, dans le sillage du « printemps arabe », mais le droit de man (...)
  • 19 . Le chantage aux recettes publicitaires concerne en premier lieu la presse écrite, tandis que l’au (...)

22En fait, l’opposition a abordé la phase du déclanchement du mouvement de protestation avec un capital de confiance extrêmement bas, ne serait-ce qu’en raison de leur incapacité à représenter une alternative dans le cadre d’un « champ politique désamorcé » et d’un multipartisme faire-valoir (Addi, 2006 ; Dris-Ait-Hamadouche et Dris, 2017 ; Tozy, 1991). D’ailleurs, les sondages relatifs à ce sujet s’accordent à montrer que les partis politiques avec les institutions élues, parlement compris, jouissent d’une faible crédibilité16. Les partis eux-mêmes ont bien conscience de cette réalité : c’est la raison pour laquelle certains d’entre eux, comme le RCD, ont proposé une feuille de route pour une période de transition dans laquelle les formations politiques sont totalement exclues, privilégiant l’implication de la société civile17. Deux raisons sont à l’origine de cette disjonction entre la classe politique et l’opinion publique : en premier lieu, le contexte politique objectif ; en second lieu et dans une moindre mesure, le parcours interne des partis. Sans revenir sur la décennie particulière de terrorisme, ces vingt dernières années ont eu un impact incroyablement négatif sur le fonctionnement des partis politiques de l’opposition. Les lois liberticides sur les partis, les associations, les médias et les rassemblements18, ainsi que des médias publics fermés à l’opposition et des médias privés assujettis par le chantage à la publicité ont contribué à dévitaliser l’opposition19. À cela s’ajoute une Constitution révisée en 2008 et 2016 qui, remettant en cause les équilibres des pouvoirs reconnus en 1996, a permis la soumission de l’administration à la volonté politique et, last but not least, une justice victime des injonctions d’un exécutif présidentialiste.

  • 20 . Le front du boycott de l’élection présidentielle de 2014 a donné naissance à la CNLTD (Coordinati (...)

23Mis bout à bout, ces éléments ont conduit l’opposition à faire face à un choix cornélien : participer ou ne pas participer aux rendez-vous électoraux. La première option consistait à accepter des règles du jeu non transparentes ou la manipulation des résultats était la règle. En échange, la campagne électorale, les dividendes financiers, la présence dans les instances élues donnaient aux partis une visibilité indispensable à leur survie et une connaissance concrète de la pratique de la gestion, tant au niveau local que national. La seconde option consistait à refuser de prendre part aux élections. Le parti y gagne alors en crédibilité, puisqu’il refuse de cautionner un scrutin participant à la pérennisation du régime politique, et perd sur tous les autres plans (visibilité, contact avec la population, défense de son programme, dividendes, etc.). C’est aussi parce qu’aucune des deux options n’a été satisfaisante que les partisans respectifs de ces deux stratégies ont finalement fait front en 2014, pour s’opposer ensemble au quatrième mandat20. L’autre point faible de l’opposition concerne la gestion interne des conflits au sein des partis : leur leadership se renouvelle peu, aussi les divergences internes débouchent sur des ruptures qui se traduisent en scissions (Dris, Dris-Aït Hamadouche, 2017). Aucune formation politique n’a échappé aux scénarios des redressements internes qui conduisent à la création de partis jumeau, mais ennemi.

Les causes factuelles : 22 février, un défi à l’opposition

  • 21 . La présidence de Mohcene Belabas s’est illustrée par la révision de la ligne politique et idéolog (...)
  • 22 . Certains députés ont refusé la décision de la direction et ont continué de siéger à l’Assemblée n (...)

24L’opposition est donc mise au défi de jouer un rôle central dans un soulèvement populaire qu’elle n’a ni prédit ni contribué à déclencher et sur lequel elle n’a aucune prise. Ce nouveau défi produit un effet amplificateur sur les fragilités internes aux partis. En effet, le hirak pousse à faire des choix politiques qui deviennent des sources de tensions internes supplémentaires au sein de certaines formations politiques. À titre d’exemple, la direction du RCD a fait face à une fronde interne, dès lors que la direction du parti a choisi de sortir des clivages idéologiques et des postures manichéennes traditionnels. Ciblant le leadership du moment, représenté par Mohcene Belabas, cette fronde a été, selon toute vraisemblance, menée par la direction précédente, personnifiée par Saïd Saadi21. D’autres partis ont fait face à des difficultés internes exacerbées durant le soulèvement populaire. C’est le cas du FFS qui s’est totalement fractionné, à travers une présidence collégiale divisée, dont certains des membres n’ont pas hésité à recourir à la violence. Cette fracture a eu un impact direct sur la décision du FFS de se retirer du parlement, en signe de refus de reconnaitre la légitimité des instances élues durant les mandats exercés par le président déchu22.

  • 23 . Amine I. M., « Noureddine Nahnah lance de graves accusations contre les cadres du parti », Le Cou (...)
  • 24 . Abdel Rezzak Mokri a dénoncé le fait que les chefs de parti étaient menacés, au moment où des rum (...)

25La direction du Mouvement de la société pour la paix (MSP), quant à elle, a dû gérer les tentations participationnistes d’un courant considéré comme plus ou moins proche des cercles du pouvoir. Elles se sont traduites par des attaques en provenance du courant d’Aboudjerra Soltani, ainsi que de graves accusations proférées par le fils de Mahfoud Nahnah23. Fait aggravant, cette même direction a subi les pressions/intimidations lancées par le chef d’état-major contre ses détracteurs qu’il a pris l’habitude d’assimiler à des « comploteurs » complices de la « bande ».24 Enfin, le parti des travailleurs (PT) s’est retrouvé décapité lorsque sa secrétaire générale Louisa Hanoun, a été placée sous mandat de dépôt. Dirigeant son parti depuis 1989, députée et plusieurs fois candidate à l’élection présidentielle, elle s’est retrouvée poursuivie par la justice militaire pour complot et atteinte à la sécurité nationale, à la suite de réunions tenues avec les responsables des services de renseignements et le frère conseiller du président Bouteflika.

Représentation et coalitions partisanes

26Rendue difficile en raison de la fragilité des partis pris individuellement, la représentation du hirak aurait pu passer par des alliances ou, tout au moins, des coalitions. Là encore, les difficultés se sont immédiatement imposées. La première difficulté est liée à un contexte qui n’offre quasiment pas de lisibilité. Face à un soulèvement populaire dont ils évaluent la force et les faiblesses au fur et à mesure, les partis de l’opposition sont impuissants quand il s’agit d’en prévoir l’évolution, même à court terme. Cette impuissance a considérablement compliqué la prise de décision et a rendu certains partis prudents, pour ne pas dire pusillanimes dans leurs choix.

  • 25 . À titre d’exemple, Ali Benflis a retiré les formulaires de sa candidature le 19 septembre, dans u (...)

27Le deuxième point d’incertitude est le système de gouvernement mis en place après le 2 avril : une configuration bicéphale avec, d’une part, un chef d’État intérimaire affaibli physiquement et politiquement, et d’autre part, un vice-ministre de la Défense et néanmoins chef d’état-major omniprésent, n’hésitant pas à s’arroger les prérogatives de l’ensemble de l’exécutif, allant même jusqu’à contredire le chef de l’État. Provoquée ou subie, complémentaire ou antagonique, cette bicéphalie a, en tous cas, grandement contribué à priver l’opposition de grilles d’analyses fixes, la dissuadant de tracer une stratégie d’alliance pérenne. Ces incertitudes ont contribué à maintenir chez certains partis conservateurs la tentation d’aller concourir, dans un climat politique délétère, à une élection présidentielle dénuée de garanties de transparence25.

  • 26 . Cette classification approximative vise à faciliter l’analyse. Elle fait référence à une coalitio (...)

28À l’échelle des alliances, ce manque de visibilité a constitué l’une des contraintes rendant difficile un rapprochement entre l’opposition dite conservatrice et celle du pôle dit progressiste26. Engagé dans une posture plus tranchée à l’égard des offres politiques que les gouvernants ont faites, ledit pôle a eu du mal à envisager ne serait-ce que la possibilité d’un rapprochement tactique. D’ailleurs la proximité passée de certains partis conservateurs avec les cercles décisionnels (Ali Benflis, ancien ministre, ancien Premier ministre et directeur de campagne du président Bouteflika ; le MSP, membre de l’alliance présidentielle jusqu’en 2012), a été un facteur de distanciation. C’est le cas par exemple du MDS (Mouvement pour la démocratie sociale) qui a refusé toute coopération avec Talai el Houriyates, le parti dirigé par Ali Benflis, considérant que ce dernier faisait toujours partie du « système ».

29Le troisième frein à la constitution d’un front uni de l’opposition est d’ordre idéologique. Les deux pôles se sont ainsi recroquevillés sur leurs socles dogmatiques et manichéens, nouveaux et anciens, réducteurs et exclusifs, y compris sur des points de détails. À titre d’illustration, le référentiel historique supposé être commun et consensuel est devenu le centre d’une polémique avec l’apparition du courant appelé « novembriste-badissiste », affichant son soutien à l’autorité de l’institution militaire (Naddir, 2019) en opposition aux « soummamistes » qui se disent progressistes et se réfèrent au congrès de la Soummam, organisant l’action libératrice et stipulant la primauté du politique sur le militaire.

  • 27 . Lors de la convention tenue le 9/9/2019 à Alger, le représentant du PLD a violemment apostrophé c (...)

30L’autre clivage idéologique, structurel celui-là, concerne la posture à l’égard de l’islamisme. Là encore, le pôle conservateur assume une alliance nationalo-islamiste sans complexe, alors que les progressistes affichent une vision dans laquelle le politique doit être séparé du religieux. Cette posture explique pourquoi des partis politiques comme le MDS et le Parti pour la laïcité et la démocratie (PLD) ont catégoriquement et définitivement rejeté l’idée de s’assoir autour d’une même table que les islamistes. L’animosité peut atteindre des proportions importantes, comme le démontre l’incident survenu lors de la convention des forces de l’Alternative démocratique27.

  • 28 . Ce dialogue fait référence à l’initiative politique que certains partis politiques ont menée au m (...)

31Malgré ces clivages d’ordre tactique, stratégique et idéologique, des partis politiques tentent de s’inscrire dans une logique alternative. Le symbole le plus parlant de cette révision est le président du RCD, Mohcine Belabbas. Acteur clé des conférences de Mazafran I et II, il a, dès 2014, brisé le tabou de la frontière idéologique imperméable et a amorcé l’ouverture de son parti vers de nouveaux espaces. Le FFS, quant à lui, a toujours été un point de jonction idéologique, ainsi que l’atteste le rôle clé qu’il a joué déjà dans les années 1990 avec notamment le dialogue de Sant’Egidio28. L’existence de telles passerelles a permis, le 24 août 2019, durant le hirak, la rencontre de quasiment toutes les figures de l’opposition. Menée à l’initiative de la conférence de la société civile du 15 juin, cette rencontre avait pour objectif de créer un large front politique capable de produire une proposition de solution politique consensuelle.

Conclusion

32Alors que le mouvement populaire continue sur sa lancée, il est difficile d’aboutir à une conclusion qui permette de comprendre tous les tenants et les aboutissants de sa dynamique complexe. Nous nous sommes efforcés, tout au long de ces lignes, d’offrir des éléments d’explication à la difficulté du mouvement de s’adosser à des instances ou à un leadership représentatifs du hirak.

33Si par définition une crise politique est une rupture entre gouvernants et gouvernés, le maintien du soulèvement populaire comme une immense vague de contestation sans leadership, ni acteurs médiateurs est à la fois un avantage et un inconvénient. Il s’agit d’un avantage dans la mesure où il traduit la leçon apprise à la suite de la crise de 2001 (cooptation et récupération du leadership), et un inconvénient puisqu’il empêche l’émergence de médiateurs dotés de la légitimité nécessaire pour négocier, comme cela a été le cas en Tunisie et au Soudan.

34Par ailleurs, si cette absence de représentation peut permettre aux tenants du pouvoir politique de créer ou de privilégier l’émergence de représentants dociles, cette stratégie risque, elle aussi, de porter les germes de ses inconvénients. En effet, la crise de confiance est tellement grande, les revendications populaires tellement aiguisées, que l’imposition d’une représentation factice peut, au contraire, aggraver la crise politique et réduire la marge de manœuvre des protagonistes.

Haut de page

Bibliographie

Addi L., 2006, « Les partis politiques en Algérie », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, mars 2006, p. 111-112.

Bitar S. et Lowental A., 2015, Transitions Démocratiques. Conversations avec des chefs d’États. International Institute for Democracy and Electronic Assistance (IDEA). Les petits matins pour la traduction.

Brahimi, N., 2019, « Emblèmes autres que le drapeau national : Gaïd Salah déploie la mise en garde », <http:/www.reporters.dz/2019/06/20/emblemes-autres-que-le-drapeau-national-gaid-salah-deploie-la-mise-en-garde/>, consulté le 12/09/2019 à 19h00.

Dobry M., 1992, Sociologie des Crises Politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Presses de la Fondations Nationale des Sciences Politiques, Paris.

Dris-Ait Hamadouche L. 2018, « Au cœur de la résilience algérienne : un jeu calculé d’alliances », Confluences Méditerranée, n° 106, p. 195-210.

Dris. Ch. und Aït-Hamadouche, L., 2017, « PolitischeParteien In Algerien : PLURALISM US IN EINEM DOMINANTEN PRÄSIDIAL SYSTEM », in Sigrid Faath (dir.) POLITISCHE PARTEIEN IN NORDAFRIKA IdeologischeVielfalt – Aktivitäten – Einfluss, 2017, Konrad-Adenauer-Stiftunge.V., Sankt Augustin/Berlin, p.147-201.

Haugboll R.H, Ghali, A., Limam M., Mollerup N.G, Youcefi H., 2017, Tunisia Nadional Dialogue. Political Crisis Management, <www.berghof-foundation.org/publications/national-dialogue-handbook>. 49 p.

Marks M., 2017, Tunisia Unwritten Story. The Complicated Lessons of a Peaceful Transition. Report Arab politics beyond the uprisings, The Century Foundation. <https://production-tcf.imgix.net/app/uploads/2017/03/14070257/tunisias-unwritten-story-2.pdf>, 25 p.

Nadir I., 2019, « Ses promoteurs veulent faire main basse sur le hirak : “Badissia-Novembria” : l’imposture », El Watan, 20 juin.

Tozy M., « Représentation/Intercession. Les enjeux du pouvoir dans les “champs politiques désamorcés” au Maroc », in Camau M. (dir.), Changements politiques au Maghreb, Paris CNRS Éditions, p. 153-168.

Haut de page

Notes

1 . Le Quartet était constitué de l’Union générale tunisienne du travail, de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, de l’Ordre national des avocats de Tunisie et de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme. En 2013-2014, il a joué le rôle de médiateur entre les diverses forces politiques tunisiennes pour sortir le pays la crise institutionnelle.

2 . « Makanch intikhabat maa el-Issaba » : « pas d’élections avec le gang »

3 . Nous nous référons ici à des acteurs pouvant prendre part à l’exécution de la stratégie des gouvernants, grâce à leur savoir-faire, leur capital social ou leurs capacités d’influence.

4 . Pour tous les détails juridiques, voir l’article de Mouloud Boumghar dans ce présent numéro.

5 . Voir l’article de Mohand Tilmatine dans le présent numéro.

6 . La cour de Skikda a condamné Massaoud Laftissi à une peine de six mois de prison avec sursis et à 100 000 dinars algériens (700 euros) d’amende pour « incitation à attroupement armé ».

7 . La Badissia fait référence au Cheik Abdelhamid Benbadis (1889-1940) fondateur de l’association des Oulémas musulmans pendant la colonisation française. Novembria fait référence à la déclaration du 1er novembre 1954, annonçant le début de la guerre de libération nationale.

8 . Voir l’article de Giulia Fabbiano dans le présent numéro.

9 . Arrêté le 11 septembre et mis sous mandat de dépôt, Karim Tabou est accusé d’atteinte au moral de l’armée. Selon l’article 75 du code pénal, il encourt une peine de prison, qui varie entre 5 et 10 ans.

10 . La Coordination des acteurs de la société civile de la conférence du 15 juin est le rassemblement de 3 collectifs, en l’occurrence : la CSA (Coordination des syndicats autonomes comprenant 13 syndicats) ; le Collectif de la société civile pour la transition démocratique comprenant près d’une vingtaine des associations et organisations diverses (Ligues des droits de l’homme, SOS Disparus, Rassemblement action jeunesse,…) et AMEL, un réseau d’associations actif dans le secteur de la bienfaisance.

11 . Les plus connus sont le RND (Rassemblement nationale pour la démocratie), le FLN (Front de libération nationale), le MPA (Mouvement populaire algérien), TAJ (Rassemblement pour l’espoir en Algérie), UGTA (Union générale des travailleurs algériens).

12 . Un dialogue national inclusif pour réunir les conditions d’une élection présidentielle crédible (Secrétariat général de la présidence de la République), <http://www.aps.dz/algerie/92378-un-dialogue-national-inclusif-pour-reunir-les-conditions-d-une-election-presidentielle-credible-sg-presidence-de-la-republique>. 24/07/2019 consulté le 20/09/2019 à 11h44.

13 . Certains leaders de partis politiques ont dénoncé des manipulations visant à ternir volontairement leur image auprès des manifestants.

14 . Cette notion de personnalités politiques (ou nationales) s’est imposée dans le vocabulaire politique algérien pour faire référence à des personnes ressources, dotées d’une certaine légitimité sans pour autant être rattachées à un parti politique. À titre d’exemple, nous citerons des personnalités comme Ali Yahia Abdennour, Mohammed Taleb Ibrahimi, Rachid Ben Yelles, Mohamed Benbitour, Mouloud Hamrouche, Abdelaziz Rahabi Djamila Bouhired, Mohamed Benbitour, Mouloud Hamrouche, Abdelaziz Rahabi, et des personnes dont l’aura a considérablement augmenté durant le soulèvement : Mustapha Bouchachi, Karim Tabbou, Samir Belarbi, Said Salhi, Lyes Merabet, Nacer Djabi, Islam Attiya, Smail Lalmas, etc.

15 . Conclusion tirée à la suite de très nombreux débats et rencontres avec les partis politiques, les syndicats, les associations et les personnalités politiques.

16 . Selon un sondage commandé en 2017 par Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ, organisation de la société civile), 1 % des jeunes déclarent avoir adhéré à un parti politique et 3 % avoir déjà participé à une activité partisane, tandis que 41 % des jeunes n’attendent rien du Parlement. Rencontre débat, Alger 20/08/2017.

17 . APS, « Le RCD préconise une période de transition préalable à l’élection présidentielle », 06/07/2019.

18 . L’état d’urgence a été levé en 2012, dans le sillage du « printemps arabe », mais le droit de manifester dans les espaces publics de la capitale n’a jamais été rétabli. Par ailleurs, les partis politiques ne pouvaient organiser aucune manifestation, y compris dans un espace clos, sans une autorisation délivrée de façon sélective.

19 . Le chantage aux recettes publicitaires concerne en premier lieu la presse écrite, tandis que l’audiovisuel souffre de l’absence de législation débouchant sur la création de chaines de télévision satellitaires de droit étranger qui ne bénéficient pas d’accréditations.

20 . Le front du boycott de l’élection présidentielle de 2014 a donné naissance à la CNLTD (Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique), constituée, entre autres, d’un parti « entriste », le MSP, et d’un parti plutôt abstentionniste, le RCD. Regroupant plusieurs partis d’opposition de diverses obédiences idéologiques, la CNLTD s’est disloquée à l’approche des élections législatives de 2017.

21 . La présidence de Mohcene Belabas s’est illustrée par la révision de la ligne politique et idéologique du parti, puis par une prise de distance vis-à-vis des gouvernants et un rapprochement avec les autres courants de l’opposition, notamment avec le MSP en 2014 et avec le FFS en 2019.

22 . Certains députés ont refusé la décision de la direction et ont continué de siéger à l’Assemblée nationale.

23 . Amine I. M., « Noureddine Nahnah lance de graves accusations contre les cadres du parti », Le Courrier d’Algérie, <http://lecourrier-dalgerie.com/noureddine-nahnah-lance-de-graves-accusations-contre-les-cadres-du-parti-des-ministres-se-servaient-du-msp-pour-leurs-propres-interets/>.

24 . Abdel Rezzak Mokri a dénoncé le fait que les chefs de parti étaient menacés, au moment où des rumeurs circulaient sur sa possible arrestation, en raison des contacts qu’ils avaient eus avec le frère du président, quelques mois avant l’élection présidentielle d’avril 2019.

25 . À titre d’exemple, Ali Benflis a retiré les formulaires de sa candidature le 19 septembre, dans un contexte marqué par la radicalisation du discours du vice-ministre de la Défense, annonçant la mise en place de barrages de la gendarmerie sur les routes menant vers la capitale, afin d’empêcher les habitants en dehors de cette wilaya de s’y rendre, menaçant d’amendes et de saisie de leur véhicules les contrevenants à cette instruction. Cette mesure est intervenue au moment où les arrestations massives, ciblées et non, se sont multipliées avec mises sous mandat de dépôt de quasiment toutes les personnes arrêtées, accusées de graves délits (atteinte à l’unité nationale, atteinte au morale de l’armée).

26 . Cette classification approximative vise à faciliter l’analyse. Elle fait référence à une coalition ad hoc constituée en deux pôles. Le pôle conservateur regroupe les partis dissidents du FLN et du RND qui constituent le courant nationaliste (Talai el Houriat, El Fadjr el djadid, El Moustakbal ?...), ainsi que différents partis islamistes (MSP, Binaa, El Adala, etc.). Quant au pôle progressiste, il regroupe des partis qui se définissent comme modernistes et libéraux (RCD, FFS, PT, MDS, PST, etc.).

27 . Lors de la convention tenue le 9/9/2019 à Alger, le représentant du PLD a violemment apostrophé celui de SOS Disparus, lui reprochant de « revenir sur le passé », alors que le débat porte sur l’avenir. Durant son intervention, Hassen Ferhati, représentant de SOS Disparus, réclamait la vérité sur les milliers de disparus des années 1990.

28 . Ce dialogue fait référence à l’initiative politique que certains partis politiques ont menée au milieu des années 1990 pour solutionner la crise politique par la négociation. Elle a regroupé le FLN, le FFS, le PT et les dirigeants du FIS (Front islamique du Salut), <https://www.monde-diplomatique.fr/1995/03/A/6228>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louisa Dris Aït-Hamadouche et Chérif Dris, « Le face à face hirak-pouvoir : La crise de la représentation », L’Année du Maghreb, 21 | 2019, 57-68.

Référence électronique

Louisa Dris Aït-Hamadouche et Chérif Dris, « Le face à face hirak-pouvoir : La crise de la représentation », L’Année du Maghreb [En ligne], 21 | 2019, mis en ligne le 05 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5129 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.5129

Haut de page

Auteurs

Louisa Dris Aït-Hamadouche

Professeure à la Faculté des sciences politiques et des relations internationales, Alger 3.

Chérif Dris

Professeur à l’Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information, Alger.

Articles du même auteur

Haut de page